Navigation – Plan du site
Problématiques Caribéennes

Les réseaux familiaux « Hloua » de la côte béninoise dans les migrations de pêche en Afrique de l’Ouest et du Centre : entre continuité et rupture

Family Networks "Hloua" of the Benin Coast in Migration Fishing in West and Center of Africa: Between Continuity and Rupture
Judicaël Alladatin

Résumés

Le débat théorique sur les migrations et la famille connait une ambivalence allant du postulat de la migration comme une logique « individualiste » et de distanciation de la famille à celui de la migration vue comme une stratégie de survie portée par le réseau familial. C’est dans le but de contribuer à ce débat que le présent texte aborde l’analyse du processus migratoire sous l’angle des stratégies déployées par les migrants « Hloua » de la côte béninoise. Quatre dimensions ont particulièrement retenu notre attention : la prise de décision, le financement et l’organisation du voyage, l'intégration dans le milieu d’accueil, et les rapports maintenus avec le milieu d'origine.
L’analyse s’appuie sur les récits de migration collectés auprès de migrants de retour ou de membres de familles restés au village, ceci dans le cadre d’une enquête plus large sur la pauvreté et les stratégies de survie dans le milieu de la pêche artisanale (Avloh, Ayiguinnou et Agoué) au Bénin. Cette analyse de récit a été complétée par des analyses de type quantitatif sur la fréquence des recours pour l’organisation et la prise de décision, la fréquence de recours pour l’insertion résidentielle et professionnelle, et le montant des envois de fonds. Les résultats montrent la place centrale du réseau familial le long du processus migratoire depuis la prise de décision, l’organisation du voyage, le « confiage » de la femme et des enfants du migrant, à l’établissement résidentiel et l’insertion professionnelle dans le milieu d’accueil. Ce réseau organise et structure efficacement le phénomène migratoire en intervenant lors des étapes décisives. Cependant, une fois insérés, les rapports maintenus avec le réseau familial se limitent pour la plupart à une solidarité affective, caractérisée par des contacts téléphoniques ou transferts de message et quelques envois de fonds largement en deçà des attentes. Ce qui fait dire de plus en plus que le migrant diminue le capital social de la famille sans pour autant y contribuer de façon substantielle sur le plan financier : Un paradoxe qui pourrait bien trouver son explication dans les recherches futures sous une perspective dynamique des migrations.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Bénin
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir Emile Témime, Comprendre l'immigration. Quelques notes en mémoire d'Abdelmalek Sayad : un soci (...)
  • 2 Voir Abdelmalek Sayad (1975), « "Elghorba’’: le mécanisme de reproduction de l'émigration", in Acte (...)

1Longtemps abordée sous l'angle de l'individu ou de l'aire géographique, la migration apparaît aujourd'hui comme un processus complexe obéissant à des logiques multiples. L'objet de cet article est de prendre en considération les avancées théoriques en sociologie et en économie de la migration afin d'appréhender la place du réseau familiale dans le processus migratoire. L'idée centrale est donc de distinguer les logiques individuelles des logiques sociales sous-jacentes au processus migratoire. Selon A. Sayad1 (1975) : la migration est non seulement un itinéraire géographique, mais aussi une épistémologie2 c'est-à-dire qu'elle recouvre de multiples facettes (démographie, changement institutionnel dans l'État, la population, l'économie, etc.). C'est donc un phénomène social total, qui recouvre toutes les facettes de l'existence, et qui implique des bouleversements non seulement pour ceux qui partent, mais aussi pour ceux qui restent. Si la mobilité spatiale dans les pays « développés » répond à des formes pures d'économie spatiale (Jayet, 1996), de tels principes de fonctionnement de la migration seraient presque imperceptibles en Afrique, en raison de la prégnance des structurations sociales. On peut alors se demander quel est le niveau d’implication du groupe social dans le processus migratoire sans commettre l’erreur de ne pas distinguer le type ou les types de migration que l’on aborde. Notre problématique concerne ici les migrations internationales de travail au sein de la communauté « Hloua » du Bénin historiquement reconnu comme des pêcheurs marins artisans.

2Dans une première partie, il s'agira de revenir sur les théories de la migration en distinguant les théories du déclenchement du processus migratoire de celles dites de perpétuation du flux migratoire. Ensuite, nous verrons comment la nature des arrangements de l’aventure migratoire conduit à élargir les perspectives théoriques dans lesquelles il s'insère au-delà même du réseau migratoire. Finalement, des pistes de recherches futures seront suggérées.

