Navigation – Plan du site
Hors dossier

Géographie de la ségrégation ethnique et géopolitique des drogues illicites. L'exemple de la Caraïbe indo-créole

Geography of Ethnic Segregation and Geopolitics of Illicit Drugs: the Example of Indo-Caribbean Creole
Daurius Figueira et Romain Cruse

Résumés

Cet article discute du lien entre racisme, ségrégation ethnique et trafic de drogues illicites dans trois territoires caribéens caractérisés par une forte représentation des populations d'origine indienne et africaine : Trinidad, le Suriname et le Guyana. Pour des raisons historiques, ces territoires ont connu l'apparition relativement récente d'une classe d'entrepreneurs indo-caribéen prospère. D'un autre côté, pour les mêmes raisons, les populations d'origine afro-caribéennes y représentent l'essentiel de la classe pauvre urbaine. C'est sur cette base que s'est développé, à partir des années 1980, le trafic de cocaïne colombienne. D'où, dans la majorité des cas, une spécialisation ethnique des activités liées au trafic. A la base de la pyramide sociale, les jeunes Afro-caribéens des bidonvilles de Buxton (Guyana) ou de Laventille (Trinidad), par exemple, se retrouvent sur-représentés parmi les coupables de crimes commandités liés au trafic. Et émerge un discours raciste présentant les « noirs » comme plus enclin au crime...

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Guyana, Suriname, Trinité
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Il est des pays dont le destin intéresse peu la presse internationale. Les trois composantes de la Caraïbe indo-créole – Suriname, Guyana et Trinidad et Tobago (« Trinbago ») -, trois pays qui affichent des taux d'homicides parmi les plus élevés au Monde, sont de ceux là. L'UNODC tient sur ce sujet une table statistiques considérée comme relativement sérieuse1 bien qu'elle ne prenne pas en compte l'évolution annuelle fulgurante des taux caribéens. Si on actualise la table de 2004, la Jamaïque se positionne désormais en réalité comme le pire pays au monde avec 73/100 000 (1611 meurtres commis en 2008) - devant toute l'Afrique ou encore la Colombie! -, Trinidad se positionne sur le podium avec 50/100 000 (soit plus qu'un doublement depuis les statistiques de 2004 !), tandis que le Guyana stagne aussi dans le haut du classement à proximité du Brésil avec près de 20/100 000 (chiffres de 2004 et de 2008). Avec près de 12 homicides volontaires commis pour 100 000 habitants (2004), ce qui demeure plus que modeste à l'échelle caribéenne, le Suriname affiche déjà des statistiques pires que le Mexique ! (UNODC, 2004)

2Aux racines de cette criminalité explosive se recoupent deux espaces, objet d'enjeux géopolitiques féroces : l'espace politique et l'espace des drogues illicites (Cruse, 2009).

3La situation de la Caraïbe indo-créole est particulière en raison de l'ajout d'une consonance ethnique au modèle Caribéen traditionnel. Ce fait s'appuie sur une longue histoire de ségrégation héritée de la période coloniale et entretenue par les politiciens contemporains pour assoir leur domination géopolitique de l'espace national. Cette dimension nous fait quitter l'échelle (méso et méta) habituellement allouée à la géopolitique, celle de la lutte entre Etats, ou entre empires (Agnew, 2003). Les rivalités dont l'espace est l'enjeu se déroulent aussi à des échelles bien plus fines et l'emboîtement des échelles de réflexion participe activement à l'enrichissement de l'analyse géopolitique.

1. Les fondations de la ségrégation ethnique dans la Caraïbe indo-créole

4L'ensemble régional de la Caraïbe indo-créole se compose de deux territoires à la fois immenses si on les compare au sous ensemble caribéen, et minuscule si on les met en relation avec les territoires sud-américains voisins (Brésil, Venezuela, etc.) : le Guyana et le Suriname. Ces espaces sont très peu peuplés, la densité tournant autour de 3 habitants par kilomètre carré (respectivement 3,6 et 2,9). La troisième composante du puzzle semble au premier abord antinomique. La République de Trinidad et Tobago est en effet un petit territoire bi-insulaire, auquel s'ajoute une dizaine d'îlots. Plus grande île de l'archipel des petites Antilles et seconde plus grande île du Commonwealth caribéen, Trinidad représente cependant un minuscule territoire comparé au Guyana et au Suriname. L'ordre de grandeur est de 1/42 entre l'ensemble de la superficie des deux îles et le Guyana, 1/32 si on le compare au Suriname. Si on ajoute la population du Suriname (environ 481 000 habitants) et celle du Guyana (environ 772 000) on dépasse pourtant à peine celle de la seule république de Trinidad et Tobago (1 229 900 habitants environ) où la densité est de l'ordre de 240 habitants au kilomètre carré.

  • 2 Les données sur l'urbanisation du pays font état d'un très faible 13%. Ce chiffre doit cependant êt (...)

5Cette différence doit cependant être tempérée par la polarisation extrême qu'exercent les capitales du Suriname et du Guyana. Alors que la population de Trinidad est relativement diffuse2, la population du Suriname se concentre nettement dans l'agglomération de Paramaribo (2/3 des habitants du pays selon l'office national des statistiques), celle du Guyana dans la capitale Georgetown, et dans les bidonvilles qui bordent ses axes de communications adjacents. Ainsi la population de « Trinbago » est à 87% rurale, celle du Suriname à 75% urbaine, dans un espace ou n'existe qu'une seule véritable ville. Le voyageur pénétrant le pays par la Guyane Française, ou par le Guyana, ne rencontrera en effet pas à proprement parlé d'espace urbain avant d'atteindre la capitale Paramaribo, qui se trouve à peu près à mi-distance, sur la rive occidentale du fleuve du même nom.

6L'urbanisation du Guyana (environ 30%) diffère en raison d'un attribut physique propre à cette ancienne colonie britannique, la disponibilité d'un relativement vaste espace rural exploitable entre la forêt et la ville. En effet, la plaine littorale des Guyanes, qui s'étend de la Guyane Française jusqu'au Venezuela, est très mince et inondée, et ne favorisait donc pas le développement de plantations de type caribéen. Cependant, les Hollandais surent appliquer les techniques de poldérisation imposées par leur espace de référence, montrant la possibilité de telles mises en valeur économiques. A partir du XVIIe siècle ils colonisent une partie de l'actuel Guyana, et y introduisent le système des polders. Par la suite, à partir de 1746 ils permirent à des colons anglais ruinés de s'installer sur les bords de la Demarara River, à l'emplacement de l'actuel Georgetown.

