Navigation – Plan du site
Problématiques environnementales africaines

L’exploitation du Raphia dans la forêt marécageuse Hlanzoun : entre contribution au développement socio-économique et dégradation des ressources naturelles

The Raffia Exploitation in the Hlanzoun Swampy Forest: From a Contribution to the Socio-Economic Development and Natural Resources Damages
Judicaël Alladatin

Résumés

L’exploitation commerciale des produits forestiers non ligneux a animé et anime encore au plan international les débats sur la gestion durable des forêts, notamment par son apport en matière de conservation, d’amélioration des conditions d’existence des populations locales et de gestion participative. Cependant, l’exploitation commerciale des PFNL soulève la problématique de la durabilité tant au plan écologique, économique que sociopolitique. La présente recherche traite de cette problématique en prenant comme PFNL d’illustration le raphia dans la forêt marécageuse Hlanzoun. Elle vise à analyser la durabilité socio-économique et environnementale de l’exploitation du raphia dans la forêt marécageuse « Hlanzoun ». La méthodologie utilisée est une combinaison d’approches quantitatives et qualitatives. Les outils d’analyse de données utilisés sont entre autre, la statistique descriptive, l’analyse filière des revenus d’exploitation et des valeurs ajoutées et l’analyse du système socio-écologique. Nos résultats montrent que le raphia est une plante à usages multiples. Que ce soit les feuilles, les fibres, la sève ou le tronc, tout ou presque peut être valorisé sur le raphia. Au niveau des villages riverains du Hlanzoun l’exploitation de la sève du raphia et sa transformation en alcool alimentaire est de loin le type d’usage qui procure le plus de revenu malgré le fait que les autres types d’usages mobilisent un nombre plus important d’acteurs.

L’exploitation commerciale de ce PFNL se déploie suivant une organisation relativement simple et avec des caractéristiques propres à la plupart des activités de la petite production marchande des économies sous-développées en crise. Cette exploitation est essentiellement articulée autour des coupeurs/collecteurs, des intermédiaires commerciaux, des agents de transformation/conditionnement et des consommateurs des produits finis. La contribution annuelle totale de la filière raphia au développement a été estimée à 192 429 633 Fr. CFA (environ 385 000 dollar) et les revenus d’exploitation de tous les acteurs ont un signe positif malgré le faible niveau de technologie et de formation. Le raphia apporte donc des revenus relativement importants aux divers acteurs en dépit des handicaps de la filière et du déficit d’équité dans la répartition des richesses produites. Au plan de la gouvernance, on note un déficit d’instances, de règles et de procédures, dont l’effectivité et la légitimité sont clairement établies. Cet état de chose laisse le parc à raphia dans un régime d’accès « libre » mais seulement pour les riverains ; nous nous retrouvons donc en présence d’un système de cueillette, caractérisé par l’exploitation de plants immatures et la surexploitation, mettant en péril la capacité de renouvellement de la ressource et même l’avenir de la filière. On note cependant un effort de contrôle de l’accès des non riverains et des tentatives d’adaptation des riverains. En effet, le nombre d’exploitants est passé de 148 à 92 entre 2008 et 2010 et le nombre de pieds de raphia saignés est passé de 15 452 à 8 832 durant la même période.
Au total, l’exploitation du raphia dans le Hlanzoun s’inscrit dans un environnement défavorable par rapport aux exigences de développement durable d’une filière de PFNL. Mais les divers acteurs sont à présent conscients de la nécessité d’agir pour une meilleure réglementation de l’accès et de l’exploitation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis trois décennies environ, la conservation des ressources naturelles et de l’environnement figure parmi les préoccupations majeures de la communauté internationale comme l’atteste par exemple la tenue de plusieurs conférences internationales sur l’environnement (Stockholm 1972, Nairobi 1982, Rio 1992, Johannesburg 2002), la création du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (UNEP) et la signature de plusieurs conventions de portée internationale. La gestion des espaces forestiers tient une place de choix dans ces préoccupations, compte tenu des fonctions de la forêt (notamment au niveau des sols, des régimes hydrologiques, des climats, de la diversité biologique mondiale et des économies des pays concernés) ainsi que des particularités et des précarités du milieu tropical (pression démographique, explosion urbaine, structures politiques et sociales en crise, corruption, mauvaises options de développement, économies reposant essentiellement sur le secteur primaire, recul accéléré du couvert forestier, etc.).

2Parmi les préoccupations de gestion des forêts, l’attention s’est essentiellement portée sur le bois jusqu’au début de la décennie 1990, les autres ressources de la forêt étant considérées alors comme des «produits forestiers mineurs» (Falconer, 1992 ; FAO, 1993). Ces ressources dites alors secondaires ont été longtemps négligées par les décideurs politiques, les forestiers, les conservateurs et les autres acteurs de développement dont l’attention était focalisée presque exclusivement sur le bois dont l’exploitation par ailleurs ne profitait qu’aux intérêts privés nationaux et étrangers. Enlisées dans la pauvreté, les populations riveraines des forêts tropicales ont continué à exploiter ces ressources «mineures» et à développer une agriculture extensive qui, avec l’exploitation industrielle des arbres, le défrichement combiné à la création des grandes plantations, l’exploitation minière, la pression de la population, la mise en place des infrastructures, les systèmes fonciers, les relations sociales et les niveaux de consommation actuelle a amplifié de façon sensible la dégradation du couvert forestier (WWF/UICN, 1996).

3Au Bénin, les savanes forestières et les forêts couvraient 78 000 km² en 1980, 69 000 km² en 1990 et 50 000 km² en 1997. Les formations arborées sont souvent défrichées à des fins agricoles (au moins 1 600 km² par an) et de pâturages, tandis que les arbres sont coupés pour leur bois d'œuvre, le charbon et le bois énergie. Le feu aussi détruit année après année. Les aires protégées sont supposées couvrir plus de 19% de la superficie du pays, mais chaque année plus de 1 000 km² sont touchées par des défrichements, du surpâturage et du bûcheronnage illégal. Les conséquences en sont la perte de biodiversité, une érosion des terres et un ensablement des rivières et lagunes. Les forêts classées ont connu une régression très significative à partir des années 1950. En effet, la quasi-totalité de la superficie classée dans le Nord du pays comme savane boisée a pratiquement disparu et, dans le même temps, la superficie de la savane arborée a diminué de 80% environ (Sinsin et Heymans, 1988, cité par Djodjouwin, 2001).Cette régression dramatique des forêts a été une preuve irréfutable de l’échec des politiques forestières d’alors, politiques caractérisées entre autres par des options presque exclusivement focalisées sur le bois, la négligence des produits forestiers non-ligneux (PFNL), une centralisation excessive de la gestion et une marginalisation remarquable des populations locales.

4En dépit des efforts investis jusque-là, la déforestation s’est poursuivie et son éradication ou du moins la réduction de sa vitesse demeure jusqu’à présent un impératif de premier plan. Au Bénin, la contribution de l'exploitation forestière est estimée à 3% du PIB mais les conséquences de la dégradation environnementale sont aussi évaluées à une réduction du PIB d'environ 3%.La lutte contre la pauvreté dans les régions concernées constitue un impératif tout aussi crucial d’autant plus que depuis les travaux de la Commission Brundtland (WCED, 1987), les relations d’interdépendance entre le développement économique et la conservation de l’environnement ont été davantage mises en exergue. L’idée selon laquelle les efforts de conservation ne peuvent aboutir que s’ils sont menés de concert avec les populations locales et appuyés par des initiatives de développement, s’est pratiquement imposée dans les sphères internationales intéressées par les questions d’environnement (Ruitenbeek, 1990 ; Wild & Mutebi, 1996 ; Ingles et al., 1999 ; Nguinguiri, 1999). Les PFNL sont apparus aux yeux de certains acteurs comme étant un des instruments de réalisation de ces exigences. L’impératif de lutte contre la déforestation, la prise de conscience de l’importance croissante des PFNL pour de nombreuses populations rurales, l’importance de la demande commerciale de beaucoup de PFNL et leurs potentialités (supposées) vont entraîner un regain d’intérêts pour ces ressources à partir de la fin des années 1980 (Ruiz-Perz & Arnold, 1996). Cette revitalisation des PFNL par les conservateurs, les forestiers, les organisations non gouvernementales (ONG), les projets, les chercheurs et autres acteurs de développement est sous-tendue entre autres par la présomption selon laquelle l’exploitation commerciale de ces ressources pourrait jouer un rôle déterminant dans la gestion durable des forêts tropicales, notamment par son apport en matière de conservation, d’amélioration des conditions d’existence des populations locales et de gestion participative des forêts (Peters et al., 1989 ; Fearnside, 1989 ; Bonnehin, 1991 ; Nepstad & Schwartzman, 1992 ; Plotkin & Famolare, 1992 ; Wild & Mutebi, 1996 ; Assies, 1997 ; Ros-Tonen, 1999a, 2000). L’un des éléments de base de cette présomption est l’idée selon laquelle l’exploitation commerciale des PFNL peut augmenter la valeur économique de la forêt et, par voie de conséquence, stimuler la conservation et la gestion durable/soutenable de cette dernière. Selon cette idée, si les PFNL contribuent davantage au produit intérieur brut (PIB) et aux exportations, les autorités nationales et locales ainsi que les gestionnaires des ressources forestières vont avoir un intérêt direct à éviter la conversion (destruction de la forêt au profit des formes d’utilisation des terres moins durables) ou l’exploitation non discriminatoire des forêts. Au niveau des populations, l’augmentation des opportunités de revenus par la commercialisation des PFNL peut servir de stimulant à la conservation et à la gestion saine des forêts. Par ailleurs, beaucoup de PFNL peuvent être récoltés sans impact destructif significatif, en maintenant les fonctions environnementales et en préservant la biodiversité. Tous ces facteurs ont donc fait émerger l’idée selon laquelle l’exploitation commerciale des PFNL est potentiellement une stratégie de conservation et de développement (Ros-Tonen et al., 1995 ; Fearnside, 1989).

