Navigation – Plan du site
Tourisme, culture(s) et attractivité des territoires

Patrimoine marin caribéen et perspectives écotouristiques : vers un développement durable des petites îles ?

Heritage Caribbean Sea and Ecotourism Opportunities: Towards a Sustainable Development of Small Island?
Dominique Augier

Résumés

La mer des Caraïbes abrite une diversité de biotopes littoraux qui favorisent l’installation de trois écosystèmes - les récifs coralliens, les mangroves et les herbiers – riches et complexes. On y trouve également d’autres formations uniques tels les stromatolithes ou les trous bleus. Des conditions climatiques et océanographiques homogènes permettent à l’ensemble du bassin Caraïbe de constituer une unité sur les plans floristique et faunistique. Cette unité n’exclut pas une diversité biologique exceptionnelle avec notamment des espèces endémiques à la zone ; ce qui confère aux côtes des pays caribéens un intérêt écologique, paysager et scientifique certain. La reconnaissance sur le plan international et régional de l’importance de la Mer des Caraïbes mais aussi de sa fragilité a permis au milieu marin caribéen d’acquérir son statut de patrimoine naturel.
En plus des services écosystémiques qu’elle rend (ressources halieutiques, protection des littoraux…), la Mer des Caraïbes constitue un atout indéniable dans le cadre du développement touristique de la zone aussi bien par le balnéaire que, plus récemment, par l’écotourisme. Ce dernier s’appuie généralement sur des aires marines protégées et doit permettre un développement durable des îles.
A partir d’une étude de cas, le parc marin de Saba, l’objectif de cette étude est d’analyser les rapports entre patrimoine naturel marin et l’écotourisme, ainsi que les impacts économiques, sociaux et environnementaux de la mise en valeur de ces ressources.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Considérée comme le cœur de la biodiversité de l’Atlantique (Huggins et al. 2007; Standing et al. 2001), la Mer des Caraïbes abrite une grande diversité biologique (plus de 1 400 espèces de poissons, plus de 60 de coraux, 45 de crevettes et 30 de cétacés…) qui s’exprime dans différents types d’écosystèmes comme les récifs coralliens, les mangroves, les herbiers, les stromatolithes ou les trous bleus. Ces espaces marins et les richesses qu’ils accueillent, d’un intérêt écologique, paysager et scientifique indéniable, constituent un potentiel économique dans plusieurs domaines notamment le tourisme. Effectivement, dès les années 1970, suite au déclin des économies de plantation, les pays caribéens se sont appuyés sur l’image de « paradis insulaires » qu’offrent leurs paysages de plage de sable blanc et de lagons aux eaux turquoises regorgeant d’une faune et d’une flore multicolores pour développer des activités touristiques balnéaires.

2Mais, l’essor du tourisme de masse dans la région, caractérisé par une concentration croissante des flux et des infrastructures hôtelières sur quelques secteurs restreints, correspondants plus ou moins à l’image véhiculée, dans l’imaginaire du consommateur, par le triptyque mer-soleil-plage, s’est souvent accompagné de dégradations, parfois irrémédiables, sur l’environnement marin (Ellison et al., 1996 ; Spalding et al., 2001 ; Burke et al., 2004; Desse et al., 2005 ; Spalding et al., 2010). De plus, malgré de bons résultats, — une croissance moyenne annuelle de 7% des revenus touristiques depuis 1990 atteignant 19,2 milliards de dollars US en 2005 pour l’ensemble de l’espace caribéen (OMT, 2005) – les retombées locales se sont avérées faibles à cause des niveaux anormalement élevés de fuites de recettes (Cazes, 1992 ; Wilkinson, 1987 ; Pattullo, 1996). La valorisation touristique de ces îles s’est donc réalisée à partir de leurs ressources marines mais avec une très faible prise en compte de leur aspect patrimonial et sans réelle implication des habitants.

3La reconnaissance sur le plan régional et international de l’importance de la Mer des Caraïbes mais aussi de sa fragilité (voir Convention de Carthagène, 1983) a permis au milieu marin caribéen d’acquérir son statut de patrimoine naturel c’est-à-dire un véritable bien commun pour l’ensemble des pays et des territoires de la Caraïbe qui reconnaissent son rôle majeur dans le développement de la région. Les pouvoirs publics préconisent l’utilisation de façon durable et la sauvegarde de ses richesses, notamment avec la mise en place d’outil telles que les aires marines protégées. Ces dernières sont des espaces réservés pour la préservation des espèces menacées ou des sites d’une exceptionnelle beauté.

4Dans le contexte caribéen très favorable au tourisme, il semble difficile de dissocier la valorisation et la protection du patrimoine du développement touristique des territoires. Les Etats caribéens ont dû réfléchir à de nouvelles stratégies touristiques mieux adaptées aux milieux et aux sociétés d’accueil. Ils se tournent généralement vers le développement de l’écotourisme qui semble répondre aux préoccupations environnementales, économiques et sociétales posées par le tourisme balnéaire. Les activités écotouristiques sont en effet conçues de manière à s’inscrire dans une perspective de développement durable (voir Cabellos-Lascurain, 1993 ; Ziffer, 1989 ; Scace et al., 1992 ; Goodwin, 1996 ; Lequin, 2001 et Gagnon, 2006).

