Navigation – Plan du site
Problématiques Caribéennes

Mémoire indienne dans The Swinging Bridge de Ramabai Espinet : la construction d’une identité indo-trinidadienne diasporique

Indian Memory in Ramabai Espinet’s The Swinging Bridge: Constructing an Indo-Trinidadian Diasporic Identity
Rodolphe Solbiac

Résumés

Cette étude démontre que l’écriture du roman The Swinging Bridge constitue une action de récupération de la mémoire féminine indienne qui réactive les liens entre Indo-Trinidadiens du Canada et Indo-Trinidadiens vivant à Trinidad tout en rétablissant une relation avec l’Inde des origines. Elle montre que, dans l’espace du roman, des relations s’établissent entre le centre historique réel ou mythique des établissements dispersés, et des sociétés d’installation par le biais d’une intrigue qui amène personnages et lecteurs à la conscience de former un peuple en diaspora.
Elle analyse les procédés littéraires d’une récupération de la mémoire qui révèle, rectifie et réorganise dans une nouvelle cohérence des fragments épars réintroduisant dans la mémoire collective les qualités ancestrales d’indépendance de la femme indienne. Elle révèle le caractère hybride de l’identité culturelle diasporique qui se construit tout au long du roman puis analyse les enjeux pour l’écrivain féminin postcolonial diasporique de cet acte de représentation.
Elle conclut que cette représentation constitue une réécriture contre discursive de l’Histoire trinidadienne et qu’elle introduit la définition d’un continuum identitaire indo-américain qui contribue à résorber la dislocation et la fragmentation qui caractérisent cet espace essentiellement diasporique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Premier roman de Ramabai Espinet, The Swinging Bridge raconte les aventures de Mona Singh, une Indo-Trinidadienne installée à Montréal qui, pour exécuter les dernières volontés de son frère Kello condamné par la maladie du S.I.D.A, retourne à Trinidad racheter le terrain familial vendu autrefois par leur père, au moment de l’émigration vers le Canada. L’agonie de son frère ainsi que le retour au pays natal qu’il impose à Mona, provoque chez cette documentariste montréalaise une résurgence de la part trinidadienne de son histoire familiale qui l’installe dans une quête de sens.

2Ce qui semblait n’être que l’exploration de l’histoire d’une famille indo-trinidadienne prend la forme d’une récupération de la mémoire qui transporte le lecteur, tour à tour, du Canada des années 1990 à la Trinidad contemporaine, en passant par l’Inde et la Trinidad du 19e siècle. Le roman peut être lu comme le tissage de ponts entre des fragments de mémoire, d’histoires et de cultures dispersées représentant une situation diasporique.

3Si, comme le soulignent Chantal Bordes-Benayoun et Dominique Schnapper dans leur définition d’une diaspora, « c’est la représentation de la dispersion et surtout la volonté de maintenir les liens malgré cette dispersion qui la créent » (Bordes-Benayoun et Schnapper, 2006 : 179), dans quelle mesure la représentation de Caribéens d’origine indienne vivant dans la dispersion hors du territoire national trinidadien que recèle The Swinging Bridge dessine-t-elle les contours d’une diaspora ?

4Cette étude se propose de répondre à cette question premièrement par l’interprétation des procédés littéraires qui concourent à la récupération de la mémoire, deuxièmement par l’examen des caractères et apports de la mémoire reconstruite, avant d’en révéler la portée du point de vue de la représentation de la situation des descendants d’Indiens installés dans la Caraïbe et en Amérique du Nord qu’elle recèle.

1. Formes et stratégies de la récupération de la mémoire : de la dispersion à la mémoire collective

5Les procédés littéraires qui concourent à la récupération de la mémoire relèvent pour l’essentiel, en premier lieu, de la structure de l’ouvrage, en second lieu d’une articulation de l’intrigue autour de résurgences, de réminiscences et de rêves. Cette stratégie figure un parcours qui conduit le lecteur de la dispersion indo-caribéenne à une mémoire collective.

