Navigation – Plan du site
Le tourisme de croisière : territorialisation, construction des lieux et enjeux de développement

Les croisières académiques mènent-elles à de l’interculturel ? Le cas du Scholar Ship (2007-2008)

Can Academic cruises lead to the intercultural? The case of the Scholar Ship (2007-2008)
Fred Dervin

Résumés

En 2007, environ 200 étudiants de 35 pays différents ont pris place à bord du MV Oceanic II dans le cadre du programme universitaire The Scholar Ship. Fondé conjointement par la compagnie Royal Caribbean Cruises Ltd. (RCC) et un consortium de 10 universités internationales, ce « Semester at Sea » proposait aux étudiants de faire le tour du monde sur ce bateau de croisière durant 16 semaines, d’y suivre une variété de cours et de « faire du terrain » touristique et académique à chaque escale. L’objectif central de cette croisière (renouvelée en 2008 puis abandonnée par manque de fonds) était d’amener les étudiants à développer leur compétence interculturelle. Je propose d’examiner la vision de l’ « interculturel » résultant de cette expérience à travers divers documents (récits, blogs, documents officiels, etc.). Ce type de croisière académique mène-t-elle vraiment à des rencontres interculturelles – terme que nous questionnerons ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

« Les touristes, aujourd’hui, voyagent entre deux séries d’images : celles qu’ils ont vues avant de partir et celles qu’ils regardent au retour, après les avoir fabriquées sur place »
Marc Augé (2003, 132)

  • 1  Al Akhawayn (Maroc) ; Cardiff (G.B.) ; Fudan (Chine) ; Macquarie (Australie) ; Tecnológico de Mont (...)

1En 2007, environ deux cents étudiants universitaires de trente-cinq pays différents ont pris place à bord du MV Oceanic II dans le cadre du programme baptisé The Scholar Ship. Fondée conjointement par la compagnie Royal Caribbean Cruises Ltd. (RCC) et un consortium d’universités internationales1, l’initiative proposait aux étudiants de faire le tour du monde sur ce bateau de croisière durant seize semaines, d’y suivre une variété de cours et de « faire du terrain » touristique et académique durant certaines escales. Pour B. W. Ritchie (2003 : 56), spécialiste du tourisme éducatif, il est de plus en plus nécessaire d’apprendre à comprendre les effets, qu’ils soient économiques, sociaux, environnementaux, marketing et personnels de ce type de mobilité dite académique (Byram & Dervin, 2008).

2L’objectif central de cette croisière (renouvelée en 2008 puis abandonnée par manque de fonds) était d’amener les étudiants à développer leur « compétence interculturelle » et « une citoyenneté globale ». Cette contribution s’intéresse aux influences de cette forme de croisière sur les rencontres interculturelles, dont l’acteur central est l’altérité. En d’autres termes, et en référence à la citation de l’anthropologue Marc Augé en exergue, cette expérience de mobilité semble-t-elle permettre aux étudiants d’aller au-delà des images « vues avant de partir » (stéréotypes, représentations) ? Quelles images paraissent les substituer ? Y-a-t-il des différences entre l’interculturel interne (les participants aux programmes) et externe (ceux rencontrés par exemple durant les escales) ? L’interculturel, notion polysémique souvent peu critiquée (notamment en relation au concept « fatigué » de culture, cf. Dervin, 2011), servira à problématiser nos questionnements.

3Je proposerai d’abord de thématiser les termes de voyage, tourisme et déplacement puis ceux d’altérité et d’interculturel en rapport avec les croisières académiques. Ensuite les croisières Scholar Ship seront présentées (programme académique, fonctionnement à bord, escales, etc.). Enfin me basant sur divers documents (entrées de blogs des participants, articles de journaux sur le bateau, podcasts et vidéos YouTube), je tenterai de voir comment les rencontres interculturelles sont évoquées.

1. Interculturel, le voyage et l’altérité

1.1. Voyage, tourisme, déplacement

4Les trois termes discutés ici ont souvent été critiqués. En effet, depuis des décennies, les sciences humaines et sociales s’interrogent notamment sur la fin éventuelle du voyage et la généralisation du tourisme et du déplacement, qui l’auraient substitué. Les travaux sur la mobilité académique eux ont été peu critiques face à ces éléments – même si par exemple la plupart des travaux sur les mobilités Erasmus en Europe les qualifient davantage de tourisme et déplacement mais peu souvent de voyage (Murphy-Lejeune, 2003 ; Byram & Dervin, 2008 ; Dervin, 2008).

5Commençons par le voyage. Pour Michel (2002 : 38), le voyage représente « une structure anthropologique de l’imaginaire » qui permet de « réapprendre à douter, à penser, à contester » (ibid., 21) et donc de se rendre compte et d’accepter le « divers » (ibid., 13). À la lecture des différents documents glanés sur Internet en relation avec le Scholar Ship, on a pu identifier de nombreux discours reflétant ces principes. Le plus parlant est sans aucun doute l’ouvrage publié par Timothy McGettigan (2009), Email from the Edge: Revised and Expanded, sur le Scholar Ship qui met en scène le voyage effectué en 2007.

6De son côté, J.-D. Urbain (1991 : 85) explique que « le seul voyage est celui que l’on fait dans le rapport à l’autre, que ce soit un individu, une culture, et dans cette perspective, plus la communication s’élargit, c’est-à-dire plus on échange avec les autres, plus il y a de communication, de contacts, de branchements, etc., plus, en fait, on implose en soi-même ». Mais pour que cela se concrétise encore faut-il pouvoir rencontrer… Les organisateurs du Scholar Ship ont fixé comme objectif central une meilleure communication interculturelle – dans notre compréhension la rencontre dans son sens le plus large possible mais dans la leur, des rencontres entre cultures, cf. infra – l’étude tentera de démontrer la nature de ces rencontres.

