Navigation – Plan du site
Tourisme, culture(s) et attractivité des territoires

La valorisation touristique du patrimoine rural : une opportunité de développement pour l’agriculture de Balagne en Corse ?

The Rural Heritage Tourism: a Development Opportunity for the Agriculture of Balagne (Corsica)?
Caroline Tafani

Résumés

La Balagne est un territoire rural touristique dont les restes du riche passé agropastoral sont réappropriés et réhabilités comme support de développement local. Les exploitants agricoles, en tant qu’artisans du terroir, sont au cœur de ce processus de patrimonialisation et peuvent espérer tirer profit de sa revalorisation culturelle et économique : alors qu’ils subissent la pression foncière, la demande touristique de terroir apparait comme étant une opportunité de maintien pour l’agriculture de Balagne. Or, l’enquête de terrain réalisée montre qu’elle s’avère être en réalité un puissant facteur de différenciation des exploitants entre eux et de creusement des inégalités socio-économiques. Et paradoxalement l’offre de produits du terroir et services agritouristiques n’est pas forcément accompagnée de la mise en œuvre de bonnes pratiques agricoles. Ces conclusions interrogent finalement la durabilité agricole, et plus largement celle du territoire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le territoire est défini ici comme un système composé d’un espace géographique historiquement et sp (...)

1En quelques décennies, la Balagne horto-pastorale s’est transformée en territoire1 rural touristique. Cette microrégion côtière située au nord-ouest de la Corse a longtemps été organisée par les agriculteurs et autour de l’agriculture. Mais désormais, si l’activité agropastorale reste la principale forme de mise en valeur de l’espace, son poids socio-économique est marginal au regard de ce que représente l’activité touristique. La Balagne est en effet le premier pays touristique de Corse en termes de nuitées et séjours et le tourisme la principale activité économique de la micro-région, tandis que les agriculteurs sont devenus minoritaires parmi les autres acteurs du territoire : l’activité agricole n’emploie plus que 1.7% de la population, alors que les activités directement liées au tourisme en emploient 14% (données INSEE, RP-2006). En outre, sous l’effet des demandes résidentielles et touristiques et du jeu des acteurs locaux, une telle pression s’est développée sur le foncier agricole qu’elle interroge l’avenir de l’activité (Tafani, 2010a).

2Paradoxalement, ces mêmes touristes attendent des agriculteurs qu’ils valorisent le terroir, ses paysages et ses produits. D’une part, dans un contexte global de crise économique, identitaire et sanitaire, la patrimonialisation du rural s’est imposée comme une nécessité. D’autre part, l’île est perçue de façon générale comme un « conservatoire de l’authenticité » (Castelain, 2006), et la Corse tout particulièrement : l’image véhiculée par la promotion touristique est celle d’une île sauvage à la nature préservée, où les corses cultivent leur nature. Aussi, constatant que le tourisme fonctionne finalement comme un intégrateur de la demande (Mollard et al., 2005), les acteurs balanins ont-ils vu la valorisation touristique du patrimoine rural comme un possible levier du développement local. En ce sens, les « restes » du riche passé agro-pastoral de la région sont réappropriés et réhabilités en tant que support de développement.

  • 2 Au sens large : accueil, hébergement, vente directe.

3Dans ce contexte, nous nous interrogeons sur l’opportunité que représente cette demande touristique de patrimoine rural pour le maintien, voire le développement, d’une agriculture côtière sous pression. Ce travail s’intéresse plus précisément aux conditions de la mise en œuvre d’activités agritouristiques2 sur les exploitations, lesquelles supposent leur viabilité économique mais aussi le respect de « bonnes pratiques » agricoles. Une enquête de terrain, réalisée en 2010, constituée d’entretiens semi-directifs en exploitations agricoles a permis de rendre compte des pratiques agricoles et du fonctionnement technico-économique des systèmes de production présents dans la zone d’étude. Cette approche pragmatique conduit alors à identifier les blocages et les leviers d’action possibles pour améliorer les complémentarités agriculture-tourisme, dans le sens de « plus de » durabilité.

4Les enjeux liés à la valorisation du terroir en Balagne sont exposés dans une première partie (I). La mise en œuvre des pratiques agritouristiques sur les exploitations agricoles est ensuite discutée (II) : nous verrons quels sont les exploitants agricoles qui peuvent tirer profit de l’engouement pour le terroir, et ce que cette valorisation leur (r)apporte. Nous mettrons également en évidence qu’il existe ce que nous appelons un « paradoxe de la certification » : bien qu’ayant obtenu un label reconnaissant une production du terroir, certains exploitants mettent en œuvre des pratiques qui interrogent la durabilité écologique de leur système de production sur le long terme, et à plus court terme la qualité des produits proposés. La troisième partie ouvre une discussion sur les limites qui entravent le développement de l’agritourisme en Balagne (III).

1. La Balagne, un terroir touristique à valoriser

1.1. D’une société horto-pastorale à un territoire rural touristique

5Située au nord-ouest de la Corse, la Balagne est longtemps restée enclavée et cet isolement en a fait une petite région à part, avec ses spécificités géographiques, historiques et démographiques. Encore aujourd’hui, si elle est facilement accessible depuis Corte, il faut 2 heures depuis Calvi pour rallier Bastia et 4 heures pour arriver à Ajaccio, les deux principaux bassins d’emploi de la région Corse (INSEE, 2006).

Figure 1. La Balagne, une île dans l’île

Figure 1. La Balagne, une île dans l’île
  • 3 Les communes littorales corses concentrent plus de 75% de la population régionale (données INSEE- R (...)
  • 4 Les exploitants agricoles représentaient 47% de la population active en 1957 et n’en représentent p (...)

