Navigation – Plan du site
Tourisme, culture(s) et attractivité des territoires

L’intégration du secteur privé dans l’exploitation écotouristique des parcs nationaux colombiens. L’exemple du Parc amazonien Amacayacu

The integration of the private sector in operating ecotourism Colombian national parks. The example of Amazonian Park Amacayacu
Mara Sierra Jiménez et Jean-Yves Puyo

Résumés

Le marché de services écotouristiques se dévoile aujourd'hui comme un des principaux défis de gestion dans certains territoires protégés. Le parc amazonien Amacayacu, en Amazonie colombienne, appartient à l’un de ces territoires où le besoin d’amélioration des infrastructures de gestion et des services écotouristiques devient indispensable pour garantir la continuité de ce territoire protégé et la survie économique des groupes humains locaux. Pour cela, depuis 2005, le dispositif mis en place par le gouvernement colombien a consisté à donner en concession la gestion des services écotouristiques de ce parc au secteur privé. En premier lieu, cette recherche cherche à identifier, à tous les niveaux scalaires (local, régional, national), les étapes et les dispositifs mis en place dans ce processus de concession. En second lieu, il s’agira de mettre en évidence les impacts de ce nouveau modèle de cogestion territoriale sur les patrimoines naturels et culturels ainsi que sur les populations amérindiennes qui habitent le territoire. Enfin, nous questionnerons l’efficacité du dispositif de concession du parc Amacayacu et de ses zones de confluence, en nous attachant plus particulièrement à l’étude de la communauté Ticuna de Mocagua.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’histoire socioculturelle et politique de la Colombie a joué un rôle important dans les processus de construction, d’application et d’adaptation des politiques de protection de la nature dans le territoire national. En premier lieu, par la multiculturalité de ses peuples – en second lieu, par le contexte de violence provoqué par le conflit armé, le narcotrafic et les conditions de pauvreté et d'insécurité du pays – en troisième et dernier lieu, par l’ouverture du marché écotouristique national au tourisme international.

2Partant de ce contexte, la gestion, l’aménagement et la durabilité de la gouvernance des parcs nationaux colombiens se font « rattraper » rapidement par une réalité socioculturelle complexe. Le besoin d’une approche sociale couplée à l’élaboration de stratégies diverses, allant de l’éducation environnementale au développement de l’écotourisme, puisde la concession, apparaissent alors. La concession des services écotouristiques de certains parcs nationaux au secteur privé, constitue une stratégie économique portée par l’Unité administrative des parcs naturels nationaux qui vise : premièrement, la construction, l’amélioration et la durabilité des infrastructures de gestion - deuxièmement, la décentralisation économique de ces territoires - troisièmement, l’optimisation de la prestation des services touristiques de qualité - quatrièmement, l’amélioration de l’image du pays dans le marché du tourisme international – et enfin, la création de conditions favorisant le développement économique local. Pendant une période de dix ans, le concessionnaire doit s’engager à réaliser ces objectifs en les couplant avec l’intégration et le respect des populations locales parties prenantes du territoire protégé.

  • 1 http://www.parquesnacionales.gov.co

3Reconnue pour être un pays d’une diversité biologique et culturelle importante, la Colombie compte aujourd’hui 56 aires naturelles protégées1. Parmi les 24 parcs nationaux à vocation écotouristique, quatre fonctionnent depuis l’année 2005 sur le modèle de la concession « au privé » et cinq autres, selon un programme national dit de « tourisme communautaire ». Actuellement, les parcs nationaux « concessionnés » sont le PN Tayrona, le PN Gorgona, le PN Nevados et le PN Amacayacu, ce dernier étant le premier à avoir intégré ce processus. Pour mieux présenter les impacts de ce modèle de la concession sur le parc Amacayacu et ses communautés, nous parlerons plus spécifiquement de la communauté Ticuna du village de Mocagua, communauté juxtaposée au parc et qui, grâce à sa localisation géographique, profite d’une plus grande implication dans les activités écotouristiques développées par le concessionnaire.

  • 2 Périodes de fortune, d’argent « facile », souvent liées à des dynamiques d’esclavage.

4Oubliés par l’État et livrés à eux-mêmes pendant des siècles, les territoires et les peuples amazoniens ont dû faire face à divers périodes de bonanza2telles que le caoutchouc, l’extraction de fourrures et de bois, la commercialisation d'animaux sauvages, la production des feuilles de coca, puis la fabrication clandestine de cocaïne, suivie du conflit armé qui en découle. Avec l’essor du tourisme de nature dès la fin des années 1990, l’Amazonie colombienne se voit aujourd’hui confrontée de nouveau au développement accéléré de ses territoires et de ses peuples, provoqué par les pressions du marché touristique, tant national qu’international.

5L’essor du tourisme international dans cette région isolée de la Colombie représente un espoir d’ouverture à la prospérité, considéré comme un nouvel « El Dorado » par les politiciens régionaux, les agents du tourisme et certaines communautés riveraines du fleuve Amazonas. Mais tenant compte des antécédents économiques de ces territoires et de l’arrivée de cette nouvelle « période de prospérité », on est en droit de se demander quels seront les impacts directs et indirects de ce modèle de gestion sur les communautés du fleuve. Dans ce sens, l’augmentation de la demande internationale pour l’ethnotourisme et/ou l’écotourisme, l’absence d’outils adéquats de gestion et de management local permettant à ces peuples de faire face à cette nouvelle réalité, et l’habitude d’avoir un accès « rapide » voire « facile » à l’argent, ne risquent-t-ils pas d’initier une nouvelle bonanza autour cette fois-ci du tourisme pour ces communautés ?

  • 3  Réserve amérindienne :C'est une superficie de terrain délimitée, non cultivée, occupée par une ou (...)
  • 4  Resguardo amérindien :C'est une institution légale et sociopolitique de caractère spécial, façonné (...)

6 Suite au décret 6/22 de 1977, relatif aux normes et aux zones de protection à l’antérieur des parcs nationaux, le gouvernement national reconnaît l’existence de réserves indigènes3 à savoir des territoires inaliénables et non expropriables (Art.63), ainsi que leur compatibilité territoriale avec les parcs nationaux (Art.7). Par la suite, la loi 30 de 1988 reconnaît officiellement les territoires indigènes par le titre collectif de resguardo4en tant qu’institutions légales et sociopolitiques. Cette reconnaissance leur donne légalement le droit de gérer, protéger et développer leurs territoires selon leurs propres cultures, traditions et intérêts. Ce droit a été réaffirmé par l’article 286 de la Constitution colombienne de 1991 ; il établit les resguardos comme des entités territoriales autonomes chargées, entre autres, de mettre en place des projets de développement économique et social au sein de leurs territoires. Mais l’autonomie territoriale découlant de cette loi constitue aujourd’hui un défi pour la gestion environnementale dans certains parcs nationaux « habités », dont la particularité est la superposition d’une partie du territoire protégé avec des territoires de resguardo amérindiens (appelée « zone de translape »).

