Navigation – Plan du site
Dossier : The changing world of coastal, island and tropical tourism

Tourisme, sports de nature et développement durable aux Seychelles

Tourism, Nature Sports and Sustainable Development in tropical Islands of Seychelles
Olivier Naria et Kenneth Sherwin M.D

Résumés

La République des Seychelles constitue un archipel formé de quelque 115 petites îles situées dans l’océan Indien, totalisant 455 km² et s’étendant sur 1 200 km. Les trois plus grandes îles intérieures sont Mahé, Praslin et La Digue qui regroupent 95 % de la population. Les îles des Seychelles offrent en raison de leur situation géographique, de leurs particularités climatiques et de l’attractivité de leurs images de destinations touristiques, la possibilité de pratiquer dans des conditions optimales une grande diversité d’activités de tourisme et de sports de nature tout au long de l’année. Les randonnées pédestre et équestre, le VTT, l’escalade, le surf, la plongée, la voile et le canoë-kayak marquent de leurs empreintes cet archipel. L’objectif de cette réflexion est d'identifier la place des activités de sports de nature dans l’offre touristique des Seychelles et de voir dans quelle mesure elles peuvent contribuer au développement durable de l’île, notamment en tissant des relations avec l’activité économique, la structuration du territoire et la construction identitaire. L’enjeu de développement durable est-il pris en compte par les acteurs seychellois dans le domaine touristique ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La République des Seychelles constitue un archipel formé de quelque 115 petites îles situées dans l’océan Indien, totalisant 455 km² et s’étendant sur 1 200 km. Ses îles se distinguent en deux groupes : les îles intérieures (244 km²) et les îles extérieures (211 km²). Les trois plus grandes îles intérieures sont Mahé, Praslin et La Digue qui regroupent 95 % de la population.

2Les îles des Seychelles offrent en raison de leurs situations géographiques, de leurs configurations géomorphologiques, de leurs particularités climatiques et de l’attractivité de leurs images de destinations touristiques, la possibilité de pratiquer dans des conditions optimales une grande diversité d’activités de tourisme sportif tout au long de l’année. La randonnée pédestre et équestre, le VTT, l’escalade, le surf, la plongée, la voile et le canoë-kayak marquent de leurs empreintes les territoires de ce petit espace insulaire indianocéanique.

3À l’instar de la situation en France métropolitaine ou à la Réunion, les sociologues du sport parlent de « naturalisation » ou encore « d’écologisation » des pratiques sportives (Pociello, 1995 ; Chazaud, 2000). Les désirs de découvrir de nouveaux horizons, de pratiquer en harmonie avec la nature, d’éprouver une certaine liberté et de se ressourcer dans une ambiance familiale sont les plus souvent annoncés par les pratiquants aux Seychelles. Cela se décline en de multiples modalités de pratique qui permettent aux différents profils de pratiquants de s’adonner à leurs activités préférées en privilégiant les formes auto-organisées ou buissonnières. La diffusion sociale de ces pratiques se reflète aussi dans l’aménagement de nombreux sites naturels (sentiers, pistes, voies, spots…) et équipements sportifs innovants (espaces eaux-vives, bases multi-loisirs…). Elle est visible, enfin, dans la multiplication d’une nouvelle génération d’évènements sportifs davantage à vocation participative que compétitive.

4Conscient de ce potentiel exceptionnel, les principaux acteurs, tels le Ministère des Transports et du Tourisme, le Comité du tourisme des Seychelles, le Ministère des Loisirs, du Développement communautaire, de la Jeunesse et des Sports, les acteurs marchands, les associations, les Organisations Non Gouvernementales. ont accompagné le développement de ces activités de tourisme sportif de nature depuis une trentaine d’années dont l’objectif est la promotion de la destination touristique des Seychelles au sein de l’espace indian-océanique. Dans cet esprit, les différents acteurs collaborent depuis quelques années afin de structurer la filière du tourisme et des loisirs sportifs de nature. Cette stratégie se développe dans le respect des préoccupations liées aux territoires et de la place des populations locales dans la construction d’une offre touristique dynamique.

5Du fait de ce potentiel exceptionnel, le développement des sports de nature s’inscrit dans l’univers des loisirs et du tourisme. L’objectif dans cette étude est d'identifier la place des activités de sports de nature dans l’offre touristique des Seychelles et de voir dans quelle mesure elles peuvent contribuer pas au développement durable de l’île, notamment en tissant des relations avec l’activité économique, la structuration du territoire et la construction identitaire des Seychellois. Est-ce que l’enjeu de développement durable est-il pris en compte par les acteurs seychellois dans le domaine des loisirs et du tourisme ?

Figure 1. Localisation des Seychelles

Figure 1. Localisation des Seychelles

Source : Encyclopedia of Nations online, 2006

Figure 2. Les trois principales îles de l’archipel des Seychelles

Figure 2. Les trois principales îles de l’archipel des Seychelles

Source : www.world-gazette.com

1 Cadre théorique et méthodologique

6Il est nécessaire de préciser la définition des termes clés de notre communication loisirs sportifs, tourisme sportif, sports de nature, et développement durable.

1.1. La définition des termes

1.1.1. Loisirs sportifs et tourisme sportif

7La confusion est souvent de mise dans les discours entre loisirs sportifs et tourisme sportif. Une clarification s’impose : les loisirs sportifs concernent la grande variété d’activités physiques pratiquées par les habitants de l’île durant leur temps libre, sans consommation de nuitée à l’extérieur de leur domicile. A l’inverse, le tourisme sportif fait référence aux personnes qui quittent leur domicile, au minimum une nuit, pour découvrir un territoire et/ou exercer leur activité préférée. Il se décline en deux grandes modalités : la première correspond au « sportif touriste », c’est à dire à la personne qui choisit sa destination par rapport à la pratique d’un sport bien identifié dans un espace naturel plus ou moins aménagé ou en participant à une manifestation sportive renommée. La seconde concerne le « touriste sportif » ou encore le « touriste butineur » qui privilégie une destination et picore dans l’offre locale de loisirs sportifs en fonction de ses objectifs et selon les opportunités du moment. Cette définition fonctionne aussi bien pour les touristes extérieurs (non résidents) que pour les touristes locaux qui constituent deux clientèles différentes.

