Navigation – Plan du site
Dossier 2 : France d'outre-mer

Les ressorts de l’essor de la société civile en Guadeloupe

Springs of expansion of civil society in Guadeloupe
Murielle Vairac

Résumés

Les effets de la crise du capitalisme se sont traduits en Guadeloupe en janvier 2009 par un mouvement social sans précédent, dirigé par un collectif qui a suscité l’adhésion en raison de son expression du malaise social et de la gestion des revendications adressées au gouvernement. Ce mouvement social est innovant en Guadeloupe en raison de la pluralité des acteurs et de la nature de ses revendications. C’est donc sur son sens qu’il convient de s’interroger. Une société civile s’est réveillée créant de nouveaux espaces de débat.

Springs of expansion of civil society in Guadeloupe

Capitalism’s crisis effects resulted in social movement unprecedented led by a group that mobilized in the style of expressing unrest and managing demands that were sent to French government. This social movement is new in Guadeloupe because of variety actions and type of demands. It’s therefore necessary to consider its meaning: a civil society woke up creating new spaces for debate.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour certains, il se définit par opposition à l’Etat : voir Le Débat, n° 26, septembre 1983 ; pour (...)
  • 2  La société civile a été représentée par quarante-huit organisations : syndicats (Union Générale de (...)
  • 3  Au cours de ces quarante-quatre jours de mobilisation, il a été officiellement dénombré entre cinq (...)

1Depuis quelques années, la société civile est devenue un des acteurs majeurs pour le développement de politiques publiques adaptées. Si l’évolution historique et idéologique de ce concept (Rangeon, 1986) est un frein à une définition consensuelle, au demeurant, la souplesse de sa définition ne nuit pas aux usages qui en ont été faites pour l’appréciation de phénomènes divers. Parler de société civile implique la référence à des organisations non gouvernementales, des syndicats, des organisations caritatives, des associations d’usagers agissant en dehors de l’Etat et des pouvoirs constitués. Cette appellation recouvre donc des organisations aux caractéristiques variées et aux intérêts parfois contradictoires. Elle représente en définitive la totalité par opposition aux parties qui la composent, sans distinction donc de classes sociales, de catégories socio-professionnelles ou démographiques et prend en compte les finalités essentiellement économiques et sociales. Nonobstant les vives discussions1 dont il fait l’objet, ce concept est apparu utile pour expliquer la large mobilisation entreprise dans les départements français ultramarins en général et en Guadeloupe en particulier du mois de décembre 2008 au mois de mars 2009. Il semble que les effets de la crise économique mondiale en Guadeloupe ont mis en lumière une nouvelle fois la crise du politique ; laquelle a favorisé la mise en valeur  de la société civile. Dans cette région, un Collectif, Liyannaj Kont Pwofitasyon (LKP, alliance contre l’exploitation) a enclenché un mouvement social unissant quarante-huit organisations2, représentatives globalement des différents secteurs de la société. Ce mouvement fut aussi populaire eu égard au nombre de citoyens mobilisés3. Crise de société ou de modèle de fonctionnement, c’est par une révolte sociale que la Guadeloupe a manifesté son opposition à l’ultralibéralisme qui octroie des privilèges importants au monde de la finance et de l’économie. Dans les Antilles françaises en général, un sentiment d’injustice a été à l’origine de ce mouvement social qui a mis en exergue les abus d’un système de privilèges qu’il est urgent de reconsidérer afin de favoriser un ordre social plus juste. Ce mouvement social est innovant en Guadeloupe et c’est sur son sens qu’il convient de s’interroger. À travers une confrontation de légitimité : celle des élus discréditée face à celle acquise par le Collectif, une société civile s’est réveillée créant de nouveaux espaces de débat. La question de la citoyenneté est donc au cœur de cette crise portée par une société civile réclamant plus d’égalité, une plus juste distribution des ressources. Tout en s’appropriant les règles nouvelles de l’action collective, la société civile guadeloupéenne exprime parallèlement une volonté de participer davantage au processus de décision, exposant dès lors les éventuelles limites de la démocratie participative. Cet article s’attache à montrer l’essor de la société civile guadeloupéenne à partir d’une analyse de la concurrence de deux légitimités et du processus d’intervention de cette dernière.

1. Une concurrence de légitimités dans la confrontation

2Le malaise social exacerbé par la crise économique a participé du discrédit de la légitimité des autorités politiques tout en faisant resurgir la complexité de fonctionnement d’une société, dont les rouages hérités de la période des plantations sont toujours existants.

