Navigation – Plan du site
La façade caraïbe de l’Amérique centrale : fragmentation ou intégration « régionale

Dynamiques de coopération transfrontalière sur la façade caraïbe du Costa Rica et du Panama : le cas du bassin du fleuve Sixaola

Dynamic Cross-border Cooperation on the Facade Caribbean Costa Rica and Panama: the Case of River Basin Sixaola
Tania Rodriguez

Résumés

Le bassin du fleuve Sixaola est un bassin transfrontalier partagé entre le Costa Rica et le Panama. Localisé sur la façade caraïbe de l’isthme centraméricain, il est depuis une vingtaine d’années considérées par les organismes de coopération et les organisations non gouvernementales comme un espace privilégié pour la coopération en matière environnementale. Ce bassin concentre en effet d’importantes richesses naturelles et culturelles propres à cette façade caraïbe. Dans le même temps, on y constate une importante vulnérabilité sociale et des dégradations environnementales croissantes, d’autant plus qu’on trouve autour de ce bassin des activités productives polluantes (monocultures, tourisme, etc.), ainsi que les villages les plus pauvres des deux pays.
Cet article cherche à analyser comment, à côté des mécanismes d’intégration et des initiatives appuyées par les États, cet espace connaît aussi de nombreux projets et programmes de coopération menés par des organismes internationaux et des organisations non gouvernementales (ONG). Ces projets visent principalement à accroître la coopération transfrontalière pour la conservation et la gestion environnementale.
En revanche, leur rôle est de plus en plus remis en cause par des acteurs locaux qui affirment que ces organismes « transnationaux » déplacent les États et imposent des projets qui ne prennent pas en compte les réalités et les besoins locaux tout en développant des discours « hégémoniques » sur la gestion intégrée des bassins transfrontaliers, le changement climatique, entre autres.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La façade caraïbe de l’Amérique centrale est ici considérée comme une région qui partage une homogénéité culturelle et une continuité environnementale. En effet, l’isthme articule une « mosaïque de petits mondes » fragmentés politiquement par des frontières terrestres multiples. La façade caraïbe et les zones de frontières sont dans une situation périphérique par rapport aux centres nationaux, lesquels sont plutôt localisés sur le versant pacifique. Ces zones se sont construites de manières isolées et marginalisées, ce qui a permis une formation très différente des identités et des dynamiques sociales et économiques par rapport à celles qui existent dans le reste des pays (Granados et al., 2000). Cet isolement a aussi permis le maintien de ressources hydriques (bassins et nappes phréatiques) et d’écosystèmes essentiels. Cette richesse environnementale a donné de la valeur à ces zones auparavant oubliées des gouvernements ; elle a aussi attiré l’attention des mécanismes d’intégration, des États, des organismes de coopération et des organisations non gouvernementales internationales. Cet intérêt s’est matérialisé par l’apparition de nombreux projets de coopération transfrontalière pour la conservation et la gestion de ces écosystèmes partagés.

2Les pays de l’espace caribéen connaissent deux phénomènes similaires bien qu’antinomiques : tout d’abord, ils ont des caractéristiques proches qui créent une sensation d’homogénéité et de continuité socioculturelle, et dans le même temps leur fragmentation physique et politique met aussi en évidence une situation de discontinuité (Demyk, 2005 : 63). L’homogénéité socioculturelle est la conséquence d’un passé commun marqué par la domination des puissances européennes. Durant les processus de conquête et de colonisation, les couronnes espagnole et anglaise ont imposé des particularités culturelles (langue, religion, système politique…) et ont divisé l’espace en provinces. Ces divisions coloniales sont devenues après les indépendances les frontières des États naissants.

  • 1 Ces grandes plantations se sont mises en place dans les plaines caribéennes aux Guatemala, Honduras (...)

3Plus récemment, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, des entreprises états-uniennes ont peuplé et aménagé l’espace Caraïbe pour faciliter la mise en place d’un système de plantation nommé « enclave », principalement pour la production de banane. Ce système de production s’est mis en place de façon plus intensive sur la façade caribéenne de l’Amérique centrale1 et a accentué la spécificité de ces zones, y établissant « des microcosmes caribéens » très distincts du peuplement métis de la façade pacifique de l’Amérique centrale (Hall, 1985 : 7). L’Amérique centrale est spécialement touchée par les dynamiques de frontières : tout au long de ses 523 160 km² coexistent sept États qui partagent 3 455 kilomètres de frontières (Matul, 2007 : 77), où coexiste une grande diversité culturelle représentée par des populations métisses, indigènes et afro-caribéennes. Ces caractéristiques plutôt générales du bassin caribéen s’appliquent à la façade caraïbe de l’isthme centraméricain, et donc à notre étude de cas, localisée sur la partie continentale de l’espace caribéen et située sur la côte atlantique, entre Costa Rica et Panama où se trouve le bassin du fleuve Sixaola.

4Cet article a pour objectif de présenter le cas du bassin du fleuve Sixaola, cours d’eau s’écoulant vers le versant caribéen et marquant une partie de la frontière entre le Costa Rica et le Panama. Sa position de marge, ainsi que sa richesse culturelle et environnementale, ont depuis les années 1990 rendu cette zone attractive pour la coopération internationale. Nous étudierons les dynamiques de coopération transfrontalière qui se mettent en place autour de la gestion des écosystèmes présents dans ce bassin. Le choix de ce terrain d’étude tient aussi au fait que les dynamiques de coopération transfrontalière observables dans ce bassin illustrent des phénomènes que connaissent plusieurs autres zones localisées sur la façade caribéenne de l’Amérique centrale.

5De cette façon, nous analyserons dans une première partie l’importance des bassins transfrontaliers dans la région centraméricaine pour ensuite étudier plus particulièrement le bassin du fleuve Sixaola. Dans une deuxième partie, nous nous pencherons penchera sur les dynamiques d’intégration et de coopération transfrontalière mises en place autour de ce bassin lesquelles revendiquent le dépassement du morcellement politique établi par les frontières nationales.

1. Dépasser les discontinuités : le cas du bassin fleuve Sixaola

1.1. Les bassins transfrontaliers : espaces de continuité et de coopération

6En Amérique centrale, les frontières et les bassins hydrographiques sont intimement liés, comme le souligne Foucher pour l’Amérique latine : « le pourcentage des limites tracées sans support hydro-orographique (…), sans appui sur des alignements géométriques et qui passent donc en milieu ouvert est insignifiant que d’un 3,6% du total » (Foucher, 1991 : 120). Selon Carmen Maganda, le bassin hydrographique est un territoire délimité par les ruissellements des eaux superficielles et souterraines. Il est constitué par des fleuves et des nappes phréatiques, et sa délimitation géographique est fonction des zones d’influence hydrographique ainsi que celles de l’’infiltration des eaux. Le bassin devient transfrontalier quand il s’étend entre deux ou plusieurs pays (Maganda, 2008 : 175).

7Dans la définition d’Aguilar et Iza, un bassin hydrographique est une unité géographique formée par un fleuve principal et par tous les territoires compris entre la source (les eaux en amont) et l’embouchure du fleuve (les eaux en aval). Cette définition inclut l’ensemble des terres, rivières, lacs, marécages, marais, baies, ou nappes phréatiques. Le fleuve est l’élément central de tout bassin et la gestion d’un bassin est très liée à celle du fleuve (Aguilar et al., 2009 : 10).

