Navigation – Plan du site
Dossier : The changing world of coastal, island and tropical tourism

Essai d’évaluation des effets économiques de grandes manifestations sportives : le cas de la Route du rhum en Guadeloupe

Evaluation Essay of Economic Effects from Sport Events: Case of Route du Rhum in Guadeloupe
Louis Dupont

Résumés

Evaluer les retombées économiques de manifestations sportives sur les territoires d’accueil est l’une des conditions permettant de décider de la pérennisation ou non de ces évènements. Cette évaluation revêt une grande importance pour les prestataires de services, les institutionnels et les diverses entreprises qui y sont engagés, car elle leur permet d’avoir une vision plus claire du marché, et le cas échéant d’ajuster et d’affiner leur politique évènementielle pour l’avenir. Aujourd’hui, apparaît de plus en plus un besoin croissant d’évaluation de la part de praticiens et d’acteurs publics impliqués dans les activités sportives. Ces derniers comme le grand public s’interrogent quelquefois sur l’utilité ou la pertinence économique et sociale de tels évènements.
Aussi, l’objectif prioritaire de cette étude est de proposer dans le cas de la Guadeloupe, à partir d’un cadre conceptuel précis et d’une méthodologie partagée et éprouvée, une évaluation territoriale de l’impact économique et social de la Route du rhum, en retenant deux approches: l’une en niveau, déterminant successivement les valeurs du multiplicateur input-output à l’aide d’un tableau entrées-sorties (TES) de l’économie guadeloupéenne, et du multiplicateur de la base qui s’appuie sur les résultats d’une méta-analyse; l’autre , dynamique, spécifie par un modèle économétrique l’influence de la Route du rhum et d’autres variables sur la croissance économique de la Guadeloupe. L’enjeu consiste à se doter collectivement de points de repère afin que les différents acteurs de ce sport puissent situer les effets de leurs actions par rapport à d’autres pratiques, d’autres territoires, et à clarifier le niveau de contribution économique de cette activité sportive sur le territoire de Guadeloupe. Les résultats obtenus convergent et montrent qu’en dépit d’un succès indéniable au plan sportif et médiatique, la Route du rhum, évènement sportif de voile de haut niveau reliant tous les quatre ans St Malo à Pointe-a-Pitre, enregistre au plan économique des résultats modestes si l’on en juge à la fois par les médiocres retombées induites en matière de fréquentation touristique, par les faibles coefficients multiplicateurs de revenu affichés, par un ratio coût-bénéfice défavorable et par les incidences mineures que provoque cet évènement sur la croissance économique régionale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les évènements sportifs de dimension internationale représentent des enjeux économiques importants en raison de l’implication sur le terrain de divers acteurs, au premier rang desquels figurent : les équipementiers sportifs, annonceurs, médias, assurances, constructeurs, entreprises commerciales, institutionnels, comité du tourisme, chambre de commerce, pays organisateur etc. Tous ces acteurs du « sport business » élaborent des stratégies de marketing et de communication, mettent en place des politiques de sponsoring, organisent sur place manifestations et animations diverses afin de pouvoir bénéficier des retombées économiques qu’entraînent ces manifestations sportives.

2Comment alors identifier et apprécier au plan économique et social les véritables retombées de tels évènements ? Les pays d’accueil en tirent-ils réellement profit ? La population locale se sent-elle véritablement concernée ? A ces interrogations majeures, il convient de fournir des réponses claires. Pour nous aider, la Route du rhum, célèbre course transatlantique en solitaire, reliant tous les quatre ans depuis 1978 St-Malo à Pointe-à-Pitre est utilisée et analysée ici comme étude de cas pour déterminer à la fois le poids de cette organisation ainsi que les impacts touristiques et économiques tels que le volume des visiteurs étrangers, les flux financiers, et surtout les incidences macroéconomiques induites par ce type d’évènement. En conséquence, le bilan tiré de l’expérience de la Route du rhum après sa neuvième édition (novembre 2010) devrait permettre de fournir des enseignements et indiquer si cet évènementiel sportif soutient ou non le tourisme local et s’il peut-être considéré aujourd’hui comme un levier pour le développement régional ?

3L’analyse des impacts économiques et sociaux des évènements sportifs a donné lieu dans le passé à plusieurs publications et suscité nombre de controverses et débats. Des évaluations grossières sont quelquefois réalisées avant même la tenue de l’évènement. Les calculs sont assez souvent approximatifs et surévalués. Cependant, des contributions récentes et pertinentes ont vu le jour, notamment celles de J.J Gouguet, E. Barbe et B. Lapasset (2010) qui, dans une analyse de recherche comparative, ont mis l’accent sur des études d’impact économique relatives à différents sports.

4Soulignons également celle entreprise par J.J Gouguet et E. Barget sur l’analyse d’impact économique de la coupe du monde de rugby de 2007. Ces auteurs utilisent comme méthodologie les résultats d’une méta- analyse pour tirer la valeur des multiplicateurs des régions impactées par l’évènement. Une méta-analyse a de même été employée par S. R. Baaijens, P. Nijkamp, et K.V. Montfort (2000) pour estimer à partir d’un échantillon de onze territoires (dont les Bermudes, les Bahamas, Kiribati, Tonga, Vanuatu, la Turquie ...) la valeur du multiplicateur de revenu touristique de l’île grecque de Lesvos. Les variables explicatives introduites dans cet exemple ont été : le nombre d’habitants, la superficie, le nombre d’arrivées de touristes, le pourcentage d’arrivées en provenance du plus important pays émetteur, l’indice touristique, exprimé par le rapport du nombre de touristes à la population locale, enfin des variables muettes ont été également intégrées dans ce modèle telles qu’une variable géographique, prenant la valeur de 1 si la région concernée est une île ou un archipel et 0 ailleurs, et une variable politique prenant la valeur de 1 si la région en question est une nation indépendante et 0 ailleurs . Par ailleurs, J. Fourie et M.S. Gallego (11/10/2010) ont pour leur part utilisé un modèle de gravité standard appliqué à 200 pays (dont la Guadeloupe et la Martinique) pour mesurer sur la période 1995-2006 les bénéfices directs liés à des méga-évènements sportifs. Rappelons que les modèles de gravité représentent les flux bilatéraux (ici les arrivées de touristes) entre deux pays.

5Les variables explicatives employées dans ce modèle sont : le PIB par habitant, la distance entre les pays pris deux à deux, l’existence ou non d’une frontière entre eux, d’une langue commune ou non entre eux, d’une monnaie commune, et l’existence ou non de liens coloniaux entre ces pays. Quant à Burns et al. (1986), ils ont dans leur évaluation d’impact du grand prix d’Adelaïde en Australie utilisé une analyse coûts-bénéfices, en prenant en compte non seulement les impacts économiques mais aussi des effets sociaux ou environnementaux comme le bruit engendré par cet évènement, les temps perdus par les résidents dans les transports ainsi que les accidents routiers occasionnés par la manifestation.

6Enfin, concernant la Route du rhum proprement dite, la seule évaluation d’impact économique connue à ce jour est celle réalisée en 2002 par la chambre de commerce et d’industrie de Pointe-a-Pitre avec l’appui de la cellule Europe. Cette évaluation présente une méthodologie axée sur les flux de dépenses et fournit des données chiffrées sur les différentes contributions financières allouées par les organismes officiels ainsi que leurs incidences notamment en termes de fréquentation. Cependant, sans nier le mérite de cette étude, force est de constater qu’elle n’appréhende pas dans sa globalité les différents aspects et impacts de l’évènement au plan macroéconomique.

7Aussi, notre périmètre d’étude sera plus large et notre démarche méthodologique plus rigoureuse afin d’apprécier le plus complètement possible les principaux impacts économiques engendrés par cet évènement en Guadeloupe. Ce faisant, le présent document est organisé en deux temps. La première section aborde le cadre analytique de l’étude avec comme point d’appui les fondements théoriques appliqués aux principales études d’impact économique dans le domaine sportif. Le soubassement théorique étant ici le choix des principales injections dans la détermination de l’impact. La seconde section est consacrée au calcul de l’impact économique régional et à la méthodologie utilisée à cet effet, méthodologie qui suit une démarche séquentielle, qui commence par l’analyse de l’impact de l’évènement en termes de fréquentation, avant-pendant et après l’événement, puis par celle des dépenses touristiques associées, pour aboutir à l’application des principaux modèles d’impact économique. La troisième section introduit la synthèse des principaux résultats ainsi que les enseignements y découlant

1. Le cadre analytique

8L’évaluation de l’impact économique de tout évènement requiert un cadre qui tienne compte de (1) la source des dépenses (2) l’identification du lieu d’émission de la dépense (3) la destination de la dépense et (4) la raison de la dépense. Cette section a donc pour but de fixer le cadre analytique à partir duquel s’établiront les fondements théoriques de l’étude, et plus particulièrement les principaux contours du circuit économique spatialisé de la Route du rhum. Ce cadre conceptuel dans lequel devra s’inscrire le travail de rassemblement des données et la recherche évaluative permettra d’identifier et d’expliquer les différentes injections des dépenses effectuées à l’occasion de la Route du rhum et d’être par la suite en mesure d’évaluer les effets directs, indirects et induits de la dépense des visiteurs étrangers sur le territoire de Guadeloupe.