1.1.2. Sports de nature

8L’appellation sport de nature est récente et non encore complètement affirmée (Bessy et al., 2004). Elle s’inscrit dans le processus historique d’évolution du nom donné aux pratiques physiques se déroulant en milieu naturel : les activités de plein air, les activités physiques de pleine nature (APPN), les écosports. Cette effervescence sémantique témoigne de l’évolution du sport et de la perception du milieu naturel dans notre société durant la seconde moitié du XXe siècle.

9Par sports de nature, nous entendrons les activités aériennes (parapente, deltaplane, parachutisme…) aquaterrestres (canyon, escalade, randonnées pédestre et équestre, VTT, canoë-kayak…), et océaniques (plongée, surf, voile...), qui se déroulent en milieu naturel, sans motorisation ni autre engin. La motricité mise en jeu nécessite un décodage des informations et un contrôle de ses émotions en relation avec une prise de risque relative liée à l’incertitude plus ou moins grande du milieu. Ces sports permettent une immersion dans la nature associée au besoin de découverte du patrimoine ainsi qu’à la recherche de sensations multiples (bien-être, ludisme, convivialité, extrême…).

1.1.3. Le développement durable

10L’approche la plus diffusée aujourd’hui (Ministère de l’Écologie et du Développement durable) vise à définir le développement durable comme la prise en compte, à parts égales et en même temps, de trois objectifs dans les domaines économique, social et environnemental. Cinq principes nouveaux associés à cette définition visent la recherche d’un meilleur équilibre et d’une réelle éthique pour la communauté humaine :

  • une approche plus transversale et systémique,

  • une meilleure articulation du court et du long terme,

  • une meilleure coordination du local et du global,

  • une solidarité spatiale et temporelle,

  • une nouvelle gouvernance basée sur la concertation et la participation des individus aux décisions.

Figure 3. Le modèle d’institutionnel du développement durable

Figure 3. Le modèle d’institutionnel du développement durable

11Quelle que soit l’approche, l’objectif du développement durable incite à élaborer un nouveau contrat social et un nouveau mode de gouvernance politique. Les pouvoirs publics, les dirigeants économiques, les acteurs de la société civile et les citoyens doivent ainsi travailler en concertation au niveau d’un territoire qui apparaît comme l’échelle la plus pertinente pour mettre en application une nouvelle logique de développement.

1.2. Cadre méthodologique

12Les résultats présentés dans cet article proviennent de plusieurs sources. Une dizaine d’entretiens semi-directifs ont tout d’abord été réalisés auprès des acteurs responsables du développement local de ces activités : le Comité du tourisme Seychellois, l'Association de tourisme pour l'accueil aux Seychelles, la Fondation des Seychelles en matière de marketing, le Ministère du Développement communautaire, de la Jeunesse et des Sports, le département des sports d'eaux du Conseil National des Sports, des associations et des acteurs marchands dans le domaine des activités de loisirs et de tourisme sportif. L’objectif était de recueillir des données historiques, culturelles et économiques sur le marché de ces activités. Enfin, la démarche méthodologique repose sur une observation participante au sein des structures associatives et marchandes sur les trois principales îles et/ou durant des événementiels organisés liés sur le thème du tourisme sportif.

1.3. Cadre de référence théorique

13Il s’appuie à la fois sur la sociologie des enjeux et sur la socio-économie du développement durable. L’approche sociologique centrée sur le concept d’enjeu est développée par J-P. Clément (1994). Selon lui, « on parle d’enjeu, dans un espace social spécifique, quand une matière ou une chance (chance d’accès, chance de gain) n’est pas encore affectée ou définitivement appropriée par l’un des protagonistes, personne ou groupe. L’existence d’enjeu signale une ouverture du jeu dans lequel il reste des éléments à affecter, des actes à accomplir. De ce fait, l’enjeu motive l’enjeu dans le jeu ». Appliquée à notre travail, cette théorie permet de mettre en évidence les différents intérêts représentés par les sports nature en matière de développement durable afin de faciliter la prise de conscience des acteurs et de les faire agir. Cette théorie s’accompagne toujours d’une analyse des conflits et des limites dans l’évolution de la situation, car tous les acteurs ne se représentent pas et ne s’approprient pas de la même façon les relations possibles entre sports nature et développement durable.

14L’approche socio-économique du développement durable (Bourg et al., 2003 ; Passet 1979 et 2001) permet d’envisager un mode développement compatible avec les nouvelles ressources et contraintes de notre environnement. Elle s’attache à dépasser les clichés et les conceptions faibles souvent associés à cette notion. « L’enjeu n’est alors rien d’autre que la remise en question de deux des ressorts de nos sociétés : le refus de toute espèce de limite et la croyance en l’automatisme du progrès et du marché ». Les travaux d’Amalou de Barioulet et de Vellas (2001), de Bessy (2008) ou de Bessy et de Naria (2003) complètent cette approche en s’intéressant aux particularismes des univers insulaires.

2. L’histoire de la diffusion des activités de tourisme sportif dans les îles Seychelloises

15Les activités de tourisme sportif datent de la période coloniale aux Seychelles. Depuis le 9e siècle, des marins arabes naviguaient au large de la côte est de l'Afrique, puis dans les eaux seychelloises. Ces dernières ont été visitées par une succession de marins : commerçants phéniciens, aventuriers polynésiens, flottille chinoise ont laissé leurs empreintes aux Seychelles (Benoit, 1995). La pratique de la voile a donc une origine très ancienne pour ce territoire. C’est tout naturellement que cette activité est développée très tôt sur les îles.

16Concernant la randonnée pédestre, les Frères de l’Instruction chrétienne (Smyth, 2000) utilisaient ces activités d’immersion en milieu naturel afin d’éduquer la jeunesse seychelloise. Cette activité permettait aux jeunes de s’adonner aux valeurs de solidarité, de respect et d’abnégation. Du début du 19eme siècle jusqu’à la moitié des années 50, les activités nautiques et de randonnées pédestres étaient exclusivement réservées aux officiers coloniaux ou aux notables locaux. La seconde moitié du XXème siècle va permettre le passage d’une activité utilitaire à une pratique de loisir et de développement du territoire des Seychelles.