6La structure en trois parties du roman The Swinging Bridge ordonne les actions et les interactions qui contribuent à la récupération de la mémoire. Le lecteur est guidé dans cette exploration par une narration à la première personne menée par l’héroïne Mona. Il bénéficie aussi d’une chronique historique intitulée « Kala Pani » qui narre le voyage des Indiens de l’Inde à Trinidad. Ce récit se subdivise en trois temps précédant chaque partie du roman.

7La première partie intitulée « Borrowed Time » présente la parenthèse qu’ouvre Mona dans sa vie canadienne pour consacrer du temps à sa famille. Après la perte, au fil du temps, de la relation avec l’Inde, après avoir fuit l’exclusion et l’insécurité de la Trinidad des années 1960 et 1970, les personnages Da Da, Muddie, Babs, Kello tout autant que Mona n’ont d’attaches ni à Trinidad ni en Inde, ni au Canada où ils connaissent les affres de la dislocation. Ils sont habités par un mal-être que provoque le ressenti d’une incomplétude non identifiée, indéfinissable la conséquence de la rupture entre le monde de la vie quotidienne et celui de la mémoire. Ces personnages figurent ces nombreux ressortissants de la communauté indienne que les deux premières décennies de l’histoire de la Trinidad indépendante ont conduit à rompre avec ce pays en émigrant au Canada.

8La deuxième partie intitulée « Manahambre Road », du nom du quartier où se situe la maison familiale dans la ville de San Fernando à Trinidad, narre le premier retour de Mona qui la remet en contact avec la Trinidad de l’indianité.
Elle redécouvre ses compatriotes Indo-Trinidadiens de San Fernando et de Caroni qui vivent également une situation de dispersion. La bourgeoisie indo-trinidadienne occidentalisée et de San Fernand qui incapable d’assumer la culture indienne traditionnelle vit dans une identification à la fois coupable et honteuse avec la génération de ses ascendants originaires d’Inde. Habitée par la crainte de la dilution de son ethnicité indienne. Elle s’isole dans une posture de non-participation au projet national trinidadien (The Swinging Bridge 103).

9La troisième partie intitulée « Caroni Dub » est consacrée à la difficile récupération des paroles des chansons en hindi des Rands que chantait Gainder, l’arrière-arrière-grand-mère de l’héroïne Mona dans la zone sucrière de la plaine du Caroni, là où les Indiens de Trinidad ont le plus vécu en communauté, conservant ainsi leur culture ancestrale. Les personnages rencontrés par l’héroïne représentent la part la de la culture indienne considérée comme étant la plus archaïque par la bourgeoisie de San Fernando.

10Enfin, la chronique historique intitulée « Kala Pani » narre le voyage de Gainder l’arrière-grand-mère de Mona de l’Inde à Trinidad. La jeune Gainder s’enfuit pour échapper à un mariage décidé par sa famille et rejoint les femmes qui avaient échappé à la crémation funéraire des veuves, interdite en 1829 par les administrateurs britanniques de l’Inde. Gainder partage alors le destin de celles qui, abandonnées par leurs belles-familles, chantaient aux coins des rues, dans les marchés, les jardins ou les mariages, une pratique qui leur a valu d’être désignées par le terme polysémique « Rand » qui signifie à la fois veuve et prostituée. Gainder est donc l’un de ces « Rand » qui, d’après les archives de l’immigration indienne vers la Caraïbe, constituent un nombre conséquent des femmes qui ont effectué cette migration vers la Caraïbe. Au moyen de cette chronique, Ramabai Espinet présente au lecteur le récit que l’héroïne essaye de reconstruire, la mémoire qu’elle cherche à récupérer.