7Toutefois, cette zone de partage des compétences territoriales engendre le besoin en « outils » et méthodes de gestion particuliers, capables de concilier les objectifs de conservation et de développement touristique du parc avec ceux propres aux resguardos; mais cette réalité n’est pas toujours compatible, notamment par l’envie d’un développement économique propre à ces sociétés, qui par manque d’outils et de connaissances, devient souvent désorganisé et contre-productif pour la communauté et pour le parc.En conséquence, l’INDERENA [Institut National des Ressources Renouvelables et de l’Environnement], chargé de la protection de la nature à cette époque, a dû modifier ses linéaments de politiques de gestion des espaces protégés pour « ... promouvoir la moindre superposition possible entre les resguardos amérindiens et les parcs nationaux.» (Martinez, 1994 : 55 ; INDERENA 1991b).

  • 5 CONPES 3397/2005.
  • 6 Le concept de concession est mentionné officiellement depuis 1977, mais ce n’est qu’en 2005 qu’il e (...)

8À la suite de la Déclaration de Rio de Janeiro (1992), la loi 99 de 1993 créa le Ministère de l’Environnement, puis l’Unité Administrative Spéciale de Parcs Nationaux Naturels (UAESPNN) et enfin, le Système National d’Aires Protégées (SINAP, 1994), le tout dans une perspective visant à s’inscrire pleinement dans une démarche internationale de protection de la nature et d’éducation à l’environnement. Cependant, le contexte socioéconomique du pays et le besoin d’un développement économique et territorial général, ont conduit le gouvernement à s’investir plus activement dans un projet national autour du tourisme (loi 300 de 1996). C’est dans cette même démarche de développement touristique que le gouvernement du président Alvaro Uribe a apporté des changements importants dans la gestion environnementale. L’ancien ministère de l’Environnement devient désormais en 2002 le ministère de l’Environnement, du Logement et du Développement territorial (Loi 790). Cet élargissement des compétences affichées exprime la prise en compte d’enjeux autres que les seules protection et conservation des patrimoines naturels. Ces derniers passent en conséquence au second plan, aux dépens d’un projet de développement fondé sur la promotion d’un tourisme spécialisé et de qualité se voulant internationale. De ce fait, diverses politiques voient le jour, comme la « Política para el desarrollo delecoturismo en Colombia » (2004) ; puis, la « Política de turismo cultural en Colombia » et la « Política sectorial de Turismo5» qui marque en 2005 le début du projet officiel de concession6 des services écotouristiques au secteur privé. Enfin, on relève un « Plan Sectorial de Turismo 2008-2010 Colombia, destino turístico de clase mundial ».

9Dans la région amazonienne, le Parc national naturel Amacayacu (PNNA, 1975) a été créé dans des contextes naturels et socioculturels difficiles, favorisés par l’éloignement géographique de la région par rapport à la capitale du pays, Bogota, mais aussi à la capitale de l’Amazones, Leticia. Durant les premières années de création du parc, cette situation d’isolement lui a permis de développer des stratégies et des outils de participation locale favorables non seulement à la protection des ressources mais aussi au dialogue avec les communautés faisant partie du parc. C’est ainsi qu’elles furent  intégrées aux programmes de gestion proposés à ce moment-là. À partir des années 2000, différents aspects ont fait émerger l’idée de la concession au secteur privé des services écotouristiques de ce parc. Parmi les arguments avancés, cette privatisation était censée favoriser l’essor d’une demande internationale pour l’écotourisme et l’ethnotourisme ; il s’agissait pour ses promoteurs de s’inscrire en opposition par rapport à la gestion étatique, caractérisée alors par une situation économique critique des parcs nationaux.

10Après cinq ans de concession en 2010, nous désirons nous consacrer à l’analyse des premiers avantages supposés mais aussi des limites « réelles » de ce modèle de concession privée sur les patrimoines et les territoires amazoniens. Aussi, comment ce modèle de gestion privée adapte-t-il ses méthodes et ses outils aux particularités socioculturelles du territoire ?

11La présente étude cherche à répondre à ces interrogations à travers analyse de ses différents paramètres. En premier lieu, elle envisagera la description des environnements amazoniens avant la création de l’aire protégée ; puis, dans un second temps, nous nous pencherons sur le contexte de la création du Parc national naturel Amacayacu (PNNA), puis, dans un dernier temps, sur le processus de concession, ses atouts, ses limites et ses faiblesses.

12Cette réflexion s’appuie sur des observations et des entretiens réalisés auprès de fonctionnaires du PNNA, d’agents de la concession et d’acteurs locaux de la communauté de Mocagua,à deux moments différents : le premier en 2003, en tant que garde bénévole du PNNA, et le second, en 2010, dans le cadre d’un travail de recherche doctorale qui a pris appui sur cette expérience de terrain.

1. Le contexte amazonien et l’application des premières politiques de protection

  • 7 Génocide d’Amérindiens, guerres interethniques découlant de la traite esclavagiste, conflit armé av (...)
  • 8 Gonzales, D. (2000). Cocaïne, déforestation et sécurité alimentaire en Amazonie colombienne. Revue (...)

13Les peuples amazoniens ont connu des contextes historiques divers. D’abord, l’époque coloniale entre les XVIIe et XVIIIe siècles a été celle de l’esclavage, de la réduction des Amérindiens et de l’expansion missionnaire jusqu’à l’expulsion de Jésuites en 1767. Ensuite, l’époque de la bonanza du caoutchouc entre 1813 et 1970, dont le chapitre de la Casa Arana, puisde la Britanica Peruvian Amazon company (1900-1911), a marqué l’histoire de l’Amazonie7. Parmi les conséquences de la leche maldita (nom donné au caoutchouc par les Amérindiens), nous citerons principalement l’imposition d’une culture d’endettement et de consommation aux populations autochtones et l’éclosion des modèles socioculturels. À cet épisode autour du caoutchouc a succédé la bonanza du cocaïer à partir des années 1970, assise sur les mêmes principes d’endettement, de dépendance à l’argent « facile » et de terreur. En parallèle, la décentralisation et le manque d’alternatives économiques efficaces n’ont fait qu’accroître ces conflits sociaux. De ce fait, la monoculture du cocaïer est devenue - et constitue encore - un des secteurs économiques le plus productif et « rentable»8  pour les sociétés minoritaires de la Colombie.

14En conséquence, ces communautés amazoniennes en mutation sont passées rapidement d’une économie de subsistance au développement accéléré d’une économie d’autoconsommation.  Dans ce contexte bouleversé, faire allusion au célébrissime mythe du « bon sauvage », où l’Amérindien est vu comme le gardien et le protecteur « de la Nature », ne semble pas être les plus approprié. Au contraire, la connaissance du milieu naturel, la pression des acteurs extérieurs et leur nouvelle dépendance à l’argent, les ont poussés à se retourner contre leurs fondements traditionnels, les plaçant dans certains cas parmi les principaux « prédateurs » de la nature.

15Le Parc national naturel Amacayacu a été créé en 1975 sous l’égide de l’INDERENA dans la zone connue comme le « Trapèze amazonien », dans le sud-est colombien, entre les municipalités de Puerto Nariño et de Leticia, où se trouve son centre administratif(figure 1). Le nom Amacayacu signifie « Rio de las Hamacas »en langue Ticuna, fleuve présent dans le sud-ouest du parc.