2.1. Des années 1970 à la fin des années 1980 : les prémices de la structuration des filières

17L’ouverture de l’aéroport des Seychelles en 1971 correspond à l’arrivée progressive d’hommes d’affaires et de touristes (Gay, 2004), provenant de la Grande-Bretagne et de la France qui exportent les valeurs occidentales du loisir corporel en pleine nature. Dès lors, ils commencent à parcourir la montagne et le littoral seychellois. L’augmentation du nombre d’adeptes va alors provoquer des besoins en matière d’aménagement (cf. tableau 1) ainsi qu’en termes d’animations du territoire.

18Par la même, en 1970, la famille Savy organise les premières sorties de plongée au large de Mahé, puis sur les récifs coralliens de Praslin sur le bateau « Stella Polaris ».

19En 1976, le clerc Louis Gallant (FIC) et les membres de DEA « Duke of Edinburgh Awards Scheme », notamment K. Sherwin, W. Andre…, en collaboration avec le département des forêts des Seychelles, aménagent les premiers sentiers et équipements de randonnée pédestre sur l’île de Mahé.

20En 1977, le ministère des Sports des Seychelles met en valeur le plan de développement de la voile en milieu nautique. L’objectif de ce plan est de sensibiliser les élèves à la voile scolaire afin que l’océan ne soit plus un élément anxiogène pour les jeunes seychellois. En 1979, le programme du plan de développement est élargi aux activités de surfs et de ses dérivés, d’autant plus que ces activités s’implantent rapidement avec les pratiques de loisirs de surfeurs australiens. De plus, le gouvernement seychellois inaugure le parc national du Morne Seychellois avec cinq sentiers de randonnées. Quatre ans plus tard, B. Beaudoin continue l’ouverture des sentiers de randonnée pédestre et il devient le premier guide montagne des Seychelles. Dans le même temps, K. Hyde, instructeur de canoë-kayak, introduit cette activité au Port Launay dans le cadre des animations du service national de la Jeunesse. Nous pouvons aussi émettre l’hypothèse que les activités de VTT ont été implantées, durant les années 1970-80, d’abord à Mahé, par les contingents de militaires humanitaires américains présents sur l’île à cette période (Filliot, 1982). Plus tard, les îles de Praslin et de la Digue deviennent des pistes grandeur nature de VTT très populaires pour les résidents locaux et les touristes.

21Au final, la structuration des filières est principalement envisagée à cette époque comme une réponse à une demande de loisirs corporels en milieu naturel de montagne ou océanique.

Tableau 1. La diffusion du tourisme sportif de nature

Activités

Acteurs

Date de création

Sites

Lieux privilégiés

Surf et sports assimilés

British Marines

1983

42 sites identifiés

Anse Soleil

(Mahé)

Windsurfing et sports dérivés

Seychelles Gouvernement

1977

42 sites identifiés

Anse Intendance

(Mahé)

Plongée sous-marine

C. Savy

(Seychelles)

1970

47 sites identifiés

25 sites en dehors de Mahé

Shark Bank (Mahé & Ile Silhouette)

Escalade

Climbing Away Association

(France)

1990

1 site avec 50 itinéraires

Bloc Anse d’Argent

(La Digue)

Randonnée équestre

Barbarons

(Allemagne)

2003

2 centres et 10 itinéraires,

40 km de trails

Utegangar Riding Centre,

Ouest de Mahé

Randonnée pédestre

B. Beaudouin

(Seychelles)

1985

13 parcours, 40 itinéraires,

400 km de sentiers marqués

Parc national du Morne Seychellois

VTT

American peace corps

1980 ?

100-300 km

de sentiers potentiels

La Digue

Kayak et dérivés

K. Hyde

(Angleterre)

1983

60 spots

Côte d'Or & Grand Anse

(Praslin)

Source : Conseil National des Sports, enquêtes auprès des associations and prestataires privés Naria, Sherwin, 2010

2.2. De 1990 aux années 2000 : le tourisme sportif de nature comme vecteur du développement local

22Le ministère des Sports et des Loisirs des Seychelles met en place en 1987 le département des sports nautiques, incluant la voile, le windsurfing et le kayak, rattaché au Conseil National des Sports. Des stages d'activités de tourisme sportif, puis des journées nationales sont organisés par ce département.

23Au début des années 1990, l’association d’escalade des Seychelles ouvre un sentier équipé avec cinquante itinéraires différents à Boulder Anse d’Argent, sur l’île de La Digue. La même année, Mr J. Barreau organise les premières randonnées pédestres sous forme de trekking, entre d’une part, Mahé, et d’autre part, Praslin et la Digue.

24En 1998, le ministère des Sports et des Loisirs confirme : “Leisure sport is active recreation aimed at improving the individual’s general quality of life and sense of well being. There is a need to develop new activities in this field that will provide additional means for people. One aim is to develop leisure sport that will attract tourist and thus impact on job creation possibilities” (Development Plan Towards 2000 and Beyond, 21). Par la même, les autorités locales soutiennent la promotion du marché du tourisme sportif qui contribue à la dynamisation de l’offre touristique locale.

25En 2000, des efforts sont consentis par le gouvernement seychellois dans le domaine de la randonnée pédestre. Les autorités contribuent à l’ouverture des sentiers de Grande Randonnée, tout en assurant la maintenance et la diversification des sites qui atteignent un peu plus de 450 km aujourd’hui. Les sports nature participent ainsi au processus de mise en loisirs et en tourisme des Seychelles, à l’œuvre dans les années 1980-90. Cette évolution est favorisée par l’aménagement de nombreux sites, la conception d’évènements sportifs structurants, l’organisation de formations spécialisées et la création de multiples associations et entreprises de services. À la fin des années 1990, les activités de tourisme sportif ne sont plus envisagées seulement comme un loisir à favoriser mais comme un vecteur du développement local.

