Navigation – Plan du site
Le tourisme de croisière : territorialisation, construction des lieux et enjeux de développement

La croisière dans l’espace polynésien : jeux de lieux et d’acteurs, pratiques, aménagements et enjeux de développement

The Polynesian Cruise in Space: Sets of Places and Actors, Practices, Facilities and Development Issues
Caroline Blondy

Résumés

La croisière en Polynésie est une pratique assez peu développée et fragile. L’éloignement, le manque d’infrastructures, le manque de souplesse de la règlementation ont longtemps été montrés du doigt pour expliquer ses difficultés. Mais parler de la croisière en Polynésie française est chose complexe, car elle regroupe des pratiques assez diversifiées dans leurs formes, les profils des touristes, les lieux investis, et les enjeux sociaux et économiques qui en découlent. Depuis quelques années, il semble que la croisière soit un des axes de développement touristique choisi par le pouvoir local. Papeete a été ainsi au cœur d’une série d’aménagements qui ont à la fois servi la croisière et renforcé l’urbanité de cette ville.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La configuration territoriale de la Polynésie française, marquée par la « pluri-archipélagité » et la beauté de ses sites, pourrait faire croire que la destination a été inventée pour la croisière. Dans les faits, la destination fait certes figure de destination mythique, mais elle occupe une faible place dans la croisière à l’échelle mondiale. Choisie par un peu moins de 20 % des touristes se rendant en Polynésie française, la croisière n’en demeure pas moins un élément non négligeable dans le système touristique polynésien. Son développement a été et continue d’être assez chaotique.

2Par ailleurs, les pratiques de croisière en Polynésie française sont très différenciées. Il existe une grande palette de pratiques qui varient en fonction de la taille, de la nature, du niveau des prestations à bord, du port de rattachement et du type de circuit proposé, du profil des usagers, etc. La mise en place d’une typologie des pratiques et types de vie à bord des navires permettra de mettre en évidence la complexité de la croisière polynésienne où la place des lieux et de la société locale varie beaucoup. La Polynésie française peut être un simple décor ou prétexte à la croisière, le paquebot (« navire de destination ») devenant le lieu principal de destination, les pratiques étant en partie déterritorialisée par rapport aux eaux, hommes et terres croisés. Dans d’autres formes, c’est le paquebot qui est un prétexte ou un outil pour la découverte de la Polynésie et de la société locale.

3Enfin, la croisière est parfois présentée, dans le discours de certains professionnels et dans le sens commun, comme une pratique touristique aux enjeux faibles pour la société locale : peu de retombées économiques, pas de rencontres avec l’altérité, etc. En partant de la typologie des pratiques de croisières nous montrerons que cette lecture de l’interaction croisière et société locale est à nuancer largement, dans la mesure où la croisière en Polynésie française est un facteur d’aménagement des lieux et de retombées économiques, notamment dans les ports d’escale, qu’elle favorise la déclinaison de plusieurs formes de coprésence entre touristes et société locale (Blondy, 2010), cette dernière pouvant participer professionnellement ou en tant que touriste, et surtout la croisière participe aux rythmes et aux processus de territorialisation de cet espace pluri-archipélagique.

1. Une destination de croisière peu développée

« La Polynésie française est une destination appréciée, mais encore marginale sur le marché mondial de la croisière largement dominé par les Caraïbes et la Méditerranée. Cependant, le gouvernement de la Polynésie française et le Port autonome de Papeete veulent développer la croisière en mettant en avant la destination pacifique de la Polynésie, à l’écart des grands conflits mondiaux. En 2004, à la suite de la construction de deux grands épis, le Port de Papeete devient alors un véritable port de croisière internationale, capable d’accueillir simultanément 4 paquebots, en escale ou basés en Polynésie française. »1

4Le site du port autonome souligne bien la position de la croisière en Polynésie.

  • 2 SPTO (South Pacific Tourism Organisation), 2003, South and Central pacific Cruise Shipping, 28p.
  • 3 Samoa américaines, les îles Cook, Micronésie, Fidji, Polynésie française, Kiribati, Iles Marshall, (...)

5Le nombre de croisiéristes s’élève à peine à 30 256 personnes en 2009 et la croisière représente un peu moins de 19 % des touristes en termes de mode d’hébergement. La Méditerranée et surtout les Caraïbes connaissent une part de la croisière dans le tourisme nettement plus importante. En 2007, le bassin Caraïbes, premier bassin touristique tropical, a accueilli environ 17,2 millions de croisiéristes et près de 19,7 millions de touristes qui optent pour l’hébergement terrestre. La croisière est choisie par plus de 46,6 % des touristes partant dans les Caraïbes en 2007. À l’échelle du Pacifique Sud, les seules données chiffrées que l’on a pu trouver concernent 20022. Dans les 15 pays étudiés3 dans l’étude menée par le SPTO, 265 127 touristes sont croisiéristes pour un total de 1 020 720 touristes, soit près de 26 % d’entre eux. La Polynésie se trouve donc à l’échelle du Pacifique Sud et Centre proche de la moyenne. L’évolution du nombre de croisiéristes a été très chaotique (figure 1), et en grande partie liée à la valse des paquebots et voiliers de croisières.

Figure 1. Évolution du nombre de croisiéristes entre 1984 et 2009

Figure 1. Évolution du nombre de croisiéristes entre 1984 et 2009

Source : Élaboration par C. Blondy à partir de données SDT-ISPF, 2010

1.1. La valse des paquebots et des voiliers

6La croisière en Polynésie a longtemps été une croisière de transit avec notamment les navires de la compagnie Matson Lines. L’ouverture du canal du Panama n’a pas rendu l’escale tahitienne incontournable, c’est Pago Pago qui a joué ce rôle, néanmoins, sur la route vers l’Australie ou la Nouvelle-Zélande depuis l’Europe ou l’Amérique du Nord, la Polynésie a pu être choisie fréquemment pour des escales.

7La croisière de ligne locale c’est-à-dire assurée par des navires basés à Tahiti qui croisaient essentiellement dans les eaux polynésiennes a eu beaucoup plus de mal à se développer. La frise chronologique ci-après retrace l’histoire de la croisière en Polynésie.

Figure 2. Évolution de la flotte des navires de croisière en Polynésie depuis les années 1960

Figure 2. Évolution de la flotte des navires de croisière en Polynésie depuis les années 1960

Source : Élaboration par C. Blondy à partir de SAQUET (2005), 2010

8 À la fin des années 1960, une première initiative lancée par les Messageries maritimes a été vite avortée avec deux paquebots identiques le West Star et le Pacific Star qui croisaient dans l’archipel de la Société. De 1982 à 1984, le Majestic Explorer, navire plus petit, a tenté sa chance sur le même principe, mais en vain. Ce n’est qu’en 1986 que la croisière locale eut du succès avec un paquebot, le Liberté. Ce navire fut néanmoins au bout d’un an contraint de céder la place au Wind Song, paquebot à voiles de 75 cabines, qui pendant 10 ans a croisé entre Tahiti, Moorea et les Iles Sous-le-Vent. En 1995, ce dernier est lui aussi concurrencé puis chassé par le Club Med 2, paquebot à voiles plus grand qui ne resta en activités dans les eaux polynésiennes que peu de temps pour des raisons fiscales. Il laisse à nouveau le champ libre au Wind Song en 2002. (Saquet, 2005). En 1996, l’entreprise Bora Bora Cruises est fondée par des armateurs locaux et se dote du Haumana, catamaran de 36 mètres, puis en 2003, elle acquiert deux yachts identiques le Ti’a Moana et le Tu Moana qui vont croiser dans l’archipel de la Société essentiellement. Cette entreprise locale est en difficultés à son tour, au début 2010, la société est mise en liquidation.

