Navigation – Plan du site
Dossier 2 : France d'outre-mer

Les mouvements sociaux en Martinique dans les années 1960 et la réaction des pouvoirs publics

Social movements in Martinique in the 1960s and the reaction of the government
Laurent Jalabert

Résumés

Le conflit social aux Antilles en 2009 a été très médiatisé en métropole où il est apparu exceptionnel, première épreuve dans le champ social susceptible de faire vaciller l’autorité d’un gouvernement jusqu’alors inflexible dans ce domaine. Au regard de l’historien, le conflit social antillais n’a rien de bien neuf. Il se glisse dans une histoire du mouvement social antillais qui reste encore un champ bien peu traité par l’histoire la plus contemporaine. Un rapide retour en arrière sur deux conflits sociaux majeurs, en 1959 et 1961, permet de resituer l’impact des pulsions sociales sur les politiques françaises pour l’outre-mer. Le regard de l’historien ici porté vient nuancer le caractère « exceptionnel » du moment 2009 et rappelle que les sorties de crise trouvées en 2009 rappellent étrangement celles retenues un demi siècle plus tôt !

Social movements in Martinique in the 1960s and the reaction of the government

Social conflict in the West Indies in 2009 was highly publicized in France where it seemed exceptional, as a first event in the social field likely to shake the authority of a government previously inflexible in this area. In view of the historian, social conflict Caribbean has nothing new. He slips into a West Indian social history of the movement which is still a field little studied by the more contemporary history. A quick look back at two major social conflicts in 1959 and 1961 can relocate the impact of the social instincts of the French policy for overseas. The eye of the historian here has brought nuance to the "exceptional" at the time and recalls that out of the crisis in 2009 found strangely reminiscent of those used half a century ago!

Social movements, Strikes, Social crisis, Political crisis, Martinique, 1959 riots, Strikes of 1961

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Cf. Alain Tirefort et Laurent Jalabert, « Grogne sociale ou crise majeure : Martinique 2009 », art (...)
  • 2  Une partie de ce texte est repris à notre ouvrage, La colonisation sans nom, la France et la Marti (...)

1Quarante-quatre jours de grève générale en Guadeloupe ! « Un conflit sans précédent » titrait à sa Une Le Monde du 6 mars 2009… Inédits ? Les deux conflits antillais du début de l’année 2009, en Guadeloupe, puis en Martinique ont traversé l’Atlantique par leur impact médiatique, ont fait hésiter et vaciller un gouvernement pourtant ferme sur les conflits sociaux jusqu’alors… Les collectifs antillais obtenaient une hausse des bas revenus de 200 euros, mesure exceptionnelle concédée par l’Etat (qui finance pour trois années la moitié), les collectivités locales et le patronat (qui ne s’y résout qu’à reculons, avec des réserves et partiellement…) en pleine période de crise économique. Il est vrai que le conflit a été supporté lourdement par les sociétés insulaires : scènes de pillages de magasins, barrages sauvages, blocus des îles, voitures incendiées, et même un mort intervenu dans des conditions douteuses en Guadeloupe. Le sang a été versé, phénomène devenu rare depuis la libération en France, même si aux Antilles, il n’est pas circonscrit totalement, malgré des conditions de maintien de l’ordre adoucies depuis les années 1960.
Ces conflits sociaux, dont les conséquences politiques restent encore inconnues dans les court et moyen termes, sont-ils surprenants aux yeux de l’historien du temps présent ? La situation sociale aux Antilles est traversée par des conflits sociaux récurrents qu’il conviendrait de mieux comprendre1 et qui sont animés de modalités spécifiques, propres aux espaces insulaires : blocus et paralysie des îles, longévité des grèves, occupations durables de sites, revendications radicales. Les corps sociaux les plus radicaux – dockers, secteur des transports, agents EDF – obtiennent souvent gain de cause, n’hésitant pas à bloquer les pompes à essence ou les débouchés portuaires, multipliant les coupures d’électricité, paralysant les espaces jusqu’à l’élaboration d’un compromis. Les autorités publiques se sont accoutumées à de tels phénomènes et ont appris à les gérer par une stratégie douce, incarnée par une formule du caricaturiste du journal France-Antilles Jiho : « pas de vague ». Les préfets laissent s’exprimer la colère évitant simplement les débordements sécuritaires par des processus d’encadrement discrets et mettent en œuvre par le biais de médiateurs des processus de négociations qui s’achèvent en général rue Oudinot, à Paris, dans les couloirs du ministère de l’Outre-mer, par des accords où la part de l’Etat dans l’acceptation des revendications n’est pas négligeable. Les conflits sociaux aux Antilles, sont récurrents depuis un demi-siècle, celui de 2009 apparaissant dans la longue durée comparable à d’autres.
Dès lors, pourquoi le conflit 2009 a-t-il connu un tel impact ? Y a-t-il eu dysfonctionnement dans la gestion du conflit par les autorités publiques ? Tel semble bien le point de vue du chef de l’Etat et de son Premier ministre qui ont rappelé à l’ordre le titulaire du portefeuille de l’outre-mer en plein conflit, et qui l’ont évincé lors du remaniement ministériel du mois de juin 2009 ! Est-ce la conjonction d’une crise conjoncturelle mondiale avec le mouvement social massif qui explique le durcissement du conflit ? Ou, est-ce le résultat d’un malaise profond inhérent aux réalités économiques, sociales et culturelles des Antilles françaises, qui depuis plus d’un demi-siècle sont soumises à une politique d’assimilation répétée, ayant des relents d’un colonialisme paternaliste peu avouable ? Deux exemples, l’un pris en 1959, l’autre en 1961, révèlent que la situation de l’année 2009 n’est pas nouvelle, mais la continuité de pratiques politiques qui méritent une meilleure attention de la part des historiens2.

1. 1959 : l’émeute de Fort-de-France, où la prise de conscience d’un malaise profond

2La tradition de mouvements sociaux violents aux Antilles est omniprésente dans l’entre-deux-guerres et se retrouve après 1945. En février 1948 par exemple, trois ouvriers agricoles meurent au Carbet suite à une fusillade avec la gendarmerie ; en septembre de la même année, le béké Guy de Fabrique est tué par des grévistes à la plantation Leyritz… Les grèves se multiplient, notamment celle des fonctionnaires en 1953 qui leur permet de bénéficier d’une prime des 40% de sur salaire. Les rapports de police disponibles dans les centres d’archives confirment une recrudescence des conflits sociaux en ces années, notamment autour des champs de canne à sucre compte tenu du développement de la crise du secteur. Les difficultés rurales provoquent alors une déprise rurale et un déplacement des conflits vers la ville-centre, Fort-de-France, qui connaît en 1959 une violente émeute.