6Cette microrégion est malgré tout représentative des mutations récentes qui ont affectées l’ensemble de la Corse depuis les années 1950 : retournement de la société agro-pastorale sous l’effet du phénomène de littoralisation, comme l’illustrent la concentration des hommes et des activités sur le littoral et la désertification des villages de l’intérieur des terres3. La Balagne est actuellement la première destination touristique de Corse, accueillant environ 25% des quelques trois millions de touristes qui visitent l’île chaque année. Et bien que les exploitants agricoles soient désormais largement minoritaires dans la population active4, l’agriculture y est encore une activité spatialement structurante. Autour des deux petites villes de Calvi (5 500 habitants en 2006) et l’Île-Rousse (2 800 habitants), l’occupation de l’espace est restée principalement rurale : l’agropastoralisme et les cultures pérennes sont les principales formes de mise en valeur (30% de la superficie), alors que la végétation naturelle secondaire couvre la majeure partie de l’espace (environ 90% de la superficie) (données IFEN- CLC 2006).

7Aussi lorsque les touristes quittent les côtes sauvages et les plages de sable fin blanc, c’est un tout autre paysage qui s’offre à eux. Prenant un peu d’altitude pour apprécier le point de vue depuis les villages perchés situés sur les routes de balcon des coteaux, ils s’aperçoivent alors que le paysage balanin est structuré par un ensemble de vallées en amphithéâtre, vallées au large fond plat encadré par des coteaux en forme d’arc de cercle regardant vers la mer. Les coteaux sont relativement abrupts et s’élèvent à une altitude moyenne de 400 m. Des coteaux au rivage, l’occupation des sols est similaire pour chacune de ces vallées : la ruralité transparaît dans ces paysages mités par l’urbanité.

Photographie 1. Vue sur la plaine d’Aregno depuis le village de Corbara

Photographie 1. Vue sur la plaine d’Aregno depuis le village de Corbara

Source : Auteur

  • 5 Les maisons implantées en paliers successifs selon les courbes de niveau.
  • 6 Et sans orientation préférentielle.

8Au-dessus des villages perchés faits de maisons accolées les unes aux autres et construites en hauteur5, les coteaux sont couverts par des boisements denses de chênes, voire de quelques châtaigniers et pins (au-dessus de 500 m). Un maquis bas s’y insinue, qui s’étend sur les terrasses abandonnées témoignant de l’étendue de la céréaliculture dans la région par le passé. Quelques cornes de chèvres dépassent des petits arbustes. Des maisons individuelles de style récent s’alignent le long de la route qui mène aux villages surplombant la plaine. En dessous, à flanc de coteaux, les anciens jardins et vergers abandonnés sont gagnés par le maquis et le couvert forestier, même si on peut encore entrevoir sur les terrasses quelques arbres fruitiers, des amandiers et des oliviers notamment. A certains endroits des parcelles ont été ouvertes, grossièrement nettoyées, et l’on y aperçoit au milieu des cistes, asphodèles et autres arbustes ligneux, des vaches et des brebis qui pâturent paisiblement. En fond de la vallée s’imbriquent des prés clôturés ou bordés de haies, quelques parcelles de vignes, des oliveraies récentes, le maquis qui s’étend, des bosquets qui cachent un habitat diffus de villas récentes, mais aussi d’anciens paillers de pierre sèche. Sur ce bocage resserré où les parcelles ne sont jamais très grandes6, quelques vaches pâturent encore, mais cet espace de plaine est surtout le domaine des troupeaux ovins. Enfin, à 1 à 2 km du rivage, la nationale, et le bâti qui la longe, délimite « le bord de mer » : les locataires des villas et résidence de tourisme qui s’y trouvent devinent derrière les bois, les brebis des prés-salés.

1.2. Revaloriser le terroir, ses paysages et ses produits ?

1.2.1. La demande touristique

  • 7 Qui leur est familière ou non.
  • 8 Mais aussi du terroir, parmi d’autres produits touristiques.

9Les paysages balanins, typiques des campagnes méditerranéennes, sont investis de valeurs esthétiques autant qu’identitaires. Certes, « [l]a campagne aujourd’hui est un paysage avant d’être un lieu de production » (Hervieu et Viard, 1996 : 27). Les touristes n’en sont pas moins à la recherche des traces de l’histoire agraire locale7 qui les renvoie à un passé rural commun pas si lointain, perdu et mythifié (Frémont, 2009). En ce sens, les touristes sont également demandeurs de produits du terroir, du moins reconnus comme tels, produits issus de la production locale qui font référence à la fois à la tradition, la localité, l’origine, la notoriété ou les usages alimentaires antérieurs (Bérard et al., 2004 ; 2005). A cela est associée la recherche de la connaissance de l’origine et du mode de production, implicitement gages de la qualité des produits, particulièrement appréciée depuis les crises sanitaires à répétition qui eurent lieu au cours des dernières décennies. Finalement, ce que les touristes recherchent en « consommant du terroir » sous toutes ses formes8, c’est un panier de biens et services reflétant la spécificité du territoire visité (Hirczak et al., 2008).

1.2.2. L’offre: les agriculteurs au cœur du terroir

  • 9 Ou éventuellement sur des circuits courts de commercialisation, c’est-à-dire qui font intervenir au (...)

10Les agriculteurs sont les principaux artisans de ce terroir, leur activité étant par nature multifonctionnelle (Barthélémy et Nieddu, 2002). En d’autres termes, à leur activité de production de biens et services marchands est associée de façon induite la fourniture de biens et services non marchands, comme la transmission de l’identité locale et/ou l’offre d’aménités paysagères ou environnementales. Il est d’usage de distinguer trois grandes fonctions remplies par les exploitants agricoles: « une fonction économique (de production), une fonction sociale d’occupation du territoire, d’animation du monde rural et de transmission d’un patrimoine culturel spécifique, et une fonction écologique de protection de l’environnement et d’entretien de l’espace rural » (Landais, 1998 :15). En réalisant ces trois fonctions simultanément, les exploitants agricoles produisent, entretiennent et transmettent des caractéristiques de ce qui est identifié comme « du terroir », et répondent de ce fait à la demande des touristes en particulier. En retour, ils peuvent espérer tirer un profit économique de la vente de produits locaux et de services proposés sur les exploitations : hébergement, restauration, loisirs, vente directe9. L’agritourisme permet en outre de rapprocher producteurs et consommateurs, de mieux faire connaître le métier d’agriculteur, d’en revaloriser l’image.

