Navigation – Plan du site
Dossier 2 : France d'outre-mer

De la mobilisation collective de décembre  2008 en  Guyane francaise  au référendum de janvier 2010, une année de crise

Since the collective mobilization of December 2008 until Referendum of January 2010: One year of Crisis in French Guiana
Anne Catherine Ho Yick Cheong

Résumés

À la suite à d’une envolée des prix du carburant en Guyane, alors même que le cours du baril de pétrole mondial est en chute, les Guyanais s’emploient à mobiliser toute la société. En date du 24 novembre 2008, débute une manifestation contre la hausse du prix du carburant,  et plus globalement contre la vie chère. La Guyane, paralysée pendant plus de dix jours au départ, connaîtra une crise qui durera près d’un an. Elle a su transformer admirablement une contestation isolée en une mobilisation collective non conventionnelle et l’inscrire dans une logique décrite au plan théorique par A. Touraine : elle a transformé une particularité en « Totalité » (revendication globale), donné au mouvement une « Identité » en propulsant à sa tête un puissant acteur de classe et entrepreneur du mouvement, désigné un « Adversaire » de classe, en l’occurrence la puissance publique avec laquelle elle partage les mêmes objectifs (peser sur l’historicité de la collectivité) mais en dispute les moyens. Deux consultations populaires ont marqué par la voie référendaire un attachement de la Guyane à la métropole (1ère consultation du 10 janvier 2010) et la volonté d’une simplification administrative des décisions (2nde consultation du 24 janvier 2010).

Since the collective mobilization of December 2008 until Referendum of January 2010: One year of Crisis in French Guiana

In 2008, fuel prices increased in French Guyana, whilst at the same time world fuel prices fell.  In reaction to this the Guyanese began a protest on November 24th, 2008 against the rise of fuel prices and the high cost of living in general. Paralyzed for more than ten days during the protest, the country suffered a year long a crisis. This small isolated protest was transformed into an unconventional collective movement. The situation in Guyana can be applied to the A. Touraine’s theory of how a movement can give a country and its people an identity, which allows them to fight against the adversary. The public power with whom they share the same objectives but disagree on the means of achieving them. Two popular consultations marked the attachment of French Guyana to Metropolitan France, such as the simplification of the administration sector.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Bien que département français depuis 1946, l’économie de la Guyane demeure fragile et dépendante de l'activité spatiale. Les années couronnées par le lancement de plusieurs fusées Ariane entraînent une dynamisation de l’économie. Quand les tirs sont rares, c’est toute l’économie guyanaise qui souffre. Les exportations de produits agro-industriels ou agricoles diminuent et les exportations des produits industriels n'augmentent guère. Quant aux services, seules les exportations des activités financières ont un progrès notable de 12% annuel. Or, si les exportations non-spatiales guyanaises ne progressent pas, c'est parce que la production dans les autres domaines est faible. En effet, les secteurs économiques traditionnels ne sont pas très productifs. Le secteur primaire ne représente en 2006 que 3,7 % du PIB : la récolte de riz diminue depuis plusieurs années, la pêche n’est pas encore suffisamment modernisée pour être compétitive, tandis que la filière du bois reste inexploitée. En plus, les activités aurifères ont souffert un repli à cause de l'orpaillage clandestin. Les gros pourvoyeurs d'emploi sont l'État, les services aux particuliers et le commerce. Ainsi, même si le secteur tertiaire est bien développé, il y a un manque de compétitivité externe qui empêche les échanges commerciaux. De là, le système économique est plutôt dirigé à satisfaire le marché interne.
La Guyane est aussi  le DROM (« Département et Région d'outre-mer ») où l’intervention publique est la plus forte. Les transferts financiers de l’État vers la Guyane ont représenté 37% du PIB en 2003. Les services publics octroient 44% des emplois en Guyane et paient plus de la moitié des salaires. Néanmoins, l’appui public n’est pas suffisant pour faire face à la grande croissance démographique ni aux effets associés à ce phénomène.

2« Loin de s’engager sur la voie d’un rattrapage économique, la Guyane est confrontée à un décrochage de ses indicateurs : la croissance par habitant est en berne, le niveau de vie recule et les inégalités s’amplifient. » D’ailleurs, la Guyane, comme les autres DROM, rencontre un chômage structurel très haut. Tandis qu’en France métropolitaine le chômage atteignait 8,1% de la population économiquement active, en Guyane, il s'élevait à plus du 20%.
La Guyane est rattachée à la France métropolitaine en tant que département d’Outre-mer (DOM) depuis 1946. En raison de l’équitraitement des départements français, le fonctionnement économique, politique et social guyanais est calqué sur celui de la France métropolitaine. Or, raisonner de cette façon, c’est faire abstraction des spécificités locales dans les domaines cités ce qui génère de façon récurrente dans ce département des vents de récolte alors que la colonisation française n’a pas encore complètement disparu de la mémoire collective. Si certains mécontentements arrivent tant bien que mal à être contenus, le dernier a généré une mobilisation collective sans précédent.
Cette crise fut le point de départ d’une série de contestations qui s’est propagée dans les Antilles françaises.