1.1. L’émeute de 1959 : incident ou malaise social ?

3Le 20 décembre 1959, place de la Savane, en plein cœur de la ville, un automobiliste métropolitain renverse le scooter d’un noir martiniquais. Un pied-noir fraîchement installé dans l’île, face à la rixe, appelle les CRS. L’incident tourne à l’émeute entre policiers métropolitains et habitants des quartiers populaires : pour l’historien Richard Burton, c’est une véritable émeute raciale qui se développe, anti-française, qui dure plusieurs jours. Le récit détaillé des faits par les autorités montre sa maîtrise incertaine par l’administration publique (Burton, 1994). L’émeute se déroule pendant les fêtes, alors que le préfet vient de quitter l’île, la Martinique attend son successeur. Un télégramme, expédié dans la nuit du 20 au 21 décembre, déplore qu’un simple accident de circulation ait dégénéré en émeute. Pour la préfecture, les CRS sont directement responsables de la réaction d’une foule hostile de 300 jeunes. Le calme est rétabli à une heure du matin. Le second jour, les manifestants restent regroupés dans le quartier de Morne Pichevin, mais les autorités ne peuvent empêcher des scènes de panique, notamment chez des fonctionnaires métropolitains qui veulent quitter l’île. Le Secrétaire Général de la préfecture signale que l’ordre public est mal maîtrisé (deux morts). Il ne reste que 200 gendarmes actifs, et juge l’armée composée « d’éléments peu surs ». Le troisième jour, malgré les provocations devant la gendarmerie, la situation se stabilise. Le Secrétaire Général a lancé un appel aux autorités morales de la ville et fait une longue intervention radiophonique en appelant au calme et annonçant un couvre-feu urbain à partir de vingt heures. L’appel des personnalités (l’Evêque, les députés, le Président du Conseil général etc.) rallie une large part de la population du côté des autorités.
A Paris, Jacques Soustelle, ministre Délégué auprès du Premier ministre, ce 23 décembre, demande par courrier officiel au ministre des Armées d’envoyer le vaisseau De Grasse à Fort-de-France, « pour ramener le calme dans les esprits » et propose l’envoi de deux escadrons de la gendarmerie mobile. Paris prend donc l’incident au sérieux et craint une dégradation du climat social et politique. Le quatrième jour, le Conseil général tient une séance houleuse. Les élus demandent une révision du statut départemental et une évolution institutionnelle majeure. La crise devient politique. La préfecture s’oppose à la diffusion de la motion à la radio, même si l’Assemblée réaffirme son attachement à la France. Le préfet par intérim craint à cet instant que la déclaration soit considérée par l’opinion comme une incitation à la prolongation de l’émeute. La nuit de Noël se déroule cependant dans le calme. Le Secrétaire Général de la préfecture demande aux forces de l’ordre de se tenir prêtes à intervenir vers les lieux stratégiques : l’aéroport, la radio, les usines électriques, les télécommunications, et le dépôt d’essence. Le jour de Noël, la situation se calme définitivement.

  • 3  Dès son rapport du 28 décembre, il évoque les facteurs conjoncturels qui déclenchent l’événement : (...)
  • 4  Un Rapport des RG du 30 décembre sur l’Association des fonctionnaires d’Afrique du Nord mise en ca (...)
  • 5  Car un rappel autoritaire pourrait provoquer des émeutes graves (« faire adresser par le MEN un té (...)
  • 6  Suite à son rappel, Alain Plénel laissera plusieurs articles critiques sur la politique française (...)
  • 7  Sur le maintien de l’ordre, cf. la thèse de Marie-Céline Whannou, La politique de maintien de l’or (...)

4Le 28 décembre, le Secrétaire Général de la Préfecture envoie au Chef du gouvernement un long rapport de synthèse destiné à relativiser la crise. Il rappelle la responsabilité des CRS : « certains éléments de la population n’attendaient qu’une occasion pour prendre à partie les CRS ». Selon ses informations, l’origine des deux morts reste confuse (règlements de compte entre bandes ou répression policière). Mais, le plus grave n’est pas là : les émeutiers sont pour la plupart des bandes de jeunes venus du quartier Morne Pichevin, principal îlot de pauvreté de la ville. La crise selon lui n’est pas de nature politique, puisque seul le PCM a mis de l’huile sur le feu, le PPM d’Aimé Césaire ayant joué la carte de l’apaisement. Par contre, il craint que la jeunesse, désoeuvrée, sans emploi, désorientée, multiplie les actes belliqueux contre des représentants de l’autorité chaque fois qu’elle est provoquée3. Le Secrétaire Général de la Préfecture, qui a eu à gérer l’ensemble de la crise, ne cache donc pas les difficultés posées par l’émeute en terme de maintien de l’ordre et l’extrême précarité de sa situation. Mais, il essaie surtout d’expliquer au gouvernement la profondeur du malaise social : « la vraie raison des troubles est l’incertitude de l’avenir pour ceux de vingt ans dont le nombre croît rapidement ». Il demande au gouvernement une réaction rapide.
Fort de ce rapport, Jacques Soustelle, le 30 décembre, rencontre les parlementaires martiniquais. Une note de son conseiller, Alain Lamassoure, résume les principales décisions promises par le gouvernement lors de la négociation : l’annulation du départ du vaisseau Le Grasse ; l’interdiction d’entrée de travailleurs étrangers ; une hausse du SMIG de 5% ; la rédaction d’une loi-programme pour 1960. Cependant le Ministère refuse de s’engager sur les revendications des élus : le retrait des CRS ; le retrait des fonctionnaires venant d’Afrique du Nord ; une réforme fiscale ; l’octroi de crédits supplémentaires pour lutter contre le chômage et l’égalisation du montant des allocations familiales sur les niveaux métropolitains. Cependant, le lendemain, Alain Lamassoure envoie un câble au Préfet lui demandant d’étudier ces revendications : « je ne puis que vous laisser le soin d’y réfléchir, ignorant tout moi-même du pays ». Le 4 janvier 1960, le nouveau Préfet répond à Alain Lamassoure et lui suggère plusieurs décisions à prendre : ne plus envoyer de fonctionnaires d’Afrique du Nord aux Antilles car cela à un effet négatif sur la population4 ; retirer les CRS, car cela pose des problèmes de mœurs ; rappeler de façon discrète le Vice-Recteur Plénel qui a eu une attitude inadmissible de dénonciation de l’action gouvernementale5 ; augmenter la puissance des forces de l’ordre notamment pourvoir l’île pour une surveillance en hélicoptères en cas d’arrivée d’armes des îles anglaises voisines ; et enfin accroître la surveillance des étudiants antillais de retour de métropole, « contaminés par la propagande communiste » qui créent le « désordre d’une jeunesse intoxiquée, et totalement désœuvrée ». Le 11 janvier 1960, le Cabinet Soustelle annonce ses décisions au ministre de l’Outre-mer : remplacer les CRS par des gendarmes ; rappeler le Vice-Recteur Plénel6 ; préparer un communiqué confirmant l’augmentation du SMIG ; mettre en place un plan de maintien de l’ordre7. Le 11 janvier 1960, une lettre de Jacques Soustelle demande officiellement au Premier Ministre le retrait de la compagnie de CRS de la Martinique après les incidents du 21-23 décembre et l’envoi de troupes de gendarmes. Ces mesures immédiates favorisent le retour au calme dans l’île.