5La présomption ci-dessus évoquée et la ruée vers les PFNL dans des conditions de boom démographique et de remise en cause des institutions traditionnelles de gestion des ressources naturelles soulèvent entre autres le problème de la durabilité de l’exploitation de ces ressources. Comme l’a relevé Richards (1993), l’exploitation des PFNL n’est pas durable par essence (la soutenabilité de l’extraction ne va pas de soi; ce serait un mythe que de croire que les exploitants adhèrent par essence à la conservation des ressources). La surexploitation, la substitution par les produits synthétiques et le défaut d’équité dans le système d’exploitation commerciale peuvent décourager les cueilleurs à gérer les ressources de façon durable (Ros-Tonen et al., 1995). Au regard de cette assertion, il serait donc illusoire de parler de potentialités de l’exploitation commerciale des PFNL en matière de conservation, de cogestion des ressources forestières et de développement dans quelque contexte que ce soit, sans au préalable examiner la question de durabilité de cette exploitation dans ledit contexte. Cette question de durabilité est d’autant plus cruciale que dans les pays sous-développés, les risques de surexploitation, de prélèvement destructif, de sous-rémunération des exploitants ruraux et de non-viabilité économique de l’exploitation sont exacerbés par une cohorte de facteurs. Au nombre de ces facteurs, on peut citer la pauvreté, l’accroissement démographique rapide, la poussée de l’urbanisation, l’agriculture extensive, les crises cycliques des cultures d’exportation, la précarité des cadres juridiques et institutionnels d’exploitation des ressources naturelles (réforme forestière, coexistence d’une multitude de normes, de procédures ou d’instances relevant parfois de légitimités différentes, etc.), les réformes politiques, la corruption rampante, les difficultés de transport et de communication et bien d’autres pesanteurs du contexte socio-économique et culturel. Tous ces facteurs sont autant d’éléments susceptibles d’hypothéquer sérieusement la durabilité de l’exploitation des PFNL et partant, d’inhiber leurs apports potentiels (supposés) en matière de gestion durable des forêts tropicales.

6S’agissant par exemple de l’exploitation du raphia qui est le produit d’illustration de la présente étude, peu de travaux antérieurs ont été consacrés à son exploitation dans la forêt marécageuse Hlanzoun. Egboou (2001), Dan (2009) et CEBEDES (2009) signalent, mais de façon relativement exploratoire, des pressions croissantes sur le parc à raphia, des gaspillages dans l’exploitation, et bien d’autres insuffisances de nature à compromettre la durabilité de l’exploitation du raphia et de compromettre son apport positif éventuel en matière de développement local et de gestion soutenable de la forêt concernée.

7Dans le présent texte, nous souhaiterions examiner l’épineuse question de la durabilité de l’exploitation du raphia dans la forêt « Hlanzoun » en nous posant la question suivante: compte tenu du contexte social, économique, institutionnel, technique et infrastructurel, l’exploitation du raphia dans la forêt marécageuse Hlanzoun  est-elle durable (aux plans écologique, économique, politique et social) ? Notre objectif est donc d’évaluer la durabilité écologique, économique, sociale et politique de l’exploitation du raphia dans la forêt marécageuse « Hlanzoun ».

1. Cadre théorique

1.1. Durabilité-Exploitation durable (sustainability-sustainable exploitation)

8Il existe une abondante littérature concernant le développement durable. Mais le concept de durabilité lui-même ("sustainability" en anglais) a fait l'objet de définitions multiples et parfois contradictoires. Les premières tentatives de définition font référence, en général, au "naturel" ou au "traditionnel" comme seuls contextes d'exploitation durable (Lélé & Norgaard, 1996). Ces termes, loin d'éclairer la définition, posent de nouvelles questions. D'autres auteurs proposent des définitions "scientifiques" de la durabilité, en formalisant les paramètres de l'exploitation de la ressource, les méthodes pour les évaluer et en y associant des modèles mathématiques pour tester la durabilité.

1.1.1. Le concept de durabilité en question

9Deux conceptions de la durabilité se sont opposées jusqu’à ce jour : la durabilité forte et la durabilité faible. La durabilité forte se base sur une conservation en l’état des ressources naturelles tandis que la durabilité faible admet une certaine exploitation du stock de ressources naturelles si le flux d’utilités qui est généré est soutenable (Gondard, 1994 ; Solow, 1993). L’argument est que l’équité intergénérationnelle n’autorise pas la génération actuelle à détruire les ressources naturelles dont elle a hérité, quel que soit le bien être que cette destruction lui apporte (Mongbo, 2008). En 1987, la Commission Brundtland propose une approche utilitariste de la durabilité et se réfère donc à une durabilité faible. Elle indique que le développement durable est un "processus permettant de combler les aspirations et les besoins du présent sans compromettre la capacité de combler les futurs". Mais comment définir les "aspirations" et les "besoins" ? En effet, ils sont différents entre les peuples de cultures diverses et entre les communautés aux intérêts divergents (Lélé & Norgaard, 1996 ; Carpenter, 2001 ; Walker et al., 2002). C'est ainsi qu'il a été proposé de convertir les aspirations et les besoins en valeur monétaire et laisser le marché réguler l'exploitation des ressources. On fait ainsi d'une pierre deux coups : on offre une définition "scientifique" (quantifiable et testable) de la durabilité et on aplanit les difficultés liées à la définition des valeurs et à l'hétérogénéité culturelle. Bien évidemment, le problème de la traduction monétaire des aspirations et des besoins, qui a fait l'objet d'intenses débats, est parfaitement insoluble. Plus fondamentalement, cette démarche conduit à laisser le pouvoir à des mécanismes automatiques pour réguler le prélèvement (libre accès à la ressource et régulation en fonction du coût d’opportunité). Au total, les tenants du libéralisme argumentent que la surexploitation est provoquée par des imperfections du marché ce qui expliquerait que les prix et couts distordus ne reflètent pas les prix et couts réels. Il faudra alors introduire des réformes pour y remédier, en créant par exemple de nouveaux marchés (payement des services environnementaux, marché de pollution, marché de carbone, etc.). La surexploitation des forêts s’expliquerait aussi par l’absence de propriété individuelle et l’accès libre : le cout initial du stock est alors fixé à zéro par les usagers et n’intègre pas le cout de son renouvellement et les externalités ne se traduisent pas en couts monétaires, etc.

10Une définition intuitive de la durabilité pourrait être "la capacité à maintenir quelque chose pendant un certain temps à un certain niveau". Cette approche préliminaire est déjà riche d'informations :

  • Le "quelque chose" qui doit être maintenu, est relatif à l'exploitation d'une ressource et, plus généralement, du maintien de l'écosystème qui la produit et du système socio-économique qui l'exploite. On parle donc du maintien d'un système socio-écologique (SSE). Ce maintien peut être intégral dans le cas de la durabilité forte (Gondard, 1994) ou préserver de façon indéfinie et dans les limites les plus évidentes de l'hypothèse de substituabilité, la capacité productive des sociétés humaines, étant entendu que le capital de la société ne se limite pas aux équipements productifs mais comprend tous les actifs qui contribuent à engendrer du bien-être dans le futur à savoir le "savoir" et les " compétences" (Solow, 1993).

  • Le "pendant un certain temps" nous indique que la durabilité s'inscrit dans une perspective dynamique.

  • Le "à certain niveau" nous montre que l'intensité de l'exploitation ou la configuration du SSE doit être définie. C'est ici que ressurgit le problème des valeurs.

11Suivant l'avis de Lélé et Norgaard (1996), nous pensons que définir l'intensité de l'exploitation d'une ressource ou la configuration désirable du SSE ne fait pas partie exclusivement du "fardeau du scientifique". Ces problèmes sont du ressort de la négociation politique entre les différents intervenants. Le rôle du scientifique est alors uniquement de produire les données les plus complètes possibles pour alimenter la négociation sans prendre parti. D'après I. Sachs (1993), il faut prendre en compte les cinq dimensions de la durabilité (économique, sociale, écologique, spatiale et culturelle et plurielle). En parlant de développement durable, la PAO en énumère des dimensions notamment, la durabilité écologique, technique, sociale, économique et institutionnelle (PAO, 1995).

12Dans la durabilité écologique, le mode de mise en valeur des ressources naturelles permet la conservation du potentiel existant, sa régénération, voire son amélioration. La durabilité technique exige une adaptation des techniques utilisées aux conditions économiques et sociales des producteurs. En plus, il faut que ces techniques soient réellement appropriées et maîtrisées par les utilisateurs. La durabilité économique est probable si les conditions de la reproduction et de l'élargissement d'une activité ont été créées, si les changements techniques, organisationnels, les choix d'intensification et/ou de diversification des productions faits par les producteurs permettent de sécuriser la couverture des besoins vivriers et de revenu monétaire. La durabilité sociale suppose que les actions de développement permettent une recomposition sociale qui intègre l'héritage social, historique et culturel. La durabilité institutionnelle suppose l'adaptation d'institutions existantes ou la création de nouvelles institutions (à l'échelon villageois, local et communal) pouvant garantir les acquis obtenus à la faveur du projet.

13Dans la présente étude nous retiendrons que la durabilité est un « processus ou un état qui peut être maintenu indéfiniment » (European Commission, 1996). A partir de cette définition et des attributs de la durabilité, nous appelons exploitation durable, la gestion et l’utilisation d’une ressource d’une manière qu’elle puisse contribuer à la satisfaction des besoins écologiques, économiques et sociaux des générations présentes et futures. Il est question de tirer meilleur parti de la ressource sans porter préjudice à sa productivité et à l’écosystème, tout en assurant sa viabilité économique et son acceptabilité sociale et politique aux court, moyen et long termes.

14Dans un contexte de grands bouleversements socioéconomiques comme on en voit en Afrique, les richesses présentes ou futures génèrent un pouvoir politique ou social qui est utilisé pour promouvoir une utilisation illimitée des ressources, au mépris des systèmes de régulation traditionnels (Ludwig et al., 1993). Ceci a participé à l'échec des politiques de gestion des ressources naturelles. Un changement de ces méthodes en prenant en compte l'aspect socio-économique est nécessaire pour remplacer le pouvoir économique par le droit (Robinson J. G., 1993). L'idée serait de s'appuyer sur ce qui existe déjà dans la culture locale (Folke et al. 2001 ; Holling, 2000).

1.1.2. L’hypothèse d’une relation « commercialisation – conservation »

15Le débat sur les PFNL s’est focalisé sur trois points essentiels à savoir leur fonction dans la conservation, leur potentiel en matière d’amélioration des revenus des populations locales et leur gestion participative (Godoy & Bawa, 1993 ; Ros-Tonen, 1999a ; Belcher & Ruiz Pérez, 2001).

16L’hypothèse d’une relation entre commercialisation et conservation est le point central du débat : l’extraction commerciale des PFNL peut, en ajoutant de la valeur à la forêt, constituer un stimulus pour la conservation et la gestion soutenable des forêts. De plus, beaucoup de PFNL peuvent être exploités sans grand impact négatif sur la forêt. L’extraction commerciale des PFNL est donc potentiellement une bonne stratégie de conservation (Fearnside, 1989 ; Peters et al., 1989 ; Whitehead & Godoy, 1991 ; Nepstad & Schwartzman, 1992). Cette école fait l’objet de beaucoup de critiques : Godoy et al. (1993) soutiennent pour leur part que la forêt ne peut pas être conservée à cause de la grande valeur de ses PFNL dans la mesure où la valeur nette (422 US$) que Peters et al. (1989) ont avancé est trop élevée. Par ailleurs, Godoy & Bawa (1993) par exemple soutiennent que la durabilité de fait qu’évoque cette école ne repose que sur des évidences anecdotiques indirectes. Beaucoup de chercheurs pensent que c’est le faible niveau d’extraction et non les caractéristiques écologiques  des ressources qui fait que l’exploitation des PFNL dans certains contextes est écologiquement durable et qu’il est incorrect de dire que les PFNL peuvent être récoltés indéfiniment sans aménagements appropriés pour soutenir la récolte. Selon Peters (1994), seules les espèces qui peuvent être exploitées sans l’élimination de l’individu, celles qui sont abondantes en forêt ou qui se régénèrent facilement offrent des possibilités de gestion durable d’un point de vue écologique. Par ailleurs, d’un point de vue social, il est impossible qu’une population qui lutte au quotidien pour trouver des moyens de subsistance pense à respecter les normes de durabilité écologique (Ros-Tonen, 1999a). Enfin, en guise d’exemple de critique, on peut rappeler les arguments et autres évidences mis en exergue par Assies (1997) dans le cadre de son concept de cycle agro-extractif.