8Des auteurs comme C. Maganda et A. Iza insistent sur le fait que l’aire d’influence d’une unité spatiale comme le bassin hydrographique dépasse la délimitation établie par la frontière, puisque les frontières des États ne limitent pas les dynamiques sociales et l’extension des écosystèmes qui sont partagés (bassins, forêts, marécages, entre autres). La conceptualisation même de bassin transfrontalier nous amène obligatoirement à surmonter la notion classique de frontière qui est définie comme une limite existante entre deux ou plusieurs souverainetés, assurant ainsi la division géopolitique. La condition transfrontalière de ces bassins pose un problème fondamental au moment de penser la gestion des ressources naturelles partagées. Dans beaucoup de cas, un écosystème divisé par une frontière politique-administrative est géré d’une façon fragmentée et parfois contradictoire par les États qui le partagent. Cela est dû au fait que parfois les États ont des priorités politiques et des régulations environnementales divergentes

9La notion de bassin transfrontalier propose, dans le cas de Sixaola, une logique de continuité concernant des écosystèmes clés comme des dynamiques sociales, politiques et économiques propres à cette zone de frontière et à cette façade caraïbe (Aguilar et al., 2009 : 30). Les discussions autour des bassins transfrontaliers nous renvoient à une dialectique qui oppose deux usages du concept de frontière : la frontière comme ligne-limite fixe séparant deux États et la frontière comme région dynamisée par les interactions générées par les liens de proximité ou de voisinage. Ainsi, la région transfrontalière est un espace transcendant les lignes de séparation et tendant vers l’intégration (Morales, 2010 : 187). Elle articule alors des territoires adjacents qui appartiennent à des États différents. On peut identifier une grande diversité d’acteurs (entreprises, institutions publiques, organisations sociales et autorités locales, etc.) qui interagissent à plusieurs niveaux d’échelles spatiales (local, national, régional et global) et qui encouragent la mise en place d’initiatives visant à dépasser la fragmentation sociopolitique et à développer des projets de coopération fondés sur la continuité culturelle et environnementale.

  • 2 GWP est une institution créée en 1996 par la Banque Mondial (BM), le Programme des Nations Unis pou (...)
  • 3 Créée en 1948, cette association réunit 1200 organisations membres de 140 pays (ONG, gouvernements, (...)
  • 4 Cet ONG est dédiée à la conservation et la restauration des zones humides dans le monde.

10Il faut souligner que la notion de « bassin transfrontalier » est une construction analytique développée au sein des centres de recherche et particulièrement utilisée par les ONG et les organisations internationales en tant que méthodologie de gestion et d’aménagement du territoire. Les États et les habitants de ces zones frontalières sont encore loin de s’approprier un concept de « bassin transfrontalier », lequel est pourtant très utilisé par des organisations internationales comme Global Water Partnership (GWP)2, l’Union International pour la Conservation de la Nature (UICN)3 et Wetlands International4, ou par la Banque Interaméricaine de Développement (BID). Ces organismes utilisent le bassin transfrontalier comme une unité spatiale, à tel point que certains États, comme le Guatemala, considèrent cette notion comme une menace pour leur souveraineté et évitent de l’utiliser dans leurs politiques publiques.

1.2. La question des bassins transfrontaliers en Amérique centrale

11Longitudinalement, la façade caraïbe de l’Amérique centrale présente une certaine cohérence qui s’exprime en une « relative homogénéité environnementale et géophysique (basses terres Caraïbes) » (Le Masne, 2010 : 27). Elle est aussi devenue une « zone refuge » pour les populations indigènes et afro-caribéennes installées sur le littoral caribéen de l’Amérique centrale, qui ont ainsi conservé des caractères socio-ethniques communs. La densité de population y est faible et ces populations sont dépendantes des grandes plantations de bananes ou pratiquent l’agriculture de subsistance (Le Masne, 2010 : 27). Le bassin du fleuve Sixaola est ainsi en double marge, puisqu’il est dans le même temps localisé sur la frontière entre le Costa Rica et le Panama, et sur la façade caribéenne de l’Amérique centrale, victime de l’effet frontière tout en restant isolé des centres nationaux et des pôles de développement de la façade pacifique.

12Toutefois, la continuité culturelle et environnementale qui persiste malgré ces frontières illustre, comme affirme Le Masne, « la perméabilité de frontières longtemps ignorées par les populations : le peu de cas qu’en font les Indigènes révèle le maintien de systèmes spatiaux » (Le Masne, 2010 : 22). Les frontières politiques sont ainsi bouleversées par une continuité territoriale et environnementale qui permet le maintien des structures géographiques, sociales, ethniques et culturelles (Le Masne, 2010 : 23).

13Par ailleurs, l’Amérique centrale a été pendant les années 1980 le théâtre de nombreuses révolutions et guerres civiles qui ont renforcé l’isolement et la marginalisation des zones frontalières. Consacrées aux luttes de guérillas, certaines zones de « no man’s land » ont été délaissées, ou, mieux, oubliées au milieu des conflits, ce qui a permis la conservation des écosystèmes. Il est ainsi possible d’affirmer qu’à l’instar de la façade caraïbe de l’isthme, ses frontières sont devenues d’importants sanctuaires environnementaux.

14La majorité des aires protégées, ainsi que les principaux réservoirs d’eau (bassins ou aquifères) sont localisés soit sur la façade caribéenne soit sur les zones de frontières et une part importante des bassins hydrographiques centraméricains est localisée dans des zones de frontières (Kauffer, 2006 : 10). D’après Edith Kauffer, les bassins transfrontaliers représentent 36% du territoire centraméricain. Ceux-ci concentrent les principales réserves d’eau douce de l’isthme, sa plus importante biodiversité, et une pluralité culturelle liée à la grande diversité ethnique de ses habitants.

15Ces bassins transfrontaliers jouissent d’une importance géopolitique, en tant que lieux de convergence, du point de vue des transports comme des ressources naturelles, vitales pour les populations et l’activité économique (énergie hydroélectrique, eau potable, pêche, agriculture et industrie). La localisation de ces ressources engendre des particularités, puisqu’elles doivent être partagées par les communautés habitant les deux rives, entraînant ainsi des dynamiques de conflit et de coopération.

16En mettant en relation la façade caraïbe de l’Amérique centrale, le bassin hydrographique, la frontière, ainsi que les phénomènes de coopération, il est possible d’analyser plus particulièrement les dynamiques de coopération mises en place entre les acteurs qui coexistent autour du fleuve Sixaola et qui visent à gérer ce bassin. Ces acteurs agissent de manière individuelle ou collective, ainsi qu’à différentes échelles (locale, nationale et régionale).

1.3. Le bassin du fleuve Sixaola

1.3.1. Description spatiale et socioculturelle du bassin

17Le fleuve Sixaola délimite la partie de la frontière entre Panama et Costa Rica située sur le versant Caraïbe. Le fleuve naît entre les montagnes de Talamanca (Costa Rica) et la cordillère centrale (Panama) ; il s’écoule vers la Caraïbe, couvrant une aire de 2 839,6 km² (Franklin, 2007 : 8). La zone d’influence du bassin inclut des eaux superficielles, des nappes phréatiques, des marécages et d’importantes forêts primaires.

18Tableau 1 : Extension et population du bassin du fleuve Sixaola

Bassin

Pays partageant le bassin

Superficie en km2

Population

du bassin

Répartition du bassin dans chaque pays

Population résidante dans le bassin en %

Sixaola

Costa Rica

2839,6

119 539

81%

58%

Panama

19%

42%

19Source : « Situation des ressources hydriques en Amérique centrale : vers une gestion intégrée » Global Water Parthnepship (GWP Centroamérica, 2011: 21) et Ulate, Ramírez, & Jimenez-Elizondo « Gouvernabilité et Institutions dans les Bassins Transfrontaliers en Amérique Centrale et au Mexique », 2009 : 58. 