1. Des causes multiples de la contestation

3Un premier constat amène à voir que la Guyane française s’est embrasée au mois de décembre 2008 en raison d’une envolée des prix tous azimuts à plusieurs niveaux.

1.1. Une envolée des prix

4Depuis 2005, la Guyane fait face à une série d’augmentations du prix du carburant ; ainsi en 2008, alors que le cours mondial du baril de pétrole est à son plus bas niveau, dans les DOM, ce dernier ne cesse d’augmenter. Par rapport à la France métropolitaine, le carburant est de l’ordre de 1,3 fois plus cher en Guyane, rendant les conditions de vie plus difficiles dans ce vaste département.
La situation s’aggrave avec le changement d’approvisionneur local en 2007. A  l’initiative des importateurs automobiles,  une action en justice est menée contre les compagnies de Trinidad et Tobago pour le non respect des normes européennes. Depuis, la Guyane est approvisionnée par la Société Anonyme de la Raffinerie des Antilles (SARA), implantée à la  Martinique. Si la mise aux normes européennes de cette entreprise de raffinage n’est pas à discuter, en revanche le problème du prix du carburant reste entier et empire même (+ 25,9 cents d’euros  pour le super et + 20,5 cents pour le gasoil) auxquels s’ajoute une  hausse de la taxe spéciale de consommation fixée par  le Conseil Régional  qui agit au nom du droit dont il bénéficie. De janvier 2005 à décembre 2008, la hausse des prix des carburants fut de 41,6 %.
La hausse des prix du pétrole induit aussi une augmentation des coûts du fret maritime qui entraîne une forte inflation des produits de première nécessitée. Les prix des fruits et légumes ont augmenté de 5,2% en l’espace d’une année,  ceux du  poisson  de 7,6% et les  produits laitiers de 7,2%. Une analyse plus fine sur une période plus longue, s’étalant de 1998 à 2008, fait ressortir que les prix pour les produits alimentaires ont augmenté de 21,5% [en 2008 : l’indice global des prix alimentaires s’élève à 121.5, base100 : année 1998].  En base mobile (base 100 = même mois de l’année précédente), le résultat est le même : à la hausse !
Enfin, cette envolée récurrente se généralise à la plupart des autres postes de consommation : en effet, l’observation de la structure budgétaire des ménages guyanais fait ressortir que la plupart des postes de consommation sont affectés par la hausse des prix. Les augmentations sont vertigineuses ici alors que la France métropolitaine a maîtrisé l’inflation. Parmi les postes budgétaires figurent en premier lieu : les logements neufs ou en locatif, en raison de la démographie galopante, l’eau et les matières énergétiques (+4,5% pour le gaz et l'électricité). Globalement donc, tous postes budgétaires confondus, il est usuel de voir en Guyane s’afficher les produits courants à des prix dépassant de 40% ceux de la France métropolitaine.

1.2. L’amplification sociale de la contestation

5Cette flambée des prix constitue l’élément déclenchant la contestation sociale : dans un premier temps, on observe un embrasement populaire  dont l’élément déclencheur remonte au 1er novembre 2008 lors de l’annonce d’une nouvelle hausse du carburant. Ce fait intrigant fait l’objet d’une étude diligentée par la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises de Guyane  (CGMPEG) sur l’approvisionnement  du carburant par la SARA ; l’étude  révèle des anomalies sur le coût du raffinage et les frais de stockage qui sont pleinement supportés par le consommateur guyanais. Ces révélations sont suffisantes pour qu’éclate une grève des transporteurs,  notamment scolaires. Les revendications portent sur la mise en place du disque de contrôle et la hausse du carburant. La  population, à la tête de laquelle figurent les nombreux parents d’élèves, fait ressentir très vite son mécontentement et se constitue dès le 24 octobre 2008 en « collectif de consommateurs en colère » (CCC). Ce collectif lance une pétition qui recueille en l’espace de seulement quatre jours pas moins 3000 signatures. Le 27 octobre 2008, le même collectif qui est désormais reconnu comme étant un acteur décisif de la contestation intervient dans les médias (télévision et radios locales) et la presse écrite pour se faire connaître de l’ensemble de la population guyanaise et l’informer sur ses revendications.
Dans un second temps, la contestation s’attache à sensibiliser les centres de décision censés en prendre le relais : le 29 octobre 2008, le collectif des consommateurs se joint à une autre association de consommateurs déjà existante qui organisait de son côté une manifestation devant la Préfecture de Guyane. Le but est de sensibiliser les services déconcentrés de l’Etat dirigés par le Préfet de Région en lui demandant d’intervenir pour enrayer l’augmentation abusive du prix du carburant. Fort de sa notoriété désormais reconnue, en date du 30 octobre, quatre représentants du collectif sont reçus par le Président du Conseil général (M. Alain Tien-Liong) et dès le lendemain par le Président du Conseil régional, pour obtenir le soutien de l’exécutif. Une réunion avec l’association des transporteurs est organisée le 7 novembre et une autre avec les syndicats, les pêcheurs, les agriculteurs, les chauffeurs de taxi, les ambulanciers, les infirmiers. Ce groupe obtint un entretien le 12 novembre avec le Préfet qui leur annonce la mauvaise nouvelle : le prix du carburant ne peut pas être baissé !

