Navigation – Plan du site
Problématiques environnementales africaines

L’Agdal dans la dynamique des systèmes agraires des arganeraies des Haha (Haut-Atlas Occidental, Maroc)

The Agdal in the Dynamics of Farming Systems of the Haha (Western High Atlas, Morocco)
Hassan Faouzi

Résumés

Partout au Maghreb, les modes de gestion « traditionnels » et les institutions coutumières ont été fortement désorganisés au cours du xxe siècle. Dans le Haut Atlas marocain cependant, les institutions locales intervenant dans la gestion des ressources naturelles communes (eau, forêts, parcours) se maintiennent aujourd’hui encore, protégées par un isolement relatif et une histoire particulière. L’agdal, mise en défens « traditionnelle » des milieux forestiers et pastoraux, est une pratique de gestion emblématique de la montagne berbère.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis des décennies les montagnes marocaines, sont le théâtre des évolutions qui placent leur patrimoine naturel et culturel au cœur des préoccupations environnementales et de développement socio-économique. Le revers des institutions « modernes » pour gérer les ressources sylvopastorales collectives dans les milieux soumis à de fortes pressions anthropiques et à une surexploitation des ressources ainsi que la rareté des ressources ont incité les populations à mettre en place des formes de contrôle coutumières des espaces forestiers et pastoraux (Hammi et al., 2007). Ces régimes se perpétuent dans le Haut-Atlas marocain sous le nom d’agdal, terme qui désigne un territoire sylvopastoral collectif soumis à des mises en défens temporaires. Il « correspond à la mise en défens temporaire d’un « espace ressources » par des institutions coutumières intervenant à différentes échelles territoriales (village, fraction tribale) » (Auclair et Alifriqui, 2008). Dans le Haut-Atlas, cette pratique permet la préservation des ressources naturelles. Ce système « traditionnel » de gestion communautaire des ressources sylvopastorales, trouve aujourd’hui un nouveau succès ; avec la généralisation de la loquacité du développement durable (valorisation des savoirs locaux, « gestion participative » des ressources naturelles…) (Hammi et al., 2007).

2Cet article aborde les modes de gestion traditionnels et leurs implications sur les dynamiques des formations boisées dans les arganeraies des Haha (Haut-Atlas occidental), dont les écosystèmes sylvopastoraux montrent une importante dégradation de leur couverture végétale. Il vise aussi à évaluer l’impact de cette gestion coutumière sur les dynamiques des formations boisées dans les arganeraies des Haha, à travers une étude basée sur l’observation visuelle sur le terrain.

  • 1 Période qui correspond à nos années de recherche doctorale.

3Différentes approches scientifiques ont été mobilisées dans le cadre de la recherche : recueil de données écologiques, une série de photographies aériennes, cartes topographiques au 1/50 000 de toutes les régions des Haha, enquêtes systématiques, entretiens avec les fellahs et observations sur le terrain. Nous avons commencé par des séjours sur le terrain. Ces séjours nous ont permis d’approfondir nos observations et de mener nos enquêtes auprès des autorités locales et de la population (agriculteurs, éleveurs, ouvrier agricoles, bergers etc.). Autrement dit, c’est à partir du contact direct avec le milieu et les hommes que l’on parviendra à toucher au fond les problèmes d’organisation de l’espace. C’est dans cette optique que nous avons privilégié les contacts avec les gens âgés. Ces contacts nous ont permis d’avoir un maximum d’information sur le passé lointain de ces communautés. Nous avons aussi consulté bon nombre de livres, de statistiques et d’études qui traitent les différents sujets abordés au cours de ce travail. La recherche a été menée de 1994 à 19981 avec des mois complets de cohabitation avec les tribus de la confédération des Haha durant toutes les saisons agropastorales. A partir d’observations de terrain illustrées par des photos prises au sol et complétées par des supports issus du traitement des photographies aériennes. Les statistiques issues des recensements de la population et de l’agriculture sont utilisées pour décrire l’évolution de la population et la pression foncière consécutive à l’accroissement des besoins en terres agricoles.

4Face aux mutations socio-économiques et démographiques accélérées, aux transformations des institutions traditionnelles et aux dynamiques agropastorales et territoriales de la région des Haha, plusieurs questions entourent ces pratiques de gestion coutumière et leurs conséquences sur l’arganeraie et le devenir de la pratique de l’agdal.

1. Présentation de la zone d’étude

5Le territoire des Haha est une région de hauts plateaux prolongeant le Haut-Atlas occidental d’une superficie totale d’environ 3 072 km2 (dont 2 071 km2 de superficie forestière) et abrite une population de 205 200 habitants. C’est une région de relief montagneux contrasté peu favorable à l'installation humaine. Montagnes modestes encadrant des plateaux ou de petites plaines. Cette région correspond au terroir de la célèbre tribu du Haut-Atlas occidental ; les Haha où vivent environ 205 200 habitants. Ces plateaux sont peuplés d'une paysannerie peu dense, qui pratique une polyculture où l’arganier tient la première place. En effet, cet arbre est considéré par les habitants du sud marocain comme une providence du ciel. Cet arbre forestier-fruitier et fourrager qui s’étendait autrefois sur plus de 1 400 000 hectares ne couvre actuellement que 820 000 hectares dans le sud-ouest marocain, depuis Safi jusqu’à la frange saharienne, avec vers le nord, des points isolés, témoignant de son extension au tertiaire et au début du quaternaire (figure 1).

Figure 1. Localisation du terrain d’étude et limites de la confédération des Haha

Figure 1. Localisation du terrain d’étude et limites de la confédération des Haha

Source : H. Faouzi, 2003.

6Selon Emberger (1954), la région est classée du point de vue bioclimatique comme une zone à climat aride à semi-aride. En effet, face à une forte évaporation, la pluviométrie moyenne (250 à 300 mm/an) reste malgré tout, non seulement faible, mais aussi sans grande signification puisque très irrégulière.

2. Le contexte socio-économique

7Les caractéristiques socio-économiques et les conditions de vie dans la région sont dures ; phénomène qui s’est accentué avec les récentes années de sécheresse. Elles le seront de plus en plus, sachant que l’évolution des deux paramètres se fait dans le sens inverse : croissance continue de la population et dégradation permanente du milieu. Ceci crée un grand déséquilibre entre population et ressources dans un contexte bioclimatique ne permettant pas une expression optimale de la productivité forestière.