Démarche méthodologique

3La démarche utilisée est de nature herméneutique accordant une importance particulière aux données empirique mais aussi à la revue de littérature théorique sur la migration. Sur le plan empirique, nous nous sommes basés sur les récits de migration collectés auprès de migrants de retour ou de membres de familles restés au village, ceci dans le cadre d’une enquête plus large sur la pauvreté et les stratégies de survie dans le milieu de la pêche artisanale (Avloh, Ayiguinnou et Agoué) au Bénin. L’échantillonnage des interviewés est non probabiliste. Au total, 60 récits de migration ont été enregistrés. Ces récits ont été collectés sur la base d’un guide d’entretien semi-dirigé ciblé sur six (6) thématiques importantes : motifs de la migration, processus de prise de décision, financement et organisation, insertion résidentielle et professionnelle, déroulement du contrat professionnel et remboursement des avances, réalisations/difficultés et relations avec lieu d’origine. Dans le présent article, quatre dimensions nous intéressent : processus de prise de décision, financement et organisation, insertion résidentielle et professionnelle, relations avec lieu d’origine. L’analyse du contenu des récits a été complétée par des analyses de type quantitatif portant sur la fréquence des recours au réseau familial à diverses étapes et le montant des envois de fonds.

Une riche littérature théorique sur la migration

4Il existe une très vaste littérature sur l’explication des migrations. Dans une perspective procédurale, cette vaste littérature peut être subdivisée en deux grandes catégories : les théories dites du déclenchement du processus migratoire et celles dites de perpétuation du flux migratoire. Il est opportun de retracer ici de façon synthétique les différentes théories qui tentent de cerner le phénomène migratoire, afin d’inscrire ce texte dans une perspective herméneutique alliant la théorie à la réalité de terrain.

1. Théories sur le déclenchement des migrations

5Sans prétention à l'exhaustivité, on évoquera ici quatre courants théoriques, les deux premiers se situant dans le champ de la théorie « standard », les deux derniers parmi les courants « hétérodoxes ».

1.1. L'approche néo-classique

6Développée initialement par Lewis (1954), Harris et Todaro (1970), cette théorie se rapproche du sens commun spontané : les travailleurs migrent parce qu'ils sont pauvres chez eux et qu'ils pensent l'être moins dans un pays développé. C'est le modèle du type « répulsion - attraction » (push-pull en anglais), qui constitue le « B-A-BA » de la théorie économique standard des migrations. Mais ce modèle, qui semble le bon sens même, n'a qu'une valeur scientifique relative, car il n'a guère de pouvoir prédictif et est largement contredit par l'expérience. La tendance du modèle push-pull à être appliqué aux flux constatés dissimule son incapacité à expliquer pourquoi des mouvements similaires ne se produisent pas en provenance d'autres pays également pauvres, ou pourquoi les sources d'émigration se concentrent dans certaines régions et non dans d'autres, à l'intérieur d'un même pays. Au niveau micro-économique, le modèle push-pull repose sur des comportements individuels « rationnels » au sens de la théorie économique standard : « les migrants potentiels évaluent individuellement les coûts et avantages de se déplacer vers différentes destinations internationales alternatives et émigrent là où le rendement net escompté de la migration est le plus élevé compte tenu de leur horizon temporel » (Massey et al., 1993). Cette perspective renvoie à une logique égoïste chez le potentiel migrant.

1.2. La « nouvelle économie des migrations »

7Inaugurée notamment par l'article de Stark et Bloom (1985), cette théorie se situe dans le cadre de ce qu’Olivier Favereau (1986) appelle la « théorie standard élargie » : elle abandonne les hypothèses les plus caricaturales du modèle standard pour donner plus de réalisme à la modélisation en renonçant quelque peu à la logique « individualiste ». La « nouvelle économie des migrations » ne part pas d'un individu isolé au milieu de marchés parfaits et qui maximiserait son revenu en disposant d'une information complète et instantanée sur les perspectives d'emploi et de salaire dans son pays et dans les pays d'accueils potentiels. Elle considère au contraire que les migrations résultent de décisions collectives prises dans des situations d'incertitudes et d'imperfections des marchés. « Les décisions de migration ne sont pas prises par des agents isolés, mais par des ensembles plus larges de personnes liées entre elles, surtout des familles et des ménages dans lesquels les agents agissent collectivement non seulement pour maximiser leur revenu, mais aussi pour minimiser les risques et pour relâcher les contraintes qui proviennent de diverses limites des marchés, au-delà du marché du travail » (Massey et al.,1993). Pour surmonter les risques liés au chômage, au marché des capitaux, au marché à terme, aux catastrophes naturelles, et à la perte des récoltes, les familles peuvent choisir de diversifier leurs activités en envoyant l'un de leurs membres à l'étranger. Même s'il ne gagne pas plus qu'au pays, ce revenu sera soumis à des risques différents, et des compensations pourront s'établir, par exemple entre une mauvaise année au village et une bonne année pour l'émigré. Dans ce cadre, et contrairement aux prédictions du modèle néo-classique originel, le développement des pays du Sud n'est pas, du moins à court et moyen terme, de nature à réduire l'intensité des migrations : « les transformations structurelles de l'économie favorisent la propension à émigrer » (Cogneau et Tapinos, 1997) car ces transformations constituent des facteurs de risques.