1.1. Fondements théoriques des études d’impact économique

9En choisissant les évènements sportifs ou culturels à financer et le niveau de financement à leur allouer, les gouvernements et autres autorités locales souhaitent souvent obtenir une image complète des coûts de l’évènement mais aussi et surtout du retour sur investissement qu’ils réalisent. Pour ce faire, ils entreprennent quelquefois des études d’impact économique qui cherchent à identifier toutes les dépenses engagées dans les différentes étapes de l’évènement, et de déterminer leurs retombées sur l’ensemble de l’économie. Les impacts économiques d’un évènement proviennent selon Faulkner (1993) de trois sources principales : (i) les dépenses effectuées par les visiteurs étrangers, (ii) les dépenses en équipements et infrastructures diverses, (iii) les dépenses d’organisation et d’animation.

10Aussi, une étude d’impact économique a pour objectif d’estimer l’ampleur des revenus et emplois locaux supplémentaires créés à l’occasion d’un évènement qui peut être sportif ou non. Elle cherche à répondre à la question suivante: de combien l’activité économique de court terme diminuerait dans une zone considérée si cet évènement n’existait plus dans cette zone? Et dans le cas contraire, de combien cette activité augmenterait dans la zone si l’évènement existait? (Nicolas, 2006). L’évaluation de ces impacts répond donc à un besoin de rationalité et de transparence. En conséquence, un responsable politique ou administratif doit chercher à connaître les conséquences de ses décisions ou de son action de manière à en assumer toute la responsabilité. Autrement dit, il doit pouvoir répondre aux questions suivantes : les ressources financières mobilisées par la politique ont-elles été bien utilisées? Les résultats de la politique engagée sont-ils à la mesure des sommes dépensées? En clair, l’étude d’impact économique s’intéresse plus particulièrement à la hausse nette de l’activité économique due aux injections externes en raison de l’existence d’une manifestation donnée.

11Par ailleurs, il faut admettre que l’évaluation des impacts économiques de grands évènements sportifs donne quelquefois lieu à des controverses parmi les analystes. On observe assez souvent des divergences entre les résultats de bureaux d’études qui prévoient des retombées économiques très élevées et ceux notamment d’universitaires qui revoient à la baisse de telles évaluations.

12Ces résultats contrastés sont obtenus pour l’essentiel avec des méthodes liées à des fondements théoriques différents. Pour notre part, afin d’éviter un certain nombre d’erreurs de calcul, nous adopterons dans le cas de la Route du rhum, une démarche théorique spécifique adaptée à l’évènement, à savoir le choix approprié des principaux flux du circuit spatialisé.

13Le circuit économique de la Route du rhum fait apparaître trois sources principales d’injection et de fuites qu’il convient d’expliquer. Il s’agit des injections liées aux dépenses d’organisation et d’animation, des injections relatives aux dépenses sur place des visiteurs étrangers, et des dépenses d’investissement qui concernent principalement certaines rénovations. Ces injections se traduisent en général en différentes dépenses qui engendrent à leur tour des effets indirects et induits. Enfin, rappelons que dans le cadre d’une analyse coûts-avantages, les subventions accordées par les collectivités publiques pour financer ces dépenses sont considérées en termes économiques comme un coût pour ces collectivités, mais comme un avantage pour les agents qui les reçoivent. Ne pas tenir compte de l’ensemble des coûts conduit à une surestimation incorrecte de l’impact. Il est donc nécessaire de mettre en balance les coûts et les bénéfices dans l’analyse. Malgré les difficultés à mesurer correctement les coûts et à les opposer aux bénéfices, ce type d’analyse apparaît comme le plus recommandable pour informer le contribuable et aider à la décision. Parmi ces coûts, il faut distinguer les coûts monétaires tels que: les investissements dans les équipements locaux, les abattements fiscaux, les subventions locales aux organisateurs ainsi que les dispositifs de sécurité publique (police, gendarmerie, pompiers) associés à la manifestation. S’y ajoutent des coûts en termes d’encombrement de voies, d’accidents de la route, de vandalisme, de dégradation environnementale, d’hygiène publique etc.Une autre catégorie de coûts est celle intitulée « coûts de déplacement », observé lorsque des visiteurs étrangers attirés par un évènement y sont écartés soit parce qu’ils n’ont pas pu trouver d’hébergement, soit parce qu’ils ne sont pas disposés à s’intégrer à la foule.

14En conséquence, l’efficacité de toutes ces dépenses publiques doit être recherché à l’aide d’une analyse coûts-bénéfices, destinée à évaluer leur retour sur investissement, mais aussi leur retour sur expériences de manière à optimiser les retombées territoriales de l’évènement et à les apprécier au plan économique, social et environnemental, et donc à rechercher les limites de la manifestation au plan humain et environnemental. En deux mots, il s’agit de déterminer les véritables effets multiplicateurs de ces dépenses.

1.2. Injections liées aux dépenses d’organisation et d’animation

15Ces dépenses reflètent la spécificité de l’organigramme établi pour l’évènement. Un groupement d’intérêt public (GIP) destiné à superviser l’organisation générale de la manifestation peut être créé dans ce but, avec en parallèle la mise en place dans la région concernée d’un comité local de coordination ayant pour mission d’élaborer et mettre en œuvre les actions de valorisation. Dans le cas de la Route du rhum, la structure de financement est spécifique et les fuites proportionnellement plus élevées que dans des compétitions comme la coupe du monde de football ou les jeux olympiques.

16Pour sa 7ème édition (2002), la Route du rhum avait comme organisateur et propriétaire de la course, PROMOVOILE, et pour sa 9ème édition (2010), le groupe PEN DUICK qui a repris l’organisation de la course depuis 2006. La Banque Postale en tant que partenaire majeur exécutif de PEN DUICK est aujourd’hui associée à l’évènement. En 2002, Promovoile s’était adjoint les services de: Royale Production, délégataire de la gestion sportive et responsable de la production audiovisuelle, et de Havas Advertising Sports pour les activités de marketing et de communication. Le budget global consacré à cette opération était de 5,2 millions d’euros. Au plan local, une quinzaine de partenaires y étaient associés.

17Selon la chambre de commerce et d’industrie de Pointe-a-Pitre, la contribution financière du conseil régional de Guadeloupe aux organisateurs de la course et aux manifestations diverses s’élevait en 2002 à 1 249 000 euros. Les subventions du conseil régional de l’époque se répartissaient comme suit:

Tableau 1. Route du rhum 2002: Subventions du conseil régional de Guadeloupe

Bénéficiaires

En k (euros)

Parrainage sportif

Parrainage du projet <Région Archipel Guadeloupe>

Animations locales

Ville de Pointe-a-Pire (Animations de Pointe-a-Pitre)

Image Prod’ (Animation nautique Darse en folie)

Communauté de communes de Sud Basse-Terre (Animations)

Animations à Saint-Malo

Staff and line (Animations culturelles)

Guadexport (Village artisanal Saint-Malo)

Avan Van du Moule (Animations carnavalesques)

Promotion touristique

Réalisation et diffusion d’émissions télévisées

Echanges culturels

Echanges socioculturels écoliers St-Malo/Guadeloupe

Association les Alizes: échanges entre Malouins et Saintois

TOTAL

352

352

254.6

94.6

80

80

98.2

60.5

30

7.7

81.2

81.2

13

7.5

5.5

799

Source: Chambre de commerce et d’industrie de Pointe-a-Pitre (2002)

1.3. Injections liées aux dépenses des visiteurs

18Il s’agit de dépenses de consommation effectuées sur place par les visiteurs étrangers. En règle générale, seules les dépenses des visiteurs non locaux, dont le motif principal de présence sur place est l’existence de la manifestation doivent être comprises dans l’estimation de l’impact économique. Les dépenses des résidents locaux ne contribuent pas à l’impact économique de l’évènement car elles représentent une remise en circulation de sommes qui existaient déjà dans la région, dépenses qui, localement auraient eu lieu de toute façon pour divers motifs. Il y a par conséquent de la part des résidents locaux une simple réallocation de dépenses dans l’économie locale plutôt qu’une hausse nette réelle de l’activité économique. Ces dépenses sont donc non contributives et n’offrent aucun stimulus économique net. Par conséquent, on ne retiendra en termes de dépenses que celles effectuées sur place par les consommateurs extérieurs à la région. Selon la CCI de Pointe-a-Pitre, le nombre de visiteurs étrangers s’élevait lors de la 7ème édition de la Route du rhum entre 2 358 et 3 996 , ils auraient dépensé dans l’hôtellerie traditionnelle, en hébergement, restauration et autres, entre 652 000 et 1 105 000 euros, dans les structures para-hôtelières entre 155 000 et 262 000 euros, et entre 292 000 et 495 000 euros dans les entreprises de location de voitures. Enfin, pour des motifs divers, les sommes dépensées seraient comprises entre 353 000 et 599 000 euros. Au total, les visiteurs extérieurs auraient dépensé en Guadeloupe durant cet évènement entre 1 452 000 et 2 461 000 euros.