9Le Paul Gauguin arrive en Polynésie en 1998. Il a été construit en métropole pour être basé à Tahiti, avec le soutien du Territoire, et exploité par Radisson Seven Seas Cruises. L’année suivante les deux grands paquebots Renaissance viennent désormais mouiller au port de Papeete. C’est le début d’une longue épopée. En 2001, ces deux mastodontes à la coque noire cessent de sillonner les eaux des Iles de la société. La compagnie exploitante tombe en faillite et laisse pendant des mois les deux paquebots à quai à Papeete. En décembre 2002, La P & O Pricess Cruises reprend les deux navires en les rebaptisant Tahitian Princess et Pacific Princess. Ce dernier n’est pas basé à Tahiti, mais vient occasionnellement croiser dans les eaux polynésiennes tandis que le Tahitian Princess revient à Tahiti et reprend des croisières souvent plus longues, sortant parfois des eaux de la Polynésie française, pour aller aussi aux Iles Cook et aux Samoa américaines. Enfin en 2003, le Wind Star vient remplacer le premier Wing Song qui après un incendie à bord et quelques jours d’immobilisation à quai à Papeete à côté de son frère jumeau est discrètement coulé au large dans l’incompréhension générale. Son séjour polynésien fut bref : en 2004 il quitte les eaux polynésiennes. En 2008, le Tahitian Princess le suit dans ce départ. Le groupe Princess Cruises a annoncé néanmoins son retour en Polynésie en août 2009. En effet, en octobre 2009, le Pacific Princess a retrouvé les eaux polynésiennes et devrait être remplacé en 2010 par le Royal Princess qui bénéficiera de la nouvelle réglementation fiscale plus attractive.

10En août 2009, le groupe Pacific Beachcomber — propriétaire de tous les hôtels Intercontinental de Polynésie ainsi que de celui en construction à Tetiaroa — a racheté le Paul Gauguin, qui allait être vendu en fin d’année 2009, et devait quitter les eaux polynésiennes puisque tous les repreneurs potentiels annonçant une utilisation en dehors des eaux territoriales. L’objectif de cette acquisition par le groupe, dirigé par Richard Bailey, est de développer les séjours terrestres à Tahiti avant ou après la croisière. Cette reprise est fondamentale pour la compagnie aérienne locale Air Tahiti Nui qui assure les acheminements en avion d’environ 12 000 passagers du Paul Gauguin par an.

1.2. Une dimension du système touristique difficile à appréhender

11La pratique de croisières en Polynésie n’est pas simple à étudier pour plusieurs raisons. D’abord, par définition, ces touristes ne sont pas tout le temps à terre et quand ils y sont, c’est souvent pour un temps limité et ces derniers ne sont pas forcément très disponibles : ils souhaitent profiter de leur escale. Nous avons donc eu du mal à les interroger et à étudier leur profil et leurs pratiques. Ce sont les touristes en croisière sur l’Aranui lors d’une escale faite aux Marquises à Ua Huka que nous avons pu étudier, avec la plus grande précision, en participant à leur accueil au port de Vaipaee auprès de la population locale en mai 2006. En ce qui concerne les grands paquebots de croisière, nous avons fait des enquêtes plus ponctuelles. Nous avons pu en août 2005, lors d’une escale à Bora Bora, rencontrer des passagers du Paul Gauguin. Mais les entretiens ont été beaucoup moins riches et fructueux, car les passagers étaient très souvent pris en charge dès leur arrivée au port de Vaitape, soit par des prestataires touristiques auprès de qui ils étaient inscrits, soit surtout intéressés par trouver des informations ou se promener plutôt que répondre à nos questions, leur temps étant compté.

12Par ailleurs, les statistiques officielles sont très partielles, lacunaires et fluctuantes. Nous avons dépouillé les rapports de fréquentation touristiques annuels du service du tourisme. Ce dernier a parfois du mal à collecter des données. Il se fonde sur les enquêtes de fréquentation opérées auprès des touristes à leur arrivée à l’aéroport, les déclarations des agences et compagnies, et les enquêtes de dépenses touristiques effectuées au départ des touristes à l’aéroport. Les données sont plus ou moins complètes selon les différents types de croisières présentes en Polynésie française :

  • la croisière de ligne en transit (les escales polynésiennes ne sont qu’une étape dans un circuit plus large dans le Pacifique ou lors d’un tour du Monde),

  • la croisière de ligne en circuit complet en Polynésie française,

  • la croisière charter avec ou sans équipage dans les eaux polynésiennes.

13La croisière est souvent considérée comme une activité confidentielle en Polynésie, car elle concerne majoritairement une clientèle aisée et souligne une diffusion inégale de cette pratique entre les îles polynésiennes.

2. La croisière en Polynésie, des lieux ciblés et des pratiques multiformes 

2.1. Une activité avant tout pratiquée par une élite ?

  • 4 Nous avons calculé ce prix à partir des circuits dont les tarifications étaient accessibles sur les (...)

14Les tarifs des circuits de croisière en Polynésie française sont particulièrement élevés. En moyenne la nuitée en haute saison pour une personne lors d’une croisière basée en Polynésie coûte 450 euros sans compter l’acheminement en avion au préalable4. C’est nettement plus élevé que le prix moyen d’une croisière aux Caraïbes « tout-compris » de 7 jours par passager d’environ 350 euros (Dehoorne et al., 2009). Il existe néanmoins des écarts importants (tableau 1) entre des prestations de luxe à près de 1140 euros la nuitée par passager et des circuits plus abordables à 290 euros la nuitée par personne.

Tableau 1. Prix moyen des principaux circuits de croisière en circuit complet en Polynésie en 2009

Navire (Compagnie)

Nom de la croisière

Durée (en nuitées)

Prix moyen pour cette croisière (en euros) en 2009

Croisières de ligne en circuit complet en Polynésie française

Royal Princess (Princess Cruises)

Tahiti & Polynesia Roundtrip from Tahiti

9

2152

Clipper Odyssey (Zegrahm Expeditions)

NC

NC

Spirit of Oceanus (Cruise West)

NC

?

Star Flyer (Star Clippers)

7

2010

Paul Gauguin (PG Cruise Line Limited)

Tahiti & Society Islands

7

3956

Holiday Cruises : Tahiti & Society Islands

7

3956

Australs & Society Islands

11

4694

Society Islands & Tuamotu

10

4335

Marquesas, Tuamotu & Society Islands

14

6050

Aranui 3 (Compagnie polynésienne de transport maritime)

Découverte des Marquises

14

3576

Flotte de 6 catamarans (Archipel croisières)

Bora Pearl Dream

3

1158

Huahine Dream

3

1216

Rangiroa Dream

3

1375

Tikehau Dream

4

1621

Bora Bora Dream

7

2164

Gauguin Dream

7

2164

Atoll Dream

7

2183

Aventure Tuamotu

7

2250

Polynésian Dream

10

3004

Haumana (Haumana croisières)

Lagon Bleu

3

2754

Sable rose

4

3522

Arc-en-Ciel

7

-

Ti’a Moana (Bora Bora Cruises)

Nomade Yachting

6

6795

Exemple de croisière charter en circuit complet en Polynésie française

Flotte de 19 navires (Tahiti Yacht Charter)

Iti iti Bora Bora

3

1533

Iti iti Huahine

3

1533

Duo Nomade

6

3250

Iti iti 100 % lagon

3

1533

Atolls Tuamotu

6

3100

Source : Élaboration par C. Blondy, 2011

  • 5 A. Grenier recense, en 2008, 6 navires accueillant plus de 3000 passagers, 13 entre 2500 et 3000, 5 (...)

15Le coût élevé de ces croisières s’explique de plusieurs manières. Les navires basés en Polynésie française et croisant dans les eaux polynésiennes sont des navires de taille modeste (figure 3) par rapport à la moyenne mondiale. Le gigantisme est de mise et permet des économies d’échelle (Grenier, 2008 ; Dehoorne et al., 2009). Sur les 280 navires de croisière utilisés dans le monde près du tiers sont recensés comme grands navires transportant plus de 1500 passagers5. Le Paul Gauguin, navire transportant à lui seul près du tiers des croisiéristes venant en Polynésie (figure 4), est à classer parmi les petites et moyennes unités.

Figure 3. Répartition des capacités d’accueil entre navires charter (en vert) et navires de croisières (en bleu) en circuit commercial complet en Polynésie française en 2009

Figure 3. Répartition des capacités d’accueil entre navires charter (en vert) et navires de croisières (en bleu) en circuit commercial complet en Polynésie française en 2009

Source : Élaboration par C. Blondy à partir de données SDT-ISPF, 2010

Figure 4. Répartition des passagers transportés entre les différents navires basés en Polynésie française en 2009

Figure 4. Répartition des passagers transportés entre les différents navires basés en Polynésie française en 2009

Source : Élaboration par C. Blondy à partir de données SDT-ISPF, 2010

16Ce coût élevé s’explique également par une offre tournée vers des prestations de luxe. Le Paul Gauguin par exemple offre des prestations de luxe avec 217 membres d’équipage dont l’emblème sont les « Gauguines » dans le langage local. Ces hôtesses de bord polynésiennes accompagnent les croisiéristes dans leur séjour à bord et facilitent leurs escales. Le ratio passager/membre d’équipage est bas (1,5) et permet d’offrir des prestations proches de celles d’un hôtel 5 étoiles, avec la présence de majordomes, de services de luxe comme la présence d’un centre de remise en forme, etc. Les navires croisant en Polynésie ont un ratio qui varie entre 0,9 pour le navire le plus luxueux, le Tia Moana, dont les croisières sont les plus chères et 2.9 pour Archipel croisières, qui offre les coûts de croisières les plus bas (figure 5). Cela reste en dessous de la moyenne des 47 plus gros navires croisant dans le monde qui est de 3 passagers pour un membre d’équipage.