2.3. Depuis les années 2000 : les enjeux du développement durable dans le secteur du tourisme et des sports nature

26La dernière décennie, le gouvernement impulse un nouveau projet de gouvernance, appelé “Vision 21”, inscrit dans le plan de développement du tourisme 2001-2010 pour le 21e siècle. Le projet des acteurs est de mettre en lumière le développement du tourisme par la combinaison de l’adhésion populaire et les retombées économiques de ce secteur dynamique pour l’archipel comme en témoigne cet extrait des édiles gouvernementaux : “Tourism in Seychelles shall continue to be developed to the highest standards for the optimum social and economic benefit of the Seychellois people while maintaining a commitment to the protection and conservation of the natural environment and biodiversity” (Government of Seychelles, 2001: 2). Les conditions en matière d’offre et de demande sont réunies pour faire des activités de tourisme sportif, une pratique qui dépasse le simple loisir. En effet, les trois îles principales sont concernées par ces activités car le tourisme sportif fait partie intégrante du patrimoine local. La contribution de ces sports nature au développement durable du tourisme des Seychelles peut ainsi être envisagée.

27En second lieu, le document cadre, intitulé “the Seychelles Strategy 2017”, combiné avec le “Seychelles Ecotourism Strategy for the 21st Century” (SETS-21; 2003), met l’accent sur la protection de l’environnement naturel, l’environnement maritime, les communautés basées sur l’activité touristique en relation avec les héritages culturels, l’artisanat ou les produits du littoral.

28Dans un autre registre, en 2003, Utegangar Riding Centre, le centre régional de randonnée équestre, est créé par un couple allemand, tombés sous le charme de l’archipel Seychellois. Le centre de randonnée fréquente 10 itinéraires de visites, avec 40 km de sentiers à l’ouest de Mahé dans la région d’Anse Cascada. Cette structuration d’origine privée vient compléter et diversifier l’offre du tourisme sportif. En dernier lieu, en 2007, signe de maturité du marché de ce secteur d’activité, l’édition de “Leisure and Business Guide” promotionne la destination des Seychelles en incluant les prestataires privés de tourisme sportif.

29En résumé, les acteurs sportifs locaux développent des stratégies plurielles en matière de loisirs et de tourisme sportif de nature. Ils s’inscrivent soit l’organisation très compétitive des activités de surf et de plongée subaquatiques à un positionnement plus touristique avec le soutien d’événements tels que le Subios, le festival de la mer des Seychelles.

30Les acteurs touristiques locaux mettent en œuvre des stratégies très différenciées vis-à-vis des sports de nature. Ils jouent leurs rôles institutionnels en se préoccupant des problèmes rencontrés par les entreprises prestataires de services de loisirs sportifs de nature (assurances et démarche marketing), sans toutefois afficher de spécificité forte en la matière. L’Autorité des Seychelles dans les relations internationales de Business assure un rôle d’innovation dans l’ingénierie touristique. Elle organise annuellement une foire du tourisme qui rassemble les acteurs du champ afin de dégager des tendances porteuses pour l’avenir.

31Le Comité du tourisme Seychellois et l’autorité des Parcs Nationaux se sont engagés dans un partenariat avec deux objectifs de développement local et de protection de l’environnement. Ils ont signé un mémorandum en 2012 afin de protéger leurs biodiversités de l'île tout en commercialisant des aires protégées. Cette perspective de protection et de valorisation est menée de concert avec le rôle de préservation qu’assure la Fondation des Iles Seychelles sur les sites classés d’Aldabra et de la Vallée de Mai. Le comité du tourisme seychellois permet le rapprochement des sports de nature avec le patrimoine naturel et culturel et favorise ainsi le passage d’un sport synonyme de découverte du paysage à un sport synonyme de découverte du milieu. Il donnera dans cette logique davantage de sens à l’objectif de développement durable.

32De son côté, la fondation du tourisme des Seychelles dans le domaine marketing, a en charge la promotion touristique de l’île. Elle développe essentiellement une politique d’image vis-à-vis de l’extérieur, dans laquelle les sports nature sont présents. Cependant, ces derniers sont davantage utilisés comme un produit parmi d’autres que comme un vecteur fort de structuration de la communication.

33En définitive, le processus de territorialisation des Seychelles par les activités de tourisme sportif est le résultat de multiples synergies entre les différents acteurs concernés (cf. tableau 2), qui chacun dans son registre et dans sa logique a favorisé le développement de cette activité.

Tableau 2. Les acteurs du développement du tourisme sportif

Acteurs

Statuts

Actions

Ministère des Transports et du Tourisme

Autorité locale

assiste le secteur privé qui considère l’industrie du tourisme comme un levier de développement

travaille en partenariat avec les autres instances gouvernementales, agit comme un facilitateur

Comité du Tourisme Seychellois

Autorité locale

Donne aux touristes les informations sur les activités de sports de nature

Aide à réserver les nuits de gites et de table d’hôtes

Facilite l’organisation des activités en immersion dans les ressources culturelles et patrimoniales traditionnels du territoire seychellois

Association des Seychelles pour le tourisme et l’accueil

Services de l’État

Propose 113 logements, représentant 2405 chambres, 8 restaurants, 11 entreprises d’hébergement, assure la promotion de l’industrie du tourisme

Fondation du Tourisme des Seychelles dans le domaine marketing

Services de l’État

Explore les nouvelles opportunités pour le développement du marché touristique, démocratise le secteur touristique pour tous les Seychellois

Centrale Seychelloises des réservations

Services de l’État

Aide à réserver les produits touristiques de la petite pension à aux hôtels de luxe

Autorité des Seychelles dans les relations internationales de Business

Services de l’État

Accompagne les missions de mises en relation entre les autorités locales et les opérateurs agrémentés d’une charte qualité

Développe les réseaux d’hébergement

Ministère des Loisirs, du Développement communautaire, de la Jeunesse et des Sports

Département des eaux nautiques

Autorité locale

Soutient l’environnement et les sports aquatiques comme support de santé publique

Valorise les loisirs sportifs comme source d’éducation ou écocitoyenneté pour le littoral seychellois.

Fédération de tourisme sportif

Services de l’État

Fédère les associations de sports de nature et organise les certifications of « Nature sports »

Prestataires privés

Entreprises

Découverte des activités de sports de nature

Tour operators

Services de l’État

Promotion des Seychelles comme une destination attractive, les sports de nature comme un produit d’appel

Autorité des Parcs nationaux

Services de l’État

Protège l’environnement

Fondation des Iles de Seychelles

Services de l’État

Protège les sites classes d’Aldabra and la vallée de Mai.