1.4. Injections liées aux dépenses d’investissement

19Les dépenses d’investissement englobent essentiellement certaines rénovations ainsi que la mise en place de quelques équipements et le raccordement d’installations électriques diverses, etc. 260 000 euros avaient été programmés pour ces investissements en 2002.

20En résumé, l’objectif est d’identifier parmi tous les flux précédents, ceux qui émanent d’agents extérieurs au territoire régional, de retrancher ensuite toutes les fuites hors territoire afin d’aboutir à un multiplicateur régional de revenu, de production, de valeur ajoutée et d’emploi qui soit fiable. Pour y parvenir, le recours à l’analyse des effets indirects et induits de la dépense touristique est nécessaire.

1.5. Effets directs, indirects et induits de la dépense touristique

21Lorsque l’on cherche à évaluer les retombées d’un évènement sportif comme celui de la route du rhum, il est important d’opérer une distinction entre critères d’évaluation quantitatifs et qualitatifs. L’accent sera porté dans cette section sur les critères d’évaluation quantitatifs et plus particulièrement sur les effets directs, indirects et induits de la dépense touristique.

22Les dépenses effectuées sur place par les visiteurs étrangers donnent naissance au plan économique à des effets directs, indirects et induits.

23Les effets directs sont les effets de premier tour des dépenses effectuées par les visiteurs, en particulier en hébergement, restauration, transports, commerce de détail, divertissements, souvenirs etc. L’injection initiale de ces dépenses constitue donc l’impact ou l’effet économique direct. Ces fonds initiaux reçus par des établissements tels que: hôtels, restaurants, entreprises de transports, de location de voitures, commerces de détail, etc. sont ensuite réinjectés sous forme de dépenses dans d’autres entreprises locales, notamment pour le réapprovisionnement des stocks, l’entretien des bâtiments, les achats divers et bien d’autres objets. Ces dépenses se diffusent ensuite progressivement par tours successifs dans l’économie locale. Ces tours successifs d’activité économique sont appelés <impact ou effet indirect>. Il s’agit donc d’effets de second tour.

24La proportion du revenu des ménages locaux qui est dépensée localement en biens et services est appelée <impact ou effet induit>. En clair, il s’agit de la hausse de l’activité économique locale résultant de l’augmentation de la consommation locale, découlant elle même de celle des différents types de revenus des ménages locaux.

25En définitive, une étude d’impact économique a pour but d’estimer l’importance de ces trois types d’effets à l’aide de trois critères : les chiffres d’affaires additionnels au profit des entreprises locales, les revenus individuels locaux, et les emplois locaux supplémentaires créés.

26Les effets directs, indirects et induits doivent être estimés en respectant plusieurs règles économiques de calcul, en excluant plusieurs types de dépenses, et en cherchant à tenir compte des coûts associés à l’évènement.

2. Calcul de l’impact économique régional de la Route du rhum

27Il existe différentes méthodologies pour évaluer l’impact économique d’un évènement sportif sur un pays ou une région. Celles les plus utilisées aujourd’hui sont: les modèles d’équilibre tels que le modèle input-output (entrées/sorties), le modèle d’équilibre général calculable (MEGC), l’analyse coût-bénéfice, l’analyse économétrique, et l’apport des multiplicateurs d’impact tels que : le multiplicateur de la base, le multiplicateur keynésien de revenu, l’analyse du multiplicateur proportionnel de Archer <Proportional Multiplier Analysis (PMA)>.

28Aussi, pour évaluer de manière raisonnable l’impact économique de la Route du rhum, nous aurons recours à trois d’entre eux : le modèle entrées/sorties, l’analyse économétrique, et l’apport des multiplicateurs d’impact, en particulier celui des multiplicateurs de base. Au préalable, il est nécessaire d’évaluer l’incidence de la Route du rhum en termes de fréquentation touristique et ce, avant,pendant et après l’évènement, de manière à pouvoir déterminer le niveau de dépenses touristiques engendré par la manifestation.

2.1. Impact en termes de fréquentation touristique, avant-pendant-après l’évènement

29L’objectif de cette section est d’examiner l’évolution de la fréquentation touristique liée à la Route du rhum depuis ses cinq dernières éditions, d’en tirer un bilan et des enseignements au plan statistique, par une analyse de la tendance évolutive du nombre d’arrivées des visiteurs en provenance de l’Europe de 1993 à 2010 et ce, avant-pendant, et après l’évènement. En l’absence de données fiables sur le nombre de touristes de séjour enregistrés lors de la Route du rhum, le recours aux statistiques de trafic aérien (arrivées hors réseau local) a été indispensable à cette fin. Seules les données du trafic transatlantique avec l’Europe et singulièrement avec la France ont été retenues, car la Route du rhum est avant tout un évènement franco français, fréquenté pour l’essentiel par les visiteurs de ce pays qui composent selon l’Insee 95% de la clientèle de séjour de la Guadeloupe. Le tableau suivant retrace sur la période 1993-2010, l’évolution de ce trafic en Guadeloupe, en se focalisant sur les statistiques relatives aux différents mois de novembre (mois de l’évènement) et aux années précédant et succédant chacune des éditions de la Route du rhum (les années Route du rhum ainsi que leurs données figurent en caractères gras).

Tableau 2. Evolution du trafic de passagers en Guadeloupe (arrivées hors réseau local) de 1993 à 2010.

Tableau 2. Evolution du trafic de passagers en Guadeloupe (arrivées hors réseau local) de 1993 à 2010.

Sources : Direction générale de l’aéroport Pôle-Caraïbe et calculs de l’auteur

30En premier lieu, l’étude et l’analyse de ces statistiques font ressortir que la clientèle touristique de la Route du rhum provient à 95% de la France hexagonale. En second lieu, sur les quatre dernières éditions de la Route du rhum, on observe tant en base mensuelle qu’en base annuelle une baisse tendancielle des arrivées. En effet, on dénombre en provenance de l’Europe et principalement de la France, 40 540 arrivées en novembre 1998 contre 34 858 en novembre 2010 soit une baisse de 14% sur cette période, et au plan annuel, 570 456 arrivées en 1998 contre 510 135 en 2010 soit une baisse de 10.6%. En troisième lieu, en rythme mensuel, sur le taux de croissance des arrivées de novembre pré et post-évènement, on observe également une baisse entre la 6ème édition (1998) et la 9ème édition (2010) de la Route du rhum (+7% contre 2%). Enfin, soulignons que les premiers résultats de 2011, non encore publiés laissent présager une augmentation des arrivées au premier trimestre 2011 par rapport à la même période de 2010. Cette augmentation résulte pour l’essentiel de facteurs conjoncturels, en particulier des troubles politiques en Tunisie et en Egypte qui ont occasionné des reports de réservation dont profitent à la fois la Guadeloupe et la Martinique, de même que la République Dominicaine et autres destinations soleil, en une période où l’hiver a été particulièrement rude en Europe.

31Par ailleurs, selon l’Insee (tableaux économiques régionaux), les vols transatlantiques de l’Europe à destination de la Guadeloupe sont composés en moyenne à 70% de Français de l’Hexagone. Cependant, il est difficile de vérifier de telles données statistiques, étant donné que les touristes en provenance de l’Union européenne ne sont pas tenus de remplir une fiche signalétique pour les services de l’immigration, informations qui auraient été utiles et auraient facilité la compilation et l’analyse des données statistiques de la fréquentation touristique. Dans ces conditions, le marché touristique de la Route du rhum est difficile à évaluer. Cependant, nous avons tenté de procéder à des recoupements, en partant entre autres d’une enquête aéroportuaire de janvier 2003 réalisée par la CCI de Pointe-a-Pitre. Enquête selon laquelle, une majorité des sondés (50,8%) déclarent que le choix de la destination Guadeloupe a été arrêté avant la compétition. Par conséquent, la Route du rhum n’a pas influencé leur choix de voyage et que leurs décisions sont peu influencées par les campagnes promotionnelles. Dans cette hypothèse et de tout ce qui précède, le nombre d’arrivées liées à la Route du rhum peut être estimé raisonnablement entre 2 400 et 3 000 visiteurs.

32En définitive, ces résultats laissent apparaître, qu’à ce jour, la Route du rhum n’a pas atteint un rythme et un seuil de fréquentation touristique dignes d’un grand évènement sportif comme l’est, par exemple la semaine de la voile à Antigua, rendez-vous international incontournable qui attire chaque année pour cette régate des milliers de visiteurs de toutes nationalités. Enfin, ajoutons que toute planification dans un secteur quelconque nécessite la connaissance précise de données variées concernant l’activité en cause or, aucune statistique précise n’existe en Guadeloupe pour pouvoir apprécier avec exactitude le marché touristique de la Route du rhum. Il s’agit donc d’une lacune grave qu’aucune activité commerciale ou industrielle classique ne saurait tolérer.