7La plaine littorale tend à s'élargir d'Est en Ouest, laissant la plus importante bande littorale disponible au Guyana. L'ampleur des travaux de drainages (digues et canaux principalement) nécessaires pour l'exploitation de cette espace inondable entraina l'échec rapide des petits planteurs et le rachat fulgurant de leurs terres par la compagnie britannique Booker - « l'Etat dans l'Etat », qui concurrença rapidement l'administration coloniale par le pouvoir économique qu'elle exerçait sur ce territoire (Seecharan, 2005). Le travail réalisé par les esclaves fut titanesque, expliquant plus qu'ailleurs leur désaffection future pour l'espace rural et ses travaux. Chaque kilomètre carré de canne plantée par ces esclaves aura nécessité au préalable la construction de 49 kilomètres de canaux de drainage et de 16 kilomètres de voies d'eau. Pour arriver au total de 8 000 km2 de superficie de champs de canne, ces esclaves creusèrent et déplacèrent à la force des bras 100 millions de tonnes de sol côtier ! (Gibson, 2003)

8Suite à l'abolition de l'esclavage en 1834, la Booker et l'administration coloniale se tournèrent avidement vers toutes les sources de main d'œuvre potentielles pour sauver leur investissement. On fait venir, à partir de 1841, 15 000 travailleurs portugais – considérés comme des européens « inférieurs » -, mais ceux-ci meurent dans les champs (4 000, soit près d'un tiers des effectifs !) ou se reconvertissent dans le commerce de détail (les britanniques contrôlent l'import-export, bien plus lucratif) dont les esclaves sont écartés par un système de licence basé sur l'appartenance ethnique. Ce système ségrégé ne suffit pas à renvoyer les anciens esclaves dans les champs de canne. On se tourna donc vers l'immense réservoir de main d'œuvre de l'empire britannique : l'Inde du Sud. En 1914, 240 000 personnes sont emmenées depuis ces régions vers le Guyana, avec la promesse d'un avenir meilleur. Ce couteux programme fut largement financé par les taxes locales, qui finirent de ruiner les travailleurs afro-guyaniens. Il entraina par ailleurs un renversement radical de la balance de l'offre et de la demande sur le marché du travail, tirant vers le bas conditions et prix du travail. Ces travailleurs indiens furent installés dans des communautés hermétiques, et autorisés à conserver leurs rites et leur culture traditionnelle, contrairement aux anciens esclaves qui avaient dû s'accommoder – de gré ou de force - du christianisme des colons. Rapidement un syndicalisme particulier se développa à partir de cet espace ségrégé dans lequel les indiens occupaient les espaces ruraux et travaillaient dans les champs de canne, tandis que les Afro-guyaniens se dirigeaient vers les petits postes de l'administration et les emplois du secteur secondaire, à Georgetown et dans sa banlieue. Classiquement, selon le modèle caribéen, l'espace politique contemporain émergera de ces bases syndicales. Schéma propre à la Caraïbe indo-créole, au Guyana, comme à Trinidad et au Suriname, les partis furent donc dès leur naissance polarisés sur une base ethnique (Bolan, 2004), et l'espace physique fut découpé entre communautés hermétiques et spécialisées.

9A Trinidad, l'organisation de l'espace est basée sur les mêmes racines. Les esclaves affranchis fuirent massivement les champs de canne du central pour se réfugier en périphérie des deux grandes agglomérations du pays (la capitale Port-of-Spain et la seconde ville San Fernando), dans les collines du « Northern range », et dans le Sud pétrolier. Dans leur majorité, ces Afro-trinidadiens optèrent pour la ville et les emplois du secteur secondaire, tandis qu'une minorité optait pour une agriculture de subsistance, dans des enclaves isolées du littoral Nord, coupé du reste de l'île par une barrière montagneuse vierge. Les Indo-trinidadiens, amenés dans l'île à l'abolition de l'esclavage occupèrent le centre de l'île et ses champs de canne. Ils y fondèrent la « capitale indienne », Chaguanas, et des foyers hermétiques de culture indienne (hindoue ou musulmane).

10L'indépendance à Trinidad aurait put voir naître un vaste mouvement rassembleur, ébauché en 1970 lorsque étudiants, travailleurs agricoles indo-trinidadiens et employés afro-trinidadiens de la ceinture pétrolière manifestèrent ensemble contre la perpétuation de la monopolisation du pouvoir blanc, derrière la façade du Docteur Eric Williams, un temps très populaire en raison de ses discours radicaux (Meeks, 2000). Cependant, l'oligarchie blanche – composée de colons britanniques, de descendants de planteurs martiniquais et haïtiens ayant fuit lors de leurs révolutions respectives - parvint à garder le contrôle derrière Eric Williams en raison de l'absence complète d'opposition politique. L'espoir suscité par cet énième dirigeant caribéen introduit au socialisme des Fabian lors de ses études à Londres (C. Jagan, N. Manley, etc.) fut tel qu'il créa un vide complet autour de lui, et son parti, le People National Movement (PNM), lui aussi né du syndicalisme originel contre l'exploitation britannique, garda le pouvoir sans discontinuité de 1956 à 1986, avant de reprendre la main jusqu'à l'heure actuelle quasiment sans discontinuité. Face au PNM se développa progressivement une opposition établie sur une base ethnique, fondée sur la perception selon laquelle le gouvernement d'Eric Williams avantagerait les classes afro-trinidadiennes au détriment des Indo-trinidadiens. Le parti politique contemporain représentant cette tendance est l'Union National Congress (UNC) et son leader historique Basdeo Panday.

11Comme dans le cas du Guyana, la polarisation ethnique repousse l'idéologie dans un registre secondaire, et les deux partis qui monopolisent le débat démocratique dans la république sont ouvertement néolibéraux, ce qui se traduit en terme de pauvreté, de pourcentage de personnes vivant dans des bidonvilles et de taux d'emprisonnement parmi les plus fort de la région caraïbe, ainsi que par un salaire minimum et des équipements publics parmi les plus bas, malgré le potentiel pétrolier (Cruse, 2009). Le Guyana fut au contraire marqué par la monopolisation de la sphère politique par trois partis se présentant comme d'inspiration marxistes, le People National Congress (PNC) de F. Burnham à polarisation afro-guyanienne, le People Progressive Party (PPP) de C. Jagan à polarisation indo-guyanienne, et le Working People Alliance (WPA) de Walter Rodney, radical et anti-raciste. En ce qui concerne la répartition spatiale de la population, Trinidad se caractérise par l'opposition d'un couloir urbain peuplé majoritairement d'Afro-tribagoniens qui s'étend de Diego Martin et Port of Spain jusqu'à Arima, aux vastes campagnes du central et à certaines vallées du Nord (comme Caura) essentiellement peuplées d'indo-trinidadiens. Un axe urbain indo-trinidadien s'esquisse entre Chaguaranas et Couva, avec l'urbanisation lente du pays (estimée à 3% par an sur la période 2005 – 2010). Au Guyana les campagnes demeurent indiennes (et les forêts amérindiennes), tandis que les Afro-guyaniens contrôlent les espaces proto-urbains de la banlieue de Georgetown. Les banlieues huppées sont largement peuplées des Indo-guyaniens qui ont bénéficiés de la corruption sous le régime Burnham puis du retour au pouvoir du partit à polarisation ethnique PPP de Cheddi Jagan, à partir de 1992, appuyé par les entrepreneurs étrangers du secteur minier. De leur coté, les Afro-guyaniens sont relayés dans la dernière caste d'une société éminemment raciste, combinant le système de classes héritée des britanniques et celui des castes, importé d'Inde, et volontairement préservé. Il est intéressant de noter à ce propos que bon nombre des indiens venus travailler au Guyana appartenaient eux mêmes aux castes de paysans et de gardiens de chèvres avant leur départ. La migration permis à une petite élite originaire de ces castes (mais plus généralement aux classes les plus hautes – souvent attachées aux cultes religieux) de s'affranchir de cette déterminante tout en l'imposant aux Afro-guyaniens. Ceci rappelle les communautés de « noir marrons » jamaïcaines dont certaines s'empressèrent de reproduire dans les montagnes bleues les sociétés esclavagistes qui avaient colonisé jusqu'à leur imaginaire.