11Cette forme de l’ouvrage qui participe du procédé de récupération de la mémoire exprime un certain nombre de significations. En effet si les titres de parties signalent trois temps, ils désignent aussi trois espaces (Le Canada des Indo-Trinidadien immigrés, la ville de San Fernando à Trinidad et la Plaine du Caroni) qui n’entretiennent pas de relations entre eux. Par conséquent, les personnages indo-trinidadiens représentés dans chacune de ces parties ne constituent pas des groupes en diaspora, car on « ne peut s’en tenir aux seuls critères géographiques et se contenter d’appeler « diaspora» la dissémination d’une population dans l’espace mondial à partir d’un lieu originel ou supposé originel » (Bordes-Benayoun et Schnapper, 2006 : 214-15)

12Lorsque l’héroïne Mona entreprend l’exécution du dernier projet de Kello elle conduit sa famille à reprendre l’expérience trinidadienne interrompue par la migration. Par conséquent, l’action dans The Swinging Bridge devient le récit d’un ré-enracinement, d’un recommencement de la créolisation, une narration de la reprise de la relation avec les Indo-Trinidadiens restés au pays, mais aussi avec les autres groupes ethniques. Cette narration se révèle être dans le même temps, celle d’une récupération de la mémoire féminine indienne.

13Mona et de Bess sont les personnages qui par leurs médiations vont mettre ces groupes dispersés en relation entre eux, mais aussi avec la mémoire de la traversée depuis l’Inde (Kala Pani).

14L’articulation de résurgences et de réminiscences avec les rêves de l’héroïne constitue une autre modalité de cette récupération de la mémoire. Tout au long du roman, résurgences, interrogations, réminiscences, questionnements, impasses et résolutions constituent, à la fois, les principales étapes du développement de l’intrigue et de l’exploration de la mémoire. Dans cette quête les réponses et les solutions sont apportées par les rêves comme par les rencontres que fait le personnage principal. Le rêve fonctionne comme un actant qui intervient dans la progression de l’intrigue et l’aboutissement de la quête. Il constitue un opérateur de prise de conscience, de révélation ou de résolution.

15La quête de Mona commence par une résurgence obsessionnelle de mots dans sa conscience. Ces surgissements anarchiques mots de créole trinidadien à base lexicale française, d’hindi et d’anglais figurent la dispersion, la fragmentation et l’absence de relation entre les composantes de la culture des Indo-Trinidadiens.

16Ensuite, le rétablissement des relations avec les membres sa famille dispersés au Canada, ainsi que la demande de son frère agonisant provoquent le déclenchement du rappel des souvenirs chez Mona. En effet, « le plus grand nombre de nos souvenirs nous reviennent lorsque nos parents, nos amis, ou d'autres hommes nous les rappellent » (Halbwachs, 1994 : VI). C’est la parenthèse qu’ouvre Mona dans sa vie pour se tourner vers sa famille, synecdoque du groupe indo-trinidadien, qui crée les conditions du rappel des souvenirs (Halbwachs, 1994 : VI). L’arrivée continuelle de souvenirs dans la pensée individuelle de Mona résulte par conséquent de cette préoccupation du groupe, un phénomène décrit dans les termes suivants par Maurice Halbwachs :

17(…) il existerait une mémoire collective et des cadres sociaux de la mémoire, et c'est dans la mesure où notre pensée individuelle se replace dans ces cadres et participe à cette mémoire qu'elle serait capable de se souvenir (Halbwachs, 1994 : VI).

18Ainsi dans The Swinging Bridge l’exploration de la mémoire dispersée se transforme en l’élaboration d’une mémoire collective.

2. La construction d’une mémoire collective caribéenne transnationale décolonisée

19Motivations de la violence masculine envers la femme, provenance des femmes indiennes arrivées à Trinidad, tradition de résistance de la femme indo-trinidadienne constituent les fragments de mémoire épars, ou les tranches de vie non intégrées dans les histoires officielles européenne et trinidadienne que l’intrigue révèle, rectifie et réorganise dans une nouvelle cohérence.