Source : Ministry for transport and tourism, 2011; Ministry for Leisure, Community Development, Youth and Sport; National Sports Council; enquêtes auprès des associations et des prestataires, Naria, Sherwin, 2010

3. Les caractéristiques actuelles de l'offre et de la demande dans les activités de tourisme sportif

3.1. L’offre du tourisme sportif dans l’environnement insulaire des Seychelles

34L’offre de services en matière de tourisme sportif proposée en 2011 sur le territoire des Seychelles est particulièrement riche (cf. tableaux 3, 4, 5 et 6) sur les trois principales îles. Elle présente ensuite des structures d’hébergement (32 gîtes de montagne) et des aires aménagées de camping et de pique-nique (kiosques, tables…) qui favorisent le développement de ces activités et contribue ainsi au développement du tourisme de masse. Elle est structurée par des prestataires associatifs (12 associations) et marchands (20 entreprises multi et mono-activités) qui proposent une découverte accompagnée des richesses du patrimoine naturel et culturel des Seychelles. Cette offre encadrée connaît des temps forts lors de manifestations liées à la randonnée découverte (Seychelles Underwater Festival). Si, cette offre cherche à satisfaire de nouvelles aspirations en matière de loisirs sportifs de nature (plus de bien-être, de découverte du patrimoine et d’échange que de performance et de compétition), elle répond aussi à de nouveaux enjeux en matière de développement local et durable.

3.2. Une demande importante

35Faute de statistiques officielles, d'après nos investigations, les pratiquants de plongée sont de très loin les plus nombreux aux Seychelles. On peut dénombrer plus de 80 000 adeptes chaque année. De leurs côtés, les pratiquants de surfs et windsurfs et des randonnées pédestres sont approximativement à 60 000 unités. Ces comptages de pratiquants soulignent le contingent important de pratiquants hors institution qui est très parlant. Cette situation sur le tourisme sportif met en évidence la diffusion sociale de ces activités dans les groupes ethniques des îles, de plus en plus, avides de découvrir ces activités. Cet engouement correspond à une diffusion de l’activité dans l’ensemble des groupes sociaux et ethniques. Les créoles fréquentent de plus en plus les sentiers de leur île à la découverte d’une montagne qu’ils ont, comme la mer, pendant longtemps ignorés. De très nombreux touristes surtout français, mais aussi de plus en plus européens (allemands, suisses, italiens…) choisissent la destination Seychelles pour ces nouvelles pratiques sportives.

Tableau 3. Spots pour les activités sportives océaniques

Lieux

Iles

Activités>

Anse à la Mouche

Mahé

baignade

Anse Aux Pins and Turtle Bay

Mahé

baignade / plongée avec masque et tuba

Anse Boileau

Mahé

baignade

Anse Bonnet Carré

La Digue

baignade

Anse Boudin

Praslin

baignade / plongée avec masque et tuba

Anse Cocos

La Digue

baignade

Anse Forbans

Mahé

baignade

Anse Georgette

Praslin

baignade / plongée avec masque et tuba

Anse Gouvernment

Praslin

baignade / sports nautiques

Anse Kerlan and Petit Anse Kerlan

Praslin

baignade / plongée avec masque et tuba

Anse La Farine

Praslin

baignade

Anse La Passe

Silhouette

baignade

Anse La Réunion

La Digue

baignade / plongée avec masque et tuba

Anse Lascars

Silhouette

baignade

Anse Lazio

Praslin

baignade / plongée avec masque et tuba

Anse Major

Mahé

baignade / plongée avec masque et tuba

Anse Matelot

Praslin

baignade

Anse Patates

La Digue

baignade / plongée avec masque et tuba

Anse Pierrot

La Digue

baignade

Anse Possession

Praslin

baignade / plongée avec masque et tuba

Anse Royale

Mahé

baignade / plongée avec masque et tuba

Anse Severe

La Digue

baignade

Anse Soleil

Mahé

baignade / plongée avec masque et tuba

Anse Souillac

Mahé

baignade / plongée avec masque et tuba

Anse Source d'Argent

La Digue

baignade / plongée avec masque et tuba

Anse Union

La Digue

baignade / plongée avec masque et tuba

Anse Victorin

Frégate

baignade / plongée avec masque et tuba

Anse Volbert / Côte d'Or

Praslin

baignade / plongée avec masque et tuba

Baie Lazare

Mahé

baignade / plongée avec masque et tuba

Baie Ternay

Mahé

baignade / plongée avec masque et tuba

Beau Vallon

Mahé

baignade / plongée avec masque et tuba

Grand Anse (on La Digue)

La Digue

baignade / voile / sports nautiques

Grand Anse (on Praslin)

Praslin

baignade / sports nautiques

North East Point

Mahé

baignade / plongée avec masque et tuba

Petit Anse (or Anse la Liberté, on Mahé)

Mahé

baignade

Port Launay

Mahé

baignade / plongée avec masque et tuba

Sunset Beach

Mahé

baignade / plongée avec masque et tuba

Source : http://www.wannasurf.com/​spot/​Africa/​Seychelles/​, 2011

Tableau 4. Spots de voile et dérivés

Lieux

Iles

Activités

Anse Intendance

Mahé

Voile

Anse Kerlan and Petit Anse Kerlan

Praslin

baignade / plongée avec masque et tuba / voile

Carana Beach

Mahé

voile / sports nautiques

Grand Anse (on La Digue)

La Digue

baignade / voile / sports nautiques

Grand Anse (on Mahé)

Mahé

voile

North East Point

Mahé

baignade / plongée avec masque et tuba / voile

Source : http://www.wannasurf.com/​spot/​Africa/​Seychelles/​; Enquêtes de Naria, Sherwin, 2011

Tableau 5. Sites de plongée sous-marine:

Lieux

Iles

L'ilot

Mahé

L'ilot Rocks

Mahé

Northpoint Rocks

Mahé

Chuckles

Mahé

Vista Bay Rocks

Mahé

Sunset Rocks

Mahé

Northolme Rocks

Mahé

Coral Gardens

Mahé

Aquarium

Mahé

Fisherman's Cove Reef

Mahé

Corsair Reef

Mahé

Twin Barges Wrecks

Mahé

Auberge Reef

Mahé

Auberge Rocks

Mahé

Dredger Wreck

Mahé

Horseshoe Rocks

Mahé

Whale Rock

Mahé

Willy's Rock

Mahé

Ray's Point

Mahé

Bay Ternay Marine Park

Mahé

Lighthouse

Mahé

Kap Matoupa

Mahé

Biki Bank

Praslin

Napolean Rock

Praslin

Conception Arena

Praslin

Conception Rocks

Praslin

Therese Island

Praslin

Trois Dames

Praslin

Ile Au Vaches

Praslin

Trois Bancs

Praslin

Takamaka Rocks

Praslin

Intendance Rocks

Praslin

Jail House Rock

Praslin

Pirates Cove

Praslin

Lost City

Praslin

Turtle Rocks

Praslin

Harrison Rocks

Praslin

Beacon Rocks

Praslin

Pinnacle Point

Praslin

Dragon's Teeth

La Digue

Brissare Rocks

La Digue

Ennerdale Rocks

La Digue

Ennerdale Wreck

La Digue

Mamelles Rocks

La Digue

Shark Bank

La Digue

Sit Enler

La Digue

Lo Bordaz

La Digue

Source : Prestataires privés, http://www.oceandreamdivers.com/​Divesite.htm, 2011

Tableau 6. Sites pour la randonnée pédestre

Lieux

Iles

Anse Major

Mahé

Cassedent

Mahé

Copolia

Mahé

Dans Gallas

Mahé

Glacis La Reserve

Mahé

Glacis Noire

Praslin

Glacis Trois Frères

Mahé

Mare aux Cochons

Mahé

Mission Lodge

Mahé

Morne Blanc

Mahé

Salazie

Mahé

Vacoa Nature Trail

Mahé

Vallée de Mai

(UNESCO World Heritage Site)

Praslin

Source : Seychelles Tourism Board, 2011

4. Le tourisme sportif de nature et le développement durable : les éléments contribuant à la structuration de l’espace seychellois

36Les conditions en matière d’offre et de demande sont réunies pour faire du tourisme sportif de nature, une pratique qui dépasse le simple loisir. La contribution de ces sports de nature au développement durable des Seychelles peut ainsi être soulignée. L’objectif du développement durable incite à élaborer un nouveau contrat social et un nouveau mode de gouvernance politique. Les pouvoirs publics, les dirigeants économiques, les acteurs de la société civile et les citoyens doivent ainsi travailler en concertation au niveau d’un territoire qui apparaît comme l’échelle la plus pertinente pour mettre en application une nouvelle logique de développement (Bourg et al., 2003).

37Très usité aujourd’hui, le concept de développement durable est perçu soit comme un mot vide de sens, une belle promesse affichée dans les discours de communication des pays développés, soit comme une notion fondamentale qui s’inscrit dans le sens de l’histoire, car résolument tournée vers l’avenir. Selon Mme Brundland (1987), il correspond à « un mode de développement qui répond au besoin du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ». Cette définition oblige à s’interroger sur la finalité sociale de ce que nous faisons et sur le devenir de la planète.

38Consciente de la spécificité de son territoire, le gouvernement des Seychelles en concertation avec l’ensemble des acteurs concernés, cherche à privilégier un modèle particulier de développement durable. À travers le « Seychelles Ecotourism Strategy for 21 », le gouvernement a défini son propre modèle de développement.

39La conceptiondu développement durable envisagée pour les Seychelles trouve dans le tourisme sportif de nature, une tonalité particulière de par son développement récent, mais aussi en raison de ses relations avec les ressources du territoire et la population locale.

Figure 4. Tourisme sportif de nature et le développement durable : des contributions de développement pour les Seychelles

Figure 4. Tourisme sportif de nature et le développement durable : des contributions de développement pour les Seychelles

Source : Bessy, Naria, 2003

4.1. Considérations économiques

40Au carrefour du sport et de la culture, du loisir et du tourisme, les activités de sports de nature participent au segment du marché touristique sur le plan économique. En effet, ces activités ne concernent pas uniquement la demande locale de loisirs sportifs, mais aussi de nombreux touristes locaux et extérieurs qui consomment des services sportifs ainsi que des prestations connexes (hébergement, restauration, transport…). Ces activités génèrent donc des retombées économiques directes et surtout indirectes importantes.

41Les retombées économiques directes concernent les propriétaires des logements et des campings. Les hébergeurs/restaurateurs sont aussi directement (gîtes de montagne) ou indirectement (gîtes ruraux, chambres et tables d’hôtes, meublés de tourisme, camping, restaurants…) associés à ces activités. On peut estimer à 70 000 nuits avec une dépense moyenne de 150 euros par nuit, totalisant un chiffre d’affaires de 10 050 000 euros par année.

42Dans le secteur, on en dénombre aujourd’hui 32 organisations, dont 12 pour le secteur associatif et 20 pour le secteur marchand. Le nombre d’emplois créés est approximativement de 100 selon nos investigations, parmi lesquels une quinzaine de guides de montagne polyvalents.

43Le tourisme sportif aux Seychelles fait travailler aussi une centaine de fonctionnaires dans la gestion des forêts, avec plus de 50 agents des parcs nationaux pour l’entretien des kilomètres de sentiers et de l’ouverture de nouveaux circuits. Ces activités font vivre également les entreprises de transport touristique qui acheminent les marcheurs sur les lieux de pratique ou louent des véhicules (au nombre de 45 unités). Auxquels s’ajoutent 22 loueurs de vélo, indispensables moyens de locomotion pour les îles de la Digue et de Praslin. Le caractère insulaire des Seychelles, associé au relief et à l’éclatement des sites de pratique, donne à ce secteur un poids important.

44Activité de découverte du patrimoine, les pratiques de tourisme sportif de nature favorisent dans le même temps la consommation de produits culturels : musées, jardins, cases créoles, conservatoires, gastronomie, folklore, etc., en complément de la pratique. Ces produits culturels se regroupent plus 62 entreprises et d’associations dans la vente des produits du coco-fesse, des objets en bois sculptés (tortues…), de vanneries, de chapeaux, de paniers et nattes. On trouve aussi des bijoux mêlant or, corail et coquillages.