12Ces premières sociétés indépendantes de la Caraïbe post-colombienne nous amènent à la particularité du Suriname. Cette ancienne colonie hollandaise depuis 1667 se distingua de la colonie voisine britannique par l'intensité de l'apport migratoire africain. La particularité de la colonisation Hollandaise fut sa grande cruauté – si on peut hiérarchiser le degré d’inhumanité des types de colonisations européennes - étroitement liée à l’administration particulière de la colonie : si l’Etat Britannique est responsable de ses colonies – sans doute à l'exception du Guyana lui même largement dirigé par la Booker -, la colonie Hollandaise est gérée par un groupe capitaliste privé, la West Indian Company (WIC). C’est ainsi que l’ingénierie hollandaise privée développera, grâce à l’expérience des polders, les plantations au Suriname à un rythme effréné. De cinquante recensées en 1770 on passe à 400 en moins d’un siècle. Les esclaves sont exploités avec une ardeur particulière, et les fugitifs ne sont pas tués comme dans les colonies britanniques, mais torturés et renvoyés au travail pour limiter les coûts d’exploitation. Pour ces deux raisons – grande cruauté et besoin vital de la main d’œuvre servile – couplées aux particularités d’un milieu physique particulièrement propice, aucun pays au Monde ne connaîtra le marronnage dans des proportions similaires à celle du Suriname.

13Dès le XVIIIe siècle le gouverneur Hollandais recense plus de 66 000 marrons regroupés en au moins 6 groupes différents (Saramaka, Paramaka, Djuka, etc.). N'ayant que peu connu la domination européennes, ils ont pu garder intact leur culture, leurs rites, et leur organisation de l'espace et du pouvoir. Ces groupes Marrons vont, comme les amérindiens du littoral avant eux - chassés vers l'intérieur par l'arrivée des colons-, se heurter aux territorialisations des amérindiens de l’intérieur, générant un nouveau lot de conflits ethniques. Pour faire bref, dans l’intérieur forestier les Amérindiens et les Noirs marrons, qui territorialisent des espaces juxtaposés et rattachés aux mêmes axes structurant que représentent les fleuves transversaux et leurs ramifications de « creeks », s’affrontent violemment dans des clashs intergroupes et intra-groupes. De plus, les colons hollandais procédèrent régulièrement à des raids pour collecter des esclaves à moindre coût. La violence de ces expéditions poussa les Marrons à développer un art militaire entretenu par les affrontements réguliers avec les groupes Amérindiens. La résistance de ces groupes et leurs raids vengeurs sur les plantations amènera le gouvernement colonial à attribuer les premières terres indépendantes de la région au noirs marrons – dès le XVIIe siècle et donc bien avant la révolution haïtienne -, autour du fleuve qui prit leur nom (le Maroni), et dans le centre du pays.

14La Hollande aboli l'esclavage en 1863 et les colons se tournèrent vers l'administration en vue d'obtenir une nouvelle source de main d'œuvre servile pour la « mise en valeur ». La Hollande se tourne alors vers ses colonies, particulièrement l'île de Java, ainsi que vers les immenses réservoirs de l'Inde et la Chine. L'administration coloniale veille à ce que ces travailleurs vivent dans des régions et des communautés séparées et éprouvent un sentiment réciproque d'hostilité. Diviser pour mieux régner...

  • 3 L'espace politique surinamais était depuis l’autonomie (1948) divisé en partis ethniques, religieux (...)

15Ainsi, sur le modèle du Guyana voisin, les politiciens locaux vont rapidement tenter d’instrumentaliser à leur profit la segmentation ethnique, mais sans réel succès (Sumesar-Rai, 2005). Les Hollandais durent en effet lutter corps et âme pour faire accepter aux élites indo-surinamaises et créoles l'indépendance de cette encombrante et coûteuse colonie (particulièrement depuis la chute du cours de la bauxite, principale richesse du pays), finalement acceptée à reculons en échange de la promesse d'une aide gigantesque de 100 millions de dollars par an (Chin, 2008). Pour faire face à la possible remise en cause de leur statut privilégié, et leur récupération des splendides demeures hollandaises bordant le fleuve Paramaribo, ces deux groupes élitistes mirent de coté leur hermétisme ethnique pour s'assurer un contrôle politique commun. Ce mouvement se fit au profit d’un hermétisme de classe, les élites créoles et indiennes formant donc dès 1958 un gouvernement de coalition3. En réaction, un large pan des travailleurs créoles et javanais se regroupa derrière la bannière du parti socialiste nommé National Republican Party (PNR, 1961).

16Cependant l'échec du modèle politique raciste analysé dans le cas de Trinidad et du Guyana, va pousser le Suriname vers un système clientéliste de type jamaïcain, où on privilégie non plus des membres en vertu d'appartenance ethnique, mais en raison de l'allégeance au parti. Aggravé par la corruption rampante et par la faiblesse de la territorialisation réelle de l'État hors de Paramaribo, ce système pavera la voix à l’ascension du colonel Désiré Bouterse à la fin des années 1970 (Dew, 1994 ; Sumesar-Rai, 2005).

17Celui ci prit le pouvoir lors d'un coup d'Etat militaire en février 1980 et les Surinamais acclament alors ce qu'ils pensent marquer la fin de la domination des élites indiennes et créoles. D'autant plus que Bouterse – que F. Castro et M. Bishop décriraient bientôt comme la honte du socialisme américain – se présente tout d'abord comme un révolutionnaire socialiste voulant redonner le pouvoir au peuple et mettre fin au clientélisme et à la corruption. En Août 1981 en effet, le coup devient subitement une révolution, le « Bevel », et le moto du Lieutenant Colonel Désiré Bouterse l’établissement d’ « une société socialiste dans laquelle il y a du travail pour tous, où la justice sociale règne et dans laquelle il n’y a plus de pauvreté, d’exploitation, de racisme et d’oppression » (Bouterse cité dans Dew, 1994).

18Comme l’écrit Garry Brana-Shute, « la signature politique de Bouterse était [pourtant] une inconsistance idéologique et un ‘‘zig-zaguement’’ entre l’extrême gauche et le centre qui ne l’ont jamais quitté » (Brana Shute, 1990).

19Alors que la « révolution » s'enfonce dans l'autocratie – et ce d'autant plus qu'une probable tentative de coup d'Etat soutenue par les Etats-Unis donne lieu à une réponse sanglante du régime en 1982 (Blum, 2005) - le gouvernement de Bouterse prend un tournant ethnique marqué à partir du milieu des années 1980. En octobre 1983, Bouterse accepte un prêt du FMI de 100 millions de dollars conditionné par un sévère « ajustement structurel » néolibéral. Le régime qui se présentait jusque là comme socialiste implose littéralement. Les premiers à se soulever sont les noirs marrons, particulièrement les Djuka dont les territoires acquis bien avant l'indépendance du pays sont convoités par des compagnies minières agissant dans la sphère du FMI. De longue date les noirs marrons sont appelés « nègres de la forêt » (« Bush negroes ») par les autres Surinamais – ainsi que par bon nombre d'universitaires caribéens et américains - qui les considèrent au mieux comme des « sauvages ». De leur côté, les marrons considèrent les créoles comme des « bakras » (des "blancs") ayant adopté les valeurs et les rites des colons. Cependant, conscient des forces centrifuges en jeu, Bouterse avait jusque là tenté d'intégrer les noirs marrons dans l'espace politique surinamais. Par ailleurs, leur force physique et leur aisance en forêt en faisait des recrues de choix pour son armée et particulièrement pour sa garde personnelle.

