Navigation – Plan du site
Editorial

Patrimonialisation et enjeux d’un développement touristique durable

Heritage and Challenges of a Development of Sustainable Tourism
Jean-Marie Breton et Diana Ramassamy

Résumés

Ce numéro met en perspective l’approche développementaliste et la dimension dialogique du tourisme. Les auteurs successifs y interrogent l’équation tourisme, culture et développement, par le prisme de la patrimonialisation.
L’émergence puis le développement, dans les années soixante-dix, d’un tourisme culturel ont largement contribué à favoriser la prise de conscience des populations et des politiques, ainsi qu’à formaliser la nécessité d’une nouvelle approche des discours s’agissant des espaces naturels et du patrimoine historique et immatériel. Des regards croisés de juristes, d’anthropologues et de géographes, se dégage une problématique qui fait écho à un constat largement partagé : les connaissances sur les applications et les instruments des orientations politiques internationales, de même que sur leurs liens avec les identités sociales et ethniques, restent insuffisantes.
Les enjeux de la patrimonialisation requièrent donc que l’on se pose, dans le domaine considéré, la question de la relation entre les concepts, les discours et les politiques, et que l’on esquisse, à partir des expériences rapportées, les contours de réponses susceptibles d’y être apportées.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Entre autres : C. Michael Hall & Alan A. Lew (dir.) (2009), Understanding and managing Tourism Impa (...)

1Le tourisme, phénomène complexe1, s’exprime à travers de multiples déclinaisons. Il s’impose comme l’une des industries majeures du monde, et se caractérise par la diversité des objets de recherche qu’il suscite dans le champ des sciences humaines. Cette diversité est illustrée à travers le présent numéro de cette Revue, qui croise la perspective développementaliste, généralement retenue par les géographes, et l’approche constructiviste, qui privilégie la dimension dialogique du tourisme, plus fréquemment développée par les anthropologues. L’anthropologie du tourisme peine cependant à être considérée comme un champ disciplinaire légitime en France, en dépit des travaux pionniers de M. Picard (1992) et M.-F. Lanfant (1995), qui remettent en cause des discours et des pratiques observés dans la discipline.

2La relation multiple, prégnante et parfois conflictuelle du tourisme au patrimoine et à la culture, en renvoyant à la notion de « Tourisme avec identité », se réfère à la mise en valeur des cultures et des patrimoines vivants. Le tourisme culturel contribuerait à renforcer le sentiment de communauté, de « local » et d’authenticité. Tourisme d’identité, tourisme avec identité, liés à l’expérience de « l’authentique » : les concepts corrélatifs d’identité et d’authenticité sont aujourd’hui omniprésents, à quelque difficulté que se heurte leur connotation essentialiste, rarement définie et souvent peu rigoureuse (Bendix, 1997).

  • 2 Au même titre que les différentes formes et offres de tourisme écologique, scientifique, communauta (...)

3La formalisation du discours sur le tourisme culturel date de la fin des années 70. La notion d’un tourisme culturel respectueux de l’environnement et des populations locales émerge en posant conjointement la question du tourisme et celle de la culture (Lazarotti, 2010). La charte du « tourisme culturel », rédigée en novembre 1976 par le Conseil International des Monuments et des Sites, (ICOMOS) et révisée en 1999, marque un tournant vers la prise de conscience du contenu immatériel du patrimoine. Le tourisme culturel est posé à la fois comme une notion et un discours qui identifient un type particulier de tourisme, parfois qualifié2 d’« alternatif » (au tourisme de masse classique). La notion de patrimoine, pour sa part, sans pour autant abandonner ses référents matériels, évolue vers l’intangible, le vivant, domaine aux frontières mouvantes et perméables.

