Navigation – Plan du site
Dossier 2 : France d'outre-mer

Perception et réalité de la crise dans deux villes principales des Petites Antilles : Roseau à la Dominique et Pointe-à-Pitre en Guadeloupe

Perception and reality of the crisis in two major cities of the Lesser Antilles: Roseau in Dominica and Pointe-à-Pitre in Guadeloupe
Mario Selise

Résumés

La récession mondiale de la fin de la décennie 2000 n’épargne pas les pays de la Caraïbe. Si les manifestations économiques de cette crise sont identiques, l’étude menée dans les agglomérations de Pointe-à-Pitre et de Roseau montre que la perception et les réponses des populations face à cet évènement varient, d’un territoire à l’autre, selon le statut politique et le niveau de vie. Dans les Antilles françaises, la réaction a été de rechercher un responsable, en l’occurrence l’État ; tandis que dans l’île indépendante de la Dominique, de manière pragmatique, les populations cherchent collectivement des alternatives.

Perception and reality of the crisis in two major cities of the Lesser Antilles: Roseau in Dominica and Pointe-à-Pitre in Guadeloupe

The global recession at the end of the 2000s did not spare the Caribbean countries. If the economic events of this crisis are the same, the study conducted in urban areas of Pointe-à-Pitre, and Roseau shows that the perception and the responses of people facing this event vary from one jurisdiction to another, depending on the political status and living standards. In the French Antilles, the reaction was to seek a responsible, namely the state, while the independent island of Dominica, in a pragmatic way, people collectively seek alternatives.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Au début de l’année 2009, en Guadeloupe et à la Martinique, un mouvement social sans précédent a paralysé l’économie locale, pendant près de deux mois. En Guadeloupe, au cours de cette mobilisation d’envergure, des dizaines de milliers de manifestants organisés autour du collectif LKP (Liyannaj Kont Pwofitasyion – en français : Collectif contre l'exploitation outrancière), regroupant près de cinquante organisations culturelles, politiques et syndicales, ont revendiqué une hausse du pouvoir d’achat avec pour leitmotive la lutte contre « la vie chère ». Si, à l’issue de ce conflit qui a duré 44 jours, de nombreux avantages ont été acquis, un bilan dressé quelques mois après la fin du mouvement laisse apparaître un tableau mitigé. Une majorité des Guadeloupéens interrogés estiment que leur situation personnelle est restée inchangée et certains affirment même qu’elle s’est détériorée (QualiStat, 2009). La situation en Guadeloupe suscite bon nombre d’interrogation.
Dans cette communication, par le biais de l’étude de deux villes des Petites Antilles (l’agglomération de Pointe-à-Pitre  en Guadeloupe et Roseau à la Dominique, cf. figure 1), nous souhaitons appréhender dans une perspective comparative et dynamique, non seulement l’impact de la crise mondiale dans ces deux îles aux statuts politiques  et niveaux de développement économique  différents, mais nous étudions également la perception qu’ont les habitants de ce marasme. Cette approche nous semble pertinente, dans la mesure où les plus fortes proportions d’activités économiques et de population du territoire se concentrent dans la ville principale et où celle-ci joue un rôle vital dans la dynamique de l’espace insulaire, les villes principales sont en effet le reflet de l’évolution de l’arrière pays.