20A la suite de l'affaire du prêt, un ancien garde du corps du Colonel est limogé. Immédiatement R. Brunswijk organise un groupe de guérilla qu'il nomme le « jungle comando », avec pour vocation, semble-t-il, de faire respecter la territorialité des groupes de « marrons » dans leur « pays ». Face à un groupe ennemi imprenable sur son territoire, Bouterse réagit en organisant la terreur dans les villages de « noir marron », dont bon nombre se réfugient de l'autre coté du Maroni, en Guyane française. Voyant l'invulnérabilité du commando, les groupes de marrons Djuka, Paramaka, Saramaka, Matawai et Aluku se rangent derrière Brunswijk, ce qui leur vaut la suppression de toute forme d'aide sociale de l'Etat. Le ralliement des Saramaka, second groupe de noirs marron du pays, ouvre un second front face à l’armée de Bouterse au Nord de la capitale Paramaribo, à proximité du point hautement stratégique du barrage de Afobaka, qui alimente le pays en électricité et dont la destruction entraînerait une dramatique inondation meurtrière de la capitale (certaines estimations font état d’une menace de mort portant sur la moitié de la population du pays vivant à proximité immédiate du Paramaribo en aval du barrage). La violence escalade rapidement. L’ « armée de libération » abat un hélicoptère de l’armée, coule des pirogues chargées de soldats et détourne deux avions remplis de touristes. Bouterse fait bombarder les principales villes de noirs marrons dont la « capitale » Paramaka (Langatabiki) et sème la terreur dans les villages (Dew, 1994). L’armée de libération prend un poste militaire situé en amont du barrage d’Afobaka puis coupe l’électricité, jetant Paramaribo dans le noir à plusieurs reprises. Les troupes sabotent des usines d’aluminium de Sularco et détruisent en novembre 1987, à la dynamite, la principale mine de bauxite du pays possédée par la compagnie américaine Aluminium Company of America. Ils font fuir la majorité des travailleurs du secteur forestier, second secteur économique du pays, et sabotent plusieurs installations hydroélectriques alimentant la capitale (Treaster, 2007). En représailles, l’armée fait arrêter 300 « noir marrons » à Paramaribo, déclenchant un exode massif vers l’intérieur forestier et vers la Guyane Française, et laissant les usines avec des pénuries de travailleurs. En Décembre 1987 Bouterse décrète deux jours de prison pour quiconque est surpris en train de parler de R. Brunsijk !

21A l'opposition classique entre « minorités majoritaires » indiennes et créoles se rajoute donc au Suriname une opposition avec les groupes « marrons ». La dissymétrie classique ville/campagne en est modifiée et s'ajoute au schéma l'intérieur forestier peuplé de noirs marrons, et des oubliés parmi les oubliés, les populations autochtones d'amérindiens, à qui Bouterse fait régulièrement distribuer des armes pour raviver les plaies de conflits ethniques les opposants eux mêmes aux noir marrons...

22Malgré la diversité évoquée des situations géographiques, on note donc dans les trois territoires de la Caraïbe indo-créole une grande proximité dans la division ethnique de l'espace physique et de l'espace politique. Globalement deux systèmes de domination sociale racistes se superposent : les classes héritées de la colonisation européenne – correspondant généralement à l'espace d'origine -, et les castes conservées et modifiées par les migrants indiens ayant acquis un certains pouvoir. Il doit être noté que la domination générale des groupes d'origine indienne, qui trouve son origine dans la différence de traitement durant l'ère coloniale et le potentiel d'accumulation de capital qui s'en suivit, est tempérée à Trinidad et Tobago par le maintien d'une élite blanche et syrienne dominant toujours fortement l'économie et l'espace politique, derrière le parti présenté au public comme représentant les intérêts des classes noires et « mélangées » (respectivement 37,5% et 20,5% du total). C'est sur ce terreau que s'est épanouira le trafic de drogues illicites colombiennes à la fin du 20e siècle.

2. Les drogues illicites dans la matrice géopolitique

2.1. Guyana

23Les politiques de domination ethnique furent aggravées au Guyana par l'emboîtement des échelles du conflit interne, qui intégra la sphère plus large de la « guerre froide » : le PPP fut soutenu par les cubains, l'Union soviétique et ses alliés alors que le PNC – bien que d'allégeance marxiste - recevait le soutien des Etats-Unis et des Britanniques (Figueira, 2009 ; Blum, 2005). Le dirigeant de la Booker, sans doute mieux informé, encouragea cependant les Etats-Unis à soutenir le parti de C. Jagan dont il soupçonnait avec raison que les élites indiennes parviendraient à faire infléchir le marxisme radical originel. L'avenir lui donna raison et les alliances changèrent par la suite avec la radicalisation du régime de F. Burnham.

24Cependant, entre 1961 et 1964, la situation de guerre froide prit localement la forme de rivalités ethniques. L'organisation ethnique de l'espace en fut modifiée, au profit d'un regroupement communautaire. Les régions de la Demarara, du Mackenzie, du Wismar-Christianburg furent les principales zones de migration où les personnes déplacées par le terrorisme ethnique se regroupèrent en communautés hermétiques. En 1964, les Britanniques mirent en place un changement de système électoral imposant la représentation proportionnelle, dans l'objectif affiché d'écarter du pouvoir C. Jagan et d'y installer une coalition du PNC afro-guyanien et du parti représentant les intérêts des classes commerçantes portugaise, le United Front (UF). Après avoir rapidement évincé l'UF du gouvernement, le PNC dirigea le pays sans discontinuité jusqu'en 1992, grâce à un système combinant autoritarisme, mise sous dépendance de la presse, et trucages des élections. Ce règne coïncida avec la période durant laquelle les trafiquants colombiens et venezueliens intégrèrent le Guyana à la vaste entreprise de trafic transcaribéen (années 1960 – 1970).

25Durant la période de domination hégémonique du PNC, tout entrepreneur licite ou illicite ne survivait au Guyana qu'en payant des taxes à des membres du parti. L'Etat guyanien n'était pas seulement corrompu, mais en plus en situation de « développement interrompu » (Figueira, 2009). Les premiers trafiquants émergèrent localement parmi les classes indo-guyaniennes, portugaises ainsi que parmi les hauts fonctionnaires d'Etat. Tous durent se soumettre à la fois au parti (par un système de taxes informelles) et au bon vouloir des trafiquants colombiens dont ils étaient structurellement vassaux. La « route » guyanienne vers l'Europe et les Etats-Unis ne connu jamais le succès des synapses du trafic que furent Trinidad puis la république Dominicaine, mais elle fut intégrée de manière marginale à partir des années 1960. Le principal problème rencontré par les trafiquants était le manque d'infrastructures de transport et d'infrastructures financières pour le mouvement de la cocaïne et des fonds générés. Mais sa réputation d'Etat corrompu, sa position géographique et l'immensité du territoire forestier aux frontières poreuses dans l'intérieur suffiraient à faire du Guyana une plaque tournante régionale du trafic, quand le besoin de diversification des routes du trafic, ou plus exactement des « anti-routes » (Chouvy, 2002), se fit sentir.

26Dès ses balbutiements, l'organisation de l'économie des drogues illicites au Guyana refléta celle de l'économie légale, et se distingua par la division ethnique des taches. Sous le gouvernement PNC les agences de sécurités étatiques (police, armée, douanes, etc.) étaient dominées par les supporters du parti, afro-guyaniens. En dehors des entreprises publiques, là aussi dominées par les Afro-guyaniens, l'entrepreneuriat privé était dominé par les élites indo-guyaniennes et des Européens (Portugais et Britanniques), particulièrement dans les secteurs embryonnaires – mais cruciaux dans le cadre du trafic - de la finance et du transport. Comme on l'a vu précédemment, les classes urbaines pauvres étaient majoritairement afro-guyaniennes, et fidèles au PNC. Les bases de l'organisation ethniques du trafic étaient jetées : les élites indo-guyaniennes et européennes déplaceraient la cocaïne pour le compte des colombiens en payant de lourdes taxes aux employés afro-guyaniens des agences d'Etat, et en employant parmi les classes urbaines pauvres hommes de main, gardes du corps et manutentionnaires noirs (Figueira, 2004).