1.3. La théorie du dualisme du marché du travail

8Cette théorie s'oppose elle aussi à la théorie néo-classique conventionnelle, mais elle le fait en attribuant le rôle déterminant à la demande de travail émanant des entreprises des pays d'accueil. Selon Piore (1979), l'immigration n'est pas causée par des facteurs de répulsion (push) dans les pays d'origine (bas salaires ou chômage élevé), mais par des facteurs d'attraction (pull) dans les pays d'accueil. En effet, dans les pays d'accueil, les hiérarchies de salaires sont aussi des hiérarchies de prestige. Si les employeurs veulent attirer des travailleurs pour des emplois situés au bas de l'échelle, ils ne peuvent se contenter d'élever les salaires. Si les salaires les plus faibles sont augmentés, il en résultera de fortes pressions pour une augmentation équivalente des salaires aux autres niveaux de la hiérarchie. D'où une « inflation structurelle », et une forte incitation à faire venir des travailleurs étrangers, non sensibles (du moins au début) aux exigences de statut social des sociétés d'accueil. Les immigrants sont des « targets earners », des travailleurs qui visent un objectif précis (accumuler suffisamment d'argent pour construire une maison, lancer une affaire ou acheter une terre chez eux). Ils acceptent donc les emplois considérés comme « dégradants » dans les sociétés d'accueil.

1.4. L'approche par « l'économie monde »

9Cette approche, inspirée du cadre théorique marxiste, prend encore davantage de recul par rapport au phénomène migratoire pour le situer dans des évolutions globales et de longs termes. Selon I. Wallerstein (1974) et M. Castells (1989), ce sont des facteurs socio-historiques de grande ampleur qui provoquent les courants migratoires, et non des microdécisions individuelles ou d'entreprises particulières. À mesure que la terre, les matières premières et le travail dans les régions périphériques deviennent des marchandises, des flux migratoires en découlent inévitablement. Car « la substitution de l'agriculture marchande à l'agriculture de subsistance ainsi que la salarisation et l’utilisation d’intrants modernes à haut rendement sapent les relations économiques et sociales traditionnelles basées sur des systèmes de réciprocité et crée des marchés du travail basés sur de nouvelles conceptions individualistes, sur le gain privé et sur le changement social. Les destinations de ces travailleurs ne résultent pas de calculs économiques d'individus rationnels, mais des liens historique, idéologique et matériel. Les liens matériels se constituent autour des moyens de transport et de commerce international ; les liens idéologiques proviennent du pouvoir de pénétration des modèles culturels et sociaux des pays économiquement dominants. Sans nier l'intérêt d'une analyse historique globalisante, on peut cependant regretter que ce courant soumette rarement ses hypothèses à des vérifications empiriques conséquentes.

2. Théories sur la perpétuation des mouvements migratoires

10Une fois les courants de migration établis, ils tendent à se reproduire d'eux-mêmes au cours du temps, même quand les conditions qui leur ont donné naissance changent ou disparaissent. Plusieurs approches théoriques rendent compte de cette perpétuation. On peut citer entre autres, la théorie des réseaux, la théorie dite institutionnelle et celle dite des causes cumulatives.