5Dans le cadre de cette étude, nous nous intéresserons plus particulièrement à Saba, qui apparaît comme un véritable micro-laboratoire, où valorisation et gestion durable des ressources marines s’associent à travers la création d’un Parc marin et le développement d’une industrie de plongée. L’objectif est d’analyser la viabilité du projet, le rôle des différents acteurs et de s’interroger sur les formes d’appropriation du patrimoine marin de l’île.

1. Saba, « The Unspoilt Queen »

1.1. Contexte socio-économique de Saba

6Située à l’extrême nord-ouest de l’arc des Petites Antilles, l’île de Saba est la plus petite des iles néerlandaises de la Caraïbe (Curaçao, Bonaire, Saint Martin et Saint Eustache) avec une superficie d’environ 13 km2. Cette île volcanique est marquée par une topographie accentuée, protégée par une épaisse forêt tropicale qui contraste avec le littoral formé de falaises abruptes et très découpées (figure 1 et photographie 1). Elle est restée pendant longtemps isolée du reste du monde par manque d’infrastructures. L’île est traversée par une seule artère principale, The Road, qui n’a été terminée que dans les années 1960. Elle relie l’aéroport situé au nord-est de l’île, dont la construction s’est achevée en 1963, au port, au sud-ouest, en passant par l’ensemble des villages. Ce n’est qu’en 1972 qu’une jetée fut construite pour les bateaux de pêche mais surtout pour permettre aux voiliers, aux petits navires de croisières, aux bateaux de plongée et aux ferrys en provenance de Saint-Martin d’accoster (Buchan, Framhein et al.).

7En 2004, Saba comptait 1 424 habitants répartis dans quatre villages The Bottom, la capitale (photographie 2), Windwarside, Hell’s Gate et Saint John. Cette ancienne colonie néerlandaise s’engagea, conformément au modèle colonial, dans le commerce de la canne à sucre, du tabac, de l’indigo et des épices et ce, en dépit des contraintes topographiques de l’intérieur de l’île qui rendaient difficile l’installation des cultures et de l’absence d’espaces côtiers accueillants. Malgré le dynamisme de son économie, l’île a été incapable de maintenir sa capacité de production, qui déclina vers le milieu du XIXe siècle. A la même période, Saba se lança également dans l’exportation de broderie, confectionnée par les femmes. En 1928, cette industrie artisanale a rapporté près de 15 000 $ US (Office du tourisme de Saba). Elle constitue encore un soutien financier pour de nombreuses familles.

8Par la suite, bien que la logistique liée aux communications, les frais de port et le manque de personnel local aient limité l’implantation de nouvelles activités, quelques entreprises sont venues s’installer à Saba : trois opérateurs de plongée, qui ont recours à du personnel étranger qualifié, une entreprise américaine de distribution de produits alimentaires, dont le propriétaire souhaitait vivre à Saba et une entreprise d’exportation de sable et de roches. En 1993, l'école universitaire de médecine de Saba fut fondée en accord avec les Pays-Bas par des Américains expatriés. En période scolaire, 300 élèves et professeurs séjournent dans cette école (la plus grande de Saba) qui constitue aussi le premier centre de soin de l'île. Cet afflux de personnes sur l’île a bien évidemment dynamisé le secteur de la construction et a permis d’améliorer les communications et les services publics et a augmenté les revenus des habitants qui font de la location d’hébergements ainsi que ceux des commerçants.

9Aujourd’hui, l’économie repose essentiellement sur deux secteurs : le secteur public et le tourisme (Buchan, Framhein et al.) qui emploient respectivement deux tiers et un quart de la force de travail de Saba (600 personnes soit un peu moins de la moitié de la population totale). Selon Framhein (1996), le tourisme participe à hauteur de 30% au PIB de Saba. En 2009, l’île accueillait 23 680 touristes. Environ 30% des visiteurs ont rejoint Saba par avion (il faut préciser que la piste d’atterrissage est l’une des plus courtes au monde et seuls trois modèles d’avions sont autorisés à l’utiliser), les 70% restants sont arrivés par voie maritime dont 49,4% par les navettes reliant l’île à Saint-Martin et un peu plus de 18% par petits bateaux de croisière (les infrastructures étant modeste, elles ne peuvent accueillir que des bateaux d’une capacité maximum de 100 à 150 passagers) ou par voiliers.

10La tendance générale entre les années 1960 et 1990 montre une augmentation du nombre d’arrivées de visiteurs avec en 1994 près de 29 000 touristes. Depuis, l’île n’a pas pu retrouver un tel niveau d’affluence et ses résultats ont beaucoup fluctué ces deux dernières décennies, surtout à cause d’évènements extérieurs (attentat de 2001, cyclones…). Toutefois après trois années consécutives de baisse, l’année 2009 montre des signes encourageants de reprise (plus 16,9% par rapport à 2008). Les chiffres restent modestes par rapport aux autres pays de la Caraïbe puisqu’ils représentent moins de 1% des arrivées de la région. Mais, le gouvernement de Saba souhaite continuer à développer le tourisme, qui constitue pour l’île un moyen de diversifier son économie. Faute d’atouts nécessaires pour le tourisme balnéaire, Saba s’est positionnée sur le créneau de l’écotourisme.