20La réminiscence de la violence dont a fait preuve son père avait engagé Mona dans l’exploration des causes de la violence patriarcale dans les familles indo-trinidadiennes de zone sucrière de Trinidad. La mémoire restituée dans The Swinging Bridge révèle l’enjeu de la violence masculine envers la femme indo-trinidadienne et l’origine d’une résistance féminine indienne à une situation intrinsèquement trinidadienne. Écriture fictionnelle et chronique du Kala Pani révèlent que pour faire face au manque de femmes indiennes, les autorités ont engagé des veuves qui avaient vécu libres en Inde, effectué la traversée du Kala Pani en femmes indépendantes et avaient voulu conserver cette liberté sur la terre trinidadienne. Ce texte établit que c’est précisément cette posture de résistance qui est à l’origine d’une volonté masculine de contrôle totalitaire de la femme indo-trinidadienne.

21L’élucidation de cette question résulte de la récupération du sens des chansons de Gainder que son mari lui interdisait d’ailleurs de chanter. L’interdiction de ces chansons par l’homme visait à effacer de la mémoire collective l’existence de femmes libres qui ont représenté une part importante de la communauté. La révélation du sens de ces chansons invalide donc le mythe d’une communauté indienne traditionnelle uniquement constituée de travailleurs ayant immigré en famille.

22Par ailleurs, la place accordée par le roman à l’exploration, d’un point de vue féminin, du thème de l’endogamie rappelle l’importance de cette pratique comme élément stratégique de préservation d’une identité indienne. A la faveur d’une reconstitution de l’arbre généalogique de la famille de Mona, le roman met en scène un personnage qui invalide cette stratégie. En effet, le statut de Bess dans cette œuvre exprime l’idée que la préservation de l’identité culturelle indienne de ces Trinidadiens ne passe pas nécessairement par le maintien d’une pureté ethnique indienne. Bess, une femme émancipée et moderne, trinidadienne à part entière catalyse toutes les valeurs qui invalident cette posture masculine, carcérale et violente de préservation de l’identité culturelle indienne mise en œuvre par des hommes que la transculturation a pourtant rendus si trinidadiens. Produit des ethnicités indienne, afro-créole, Bess est l’héritière de la tradition d’indépendance de le la femme indienne. Arrière-petite fille de Gainder, elle est le fruit du refus de l’endogamie et de l’exclusion des « douglas » (métis d’Indien et de nègre). Recueillie par Grandma Li, sa grand-mère indienne, cette métisse d’Indien et de Créole, possédant un ancêtre britannique, connaît une ré-indianisation qui l’imprègne de la résistance que Gainder et sa fille avaient opposé à la domination de l’homme indien de Trinidad.

23Son statut d’adjuvant essentiel dans l’intrigue place Bess dans une position de médiatrice entre les Indo-Trinidadiens ayant perdu le lien avec leur pays d’origine et la Trinidad née de la créolisation entre les cultures nègre, indienne et anglaise (277). Il célèbre de l’échec de l’endogamie violente et invalide la célébration de la pureté ethnique pour opposer dislocation et relation.

24Par le moyen de l’interaction entre Mona et Bess, tel un architecte de la culture Ramabai Espinet dessine, avec ses mots, les ponts qui résorbent les dislocations de l’histoire. Une telle action a pour effet de doter les Indo-Trinidadiens, (mais aussi l’ensemble des Caribéens) d’une mémoire collective enrichie des nouvelles représentations dont une nouvelle perception du statut et de la contribution des femmes d’origine indienne. Cette élaboration d’une mémoire collective Indo-Trinidadienne transnationale multidirectionnelle participe de la remise en cause la conception selon laquelle la mémoire collective se construit de manière linéaire, sur un territoire national unique par un processus d’effacement des mémoires culturelles singulières (Amine, Beschea-Fache, 99)

3. Portée de l’action de récupération de la mémoire : La construction d’une identité diasporique dans The Swinging Bridge

25L’action sur la mémoire conduite par l’écriture de ce roman produit une transformation libératrice de la représentation de la femme indo-trinidadienne qui lui définit une nouvelle identité culturelle tout en construisant, en la représentant, la diaspora indienne de la Caraïbe et de l’Amérique du Nord.