2.2. Calcul des dépenses touristiques directes

33Le calcul des dépenses touristiques directes s’appuie sur une logique d’évaluation comportant trois étapes:

34Etape 1: La détermination du nombre de visiteurs
X
Etape 2: L’évaluation des dépenses par visiteur
=
Etape 3: Le calcul de la dépense totale des visiteurs

35En suivant cette logique et en s’appuyant sur les statistiques de fréquentation de l’époque communiquées par l’Insee et la CCI de Pointe-a-Pitre, le nombre de touristes qui se seraient déplacés en Guadeloupe pour cet évènement s’élèverait environ à 3 000. L’Insee estime par enquête que ces touristes dépensent en moyenne hors billet d’avion, par personne et par séjour la somme de 638 euros. La dépense moyenne par jour s’élèverait à 52 euros. Par conséquent, ces visiteurs, en séjournant une dizaine de jours en moyenne lors de cette manifestation, et en dépensant sur place environ 52 euros par jour, injecteraient directement dans l’économie locale entre 1 560 000 et 1 914 000 euros. Somme dont il conviendra de déterminer ci-après l’impact.

2.2.1. Impact par l’analyse input-output

36L’utilisation d’un modèle <entrées-sorties> permet d’obtenir une estimation des trois types d’effets décrits précédemment. Ce modèle est avant tout un outil de simulation qui reconstitue les échanges entre les secteurs d’une économie, et qui suit la trace des flux de toute nouvelle somme sur l’ensemble de cette économie. Il s’agit d’un système comptable composé de tableaux qui désagrègent l’économie étudiée en un certain nombre de secteurs et branches et examinent les flux monétaires de biens et services entre eux.

37En fournissant des informations complètes et détaillées sur les chiffres d’affaires et les achats de biens et services entre les différents secteurs de l’économie, les tableaux entrées-sorties offrent un outil analytique utile aux économistes, planificateurs, et décideurs dans (i) l’analyse d’une grande variété de problèmes touchant notamment le développement économique régional (ii) la formulation de nouvelles politiques économiques et environnementales et l’évaluation de leurs impacts, en particulier sur la production (iii) l’impact de variations de facteurs exogènes tels que dépenses touristiques, développement de nouvelles exportations .

38Une version condensée ou agrégée du tableau entrées-sorties 2003 de Guadeloupe est utilisée ci-après pour déterminer l’impact économique de la dépense touristique effectuée en Guadeloupe lors de de la Route du rhum en 2002. L’objectif principal est de décrire les effets directs, indirects, et induits engendrés par cette dépense, en suivant successivement trois étapes : l’analyse des liens intersectoriels du tourisme en rapport avec la Route du rhum, l’exploration de l’effet demande et de l’effet offre pour la détermination des multiplicateurs d’activité et de capacité des secteurs de l’économie Guadeloupéenne, enfin l’évaluation proprement dite de l’impact économique de la Route du rhum.

2.2.2. Les liens intersectoriels du tourisme

39Un des problèmes que cette étude cherche à explorer est l’ampleur par laquelle le tourisme (à travers la Route du rhum) est capable de stimuler et de développer des liens avec d’autres secteurs de l’économie guadeloupéenne. Le modèle entrées-sorties et plus particulièrement la matrice inversée de Leontief fournit à ce propos le cadre approprié qui permet un examen de ce problème. Aussi, l’estimation de l’impact économique de variations de facteurs exogènes tels que la dépense touristique est une tâche importante et intéressante à analyser. Par conséquent, ses effets d’entraînement sur l’économie régionale de Guadeloupe doivent être évalués de manière rigoureuse. En 2003, la dépense touristique réalisée en biens et services en Guadeloupe s’élevait selon l’Insee à 265 millions d’euros, représentant 3.9% du PIB de la région. L’année précédente (2002), la Guadeloupe accueillait la Route du rhum, manifestation sportive d’envergure qui a attiré environ 3000 visiteurs étrangers pendant une dizaine de jours. Quel est donc le bilan et l’impact de cet évènement sur l’économie de la Guadeloupe? Pour estimer cet impact, nous partons de l’hypothèse que les 3 000 visiteurs supplémentaires attirés par l’évènement ont dépensé en biens et services la somme de 1 914 000 euros.

40La dépense touristique additionnelle réalisée est répartie sur les différents secteurs d’activité qui produisent des biens et services achetés par les visiteurs. Pour analyser spécifiquement la valeur et la nature des effets d’entraînement que procure cette dépense, on calcule le <multiplicateur input-output> qui repose sur l’estimation du tableau entrées-sorties 2003 de Guadeloupe qui a été agrégé pour l’occasion en 16 branches et 16 secteurs. Le logiciel IOW développé en 2003 par G.R. West de l’université Queensland d’Australie est utilisé à cette fin, il permet de calculer et d’effectuer les analyses du multiplicateur, d’évaluer l’impact de la demande finale sur l’ensemble de l’économie et d’analyser les liens intersectoriels en amont comme en aval. L’objectif à travers ce multiplicateur est d’estimer à l’aide de la < matrice inversée de Leontief >, l’ensemble des effets d’entraînement sur l’économie guadeloupéenne, en retraçant les interdépendances entre les différentes branches. La formule permettant de déterminer cette matrice s’exprime comme suit:

41Y= (I – A) -1 E

42Où,

43Y= vecteur de la production sectorielle
I= la matrice identité
A= la matrice des coefficients régionaux
(I – A)-1 = la matrice inversée
E = vecteur de la demande finale

44La matrice inversée permet de dégager, pour une certaine demande finale, les différentes productions nécessaires. Les coefficients de la matrice inversée sont donnés dans le tableau suivant.

Tableau 3. Inverse de la matrice de Leontief (année 2003)
Secteurs

Tableau 3. Inverse de la matrice de Leontief (année 2003)Secteurs

1 Agriculture
2 Sucre, rhum et autres alcools
3 Autres IAA
4 Industries des biens de consommation
5 Industries de biens d’équipements
6 Autres industries des biens intermédiaires
7 Energie
8 Construction
9 Commerce
10 Transports, poste et télécommunications
11 Activités financières
12 Activités immobilières
13 Autres services aux entreprises
14 Hôtels et restaurants
15 Autres services aux particuliers
16 Services non commerciaux

45Ainsi, en effectuant une lecture de la colonne < hôtels-restaurants > de la matrice inversée de Leontief, on constate que pour satisfaire une demande finale de 1 euro de produit touristique, il faut produire en Guadeloupe 0.04 de produit agricole, 0.02 de sucre, rhum et autres alcools, 0.07 d’énergie, 0.06 de transports et télécommunications, 0.08 d’autres IAA, 0.08 de commerce, 0.12 d’autres services aux entreprises….Globalement, une unité de demande finale de produit touristique provoque une répercussion totale de 1.53, appelée < effet multiplicateur d’activité >, comprenant l’unité de produit touristique même et la répercussion indirecte s’élevant à 0.53. Les quatre meilleurs multiplicateurs d’activité ou quatre meilleurs fournisseurs d’intrants pour le tourisme sont dans l’ordre : le secteur des autres services aux entreprises, celui des autres IAA (autres industries agro-alimentaires), celui de l’énergie, et celui des transports, poste et télécommunications.

46En revanche, le < multiplicateur de capacité > d’une branche montre de combien augmente la production de cette branche lorsque la demande finale augmente d’une unité. Pour saisir ce multiplicateur, une lecture en ligne du tableau est nécessaire. Par exemple, en effectuant une lecture de la ligne < hôtels-restaurants > du même tableau, on observe qu’à l’exception des coefficients du commerce (0.052), des autres services aux entreprises (0.012), et des transports, poste et télécommunications (0.010), les autres secteurs présentent des coefficients et donc un multiplicateur de capacité tout à fait négligeable. Par conséquent, ces derniers pour leur survie ne dépendent directement et indirectement que très faiblement de l’activité touristique. A partir de ce tableau, il est donc possible d’explorer les liens intersectoriels du tourisme en Guadeloupe et d’évaluer ainsi l’ampleur par laquelle la dépense touristique à travers la Route du rhum stimule l’économie guadeloupéenne. Le modèle entrées-sorties et plus particulièrement la matrice de Leontief fournit à cet égard un cadre approprié.

47Les résultats issus de l’application du logiciel aux données de ce TES montrent qu’un évènement comme la Route du rhum qui a attiré en 2003 pendant 10 jours environ 3000 visiteurs étrangers supplémentaires en Guadeloupe a permis d’accroître directement et indirectement les revenus d’activité et les revenus du travail pour un montant de 2,9 millions d’euros environ.

2.2.3. Effet demande et effet offre « Backward and Forward linkages »

48Comme indiqué précédemment, la somme des coefficients de chaque colonne de la matrice inversée fournit une mesure de l’importance de l’effet demande ou du multiplicateur d’activité de chacun de ces secteurs, tandis que la somme des coefficients en ligne indique l’ampleur par laquelle chaque secteur est lié au reste de l’économie, dans ce cas, il s’agit de l’effet offre, exprimé à travers le multiplicateur de capacité. Les deux tableaux suivants présentent successivement les indicateurs de l’effet demande et les indicateurs de l’effet offre.