Figure 1. Localisation du Parc national naturel Amacayacu en Colombie

Figure 1. Localisation du Parc national naturel Amacayacu en Colombie

Source : http://www.parquesnacionales.gov.co

16À l’origine, le territoire protégé comptait 170 000 hectares pris sur la réserve forestière de l’Amazonie, créée en 1959 ; puis, pour des raisons écologiques et « spatiales », il a été redélimité en 1988 pour développer désormais une extension de 293 500 hectares. En 1993, il passe sous l’administration de l’Unité Administrative Spéciale de Parcs Nationaux Naturels (UAESPNN) ; celle-ci compte de nos jours pour gérer la totalité du territoire protégé six fonctionnaires (cadres et agents) et neuf personnels en contrat temporaire. Le zonage intérieur du parc se compose d’une zone intangible ou de haute protection, d’une zone de récupération naturelle et d’une zone de récréation. L’aire extérieure du parc est appelé zone d'amortiguation et les territoires qu’y sont superposés entre le PNNA et les resguardos amérindiens, zones de translape. Le PNNA est constitué de trois zones de translape, avec des resguardos reconnus depuis 1985: au nord-ouest, le resguardo de Buenos Aires en zone d’amortiguation, le plus isolé et le plus défavorisé; au sud-ouest, le translape total du resguardo TICOYA (communautés Ticuna, Cocamas, Yaguas) avec le PNNA par les communautés de San Martin de Amacayacu et de Palmeras. Ces dernières sont identifiées par les agents du parc comme les plus « radicales » et « conflictuelles », en opposition ouverte au parc. Au sud-est, les resguardos deMocagua et de Macedonia en situation de semi-translape, présentent une partie de leur territoire à l’intérieur du Parc, alors que leurs zones d’habitation se situent en dehors du parc, dans la zone d’amortiguation, ce qui favorise leur libre développement et leur autonomie. Dans sa zone d’amortiguation, au sud-est, le Parc compte aussi les resguardos d’El Vergel et de Zaragoza (figure 2).

  • 9 «... les formations et les projets de sensibilisation dirigés par le parc [INDERENA] ont fait émerg (...)

17Au moment de la création du PNNA, il existait des infrastructures liées au trafic de drogue, telles que des pistes et des laboratoires clandestins où les communautés travaillaient comme gardiens, cueilleurs et convoyeurs pour le marché cocaïer. Le besoin de conservation ne se limitait plus à la nature car il englobait également les groupes humains résidents. « Récupérer la nature » mais aussi les valeurs culturelles perdues constituaient donc une des premières priorités des autorités et des gestionnaires. L’arrivée de l’administration INDERENA a été très conflictuelle mais a aussi joué un rôle déterminant dans la mise en place du  modèle de gestion du  parc. Tenant compte du contexte social, l’INDERENA a adapté une première politique de gestion concentrée non sur l’intérieur du territoire mais plutôt sur les zones de translape et d'amortiguation de l’aire protégée. Le but de cette démarche était de s’inscrire dans un temps long favorable à la restauration des milieux naturels, tout en cherchant à favoriser le dialogue et le contact auprès des populations locales. Il s’agissait alors de rechercher des alternatives conjointes pour minimiser leurs dynamiques spatiales négatives, replacer leurs pratiques traditionnelles9 dans un nouveau contexte et favoriser des processus de développement économique durable à travers l’éducation et la sensibilisation environnementale.

18

Figure 2. Resguardos et communautés faisant partie du Parc national naturel Amacayacu

Figure 2. Resguardos et communautés faisant partie du Parc national naturel Amacayacu

Source : Martinez 1994.

19Nous envisagerons principalement la communauté de Mocagua, qui, au milieu des années 1980, a accepté de rompre avec les activités liées au narcotrafic et qui, du fait de sa proximité avec le parc, a toujours été celle qui a le plus bénéficié des projets d’interprétation environnementale et de développement écotouristique, et aujourd’hui, de la concession.

20La consolidation de l’administration du parc justifie d’aborder différents points dont tout d’abord, la construction partagée et progressive du territoire grâce à la stratégie de dialogue et de socialisation continue avec les communautés des zones de translape. Le résultat premier de cette rencontre a été la création en 1986 du centre de visiteurs Yewaé (serpent mère de la terre), initiative issue des communautés, chargées à leur tour de la main-d’œuvre et de l’infrastructure conçue à l’image de la culture Ticuna. Près de dix années de travail auront été nécessaires pour que le parc vit arriver ses premiers touristes en 1987 et, avec eux, l’inclusion des resguardos dans le « marché du tourisme ». Ainsi, en 1988, l’institution a proposé un espace économique réservé à la vente artisanale des quatre communautés, appelé l’Ecotienda, espace encore en activité de nos jours malgré des conflits de gestion.

  • 10 Grâce à sa fondation Maikuchiga (Histoire de singes), elle travaille au sauvetage de singes rescapé (...)
  • 11 Parcours d’éducation et de sensibilisation à l’environnement à travers l’observation des singes.

21Ensuite, dans un second temps du processus de gestion, le changement administratif de 1993 a renforcé la participation locale dans l’écotourisme en appuyant la formation et la capacitation des acteurs, grâce au soutien d’institutions publiques comme le Service National d’Apprentissage (SENA). Enfin, l’effort fut mis sur la valorisation de la recherche participative grâce aux travaux de la primatologue américaine Sara Bennet10 et de son parcours Miqueando11 où l’acteur local est pleinement associé au projet. De ce fait, le parc national a cessé d’être un organisme de simple « protection - conservation » pour devenir aussi un « accompagnateur – formateur » dans les processus de sensibilisation au développement écotouristique des communautés.

22Toutefois, l’essor de la stratégie écotouristique du PNNA génère également des contraintes importantes de gouvernance spatiale. En premier lieu, l’autonomie administrative des resguardos devient un handicap pour la consolidation de certaines politiques de protection en zones de translape, où quelques communautés radicales, comme celle de Palmeras, ou plus modernes comme celle de Mocagua, voient dans le parc un obstacle à leur libre développement territorial. Ce dernier, assis sur des schémas économiques du passé, est à l’origine de projets désorganisés et peu viables pour les resguardos ; des manques dans l’appropriation des plans de développement alternatifs proposés par le parc, couplés à un manque d’organisation interne de la communauté, ne leur permettent pas de définir un projet collectif à moyen et long terme. Ainsi, le changement périodique d’autorités locales ou curacas interrompt l’émergence de projets endogènes, disloque les relations antérieurement créées avec le parc et affaiblit la légitimité des autorités locales auprès de la population, augmentant la fragmentation du village.