8L'importance numérique de la population et sa répartition dans l'espace ont un grand intérêt géographique dans la mesure où la pression démographique figure parmi les facteurs ayant occasionné un déséquilibre socio-économique de la région des Haha. La surpopulation a eu des répercussions sur les disponibilités en terre de la région. Il y a donc eu une forte augmentation de la densité d'occupation à l'hectare. Sous l'effet de la pression démographique, de la faible disponibilité en terres agricoles et en eau d'irrigation, cet espace est devenu incapable de nourrir son monde

9Dans la région des Haha, la population locale est de plus en plus nombreuse, elle est passée de 120 300 en 1060 à 205 200 habitants en 2004, enregistrant ainsi un taux moyen d’accroissement annuel de 1,4 %, et une densité démographique importante ; et donc une pression humaine en matière d’occupation des sols qui s’accentue avec le temps.

10Ces chiffres prennent toutes leurs valeurs si on tient compte des potentialités médiocres du milieu ; c'est une région qui se caractérise par la pauvreté des sols, la sévérité des conditions édaphiques (fortes pentes, sols souvent décapés par l’érosion, faible capacité hydrique), la rareté des ressources en eau et la petitesse des espaces irrigués, sans oublier la sécheresse qui frappe la région. Pour ces raisons, le surpeuplement de la région et la surcharge sur les ressources déjà limitées sont une réalité certaine. Cela apparaît très clairement en calculant les densités agricoles ; celles-ci sont élevées ; 191 hab/km2 cultivée (superficie agricole utilisable [SAU]).

11L'agriculture est une composante du système traditionnel d'exploitation de l'espace hihi, elle joue un rôle complémentaire dans les systèmes de production initial à base d'élevage au niveau de la satisfaction des besoins en céréales de la population et en complément pour le cheptel. Face à la croissance démographique, la SAU par exploitation ne cesse de régresser. Le graphique ci-dessous trace l’évolution de la SAU par ménage en % entre 1960 et 1994 dans la région des Haha.

Graphique 1. Régression de la SAU en %

Graphique 1. Régression de la SAU en %

Source : DPA d'Essaouira, 2005.

3. Le système agraire de l’arganeraie des Haha

12Chez les Haha l'organisation des systèmes agraires (figure 2) répond à un modèle caractéristique que l'on pourrait définir comme celui de « vallées irriguées de montagnes sèches sous influence méditerranéenne » (Bourbouze, 1997). On repère classiquement trois sous-ensembles. Le premier est intensif et concerne un réseau dense de terrasses qui portent des cultures irriguées qui occupe les fonds de vallée sur de modestes superficies de statut privé. Le second est très extensif et porte pelouses, parcours et forêts que pâturent les troupeaux. Il est de statut collectif, domanial ou « présumé domanial ». Le troisième est le secteur bour qui comporte des cultures en sec, dont le statut foncier est équivoque (disons un melk contesté), et enfin on peut citer aussi les zones entre irrigué et bour au statut tout aussi flou (Bourbouze, 1997). La région est marquée par un morcellement très important des terres. Ce morcellement est du, entre autres, au système d’héritage et des achats de terres répétés.

Figure 2. Occupation du sol à Ibelaas (Aït Daoud)

Figure 2. Occupation du sol à Ibelaas (Aït Daoud)

Source : carte topographique : Aït Daoud au 1/50 000.

13Le système agraire de l’arganeraie des Haha s’articule autour de trois productions majeures : l’arganier et sa production de noix d’argan (argane), l’élevage de petits ruminants surtout les caprins (taghate), et la culture de céréales, principalement l’orge (tomzine).

14L'arganier est à la base de l’économie rurale des Haha. Son fruit donne une huile à haute valeur nutritionnelle d’une grande qualité qui a une haute valeur sur le marché local, national et international. Le feuillage et la pulpe du fruit d’argane procurent la nourriture pour les caprins et les chameaux, son bois est utilisé comme source d'énergie  pour le chauffage et la cuisson et aussi pour fabriquer des petits outils et des objets domestiques.

15L’arganier, «Argania Spinosa (L) skeels», appartient à une famille tropicale, celle des sapotacées. Le fruit, communément appelé « noix d’argan » est une drupe verte (jaune à maturité) de forme arrondie, ovoïde ou fusiforme (cliché 1). La phénologie de l’arganier (figure 3) est la suivante ; l’arbre perd une partie ou la totalité de ses feuilles durant les mois d’août et septembre. La foliation reprend en octobre pour finir en janvier. C’est à ce moment que débute la croissance des jeunes rameaux dont l’arrêt se produit en juin. La formation et la maturité des fruits présentent un caractère bisannuel, les fleurs apparaissent de mars à la fin mai. Les jeunes fruits issus de cette floraison restant incomplètement développés jusqu’aux premières pluies de l’automne suivant. Leur grossissement se fait alors d’octobre à mai, ils commencent à jaunir en juin, en juillet, leur maturation est presque totale.

Figure 3. Cycle phrénologique de l'arganier

Figure 3. Cycle phrénologique de l'arganier

Source : H. Faouzi, 2003.

16L'arganier est aussi le pivot du système écologique. Les arganiers jouent un rôle important dans la lutte contre la désertification des régions arides du Maroc, et ceci grâce à leur adaptabilité à la sécheresse et leur système de racines, qui peuvent atteindre une profondeur de 30 mètres ce qui leur permet de se comporter comme un "ascenseur de l'eau" pour les autres plantes qui existent à côté de l'arganier.

17Chez les Haha, l’arganier joue un rôle essentiel. Il nourrit, il abrite, il protège, il guérit. Il procure l’ombre, retient l’eau, accueille les discussions, les débats et les rites sacrés. Dans l’arbre, tout est utile, tout se consomme : le bois, l’écorce, les feuilles, les fruits. L’arbre est donc un objet permanent de cupidité et d’échange. L’arganier présente la caractéristique de s’intégrer parfaitement dans un monde de production locale où elle forme la composante essentielle de tout le système de gestion du milieu naturel.

Photographie 1. Noix d’argane (tafyoucht)

Photographie 1. Noix d’argane (tafyoucht)

Cliché. Web.

18L’élevage quant à lui, constitue un des éléments régularisant le budget de l’exploitation. Il reste le principal pôle du système agraire des arganeraies. Les conditions de la région sont favorables à l’extension de l’élevage caprin, notamment en raison de la densité élevée de l’arganier qui devient la seule source de pâturage, « pâturage suspendu » (cliché 2), qui est consommé par le bétail lorsque la végétation spontanée se raréfie pendant la saison sèche.