6Immédiatement, une grande assemblée est tenue à l’auditorium de la Chambre de Commerce régionale, le 17 novembre, pour informer la population.  Le 21 novembre, suite à une nouvelle réunion entre le collectif, les transporteurs, les organisations socioprofessionnelles, il est décidé de bloquer la ville. De leur côté, les présidents de la Région et du Conseil général et les parlementaires rencontrent le gouvernement les 20 et 21 octobre 2008 pour discuter du problème. La rencontre se solde par un échec.
Une solution provisoire fut cependant localement trouvée : le Préfet demande à ses interlocuteurs contestataires d’accepter que la Région de Guyane baisse temporairement de 8 à 10% la fiscalité sur le carburant à la pompe. Confrontés à des impératifs budgétaires, les conseillers généraux, au cours de sa séance plénière du 30 octobre, refusent à l’unanimité la proposition du Préfet, tout comme l’ont fait les conseillers régionaux soutenus par les parlementaires le 31 octobre et l’association des maires. Bref, la situation restait bloquée.
Enfin, un troisième temps caractérise la contestation : une mobilisation générale et amplifiée qui grippe l’appareil socio économique local le 24 novembre 2008. Le collectif des associations de consommation ainsi que  l’organisation des transporteurs soutenus par diverses organisations socioprofessionnels proposent de paralyser le cœur de l’activité économique en dressant des barrages, avec des poids lourds, sur les points stratégiques des routes littorales ouest guyanais (Cayenne, Matoury Rémire-Montjoli, Kourou, Iracoubo, Sinnamary et la sous-préfecture, Saint Laurent du Maroni) et la route de l’Est (Cacao et Saint-Georges de l’Oyapock). Le mouvement ne s’arrête pas là : des transporteurs bloquent,  aussi  les dépôts de la SARA.
La revendication est claire : une baisse immédiate de 50 centimes des prix du carburant. L’Etat et la société pétrolière sont les principaux acteurs interpelés. Toutefois, cette dernière, quoiqu’étant la principale cause de la contestation, joue désormais un rôle subalterne : il est de tradition française que l’État soit pris principalement à partie, en sorte lorsque les conflits se délitent, les pouvoirs publics soient les seuls à pouvoir s’octroyer un triple rôle : animer, arbitrer, réglementer les conflits d’une ampleur majeure. Ici, l’Etat peut donc être entrevu au sens wébérien du terme : « Communauté humaine, qui, dans les limites d’un territoire donné, revendique avec succès, pour son propre compte, le monopole de la violence physique légitime ».

7L’effet boule de neige prit une seconde ampleur avec le blocage socio-économique global de l’ensemble des communes guyanaises, qu’elles soient situées sur le littoral ou à l’intérieur des terres avec une particularité : à l’Ouest, la ville de Saint Laurent du Maroni, se propose d’être aux côtés de la capitale centrale Cayenne, un fer de lance du blocage économique global. Il a suffit que la population entière adhère à la cause : les prix  de façon générale sont trop élevés,  les ménages en souffrent et veulent des changements drastiques au plan de la gestion économique de la Guyane. Si le message ne devait pas être clairement compris, les habitants des quartiers, des villages, même les plus éloignés sont là pour se faire entendre dans la durée. Les commerces à leur tour, gagnés par la solidarité et les peurs de pillages ferment leurs volets. L’appareil productif, les flux socio-économiques sont désormais totalement bloqués par une population déterminée à changer le destin de ce DOM.
Enfin, l’effet boule de neige, sous l’ampleur de la contestation gagne désormais le champ politique qui est contraint de s’activer : localement les maires voient leurs communes bloquées. En tant que magistrats locaux et élus, ils se doivent d’être solidaires des citoyens et s’activent à leur côté. A l’échelon plus global, les présidents du Département et de la Région, soucieux de leur image politique, dynamisent à leur tour les rouages politiques. Finalement, c’est la sphère centrale parisienne, qui, en dépit de la valse des Ministres des DOM (ce qui ne facilite pas la situation), est interpellée et qui prend enfin à bras le corps le problème sur la base d’un rapport remis au Président de la République. Les bases sont désormais jetées pour modifier le destin de la Guyane.

2. Les impacts de la grève

8Après avoir analysé les causes de la mobilisation collective, il est à présent temps d’en mesurer les conséquences. Le moins qu’on puisse affirmer est qu’elles ont été immédiates pour certaines, à la hauteur des enjeux, et pour d’autres irréversibles. 