23En deuxième lieu, la croissance du tourisme au sein du PNNA implique pour les six fonctionnaires des activités autres que celles du contrôle, de la surveillance et de la sensibilisation auprès des communautés et des visiteurs. L’insuffisance en personnel administratif et l’abandon du gouvernement ont obligé progressivement les fonctionnaires à réaliser des activités d’accueil, de maintien de l’infrastructure, de logement et de restauration pour les touristes. En réponse à ces besoins, le parc a adapté une première forme de concession appelée « ordre de prestation de services », dans laquelle quelques membres des communautés se chargeaient du service de restauration du centre d’accueil des visiteurs. Ce mécanisme fonctionnait sous forme d’un loyer et permettait aux responsables de profiter des bénéfices économiques de leurs ventes; toutefois, sa mauvaise gestion n’en a pas permis la prolongation.

  • 12 Entretien auprès d’un fonctionnaire PNNA, 2010.

24À ce moment-là, l’enjeu majeur pour l’institution était le maintien de l’infrastructure du parc qui avait «…tendance à ne fonctionner plus, ou à rechercher une solution contondante pour qu'il puisse être opérationnel12».Ces considérations ont conduit l’UAESPNN à rechercher des alternatives de gestion plus efficaces pour tenter de sauver le centre d’accueil et conférer une nouvelle dynamique spatiale aux territoires; d’où la concession des services écotouristiques à l’entreprise privée, un modèle déjà développé dans des pays anglo-saxons et européens.

2. Le processus et la mise en place de la stratégie de concession dans le Parc national naturel Amacayacu

  • 13 Universidad Nacional de Colombia-Sede Leticia (2007). Memorias del I° foro de evaluación de dos año (...)

25Devant les menaces de fermeture du centre Yewaé et face à l’accroissement de la demande touristique en direction de l’espace amazonien, la recherche d’alternatives diverses et le lancement d’un processus de concession ont vu le jour en 1999, processus dont les étapes méritent que nous y consacrions une certaine attention13.

  • 14  Vieco Juan José, (2010), Planes de desarrollo y planes de vida: ¿Diálogo de saberes?, Mundo Amazon (...)

26Nous relevons en premier lieu la proposition faite en 2001 aux cinq communautés en situation de translape, visant à prendre en charge la gestion du centre de visiteurs. Puis, la politique nationale de « Parques para la gente » est appliquée dans le territoire; elle vise à créer des « Régimenes Especiales de Manejo (REM) » depuis 2006 en zones des translape, programmes présentés comme susceptibles d’être en harmonie avec les « Planes de vida14 » de chaque resguardo. Ces projets cherchent à définir des accords entre les gestionnaires du parc et les autorités des resguardos, sur les responsabilités de chacun en matière de protection des patrimoines et de développement territorial. Mais après vingt années de travail, les habitants ont eux-mêmes refusé l’opportunité d’être directement intégrés à la gestion de leurs territoires. Les raisons invoquées sont multiples : d’abord, en raison de leur manque de formation en matière administrative -  ensuite, du fait de l’importance des responsabilités et des investissements que cela impliquait - et enfin, à cause du manque de travail et de coordination intercommunautaire entre les resguardos. Ils ont donc proposé de trouver une autre alternative leur permettant de réduire ces handicaps afin de les préparer à prendre l’administration du site quelques années plus tard.

27En second lieu, ce désistement à l’échelle locale a profité au lancement d’un appel d’offre dans le secteur de l’hôtellerie et du tourisme, aux niveaux régional et national. Les conditions administratives, opérationnelles et économiques exigées dans les dossiers de soumission ont considérablement réduit le nombre de réponses potentielles, la concession étant au final allouée à l’entreprise nationale de tourisme, Aviatur, présidée par J. C. Bessudo, et associée aux entreprises hôtelières Decameron et Cielos Abiertos. Notons que ce choix a suscité de nombreuses réactions au plan national, d’abord, parce qu’il s’agissait alors des entreprises touristiques les plus puissantes du pays et ensuite, parce qu’une d’entre elles était dirigée par un Français très influant, dont la fille, Sadra Bessudo, directrice de la Fondation Malpelo et chef du sanctuaire marin du même nom, devint ministre de l’Environnement en 2010. Ces considérations ont médiatisé l’idée de privatisation des parcs nationaux et, par là, celle d’un certain privilège accordé à une partie de l’élite qui tirerait profit « des pauvres ». En conséquence, l’État a dû en quelque sorte équilibrer la balance sociale en développant des projets de tourisme communautaire dans d’autres parcs nationaux.

28Pour le PN Amacayacu, une association temporaire a été réalisée entre ces trois entreprises. La concession, débutée le 1er juillet 2005, a initiée un nouveau processus d’acceptation, de négociation et d’adaptation des politiques et des méthodes entre les acteurs.

29À l’échelle locale, les nouveaux acteurs de la gestion de ce territoire sont divers avec tout d’abord, le Parc national naturel Amacayacu, puis le concessionnaire Amacayacu et ensuite les populations locales. Le premier est composé majoritairement de fonctionnaires appartenant aux communautés locales, en grande partie de Mocagua mais aussi de l’intérieur du pays. Le deuxième, rassemble les entreprises Aviatur, Cielos Abiertos et Decameron qui se divisent les tâches de la concession : Decameron est localement chargé de la gestion des services écotouristiques du centre de visiteurs Yewaé, de même que de la gestion de l’accueil des touristes au Decalodge Ticuna qui se trouve à Leticia. Au niveau national et international, c'est l'entreprise Aviatur qui se charge de la publicité et de la communication des 4 parcs nationaux en concession depuis la métropole. Aux yeux des entreprises locales de tourisme, cette union temporaire des trois entreprises monopolise l’activité touristique à tous les niveaux et crée des situations conflictuelles entre les promoteurs.

30Quant aux populations locales, métissées et hétérogènes des resguardos Ticoya, Macedonia et Mocagua, seul un petit nombre participe au projet d’écotourisme et de concession. Ainsi, dans le cas particulier de Mocagua nous retrouvons différents groupes d'acteurs. D’une part, le groupe constitué des employés de la concession, le groupe des guides indépendants appartenant aux communautés (l’Association de guides Selva amiga) et les membres de l’association Mikeando. D’autre part, les membres de la communauté dont, certaines familles commencent à se lancer dans l’accueil de touristes, « chez l’habitant », dans l'artisanat et finalement le reste de la communauté, dont ceux qui travaillent dans l’agriculture, les jeunes et les enfants (Carrol, 2010: 125).

31La superposition de territoires entre les resguardos et le PNNA a favorisé un processus de dialogue et de concertation pour mener à terme une tentative de cogestion du territoire. Cependant, l’arrivée du concessionnaire a été déterminante pour une seconde mise à l’épreuve de ce système de gestion où l’autonomie, le désir de développement des communautéset la concurrence économique, apparaissent comme les nouveaux défis de gouvernance entre le secteur privé, le pouvoir local et la légitimité de l’État.