7De nombreuses voix critiques sont omniprésentes dans les littératures francophones et anglophones sur ce que voyager signifie. Ainsi Michel (2002 : 40) est d’avis que « le monde devient tel qu’on nous le montre et non plus tel qu’il est ». La découverte n’est donc plus possible (même si parfois les médias nous font croire avoir pu identifier une tribu perdue quelque part en Amazone), seules les images seraient confirmées durant le voyage…

8De nombreux auteurs partagent depuis plusieurs décennies l’opinion selon laquelle « la Terre devenant culturellement une boule, le voyage s’achève et le tourisme commence, car on ne peut que faire le tour d’un terrain connu » (Baudrillard et Guillaume, 1994 : 11). Le tourisme et le déplacement auraient donc substitué pour de bon le voyage. Selon Michel (2002 : 44) le tourisme partage néanmoins certaines caractéristiques du voyage car celui-ci ne revêt pas une forme unique (celle du tourisme de masse ou du « voyage au futur antérieur » Augé, 2000 : 76). L’anthropologue rappelle que le tourisme a été étudié, entre autres, à la lumière de la « quête d’authenticité de soi », du pèlerinage ou du voyage « sacré », du jeu, du « fait social international » (Michel, ibid.).

9Le touriste type n’existe pas. Les excellentes analyses d’Alex Gillespie (2007) sur les touristes en Inde montrent bien que le touriste n’est pas aussi naïf ou « collectif » qu’on le croit : d’un côté il cherche l’altérité radicale (ou il « avale » ce qu’on veut bien lui montrer) mais d’un autre, il sait qu’il fait souvent face à une mise en scène. Tout comme il y a un imaginaire du voyage, il y a des imaginaires du tourisme et du déplacement…

1.2. Voyages et rencontres interculturelles ?

10Dans la littérature sur les mobilités académiques, la préparation interculturelle aux séjours à l’étranger a souvent été problématisée (ex : Anquetil, 2006). Pour de nombreux chercheurs et praticiens, elle est nécessaire pour que les séjours et déplacements soient « fructueux ». La carte de « l’interculturel » est alors souvent jouée pour contrer l’idée que « L’image de l’autre, aujourd’hui, se substitue de plus en plus au souci de le connaitre et de l’identifier comme personne » (Augé, 2003 : 92) et se battre contre « la production artificielle d’étrangeté » (Baudrillard et Guillaume, 1994 : 21).

11A propos de l’altérité, il faudrait s’interroger sur la signification qu’on lui donne. En effet, la diversité a tendance à référer à l’Autre, celui dont la « culture » est différente (A.-Pretceille, 2003 ; Holliday, 2010). C’est souvent par le biais d’une image réifiée, essentialisée et « solide » (Dervin, 2011) que cet Autre est mis en scène. Toutefois, cette compréhension écarte le fait que chacun est divers : les individus du Nord comme du Sud ; les hommes, les femmes ; les riches, les pauvres ; etc. C’est là, nous le verrons, l’un des malentendus sur le voyage, même à une époque où les identités plurielles, les contradictions, les mises en scène de soi, « le zapping » identitaire se généralisent (Amselle, 2010).

12Les enjeux des rencontres interculturelles sont nombreuses et ce n’est pas parce que rencontre physique il y a que les compétences interculturelles se développent (A.-Pretceille, 1986 ; Dervin, 2008). En effet, cela dépend de comment on conceptualise cet Autre avant de le rencontrer et surtout quelles sont les prémisses théoriques adoptés. Comme nous l’affirmions en introduction, l’interculturel est une notion polysémique qui peut mener à des conceptualisations divergentes (Dervin, 2011).

13Martine A.-Pretceille a été l’une des premières chercheuses dans les mondes francophones à s’interroger sur les enjeux d’un interculturel renouvelé, qui va au-delà des « cultures » figées et « solides », et qui se concentre sur l’inter- (les relations) plutôt que sur le culturel. Elle prend sérieusement en compte les analyses sociologiques et anthropologiques de la postmodernité qui ont démontré le fait que « Chaque individu a la possibilité de s’exprimer et d’agir en s’appuyant non seulement sur des codes d’appartenance mais aussi sur des codes de référence librement choisis » (2003 : 15).

14D’autres chercheurs, inspirés par ses travaux, ont permis de multiplier les critiques et propositions qui vont bien au-delà des démarches uniquement différentialistes – i.e. qui se fondent sur les différences culturelles comme explications (Dervin, 2006, 2008, 2011 ; Barbot et Dervin, 2010 ; Lavanchy, Gajardo & Dervin, 2011 ; Dervin, Gajardo & Dervin, 2011). La démarche ne nie en aucun cas les différences entre les individus, mais elle rappelle que ces différences ne sont pas forcément culturelles. En effet, il faudrait pouvoir préciser le mot culture pour traiter des différences culturelles ; ce qui semble de plus en plus impossible, surtout si l’on considère le rôle ontologique de la culture, qui la transforme parfois en « alibi ».

15Selon A.-Pretceille (2003 : 11), il est donc préférable de se former à des savoir-faire plutôt qu’à des savoirs dans le cadre de l’interculturel. Elle explique que « La compétence culturelle s’inscrit dans une connaissance du multiple et non de la totalité ou de l’homogène » (ibid.). Le voyage, tourisme et déplacement deviennent alors des moments de rencontres où l’on s’intéressera davantage « aux relations et aux interactions entretenues entre les individus et les groupes » (ibid., 15) plutôt qu’à « une somme de caractéristiques et de traits culturels » (ibid.).

2. Le Scholar Ship (septembre 2007-juin 2008)

2.1. Le phénomène Semester at Sea

16D’après Dowling (2006, 5), la croisière touristique telle qu’on la pratique aux Etats-Unis est en passe de devenir une expérience globale. Pour le chercheur, elle représente la niche touristique qui a le plus évolué ces dernières années.