2.1. Le durcissement du mouvement

9 Ce durcissement s’installe dans la durée: ainsi qu’il a été constaté, la rencontre du 25 novembre 2008, entre les associations et les socio professionnels d’une part et le Préfet de région d’autre part, est infructueuse : la baisse des prix proposée par le Préfet fut annulée faute de consensus. Il s’est amorcé dès cet instant un durcissement du  mouvement « inversement proportionnel » à  l’absence de réponse. La détermination de la revendication va dans le sens d’une baisse significative et ferme des prix de carburant ainsi qu’une clarification à long terme de la procédure de fixation des prix.
Dès lors des manifestations s’organisent: la population de Cayenne vêtue de blanc parcourt toute la ville en chantant les traditionnels slogans des manifestations : des "tous unis pour un même combat" sont audibles et visibles sur les pancartes. Toutes les institutions administratives et les commerces se ferment les uns après les autres: l’aéroport de Rochambeau devient désert, la base spatiale de Kourou reporte le décollage de la fusée Ariane et fige la construction d’une nouvelle base de lancement commandée par des clients russes intéressés par la technologie du consortium européen ; ces derniers redoutent une perte sèche pour leur projet et un retard significatif. Enfin, toutes les écoles ferment à tour de rôle ; ce qui est mauvais signe en ce sens que la force des contestations a toujours pris, historiquement, des tournures de révolution lorsqu’elle émane de la tranche des juniors composant le corps social : mai 1968 reste toujours encore ancrée dans les mémoires lorsque les situations s’aggravent.
Bref, c’est désormais « ville morte » et paralysie de la vie économique. Les conséquences sont immédiates : pénuries alimentaires, administrations paralysées, retards de paiement, fermetures, voire faillite des entreprises, lassitude et division de la population. Les esprits s’échauffent, les rues de Cayenne sont le théâtre de troubles et vandalisme, des biens publics sont détruits ; le mouvement est récupéré par des groupuscules incontrôlés.
En dépit d’une volonté d’en finir émanant d’une partie infime de la population et d’une ultime proposition de médiation venant de M. Léon Bertrand, Maire  de Saint Laurent du Maroni et ancien Ministre du tourisme du Président Chirac, le mouvement contestataire s’enracine dans la durée.
A la tête de ce mouvement endurci s’installe un acteur de classe (au sens d’A. Touraine) : la mobilisation fait émerger un leader: il s’agit d’un chef d’entreprise, Madame Joelle Prévôt Madère, présidente de la CGPME (Confédération des Grandes, Petites Moyennes Entreprises). Cette dernière, après avoir demandé une étude sur la formation des prix du carburant en Guyane, informe le peuple des dysfonctionnements mis en lumière. Par le statut de cette personne, qui représente une puissance syndicale patronale, le conflit est à même de se politiser. Les conditions sont ici réunies pour qu’un acteur de classe, au sens de Touraine, prenne les commandes d’une contestation ou d’une mobilisation collective pour s’opposer à un autre acteur de classe – en l’occurrence l’Etat – en vue de peser sur l’historicité d’une collectivité humaine. Il s’agit là d’un tournant décisif de la contestation qui va peser, comme il sera vu ultérieurement sur une proposition du statut politique de la Guyane.

2.2. Le soutien des autres DROM

10Le mouvement bénéficie de façon attendue d’un soutien solidaire des autres DROM : il est besoin de rappeler ici que les Antilles sont historiquement dans des positions similaires à celle de la Guyane, notamment au regard de la colonisation. C’est suffisant pour qu’un vent de solidarité général se manifeste. Il est utile de préciser également que la Guyane est administrée financièrement par la Martinique – la Guyane ne dispose pas en effet  de TPG et les traitements des fonctionnaires sont honorés par le TPG de la Martinique- ce qui attise un vent d’autonomie chez les Guyanais qui voient dans cette dépendance une nouvelle forme de colonisation émanant cette fois-ci des Antilles. Il n’en demeure pas moins que l’élan de solidarité se manifeste.

11Pour preuve, le 30 novembre, la Guyane accueille le Président de la région de Guadeloupe, M. Victor Lurel accompagné du  Vice Président  du conseil général, M. Félix Desplan. Ces deux hommes viennent témoigner leur soutien au département guyanais. Lors d’une interview dans le journal France Guyane, M. Desplan déclare : « Nous sommes logés à la même enseigne »! En filigrane, cela signifie que les deux DROM veulent agir de concert auprès du gouvernement. Il ne leur a pas échappé de rappeler que si le Rectorat de l’académie de la Guyane a su se détacher de la tutelle martiniquaise, ce fut grâce aux luttes engagées par le peuple guyanais une décennie plus tôt. À la Martinique, le Mouvement Indépendantiste Martiniquais (MIM), qui attend en embuscade son heure pour co-piloter et politiser le mouvement de contestation, apporte de son côté « tout son soutien et sa solidarité au peuple guyanais engagé dans la lutte pour la décence de son pouvoir d’achat gravement affaibli par les prix excessifs des carburants ». En France métropolitaine, ce sont tous les résidents originaires des DROM qui adhèrent à la cause.