Tableau 4. Indicateurs de l’effet demande < Backward linkages >

Tableau 4. Indicateurs de l’effet demande &lt; Backward linkages &gt;

49Le tableau 4 montre clairement dans sa dernière colonne, intitulée < Backward Spread > que ce sont les branches commerce, autres services aux entreprises, transports, poste et télécommunications qui affichent en Guadeloupe les meilleurs indicateurs de l’effet demande et donc les meilleurs multiplicateurs d’activité

Tableau 5. Indicateurs de l’effet offre < Forward linkages >

Tableau 5. Indicateurs de l’effet offre &lt; Forward linkages &gt;

50En revanche, le tableau 5 indique dans sa dernière colonne, intitulée < Forward Spread > que ce sont les branches sucre, rhum et autres alcools, commerce, autres IAA qui présentent les meilleurs indicateurs de l’effet offre et qui par conséquent apparaissent le plus lié au reste de l’économie guadeloupéenne.

2.2.4. Impact de la Route du rhum sur la production sectorielle

51En dernier lieu, Il convient d’estimer à travers les dépenses touristiques liées à la Route du rhum, l’impact en 2003 de cette attraction sur la production de chacun des 16 secteurs du TES de Guadeloupe. Pour cela, on se fonde sur le postulat économique selon lequel il est possible, à partir de la matrice inversée de Leontief d’estimer le vecteur de la production sectorielle nécessaire au soutien d’un vecteur de la demande finale (Birchn et al., 2006). Les productions sectorielles obtenues par cette approche sont présentées dans le tableau 6 suivant.

Tableau 6. Impact de la Route du rhum sur la production sectorielle

Secteurs

(I-A)-1

Dépenses touristiques (Route du rhum)

Impact

%

Agriculture

0.046997

0

89294 €

3.00

Sucre, rhum, et autres alcools

0.021585

0

41012

1.40

Autres IAA

0.084112

0

159813

5.50

Industries de biens de consommation

0.009417

0

17892

0.60

Industries de biens d’équipement

0.013171

0

25025

0.85

Autres industries

0.015539

0

29524

1.00

Energie

0.071598

0

136036

4.65

Construction

0.006159

0

12272

0.42

Commerce

0.018566

0

35275

1.21

Transports, poste et télécommunications

0.066326

0

126019

4.31

Activités financières

0.024372

0

46307

1.60

Activités immobilières

0.022287

0

42345

1.44

Autres services aux entreprises

0.120161

0

228306

8.00

Hôtels et restaurants

1.008409

1 900 000 €

1 915 977

65.50

Autres services aux particuliers

0.003456

0

6566

0.20

Services non commerciaux

0.005757

0

10938

0.40

Total de l’impact

2 922 601 €

100.00

52Les résultats issus de ce tableau indiquent que l’injection initiale de 1,9 millions d’euros de dépenses touristiques au titre de la Route du rhum (impact direct) engendrent 2,9 millions d’euros (impact direct et indirect) de revenus d’activité dans l’économie guadeloupéenne, confirmant ainsi la valeur du multiplicateur de revenus (2.9/1.9=1.53) trouvé préalablement dans la matrice inversée de Leontief. Ce multiplicateur d’activité comprend l’unité de produit touristique elle-même ainsi que la répercussion indirecte qui s’élève à 0.53. Il en résulte que la richesse (valeur ajoutée) directe créée par le tourisme international à la Guadeloupe génère une valeur ajoutée supplémentaire de 53% pour l’économie guadeloupéenne. Cependant, soulignons que l’augmentation de la demande finale de produits touristiques liés à la Route du rhum contribue en même temps à faire augmenter les importations de 0,7 millions d’euros et les recettes fiscales de 0,2 millions d’euros.

53Par ailleurs, indépendamment de la branche tourisme (hôtels et restaurants) qui apparaît comme étant le premier bénéficiaire de cet impact (65.5%), on constate que la part des autres secteurs dans l’impact est tout à fait mineure, puisque viennent ensuite par ordre d’importance: les autres services aux entreprises (8%), les autres IAA (5.5%), l’énergie (4.65%), les transports, poste et télécommunications (4.31%). Enfin, notons que l’impact sur l’emploi est également négligeable puisque cette manifestation qui ne dure en moyenne que 10 à 15 jours ne nécessite pas de la part des entreprises et établissements d’accueil un recrutement conséquent.

2.3. Impact par l’analyse économétrique

54La présente section se propose d’explorer à travers un modèle économétrique simple (un modèle log-log), l’influence d’un certain nombre de variables (dont celle de la Route du rhum) sur la croissance économique de la Guadeloupe, de saisir l’importance des effets respectifs de chacune de ces variables sur la croissance de cette région, à partir d’un modèle empirique qui s’inspire des travaux réalisés sur le même thème par Antonio Almeida et Carlos Santos pour l’archipel des Açores et de Madère.

55L’originalité de ce modèle vient du fait que pour l’essentiel, il fait dépendre la croissance du PIB de la Guadeloupe de l’influence de facteurs tels que: la variation du PIB de la France, la variation de la demande touristique adressée à la Guadeloupe dont 95% émanent de la France hexagonale, la variation des dépenses publiques, dépenses financées en grande partie par les subventions européennes et par celles de la France, ces deux sources intervenant conjointement pour compenser les coûts de l’insularité. Enfin, l’effet de la Route du rhum sur la croissance économique de la Guadeloupe est également saisi à l’aide d’une variable muette qui prend la valeur de 1 pour les années durant lesquelles l’évènement a lieu, et 0 ailleurs. Soulignons que les difficultés à collecter sur la période d’analyse des données relatives à d’autres variables explicatives nous ont contraints à des limites dans le choix de la méthode d’estimation, nous conduisant ainsi à l’application d’un modèle économétrique simple. Néanmoins, la prise en compte d’un tel modèle, permet de mettre en évidence de nombreux aspects occultés par les autres méthodologies d’évaluation abordées dans l’étude. Ce faisant, ce modèle permet d’appréhender les effets instantanés et de saisir l’évolution et l’influence de ces différentes variables.

56Les estimations du modèle sont réalisées par la méthode des moindres carrés ordinaires (MCO). Ce modèle s’exprime par la fonction suivante:
Yt = f (YFt, DPt, TOURt, Dum)
Où :
Yt = PIB régional de Guadeloupe
YFt = PIB de la France
DPt = Dépenses publiques de Guadeloupe
TOURt = Trafic passagers de Guadeloupe exprimé en nombre d’arrivées (hors réseau local)
Dum = variable muette exprimant l’existence ou non de la Route du rhum

57Le modèle est ensuite transformé en logarithme comme suit:
Log Yt = α + β1 log Yft + β2 log DPt + β3 logTOURt + Dum + ɛt
Où :
Yt = PIB régional de Guadeloupe à prix constants de 1992-2008
YFt = PIB de la France à prix constants de 1992-2008
DPt = Dépenses publiques de Guadeloupe à prix constants de 1992-2008
TOURt = Trafic passager de Guadeloupe, en nombre d’arrivées (hors réseau local) de 1992-2008

58Les données sont extraites des comptes économiques de la Guadeloupe, publiés par l’Insee ainsi que des rapports statistiques de la Direction générale de l’aéroport Pôle Caraïbe. Cependant, en raison de l’insuffisance des données statistiques disponibles, nous n’avons pu couvrir que la période allant de 1992 à 2008, période au cours de laquelle figurent quatre éditions de la Route du rhum (1992, 1998, 2002, 2006). Les différentes séries sont intégrées d’ordre 1 et sont par conséquent cointégrées, garantissant ainsi la signification des tests statistiques employés généralement dans le contexte des régressions par MCO. Après estimation, l’équation de régression devient :

Log Yt =

-6.14 +

0.29log(DPG)+

0.88log(YF)+

0.003log(TOUR)+

0.001DUM

(0.0388)

(0.1462)

(0.0119)

(0.9456)

(0.9060)

59R2 adj = 0.99
DW = 1.27

60Les nombres entre parenthèses expriment le degré de signification des variables. La capacité explicative du modèle est satisfaisante si l’on en juge par la valeur élevée du coefficient de détermination (0.99) et du F-statistics qui a une p-value inférieure à 0.0001. Les signes, les amplitudes des coefficients apparaissent aussi théoriquement satisfaisants et statistiquement significatifs. Le modèle indique que 99% de la variation du PIB de la Guadeloupe peuvent être expliqués à la fois par la variation du PIB de la France, par la variation des dépenses publiques en Guadeloupe, par la variation du nombre de touristes, et par l’évènement de la Route du rhum. Le coefficient relatif aux dépenses publiques de Guadeloupe est de signe positif et montre l’influence positive mais inélastique de ces dépenses sur la croissance économique de la région (+ 0.29). Ce coefficient signifie qu’un accroissement de 1% des dépenses publiques se traduit par une augmentation de 0.3% du PIB de la Guadeloupe. De même, On observe une influence positive et inélastique de la croissance du PIB de la France sur celle de la Guadeloupe (+ 0.88). En revanche, les coefficients relatifs à l’activité touristique (nombre d’arrivées) et à la Route du rhum, tout en étant de signe positif, exercent tous deux une influence tout à fait négligeable sur la croissance économique de la Guadeloupe, (0.003) pour le nombre d’arrivées) et (0.001) pour la Route du rhum. En conséquence, l’hypothèse d’une croissance tirée par le tourisme < tourism-led hypothesis > ne peut être inférée selon ces résultats. Il en résulte qu’il n’existe pas en Guadeloupe de lien de causalité évident entre croissance économique et croissance des arrivées touristiques.