1.1. Une légitimité politique en déclin

3Dans toute démocratie libérale, la légitimité (Becquart-Leclercq, 1977) des élus politiques découle généralement de l’élection ; le citoyen accepte la légitimité d’un pouvoir légal justifié entre autre par la compétence de celui qui l’exerce. Le pouvoir détenu par les représentants repose sur le consentement réputé libre de la population qui s’y trouve soumise. Quand il y a contestation, ce n’est donc pas la légitimité à proprement parlé qui est contesté c’est-à-dire la légitimité des règles politiques mais c’est plutôt la légitimité des hommes au pouvoir qui est mise en question.  La légitimité ne garantit pas que les décisions prises par les élus soient justes au sens de justice, mais plutôt que la personne qui les prend en a le droit. Au cours du mouvement social des quarante-quatre jours en Guadeloupe, il a souvent été dit que les élus politiques n’étaient pas légitimes à cause d’une prétendue inertie dans la gestion des choix opérés et de résultantes dommageables: taux de chômage élevé, inégalité sociale, situation monopolistique tolérée, laxisme, ou encore des raisons inhérentes à leur personnalité. Ce discrédit de légitimité a été un effet émergent de la crise économique qui a révélé la vulnérabilité des autorités. La compétence des élus politiques a été ébranlée au cours de ce mouvement, n’ayant pas été en mesure d’après le Collectif d’apporter des réponses à ses interrogations et ne disposant pas de suffisamment d’attributions pour agir. En conséquence, l’autorité politique de ces derniers a été mise à mal, au point d’éroder progressivement la légitimité du pouvoir qu’ils représentent (Sue, 2003).
Cependant, les phénomènes de légitimité ne se réduisent pas aux procédés électoraux qui ne sont qu’un moment  du processus de sélection politique. Il apparaît que la formation et l’action du Collectif autour de revendications communes (valeurs de dignité, de respect, d’égalité et de justice sociale) d’une part, le soutien dont a bénéficié la mobilisation qu’il a organisée d’autre part, lui ont octroyé de fait une part de légitimité. Le Collectif a traduit les préoccupations et inquiétudes de la population et a su porter ses questionnements dans l’espace public. Il a ainsi géré une communication à dimension éducative, sorte de pédagogie citoyenne lors des négociations publiques tenues au World Trade Center. De plus, la gestion de sa communication à travers l’organisation régulière de réunions publiques a contribué à sa légitimité sociale. Le recours à des vedettes du spectacle au cours de ces réunions a enrichi cette dynamique. Beaucoup ont pu s’identifier aux problématiques diverses soulevées : les salariés aux revenus moyens et bas qui sont aujourd’hui dans l’incapacité de subvenir correctement à leurs besoins eu égard à la cherté de la vie, les difficultés financières des personnes âgées et des personnes en situation de handicap, les jeunes qui ont eu le sentiment que peu d’efforts sont réalisés en leur faveur et qui ont pris la parole faisant part de leurs doléances certes, mais surtout de leur volonté d’être membres actifs au devenir de leur pays. L’ampleur de la mobilisation peut rendre compte de l’adhésion massive dont a bénéficié le Collectif qui a pu exprimer le malaise social et assurer la gestion des revendications adressées aux instances locale et nationale. L’ampleur du mouvement social a été révélatrice de la crise de représentation, du politique et de façon concomitante de la vitalité de la société civile (Offe, 2003). Les organisations de la société civile ont réclamé un changement social, une structure sociale plus égalitaire et la manifestation de cette volonté de changement a provoqué la crise de légitimité du politique (Monga, 1994). Il a également été reproché aux élus locaux de ne pas être suffisamment proche des citoyens. En prenant ainsi le relais des formations politiques discréditées, d’aucuns ont pu percevoir le collectif comme une alternative.

  • 4  La forte mobilisation ainsi que les opinions favorables en témoignent.