2.1. La théorie des réseaux : l’école de Chicago (Alarcon, Durand et al.)

11Ce premier modèle explicatif est centré autour du réseau migratoire. Il considère la migration comme un système d’acteurs sociaux qui favorise la transmission de ressources (informationnelles, relationnelles ou statutaires) à l’intérieur d’une structure à forte cohésion. Les liens d’entraide, qui relient les migrants, les migrants de retour et les non migrants à la fois dans les pays de départ et de destination, ont alors pour fonction principale de minimiser les coûts et les risques de la migration, grâce aux différentes formes d’appui qu’ils apportent au migrant (Boyd, 1989 ; Fawcett, 1989 ; Guilmoto et Sandron, 2000 ; Kritz et al. 1992 ; Zlotnik, 1992). Les premiers migrants constituent des ressources pour les candidats futurs à l'émigration : les réseaux qu'ils constituent forment un « capital social sur lequel les personnes peuvent s'appuyer pour trouver un emploi à l'étranger » (Hugo, 1981). « Une fois un certain seuil atteint, l'expansion des réseaux réduit les coûts et les risques de l'émigration, ce qui provoque une hausse du taux d'émigration, et qui à son tour renforce les réseaux, etc. » (Massey et al., 1993). Plus que des calculs de gains individuels, c'est l'insertion des personnes dans des réseaux qui en partie explique les différences dans les propensions à émigrer et le caractère durable des flux migratoires (Portes et Borocz, 1989).

2.2. La théorie « institutionnelle »

12L'approche institutionnalisme suggère d'examiner dans quelle mesure l'intensité et la régularité des échanges migratoires sont associées à la formation d'une institution spécifique. En effet, la migration, comme tout échange, n'est pas « gratuite ». Elle n'est pas un simple déplacement « sans friction » de main-d’œuvre. Au contraire, ce sont les coûts de cette transaction qui conduiront progressivement à la formation d'une institution régulant la migration (Guilmoto, 1999). Une fois les courants de migration enclenchés, des opportunités économiques apparaissent pour aider les flux : les filières d'immigration constituent un secteur d'activité hautement rentable. Puisque ce marché crée des conditions propices à l'exploitation et à l'oppression, apparaissent également des organisations humanitaires dans les pays d'accueil pour assurer le respect des droits et améliorer la situation des migrants légaux et illégaux. Ces différents sous-secteurs « constituent de nouvelles formes de capital social sur lesquelles les migrants peuvent s'appuyer pour accéder aux marchés du travail étrangers (Massey et al., 1993).

2.3. La « causalité cumulative » ou théorie des causes cumulatives (Myrdal, 1957)

13Le modèle des causes cumulatives stipule que le processus de migration modifie les conditions économiques et sociales du lieu d’origine (Massey et al., 1993 ; Massey et al., 1998). Une fois le migrant inséré, ces transferts transforment les structures sociales et économiques du lieu d’origine, augmentent les inégalités de revenus et intensifient le sentiment de privation chez les non-migrants. Enfin, l’expérience que les migrants accumulent dans les pays d’accueil est susceptible de modifier, dans les communautés d’origine, les perceptions et les valeurs, en créant une véritable « culture de la migration » (Schoorl et al., 2000). Plusieurs mécanismes sont à l'œuvre dans le déclenchement d'une causalité cumulative : Imitation, Distribution des terres, Techniques agricoles, Changement culturel, Capital humain, Stigmatisation.

3. Migration et réseau familial dans les communautés « Hloua » du Bénin : Réalités empiriques

14La survie des piroguiers maritimes dans le cadre traditionnel dépend beaucoup de leur habileté à exploiter la mer avec succès, en tout temps. Or les pêcheurs « Hloua » au Bénin vivent dans un environnement où la mer devient de moins en « moins poissonneuse » avec un rythme de production en dent-de-scie et les pêcheurs de plus en plus nombreux. Les migrations à la poursuite des poissons sont donc une activité essentielle pour la subsistance des pêcheurs. Les migrations de pêcheurs à Grand-Popo doivent être inscrites dans le cadre plus global de l’agencement des communautés sur le littoral ouest africain et d’Afrique centrale, qui lui aussi est le fruit de nombreuses migrations africaines et internationales anciennes et actuelles.

15Le tableau suivant résume la sélection des lieux d’accueils par les migrants en partance de Grand-Popo et montre l’importance actuelle du Gabon et du Congo comme destinations.

16Tableau n° 1 : La sélection actuelle des lieux d’accueils par les migrants en partance de Grand- Popo.

Destinations

Pourcentage

Gabon

70 %

Congo

20%

Cameroun

5%

Autres (Côte-D’ivoire, Tchad, Nigeria, Togo, etc…)

5%

17Source : Enquête Grand-Popo, 2007

18Au fil des années, les pêcheurs béninois se sont bâtis dans certains pays, tels que le Congo, le Cameroun, le Gabon, une solide réputation de grands pêcheurs marins artisans. Les raisons qui poussent les pêcheurs à partir de chez eux pour aller pêcher ailleurs sont multiples. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, une ou deux raisons ne peuvent pousser un pêcheur à émigrer ; il s’agit souvent d’un ensemble de motifs qui se combinent. Tout comme le motif de départ, la prise de décision pour le départ se positionne aussi dans une logique complexe et difficile à cerner. Le discours qui suit est celui recueilli chez un migrant de 67 ans revenu au village ; ce passage rend bien compte de la complexité de la prise de décision entre distanciation et proximité, individualisme et réciprocité, altruisme et égoïsme, socialité et sociabilité.