1.2. La réaction de Paris : renouveler sa politique pour les DOM ?

  • 8  Ce dont profite la presse, notamment nationale, pour dénoncer l’incurie du système.

5Au-delà des réactions immédiates, le gouvernement prend immédiatement conscience de l’ampleur de l’événement pour le devenir de l’outre-mer. À Paris, la presse fait sa Une sur le sujet, le considérant comme un nouvel avatar de la décolonisation. Globalement, pour les éditorialistes, le gouvernement est le seul responsable de l’agitation : la France a agi par excès d’autoritarisme (l’intervention des CRS), sa politique économique et sociale, en ayant en amont accentué les situations de pauvreté en Martinique, provoque une instabilité sociale grandissante. Dans une tribune libre du Monde du 29 décembre 1959, Christian Crabot, ancien professeur au lycée Schoelcher, insiste sur le sous-développement de la Martinique comme facteur déclenchant. À Fort-de-France, les autorités administratives ne divergent guère de cette interprétation, la polémique en moins. Un  rapport secret du 10 mars 1960, signé par le Préfet (Rapport Parisi), affirme que l’émeute traduit le malaise social d’une certaine hostilité à l’égard de la France. Développant son propos, il suggère des solutions durables.
Selon lui, quelques fonctionnaires métropolitains ont un comportement souvent provocateur, regrettable, les CRS et les rapatriés d’Afrique du Nord notamment. Le mode de recrutement des fonctionnaires métropolitains doit changer : « le principe devrait être retenu de n’affecter aux DOM que des fonctionnaires de classe professionnelle indiscutable, dotés d’un indice élevé et surtout ayant la foi de leur mission ». Pendant l’émeute, des mouvements de panique ont existé, le préfet rapporte des propos entendus à même la préfecture : « la partie est perdue ici » (y compris chez les chefs de service). Pour le préfet : « Il me faut réagir avec vigueur contre un tel pessimisme, lequel, s’il s’étendait, paralyserait l’action gouvernementale ». Par opposition, certains fonctionnaires, notamment de l’Education Nationale, diffusent une propagande indépendantiste. Pour le Préfet, l’administration doit donc retrouver un équilibre dans l’île et renforcer son autorité. D’un point de vue politique, le rapport est clair, seul le PCM a pour but final, l’indépendance : « certes le mot n’a pas été prononcé. On s’affirme Français et Français à part entière. Mais on parle de peuple martiniquais, on revendique le droit de gérer ses propres affaires, souhaitant pour cela, non seulement voir attribuer au CG des pouvoirs plus étendus, voire même dans une première étape des pouvoirs législatifs pour arriver ensuite à la direction des affaires martiniquaises, confiées à un exécutif local ». Cette politique a des conséquences sur la jeunesse, « germe d’où pourraient naître les manifestations futures ». Le rapport ne cache pas que la révolution de Fidel Castro est présentée par les étudiants venus de métropole aux jeunes insulaires comme un modèle. Afin de répondre à cette situation, il demande le rappel sous les drapeaux des jeunes, notamment les étudiants. Il remet aussi en cause le recrutement local des militaires du contingent qui pourraient se tourner vers les mouvements de sécession. Il demande donc au pouvoir de lui permettre de mieux contrôler les mouvements politiques locaux et les postes clefs de la fonction publique. Enfin, le rapport s’étonne des dysfonctionnements administratifs internes, se déclarant incapable d’expliquer comment les CRS ont pu intervenir sans ordre de la préfecture8. Pour lui, une remise en ordre s’impose.

  • 9  À la lecture des télégrammes, et rapports divers, on comprend que les hauts fonctionnaires perçoiv (...)

6D’un point de vue social, la situation est jugée plus alarmante encore. Selon le rapport, « les blancs-pays » sont prêts à regarder vers les Etats-Unis si la France ne donne pas des signes forts pour venir en aide à une structure économique en crise. La bourgeoisie de couleur est « l’élément le plus fidèle et le plus passionnément attachée à la France », mais elle reste « passive ». La classe ouvrière est majoritairement hostile à la violence : « son caractère, à la fois simpliste et naturellement pacifique le rend peu perméable aux efforts de ceux qui tentent de provoquer chez elle des réactions violentes ». Aussi, l’émeute s’en est tenue à quelques quartiers de Fort-de-France, et le mouvement ne fait pas tâche d’huile : « on ne trouvera jamais de fellaghas en Martinique ». Le préfet ne positionne donc pas la Martinique dans le contexte de décolonisation ambiant, mais il la présente dans une situation de crise économique et sociale qu’il faut impérativement résoudre9. Citant le rapport Léger sur le secteur sucrier (15 octobre 1959), le premier responsable de l’île dénonce les maux économiques de la Martinique : hausses des salaires et des charges intenables pour les entrepreneurs ; hausse du prix des transports ; méthodes désuètes d’entreprises ; nonchalance de la main d’œuvre ; des méthodes de coupe désastreuses ; un état lamentable des chemins… La culture de la canne n’a plus d’avenir. Le Préfet place Paris face à ses responsabilités, même si l’attachement de la majorité à la présence française est indéniable.
À Paris, le cabinet Soustelle reprendra cette double perspective. Rester ferme de façon symbolique (Soustelle insiste pour dire que l’on « protégera les CRS » en façade, face à la presse et face aux élus martiniquais), mais trouver des solutions de compromis durables. Le Cabinet Soustelle-Debré s’appuie sur les conclusions proposées lors de la conférence des préfets des DFA des 5 et 6 novembre 1959, et annonce une loi-programme pour les DOM pour 1960 afin de répondre directement aux revendications des élus et de l’opinion. Le gouvernement promet une décentralisation des responsabilités vers les collectivités locales et les préfectures afin de mieux canaliser les tensions conjoncturelles. De même, il accepte de mettre en œuvre des moyens pour contribuer à la restructuration totale de l’économie locale.