4En outre, le pouvoir manifeste qu’il a acquis au sein de la société en raison de lacompétence dont il a fait la démonstration à bien des égards, de l’autorité dont il a fait preuve dans la gestion du conflit ont certainement contribué à légitimer son ascendance. Notamment, « être compétent », « avoir beaucoup de connaissances » font partie des éléments devant être pris en considération pour l’acquisition de la légitimité. À l’évidence, compétentes dans la compréhension de nombreuses thématiques, nombreux4 sont ceux qui y ont vu la preuve en conséquence de l’incompétence des élus politiques. Disposant d’informations difficilement contestables, ces acteurs de la société civile ont été considérés comme de véritables experts. La parole, le discours ont constitué d’autres moyens d’obtention de la légitimité sociale. Le Collectif a su porter les problèmes des différents groupes sociaux, porter la question de l’avenir et du développement du pays dans l’espace public. Ce mouvement qu’il a orchestré a été dirigé par le secrétaire général du syndicat majoritaire (UGTG). Porte-parole du LKP, celui qui peut être considéré comme meneur de foule est rapidement devenu un leader populaire, conférant en conséquence une plus-value de légitimité au mouvement social. Sa profession a été un gage car le leader est directeur adjoint d’une structure précisément chargée de l’insertion et donc très au fait des questions sociales, des difficultés rencontrées par les diverses catégories sociales. Sa compétence acquise repose certes sur sa profession mais aussi sur la formation acquise au sein du syndicat.
La légitimité sociale reconnue au Collectif a vraisemblablement traduit parallèlement chez lui un sentiment d’autorité au risque de venir concurrencer celle des élus politiques. Pour autant, s’il appartient au pouvoir social d’exprimer le mécontentement de la population et de le porter dans l’espace public, cette fonction ne doit pas se réaliser en opposition au pouvoir politique qui détient la légitimité du suffrage. Société civile et société politique ont besoin l’une de l’autre pour remplir leur mission respective et complémentaire.
L’altération de la légitimité politique a révélé ou mieux suscité les ruptures plus profondes des valeurs auxquelles la société guadeloupéenne adhère.

1.2. La prise en compte de la variable socio-historique en Guadeloupe et en Martinique

  • 5  Entre 1948 et 2009, près de vingt-six grèves, manifestations, soulèvements eurent lieu dans les qu (...)
  • 6  En 1985, une grande partie de la Guadeloupe s’est mobilisée en faveur d’un instituteur en grève de (...)
  • 7  Selon la législation en vigueur, un seul acteur ne peut posséder plus de 25 % des surfaces de vent (...)
  • 8  En réalité, une seule famille « béké » est en situation de monopole.
  • 9  Union générale des travailleurs de la Guadeloupe (UGTG), Union pour la libération de la Guadeloupe (...)