2Aujourd’hui, s’il est encore tôt pour mesurer pleinement les effets de cette crise dans cette région, par le biais d’enquêtes que nous avons réalisées, nous offrons un aperçu des principales manifestations de la crise et de la perception qu’en ont les citadins. Ces derniers ont été interrogés sur la perception qu’ils ont de leur condition de vie et de la situation socio-économique et sociale de leur territoire. Les enquêtes ont été réalisées entre mars et mai 2009 auprès de 240 citadins aux profils sociologiques diversifiés (sexe, l’âge, et la catégorie socioprofessionnelle) et répartis sur l’ensemble de l’espace urbain. Ainsi 120 habitants ont été interrogés dans chacune des agglomérations. Chaque échantillon a été divisé en quatre parties égales et réparti par type de quartiers entre le centre-ville, les quartiers péricentraux, les quartiers périphériques, et les quartiers périurbains. Soulignons toutefois que cette distribution spatiale des quotas (quatre groupes de 30 individus) ne permet pas de respecter la représentativité de la population-mère de chacun de ces quartiers. Autrement dit, l’opinion de certains groupes risque d’être surreprésentée par rapport à d’autres. Ainsi, par exemple, dans l’agglomération de Pointe-à-Pitre, les opinions des habitants du centre-ville qui ne représentent en réalité qu’une proportion d’1/100 de la population totale risquent d’être surreprésentées par rapport à celles des habitants des quartiers périphériques qui représentent 41/100. C’est pour cette raison que nous avons choisi de procéder à un redressement des échantillons. Pour faire face à ce biais, nous avons affecté des pondérations aux différents individus afin de respecter les répartitions connues dans la population-mère. Le calcul des coefficients s’est effectué en fonction de la taille démographique de chaque grand type de quartier. Pour le remplissage des questionnaires, nous avons préféré la technique des questionnaires administrés par enquêteurs en face-à-face aux enquêtes auto-administrées, par téléphone ou par internet. Ce choix présentait pour nous de nombreux avantages : disposer d’un nombre plus important de réponses, avoir la possibilité de porter assistance aux interviewers quand ceux-ci éprouvaient des difficultés à comprendre une question, assurer un meilleur « contrôle » sur l’individu interrogé (refuser par exemple les réponses erronées, etc.) et enfin maîtriser les interactions entre les questions. Nous avons également interviewé des d’acteurs politiques  et d’un membre actif du mouvement LKP
Pour ce faire, à partir de nos deux exemples, nous présenterons successivement l’amorce de la crise, en mettant en évidence les éléments annonciateurs comme la destruction des normes et des identités traditionnelles, la montée de l’individualisme et de la précarité, etc. Ensuite, nous étudierons les principaux éléments déclencheurs tels que la détérioration de l’activité économique, la hausse du coût de la vie, le rôle du mouvement syndical et des acteurs socioculturels.

Figure 1. Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) et Roseau (Dominique) dans le Bassin Caribéen.

Figure 1. Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) et Roseau (Dominique) dans le Bassin Caribéen.

1. Un malaise sociale exacerbé annonciateur de la crise

3Le malaise qui affecte les Petites Antilles est un phénomène relativement ancien. Le chercheur Nicolas Rey estime que ses prodromes remontent à l’époque esclavagiste en faisant référence au «traumatisme de l’esclavage et à la division socio-raciale » de l’époque dont les jalons se retrouveraient encore dans l’organisation des rapports internes et externes des sociétés antillaises actuelles. Sans entrer dans le débat, bien que ce malaise soit en réalité un phénomène multidimensionnel, dans le cadre de notre étude, nous mettons plus particulièrement l’accent sur son aspect socioéconomique. De ce point de vue, ses origines remontent au milieu du XXème siècle, quand les populations de ces territoires commençaient de manière de plus en plus vive, à réclamer un traitement social et économique identique à celui des métropoles. Les réponses de ces dernières n’ont pas eu les résultats escomptés. En effet, ni le changement de statut des Antilles françaises, en passant du stade de colonie à celui de Département français (Emeri et al. 2003), ni l’accession à l’indépendance pour certaines îles anglophones, n’ont permis un réel essor économique (Honychurch, 1995). Pire, ces évolutions ont engendré, à des degrés divers, une certaine destruction des normes et des valeurs traditionnelles, la montée de l’individualisme et de la précarité.

1.1. L’émergence de l’individualisme : un phénomène prépondérant dans l’agglomération de Pointe-à-Pitre

4Par rapport au monde rural, le milieu urbain, de part sa conformation fonctionnelle et organisationnelle, est plus propice au développement de l’individualisme. Les très fortes densités d’individus et de constructions, le rythme accéléré de la vie quotidienne, l’importance des flux humains, tendent à favoriser l’anonymat et la montée de l’individualisme (Paulet, 2005). Dans les villes principales des Petites Antilles, l’entraide, les relations de bon voisinage étaient chez l’Antillais l’un des éléments inhérents à leur façon de vivre en ville jusqu’à la fin des années 1980. En effet, depuis une vingtaine d’années, on assiste dans ces villes, à une montée de l’individualisme. L’élévation progressive du niveau de vie génère de profondes mutations du mode de vie. C’est dans les Antilles françaises que ces mutations sont les plus spectaculaires. Les nombreux transferts sociaux issus de l’État ou de l’Union européenne favorise l’adoption de modes de vie proches de ceux observés dans les pays occidentaux. La démocratisation des technologies de l’information et de la communication incite nombre d’individus frappés par le chômage ou par l’oisiveté à développer des comportements casaniers. L’intensité des contacts directs entre citadins s’amenuise avec la montée des relations indirectes permises par l’internet et le téléphone. Le mimétisme généré par la visualisation de mode de vie d’autres contrées (Europe, Amérique du nord) entraine chez les plus jeunes une perte de certaines valeurs culturelles traditionnelles. Les résultats des enquêtes que nous avons effectuées dans les agglomérations de Pointe-à-Pitre et de Roseau montrent toutefois que la montée de l’individualisme prend des proportions relativement différentes d’une ville à l’autre et d’un type de quartier à l’autre.