17D’après l’hypothèse « commercialisation de PFNL-développement », le développement de la commercialisation des PFNL peut entraîner l’augmentation des revenus des populations forestières. Cette hypothèse a par exemple sous-tendu l’action de promotion commerciale des croquettes et biscuits fabriqués à base des noix du Brésil aux USA. Mais, l’expérience n’a pas marché car l’usine de la coopérative Xapuri, un des outils d‘accroissement des revenus des cueilleurs est tombée en faillite vers le milieu des années 1990 (Assies, 1997). Certes, les PFNL contribuent de façon substantielle aux revenus des populations forestières, mais cette contribution ne doit pas être exagérée (Ryan, 1991). L’utilisation des PFNL est fondamentalement associée avec la pauvreté et ce sont les personnes les plus marginalisées socialement qui sont les principaux acteurs de l’extraction des PFNL. Dans de cas rares seulement, les PFNL peuvent constituer l’unique source de revenu. Leur extraction est beaucoup plus une activité complémentaire, une activité provisoire en attendant une opportunité alternative plus intéressante. De plus, dans certains contextes, l’extraction des PFNL donne souvent lieu à la mise en place des systèmes de sous-rémunération et d’endettement quasi permanents des cueilleurs par les commerçants (Assies, 1997 ; Ros-Tonen, 1999a, 2000). Par ailleurs, comme le souligne Sayer (1990), il est difficile d’assurer une rémunération équitable des communautés rurales dans les systèmes d’exploitation des PFNL lorsque l’échelle des opérations s’accroît et que le produit est destiné à des marchés lointains. Dès qu’un certain seuil d’industrialisation est atteint, le secteur des PFNL tend à prendre à bien des égards les caractéristiques négatives du secteur du bois. D’autres facteurs limitant l’augmentation des revenus des populations locales par l’exploitation des PFNL sont la faiblesse des infrastructures, les coûts élevés de transport, le manque de crédit et d’infrastructures de stockage, etc. (Ros-Tonen, 1999a, 2000).

18L’hypothèse relative au rôle des PFNL en matière de gestion participative des forêts a aussi fait l’objet de beaucoup de critiques. Beaucoup d’auteurs se sont posé des questions sur l’effectivité des réserves extractives sur lesquelles se fonde cette hypothèse. Assies (1997, 1999) a souligné le fait que la dynamique de l’exploitation des PFNL pouvait entraîner la marginalisation des collecteurs locaux et dégrader les bases sociales d’une forme plus participative de gestion de la forêt. Freese (1998) a quant à lui souligné le fait que les systèmes collectifs sont fragiles devant de puissantes forces de marché. En se basant sur les travaux de Jong et Utama (1998) et Rodriguez et Van der Hammen (1999), Ros-Tonen (2000) a relevé le fait que le développement de modèles de gestion participative locale exige la confiance et une collaboration à long terme entre les parties concernées, ce qui est difficile à réaliser sans une perspective à long terme d’utilisation de la forêt (droits reconnus et légalement protégés). Le même auteur a aussi mis en exergue le fait que dans certains projets sponsorisés de l’extérieur, les populations locales peuvent s’engager dans la gestion participative mais, en général sans grande conviction, les besoins de subsistance et le désir d’avoir de l’argent pour l’acquisition d’articles luxueux étant la motivation première de ces populations (Ros-Tonen, 1999a, 2001). Sayer (1990), quant à lui, a une vue plus optimiste quand il affirme que la récolte des PFNL peut rendre les programmes de protection de la forêt économiquement et socialement plus acceptables, notamment par les communautés locales. Selon lui, les PFNL ont sans doute un rôle particulier à jouer notamment dans l’utilisation rationnelle des zones tampons entourant les aires protégées où ils aideront à concilier les besoins de la population avec les nécessités de conservation. On retrouve ici les idées de la nouvelle écologie présentées plus haut.

1.2. Deux paradigmes traditionnelles sur l’analyse de la durabilité

19En matière de ressources forestières, Wild et Mutebi (1996) ont distingué trois dimensions de la durabilité, la dimension économique, sociale et institutionnelle puis la durabilité écologique qui vont être pris en compte dans la présente étude ; la première en rapport avec l’exploitation économique que font les populations de leurs ressources naturelles, la deuxième étant liée aux aspects culturels et aux formes de gestion de ces ressources naturelles puis la troisième en relation avec le niveau d’exploitation et ses effets sur la régénération et l’écosystème.

20Deux paradigmes s’affrontent en matière de théorisation de la durabilité: le paradigme de la durabilité et le « trade off paradigm » ou paradigme du compromis développés par Pearce et Juner (1990) et repris par KlaasseBos (1995) à la recherche d'une réponse au comportement à tenir face à l'environnement naturel pour l'amener à jouer son rôle économique dans l'amélioration des conditions de vie des ménages et des communautés et ceci de façon durable. Le problème se libelle en une seule question : est-ce qu'une augmentation du niveau de vie moyen par personne peut être atteinte si le stock de ressources naturelles diminue?

21Le paradigme de la durabilité est soutenu par ceux qui pensent qu'une amélioration du niveau de vie peut seulement être atteinte à travers une augmentation du stock en ressources naturelles. Pour eux, les deux facteurs sont complémentaires. Ainsi on peut exploiter un minimum de la ressource (Kmin) pour relever le standard de vie (NVS) comme le montre la figure n°1, mais après quoi le standard de vie doit être une fonction croissante et linéaire du niveau du stock naturel (Kn) pour qu'on puisse parler de durabilité.

22De notre point de vue, ce paradigme est plutôt du ressort des écologistes « durs ». Pour les socio-anthropologues et économistes de l'environnement, le paradigme du "compromis" semble beaucoup plus intéressant. Les tenants de ce paradigme supportent la thèse de l'existence d'une forme de compensation ou d'échange entre les deux objectifs (NVS et Kn). Ainsi pour réaliser une fraction de l'un, il faut sacrifier une fraction de l'autre comme le montre la figure1.

Figure 1. Paradigme des relations entre stock de ressources naturelles (Kn) et niveau de vie standard (NVS)

Figure 1. Paradigme des relations entre stock de ressources naturelles (Kn) et niveau de vie standard (NVS)

23Sur cette courbe par exemple, le niveau de vie actuel est représenté par le point W, et à ce point le développement peut seulement être réalisé en cédant quelques unités de Kn pour l'amélioration du NVS d'une unité. Si nous voulons élever plus le NVS, le capital naturel ne peut donc pas rester au même niveau, il sera réduit. Ainsi pour des ressources exploitées pour la subsistance des populations comme c'est le cas pour la plupart des ressources communautaires dans nos milieux ruraux, maintenir le stock naturel ne saurait être une nécessité. Intégrer la notion de durabilité dans ces régions reviendra donc à envisager des possibilités d'élever le maximum possible le NVS en exploitant le minimum possible de stock en ressources naturelles disponibles. On pourrait analyser la situation à travers les implications suivantes:

24Partant de là nous ne saurons voir les activités économiques menées au niveau des ressources naturelles sous leur aspect négatif, celui de la dégradation physique engendrée, mais plutôt l’impact positif en matière de contribution aux revenus des ménages et contribution sociale aux communautés qui l’exploitent. Le principe de « trade-off » est certes pertinent mais sa mise en pratique pose plutôt problème. Les critiques de certains auteurs (Dgis, 1993; Ruttan, 1990; cité par KlaasseBos, 1995) mettent en jeu le facteur de la croissance démographique qui indiquait qu'un certain niveau de vie pouvait être supportable avec moins de ressources grâce à plus d'efficacité, mais si la population s'accroît rapidement, l'utilisation des ressources va augmenter malgré une réduction par unité de production. L’autre critique concerne le caractère essentiellement écologique de ces deux paradigmes, l’un étant du ressort de l’écologie dure et l’autre de l’écologie modérée. Un autre paradigme permet l’analyse du système socio-écologique de la ressource naturelle en considérant les aspects sociaux (gestion et équité dans l’accès), économique (création de richesse et équité dans le partage) et écologique (effet sur le maintien du stock naturel).

1.3. Une troisième voie pour l’analyse de la durabilité : Le système socio-écologique

25Un système socio-écologique (SSE) est un ensemble d’éléments en interaction pour produire un modèle d'utilisation de ressources naturelles à de multiples échelles autour duquel les humains se sont organisés en une structure sociale particulière (Resalliance, 2007). Il s'agit donc d'un écosystème qui est exploité par un système socioéconomique qui y prélève des ressources selon certaines modalités. Ces systèmes ont fait l'objet de recherches et d'un début de théorisation.

26D'après Folke et al. (2002), les systèmes écologique et socio-économique ont co-évolué. Par un processus d'essais-erreurs, le système socio-économique s'est construit un savoir écologique qui lui permet de mettre en œuvre ses méthodes de gestion et d'exploitation de la ressource. Les SSE sont complexes, en évolution constante, non linéaire, discontinue et incertaine (Holling, 2000 ; Folke et al., 2002 ; Walker et al., 2002). Les SSE sont caractérisés par leur état au temps t, c'est à dire l'ensemble des valeurs des variables qui le constituent. Chacune de ces variables définit un axe de l'espace d'état dans lequel le SSE se "déplace". Les SSE peuvent exister dans une ou plusieurs configurations ou régimes (ensemble d'états ayant les mêmes structures et fonctions essentielles) caractérisés par leurs attracteurs (point d'équilibre du SSE). Ces configurations peuvent êtres désirables ou non du point de vue des communautés humaines impliquées. Lorsque les caractéristiques biophysiques, sociales ou économiques changent, la position des attracteurs est modifiée et la forme des bassins d'attraction (taille, profondeur) varie. Les différents régimes sont séparés par des seuils qui sont mesurables grâce à certaines variables de contrôle (qui évoluent généralement lentement) et qui provoquent un changement des facteurs de régulation du système qui entraînent à leur tour un changement de la configuration du SSE (Resalliance, 2007). Ces configurations sont caractérisées par leur résilience. Il s'agit de la capacité pour un système d'absorber les perturbations et de se réorganiser en cas de changements tout en gardant essentiellement la même structure, les mêmes fonctions et les mêmes facteurs de régulation (soit la même identité ou la même configuration) (Peterson et al., 1998 ; Carpenter, 2001 ; Walker et al., 2002 ; Resalliance, 2007). Le SSE est décrit schématiquement comme un écosystème et un système socioéconomique en interaction. L'étude se focalise sur l'échange d’une ressource de l'écosystème vers le système socio-économique (ceci trace les limites de l'échelle d'étude).