20Le bassin de Sixaola partage avec le reste de la façade caribéenne de l'Amérique centrale ses principales caractéristiques démographiques, socioculturelles ou productives. Cette zone frontalière est ainsi l’une des plus pauvres dans chacun des deux pays.

21Il est important de noter que le Costa Rica et le Panama sont des États bien moins faibles que ceux des autres pays de la région centraméricaine : leurs institutions sont stables, leurs démocraties en voie de consolidation, et leurs présences sur cette frontière toujours plus importantes. Cependant, ces espaces frontaliers ont historiquement été exclus des politiques de développement menées par les centres nationaux. L’intégration progressive du bassin de Sixaola par les États nationaux a été marquée par de profondes inégalités socio-économiques, accroissant la marginalité et la vulnérabilité de cet espace.

22Selon la Banque Interaméricaine de Développement (BID), les populations installées autour de ce bassin ont été isolées culturellement et économiquement. On estime que 95% de la population de la partie amont du bassin est indigène, spécifiquement des groupes Bri Bri, Cabécar et Ngöbe Buglé. En aval, des deux côtés de la frontière, des populations afro-caribéennes occupent le bassin, comme sur le reste de la côte caraïbe (Rodriguez, 2009). Le récent développement du tourisme a modifié le peuplement de cette partie avale du bassin, puisqu’on a récemment assisté à l’arrivée de populations métisses originaires d’autres régions du Costa Rica et du Panama, ainsi qu’à des migrations d’étrangers en provenance d’Europe et des États-Unis. L’impact foncier de ces derniers a été prépondérant, surtout dans les zones côtières.

Figure 1. : Le bassin du fleuve Sixaola

Figure 1. : Le bassin du fleuve Sixaola

23Dans sa partie amont, les eaux du bassin possèdent encore une très bonne qualité et les écosystèmes y sont bien conservés, tandis que les eaux et les écosystèmes localisés dans la partie moyenne et avale ont été très endommagés par la pollution résultant des activités agricoles et plus généralement par l’impact des activités anthropiques (Franklin, 2007 : 20).

  • 5 Aires protégées par l’Etat dans le bassin du fleuve Sixaola? (Franklin, 2007): 1. Parque Internacio (...)

24Des organisations comme l’UICN, The Nature Conservancy (TNC), la WWF, ainsi que des organismes multilatéraux comme la Banque Interaméricaine de Développement (BID) ou le Système d’Intégration Centraméricain (SICA) s’accordent pour définir ce bassin comme une zone stratégique au niveau environnemental, du fait de l’importante biodiversité qui la caractérise (Franklin, 2007). Ce bassin comporte aussi plusieurs microclimats ainsi que d’importants écosystèmes marins (Matul, 2007 : 77). Les six aires protégées du bassin5 couvrent 143 000 ha et représentent 40,3% des espaces protégés au Panama et 27,9% de ceux du Costa Rica (Matul, 2007 : 107).

  • 6 Aire protégée qui est partagée par le Costa Rica et le Panama

25Le nombre croissant d’initiatives de coopération visant à mettre en place des projets de conservation et de gestion des écosystèmes partagés existant autour du bassin mettent en lumière un intérêt international certain pour cette zone. L’intérêt repose ici sur l’importance environnementale de la zone, laquelle « représente une priorité en matière de conservation » selon le BID. Rien que dans la partie « amont » du bassin, correspondant au Parque International La Amistad Caribe (PILA)6, on trouve 4% des espèces terrestres mondiales (Franklin, 2007 : 9).

1.3.2. Les relations binationales

26Les relations frontalières entre le Panamá et le Costa Rica sont le résultat d’un long processus qui s’accélère avec leur indépendance vis-à-vis de l’Espagne dans la seconde moitié du XIXe siècle, et où alternent périodes de négociations et de conflits (Medina, 2004 : 79). La ligne frontalière est fixée, par consentement mutuel, le 1er mai 1941 avec le Traité « Arias-Calderón » (ou Traité « Echandi Montero-Fernández Jaen », des noms des chanceliers qui l’ont rédigé). La limite a été fixée en prenant comme repère le « talweg » du fleuve, c'est-à-dire sa partie la plus profonde. Actuellement, on a pu constater, après des nombreux entretiens réalisés à des acteurs habitants cette zone frontière, qu’un des conflits considérés par eux comme un des plus importants, était que le fleuve avait bougé avec le temps de quelques kilomètres. Cette situation a produit une importante incertitude entre eux, puisqu’ils ne savent plus si leurs terres sont du côté panamien ou costaricien. Toutefois, les autorités affirment que même si le cours d’eau bouge, les coordonnées de la frontière, établies pendant le traité limitrophe, restent les mêmes.

27Le marquage de la frontière a été très influencé par une entreprise transnationale états-unienne, la Chiquita Land Company. Cette entreprise possédait d’importantes plantations bananières sur la façade Caraïbe et particulièrement dans le bassin du fleuve Sixaola, autour des villages de Talamanca (Costa Rica) et de Changuinola et Almirante (Panama). Cette entreprise a mis en place les premières activités à impact « transfrontalier » dans cette zone. Elle a investi en infrastructures (ponts, routes, etc.) et a promu la circulation de travailleurs et des capitaux entre les deux pays (Girot et al., 1997 : 293). Selon Foucher, la frontière entre le Costa Rica et le Panama naît vraiment de l’arbitrage de cette entreprise (Foucher, 1991 : 152). Cette frontière est actuellement considérée comme une des frontières « les plus pacifiques et propices à la coopération transfrontalière dans la région » (Girot et al., 1997).

2. Le dépassement du morcellement politique : intégration régionale et coopération transfrontalière

2.1. L’intégration régionale

  • 7 Créée par les pays caribéens du Commonwealth Britannique, elle n’inclut pas les pays centraméricain (...)

28Pour faire face à l’importante fragmentation politique des espaces centraméricains et Caraïbes, plusieurs initiatives de coopération et d’intégration se sont mises en place, principalement au niveau de sous-ensembles isthmique et insulaire. Les premières initiatives de coopération régionale datent de 1960 avec la création du Marché Commun Centroaméricain (MCCA) pour l’Amérique Centrale, tandis que pour les Caraïbes c’est en 1973 que naît la Communauté Caraïbe (CARICOM)7 (Demyk, 2005 : 84). Ces efforts d’intégration ont eu des résultats très limités, réussissant seulement à perpétuer les discours sur la continuité et l’homogénéité culturelle.

  • 8  Le SICA naît en 1991 et ses pays membres sont : le Costa Rica, le Panama, le Nicaragua, le Guatema (...)
  • 9 L’AEC créée en 1994, est un espace de consultation, coopération et action en commun qui cherche pro (...)

29Ces initiatives politiques, comme le Système d’Intégration Centraméricain8 (SICA) et l’Association des États Caribéens (AEC), cherchent à promouvoir l’intégration régionale.9 Toutefois, les mécanismes d’intégration reposent sur une logique de « régionalisme ouvert », un développement vers l’extérieur fondé sur l’attraction suscitée auprès des capitaux étrangers. Pour Noëlle Demyk, ces institutions subrégionales s’appuient « sur une perception d’identité partagée, en dépit du faible degré d’interdépendance commerciale et des asymétries de toute nature entre des pays exportant les mêmes produits… » (2005 : 84).