Figure 5. Exemple de ratio passagers/membres d’équipage sur quelques navires croisant dans les eaux polynésiennes en 2009

Figure 5. Exemple de ratio passagers/membres d’équipage sur quelques navires croisant dans les eaux polynésiennes en 2009

Source : Élaboration par C. Blondy à partir de données SDT-ISPF, 2010

17Ce coût s’explique enfin pour les navires basés en Polynésie par le coût de l’avitaillement, marqué par un contexte de coût de la vie élevé en Polynésie française. Les denrées alimentaires, l’entretien des navires, le carburant, le coût de la main d’œuvre, etc. est particulièrement élevé dans cet ensemble pluriarchipélagique peu développé industriellement parlant, isolé et éloigné de la métropole dont elle est très dépendante économiquement (Blondy, 2010).

18On peut donc s’interroger sur le profil des croisiéristes en Polynésie française. En 2009, ce sont essentiellement des Américains (figures 6) qui représentent près de 55 % des croisiéristes en Polynésie. Viennent ensuite les Européens (hors touristes français) avec plus de 21 % des croisiéristes (dont une bonne part est composée d’Allemands, de Britanniques et d’Italiens) puis les Métropolitains représentant 10 %. La pratique de croisière est très répandue auprès des touristes américains : 40 % d’entre eux choisissent de découvrir la Polynésie par la croisière plutôt que par un séjour terrestre en 2008 et près de 30 % en 2009 (figure 7).

1965 % de ces croisiéristes ont entre 45 et 75 ans (ISPF-SDT, 2010). Ils se distinguent de la clientèle en lune de miel qui est généralement plus jeune en Polynésie. Il faut néanmoins faire une distinction selon les types de prestations. Sur les paquebots et sur les yachts de luxe, les croisiéristes retraités sont plus nombreux, tandis que sur les navires de taille plus réduite, et notamment sur les voiliers, la clientèle est un peu plus jeune. Les conditions de navigation éventuellement plus sportive, le panel beaucoup plus réduit des services à bord peuvent en partie expliquer cette différence. Pour les touristes américains, qui choisissent plutôt des croisières de luxe, il s’agit essentiellement de populations appartenant à une élite sociale (cadres supérieurs, professions libérales, chef d’entreprise, etc.). Pour les touristes européens, le profil est plus large.

Figure 6. Origine géographique des croisiéristes en Polynésie française en 2009

Figure 6. Origine géographique des croisiéristes en Polynésie française en 2009

Source : Élaboration par C. Blondy à partir de données SDT-ISPF, 2010

Figure 7. La place de la croisière dans les pratiques touristiques selon l’origine géographique des touristes en 2009

Figure 7. La place de la croisière dans les pratiques touristiques selon l’origine géographique des touristes en 2009

Source : Élaboration par C. Blondy à partir de données SDT-ISPF, 2010

20En ce qui concerne la navigation charter, une part de la clientèle est locale. Cette pratique nautique peut être pratiquée par les habitants locaux soit dans le cadre des loisirs soit dans le cadre de vacances. Il s’agit très souvent de métropolitains expatriés passionnés de voile ou de pêche sportive. La navigation charter peut être également pour eux une manière de faire découvrir la Polynésie à des amis ou de la famille en visite chez eux. Lors des enquêtes qualitatives menées auprès des prestataires, notamment à Tahiti et Moorea, ils expliquent que quelques Polynésiens peuvent également entrer dans leur clientèle. Il s’agit alors de personnes ayant adopté un mode de vie occidental et ayant un niveau de vie assez élevé.

21Ces profils cachent des pratiques très différenciées.

2.2. Les pratiques des croisiéristes : du paquebot-destination au navire-outil

22Il existe plusieurs types de croisières en Polynésie. Le premier type de croisière pratiquée s’apparente à la croisière sur des paquebots ou voiliers de taille moyenne ou grande. Sortes de villes flottantes, ils accueillent des populations importantes, de plusieurs centaines de passagers voire beaucoup plus comme le Rhapsody of Seas avec près de 2000 personnes. Le Paul Gauguin (photographie 1), par exemple, transporte environ 320 passagers. Ce paquebot reste de taille moyenne. Sa conception permet une communion avec le lagon. Les cabines donnent toutes sur le lagon, une grande majorité d’entre elles ayant un balcon ou une terrasse. Une marina intégrée (porte ouverte à l’arrière) permet aux passagers d’accéder directement au lagon pour pratiquer des activités nautiques (kayaks, plongée libre, plongée sous-marine, ski nautique, planche à voile, etc.), ce qui n’est généralement pas systématique dans des paquebots de cette taille. Sur le ponton supérieur se trouve une piscine. Des navettes à heure régulière donnent une plus grande liberté de circulation aux touristes entre le navire et la terre.

Photographie 1. Le Paquebot Paul Gauguin dans le lagon de Bora Bora

Photographie 1. Le Paquebot Paul Gauguin dans le lagon de Bora Bora

Source : C. Blondy, 2006

23Le paquebot a un faible tirant d’eau pour sa taille (156m de long et 22m de large), ce qui lui permet de s’approcher au plus près des côtes et donc de minimiser les temps de débarquement.

24Ces croisières sur de gros bâtiments sont de deux types, soit elles sont réalisées par des navires basés en Polynésie comme le Paul Gauguin soit elles passent par la Polynésie, mais n’y sont pas centrées. Cela n’exclut pas que le Paul Gauguin réalise néanmoins des croisières au départ de Papeete pour d’autres îles du Pacifique.

25Si l’on s’intéresse au cas des croisières focalisées sur la Polynésie, il existe des itinéraires différents (figure 3) selon la durée. Le programme des croisières du Paul Gauguin favorise les îles les plus touristiques. Bora Bora et Moorea sont ainsi privilégiées avec deux jours d’accostage. Il existe des itinéraires incluant d’autres îles des Tuamotu (Fakarava et Rangiroa dont les conditions de navigation sont favorables) et les Marquises. Bora Bora et Moorea demeurent donc des escales incontournables, ce d’autant s’il s’agit d’un navire en transit pour qui seules Tahiti, Moorea et Bora Bora sont programmées dans leur feuille de route.

26Ces paquebots proposent aux touristes toutes les activités d’un hôtel polynésien et parfois même plus, notamment avec la présence d’un casino à bord. Ils proposent d’ailleurs souvent des activités nautiques évitant aux touristes de descendre à terre. Elles concurrencent les prestataires terrestres. Ainsi le Paul Gauguin propose des plongées sous-marines avec des moniteurs diplômés d’État. Néanmoins, la majorité des touristes vont à terre. Lorsqu’ils débarquent sur l’île, ils sont généralement accueillis au niveau d’un quai où des hôtesses et les prestataires d’activités viennent les chercher. À Bora Bora (photographie 2), les touristes du Paul Gauguin sont amenés par la navette amarrée devant le quai. Ils débarquent au niveau du fare construit par le Comité du Tourisme de l’île. Des hôtesses les aiguillent sur les différentes activités et leur donnent des informations sur l’île pour se repérer. Les prestataires viennent démarcher ou chercher les touristes ayant réservé les activités au préalable. Une fois l’activité terminée, les prestataires les ramènent au quai. Tous les touristes ne sont pas forcément intéressés par des activités encadrées. Juste à droite du fare d’information se trouvent le centre artisanal, et au-delà, le centre du bourg de Vaitape. Ils peuvent donc découvrir seuls le village, éventuellement faire du shopping, louer un vélo ou une voiture et découvrir l’île pendant le temps de l’escale. Quand ils restent la nuit à Bora Bora, certains ne rentrent pas dîner sur le bateau et vont dîner dans les hôtels ou les restaurants de l’île, voire dorment à l’hôtel dans un bungalow sur pilotis. C’est une possibilité développée sur le Paul Gauguin qui appartient à la même société que les hôtels Intercontinental. Un couple de touristes ayant réservé un pilotis nous expliquent ainsi avoir été « charmés par ces bungalows mythiques ».