27Cet échange est caractérisé, du côté de l'écosystème, par la dynamique de renouvellement de la ressource (productivité), et, du côté du système socio-économique, par l'intensité de l'exploitation (prélèvement). La dynamique de renouvellement fournit de la ressource qui sera exploitée par le système socio-économique et de la ressource qui participera au fonctionnement de l'écosystème. L'intensité de l'exploitation du système socio-économique fournit de la ressource qui permettra de faire fonctionner ce système. L’intensité du renouvellement et de l’exploitation est sous le contrôle de certains facteurs internes ou externes.

28Ainsi, on peut définir la gestion durable comme un processus qui permet le maintien d'un système dans une configuration désirable malgré les perturbations qu'il peut subir.

29L’analyse des différents indicateurs du système socio-écologique (SSE) schématisé par la Figure 2 a permis de structurer la collecte et l’analyse des données.

Figure 2. Schéma global du fonctionnement d’un système socio-écologique

Figure 2. Schéma global du fonctionnement d’un système socio-écologique

Source : Tiré de Vanthomme, 2006

2. Démarche méthodologique d’étude

30Toute connaissance scientifique doit être formalisée à l’aide d'une méthodologie précise de telle sorte que la plausibilité des résultats puisse être démontrée en se référant aux expériences et aux arguments logiques. Les connaissances scientifiques se distinguent donc des connaissances quotidiennes par la rigueur des règles méthodologiques à appliquer lors du processus de formalisation (Mongbo et al., 1992).

31La démarche méthodologique adoptée dans le cadre de cette étude est une combinaison des approches de recherche qualitative et quantitative. En effet, les phénomènes en cause sont pour la plupart des phénomènes sociaux et nécessitent pour leur compréhension approfondie, la mesure de certains aspects concrets et la connaissance de leurs causes, effets et manifestations, de même qu’une interaction intensive entre le chercheur et l’objet de recherche. L’approche méthodologique utilisée est donc basée sur une grande attention à la population locale qui peut ainsi partager ses points de vue sur ces problèmes, les solutions à y apporter pour mieux planifier et agir en conséquence. L’analyse de la durabilité telle que conceptualisé, nécessite une approche interdisciplinaire et demande que l’on fasse des investigations de terrain au niveau de toutes les activités liées à l’exploitation et à la gestion du parc à raphia. C’est ce qui justifie l’adoption d’une approche d’étude exhaustive des principaux aspects de la filière. Cette approche que nous pouvons qualifier de monographique se rapproche de celle développée par Belcher (1997, 1999) appelée « Production-to-consumption systems (PCS) approach ». Le « PCS approach » prend en considération la totalité du système, de la production de la matière première jusqu’au marché final en s’intéressant aux acteurs, au matériau, aux activités concernées ainsi qu’à leur environnement social, institutionnel et économique (Belcher 1999). Le tableau qui suit résume les variables d’analyses, les types d’analyse ainsi que l’outil d’analyse utilisé.

Tableau 1. Variables d’analyses, types d’analyse et outil d’analyse utilisé

Objectif

Variables et types d’analyses concernées

Outils d’analyse

Evaluer la durabilité écologique, économique, sociale et politique de l’exploitation du raphia dans la forêt marécageuse « Hlanzoun »

Analyse de la distribution du Revenu d’Exploitation total entre les acteurs

Modes et institutions de gestion de la filière et des prélèvements

Densité et Niveau de prélèvement du raphia

Perception locale du renouvellement de la ressource

Analyse du système socio-écologique SSE

3. Résultats et discussions

3.1. Le milieu d’étude

32La forêt marécageuse « Hlanzoun » tient son nom de la rivière « Hlan » qui la traverse. La rivière « Hlan » s’étend sur trois communes à savoir la commune de Bohicon, celle de Zogbodomey, où elle entretient une formation forestière à la hauteur de l’arrondissement de Koussoukpa, et la commune de Toffo où elle se jette dans le fleuve Ouémé à la hauteur du village de Tokplémé dans Sèhouè. Mais c’est dans la commune de Zogbodomey qu’on retrouve la formation forestière (07°02’N et 02°15’E) qui l'a rendu célèbre, ce qui fait que plusieurs chercheurs localisent à tort la forêt marécageuse à cette commune. Pour notre part, il s’agit d’un complexe forestier marécageux qui prend en compte aussi bien la formation végétale que les marais et le lac.

33La formation forestière végétale couvre une superficie d’environ cinq cents vingt-cinq hectares, entrecoupés de zones ouvertes cultivées en taro ou macabo (Colocasiaesculenta) Sokpon et al., (2001) et Dan (2003). Mais avec les marais et le lac, la forêt marécageuse « Hlanzoun » occupe une superficie de 1074 ha selon l’IGN (1989).

34La zone d’influence de la rivière « Hlan » est limitée au Nord par la Commune de Za-Kpota, au Sud par celle de Toffo, à l’Est par celle d’Agbangnizoun, et à l’Ouest par celle de Covè. Aux dires des populations enquêtées et suivant notre conception de complexe forestier marécageux, on retient comme zones d’influence les neuf villages riverains qui suivent : Hlanhonou, Ouègbojoligon, Dohoué, Dèmè, Lokoli-Koussoukpa, Adogbè, Hon et Kpomè. La figure 1 localise la forêt marécageuse « Hlanzoun» dans le réseau hydrographique du Sud Bénin.

35La forêt marécageuse « « Hlanzoun » est l’une des dernières forêts marécageuses du Sud Bénin. Elle dispose d’une flore et d’une faune riche et unique ; une riche biodiversité encore largement inconnue. En effet, les relevés phytosociologiques réalisés par DAN en 2005 ont révélé 241 espèces végétales réparties en 185 genres et 70 familles. On y dénombre plusieurs espèces de plantes médicinales et à usages multiples. Au niveau de la faune, on dénombre plus de 160 espèces d'oiseaux (25% d'origine paléarctique, 14% oiseaux migrateurs, 61% oiseaux africains). On retrouve aussi entre autres espèces, le singe à ventre rouge (Cercopithecuserythrogaster), espèce inscrite sur la liste des espèces menacées d’extinction et emblème national des défis de la conservation, le sanglier rouge (Potamochoerusporcus), la mangouste des marais (Atilaxpaludinosus), le sitatunga (Tragelaphusspekeii) et bien d’autres.

Figure 3. Localisation de la forêt marécageuse « Hlanzoun » dans le réseau hydrographique du Sud-Bénin

Figure 3. Localisation de la forêt marécageuse « Hlanzoun » dans le réseau hydrographique du Sud-Bénin

Source : LAWAL 2004

3.2. Distribution, densité et capacité de renouvellement du parc à Raphia

36Les formations raphiales sont dispersées dans la forêt Hlanzoun. Le tableau 3 conçu de manière participative avec les exploitants de raphia lors d’une visite de la forêt rend compte de la densité du parc à raphia et de la distribution des raphias selon les différentes zones localement délimitées dans la forêt. Le tableau 2 résume les résultats de cette investigation dans la forêt. Ce tableau permet de constater que les raphias sont concentrés dans trois secteurs de la forêt. Selon les exploitants, près de 70% des raphias exploités sont concentrés dans les zones de Hlanhonou, Awafadji et Toholi. Dans les autres secteurs, la densité de la population de raphia est plus faible, et les exploitants n’avaient pas l’habitude d’exploiter ces raphias car ils préfèrent opérer dans les zones à densité relativement forte afin d’éviter des pertes de temps. Mais le constat fait lors de la visite de la forêt est que les raphias des zones de faibles densités sont aujourd’hui exploités. Cependant, les raphias de la zone de Sozounmè ont été exploités du moins jusqu'à une certaine période avant que la zone ne soit mise sous protection ; aujourd’hui ils ne sont plus exploités. Il faut aussi signaler qu’on ne retrouve pas de raphia dans la zone de N’daho.

Tableau 2. La perception par les exploitants de la densité des raphias dans la forêt marécageuse Hlanzoun

Tableau 2. La perception par les exploitants de la densité des raphias dans la forêt marécageuse Hlanzoun

Source : Nos enquêtes, 2010

37La capacité de renouvellement du parc à raphia a été appréhendée grâce à la perception des exploitants de raphia. Cette perception repose sur un indicateur localement défini qui est le ratio du nombre de plant jeune (mais vigoureux) sur le nombre de plants adultes (n’ayant pas encore atteint la sénescence) sur un espace représentatif de 15 mètres sur 15 au niveau d’un secteur raphiale.

38Le tableau 3 révèle donc la perception des exploitants par rapport à la capacité de renouvellement de la ressource au niveau de chaque zone raphiale. Ce tableau permet d’affirmer que la capacité de renouvellement de la ressource est compromise par les pratiques de prélèvements de la ressource.

Tableau 3. Perception des exploitants sur de la capacité de renouvellement de la ressource

Zones

Indicateur locale de mesure de la capacité de renouvellement d’une station raphiale

Perception des exploitants sur de la capacité de renouvellement de la ressource

Sozounmè

3/2

Bonne capacité de renouvellement

Sinsinmè

2/3

Faible capacité de renouvellement

Dêdêzounkpa

1/3

Faible capacité de renouvellement

Toké

1/2

Faible capacité de renouvellement

Gbamè

1/2

Faible capacité de renouvellement

Houngomè

1/3

Faible capacité de renouvellement

Hlanhonou/

Awafadji

Toholi

1/4

Très faible capacité de renouvellement

Source : Nos travaux, 2010

3.3. Analyse de la contribution de la filière raphia au développement local et régional

3.3.1. La sous filière vin de raphia

39Le tableau 4 présente les différents résultats de compte d’exploitation par type d’acteur. Dans l’analyse, nous allons d’abord apprécier les résultats du compte d’exploitation rapporté à un individu par type d’acteur puis finir par l’analyse globale de la contribution de la filière au développement.