26En premier lieu, l’exploration de la mémoire dans The Swinging Bridge révèle l’origine indienne d’une tradition d indépendance de la femme indo-trinidadienne, la résistance continue de celle-ci à la domination masculine, déconstruisant ainsi le discours historique qui la présentait comme un être soumis et entravé par l’héritage colonial. En effet, dans la société trinidadienne des années 1990 la figure de la femme indienne soumise et sous éduquée reste prégnante. Mona à été confrontée au dilemme de la femme indo-trinidadienne devant choisir entre une émancipation synonyme d’occidentalisation et d’émigration et une tradition indienne réduite à ses caractéristiques patriarcales. Une conséquence importante de ce dilemme est la difficulté qu’éprouve Mona à se projeter dans l’avenir en tant que Canadienne, alors même qu’il lui paraît difficile d’appartenir pleinement à la société trinidadienne qui fait un tel sort à la femme indo-trinidadienne. Les dimensions de la tradition indienne que présente The Swinging Bridge ne réclament de la femme indo-trinidadienne, ni régression, ni soumission à l’homme. Dès lors, il n’est pas nécessaire de renoncer à la culture indienne pour s’émanciper. Cette récupération de la mémoire libère donc la femme indo-trinidadienne du dilemme consistant à devoir choisir entre la culture indienne et son émancipation. Elle lui apporte la possibilité de s’inscrire différemment dans l’histoire afin de projeter un avenir de femme moderne indépendante qui ne renonce à aucune des composantes de son identité.

27L’action de Mona correspond tout à fait à la définition que propose Daniel Schacter de l’acte de mémoire qui constitue « un voyage mental dans le temps » qui nous permet de « nous libérer des contraintes immédiates à la fois temporelles et spatiales pour revivre le passé et nous projeter dans le futur à notre guise » (Schacter, 1996 : 33-34). C’est en effet par un acte de mémoire que Mona se libère des contraintes immédiates d’une société indo-trinidadienne machiste pour revivre le passé de la femme indienne indépendante, dans le but de permettre à la femme indo-caribéenne de se projeter dans le futur en tant que sujet.

  • 1 Cultural identities come from somewhere, have histories. But, like everything which is historical, (...)

28Cette action menée sur la mémoire et l’histoire se nourrit de la conviction (chez l’auteur) que l’identité culturelle, telle que la conçoit Stuart Hall, n’est pas figée et que les transformations qu’elle peut connaître relèvent de la combinaison de faits historiques, d’éléments culturels, et de rapports de pouvoir (Hall, 1990 : 225)1.

29Cette œuvre de Ramabai Espinet invite donc à un repositionnement identitaire de la femme trinidadienne d’origine indienne, à partir d’une nouvelle lecture de son histoire, considérant, comme Stuart Hall, que « les identités sont les noms que nous donnons aux différentes manières qui nous positionnent, et par lesquelles nous nous positionnons, les noms des récits de notre passé » (Hall, 1990 : 225).

30Sur un plan plus général, The Swinging Bridge apparaît comme un plaidoyer pour l’expression non antagonique des différentes histoires du monde que porte en lui l’Indo-Caribéen. Dans l’espace du roman, l’écriture de Ramabai Espinet relance les relations entre Indo-Trinidadiens du Canada et Indo-Trinidadiens vivant à Trinidad. Elle réexamine les ruptures, rétablit aussi une relation avec l’Inde des origines, construisant les liens qui replacent les Indiens de Trinidad, exilés au Canada, dans une continuité historique, culturelle et sentimentale qui commence désormais en Inde, se développe à Trinidad et réduit la dislocation qui caractérisait la vie de Mona comme celle de sa famille au Canada. En établissant cette continuité, la romancière définit un continuum identitaire indo-américain qui résorbe la dislocation produite par l’histoire de la jeune nation trinidadienne.