1.3. Le sens de l’émeute de décembre 1959

  • 10  Op. cit.
  • 11  Nous ne revenons pas sur ces points, très lisibles dans la presse locale de l’époque, mais aussi d (...)
  • 12  Sur l’attitude des bourgeoisies, notamment les « békés », voir l’ouvrage de Edith Kovats-Beaudoux (...)
  • 13  CAC, côte 19940180, article 9.
  • 14  Cf. Marie-Céline Blanc, 2003. Il en est de même face aux indépendances des îles de la Caraïbe angl (...)
  • 15  Les rapports de police révèlent que les Cubains envoient quelques représentants aux Antilles, mais (...)
  • 16  Décrets du 26 avril 1960 ; décrets N°60-406 et 60-407. 

7Peut-on ici rejoindre l’administration publique de l’époque qui donne une interprétation socio-économique de l’émeute ? L’historien Richard Burton présente l’événement comme une émeute raciale, anti-française10. Elle serait le symbole de l’oppression coloniale dont le sous-développement n’est qu’un reflet. Selon lui, l’émeute s’appuie sur des provocations des extrémistes des deux camps, tant les communistes qui excitent les jeunes, que les « métropolitains » qui affichent un lourd sentiment de supériorité. Elle ravive donc les vieux antagonismes. Si l’historien américain propose une analyse lucide d’un point de vue socioculturel, il n’en demeure pas moins que celle-ci est aussi une pulsion conjoncturelle. La Martinique ne veut pas à cette époque de la décolonisation. En effet, la classe politique antillaise refuse les tentations indépendantistes, malgré la déclaration du Conseil général. Dominée par Aimé Césaire, alors favorable à une politique d’autonomie dans un cadre souverain français, celle-ci ne dispose pas de leader charismatique susceptible de faire verser l’île vers une évolution de type africaine. Même le PCM ne cherche pas à promouvoir l’indépendance dans ses discours11. De plus, les milieux économiques, notamment les bourgeoisies, ne cachent pas leur attachement à la France12. Face à cette absence de notabilités favorables à l’émancipation, le pouvoir gaulliste ne pouvait se laisser aller à une politique visant à libérer les Antilles de la tutelle centrale. Les rapports des RG sont tout aussi affirmatifs sur l’état de l’opinion. Une note du 11 mai 1960, signale que, « pour l’homme de la rue, une seule chose compte, l’amélioration de ses conditions de vie »13. La crainte du pouvoir est de voir la jeunesse, considérée dans une situation de désœuvrement économique, créer des troubles de l’ordre public. Mais l’opinion se montre particulièrement passive face aux indépendances africaines qui, visiblement, ne l’intéressent pas, les médias locaux ne s’en font d’ailleurs pratiquement pas l’écho14.
Les aspirations à l’indépendance sont donc isolées. Elles se situent dans les milieux intellectuels, notamment les étudiants de l’Association Générale des Etudiants de Martinique (AGEM). Cependant, ce groupement géographiquement « métropolitain », est le plus souvent coupé des îles. Quelques intellectuels essaient bien de réveiller la conscience nationale martiniquaise, notamment l’écrivain Edouard Glissant, ou encore le médecin et essayiste Franz Fanon qui s’engagera aux côtés du FLN en Algérie, voire même le polémiste Guy Cabord-Masson qui déserte en Algérie…, mais sans pouvoir toucher l’opinion. Seul le PCM, par une tentative de rapprochement avec le Cuba de Fidel Castro, est susceptible de tenir un discours plus dur15. L’émeute de 1959 a donc d’abord un caractère social, et non politique. Certes les considérations raciales évoquées dans les premières heures sont un élément sensible de la société, et constituent l’étincelle qui met le feu aux poudres. Mais il n’existe pas un nationalisme martiniquais susceptible de créer un processus de décolonisation. L’attachement de l’opinion à la France est plus fort. Dès lors, si l’indépendance est rejetée, il fallait pour Paris définir une politique pour l’outre-mer, promise dès le lendemain de l’émeute, ce sera la tâche du Premier Ministre, Michel Debré.
Quatre décrets sont immédiatement publiés visant à canaliser les revendications politiques et syndicales. Le plus important proclame la réforme du statut de la départementalisation par l’élargissement des compétences des préfets. Il associe le Conseil général à la procédure d’adaptation du régime administratif des DOM, par voie consultative16. Mais, ces réponses n’ont pas un caractère visible aux yeux de l’opinion.

2. Un conflit social : la grève sur les champs de canne au Lamentin en février 1961

8L’émeute de Fort-de-France de 1960 n’est pas une exception. Les pulsions n’ont pas manqué dans les années 1960, puis 1970, signifiant bien la précarité socio-économique de l’île, dès 1961 au Lamentin.

2.1. Une grève où le sang coule17

  • 17  L’ensemble des informations sont repris aux archives du CAC, 1994 01 80, articles 203, 206, et 287