Tableau 4. Répartition des charges, marges, salaires et valeurs ajoutées par type d’acteurs

Niveau

Local

Local

Régional

Local, Régional

Local, Régional

Fonction

exploitant raphia

collecte achat vente (grossiste)

achat revente demi-gros (semi grossiste)

achat vente en détail (détaillants)

aide salarié

moyenne VA nette

5649 457

416 337,5

309 750

120 521

0

moyenne RNE/salaire

408 195,7

416 337,5

309 750

90 521

57 500

Effectif dénombré

92

28

36

120

263

VA nette total/salaire total

51975 004,4

11 657 450

11 151 000

14 462 520

15 122 500

RNE total/salaire total

37554 004,4

11 657 450

11 151 000

10 862 520

15 122 500

Source : Nos enquêtes, 2010

40La valeur ajoutée nette moyenne (rapportée à un individu) est plus élevée au niveau des exploitants de raphia ; cela pourrait s’expliquer par la transformation qu’il opère sur le produit afin de lui donner plus de valeur mais aussi par l’accès gratuit à la ressource. Pris individuellement, ce sont donc les exploitants qui apportent dans cette filière une plus forte contribution au développement. Ensuite, viennent les grossistes, les semi-grossistes puis les détaillants.

41Le revenu net d’exploitation pour un individu pris par type d’acteur présente quant à lui une configuration différente. Du fait des investissements substantiels faits par les exploitants dans la main d’œuvre salariée mais aussi d’un prix de vente qui est à leur désavantage, les grossistes engrangent un revenu d’exploitation plus élevé que celui des exploitants. Viennent ensuite et ceci de façon logique, les semi-grossistes puis les détaillants.

42Pris de façon collective, configuration des résultats de compte d’exploitation par type d’acteur est uniforme à la configuration présentée plus haut dans le cas des acteurs pris individuellement

43L’analyse des valeurs ajoutées a omis les aides pour éviter un double comptage et ceci parce que ces dernières sont plutôt considérées comme une main d’œuvre salariale, donc entrant déjà dans le compte d’exploitation de quelques détaillantes qui emploient des serveurs comme aides mais aussi et surtout prise en compte dans le compte d’exploitation de la totalités des exploitants qui recrutent des aides pour la collecte du vin et des aides-distillateurs pour la distillation : les aides distillateurs et serveurs sont donc des emplois dérivés de la filière vin de raphia.

44La figure 5 présente une comparaison de la proportion de valeur ajoutée brute apportée par chaque type d’acteur ainsi que la façon dont cette valeur ajoutée est redistribuée entre les acteurs à travers le Revenu d’Exploitation.

45L’analyse de la figure permet de confirmer les analyses précédentes en ce qui concerne la forte contribution des exploitants à la création de la valeur ajoutée dans la filière. Les exploitations apportent une valeur ajoutée plus élevée que tous les autres acteurs alors que ce sont les commerçantes collectrices qui gagnent les meilleurs revenus d’exploitation. Cette analyse confirme donc notre hypothèse de recherche.

46En considérant les valeurs ajoutées brutes, nous pouvons estimer la contribution de la filière au développement économique à environ 108 754 370 CFA. Cette contribution est relativement élevée et confirme notre hypothèse au sujet d’une contribution relativement importante de la filière au développement.

Figure 4. Diagramme empilé de la valeur ajoutée brute (à gauche) et du revenu d’exploitation (à droite) par type d’acteur de la filière vin de raphia.

Figure 4. Diagramme empilé de la valeur ajoutée brute (à gauche) et du revenu d’exploitation (à droite) par type d’acteur de la filière vin de raphia.

Source : Nos enquêtes, 2010

47La filière vin de raphia a en outre provoqué l’émergence au niveau local et régional de plusieurs autres services dérivés. Il s’agit de :

  • Les aides extracteurs et distillateurs : les exploitants de vin de raphia recrutent souvent des aides soit pour l’extraction mais surtout pour réaliser la distillation. Ces aides dont le nombre est estimés à environ 263 personnes, reçoivent une rémunération moyenne annuelle de 57 500. Il s’agit d’une activité pratiquée surtout par des jeunes et des femmes et dont les revenus sont réinvestis surtout dans la consommation du ménage. La confection des pirogues traditionnelles : la collecte et le transport du vin de raphia nécessite l’utilisation de moyen de transport sur l’eau. Pour satisfaire à cette exigence, les exploitants se font construire des pirogues traditionnelles. A cet effet, ils utilisent la main d’œuvre de certains groupes d’individus qui ont tôt fait de se spécialiser dans cette activité. Le coût de la prestation varie de 10 000 à 20 000 FCFA selon l’espèce végétale exploitée

  • Le commerce des équipements de collecte et de distillation (bidons, tuyau et baril): ces équipements sont très exploités non seulement dans la collecte, le stockage et la distillation du vin de raphia mais aussi dans le conditionnement du produit final. Le développement de la filière vin de raphia dans la zone a sans doute favorisé l’émergence de la commercialisation de ces produits surtout au niveau régional. Les aides extracteurs et distillateurs : les exploitants de vin de raphia recrutent souvent des aides soit pour l’extraction mais surtout pour réaliser la distillation. Ces aides dont le nombre est estimés à environ 263 personnes, reçoivent une rémunération moyenne annuelle de 57 500. Il s’agit d’une activité pratiquée surtout par des jeunes et des femmes et dont les revenus sont réinvestis surtout dans la consommation du ménage. La confection des pirogues traditionnelles : la collecte et le transport du vin de raphia nécessite l’utilisation de moyen de transport sur l’eau. Pour satisfaire à cette exigence, les exploitants se font construire des pirogues traditionnelles. A cet effet, ils utilisent la main d’œuvre de certains groupes d’individus qui ont tôt fait de se spécialiser dans cette activité. Le coût de la prestation varie de 10 000 à 20 000 FCFA selon l’espèce végétale exploitée

  • La poterie : les produits de poterie, notamment les jarres (petites et grandes) sont encore très utilisés dans le stockage du vin de raphia pour la fermentation et dans le dispositif de distillation. Le développement de la filière vin de raphia a sans doute eu un important effet sur la demande de ce produit dans la zone et par conséquent sur sa commercialisation.

  • La forge : le couteau (hin) utilisé pour réaliser l’incision dans le raphia est issu de la forge locale. Les entretiens réalisé avec l’un des plus anciens forgeron de Koussoukpa ont permis de comprendre qu’il enregistre en moyenne un chiffre d’affaire annuel d’environ cent mille francs.

48Cependant plusieurs contraintes handicapent la filière. Nous pouvons mentionnées notamment la régression de la population de raphia consécutive à une exploitation anarchique et non durable du parc à raphia de la forêt, le mauvais état des voies d’accès dans la forêt et au village, la pénibilité du travail d’extraction et la rareté de la main-d’œuvre surtout en saison de culture (aides/ouvriers).

3.3.2. Les autres filières dérivées du raphia

49Le tableau 5 présente les différents résultats de compte d’exploitation par type d’acteur. Dans l’analyse, nous allons d’abord apprécier les résultats du compte d’exploitation rapporté à un individu par type d’acteur puis finir par l’analyse globale de la contribution de la filière au développement.

Tableau 5. Répartition des charges, marges et valeurs ajoutées par type d’acteurs

Niveau

L

L, R

L, R

Type d'acteur

collecteurs fibre/perches dans forêt

commerçants

artisan

moyenne VA nette

135987,5

347000

56320

moyenne RNE

135987,5

347000

56320

Effectif dénombré

350

60

222

VA nette total

47595625

20820000

12503040

RNE total/salaire total

47595625

20820000

12503040

L : Local, R : Régional, N : National.

Source : Nos enquêtes, 2010

50Ces résultats révèlent que, la valeur ajoutée nette est plus élevé au niveau des commerçants. Pris individuellement, ce sont donc les commerçants qui apportent dans cette filière une plus forte contribution au développement économique. Ensuite viennent les collecteurs puis enfin les artisans. Il faut faire remarquer ici que la grande majorité des artisans locaux qui transforment les produits manquent encore d’ingéniosité et surtout n’ont pas accès au marché.

51La configuration du revenu net d’exploitation pour un individu pris par type d’acteur reste la même que celle décrite plus haut pour la valeur ajoutée nette. Les commerçants ont les plus fort revenu d’exploitation. Ce résultat confirme donc notre hypothèse de recherche.

52Afin apprécier la contribution d’une filière au développement, la littérature requiert un recourt à la valeur ajoutée brute comme élément de la contribution de la filière au PIB (Produit Intérieur Brut. La figure 5 présente une comparaison de la proportion de valeur ajoutée brute apportée par chaque type d’acteur ainsi que la façon dont cette valeur ajoutée est redistribuée entre les acteurs à travers le Revenu d’Exploitation.

53L’analyse de la figure permet de confirmer les analyses précédentes en ce qui concerne les forts revenus gagnés par les commerçants au sein de la filière en dépit En considérant les valeurs ajoutées brutes, nous pouvons estimer la contribution de la filière au développement économique à environ 83 675 263 CFA.

Figure 5. Diagramme empilé de la valeur ajoutée brute (à gauche) et du revenu d’exploitation (à gauche) par type d’acteur de la filière autres produits dérivés du raphia

Figure 5. Diagramme empilé de la valeur ajoutée brute (à gauche) et du revenu d’exploitation (à gauche) par type d’acteur de la filière autres produits dérivés du raphia

Source : Nos enquêtes, 2010

54L’exploitation des autres dérivés du raphia constituent des activités qui mobilisent un grand nombre de personnes dans les villages riverains du Hlanzoun. En dépit du caractère saisonnier de ces activités, elles constituent pour beaucoup d’agriculteurs des alternatives assez intéressantes pour gagner un peu d’argent surtout pendant la saison sèche où l’agriculture connaît une trêve. Ce sont cependant, les commerçants qui ont les plus forts revenus d’exploitation. Les perches et fibres de raphia se retrouvent au centre de filières peu développées dont les terminaisons ne dépassent généralement pas le niveau régional. Plusieurs contraintes handicapent ces filières. Comme contraintes au développement des autres filières dérivées du raphia, on peut citer :

  • La difficulté de collecte et de transport du produit collecté vers le village ;

  • Les difficultés d’accès aux zones potentielles de collecte pendant la crue du Hlan ;

  • L’absence de moyens adéquats de transport sur l’eau ;

  • L’irrégularité du marché d’écoulement des perches ;

  • Les difficultés de transport du produit vers les grandes agglomérations pour la vente.

3.4. Gestion du parc à raphia et de la filière Raphia

55Par le passé, la forêt marécageuse «Hlanzoun» était régie par des normes portées par les institutions traditionnelles du milieu. En effet, la rivière "Hlan" représente en elle-même une divinité. Les normes contiennent un ensemble d'interdits ponctuant la vie courante ainsi que des rituels. Tous les riverains de la communauté du Hlan ont des droits d’accès et d’exploitation sur les ressources du Hlan, sous réserve du respect des règles. Le fétiche « hlan » divinité pourvoyeuse était garant des règles et interdits dont l’essentiel visait une certaine gestion durable de la forêt.