30En effet, de nombreux mécanismes qui avaient pour objectif initial la mise en place de zones de libre échange se sont progressivement tournés vers des questions plus sociopolitiques, comme le rapprochement politique, la coordination et la coopération en matière de santé, l’éducation, le transport, le tourisme et la gestion du risque. À cette fin, ces structures ont développé un cadre institutionnel reposant sur des accords et des traités signés par les différents États membres.

31Toutefois, il est important de souligner que ces instances (surtout le CARICOM et l’AEC) ont pour principal dessein l’intégration économique, l’accueil des investissements étrangers et l’accroissement des échanges commerciaux. Les conditions spécifiques de la création du SICA octroient à cet organisme un rôle différent, puisqu’il émerge après une longue période de guerre et d’instabilité politique en Amérique centrale. Pour cette raison, il a dès sa création comme principal objectif l’instauration de la paix, de la démocratie et la promotion du développement.

32À côté de l’intégration politique et économique, certains aspects témoignent d’efforts pour motiver une coopération plus culturelle. Même si le SICA, l’AEC et le CARICOM ont leurs propres projets culturels, d’autres organisations, soit sectorielles, soit organisées autour de critères ethniques, cherchent à dépasser les discontinuités politiques et physiques, comme certaines organisations paysannes ou l’Organisation Noire Centraméricaine (ONECA). Ces organisations civiles, se définissant elles-mêmes comme « transnationales », cherchent à mettre en réseaux les secteurs ou les groupes ethniques qu’elles représentent.

33La question environnementale comme aspect de l’intégration apparaît très tardivement dans les débats régionaux, à la faveur des processus de paix de la fin des années 1990. Cet intérêt se matérialise par le biais d’accords, notamment au sein du SICA, entre les différents gouvernements. L’environnement aura un rôle déterminant pour motiver la coopération et l’intégration entre des pays attachés à l’affermissement de la démocratie. Cet intérêt pour l’environnement se manifeste à travers différents projets, comme le Système International d’Aires Protégées pour la Paix (SIAPAZ) ou la création de la Commission Centroaméricaine d’Environnement et Développement (CCAD), qui fait actuellement partie du SICA. Ces débats environnementaux permettent aussi d’introduire des sujets plus sensibles comme la sécurité, la santé, la migration et l’éducation.

34Les délibérations autour de la conservation des sources d’eau et l’intégration des aires protégées se multiplient depuis les années 1990, générant la mise en place d’autres processus de coopération. La gestion partagée des bassins transfrontaliers constitue aussi un thème clé dans les discours sur l’intégration, motivant les États à coordonner des actions et à coopérer pour leur conservation (Medina et al., 2011 : 121).

35La question frontalière apparaît aussi dans les systèmes d’intégration comme un sujet de plus en plus central, surtout concernant l’isthme centraméricain. Les frontières se présentent comme des espaces à « (re) construire ensemble » (Bovin, 1997). Le développement des frontières comme condition de l’intégration régionale s’inscrit dans la rhétorique des gouvernements et des organismes internationaux (Medina et al., 2011 : 120). En 1995, la signature par les vice-présidences de l’accord pour le « Développement durable frontalier en Amérique centrale » illustre le rapprochement effectué par le SICA entre environnement, frontières, développement et intégration.

36Pensée à partir des frontières, l’intégration se veut par « le bas », c'est-à-dire à l’échelle la plus locale.

2.2. Les dynamiques de coopération transfrontalières

37Les frontières sont des espaces privilégiés susceptibles de développer simultanément des dynamiques de coopération et de conflits, paradoxe qui fait d’elles des espaces de rencontre et de séparation.

38Pour Fourny et Amihat-Szary (2006 : 9), les dynamiques transfrontalières sont « ce qui se passe à la frontière quand la ligne séparatrice ne prétend plus bloquer les pratiques et le sentiment d’appartenance ». Ainsi les échanges « légaux et illégaux » accompagnent-ils la construction d’une frontière, se maintiennent parce qu’ils existaient avant le marquage de la ligne frontalière, ou sont induits par son tracé.

39Si les régions transfrontalières centraméricaines sont très riches au niveau environnemental, leur conservation n’est pas le résultat de la volonté politique des gouvernements, mais plutôt le résultat de l’isolement historique de ces zones. Les faibles taux d’investissement public dirigés vers ces zones témoignent d’une marginalisation que n’ont pas remise en cause les États. Debarbieux (2005) souligne la « gracieuse et ironique » reconversion de ces « no man’s land politiques » en importants sanctuaires écologiques. Leur condition de zone-frontière complexifie l’application d’actions de conservation dans ces espaces, quand leur gestion nécessite la mise en place de longs processus de dialogue, de négociation, de coordination et finalement de coopération.

40Cette notion de coopération transfrontalière est en effet fondamentale, puisqu’elle émerge du besoin de chercher l’intérêt commun à partir d’une ou de plusieurs actions collectives. À cette fin, « il faut doter les individus d’une rationalité qui privilégie en partie l’intérêt collectif. Le territoire semble alors une dimension essentielle de l’intérêt collectif (…), et donc une composante indispensable de l’émergence de la coopération » (Bussi, 2010 : 13).

41La coopération transfrontalière suppose une articulation du local avec le régional et le global. Les programmes, les projets et les acteurs qui se mobilisent autour de ce type de coopération ont un impact local, national et même régional. Les coopératives ou les associations de voisins ont par exemple tendance à développer des projets touchant au local ou au « communautaire ». La coopération transfrontalière suppose une revitalisation du local, les acteurs locaux se différenciant des acteurs nationaux et pouvant même interagir directement avec le global (Pérez Sáinz, 2005 : 28).

42En outre, les organismes de coopération internationale et les banques multilatérales de développement ont un impact à toutes les échelles (local, national, régional et global), parce qu’elles exécutent des projets locaux à partir des directives globales et régionales qui sont définies lors des grands sommets et des forums internationaux.

43La coopération transfrontalière répond à une double dimension fonctionnelle et politique, ainsi qu’à une nouvelle conception de la gestion du territoire. Elle cherche à réduire l’impact négatif des frontières au moment d’établir des processus de développement.

  • 10 Ces entretiens ont été réalisés pendant 2011-2012 dans les municipes de Talamanca au Costa Rica et (...)

44Les débats autour de la coopération transfrontalière repositionnent « le local » et revendiquent la notion de « voisinage » (Matul, 2007). Cette notion est fondée sur l’idée de « communauté territoriale », à savoir d’un espace partagé par des personnes entretenant des relations de proximité même si elles sont séparées par une frontière. D’après des entretiens10 réalisés à des acteurs habitant ces zones de frontières, on a pu constater que les voisins des zones transfrontalières en Amérique centrale sont interdépendants les uns des autres. Ils disposent de facilités pour entamer des processus de commerce, de dialogue et de négociation à l’échelle locale, puisqu’ils partagent non seulement des ressources, mais aussi des problématiques similaires, même s’ils vivent dans des États Nations différents. La logique du voisinage transfrontalier interroge « l’histoire nationale comme élément articulateur d’un territoire », puisque ces zones frontalières se sont construites avec « l’autre », celui qui réside de l’autre coté de la frontière et avec lequel on a en commun le fait d’habiter en situation périphérique (Matul, 2007 : 111).