5Après la fin de la période coloniale en 1848, la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique et la Réunion deviennent département d’Outre-mer en 1946, faisant le choix de rester maintenues à la République française, au contraire des anciennes colonies françaises d’Afrique qui optent pour l’indépendance. En raison de ce nouveau statut politique, les départements ultramarins sont soumis au régime de l’identité législative consacrée par la Constitution du 4 octobre 1958 avec possibilité d’adaptation des lois et également d’habilitation, c’est-à-dire expérimenter des compétences. Toutefois, la relation de la France avec ses départements ultramarins a souvent été tumultueuse5 comme l’ont montré notamment les évènements de décembre 1959 (Lagier, 1998) en Martinique et ceux de mai 1967 en Guadeloupe (Gamma, Sainton, 1985). En effet, en décembre 1959, en Martinique, un banal incident s’est transformé en une rixe entre des gendarmes et une partie de la population occasionnant des blessés et des morts. En mai 1967, en Guadeloupe, la teneur raciste de certains propos tenus à déclenché une révolte sociale provoquant la mort d’environ quatre-vingts personnes et l’emprisonnement de dizaine de travailleurs, de jeunes et d’intellectuels. De même, en 1971 et 1975, en Guadeloupe, se déroulèrent deux grèves dans le secteur sucrier opposant usiniers et planteurs aux ouvriers et paysans, lesquels exigeaient entre autres l’augmentation de la journée de travail, et dénonçaient la surexploitation dont ils étaient les victimes. Il était reproché à l’Etat qualifié par ailleurs de colonialiste, son inertie. À la fin des années 1970, un large mouvement d’occupation des terres agricoles eut lieu dans différentes communes de la Guadeloupe ; selon les travailleurs de cette période, il s’agissait de défendre l’économie de production et sauvegarder l’industrie sucrière (Mounien, 1994). Par  ailleurs, les velléités indépendantistes ponctuelles d’une minorité en Guadeloupe6 comme en Martinique, la gestion politique de ces territoires jugée souvent éloignée des attentes locales, la dénonciation de la direction des services étatiques administratifs par des non autochtones, la captation de l’économie locale par les descendants d’esclavagistes appelés « békés » (Kovats-Beaudoux, 1969 ; Smeralda-Amon, 2002) en situation de monopole en Guadeloupe et Martinique ont souvent nui aux relations avec la métropole, terme souvent utilisé et pourtant inadapté en raison de la nature des liens politiques mais dont l’usage informe au demeurant sur le jugement porté sur celle-ci. Le mouvement social de décembre 2008 à mars 2009, tout en étant une expression parmi d’autres de la crise économique à l’échelle mondiale, est surtout une interpellation de l’Etat sur les dysfonctionnements de sa gestion en Outre-mer. Le LKP a réagi contre les abus du système économique en place matérialisé par l’expression « pwofitasyon » qui symbolise la situation socio-économique confortable dont profite un groupe minoritaire en Guadeloupe comme en Martinique. Fustigeant la rigidité d’une structure sociale inégalitaire, son action revendicatrice s’est adressée en priorité à l’Etat, jugé complice de la situation monopolistique7 dont jouit ce groupe minoritaire dans la grande distribution en Guadeloupe. L’Etat a été jugé garant et bienveillant de la pérennité du système d’un certain nombre de rentes qui captent la richesse créée par tous au profit de quelques-uns. On a vu se dérouler un face à face entre les détenteurs8 de ces monopoles et les descendants d’esclaves. Le chant « la Gwadloup sé tan nou, la Gwadloup a pa ta yo » (la Guadeloupe est à nous, elle n’est pas à eux) exprime clairement ce mal-être  et la lassitude d’une situation inégalitaire persistante. Le « nou » symbolise le peuple guadeloupéen dans toute sa diversité ethnique et le « yo », représente les profiteurs de toute nature. Il semble qu’il y ait un retour de la société sur elle-même, une société qui se redécouvre et veut s’approprier son territoire. Ce « nou » se réveille et souhaite avancer ensemble vers un objectif commun. Le « lyannaj » symbolise l’unité, la lutte ensemble contre les profits. Précisément, cette identité de vue peut être sujette à maintes interprétations ; d’aucuns ont pu voir une volonté cachée d’indépendance ou encore à plus d’autonomie, même si les initiateurs de la mobilisation insistent sur les limites de leurs de revendications. Il est vrai que l’Etat a par ailleurs été qualifié de colonialiste par certains groupements notamment syndicaux9 qui ont toujours réclamé l’établissement de nouvelles relations avec la République française. Du reste, si cette volonté de changement a été perceptible dans certains discours, il faut davantage voir dans cet immense mouvement social des inquiétudes communes et une volonté manifeste de combattre l’immobilisme des politiques.
À travers cette confrontation de légitimité, la société civile s’est réveillée, créant de nouveaux espaces de débat. Ce mouvement social de la société civile est l’une des expressions des nouveaux mouvements sociaux en même temps qu’il informe sur  le fonctionnement de la démocratie participative en France.

2. L’exigence de démocratie participative de la société civile

6Tout en jouant un rôle d’éducateur, la société civile a interpellé les autorités politiques locales et l’Etat sur leur mode de gouvernance du territoire.

2.1. Intervention de la société civile

  • 10  Entretien réalisé par Mario Sélise en août 2009.