5Aujourd’hui, par exemple, si seule une minorité des habitants interrogés dans les agglomérations de Roseau (24%) et de Pointe-à-Pitre (34%) affirme rendre visite à des parents ou amis quotidiennement, une analyse plus fine des résultats de l’enquête indique que ces chiffrent ne sont pas l’expression de relation de proximité plus intense à Pointe-à-Pitre par rapport à Roseau. L’étude des modes de transports qu’utilisent les Pointois  pour rendre visite à leur proche montre que ces déplacements s’effectuent en grande partie en voiture. Autrement dit, il ne s’agit pas de relation de proximité. La forte extension des quartiers périphériques et périurbains de l’agglomération de Pointe-à-Pitre au cours de ces dernières décennies ne favorise guère les relations de proximité. Ainsi, dans ces quartiers, la plupart des habitants rendent visite à leurs proches en voiture. En effet, si 35% des habitants des zones périurbaines de l’agglomération de Pointe-à-Pitre rendent quotidiennement visite à des amis, 75% d’entre eux effectuent ces déplacements en voiture. Dans ces espaces, le type d’urbanisation (faible densité du bâti, villas souvent hautement sécurisées, la faiblesse des services de proximité) ne facilitent pas les relations de voisinage. Les habitants de ces quartiers, souvent nouveaux arrivants, n’hésitent pas à parcourir de longues distances.

6Dans l’ensemble, l’étude croisée de la part des habitants rendant visite quotidiennement à leurs proches et du mode de locomotion utilisé pour ces trajets indique des relations de proximité plus forte entre les habitants à Roseau par rapport à ceux des habitants de l’agglomération de Pointe-à-Pitre. En effet, à Roseau l’importance des difficultés socioéconomiques (niveau de vie peu élevé, faiblesse des prestations sociales), sont des éléments qui participent à l’explication de la persistance de réseaux de solidarité plus intenses que dans les villes des Antilles françaises. Les relations d’entraide et la solidarité au sein des quartiers permettent ainsi de mieux faire face aux difficultés du quotidien (Selise, 2000).

1.2. La montée de la précarité de l’emploi

7Les contraintes techniques et économiques liées à l’insularité, à la faiblesse des ressources naturelles et à l’absence de taille démographique critique nécessaire à l’essor d’entreprises de grandes envergures ont de profondes répercutions socioéconomiques sur le fonctionnement des villes principales des Petites Antilles (Célimène & Watson, 1991). Les problèmes liés à l’emploi sont au cœur des préoccupations en matière sociales et économiques.
Aujourd’hui, en dépit du fait que dans les villes étudiées les taux de chômage sont en moyenne relativement proches (environ 24%), on constate que le marché du travail en Guadeloupe est beaucoup plus fragile qu’à la Dominique. Au cours de ces dernières années, si au sein de l’agglomération de Pointe-à-Pitre, l’effectif de la population active a augmenté faiblement, cela s’accompagne d’une très forte progression de la précarité de l’emploi. Le travail à temps partiel, les emplois à durée déterminée, les dispositifs destinés à favoriser l’embauche, sont autant de formes d’emplois précaires qui témoignent des difficultés de l’appareil économique guadeloupéen à offrir des emplois stables à la population. Par ailleurs, si les habitants de l’agglomération de Pointe-à-Pitre ne bénéficiaient pas de tous ces dispositifs d’aides à l’emploi, le taux de chômage moyen serait beaucoup plus élevé qu’à Roseau. Il avoisinerait les 30%. D’ailleurs, ce taux est atteint déjà dans la commune de Pointe-à-Pitre (cf. figure 2). Dans les quartiers les plus défavorisés des villes principales, le taux de chômage atteint des niveaux records (38 à 45%) dans des espaces tels que Boissard, Morne-Flory, ou Vieux-Bourg.
En leur sein, une part importante des habitants recourt au travail informel pour subvenir à leurs besoins. Les travailleurs au noir peuvent être des salariés qui ne disposent pas de fiches de paie, des travailleurs indépendants non inscrits dans les différents registres ou fichiers administratifs et des personnes recevant des aides familiales. En Guadeloupe, selon l’INSEE, ce travail dissimulé touche 9% de la population active.