19La chèvre « est un élément important de l’économie locale et est un maillon clé du système agro-sylvo-pastoral » (Bourbouze et El Aïch, 2005). Le système alimentaire est fondé sur les ressources alimentaires fournies par l’arganeraie. L’utilisation de cette dernière par les caprins concorde avec une organisation sociale précise, adoptant le droit coutumier et le dispositif de l’agdal, la loi forestière et ses interdits, et des pratiques d’élevage (Bourbouze et El Aïch, 2005).

  • 2 En référence à la région des Haha.
  • 3 Ensemble de terres utiliséescomme parcours, dont les propriétaires sont inconnus, ou la terre leur (...)

20Dans le système d’occupation de l’espace hihi2 trois notions jouent des rôles différents et dont les spécificités sont très distinguées dans le paysage : le territoire cultivé, l’agdal ou la forêt privée non cultivés et les mouchâas3. Pour le territoire cultivé, l’arganeraie y est claire, on y rencontre de beaux arganiers et des arbres fruitiers. Pour l’agdal et la forêt privée non cultivées, l’arganeraie y est dense et on y rencontre des arganiers divers et enfin les mouchâas où l’on rencontre des traces de surpâturage.

Photographie 2. Pâturage suspendu dans l’arganeraie des Aït Daoud (Haha)

Photographie 2. Pâturage suspendu dans l’arganeraie des Aït Daoud (Haha)

Cliché. H. Faouzi.

21Dans l’ensemble des Haha

22Haha

agdal

23agdal

24Les Haha, tribus berbères, de dialecte tamazight, correspondent au modèle fragmentaire que décrivent les anthropologues : un ancêtre commun, un système combiné de segments (fractions, lignages), un territoire pour chaque segment, etc. L'organisation de  la mise à disposition des ressources se fait donc à différents niveaux, la tribu et la fraction pour les parcours, le village ou le lignage pour l’eau et l’irrigation (Bourbouze, 1997).

25Plus de 90 % de la population des Haha

26Haha

bours4

27bours

, oueds

28- Propriété privée, melk ;

29melk

melk

30melk

chraâ et al.melk

31melk

32- Propriété domaniale ; elle concerne le domaine privé de l'Etat et le domaine forestier qui sont gérés par le service des Eaux et Forêts.

33- Propriété habous

34habous

et al.

35- Les collectifs ; il s’agit de grands espaces tantôt nus et rocailleux tantôt couverts d’une maigre steppe ou de pâturages. Ces terres sont gérées par le représentant du ministère de l'intérieur qui est le caïd

36Caïd

37Au Maroc, « l'arganeraie appartient à l'Etat, mais les populations locales disposent de très larges droits de jouissance » (Nouaim, 2005). Dans les arganeraies des Haha, la gestion des ressources naturelles a pour base le terroir, au sein duquel on distingue les terres de statut privé, le plus souvent cultivées, et celles de statut domanial couvertes d’arganiers privatisées (agdal), ou utilisées collectivement (mouchâa) (Bourbouze et El Aïch, 2005). La gestion et l’exploitation de l’arganeraie implique plusieurs acteurs : les forestiers, les agriculteurs-éleveurs, les élus et les autorités locales.

38Chez les Haha, l’occupation de l’espace est soumise à des règles sophistiqués issues de la forte synergie entre trois législations : la législation forestière, qui différencie le territoire privé du territoire domanial, la loi coranique qui fixe les règles d’héritage et le droit coutumier qui organise à l’intérieur du territoire domanial la distribution des parcelles entre les usagers et leur utilisation (De Ponteves, 1989). Dans l’arganeraie domaniale, on a quatre droits de jouissance : le droit de ramassage du bois, le droit de pâturage des troupeaux, le droit de ramasser les noix d’argan, et le droit de mise en culture.

39Certes, auparavant les arganiers étaient exploités de manière collective au sein d’une même fraction ou d’un même lignage, mais maintenant et suite à la croissance démographique, l’arganeraie se trouve partagée entre les usagers. Ainsi la récolte de chaque arganier, qu’il soit en forêt domaniale ou sur des terrains privés, appartient à une famille, voire à plusieurs familles en indivision (De Ponteves, 1989). Que l’arganeraie soit domaniale ou non, importe peu aux usagers puisque les droits de faire pâturer collectivement et récolter l’argane individuellement leur sont reconnus.

  • 5 Décret royal

40L’arganeraie est un espace forestier qui relève du domaine de l'Etat et se trouve soumis à la loi forestière de 1917 exactement comme tous les autres espaces forestiers. Cette loi a pris en compte et de façon très étendue les habitudes locales et a consacré une grande partie de son contenu à cette réalité, à savoir le droit d'usage de la population rurale. Au cours des premières années d'application de cette loi, il a été constaté que les populations rurales de la région du sud-ouest marocain nouaient une relation particulière avec l'arganier. Il a fallu donc penser à une législation spéciale pour cette forêt et c'est la loi de 1925 (Dahir5 du 4 mars 1925) qui vient réglementer la gestion, le droit d'usage et de jouissance de la population riveraine. Ces droits comprennent le ramassage du bois mort, la cueillette des fruits, le parcours, la culture, le prélèvement de la terre, du sable, de la pierre et autres.

4. Le droit coutumier

41Nous avons vu plus haut que le mode de vie des Haha est basé essentiellement sur l’utilisation et la mise en valeur des ressources naturelles locales (ressources agro-sylvo-pastorales) et que l'arganier est un arbre à la fois fruitier et fourrager. Ses feuilles et son fruit sont utilisés pour le fourrage des caprins et des camelins et ses amandons (tiznines) sont utilisés pour en extraire l'huile d'argane. Il y a donc antagonisme entre ces deux types de productions particulièrement au moment de la fructification et de la maturation des fruits d’argane. Face à cette rivalité les populations ont donc mis en place une pratique de mise en défens de l’arganeraie appelé : agdal.

42L’agriculture et l’élevage sont des activités importantes qui expliquent la complexité de l’organisation des terroirs forestiers et agricoles. Comme indiqué précédemment, l’espace est composé de secteurs privés en majorité cultivés et de terres de statut domanial couverts d’arganiers qui relèvent de deux types : 1) espaces privatisés ou prétendus comme tels et abritant souvent des cultures de céréales (agdals cultivés) ou exploités individuellement (agdals non cultivés) ; et 2) espaces exploités collectivement, ce sont les mouchâas (Bourbouze et El Aïch, 2005). Le terme agdal renvoie au mode de gestion particulier qui prévoit une mise en défens saisonnière (mise en défens en période de maturation et de ramassage des noix d’argane). Mais, on utilisera ce terme pour désigner à la fois le mode d’exploitation et la zone elle-même sur laquelle la mise en défens s’applique.