Encadré n°1 : Tiré d’un récit de migration

  • 3 Propriétaire de bateau et chef d’une équipe de pêche.

19Je suis parti au Gabon en 1979 pour rejoindre mon frère aîné qui était chef de « company3 » à Libreville. J’ai accepté de partir pour l’honneur de ma famille, car sur place au Bénin, je n’arrive pas à épargner et la vie devenait de plus en plus dure ; les nombreuses sollicitations de la part des membres de la famille pour différents besoins et la contribution financière à la résolution de leurs multiples besoins constituent un handicap à la mobilisation des fonds nécessaires à la réalisation de mes propres projets : achat de matériels de pêche, construction de maison. Par contre loin de la famille, mon frère aîné a pu épargner et acheter une barque. Compte tenu de la réussite que mon frère a connue là-bas, il s’est entendu avec la famille pour me proposer de le rejoindre. Il m’a donc aidé avec les bénédictions et les contributions de toute la famille pour le rejoindre effectivement au Gabon. Vous savez dans ce Pays-là, les autochtones ne maîtrisent par les techniques de pêche, ils ne sont pas endurants et ne savent pas entretenir les équipements. Cinq (5) ans après mon départ au Gabon, je suis revenu à Avloh, pour me marier et repartir avec la femme. Après quinze (15) ans de travail, j’ai pu faire construire une maison à Avloh. Malheureusement, une maladie « bizarre » m’a attaqué là-bas, et j’ai été obligé de revenir parmi les miens pour me faire soigner depuis bientôt huit (8) ans avec ma femme. Je n’ai pas pu repartir, car je ne suis pas complètement guéri et j’ai pris de l’âge. À ce jour, même si je n’ai pas pu acheter ma propre barque, j’ai déjà fait partir au Gabon plus d’une vingtaine de pêcheurs béninois en plus de mes quatre enfants qui sont nés là-bas. En plus, j’ai réussi à construire ma propre maison ici.

Source : Enquête Grand-Popo, 2007

20La présente analyse sera faite en trois étapes essentielles et caractéristiques de la vie du migrant : la prise de décision et l’organisation du voyage, l’intégration résidentielle et professionnelle dans le lieu d’accueil et enfin les relations avec la famille restée au lieu d’origine.

3.1. Prise de décision, organisation de l’expédition migratoire et insertion dans le milieu d’accueil

21Tout processus de migration débute avec une prise de décision « subjective ». Nous montrerons ici, à travers les récits de migrants, comment se structure la prise de décision dans une double dimension d’influence cognitive et de justification familiale. Par influences cognitives, nous entendons ici l’ensemble des schémas mentaux transmis de génération en génération, induisant dans l’esprit du migrant potentiel la possibilité et la faisabilité d’émigré. Au-delà de cette dimension cognitive, le point déterminant chez la majorité des migrants, reste la légitimation de la décision à l’échelle du groupe familial élargi ou non. En effet, l’analyse de contenu permet de repérer deux formes de prise de décision : individuelle et familiale. Le tableau 1 montre la distribution de la forme de prise de décision pour le migrant considérer au niveau de chaque ménage d’enquête. Ce tableau révèle comme le montre l’encart 1 que dans la grande majorité (70%) des cas la décision de migrer est prise par le cercle familial.

22Un jeune migrant revenu au Bénin pour se marier déclare : « c’est la famille qui décide de qui envoyer et où, c’est vrai que dans de rares cas, certains jeunes pêcheurs choisissent de partir en aventures en décidant tous seul pour des raisons de mésentente et de convoitise dans leurs familles. Mais même dans ces genres de cas, ces personnes ont toujours recours à un vieux de leurs familles qu’ils informent pour négocier auprès de ce dernier les bénédictions de la famille ».