2.3. Initiatives de coopération transfrontalières dans le bassin du fleuve Sixaola

45Autour du bassin du fleuve Sixaola, plusieurs formes de coopération (coopération binationale, coopération transfrontalière ou alliances associatives, etc.) promeuvent un dépassement de la fragmentation politique et revendiquent l’homogénéité culturelle et la continuité environnementale de cette région frontalière. Les gouvernements du Costa Rica et du Panama ont ainsi souscrit un accord binational cherchant à promouvoir le développement de cette zone de frontière et la gestion conjointe du Parc International La Amistad (Medina et al., 2011 : 121). Cet accord signé en 1995 a motivé la mise en place de plusieurs projets de coopération qu’ont permis le développement d’infrastructure frontalière (ponts, routes, postes migratoires) et d’actions de conservation liés à la gestion du bassin du fleuve Sixaola. D’après les entretiens réalisés, les dynamiques de coopération entre les institutions publiques surtout en matière environnementale, restent encore très limitées. Par contre, une des actions de coopération interinstitutionnelle qui est perçue comme une des plus effective et « naturelle » est la coopération en matière de gestion du risque par à rapport aux fréquentes inondations dont sont victimes les habitants des villages de Sixaola (Costa Rica) et Changuinola (Panama).

  • 11 L’Unité Régionale d'Assistance Technique (RUTA) est une initiative qu’unie des agences de coopérati (...)

46Parallèlement aux accords et aux projets formels encouragés par les institutions régionales et nationales, ce bassin accueille d’autres initiatives, encouragées par des organismes de coopération internationale (coopération européenne et états-unienne), des organismes multilatéraux (PNUD), des banques internationales (BID) ou des organisations non gouvernementales (UICN, The Nature Conservancy [TNC], RUTA11 entre autres).

47Dans le cas du bassin du fleuve Sixaola, plusieurs initiatives concernant des actions de coopération transfrontalières utilisent ce bassin comme unité spatial pour le développement de leurs projets. Le tableau 2 essaye de présenter les projets et les programmes plus importants.

Tableau 2 : Projets de coopération transfrontalière environnementale dans le bassin du fleuve Sixaola

Projets

Acteurs qui interviennent

Source de financement

Description du projet*

Echelle (local, national ou transfrontalière)

Projet de gestion intégrée des écosystèmes du bassin binational du fleuve Sixaola du BID –GEF**

2009-2012

BID

Ministère de l’Environnement, Energie et Télécommunications (MINAET) du Costa Rica.

Autorité National de l’Environnement (ANAM) du Panama.

Donation de la BID

Ce projet binational, a pour objectif de contribuer à l’usage durable et à la conservation de la biodiversité, des ressources hydriques et des sols, pour la gestion intégrée et transversale du bassin du fleuve Sixaola (Franklin, 2007). Le projet devait aussi encourager et financer la mise en place de projets associant production et conservation, lesquels devaient être menés par des organisations locales. Il proposait de surcroît la création d’une « Commission binationale pour la gestion du bassin du fleuve Sixaola » devant fonctionner comme un espace de décision et de gouvernance.

Transfrontalière

Programme pour le Développement Durable du bassin du Sixaola

2009-2012 (ils sont en train de demander un prolongement)

BID

Ministère de l’Agriculture et de l’Élevage (MAG) du Costa Rica

Prêt de 9.2 millions de dollars fait par la BID au gouvernement du Costa Rica, qui de son côté apporte 2,78 millions de dollars.

Il est mis en place par le MAG et a pour objectif la gestion environnementale, le développement d’infrastructures et le financement d’activités productives.

Local (bassin du Sixaola du côté costaricien)

Partenariat public-privé Sixaola-Changuinola pour le développement (APP).

2009-2013

Supermarché allemand REWE, l’entreprise bananière Chiquita Land Company, CORBANA (entreprise costaricienne commercialisant la banane) l’Agence de Coopération Allemande (GIZ).

Coopération allemande

Nouée autour de la logique de « responsabilité sociale des entreprises », a pour objectifs le financement des projets de production et de conservation, ainsi que le développement de programmes de capacitation en gestion environnementale vis-à-vis d’acteurs clés. Les actions s’effectuent en collaboration avec d’autres projets localisés autour du bassin du fleuve Sixaola

Transfrontalière

Projet « Alianzas »

2004-2011

Le bureau régional pour la Mésoamérique de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN)

Organisations membres de l’UICN : Corridor Biologique Talamanca-Caribe, Fondation Natura, Panama Vert, entre autres.

Gouvernement norvégien

Ce programme s’est intéressé à trois aires transfrontalières en Amérique Centrale : le bassin du fleuve Paz (entre le Guatemala et le Salvador), le bassin du fleuve San Juan (entre le Nicaragua et le Costa Rica), ainsi que le bassin du fleuve Sixaola. Son principal objectif réside dans la sensibilisation des populations à la durabilité de leurs ressources naturelles et à l’amélioration de la qualité de vie de ces mêmes populations. Ce projet cherche à multiplier les alliances entre acteurs locaux afin qu’ils influencent les politiques publiques locales et nationales dans le sens d’un usage plus responsable des ressources naturelles (Nordic Consulting Group-UICN, Evaluation finale du Programme Alianzas, 2008 : 37). Dans le cas du bassin du fleuve Sixaola, le projet a encouragé la formation de deux alliances locales de chaque côté de la frontière, lesquelles sont chargées des projets productifs (serres, production de produits agricoles issus de l’agriculture biologique ou plus propres…) et de conservation.

Transfrontalière

Projet Gouvernance et changement climatique dans des bassins transfrontaliers

Depuis 2010

Unité de Gestion de l’Eau de l’UICN

Ministère de l’Environnement allemand

Ce projet vise à améliorer les capacités d’adaptation au changement climatique dans quatre bassins transfrontaliers : le bassin du fleuve Paz (Guatemala / Salvador, les bassins du fleuve Coatan et Cahoacan localisés dans l’État de Chiapas (Mexique), le bassin du fleuve Lempa (frontière trinationale Salvador / Honduras / Guatemala), ainsi que le bassin du fleuve Sixaola. Le projet cherche à promouvoir « la bonne gouvernance » à travers la participation des acteurs locaux aux processus de décision.

Transfrontalière

Programme « Parcs en danger »

2002-2008

The Nature Conservancy (TNC)

Agence Internationale pour le Développement des États-Unis (USAID)

TNC

USAID

GEF ?

Programme appliqué dans les montages de Talamanca et dans le Parc International La Amistad (PILA) comme première réserve binationale. Ce programme a contribué financièrement et techniquement à l’élaboration du « Plan de Gestion du Parc Binational La Amistad (PILA) » (Borge, 2004) et a aussi mis en place un programme de formation avec les populations locales.

Transfrontalière

Projet Compétitivité et Environnement dans des territoires producteurs de cacao en Amérique Centrale 

Centre Agronomique Tropical de Recherche et Education (CATIE)***

Alliance de petits producteurs de Talamanca (APPTA) au Costa Rica

Coopérative de Cacao de Bocas del Toro (COCABO) au Panama

Gouvernement norvégien

Ce projet qu’a comme une de ces zones de travail le bassin du fleuve Sixaola, cherche former des familles rurales (indigènes et paysannes) pour augmenter la compétitivité et les services environnementaux du secteur cacaotier centroaméricain. Ils mettent en place aussi des actions pour améliorer la gestion des bassins à travers des fermes intégrales.

Transfrontalière

Projet « Soutien pour le renforcement des formes productives et organisationnelles dans la vallée du fleuve Sixaola.