27En 1992, 7 ans après la mort de F. Burnham, le PPP s'imposa lors des premières élections libres du Guyana indépendant. En l'absence des fraudes massives qui avaient caractérisées les élections antérieures et avec un renversement marqué des soutiens internationaux (les occidentaux soutenant largement C. Jagan depuis sa reconversion politique), la domination démographique des classes indo-guyaniennes fit logiquement pencher la balance politique. Ce changement affecta l'organisation du trafic de drogues illicites. Les familles de narcotrafiquants indo-guyaniennes qui investirent largement dans la campagne de C. Jagan aux élections de 1992 se placèrent en situation de domination hégémonique. Les fonctionnaires afro-guyaniens furent remplacés par des partisans du PPP ou contraints d'accepter un rôle marginal au sein des agences d'Etat. Les fonctionnaires ainsi évincés misèrent sur une seconde révolte ethnique en appuyant un soulèvement des classes urbaines pauvres, dans le but de répéter les événements de 1961-1964, qui avaient amené au pouvoir le PNC.

28Ne pouvant faire confiance à une police majoritairement afro-guyanienne, les trafiquants mirent sur pied des milices paramilitaires pour lutter de manière extrajudiciaire contre la prétendue insurrection des quartiers noirs. En partenariat avec les ministres du gouvernement, ils fondèrent en parallèle une unité spéciale des forces armées chargées de s'attaquer à ces gangs afro-guyaniens, tout en installant aux postes clefs de la police, de l'armée et des douanes des partisans du parti. Le gouvernement PPP développa en outre un discours – hautement raciste - justifiant son assaut brutal sur la communauté noire : les descendants d'africain seraient génétiquement prédéterminés au crime, ils tenteraient par ce biais de rattraper un retard économique imputable à leur seule culture, etc. (Figueira, 2004).

29Une fois toutes les pièces convenablement disposées sur l'échiquier interne, les familles narcotrafiquantes indo-guyaniennes, confortablement soutenues par le gouvernement PPP dont le destin était, et demeure, intimement lié à ces dernières, lancèrent une véritable guerre contre les espaces proto-urbains abritant les partisans du PNC pour assurer leur contrôle hégémonique du commerce de drogues illicites. En retour le PPP en recevait l'assurance de sa propre domination hégémonique sur l'espace politique guyanien.

30En février 2002 cinq personnes présentées comme les leaders du « gang de Buxton », bidonville afro-guyanien situé en périphérie de Georgetown, s'échappèrent de la prison de la capitale. La version officielle présenta alors l'explosion de violence qui s'en suivit comme une orgie de violence organisée par ce groupe – présenté comme le noyau dure de supporters du PNC - en représailles contre l'Etat, et plus généralement contre les Indo-guyaniens. Des questions se posèrent cependant rapidement quand à la véracité de cette explication officielle de la vague de violence qui frappa le Guyana en 2001 et plus encore en 2002 – année lors de laquelle on recensa près de 150 meurtres (Figueira, 2004). En effet, dès 2001, les manifestations d'un conflit interne à l'espace du narcotrafic, entre indo- et afro-guyaniens, furent rendues publiques : attaques contre des policiers, assassinats de trafiquants, etc. A partir de 2002, la police fut de plus en plus souvent pris pour cible, et plus encore les fonctionnaires des douanes. Clairement, les fonctionnaires haut-placés des services chargés de la surveillance du trafic de drogues illicites étaient publiquement exécutés, soulignant l'apparition de deux factions concurrentes au sein de l'entreprise narcotrafiquante. Les familles de trafiquants indo-guyaniens et le gouvernement PPP – tous deux menacés par cette remise en cause de leur hégémonie, durent faire face à l'incapacité de leur police à les protéger et à l'inefficacité des milices et de la force spéciale des « black clothes » pour combler ce déficit (Figueira, 2004). La situation évolua pour présenter des similarités avec le cas haïtiens où les chimères des bidonvilles de Port-au-Prince et des Gonaïves remirent en cause à la fois l'hégémonie du trafic d'Etat et le renversement de leur gouvernement (Aristide).

31Un trafiquant indo-guyanien – Shaheed 'Roger' Khan – sortit alors de l'ombre en formant une milice paramilitaire chargée de la protection de l'organisation établie du narcotrafic, et derrière lui du PPP. Khan utilisa l'argent du trafic de cocaïne vers les Etats-Unis et l'Europe pour fonder ce groupe paramilitaire nommé « Phantom Squad/Gang » et évincer les insurgés de Buxton. Bon nombre d'officier de police et de militaires noirs furent recrutés au sein du groupe, soulignant le jonglement permanent entre un conflit ethnique et une lutte de classes (Stabroek News Online July 29, 2009; Kaieteur News Online July 29, 2009). D'autres membres furent recrutés dans les cercles de mercenaires, notamment à Trinidad et Tobago (Figueira, 2004). Le trafic fourni les fonds nécessaires à cette opération, le gouvernement PPP l'impunité et le renseignement (écoutes téléphoniques, etc.) (Stabroek News Online July 29; 2009; July 30, 2009; July 31, 2009; August 4, 2009; August 5, 2009; August 6 2009 Kaieteur News Online July 29, 2009; July 30, 2009; July 31, 2009; August 4, 2009; August 5, 2009; August 6, 2009). Les frontières entre l'espace politique et l'espace du narcotrafic devinrent définitivement floues. Des cibles telles que les agents du PNC furent mis sous surveillance et à l'hégémonie du « cartel » de Khan ; les principaux opposants au PPP furent assassinés par des membres de la Phantom Squad.

32 En 2006, alors qu'il effectuait un transit à l'aéroport de Piarco (Trinidad), en route pour Georgetown, Khan fut arrêté et extradé aux Etats unis. Il fut accusé de trafic de drogues illicites, d'armes, et obstruction à la justice incluant pression sur des témoins. Le 16 mars 2009 il plaida coupable (Stabroek News Online March 18, 2009), stoppant ainsi les révélations publiques sur son activité et l'implication du PPP. La sévérité de sa condamnation - qui n'a pas eut lieu à l'heure où nous écrivons ces lignes - indiquera s’il coopère ou non avec les autorités étasuniennes. Robert Simels, ancien avocat de Khan, fut lui aussi accusé de pressions sur témoins. Son procès débuta en Juillet 2009. Selwyn Vaughn, ancien membre de la « Phantom Squad », témoigna lors du procès, indiquant que Khan était en contact permanent avec l'actuel ministre de la santé du gouvernement PPP Leslie Ramsammy. Il indiqua par ailleurs qu'il (Vaughn) participa lui même directement à l'exécution du célèbre animateur radio noir Ronald Waddell, sur ordre de Khan.

33Il apparaît désormais de manière relativement claire que le gang de Buxton fut en fait instrumentalisé par les trafiquants colombiens, vénézuéliens et brésiliens pour passer l'intermédiaire des narcotrafiquants indo-guyaniens (Figueira, 2009). Jouant sur le registre ethnique, ces trafiquants étrangers misèrent sur une guerre interne affaiblissant les deux factions. Le gang de Buxton, moins puissant économiquement, fut le premier à périr. Son dernier leader – Winston "Fineman" Rawlins - fut assassiné en 2008. En mars 2009, une importante figure du trafic – Clint de Agrella -, puis son fils, issus d'une famille d'origine portuguaise, furent assassinés. Suite à ce meurtre la police guyanienne lança un mandat d'arrêt à l'encontre de Sean Belfield, membre de la Phantom Squad et ancien garde du corps personnel de Khan (Stabroek News Online June 12, 2009). Les meurtres à répétition de trafiquants indo-guyaniens entre 2002 et 2009 infirment à leur tour cette théorie.