Photographie 2. Le quai de débarquement des touristes de croisière à Bora Bora

Photographie 2. Le quai de débarquement des touristes de croisière à Bora Bora

Source : C. Blondy, 2006

27Sur les navires en transit, les touristes ne sont que des excursionnistes qui n’entrent en contact avec les lieux et les hommes que ponctuellement. Sur le Paul Gauguin, des Polynésiens travaillent. Il existe donc une forme de coprésence professionnelle entre touristes et société locale (Blondy, 2010). Les échanges restent malgré tout essentiellement tournés vers la diffusion d’informations sur les lieux et les activités.

28Ce genre de croisière est essentiellement fréquentée par des touristes américains ou anglo-saxons (canadiens, australiens, britanniques) et allemands. Nous n’avons pas trouvé de chiffres pour chaque bateau, mais les prestataires et les commerçants du village ont confirmé nos observations de terrain.

  • 6 Le Tia Moana a été mis en vente en décembre 2009 suite à la mise en redressement judiciaire de la (...)

29Le deuxième type de croisière est celui des croisières de luxe sur des navires de taille plus modeste. Souvent les prestations sont très luxueuses et s’insèrent dans un séjour plus long où les touristes vont également séjourner à terre. Deux couples interrogés par exemple ont voyagé ensemble et nous ont décrit leur croisière dans les Iles Sous-le-Vent sur un voilier avec équipage. Ils ont opté pour ce mode d’hébergement, car l’un d’entre eux fait beaucoup de voile et savait que les îles de Bora Bora, Raiatea et Huahine étaient particulièrement intéressantes. Ils ont donc embarqué à Raiatea, ils ont séjourné plusieurs jours dans son lagon pour leur permettre de descendre à terre régulièrement et visiter l’île, puis ils ont navigué sur Huahine où ils sont restés quatre jours en mouillant dans le lagon sur plusieurs sites. Ils dormaient sur le bateau, l’utilisaient comme lieu d’ancrage pour la baignade, le farniente, à la place d’une plage, mais se rendaient très souvent à terre pour se promener, faire du shopping, faire des excursions, etc. À Bora Bora, ils ont eu le même fonctionnement. Néanmoins, leur dernière nuit dans l’île, ils l’ont passée dans un hôtel situé sur un motu dans des fare sur pilotis. Le voilier est reparti à vide sur Raiatea avec l’équipage. Ce type de croisière ne se fait pas que sur des voiliers, des yachts peuvent aussi être affrétés. La compagnie Haumana Cruises exploite ainsi un catamaran motorisé de 36m qui croise dans les eaux de Rangiroa (tableau 1 et figure 3). C’est le cas également de la compagnie Bora Bora Cruises. Le yacht Tia Moana6 (photographie 3) peut embarquer une quarantaine de passagers pour des croisières de luxe parfois privatives. Elles aussi souvent s’insèrent dans un séjour où l’hébergement terrestre sera également utilisé avant ou après la croisière. Les deux yachts croisent essentiellement dans les eaux de Bora Bora, Huahine, Raiatea et Tahaa.

30Dans ce type de croisières, il existe des itinéraires et des programmes, mais il est possible également de naviguer à la demande. Lorsque le yacht a été loué dans son intégralité par un même client, la croisière s’adapte plus aux envies des touristes. Néanmoins ce sont essentiellement les îles touristiques qui sont mises en avant dans ces itinéraires et tout particulièrement les Iles-Sous-Le-Vent.

31Il existe une coprésence professionnelle entre touristes et société locale dans la mesure où le personnel réside en Polynésie. Les échanges, la plupart du temps, semblent plus riches d’après notre enquête. La configuration du navire, le plus petit nombre de passagers et de membres d’équipage facilitent sans doute les discussions. Le navire est ici utilisé comme un outil pour découvrir les lieux en mettant l’accent sur le lagon. Par exemple, le Tia Moana dispose de plusieurs ponts dont deux sont équipés de jacuzzi. Il propose un spa et une salle de musculation. Mais il dispose de deux petites « annexes » permettant de rallier la terre et de faire un certain nombre d’activités nautiques, accompagnées souvent par un membre d’équipage. À l’arrière, une plage permet de disposer du lagon pour la baignade, le snorkeling ou d’autres activités.

32Ce type de croisières est pratiqué en grande partie par des touristes d’origine américaine, mais aussi par les touristes européens. Les touristes italiens et français préfèrent généralement les croisières sur voiliers.

Photographie 3. Le yacht de luxe Tia Moana de la compagnie Bora Bora Cruises dans le lagon de Bora Bora

Photographie 3. Le yacht de luxe Tia Moana de la compagnie Bora Bora Cruises dans le lagon de Bora Bora

Source : C. Blondy, 2005

33La croisière sur cargo mixte est le troisième type de pratiques. Les Marquises sont effectivement visitées par des touristes qui ont choisi de loger sur l’Aranui, cargo qui ravitaille les îles des Marquises et permet l’exportation vers Tahiti des productions agricoles. L’Aranui 3 (photographie 4) est équipé comme les autres bateaux évoqués précédemment de nombreux équipements pour satisfaire les touristes. En 2004, un nouveau navire a été exploité, améliorant le confort des cabines, proposant une piscine et une salle de gym, des bars, des salons et une salle de conférences, etc. La compagnie met en avant néanmoins la convivialité de ce type de croisière, se démarquant des paquebots où le nombre de passagers est sous-entendu comme porteur d’anonymat. La brochure n’insiste pas sur le niveau des services, mais bien sur la convivialité.

« L’Aranui III est unique. Nos passagers apprécient son personnel accueillant et serviable, qui leur donne l’impression de faire partie d’une grande famille. L’Aranui III conserve l’intimité chaleureuse de l’ancien Aranui, avec un équipage plus nombreux et disponible. Contrairement aux grands navires, à bord de l’Aranui III, il est facile de lier connaissance avec d’autres croisiéristes. De la salle à manger à votre cabine, vous vous sentirez rapidement chez vous »7.

34Isabelle Ozan, journaliste indépendante et consultante, dans son carnet de bord publié dans le magazine de la compagnie Air Tahiti, lors de la croisière Aranui souligne cette ambiance de convivialité. L’autre élément souvent mis en avant par les passagers interrogés, c’est la présence d’un personnel local qui connaît les lieux dans lesquels la croisière se déroule. Le navire est ici un prétexte à la découverte des lieux notamment sous le signe des échanges avec des locaux et de la culture. La population des îles est souvent fortement impliquée dans l’accueil des croisiéristes (spectacle, restauration, artisanat, activités, etc.) (planche 1) et les contacts avec elle plus fréquents et fructueux (discussions, partage d’un repas, d’une activité, etc.). Les pratiques nautiques sont beaucoup moins mises en avant. Les activités terrestres (randonnées pédestres et équestres, safari en 4x4) et les visites sont les principales activités des touristes pendant la croisière, malgré la présence d’une piscine, de lieux de détente, de conférences, etc. à bord. Par ailleurs, il existe aussi une coprésence touristique (Blondy, 2010) entre les croisiéristes étrangers et locaux – c’est-à-dire issus de la société locale, vivant souvent à Tahiti, Moorea, Bora Bora, Raiatea, généralement des métropolitains expatriés ou des locaux ayant adopté des modes de vie occidentalisés et bénéficiant de hauts revenus – qui peut déboucher sur des échanges absents dans les autres formes de croisières.

Photographie 4. L’Aranui à Tahiti, juste au départ d’une croisière

Photographie 4. L’Aranui à Tahiti, juste au départ d’une croisière

Source : C. Blondy, 2006

Photographie 5. L’accueil des croisiéristes de l’Aranui 3 à Ua Huka (Marquises)

Photographie 5. L’accueil des croisiéristes de l’Aranui 3 à Ua Huka (Marquises)

Source : C. Blondy, 2006

À gauche : l’attente de quelques habitants qui se transforme pour l’occasion en conducteur de taxi.
A droite : une danse marquisienne dans le jardin de la mairie pour souhaiter la bienvenue aux touristes.