56De nos jours ces normes et les institutions religieuses qui portent les règles de gestion sont remises en question. On note alors un déficit dans la réglementation de l’accès à la ressource même si l’accès des non riverain à la forêt reste sous le contrôle des communautés riveraines. Dans le même temps on note des interventions de plusieurs ONG, interventions visant notamment à instituer un débat local et à sensibiliser sur la nécessité de la gestion durables. Même si aucune action de ces ONG ne porte de façon spécifique sur le raphia, l’ONG CEBEDES a initié et conduit plusieurs consultations locales sur la gestion des différentes ressources de la forêt. De ces débats on peut retenir plusieurs propositions intéressantes pour la durabilité du parc à raphia (dont celle relative au développement de l’écotourisme) mais ces propositions n’ont connu pour l’instant qu’un début de mise en œuvre. Dans la même veine, l’ONG Nature tropicale a conduit l’élaboration d’un plan d’aménagement de la forêt Hlanzoun. Pour l’heure ce plan d’aménagement est resté à l’étape de document. On peut alors espérer que dans le futur si toutes les interventions de gestion moderne de gestion de la forêt prennent exemple sur le caractère non seulement participatif mais intégré et endogène des interventions du CEBEDES une issue heureuse peut être trouvée pour ce qui est du dispositif institutionnel et des principes de gestion durable du parc à raphia et plus globalement du « Hlanzoun ». La seule institution de gestion du parc à raphia qui subsiste de nos jours est le « Avadjigan » qui est généralement l’exploitant le plus âgé au niveau d’une zone de production. Le Avadjigan s’occupe entre autres du respect de certaines règles de gestion endogène du parc à raphia et de la résolution des conflits. Il s’agit notamment de :

  • Aucun exploitant n’a le droit de saigner un pied de raphia avant sa floraison (stade trois rameaux) ;

  • Aucun exploitant n’a le droit de saigner plus de dix raphias dans la même période ;

  • Aucun exploitant n’est autorisé à aller collecter du vin sur un pied de raphia saigné par un autre exploitant ;

  • Aucune exploitation de raphia ne doit être opérer dans les sept jours qui suivent le décès d’un membre de la communauté riveraine.

57Mais toutes ces pratiques interdites, ont cours dans le milieu actuellement à des fréquences relativement élevées ; ce qui dénote d’une certaine compétition dans l’accès à la ressource et donc d’une évolution régressive du parc à raphia. Le rôle des « Avadjigan se limite actuellement à la gestion commerciale des filières issues du raphia plutôt qu’à la gestion et la sauvegarde du parc à raphia.

58Pour ce qui est justement de la gestion des filières issues du raphia, il faut noter l’intervention des « Avidjigan ». Les « Avadjigan » se chargent de consulter les exploitants pour s’entendre sur une augmentation de prix plancher ; cette décision commune très rare se prend à des moments où le coût de la vie et des équipements connaissent une augmentation significative. Une fois qu’un prix planché est fixé chaque acteur procède au marchandage et à la négociation pour définir le prix de chaque transaction.

59On peut donc aussi citer le « marché » comme institution de gestion de la filière : la rencontre de l’offre et de la demande qui est ici la principale institution de règlementation de la commercialisation des produits au sein de la filière.

60En dehors des « Avadjigan » et du « marché » il n’y a plus d’autres institutions porteuses de règlementations spécifiques, modernes, traditionnelles, locales ou nationales qui régissent les filières dérivées du raphia.

61Cependant, il est intéressant de constater que l’accès au parc à raphia reste restreint aux membres des villages riverains. L’accès « libre » au parc n’est donc valable que pour les membres des villages riverains.

623.5. Analyse du système socio-écologique du Raphia

63Les différentes informations collectées nous permettent d’appréhender le SSE du raphia dans la forêt marécageuse Hlanzoun à travers la figure 6.

Figure 6. Système Socio-Ecologique du Raphia dans la forêt marécageuse « Hlanzoun »

Figure 6. Système Socio-Ecologique du Raphia dans la forêt marécageuse « Hlanzoun »

Source : Nos travaux, 2010

64La filière raphia dans le « Hlanzoun » comme celles d’autres PFNL est focalisée autour des coupeurs/collecteurs, des intermédiaires commerciaux, des agents de transformation /conditionnement et des consommateurs. Compte tenu du contexte social, économique et institutionnel, elle est handicapée par de plusieurs difficultés et pour cela peu développée. Ses moyens techniques, financiers et humains restent médiocres ou limités. En dépit de cela, dans l’environnement de pauvreté qui est celui des communautés riveraines, elle joue un rôle non négligeable notamment au niveau des revenus, de l’emploi, et de la satisfaction des besoins des acteurs concernés. La contribution totale de la filière raphia au développement a été estimée à 192 429 633 Fr. CFA et les revenus d’exploitation de tous les acteurs ont un signe positif malgré le faible niveau de technologie et de formation des transformateurs et artisans. Des discussions faites avec les populations riveraines, il ressort que les revenus issus du raphia servent principalement dans l’approvisionnement alimentaire, la construction d’habitat et la réalisation sociale (mariage, enterrement, cérémonie).

65On note un accaparement des revenus de la filière par les acteurs intermédiaires, ce qui met en péril la viabilité socio-économique de la filière. Ce défaut d’équité dans le système d’exploitation commerciale décourage les cueilleurs et engendre comme le dit RosTonen et al. (1995) des « prélèvements anarchiques ». La faible viabilité économique de la filière est exacerbée par la précarité du cadre institutionnelle et légale de gestion du parc à raphia et de commercialisation des produits. En réalité, on ne saurait parler de gestion au sens plein du terme dans la mesure où aucune instance ne gère à proprement parler la ressource. En effet, les institutions traditionnelles qui ont pendant longtemps régulé l’accès aux ressources de la forêt connaissent aujourd’hui une crise de légitimité. L’accès à la ressource est « libre » et les règles et interdits endogènes à caractère écologique sont aujourd’hui complètement bafoués par la plus part des acteurs. Par exemple le palmier raphia fleurit généralement entre 7 et 9 ans d’âge. Cette phase s'annonce par l'apparition de courtes feuilles, sub-verticales, en nombre variable, à l'aisselle des dernières feuilles (localement appelées Awlago). La maturité des plants pour l’exploitation du vin de raphia est déterminée par le nombre de « Awlago » développés. Le stade trois « Awlago » correspond à l’optimum de production de vin par la plante ; c’est donc à ce stade qu’il est recommandé de saigner le raphia non seulement pour avoir un bon rendement mais aussi parce que cela permet de laisser la plante se reproduire normalement. Cependant, cette mesure économique et écologique n’est plus respectée de nos jours et ceci à cause de la faible viabilité de la filière, l’absence de gouvernance et de gestion de la filière, la dégradation progressive du parc à raphia, impliquant une compétition dans l’accès à la ressource.

66Malheureusement, l’intervention des acteurs extérieurs (ONG, projets...), grâce aux moyens financiers, aux ressources humaines, au savoir-faire qu’ils mobilisent n’a pas pu encore insuffler un dynamisme nouveau à la filière malgré les quelques avancées qu’on peut noter et dont notamment la mise en défend de la zone de sozounmè. Aucune initiative de domestication ni de reboisement du raphia n’a été signalée lors de nos enquêtes ; on est en présence d’un véritable système de cueillette dans sa plus simple expression.

67Cependant, on peut encore noter certains aspects positifs sur lesquels les actions futurs peuvent se baser. En l’occurrence le contrôle de l’accès à la ressource est certes défaillant, mais l’accès direct des non riverains aux ressources du « hlan » reste totalement interdit et contrôlé par les communautés. On note aussi des tentatives d’ajustement des exploitants (réponse adaptative) face à la dégradation du parc à raphia. En effet, les travaux de DAN 2008 ont permis de dénombrer 148 exploitants de vin de raphia et d’estimer à 15 452 le nombre de pieds de raphia saignés par an tandis que le présent travail a permis de dénombrer 92 exploitants et d’estimer à 8832 le nombre de pieds de raphia saignés annuellement.

68Au total, la soutenabilité (écologique, économique et sociale) de la filière raphia dans la forêt marécageuse « Hlanzoun » présente un tableau mitigé à cause du contexte sociopolitique dans lequel l’exploitation a lieu, de la surexploitation et de la faible viabilité économique de la filière.

Conclusion

69Le travail qui s’achève ne prétend pas avoir étudié ou analysé son sujet de façon exhaustive. Tout au moins, il a présenté et scruté ses aspects primordiaux et soulevé plus ou moins explicitement un certain nombre de préoccupations. Au terme de cet exercice, on peut dégager les principaux constats et formuler les suggestions qui suivent.

70Le raphia fait partie des plantes aux attributs socio-économiques et culturels remarquables que les populations riveraines du Hlanzoun tirent de leurs écosystèmes depuis longtemps. Cette ressource de service domestique (artisanat local et alcool alimentaire pour cérémonie et rites) au départ, a au fil des années, acquis une dimension commerciale.

71L’exploitation commerciale de ce PFNL se déploie suivant une organisation plutôt simple et avec des caractéristiques propres à la plupart des activités de la petite production marchande des économies sous-développées en crise. Cette exploitation est essentiellement articulée autour des coupeurs/collecteurs, des intermédiaires commerciaux, des agents de transformation/conditionnement et des consommateurs des produits finis. Cependant, la contribution totale de la filière raphia au développement a été estimée à 192429633 F CFA et les revenus d’exploitation de tous les acteurs ont un signe positif malgré le faible niveau de technologie et de formation des transformateurs et artisans. Le raphia apporte donc des revenus relativement importants aux divers acteurs en dépit des handicaps de la filière et du déficit d’équité dans la répartition des richesses produites. Ce sont les acteurs intermédiaires qui monopolisent une part importante de la richesse produite au sein de la filière.

72Au plan de la gouvernance, on note un déficit flagrant d’instances, de règles et de procédures, dont l’effectivité ou la légitimité est clairement établie.

73Cet état de chose a de facto laissé le parc à raphia dans un régime d’accès « libre » pour les riverains ; nous nous retrouvons donc en présence d’un système de « cueillette », caractérisé par l’exploitation de plant immature et la surexploitation mettant en péril la capacité de renouvellement de la ressource et même l’avenir de la filière. On note cependant des tentatives d’adaptation des riverains. En effet, le nombre d’exploitants est passé de 148 à 92 entre 2008 et 2010 et le nombre de pieds de raphia saignés est passé de 15 452 à 8 832 durant la même période.

74Les différentes lacunes identifiées se conjuguent pour inscrire l’exploitation du raphia dans le Hlanzoun dans un environnement défavorable par rapport aux exigences de développement durable d’une filière de PFNL.