2.3. La réaction de l’Etat

12Au niveau national, le pouvoir politique s’embrase. Apres deux jours de conflit, le Préfet, qui est le représentant de l’autorité central dans un Etat déconcentré, rencontre au nom de l’Etat, une délégation composée des Présidents des collectivités majeures et de deux parlementaires, Chantale Berthelot et Jean- Etienne Antoinette. Ainsi se dessine ici une architecture de la négociation : l’Etat anime et arbitre, les élus locaux sont les représentants du peuple dans cette démocratie représentative et les parlementaires, ils sont les médiateurs qui peuvent en même temps légiférer. On se trouve dans l’antichambre d’une éventuelle modification du statut des DOM.
Pour autant, il fallait également régler les problèmes de base : une nouvelle proposition fut faite consistant en une baisse de dix centimes du prix des carburants, complétée par un effort financier de la Région Guyane. C’est à travers ce contexte, désormais politiquement préparé, que cette annonce somme toute purement technique fait immédiatement irruption et débat au sein de l’Assemblée. On pense immédiatement à la saisine du Conseil d’Etat, seul apte à  statuer après un décret voté sur la légitimité d’une réglementation des prix. Devant la lourdeur de cette procédure dont on peut penser qu’elle aurait solutionné le problème technique mais pas celui de la réflexion sur le statut des départements d’Outre-mer, c’est au tour d’un nouvel acteur de poids d’entrer en scène, en la personne de M. Yves Jego, alors Secrétaire d 'État à l’Outre-Mer.

13M. Jego tente de désamorcer la crise et invite à Paris les divers acteurs. Après une discussion houleuse, le  Secrétaire d’Etat,  fort de son poids politique, obtient une baisse de trente centimes de la SARA, assortie d’un éventuel allégement des taxes régionales sur les carburants. Sa proposition est rejetée par  la Région Guyane qui souligne que «  baisser de 10% sa taxe de carburant reviendrait à augmenter son déficit, alors que pour les pétroliers, cela ne se traduirait que par la baisse de leur bénéfice ». D’ailleurs cette situation est considérée comme insuffisante aux yeux de la population.
Après de nombreuses tractations, une solution  est finalement trouvée : le Conseil général et Régional Guyane prennent à leur charge, au détriment de leurs budgets respectifs, durant un mois, la baisse de vingt centimes du litre de carburant à la pompe, dans l’attente d’un accord préférentiel avec la SARA. Le gouvernement, de son côté, alloue cinq millions d’euros aux collectivités guyanaises pour compenser leur perte budgétaire. Les efforts consentis se cumulent avec trente centimes  de réduction offerts par les pétroliers. S’agissant d’une politique court-termiste, on n’a pas solutionné le problème dans la durée : depuis le mois de mars 2008, l’enveloppe attribuée aux collectivités a été épuisée et c’est désormais le gouvernement qui, dans une optique de calmer le jeu temporairement a pris la relève. Il essuie tous les mois  une ardoise évaluée entre 14 et 19 millions d’euros pour l'ensemble des départements d'Outre-mer ; inutile de préciser que dans ces conditions, il souhaite voir évoluer le statut de ces territoires.
Cette attitude de prise en charge gouvernementale s’est soldée le vendredi 4 décembre 2008 par un protocole d’accord global qui marque la sortie de cette crise « technique ». Marie-Luce Penchard, Secrétaire d’Etat à l’Outre-Mer qui succèdera à M. Jego, demanda une dérogation à la réglementation européenne pour que la Guyane puisse s’approvisionner en hydrocarbures dans son voisinage géographique. 

2.4. Les acquis

14Dix mois après la crise sociale, le Président de la  République annonça 137 mesures pour redynamiser le développement local de l’Outre- Mer.  Dans un premier temps, une aide est accordée aux ménages modestes, pour souscrire aux abonnements téléphoniques, puis, 40 millions d’euros sont débloqués dès 2010. Les objectifs économiques affichés sont de développer les productions agricoles, le secteur de la pèche, ainsi qu’une autonomie sur le plan énergétique d’ici vingt ans. Autre point, la Guyane fera office de base avancée pour la préparation de la coupe du monde de 2014 au Brésil et des Jeux Olympiques de Rio de Janeiro.
Enfin, l’Etat prévoit une large consultation sur l’évolution statutaire. Il s’agit de faire évoluer le statut propre des collectivités d’Outre Mer tout en modifiant leurs rapports à la métropole comme le souligne le Président de la République lors de l’ouverture du débat « Vous le voyez, je n’ai qu’une parole. J’ai toujours dit que j’étais ouvert à la question de l’évolution institutionnelle, pour autant qu’elle soit au service d’un projet. Aujourd’hui, je transforme ces paroles en acte car j’estime que le contexte politique et social l’exige. Après la crise de confiance qui a traversé une partie de l’outre-mer, le statu quo n’est, à mon sens, pas souhaitable. L’évolution statutaire des territoires qui le souhaitent n’est, bien entendu, qu’une facette de la refondation des relations entre la métropole et l’outre-mer. Il s’agit néanmoins d’un point fondamental [...] »
(source : http://www.etatsgenerauxdeloutremer.fr/​entretien-de-m-le-president-de-la-republique-aux-quotidiens-france-antilles-et-france-guyane)
Ainsi donc, la Guyane doit se prononcer en faveur d’un changement statutaire le 10 janvier 2010. Les électeurs seront consultés sur l’institution d’une collectivité régie par l’article 74 de la Constitution. Les collectivités organisées voient selon cet article, leurs compétences étendues, l‘État conservant l‘exercice de ses pouvoirs régaliens. Elles peuvent désormais adapter des lois définies par leur domaine de compétence à la réalité locale. L’Assemblée locale serait en outre consultée pour tout projet ou proposition de loi  relative à la collectivité et pour tout engagement international la concernant dans la limite de ses compétences. Une seconde consultation est prévue le 24 janvier en cas de victoire du « non ».