11Les exploitants agricoles, articulant nature et culture, tiennent donc un rôle central dans la revalorisation du rural. Ils contribuent par ailleurs à fournir des biens et services non marchands (aménités socio-territoriales et/ou environnementales) qui entretiennent l’image touristique locale. Or, cette image profite plus largement à l’ensemble des acteurs touristiques, (agri)-ruraux ou non (Giannoni et Tafani, 2010).

1.2.3. Une revalorisation enjeu de développement local

12En d’autres termes, « l’extension du champ du patrimoine aux produits du terroir, aux paysages agraires ou au bâti rural traditionnel traduit non seulement une revalorisation culturelle de ces objets mais aussi une marchandisation, une récupération économique de leur valeur symbolique » (Perrin, 2009: 518). Outre la volonté de transmettre l’identité, il semble que la revalorisation économique représente l’enjeu principal et partagé du processus de patrimonialisation du rural qui a cours en Balagne. L’ensemble des acteurs territoriaux est partie prenante d’un modèle de développement consensuel qui pose la valorisation touristique du patrimoine rural comme un levier du développement local (Tafani, 2011).

  • 10 Qui est encore en application actuellement, tant que la Collectivité Territoriale de Corse (CTC) n’ (...)

13Dans ce contexte, les interactions entre agriculture et tourisme sont notamment repensées. C’est ce qui ressort de l’étude des différents projets d’aménagement et de développement mis en œuvre en Balagne, à savoir : Schéma d’Aménagement de la Corse (1992)10, Plan de Développement Rural de la Corse (PDRC) 2007-2013, Charte de territoire du Pays de Balagne (2002), projet de Pôle d’Excellence Rurale (2006), programme LEADER (2008). Chacun de ces documents rappelle le rôle que peut jouer l’activité agropastorale dans une stratégie de développement qui s’appuie sur la valorisation des ressources patrimoniales, naturelles et culturelles. Selon le Schéma d’Aménagement de la Corse, il s’agit de développer en Balagne, comme partout en Corse, « une agriculture compétitive, alliée à l’environnement » (SAC, 1992 : 8), en insistant sur les actions favorisant la qualité et la « typicité  des terroirs » et en développant la participation des exploitants à la défense de l’environnement et aux diverses activités rurales. Le PDRC (2007 : 28) souligne en outre la nécessité de développer les complémentarités entre agriculture et tourisme, lesquelles permettent à la fois une valorisation culturelle mais aussi économique des savoir-faire des agriculteurs ainsi que la diversification des activités sur les exploitations. Enfin, à l’instar de ces plans régionaux, les porteurs des projets d’aménagement et de développement en Balagne ont largement repris à leur compte cette stratégie qui repose sur le trépied « tourisme, agriculture et préservation de l’environnement ». L’agriculture a un rôle important à jouer, en tant que « vecteur d’une dynamique humaine, d’une mémoire vivante et de la préservation du capital paysager et environnemental intérieur » (Charte de territoire du Pays de Balagne, 2002 : 14). Et réciproquement, « le développement du tourisme rural doit pouvoir intégrer les agriculteurs dans une stratégie de diversification de leurs revenus et de valorisation de leurs savoir-faire, dans le respect de leur principale activité » (ibid : 15).

  • 11 Ces éléments sont cités à la fois dans la Charte de développement du Pays de Balagne, dans le proje (...)

14En conclusion, la stratégie de développement proposée par les acteurs balanins repose sur un tourisme intégré socialement, économiquement et spatialement, qui conduit à considérer les complémentarités entre le tourisme et une agriculture qui doit être multifonctionnelle. La valorisation touristique du patrimoine rural est alors perçue par les acteurs locaux comme un moyen d’allonger la saison touristique, de redistribuer les flux touristiques de la côte vers l’intérieur des terres, d’améliorer les revenus des exploitants agricoles, de soutenir le développement d’entreprises agri-rurales ou plus largement l’artisanat rural11, dans l’objectif de « construire une économie touristique intégrée, en prenant appui sur le couple Nature-Culture dans le cadre d’une démarche de qualité » (Pays de Balagne, 2002).

2. Tirer profit de la valorisation touristique du patrimoine rural

15A l’évidence, les acteurs territoriaux proposent aux agriculteurs de jouer un rôle central dans le développement local. Mais ces derniers tirent-ils réellement profit de la demande touristique de patrimoine rural ?

2.1. Méthode d’enquête

  • 12 Voir (Tafani, 2010b) pour plus de précisions à ce sujet.
  • 13 Ces enquêtes sont relativement lourdes à mener ; certaines déclarations sont erronées et incohérent (...)

16Une quarantaine d’entretiens directs semi-directifs a été réalisée auprès des exploitants agricoles en activité en 2010. Ces entretiens portent sur l’étude des pratiques des exploitants agricoles et la compréhension systémique du fonctionnement technico-économique des systèmes de production (ou systèmes d’activités)12 et conduisent à identifier, à partir d’un échantillonnage raisonné, l’ensemble des types d’exploitations agricoles présents dans la zone d’étude. En Balagne, l’enquête de terrain a conduit à identifier douze types de systèmes de production différents, parmi lesquels ceux pratiquant l’agritourisme. En dépit des quelques limites inhérentes à tout travail de terrain13, une telle démarche est d’un intérêt certain pour comprendre les raisons pour lesquelles certains exploitants peuvent proposer des biens et services agritouristiques, alors que d’autres non. Les résultats de l’enquête de terrain sont présentés dans les sections suivantes.