31Parce que l’action dans laquelle s’engagent Mona et sa famille résulte bel et bien de la volonté de maintenir le lien avec Trinidad et de mettre fin à la dispersion The Swinging Bridge construit véritablement une diaspora indienne des Amériques, car, dans l’espace du roman, des relations s’établissent entre le « centre historique » réel ou mythique (l’Inde), les établissements dispersés (Toronto et Montréal), et les sociétés d’installation (Trinidad, le Canada) (Bordes-Benayoun et Schnapper, 2006 : 178-79). De plus, au même titre que les personnages, le lecteur de The Swinging Bridge accède à « […] la conscience de former un peuple disséminé par-delà les frontières politiques » (Bordes-Benayoun et Schnapper, 2006 : 179) un peuple en diaspora.

32Le titre de la troisième partie du roman « Caroni Dub » est porteur d’une forte charge symbolique qui contribue à la définition des caractères de la diaspora que construit ce roman. Evocation du dub jamaïcain, il symbolise le caractère caribéen de l’Indo-Trinidadien. En effet, lorsque dans le dernier chapitre Mona revenue à Montréal pense à la Caraïbe, c’est un « dub de Caroni » qui surgit en elle. Ce rythme, syncrétisme appartenant aux diverses cultures de Trinidad intègre les chansons des Rands, les tambours du hosay, le steelpan, et le quatro. C’est ce rythme syncrétique qui bat dans le cœur de Mona définitivement Canadienne, à jamais trinidadienne, « ancestralement » indépendante.

33L’hybridité qui caractérise le processus culturel produit par cette œuvre place les notions d’authenticité, d’héritage, de traditions dans une logique de métissage. Ainsi, sans renier la tradition indienne The Swinging Bridge ne célèbre pas uniquement les racines, mais une conception rhizomique de l’identité diasporique.

34Ce roman est publié à l’heure où la société trinidadienne des années 2000 est animée par des phénomènes divergents, souvent contradictoires, dont une importante décréolisation résultant d’une récupération-transplantation à Trinidad d’éléments culturels purement indiens qui conduit à l’abandon de pans entiers de la culture indienne caribéenne syncrétique née de décennies d’acculturation ou de créolisation. Dans ce contexte, l’œuvre d’art The Swinging Bridge propose une représentation de l’identité féminine indo-trinidadienne qui apparaît comme une prise de position dans le débat d’idées sur les orientations que doit prendre le groupe indien et la société trinidadienne dans son ensemble. Le roman rappelle que cette question concerne ceux qui son devenus des nord-américains sans cesser d’être des Indo-Trinidadiens. Au terme de l’intrigue, les personnages de The Swinging Bridge conjuguent la permanence des racines avec la mobilité et maintiennent « des identifications extérieures aux espaces-temps nationaux (Trinidad et l’Inde pour les personnages installés définitivement au Canada, l’Inde pour les personnages ancrés à Trinidad) tout en vivant à l’intérieur d’eux avec une différence (Indo-Trinidadiens Canadiens, et Indo-Trinidadiens) » (Chivallon, 2004, 28).

  • 2 Perhaps instead of thinking of identity as an already accomplished fact, which the new cultural pra (...)

35L’identité culturelle, nous dit Stuart Hall, est essentiellement une production qui se manifeste dans la représentation (Hall, 1990 : 225)2. Celle que propose The Swinging Bridge réconcilie les cultures, créole et indienne, avec la modernité euro-occidentale nord américaine. Parce qu’il réarticule dans une cohérence des éléments culturels dispersés par deux migrations, en dehors des considérations liées aux nationalités trinidadienne, indienne ou canadienne, ce roman propose un modèle d’identification correspondant à une diaspora hybride transnationale, qui, sans rejeter l’ethnicité indienne, se garde de tout ethnicisme.