3. Des états généraux au référendum de janvier 2010

15Il reste le volet politique, notamment celui du statut des DOM qui lui, en revanche, fait son chemin : le gouvernement veut désormais changer la nature des relations entre la métropole et l’Outre-mer. En effet, le Président de la république déclarera le 19 février 2009 « Chaque territoire doit se réapproprier son destin (...) Les états généraux de l'outre-mer ont pour ambition de changer la nature des relations la métropole et les outre-mer », puis d’insister  « les élus de Martinique et de la Guyane ont demandé à exercer davantage de responsabilités en organisant leur collectivité selon le régime prévu par l’article 74 de la Constitution. Je leur ai annoncé que je procéderai à une consultation directe des Martiniquais et des Guyanais sur ce sujet.[…] Après avoir longuement échangé avec eux, j’ai décidé de convoquer les électeurs de la Martinique et de la Guyane le 17 janvier prochain et, le cas échéant, le 24 janvier » (source : http://www.etatsgenerauxdeloutremer.fr/​entretien-de-m-le-president-de-la-republique-aux-quotidiens-france-antilles-et-france-guyane).

3.1. Les Etats Généraux : un préalable au référendum

16Officiellement lancés en avril 2009,  les États Généraux de l’Outre-Mer, placés sous la coordination nationale du Préfet et délégué général à l'Outre-mer, se composent d’ateliers visant à écouter les avis des citoyens à travers plusieurs thématiques fondamentales pour l’avenir du pays telles la gouvernance, la rénovation du dialogue social et la formation professionnelle, l’égalité des chance et  la promotion de la diversité et l’insertion des jeunes, les grand projets structurants et les conditions du développement durable, etc.
Divers points sont abordés comme celui des problèmes de société, des relations entre les DOM et la France métropolitaine, de l’identité guyanaise, et du développement de la Guyane. Implantés dans toutes les communes, ces Etats Généraux invitent la population à prendre la parole, à dialoguer avec des élus sur les besoins de la Guyane autour d’une table ronde. Cette phase de consultation identifie les problèmes auxquels les Guyanais font face. Plusieurs modes de participation sont mis à disposition : l’Internet, la messagerie vocale, des réunions publiques.

3.2. Le référendum en question

17Cette consultation populaire est un préliminaire au changement statutaire. À la suite d’une réunion avec les Présidents des Conseils général et régional de la Martinique et de la Guyane, le Président Nicolas Sarkozy annonce qu’un référendum organisé en janvier 2010 permettrad’entendre la volonté du peuple. La question est très simple:“Approuvez-vous la transformation de la Martinique et de la Guyane en une collectivité d’outremer régie par l’article 74 de la Constitution, dotée d’une organisation particulière tenant compte de ses intérêts propres au sein de la République ? ».
Autrement dit, il est question de l’exercice de responsabilités accrues à l’échelon local. Ce référendum se fait en deux étapes : une première consultation détermine si les ultra-marins souhaitent une évolution statutaire : dans cette hypothèse, la Guyane, régie par l’article 74  de la constitution, posséderait alors une collectivité unique ainsi que de nouvelles compétences ne pouvant être exercées dans le cadre dévolu par l’article 73 (l’exemple du foncier qui ne serait plus  propriété de l’Etat). Une deuxième consultation doit avoir lieu juste après si le « non » l’emportait. Dans cette hypothèse, la population serait appelée le 24 janvier 2010 à voter en vue d’une éventuelle fusion des Conseils Régional et Général, tout en relevant l’article 73.
Cette seconde consultationdoit être considérée comme une nouvelle chance offerte aux Guyanais pour leur éviter le statu quo, en vue d’une harmonisation des prises de décisions dans le domaine du transfert des compétences relevant de la décentralisation. Le référendum du 24 janvier s’inscrit alors dans le cadre de la réforme Balladur qui vise à diminuer les niveaux de compétences publiques dans le cadre de la décentralisation.