43Les populations usagères des arganeraies ont aussi institué des règles qui déterminent leur gestion : l‘örf

44örf

izreg6tafyoucht

45Chez les Haha, les agdals sont donc des espaces bornés soumis à des mises en défens provisoires (pastorales) visant la protection de la récolte de noix d’arganier (tafyoucht). Les règles d’ouverture et de fermeture des agdals ainsi que celles concernant l’exploitation des autres ressources (bois, fourrage, etc.), sont débattues au sein de la jmaâ (assemblée traditionnelle).

5. L’agdal : modalités et pratiques

46La noix d’argane est un élément clé du système de production dans l’arganeraie des Haha. Par conséquent les droits de récolte des noix sont aussi importants que les droits d’usage du sol dans le territoire cultivé. Les règles du droit coutumier interviennent donc pour protéger et garantir la récolte des noix de chacun, surtout que les chèvres sont très friandes de ces noix, la réalisation de cet objectif passe donc par la mise en défens temporaire : les agdals.

47La période de l’agdal est annoncée officiellement par un crieur au souk. La saison de ramassage des noix d’argane (agdal), débute le mois de mai. A partir de cette période, on commence à ramasser les noix dont on détient le droit de récolte. La fin de l’agdal a lieu entre août et septembre, une fois les ayants droit ont terminé la récolte des noix (tafyoucht) dans les différents agdals (figure 4). Le début de la période de ramassage n’est pas imposé. Dès qu’un individu commence à ramasser ses fruits, il provoque un effet domino sur les autres usagers. En effet, les gens effectuent la cueillette en même temps afin d’être sûr qu'on ne leur vole pas les noix qui leur reviennent (De Ponteves, 1989).

48Suite au morcellement et à l'amenuisement des parcelles d'arganiers, on assiste de plus en plus au principe et à la pratique de l’indivision surtout pour les agdals non cultivés. Cette pratique consiste à ce que tous les héritiers ramassent ensemble les noix, consacrant à ce travail un temps relatif aux parts dont ils disposent. Une fois toutes les noix sont ramassées, l'ensemble est redistribué au prorata de chacun. En cas de désaccord entre les associés, la parcelle ne sera pas pâturée tant que toute la récolte des noix ne sera pas achevée. Cependant, il est fréquent que les héritiers qui ne disposent que de leurs chaumes pour faire pâturer leurs troupeaux, s’entendent pour disposer à leur gré d’un agdal même en période de récolte des noix (De Ponteves, 1989).

49Dans son travail, De Ponteves (1989), s’est penché sur l’étude des agdals dans la commune rurale de Smimou (Haut Atlas occidental) et confirme l’existence de deux types d'indivisions sur les parcours pendant la saison de récolte :

50- Soit les indivisaires renoncent au pâturage sur leur agdal

51agdal

 mouchâa

52mouchâa

53 - Soit les indivisaires, s’ils possèdent tous des troupeaux, se mettent d’accord pour faire pâturer leurs troupeaux sur cette parcelle pendant l'agdal

54agdal

55Pendant l’agdal

56agdal

agdals akkaagdal

57agdal

 

Photographie 3. Image satellite spot montrant un agdal cultivé du douar Aghnajanne

Photographie 3. Image satellite spot montrant un agdal cultivé du douar Aghnajanne

Source : satellite Spot, 2009.

Photographie 4. Image satellite spot montrant un agdal non cultivé, douar tabâyat

Photographie 4. Image satellite spot montrant un agdal non cultivé, douar tabâyat

Source : satellite Spot, 2009.

58Pendant l’agdal

59agdal

60Etant donné que la majorité des agdals sont inaccessibles, les troupeaux se concentrent alors, soit sur les chaumes privés, puisque la récolte a lieu au printemps, soit sur les mouchâas

61mouchâas

agdal

62Il n’est pas inutile de rappeler que dans tous les domaines (cultivés et non cultivés), les droits coutumiers se transmettent par héritage, par achat, et par don. Pour ce qui est du droit au parcours concédé au métayer, il est à noter que le propriétaire reçoit, comme compensation de la perte de ces noix, de l'huile d’argane de la part du métayer en échange du droit de parcours de son agdal

63agdal

Figure 4. Rythme annuel d’utilisation des agdals.

Figure 4. Rythme annuel d’utilisation des agdals.

Figure 5. Les agdals des Haha.

Figure 5. Les agdals des Haha.

Afin de pouvoir accéder à la forêt domaniale ou collective (tagante) l'ayant droit A doit d'abord récolter ses noix et faire pâturer sa parcelle, puis après l'ayant droit B et ainsi de suite.

64- Les agdals : une pratique variable et mobile dans le temps et dans l’espace

65La variabilité de la durée de mise en agdal dépend en fait de plusieurs paramètres parmi lesquels on peut citer les conditions climatiques qui agissent sur la maturation des fruits, leur chute pendant l’agdal ainsi que sur leur dessèchement. La pluviométrie des années précédentes intervient aussi et agit sur la précocité de fructification et la quantité produite. L’autre paramètre à citer concerne la variabilité des arbres et leur phénologie propre. Ainsi, pendant les années, où les récoltes sont importantes, la mise en agdal s’étale de mai à octobre, contrairement aux années médiocres, où elle s’arrête en août. Durant les années où la production est faible voire médiocre, l’ensemble de l’arganeraie n’est pas mise en agdal, cependant, les arganiers ayant une fructification importante peuvent être mis individuellement en agdal.

66D'après ce qui précède, on remarque que l’agdal a une influence majeure sur l’organisation du pâturage. Ceci nous pousse à poser la question suivante : comment le pâturage s’organise dans le temps en fonctions des différents territoires de la confédération des Haha.

4. L’organisation du pâturage

67Le système alimentaire est fondé sur deux types d’apports : le pâturage dans l’arganeraie (figure 6), et les apports d’aliments complémentaires. Chez les Haha, le système d'élevage est du type sylvopastoral, dominé par l'élevage caprin qui représente la grande majorité du cheptel. Dans cette région très pauvre aux conditions naturelles très difficiles, la chèvre communément appelée « la vache du pauvre », est la dernière à bénéficier d’apports complémentaires : pulpe d’argane (aligue). Elle est jugée assez rustique pour être nourrie intégralement sur parcours.

