Navigation – Plan du site

Texte intégral

1La revue Études Caribéennes a décidé de s’ouvrir à des comptes rendus de lecture sur le tourisme, les mobilités et l’insularité. Les ouvrages académiques qui développent ces thématiques (géographie, sociologie…) y trouveront leur place. Mais le comité éditorial souhaite aussi aborder ces notions au travers d’œuvres littéraires, de récits et d’enquêtes de journalistes, qui permettent d’avoir une autre vision des problèmes abordés et peut-être d’y sensibiliser un lectorat plus large. Ces pages s’efforceront de suivre l’actualité éditoriale, mais pourront aussi en fonction des besoins, des propositions ou du hasard des rééditions revenir sur d’anciennes publications. L’essentiel restant la qualité de l’œuvre et l’envie de faire partager.

2En ces temps de crise, le voyage lointain perd de son attrait et la proximité retrouve des couleurs. Aller à la rencontre des autres, renouer avec des odeurs et des gens à un rythme lent, c’est ici le parti pris d’Eric Dupin qui signe un ouvrage qui alterne images ensoleillées et douceurs des paysages, malgré un arrière fond tout en gravité et interrogations. Dans les deux romans de David Vann, en revanche la nature, toujours très belle, est brutale. L’exotisme n’est pas de mise et l’utopie est reléguée aux magasins des souvenirs. L’Île est inhospitalière pour ceux qui viennent attirés par des faux semblants, elle les tuera d’ailleurs les stoppant net dans leur volonté de l’utiliser pour repartir vers un ailleurs….

Voyages en France, Eric Dupin ed. Seuil, 2011, 377p.

3Loin des récits ensoleillés de journalistes en quête d’exotisme ou de sensations d’anthropologues en mal de civilisations disparues, Eric Dupin a choisi de faire l’éloge de la lenteur et de voyager en France. Dans son livre éponyme, il réalise une plongée profonde dans un pays qui alterne vitalité, bonheur et souffrance au cours d’un voyage de près d’un an, qui rappelle, tant pas ses modes de déplacement que par le choix des lieux, les « tours » du 18e ou plus récemment les récits d’un Philippe Meyer. À l’heure où l’on s’interroge sur l’avenir de la société des loisirs mise à mal par le retour en grâce de la valeur travail et les difficultés économiques, il nous livre par petites touches, parfois acquises à la force du mollet, sa vision de certaines régions françaises. Certaines très attractives (Cote d’Azur, Bretagne, Normandie), d’autres à l’écart des grandes routes touristiques (Creuse, Béarn, Indre, Tarn, Cévennes, Moselle…).

4Dans ses rencontres, faussement hasardeuses, l’auteur dresse des portraits de retraités, d’agriculteurs, de chef d’entreprises, de néo-ruraux ou tout simplement de résidents confrontés à leur quotidien. Il décrit une fatigue de la modernité faite de mondialisation et d’accélération, de compétitivité et de segmentation mal supportées, et un avenir inquiet qui essaie souvent de retrouver quelques couleurs au travers d’expériences de développement touristique. Celles-ci apparaissent souvent comme des bouteilles à la mer. Les quelques succès (Pays de Puisaye...) résistent mal à l’énoncé des maux qui les accompagnent et les « plombent » souvent : spéculation, amateurisme, abandon d’une économie productive et perte d’identité. L’ouvrage, à lire d’urgence en cette période où l’imagination devrait être au pouvoir, s’inscrit dans la lignée des enquêtes sociales souvent bien plus justes et plus efficaces que beaucoup de livres de sociologie ; car à chaque page le lecteur s’attend avec un peu d’angoisse à retrouver son quotidien.

Sukkwan Island, David Vann, ed. Gallmeister, 2010, 199 p.

5Un père (Jim) et un fils (Roy) ont décidé de passer ensemble quelques mois dans une ile de l’Alaska afin, apparemment, de se ressourcer, d’être ensemble et de mieux se connaitre. Jim ressassant ses déboires amoureux et l’échec de son deuxième mariage et Roy, dans un rôle qui le dépasse, brisé entre l’envie de partir et le devoir de rester. Des le début, entre interrogations sur les véritables raisons de cette aventure et les préparatifs maladroits pour une installation hivernale dans une région isolée et inhospitalière, l’angoisse monte et étreint le lecteur. Aucun mot de trop, un style âpre et rude et la peur de voir l’horreur débarquer à chaque page.

6Elle survient pourtant par le suicide de Roy qui met fin à sa solitude et à son sentiment d’inutilité face au désespoir grandissant d’un père qu’il ne peut aider. La deuxième partie du livre est consacrée à la fuite de Jim. Transportant le cadavre de son fils, il essaie de revenir à la civilisation, tourne en rond autour de l’île et finit par l’enterrer quelque temps avant d’être retrouvé par la police. Tout l’accuse alors, ses réactions incohérentes, sa fuite, la mère de Jim le rejette en apprenant qu’il a lui-même donné le pistolet à son fils. Il fuit une nouvelle fois et sera dévalisé et jeté à la mer par les marins qu’il avait engagés pour le mettre à l’abri au Mexique.

Désolations, David Vann, ed. Gallmeister, 2011, 297 p.

7La confrontation avec la nature, l’île qui constitue le lieu d’une interrogation sur la vie continue dans Désolations, le deuxième ouvrage traduit en français et qui vient de paraitre chez le même éditeur. On y retrouve cet Alaska qui ne révèle pas les héros, mais casse les habitants et les pousse à une confrontation avec une nature qui les épuise. Dans un univers fermé où chacun tourne en rond entre petits boulots, drogue et envie, les jeunes sont veules, égoïstes, irresponsables, trainant un ennui et une inculture crasse, ils essaient de jouir vite. Les cinquantenaires s’interrogent sur eux-mêmes.

8Jim, las d’une vie qu’il estime ratée va entrainer sa femme Irène dans la construction d’une cabane sur l’île voisine. Destinée au départ à y passer l’hiver, on comprend vite qu’elle est aussi pour lui un point de non-retour, l’élément dont la réussite ou l’échec lui permettra de démarrer une autre vie. Comme dans son roman précédent, l’île est donc pour David Vann le lieu d’un nouveau départ ou l’on entraine une partie des siens pour leur malheur. Irène finira par tuer Jim et se suicider.

9Comme dans l’ouvrage précédent, l’homme et la nature vont se charger de détruire l’utopie et l’espoir d’une autre vie. Jules Verne cède la place à Mike Dash ou à William Golding.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Furt, « Tourisme, mobilités, insularité », Études caribéennes [En ligne], 18 | Avril 2011, mis en ligne le 15 avril 2011, consulté le 22 juin 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/5351

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org