45De même, le caractère auto-organisé dominant de ces pratiques stimule la vente d’ouvrages, de guides, de topos, ou encore de cartes. On recense une vingtaine de produits de ce type.

46Les agences de voyages réceptives sont aussi concernées car elles vendent des produits touristiques incorporant des prestations liées au tourisme sportif de nature. Nous en avons recensé plus d’une centaine qui vendent la destination des Seychelles parmi lesquelles Beachcomber Tours, Iles créoles, Vivatours….

47Enfin, la cinquantaine de commerces basiques, échoppes, alimentation générale, boulangerie, café…, qui, en raison de leur emplacement stratégique dans des lieux touristiques de passage (îlets, villages typiques), voient leur volume de vente s’accroitre. Il s’agit d’un marché considérable, difficilement évaluable en euros mais dont les effets induits concernent une multitude d’acteurs satellites.

4.2. Considérations socioculturelles

48Les pratiques de tourisme sportif de nature jouent un rôle original dans l’équilibre socioculturel des Seychelles car elles sont à la fois fédératrices pour les acteurs locaux, rassembleuses de la population et solidaires vis-à-vis de publics spécifiques.

49Cette pratique est fédératrice parce qu’elle oblige les différents acteurs de l’offre (financeurs, producteurs, distributeurs, promoteurs, hébergeurs, agriculteurs…) à travailler en synergie afin de proposer des prestations de qualité ; les activités de tourisme sportif fédèrent les énergies et les personnes impliquées au sein du territoire. Elle crée ainsi, dans le cadre d’une économie de proximité, une véritable dynamique partenariale et sociale autour d’une branche d’activités. Par exemple, les lodges et les chambres d’hôtes peuvent s’approvisionner auprès des producteurs et agriculteurs locaux afin de proposer à leurs clients une gastronomie locale.

Figure 5. Considérations socioculturelles du tourisme sportif de nature aux Seychelles

Figure 5. Considérations socioculturelles du tourisme sportif de nature aux Seychelles

Source : Bessy, Naria, 2003

50Une pratique rassembleuse : les diverses activités du tourisme sportif de nature rassemblent aujourd’hui des personnes d’horizons variés grâce au double effet de diversification de l’offre et d’évolution des représentations sociales associées à ces pratiques. Elles permettent ainsi à des gens qui n’ont pas l’habitude de se côtoyer de tisser des relations sociales. Elles favorisent ainsi les échanges entre hommes et femmes, entre les différentes générations, entre les créoles et les touristes et entre les différents groupes sociaux. Lieux de brassage culturel et de cohésion sociale, ces pratiques jouent un rôle particulier dans la vie seychelloise.

51Les pratiques de tourisme sportif de nature participent à l’intégration sociale d’un bon nombre de personnes en les professionnalisant. Ce processus d’intégration solidaire est particulièrement sensible dans les zones d’habitation riches en ressources naturelles, mais pauvres sur le plan économique. Sous un autre aspect, il est intéressant d’observer aussi comment la modalité aventurière de ces pratiques séduit des publics en détresse ou désireux de se prouver quelque chose. De nombreuses expériences font état de jeunes en difficulté issus de zones urbaines sensibles qui trouvent dans les raids pédestres ou sorties d’escalade un espace-temps privilégié de valorisation sociale.

4.3. Considérations territoriales

52Le territoire seychellois présente une grande richesse de son patrimoine naturel, une vulnérabilité écologique et des déséquilibres spatiaux qui imposent aux différents acteurs concernés de prendre conscience du rôle que peut jouer le tourisme sportif de nature en matière de protection, de valorisation et de structuration des îles, mais aussi en termes de construction d’une image locale.

Figure 6. Considérations territoriales du tourisme sportif de nature aux Seychelles

Figure 6. Considérations territoriales du tourisme sportif de nature aux Seychelles

Source : Bessy, Naria, 2003

53La nature est devenue un lieu largement investi par une population en mal d’authenticité, de détente et d’extrême. La fréquentation sportive des espaces naturels aux Seychelles connait aujourd’hui une accélération. Se pose donc le problème de la régulation des flux afin d’éviter toute dégradation. Les nombreux aménagements réalisés sur l’île : sentiers, aires de pique-nique, kiosques, parking… : délimitent des espaces de pratique, d’hébergement et de stationnement. Ils évitent ainsi les usages anarchiques du milieu naturel et permettent aux pratiquants de profiter de la nature sans la dégrader. De même, l’immersion en pleine nature et la recherche d’harmonie avec les éléments que nécessitent ces activités font prendre conscience de la beauté et de la richesse des lieux. Le tourisme sportif favorise dans un premier temps une découverte active et sensible du patrimoine, puis dans un second temps une appropriation et une défense de ce dernier. Elles apparaissent ainsi comme stimulant la construction d’une écocitoyenneté.

54L’intégration plutôt réussie des différents aménagements dans l’environnement grâce à l’utilisation de matériaux naturels, le bois ou les bardeaux, et à une architecture adaptée participe de la qualité environnementale des sites. De même, le développement des randonnées pédestre et équestre, de la plongée sub-aquatique, permet de valoriser des zones naturelles en évitant qu’elles soient détruites ou pillées sous le couvert d’intérêts économiques. C’est la voie de l’écotourisme qu’emprunte aujourd’hui de plus en plus l’archipel des Seychelles. Enfin, le patrimoine culturel seychellois (cases, jardins, folklore, gastronomie, etc.) est de plus en plus associé au tourisme sportif qui s’organise souvent en hybridant la dimension sportive et la dimension culturelle.

55Les aménagements touristiques aux Seychelles mettent en valeur des zones naturelles. Les randonnées pédestres, les activités de surf et de ses dérivés, la plongée joue un rôle important en matière de rééquilibrage territorial en investissant des espaces longtemps délaissés, car peu rentable sur le plan de l’économie touristique traditionnelle. Elles permettent par le biais des différents aménagements nécessaires à la pratique (sentiers pédestres, gîtes, aires de pique-nique…) de modifier les flux d’usagers et de dynamiser ainsi ces territoires en créant une branche d’activités économiques comprenant des prestataires de services (encadrement, animation et location sportives, hébergement, restauration, artisanat, commerces…).