Figure 1. Organisation du territoire de Saba

Figure 1. Organisation du territoire de Saba

Photographie 1. L’île de Saba

Photographie 1. L’île de Saba

Source : Auteur, 2011

Photographie 2. The Bottom, la capitale de Saba

Photographie 2. The Bottom, la capitale de Saba

Source : Auteur, 2011

1.2. Le patrimoine marin de Saba, un atout pour le développement de l’écotourisme

11L’île de Saba ne correspond pas du tout à l’image idyllique des destinations caribéennes vendue aux touristes. Bien que la plupart des îles des Petites Antilles possèdent des anses et des baies abritant des plages de sable blanc, très recherchées par l’activité balnéaire (les Iles Vierges, Saint-Martin, Les Grenadines, Tobago), les côtes des îles volcaniques en sont souvent dépourvues (Saint-Vincent, Trinidad). C’est le cas de Saba, dont le littoral est principalement constitué de falaises excepté dans deux secteurs où la route vient à la rencontre de la mer (Wells Bay et Fort Bay) et dans une petite zone en pente douce près de Giles Quarter, sur la côte sud. La topographie a donc empêché tout développement côtier et aucune activité balnéaire ne s’y est établie.

12Pour développer le tourisme, Saba a donc mis l’accent sur le patrimoine naturel (figure 2) resté quasiment « vierge » qui a subi peu de pressions : les infrastructures réduites et le faible nombre d’habitants permettent de conserver les milieux naturels dans un bon état de santé (Burke et al., 2004 ; Spalding, 2004 ; Spalding et al., 2010). L’île tente ainsi de se démarquer en personnalisant son offre dans un contexte régional et international très concurrentiel.

13Les espaces forestiers (savane, forêt sèche, forêt humide) sont un des atouts touristiques de Saba. Ils recouvrent la quasi-totalité de ses mornes et on peut les découvrir le long d’un réseau de chemins de randonnée qui jalonnent toute l’île. Ils abritent une diversité faunistique et floristique typique des forêts tropicales (palmiers, orchidées, acajous, sucriers…) et quelques espèces endémiques à l’île (Anolis Sabanus, Alsophis Rufiventrus de la famille des couleuvres).

14Mais la destination met surtout en avant la beauté et la richesse de ses fonds marins. En effet, ces derniers proposent un spectacle étonnant : mis à part une petite zone au sud près de Giles Quarter, il n’y a pas de véritable structures récifales autour de Saba, mais la zone sous-marine est constituée de gros rochers volcaniques, de coulées de lave et de surplombs dont la plupart ont été recouverts par des coraux, des éponges et des algues (Spalding, 2004). Les plongeurs peuvent également découvrir d’autres formations naturelles tels que les « pinacles », sorte de pics sous-marins. Situés à environ un kilomètre au large de la côte ouest, ils ont été formés par l’activité volcanique et s’élèvent à 30 m de profondeur, et sont couverts de coraux, d’éponges et autres invertébrés. La zone sous-marine de Ladder Bay quant à elle, abrite un labyrinthe naturel créé par l'écoulement de lave. Les fonds marins de Saba offrent d’autres attractions comme des grottes sous-marines, des tunnels, des sources d’eau chaude et des murs de pierre (Spalding, 2004). La zone côtière et l’espace marin jusqu’à 60 m de profondeur sont protégés et gérés par le Parc Marin de Saba.

15A environ six kilomètres au sud de l’île, au milieu des eaux océaniques profondes, se trouve une vaste zone, Saba Bank, d’environ 2 000 km2 (figure 2) dont la profondeur ne dépasse pas 50 m. Une large portion de cet atoll, le plus grand de l’Océan Atlantique (McKenna et Etnoyer, 2010) abrite de larges récifs coralliens et le reste du banc est colonisé par plusieurs espèces d’éponges, de coraux, de gorgones et d’algues. Pour l’instant, bien que peu utilisé par l’activité touristique, il constitue un lieu privilégié pour la plongée sous-marine et un atout supplémentaire pour attirer les touristes à Saba, et ce d’autant plus que le 2 octobre 2010 (Hoetjes, 2010), un décret déclare le Saba Bank, zone protégée et que des études sont en cours afin de mieux connaître la zone et sa biodiversité (Hoetjes, 2010 ; Hoetjes et al., 2010).

16Beaucoup d'espèces différentes habitent ces fonds marins : des poissons perroquets, des barracudas, des vivaneaux, des mérous, des chirurgiens bleus (Acanthurus coeruleus) et des balistes noirs (Melichthys niger) s’y côtoient. On peut également y observer des raies aigle, des raies mantas, des requins taureau, des requins nourrice et même des tortues (Spalding, 2004).

17Forte de ses fonds marins d’exception et des richesses qu’ils abritent, Saba s’affiche comme une des destinations phares de l’écotourisme marin. Avec vingt-six sites de plongées et trois opérateurs, Saba Deep, Sea Saba, et Saba Divers, l’île est totalement dédiée à la pratique de la plongée sous-marine.