2.2. Suriname

34Depuis son arrivée dans le pays dans les années 1980, ce n’est pas une coïncidence au même moment que l’armée et le colonel Bouterse, la cocaïne est contrôlée par les militaires et les groupes criminels d’intermédiaires brésiliens qui monopolisent le transport transamazonien depuis la Colombie. Comme au Guyana voisin, les élites commerçantes indiennes investissent lourdement dans ce trafic protégé par des gunmens noirs, recrutés dans les quartiers les plus pauvres de la capitale.

35Proportionnels au rôle joué dans le trafic, les retours d’investissements s’observent dans l’immensité des propriétés des indo-surinamais autour de Paramaribo et dans la possession de voitures de luxes dans les ghettos noirs. Les jeunes originaires de ces espaces proto-urbains ont d’ailleurs généralement abandonné le secteur économique du « shiken fit » (chicken shit en anglais) qui désigne les petits vols, au profit de la protection des « sugar gardens » (marchés de la cocaïne), de manière très segmentée verticalement, concentrant l’essentiel des crimes commis dans la capitale autour de l’activité narcotique (Brana-Schute, 2000).

36Le groupe de guérilla des Noirs Marrons monnayant leur connaissance de l’intérieur Surinamais aux trafiquants (et réinvestissant les profits qu’ils en tirent dans l’extraction d’or) refusèrent de céder la place aux trafiquants brésiliens et aux militaires, provoquant l’intensification du conflit dans l’intérieur du pays de 1980 à la fin des années 1990. Preuve de ses liens avec les groupes armés brésiliens, Bouterse fut arrêté en 1988 à Sao Paulo en possession de 300 000 US$, d’armes, et en compagnie de ses gardes du corps et d’un trafiquant Brésilien. Jusqu’en 1999 son fils sera d’ailleurs ambassadeur du Suriname au Brésil (Labrousse, 2003). Quelques années plus tard le chef de l’armée Surinamaise sera retrouvé noyé sur une plage de Rio…

37Un surinamais sur trois vivant aux Pays-Bas, les liens sont particulièrement fort dans ce haut lieu européen des drogues illicites vers lequel 80% du trafic est orienté, soit par avions et cargos directs, soit via les Antilles Hollandaises, ou encore Miami (Meyzonnier, 2000). Les douanes hollandaises arrêtent en moyenne entre 5 et 6 passeurs sur chaque vol direct Paramaribo – Amsterdam, et une saisie record de 700 kg de cocaïne fut effectuée au début des années 2000 à Amsterdam dans un cargo de fruits et légumes chargé au Suriname (Labrousse, 2003).

38Dès 1983, trois ans après l’arrivée au pouvoir de l’armée, le directeur de la Banque centrale du Suriname du s’exiler aux Pays Bas après avoir refusé un virement de 50 millions de US$ en provenance du cartel de Medellin (Labrousse, A., 2003). En 1986, c’est le chef de la police militaire et bras droit de Bouterse, le Capitaine E. Boerenveen, qui fut arrêté à Miami et condamné à 12 ans de prison pour avoir laissé les trafiquants de cocaïne utiliser le Suriname comme comptoir, contre une taxe d’un million de dollars américains par chargement (Treaster, 1987). Déporté après cinq années de prison fédérale, il fut immédiatement nommé directeur des douanes pour les ports et aéroports du Suriname ! En 1990 un quotidien Hollandais révèlera l’existence d’écoutes téléphoniques colombiennes impliquant Bouterse dans le trafic de cocaïne du cartel de Medellin. Sept ans plus tard, on connaîtra son organisation de transporteurs surinamiens sous le nom de « Suricartel », exportant la cocaïne Colombienne dans les cargaisons de bois, poisson, riz et crevettes vers le port de Rotterdam (Labrousse, 2003).

39Retiré depuis de la façade politique dont il a toujours la réputation de tirer les ficelles, Bouterse vit toujours dans l'ombre de l'espace politique surinamais qui le protège de l'extradition. Il réapparait sporadiquement sur le devant de la scène comme lors des élections de 2005 lors desquelles sa candidature a entrainé de nombreuses critiques de la part des Etats Unis et de la Hollande (Caribbean net News, 25 Mai 2005). Jugé en 1997 en Hollande il fut condamné, en son absence du procès, à 16 ans de prison tandis que le Suriname le décorait de la plus haute distinction. Tandis que le gouvernement Hollandais se fait de plus en plus pressant pour que soit jugé l'ancien Colonel, le nouveau gouvernement surinamais se retranche derrière l'argument de son incapacité, aucune prison surinamaise n'étant jugée capable de retenir un tel prisonnier (Simons, 2000). En 2003, Dino Bouterse, fils de l'ancien colonel, fut accusé de vol d'armes parmi les stocks de la police nationale. Aucun témoin ne se présenta au procès...

2.3. Trinidad et Tobago

40Depuis son apparition dans les années 1960, le trafic de drogues illicites à Tribalo est basé sur une organisation ethnique pyramidale dont le sommet se compose de familles d'origines européennes et syriennes et repose sur une vaste base composée d'Afro-tribagoniens (Figueira, 2004 ; 2006 ; Labrousse, 2003 ; Cruse, 2009). Des familles de trafiquants indo-trinidadiens feront des tentatives répétées et plus ou moins successives d'atteindre le sommet de cette pyramide.

41Au début du 21e siècle les narcotrafiquants « blancs » (européens et syriens) devinrent réellement globalisés (diversifiant les exportations non plus seulement dans le cadre régional américain mais aussi vers l'Europe). De plus en plus de groupes criminels organisés se connectèrent sur la pyramide ethnique tribagonienne – et plus largement caribéenne -, notamment les groupes mafieux italiens de la Camorra et de la Ndrangheta. La première conséquence de cette globalisation fut l'alliance forcée des familles d'ascendance européennes aux familles syriennes de Trinbago, solidement implantées en Eurasie et en Afrique. L'option de l'alliance fut choisie par les groupes syriens, plutôt qu'une guerre territoriale par exemple, pour maximiser le potentiel économique du groupe en vue d'un couteux « saut » vers l'Afrique de l'Ouest où les familles syriennes disposaient – en raison de la géographie diasporique du pays - de précieux relais vers l'Europe (Cruse et al., 2008). En conséquence l'organisation peut déplacer des envois de plusieurs tonnes de cocaïne depuis le bassin caribéen vers l'Afrique de l'Ouest, l'Europe et l'Asie, à travers de complexes combinaisons spatiales.

42Ceux qu'on appelle généralement les « syriens » dans la Caraïbe représentent en réalité un groupe hétérogène de familles d'origine syrienne et libanaises, dont certaines possèdent de solides attaches mafieuses avec la région du Bekaa. A Trinidad les migrants syriens furent les plus nombreux et ceux d'entre eux qui développèrent l'économie des drogues illicites dominent la pyramide. Cette hégémonie est à l'heure actuelle remise en question par l'afflux de membres de réseaux libanais liés à la fois à des groupes mafieux de la vallée du Beeka et du Sud Beyrouth, et dont l'étendue spatiale du réseau social favorise le trafic transafricain (Golfe de Guinée principalement). Les descendants de syriens tribagoniens sont majoritairement chrétiens, ces nouveaux venus libanais sont généralement musulmans chiites. Bon nombre affluent dans la Caraïbe depuis d'autres pays sud-américains, et s'installent derrière des façades légales dans le commerce de détail.