Conclusion

56La configuration locale fait des Seychelles un terrain d’aventure particulièrement recherché et par conséquent un laboratoire d’analyse des enjeux et des limites en matière de développement durable.

57Finalement, les activités de tourisme sportif de nature constituent de nouvelles perspectives de développement pour les petits espaces insulaires et elles participent à dynamiser de manière originale les offres touristiques locales, dans un contexte de crise mondiale. Ces activités mettent en valeur le patrimoine et la culture locale des différentes îles des Seychelles, impulsés par les acteurs locaux, tout en ayant pour ambition, de préserver le milieu naturel sur le long terme.

Haut de page

Bibliographie

Archer, B. and J. Fletcher (1996). The economic impact of tourism in the Seychelles, Annals of Tourism Research, 23 (1): 32-47.

Benoit, A-J., (1995). Sport colonial, L’Harmattan : 60.

Bessy, O. (2008), Sports, loisirs, tourisme et développement durable des territoires, Presses Universitaires du Sport, 175 p.

Bessy, O. and M. Mouton (2004). « Du plein air au sport de nature. Nouvelles pratiques, nouveaux enjeux », Cahier Espaces, n°81 "Sports de nature. Évolutions de l'offre et de la demande", Editions ESPACES, 7 p.

Bessy, O. and O. Nari (2003). Loisirs et tourisme sportif de nature à La Réunion. État des lieux, Enjeux et perspectives en matière de développement durable, CCEE-Région-Réunion.

Bourg, D. (2003). "Les fondements du développement durable : les limites et les fins", in Les nouveaux Utopistes du développement durable, Autrement.

Campling, L. and M. Rosalie (2006). Sustaining social development in a small island state? The case of the Seychelles, Sustainable Development, 14:115-125.

Cazes-Duvat, V. and R. Robert (1996). Atlas de l’environnement côtier des îles granitiques de l’archipel des Seychelles, Université de la Réunion, Conseil régional de la Réunion, CIRAD, 88 p.

Doan, T, M. (2000). The Effects of Ecotourism in developing nations, Journal of Sustainable Tourism, 8 (4): 288-304.

Ducroux, A-M. (2003). "Rendre la vie possible", in Les nouveaux Utopistes du développement durable, Autrement.

Gay, J-C. (2004). «Tourisme, politique et développement aux Seychelles», Revue Tiers-Monde, n° 178 : 319-339

Filliot, J-M. (1982). Histoire des Seychelles, Ministère de l’Education et de l’Information, République des Seychelles, ORSTOM, Paris, 225 p.

Frangialli, F. (1999). Key issues for Sustainable Tourism in Seychelles and Small Island Developing States (SIDS), Victoria, Seychelles.

Guébourg, J-L. (2004). Les Seychelles, Karthala, Paris, 200 p.

Koechlin, B. (1985). Les Seychelles et l’Océan Indien, L’Harmattan, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, Paris, 174 p.

Management Information Systems Division (MISD) (2000). Statistical Abstract 2000, Victoria, Seychelles.

Ministry of Environment (2000). Environment Management Plan of Seychelles 2000–2010, Victoria, Seychelles.

Ministry of Social Affairs and Employment (2001). Statement and Strategy on Social Development for Seychelles Beyond 2000,Victoria, Seychelles.

Ministry of Tourism and Transport (2001). Vision 21: Tourism Development in Seychelles 2001–2010, Victoria, Seychelles.

UNDP (1997). Development Co-operation Report: Seychelles. UnitedNations Development Programme, UNDP Port Louis, Mauritius. November 1997.

UNEP (1999). UNEP Island Web Site: Explanation of Island Indicators. http://www.unep.ch/islands/indicat.htm#Human Impact.

Republic of Seychelles, (1990). National Development Plan 1990–94 Vol.1. Ministry of Planning and External Relations, April 1990.

Republic of Seychelles (1993). Constitution of Seychelles, Article 38. Mahé, Republic of Seychelles.

Republic of Seychelles (1977). First National Development Plan 1977–81, Victoria, Seychelles.

Republic of Seychelles (1980). National Development Plan 1981– 85, Victoria, Seychelles.

Seychelles (1999). State of the Nation Address by the President of the Seychelles. 24 February 1999.

Serviable, V-A. (2009). La stratégie seychelloise du développement durable, FLSH, Département de géographie, Thèse de nouveau régime, 350 p.

Shah, N. J. (1995). Managing Coastal Areas in the Seychelles. Nature and Resources, 31 (4) 16–33, UNESCO, Paris.

Smyth, R. (2000). Mission FIC aux îles Seychelles, Mediaspaul, Canada, 463 p.

Wahab, S. and J. Pigram (eds) (1997). Tourism, Development and Growth: The Challenge of Sustainability, London, Routledge.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation des Seychelles
Crédits Source : Encyclopedia of Nations online, 2006
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5642/img-1.png
Fichier image/png, 164k
Titre Figure 2. Les trois principales îles de l’archipel des Seychelles
Crédits Source : www.world-gazette.com
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5642/img-2.png
Fichier image/png, 13k
Titre Figure 3. Le modèle d’institutionnel du développement durable
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5642/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 4. Tourisme sportif de nature et le développement durable : des contributions de développement pour les Seychelles
Crédits Source : Bessy, Naria, 2003
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5642/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 5. Considérations socioculturelles du tourisme sportif de nature aux Seychelles
Crédits Source : Bessy, Naria, 2003
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5642/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 6. Considérations territoriales du tourisme sportif de nature aux Seychelles
Crédits Source : Bessy, Naria, 2003
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5642/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Naria et Kenneth Sherwin M.D, « Tourisme, sports de nature et développement durable aux Seychelles », Études caribéennes [En ligne], 19 | Août 2011, mis en ligne le 15 août 2011, consulté le 24 juin 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/5642 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.5642

Haut de page

Auteurs

Olivier Naria

Geography PhD; EA-4075 CURAPS; Reunion University; olivier.naria@univ-reunion.fr

Kenneth Sherwin M.D

Sports medicine PhD; Seychelles National Olympic Staff; kennethsherwin@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org