Figure 2. Ressources et aménagement touristiques de Saba

Figure 2. Ressources et aménagement touristiques de Saba

1.3. La patrimonialisation pour une meilleure gestion et valorisation des ressources marines

18Malgré le potentiel que constituaient les fonds marins de l’île, jusqu’en 1981, seuls quelques hommes d’affaires américains venaient y faire de la plongée et un unique centre de plongée avait été créé (Buchan et al., 1997). L’activité touristique s’est installée petit à petit : les premiers temps, la plupart des visiteurs étaient des excursionnistes en provenance de Saint-Martin qui faisaient le tour de l’île dans la journée. La renommée des richesses sous-marines de Saba s’étant répandue progressivement, le nombre de touristes, notamment ceux pratiquant la plongée, a augmenté.

19Confronté à un petit marché intérieur, aux difficultés de trouver des alternatives et à l'incapacité de capturer des économies d'échelle dans l'industrie, l’éducation, la santé, et autres domaines (caractéristiques des économies des Petits Etats Insulaires en Développement), le gouvernement de Saba a vu dans l’émergence de l’industrie de plongée sur son territoire au début des années 1980, un moyen de diversification économique. Conscient de l’importance de préserver les ressources marines de l’île, le gouvernement est entré dans un processus de patrimonialisation des fonds marins qui a donné naissance au Parc Marin de Saba. Fait étonnant, ce dernier a été créé avant même qu’il n’y ait de dommages observés sur les milieux.

20La présence du Parc est la gageure d’un écotourisme marin de qualité. Au-delà du discours officiel de faire du tourisme durable, le développement du secteur de la plongée est une préoccupation économique, le tourisme générant actuellement plus de revenus que tous les autres secteurs. Or, l’un des objectifs de l’écotourisme est la participation des communautés locales dans la prise de décision mais, surtout dans l’activité elle-même en créant des emplois spécifiques qualifiés (Lequin, 2001) ou de nouvelles activités rémunératrices (artisanat, restauration, hébergement…). En offrant plus de débouchés et en favorisant des retombées financières effectives pour les populations locales, on peut penser que le gouvernement essaie ainsi de maintenir voire d’attirer de nouveaux habitants.

21La patrimonialisation et la mise en valeur des ressources marines permettent-elles un développement durable de l’île ? Les démarches et les processus amorcés correspondent-ils aux attentes des pouvoirs publics et des populations ? Il s’agit à travers de cette étude de cas d’examiner les processus de mise en œuvre de ces activités, d’en voir les limites et les enseignements.

2. Le Parc Marin de Saba, symbole de la patrimonialisation des ressources

2.1. Les Parcs marins des Antilles néerlandaises : un modèle de gestion du patrimoine naturel

22Dès les années 1970, les Antilles néerlandaises comprennent que la pérennité de leurs recettes touristiques dépend largement de la qualité de leur environnement naturel, une grande partie de leur tourisme se basant sur leurs ressources naturelles (climat, plage, fonds marins…). A cette époque déjà émane du gouvernement central une proposition de création d’un parc marin à Curaçao. Il faudra attendre une décennie pour voir la mise en place effective du premier Parc marin à Bonaire, suivi par celui de Saba et de Curaçao. Ils auront des fortunes diverses : réussite pour les deux premiers et quasi échec pour le dernier-né.

23Quoi qu’il en soit l’analyse de ces expériences permet de mettre en évidence un modèle de gestion du patrimoine marin qui repose sur cinq principes : tout d’abord, il faut un cadre juridique qui définit la réglementation pour la protection des ressources naturelles (interdictions et autorisations d’exploitation) et fixe les droits d’entrée. Cela permet de conférer au Parc marin un droit de sanction en cas de non-respect du règlement et de légitimer ses actions. Deuxièmement, le partenariat avec une organisation non gouvernementale (ONG) : beaucoup moins bureaucratique que les administrations des gouvernements, l’expertise des ONG en matière de gestion du patrimoine (naturel, culturel, industriel…) est reconnue. Il est plus facile pour ce type d’institution de faire appel à un groupe plus important de bailleurs de fonds et leur présence peut également garantir que les revenus générés bénéficient à l’aire protégée elle-même plutôt que de disparaître dans la trésorerie générale et utiliser pour d’autres projets. Troisièmement, l’autofinancement de la structure : il s’agit de trouver des alternatives de financement dès la création du Parc marin, car il est utopique de croire que les gouvernements des pays en développement puissent, à l’avenir, allouer davantage de subventions aux aires protégées et à la protection du patrimoine. Ensuite, le quatrième principe est celui du découpage en zones dans lesquels un certain nombre d’usages sont autorisés ou interdits. Enfin, la participation et la consultation du public dans la mise en œuvre de la législation car son succès dépend de l’appropriation du projet par les communautés locales.