9Tout au long du début de l’année 1961, les rapports de RG et ceux du préfet signalent les risques de grève dans le secteur sucrier, et les probables revendications syndicales de hausse des salaires en Martinique. La situation des salariés agricoles et des ouvriers des usines à sucre est catastrophique selon un rapport spécial du mois de mars, dans lequel le Préfet signale un taux de 75% de grévistes. Il suggère au ministère de l’Outre-mer d’annoncer une augmentation des salaires de 5%, afin d’éviter le développement de la crise. La situation se dégrade rapidement et une poussée des tensions au Lamentin laisse trois morts le 24 mars. Pour le Commissaire des RG qui fournit un récit très détaillé des émeutes le jour même, les évènements étaient prévisibles. Depuis le 24 février, la grève sur les champs de canne est émaillée d’incidents entre ouvriers grévistes et non-grévistes. Suite aux enquêtes de gendarmerie, deux hommes accusés d’avoir violenté une femme, sont arrêtés. Dès lors, la situation s’envenime en raison de l’agitation menée par les communistes : « il y a lieu de considérer également que la propagande du PCM comporte une part considérable de racisme et que ce parti prêche ouvertement la haine à l’égard du blanc en général, du béké en particulier ».  Pour le rapporteur, l’exaspération est à son comble. L’idée que les békés sont « des exploiteurs » déchaîne les passions : « on est fondé à penser que cet état d’esprit, existant à l’état endémique à la Martinique, entretenu et aggravé par la propagande du PCM, est à l’origine des incidents qui allaient ensanglanter la localité du Lamentin dans la soirée du 24 mars ». Les manifestants s’en prennent au béké Roger Aubery (directeur de l’usine du Lareinty), qui, menacé de lynchage populaire, se réfugie dans la maison d’un « métropolitain ». Dans la soirée, la tension est à son comble : 800 personnes armées de « coutelas » (machettes) sont devant le commissariat face à 61 représentants des forces de l’ordre (le reste des gendarmes est occupé par la grève des dockers). Afin de dégager Roger Aubery, l’intervention policière provoque des incidents, des coups de feu sont échangés, on relève trois morts et onze blessés. En possession de ce rapport, le Préfet intervient à la radio et en appelle au calme. Lui même envoie en urgence un courrier à Paris (lettre 975) et parle d’incidents « significatifs », « de conflit figé », « de situation grave ». Il ne cache pas une situation précaire : « les ouvriers cèdent plus à la peur et aux maux d’ordre syndicaux qu’à la nécessité de travailler, les patrons sont plus obstinés et butés que raisonnables. Et, il développe ses craintes : « si ces conflits sociaux ne sont pas réglés, la revendication passera, du plan social, au plan politique, de la hausse des salaires à l’autonomie (…). Les élus locaux favorables au gouvernement se sentent peu à peu dépassés par la situation et auront de plus en plus de difficultés à prendre des positions fermes ». Un second rapport, rédigé le lendemain soir, signale un apaisement général. Le jour des obsèques des trois victimes, le 26 mars, un cortège de 600 à 700 personnes applaudit les discours des élus du PCM et de la CGT qui dénoncent la colonisation. Aimé Césaire dans une Tribune Libre du Monde du 29 mars soutient les coupeurs de canne. Cependant, malgré cette agitation politique et syndicale, les notes blanches, puis un rapport plus détaillé des RG du 4 avril, insistent sur le retour au calme, malgré la situation catastrophique des ouvriers agricoles. Une nouvelle explosion n’est pas à exclure, la crise sociale doit impérativement être résolue. L’ouverture de négociations et la promesse d’une augmentation des salaires (4%) permettront une lente reprise du travail. Un protocole d’accord est signé le 14 avril entre exploitants et syndicats sous l’arbitrage du préfet (une majoration des salaires de 7%, aucune sanction contre les grévistes), mais son application lente ravive les craintes.

2.2. Politisation, action partielle de la mère-patrie et accalmie

  • 18  Daté du 10 mai, publié le 9 à Paris.
  • 19  Le préfet demande au gouvernement de créer une antenne de la DST à cause de Castro, ce qui sera fa (...)

10Par un télégramme officiel, Michel Debré, Premier Ministre, le 6 mai 1961, donne les pleins pouvoirs au Préfet : « je vous confirme que vous pouvez et devez prendre toutes mesures, notamment d’expulsion, à l’égard membre du parti communiste et autres agitateurs ». La situation s’envenime lorsque Le Monde publie une nouvelle libre opinion d’Aimé Césaire qui demande un nouveau statut pour les Antilles face à l’impuissance du pouvoir18. La polémique gagne la métropole. Le Préfet fournit alors un long rapport de synthèse qui dénonce l’opportunisme du PCM, accusé de profiter des hésitations du pouvoir central : « on se trouve face à une organisation solide dans les ramifications s’étendent jusque dans les mornes les plus reculés. Ces 1500 militants communistes sont un danger permanent pour la vie sociale du pays (…). C’est sous des formes déguisées que le thème du racisme est remis à l’ordre du jour, un racisme politique consistant à insinuer dans la population l’idée que seul le « sang noir » a coulé, et également à avancer l’idée de la décolonisation pour constater que la Martinique est le seul pays où il y a encore des noirs qui sont colonisés. Parallèlement se développe ce que l’on pourrait appeler un « racisme économique », opposant les conditions de vie du blanc et du noir. On retrouve ce thème dans le conflit actuel des employés autochtones de la Transat, dans la revendication pour la parité des allocations familiales. On se livre à des comparaisons entre les taux métropolitains, les taux martiniquais et les taux des fonctionnaires ». Pour le rapporteur, la situation sociale des ouvriers est au cœur du malaise. Les bourgeoisies locales, notamment les békés, en refusant les augmentations de salaires braquent la population contre elles. Les tentatives de médiations préfectorales ont échoué, notamment celles des 7, 9 et 13 mars. Systématiquement les planteurs refusent l’augmentation des salaires, conduisant à une mobilisation de 80% des ouvriers. Face au PCM, les autres formations politiques font silence. Le courrier d’Aimé Césaire, jusqu’alors très discret, suscite l’inquiétude du préfet, car il est un leader d’opinion. L’opinion, jusqu’alors dans « l’attentisme » pourrait basculer du côté des mécontents. Seul les anciens combattants et les fonctionnaires ont affiché une position ouvertement française. Le Préfet en appelle alors à l’action gouvernementale19. Selon lui, la loi-programme de 1960, « présentée comme la panacée », n’est pas suffisamment appliquée d’autant plus que les difficultés économiques de la canne et de la banane persistent. L’essentiel est de régler au plus vite la question des allocations familiales. Au bilan, il faut que le gouvernement tienne ses promesses. Si le rapport ne redoute pas une « action de type insurrectionnel, (…)  ce qui est à craindre, c’est une série de conflits sociaux paralysant la vie économique et entraînant de graves troubles de l’ordre public ».

  • 20  Il ne sera jamais signé.
  • 21  CAC 19940180, article 203.