17Dans certaines parties du monde (les États-Unis notamment), le secteur éducatif a aussi recours aux pratiques de croisière. Ce phénomène est connu sous les étiquettes Semester at Sea, Shipboard Education et floating university en anglais (une description de la plupart des programmes dans le monde est disponible à l’adresse suivante : http://www.studyabroadlinks.com/​search/​Study_Abroad_at_Sea/​index.html).

18Différents types de programme sont proposés : de la croisière autour du monde à une croisière d’étude en Antarctique (Green, 2010). Le programme le plus connu est celui soutenu par l’Université de Virginie. Celui-ci a en fait une longue histoire : c’est au début du XXème siècle qu’un professeur de psychologie, James Edwin Lough (New York University), a lancé l’idée des croisières académiques. En 1926, le navire SS Ryndam est parti du New Jersey avec à son bord plus de 500 étudiants. Il a traversé plus de 30 pays. Lough a déclaré lors du premier voyage que :

This shall not be a mere sightseeing tour, but a college year of educational travel and systematic study to develop an interest in foreign affairs, to train students to think in world terms, and to strengthen international understanding and good will. (http://www.semesteratsea.org/​about-us/​overview/​history-and-timeline.php)

19C’est à partir des années 60 que de nombreuses initiatives comme celle de Lough se sont multipliées aux Etats-Unis. Le programme qu’il avait lancé a été pris en charge d’abord par l’Université Colorado-Boulder (1977) puis Pittsburgh (1981) avant d’être transféré en Virginie. Il est difficile de dire combien d’étudiants ont pu participer à ces programmes (ou combien sont actuellement inscrits à un Semester at Sea). Le site officiel de l’Université de Virginie explique toutefois que plus de 45000 étudiants ont pu profiter de cette initiative depuis les années 70 (la plupart étant des étudiants américains).

20Dans la littérature scientifique, peu d’études ont été publiées sur ce phénomène. Outre l’ouvrage semi-autobiographique de Michael Pearson (2008), Innocents abroad too: journeys around the world on semester at sea, les quelques recherches identifiées (publiées aux Etats-Unis dans les années 90), partagent toutes la même approche : pour les auteurs, ces croisières permettent aux étudiants de développer un « sens interculturel », une « perspective globale », une confiance en soi, etc. (McCabe, 1994 ; Dukes et al. 1994 ; Parkinson, 2007). Cette citation tirée de Dukes et al. (ibid. : 491) résume assez bien ces résultats :

Strong themes of cultural relativism and increased tolerance and acceptance of others permeated their answers. Typical of many others, one student said, “… their ways are not necessarily wrong when compared to ours – just different”.

2.2. Présentation du Scholar Ship

21Largement médiatisé à ses débuts, le Scholar Ship devait accueillir 600 étudiants par croisière, mais à cause de frais d’inscription élevés (22,000 dollars pour 16 semaines), seuls 200 étudiants ont participé à chaque session (2007/2008). Harriet Alexander du Sydney Morning Herald (2007) écrit à ce propos de façon ironique en référence à l’aspect interculturel que :

The aim is to bring students from all over the world together to learn from one another. While diversity and harmony are the catchcry, critics have pointed out the "inclusive" philosophy is undermined by the cost - more than $22,000 a semester.

22Pour s’inscrire au programme, les étudiants devaient avoir au minimum une Licence avec une mention bien, remplir certains dossiers administratifs, passer des tests en anglais (tout le programme se déroulait dans cette langue), payer et organiser les visas et autres formalités, etc.  L’Université de Macquarie en Australie et The Scholar Ship étaient responsables de la sélection des étudiants. Macquarie a créé les programmes d’enseignement. À la fin de la croisière, les étudiants pouvaient obtenir de cette même institution des Diplômes Universitaires tel qu’un Certificate of Intercultural Communication. Les cours étaient organisés sur le bateau et dans les universités partenaires lors des escales. Différents « Learning Circles » étaient proposés aux étudiants, parmi lesquels ils pouvaient choisir selon leur niveau des modules. Voici quelques titres des cours proposés : Global Issues and Intercultural Communication, International Business and Communication, Sustainable Development, Conflict Studies, etc. En plus des cours, les étudiants se devaient de participer au « Port Program » :

The Scholar Ship's Port Program provided students with experiential learning opportunities in host countries around the world and were designed to add relevancy and global perspective to the onboard academic programs (Wikipedia).

23D’après les documents officiels consultés (e.g. Royal Caribbean International), ce Port Program permettait aux étudiants d’explorer « les différentes cultures des pays d’accueil » et pouvait se manifester à travers des travaux de terrain, bénévolat, excursions et voyage indépendant.

24La première croisière est partie en septembre 2007 de Grèce, est passée par Lisbonne, Panama City, Guayaquil (Équateur), Papeete, Suva (Fiji), Sydney, Shanghai, Okinawa et Kobe au Japon. La deuxième est partie du dernier port en janvier 2008, via Shanghai, Singapour, Cochin (Inde), Port Victoria (Seychelles), Cape Town, Buenos Aires, Casablanca, Barcelone et Grèce.

25L’interculturel a joué un rôle primordial dans la période de marketing précédant les voyages. Par exemple dans une publicité retrouvée sur Internet – qui sert d’ailleurs de description du programme sur Wikipedia, N.B. le site du Scholar Ship n’existant plus – le programme est présenté ainsi :

Onboard, students will be completely immersed in a multicultural living environment. The international student body and staff form a learning community that integrates academic, cultural, and social experiences in programs that would be virtually impossible to duplicate elsewhere.