7Sur fond de concurrence de légitimité, la question de la démocratie participative s’est posée avec acuité. Il semble que ce mouvement social ait conféré une prise de conscience individuelle : les citoyens qu’ils ont le droit de demander des comptes. La problématique de la citoyenneté constitue le point nodal de cette crise et elle est questionnée par la société civile. La citoyenneté implique certes le droit de vote aux consultations politiques, l’éligibilité mais aussi l’exercice des libertés publiques qui donnent sens à la participation politique. Ainsi, l’information ou encore le droit à l’information est une des formes d’expression de ces libertés (Lerique, 2004). En Guadeloupe, les négociations publiques tenues au World Trade Center entre la société civile et les représentants de l’Etat ainsi que des collectivités locales l’illustrent. Cette retransmission a permis aux Guadeloupéens d’être informés sur les dysfonctionnements de toute nature qui existent en Guadeloupe (institutionnel, social, économique). La société civile a créé de nouveaux espaces de débat en insérant dans le champ politique de nouvelles problématiques à partir de la dénonciation des inégalités et des injustices. Le Collectif a organisé des rencontres notamment avec des entrepreneurs locaux, des enseignants, des jeunes  et en dehors de meetings et des conférences, il a mis en place des cercles de discussion appelés « les moulins à parole » afin de pallier selon lui l’action négative médiatique de l’Etat. À travers les moulins à paroles, il s’agit de faire des réunions regroupant entre quinze, vingt, voire trente personnes sur un sujet relatif à la crise, au sein d’une famille, dans une entreprise ou encore un quartier. D’après l’historien Raymond Gamma10, c’est un lieu où la parole est prise sur trois axes : le premier concerne le bilan des quarante-quatre jours (la perception de chacun sur la mobilisation), le second s’intéresse aux conditions de vie au moment où se déroule la réunion et le troisième interroge les perspectives.
Au-delà de la largesse de sa mobilisation, la société civile est apparue comme un contre-pouvoir en réclamant des précisions, en interrogeant directement l’élu. D’une certaine façon, les citoyens ont fait part de leur volonté de participer aux décisions politiques pour le développement du territoire et n’est-ce pas cela la démocratie participative, c’est-à-dire pouvoir donner son avis sur des décisions qui les concernent de près. Associer la société civile aux décisions, la consulter, fait partie des conditions de la démocratie participative (Bacqué, Rey, Sintomer, 2008). Les organisations de la société civile ont permis que la voix des différentes catégories soit entendue par les autorités politiques afin que leurs points de vue soient pris en compte dans les décisions des pouvoirs publics.

2.2. La nécessité de politiques publiques adaptées pour un développement durable

  • 11  Le Président de la République a suggéré huit axes de réflexion : la formation des prix, les circui (...)
  • 12  Il a été dénombré entre une dizaine et une vingtaine de participants suivant la thématique dévelop (...)

8Une demande de citoyenneté a émergé et doit être vue comme une condition de la réussite des politiques publiques et comme un renouvellement de la participation politique. D’ailleurs, le chapitre 23 de l’Agenda 21 précise que « l’un des principaux éléments indispensables à la réalisation du développement durable est une large participation du public à la prise de décisions ». On peut considérer que c’est en définitive un embryon de projet de société qui a été présenté aux autorités car aucun aspect de la vie sociale n’a été oublié. L’information nécessaire de la population témoigne également d’une volonté de faire évoluer les rapports sociaux en Guadeloupe. Ainsi que l’ont observé fort justement les politologues Fred Constant et Françoise Vergès ainsi que l’écrivain Daniel Maximin, « Le moment est venu de (re) construire un projet territorial, une parole forte – réunionnaise, martiniquaise, guyanaise et guadeloupéenne – susceptible de fonder un véritable vivre ensemble apparu au sein de chaque société concernée[…] (Constant et al., 2009).
Le mouvement social en cours participe d’une forme d’appropriation et de réappropriation de la Guadeloupe. Le concept d’autosuffisance alimentaire et énergétique figure dans les documents stratégiques du conseil régional depuis 2001, ce nonobstant, la dépendance augmente. Il faut donc réfléchir de manière plus active au devenir du territoire de la Guadeloupe.
Le principe de la démocratie implique un dialogue, une écoute, une compréhension mutuelle (Blondiaux, 2008) et en ce sens, les Etats généraux de l’Outre-Mer organisés par le Gouvernement constitueraient un début de réponse à la crise économique. Ils ont eu pour objectif de recueillir les avis et les suggestions des citoyens en outre-mer et dans l’hexagone sur des questions de développement du territoire. Le Président de la République a notamment rappelé dans son discours de lancement des Etats généraux de l’Outre-Mer: « Chaque territoire doit se réapproprier son destin. Je vous invite donc à un débat sans tabou, un débat où chacun pourra apporter sa contribution ». Le processus de consultation via internet, à partir d’ateliers locaux, de tables rondes s’est déroulé du 15 avril à juillet 2009 et portait sur des thématiques11 résumant la palette de revendications du collectif. L’occasion a été donnée de libérer la parole, mais le faible niveau de participation (Guérard, 2004) en Guadeloupe très en-deçà de l’intensité de la mobilisation a été déploré12. On peut considérer que l’originalité de la méthode du débat public a prévalu sur la portée des débats, car après l’information sur les doléances sociales, il faudra réfléchir. Cette ébauche de réponse semble insuffisante au regard de la complexité des interrogations soulevées au cours du conflit comme notamment la thématique identitaire. Bien que celle-ci n’est pas fait l’objet d’une analyse approfondie dans cet article, elle ne peut être écartée tant elle est prégnante et permet de comprendre en grande partie le fonctionnement de la société guadeloupéenne. Ces exercices de débat public (Blondiaux, 2008) mis en place aujourd’hui par les autorités politiques à l’échelle nationale et locale  sont des opérations à visée davantage symbolique qu’à portée réelle. De même, la transformation du Secrétariat de l’Outre-mer en un ministère dirigé de surcroît par une ultra-marine est un acte symbolique fort.  
Une synthèse nationale a été organisée à Paris au mois d’octobre 2009 faisant état des freins et obstacles nuisibles au bon fonctionnement de la société et préconisant des mesures. Comme l’ont indiqué les politologues Fred Constant et Françoise Vergès ainsi que l’écrivain Daniel Maximin, « l’urgence est d’apporter des réponses concertées aux défis structurels auxquels les outre-mer sont confrontés dans la diversité de leurs singularités » (Constant et al, 2009). Le Collectif a refusé de participer aux Etats généraux précisant dans un communiqué publié sur le site internet du syndicat majoritaire qu’ « aucun états généraux ne peut être dicté au peuple guadeloupéen ».