3.3. Les résultats des référendums de janvier 2010

3.3.1 Le  référendum  du 10 janvier 2010

18Ce premier référendum se traduit par un refus catégorique du changement statutaire, le « non » l’emportant sur le « oui » à 70 %.  Le taux d’abstention est de 55%. Du point de vue de la géographie des résultats, que se soit à  Cayenne, où seuls 5,5% habitants sont partisans d’un « oui » ou à Kourou où 20% des votants  sont en faveur de l’article 74, le « non » domine très largement.  En  regardant  les résultats de plus près, on se rend compte que dans les communes développant un mode de société traditionnelle – par exemple à Camopi, où les amérindiens sont les plus nombreux- que l’écart est le plus flagrant : seuls 5% des résidents  sont pour le « oui ». Ce schéma se reproduit également à Maripasoula où les noirs marrons sont majoritaires.
Ces résultats quelque peu curieux semblent montrer que la tradition reste compatible avec la modernité et que les autochtones reconnaissent à la démocratie sa capacité à inclure toutes les diversités culturelles. Tout en ont voulant un changement significatif dans la gestion de la vie publique, les Guyanais montrent une certaine défiance envers les élus locaux incapables, selon eux, de s’occuper avec clairvoyance de l’historicité de la collectivité : trop de projets sont restés flous, trop de promesses non tenues, trop d’affaires ont mené certains hommes politiques devant les tribunaux (comme Maire de Saint Laurent du Maroni, etc..).
Les arguments du « non » durant la campagne ont été convaincants : la Guyane compte près de 88 000 foyers fiscaux dont à peine la moitié est imposable ce qui soulève un sérieux doute quant à la capacité des collectivités à collecter suffisamment d’impôts pour financer les projets d’avenir auxquels aspire la Guyane.
Beaucoup de Guyanais redoutent une perte des acquis sociaux (comme le revenu de solidarité active) et des acquis statutaires (la peur de perdre le statut européen qui signifierait la fin des subventions).
Le vote massif en faveur du « non » s’explique aussi par la confusion dans les esprits entre les notions d’autonomie et d’indépendance -laquelle fait visiblement peur- ainsi qu’une confusion dans l’interprétation des articles 73 et 74 de la Constitution. Le manque de pédagogie politique a sans doute fait défaut chez les  partisans du « oui » en dépit de leur notoriété politique par ailleurs (avec l’implication de personnalité de premier ordre comme Mme Taubira). Le taux d’abstention, tout en étant à son tour lié au manque de socialisation politique, peut être expliqué par des arguments plus traditionnels : les citoyens sont plus largement attirés par des élections centrales comme l’élection présidentielle ou les élections municipales tandis que les autres types d’élection sont davantage considérés comme périphériques, donc d’intérêt secondaire. À cela s’ajoute le fait que la France, qui reste avant tout une démocratie représentative, ne recourt que très rarement aux référendums directs, ce qui a probablement désorienté quelque peu les Guyanais d’autant plus que le référendum a été organisé dans la précipitation. Dans le même registre, l’abstention est également liée à une certaine autonomisation de la sphère politique qui dispose de ses propres langages et codes que seuls ceux qui ont un capital culturel confortable sont à même de comprendre ; bref, le champ politique est autonome et se professionnalise.
Parmi les votants avertis, il a probablement aussi été considéré que le rattachement de la Guyane à la France métropolitaine n’empêcherait pas à terme cette dernière d’accorder à la première des dérogations exceptionnelles (inexistantes pour le moment) qui lui permettront de sortir du carcan administratif européen et de commercer plus librement avec les autres pays souverains de la zone. Enfin, les Guyanais, citoyens reconnaissants, considèrent qu’en dépit des problèmes socio culturels locaux, la République n’a jamais oublié ses DOM-TOM. Il n’y avait pas de raison objective à ce que les Guyanais oublient à leur tour la République. Cette reconnaissance a balayée en même temps les anciens arguments primaires anti-français véhiculés par des groupuscules politiques indépendantistes en mal de lutte contre le colonialisme.

3.3.2. Les résultats  du second référendum du 24 janvier 2010

19Le non du premier referendum engage la population à se prononcer,  une seconde fois. A la question :"Approuvez-vous la création en Guyane d'une collectivité unique exerçant les compétences dévolues au département et à la région tout en demeurant régie par l'article 73 de la Constitution ?", les Guyanais répondent favorablement  à 57,48% avec un taux de participation assez faible (de 27,42%).L’abstention élevée n’est pas étonnante au regard du point déjà sus évoqué : ce n’est pas une élection centrale et les Guyanais ne sont pas habitués tout comme les citoyens français à la consultation directe. A cela s’ajoutent pèle mêle : le manque d’information, les mélanges du « non » (1ère campagne) et du « oui » (2ème campagne), l’absence de consignes de vote, de campagne, l’implication précoce des partis politiques dans la campagne des élections régionales, la complexité d’un dossier corroborée à un déficit de socialisation politique des citoyens, sans oublier l’actualité accaparée par le tremblement de terre survenu en Haïti -la Guyane française étant un refuge de plusieurs milliers de ressortissants de ce pays était fortement choquée.
Finalement la Guyane  a choisi de se tourner vers une collectivité unique, c'est-à-dire que la fusion des Conseils régional et général dans une collectivité unique, traduisant la volonté de simplification administrative de la décentralisation. Au niveau local ce changement doit permettre de gérer plus efficacement les dossiers mais il reste à présent à définir le contenu de la collectivité ainsi que les modes de scrutin.