11En août 1961, le Préfet dans son rapport mensuel note que « le moment est propice pour donner une orientation forte et dynamique à la politique gouvernementale à la Martinique dans tous les domaines ». Il convient d’affirmer le statut départemental pour pousser les attentistes vers la France ; de mener des actions de police individuelles et collectives (l’ordonnance de 1960 est appliquée contre quelques militants communistes, notamment Armand Nicolas et un décret de dissolution du PCM est rédigé20); d’impulser une politique économique forte avec des mesures symboliques à prendre qui dépassent les aides financières classiques (il propose le rachat de 1500 à 2000 ha pour lancer la réforme foncière, et suggère de s’inspirer du plan de Constantine sur le plan industriel) ; et demande l’égalité sociale à l’horizon 1965. Il ne sera pas systématiquement suivi par Paris. En décembre 196121, il commente la visite du Secrétaire d’Etat à l’outre-mer Jean de Broglie (5-8 décembre 1961), et rappelle les mesures urgentes à prendre dans le secteur de la banane notamment : l’aménagement du port, la construction d’une usine à graines, de mûrisseries modernes, de stations de conditionnement, la réorganisation statutaire des planteurs, la réforme du cadastre bananier, la normalisation des calibrages fruitiers, le statut du ramassage ; sous peine de voir un nouveau secteur s’effondrer. Il attend aussi de l’Etat des réponses sur l’adoption d’un plan d’urbanisme de Fort-de-France pour des raisons d’aménagement urbain et de salubrité, mais aussi pour la maîtrise de la sécurité… L’attentisme du pouvoir central est compris comme un véritable risque. Cette réaction du Préfet ne sera plus jamais démentie par ses successeurs. Chaque fois qu’une grève prend de l’ampleur, l’Etat joue sur le volet de la concession de plus d’aides sociales, jouant un rôle de médiateur face aux bourgeoisies locales. Il recherche les équilibres, « au coup par coup ».

3. Suites sociales

  • 22  On peut ici citer l’affaire de l’Organisation Nationale de la Jeunesse Martiniquaise en 1963.
  • 23  CAC, 19940180, article 198.
  • 24  Cf. Marlène Hospice, Pas de pitié pour Marny, Désormeaux, 1965 et Richard Burton, op. cit.
  • 25  Rapport RG, juin 1973, CAC, 19940180, article 198
  • 26  Sur cette visite, cf. le récit romancé de Raphaël Confiant dans son roman Eau de café.
  • 27  JO des débats parlementaires, 28 janvier 1963.

12Les mouvements de ce type n’ont cessé d’émailler l’histoire immédiate de la Martinique. Les mouvements sociaux font plus souvent l’actualité que les pulsions politiques  bien moins nombreuses22. Certaines affaires ont bien un retentissement politique telle l’affaire Marny qui en octobre 1965 mobilise trois mille personnes contre la police pour protéger un délinquant du quartier Sainte-Thérèse. Mais, pour la préfecture, l’incident n’est pas l’expression d’un discours politique, mais pose la question de « la jeunesse inoccupée »23. La réponse doit être économique et sociale et la répression mesurée24. Un autre pic est de nouveau atteint les 13 et 14 mai 1971 lors de la visite du Ministre de l’intérieur Pierre Messmer. Un incident avec la police lors d’une manifestation des élèves du lycée Schoelcher, provoque la mort du lycéen Gérard Nouvet. L’émotion, très vive, oblige le ministre à abréger une partie de son séjour. Deux ans après, le procès de deux lycéens proches de Gérard Nouvet, accusés de troubles de l’ordre public, se déroule dans l’indifférence générale et révèle aux autorités que les questions politiques sont secondaires25.
Les difficultés sont surtout sociales aux yeux des autorités insulaires qui poussent le gouvernement à étouffer les mouvements revendicatifs par deux remèdes : accélérer les processus migratoires vers la métropole (Jalabert, 2003), et faciliter par le biais du volet social, de nouvelles aides ou minima sociaux pour les populations les plus en difficulté. Les RG, en janvier 1962 évoquent les réactions très favorables de l’opinion publique martiniquaise à la conférence de presse de De Broglie, qui suite au conseil interministériel des DOM dirigé par De Gaulle, octroie une hausse de 10% du Smig pour l’outre-mer. Un rapport d’avril 1962 signale que la parité des allocations familiales est la seule question qui intéresse l’opinion. En 1964, lors de sa seconde visite officielle, de Gaulle proclame devant la mairie de Fort-de-France le 22 mars, « la France a fait son devoir et continuera de le faire vis-à-vis de ses enfants »26. Ses ministres relaieront inlassablement le discours. Louis Jacquinot se fait le chantre de l’assimilation : « les grands problèmes qui se posent dans les DOM sont au fond analogues à ceux qui se posent dans nos départements métropolitains »27.
L’objectif des préfets se résume désormais à contenir les revendications sociales tout particulièrement à partir des années 1964-65 avec le renforcement du déclin du secteur sucrier. Le 8 octobre 1965, dans une conférence de presse, le Préfet dénonce « le chantage à la fermeture d’usines des planteurs ». Les collectivités locales et Paris couvrent les dettes des sucreries sous la pression d’agitations sociales permanentes. En même temps, les revendications salariales sont jugées excessives. En janvier 1967, les ouvriers de la canne réclament une hausse de 150% des salaires. Le ministre de l’Agriculture Edgar Faure, de passage en décembre, face « aux craintes d’agitations sociales », accorde aux sucriers de nouvelles aides pour faciliter la hausse des revenus ouvriers. Dans son rapport général de fin d’année, en 1967, le Préfet réaffirme ses inquiétudes : « face aux troubles qui se reproduisent périodiquement à intervalles plus ou moins réguliers ; il paraît évident qu’à la Martinique il existe des problèmes, mais pas des solutions, seulement des palliatifs ; la poussée démographique et la dégradation progressive du potentiel économique finiront par engendrer une situation difficile, susceptible d’amener à plus ou moins longue échéance un changement de statut des DOM ».