Conclusion

  • 13  Deux autres axes : rénover les relations entre la Métropole et ses Outre-mer, renforcer l’égalité (...)

9En définitive, la société civile a dressé une sorte de diagnostic qui invite à un sursaut de responsabilité tant chez les décideurs politiques qu’au sein de la population. Les quarante-quatre jours de mobilisation lui ont peut-être permis de gagner en maturité politique et en autonomie. La synthèse des Etats généraux de l’Outre-mer a noté une véritable volonté de changement dont la première concrétisation est l’annonce d’un plan de modernisation des Outre-mer annoncé par le Président de la République le vendredi 06 novembre 2009 et qui a succédé au déroulement  du premier Conseil interministériel de l’Outre-mer. Ce plan regroupe cent trente-sept mesures définies autour de cinq grands axes13 dont l’un concerne le soutien de la concurrence pour faire baisser les prix. Celui-ci s’est concrétisé avec la création du Groupement d’intervention régional de la concurrence à la fin du mois de janvier 2010 qui a pour but de lutter contre les abus de position dominante ; il réunira tous les services de l’Etat compétents pour connaître de la situation des entreprises. De même, le développement économique endogène et le développement des responsabilités locales sont au cœur des mesures arrêtées par le chef de l’Etat qui a d’ailleurs considéré le plan de modernisation comme « un tournant majeur qui tisse de nouveaux liens entre la Métropole et les Outre-mer ». Précisément, les présidents respectifs des régions de la Martinique et de la Guyane ont demandé comme le prévoit la Constitution du 04 octobre 1958 l’organisation d’une consultation populaire en vue d’un éventuel changement statutaire régi par l’article 74 leur octroyant une autonomie encadrée dans le cadre de la République. Celle-ci n’a pas obtenu la faveur des populations qui se sont prononcées très largement le 17 janvier pour le maintien de leur territoire dans le régime de l’identité législative.  En revanche, à leur demande, les élus de Guadeloupe ont obtenu un moratoire de dix-huit mois avant cette consultation sur l’évolution statutaire ayant considéré que la population n’était pas préparée.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bacqué M-H., Rey H., Sintomer Y. (2008). « La démocratie participative : complément ou inflexion de la démocratie représentative », Problèmes politiques et sociaux, avril : 20-22.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Becquart-Leclercq J. (1977). « Légitimité et pouvoir local », Revue française de science politique, vol. 27, n° 2 : 228-258.
DOI : 10.3406/rfsp.1977.396146

Blondiaux L. (2008). Le nouvel esprit de la démocratie. Actualité de la démocratie participative, Paris, Seuil.

Blondiaux L. (2008). « Un idéal participatif entre démocratie participative et démocratie délibérative », Problèmes politiques et sociaux, avril : 22-27.

Centre universitaire de recherches administratives et politiques de Picardie (dir.) (1986). La société civile, Paris, Presses universitaires de France.

Constant F., Maximin D., Vergès F.  (2009). « Il est urgent de construire l’avenir des outre-mer », Le Monde, 17 juin.

Gamma R., Sainton J-P. (1985). Mé 67. Phénomène d’un évènement, Pointe-à-Pitre, Société guadeloupéenne d’édition et de diffusion.