43Les descendants de Syriens de Trinbago sont désormais confrontés à un transfert générationnel de pouvoir. Cependant, cette jeune génération de trafiquants d'origine arabe est divisée à la fois entre familles et à l'intérieur des familles autrefois hégémoniques, et ce en raison de la globalisation récente des activités illicites.

44La présence des membres des Triades chinoises et de trafiquants Tong parmi la communauté chinoise est connue à Trinidad depuis la fin du 19e siècle. A l'heure actuelle, les opérations impliquant les Triades à Trinbago tournent autour du trafic de clandestins et de drogues illégales. A la fin des années 1990, alors qu'une croissance fulgurante du narcotrafic s'esquissait suite à l'ouverture de la plate-forme de relais de l'Afrique de l'Ouest, le nombre de membres des Triades présents à Trinbao s'est accru et de nombreuses façades légales sont venues couvrir leurs activités illégales. Leur présence dans le narcotrafic Tribagonien est caractérisée par la séparation stricte des autres groupes trafiquants, la culture du secret, et la propension à une riposte violente en cas de menace. Ce groupe a par conséquent été épargné par la guerre territoriale ethnique qui caractérise l'espace des drogues illicites dans la République.

45La leçon principale que nous pouvons tirer des événements actuels est qu’un groupe ethnique de narcotrafiquants désireux de devenir globalisé et de déplacer des quantités de drogues illicites mesurables en tonnes vers l'Eurasie, doit posséder un sérieux réseau criminel dominant le marché de la distribution dans les Etats destinataires. Le groupe de trafiquants indo-trinidadien – ainsi que le groupe indo-guyanien - a échoué dans cette entreprise d'extension de l'échelle du trafic en raison de cette lacune. Les seuls membres de cette communauté ayant réussit dans cette entreprise l'ont fait alors qu'ils opéraient pour d'autres groupes ethniques. Les groupes de narcotrafiquants d'origine indienne ont été dans les deux cas livrés en pâture à la DEA et présentés par les gouvernements locaux, lourdement impliqués dans le trafic, comme les têtes de l'organisation locale. Il s'agit du groupe de « Roger » Khan, évoqué plus haut, et celui de Zimmern Beharry à Trinidad (Figueira, 2004). Ces deux organisations étaient régionales – et non globalisées -, et dépassées en taille par l'organisation syrienne, transnationale et globalisée. Contrairement aux organisations indiennes, moins influentes, les organisations syriennes et les triades opèrent en toute impunité dans la région Caraïbe en raison de solides attaches historiques avec les milieux politiques locaux.

46Pour des raisons historiques d'accumulation de capital plus limitée (Cruse, 2009), les Afro-tribagoniens furent d'emblée placés à la base de la pyramide (Figueira, 2004). Les changements récents dans la dynamique de l'économie des drogues illicites permettraient finalement à certains éléments afro-tribagoniens une ascension violente au sein de l'organigramme (Figueira, 2006). Cependant l'accès au sommet de la pyramide leur demeure impossible, et cette réalité est applicable à l'ensemble du bassin caribéen où l'on observe soit une domination des groupes syriens, implantés autour de tous les ports de la région, soit une reprise en main directe du trafic par les Colombiens ou les Vénézueliens (Cruse, 2009), et désormais des mexicains. Ces groupes sont à la fois les principales cibles d'une répression destinée à masquer la réalité du trafic et les victimes d'une violente guerre interne. Ceci entraine une instabilité chronique au sein de cette mouvance dans laquelle les leaders sont éliminés les uns après les autres. Leur organisation déplace comparativement de petits volumes de cocaïne, généralement par le biais de réseaux de mules, particulièrement présents au départ du minuscule aéroport international de Crown Point, à Tobago. La petitesse des structures oblige généralement à l'implication directe des organisateurs dans les activités de trafic, d'où leur facile identification, traçage policier, arrestation ou racket et assassinat. Les Afro-tribagoniens sont avant tout les bouc-émissaires du trafic de drogues illicites à Trinbago et ils remplissent les prisons surpeuplées de la petite République.

47L'impunité et l'hégémonie des trafiquants d'ascendance arabe est aujourd'hui totale. Cependant, l'insertion récente des « cartels » mexicains dans le paysage sud américain – reprise et réorganisation d'une plateforme de production au Pérou et d'un hub en Afrique de l'Ouest (Narco Trafficking in Guinea Bissau Pulitzer Center on Crisis Reporting) - et leurs visées sur les places de transit caribéennes représentent une menace sérieuse. Leur présence a déjà été notée dans les deux plus grandes plateformes de distribution de la région, au Venezuela (VHeadline.com July 26, 2009) et en République dominicaine (Dominican Today Online 12 January 2009). Les cartels mexicains sont connus pour annoncer leur prise de contrôle à travers une violence graphique, sur inscriptions murales. Une inscription murale « MS13/Mara Salvatrucha » a été relevée à Belmont, en banlieue de Port-of-Spain, ce qui semble indiquer que ces cartels convoitent désormais le troisième point central de l'échiquier de l'espace des drogues illicites caribéen. Le prochain affrontement ethnique pour la territorialisation de l'espace des drogues illicites va donc, selon toute vraisemblance, opposer les cartels mexicains aux trafiquants syriens en place. Il est plus que probable que les partis en présence piocheront leurs soldats parmi les ghettos noirs en périphérie de la capitale, et une reproduction de la prise de pouvoir colombienne de la plate forme du Guyana semble en cours. Ceci ne devrait pas rassurer les criminologues caribéens déjà confrontés aux taux d'homicides les plus élevés de la planète, ni faire baisser les tensions ethniques et les ressentiments racistes envers la population de jeunes hommes noirs.

Conclusion

48La ségrégation ethnique de l'espace spatial, économique et politique se reflète dans l'organisation régionale du trafic de drogues illicites. Les trafiquants étrangers ont su particulièrement bien jouer sur cette corde ethnique pour s'assurer leurs velléités de contrôle géopolitique tout comme les gouvernements qui parvenaient ainsi à se hisser et à se maintenir au pouvoir entre politique ethnique et instrumentalisation du trafic de drogues illicites. Les centres occidentaux furent moins chanceux dans leurs alliances, au moins au départ. Les principales victimes de ce trafic ne sont, une fois encore, pas les consommateurs occidentaux mais les groupes d'afro-caribéens qui servent à la fois de boucs émissaires pour masquer un trafic d'Etat, d'hommes de mains pour assurer l'hégémonie d'autres groupes ethniques, et sont les plus touchés par les guerres territoriales pour le contrôle des miettes du trafic, la distribution destructive de crack dans leurs propres communautés. Les groupes indo-caribéens, mieux traités par l'administration coloniale, ont pu accumuler le capital nécessaire à l'investissement dans le narcotrafic lors de la diversification des routes au départ de la Colombie, à partir des années 1970. Ils se sont cependant confrontés à leur incapacité structurelle face la globalisation, manquant de réseaux diasporiques solides en Afrique et en Europe occidentale, et aux visées hégémoniques d'autres groupes de narcotrafiquants. A leur tour, ces groupes 'indiens' ont servi de boucs émissaires, à Trinidad et au Guyana, pour continuer à masquer d'un rideau de fumée la réalité du trafic. La tendance est actuellement à la reprise de ces réseaux de distribution par les trafiquants colombiens, vénézuéliens, brésiliens et mexicains, qui ne manqueront à leur tour pas de s'opposer dans leur course effrénée à une globalisation toujours plus complète.