2.1. Le concessionnaire et le défi d'adaptation dans la gestion de services écotouristiques ?

32Il semble évident que 30 ans après la création du PNNA (1975), les premiers résultats de coopération et de participation locale commencent à prendre forme à travers les projets d’écotourisme développés à l'intérieur du parc et dans les resguardos de la zone d'amortiguation. Des activités pédagogiques, des capacitations, des ateliers de valorisation et la construction de l'écotienda, entre autres, ont représenté les stratégies de travail des fonctionnaires du PNNA auprès des populations locales, ce qui a favorisé une certaine stabilité locale. Dans ce contexte, l’arrivée de la concession en 2005 apparaît « a priori » comme une menace pour cet équilibre et oblige le concessionnaire à développer une qualité d’écoute et de négociation « dès le départ ». Cette attitude lui permet d’initier un processus d’adaptation où chaque acteur devra, en premier lieu, apprendre à connaître et reconnaître l’autre, en second lieu,  à être capables d'identifier leurs compatibilités et leurs incompatibilités majeures, ceci afin d'essayer de trouver des accords et donc, de diminuer la complexité d'action sur les zones de translape et d'amortiguation, en dernier lieu, à envisager la co-construction des méthodes et des outils plus adéquats et favorables à la co-gestion des activités écotouristiques du territoire.

  • 15  Parques Nacionales Naturales de Colombia (2007). “Programa Ecoturístico del PNN Amacayacu y de las (...)
  • 16  Au total, 44 accords pour les communautés, 13 pour le PNNA et 12 pour le concessionnaire.

33Trois stratégies de concertation ont été mises en place : en premier lieu, nous relevons la consolidation de projets de vie et de régimes spéciaux de gouvernance pour les zones superposées. Ensuite, l’élaboration conjointe en 2006 du document guide pour la concession, (Programme Gavilan Tatatao15 - PGT) a établi les accords16 et les normes pour la réalisation de toute activité écotouristique dans les territoires. Enfin, le document « Reglas de oro de los interpretes ambientales »a fixé les attendus propres à l’activité d’interprétariat (2007).

34Pour mieux s’adapter au contexte local, le concessionnaire doit respecter trois accords clés qui sont d’une part, l’achat exclusif de produits alimentaires aux trois communes du sud et le respect d’un calendrier préalablement établi entre elles. D’autre part, 90 % de la main-d’œuvre doit provenir des communautés, une main d’œuvre préalablement formée aux activités requises, à l’exception du personnel administratif dont les postes requièrent une formation spéciale. Enfin, le concessionnaire s’engage à assurer la promotion et la diffusion des activités réalisées par et dans les communautés et ce, sans recevoir aucune commission. De ce fait, le PNNA propose aujourd’hui cinq activités: le sentier Nainekumau autour du centre de visiteurs, l’observation de dauphins roses et gris de l’Amazonas, les plateformes d’observation sauvage, le Dosel, activité emblématique du parc qui consiste à gravir une ceiba (fromager) de 38 mètres pour observer le paysage et la découverte des resguardos, notamment celui de Mocagua. Toutefois, on note aussi l’existence d’une offre « amérindienne » autour de randonnées pédestres proposées par chaque communauté de la zone d’amortiguation, la visite des lacs de Tarapoto à Puerto Nariño, la pêche et le canotage diurne et nocturne, ainsi que la pratique du sentier Mikeando destiné à l’observation des singes, relevant soit du parc soit des communautés.

35Mais le processus d’adaptation ne se limite pas au seul concessionnaire. Pour réussir à construire une culture commune de travail et de cohabitation, les acteurs locaux désirant bénéficier des emplois et des projets du concessionnaire doivent à leur tour faire un pas vers l’intégration de ce nouveau modèle: d’abord, en respectant les horaires proposés et définis dans les accords - ensuite, en garantissant l’entretien de canoës, l’achat de gilets de sauvetage, et une bonne présentation personnelle devant le touriste - enfin, en s’abstenant de boire pendant les heures de travail, entre autres exigences. Mais celles-ci ne sont pas souvent respectées par les guides, car elles sont perçues par eux comme une sorte d’uniformisation voulue du secteur privé.

  • 17  Sylvie B, et L. Alain (2007). « Le tourisme autochtone : un lieu d’expression privilégié pour des (...)
  • 18  « Les communautés prennent aussi, de jour en jour, plus clairement conscience du fait qu’un accuei (...)

36Ainsi, pour certains d’entre eux, l’homogénéisation des pratiques va à l’encontre du produit touristique « à l’amérindienne » qu’ils désirent promouvoir et qu’ils considèrent plus « légitime » : en effet, d’après eux, c’est cela que le touriste vient rechercher chez eux. Dans cette même logique, le « tourisme autochtone17 » apparaît aujourd’hui comme un outil de revendication identitaire et territoriale pour certaines communautés amérindiennes18. En parallèle, pour d’autres, ce même type de tourisme risquerait de provoquer des phénomènes d'acculturation importants, à cause d’un manque de connaissances et d’organisation communautaire, mais aussi, suite à l’intégration forcée de ces communautés au nouveau modèle économique régional et national.

2.2. Quel est le bilan de la concession pour la sauvegarde des patrimoines ?

  • 19  «... le tourisme est une bonanza qui profite seulement à une partie de la communauté ... par exemp (...)

37Il est évident que cette stratégie de promotion écotouristique est fondée sur des intérêts économiques plutôt que naturels et culturels. Toutefois, elle semble apporter des bénéfices divers pour l’institution, les cultures et la nature. Du point de vue économique, l’infrastructure créée et améliorée par le concessionnaire revient à l’UAESPNN une fois achevée la période de concession (figure 3). D’ailleurs, la qualité des services proposés par le concessionnaire fait bénéficier le parc d’un public privilégié, disposé à payer le prix d’entrée exigé par l’État et celui des services locaux. Le concessionnaire doit aussi reverser un pourcentage annuel de ses revenus à l’UAESPNN en guise de loyer. Pour les communautés, ce système favorise une partie des habitants via les emplois proposés en matière de restauration, d’interprétation, de guidage, de transport et de publicité19. De même, il bénéficie à l’économie régionale et nationale par la promotion de la région au niveau international.

Figure 3. Installations du centre de Yewaé (source : auteur, 2010)

Figure 3. Installations du centre de Yewaé (source : auteur, 2010)

38Pour l’environnement naturel, la concession a favorisé la réduction des impacts humains sur les ressources; on observe de même la diminution des pratiques illicites, ainsi que la mise en valeur de certaines espèces, produites du travail entre les fonctionnaires, les chercheurs et les habitants sur le terrain. Du point de vue culturel, ce nouveau système permet la rencontre de différentes cultures, aide à valoriser ou dévaloriser certaines d’entre elles, constitue un facteur de motivation pour les jeunes grâce aux dispositifs de capacitation professionnelle mis en œuvre, et favorise l’apprentissage des langues étrangères.

39À l’inverse, des aspects négatifs ou représentant un risque de conflits à long terme sont à souligner. Au niveau économique, pour le concessionnaire, les bénéfices espérés ne sont pas à la hauteur de ses investissements, surtout si l’on tient compte des retombées économiques générées pour les communautés. En outre, le concessionnaire voudrait obtenir un meilleur pourcentage sur les activités de publicité et de médiation qu’il réalise entre les touristes et les différents acteurs. Il souligne aussi que les carences dans la prestation des services assurées par les communautés « retombent » toujours sur lui, seul responsable aux yeux du touriste. Ce point est délicat pour la cogestion du territoire car, si c’est bien le concessionnaire qui intervient et qui est en contact permanent avec les guides, c’est toutefois le Parc qui lui sert d’intermédiaire, évitant le dialogue et la négociation directe entre eux. Cette dichotomie, instaurée en partie pour prévenir les conflits entre le secteur privé et l’autorité locale, constitue aujourd’hui une source de conflits à moyen terme et traduit un problème de conception de base dans les méthodes de travail et de négociation de la concession.