35Les pratiques liées à la croisière engendrent une appropriation de l’espace très différente. Il existe une plus grande rupture avec l’espace d’accueil. Néanmoins, une fois à terre, les touristes peuvent s’approprier l’espace dans un temps plus réduit, mais selon des modalités proches de celles des touristes en hébergement terrestre. Le cas des touristes sur le Paul Gauguin, en navigation charter voile ou celui des touristes sur l’Aranui est un peu particulier, car, il permet d’avoir un contact avec une population locale à bord. Néanmoins, entre ces trois types de croisières il existe un gradient dans la rencontre de l’Autre. Le plus faible correspond à la croisière sur paquebot. La découverte de la culture locale n’est pour autant pas impossible : des groupes de danse, des mama des centres artisanaux ou des conférenciers peuvent monter à bord. Les échanges peuvent être donc plus ou moins forts.

36Ces différents types de croisière investissent également plus ou moins différemment les lieux.

2.3. Entre croisière de transit, croisière basée en Polynésie et navigation charter : une hiérarchisation forte de l’espace polynésien

Figure 8. Nombre d’entrées de croisiéristes par île en Polynésie française 2009

Figure 8. Nombre d’entrées de croisiéristes par île en Polynésie française 2009

Source : Élaboration par C. Blondy à partir de données SDT-ISPF, 2010

Figure 9. Nombre d’escales de croisières par île en Polynésie française 2009

Figure 9. Nombre d’escales de croisières par île en Polynésie française 2009

Source : Élaboration par C. Blondy à partir de données SDT-ISPF, 2010

Figure 10. Exemple d’itinéraires de croisière de ligne en circuit complet en Polynésie française 2009

Figure 10. Exemple d’itinéraires de croisière de ligne en circuit complet en Polynésie française 2009

Source : Élaboration par C. Blondy, 2010

Figure 11. Exemple d’itinéraires de croisière de la compagnie Tahiti Yacht Charter en Polynésie française 2009

Figure 11. Exemple d’itinéraires de croisière de la compagnie Tahiti Yacht Charter en Polynésie française 2009

Source : Élaboration par C. Blondy, 2010

37La croisière polynésienne est également peu développée en termes d’emprise spatiale (carte 3) et imprime une forte hiérarchie dans l’espace polynésien. Sur les 118 îles polynésiennes, les îles « touchées » par les trajets de croisière sont peu nombreuses (carte 2). Les conditions nautiques et la possibilité d’accostage des navires expliquent en partie cette faible emprise. Certaines îles ne disposent pas de passe permettant d’entrer dans le lagon depuis l’océan. Les différences de tirant d’eau des navires expliquent également des trajets très différents en fonction des possibilités de navigation.

38L’analyse du nombre de croisiéristes (carte 1), d’escales (carte 2) par île et des itinéraires des croisières de ligne (carte 3) et des croisières charter (carte 4) permet de mettre en évidence une hiérarchie des îles qui souligne le lien entre îles intégrées à des circuits de croisière et îles où la fréquentation touristique via l’hébergement terrestre est forte. Le foyer majeur de la croisière de ligne se situe dans l’archipel de la Société, même si les itinéraires de croisières jouent sur les échelles (carte 3). Certains s’étalent à l’échelle de la Polynésie française et permettent de découvrir plusieurs archipels. D’autres se focalisent sur un seul archipel. Enfin, certains se concentrent sur une seule île. C’est le cas d’un certain nombre de croisières vendues sur Rangiroa.

39Trois îles, Tahiti, Moorea et Bora Bora, se détachent et s’imposent comme des îles dotées de ports majeurs (carte 3). Elles sont intégrées dans tous les circuits de croisière de ligne dites de et accueillent le plus grand nombre de paquebots et de passagers en transit (tableau 2) considérés alors comme des excursionnistes. L’analyse des circuits des paquebots de passage en 2009 souligne la prééminence de l’Archipel de la Société, ces derniers ne s’arrêtant généralement qu’au port de Papeete, dans la baie de Cook et/ou d’Opunohu à Moorea et dans le lagon de Bora Bora au large de Vaitape.

Tableau 2. Les navires de croisière en transit en Polynésie en 2009

Tableau 2. Les navires de croisière en transit en Polynésie en 2009

Source : SDT-ISPF, 2010.

40Bora Bora est l’île incontournable, étant la plus visitée (87 % des croisiéristes) et totalisant le plus grand nombre d’escales en 2009. Elle est suivie de près par Tahiti et Moorea (85 % des croisiéristes les visitent). Dans ces trois îles, les escales sont également systématiques et les plus longues dans le cadre des croisières de ligne basées en Polynésie sur paquebot, comme le Paul Gauguin.

41Tahiti et Moorea sont par contre souvent moins présentes dans la navigation charter (carte 4) sauf pour des sorties à la journée par exemple la découverte de Tetiaroa avec Jet France ou l’Escapade au départ de Papeete ou la découverte de la presqu’île de Tahiti. La navigation charter est essentiellement focalisée sur Raiatea.

42Dans la hiérarchie, suivent les îles dotées de ports secondaires qui peuvent avoir un nombre d’esca les important, mais accueillent un petit peu moins de croisiéristes de ligne en circuit complet en Polynésie et surtout beaucoup moins de croisiéristes de transit. C’est le cas de Raiatea, Tahaa, Huahine et Rangiroa. En effet, il existe un décalage entre la répartition du nombre d’escales (carte 2) et du nombre de croisiéristes (carte 1) par îles en 2009. Raiatea et Tahaa totalisent un plus grand nombre d’escales, mais elles accueillent une part moins importante des croisiéristes : Raiatea (72 %) et Tahaa (65 %). Ce décalage s’explique par le type de croisière transitant par ces îles. Tahaa (158 escales) et Raiatea (150) sont des îles intégrées à de très nombreux circuits vendus par Archipels croisières qui privilégie les Iles Sous-le-Vent et quelques îles des Tuamotu, mais utilise des navires de petite taille offrant donc sur l’année une capacité de passagers moins importante que des navires plus imposants.

Figure 12. Nombre de navires exploités en navigation charter en Polynésie française en 2009

Figure 12. Nombre de navires exploités en navigation charter en Polynésie française en 2009

Source : Elaboration personnelle, 2010.

43En termes de navigation charter (carte 5), Raiatea est la base de la majorité des navires (environ 70 % des navires et de la capacité d’accueil des navires) croisant à la demande en Polynésie et offre la plus grande capacité de navigation. L’une des principales compagnies de navigation charter en Polynésie, Tahiti Yacht Charter, y est installée avec plus d’une vingtaine de navires et vend plus de 300 croisières à l’année. Excepté pour ce type d’entreprises qui propose aussi des circuits pré-définis essentiellement tournés vers les Iles Sous-le-Vent voire Fakarava (carte 4), il est très difficile de déterminer quelles sont les îles choisies lors des trajets empruntés. En effet, la clientèle peut choisir son itinéraire et sa durée. Les données sont donc assez difficiles à recueillir. D’après le Service du Tourisme, les navires restent néanmoins essentiellement dans les Iles Sous-le-Vent. En 2009, 7821 passagers ont été enregistrés par les entreprises pour 8419 jours de navigation vendus.

44Rangiroa et Huahine sont classées parmi ces îles aux ports secondaires dans la mesure où elles sont intégrées dans certains circuits du Paul Gauguin qui a opéré en 2009 respectivement 3 et 4 escales emmenant 1319 et 977 croisiéristes sur ces deux îles. Elles bénéficient également de circuits propres. L’île de Rangiroa, réputée en plongée pour la diversité de sa faune aquatique, a été ainsi investie par des circuits de croisière de ligne centrée sur elle seule. La compagnie Haumana s’est ainsi « spécialisée » sur cette destination même si elle peut à la demande bâtir d’autres itinéraires.

45La plupart des îles des Marquises (Nuku Hiva, Hiva Oa, Ua Huka, Ua Pou, Tahuata, Fatu Hiva) et Fakarava dans les Tuamotu s’apparentent à des îles dotées de ports périphériques. Ils sont intégrés dans quelques circuits de croisière de ligne notamment dans le circuit du cargo mixte Aranui 3, mais ils restent très dépendants d’une ou deux compagnies et/ou d’une île mieux intégrée aux itinéraires les plus fréquentés. Le nombre d’escales et de croisiéristes y est également nettement plus faible.

46Enfin on observe des îles dotées de ports marginaux dont les escales sont très ponctuelles et aléatoires d’une année sur l’autre. Ces ports sont souvent reliés à des ports d’embarquement d’autres îles. C’est le cas par exemple de Tikehau qui n’est pas fréquenté par des gros navires de ligne, mais peut être une escale lors de croisières sur navires plus modestes (affrétés par exemple par Archipel Croisières) partant de Rangiroa.