36L’action sur mémoire que conduit Mona, consistant à récupérer les mots manquants des textes des chansons en Hindi, puis à les traduire en anglais et enfin à les présenter aux Trinidadiens dans les deux langues, relève d’une révision des hiérarchies établies par l’histoire coloniale dans les relations entre les cultures. La révélation du contenu des chansons des Rands remet, en effet, en cause le récit masculin de l’immigration indienne, illustrant une dimension de la traduction, que souligne Yves Chevreul lorsqu’il affirme que, « traduire, éditer une traduction, n’est pas seulement une opération d’ordre linguistique, c’est aussi prendre une décision qui met en jeu un équilibre culturel et social ». (Chevreul, 1989 :18).

37Cette action de traduction et de diffusion dans les deux langues de la communauté indo-trinidadienne relève d’une démarche qui crée une relation interculturelle qui rompt avec la logique de conflit, et prône la relation glissantienne. Dans cette dimension, les passages d’une culture à l’autre ne soumettent les éléments constitutifs de chacune ni à une appropriation, ni à une assimilation, mais les installe dans une négociation débarrassée de l’idée de confrontation ou de hiérarchie.

38Cette nouvelle interculturalité abroge dans le même temps les hiérarchies entre les lieux. La zone sucrière du Caroni apporte une contribution (culturelle) à l’épanouissement de l’héroïne Mona qui est à l’égal de celles de San Fernando, de Toronto ou de Montréal. En premier lieu, son ré-enracinement à Trinidad résulte bel et bien de l’activation d’une relation dialogique entre les cultures, les espaces et les générations appartenant aussi bien à la Trinidad moderne, semi-urbaine, anglo-saxonne, créole et indienne de San Fernando qu’à la Trinidad agricole, rurale, des plaines du Caroni, gardiennes de l’héritage du Kala Pani. La cessation du tourment qui habite Mona au début du roman provient également de la reprise du processus qui conduit à son inscription, enfin acceptée, dans le Canada de Montréal. Mona appartient à chacun de ces lieux, sans renoncement à aucun d’entre eux, et chacun apporte une contribution nécessaire à son identité diasporique et polycentrique de femme indo-trinidadienne canadienne.

Conclusion

39Les caractéristiques formelles, thématiques, narratologiques et discursives de The Swinging Bridge lui confèrent la qualité d’instrument littéraire au moyen duquel l’écrivain réduit la fragmentation et dislocation indo-trinidadiennes et installe la communauté dans une dimension diasporique. Ainsi, sa forme qui confère à l’acte d’écriture une dimension didactique et le situe dans l’action culturelle, instruit également le lecteur sur la posture de l’artiste postcolonial. En effet, la stratégie de structuration du livre invite à un examen du processus d’écriture. En présentant au lecteur l’objet de la quête des personnages dans la chronique intitulée Kala Pani, l’auteur lui indique la nature de la contribution du créateur. Il révèle la posture de l’écrivain issu d’une société postcoloniale caribéenne qui s’empare d’une préoccupation du peuple, (les Indo-Caribéens) engage une exploration des interstices des histoires trinidadiennes coloniale et nationale dont il présente les épisodes et le résultat sous une forme artistique.

40Ainsi, l’écrivain fait du lecteur celui qui construit les significations de manière consciente. Cette posture évoque la stratégie narrative qu’adopte l’écrivain postcolonial anglo-kitticien Caryl Phillips dans son roman Cambridge qui soumet au lecteur les différentes sources à partir desquelles il peut procéder à une réécriture de l’histoire. Tout comme le lecteur de Cambridge réécrit lui-même l’histoire du Nouveau Monde, la lectrice de The Swinging Bridge est en position de se reconstruire une identité de femme émancipée. Elle est en mesure de s’affilier légitimement à toute dimension du continuum identitaire indo-américain défini par cette œuvre qui permet à Mona de fonder une identité diasporique de femme indo-trinidadienne et nord-américaine, émancipée et tout en étant guidée par des valeurs indiennes ancestrales.