40Pour les resguardos, il existedeux enjeux fondamentaux : comment faire participer équitablement toutes les communautés du parc ? Et ensuite, comment la concession peut-elle étendre ses bénéfices à la totalité des membres de ces communautés ?  Pour répondre à ces questions, le parc avait déjà proposé un système de « fonds commun »destiné à gérer l’ecotienda artisanale. Ce dispositif financier était supposé bénéficier à l’ensemble des membres des communautés locales, à condition bien sûr qu’une répartition correcte des bénéfices soit faite. Mais les problèmes intercommunautaires de corruption et le manque d’appropriation de l’espace ont limité la répartition des revenus. Aujourd’hui l’ecotienda est le seul espace hors concession à l’intérieur du parc appartenant aux locaux. Pour améliorer la gestion du site et l’efficacité de ces fonds, le concessionnaire choisit la qualité des produits à vendre et les paye directement à chaque communauté, un de leurs membres étant chargé du service de vente. À l’échelle écotouristique, chaque resguardo possède un fonds commun qui dispose de revenus provenant de l’ecotienda et d’un pourcentage prélevé sur le produit de chaque activité écotouristique réalisée par les communautés et les employés du parc. L’objectif est de permettre aux différents acteurs d’améliorer la qualité de l’ensemble des prestations écotouristiques proposées par le parc et les communautés ; mais les problèmes intercommunautaires et de corruption persistent encore et limitent les retombées réelles sur la population.

  • 20  Écotourisme de « qualité » vs écotourisme « traditionnel », moins cher et plus «authentique».
  • 21 Graison, M. (2008), Turismo, residuos sólidos y áreas protegidas. Aproximación al sistema de manejo (...)

41Pour le volet nature, ce sont les projets écotouristiques développés dans les zones de translape et ailleurs qui risquent de devenir à long terme source de nouvelles pressions sur les milieux. Dans une logique de concurrence20 écotouristique auprès du concessionnaire, les habitants de divers resguardos ont décidé de modifier leurs maisons afin de pouvoir accueillir aussi des touristes. Les familles plus « privilégiées » sur le plan social et économique envisagent des structures adaptées à des services tels que la fourniture d’eau et de nourriture, l’installation de douches et de toilettes. Quant aux familles plus modestes, n’ayant pas la possibilité de fournir ce type de services, elles reçoivent les visiteurs dans des conditions « plus rustiques » et évidement, moins chères. Dans tous les cas, l’essor du tourisme dans les resguardos risque donc de poser problème au niveau des infrastructures nécessaires pour les services sanitaires, avec en particulier la question du traitement (et du recyclage) des eaux usées et des déchets, problème aussi présent dans le centre de visiteurs Yewaé21 du PNNA.

  • 22 http://www.elespectador.com/noticias/nacional/articulo-337714-amazonas-parque-nacional-amacayacuest (...)
  • 23 Entretien auprès de monsieur Ivan Vanegas, Concessionnaire (Aviatur).

42De même, l’entretien de l’infrastructure du parc et des nouvelles constructions dans les resguardos exerce une forte pression sur le milieu naturel voisin, le très fort taux d’humidité de l’air et les importantes précipitations22 obligeant le renouvellement continu du bois. Ladministrateur23 du centre de visiteurs Yewaé affirme que 64 % des investissements du concessionnaire sont consacrées aujourd'hui à l'entretien de linfrastructure, logique qui (pour lui) est contradictoire au discours écologique de Parcs nationaux.

  • 24  Entretient fonctionnaire du PNNA, 2010.

43Du point de vue culturel et social, le cas particulier du resguardo de Mocagua et de son intégration aux projets écotouristiques du parc a commencé à diviser la communauté en divers groupes, ce qui risque de conduire à une stratification sociale du resguardo. En conséquence, la multiplication des conflits d’intérêt, des rivalités et des jalousies disloquent les familles et éloignent les habitants de la vie en collectivité. Ce changement de pratiques spatiales semble reproduire les schémas du passé : «…c'est le même schéma que l'on a manié dans d'autres bonanzas, alors l'indigène soumis, pas si évident mais soumis à gagner un paiement et cela génère d'autres dépendances. Et j'ose le dire, qu'ils n'ont pas identifié clairement quels ont été ces impacts et ces traits qui restent encore… »24.

  • 25  Entretien auprès du responsable d’écotourisme du PNNA, 2010.

44Au niveau éducatif nous relevons deux aspects : d’une part, la limitation de l’accès à l’éducation secondaire et supérieure à l’échelle locale et régionale à cause des coûts économiques et de l’éloignement des institutions. Ce handicap limite les opportunités d’étude pour les jeunes, lesquels, s’ils sont intéressés par les activités écotouristiques, peuvent néanmoins se tourner vers les capacitations proposées par le parc et le concessionnaire. D’autre part, les jeunes plus « favorisés » qui souhaitent se rendre dans la capitale pour faire des études supérieures ne se projettent ni dans des activités professionnelles liées au tourisme, ni dans la vie communautaire (Carrol, 2010 : 127). En ce sens, le non-accès à l’éducation et l’éloignement des jeunes semblent peu favorables à l’aboutissement des projets de qualification souhaités par le PNNA : « En dix ans de concession au moins deux promotions de jeunes doivent déjà sortir formées, mais les communautés sont restées endormies, ça fait déjà cinq ans, quelques jeunes étudient, mais ne répondant pas comme on l’avait souhaité au début»25.Quant à la professionnalisation, une question récurrente se pose: si l’objectif des jeunes formés n’est pas de retourner à la communauté ni de travailler dans l’écotourisme, qui sera susceptible de prendre en charge la gestion du Parc une fois achevée la période de concession de dix ans ?