68En effet, le système d’élevage caprin extensif est amplement lié à l’arganeraie puisque les parcours leur fournissent entre 70 et 95 % de leurs besoins annuels. La complémentation alimentaire est très limitée et ce sont les bovins qui en reçoivent l'essentiel. Les caprins et les ovins ne reçoivent, quant à eux, que 2 % de ces produits.

69Hors périodes de mise en défens, les troupeaux vont pâturer sur les terres non cultivées, essentiellement sur les forêts collectives qui sont à proximité des douars (villages), et ceci entre la fin du ramassage et le début de l’amoud (semis), période durant laquelle les éleveurs sont libres de mettre leurs animaux là où ils veulent, que ce soit sur leurs parcelles ou celles des autres, sachant qu’en cette période aucune terre n’est concernée ni par le ramassage des noix (tafyoucht) ni par la mise en culture (Person, 1998). Le schéma ci-dessous illustre l’organisation du pâturage dans l’arganeraie des Haha.

Figure 6. Organisation du pâturage dans l’arganeraie des Haha.

Figure 6. Organisation du pâturage dans l’arganeraie des Haha.

70D’après la figure 6, on remarque que, selon l'époque de l'année, les troupeaux ne pâturent pas au même endroit : pendant l'agdal

71agdal

mouchâa

72mouchâas

 agdalsmouchâamouchâasagdals agdalsagdalsmouchâas

73mouchâas

74Le rythme annuel de pâturage, adopté par les éleveurs des Haha, paraît favorable aux parcours et à la production des noix. En effet, les agdals non pâturés pendant l’été, permettent à plusieurs espèces de monter en graines et assurer la production de l’année suivante et aux arbres d’échapper aux dents des animaux (caprins et camelins), puisqu’ils ne sont ni escaladés, ni broutés.

75Ceci qui ne manque pas de se répercuter sur l'état et la forme des arganiers. En effet, dans les agdals mis en défens pendant 4 à 6 mois de l’année, le port le plus fréquent est généralement en fût (cliché 5) avec un houppier dense et sphérique (Ag1 : figure 7). On peut aussi y observer des formes qui se caractérisent par une plagiotropie (croissance latérale ou oblique d’une branche) qui lui confère un port en « plateau » (Ag5 : figure 7). On rencontre aussi des arganiers au port couché (Ag6 : figure 7) et d'autres au tronc tortueux (arganiers anciens et sacrés) (Ag3 : figure 7) (Person, 1998). Dans les mouchâas qui sont des espaces de parcours permanent (cliché 6), au statut collectif, permettant à ceux qui ne possèdent pas d’arganiers, de faire pâturer leur troupeau durant la période de l’agdal et aux pauvres de récolter les fruits d’argane, on y rencontre des arganiers rabougris, étêtés et ébranchés (cliché 7). Bref, les arbres y sont de petites tailles et très dégradés suite à la forte charge de bétail (M1, M2, M3, M4, M5 : figure 7).

Figure 7. Morphologie de l'arganier

Figure 7. Morphologie de l'arganier

Source : H. Faouzi, d’après S. Person, 1998.

Photographie 5. Au premier plan, on aperçoit des cailloux qui servent à indiquer que l’agdal doit être respecté à cet endroit (Aït Daoud, Haha)

Photographie 5. Au premier plan, on aperçoit des cailloux qui servent à indiquer que l’agdal doit être respecté à cet endroit (Aït Daoud, Haha)

Cliché. H. Faouzi, 2003.

Photographie 6. Image satellite des différents espaces du douar Tassila Ntigajda

Photographie 6. Image satellite des différents espaces du douar Tassila Ntigajda

Source : CNES/Spot, 2013.

Photographie 7. Parcelle de type mouchâa (arganeraie des Aït Daoud, Haha)

Photographie 7. Parcelle de type mouchâa (arganeraie des Aït Daoud, Haha)

Cliché. H. Faouzi, 2003.

76D’après ce qui précède, on voit qu’il y a antagonisme entre la production fruitière de l’arganeraie et sa production fourragère. La recherche d’accommodement entre ces deux fonctions se cristallise dans la pratique de l’agdal qui reflète l’importance de la fonction de parcours de l’arganeraie. Mais la fonction principale de l’agdal reste la protection des noix d’argane (tafyoucht). Ceci est illustré pendant les années où il n’y a presque pas de noix d’argane et durant lesquelles, la totalité de l’arganeraie non cultivée reste ouverte au parcours durant tout l’été (Person, 1998).

6. Discussion

77Dans toute la région des Haha, l’arganeraie apparaît plutôt en bon état en comparaison avec les autres arganeraies marocaines surtout celles de la région du Souss, des Aït Baha et de quelques arganeraies de l’Anti Atlas. Ceci nous pousse à se poser la question suivante : la pratique de l’agdal joue-t-elle un rôle dans cette conservation et cette stabilité de l’écosystème arganeraie ?

78Le croisement des photographies aériennes de 1958 et de 1997, en se basant sur l’estimation du recouvrement arboré, a permis l’observation de fortes disparités dans la dynamique forestière selon le statut agdal ou non-agdal de l’arganeraie des Haha. Nous avons observé une très bonne conservation de l’arganeraie et le maintien des arganiers en zone agdal et sa forte dégradation hors agdal. Vu que les feuilles d’arganiers sont souvent la seule ressource fourragère disponible, les parcelles situées à proximité du douar et les forêts collectives qui ne sont pas cultivées (mouchâas) sont les plus pâturées. C’est ainsi que l’arganeraie de ces territoires est très dégradée. Ces observations concordent bien avec les travaux précédents sur la pratique de l’agdal (De Ponteves, 1989 ; Bourbouze, 1997 ; Person, 1998 ; Auclair et Alifiqui, 2004 ; Dominguez, 2004.) ayant annoncé une dégradation très avancée dans les territoires hors agdal.

79Suite à la diminution de la supplémentation traditionnelle en pulpes d’argane à cause de l’amenuisement de la taille des parcelles d’agdal et du fait que les mouchâas n’apportent guère de nourriture, on assiste de plus en plus au processus croissant de protection des agdals même pendant l’été, ce qui explique la bonne conservation des arganiers, et la diminution de la charge pastorale dans presque la totalité de l’arganeraie (graphique 2). Ces résultats montrent donc que l’agdal favorise le maintien d’une biodiversité plus importante dans les territoires mis en défens où la couverture végétale apparaît plus dense contrairement aux zones limitrophes.

Graphique 2. Evolution des effectifs caprins

Graphique 2. Evolution des effectifs caprins

Source : DPA, Essaouira, 2003.