61Ces résultats ne sont pas surprenants. Ils s’expliquent pour l’essentiel par le caractère exclusivement franco-français de la Route du rhum et de la fréquentation touristique qui en est liée. De plus, les études et rapports réalisés récemment (Dupont : 2008, 2007, 2006 ; CES 2007) ont montré que les ménages français dans une grande proportion ne considèrent plus la Guadeloupe et la Martinique comme des destinations privilégiées, préférant aujourd’hui orienter leur choix de destination de vacances sur d’autres lieux et d’autres évènements.

62Les faibles performances compétitives réalisées par ces deux destinations sur les différents marchés en sont la parfaite illustration (CTO, 2003-2010).

2.4. Impact par les multiplicateurs de la base

63Un multiplicateur régional désigne un opérateur qui permet de mesurer directement sur le revenu et la production, les effets attendus d’une injection initiale de ressources dans l’économie régionale. De ce fait, les multiplicateurs cherchent à évaluer un effet de levier. L’analyse des multiplicateurs a été largement utilisée comme méthode d’évaluation d’impact économique régional.

64Dans cette section, nous nous inspirons des résultats d’une méta-analyse provenant des travaux de Baaijens, Nijkamp et Montfort pour déterminer par transfert, la valeur du multiplicateur de revenu touristique de la Guadeloupe.

65Rappelons que la méta-analyse est une méthode appliquée aux résultats d’études qui utilisent le modèle de la base pour estimer les effets multiplicateurs des activités économiques motrices comme l’exportation ou le tourisme.

66Cette méthode est destinée à des synthèses de recherche. Un aspect important de la méta-analyse qui est aujourd’hui d’un grand intérêt est la transférabilité sur d’autres territoires des conclusions de recherches entreprises auparavant. C’est ainsi que Baaijens, Nijkamp et Montfort ont, à partir des résultats d’une méta-analyse portant sur dix territoires insulaires plus la Turquie, tirer la valeur du multiplicateur de revenu touristique de l’île Grecque de Lesvos en méditerranée. Aussi, les méta-modèles élaborés à partir de ces résultats permettent d’évaluer par transfert les multiplicateurs de base de d’autres régions présentant des caractéristiques proches. Ces modèles ont été construits et analysés en utilisant deux méthodes: l’économétrie (régressions linéaires multiples), et l’analyse des ensembles approximatifs ou ‘Rough Set Data Analysis (RSDA)’.

67Transférer la connaissance existante à une situation identique qui n’a pas été explorée avant est un domaine de recherche intéressant. Aussi, pour déterminer la valeur du multiplicateur touristique de la Guadeloupe, nous partirons des mêmes équations proposées par Baaijens, Nijkamp et Montfort dans le cas de l’île Grecque de Lesvos.

68Les fonctions proposées par ces auteurs sont les suivantes :
K = f (lnPOP, TU, lnSUR, BE, TU, GEO, POA)
K = f (lnPOP, TU, MO, lnTOA, TI, LSC, EL)
Où,
POP = nombre d’habitants
SUR = superficie en km2
GEO = 1 si la région est une île ou un archipel, 0 ailleurs
POA = 1 si la région est une nation indépendante, 0 si elle n’est pas indépendante
TU = 1 si la région est la Turquie, 0 ailleurs
BE = 1 si la région concerne les Bermudes, 0 ailleurs
MO = 1 si la méthode de Archer est utilisée, 0 si le modèle input-output est utilisé
TOA = nombre d’arrivées de touristes durant l’année
TI = indice touristique (nombre d’arrivées/population locale)
LSC = Part des arrivées du plus important pays émetteur
EL = dépense touristique dans les entreprises à capitaux locaux/dépense touristique totale

69Ce faisant, une analyse de régression est employée en deux étapes. En premier lieu, 8 équations de base sont estimées, dans lesquelles le multiplicateur d’économie touristique est lié à des caractéristiques géographiques telles que la superficie (exprimée en milliers de km2) ainsi qu’au nombre d’habitants (en milliers). Ces deux variables servent d’indicateurs de diversité de l’activité économique dans chaque région. L’hypothèse retenue est qu’il existe une relation positive entre le degré de diversité économique et le multiplicateur, et par voie de conséquence entre le multiplicateur et la superficie, mais également avec le nombre d’habitants. Une autre hypothèse de base retenue est que les régions politiquement indépendantes affichent en moyenne selon les auteurs un multiplicateur relativement plus élevé que celui des régions dépendantes et ce, en raison de l’absence de barrières douanières entre ces dernières et leur métropole, rendant ainsi ces régions moins autosuffisantes et leur degré de diversité économique plus faible.

70En second lieu, 8 autres équations de base viennent compléter les précédentes, en y intégrant d’autres variables telles que les flux touristiques, car une corrélation positive est supposée exister entre le nombre de touristes accueillis et le multiplicateur. Cependant, le nombre de touristes accueillis par rapport au nombre d’habitants (l’indice touristique) pourrait exprimer en même temps l’existence d’un phénomène d’envahissement qui se traduit par un effet d’éviction (crowding-out effect) si le nombre de touristes accueillis est considérablement plus élevé que le nombre d’habitants. En outre, le multiplicateur de revenu touristique est supposé relativement plus faible lorsqu’un pays émetteur accapare à lui seul une proportion très importante des flux touristiques d’une région donnée, comme semble être le cas de la France en Guadeloupe comme en Martinique. Les investisseurs en provenance de cette catégorie de pays accaparent en même temps une large portion du secteur touristique du pays récepteur. En conséquence, une grande partie de leur profit réalisé sur place est délocalisée, réduisant ainsi les effets directs de la dépense touristique. Enfin, rappelons que plus grandes seront les dépenses touristiques effectuées dans les entreprises à capitaux locaux, plus grand sera le multiplicateur de revenu.

71Au total, 16 équations différentes ont été estimées par les auteurs afin d’identifier celles qui, statistiquement présentent une plus grande robustesse dans l’évaluation du multiplicateur.

72Le tableau 7 affiche les résultats des huit dernières estimations qui ont servi à évaluer le multiplicateur de revenu touristique de l’île Grecque de Lesvos et que nous utiliserons à notre tour pour déterminer celui de la Guadeloupe. Offrant moins d’intérêt, les huit premières estimations ne sont pas présentées car elles ne prennent pas en compte les variables touristiques.

Tableau 7. Résultats de l’estimation des modèles de base

Tableau 7. Résultats de l’estimation des modèles de base

73Il ressort de ce tableau que les équations allant de (11) à (15) fournissent plus d’informations sur les variables touristiques que les autres. Par conséquent, nous nous concentrerons d’avantage sur ces équations, et plus particulièrement sur les modèles (14) et (15) qui serviront de base pour le calcul du multiplicateur de revenu touristique de la Guadeloupe. En définitive, le modèle (14) sera choisi car offrant un plus grand coefficient de détermination (0.93) que le modèle (15) et donc un meilleur pouvoir explicatif. Le multiplicateur issu du modèle (14) s’exprime dans le tableau comme suit:
Modèle (14): K = -0.57 + 0.096ln (POP) + 0.86TU + 0.039TI

74Quelle est donc la valeur du multiplicateur de revenu touristique de Guadeloupe que l’on peut déduire de cette équation? Et quelles sont les inférences interprétatives qui en découlent ?

75Pour y répondre, les données statistiques suivantes de Guadeloupe sont utilisées et intégrées à l’équation précédente :
Population (en 2008): 404 000 habitants
Superficie: 1750 km2
Statut politique: Département-Région d’outre-mer de la France
Nombre de touristes de séjour (2008): 366 000
Part du plus grand pays émetteur (France): 95%
Indice touristique: 0.90

76Une fois ces données intégrées à l’équation, il en ressort pour la Guadeloupe un multiplicateur (K) de revenu touristique de 0.89 contre par exemple 0.98 pour l’île de Lesvos, 1.09 pour les Bermudes et 1.98 pour la Turquie. Ce résultat apparaît statistiquement raisonnable et proche de celui obtenu à l’aide du multiplicateur keynésien de revenu (0.85) dont la formule est la suivante:

77

K=

1

1-c (1-t) + m

78Où,
c = la propension marginale à consommer;
t = le taux de fiscalité
m = la propension marginale à importer

79En effet, pour une propension marginale à consommer estimée pour la Guadeloupe à 1.6, un taux de fiscalité (taux des prélèvements obligatoires) à 30% (0.3), et une propension marginale à importer à 1.3, le multiplicateur keynesien de revenu s’élève en Guadeloupe à 0.85 et est donc très proche de celui du multiplicateur de base précédemment évalué.

80En résumé, ce résultat signifie que pour tout euro extérieur injecté dans l’économie locale, 89 ou 85 centimes de revenus individuels reviendraient dans celle-ci sous forme de salaires, de rémunérations ou de dividendes pour les résidents locaux.