Participants from diverse cultural backgrounds came together to create a transnational learning community designed to develop their intercultural competence.

26Est déroulée déjà ici toute une panoplie de termes ambivalents pour désigner la relation à l’Autre (multicultural living environment, diverse cultural backgrounds, transnational learning community) – termes souvent présents dans les discours éducatifs aux Etats-Unis par exemple (A.-Pretceille, 1986 ; Dervin, 2010).

2.3. Le quotidien

27Trois blogs ont pu être identifiés ainsi que de nombreuses vidéos sur YouTube qui présentent la vie quotidienne sur le bateau.

28Dans un des blogs écrit en français (Un semestre à bord du Scholar Ship ; http://vivi.over-blog.org), Vivi y décrit au jour le jour ses activités. Pour elle, « L'ambiance sur le bateau est très bonne, et tout le monde s'entend très bien... ». D’après cette description, le navire ressemble tout à fait à un navire de croisière :

  • 2  Les extraits de corpus n’ont pas été modifiés pour e.g. corriger la langue.

Le bateau mesure 201 mètres de long et 26,57 mètres de large pour 8,56 mètres de hauteur ; il est constitué de 7 étages ouverts aux passagers: *Lido: bars, salles de classe, pont ouvert, piscines, jaccusi ; c'est également là que l'on prend le petit déjeuner *Riviera: chambres de passagers, amphithéâtres, salles de classe, salle des imprimantes, Librairie, Boutique, *Aloha: chambres de passagers, réception, bureaux, pont arrière ouvert (Aft Deck) Baja: chambres de passagers *Coral: restaurant où l'on déjeune et l'on dine (on peut également aller y travailler en dehors des repas) *Dolphin: Centre Médical, SPA et salle de méditation *Emerald: Salle de Sport, piscine intérieure (…) (entrée du 18.9.2007)2

29La jeune étudiante explique aussi que le bateau a du être repensé pour accueillir des salles de cours. On a du ainsi transformer un restaurant, un bar et un théâtre. Elle conclut sa description des salles en affirmant que « Au final nous avons eu de très belles salles de cours, qui ont pour la plupart une vue imprenable sur l'océan... Qui a jamais imaginé avoir cours entouré par l'océan?? C'est absolument génial (mais parfois un peu dur pour la concentration... ;-) ».

30Lorsqu’elle parle des cours et des « Academic Field Work » (terrains) qu’elle suit, elle écrit :

Par exemple, lorsque nous étions au Portugal, le groupe d'étudiant en business a eu 2 cours à l'ISCTE (université portugaise), nous avons visité une entreprise équivalent à Carrefour au Portugal, nous avons également visité des musées, des monuments et nous sommes allés déguster les pâtisseries de Belém, et nous avons fait une journée de safari 4X4 à Cascais. Les étudiants en culture ont  par exemple étés voir un discours du dalai lama (entrée du 19.9.2007).

En ce qui concerne les cours on a 4h de cours par jour quand on est en mer, et quand on est à terre on fait des visites d'entreprises et d'écoles.... Il y a 2 matières obligatoires (Global Issues et Intercultural Communication) et 2 matières au choix... Les cours sont très intéressants, mais il y a quand même beaucoup de travail personnel à fournir... (14.9.2007).

31On notera au passage qu’elle dit toujours « nous » lorsqu’elle parle des activités quotidiennes. Nous avons souligné le même phénomène auprès des étudiants Erasmus en Finlande (Dervin, 2008). Cela donne une image très communautaire, très proche des étudiants participant au programme. J’avais démontré néanmoins dans le cadre des Erasmus que les liens n’étaient pas si forts que l’on voulait le montrer et avais eu recours au concept de « communauté-crochet » proposé par le sociologue Z. Bauman (2004) pour qualifier ce phénomène. Il est difficile de dire ici si c’est le cas dans le Scholar Ship, il faudrait pour cela interviewer les étudiants. Nous revenons sur la « communauté » plus bas.

3. Visions de l’interculturel

3.1. Discours sur l’interculturel « interne » : « Explore a world of difference »

32Selon des chercheurs qui ont travaillé à bord du Scholar Ship (Basma Ibrahim DeVries, Jon DeVries, Alfred Flores, Patricia Vigil, Greg Walker, 2011 ; Patricia L.M. Vigil, 2011), de nombreuses initiatives ont été prises en termes d’interculturel lors des croisières : par exemple, les cabines étaient occupées par des étudiants « basées sur des différences (culturelles) », les enseignants ont organisé des sessions interculturelles pré- & post-croisières, des simulations interculturelles ont été proposées, des classes sur les théories de la communication interculturelle étaient obligatoires pour tous les étudiants. La présentation (DeVries et al., 2011) à partir de laquelle nous tirons ces informations a été faite lors de la rencontre de l’association SIETAR USA (Society for Intercultural Education, Training and Research, Training and Research), qui se spécialise dans la communication interculturelle. Celle-ci se fonde sur une approche relativement culturaliste et différentialiste des rencontres interculturelles, c’est-à-dire que la culture est présentée comme « gouvernant » l’individu (cf. l’étude un peu datée mais très révélatrice de l’anthropologue T. Dahlén (1997) qui a fait une ethnographie de l’association dans les années 90). Cela nous renseigne-t-il sur l’approche choisie par les enseignants ?