80Le graphique ci-dessus trace l’évolution des effectifs caprins de la région des Haha entre 1994 et 2003. On remarque des fluctuations importantes liées à la variabilité pluviométrique modifiant directement les ressources pastorales. Ainsi, en 1994, le cheptel caprin comptait 301 900 têtes. Mais depuis 1995, il y a eu une chute des effectifs pour atteindre 246 500 têtes. A partir de 1996 on va enregistrer une forte augmentation pour atteindre 379 100 têtes en 2003. Cette baisse est due à la sécheresse, à la réduction des superficies des parcours et à la multiplication des agdals.

81Si le système agraire de l’arganeraie des Haha s’est maintenu jusqu’à aujourd’hui, grâce, entre autres, à la pratique de l’agdal, plusieurs signes avant-coureurs annoncent que ce système est en a atteint ses limites. En effet, depuis des années on constate un déséquilibre qui se manifeste par la forte pression exercée sur la terre et la forêt et qui ne fait que s’accentuer avec la croissance démographique.  Cette dernière avec l’autre facteur qui lui est lié, les systèmes d'héritage, qui accentuent la parcellisation de la propriété foncière d’une génération à l’autre, viennent remettre en question la durabilité de la pratique de la l’agdal. L’indivision, a aussi des conséquences désastreuses sur l’arganeraie, on faisant passer une parcelle de type agdal à une parcelle de type mouchâa, aggravant ainsi le phénomène de dégradation des arganeraies par suite de l’augmentation importante de la charge animale (figure 8).

Figure 8. Schéma illustrant l’impact de la croissance démographique et des systèmes d’héritage sur l’arganeraie.

Figure 8. Schéma illustrant l’impact de la croissance démographique et des systèmes d’héritage sur l’arganeraie.

82Cette charge animale est amplifiée par l’absence quasi-totale de la régénération naturelle de l’arganier à cause de la mise en culture des terres sous arganiers, de la récolte des fruits pour la production d’huile d’argane, du pâturage, de la sécheresse et le manque d’eau, qui détruisent les semis et le sous-bois protecteur (Pumareda et al., 2006). Toutes les observations concordent pour dire qu'aujourd’hui, à de rares exceptions près, il n'y a plus de régénération naturelle de l'arganeraie (Nouaim, 2005). La conscience de ce processus de dégradation est nette, de nombreux éleveurs expriment leur inquiétude et partout chez les Haha nous entendons le même refrain : « ça engendre des problèmes, mais l’arganeraie, c’est grâce à elle que le cheptel survit et le cheptel, c’est grâce à lui que nous survivons, c’est notre trésor  ».

83S'il est vrai que, globalement, dans les agdals les peuplements d’arganiers sont en bon état, la régénération, quant à elle, y est quasi nulle. En effet, ces espaces sont soumis au pâturage au même titre que les autres espaces, ce qui empêche le développement des jeunes pousses d’arganiers (Hammi et al., 2007). Ceci a été confirmé par nos observations visuelles réalisées sur le terrain, ainsi que par les entretiens effectués avec les villageois. Certes, les effets écologiques de l’agdal sont réels. Toutefois, ils ne permettent pas de lutter efficacement contre les processus de dégradation des arganeraies. A partir d'un tel constat, on peut affirmer l’inefficacité de la pratique agdal pour assurer la pérennité et la durabilité des arganeraies.

7. Bilan et perspectives

84Au terme de cette étude plusieurs questions s’imposent : quel bilan établir sur la capacité des organisations traditionnelles locales à bien gérer les ressources naturelles ? Quels enseignements peut-on tirer de cette étude ? Que retenir de ces modes de gestion traditionnels pour un développement soutenable des arganeraies ?

85De l'analyse de cette pratique coutumière traditionnelle se dégage un sentiment double, l'un d'équilibre et de souplesse, l'autre de fragilité, de déséquilibre et d’inadaptation à un milieu en mutation.

86Si les organisations traditionnelles chez les Haha ont pu résister grâce à l’isolement, elles sont aujourd’hui, à l’instar de toutes les institutions traditionnelles locales, confrontées à l’ouverture et aux mutations profondes de la société Hihi (région des Haha) : croissance démographique qui entraîne la multiplication des mouchâas, mutations pastorales, extension des terres de cultures et les changements des systèmes de production, l'exacerbation de la pauvreté, etc., sans oublier l'argent des migrants qui intervient dans les activités agricoles et surtout dans l’achat des chèvres ; considérées comme « le rasoir de la forêt », minant ainsi de l'intérieur le système par l'accroissement incontrôlé des effectifs.

87La mondialisation et l'évolution du marché de l'huile d'argane sont aussi à prendre en compte au niveau local et à des niveaux plus englobant mettant en relation la dynamique agraire avec l'encadrement et les interventions de l'Etat et des organismes internationaux et avec le marché mondial de produits pharmaceutiques et cosmétiques.

88En effet, depuis le début des années 1990, l’huile d’argane a suscité un regain d'intérêt important avec les diverses découvertes de ses vertus culinaires, cosmétiques et médicinales. Ceci a créé une croissance importante du marché de haute valeur d'argane, entraînant une forte explosion du marché de l'huile d'argan cosmétique en Europe et en Amérique.  Les agences de développement nationales et internationales, les ONG et les coopératives locales de l'huile d'argane ont joué un rôle capital dans l'explosion du marché de l’huile d'argane (Aboudrare et al, 2007). Le passage d'un marché local à un marché national et international a eu pour conséquence un envol des cours des noix et de l’huile d’argane. Ceci n’a pas laissé insensible la population locale.

89Bien entendu, les populations locales ne peuvent pas rester indifférentes aux gains engendrés par l’augmentation du prix des produits de l’arganier. De plus en plus de familles se mettent à vendre de l’huile d’argane (Simenel et al., 2009). Cette recrudescence d’intérêt économique pour l’huile d’argane, de la part des populations locales, s’est traduite par l’extension spatiale des aires de cueillette et par l’augmentation du ramassage des noix ce qui s’est manifesté par la multiplication des agdals, et des mises en défens illégales, et ceci au détriment de la gente caprine privée de pulpe d’argane (aligue), et des espaces de parcours, allant ainsi à contresens du système agro-sylvo-pastoral traditionnel local, reposant sur l’arganier, la chèvre et la céréaliculture, essentiellement l’orge. Avec l'évolution de la valeur des fruits d'argane et les exigences de qualité, la majeure partie des fruits est collectée manuellement puisque les graines collectées à travers les chèvres sont de moindre qualité (Aboudrare et al., 2009) et ne répondent pas aux normes européennes.