75L’exploitation des PFNL ne saurait donc être un remède miracle à la pauvreté des populations locales tant que leurs indicateurs de développement humain seront faibles. Le contexte général d’indigence ou de précarité limite sérieusement les possibilités de développement durable de la filière raphia. Le rôle positif des PFNL dans l’amélioration des conditions de vie des populations locales présente des limites évidentes et ne saurait être exagéré. Quant au rôle des PFNL dans la gestion participative des forêts, l’analyse permet de mettre en évidence qu’il n’est pas nul, mais est sérieusement limité par rapport aux exigences globales du processus de co-management. Les PFNL peuvent notamment être révélateurs d’un besoin de cogestion, servir comme ressource de mobilisation de la masse, comme support du processus d’initiation ou d’apprentissage collectif et de définition du cadre relationnel de cogestion et générateur d’une institution de gestion consensuelle.

76Les données de la présente étude, permettent de faire quelques propositions de pistes pour l’avenir. En attendant la mise au point et la mise en œuvre d’un schéma d’aménagement plus consensuel et légitime, il faudrait :

  • Instituer un système de collecte rotative à travers différents secteurs suivant une périodicité à déterminer sur une base scientifique;

  • Faire des plantations d’enrichissement, surtout là où le besoin se fait sentir;

  • Mettre au point et vulgariser une technologie d’extraction et de transformation plus productive.

77Il est question de passer d’un système interne de libre accès à un système d’exploitation commune régulé. Par ailleurs, la création d’une forêt communautaire est susceptible de donner aux communautés locales un cadre favorable à une gestion locale des PFNL dans une approche globale intégrant toutes les ressources forestières de grande importance. C’est pourquoi les populations locales gagneraient à tirer profit des initiatives de décentralisation de la gestion des ressources forestière en cours actuellement dans la zone d’étude et essayer de faire reconnaître leurs droits sur ces ressources, les sécuriser et organiser localement un cadre de gestion durable.

78Des perspectives intéressantes s’ouvrent aussi pour la recherche au niveau de plusieurs sujets, notamment certains aspects relatifs aux considérations théoriques ainsi que des éléments d’appréciation de la durabilité. Ceci constitue des fondements pour des investigations ultérieures (nouvelles pistes de recherches). Il est question notamment d’intensifier les efforts de conceptualisation (affûtage des concepts), de construction théorique et si possible de modélisation susceptible d’orienter les investigations ultérieures et d’éclairer la formulation des interventions. Les aspects méthodologiques requièrent aussi des efforts notamment en ce qui concerne l’analyse de la durabilité. A ce niveau, l’absence de données biologiques et écologiques suffisantes a limité les analyses relatives à la durabilité écologique. Par exemple, l’idéal aurait été d’évaluer véritablement la durabilité écologique de l’exploitation des raphias à partir des données issues d’un protocole d’appréciation et de surveillance appropriée pour toute la panoplie des effets directs et indirects de différents niveaux, pratiques, et rythmes de prélèvement sur les individus, la population et l’écosystème (effets sur la reproduction, la croissance, la vigueur/vitalité du tronc, la dynamique de peuplement, les nutriments, la structure et l’évolution de la forêt). La recherche devra donc s’atteler à collecter ces données (pour différents faciès de végétation et espèces de rotins) et à définir les principaux paramètres biologiques et écologiques de la viabilité de l’exploitation à savoir l’intensité et la fréquence optimales d’extraction. Elle devra aussi étudier les possibilités de transplantation/culture de raphia dans les systèmes agro-forestiers ou d’autres systèmes de végétation à dominance arbustive.

79Sur le plan économique, la recherche devra analyser les possibilités d’exploitation d’autres parties de la plante comme les graines utilisées dans l’agro-alimentaire au Brésil, mais aussi les possibilités d’exportation des fibres (très développée au Madagascar par exemple). La recherche devra aussi identifier les possibilités de diversification des filières autour du Hlanzoun.

80Enfin, par rapport à la question de gouvernance qui revêt une importance capitale actuellement, la recherche devra apporter des réponses adaptées à plusieurs d’interrogations: Dans le cadre d’une gestion décentralisée / participative et démocratique, quelles prérogatives conférer aux groupes locaux? Quelles sont les instances locales les plus indiquées pour une telle dévolution ? Quels sont les ajustements institutionnels, législatifs et réglementaires nécessaires pour conférer au nouveau cadre en place toute l’efficacité et la cohérence nécessaires ? Quel rôle pour l’Etat ?

81Faire renaître la communauté des riverains autour d’intérêts communs et promoteur d’une gestion durable des ressources, c’est le sens des interventions pour développer des activités alternatives à une exploitation destructive des ressources du Hlanzoun.

Haut de page

Bibliographie

Assies, W. (1997). “Going nuts for the rainforest”, Non-timber forest products, forest conservation and sustainability in Amazonia, Amsterdam, Thela Publishers.

Beer, J.H. de and Mc. Dermott, M.J. (1989). The economic value of non-timber forest products in Southeast Asia, Amsterdam, IUCN.

Bishop, J.T. (1998). “The economics of non-timber forest benefits: an overview”, International Institute for Environment and Development, London.

Blanchet, R., R. Ghiglione, J. Massonnat et A. Trognon (1998). Les techniques d’enquête en sciences sociales, Paris, Dunod.

Bonnéhin, L. (1991). Importance des produits forestiers non ligneux pour la participation des populations locales à l’aménagement de la forêt dans la région de Tai, Côte d’Ivoire.

Borrini-Feyerabend, G., M.T. Farvar, J.C. Nguinguiri et V.A. Ndangang (2000). La gestion participative des ressources naturelles: organisation, négociation et apprentissage par l’action. GTZ et UICN, Heidelberg, KasparekVerlag.

Carpenter, S. (2001). Ecological futures: building an ecology of the long now, University of Wisconsin.

Clark, L.E. (2000). Produits forestiers non ligneux en Afrique Centrale. Atelier sur les résultats de la recherche pour le Programme Régional de l’Afrique Centrale pour l’Environnement 1998-2000, Limbe, CARPE.

Clark, L.E. et N. Tchamou (1998). La recherche sur les produits forestiers non ligneux en Afrique Centrale. Situation du secteur, CARPE, Yaoundé.

Clark, L.E. and P. Vanthomme (2001). Non-wood forest products of Central Africa, Current research issues and prospects for conservation and development, Rome, FAO.

Dan, C. (2009). Etudes écologique, floristique, phytosociologique et ethnobotanique de la forêt marécageuse de Lokoli (Zogbodomey – Bénin), Thèse de Doctorat, Université Libre de Bruxelles.

Defo, L. (1999b). Rattan or porcupine: benefits and limitations of a high value NWFP for conservation in Yaoundé region of Cameroon, Sunderland, T.C.H.

Defo, L. (1999c). Les exploitants des produits forestiers non ligneux, des «hors la loi» ou des «oubliés de la loi», Bruxelles, APFT Briefing 19.

Defo, L. et T. Sunderland (1999). L’artisanat de rotin en milieu urbain au Sud-Cameroun, African Rattan Research Programme report, Yaoundé.

DFID (1999). Sustainable livelihoods guidance sheets, DFID.

Dorp, M. van, R. Niemeijer et D. Ewane (2000). « La richesse des forêts au Cameroun: résultats de l’expérimentation sur le terrain d’une méthodologie pour l’évaluation des PFNL au Nord-Ouest et au Sud-Ouest du Cameroun », In: Clark, L. (ed.), Produits forestiers non ligneux en Afrique Centrale. Atelier sur les résultats dela recherche pour le Programme Régional de l’Afrique Centrale pour l’Environnement1998-2000 : 72-79, Limbe, CARPE.

Durst, P. (1995). “Non-Wood Forest Products in Asia: Traditional Ressources New Operation presented”, In, Appropriate Technology International & UNAC/PBSP Upland Marketing Program (ed.) Proceedings of the Third National RattanConference, Manila, PBSP, Intramuros.

Durst, P.B. and A. Bishop (eds.) (1995). Beyond timber: social, economic and cultural dimensions of non-wood forest products in Asia and the Pacific, FAO Regionaloffice for Asia and the Pacific, Bangkok.

Egboou, P. (2001). Institutions locales et modes de gestion des ressources naturelles en zone humide du Bas-Bénin (Sous-Préfecture de Zogbodomey), Thèse d’ingénieur Agronome, Bénin, FSA-UAC.

Falconer, J. (1992). Non-timber forest products in southern Ghana, A summary report, ODA Forestry Series, n° 2.

FAO (1991). Non-wood forest products: The way ahead, FAO Forestry Paper 97, Rome, FAO.

FAO (1993). More than wood. Special option on multiple uses of forest, Rome, FAO forestry Topics report n° 4. FAO.

FAO (1999). Vers une définition harmonisée des produits forestiers non ligneux, Unasylva50.

Floquet, A. (2009). Clusters and value chains. Concepts and application in the tourism sector, Methodological report for the project “Systematization and analysis of the contributions of the national parks and biological reserves to the economic and social development in Costa Rica, Benin and Bhutan”. Cotonou, CEBEDES.

Floquet, A. et R. Mongbo (1992). Pour une auto-gestion durable : le diagnostic concerté des modes de gestion des ressources naturelles en milieu rural au Bénin, Cotonou, PAE /GTZ /CEBEDES, Bénin.

Folke, C., F. Berkes and J. Colding (2001). “Ecological practices and social mechanisms for building resilience and sustainability”, In, Linking social and ecological systems: management practices and social mechanisms for building resilience, (ed.), Beijer Reprint Series N° 99.

Folke, C., S. Carpenter, T. Elmqvist, L. Gunderson, C.S. Holing and B. Walker (2002). Resilience and sustainable development : building adaptive capacity in a world of transformations, The World Summit on Sustainable Development, The Environmental Advisory Council to the Swedish Government.

Godoy, R., R. Lubowski and A. Markandya (1993). “A method for the economic valuation of non-timber tropical forest products”, Economic Botany, 47.

Godoy, A.R. and K.S. Bawa (1993). “The economic value and sustainable harvest of plants and animals from the tropical forest: assumptions, hypotheses and methods”, Economic Botany, 47.

Grawith, M. (1979). Méthodes des sciences sociales, Paris, Dalloz.

Groot, W.T. De (1992). Environmental science theory, concepts and methods in a one world, problem-oriented paradigm, Amsterdam, Elsevier.

Hardin, G. (1968). “The tragedy of the commons”, Science, 162.

Hertog, Wh. den and K.F. Wiersum (2000). “Timur (Zanthoxylumarmatum) production in Nepal-dynamics in non-timber forest resource management”, Mountain research and Development, 20.

Hilhorst, D. (2003). The real world of NGOs. Discourses, diversity and development, London- New York, Zed Books Ltd.

Hill, K., G. McMillan and R. Farina (2003). “Hunting-Related Changes in Game Encounter Rates from 1994 to 2001 in the Mbaracayu Reserve, Paraguay”, Conservation Biology, 17.

Holling, C. S. (2000). “Theories for sustainable futures”, Conservation Ecology, 4.

Homma, A.K.O. (1992). “The dynamics of extraction in Amazonia: a historical perspective”, Advances in Economic Botany, 9.