Haut de page

Bibliographie

Ashcroft, B. (2001). Post-Colonial Transformation, London and New York, Routledge.

Bordes-Benayoun, C. et D. Schnapper (2006). Diasporas et nations, Paris, Odile Jacob.

Chevrel, Y. (1989). La Littérature Comparée. Paris, PUF.

Chivallon, C. (2004). La diaspora noire des Amériques. Expériences et théories à partir de la Caraïbe, Paris, CNRS.

Espinet, R. (2003). The Swinging Bridge, Toronto, Harper Collins.

Even-Zohar, I. (1990). "The Position of Translated Literature within the Literary Polysystem", Poetics Today 11, n°1: 45-51.

Gilroy, P. (1993). The Black Atlantic: Modernity and Double Consciousness, London, New York, Verso.

Halbwachs, M. (1925). Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel.

Hall, S. (1990). “Cultural Identity and Diaspora”, dans J. Rutherford, (eds.), Identity: Community, Culture, Difference, London, Lawrence & Wishart.

Laila A., and Beschea-Fache,C. (2012): “Crossroads of Memory: Contexts, Agents, and Processes in a Global Age”, Culture, Theory and Critique, 53:2, 99-109

Mehta, B. (2004). Diasporic Dis (locations): Indo-Caribbean Women Writers Negotiate the Kala Pani, Kingston, The University Press of the West Indies, 2004.

Moore-Gilbert, B. (1997). Postcolonial Theory Contexts Practices Politics, London, Verso.

Puri, S. (2004). The Caribbean Postcolonial: Social Equality, Post-Nationalism, and Cultural Hybridity, New York, Palgrave Macmillan.

Schacter, D., B. Desgranges et F. Eustache  (1999).À la recherche de la mémoire : le passé, l'esprit et le cerveau, Paris, De Boeck Université.

Solbiac,R. “Revising Female Indian Memory: Ramabai Espinet’s Construction of an Indo-Trinidadian Diaspora in The Swinging Bridge” in Joy Mahabir, Mariam Pirbhai, eds., Critical Perspectives on Indo-Caribbean Women’s Literature New York: Routledge, 2012, 229-252.

Viranjini, M. (2001). “Redefining the Nation: The East Indian Struggle for Inclusion in Trinidad”, Journal of Asian American Studies, Vol. 4, n°1: 1-34.

Laila A., and Beschea-Fache,C. (2012): “Crossroads of Memory: Contexts, Agents, and Processes in a Global Age”, Culture, Theory and Critique, 53:2, 99-109.

Wilson-Tagoe, N. (1998). Historical Thought and Literary Representation in West Indian Literature, Gainesville, University of Florida Press.

Haut de page

Notes

1 Cultural identities come from somewhere, have histories. But, like everything which is historical, they undergo constant transformation. Far from being eternally fixed in some essentialised past, they are subject to the continuous 'play' of history, culture and power. (Hall, 1990 : 225).

2 Perhaps instead of thinking of identity as an already accomplished fact, which the new cultural practices then represent, we should think, instead, of identity as a “production”, which is never complete, always in process, and always constituted within, not outside, representation (Hall, 1990: 225).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rodolphe Solbiac, « Mémoire indienne dans The Swinging Bridge de Ramabai Espinet : la construction d’une identité indo-trinidadienne diasporique », Études caribéennes [En ligne], 21 | Avril 2012, mis en ligne le 15 avril 2012, consulté le 22 mars 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/5757 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.5757

Haut de page

Auteur

Rodolphe Solbiac

CRILLASH, Université des Antilles et de la Guyane, Maître de conférences, rosolbiac@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org