Kiosques environnementaux Université du Costa Rica (UCR)

Fonds de l’UCR

Ce projet mit en place par des étudiants de l’UCR, est consacré à la récupération de la mémoire historique des populations résidentes autour de ce bassin et à la formation d’acteurs locaux en production équitable et biologique.

Locale (Communautés indigènes côté costaricien)

* D’après les documents fournis par les programmes
** Projet n°RS-X1017 de la BID, du 12 de septembre 2007 (documents téléchargeables sur le site du BID). Le GEF (Global Environmental Facility) est un fond pour la gestion de l’environnement créé en 1990 pour canaliser les financements destinés à traiter les problèmes environnementaux globaux. Il compte avec la participation du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (chargée du support scientifique) et la Banque Mondiale.
*** Centre de recherche, d’éducation et de coopération technique pour l’Amérique Latine et la Caraïbe. Le CATIE cherche augmenter la productivité des agriculteurs locaux en gardant les systèmes productifs soutenables. Il motive la gestion intégrée de l’agriculture et des ressources naturelles à travers de la recherche et l’incidence politique.
**** La ferme intégrale est une forme de production qui incorpore des activités agricoles et forestières avec la conservation de l’environnement. Elle s’oppose aux monocultures, puisqu‘elle propose la mise en place en même temps de plusieurs cultures, l’élevage d’animaux domestiques et la conservation des forêts. Ce modèle est une réponse à la lutte pour la sécurité alimentaire des communautés rurales.

Source : Élaboration propre à partir des documents fournis par les programmes.

48Ce tableau présente les programmes et les projets qu’ont été identifiés et définis comme ceux qui étaient les plus présents par les personnes interrogées suite à des entretiens réalisés sur cette zone de frontière avec des acteurs locaux (agriculteurs et leaders communautaires) pendant les années 2011 et 2012.

49Il est important de noter que ces programmes ont été mit en place entre 2002 et 2012, ils ont ainsi une durée d’entre 4 ans et 7 ans et finissent pour la plupart d’entre eux entre 2013 et 2014.

50Un premier constat de cette recherche est que les projets se mettent en place parfois en même temps où un après l’autre sans prendre en compte les apprentissages des projets précédents. On a pu aussi constater après les entretiens réalisés que la coordination entre ces projets est très limitée et beaucoup d’activités se répètent. Également, une grande majorité des acteurs interrogés affirment qu’ils n’ont pas été consultés ni n’ont participé à l’élaboration de ces projets, et que par conséquent ces projets ne prennent pas en compte les « vrais » besoins des populations frontalières.

51En outre, en analysant les documents décrivant ces projets, on constate que les organismes internationaux proposent des actions similaires qui se présentent comme une « recette à appliquer » parfois de la même façon sur des territoires très différents. On peut classifier les actions qu’ils proposent en quatre axes de travail :

  • Recherche, généralement pour établir des diagnostics sur l’état des écosystèmes et sur les besoins d’assistance des populations en question. Ces recherches sont souvent menées par des consultants externes.

  • Formation, laquelle est dans la plupart des cas organisée autour de trois thèmes principaux : activités productives, conservation de l’environnement et lobbying politique.

  • Financement d’activités productives « propres et équitables » qui cherchent la réduction de la pauvreté des populations concernées.

  • Promotion de la « démocratie locale », ce terme est très utilisé par les organismes de coopération via l’encouragement de la participation politique et la création d’espaces de « gouvernance », tels que les comités ou les commissions mixtes.

  • 12 Le PSE est un mécanisme « qui vise à favoriser des externalités environnementales positives grâce a (...)

52Il est important de noter que ces projets conçoivent le bassin du fleuve Sixaola comme une unité spatiale, puisqu’ils s’efforcent de planifier des actions dépassant le morcellement politique qui divise artificiellement les écosystèmes et les cultures indigènes et afro-caribéennes de cette côte atlantique. Même si l’environnement (gestion du bassin, reforestation, protection d’espèces en danger, etc.) reste central, ces projets proposent aussi des actions en matière d’éducation ou de gestion du risque dans une zone sujette aux événements hydrométéorologiques extrêmes. Ils promeuvent la « lutte contre la pauvreté » et proposent une grande variété de projets productifs durables et justes, ainsi que des programmes de paiement pour les services environnementaux (PSE)12. L’aspect politique est important dans ces initiatives. Ainsi, la majorité des documents explicatifs des projets évoquent la nécessité de développer les capacités politiques des organisations de base et des habitants, afin qu’ils puissent à l’avenir participer à la gestion des bassins et influencer les décideurs.

53Ces acteurs impulsent des projets et des programmes conçus dans des espaces de discussion internationaux (forums, sommets, etc.). Leur rôle d’« experts internationaux » leur octroie une certaine légitimité, qui leur permet d’influencer les décideurs locaux et nationaux par le biais de modèles et de données statistiques considérées comme des « vérités objectives ». Hassenteufel nomme « convergence en douceur » ce phénomène d’alignement des politiques publiques nationales sur les modèles et les normes proposés par ces organisations transnationales (Hassenteufel, 2005 : 125). Ces acteurs ont ainsi un rôle croissant dans la production du discours autour des politiques publiques (2005 : 123).

54L’État n’en est pas pour autant moins présent, mais il n’apparaît plus comme l’acteur unique ou central. L’État fait juste figure d’« acteur supplémentaire » participant seulement à ces projets au même titre que d’autres acteurs de la société civile.

55Ces projets impliquent habituellement la participation des États, des institutions publiques et de la société civile. Les programmes sont organisés à différentes échelles : global/local (organisation de sommets, rédaction de conventions, accords, etc.), national (lobbying sur les politiques publiques) et local (mise en place de projets de conservation, de capacitation et de gestion…).

56Le rôle de ces organismes et de ces ONG est déterminant pour la gestion de ces zones de frontières, puisqu’ils proposent, face à la faiblesse des États centraméricains, des sources de financement et des équipes de chercheurs et de techniciens disposant des connaissances nécessaires pour réaliser des projets et assumer les « vides » institutionnels. Ces zones marginales bénéficient largement de l’investissement de ces organismes, bien que leur présence engendre aussi une importante dépendance vis-à-vis des ressources procurées ou de l’appui technique de ces « experts ». Cette dépendance est d’autant plus dangereuse que ces projets ont une durée allant de deux à quatre ans. D’après les entretiens, on a ainsi pu constater qu’une fois ces projets terminés, les acteurs locaux ne perpétuent pas les actions entreprises par ces organisations. Le phénomène devient préoccupant dès lors que les projets proposés sont des projets de longue durée, comme le sont les plans d’aménagement du territoire ou ceux de gestion d’une aire protégée ou d’un bassin. La question se pose alors : qu’advient-il une fois la coopération partie ? Nous constatons que l’arrêt d’un projet entraine également l’arrêt des actions menées. L’organisme gérant le projet quitte systématiquement la zone à moins qu’il n’y soit présent pour d’autres programmes. Ce fut le cas de TNC avec « Parcs en Danger ». Une fois ce projet terminé, l’organisation s’est retirée du bassin. Bien que les acteurs locaux aient été formés pour donner suite à ces projets, ils n’ont pas les ressources nécessaires pour les maintenir actifs. La difficulté qu’ont les populations à continuer et consolider ces actions constitue la limite majeure de ces programmes.