2.2. La patrimonialisation des ressources marines comme gage de qualité touristique

24Avant la création du Parc, le secteur privé c’est-à-dire les pêcheurs locaux et les centres de plongée avaient déjà mis en place des actions pour protéger les récifs d’éventuels dommages et pérenniser l’activité de plongée ; ils avaient déjà pris conscience de la valeur patrimoniale des ressources marines pour l’île. D’un commun accord, ils ont établi un zonage informel de la zone marine, interdisant la pêche dans certains secteurs privilégiés de plongée et ils ont installés des corps-morts fabriqués à partir de blocs ou de grandes ancres abandonnées sur les sites les plus fréquentés (Van’t Hof, 1991 ; Buchan et al., 1997 ; Office du tourisme de Saba).

25En 1984, au vu du dynamisme et du succès du tourisme de plongée, le gouvernement central des Antilles Néerlandaises, par l’intermédiaire du ministère des affaires économiques, suggéra le développement de l’activité comme un moyen de soutenir l’économie de Saba. Le gouvernement de l’île accepta cette proposition mais émit des réserves quant aux éventuels impacts de cette dernière sur l’environnement marin.

26En réponse à ces inquiétudes, plusieurs enquêtes ont été menées pour évaluer le potentiel économique du tourisme de plongée et la faisabilité d’un tel développement, à la demande des deux gouvernements et de la fondation privée à but non lucratif, STINAPA, chargée du développement et de la gestion des parcs dans les Antilles néerlandaises. A l’issue des enquêtes, l’idée de créer un parc marin fut proposée (Van’t Hof, 1991), d’autant plus qu’il était déjà possible de tirer un certain nombre d’enseignements de l’expérience du Parc Marin de Bonaire, débutée cinq ans auparavant, et qui montrait d’assez bons résultats sur l’alliance entre le développement de l’industrie de plongée et la conservation des ressources.

27La proposition fut soumise au Conseil exécutif de Saba en 1985 qui l’approuva. Le projet de création du Parc Marin de Saba (PMS) n’a pu débuter qu’en octobre 1986, lorsque le financement intégral de l’opération fut trouvée auprès de quatre partenaires : le World Wildlife Fund-Pays-Bas, le Prince Bernhard Fund, le ministère des affaires des Antilles néerlandaises et d’Aruba, et le gouvernement local. Toujours au regard de l’expérience du Parc Marin de Bonaire, les financeurs ont fixé comme condition à leur soutien, l’obligation d’instaurer le paiement d’une taxe par les visiteurs du PMS.

Figure 3. Le processus de patrimonialisation des ressources marines de Saba

Figure 3. Le processus de patrimonialisation des ressources marines de Saba
  • 1 On trouve une chambre hyperbare sur l’île. Elle est détenue et exploitée par le Parc Marin de Saba (...)

28Le projet fut achevé en 1987 et la gestion de la structure déléguée à la Saba Conservation Foundation (SCF) en avril 1990. Cette dernière a également en charge les sites naturels forestiers de l’île et son centre hyperbare1.

  • 2 Ce sont des petits bateaux de croisière consacrés à la plongée sous-marine.

29Durant la période transitoire, entre 1984 et 1987, des actions ont continué à être menées : l’installation de mouillages permanents, l’établissement d’une cartographie, l’achat d’un camion et d’un bateau ainsi que l’édition d’une documentation pédagogique. Les activités proposées se sont également diversifiées avec l’arrivée de «live-aboards»2.

30Le Marine Environment Ordinance qui établit le Parc Marin de Saba, précise que ce dernier s’étend de la ligne des hautes mers jusqu’à une profondeur de 60 mètres tout autour de l’île ainsi que deux montagnes sous-marines à l’ouest de l’île (article 1). Au total, le parc couvre environ 1 300 hectares. Son objectif principal est de préserver et de gérer durablement les ressources marines de Saba pour le bénéfice et la jouissance des personnes.

31Un système de zonage a été appliqué afin de régler les différents usages du milieu marin. Quatre type de zones ont été définis : une zone à usage multiple qui peut accueillir aussi bien les activités de plongée que de pêche excepté celle au harpon, une zone de plongée où la pêche à la ligne, la pêche sous-marine, la pêche avec des pièges et l’amarrage des bateaux sont interdits, une zone de mouillage où des corps-morts ont été placés et enfin, un espace récréatif destiné à recevoir les activités de plaisance, la plongée en tuba et sous-marine, la natation et la pêche.

32De plus, cette législation définit un certain nombre de règlements afin de protéger les récifs coralliens et la faune marine dans le parc. Par exemple, il est interdit de capturer des tortues ou encore de pêcher des poissons ou des fruits de mer de petite taille. Les touristes ne sont pas autorisés à plonger (en apnée ou en bouteille) seuls, ils doivent impérativement être accompagnés d’un ou de plusieurs guides de l’un des trois centres de plongée de l’île. Ils ont l’obligation de s’acquitter d’une taxe auprès du PMS en plus des frais payés aux centres de plongée. La taxe qui avait été fixée à un dollar américain par personne et par plongée à la création du Parc est désormais de trois dollars américains. Il en est de même pour les yachts et voiliers qui s’amarrent dans le périmètre du Parc. Ces droits d’entrée couvrent les frais d’entretien du parc et de ses équipements. Les habitants de Saba peuvent, par contre, accéder gratuitement au parc.