45Sur le plan du tourisme, trois points méritent attention. En premier lieu, nous observons l’essor aux dépens d’un tourisme national d’un tourisme étranger, plus avantageux sur le plan des retombées économiques pour le concessionnaire, le parc et les communautés. En deuxième lieu, nous relevons la question de la dévalorisation du tourisme éducatif et social, piliers fondamentaux de la gestion de parcs nationaux colombiens depuis l'administration de l'INDERENA. À ce sujet, la convention entre le PNNA et le concessionnaire envisageait de promouvoir un tourisme plus « social » en direction d’un public « modeste » de Bogotá et de Leticia, ainsi que pour des communautés frontalières de Tabatinga au Brésil et de Caballo Cocha au Pérou ; mais la mise en place de ce programme demeure encore du domaine du projet. Enfin, on relève l’apparition de divers types de tourisme de loisirs et de « l’extrême » dans la région. D’un côté, les acteurs ont identifié un type de « touriste-sauvage », souvent étranger, intéressé par une expérience « réelle » du territoire, comme la chasse d’animaux exotiques, des nuits en forêt, la capture d’anacondas, la pêche de piranhas ou encore des repas à base d’animaux sauvages (viande de singe, caïman, tortue, entre autres). D’un autre côté, il existe désormais un type de « touriste-excentrique », de nationalité étrangère également, qui cherche à pénétrer seul en forêt, à goûter à des plantes hallucinogènes dans les resguardos et à acheter de la drogue. Cet aspect ne sera pas développé ici car il mérite une réflexion plus particulière sur l’apparition de ce qu’on pourra appeler le « narco-tourisme » ; ce dernier revêt aujourd’hui une importance croissante dans différentes régions du pays à cause d’une demande étrangère en constante augmentation. Au final, certains fonctionnaires ont exprimé leurs préoccupations quant au risque d’apparition d’un tourisme sexuel dans les resguardos, activité qui semble être bien présente à Iquitos et Tabatingaet qui, comme dans d’autres exemples par ailleurs clairement mis en évidence (Michel, 2006), risque de devenir une activité parallèle à celle du tourisme dans des territoires pauvres abritant une population jeune importante.

46En cela, nous sommes bien en face du débat « classique » que soulève tout projet  touristique dans des territoires autochtones.

Conclusion

47La Colombie a misé sur un projet national d’écotourisme au niveau international à travers le modèle de concession des services écotouristiques au profit du secteur privé. D’après les principes de développement durable, les objectifs principaux de ce nouveau système de gestion visent le développement économique des communautés partageant le territoire du parc et de ses zones d’amortiguation, la réduction des pressions humaines sur les ressources, et la formation des jeunes à l’écotourisme pour qu’ils puissent reprendre la direction du parc une fois arrivée à échéance la concession

48Cependant, pour répondre à notre interrogation initiale qui était de savoir quels sont les avantages et les limites réels du modèle de la concession sur les patrimoines et les territoires ?, on peut retenir les observations suivantes :

491. Le développement économique des territoires amazoniens n’est pas pleinement compatible avec la sauvegarde du patrimoine culturel. Plus une communauté s’éloigne de sa culture, plus elle s’investit dans le développement de l’écotourisme (Martinez, 1994). En ce sens, les alternatives économiques proposées aujourd’hui au nom du développement durable dans ces territoires hétérogènes accélèrent le processus d’acculturation ; elles sont limitées aux résultats quantitatifs sur les territoires (ce qui risque une nouvelle bonanza sur le territoire) et ne prennent suffisamment en compte, ni la dimension culturelle des divers peuples locaux, ni les répercussions du modèle sur les cultures à long terme. À l’échelle du PNNA, les communautés occupant des zones superposées reflètent bien ces différences.

502. Pour que le modèle de concession du PNNA soit réellement efficace, nous estimons qu’il est indispensable que l’État national réinvestisse l’échelon local en tant qu’accompagnateur majeur des processus mis en place par le parc et le concessionnaire. À cet effet, il convient de faciliter l’accessibilité des communautés au parc, d’accroître le personnel de l’UAESPNN dans les zones superposées, d’améliorer les conditions éducatives des communautés et leur formation supérieure, de favoriser la construction d’infrastructures sanitaires « efficaces » dans les resguardos, et de promouvoir en direction des enfants, entre autres, la redécouverte des cultures locales. Mais à l’échelle de l’Amazonie colombienne, l’avenir semble déjà avoir misé sur l’économie du tourisme et non sur cette valorisation des cultures.

  • 26  Berdoulay, V. et O. Soubeyran (2012). Adaptation aux changements climatiques et pratiques réflexiv (...)
  • 27  Di castri, F. (2005). Le développement comme stratégie d'adaptation au changement: nouvelles persp (...)

513. Le système de gestion participative du PNNA montre des faiblesses importantes au niveau de la médiation et de la négociation territoriales. Nous considérons donc pertinent de réfléchir à la dimension adaptative26 de l'aménagement et du développement durable27, car elle peut bénéficier à la gestion partagée des territoires superposés en réduisant les contraintes aujourd’hui existantes. On peut en effet penser que ce type de gestion vise à la réduction durable des enjeux de gestion et de gouvernance ; cet objectif peut être rendu possible par la remise en question des politiques passées et présentes, et par leur réorganisation conceptuelle constante en relation avec les besoins contemporaines propres aux contextes naturels et culturels considérés. Ainsi, la recherche de nouveaux mécanismes et outils d’action en partenariat serait de nature à susciter une meilleure harmonisation des projets de gestion territoriale, favorisant ainsi le mouvement de cogestion.

52Au final, nous défendons l’idée selon laquelle le modèle de concession tel qu’il est appliqué aujourd’hui dans le PNNA favorise à l’échelle territoriale un développement économique accéléré mais déséquilibré. Dans les faits, il n’encourage que peu la conservation des patrimoines naturel et culturel, toujours menacés à ce jour.

Haut de page

Bibliographie

Berdoulay, V. et O. Soubeyran (2012). « Adaptation au changement climatique et pratique réflexives en aménagement », Espace géographique, 41(4), sous presse.

Boya, M. (2006). « Des stratégies intégrées durables : savoir écologique traditionnel et gestion adaptative des espaces et des ressources », Vertigo, 2 : 1-8.

Carrol, I. (2010). Turismo y conservación en la Amazonia colombiana, Leticia, Universidad Nacional de Colombia.

Carrol, I. (2012). ¿Reconstruyendo el noble salvaje? Turismo y conservación en la Amazonia Colombiana, URL, <http://ivancarrolljaner.wordpress.com/2012/03/19/noblesalvaje/>.

Di castri, F. (2005). « Le développement comme stratégie d'adaptation au changement: nouvelles perspectives opérationnelles », Revue liaison énergie francophonie, 96 : 17-24.

Feijoo, M. (1994). « Gestión de parques nacionales en Colombia, asuntos indígenas y el Parque Nacional Amacayacu », Eria : 49-61.

Gonzales, D. (2000). « Cocaïne, déforestation et sécurité alimentaire en Amazonie colombienne », Revue Unasylva - Forêts, sécurité alimentaire et moyens de subsistance durables, n°202, URL, <http://www.fao.org/docrep/x7273f/x7273f00.htm>.

Graison, M. (2008). Turismo, residuos sólidos y áreas protegidas. Aproximación al sistema de manejo de residuos sólidos en el centro de visitantes Yewaé del Parque Nacional Natural Amacayacu, Universidad Nacional de Colombia, sede Leticia.

León, E. et J. Cortez (2007). « Comunidades indígenas: ¿víctimas pasivas o agentes reflexivos frente al ecoturismo? Algunas consideraciones a partir de un proceso de intervención en el Trapecio Amazónico », Revista Trabajo social 9 :75-87, Bogotá,Universidad Nacional de Colombia.

Michel, F. (2006). « Vers un tourisme sexuel de masse? », Le Monde Diplomatique, août 2006, consulté le 15 décembre 2010.