33Dans l’ensemble des données consultées pour cette étude, l’interculturel est présenté avant tout sous son aspect différentialiste, i.e. ce sont les différences entre pays et cultures (et donc individus) qui prédominent les relations. D’ailleurs, le slogan des croisières le dit clairement : « Explore a world of difference ». Dans un podcast intitulé NautiCast créé durant la première croisière et encore diffusé sur Internet par un étudiant mexicain, le Directeur du Scholar Ship, Alfred Flores, explique sa vision du programme dans ces termes :

I believe in the power of bringing differences together in an intentional way where we can learn to move beyond our tolerance of each other moving beyond of just how we get along with each other but how can we move into a beam where we are appreciative of each other how can we learn even to bring our collective wisdom together in a space where we can come together where we can solve problems (pas de date / enregistré durant la croisière en 2007)

34Le discours est assez ambiguë ici (on ne sait pas à quelles différences il fait référence) mais lors de l’entretien il utilise le mot culture de nombreuses fois ; on peut donc imaginer qu’il réfère ici aux différences culturelles. Plus tard il explique même que les enseignants spécialistes de l’interculturel qui travaillent sur le bateau « got really excited about this concept of bringing culture together you know they saw this as the holy graal some have said this is the holy graal for the intercultural world because it is at the highest level of bringing differences together ». L’image du graal est associée ici aussi au mot différences.

35Dans diverses vidéos YouTube (qui semblent être des vidéos officielles du programme) et articles de journaux dans lesquels des étudiants témoignent, le même discours revient : « 9 nationalities, 9 different points of view, 9 cultures which are clashing together, combined together » (un étudiant à propos de son équipe de travail, vidéo YouTube), « you get an understanding of other cultures respect different cultures » (un autre étudiant, vidéo YouTube), « The ability to have conversations on any topic that came up, and share your knowledge from your own culture and learn from others was amazing » (Sydney Morning Herald, 2007). Ces phrases sonnent tels des slogans, des automatismes, qui, si l’on se penche de plus près sur leur signification, découlent directement du « culturespeak » (utilisation non critique et automatique du concept de culture) que l’anthropologue Ulf Hannerz a analysé (1999). Ce n’est pas l’Autre qui est présenté comme acteur mais sa culture. Pour citer à nouveau M. A.-Pretceille (2003 : 22) : « Toute énonciation sur autrui le transforme en objet – objet du discours – et légitime, par ailleurs, une frontière, réelle ou symbolique ». Il semble bien que les discours différentialistes relevés ici pourraient aller dans ce sens.

3.2. Discours sur la communauté « de la 3ème culture »

36Si les mots culture et différences traversent les discours des acteurs du Scholar Ship, celui de communauté est encore plus présent pour parler des 200 étudiants, des enseignants et des membres de l’équipage. Cette communauté s’est formée en général bien avant le départ par le biais notamment des réseaux sociaux tels que Facebook qui ont permis aux participants de se « rencontrer ».

37Il semble y avoir une entente consciente entre les enseignants et les étudiants sur l’utilisation de l’expression « third culture » pour définir ce qui se passe sur le navire de croisière. Cette expression a été proposée à l’origine par la sociologue Ruth Hill Useem puis reprise par David C. Pollock et Ruth E. Van Reken (1999) pour désigner tout enfant ayant vécu dans un autre pays durant son enfance (TCK, Third Culture Kids).

38 Dans la présentation de Patricia L.M. Vigil (2011) à SIETAR USA 2011, la psychologue explique que sa recherche a consisté à explorer l’expérience de la croisière en tant que « 3ème culture ». Elle justifie l’expression ainsi : « the ship was no one’s “home turf” which is what made this program different from typical study abroad programs ». Elle continue en disant que les organisateurs souhaitaient éviter qu’une « culture » domine les autres. À nouveau, on trouve ici un « culturespeak », bien pensant, « interculturellement correct » mais qui paraît relativement vide… Dans l’ouvrage officiel publié par les anciens étudiants de la croisière de l’automne 2007 (intitulé Hononga, un mot maori signifiant union, connexion et relation), la « troisième culture » est aussi omniprésente : « Staff and students from over fifty countries assembled in Greece to build a third culture ».

39Toujours selon Vigil (ibid.), chaque étudiant faisait partie d’une petite communauté (« a small residential community group » en anglais) sur le bateau, qui se rencontrait souvent pour discuter de ce qui était enseigné et faire des travaux ensemble. Chaque communauté avait pour nom le mot « étoile » dans des langues différentes.

40Les communautés qui ont résulté des deux croisières sont souvent mises en scène par les participants dans leurs discours post-croisière. Ainsi, à l’annonce de la discontinuation du programme, un étudiant réagit sur son blog. Il explique d’abord que le capitaine du navire leur avait annoncé au début du voyage que : « in case of danger, never leave the ship, the ship is your lifeboat, stay together ». Il continue : « Now more than ever in order to sustain that vision we all enjoyed, we must stay together because we are the ship, we are that lifeboat, full with life and joy, filled with dreams, aspirations and hope » (15.1.2009).

41Pourtant, les documents analysés ici disent très peu sur ce qui caractérise cette communauté, les rencontres, les individus car on ne parle que du groupe mais pas vraiment de personnes en particulier. Quelle langue partagent-ils d’ailleurs ? Tous les documents consultés sont en majeure partie en anglais. Dans une de ses entrées dans lequel la bloggeuse donne des conseils à ceux qui vont participer à la deuxième croisière, vivi fait une liste de choses à apporter sur le bateau : des vêtements pour le chaud et le froid, un convertisseur universel, etc. L’étudiante propose aussi un dictionnaire :

eh oui ça parait stupide, mais je vous assure un petit dico électronique que vous pouvez glisser dans votre poche, ça peut être très utile dans la vie courante et dans les devoirs aussi, surtout au début, donc pensez y, je vous assure que ça vous simplifie la vie (moi qui n'y ai pas pensé, je vous assure que parfois on est bien embêtés pour arriver à comprendre un mot compliqué....). Sa évite de jouer au pictionnary si vous voyiez ce que je veux dire.... (entrée du 13.11.2007).