23Si la migration est toujours vécue comme une épreuve, cela n’est pas le fait particulier d’une décision prise au niveau familial, d’ailleurs cette décision est dans tous les cas validée au niveau individuel à l’aune de la dimension cognitive. Comme le disait l’interviewé à l’encart 1 : « Compte tenu de la réussite que mon frère a connue là-bas, il s’est entendu avec la famille pour me proposer de le rejoindre. Il m’a donc aidé avec les bénédictions et les contributions de toute la famille pour le rejoindre effectivement au Gabon. » Ce genre de discours qui revient dans la quasi-totalité des récits de migration enregistrés traduits bien le rôle central du réseau familial dans la prise de décision, mais aussi la validation (qui ne signifie pas obligatoirement l’existence d’une option d’opposition) à l’échelle du potentiel migrant sur la base d’une dimension cognitive renforcée par une certaine perception de réussite chez les anciens migrants. Pour comprendre le processus décisionnel, on peut introduire dans l’analyse les notions de privation relative, et de groupes de référence : la famille va se comparer à des groupes de références qui sont importants pour elle (voisins, autres membres de la famille, etc.). S'il y a des inégalités très importantes entre sa situation et celles des groupes de références, cela donne un sentiment de privation relative, et à une frustration. Pour compenser ce sentiment, la famille décide d'envoyer quelqu'un à l'étranger.

  • 4 Le préfinancement dont il est ici question est celui déboursé par celui qui va accueillir le migran (...)

24Une fois la décision prise, il faut maintenant trouver les moyens de financer et d’organiser le voyage. L’analyse de contenu permet d’appréhender à cette étape encore la place que le réseau familial occupe. Le mode de financement peut être sur fonds familial (fonds personnels plus aide des parents), sur préfinancement4 ou de type mixte (fonds propre plus préfinancement). Le tableau 2 permet de saisir l’importance du recours au réseau familial pour le financement de la migration. Ce tableau permet de dire que dans au moins 80% des cas, les migrants de notre échantillon ont eu recours partiellement ou totalement au réseau familial pour financer la migration.

Tableau 2 : Fréquence des types de prise de décision et des modes de financement de la migration

Migrants concernés par la catégorie au sein de notre échantillon

Type de prise de décision

Effectif

Proportion (%)

  • Individuel

18

30

  • Familiale

42

70

Type de financement

  • Familiale

8

13

  • Préfinancement

12

2

  • - Mixte

40

67

Source : Analyse de contenu des récits de migration, Alladatin 2007

25Les fonds investis comprennent en général l’établissement des actes d’état civil (acte de naissance, jugement supplétif en vue de l’obtention de la carte d’identité nationale ou du passeport), l’achat d’un sac de voyage et de quelques effets vestimentaires et une somme d’argent pour assurer les arrières au niveau de la famille pour les candidats mariés. Le voyage se fait surtout par voie terrestre ou aérienne, mais certains pêcheurs transitent par la mer à bord de navires. Le coût moyen de l’opération est estimé à environ 635 000 FCFA pour la destination du Congo et 835 000 FCFA pour le Gabon. En dehors du financement, le candidat à la migration lorsqu’il est déjà marié confie toujours sa femme à sa famille d’une manière ou d’une autre avant de s’engager dans l’expédition migratoire en attendant de revenir chercher la femme ou les femmes et peut être les enfants plus tard si l’occasion le lui permet.

26En ce qui concerne l’insertion du migrant dans le lieu d’accueil, l’analyse de contenu des récits de migration nous permet de distinguer quatre options d’insertion qui dépendent du type de décision, mais aussi du recours ou non à un intermédiaire familial. Ces options d’insertion du migrant vont fortement déterminer l’insertion résidentielle et professionnelle du migrant. La figure 1 traduit les résultats issus de cette analyse de contenu. Cette figure révèle une fois encore la place centrale que le réseau familial occupe dans l’organisation de l’expédition migratoire au-delà même du financement. En effet, la figure montre bien comment l’intervention ou non d’un intermédiaire membre du réseau familial du migrant dans l’organisation pratique du voyage va changer véritablement le cours des choses. Dans la grande majorité des cas où la décision est collective, le fait qu’un intermédiaire intervient pour accompagner et/ou aider le migrant dans ces démarches pratiques permet à ce dernier de garantir une résidence à son arrivée et d’avoir la chance d’être inséré professionnellement dans une équipe de pêche ou « company » appartenant soit à un membre du même réseau familial soit à un autre propriétaire bien connu par l’intermédiaire familial. Si le migrant n’avait pas bénéficié d’un intermédiaire et qu’il arrive à venir dans le pays d’accueil, c’est assurément qu’il est déjà en contact avec un propriétaire de « company » membre de son réseau familial. C’est donc ce dernier qui s’occupera de son insertion résidentielle et professionnelle à la fois.