813. Synthèse des résultats et principaux enseignements

82La Route du rhum présente un impact en volume par l’injection des consommateurs extérieurs (tourisme). Cette injection est considérée comme la source principale de l’impact et comme une ressource nouvelle pour la destination. Le reste de l’impact provient des dépenses nettes d’organisation et d’investissement réalisées par l’état et les collectivités locales, dépenses considérées en revanche comme un coût pour ces derniers. L’ampleur respective de ces deux types d’impact mérite d’être commentée en termes d’analyse coût-bénéfice car au delà du constat général, quatre conclusions émergent de cette analyse.

  • sur les neuf dernières éditions, la Route du rhum affiche une baisse tendancielle de la fréquentation touristique.

  • la manifestation engendre un faible ratio coût-bénéfice (dépenses des visiteurs/budget) et par conséquent un faible retour sur investissement puisque les dépenses touristiques ne couvraient en 2002 que 36% du budget consacré à l’évènement.

  • le multiplicateur de revenu touristique (0.89) apparaît faible par rapport à l’importance de l’évènement

  • cette manifestation a une incidence mineure sur la croissance économique de la Guadeloupe.

83En clair, en dépit de sa large couverture médiatique, de l’engouement sportif qu’elle suscite et de l’importance des sommes consacrées à son organisation et à sa promotion, la Route du rhum induit des impacts économiques modestes sur l’ensemble de l’économie de la Guadeloupe. En effet, on observe depuis les cinq dernières éditions de la Route du rhum, une baisse tendancielle de la fréquentation de visiteurs étrangers qui se seraient déplacés pour cette manifestation, baisse se traduisant à la fois par une réduction des taux d’occupation des établissements d’accueil et par une baisse de leur chiffre d’affaires.

84Cette baisse de fréquentation s’explique pour l’essentiel par le fait que la Guadeloupe en tant que destination touristique accuse depuis plusieurs années un déficit d’image et une perte de compétitivité sur le marché du tourisme international. Les touristes Français qui composent à 95% la clientèle des structures d’accueil de la région ne considèrent plus la Guadeloupe et la Martinique comme des destinations élitistes. A la recherche de plus d’authenticité et d’originalité ainsi que de meilleur rapport qualité/prix dans les pays récepteurs, ces touristes préfèrent aujourd’hui orienter leur choix de destination de vacances sur d’autres lieux et d’autres évènements, il en découle ainsi un faible retour sur investissement de la Route du rhum.

85Par ailleurs, au delà des données statistiques de fréquentation, l’impact économique proprement dit de la manifestation apparaît également mineur si l’on en juge par le niveau relativement faible du multiplicateur de revenu touristique affiché et par la médiocre incidence de l’évènement sur la croissance économique de la Guadeloupe. Par conséquent, cette manifestation n’exerce pas une influence quantitative significative sur l’ensemble de l’économie Guadeloupéenne et ce, en raison d’un fort taux de fuite régionale et des effets de déperdition (leakage effects) qui y sont liés, provenant pour l’essentiel de l’ampleur des importations dérivées (plus de 80%), et du caractère faiblement intégré de l’économie locale. Enfin, toutes choses égales par ailleurs, comparée en termes de « rentabilité » et de compétitivité à d’autres manifestations sportives et culturelles de la Caraïbe, les impacts économiques de la Route du rhum sont notoirement inférieurs à celles-ci (voir tableau 8) et notamment à celles de : la semaine de la voile à Antigua (Antigua sailing week), des tournois internationaux de golf et de cricket organisés à la Barbade, à la Jamaïque et aux Bermudes, du cropover de la Barbade, carnaval célébrant annuellement la fin de la récolte de la canne à sucre, du reggae sunplash de la Jamaïque, festival d’une durée de cinq nuits à la gloire du reggae et à ses plus grandes stars, du carnaval de Trinidad et Tobago, du festival du merengue de la République Dominicaine, etc.

Tableau 8. Impacts économiques comparatifs de quelques évènements sportifs et culturels dans la Caraïbe (1998)

Tableau 8. Impacts économiques comparatifs de quelques évènements sportifs et culturels dans la Caraïbe (1998)

Sources : ITC Executive Forun (2005) et calculs de l’auteur

86Le principal enseignement qui émerge de ce tableau est que la Route du rhum, par rapport à d’autres évènements de la Caraïbe est à l’évidence une manifestation sportive ‘no profitable’ et ‘no competitive’ si l’on se base par le faible ratio coût-bénéfice qu’elle réalise, ratio qui ne lui permet pas de couvrir par les recettes touristiques l’ensemble des dépenses d’investissement, d’organisation et d’animation qu’exige cette attraction. Par conséquent, la question de l’efficacité de ces dépenses et de leur rendement doit être posée aujourd’hui plus que jamais. En revanche, on constate que la plupart des festivals et carnavals de la Caraïbe ont un bon retour sur investissement et génèrent un chiffre d’affaires qui représente le plus souvent plus de 10% de la dépense touristique annuelle, faisant ainsi de ces activités le pivot des industries culturelles de ces destinations. Enfin, ce tableau nous enseigne également que parmi les pays analysés, l’évènement culturel qui présente le ratio coût-bénéfice le plus élevé est le festival de jazz de Ste Lucie avec 9,1, le carnaval de Trinidad et Tobago est classé second avec un ratio de 7, le cropover de la Barbade affiche un ratio de 2, tandis que la Route du rhum, évènement sportif ne réalise qu’un ratio de 0,3.

Conclusion

87Cette étude s’est attachée à saisir l’impact de la Route du rhum sur l’économie de la Guadeloupe en ayant recours à trois approches: deux en niveau, dont l’une détermine les multiplicateurs input-output par application d’un TES de l’économie guadeloupéenne, et l’autre, les valeurs du multiplicateur de la base, par utilisation des résultats d’une méta-analyse.

88La troisième approche qui est dynamique, spécifie à l’aide d’un modèle économétrique, l’influence d’un certain nombre de variables (dont celle relative à la Route du rhum) sur la croissance économique de la Guadeloupe. Les résultats obtenus convergent et montrent que malgré la forte couverture médiatique de l’évènement, la ferveur sportive suscitée, et l’importance des sommes consacrées à son organisation , globalement les retombées économiques de la manifestation, et plus particulièrement ses effets d’entraînement sur le tissu productif local sont faibles, en raison notamment du faible degré d’intégration du territoire autour de sa structure productive (plus le degré d’intégration est fort et plus les fuites sont faibles).

89L’analyse révèle également qu’au plan touristique, cet évènement est avant tout perçu comme un vecteur de communication et de notoriété, or la Route du rhum, manifestation franco française par excellence subit en termes de fréquentation touristique un effet de débordement ou de contagion négatif (spillover effect) résultant du déficit d’image qu’accuse depuis plusieurs années la destination Guadeloupe sur le marché du tourisme international en général et sur celui de la France en particulier. A cela, ajoutons que les ménages Français dont plus de 30% constituent une clientèle ‘affinitaire’, séjournant aux Antilles en famille et chez des amis ne considèrent plus la Guadeloupe et la Martinique comme des destinations élitistes, préférant pour des raisons tenant à de meilleurs rapports qualité/prix affichés dans d’autres pays, orienter leur choix de vacances sur d’autres lieux et d’autres évènements. De plus, le développement touristique du territoire n’est pas la priorité de l’organisateur, l’impact touristique de l’évènement est alors considéré comme un effet induit, marginal par rapport à sa finalité première qui est avant tout sportive. Aussi, le 9ème anniversaire de la Route du rhum (2010) devrait être l’occasion pour les autorités nationales et locales d’envisager une nouvelle manière de gérer cet évènement afin d’aborder avec franchise les véritables enjeux de cette manifestation. Dans ces conditions, il est nécessaire de disposer à l’avenir d’une meilleure visibilité sur la valeur ajoutée touristique de l’évènement, de mieux évaluer au plan local ses retombées touristiques et économiques, et de sortir définitivement du seul schéma: médiatisation – fréquentation – consommation proposé jusqu’ici.

90Cette étude, si elle a permis d’évaluer sous différentes formes les effets multiplicateurs des dépenses effectuées à l’occasion de la Route du rhum, elle mérite cependant d’être complétée dans le futur par une recherche nouvelle, portant cette fois sur une analyse coût-bénéfice plus approfondie de la manifestation, analyse qui combinerait à la fois les effets économiques et environnementaux de l’évènement.

91Enfin, étant donné les rares opportunités et possibilités de diversification de l’économie guadeloupéenne, nous recommandons d’entreprendre dans le cadre de l’activité touristique, une stratégie de diversification verticale, visant à regrouper en grappes (clusters) les principales entreprises de ce secteur, de manière à maximiser l’ensemble de la chaîne de valeur les concernant. Ainsi, l’impact économique d’évènements comme celui de la Route du rhum serait élargi à un plus grand nombre d’acteurs, améliorant en même temps les retombées économiques de cette attraction ainsi que les multiplicateurs de production, de revenu, de valeur ajoutée et d’emploi qui y sont attachés.

Haut de page

Bibliographie

Almeida, A. and C. Santos (2005). Comparative Analysis of Tourism Contribution to the GDP of Madeira and Azores, Department of Economics and Business, Universidade de Madeira.