42Sa remarque concernant le « Pictionary » et le fait que parfois l’on soit amenés à miner, dessiner etc. pour se faire comprendre (ce qui fait partie de tout type de communication) est en dialogue direct avec une remarque sur la rencontre que faisait Roland Barthes dans son petit livre sur le Japon (1970 : 18) : « fixer un rendez-vous (par gestes, dessins, noms propres) prend sans doute une heure, mais pendant cette heure, pour un message qui se fut aboli en un instant s’il eut été parlé (tout à la fois essentiel et insignifiant), c’est tout le corps de l’autre qui a été connu, gouté, reçu et qui a déployé (sans fin véritable) son propre récit, son propre texte ».

43Les discours relevés jusqu’à présent sur l’interculturel « interne » à la communauté semblent être relativement similaires : nous sommes différents. Pourtant, dans deux entrées issues des blogs analysés, les étudiants se « rebellent » un peu contre cette idée.

44Dans ce premier exemple, intitulé « Remember, remember the 5th of September » (date de départ de la première croisière), un étudiant remet en question le slogan du Scholar Ship (Explore a world of difference) :

The motto of The Scholar Ship was “Explore a world of difference”, but I really found out that it was actually an exploration of what our human baseline and our common denominator really is. Even while onboard I thought it should have read “Explore our common humanity”.   I guess that wouldn’t stick too long in a marketing session. The hopeless romantic in me still thinks thats what it meant. (entrée du 5.9.2008).

45Ce même étudiant qui raconte le départ de la première étape en 2007 (Grèce), en faisant allusion à la mythologie grecque, mentionne aussi la découverte de l’humanité de chacun – au-delà des cultures :

It is interesting that we sail from Greece as a city that was a center of knowledge and with the blessing of the Greek Gods we now take upon the oceans to explore our common humanity. (5.9.2007)

3.3. Discours touristiques : des « poches de culture » au tribalisme

46Comme toute croisière autour du monde, le tourisme joue un rôle important dans le quotidien des étudiants (dans le blog de vivi, entre autres, la bloggeuse propose une section contenant toutes les visites « à faire absolument » pour chaque étape avec des photos). Les discours sur cet interculturel « externe » à la croisière diffère-t-il de celui que nous venons d’analyser ou bien correspond-il à la « mcdonaldization » du monde à laquelle les croisières touristiques semblent correspondre (Weaver, 2005) ?

47Dans plusieurs documents, chaque escale est passée en revue. Ce qui surprend dans ces témoignages, c’est le manque de détails sur les rencontres faites durant les escales. Pour chaque ville une liste des musées, universités et entreprises visités est proposée. Par exemple, dans Hononga (2007), on peut lire : « Once off the boat, students and staff set out to explore pockets of Australian culture ».

48Durant de nombreuses étapes, les étudiants ont pu apprendre la « culture » de « tribus locales » et « tribus aborigènes » et leur rendre visite : à Panama, en Nouvelle-Zélande (les Maoris), en Australie et en Thaïlande. Il est intéressant que ce sont en fait les seuls groupes « concrets » qui sont mentionnés. Dans son ouvrage « Rétrovolutions », Jean-Loup Amselle nous met en garde contre ce « primitivisme contemporain », qui prend souvent les allures d’un tourisme mystique (2010 : 8). Il nous rappelle également qu’ « il n’y a plus de sociétés primitives : le Sud est devenu au cours de ces dernières décennies le champ clos des conflits armés, le lieu d’élection d’ONG, des déplacements de population et des clubs de vacances ». Dans le témoignage d’un participant, publié en ligne par une revue spécialisée dans les études à l’étranger, dont le sous-titre affirme que « Intercultural learning was a hallmark of Ricky Alexander’s non-traditional study abroad program », la prise de conscience de la nécessité de « préserver les cultures indigènes » constitue un des apprentissages importants :

While sailing Alexander developed more nuanced views on cultural exchange in a global economy: “globalization can be a positive as long as it’s a two-way street”; and “preserving indigenous cultures is important, but cultures aren’t static, they evolve on their own.” (Abroad View, 2008)

49On notera toutefois la contradiction qui semble caractériser la fin de son propos en ce qui concerne les cultures…

50Ce néo-primitivisme se retrouve également dans certains « rituels » mis en scène sur le bateau. Ainsi vivi nous raconte la traversée de la ligne de l’Équateur :

Nous avons traversé la ligne de l'Equateur le 10 Octobre 2007, et apparement il existe un rituel pour "initier" ceux qui n'ont jamais traversé la ligne de l'Equateur... 
Il parait que ça porte malheur de traverser la ligne de l'Equateur avec des non initiés à bord... Enfin bon en gros ceux qui ont déjà traversé l'Equateur par bateau (les "Shellbacks"... je ne sais pas trop ce que ça veut dire..mais il étaient en tout et pour tout 8 personnes sur le bateau...) doivent initier les autres.... 

Nous avions donc 2 de nos professeurs déguisés en Neptune et sa femme, et puis des étudiants et des stewarts ayant déjà traversé l'Equateur déguisés en "Shellbacks"... Ils ont traversé tout le bateau pour recruter tout le monde, ils nous ont emmené dehors où nous devions marcher dans un bac rempli de restes de poissons (je ne sais pas trop ce qu'il y avait dedans, c'était tout jaune, avec des morceaux de poissons... immonde quoi) avant de sauter tous habillés dans la piscine arrière... Après quoi nous pouvions aller voir Neptune pour se faire "baptiser"... (10.10.2007).