Conclusion

20La Guyane a connu un vent de contestation dont les causes sont à rechercher dans des événements conjoncturels – une crise internationale aux répercussions nationales et locales- majeurs mais surtout structurels : l’économie guyanaise est trop exigüe et dépendante. Administrativement, elle est victime de dysfonctionnements, économiquement elle subit le syndrome hollandais qui l’enferme dans une spirale de hausse des prix et, sur le plan démographique, la natalité galopante n’est pas maîtrisée dans un contexte de tensions culturelles.
Grace à un effet de « boule de neige »  et de contagion mené astucieusement par un acteur de classe local, la mobilisation qui fut au départ amorcée en raison d’une distorsion « technique » des prix a débouché sur un mouvement de plus grande ampleur qui a modifié la donne politique. Techniquement une sortie de crise immédiate fut trouvée tandis qu’à plus long terme se dessine de façon irréversible esquisse de changement statutaire.

21Si l’indépendance reste évidemment la visée de quelques groupuscules politiques locaux, la question du statut de la Guyane tout comme celui des DOM sera fort heureusement tranchée démocratiquement par la population.
Probablement faut-il « laisser du temps au temps » pour paraphraser M. Mitterrand. Les analyses des résultats du premier référendum conduisent certes sans ambiguïté à une plus grande clarification de la situation : les Guyanais veulent rester ancrés à la France, tandis que la seconde consultation révèle leur attachement à une simplification des prises de décisions locales. La Guyane attend maintenant que le nouveau tandem Guyane-République s’occupe enfin des spécificités de cette région et des problèmes de ses citoyens.
Quoiqu’il en soit, après une période de crise, la Guyane peut très bien profiter de cette mobilisation collective et montrer qu’une telle mobilisation est utile pour peser sur l’historicité d’une collectivité et reste une puissante expression de la démocratie, sous réserve qu’elle se montre de taille à se faire respecter par une puissance publique qui dispose d’un arsenal juridique et policier impressionnants. Une pleine réussite de ses nouvelles missions lui imposera d’éviter l’enlisement politique et économique comme la Polynésie française (avec les « affaires » Gaston Flosse). F. Mitterrand a déclaré en son temps que la Guyane a toujours été, est et restera française. Il s’agit de déterminer prochainement par quelle voie elle le restera.

Haut de page

Bibliographie

Presse : 

France Guyane de novembre à décembre

Sites Internet : 

INSEE Guyane. « Indice régional mensuel des prix à la consommation », URL : http://www.insee.fr/fr/regions/guyane/default.asp?page=conjoncture/indices/pub_indice.htm (Consulté en 2009)

http://www.bloubloufini.com (Consulté en 2009)

Les États généraux de l’Outre-mer, URL : http://www.etatsgenerauxdeloutremer.fr/les-etats-generaux(Consulté en 2009)

http://consoencolere.blogspace.fr/ (Consulté en 2009)

http://www.cg973.fr/plugins/fckeditor/userfiles/file/Hebdo_du_13_Decembre_2008.pdf (Consulté en 2009)

http://consoencolere.blogspace.fr/1539123/plate-forme-revendicative/ (Consulté en 2009)

http://discours.vie-publique.fr/notice/097000563.html (Consulté en 2009)

Bella ciao. URL : http://bellaciao.org/fr/spip.php?article75333 (Consulté en 2009)

RFO. URL : http://www.rfo.fr (Consulté en 2009)

Rue 89. URL : http://rue89.com/2008/11/27/laguyane-totalement-paralysée (Consulté en 2009)

L’Humanité. URL : http://www.humanité.fr/Nuit-d-incident-a-cayenne (Consulté en 2009)

Références théoriques : 

Touraine A. (1997). Pourrons-nous vivre ensemble, Paris, Fayard.

Touraine A. (1973). Production de la société, Paris, Le Seuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Catherine Ho Yick Cheong, « De la mobilisation collective de décembre  2008 en  Guyane francaise  au référendum de janvier 2010, une année de crise », Études caribéennes [En ligne], 17 | Décembre 2010, mis en ligne le 10 janvier 2012, consulté le 29 août 2014. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/4889  ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.4889

Haut de page

Auteur

Anne Catherine Ho Yick Cheong

Sciences Po Poitiers; annecatherine.hoyickcheong@science-po.org

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page