Ingles, A.W., A. Musch and H. Qwist-Hoffmann (1999). The participatory process for supporting collaborative management of natural resources: an overview, Rome, FAO.

Lavigne Delville, P. (2001). « Quelle gouvernance pour les ressources naturelles renouvelables? La gestion des ressources renouvelables dans le contexte de la décentralisation en Afrique de l’Ouest », Etudes de l’AFD, Paris, AFD.

Lawal, O.M. (2004). Estimation of impact of land use changes on catchment hydrology and sediment load in southern Benin, Thesis submitted in partial fulfillment of the Master of Science in Agricultural Science, Food Security and Natural Resource Management, Hohenheim, Germany.

Lélé, S. and R.B. Norgaard (1996). “Sustainability and the scientist's burden”, Conservation Biology, 10.

Ludwig, D., R. Hilborn and C. Walter (1993). “Uncertainty, resource exploitation, and conservation: lessons from history”, Science, 260.

Malleson, R. (1993). « Harmonie et discordance entre l’utilisation et la conservation des PFNL dans le parc national de Korup », Document RDFN n° 15c.

Milner-Gulland, E. J. and H. ResitAkçakaya (2001). “Sustainability indices for exploited populations”, Trends in Ecology and Evolution, 16.

Mongbo, R.L. et R. Schamhart (1992). Cours de méthodologie de la recherche socio-économique de la recherche en milieu rural africain, Bénin, FSA / UAC.

Mongbo, R.L., A. Floquet et P. Egboou (2005). « Décentralisation et place descommunautés riveraines dans la gestion des ressources naturelles : cas de la forêtmarécageuse de Lokoly dans le Bas-Bénin », Etudes Béninoises, 1.

Mongbo, R.L. (2008). “State building and local democracy in Benin: Two cases of decentralised forest management”, Conservation and Society, 6 (1).

Neumann, R.P. and E. Hirsch (2000). Commercialization of non-timber forest products: review and analysis of research, Bogor, CIFOR.

Organisation International des Bois Tropicaux (OIBT) (1990). Position et potentialités des produits autres que le bois dans la mise en valeur durable des forêts Tropicales, Actes du séminaire international tenu à Kamakura (Japon) le 17 novembre 1990, ITTO.

Panayotou, T. and P.S. Ashton (1992). Not by timber alone. Economics and ecology for sustaining tropical forest, Washington DC, Island Press.

Panayotou, T. (1990). « Introduction: aménagement forestier polyvalent-est-ce la clef de la durée? », In OIBT (ed.), Position et potentialités des produits autres que le bois dans la mise en valeur durable des forêts tropicales, OIBT, Série Technique OIBT, 11 : 3-8.

Peters, C. (1997). Exploitation soutenue de produits forestiers autres que le bois en forêt tropicale humide: manuel d’initiation écologique, Programme d’Appui à la Biodiversité, Washington DC.

Richards, M. (1993). “The potential of non-timber forest products in sustainable natural forest management in Amazonia”, Commonwealth Forestry Review, 72 (1).

Peterson, G.D., C.R. Allen and C.S. Holling (1998). “Ecological resilience, biodiversity, and scale”, Ecosystems, 1.

Profizi, J.P. (ed.). Nouvelles recherches sur le raphia africain, Beijing, INBAR.

Resalliance (2007). Resilience: Key concepts, URL, < www.resalliance.org/564.php>.

Rijsoort, J. van (2000) NTFPs. Their role in sustainable forest management in the tropics, Wageningen, EC-LNV/IAC.

Robinson, J.G. (1993). “The limits to caring: sustainable living and the loss of biodiversity”, Conservation Biology.

Robinson, J.G. and K.H. Redford (1991). “Sustainable harvest of neotropical forest mammals”, In Neotropical wildlife use and conservation, (ed.), Chicago (USA), Universityof Chicago.

Ros-Tonen, M., W. Dijkman and E. Lammerts van Bueren (1995). Commercial and sustainable extraction of non-timber forest products. Towards a policy and management- oriented research strategy, Wageningen, The Tropenbos Foundation.

Ros-Tonen, M.A.F., T. Andel, van, W. Assies, J.F.W. Dijk van, J.F. Duivenvoorden, M.C. Hammen van der, W. Jong de, M. Reinders, C.A. Rodriguez Fernandez & J.L.C.H. Valkenburg van (1998). “Methods for non-timber forest products research, The Tropenbos experience”, Tropenbos Documents, 14, Wageningen, TheTropenbos Foundation.

Ros-Tonen, M.A.F. (ed.) (1999). NTFP research in the TropenbosProgramme: results and perspectives, Wageningen, The Tropenbos Foundation.

Ros-Tonen, M.A.F. (1999a). Introduction: NTFP research in the Tropenbos programme”, In Ros-Tonen, M.A.F. (ed.), NTFP research in the Tropenbos Programme: results and perspectives, Wageningen, The Tropenbos Foundation.

Ros-Tonen, M.A.F. (1999). Refining concepts, objectives and research questions for NTFP research”, In Ros-Tonen, M.A.F. (ed.), NTFP research in the Tropenbos Programme: results and perspectives, Wageningen, The Tropenbos Foundation.

Ros-Tonen, M.A.F. (2000). “The role of non-timber forest products in sustainable tropical management”, HolzalsRoh und Werkstoff, 58.

Ruitenbeek, H.J. (1990). Economic analysis of tropical forest conservation initiatives. Examples from West Africa, Surrey, WWF-UK.

Ruiz-Pérez, M. (1995). A conceptual framework for CIFOR’s research on non-wood forest products, Bogor, CIFOR Working Paper, 6, CIFOR.

Ruiz-Pérez, M., O. Ndoye and A. Eyebe (1999). “Marketing of non-wood forest products in the humid forest zone of Cameroon”, Unasylva, 198.

Ruiz Pérez, M. and J.E.M. Arnold (eds.) (1996). Current issues in non-timber forest products research, Bogor, CIFOR.

Ryan, J.C. (1991). “Goods from the woods”, FTP no 14 (version traduite et publiée sous le titre ‘Les richesses de la forêt et des Arbres, Forêts et Communautés Rurales, Bul. n°2).

Sayer, J.A. (1990). « Utilisation des produits forestiers autres que le bois à l’appui des programmes de conservation », In OIBT (ed.), Position et potentialités des produitsautres que le bois dans la mise en valeur durable des forêts tropicales, Série Technique OIBT no 11, OIBT.

Stephens, P.A., F. Frey-Roos, W. Arnold and W. J.Sutherland (2002). “Sustainable exploitation of social species: a test and comparison of models”, Journal of Applied Ecology, 39.

Shiembo, N.P. (1982). Economic analysis of raphia and cane in Cameroon, Ibadan, University of Ibadan.

Sonné, N. (2001). Collection and uses of non-timber forest products by local people in the north-eastern periphery of Campo-Ma’an National Park; South Cameroon, Wageningen, Wageningen University.

Sunderland, T.C.H., L.E. Clark and P. Vantomme (eds.) (1999). Non-wood forest products of Central Africa, Current research issues and prospects for conservation and development, Rome FAO.

Sutherland, W. J. (2001). “Sustainable exploitation: a review of principles and methods”, Wildlife Biology, 7(3).

Venema, B. and Breemer, H. van den (eds.) (1999). Towards negociated co-management of natural resources in Africa, Lit, Munster/London/Hamburg.

Vanthomme, H. (2006). L’Exploitation durable du petit gibier en Centrafrique ou peut-on concilier développement et conservation ? Document de projet de thèse de Doctorat, CIRAD.

Walker, B., S. Carpenter, J. Anderies, N. Abel, G. S.Cumming, M. Janssen, L. Lebel, J. Norberg, G.D. Peterson and R. Pritchard (2002). “Resilience management in social-ecological systems: a working hypothesis for a participatory approach”, Conservation Ecology, 6.

Wild, R.G. et Mutebi, J. (1996). L’utilisation des ressources végétales par les communautés, un moyen de conservation. Mise en place d’une co-gestion dans les parcs nationaux de Bwindi Impénétrable et Mgahinga Gorille, Ouganda, Document de Travail Peuples et Plantes 5, Paris, UNESCO.

Wilkie, D. (1999). “CARPE and non-wood forest products”, In Sunderland, T.C.H., L.E. Clark & P. Vantomme (eds.) (1999), Non-wood forest products of Central Africa, Current research issues and prospects for conservation and development, Rome, FAO.

Wilkie, D.S. and J.F. Carpenter (1999). “Bushmeat hunting in the Congo Basin: an assessment of impacts and options for mitigation”, Biodiversity and Conservation, 8.

Wong, J.L.G., K. Thornber and N. Baker (2001). Evaluation des ressources en produits forestiers non ligneux, Expériences et principes de biométrie, Rome FAO.

World Commission on Environment and Development (WCED) (1987). Our common future, Oxford, Oxford University Press.

World Wildlife Fund/Union International pour la Conservation de la Nature (1996). Des forêts pour la vie, Surrey, WWF-Great Britain.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Paradigme des relations entre stock de ressources naturelles (Kn) et niveau de vie standard (NVS)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5556/img-1.png
Fichier image/png, 14k
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5556/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Figure 2. Schéma global du fonctionnement d’un système socio-écologique
Crédits Source : Tiré de Vanthomme, 2006
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5556/img-3.png
Fichier image/png, 57k
Titre Figure 3. Localisation de la forêt marécageuse « Hlanzoun » dans le réseau hydrographique du Sud-Bénin
Crédits Source : LAWAL 2004
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5556/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 2. La perception par les exploitants de la densité des raphias dans la forêt marécageuse Hlanzoun
Crédits Source : Nos enquêtes, 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5556/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 4. Diagramme empilé de la valeur ajoutée brute (à gauche) et du revenu d’exploitation (à droite) par type d’acteur de la filière vin de raphia.
Légende Source : Nos enquêtes, 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5556/img-6.png
Fichier image/png, 30k
Titre Figure 5. Diagramme empilé de la valeur ajoutée brute (à gauche) et du revenu d’exploitation (à gauche) par type d’acteur de la filière autres produits dérivés du raphia
Crédits Source : Nos enquêtes, 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5556/img-7.png
Fichier image/png, 17k
Titre Figure 6. Système Socio-Ecologique du Raphia dans la forêt marécageuse « Hlanzoun »
Crédits Source : Nos travaux, 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5556/img-8.png
Fichier image/png, 61k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Judicaël Alladatin, « L’exploitation du Raphia dans la forêt marécageuse Hlanzoun : entre contribution au développement socio-économique et dégradation des ressources naturelles », Études caribéennes [En ligne], 20 | Décembre 2011, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 20 août 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/5556 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.5556

Haut de page

Auteur

Judicaël Alladatin

Université Laval, Ingénieur Agroéconomiste, Doctorant à la Faculté des Sciences Sociales, judicael.alladatin.1@ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org