33Aujourd’hui, le parc, emploie trois personnes - une seule originaire de Saba - assistées par un petit nombre de volontaires. Les statistiques de l’Office du tourisme de Saba montrent qu’en 2003, sur les 21 391 touristes, environ 20% venaient pour la plongée et 20% pour la plaisance, ou la plongée en tuba. Ainsi près de 40% des visiteurs sont attirés par l’île de Saba grâce à la présence du Parc. Pour l’instant, avec un maximum d’environ 3 000 plongées par site et par année, la pression exercée par l’activité touristique reste en dessous des limites de durabilité (Hawkins et al., 2005 ; Nielsen, 2005).

34Le secteur privé continue à jouer un rôle important dans l’action du Parc : en contrepartie d’un permis d’exercer, délivré par le parc, les opérateurs de plongée sont chargés de la réalisation des statistiques des visiteurs et de la collecte des taxes. Ils jouent également un rôle important dans la prévention et le signalement des violations du Marine Environment Ordinance et dans la surveillance de l’entretien des équipements notamment des corps-morts.

35La gestion des ressources marines par le PMS est jusqu’à présent efficace, toutefois, à l’avenir, ce dernier pourrait avoir à jouer un rôle dans la définition d’une politique environnementale plus globale car certains problèmes, notamment l’absence de gestion des déchets, affectent les fonds marins (Nielsen, 2005).

Figure 4. Zonage du Saba Marine Park (SMP)

Figure 4. Zonage du Saba Marine Park (SMP)

3. Enseignements et perspectives

3.1. L’exemplarité du modèle

36Tout d’abord, sur le plan environnemental, bien que les fonds marins de Saba n’avaient pas encore eu à subir des dommages, il semble que la création du Parc et sa réglementation aient permis d’éviter des dégradations liées notamment au développement de l’activité touristique. Ainsi une étude réalisée par Hawkins et al. (2005), entre 1995 et 2002, sur cinq des sites de plongée de Saba, a pu démontrer que les niveaux de fréquentation actuels, bien qu’en augmentation depuis la création du Parc, restent relativement faibles et n’ont pas d’impacts sur les écosystèmes marins. Jusqu’à présent, le PMS a toujours eu une stratégie de gestion « pro-active » (Hawkins et al., 2005) : ainsi, même si le nombre de visiteurs augmente comme le souhaitent les acteurs du tourisme, le suivi mis en place par la structure peut permettre d’alerter les responsables en cas de problème et des mesures pourraient être prise. Le système de licence et de comptage journalier du nombre de plongées fournissent un mécanisme de contrôle de la croissance de l'industrie touristique, ils permettent au gouvernement de fixer des normes pour la sécurité et la qualité des services rendus par les opérateurs et de révoquer ou de suspendre les permis des prestataires qui n’adhérent pas ou ne se conforment pas au règlement du parc marin. Cela a d’ailleurs été le cas avec les «live-aboard» dont le nombre de licences a été réduit et limité à deux pour éviter une surexploitation des sites de plongée (Marine Environnement Ordinance, A.B. 1992 no.5).

37Ensuite, sur le plan économique, le PMS est l’une des rares aires marines protégées à être autonome financièrement (Walker, 1993 ; Van't Hof et Buchan, 1996). Depuis 1993, après le retrait des subventions du gouvernement pour les salaires du personnel, ses revenus sont générés uniquement par les taxes payées par les visiteurs, la vente de souvenirs et les dons (« Les Amis du Parc Marin de Saba»). Ces résultats sont d’autant plus satisfaisants que bon nombre d’aires marines protégées (Burke et al., 2004) et de pratiques écotouristiques (Dehoorne et al., 2007 ; Augier, 2005) ont montré des difficultés à être autonome économiquement.

38Il faut aussi considérer les 150 emplois indirects (restaurants, hôtels, boutique de plongée, artisanat, location d’hébergement, taxi…) générés par l’activité touristique (Tourism Planning and Research Associates, 1996) qui fournissent des revenus aux habitants.

39Enfin, sur le plan social, il semble que l’ensemble de la communauté comprend l’importance à la fois environnementale et économique du Parc et ne se sent pas restreint dans l’utilisation de ses ressources marines par les différentes réglementations (Fernandès, 1996) car il y a peu de limitation pour les résidents.

40On peut supposer que le tourisme de plongée aurait pu se développer sans l’existence du Parc mais, plusieurs études ont montré (Buchan et al., 1997) que les touristes venaient sur l’île à cause de l’environnement marin intact. De plus, il semble, qu'en général, les bénéfices tirés de l’activité touristique et du Parc sont bien redistribués dans la population : depuis le début des années 1990, Saba est en croissance économique et les habitants ont un niveau de vie relativement élevé (Buchan et al, 1997).

3.2. Les acteurs, facteur de réussite du PMS

41La réussite du projet du Parc Marin de Saba a été facilitée par la préoccupation grandissante à l’échelle mondiale de la protection des ressources marines, par la croissance rapide de l’écotourisme mais surtout par la volonté des acteurs locaux. Il y a d’abord l’implication de la population « locale » qui avant même les institutions gouvernementales avait déjà reconnu la valeur patrimoniale de leurs ressources marines, c’est-à-dire un bien commun, représentatif de leur communauté, à protéger et à valoriser. Les opérateurs de plongée ont été soucieux de la conservation des fonds marins et installés un certain nombre de postes d'amarrage de leur propre initiative. Ils ont été impliqués dans le processus de création du Parc, et aujourd’hui encore, ils participent activement au fonctionnement de la structure notamment pour la sensibilisation environnementale et dans le suivi des sites de plongées.