Figure 1 : typologie des options d’insertion du migrant

Type de décision

Avec ou sans intermédiaire familiale entre un chef de « company » et le migrant

Options d’insertion du migrant

Familiale

Avec

Option intégration d’une company appartenant à un membre de la famille ou non

Sans

Option intégration d’une company appartenant à un membre de la famille

Individuel

Avec

Option intégration d’une company appartenant à un membre de la famille ou non

Sans

Pas migration

Source : construit par substruction à partir des récits de migration collectée, Alladatin 2007.

27Par contre dans les rares cas où la prise de décision est individuelle, le migrant doit obligatoirement bénéficier d’un intermédiaire familial afin de profiter de l’hospitalité résidentielle, mais aussi pour être introduit dans une « company » appartenant à un membre du même réseau familial ou non. Si le migrant ne bénéficie des services d’aucun intermédiaire, le système fonctionne de telle sorte que ce dernier rencontre toute sorte de difficultés d’insertion résidentielle et surtout professionnelle au point où il risque soit de retourner simplement vers le lieu de départ, soit de changer de profession et dans tous les cas de ne pas réussir sa migration de pêche à moins d’engager de sérieuse négociation avec son réseau familial surplace pour trouver un intermédiaire et réintégré le système. Tout fonctionne donc de sorte que le recours à l’intermédiaire familial puisse augmenter la probabilité de réussir l’insertion résidentielle, mais aussi, et surtout l’insertion professionnelle dans le domaine de la pêche. Nous sommes ici en plein dans un modèle de la migration vue comme une institution centré autour du « réseau migratoire ». Les migrants favorisent la transmission des ressources informationnelles et relationnelles à l’intérieur d’une structure à forte cohésion (le ménage ou la famille). Les liens reliant les migrants et les non-migrants ont alors pour fonction principale de minimiser les coûts et les risques de la migration. Les migrants constituent des ressources sociales pour les candidats à l'émigration et les candidats à l’émigration constituent des ressources économique et sociale pour les migrants dans un contexte où chaque candidat à l’émigration est susceptible d’une ascension sociale et économique lui permettant de perpétuer le « rite » et le flux migratoire : les réseaux qu'ils constituent forment un « capital socio-économique » garant du financement et de l’insertion résidentielle et professionnelle pour tout nouveau candidat à l’émigration.

3.2. Insérer et après ! Aporie d’une réciprocité bloquée ?

  • 5 Fait recourt au processus de migration qui prend en compte l’organisation du voyage, le voyage et l (...)
  • 6 C’est justement pour cette raison que les migrants distinguent le financement provenant de cet empl (...)

28Au regard des différents arrangements entre le migrant, son réseau familial, le probable intermédiaire et le futur employeur, une fois sur le lieu d’accueil, tout se passe comme si le migrant à contracter trois types de contrats à la fois, l’un avec son employeur, l’un avec son réseau familial, et le dernier en rapport avec ces aspirations personnelles et le soutien probable de sa ou ses femmes et enfants. La réalité de ces trois formes de « contrat » est très prégnante et sans ambigüité aucune pour la quasi-totalité de personnes interviewées y compris même ceux qui ont opté pour une prise de décision individuelle. À ce stade de son « aventure5 », le migrant commence par faire face à la question du contrat qui le lie avec le propriétaire de « company », à la forme de sa rémunération, au mode de remboursement des aides et préfinancement mobilisés et à l’utilisation des revenus issus de ses labeurs. Le contrat qui lie le propriétaire au pêcheur est verbal et basé essentiellement sur la confiance réciproque, renforcé par les liens ethniques, de parenté, ou de partage du même terroir. Le remboursement des frais engagés par le propriétaire se fait par prélèvement direct et échelonné sur la rémunération du migrant6. La dette du migrant peut être alourdie par d’autres charges auxquelles certains propriétaires de « company » font face pour le compte du migrant pendant la durée du contrat telle que la mise à jour et le renouvellement des papiers, les emprunts divers, les frais d’hébergement, les frais de soins sanitaires, etc.