Figure 2. Taux de chômage dans l'agglomération de Pointe-à-Pitre en 2006

Figure 2. Taux de chômage dans l'agglomération de Pointe-à-Pitre en 2006

Source : INSEE, RGP, 2006.

8À Roseau, parmi les facteurs qui expliquent le fait que la crise socioéconomique revêt un caractère moins critique que dans les agglomérations de Pointe-à-Pitre, on note un recours massif à l’emploi informel qui est relativement toléré, un niveau de vie moins élevé et des modes de vie moins dispendieuses (Jno-Baptiste, 2008). Cela explique qu’avec des revenus moindres, les habitants de Roseau arrivent à mieux supporter l’impact de la crise économique. Il faut noter toutefois que, ce que l’on appelle, aujourd’hui, travail au noir, est bien intégré dans la culture antillaise, et ceci depuis la période esclavagiste. En effet, les esclaves et les affranchis avaient recours à des réseaux d’entraide pour la réalisation de petits travaux occasionnels, couture, fabrications artisanales de toutes sortes, etc. Par ailleurs, si le recours au travail informel peut permettre à certains individus de bien gagner leur vie, la grande majorité des travailleurs non-déclarés  sont moins rémunérés que dans le secteur formel. Selon une étude menée par l’INSEE en 2003, 75% des personnes recourant au travail informel gagnent en Guadeloupe et à la Martinique moins de 1000 euros par mois, 50% moins de 600 euros, 30% moins de 300 euros, 20% moins de 150 euros (Aguer, 2003). Le travail non déclaré présente de nombreux risques pour ceux qui y ont recours. En effet, ces derniers ne sont pas couverts en cas d’accidents, de maladies, et ne participent pas aux cotisations sociales, ni pour la retraite. En cas de perte d’emplois, ils ne peuvent faire valoir leurs droits et prétendre à des indemnités chômages. Dans les villes principales, les secteurs les plus touchés par le travail informel sont le commerce, la restauration, le jardinage et surtout le bâtiment où l’on trouve une multitude de micro-entreprises et de micro-chantiers.
En somme, depuis le milieu du XXème siècle, il se met en place dans les Petites Antilles un processus de développement qui dérégule la culture et le mode de fonctionnement traditionnel des sociétés antillaises. Ces dysfonctionnements s’accentuent progressivement tout au long des années 1980 et 1990, avant de connaître un paroxysme à la fin des années 2000. Jusqu’alors, ces sociétés semblaient s’accommoder, avec plus ou moins de difficultés, des problèmes socioéconomiques. A partir de l’année 2008, elles commencent à montrer des signes d’essoufflement, voire dans certains cas d’exaspération.

2. Les éléments déclencheurs de la crise sociale dans les Petites Antilles

9Au cours des années 2008-2009, ces sociétés dénoncent de plus de plus la hausse du coût de la vie, de manière plus ou moins active. Quel sont véritablement les éléments qui ont déclenché cette réaction ?

2.1. Une détérioration brutale de l’activité économique : facteur de crainte relativement forte chez les habitants de l’agglomération de Pointe-à-Pitre