42L’action de l’Etat semble également essentielle, parce que tout en reconnaissant l’importance économique du tourisme de plongée pour le pays, il a pris conscience de l’importance de la conservation du patrimoine marin et a appuyé l’entreprise des habitants en proposant la création du Parc Marin. Le gouvernement de Saba a mis en place une législation, lui donnant ainsi une légitimité auprès de la population et des touristes. La structure est ainsi gérée de façon effective et contrairement à bon nombre d’aires protégées dans la Caraïbe, n’est pas juste un parc sur le papier (Van’t Hof, 1991 ; Geoghegan et al., 2001).

43Cette étude de cas montre également le rôle que peuvent jouer les organisations non gouvernementales dans le succès de l’activité. Dans le cas de Saba, la gestion du Parc a été complètement confiée à la Saba Conservation Foundation, qui apporte sa compétence technique et un soutien financier à la structure.

3.3. Difficultés et limites de la reproductibilité de l’expérience

44Toutefois, l’appropriation des ressources marines par la communauté locale semble sommaire : non seulement peu d’habitants font de la plongée sous-marine (Buchan, Framhein et al.) mais le Parc n’emploie qu’une seule personne originaire de Saba et il en est de même pour les opérateurs de plongées, faute de qualification (Nielsen, 2005). Il en est de même des hôtels et des restaurants de l’île (enquête personnelle). Le segment touristique choisi par Saba a entrainé à une forme d’exclusion de la population locale, voire un remplacement des autochtones par des résidents étrangers qui finalement s’approprient le patrimoine marin ainsi que le secteur touristique et les revenus générés.

45Malgré tout, au vu des résultats obtenus, le Parc Marin de Saba apparaît comme un modèle à suivre dans la préservation du patrimoine marin et de sa valorisation par l ‘écotourisme. On serait alors tenter de la reproduire dans les îles caribéennes qui se sont lancées dans cette même démarche. Mais le cas de Saba est particulier. Tout d'abord, il y a la différence d'échelle : Saba avec une superficie de 13 km² et environ 1 500 habitants fait partie des plus petites îles de la région. Une petite communauté est moins bureaucratique ce qui favorise généralement les processus de concertation et de prise de décision : les habitants se connaissent, ont l’habitude de se rencontrer, de discuter ensemble. Il est alors plus facile de mobiliser la majorité de la population sur un projet commun de développement.

46Enfin, la faible diversité des activités sur le littoral est aussi un cas particulier : il y a forcément moins de conflits d’usages. Souvent, le développement de l’écotourisme marin se heurte aux inquiétudes des pêcheurs qui associent habituellement la protection des milieux marins à une restriction de leur liberté. Les heurts entre plaisanciers, pêcheurs, plongeurs, hôteliers sont beaucoup plus fréquents sur les littoraux touristiques des autres pays caribéens, où la concurrence entre ces différents acteurs est plus forte. Encore une fois, la petitesse de l’île a favorisé leur soutien à la création du Parc et au développement du tourisme de plongée.

Conclusion

47Après plus de vingt d’existence, le Parc Marin de Saba est une structure pleinement opérationnelle. Il y a peu de critiques négatives à l’encontre de l’expérience et elle est même citée comme un exemple à suivre dans le cadre d’une valorisation du patrimoine naturel par le tourisme. On peut quand même se demander si à long terme le choix du segment, la plongée sous-marine, plutôt restreint, ne va pas limiter les résultats escomptés et ce d’autant plus que plusieurs îles dans la région tendent à proposer ce type d’activité.

48De plus, les spécificités du cas (faible population, peu de pressions sur l’environnement…) rendent difficiles la reproduction de l’expérience à d’autres îles de la Caraïbe bien que certains principes peuvent être retenus dans le cadre d’un processus de patrimonialisation des ressources naturelles notamment concernant l’aspect économique (rentabilité de la valorisation patrimoniale grâce aux droits d’entrée et/ou taxes) et environnemental (mise en place d’un système de surveillance et adoption d’une législation).

49Cette étude de cas montre la relation étroite voire l’interdépendance qui existe entre l’aire protégée (donc la protection du patrimoine naturel) et l’écotourisme : une bonne gestion de la structure et des ressources permet de conforter l’activité touristique et cette dernière apporte une partie des financements nécessaire au bon fonctionnement du parc. Des avantages financiers directs ou indirects peuvent effectivement résulter de l’exploitation touristique du patrimoine naturel et participer à l’amélioration de la vie quotidienne des membres de la communauté locale.

Haut de page

Bibliographie

Augier, D. (2005). L'écotourisme à la Martinique, Mémoire Master économie, Université des Antilles et de la Guyane.

Buchan, K., R. Framhein and L. Fernandes (1997). An Economic and Social Study of the Saba Marine Park, Saba, Netherlands Antilles.