51Les discours différentialistes et essentialistes, « interculturellement corrects », ont pu être identifiés souvent dans les discours touristiques proposés par ceux qui écrivent ou parlent des visites effectuées dans le cadre du Scholar Ship. Ainsi, en Chine, « Academic Field Programs in Shanghai offered insight into the Chinese approach to business, international relations, and other fields ».En Thaïlande, « We summarily fell in love with the country and all it had to offer. From the historically and culturally rich sites to the amazing warmth and generosity with which the Thai people welcome foreigners ». Au Portugal, « We kicked off the first stop on our journey with a visit to Universidad de Lisboa, the host of our week-long exploration of Portugal. Our community was met by a proud, strong people who openly shared their history ». L’Altérité se retrouve alors réduite à des adjectivisations (warm, generous, proud, strong…). Serions-nous ici dans « le faire regarder » plutôt que « regarder » (Baudrillard et Guillaume, 1994, p. 141) ?

52Dans l’extrait qui suit, qui présente les activités en Équateur, l’ensemble des éléments soulignés plus haut sont présents : culturalisme, différentialisme, primitivisme, tourisme, etc. Notons le ton quasi-légendaire de cette description, digne d’un roman de Jules Verne :

Our community set out to explore the entirety of Ecuador, dispersing to the jungle for homestays with indigenous peoples, to banana plantations of the Dole conglomerate, and into cities for a taste of Ecuadorian nightlife. Some people traveled to Ecuadorian schools, finding themselves surrounded by giggling, chattering children eager to share their stories with us. Other students and staff engaged in epic train and bus rides over and through mountains that seemed impassible, somehow conquered by human innovation. Some members in our community even journeyed to the center of the earth, straddling both hemispheres at latitude 0o-0’-0o. Almost half of our shipmates flew to the Galapagos to swim with dolphins, spot blue-footed boobies, crawl along the beach with giant tortoises, and immerse themselves in an island chain of wildlife frozen in time. (Hononga, 1997)

Conclusion

53Cet article avait pour objectif d’examiner les discours sur l’altérité, à travers la notion d’interculturel, dans le cadre de la croisière académique d’une durée de 4 mois à travers le monde. Les résultats de l’étude montrent que la démarche officielle des organisateurs, qui consistait à mettre en valeur les différences culturelles des participants, a été répercutée sur l’ensemble de l’expérience, selon les documents glanés sur Internet. Cette approche culturaliste, essentialisante et différentialiste pose des problèmes éthiques : en effet, rencontrer l’Autre uniquement à travers ces éléments réduit ces rencontres à de « fausses rencontres » où le soi et l’autre demeurent des entités solides, fermées, programmées par des cultures. Il est également intéressant que le programme se base sur une démarche néo-primitiviste – ce qui est directement en accord avec la démarche « interculturelle » qui semble avoir été privilégiée ici.

54Même si l’expérience diffère largement, nous avons pu retrouver de nombreux points communs entre le Scholar Ship et e.g. l’expérience Erasmus en Europe. Il est d’ailleurs intéressant de voir que dans la liste des multiples métaphores utilisées par les Erasmus pour parler de leurs expériences, celle du « Love Boat » est récurrente (Dervin, à paraître). L’aspect communautaire (le « cocon »), les discours post-croisière nostalgiques sur l’exotique, les discours touristiques politiquement corrects (et contradictoires !), la fête et « l’éclate » sont quelques caractéristiques communes.

55L’image des rencontres interculturelles qui ressort de l’article semble loin de dépasser les discours « classiques » sur le voyage, le tourisme, l’altérité. On est en droit en fait de se demander quelle valeur un tel programme, si couteux, peut avoir pour de jeunes étudiants qui devraient en fait développer davantage leur compétences critiques face aux informations différentialistes et culturalistes plutôt que collecter des informations sur des groupes et communautés figés.

56Il est difficile de ne pas penser ici à ce que Wilde disait en 1905 à propos du tourisme

« if you desire to see a Japanese effect, you will not behave like a tourist and go to Tokio. On the contrary, you will stay at home and steep yourself in the work of certain Japanese artists, and then, when you have absorbed the spirit of their style, and caught their imaginative manner of vision, you will go some afternoon and sit in the Park or stroll down Piccadilly, and if you cannot see an absolutely Japanese effect there, you will not see it anywhere ».

57Le voyage-tourisme-déplacement vécu lors du Scholar Ship aura-t-il servi à aller au-delà des images que l’on nous vend à longueur de journée ? La prochaine étape consistera à interroger les étudiants ayant participé pour avoir une vision plus nuancée de cette expérience…

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

A-.Pretceille, M. (1986). Vers une pédagogie interculturelle, Paris, Anthropos.

A.-Pretceille, M. (2003). Former et éduquer en contexte hétérogène, Paris, Anthropos.  

Amselle, J.-L. (2010). Rétrovolutions, Paris, Stock.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Anquetil, M. (2006). Mobilité Erasmus et communication interculturelle, Bern, Peter Lang.
DOI : 10.3726/978-3-0352-0090-4

Augé, M. (2000). Fictions fin de siècle: suivi de Que se passe-t-il : 29 février, 31 mars, 30 avril 2000, Paris, Fayard.

Augé M. (2003). Pour quoi vivons-nous ?, Paris, Fayard.

Barbot, M.-J. et F. Dervin (dir.), (2010). « Rencontres interculturelles et formation », Éducation Permanente. No. 186.  

Barthes, R. (1970). L’empire des signes, Paris, Seuil.

Baudrillard, J. et M. Guillaume (1994). Figures de l’altérité, Paris, Descartes.

Bauman, Z. (2004). Identity, Cambridge, Polity.

Byram, M. et F. Dervin (dir.), 2008. Students, staff and academic mobility, Newcastle, CSP.  

Dahlén, T. (1997). Amongst the interculturalists, Stockholm, Stockholm university press.

Dervin, F. (2008). Métamorphoses identitaires en situation de mobilité, Turku, Humanoria.

Dervin, F. 2010. « Pistes pour renouveler l’interculturel en éducation », Recherches en Education : 32-42.

Dervin, F. (2011). Les identités des couples interculturels. En finir vraiment avec la culture ?, Paris, L’Harmattan.