2.2. Conditions de mise en œuvre de l’agritourisme

  • 14 Les statistiques agricoles différencient accueil-hébergement (agritourisme au sens strict) et vente (...)

17Nous considérons ici les activités agritouristiques au sens large, c’est-à-dire l’accueil-hébergement à la ferme (visites, ferme-auberge, gîtes, campings à la ferme, aires naturelles de camping, activités de loisirs) mais aussi la vente directe de produits labellisés « du terroir »14 (certification d’Appellation d’Origine ou pour un mode de production local).

  • 15 Le fait de maîtriser le foncier permet d’obtenir plus facilement des prêts à l’investissement, le p (...)
  • 16 A ces blocages structurels viennent de plus s’ajouter des freins de nature juridique et fiscale, pr (...)

18Premièrement, il apparaît clairement que ceux qui offrent ce type de services sont les exploitants agricoles qui possèdent un usage foncier garanti (bail emphytéotique ou à ferme, propriété) et des capacités d’investissements, les deux étant généralement liés15. Lorsque ce type d’activités est pratiqué sur l’exploitation, il appelle un besoin de main d’œuvre supplémentaire, ce qui peut être perçu comme une contrainte mais l’est plus souvent comme l’opportunité de créer un emploi. D’ailleurs, c’est très généralement la compagne de l’exploitant agricole qui s’occupe de la partie transformation et/ou de la vente directe-accueil-hébergement. Il s’agit ainsi de créer une entreprise agri-rurale qui répond à un projet de vie pour le ménage. Il n’en reste pas moins que les blocages structurels cités ci-avant entravent sans conteste le développement de services agritouristiques16 sur les exploitations, comme l’illustre le tableau

Tableau 1. Agritourisme et structures d’exploitation (UTA : Unité de Travail Agricole ; X : Oui, présence)

Tableau 1. Agritourisme et structures d’exploitation (UTA : Unité de Travail Agricole ; X : Oui, présence)

2.3. Retombées économiques des services agritouristiques

19L’offre de services agritouristiques sur les exploitations génère une forte plus-value, qu’il s’agisse de la vente directe de produits labellisés ou des services d’accueil-hébergement à la ferme.

2.3.1. La vente directe de produits transformés sur les exploitations

  • 17 Nous comptons en réalité 1.2 Unité de Travail Agricole car une aide familiale vient en renfort pour (...)
  • 18 Labellisation « Casgiu Casanu » (Fromage fermier) délivrée par l’association des fromagers fermiers (...)

20A partir de l’exemple des systèmes de production ovin avec maîtrise foncière, le tableau suivant rend compte précisément du gain de valeur ajoutée liée à la vente directe de produits du terroir. Les consommations intermédiaires sont à peu de choses près les mêmes pour les trois systèmes de production au sein desquels les exploitants mettent en œuvre des pratiques d’élevage similaires. La différenciation entre ces trois systèmes est fondée sur la main d’œuvre disponible sur l’exploitation (cf. tableau 1) : le premier système rassemble des exploitants travaillant seuls17 et qui apportent toute leur production de lait aux laiteries industrielles ; le second groupe rassemble des exploitants qui bénéficient de l’aide d’un travailleur à mi-temps et transforment une partie de leur lait (20%) en formage labellisé « fermier »18 ; le dernier groupe représente des exploitations avec 2 UTA au sein desquelles tout le lait est transformé en fromage fermier.

Tableau 2. Plus-value liée à la vente directe de produit du terroir

Type de système de production :

Produit Brut par tête de brebis

Ovin apporteur

277€

Ovin apporteur-transformateur

345,5€

Ovin transformateur

497,5€

21L’écart de plus-value est nettement en faveur des bergers-fromagers qui vendent des produits transformés dont le mode de production est reconnu. Plus généralement, la valeur ajoutée tirée des exploitations avec vente de produits transformés labellisés sur l’exploitation (fromages fermiers/AOC, huile d’olive AOC, vin AOC) est bien plus élevée que celle des autres systèmes productifs (cf. figure 2).

  • 19 Les résultats sont calculés à partir des données recueillies en entretiens (cf. Tafani, 2010b).

Figure 2. VAN des différents systèmes de production identifiés en Balagne19

Figure 2. VAN des différents systèmes de production identifiés en Balagne19
  • 20 La durée de l’affinage dure en général 4 mois chez les exploitants rencontrés. Ne sont donc disponi (...)
  • 21 Notons que les apporteurs de lait permettent aux laiteries industrielles de produire massivement et (...)

22La part que représente la vente directe de tous ces produits durant la saison touristique (avril-octobre) est variable selon le type de produits proposés. La production fromagère fermière, par exemple, est très saisonnée, calée sur les ressources fourragères du milieu. En outre, il n’y a pas assez de main d’œuvre disponible sur les exploitations agricoles pour que les producteurs puissent affiner leur fromage20 de façon à en vendre une quantité maximale en pleine saison21. Les producteurs fromagers ovins/caprins déclarent malgré tout que la demande touristique représente de 50 à 90% du volume de la vente directe : la majeure partie des volumes écoulés l’étant au cours du début de saison (avril-juin), période durant laquelle les touristes profitent des plages mais aussi de la découverte du patrimoine rural au cours d’incursions dans l’arrière-pays. Les systèmes d’élevage bovin, plus flexibles, s’adaptent par contre à la saisonnalité touristique : les veaux sont principalement sortis pour l’été. En ce qui concerne les produits non-frais, si l’huile d’olive est essentiellement écoulée en pleine saison, les vins sont au contraire vendus toute l’année, aux restaurateurs notamment.