10La récession économique mondiale de ces dernières années n’épargne pas les Petites Antilles. Elle se traduit par un ensemble d’effets pervers : hausse du chômage et du coût de la vie, crise socio-économique, etc. Par ailleurs, si les conséquences de cette crise sont ressenties avec une très forte acuité ; les résultats de notre enquête mettent en évidence les contrastes dans la perception que les habitants ont de la dynamique économique de leur territoire. Ainsi, à l’instar des analyses fournies par les économistes qui ne laissent guère augurer une embellie économique à court terme, les habitants de l’agglomération de Pointe-à-Pitre, dans leur majorité (57%), affirment être inquiets  de l’évolution économique de la ville. Par contre, les habitants de Roseau, à la différence de l’opinion générale prédominante par ces temps de crise, avouent être plus optimistes sur ce point. Une analyse plus approfondie du discours des Dominiquais montre qu’en dépit du fait qu’ils soient conscients que la situation économique du pays s’est fortement détériorée au cours de ces dernières années, ils gardent l’espoir que « les choses s’amélioreront ». Certains, pour argument, proposent d’observer l’évolution de la situation économique de l’île et en particulier celle de Roseau, depuis l’indépendance de l’île en 1978. Ils affirment, ainsi, que depuis une trentaine d’années, l’économie insulaire a connu des hauts et des bas, mais que la situation, globalement, n’a jamais cessé de s’améliorer. A la fin des années 1970, ajoutent-ils, l’indépendance, suivi du passage du dévastateur cyclone David en 1979, a profondément martelé l’économie locale mais l’île s’est relevée. D’autres habitants, plus ancrés dans la foi religieuse ou la spiritualité, manifestent sans condition leur optimisme pour un avenir meilleur. Il faut noter qu’en Dominique, bien plus que dans les Antilles françaises, la religion influence fortement la vie et le comportement non seulement de la population, mais aussi ceux du monde politique (Selise, 2000).

2.2. Des citadins non satisfaits de leurs conditions de vie

11Certes, la majorité des citadins affirment être satisfaits de leurs conditions de vie, mais la part des insatisfaits est non négligeable (27% pour l’agglomération de Pointe-à-Pitre et 37% pour Roseau). En Guadeloupe, ces chiffres peuvent expliquer en partie l’importance du nombre de Guadeloupéen ayant défilé dans les rues, sans relâche, pendant les 44 jours de grève du début de l’année 2009.  Par ailleurs, il apparaît que la part des habitants de Roseau non satisfaits de leurs conditions de vie est plus importante que celle de l’agglomération de Pointe-à-Pitre. En effet, à Roseau, l’importance des difficultés économiques, la faiblesse de prestations sociales, le niveau de vie moindre au regard de ce que l’on rencontre dans les Antilles françaises, expliquent cette plus grande insatisfaction. Si, jusqu’à la fin des années 1990, les habitants de Roseau acceptaient plus aisément les difficultés de la vie quotidienne, aujourd’hui un sentiment de frustration grandi chez les jeunes et les adultes mieux informés du monde extérieur avec la démocratisation technologie de l’information et de la communication et la multiplication des échanges inter-îles.
Le ralentissement de l’activité économique porte atteinte à la citadinité, à la convivialité dans les villes. La crise tend à générer de plus en plus de stress, un sentiment de saturation, et, de surcroît plus spécifiquement dans l’agglomération de Pointe-à-Pitre, d’un sentiment d’insécurité et de contraintes (cf. figure 3).

Figure 3. Sentiments des habitants des agglomérations de Pointe-à-Pitre et de Roseau à l'égard de leur ville (en%)

Figure 3. Sentiments des habitants des agglomérations de Pointe-à-Pitre et de Roseau à l'égard de leur ville (en%)

2.3. La forte hausse du coût de la vie : une source d’angoisse

12Certes les habitants des agglomérations de Pointe-à-Pitre et de Roseau interrogés affirment, contrairement au monde rural, apprécier la ville pour sa commodité (proximité d’un grand nombre de commerce, de services, de loisirs), mais ils reconnaissent également que pour bien y vivre, il faut disposer d’argent. En effet,  63%, des habitants de l’agglomération de Pointe-à-Pitre et 81% de ceux de Roseau partagent cette affirmation. Relevons toutefois, cette légère différence entre les habitants des agglomérations de Pointe-à-Pitre et de Roseau : il y a une part plus importante des urbains qui adhèrent à Roseau (45%), à l’idée qui faut bien gagner sa vie pour bien vivre en ville, contre seulement 8% dans l’agglomération de Pointe-à-Pitre. La différence de contexte socioéconomique entre ces deux agglomérations peut expliquer ces résultats. Dans les Antilles françaises, l’importance des aides sociales accordées aux plus démunis rend moins nécessaire le fait de très bien gagner sa vie pour « bien vivre ». En revanche, dans les Antilles anglophones, la situation socioéconomique est beaucoup plus difficile pour les plus nécessiteux.
Par ailleurs, d’une manière générale, la très grande majorité des urbains ( 90%) manifeste leur inquiétude quant à l’évolution du coût de la vie : près que 60% des habitants des agglomérations de Roseau avouent être très inquiets de l’évolution de la crise mondiale contre 49% à Pointe-à-Pitre. Ce constat, en réalité, ne fait qu’étayer le fait de l’existence de difficultés socioéconomiques plus rudes à Roseau que dans l’agglomération de Pointe-à-Pitre. D’autre part, les inquiétudes qui gangrènent le moral de ces populations risquent d’avoir de graves répercutions sur le dynamisme économique des villes. Le chômage croissant, la flambée des prix, la baisse du pouvoir d’achat ne rendront pas les urbains enthousiastes. Un déclin de la demande des ménages, peu souhaitable d’ailleurs pour les entreprises, peut être ankylosant pour l’économie et peut générer des effets pervers (licenciement, hausse du chômage, etc.). En somme, les problématiques ayant trait au coût de la vie sont chères aux urbains et elles peuvent être la cause de dysfonctionnements susceptibles d’entrainer une paralysie totale de l’agglomération, voire du pays.