90Si cette pratique traditionnelle a été conçue pour protéger les fruits d’argane qui étaient destinés principalement à la consommation domestique locale, l’explosion de la demande par les marchés de haute valeur, fait de l’agdal un moyen pour répondre à une autre finalité : « produire et ramasser plus de noix » pour satisfaire le marché et international des cosmétiques et constituer une offre capable de répondre à la hausse de la demande. Mais cela a eu pour effet qu’aujourd’hui, nous en sommes au point où tous les fruits sont ramassés et où ce phénomène coupe le cycle de reproduction, sachant que le fruit (tafyoucht) est essentiel à la reproduction naturelle de l’arbre puisqu’il initie la germination de l’arganier.

91Si les industries pharmaceutiques et cosmétiques s'accaparent, en quelque sorte, la pratique traditionnelle « agdal » pour assurer et garantir leur approvisionnement en matières premières, d’autres déterminants interviennent et font que l’agdal ne soit plus adapté à la situation actuelle : il s’agit de la pauvreté et de la sécheresse. C’est souvent la combinaison entre ces deux facteurs, qui est mise en avant : « il y a la sécheresse, il n’y a plus d’herbe, l’orge ne pousse pas bien, donc les gens, faute de moyens pour acheter les compléments alimentaires pour leur cheptel, sont obligés d’utiliser le fourrage foliaire » déclare un éleveur. Ce problème prend plus d’ampleur avec la croissance démographique et l’augmentation de la demande sur les produits de l’arganeraie. En effet, dans la région des Haha, plus de 80 % des foyers ont des revenus plus ou moins réguliers et qui tournent autour de 300 dh à 2 000 dh (entre 30 et 200 €) mensuellement. La sécurité alimentaire et le bien-être de la famille, sont des priorités qu’ils ne sont pas prêts à sacrifier au profit d’une meilleure utilisation des ressources.

92À la lumière de ce qui précède, on peut affirmer que les relations entre l’arganier et l’homme accusent un bilan désormais négatif engendrant de réelles préoccupations d’avenir (Tarrier et Benzyane, 2003). Si rien n’est opéré pour la sauvegarde de l’arganeraie des Haha, son déclin est irréversible, car se régénère très mal.

Conclusion

93Nous avons vu que le système agro-sylvo-pastoral des Haha est fondé sur une espèce endémique, l’arganier, exploité par des animaux parfaitement adaptés, les chèvres, géré par des paysans, confrontés à un milieu très difficile, mettant en œuvre des pratiques et une organisation de l’espace très ingénieuse (Bourbouze et El Aïch, 2005). Ces formes traditionnelles d'organisation de l’espace commencent à péricliter sous la pression d'un essor démographique irrésistible, de la forte montée de l'individualisme, d’un cadre juridique de moins en moins adapté, d’une course aux effectifs, d’une compétition pour l'espace ainsi que d’un processus de transformation de l'espace rural. L'équilibre ancien est en cours de déstabilisation étant donné l'accroissement démographique rapide actuel. La pression accrue sur la terre et la progression de l'élevage, font peser sur les arganeraies des risques majeures : une multiplication des mouchâas avec une rapide dégradation de la végétation. Il est donc nécessaire de faire évoluer les pratiques traditionnelles et les adapter à l’évolution des contraintes climatiques, démographiques, aux pressions socio-économiques et aux transformations que connaît cette région.

94Notre étude a fait ressortir l’impact de la pauvreté sur l’évolution de l’arganeraie. Ainsi, en l’absence d’alternatives de développement pour la population locale toute gestion rationnelle et durable de la forêt est vouée à l’échec. Le développement de la région aura à coup sûr un impact sur les arganeraies des Haha. Il augmentera les marges de manœuvre de la population par rapport à l’exploitation des ressources naturelle, en diminuant sa dépendance à ces dernières.

Haut de page

Bibliographie

A. Aboudrar, Travis J., Lybbert, N. Magnan, (2009). « Le marché de l'huile d'argan et son impact sur les ménages et la forêt dans la région d'Essaouira », Transfert de technologie en agriculture, n° 175, Ministère de l'agriculture et de la pêche maritime, royaume du Maroc.

Auclair L. et M. Alifiqui (2004). « Les agdal du Haut Atlas marocain, enjeux d’une recherche pluridisciplinaire », Revue du Centre Jacques Berque, Rabat, 17 p.

Bourbouze, A. & A. El Aïch (2005). « L’élevage caprin dans l’arganeraie : l’utilisation conflictuelle d’un espace », Cahiers d'études et de recherches francophones/Agricultures, 14(5) : 447-53.

Bourbouze, A. (1997). « Des agdal et des mouflons. Protection des ressources et (ou) développement rural dans le parc naturel du Haut Atlas Oriental (Maroc) », Courrier de l'Environnement de l'INRA, 30: 63-72.

Bruno, E. et al., (1977). Problèmes agraires au Maghreb, Paris, Ed. CNRS, 311 p.

De Ponteves, E. (1989). L'arganier, la chèvre, l'orge : Approche du système agraire de l'arganeraie dans la commune rurale de Smimou, Province d'Essaouira, Maroc, Mémoire de fin d'étude, Ecole Supérieure d'Agronomie Tropicale, Centre National d'Etude Agronomique des Régions chaudes, Montpellier, 261 p.

Dominguez, P. (2004). « L’agdal du Yagour (Haut Atlas, Maroc). Religion populaire, développement et conservation de la biodiversité », Texte réalisé dans le cadre des Doctorats d’Anthropologie social de l’EHESS (Paris).

DPA (2003). Rapport technique, Département Provincial d’Agriculture, Essaouira. 

Emberger, L. (1955). « Une classification biogéographique des climats », Rech. Trav. Lab. Bot. Géol. Zool. Fasc. Sci, 7 : 3-43.

Faouzi, H. (2003). L'arganeraie des Haha : étude d'un système agraire en mutation (Haut-Atlas occidental, Maroc), Thèse doctorat, géographie, Université Nancy 2, 500 p.

Hammi, S., V. Simonneaux, M. Alifriqui, L. Auclair & N. Montes (2007). « Evolution of forest and land coverage from 1964 to 2002 in the high valley of Ait Bouguemez (Central High Atlas, Morocco). Impact of management modes », Sécheresse, 18(4) : 271-7.

Nouaim, R. (2005). L’arganier au Maroc, entre mythes et réalités, Paris, L’Harmattan, 239 p.