Tableau 3. Saisonnalité de la vente directe des produits agricoles et agro-alimentaires transformés sur les exploitations

Date de sorties du produit

Part de la vente directe effectuée durant la saison touristique

Fromage fermier « calenzana » frais

Janvier – juin

20%

Fromage fermier « calenzana » affiné

Avril – septembre

Variable : de 50% à 90% des ventes

Brocciu fermier AOC

Janvier – mai/juin

20%

Veau (pas de label)

Juin/septembre

90%

Vin AOC

Toute l’année

35%

Huile d’olive AOC

Toute l’année

80%

  • 22 Et ne sont pas pris en compte dans les statistiques officielles.

23En conclusion, la vente directe est une pratique bien développée en Balagne puisque plus de 60% des exploitants agricoles la mettent en œuvre. En outre, même ceux qui produisent uniquement du lait écoulent les sous-produits de l’élevage laitier (agneaux de lait, cabris de lait) en vente directe ou plus généralement sur des circuits de commercialisation (restaurateurs en particulier)22. L’ensemble de ces données tend à montrer (1) l’importance de la demande locale (permanente mais aussi touristique) ainsi que (2) l’effet levier sur le développement territorial puisque d’autres acteurs locaux que les agriculteurs tirent profit de cette activité.

2.3.2. Accueil-hébergement à la ferme

24Au contraire, les activités plus strictement agritouristiques (accueil-hébergement) sont peu développées : officiellement, seuls 4% des exploitants les pratiquent (données RGA 2000). Elles permettent néanmoins d’augmenter le revenu agricole, à tel point qu’il a été particulièrement difficile d’obtenir les informations de la part des exploitants interrogés : ceux-ci sont rarement en règle avec le fisc. En effet, compte tenu de leur statut agricole (avantageux en matière d’imposition), l’activité touristique ne doit pas dépasser 50% du revenu agricole. Or, selon les agriculteurs qui ont accepté de donner une approximation, l’activité d’accueil-hébergement rapporte environ deux fois le revenu agricole. Néanmoins, il a été possible de comparer la plus-value réalisée par la vente de veau en ferme-auberge, cette partie de l’activité restant dans le domaine agricole (vente directe) : alors que le kilo de veau de 8 mois (poids carcasse) est vendu entre 4,5 € et 6 € à l’association de producteurs –éleveurs de Balagne, le broutard (15 mois) est valorisé 50 €/kg à la ferme-auberge.

Tableau 4. Comparaison des VAN des systèmes d’élevage bovin

Type de système d’élevage

VAN max/unité de travail agricole familial (€)

Système bovin avec ferme-auberge

45570

Système bovin semi-extensif

21150

Système bovin très extensif

11805

25La différence est nette et sans appel : la vente directe via l’activité de ferme-auberge est largement mieux valorisée par les touristes, qui consomment simultanément le produit du terroir, même s’il n’est pas labellisé, et le service rendu. Cette activité concourt en effet au rapprochement du producteur et du consommateur, ce qui permet au consommateur d’identifier l’origine du produit et de lui associer des qualités supposées (sanitaire, certification d’un mode de production locale).

2.3.3. L’agritourisme, un facteur de différenciation entre exploitants

  • 23 Par l’Office de Développement Agricole de la Corse (ODARC) dans les années 1985-1990.

26Compte tenu de l’ensemble des éléments précédents, il apparaît clairement que la pratique de l’agritourisme (au sens large) sur les exploitations agricoles est un facteur puissant de différenciation entre exploitants, voire même un facteur à l’origine du creusement des inégalités socio-économiques entre les différentes catégories d’exploitants identifiées. Ceux qui tirent profit de la valorisation touristique du terroir sont précisément ceux qui, quelques années auparavant, avaient pu structurer leur exploitation du fait de leur maîtrise foncière (Tafani, 2010b). Par exemple, les éleveurs ovins ont pu investir dans l’achat de matériel (chaîne de fourrages, irrigation, machine à traire, etc.), lequel était subventionné par les structures agricoles23 sous condition de maîtrise foncière… Ils pratiquent actuellement des systèmes herbagers de plein air, respectueux de l’environnement. Alors que ceux qui n’avaient pas la maîtrise du foncier (bail verbal et mise à disposition) continuent à pratiquer des systèmes extensifs, de type pastoraux, dont les performances zootechniques sont moindres. Ce qui implique de moindres revenus.

27Ce résultat conduit à relativiser le point de vue partagé par un ensemble d’acteurs institutionnels qui pose l’agritourisme comme le moyen de compléter les revenus des exploitations agricoles les plus fragiles. D’autant que les mêmes exploitants cumulent généralement plusieurs activités agritouristiques : gîte et ferme-auberge, camping et ferme-auberge, camping et activité de loisir, vente directe et hébergement, etc. Pourtant, parmi les exploitants qui tirent profit de la demande touristique de terroir, certains ne remplissent pas totalement le contrat implicitement passé avec les touristes –consommateurs.

2.3.4. Le paradoxe de la certification

28Leurs pratiques agricoles ne sont pas toujours respectueuses de l’environnement, alors que les touristes attendent de façon implicite qu’un produit du terroir, labellisé en outre, et/ou un service agritouristique renvoient à de bonnes pratiques agricoles. C’est notamment le cas des systèmes vitivinicoles et oléicoles, desquels les exploitants tirent les revenus les plus élevés de la vente de vin AOC et d’huile d’olive AOC (cf. figure 3), et dont les performances environnementales sont discutables. En effet, ces exploitants pratiquent pour leur monoculture un labour profond régulier sur les mêmes parcelles et laissent les sols nus sans couvert herbacé, ce qui nuit à la préservation de la ressource sol. Dans le même sens, aucune association avec l’élevage n’est organisée, ce qui au contraire permettrait de renouveler la fertilité des sols de façon naturelle et d’éviter les nombreux chaulages. Enfin, si les oléiculteurs utilisent peu de produits phytosanitaires (uniquement un traitement raisonné contre la mouche de l’olivier), les vignerons déversent d’importantes quantités de produits phytosanitaires contre l’oïdium et le mildiou durant la campagne agricole. Les performances environnementales de ces deux systèmes peuvent être synthétisées par les graphes suivants, qui font bien apparaître la marge de progression possible pour « aller vers plus de » durabilité.