Baaijens, S.R., P. Nykamp and K.Van Monfort (2000). Explanatory Meta-Analysis of Tourist income Multipliers: an Application of Comparative Research to Island Economies, Amsterdam, Faculty of Economics and Econometrics.

Barget, E. et J.J. Gouguet (2010). « La mesure de l’impact économique des grands évènements sportifs », L’exemple de la coupe du monde de rugby 2007, Revue d’économie régionale et urbaine, 2 : 379-408.

Barget, E. et J.J. Gouguet (2010). Evènements sportifs impacts économique et social, Editions Deboeck.

Birch, A., D.R. Singh et H. Mc David (2006). “Impact of the Hospitality Tourism Sector on the Jamaican Economy: 1974-1993: An Input-Output approach”, Social and Economic Studies, 55, 3:183-207.

Bousset, JP. et D. Vollet (2010). “Use of Meta-Analysis for the Comparison and Transfer of Economic Base Multipliers”, Regional studies, 36, 5: 481-494.

Briassoulis, H. (1991). “Methodological Issues: Tourism Input-Output Analysis”, Annals of Tourism Research, 18: 485-495.

Bureau of Economic Analysis (2001). Regional Accounts Data: Local Area Personal Income South Carolina CA34 Average Wage per Job, www.bea.gov/bea/regional/reis/drill.cfm.

Bureau of Labor Statistics (2001a). “Glossary”, www.bls.gov/bls/glossary.htm

Bureau of Labor Statistics (2001b). “2000 OES Industry-Specific Occupational Employment and Wage Estimates”, URL, <www.bls.gov/oes/2000.htm>.

Bureau of Labor Statistics (2001c). “Consumer Price Index: All Urban Consumers”, URL, <data.bls.gov/cgibin/surveymost>.

Burgan, B. and T. Mules (1992). “Economic Impact of Sporting Events”, Annals of Tourism Research, 19 :700-710.

Chang, W. (2000). Michigan Economic Impact Calculator: Statewide Analysis, URL, <file:///cl/sports-tourism-2000/ecimpadjavastate.html>.

Caribbean Tourism Organization (CTO) (2003-2010). Rapports statistiques, URL, <http://www.onecaribbean.org>.

CCI de Pointe-à-Pitre (2002). Les retombées économiques de la Route du Rhum : Mythe ou Réalité ?, Chambre de Commerce et d’Industrie de Pointe-à-Pitre, cellule Europe.

Conseil économique et social (CES) (2007). Le tourisme, perspectives d’avenir de l’Outre-Mer français, Rapport du CES.

Crompton, J., S. Lee, and T. Shuster (2001). “A Guide for Undertaking Economic Impact Studies: The Springfest Example”, Journal of Travel Research, 40: 79-87.

Davis, H. (1993). Regional Economic Impact Analysis and Project Evaluation, Vancouver, UBC Press.

Doshi, K., D. Schumacher and K. Snyder (2001). Report on Economic Impact, National Association of Sports Com­missions.

Dupont, L. et A. Salzedo (2008). « Evaluation de la politique touristique en Guadeloupe et de son impact sur l’économie et l’emploi à l’aide de modèles appliqués », Veille info tourisme, Ministère Français du tourisme, URL, <http://www.veilleinfotourisme>.

Dupont, L. (2008). « Evaluation de la compétitivité des destinations touristiques : application à la Caraïbe », Revue espaces tourisme et Loisirs, 257, 12 p.

Dupont, L. (Mai 2007). « Modélisation de l’activité touristique : application à la Guadeloupe et à la Martinique », Revue Espace Tourisme et Loisirs, n°248, 17p.

Dupont, L. (Mai 2006). « Analyse des déterminants de la demande touristique aux Antilles françaises », Revue Espace, 237, 12 p.

Fourie, J. and M.S. Gallego (Oct 2010). “The impact of Mega-Sport Events on Tourist Arrivals”, Stellenbasch Economic Working, Papers: 2010.

Freshwater, D. (2000). “Rural America at the Turn of the Century: One Analyst's Perspective”, Rural America 15(3): 2-7.

Henry, M. and T. Johnson (1993). “Cautions Using I-O Models”, In D. Otto, and T. Johnson (eds.), Microcomputer-Based Input-Output Modeling: Applications to Economic Development, Boulder CO, Westview Press: 28-46.

Henry, M. and T. Johnson (1993). “SAM Multipliers: Their Interpretation and Relationship to Input-Output Multipliers”, In D. Otto, and T. Johnson (eds.), Microcomputer-Based Input-Output Modeling: Applications to Economic Development, Boulder CO, Westview Press: 181-46.

INSEE (2011). Tableaux Economiques Régionaux (TER) de Guadeloupe, INSEE.

ITC Executive Forum (2005). “Export Value Addition through Integration of the Tourism Entertainment and Productive Sectors”, URL, <http://www.intracen.org/execforum>.

Kaye, R. (1997). A CPI Primer, or Why the Fuss Over the Consumer Price Index? IDES 3(3), URL, <http://lmi.ides.state.il.us/lmr/article9.htm>.

Lawson, A. (1997). Benchmark Input-Output Accounts for the U.S. Economy, 1992: Make, Use, and Supplementary, Bureau of Economic Analysis Survey of Current Business, <www.bea.doc.gov/bea/pubs.htm>.

Lundberg, D., M. Krishnamoorthy and M.Stavenga (1995). Tourism Economics, New York, Wiley.

McHone, W. and B. Rungeling (2000). “Practical Issues in Measuring the Impact of a Cultural Tourist Event in a Major Tourist Destination”, Journal of Travel Research, 38: 299-302.

Miller, R. and P. Blair (1985). Input-Output Analysis: Foundations and Extensions, Englewood Cliffs NJ, Prentice Hall.

Minnesota IMPLAN Group (1998). IMPLAN 2.0 [Computer software], Stilwater MN, MIG.

Minnesota IMPLAN Group (1999). “IMPLAN Professionnal Version 2.0: User’s Guide”, Analysis Guide, Data Guide, Stilwater MN, MIG.

Nicolas, Y. (2006). « L’analyse d’impact économique de la culture: Principes et limites. Ministère Français de la Culture et de la communication », Document de travail, n°1271.

Pyatt, G. and J. Round (1985). Social Accounting Matrices: A Basis for Planning, Washington DC, The World Bank.

Samdahl, D. (1999). “Epistemological and Methodological Issues in Leisure Research”, In Leisure Studies: Prospects for the Twenty-First Century, E.Jackson and T.Burton, (eds.), pp.119-133, State College PA, Venture Publishing.

Standeven, J. and P. Deknop (1999). Sport Tourism, Champaign IL, Human Kinectics.

Stynes, D. and D. Propst (2002). “Money Generation Model: Version 2”, URL, <www.prr.msu.edu/mgm2/mgm2main.htm>.

Thorbecke, E. (1998). “Social Accouting Matrices and Social Accounting Analysis”, In W. Isard, I. Azis, M. Drennan, R. Miller, S.Saltzman and E.Thorbecke, (eds.), Methods of Interregional and Regional Analysis, Brookfield VT, Ashgate Publishing Company: 281-331.

Travel Industry Assocation of America (2003). “Travel Statistics and Trends”, URL, <www.tia.org/travel/TravelTrends.asp#s>.

Turco, D. (1998). “Travelling and Turnovers: Measuring the Economic Impact of a Street Basketball Tournament”, The Journal of Sport Tourism 5(1), URL, <http://sptourism.net/>.

Tyrell, T. and R. Johnson (2001). “A Framework for Assessing the Direct Economic Impact of Tourism Events: Distinguishing Origins, Destinations and Causes of Expenditures”, Journal of Travel Research, 40: 94-100.

West, G.R. (2003). IOW Input-Output software Windows, University of Queensland (Australia).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 2. Evolution du trafic de passagers en Guadeloupe (arrivées hors réseau local) de 1993 à 2010.
Crédits Sources : Direction générale de l’aéroport Pôle-Caraïbe et calculs de l’auteur
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5296/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 3. Inverse de la matrice de Leontief (année 2003)Secteurs
Légende 1 Agriculture2 Sucre, rhum et autres alcools3 Autres IAA4 Industries des biens de consommation5 Industries de biens d’équipements6 Autres industries des biens intermédiaires7 Energie8 Construction9 Commerce10 Transports, poste et télécommunications11 Activités financières 12 Activités immobilières13 Autres services aux entreprises14 Hôtels et restaurants15 Autres services aux particuliers16 Services non commerciaux
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5296/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Tableau 4. Indicateurs de l’effet demande < Backward linkages >
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5296/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 5. Indicateurs de l’effet offre < Forward linkages >
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5296/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 7. Résultats de l’estimation des modèles de base
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5296/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Tableau 8. Impacts économiques comparatifs de quelques évènements sportifs et culturels dans la Caraïbe (1998)
Crédits Sources : ITC Executive Forun (2005) et calculs de l’auteur
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5296/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Dupont, « Essai d’évaluation des effets économiques de grandes manifestations sportives : le cas de la Route du rhum en Guadeloupe », Études caribéennes [En ligne], 19 | Août 2011, mis en ligne le 15 août 2011, consulté le 27 avril 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/5296 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.5296

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org