47Le prisme de la croisière permet de souligner la hiérarchisation de l’espace polynésien entre pôles majeurs de croisière et espaces marginaux, voire totalement oubliés, en passant par des espaces relais. Qu’en est-il des enjeux de développement et d’aménagement qui en découlent ?

3. La croisière en Polynésie française : enjeux d’aménagement et de développement

3.1. Un système d’acteurs complexe oscillant entre ancrage local et influences exogènes

48Les principaux acteurs du système croisière en Polynésie sont les croisiéristes dont nous avons analysé profils et pratiques précédemment. À côté se déclinent des acteurs organisationnels dont les acteurs institutionnels (le gouvernement de Polynésie française, les services territoriaux, les Groupements d’intérêt économique gravitant autour de la croisière, le port autonome de Papeete, l’État, etc.) qui à travers les politiques adoptées ont pu être des catalyseurs ou des freins au développement de la croisière, enfin les acteurs professionnels (compagnies ou opérateurs affrétant les navires et personnel navigant). À côté de ces acteurs principaux, il existe des acteurs indirects de ce système appartenant au système touristique plus large : hôteliers, compagnie aérienne, prestataires d’activités touristiques, commerçants, restaurateurs à terre, etc. qui peuvent bénéficier lors d’une escale ou à l’embarquement ou au débarquement de la présence de croisiéristes. Nous focaliserons sur les acteurs institutionnels et les opérateurs.

49Le versant institutionnel du jeu d’acteurs est plutôt favorable au développement de la croisière. Il existe ainsi un régime incitatif mis en place par le pouvoir local pour développer l’activité de croisière. Néanmoins, ce dernier est essentiellement destiné aux paquebots ou aux navires d’au moins 12 cabines dans le cadre d’un agrément ou d’une convention. La croisière bénéficie ainsi du principe de défiscalisation locale notamment en termes de construction de navires de croisière ou de navigation charter.

50Cette dernière si elle s’exerce sous licence permet d’accéder à d’autres nombreux avantages : exonérations partielles au régime fiscal et douanier pour l’importation ou la construction locale du navire, TVA réduite à 5,5 % et déductibilité de la TVA, aide à la promotion grâce au GIE Tahiti Tourisme. La licence est indispensable pour pouvoir bénéficier des mesures de défiscalisations locales et très demandée par la plupart des tours opérateurs ou organismes d’assurances.

51De manière plus générale, il existe des aides financières pour les projets touristiques, notamment l’ACDE (aide à la création ou au développement d’entreprises), éligibles dans toute la Polynésie, et des aides spécifiques aux îles autres que celles de Tahiti et Moorea délivrées par le FDA (Fonds de Développement des Archipels). Des aides indirectes peuvent également être accessibles aux porteurs de projet d’entreprises de croisière grâce à l’obtention de prêts particuliers favorisant leur démarrage ou leur développement.

  • 8 Extrait du communiqué de presse de la Commission des affaires économiques, chargé du tourisme, de l (...)

52En 2010, une nouvelle loi a été adoptée remplaçant l’appareil juridique et législatif qui régissait la croisière dans les eaux polynésiennes. Ce dernier était pointé du doigt pour expliquer en partie le départ de gros paquebots comme le Tahitian Princess en 2008. Cette réglementation ancienne était perçue comme inégalitaire : les paquebots en transit n’étaient pas soumis à la réglementation locale et ne payaient aucune taxe au titre de cette activité alors qu’ils utilisaient les infrastructures mises à disposition. Elle était contraignante. Les paquebots par exemple devaient passer une convention bipartite liant le navire à la Polynésie française pour une durée contractualisée. La loi remplace la taxe sur l’activité de croisière et la redevance de promotion touristique par la taxe pour le développement de croisière (4,2 euros par passager et par escale), avec une possibilité de remise en fonction du nombre d’escales touristiques effectuées. Cette taxe a pour but de « lever des fonds pour aménager des zones touristiques, l’accueil, les animations, les manifestations, et ainsi financer des programmes de nettoyage et d’embellissement des sites touristiques pour la préservation de l’environnement »8. Jusqu’à cette loi, les taxes étaient reversées au budget promotionnel du GIE Tahiti Tourisme. La taxe est versée à un fonds via le Port autonome de Papeete chargé de sa collecte. Cette taxe trouve des détracteurs qui considèrent que c’est un manque à gagner pour les opérateurs de croisières de transit qui jusqu’alors n’avaient rien à payer. Elle peut néanmoins traduire une envie d’améliorer la situation même si elle ne contente pas tous les acteurs.

  • 9 « Le “Père de la croisière” en Polynésie française s’en est allé », Tahitipresse, 2 juin 2010. Jean (...)

53L’origine des compagnies de croisières de transit ou en circuit complet en Polynésie française est assez diversifiée. Les opérateurs de croisières en transit sont tous étrangers (tableau 2). L’internationalisation des opérateurs de croisière en circuit complet en Polynésie française est moins marquée (tableau 1). Quelques compagnies sont effectivement locales même si elles font parfois appel à des investisseurs étrangers. L’Aranui 3 est ainsi affrété par la Compagnie polynésienne de Transport maritime. Bora Bora Cruises est une société locale. Derrière le Paul Gauguin, se cache le groupe Pacific Beachcomber appelé également Tahiti Beachcomber (TBSA) dirigé par un Américain Richard Bailey, arrivé en 1989 à Tahiti. Il a repris l’exploitation du paquebot, au départ exploité on l’a vu précédemment par un opérateur américain Radisson Seven Seas Cruises, sous l’impulsion de Jean-Claude Potier, considéré comme le « père de la croisière » contemporaine Polynésie française9. Grâce à son réseau dans le monde touristique et dans le monde des armateurs, il est donc à l’origine de l’exploitation Paul Gauguin dont il est de 1998 à 2003, le directeur général et invente le concept des « Gauguines », mais aussi de la venue du Star Flyer. On voit donc une influence extérieure très forte dans la mise en place et la gestion de ce secteur d’activités.

54C’est dans la navigation charter que les entreprises locales sont les plus nombreuses. Néanmoins, un certain nombre d’entre elles sont aux mains de personnes qui ne sont pas originaires de Polynésie. Des navigateurs professionnels ou amateurs d’origine métropolitaine ou étrangère ont pu s’installer en Polynésie et monter une entreprise touristique.

55Parallèlement des associations ont pu émerger pour favoriser le développement de la croisière. En avril 2009 le Tahiti Cruise Club est fondé. Il a pour but de défendre les intérêts du secteur auprès des instances institutionnelles et a ainsi participé aux discussions sur la nouvelle réglementation adoptée en 2010. Ces associations jouent un rôle majeur également dans la mise en place de l’accueil des touristes lors des escales. Par exemple lors de l’escale du Dawn princess en juillet 2009 à Papeete, les différents acteurs de la croisière réunis au sein du TCC ont mis en place des opérations : nettoyage de la ville, dégustation de produits polynésiens au Marché de Papeete, animations (danses, chants, artisanat, etc.), et visites guidées gratuites du centre-ville.

56Néanmoins, cet accueil est loin d’être systématique. Il est plutôt réservé aux gros paquebots en transit. Un journaliste est assez sarcastique sur l’accueil réservé à Papeete aux croisiéristes sur le blog du Courrier International. Il considère que Papeete est un véritable « purgatoire » par rapport aux autres îles polynésiennes.

« La carte postale grimace. Des façades laides et lézardées, un trafic dantesque, ça pue le diésel, les magasins sont sinistres et les trottoirs défoncés. […]  Seul, l’office du tourisme résiste dans cette laideur environnante. Mais il ferme à 17 heures. D’ailleurs, tout ferme à 17 heures. Sauf les banques qui, elles, se claquemurent à 16,30 heures. Les rideaux de fer des boutiques tombent à 16,59 heures aussi sûrement que les terrasses de café se remplissent d’autochtones venant siroter une bière à un prix astronomique. Le touriste […] est un peu perdu, aussi. Lors de ses escales à Honolulu, Fidji, Auckland, Rarotonga, on était gentil et prévenant et souriant et chouchoutant; selon l’adage : le client est roi, privilégié. Ici, à Papeete, le sourire est rare, le service dédaigneux, le touriste sent qu’il est le casse-pieds de service. Ici, le message qu’il retient est le suivant : “Tu t’adaptes, coco, tu paies le prix fort, tu es chez nous, tu vises un peu le privilège, là ?”. Bref, le rapport qualité/prix est un désastre. D’ailleurs l’argent n’achète pas grand-chose à Papeete. Tout y est exorbitant. »10

57 L’auteur force certes le trait, mais il existe un manque réel d’investissement d’une partie des acteurs locaux dans l’accueil des croisiéristes et de manière générale des touristes, qui montre un décalage entre un discours quasi unanime favorable au tourisme considéré comme rare ressource pour un développement économique du territoire et la pratique (Blondy, 2010).