  • 24 Les indicateurs servant à la réalisation des graphes sont extraits de l’évaluation de la durabilité (...)

Figure 3. Reproductibilité environnementale des systèmes de cultures pérennes24 (extrait de Tafani, 2010b)

Figure 3. Reproductibilité environnementale des systèmes de cultures pérennes24 (extrait de Tafani, 2010b)

29Ainsi, même si les productions de vin et d’huile d’olive de Balagne s’appuient pour partie sur des cépages endémiques, un terroir agronomique bien identifiable et que les produits bénéficient d’une antériorité historique, on s’aperçoit que le cahier des charges des AOC sont relativement souples en matière de pratiques respectueuses de l’environnement. Ceci remet en cause la durabilité des systèmes productifs sur le moyen-long terme, mais aussi la qualité des produits proposés.

3. Aller vers plus de durabilité en Balagne ?

3.1. Les freins au développement agritouristique en Balagne

3.1.1. Les blocages structurels

30L’analyse précédente montre quelles sont les limites structurelles et techniques qui entravent le développement des services agritouristiques sur les exploitations agricoles en Balagne : maîtrise du foncier, disponibilité en main d’œuvre, bonnes pratiques agricoles, soutien financier, etc. Les enquêtes ont également révélé que les exploitants agricoles doivent faire face à un certain nombre de freins de nature organisationnelle ou institutionnelle.

3.1.2. Les blocages juridiques

31Au plan juridique, deux types d’écueils entravent le développement des activités agritouristiques (autre que la vente directe). Le premier concerne la législation sur la construction de gîtes ruraux en zone agricole : un exploitant pouvait posséder trois gîtes auparavant contre un seul actuellement, et la jurisprudence va dans le sens de l’in-constructibilité totale. Ce changement est intervenu afin d’éviter le mitage des espaces agricoles et la spéculation foncière sur les parcelles bâties mais contraint clairement l’évolution de l’offre de gîtes ruraux sur les exploitations. Le second concerne le droit rural qui renvoie à une contradiction entre le statut juridique d’activité touristique ayant pour support l’exploitation et le statut fiscal de l’exploitant, alors pluriactif et qui est imposé pour les activités agritouristiques sur les bénéfices commerciaux et non pas agricoles (Varennes, 2010). Peut-être faut-il alors penser à adapter la législation relative à l’agritourisme en France, voire en région Corse, à l’image des lois italiennes régionales pour l’agritourisme ?

3.1.3. Les défauts dans la promotion agritouristique

32Les exploitants agricoles rencontrés ont en outre souligné les faiblesses de la promotion de leurs activités agritouristiques, ce qui les pénalise avant tout en avant et en arrière-saison. Ils mettent en exergue le problème de la visibilité de leurs structures dans les offices (relevant que certains offices de tourisme « ne joueraient pas le jeu » de la promotion de l’agritourisme) et au sein du réseau « Gîtes de France » qui ne leur permet pas de se distinguer des autres opérateurs non agriculteurs, bien plus nombreux, alors que, parallèlement, le réseau « Bienvenue à la ferme » peine à se structurer en Corse. Signalons toutefois qu’il existait jusqu’à présent un organisme de valorisation des produits agricoles (CREPAC) qui œuvrait à la mise en place d’un certain nombre de produits visant justement à améliorer la signalétique : le principal de ces produits, la « route des sens authentiques », consiste en la réalisation d’un itinéraire par microrégion rassemblant sur une même carte les exploitants adhérents. Cependant, l’impact sur la fréquentation des exploitations figurant dans les guides reste difficile à évaluer, et il n’est pas certain que la simple édition d’un guide soit suffisante pour structurer l’offre et avoir un effet d’entraînement sur le développement local. Aussi semble-t-il y avoir un réel défaut de promotion de l’agritourisme et de structuration de l’offre.

3.1.4. L’agritourisme : un autre métier ?

  • 25 Autres qu’économiques.

33Enfin, il ne faut pas oublier que la pratique de l’agritourisme dépend aussi de motivations25 des exploitants (Marcelpoil et Perret, 2001). Cela est vrai en particulier pour les activités de restauration : les exploitants rencontrés ont tous mis en avant les spécificités du travail soulignant qu’il s’agissait d’une expérience très différente de l’activité productive, qui nécessitait un savoir-faire précis et une formation adaptée. Dans ce contexte, la formation des agriculteurs est évidemment une piste à privilégier pour faciliter les installations en agritourisme.

34Somme toute, il semble que l’ensemble des blocages identifiés ci-avant, qu’ils soient de nature technique, institutionnelle ou juridique, renvoie à la question de la gouvernance locale et des choix effectués par les acteurs territoriaux en matière de développement.

3.2. Représentativité des agriculteurs et gouvernance locale

35Bien que les acteurs territoriaux proposent aux agriculteurs de jouer un rôle central dans le développement local (cf. partie 1), ils mettent en œuvre assez peu de mesures d’action qui soient directement en soutien au développement des complémentarités entre cette agriculture multifonctionnelle et l’activité touristique. Ce décalage entre le discours affiché et le soutien effectif aux complémentarités agriculture-tourisme peut s’expliquer par la faible représentativité des exploitants agricoles au sein de la gouvernance locale : les agriculteurs sont peu présents dans les instances décisionnaires des différentes structures de développement en Balagne (Tafani, 2011), puisqu’ils y sont représentés à hauteur de leur poids socio-économique et politique, lequel est désormais très faible (cf. partie 1). Cette faible représentativité peut expliquer le hiatus qui existe entre les « bonnes intentions » figurant dans les discours autour du développement local et la réalité du terrain, décalage qui est la conséquence des rapports de force entre acteurs, et/ou d’une simple méconnaissance des contraintes du monde agricole. Par ailleurs, il faut également reconnaître que les tensions entre acteurs existent aussi au sein de la profession, entre les différentes catégories d’exploitants, et génèrent une forme d’organisation qui est souvent loin d’être optimale.