Person, S. (1998). Targant n'Tarat ou l'Arganier de la chèvre. Approche du système agraire de l'arganeraie, Maroc, Essaouira, ESAT1, IRC, Montpellier.

Pumareda, L., F. Henry, Z. Charrouf, G. Pauly & G. Falconnet (2006). « Valorisation des feuilles d’arganier : impact environnemental », Bois et Forêts des Tropiques, 287 : 35-44.

Simenel, R., G. Michon, L. Auclair, Y. Thomas, B. Romagny & M. Guyon (2009).  « L’argan : l’huile qui cache la forêt domestique De la valorisation du produit à la naturalisation de l’écosystème », Autrepart 50 : 51-74.

Tarrier, M.R. & M. Benzyane (2003). “L'arganeraie marocaine se meurt : problématique et bio-indication », Sécheresse, 1E(1).

Haut de page

Annexe

Lexique

(b) signifie que le mot est d’origine berbère. 

(a) signifie que le mot est d’origine arabe.

Agdal (b), plur. Igdalene : désigne l’emplacement réservé qui jouit d’une protection particulière lui conférant un caractère analogue à celui d’une zaouïa. L’agdal désigne aussi la période de la mise en défens de la forêt qui correspond à la période de la maturation de l’arganier.

Akka (b) : la pulpe qui couvre la noix d’arganier.

Aligue (b) : pulpe d’argane.

Amoud (b) : semences.

Argane (b) : l’arganier.

Azerg (b), plur. izerguane : rha en arabe, moulin à bras traditionnel constitué de deux pièces, l’une servant de base dormante, l’autre de meule ; moulin destiné à moudre les amandes et les arganes afin d’extraire l’huile d’argan. Le moulin est souvent posé sur des pierres de manières à ce qu’il soit incliné vers le récipient où doit s’écouler la mouture des arganes.

Azroug (b) : désigne les chemins et les petits passages empruntés par les animaux pour se rendre sur les parcelles de pâturage.

Bour (a) : terre de culture pluviale ; s’oppose à bled séguia, le terroir irrigué.

Chrâa (a) : droit religieux émanant du coran.

Douar (a) : village.

Habous (a) : organisme qui s’occupe des affaires religieuses et des donations pieuses au bénéfice de la communauté musulmane. Actuellement, il dépend du ministère des habous et des affaires islamiques.

Izreg (b) : droit coutumier.

Melk (a) : propriété privée s’oppose à terre jmaâ, c’est-à-dire collectif. Terme très général pour désigner une propriété.

Mouchâa (a) : un ensemble de terres utilisées comme parcours, dont les propriétaires sont inconnus, ou la terre leur a été confisquée, et reste ainsi sans réclamation ou des terres collectives.

Örf (a) : voir izreg.

Tafyoucht (b) : fruit d’arganier.

Tagante (b) : forêt.

Taghate (b) : chèvre.

örf

Taqbilt (b) : village ou fraction tribale.

Tiznine (b) : les amandes d’arganier.

Tomzine (b) : orge.

Waqf (a) : voir habous.

Haut de page

Notes

1 Période qui correspond à nos années de recherche doctorale.

2 En référence à la région des Haha.

3 Ensemble de terres utilisées comme parcours, dont les propriétaires sont inconnus, ou la terre leur a été confisquée, et reste ainsi sans réclamation ou des terres collectives.

4 Terre de culture pluviale ; s’oppose à bled séguia, le terroir irrigué.

5 Décret royal

6 Örf

örf

signifie coutume. Ces coutumes ou règles sont en effet des droits coutumiers dont il n’existe aucune version écrite.Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation du terrain d’étude et limites de la confédération des Haha
Crédits Source : H. Faouzi, 2003.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5569/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Graphique 1. Régression de la SAU en %
Crédits Source : DPA d'Essaouira, 2005.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5569/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 2. Occupation du sol à Ibelaas (Aït Daoud)
Crédits Source : carte topographique : Aït Daoud au 1/50 000.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5569/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Figure 3. Cycle phrénologique de l'arganier
Crédits Source : H. Faouzi, 2003.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5569/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Photographie 1. Noix d’argane (tafyoucht)
Légende Cliché. Web.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5569/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Photographie 2. Pâturage suspendu dans l’arganeraie des Aït Daoud (Haha)
Crédits Cliché. H. Faouzi.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5569/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Photographie 3. Image satellite spot montrant un agdal cultivé du douar Aghnajanne
Crédits Source : satellite Spot, 2009.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5569/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Photographie 4. Image satellite spot montrant un agdal non cultivé, douar tabâyat
Crédits Source : satellite Spot, 2009.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5569/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 4. Rythme annuel d’utilisation des agdals.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5569/img-9.png
Fichier image/png, 29k
Titre Figure 5. Les agdals des Haha.
Légende Afin de pouvoir accéder à la forêt domaniale ou collective (tagante) l'ayant droit A doit d'abord récolter ses noix et faire pâturer sa parcelle, puis après l'ayant droit B et ainsi de suite.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5569/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 6. Organisation du pâturage dans l’arganeraie des Haha.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5569/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Figure 7. Morphologie de l'arganier
Crédits Source : H. Faouzi, d’après S. Person, 1998.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5569/img-12.png
Fichier image/png, 62k
Titre Photographie 5. Au premier plan, on aperçoit des cailloux qui servent à indiquer que l’agdal doit être respecté à cet endroit (Aït Daoud, Haha)
Crédits Cliché. H. Faouzi, 2003.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5569/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Photographie 6. Image satellite des différents espaces du douar Tassila Ntigajda
Crédits Source : CNES/Spot, 2013.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5569/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Photographie 7. Parcelle de type mouchâa (arganeraie des Aït Daoud, Haha)
Crédits Cliché. H. Faouzi, 2003.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5569/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 2. Evolution des effectifs caprins
Crédits Source : DPA, Essaouira, 2003.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5569/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 8. Schéma illustrant l’impact de la croissance démographique et des systèmes d’héritage sur l’arganeraie.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5569/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hassan Faouzi, « L’Agdal dans la dynamique des systèmes agraires des arganeraies des Haha (Haut-Atlas Occidental, Maroc)  », Études caribéennes [En ligne], 20 | Décembre 2011, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 19 août 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/5569 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.5569

Haut de page

Auteur

Hassan Faouzi

GEOFAO, Bureau d’Etudes et d’Ingénierie, Agadir, Maroc, Docteur en Géographie, faouzi@geofao.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org