57D’autre part, ces organismes et ces ONG disposent d’une influence politique croissante à l’échelle locale, nationale et régionale. Tous ces projets cherchent à accroître au sein des organisations locales leur capacité de lobbying sur les gouvernements, alors que dans le même temps, ils promeuvent l’établissement de « plateformes de gouvernance ». Ces dernières sont d’ailleurs justifiées par ces acteurs transnationaux comme le moyen le plus efficace pour viabiliser des projets en passant outre la bureaucratie ou la négligence des États. Et en effet, les autorités locales des États centraméricains disposent de budgets très restreints, de personnels mal préparés et d’infrastructures précaires. Ainsi, dans le cas du Costa Rica et du Panama, le processus de décentralisation est encore très inabouti, les États centraux concentrant toujours maintes fonctions et un important pouvoir décisionnaire. Ce contexte constitue une contrainte importante à la mise en place de projets dans ces zones périphériques.

58Inventé par la Banque Mondiale en 1989, le concept de gouvernance se présente comme un mécanisme de gestion plus efficace, car reposant sur la participation horizontale de multiples acteurs tranchant avec la logique du pouvoir vertical de l’État. La « bonne gouvernance », en abolissant la distinction public-privé, propose de fait la gestion des affaires publiques sur le modèle de celles du privé. L’État perd ainsi le monopole de la régulation et se mue en autre acteur participant « à côté » des autres acteurs (Hermet et al., 2005 : 9).

59Les commissions établies par ces projets qui cherchent à réguler ce bassin, même si elles prônent une participation plus active et plus directe, engendrent en réalité des décisions provisoires et révocables. En effet, ces espaces n’étant pas encore reconnus comme légitimes, les décisions ne sont pas le résultat d’un processus fondé sur des débats représentatifs. Ces commissions sont davantage issues d’un débat informel et elles représentent surtout les intérêts de certains secteurs et non ceux des habitants des villages de Talamanca et Changuinola. Les accords qui résultent de ces plateformes, à la différence des lois, qui sont elles votées en vertu du principe de majorité, sont négociés par des minorités (Hermet et al., 2005 : 10). Elles sont plutôt au service des projets, puisqu’à travers elles les organismes de coopération, les ONG et la BID légitiment et valident leurs propres actions sur ces territoires.

60La présence toujours plus massive de ces organisations a suscité de nombreuses critiques, certains affirment que le renforcement du rôle de ces acteurs a affaibli la légitimité des autorités locales et nationales, mettant en doute leur souveraineté. D’autres considèrent que ces entités répondent à un besoin réel, que les États sont incapables de combler, tandis que les plateformes de gouvernance accordent de la légitimité à ces projets. Mais contrairement à cette croyance, une importante partie des acteurs interrogés ont exprimé que les organismes auxquels ils font plus confiance, ne sont pas ces grands organismes internationaux, mais plutôt les associations de développement et les ONG locales, comme l’Association de Petits Producteurs de Talamanca et le Corridor Biologique Talamanca Caraïbe, lesquels sont localisés dans la zone de frontière et embauchent des habitants des villages en question.

61Même si la notion de bassin propose une façon de gérer des espaces de façon intégrée et de dépasser la fragmentation politique, ce concept reste encore théorique, puisque jusqu’à présent il n’existe pas de vraie gestion par bassin autour de cette frontière. En plus, il faut aussi s’interroger sur l’origine des concepts comme « bonne gouvernance », « gestion intégré des ressources hydriques » et « bassin hydrographique ». Ces concepts créées par le Banque Mondiale et Global Water Partnership (GWP) pendant les années 1990, ont été progressivement incorporés dans les législations nationales. Les États en voie de développement qui voulaient avoir accès aux prêts de la Banque Mondiale pour des projets hydriques, ont dû adopter ce paradigme (Trottier, 2012 : 119). C’est ainsi que ces concepts sont devenus progressivement des « concepts hégémoniques » presque irréfutables (2012 : 119).

Conclusion

62L’exemple du bassin du fleuve Sixaola permet d’apprécier la continuité environnementale et l’homogénéité culturelle propre à la façade caribéenne de l’Amérique centrale. Autour de cette région transfrontalière s’établissent des relations de proximité qui créent des liens de voisinage.

63Parce qu’il est en même temps situé sur une frontière et sur la côte caribéenne du Costa Rica et du Panama, le bassin du fleuve Sixaola connaît une double marginalité. Si les frontières sont dans la région des zones périphériques, marginales et mal connectées, elles ont pourtant la particularité de concentrer d’importantes ressources naturelles et une diversité culturelle elle aussi très riche.

64Plusieurs des frontières centraméricaines ont été tracées en utilisant comme repères des cours d’eau, lesquels font partie d’importants bassins hydrographiques. Le lien entre les frontières, les bassins et la diversité environnementale ont fait de ces espaces des « sanctuaires écologiques » qui ont attiré l’attention d’organismes et d’ONG internationaux. Le bassin du fleuve Sixaola illustre cette coïncidence, car il est devenu, pour les États, les mécanismes d’intégration, et les acteurs transnationaux (organismes internationaux et ONG), une zone stratégique du point de vue environnemental, où quantité d’initiatives d’intégration et de coopération transfrontalière ont été menées.

65En tant que concept, le modèle de gestion intégrée par bassin transfrontalier joue un rôle articulateur qui permet de considérer cette zone comme une région. Cette notion permet ainsi de dépasser la fragmentation imposée par les frontières et d’avoir une approche de l’espace dans sa continuité. Cependant, ce modèle de gestion par bassin reste très théorique et encore loin d’être appropriée par les gouvernements et les populations résidentes. Il est vu aussi comme une méthodologie « hégémonique », rarement mise en question qui a été imposé par les grandes organisations comme la Banque Mondiale et les ONG transnationales. Celles-ci ont voulu l’appliquer comme une « recette » sur des territoires très différents, sans prendre vraiment en compte les besoins des acteurs locaux.

66En outre, ces projets ont introduit le concept de « gouvernance », concept qui propose un modèle d’exercice du pouvoir qui déplace l’État comme acteur principal et incorpore une grande diversité d’acteurs dans les espaces de décision. On peut ainsi contempler comment des acteurs privés ont une présence chaque fois plus importante dans les processus de délibérations sur des questions publiques.

67Si le rôle des programmes de coopération présente évidemment des aspects positifs, en encourageant des actions de conservation et de gestion d’écosystèmes, ces programmes créent aussi une complexe relation de dépendance mettant en péril la continuité et la légitimité de ces projets. En promouvant des espaces de gouvernance propres à faciliter le déroulement de ces projets et à motiver la participation active, ces programmes sont aussi considérés comme une menace à la souveraineté et à l’autonomie des États.

Haut de page

Bibliographie

Aguilar, G.A., y I. Alejandro (2009). Gobernanza de aguas compartidas: aspectos jurídicos e institucionales, Costa Rica, UICN, Oficina Regional de Mesoamérica.

Amilhat-Szary, A.L., et M.C. Fourny (2006). Après les frontières, avec la frontière : nouvelles dynamiques transfrontalières en Europe, Éd. de l’Aube.

Borge, C. (2004). "Plan de manejo del Parque Internacional La Amistad Talamanca", The Nature Conservancy, Costa Rica.

Bovin, P. (1997). Las fronteras del istmo: fronteras y sociedades entre el sur de México y América Central, México, Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social.

Bussi, M. (2010). Un monde en recomposition : géographie des coopérations territoriales, Publications des universités de Rouen et du Havre.

Debarbieux, B. (2005). La nature inconstante des relations entre nature et frontière. Tropisme des frontières, In Velasco- Graciet H. & C. Bouquet, L’Harmattan : 77–81.