36Pourtant, les limites que représentent la structuration de l’offre, la promotion de l’activité, la formation ou l’accès aux ressources peuvent être dépassées dès lors que se met en place une gouvernance territoriale consciente du diagnostic présenté ici et décidée à mettre en œuvre les mesures idoines pour aller vers « plus de durabilité ».

Conclusion

37En conclusion, il ressort de cette étude de cas menée en Balagne que l’offre de produits du terroir et de services d’accueil-hébergement sur les exploitations agricoles est un puissant facteur de la différenciation entre exploitants. La vente de biens et services renvoyant une image estampillée « terroir » est particulièrement bien valorisée par les touristes. En retour, elle permet aux exploitants agricoles qui étaient déjà initialement les plus « structurés » d’en tirer un complément de revenus élevé. Cela dépasse d’ailleurs parfois le simple complément de revenu et s’avère finalement être la source principale du revenu d’un système à considérer comme agri-rural. Il convient pourtant de relativiser les bénéficies de l’agritourisme pour le développement territorial : contrairement à ce qui est attendu, l’agritourisme ne profite qu’à une poignée d’exploitants et ne permet pas de compléter et améliorer les revenus des exploitants les plus fragiles. Ces derniers doivent faire face à d’importants blocages structurels qu’ils ne peuvent lever sans l’appui technique et financier d’une profession agricole organisée et représentée dans les instances de la gouvernance locale.

38Enfin, contrairement à l’image que renvoie la certification des produits, les pratiques agricoles mises en œuvre ne sont pas toujours respectueuses de l’environnement, ou du moins sont largement perfectibles. Ceci apparaît paradoxal avec l’idée même de la certification qui est censée rassurer le consommateur, mais aussi avec le fait que les exploitants produisant sous labellisation en tirent d’importants bénéfices. Finalement, en Balagne, la valorisation touristique du terroir questionne la durabilité globale du développement agricole, et plus largement du développement territorial, tant au plan environnemental qu’aux plans économique et social. C’est désormais aux acteurs territoriaux (y compris aux agriculteurs) à s’organiser pour rassembler les conditions nécessaires pour aller vers plus de durabilité.

Haut de page

Bibliographie

Barthélémy, D. et M. Nieddu (2002). « Biens marchands, biens identitaires et multifonctionnalité agricole », in La multifonctionnalité de l’activité agricole et sa reconnaissance par les politiques publiques, Educagri Editions : 107-140.

Bérard, L., P. Marchenay et F. Casabianca (2005). « Savoirs, terroirs, produits : un patrimoine biologique et culturel », in Sylvander B., Casabianca F. et al., (dir.) Produits agricoles et alimentaires d'origine : enjeux et acquis scientifiques, Paris, France, 17-18 nov. 2005

Bérard, L., P. Marchenay et C. Delfosse (2004). « Les produits du terroir : de la recherche à l'expertise », in Ethnologie française, tome XXXVII (2) : 591-600.

Castelain, J.-P., (2006). « Approches de l'île », Ethnologie française Tome XXXVII(2), 2006 : 401-406.

Di Méo, G., (2007). Processus de patrimonialisation et construction des territoires, Colloque « Patrimoine et industrie en Poitou-Charentes : connaître pour valoriser », Université de Poitou-Charentes, Poitiers-Châtellerault, France.

Frémont, A. (2009). A la recherche du rural perdu, in Géographie Economie Société, 11 (1) : 11-28.

Giannoni S. et C. Tafani (2010). Tourism versus agriculture: which way towards a sustainable land allocation? Colloque international “Ilhas do mundo - mundo das ilhas”, Funchal, Madère, 27-30 juillet 2010, 14 p.

Hervieu, B. et J. Viard (2005 - 1ère éd. 1996). Au bonheur des campagnes (et des provinces), éditions de l'aube, 154 p.

Hirczak, M., M. Moalla et al., (2008). « Le modèle du panier de biens : grille d'analyse et observations de terrain », Economie rurale, 308 : 55-70.

Landais, E. (1998). « Agriculture durable : les fondements d'un nouveau contrat social? », Le Courrier de l'environnement de l'INRA, n°33, URL, <http://www.inra.fr/dpenv/landac33.htm>.

Moine, A. (2008). Le Territoire : comment observer un système complexe, L'Harmattan, 176 p.

Mollard A., B. Pecqueur et al., (2005). « Offre de produits, services territorialisés et demande de biens combinés », In Proximités et changements socio-économiques dans les mondes ruraux, A. Torre et M. Filippi (ed.), INRA éditions : 73-93.

Perret, J. et E. Marcelpoil (2001). L’agritourisme en 2001. La diversité des territoires et des acteurs : entre témoignage et commerce, CEMAGREF – rapport au ministère de l’agriculture et de la pêche.

Perrin, C. (2009), Construire les campagnes méditerranéennes. Usages, aménagements et valorisation du foncier agricole périurbain en Provence et en Toscane (1950-2010), Thèse de doctorat en géographie, Université Aix-Marseille, Università degli Studi di Firenze, 743p.

Tafani, C. (2010a). « Littoral corse: entre préservation de la nature et urbanisation, quelle place pour les terres agricoles ? », Méditerranée, 115 : 79-91.