3.2. Une activité aux retombées économiques non négligeables

  • 11 « Croisière : le premier des quatre paquebots est arrivé à Papeete », Tahitipresse, 9 octobre 2009.

58Dans le discours usuel11, la croisière est souvent accusée d’occasionner peu de retombées pour le territoire d’accueil : le personnel des navires n’est pas local et le navire est un concurrent direct de l’hôtellerie terrestre voire des autres services à terre.

59Pourtant l’enquête menée par l’ISPF montre très nettement que la croisière occupe une place non négligeable dans les revenus du tourisme (figure 8). Au total, les dépenses touristiques des croisiéristes s’élèvent à 67,6 millions d’euros sur les 317 millions dépensés par l’ensemble des touristes, soit plus de 21 % du total alors qu’ils ne représentent un peu moins de 19 % des touristes en Polynésie française. Il faut néanmoins nuancer ce propos dans la mesure où ces dépenses englobent les dépenses à terre et à bord. En revanche cette enquête menée au départ des touristes à l’aéroport de Tahiti Faaa ne tient pas compte des croisiéristes en transit.

Figure 13. Dépenses touristiques par type d’hébergement et par poste en Polynésie française en 2009

Figure 13. Dépenses touristiques par type d’hébergement et par poste en Polynésie française en 2009

Source : Élaboration par C. Blondy, 2010

60Les pratiques croisière/séjour terrestre ne s’opposent donc pas forcément voire se complètent notamment quand il s’agit de croisière en circuit complet en Polynésien. Les croisiéristes consomment un billet d’avion pour être pré-acheminés et souvent une nuit d’hôtel avant l’embarquement ou après le débarquement.

  • 12 La dépêche de Tahiti, « La croisière se désole » 27 janvier 2010

61Par ailleurs, ces croisiéristes lors des escales consomment des services. Les croisiéristes peuvent acheter leurs activités à bord du navire ou à terre. L’impact économique de ces paquebots est apparemment très différent selon les prestataires et les îles. À Raiatea, le départ du Star Flyer a été vécu comme un terrible coup d’arrêt pour certains prestataires qui estiment avoir perdu la moitié de leur activité12. Les pertes sont évaluées à près de 2 milliards de FCFP (presque 17 millions d’euros). Pour d’autres, les croisiéristes sont un marché peu accessible, car plus de la moitié des prestations d’activités à terre sont vendues à bord, or, si les prestataires ne sont pas dans les réseaux de l’opérateur de croisières, ils ne sont pas proposés aux touristes. Il en va de même pour les boutiques et les fare artisanaux. Une partie des touristes peuvent acheter certains produits dans les boutiques à bord, parfois certaines mama viennent à bord vendre leur production et concurrencent les autres artisans ou commerçants à terre. Il semble évident que les conséquences sont d’autant plus lourdes que l’île est moins touristique. Dans les îles où les croisiéristes correspondent à une grande partie des touristes, cela pose de réels problèmes dès qu’un navire cesse ses rotations. À Moorea, Bora Bora ou Tahiti, principaux pôles touristiques, les touristes en hébergement terrestres y sont proportionnellement plus nombreux et permettent non pas de compenser, mais d’amortir le choc.

62En définitive, l’impact est très aléatoire selon la capacité du navire, la récurrence des escales, le mode de fonctionnement de la croisière, et la nature des activités des prestataires et leur intégration dans le réseau des acteurs de la croisière.

3.3. Une activité favorisant l’aménagement urbain ?

  • 13 Communiqué du CESC du 20 juillet 2010 sur la loi sur la croisière. Source : www.cescf.pf

63Selon le Conseil économique, social et culturel de Polynésie française13, l’une des raisons de la fuite des paquebots serait le manque d’équipement d’accueil, ou leur vétusté. L’exemple de Moorea est flagrant. Les sites d’accueil sont assez délabrés et mal équipés en infrastructures sanitaires par exemple.

Photographie 6. Papeete, un port multifonctionnel, une place non négligeable accordée à la fonction touristique

Photographie 6. Papeete, un port multifonctionnel, une place non négligeable accordée à la fonction touristique

Source : Photographie : C. Blondy, 2005, image satellite ; Google Earth, 2009.

64Seule Papeete a mis en place une vaste politique de réaménagement du front de mer. La place du tourisme dans les infrastructures portuaires de la ville est importante (planche 4). La plaisance, la croisière et les lignes de transport interinsulaires occupent une bonne partie du front de mer à l’Est. Non investies, plus ou moins bien fréquentées, coincées entre la mer et le boulevard Pomare où la circulation est dense, de larges zones étaient plus ou moins à l’abandon, en friches, ou alors utilisées très ponctuellement pour déposer des pirogues. La population locale y était assez peu présente. La nécessité d’organiser l’accueil des croisiéristes et d’embellir ces lieux s’est imposée : de multiples aménagements sont sortis de terre.

  • 14 Il s’agit de l’office de tourisme de Papeete qui se trouve juste en arrière du quai des paquebots.

65En 1999, un schéma directeur d’aménagement du port pour la période 2000-2009 a été adopté par le conseil d’administration du Port autonome de Papeete. C’est dans ce cadre qu’ont été construits deux épis perpendiculaires au quai pour l’accostage simultané de 4 navires (planche 2). La mise en valeur du Fare Manihi14 participe à la politique d’accueil des croisiéristes. Depuis le milieu des années 2000, un fare artisanal, où des mamas travaillent et vendent des objets, s’est installé à proximité. Toutes les infrastructures portuaires non touristiques ont été repoussées à l’est et au nord du port. En 2006, le projet de construction d’une gare maritime à côté du quai des paquebots a été adopté. Elle devrait être inaugurée en 2012.

66Enfin l’aménagement des places Toa’ata et Vaiate en 2000 et de parcs a permis à la population de trouver ici de nouveaux lieux de sociabilité (emplacement des roulottes, spectacles, etc.). Le dernier lieu créé est le parc Kokulea. L’objectif du projet est double : donner un espace récréatif pour la population locale et développer une vitrine touristique de la Polynésie. Des essences végétales des différents archipels sont ainsi présentées. La population a immédiatement intégré cet espace, comme lieu de détente, de promenade en famille ou entre amis. (Blondy, 2010)

67Il existe une boucle de rétroaction positive entre développement de la croisière, valorisation touristique du front de mer, aménagement urbain et réappropriation des lieux par la société locale. En définitive, le front de mer a été approprié par la population grâce au tourisme, ce qui a donné la dimension humaine et chaleureuse aux lieux, fondamentale dans le mythe tahitien qui conduit une partie des croisiéristes en Polynésie. Le tourisme de croisière a ainsi participé à travers les aménagements et les pratiques qui en découlent au renforcement de l’urbanité de la ville. (Duhamel, Knafou, 2007)

68Il n’existe pas réellement d’équivalent dans les autres îles. Moorea a deux espaces à Papetoai et Pao Pao pour accueillir les passagers des paquebots, mais ils restent déserts quand il n’y a pas de navires, comme à Vaitape (Bora Bora). Ailleurs, il n’y a pas systématiquement des aménagements spécifiques comme un fare spécialement conçu pour l’accueil des croisiéristes. Ces derniers s’adressent à un comité de tourisme — s’il en existe un dans l’île — qui sert également aux touristes en hébergement terrestre. Il n’y a donc pas d’aménagements qui peuvent être appropriés par les populations locales et être des lieux de coprésence entre touristes et société locale. La croisière est donc un outil à l’efficacité inégale pour renforcer l’urbanité des lieux d’escale.