Dervin, F. à paraître.  « Vers un apprentissage de l’être-ensemble postmoderne ? Représentations de la socialité Erasmus en Finlande », Le discours et la langue.

Dervin, F., A. Gajardo et A. Lavanchy (2011). Politics of interculturality, Newcastle, CSP.

DeVries, B.I., J. DeVries, A. Flores, Vigil, P. & G. Walker (2011). “The Scholar Ship's inaugural voyage”, SIETAR USA 2011, <http://www.intercultural.org/ conferences.php>, consulted on 15.8.2011.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Dowling, R.K. (2006). Cruise ship tourism, Oxford, CABI publishing.
DOI : 10.1079/9781845930486.0000

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Dukes, R. et al. (1994). « A longitudinal study of a semester at sea voyage », Annals of tourism research, Vol. 21, no3: 489-498.
DOI : 10.1016/0160-7383(94)90116-3

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Gillespie, A. (2007).  « Collapsing Self/Other positions : Identification through differentiation », British Journal of Social Psychology, 46: 579-595.
DOI : 10.1348/014466606X155439

Green, G. (2010). « Students on ice: learning in the greatest classroom on earth », dans L. Lück et al. (dir.), Cruise tourism in Polar regions, Londres, Earthscan.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Hannerz, U. (1999). « Reflections on Varieties of Culturespeak », European Journal of Cultural Studies, Vol. 2, No3: 393-407.
DOI : 10.1177/136754949900200306

Holliday, A. (2010). Intercultural communication and ideology, London, Sage.

Lavanchy, A., A. Gajardo & F. Dervin (2011). Anthropologies de l’interculturalité, Paris, L’Harmattan.

McCabe, L.T. (1994).  « The development of a global perspective during participation in semester at sea », Educational review, Vol. 46, no3: 275-286.

McGettigan, T. (2009). Email from the Edge: Revised and Expanded, Lulu Internet Publishing.

Michel, F. (2002). Désirs d'Ailleurs. Essai d'anthropologie des voyages, Strasbourg, Éditions Histoire & Anthropologie.

Murphy-Lejeune, E. (2003).  La Mobilité étudiante en Europe, mythe ou réalité ?, Paris, Hatier.

Parkinson, A. (2007). « Engineering study abroad programs: formats, challenges, best practices », Online journal for global engineering education, Vol. 2, no 2.

Pearson, M. (2008). Innocents abroad too: journeys around the world on semester at sea, New York, Syracuse university press.

Pollock, D.C. & R. E. Van Reken (1999). Third culture kids: the experience of growing up among worlds, Yarmouth, ME: Intercultural Press.

Ritchie, B.W. (2003). Managing Educational Tourism,  Clevedon, Channel View Publications.

Urbain, J.-D. (1991). L'idiot du voyage : histoires de touriste, Paris, Payot.

Vigil, P.L.M. (2011). “An intercultural psychologist onboard The Scholar Ship”, SIETAR USA 2011, <http://www.intercultural.org/conferences.php>, consulted on 15.8.2011.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Weaver, A.  (2005). “The mcdonaldization thesis and cruise tourism”, Annals of tourism research, vol. 32, no 2:  346-366.
DOI : 10.1016/j.annals.2004.07.005

Wilde, O. (1905). The Decay of Lying, New York : Brentano’s.

Données consultées :

Articles de journaux

Alexander, H. (2007). “Ship for students who want to cruise through university”, Sydney Morning Herald, <http://www.smh.com.au/articles/2007/11/18/ 1195321609008.html>, consulted on 15.8.2011.

Beeler, C. (2008). “Open Waters”, Abroad View,

<http://www.abroadview.org/avmag/2008fall_alexander.html>, consulted on 15.8.2011.

Entrée encyclopédique

“The Scholar Ship”, Wikipedia, <http://en.wikipedia.org/wiki/The_Scholar_Ship>, consulted on 15.8.2011.

Compagnies de croisières académiques

Royal Caribbean International. Higher learning on the high seas.

<http://www.royalcaribbean.com/allaboutcruising/higherLearning.do>, consulted on 15.8.2011.

Université de Virginie, < www.semesteratsea.org>, consulté le 15.8.2011.

Documents produits sur The Scholar Ship

Hononga (2007), <http://web.mac.com/emmaroll/erp_resume/photo_resume_files/ The-Scholar-Ship-Photo-Book-S07-Voyage.pdf>, consulted on15.8.2011.

Podcast Nauticast.

<http://nauticast.wordpress.com/>, consulted on 15.8.2011.

Blogs

« Un semester à bord du Scholar Ship », <http://vivi.over-blog.org>, consulté le 15.8.2011.

“The Scholar Ship blog”, <http://mediaalchemy.org/ocean/?p=11>, consulted on 15.8.2011.

“NautiCast: Learning from the world one port at a time”, <http://nauticast.wordpress.com/>, consulted on 15.8.2011.

Haut de page

Notes

1  Al Akhawayn (Maroc) ; Cardiff (G.B.) ; Fudan (Chine) ; Macquarie (Australie) ; Tecnológico de Monterrey (Mexique) ; Berkeley (Californie, USA) ; Ghana (Ghana).

2  Les extraits de corpus n’ont pas été modifiés pour e.g. corriger la langue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fred Dervin, « Les croisières académiques mènent-elles à de l’interculturel ? Le cas du Scholar Ship (2007-2008) », Études caribéennes [En ligne], 18 | Avril 2011, mis en ligne le 29 avril 2013, consulté le 23 juillet 2016. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/5221 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.5221

Haut de page

Auteur

Fred Dervin

Professeur (sociologie, communication et éducation interculturelles, linguistique appliquée), Université d’Helsinki, Finlande, fred.dervin@helsinki.fi

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org