2. 4. Le rôle prééminent des syndicats dans le mouvement social en Guadeloupe

13Depuis une dizaine d’années, les syndicats jouent un rôle croissant en Guadeloupe ; non seulement en matière de défense des intérêts économiques et sociaux des travailleurs mais dans la promotion des valeurs socioculturelles locales. Souvent divisés quant aux méthodes de lutte, le LKP a su fédérer contre toute attente autour d’une même cause des syndicats d’obédience différente. Elie Domota, secrétaire général de l'UGTG, syndicat majoritaire de la Guadeloupe et porte parole du LKP, est l’un des principaux protagonistes de la grève générale de l’année 2009. Soulignons également le rôle important joué par Raymond Gama, chargé des relations extérieures au LKP, qui a contribué à donner au mouvement son écho international.
Il est indéniable, comme le souligne R. Gama que la nomination d’Obama à la présidence des États-Unis a créé ou déclenché, psychologiquement, un certain nombre d’émotions dans les mondes caribéen et afro-américain qui ont favorisé la mobilisation des populations et la volonté de faire émerger leurs revendications.
Pour le LKP, les principaux facteurs qui expliquent la montée en puissance récente des syndicats des travailleurs dans la vie de la société guadeloupéenne sont la dégradation de la situation économique et sociale : « la dégradation de la situation des masses (prolétaires voire de la classe moyenne) qui accélère fortement au cours de l’année 2008 et qui s’accentue davantage par l’annonce de la crise financière au niveau international, sur fond de pression judiciaire exercé par l’État français sur la représentation syndicale en criminalisant les mouvements sociaux depuis une demi douzaine d’années va accentuer en Guadeloupe la volonté de certains syndicats à répondre aux demandes de plus en plus déterminées de la masse des travailleurs: se battre pour le pouvoir d’achat ».

14Mais, c’est véritablement l’appel à mobilisation du syndicat UGTG (Union générale des travailleurs de Guadeloupe), suite à son élection au dernier conseil des prud’hommes en novembre 2009, qui déclenche véritablement le mouvement social en Guadeloupe. Cet appel a trouvé un écho, non seulement chez la grande majorité des responsables syndicaux, mais il a sensibilisé aussi l’ensemble de la représentation sociale, c’est-à-dire, les structures associatives et socioculturelles, etc. La gestation de la mobilisation sans précédent qui bloque l’île au début de 2009, est progressive : l’appel à la mobilisation est lancé le 5 décembre 2008. Entre cette date et le 16 décembre : c’est la préparation du mouvement. A partir du 16 décembre, l’étape suivante est la mise en action sur la base d’un programme de revendications « préliminaires » composé que de quatre volets : le prix de l’essence, l’approvisionnement, le stockage et la distribution de l’essence. Entre le 17 décembre 2008 et le 19 janvier 2009, le mouvement est entré dans une phase de consolidation puisqu’environ 6 000 personnes défilaient dans les rues (le 17 décembre 2009). L’unité s’affirme, le LKP fédère 48 organisations syndicales et socioculturelles et le socle de la revendication s’élargit avec la mise en place de 146 points qui deviennent la base de la grande mobilisation générale qui débute le 20 janvier pour s’achever le 4 mars 2009 avec la signature d’un protocole de fin de conflit composé finalement de 165 points. A la Dominique, les contrecoups de crise mondiale n’ont pas donné lieu, comme en Guadeloupe, à une mobilisation de masse. Cela peut s’expliquer par la différence de statut politique entre ces deux îles. Comme l’affirme Marguerite Paul, une ressortissante dominiquaise, membre active de R.O.S.E.L.I.N.E (une association socioculturelle qui lutte pour la promotion de la culture en Guadeloupe et la défense des ressortissants dominiquais vivant en Guadeloupe) : le mouvement LKP est dirigé non seulement contre le grand patronat, mais de manière plus spécifique contre l’État français, un acteur qui lui semble extérieur au pays. A la Dominique, où les mouvements syndicaux, voire la population, consentent moins à mener de telles opérations parce qu’ils sont conscients que du fait de leur indépendance, cela conduirait à l’asphyxie total de leur pays qui ne pourrait se relever sans grandes difficultés.