Demyk, N. (2005). "La méditerranée américaine : Amérique Centrale, Antilles et Guyanes", Les Amériques latines : unité et diversité des territoires (Gamblin, André.), Paris, SEDES.

Foucher, M. (1991). Fronts et frontières : un tour du monde géopolitique, Fayard.

Franklin, H. (2007). Costa Rica-Panama, Gestión Integrada de ecosistemas en la Río Sixaola, Costa Rica, Documento de Proyecto: 56.

Girot, P. y C, Granados (1997). "La cooperación transfronteriza y los nuevos paradigmas de la integración centroamericana", Las fronteras del istmo (Centro Francés de Estudios Mexicanos y Centroamericanos): 289–310.

Granados, C., H. Delgado, A. Hernández, E.R. Herrera, P. Centroamérica de C. T. en, y F. Foundation (2000). Cuencas internacionales: conflictos y cooperación en Centroamérica, Funpadem, Costa Rica, Proyecto Cooperación Transfronteriza en Centroamérica.

Hall, C. (1985). "America Central como región geográfica", Anuario de Estudios Centroamericanos, 11(2): 5–24.

Hassenteufel, P. (2005). "De la comparaison internationale à la comparaison transnationale Les déplacements de la construction d’objets comparatifs en matière de politiques publiques", Revue française de science politique, 55 : 113–132.

Hermet, G., A. Kazancigil et J.F. Prud’homme (2005). La gouvernance : un concept et ses applications, Karthala.

Kauffer, E. (2006). "El agua en la frontera sur de México: una aproximación a la problemática de las cuencas compartidas con Guatemala y Belice", Boletín del Archivo Histórico del Agua, México, AHA-CIESAS-CONAGUA-COLSAN-Center for U.S.-Mexican Studies.

Le Masne, C. (2010). Les dynamiques spatiales sur la façade Caraïbe de l’Amérique centrale: pouvoirs et formation des territoires dans un espace de marges, thèse, Université Paris Diderot (Paris 7), UFR de Géographie, Histoire et Sciences de la Société.

Maganda, C. (2008). "¿Agua dividida, agua compartida? Acuiferos transfronterizos en Sudamérica, una aproximación", Estudios Políticos, (32) : 171–194.

Matul, D. (2007). "Vecindad, cooperación y confanza mutua: una revisión", Revista Centroamericana de Ciencias Sociales, 4(1): 77–114.

Mayrand, K. & M. Paquin (2004). Le paiement pour les services environnementaux: Étude et évaluation des systèmes actuels, Unisféra International Centre Montréal.

Medina, L. (2004). Le dilemme des frontières en Amérique centrale : marges symboliques ou espaces en construction: le cas des frontières Nicaragua-Costa Rica et Costa Rica-Panamá / Lucile Medina-Nicolas ; sous la dir. d’Alain Musset, Université de Paris-Nanterre.

Medina, L. y T. Rodriguez (2011). "Dinámicas de cooperación transfronteriza alrededor de la gestión ambiental de la cuenca del río Sixaola, en la frontera ente Costa Rica y Panamá", Aqua-LAC, 3(2): 115–126.

Trottier, J. (2012). "L’avènement de la gestion intégrée des ressources en eau", dans Lasserre, F. et A. Brun (dir.), Gestion de l’eau : Approche Territoriale et Institutionnelle, Presses Universitaires de Québec : 179-195.

Haut de page

Notes

1 Ces grandes plantations se sont mises en place dans les plaines caribéennes aux Guatemala, Honduras, Costa Rica et Panama.

2 GWP est une institution créée en 1996 par la Banque Mondial (BM), le Programme des Nations Unis pour le Développement (PNUD) et la Swedish International Developpement Agency (SIDA) et le World Water Council. Actuellement, c’est un réseau qu’articule plusieurs acteurs comme des ONG, des agences des Nations Unis, des institutions financières, des entreprises, des universités, entre autres (Trottier, 2012: 180)

3 Créée en 1948, cette association réunit 1200 organisations membres de 140 pays (ONG, gouvernements, entre autres). Elle compte aussi avec un secrétariat d’environ 1100 personnes qui a pour mission d’influencer, d’encourager et d’aider les sociétés à conserver l’intégrité et la diversité de la nature et d’assurer que les ressources naturelles soient utilisées d’une manière équitable et durable.

4 Cet ONG est dédiée à la conservation et la restauration des zones humides dans le monde.

5 Aires protégées par l’Etat dans le bassin du fleuve Sixaola? (Franklin, 2007): 1. Parque Internacional La Amistad, el cual es un parque binacional cuya gestión es compartida por Costa Rica y Panamá. Fuedeclarado Reserva de la Biosfera y Patrimonio de la Humanidad en 1983; 2. Parque Nacional Chirripó en Costa Rica; 3. Reserva Bilógica Hitoy Cerere en Costa Rica; 4. Refugio de Vida Silvestre Gandoca Manzanillo en Costa Rica, el cúal es un sitio RAMSAR; 5. El Humedal San San Pond Sak en Panamá, sitio RAMSAR; 6. Bosque Protector Palo Seco en Panamá RAMSAR

6 Aire protégée qui est partagée par le Costa Rica et le Panama

7 Créée par les pays caribéens du Commonwealth Britannique, elle n’inclut pas les pays centraméricains.

8  Le SICA naît en 1991 et ses pays membres sont : le Costa Rica, le Panama, le Nicaragua, le Guatemala, l’Honduras, El Salvador et le Belize. La République Dominicaine est un Etat associé. Il est créé comme une réponse à la longue période de crise politique et militaire vécue par l’isthme.

9 L’AEC créée en 1994, est un espace de consultation, coopération et action en commun qui cherche promouvoir un espace économique pour le commerce et les investissements.

10 Ces entretiens ont été réalisés pendant 2011-2012 dans les municipes de Talamanca au Costa Rica et Changuinola au Panama. Les personnes interrogées ont été des acteurs locaux qui participaient à des activités soit de conservation où de coopération transfrontalière, soit ils résident dans ces zones de frontière.

11 L’Unité Régionale d'Assistance Technique (RUTA) est une initiative qu’unie des agences de coopération (Espagnole et autrichienne), des organismes internationaux (FAO, ONU, entre autres) et les gouvernements d’Amérique Centrale pour encourager le développement soutenable et la réduction de la pauvreté dans la région.

12 Le PSE est un mécanisme « qui vise à favoriser des externalités environnementales positives grâce au transfert de ressources financières entre les bénéficiaires de certains services écologiques et les fournisseurs des services ou les gestionnaires des ressources environnementales. (…)Le principe fondamental du PSE est le suivant : les utilisateurs de ressources et les collectivités qui sont en mesure de fournir des services écologiques doivent recevoir une compensation, et ceux qui bénéficient de ces services doivent les payer. » (Mayrand & Paquin, 2004: 5)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. : Le bassin du fleuve Sixaola
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5747/img-1.png
Fichier image/png, 476k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tania Rodriguez, « Dynamiques de coopération transfrontalière sur la façade caraïbe du Costa Rica et du Panama : le cas du bassin du fleuve Sixaola », Études caribéennes [En ligne], 21 | Avril 2012, mis en ligne le 15 avril 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/5747 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.5747

Haut de page

Auteur

Tania Rodriguez

Université Paris-Diderot, Laboratoire Société En Développement, Etudes Transdisciplinaires (SEDET), Université du Costa Rica, Doctorante, tanucha@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org