Conclusion

69Malgré une configuration territoriale intéressante, la croisière est une activité qui a du mal à décoller en Polynésie française. Le manque d’équipement, d’animations, la complexité et les contraintes des procédures jusque récemment ont été des facteurs de ce mal développement. Les pratiques de croisière sont relativement diversifiées, mais ce sont des croisières généralement de luxe. Seule la croisière charter peut proposer des prestations moins luxueuses. De manière générale, la croisière est très largement internationalisée en termes de clientèle et d’opérateurs. Depuis quelques années, il y a une volonté de mettre en place une politique de développement de la croisière qui passe entre autres choses par une politique d’aménagement urbain à Papeete dont l’un des enjeux est de mieux accueillir les passagers des paquebots qui accostent sur le front de mer.

Haut de page

Bibliographie

Blondy, C. (2010). Les territoires touristiques polynésiens : Une lecture géographique de la participation de la société locale au système touristique, Bordeaux III, Thèse de doctorat, 781 p.

Dehoorne, O., C. Murat, N. Petit-Charles (2009). « Le tourisme de croisière dans l’espace caribéen : évolutions récentes et enjeux de développement », Études caribéennes, n° 13-14 | Décembre 2009.

Duhamel, P, Knafou, R. (dir.) (2007). Mondes urbains du tourisme, Paris, Belin, 366 p.

Grenier, A. (2008). « Le tourisme de croisière », Téoros, n° 27-2.

Saquet, J.-L. (2005). Moana, De Tahiti, des îles, des hommes et de la mer, Papeete, Polymages, 160 p.

South Pacific Tourism Organisation (2003). South and Central pacific Cruise Shipping, 28 p.

Presse

La dépêche de Tahiti, « La croisière se désole » 27 janvier 2010

« Croisière : le premier des quatre paquebots est arrivé à Papeete », Tahitipresse, 9 octobre 2009.

« Le “Père de la croisière” en Polynésie française s’en est allé », Tahitipresse, 2 juin 2010.

Haut de page

Notes

1 http://www.portdepapeete.pf/activites/croisiere.php, consulté le 8 juin 2009.

2 SPTO (South Pacific Tourism Organisation), 2003, South and Central pacific Cruise Shipping, 28p.

3 Samoa américaines, les îles Cook, Micronésie, Fidji, Polynésie française, Kiribati, Iles Marshall, Nouvelle-Calédonie, Niue, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Samoa, Iles Salomon, Tonga, Tuvalu, Vanuatu.

4 Nous avons calculé ce prix à partir des circuits dont les tarifications étaient accessibles sur les brochures des compagnies consultées en janvier 2009 sur leur site Internet. Nous avons travaillé sur la haute saison touristique. La tarification tient compte des différentes catégories de cabines présentes sur les navires.

5 A. Grenier recense, en 2008, 6 navires accueillant plus de 3000 passagers, 13 entre 2500 et 3000, 56 entre 1500 et 2500, et une centaine peuvent transporter au moins 1000 passagers.

6 Le Tia Moana a été mis en vente en décembre 2009 suite à la mise en redressement judiciaire de la société Bora Bora Cruises en novembre 2009. La vente de l’un des deux yachts a permis de remettre à flot la société et de continuer l’exploitation du second yacht.

7 www.aranui.com

8 Extrait du communiqué de presse de la Commission des affaires économiques, chargé du tourisme, de l’agriculture, de la mer et des transports de l’Assemblée de Polynésie, dirigée par Jacqui Drollet, paru dans Tahitipresse le 6 septembre 2010.

9 « Le “Père de la croisière” en Polynésie française s’en est allé », Tahitipresse, 2 juin 2010. Jean-Claude Potier a eu une carrière prestigieuse dans le monde de la croisière. Pendant 20 ans il a été le représentant à New York pour les Amériques de la Compagnie générale transatlantique. En 1974, directeur de croisière sur le paquebot France, il devint l’inaugurateur des croisières en Amazonie pour le compte de Mariott Corporation, une société hôtelière. Fondateur de la compagnie Wind Star, c’est grâce à lui que le paquebot vient croiser dans les eaux polynésiennes.

10 http://ileslointaines.blogs.courrierinternational.com/archive/2009/10/09/papeete-le-purgatoire-de-la-polynesie-francaise.html

11 « Croisière : le premier des quatre paquebots est arrivé à Papeete », Tahitipresse, 9 octobre 2009.

12 La dépêche de Tahiti, « La croisière se désole » 27 janvier 2010

13 Communiqué du CESC du 20 juillet 2010 sur la loi sur la croisière. Source : www.cescf.pf

14 Il s’agit de l’office de tourisme de Papeete qui se trouve juste en arrière du quai des paquebots.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution du nombre de croisiéristes entre 1984 et 2009
Crédits Source : Élaboration par C. Blondy à partir de données SDT-ISPF, 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5143/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 2. Évolution de la flotte des navires de croisière en Polynésie depuis les années 1960
Crédits Source : Élaboration par C. Blondy à partir de SAQUET (2005), 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5143/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Titre Figure 3. Répartition des capacités d’accueil entre navires charter (en vert) et navires de croisières (en bleu) en circuit commercial complet en Polynésie française en 2009
Crédits Source : Élaboration par C. Blondy à partir de données SDT-ISPF, 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5143/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 4. Répartition des passagers transportés entre les différents navires basés en Polynésie française en 2009
Crédits Source : Élaboration par C. Blondy à partir de données SDT-ISPF, 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5143/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 5. Exemple de ratio passagers/membres d’équipage sur quelques navires croisant dans les eaux polynésiennes en 2009
Crédits Source : Élaboration par C. Blondy à partir de données SDT-ISPF, 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5143/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 6. Origine géographique des croisiéristes en Polynésie française en 2009
Crédits Source : Élaboration par C. Blondy à partir de données SDT-ISPF, 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5143/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 7. La place de la croisière dans les pratiques touristiques selon l’origine géographique des touristes en 2009
Crédits Source : Élaboration par C. Blondy à partir de données SDT-ISPF, 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5143/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Photographie 1. Le Paquebot Paul Gauguin dans le lagon de Bora Bora
Crédits Source : C. Blondy, 2006
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5143/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Photographie 2. Le quai de débarquement des touristes de croisière à Bora Bora
Crédits Source : C. Blondy, 2006
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5143/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Photographie 3. Le yacht de luxe Tia Moana de la compagnie Bora Bora Cruises dans le lagon de Bora Bora
Crédits Source : C. Blondy, 2005
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5143/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Photographie 4. L’Aranui à Tahiti, juste au départ d’une croisière
Crédits Source : C. Blondy, 2006
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5143/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Photographie 5. L’accueil des croisiéristes de l’Aranui 3 à Ua Huka (Marquises)
Crédits Source : C. Blondy, 2006
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5143/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 8. Nombre d’entrées de croisiéristes par île en Polynésie française 2009
Crédits Source : Élaboration par C. Blondy à partir de données SDT-ISPF, 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5143/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 9. Nombre d’escales de croisières par île en Polynésie française 2009
Crédits Source : Élaboration par C. Blondy à partir de données SDT-ISPF, 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5143/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 10. Exemple d’itinéraires de croisière de ligne en circuit complet en Polynésie française 2009
Crédits Source : Élaboration par C. Blondy, 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5143/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 11. Exemple d’itinéraires de croisière de la compagnie Tahiti Yacht Charter en Polynésie française 2009
Crédits Source : Élaboration par C. Blondy, 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5143/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 2. Les navires de croisière en transit en Polynésie en 2009
Crédits Source : SDT-ISPF, 2010.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5143/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 12. Nombre de navires exploités en navigation charter en Polynésie française en 2009
Légende Source : Elaboration personnelle, 2010.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5143/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 13. Dépenses touristiques par type d’hébergement et par poste en Polynésie française en 2009
Crédits Source : Élaboration par C. Blondy, 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5143/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Photographie 6. Papeete, un port multifonctionnel, une place non négligeable accordée à la fonction touristique
Crédits Source : Photographie : C. Blondy, 2005, image satellite ; Google Earth, 2009.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5143/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Blondy, « La croisière dans l’espace polynésien : jeux de lieux et d’acteurs, pratiques, aménagements et enjeux de développement », Études caribéennes [En ligne], 18 | Avril 2011, mis en ligne le 15 avril 2011, consulté le 28 avril 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/5143 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.5143

Haut de page

Auteur

Caroline Blondy

Equipe Agîle (Approche géographique : Iles, littoraux, environnement) du Laboratoire LIENSS (Littoral, Environnement, Sociétés), UMR 7266, Université de La Rochelle, France, Professeur agrégée de géographie, Chercheur associée, Caroline.blondy@univ-lr.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org