  • 28  Côte, 1994 01 80, article 152

13La crainte est telle que le 25 février 1969, le secrétaire d’Etat au DOM, accepte de couvrir par une subvention, 90% du déficit des usines. Cet appui financier permanent de Paris conditionne largement l’attitude de l’opinion publique. En avril 1969, les RG remarquent que la défaite du Général de Gaulle au référendum a surpris les Martiniquais, qui votent massivement oui (87%). L’opinion a peur d’un desserrement des liens avec la France : le rapport du Préfet sur l’élection présidentielle de 1969 confirme que la population est « inquiète quant au maintien de la générosité du gouvernement ». Il demande lui aussi « que le gouvernement lui donne à ce sujet – dès que possible – une réponse claire ». En septembre 1969, la promesse par le ministre de l’Outre-mer d’une « nouvelle aide au DOM » évite les agitations promises par les syndicats. Malgré les durs incidents de l’année 1971 au moment de la visite de Pierre Messmer, la résignation caractérise les masses28. Pour les RG, les manifestations sont « des réactions d’enfants gâtés qui tapent du pied, font une colère pour obtenir ce qu’ils désirent et en général l’obtiennent, que dire sinon que la contestation semble plus payante que la concertation et que cette situation risque de durer et de profiter en définitive à l’opposition par le malaise permanent qu’elle crée, ce qui malheureusement n’est pas l’apanage de la seule Martinique ». Enfin, en février 1974, une nouvelle manifestation sur les plantations (bananes) au Lorrain cause deux morts. Mais, ces conflits, à l’issue tragique, ne remettent jamais en cause la politique gouvernementale.
En ces années 1970, se développent de vraies pratiques politiques qui s’immiscent au rang de vrais réflexes, voire même de véritables cultures politiques. Les années 1960-70 sont celles de la mise en œuvre d’une politique qui donne la priorité à l’augmentation croissante de l’aide économique et sociale par le biais des transferts financiers. Le constat d’une « fausse croissance », dressé en 1965 par Jean-Marc Albertini 1965) est criant : la Martinique consomme mais ne produit plus. Le pouvoir, après avoir canalisé par une répression mesurée les mouvements les plus durs, se contente de gérer au coup par coup les risques de dégradation sociale (grèves), qui sont les seuls susceptibles de créer de l’agitation politique. Comme l’a observé très tôt Jean-Marc Albertini, Paris répond directement aux mécontentements sociaux : « la politique gouvernementale s’oriente résolument vers une politique purement sociale, sans objectif économique ; il s’agit de calmer le mécontentement des Martiniquais de couleur par un geste spectaculaire ». Le pouvoir provoque une hausse modérée et régulière du niveau de vie par l’aide sociale, les emplois publics, et les migrations vers la métropole.
Dans ce processus, le pouvoir devait trouver des interlocuteurs pour s’assurer de la paix sociale. Il s’appuie sur la classe politique locale, très conformiste. Les élus se glissent dans leur rôle de notables et soutiennent la mère-patrie. En même temps, Paris s’appuie sur les bourgeoisies pour éviter les troubles. Le sucre, principale activité, joue un rôle déterminant. Le pouvoir subventionne les planteurs pour contrôler la classe ouvrière et maintenir un potentiel d’investissement dans l’île, même s’il perd de l’argent. Les bourgeoisies, en captant des subventions, cherchent déjà à diversifier leurs activités vers le tertiaire (commerce), répondant à la demande sociale (notamment des fonctionnaires qui disposent d’un fort pouvoir d’achat). En juillet 1973, le commissaire principal des RG dans son rapport mensuel résume de façon tranchée le problème martiniquais : « une fois encore, il n’est pas possible de conclure sans insister sur la réalité des problèmes économiques, leur complexité, leur développement et l’on pourrait réaffirmer que des solutions qui leur seront apportés dépendra l’avenir politique de ce département, beaucoup plus que de l’action de quelques énergumènes ou de groupuscules tout à fait incapables de compromettre la présence française dans cette partie de l’Amérique par leurs seules idéologies. La vérité et l’équité exigent en revanche de préciser que cette présence ne doit pas grand chose à l’activité des formations politiques locales favorables à la majorité gouvernementale mais repose entièrement sur l’action de l’administration à laquelle on demande tout et dont on attend tout »

Conclusion

14Ces formes de contestation sont-elles devenues un mode d’expression politique pour les ultras-marins. Peu participatifs lors des scrutins électoraux –les taux d’abstention ne cessent de croître- les insulaires choisissent-ils les mouvements sociaux comme mode d’expression privilégié pour s’exprimer ? Un demi-siècle après les événements présentés ci-dessus, telle est toujours l’impression qui ressort du malaise de l’année 2009. Si les violences sociales en Guadeloupe et en Martinique ont pu faire plier le gouvernement en place, les électeurs ont soigneusement refusé toute évolution politique majeure un an plus tard, signe que son intérêt pour les mécanismes institutionnels est peu manifeste. Dès lors, les mouvements sociaux peuvent-ils être considérés comme des modes d’expression politique privilégiés des sociétés ultras-marines dans leur lien avec les autorités politiques métropolitaines, modes d’expression qui excluent donc le passage par les pouvoirs politiques constitués dans l’espace insulaire ?
Depuis le milieu des années 1950, la pression sociale provoque incontestablement les grandes orientations de la politique pour l’outre-mer en France. Les mouvements urbains des années 1960, en Martinique comme en Guadeloupe, incitent les préfets, et par delà, les gouvernements à trouver des solutions immédiates, d’urgence, pour la jeunesse antillaise : migrations, fonctionnarisation, développement d’une jeunesse scolarisée, redéfinition des conditions internes de l’ordre public… sont des solutions venues du haut, imposées par Paris. Les grèves, et mouvements de mécontentements, tant dans le secteur agricole depuis les années 1960 (sucre, puis banane), que dans le secteur des services depuis une vingtaine d’années, trouvent des réponses dans les couloirs des ministères, par l’octroi d’aides financières aux producteurs, par le développent d’aides sociales nouvelles et sans cesse élargies. Les pouvoirs intermédiaires (collectivités locales) ne sont que des points d’appui pour quelques mesures ponctuelles qui permettent d’assoupir la marmite sociale.

15De cette logique où Paris cède systématiquement aux revendications des mouvements sociaux (quand il ne les anticipe pas de façon préventive), un compromis social émerge, révélateur de spécificités propres à ces territoires. En effet, chacun trouve son compte dans l’expression de ces mouvements. Les éléments revendicatifs obtiennent en général gain de cause, dans des proportions variables, mais globalement satisfaisantes à leurs yeux, en témoigne le bilan de la négociation en 2009. Le patronat en tire en général des bénéfices à court ou moyen termes. Pour supporter les nouvelles conditions sociales octroyées par Paris et qu’il finit par accepter, il obtient le plus souvent des mesures d’accompagnement sous la forme d’aides publiques, qui passent par le biais de subventions directes (aide à la production, exemptions de charges patronales) ou indirectes (exemptions fiscales). En outre, les hausses régulières du pouvoir d’achat favorisent la croissance des secteurs les plus dynamiques dans la grande distribution, la banque, les organismes de crédit à la consommation etc. Dans la mesure où il ne supporte que de façon éloignée les gains sociaux, il en tire dans un après coup systématiquement des bénéfices. Dès lors, le compromis social se dégage, même si les usages de la négociation font toujours apparaître des lignes de clivage aux yeux des médias et de l’opinion. La classe politique locale est quant à elle exclue des enjeux, mise sur le côté, tant par Paris, que par les acteurs du mouvement social.
Les sociétés ont depuis un demi-siècle parfaitement assimilé ce mode de relation centre / périphérie. Elles ont bien conscience que les grandes évolutions sociales ont été octroyées par la métropole, qui cède chaque fois qu’un pic social se dégage. En aucune manière, les sociétés civiles ne veulent assister à une décentralisation des responsabilités vers les périphéries, vers la classe politique locale, qui si elle devenait responsable, ne pourrait assumer le volet social.