4La distinction proposée par l’UNESCO entre les patrimoines « matériel » et « immatériel », suscite la controverse. Des anthropologues ont notamment critiqué le clivage conceptuel et organisationnel des patrimoines « culturel » et « naturel ». Le concept de patrimoine naturel émanerait d’une idéologie occidentale qui s’appuierait entre autres sur la connaissance systématique du monde naturel en vue de sa protection, de manière à éviter la disparition et à contourner la vocation éphémère de certains de ses éléments (Cormier-Salem et Roussel, 2000). Reconnaissant l’importance de la culture dans le regard porté sur la nature, le Comité du Patrimoine Mondial de l’UNESCO a tenté un rapprochement entre les populations locales et la gestion des ressources naturelles dans la Convention sur la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel de 1972. Mais, selon Wright (1998), cette convention n’en a pas moins créé les conditions favorables à l’adoption d’une approche naturaliste dans la protection du patrimoine culturel, par une espèce d’« étiquetage » de sites et des pratiques à protéger, entrainant parfois en retour le risque de leur marchandisation, et de la mise à l’écart conséquente des populations locales, dans l’industrie touristique notamment.

5Dans les champs du patrimoine culturel immatériel, les connaissances sur les applications et les instruments des orientations politiques internationales, de même que sur leurs liens avec les identités sociales et ethniques, s’avèrent insuffisantes. Parce que les anthropologues, en effet, ont manifesté un intérêt tardif pour la patrimonialisation, les données confrontant les perceptions des acteurs locaux à celles promues par les institutions, ainsi que leurs conceptions respectives du patrimoine et de sa mise en place, restent rares.

6Pour autant, les stratégies de patrimonialisation, avec en particulier l’apport de la nouvelle catégorie de « l’immatériel », s’inscrivent au cœur des enjeux des sociétés contemporaines. La diversité des problématiques locales ou régionales est donc susceptible de nourrir des réflexions riches et variées.

7Les sept études qui composent le dossier ci-après s’articulent autour de plusieurs thématiques, regroupées sous l’angle de la patrimonialisation. Elles mettent en relief les interactions du tourisme, celle des actions entreprises par des sociétés qui se construisent ou se reconstruisent avec et à travers le tourisme.

8Pour situer le contexte, il conviendra avec Jean-Marie Breton, dans un premier temps de rappeler les données générales et transversales de l’appréhension et de la saisine du patrimoine par le droit, dans leur double dimension normative et institutionnelle. À partir de présupposés qui relèvent de la détermination des politiques publiques, en sont présentés et analysés les cadres formels et les modalités de mise en œuvre, s’agissant du contenu comme du régime de la protection des patrimoines naturel et culturel.

9Au-delà des travaux de Michel Picard (1992), les recherches et les réflexions sur la notion de « culture touristique » illustrent par exemple l'indissociabilité de l'identité culturelle balinaise et du tourisme. Franck Michel, en interrogeant le modèle balinais du tourisme,  oriente sa réflexion vers « l’analyse des liens entre patrimoine et développement en focalisant sur ce qui fait l’image de marque de Bali sur le plan touristique (mais également politique) ». Il analyse la complexité de la relation patrimoine-tourisme culturel qui, in fine, ne résoudrait pas la crispation identitaire, l’angoisse de l’uniformisation et l’apparent déclin des cultures traditionnelles.

10Le touriste peut-il promouvoir de nouvelles interactions entre son monde et les autres mondes ? Ces interactions peuvent-elles produire des relations symétriques faites de contacts directs entre des touristes de plus en plus attirés par les expériences authentiques ? L’étude portant sur les fêtes de Pâques menée par Sonia Catrina part à cet égard du postulat que le touriste curieux des cultures vivantes et différentes va transgresser « certaines pratiques coutumières », de même qu’il manipulera en présence des touristes « une partie des symboles coutumiers associés à la fête religieuse », ce qui s’inscrit selon l’auteur dans une démarche de « marketing touristique forgée sur un mode de vie considéré comme authentique »

11Il est difficilement contestable que les ressources du patrimoine dûment valorisées exercent un attrait déterminant sur la demande comme sur l’offre touristique. Caroline Tafani montre avec l’exemple de la Corse que la relation de type dialectique qui en résulte ne peut être sans conséquence sur les effets escomptés de l’activité touristique, non seulement, en termes de croissance, mais également et surtout de développement des régions et territoires considérés à condition qu’un tourisme durable, assis sur une gestion ad hoc, des ressources du patrimoine, constitue un facteur puissant de durabilité et de viabilité du développement.