49Localement la principale conséquence réside dans l'explosion de violence générale et la frustration des groupes de jeunes Afro-caribéens, déjà par ailleurs largement exclus des segments lucratif de l'économie formelle (Cruse, 2009). Cette frustration se matérialise sous la forme de guerre des gangs pour le contrôle des derniers centres de profits que sont le racket et le petit trafic de ganja, sur le modèle jamaïcain, qui donne lieu à une criminalité exceptionnelle. La seule alternative pour ceux qui refusent de tourner « gunman » ou de tomber dans un « 9 to 5 » (travail formel) au salaire indécent, est de s'expatrier temporairement, essayer d'accumuler un maximum d'argent en Europe ou aux Etats-Unis via le trafic de drogues illicites, avant arrestation et déportation. Quelques années de prison dans un centre de la triade apparaissent désormais comme une étape de passage - presque un rite de passage à l'âge adulte - quasi obligatoire avant de rentrer, si possible assez riche pour construire une habitation décente, s'acheter un véhicule et vivoter. Il en résulte une exportation de la violence et le basculement des économies caribéennes dans la double dépendance du secteur informel et des envois d'argent de la diaspora.

Haut de page

Bibliographie

Agnew, J. (2003). « Géopolitique », In Lévy, J., M. Lussaut, (eds.), Dictionnaire de la géographie et de l'espace des sociétés, Paris Belin : 139.

Bolan, H-I. (2004). The influence of ethnicity on the formulation and the implemantation of foreign policy in Trinidad and Tobago and Guyana, University of the West Indies Thesis, St Augustin Campus, Trinidad, Institute of International Relations.

Brana Shute, G. (1990). “The US and Suriname”, In Sedoc-Dahlberg, B. (ed.) (1990), The Dutch Caribbean, prospect for democracy, Gordon and Breach : 191– 202.

Brana-Schute, G. (2000). Narcocriminality in the Caribbean, global problems in small places, Trinity Washington University.

Chouvy, P.-A. (2002). Les territoires de l'opium : Conflits et trafics du Triangle d'Or et du Croissant d'Or, Olizane.

Cruse, R. (2009). L'Antimonde Caribéen, entre les Amériques et le Monde, Université d’Arras, thèse de doctorat.

UNODC, 2004, International Homicides Statistics, UN publication.

Cruse, R., D. Figueiroa, A. Labrousse, (2008). Evolutions récentes de la géopolitique de la cocaïne, L'Espace Politique, 2008-1.

Dew, E. (1994). The trouble in Suriname, 1975 – 1993, Library of Congress.

Figueira, D. (2004). Cocaine and Heroin Trafficking in the Caribbean the case of Trinidad and Tobago, Jamaica and Guyana, USA iUniverse Inc.

Figueira, D. (2006). Cocaine and Heroin Trafficking in the Caribbean, USA iUniverse Inc.,vol.2 (“the case of Haiti, the Dominican Republic and Venezuela”).

Figueira, D. (2009). The East Indian Problem in Trinidad and Tobago 1953-1961Terror and Race War in Guyana 1961-1964, USA iUniverse Inc.

Gibson, K. (2003). The cycle of racial oppression in Guyana, New York, University Press of America.

Labrousse, A. (2003). Dictionnaire géopolitique des drogues, de Boeck, Bruxelles.

Meyzonnier, P. (2000). Trafics et crimes en Amérique centrale et dans les Caraïbes, Paris, PUF, coll. Criminalité internationale.

Meeks, B. (2000). Narratives of resistance, Jamaica, Trinidad and the Caribbean, Kingston, UWI Press.

Seecharan, C. (2005). Sweetning bitter sugar, Jock Campbell, the Booker reformer in British Guyana, Miami, Ian Randle Publishers.

Simons, M. (2000). “Dutch Court Orders an Investigation of '82 Killings in Suriname”, The New York Times, 26 Novembre 2000.

Sumesar-Rai, K. (2005). The relationship and the creation and sustenance of a just society in multi-ethnic States : Trinidad and Tobago, Guyana, Suriname, University of the West Indies Thesis, St Augustine.

Journaux :

Caribbean net News (25 Mai 2005)

Dominican Today Online (12 January 2009). “The US couldn’t resist Quirino’s offer to rat out the big fish”.

Kaieteur News Online (July 29, 2009). “Explosive revelations at Simels’ trial”.

Kaieteur News Online (July 30. 2009). “Witness provided safe house for Fineman”.

Kaieteur News Online (July 31, 2009). “Dr. Ramsammy purchased spy equipment”.

Kaieteur News Online (August 4, 2009). “Roger Khan was arranging to buy more spy equipment from jail”.

Kaieteur News Online (August 5, 2009). “Simels calls more names”.

Kaieteur News Online (August 6, 2009). “Army removed beheaded cane cutters from BuxtonMeyzonnier, P., 2000 Front to backlands-Simels”.

Pulitzer Center on Crisis Reporting: “Narco Trafficking in Guinea Bissau” http://www.pulitzercenter.org/showproject.cfm?id=114

Stabroek News Online (March 18, 2009). “Khan admits conspiracy to traffic 150 kilos of cocaine”.

Stabroek News Online (June 12, 2009). “Ex-cop Belfield wanted over North West double murder-Two others in custody”.

Stabroek News Online (July 29, 2009). “Roger Khan ordered Waddell killing-informant tells Simels’ trial”.

Stabroek News Online (July 30, 2009). “Witness for US says he harboured Rondell Rawlins”.

Stabroek News Online (July 31, 2009). “Gov’t bought spy equipment”.

Stabroek News Online (August 4, 2009). “FedEx manager attests to shipping spy computers to NY from Guyana”.

Stabroek News Online (August 5, 2009). “Simels: Khan got Gov’t help to fight Taliban”.

Stabroek News Online (August 6, 2009). “Khan connected bugging device directly to Felix’s phone-Simels tells US court”.

VHeadline.com (July 26, 2009). “Venezuelan authorities arrest 46 and seize 1.2 tonnes of Mexican cocaine”.

Haut de page

Notes

1 http://www.unodc.org/documents/data-and-analysis/IHS-rates-05012009.pdf

2 Les données sur l'urbanisation du pays font état d'un très faible 13%. Ce chiffre doit cependant être analysé en rapport avec le schéma d'urbanisation propre à Trinidad qu'on appelle l'urbanisation des interstices. Ce type d'urbanisation créée des centres urbains qui n'en sont pas et complique le calcul de tels indices.

3 L'espace politique surinamais était depuis l’autonomie (1948) divisé en partis ethniques, religieux et sociaux : Pour faire simple on résumera comme suit : l’élite créole claire protestante organisera le Surinam National Party (NPS selon les initiales hollandaises, refusant le suffrage universel en raison de son faible soutien populaire.) tandis que les élites indiennes et javanaises se regroupaient derrière le United Hindu Party (VHP, qui deviendra par la suite Progressive Reform Party (PSV) dans un soucis d’élargissement de se base électorale.). Le Progressive People Surinam Party représenta dès 1948 les intérêts des travailleurs créoles et le Indonesian Peasant Party (KTPI) celui des paysans javanais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daurius Figueira et Romain Cruse, « Géographie de la ségrégation ethnique et géopolitique des drogues illicites. L'exemple de la Caraïbe indo-créole », Études caribéennes [En ligne], 19 | Août 2011, mis en ligne le 15 août 2011, consulté le 27 mars 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/5334 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.5334

Haut de page

Auteurs

Daurius Figueira

University of the West Indies, Trinidad & Tobago, Enseignant en criminologie

Romain Cruse

University of the West Indies, St Augustine, Trinidad & Tobago, Maître de Conférences, kermarron@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org