Parques Nacionales Naturales de Colombia (2007). Programa Ecoturístico del PNN Amacayacu y de las comunidades indígenas de SanMartín de Amacayacu, Palmeras, Mocagua, Macedonia, El Vergel y Zaragoza. Programa Gavilán Tatatao, Leticia.

Universidad Nacional de Colombia (2007). Memorias del I° foro de evaluación de dos años de concesión de los servicios ecoturisticos en el Parque Nacional Amacayacu, Leticia.

Vieco, J. (2010). « Planes de desarrollo y planes de vida: ¿Diálogo de saberes? », Mundo Amazonico 1: 135-160.

Haut de page

Notes

1 http://www.parquesnacionales.gov.co

2 Périodes de fortune, d’argent « facile », souvent liées à des dynamiques d’esclavage.

3  Réserve amérindienne :C'est une superficie de terrain délimitée, non cultivée, occupée par une ou plusieurs communautés amérindiennes, qui leur est légalement assignée par l'INCORA [l'Institut Colombien de la Réforme Agraire] pour qu'elles y exercent les droits d'usage et d'usufruit. (Ministerio de gobierno 1989 : 186 ; Décret 2164/95).

4  Resguardo amérindien :C'est une institution légale et sociopolitique de caractère spécial, façonnée par une communauté ou un groupe amérindien, qui par leur titre de propriété attestant de leur possession, sont légitimes à tout ce qui relève de la gouvernance et de la vie interne à la communauté. Ce dispositif garantit une organisation adaptée au droit local amérindien ainsi qu'à ses règles et ses traditions culturelles (Décret 2001, Art.2/88).

5 CONPES 3397/2005.

6 Le concept de concession est mentionné officiellement depuis 1977, mais ce n’est qu’en 2005 qu’il est appliqué à un projet de tourisme d’échelle nationale : «… déterminer les aires et les biens naturels protégés qui puissent avoir une utilisation touristique, les règles auxquelles les accords et les concessions doivent se tenir ainsi que les usages compatibles avec ces mêmes biens ». Art 5, 34. Loi 99 de 1993.

7 Génocide d’Amérindiens, guerres interethniques découlant de la traite esclavagiste, conflit armé avec le Pérou (1932), déplacement forcé des populations amérindiennes colombiennes vers le Pérou, et en conséquence, un territoire amazonien vide et dévasté.

[http://www.banrepcultural.org/blaavirtual/revistas/credencial/octubre2011/la-fiebre-del-caucho-encolombia].

8 Gonzales, D. (2000). Cocaïne, déforestation et sécurité alimentaire en Amazonie colombienne. Revue Unasylva - Forêts, sécurité alimentaire et moyens de subsistance durables, n°202.

9 «... les formations et les projets de sensibilisation dirigés par le parc [INDERENA] ont fait émerger un sentiment de culpabilité chez les Amérindiens, à cause du manque d'animaux (sauvages) et de bois [qu'ils ont chassé et coupé] » (Carrol:2010)

10 Grâce à sa fondation Maikuchiga (Histoire de singes), elle travaille au sauvetage de singes rescapés du trafic illégal d’animaux, en collaboration avec les communautés amérindiennes - http://maikuchiga.org.

11 Parcours d’éducation et de sensibilisation à l’environnement à travers l’observation des singes.

12 Entretien auprès d’un fonctionnaire PNNA, 2010.

13 Universidad Nacional de Colombia-Sede Leticia (2007). Memorias del I° foro de evaluación de dos años de concesión de los servicios ecoturisticos en el Parque Nacional Amacayacu. Leticia.

14  Vieco Juan José, (2010), Planes de desarrollo y planes de vida: ¿Diálogo de saberes?, Mundo Amazonico 1 : 135-160.

15  Parques Nacionales Naturales de Colombia (2007). “Programa Ecoturístico del PNN Amacayacu y de las comunidades indígenas de San Martín de Amacayacu, Palmeras, Mocagua, Macedonia, El Vergel y Zaragoza. Programa Gavilán Tatatao”. Sede Leticia PNNA.

16  Au total, 44 accords pour les communautés, 13 pour le PNNA et 12 pour le concessionnaire.

17  Sylvie B, et L. Alain (2007). « Le tourisme autochtone : un lieu d’expression privilégié pour des formes innovantes de solidarité », Téoros, n°26-3, URL, <http://teoros.revues.org/1048>

18  « Les communautés prennent aussi, de jour en jour, plus clairement conscience du fait qu’un accueil bien pensé, planifié et autogéré peut devenir un outil de reconquête et de réappropriation culturelles et un levier de revendications territoriales » (Zeppler, 2006).

19  «... le tourisme est une bonanza qui profite seulement à une partie de la communauté ... par exemple, la troisième partie, ou plus, de tout ce qu’on vend ici en un an, la communauté le gagne seulement avec l’écotourisme, seulement avec ça... » . Entretien auprès de l’administrateur de la concession.

20  Écotourisme de « qualité » vs écotourisme « traditionnel », moins cher et plus «authentique».

21 Graison, M. (2008), Turismo, residuos sólidos y áreas protegidas. Aproximación al sistema de manejo de residuos sólidos en el centro de visitantes Yewaé del Parque Nacional Natural Amacayacu. Universidad Nacional de Colombia, sede Leticia.

22 http://www.elespectador.com/noticias/nacional/articulo-337714-amazonas-parque-nacional-amacayacuesta-

inundado-invierno.

23 Entretien auprès de monsieur Ivan Vanegas, Concessionnaire (Aviatur).

24  Entretient fonctionnaire du PNNA, 2010.

25  Entretien auprès du responsable d’écotourisme du PNNA, 2010.

26  Berdoulay, V. et O. Soubeyran (2012). Adaptation aux changements climatiques et pratiques réflexives en aménagement. Espace géographique, 41(4), sous presse.

27  Di castri, F. (2005). Le développement comme stratégie d'adaptation au changement: nouvelles perspectives oppérationnelles. Revue liaison énergie francophonie, 96 : 17-24.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation du Parc national naturel Amacayacu en Colombie
Crédits Source : http://www.parquesnacionales.gov.co
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5414/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 2. Resguardos et communautés faisant partie du Parc national naturel Amacayacu
Crédits Source : Martinez 1994.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5414/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 3. Installations du centre de Yewaé (source : auteur, 2010)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5414/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mara Sierra Jiménez et Jean-Yves Puyo, « L’intégration du secteur privé dans l’exploitation écotouristique des parcs nationaux colombiens. L’exemple du Parc amazonien Amacayacu », Études caribéennes [En ligne], 20 | Décembre 2011, mis en ligne le 28 juin 2013, consulté le 28 août 2016. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/5414 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.5414

Haut de page

Auteurs

Mara Sierra Jiménez

Doctorante en géographie et aménagement, laboratoire SET UMR 5603, Université de Pau et des Pays de l’Adour, marakanika22@yahoo.fr.

Jean-Yves Puyo

 Géographe, professeur des universités, laboratoire SET UMR 5603, Université de Pau et des Pays de l’Adour, jean-yves.puyo@univ-pau.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org