Conclusion

15La crise dans les Petites Antilles, au cours des années 2008 et 2009, est la résultante de la conjonction des effets de divers facteurs  d’ordre politique, économique et relevant d’actions syndicales. D’expression identique, mais de perception différente d’une île à l’autre, les actions des populations pour faire face aux difficultés sont divergentes. En dépit du fait que partout les habitants dénoncent unanimement la vie chère, la baisse du pouvoir d’achat, le malaise sociale, les protestions sont plus vives dans les îles françaises. Les organisations syndicales, très structurées, jouent un rôle déterminant dans la mise en marche du mouvement social. Les différences de statut politique expliquent une bonne part des différences dans la réalité et la perception de la crise entre les îles anglophones indépendantes et les îles françaises où la problématique statutaire ou institutionnelle est encore d’actualité. Il existe un certain nombre d’organisations, voire de partis politiques qui pensent que la solution passe indubitablement par cette problématique ; les plus extrémistes pensent que l’avenir passera par un changement radical dans les relations et rapports avec la France hexagonale, jusqu’à la pleine souveraineté, sinon l’indépendance. Au-delà des enjeux de statut, l’avenir de la Guadeloupe ne résiderait-il pas dans une réflexion profonde et systémique sur les questions sociale, économique, environnementale et idéologiques ?

Haut de page

Bibliographie

Aguer O. (2003). « 10% des emplois ne sont pas déclarés aux Antilles-Guyane », Antilles éco, Insee, n°56 : 17-18.

Célimène F., Watson P. (1991). Économie politique caribéenne, Économica, Paris.

Emeri C., Sainton J-P., Reno F. et Mérion J. (2000). La question statutaire en Guadeloupe, en Guyane et en Martinique : Éléments de réflexion, Jasor. Pointe-à-Pitre.

Honychurch L. (1995). The Dominica story, a history of the island, Macmillan, London.

Jno-Baptiste B. (2008). La dynamique identitaire de la Dominique : quelles stratégies pour un petit État caribéen anglophone? L’Harmattan, Paris.

Paulet J-P. (2005). Géographie urbaine, Paris, Armand Colin.

QualiStat, (2009). « Le bilan des 44 jours de grève générale en Guadeloupe »,
http://www.qualistat.fr/Qualistat/.../Le_bilan_de_la_greve_generale_en_Gpe-Mar

Rey N. (2009). « Le mouvement social de 2009 en Guadeloupe : lutte pour l’indépendance ou nouveau modèle de mobilisation dans un monde en crise ?
http://www.africultures.com/php/index.php?nav=article&no8815

Sélise M. (2000). Les dynamiques urbaines de Roseau, TER. Université des Antilles et de la Guyane.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) et Roseau (Dominique) dans le Bassin Caribéen.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4909/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 2. Taux de chômage dans l'agglomération de Pointe-à-Pitre en 2006
Légende Source : INSEE, RGP, 2006.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4909/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 3. Sentiments des habitants des agglomérations de Pointe-à-Pitre et de Roseau à l'égard de leur ville (en%)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4909/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mario Selise, « Perception et réalité de la crise dans deux villes principales des Petites Antilles : Roseau à la Dominique et Pointe-à-Pitre en Guadeloupe », Études caribéennes [En ligne], 17 | Décembre 2010, mis en ligne le 10 janvier 2012, consulté le 23 novembre 2014. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/4909  ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.4909

Haut de page

Auteur

Mario Selise

Docteur en Géographie ; Université des Antilles et de la Guyane ; mselise_8@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page