Tafani, C. (2010b). Agriculture, Territoire et Développement Durable. Analyse systémique d’une agriculture littorale sous pression touristique : l’exemple de la Balagne, Thèse de doctorat de géographie, Université de Corse, 10 décembre 2010 : 543p.

Tafani, C. (2011). « La valorisation du patrimoine rural par le tourisme à l’épreuve des pratiques agricoles - L’exemple de la Balagne en Corse », in Tourismes, Patrimoines et Mondialisation, Michel F. et Furt J-M (coord.), collection Tourisme et Sociétés, éditions L’harmattan.

Varennes, F. (2010). Guide juridique et fiscal du tourisme rural 2010-2011, éditions Ipso Facto, Mayenne : 525 p.

Rapports et statistiques

AGRESTE– Recensement Général de l’Agriculture, URL : <http://www.agreste.agriculture.gouv.fr/en-region/corse/>.

Association du Pays de Balagne (2002). Charte de territoire du Pays de Balagne : stratégie et mise en œuvre, décembre.

Collectivité Territoriale de Corse (2007). Programme de Développement Rural de la Corse 2007-2013, décembre.

Gal Balagne-Pays De Balagne (2008). Dossier de candidature - Appel à projet LEADER, octobre.

INSEE Corse – Recensement de Population 2006, URL : <http://www.insee.fr/fr/regions/corse/>.

Observatoire du tourisme de la Corse, URL : <http://pro.visit-corsica.com/Enquete-lourde_a76.html>.

Pays Touristique Balagne, Haute-Corse (2006). La Balagne, scène offerte à l’excellence – Pôle d’Excellence Rurale pour la promotion des richesses naturelles, culturelles et touristiques, septembre.

Haut de page

Notes

1 Le territoire est défini ici comme un système composé d’un espace géographique historiquement et spatialement situé, aménagé, géré et approprié par le jeu des acteurs qui confrontent sans cesse leurs représentations de l’espace et de ce qu’il devrait être (Moine, 2008).

2 Au sens large : accueil, hébergement, vente directe.

3 Les communes littorales corses concentrent plus de 75% de la population régionale (données INSEE- RP 2006).

4 Les exploitants agricoles représentaient 47% de la population active en 1957 et n’en représentent plus que 1.5% alors que le tourisme emploie 14% de la population locale.

5 Les maisons implantées en paliers successifs selon les courbes de niveau.

6 Et sans orientation préférentielle.

7 Qui leur est familière ou non.

8 Mais aussi du terroir, parmi d’autres produits touristiques.

9 Ou éventuellement sur des circuits courts de commercialisation, c’est-à-dire qui font intervenir au plus un intermédiaire entre le producteur et le consommateur.

10 Qui est encore en application actuellement, tant que la Collectivité Territoriale de Corse (CTC) n’aura pas adopté son Plan d’Aménagement et de Développement Durable de la Corse (PADDUC).

11 Ces éléments sont cités à la fois dans la Charte de développement du Pays de Balagne, dans le projet de Pôle d’Excellence rurale, le projet LEADER, et enfin le Plan de Développement Rural de la Corse 2007-2013.

12 Voir (Tafani, 2010b) pour plus de précisions à ce sujet.

13 Ces enquêtes sont relativement lourdes à mener ; certaines déclarations sont erronées et incohérentes entre elles. En ce qui concerne les activités agritouristiques, il est fréquent que les exploitations agricoles omettent de mentionner une activité d’hébergement, n’étant pas en règle avec le fisc.

14 Les statistiques agricoles différencient accueil-hébergement (agritourisme au sens strict) et vente directe.

15 Le fait de maîtriser le foncier permet d’obtenir plus facilement des prêts à l’investissement, le projet offrant plus de garanties.

16 A ces blocages structurels viennent de plus s’ajouter des freins de nature juridique et fiscale, promotionnel ou de formation (Tafani, 2010).

17 Nous comptons en réalité 1.2 Unité de Travail Agricole car une aide familiale vient en renfort pour la traite.

18 Labellisation « Casgiu Casanu » (Fromage fermier) délivrée par l’association des fromagers fermiers en échange du respect de leur charte collective.

19 Les résultats sont calculés à partir des données recueillies en entretiens (cf. Tafani, 2010b).

20 La durée de l’affinage dure en général 4 mois chez les exploitants rencontrés. Ne sont donc disponibles en été que la production des mois de mars à mai.

21 Notons que les apporteurs de lait permettent aux laiteries industrielles de produire massivement et d’écouler des fromages « corses » durant l’été. Et la demande touristique est si forte que les industriels manquent de lait localement, ce qui les conduit à en importer à bas prix, au grand dam de certains producteurs, structures et syndicats agricoles.

22 Et ne sont pas pris en compte dans les statistiques officielles.

23 Par l’Office de Développement Agricole de la Corse (ODARC) dans les années 1985-1990.

24 Les indicateurs servant à la réalisation des graphes sont extraits de l’évaluation de la durabilité agricole par la méthode IDEA. Les indicateurs sont calculés à partir des entretiens conduits en exploitations agricoles (cf. Tafani, 2010b pour plus de détails).

25 Autres qu’économiques.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La Balagne, une île dans l’île
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5407/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Photographie 1. Vue sur la plaine d’Aregno depuis le village de Corbara
Crédits Source : Auteur
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5407/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 1. Agritourisme et structures d’exploitation (UTA : Unité de Travail Agricole ; X : Oui, présence)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5407/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 2. VAN des différents systèmes de production identifiés en Balagne19
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5407/img-4.png
Fichier image/png, 52k
Titre Figure 3. Reproductibilité environnementale des systèmes de cultures pérennes24 (extrait de Tafani, 2010b)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5407/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Tafani, « La valorisation touristique du patrimoine rural : une opportunité de développement pour l’agriculture de Balagne en Corse ? », Études caribéennes [En ligne], 20 | Décembre 2011, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 20 août 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/5407 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.5407

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org