Haut de page

Bibliographie

Albertini J-M. (1965). « La Fausse croissance : la Martinique », Economie et humanisme, vol. 24, n° 63.

Blanc M-C. (2003). Les indépendances africaines et l’opinion martiniquaise au début des années 1960, TER d’histoire, Université des Antilles.

Burton E-R. (1994). La famille coloniale ; la Martinique et la mère-patrie (1789-1992), L’Harmattan.

Desse M., Jalabert L. (2008). « Les Départements Français d’Amérique : assimilation, dépendance, et crise identitaire  de 1945 à nos jours », Géographie et culture, 165-183.

Jalabert L. (2003). « Le malaise antillais, 1960 à nos jours », Cahier d’histoire immédiate, n°23, p.1-36.

Jalabert L. (2006). « La politique économique et sociale de la France dans les DOM depuis 1945, ou l’histoire d’un mal développement. L’exemple martiniquais »,  in T. Michalon (éd.), Entre assimilation et émancipation, l’outre-mer français dans l’impasse ?, Les Perséides, Rennes, p.367-390.

Jalabert L., (éd) (2008). La Colonisation sans nom, la France et la Martinique des années 1960 à nos jours. Les Indes Savantes.

Kovats-Beaudoux E. (2002). Les blancs créoles de la Martinique, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1  Cf. Alain Tirefort et Laurent Jalabert, « Grogne sociale ou crise majeure : Martinique 2009 », article sous presse à paraître en 2011 dans un ouvrage dirigé par Yvan Combault.

2  Une partie de ce texte est repris à notre ouvrage, La colonisation sans nom, la France et la Martinique de 1960 à nos jours, Paris, Les Indes Savantes, 2006.

3  Dès son rapport du 28 décembre, il évoque les facteurs conjoncturels qui déclenchent l’événement : l’attitude des CRS qui depuis plusieurs années est jugée « inqualifiable », notamment face aux jeunes antillaises ; les propos « méprisants » de « l’Amicale des Anciens Français d’Afrique du Nord » qui met le feu aux poudres ; et l’appel aux travailleurs étrangers par les planteurs.

4  Un Rapport des RG du 30 décembre sur l’Association des fonctionnaires d’Afrique du Nord mise en cause signale que la prise à partie est démesurée par rapport à la réalité des 114 adhérents, et que l’impact serait psychologique.

5  Car un rappel autoritaire pourrait provoquer des émeutes graves (« faire adresser par le MEN un télégramme à l’intéressé sous le prétexte d’une mission quelconque en France. Une fois à Paris, il sera facile de faire comprendre à Plénel que son retour à la Martinique n’est plus possible et de procéder à sa mutation définitive »).

6  Suite à son rappel, Alain Plénel laissera plusieurs articles critiques sur la politique française dans les Départements d’Outre-mer, dans Les Temps Modernes, juin 1963 et septembre 1965.

7  Sur le maintien de l’ordre, cf. la thèse de Marie-Céline Whannou, La politique de maintien de l’ordre dans les DOM de 1959 à 1974, Université de Montpellier III, 2009.

8  Ce dont profite la presse, notamment nationale, pour dénoncer l’incurie du système.

9  À la lecture des télégrammes, et rapports divers, on comprend que les hauts fonctionnaires perçoivent l’émeute comme une nouvelle pulsion sociale qui risque de s’éteindre rapidement. La crainte est rétrospective. Elle provient du caractère urbain de l’incident, qui n’est plus lié à aucune revendication sociale du travail comme par le passé ; mais d’un incident contre des éléments « métropolitains ».

10  Op. cit.

11  Nous ne revenons pas sur ces points, très lisibles dans la presse locale de l’époque, mais aussi dans les archives publiques, côte CAC 19940180, divers articles, notamment 150 à 152, 198 et 199 et 209-210, plus centrées sur les partis politiques.

12  Sur l’attitude des bourgeoisies, notamment les « békés », voir l’ouvrage de Edith Kovats-Beaudoux (2002).

13  CAC, côte 19940180, article 9.

14  Cf. Marie-Céline Blanc, 2003. Il en est de même face aux indépendances des îles de la Caraïbe anglophone.

15  Les rapports de police révèlent que les Cubains envoient quelques représentants aux Antilles, mais souvent de seconde zone, le pouvoir ne s’en inquiète guère car ils ne viennent que lors de réunions du PCM. La France observe par contre Cuba depuis les Antilles, CAC 19940180, article 150.

16  Décrets du 26 avril 1960 ; décrets N°60-406 et 60-407. 

17  L’ensemble des informations sont repris aux archives du CAC, 1994 01 80, articles 203, 206, et 287.

18  Daté du 10 mai, publié le 9 à Paris.

19  Le préfet demande au gouvernement de créer une antenne de la DST à cause de Castro, ce qui sera fait.

20  Il ne sera jamais signé.

21  CAC 19940180, article 203.

22  On peut ici citer l’affaire de l’Organisation Nationale de la Jeunesse Martiniquaise en 1963.

23  CAC, 19940180, article 198.

24  Cf. Marlène Hospice, Pas de pitié pour Marny, Désormeaux, 1965 et Richard Burton, op. cit.

25  Rapport RG, juin 1973, CAC, 19940180, article 198

26  Sur cette visite, cf. le récit romancé de Raphaël Confiant dans son roman Eau de café.

27  JO des débats parlementaires, 28 janvier 1963.

28  Côte, 1994 01 80, article 152

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Jalabert, « Les mouvements sociaux en Martinique dans les années 1960 et la réaction des pouvoirs publics », Études caribéennes [En ligne], 17 | Décembre 2010, mis en ligne le 10 janvier 2012, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/4881  ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.4881

Haut de page

Auteur

Laurent Jalabert

Maître de conférences en histoire contemporaine – HDR ; Université de Nantes ; m.c.l.jalabert@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page