Burke, L. and J. Maidens (2004). Reefs at risk in the Caribbean, Washington D.C., World Resources Institute.

Breton, J-M. (dir.) (2001). L’écotourisme, un nouveau défi pour la Caraïbe, Pointe-à-Pitre, Karthala-Crejeta.

Cazes, G. (1992). Tourisme et Tiers-Monde, un bilan controversé, Paris, L’Harmattan.

Ceballos-Lascurain, H. (1993). « Ecotourism as a Worldwide Phenomenon », dans Lindberg and Hawkins (dir.), Ecotourism. A guide for planners and managers, North Bennington (Vermont), The Ecotourism society: 12-15.

Dehoorne, O., P. Saffache et D. Augier (2007). « Tourisme, écotourisme et stratégies de développement dans la Caraïbe », Études caribéennes, n° 6/2007, L’écotourisme dans la Caraïbe, en ligne, mis en ligne le 11 septembre 2008, URL, <http//etudescaribeennes.revues.org/document3383.html>.

Dehoorne, O. et A-L. Transler (2007). « Autour du paradigme d’écotourisme », Études caribéennes, n° 6/2007, L'écotourisme dans la Caraïbe, [En ligne], mis en ligne le 4 février 2008, URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/document414.html>.

Desse, M. et P. Saffache (2005). Les littoraux antillais : des enjeux de l’aménagement à la gestion durable, Matoury, Ibis Rouge.

Ellison, A. M. et E. J. Farnsworth (1996). « Antropogenic disturbance of Caribbean mangrove ecosystems: past impacts, present trends and future predictions », Biotropica, 28(4): 549-565.

Fernandes, L. (1995). Integrating economic, environmental and social issues in an évaluation of the Saba Marine Park, Netherlands Antilles, Caribbean Sea, The Bottom, Saba Conservation Foundation.

Gagnon, C. et S. Gagnon (dir.) (2006). Ecotourisme entre l’arbre et l’écorce, Québec, Presse de l’Université du Québec.

Goodwin, D. (1996). « In pursuit of ecotourism », Biodiversity and Conservation, vol. 5: 277-291.

Hawkins, J.P., C.M. Roberts et al. (2005). « Sustainability of Scuba Diving Tourism on Coral Reefs of Saba », Coastal Management, 33(4): 373-387, URL, <http://dx.doi.org/10.1080/08920750500217518>.

Hoetjes, P. (2010). Saba bank now protected, URL, <http://dcnanature.wordpress.com/2010/10/11/saba-bank-now-protected-submitted-by-paul-hoetjes/>.

Hoetjes, P.C. et K.E. Carpenter (2010). « Saving Saba Bank: Policy Implications of Biodiversity Studies », PLoS ONE 5(5): e10769. doi:10.1371/journal.pone.0010769.

Huggins, A.E., S. Keel, et al. (2007). Biodiversity Conservation Assessment of the Insular Caribbean Using the Caribbean Decision Support System, Technical Report, The Nature Conservancy.

Lequin, M. (2001). Écotourisme et gouvernance participative, Sainte-Foy, Québec, Presses de l’Université du Québec.

McKenna, S.A. et P. Etnoyer (2010). « Rapid Assessment of Stony Coral Richness and Condition on Saba Bank, Netherlands Antilles », PLoS ONE 5(5): e10749.doi:10.1371/journal.pone.0010749.

Nielsen, S. (2005). « Dive tourism on Saba », DailyHerald.

Spalding, M.D. (2004). A guide to the coral reefs of the Caribbean, University of California Press, Berkeley, California.

Spalding, M., M. Kainuma et al. (2010). World atlas of mangroves, Londres, Earthscan.

Spalding, M.D., C. Ravilious et al. (2001). World Atlas of Coral Reefs, University of California Press, Berkeley, California.

Tourism Planning and Research Associates (1996). Integrated Tourism Development Master Plan 1996, London.

Van't Hof, T. (pas de date). Marine parks in the Netherlands Antilles: lessons from ten years of experience, URL, <http://www.mina.vomil.an/Pubs/vantHof-10yrsMarParksNA.html>.

Van't Hof, T. (1991). Guide to the Saba Marine, The Bottom, Saba Conservation Foundation.

Haut de page

Notes

1 On trouve une chambre hyperbare sur l’île. Elle est détenue et exploitée par le Parc Marin de Saba et est utilisée par l’Ecole de médecine dans le cadre de son programme de recherché sur le traitement des barotraumatismes et des blessures.

2 Ce sont des petits bateaux de croisière consacrés à la plongée sous-marine.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Organisation du territoire de Saba
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5487/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Photographie 1. L’île de Saba
Crédits Source : Auteur, 2011
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5487/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Photographie 2. The Bottom, la capitale de Saba
Crédits Source : Auteur, 2011
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5487/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 2. Ressources et aménagement touristiques de Saba
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5487/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 3. Le processus de patrimonialisation des ressources marines de Saba
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5487/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 4. Zonage du Saba Marine Park (SMP)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5487/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Augier, « Patrimoine marin caribéen et perspectives écotouristiques : vers un développement durable des petites îles ? », Études caribéennes [En ligne], 20 | Décembre 2011, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 24 mai 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/5487 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.5487

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org