12L’hypothèse peut être avancée, avec « l'intégration du secteur privé dans l'exploitation écotouristique des parcs nationaux colombiens », que l’on peut renverser le flux spontané d’un développement touristique exogène, « externe », imposé et incontrôlé, au profit d’un développement touristique endogène créatif, et culturellement valorisant, au sens actif et positif de la rencontre et de l’échange. En réalité, l’étude de Mara Sierra révèle que les populations, pour leur part, trop souvent exclues du jeu touristique dans la maîtrise de leur espace comme de leur patrimoine, se situent dans une logique d’offre-attente envers le touriste, soucieuses de faire connaître leurs valeurs et leurs traditions, sans exclure la découverte de celles dont sont porteurs les visiteurs.

13La réintégration des populations en qualité d’acteurs effectifs d’une problématique touristique gage de développement durable passe alors obligatoirement par la réappropriation d’espaces et de valeurs. Dans cette démarche, souligne Marie-Laure Guilland, on peut être enclin à voir une caractéristique forte d’une démarche écotouristique s’exprimant en termes d’échanges mutuellement équilibrés et valorisants

14La maîtrise de l’espace et des ressources touristiques et environnementales, à caractère écotouristique et ethnoculturel notamment, peut pour sa part favoriser l’émergence d’une dynamique forte de mobilisation et d’implication, assise sur une évolution attendue des mentalités, de nature à réorienter, à adapter, à enrichir et donc à optimiser l’offre touristique. Selon Dominique Augier, une telle méthode est alors essentielle, dans la mesure où elle devrait conduire à faire des populations des partenaires actifs et primordiaux, et non plus des observateurs passifs, de la démarche écotouristique.

  • 3 On notera à cet égard l’annonce récente (septembre 2012) par la ministre de la culture qu’un projet (...)

15Ce sont là autant de questionnements à verser à un débat déterminant, qui ne saurait être clos pour autant3, mais à l’avancement duquel on peut espérer que les réflexions présentées ci-après contribueront utilement.

Haut de page

Notes

1 Entre autres : C. Michael Hall & Alan A. Lew (dir.) (2009), Understanding and managing Tourism Impacts. An Integrated Approach, Routledge, London & New York ; B. Bramwell & B. Lane (dir.) (2012), Tourism Governance. Critical Perspectives on Governance and Sustainability, Routledge, London & New York ; S. Molina (2011), Turismo creativo. El fin de la competitividad, Ed. www.escritores.cdl, Chile ; J.-M. Furt et F. Michel (dir.) (2011), Tourismes, patrimoines et mondialisations, L’Harmattan, Paris ; J.-M. Breton (dir.) (2011), Tourisme durable et patrimoines. Une dialectique développementale ?, Série « Iles et pays d’Outre Mer », vol. 8, Karthala-CREJETA, Paris ; M. Lequin (2001), Ecotourisme et gouvernance participative, P. U. Québec, Sainte-Foy, Québec

2 Au même titre que les différentes formes et offres de tourisme écologique, scientifique, communautaire, participatif, équitable, éthique, responsable, solidaire, etc

3 On notera à cet égard l’annonce récente (septembre 2012) par la ministre de la culture qu’un projet de loi sur le patrimoine doit être soumis à la concertation ministérielle en 2013, dans le but non seulement d’actualiser les dispositifs en vigueur, mais également d’articuler conservation et innovation, et de déterminer les bénéfices économiques, sociaux et culturels à attendre du patrimoine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Breton et Diana Ramassamy, « Patrimonialisation et enjeux d’un développement touristique durable  », Études caribéennes [En ligne], 20 | Décembre 2011, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 24 avril 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/5711

Haut de page

Auteurs

Jean-Marie Breton

Professeur à la Faculté de Droit et d’Economie de Guadeloupe, Directeur du Centre de Recherches et d’Etudes juridiques sur l’Environnement, le Tourisme et l’Aménagement (CREJETA), Université des Antilles et de la Guyane, Président de la Section Caraïbes de la Société Française pour le Droit de l’Environnement (SFDE) Membre de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer, j.m.breton@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Diana Ramassamy

Consultante en ingénierie culturelle, dianaramassamy@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org