Guérard S. (coord.) (2004). Crise et mutation de la démocratie locale en Angleterre, en France et en Allemagne, Paris, L’Harmattan.

Kovats-Beaudoux E. (1969). Une minorité dominante : les Blancs créoles de la Martinique, Thèse de troisième cycle, Faculté des lettres et sciences humaines de Paris.

Lagier A. (1998). Le sang du mancenillier. 21, 22, 23 décembre 1959, Martinique, Editions Lafontaine.

Lavau G. (1979). « L’espace politique français. Déconstruire, reconstruire », Esprit, décembre : 53-65.

Lerique F. (2004). « Débat public et collectivités locales : réalité ou fiction », In S. Guérard. (coord.) Crise et mutation de la démocratie locale en Angleterre, en France et en Allemagne, Paris, L’Harmattan : 155-192.

Monga C. (1994). Anthropologie de la colère. Société civile et démocratie en Afrique noire, Paris, L’Harmattan.

Mounien R. (1994). UGTG. 1973-1993. 20 Lanné konba, Pointe-à-Pitre, Créo.

Offe C. (2003). « Les nouveaux mouvements sociaux : un défi aux limites de la politique institutionnelle », Revue Multitudes, juillet : 1-19.

Rangeon S. (1986). « La société civile, histoire d’un mot », In Centre universitaire de recherches administratives et politiques de Picardie (dir.), La société civile, Paris, Presses universitaires de France : 9-22.

Sue R. (2003). La société civile face au pouvoir, Paris, Presses de Science Po.

Smeralda-Amon J. (2002). La racisation des relations intergroupes ou la pratique de la couleur : le cas de la Martinique, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1  Pour certains, il se définit par opposition à l’Etat : voir Le Débat, n° 26, septembre 1983 ; pour d’autres, c’est le lieu où le privé et le public s’interpénètrent. Il y a de l’autorité, de l’institution, de la loi dans la société civile elle-même : voir G. Lavau, « L’espace politique français. Déconstruire, reconstruire », in Esprit, décembre 1979, p. 53-65.

2  La société civile a été représentée par quarante-huit organisations : syndicats (Union Générale des Travailleurs Guadeloupéens, Force Ouvrière, Centrale des Travailleurs Unis, Centrale Générale des Travailleurs Guadeloupéens ), partis politiques (les Verts), les associations diverses telles que l’association de locataires, l’association de consommateurs, le comité national du logement, SOS Environnement, le Comité de l’Eau), les mouvements culturels (le groupe de carnaval Voukoum, Akiyo et autres), des partis politiques (parti communiste guadeloupéen).

3  Au cours de ces quarante-quatre jours de mobilisation, il a été officiellement dénombré entre cinquante mille et cent mille manifestants.

4  La forte mobilisation ainsi que les opinions favorables en témoignent.

5  Entre 1948 et 2009, près de vingt-six grèves, manifestations, soulèvements eurent lieu dans les quatre départements d’outre-mer.

6  En 1985, une grande partie de la Guadeloupe s’est mobilisée en faveur d’un instituteur en grève de la faim. La mouvance indépendantiste a porté le mouvement.   

7  Selon la législation en vigueur, un seul acteur ne peut posséder plus de 25 % des surfaces de vente.

8  En réalité, une seule famille « béké » est en situation de monopole.

9  Union générale des travailleurs de la Guadeloupe (UGTG), Union pour la libération de la Guadeloupe (UPLG).

10  Entretien réalisé par Mario Sélise en août 2009.

11  Le Président de la République a suggéré huit axes de réflexion : la formation des prix, les circuits de distribution et le pouvoir d’achat, les productions locales et les conditions d’un développement endogène, la gouvernance, les chantiers de la relance et les grands projets structurants en outre-mer, la rénovation du dialogue social.

12  Il a été dénombré entre une dizaine et une vingtaine de participants suivant la thématique développée par chacun des huit ateliers.

13  Deux autres axes : rénover les relations entre la Métropole et ses Outre-mer, renforcer l’égalité des chances.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Murielle Vairac, « Les ressorts de l’essor de la société civile en Guadeloupe », Études caribéennes [En ligne], 17 | Décembre 2010, mis en ligne le 10 janvier 2012, consulté le 03 septembre 2014. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/4898  ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.4898

Haut de page

Auteur

Murielle Vairac

Docteur en science politique, chargée d’enseignement ; Université des Antilles et de la Guyane ; murielvairac@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page