29En ce qui concerne les aspirations personnelles et le contrat avec le réseau familial, quand le pêcheur émigré commence par gagner un revenu il l’investit à mettre en place ses propres moyens de production (achat de barques, moteurs hors-bord, filets, etc.). Une partie de ces revenus est transférée périodiquement vers le lieu d’origine ou mobilisée pour la subsistance de la famille, l’éducation des enfants, l’achat de parcelles, la construction de bâtiments à but de location ou d’habitation personnel ou familial. À cet effet, la totalité des migrants échantillonnés, une fois insérée dans le domaine de la pêche est parvenue à s’acheter des filets. Mais seulement 5% des migrants ont pu s’acheter une barque, 20% ont pu construire des bâtiments d’habitation en matériaux définitifs. Les entrevues réalisées permettent d’appréhender nombre de difficultés qui empêchent les pêcheurs de satisfaire leurs aspirations personnelles ainsi que les attentes vis-à-vis du « contrat » passé avec le réseau familial. En dépit des avantages apparents dont jouissent les pêcheurs de par la migration, leurs difficultés s’accroissent au fil des années. Il s’agit des conditions de mauvais logements, de mauvaise alimentation, des accidents du travail, des maladies. Un pêcheur, revenu, du Gabon déclare :

Encadré n° 2 : Tiré d’un récit de migration

30Là-bas nous sommes mal logés, parfois mal nourris, mais nous savons que c’est le sacrifice à consentir pour sortir enfin de la pauvreté avec notre famille. Souvent, nos conditions de vie font que beaucoup tombent gravement malades et reviennent au pays pour mourir, beaucoup meurent là-bas et les corps sont rarement ramenés ; le bruit court que c’est le sida qui tue souvent ces compatriotes. C’est peut-être vrai pour certains, mais pour d’autres les maladies sont liées au rythme trop soutenu des activités et aux différents accidents de travail. De toutes les manières, c’est souvent gravement malade ou mort que nos enfants nous reviennent.

Source : Enquête Grand-Popo, 2007

31Un autre raconte

Encadré n° 3: Tiré d’un récit de migration

32Qu’après trois ans de travail il a réclamé ses bénéfices qui devaient s’élever à 32 millions, dont le chef devait retirer les 20 millions qu’il a investis pour sa migration et pour les dépenses de son hébergement, son alimentation, ses papiers et leur mise à jour au Congo durant les trois ans. Malheureusement le chef de « company » après toute défalcation ne lui a remis que 480.000 F CFA. Il ajoute que, à l’un de ses coéquipiers Béninois le chef de company a déclaré après trois ans ne rien lui devoir encore et qu’il devait travailler encore, avant de pouvoir lui rembourser son investissement. Un autre pêcheur fait remarquer que ces situations sont dominantes avec les chefs de company d’autres nationalités, surtout lorsque le migrant n’a pas le moindre sou pour participer à son expédition et qu’une fois à l’étranger il n’a pas les moyens pour mettre à jour ses papiers. Dans ce cas, il a chaque fois recours au chef de « company » pour tous ces besoins, et celui-ci en profite alors pour le rendre totalement dépendant en usant de trahison et de mauvaise foi.

Source : Enquête Grand-Popo, 2007

33Tout ceci se trouve aggravé par les situations de guerres et d’insécurité dans certains pays d’accueils, ce qui fait que les émigrants sont victimes de vols, d’escroqueries, etc. Au pays, loin du migrant, sa femme, ses enfants, ses parents et autres personnes ayant contribué à son départ attendent des mois, des années, parfois même des décennies à attendre un envoi d’argent qui ne viendra peut-être jamais. Pire les forces de l’ordre au lieu de protéger les pêcheurs dans les pays hôte les harcèlent parfois.

Encadré n° 4: Tiré d’un récit de migration

34Un pêcheur béninois raconte qu’un jour, il était sorti sans sa carte de séjour et qu’il a été ce jour-là victime de la bastonnade de sa vie et de rançonnement de la part des forces de l’ordre congolais. Un autre affirme qu’à l’extérieur, il faut se déplacer en prenant soin d’avoir toujours sur soi tous ses papiers à jour. Il ajoute que même avec tous les papiers les forces de l’ordre vous arrêtent parfois et vous vident de tous vos « sous », d’autres vous obligent à leur donner du poisson.

Source : Enquête Grand-Popo, 2007

35Les entrevues permettent de distinguer trois types de bénéfices attendus par le réseau familial du migrant : Contribution au besoin financier de la famille, perpétuation la tradition migratoire, rehaussement du prestige social de la famille, mais aussi le maintien des liens sociaux avec la famille.

36Avec l’avènement du téléphone portable, le maintien des liens sociaux affectifs avec la famille se renforce. Les informations collectées permettent de dire que la plupart des migrants passent périodiquement des appels téléphoniques vers la famille notamment à des périodes sensibles (Fin d’année, Fête Nonvitcha, décès d’un parent, nouveau-né, informations pour un nouveau candidat à la migration, cas de maladie). Ils envoient aussi, mais plus rarement des messages de salutation ou d’information et parfois des cadeaux (tissus, bijoux…) par personne interposés à leurs familles. S’il n’y a aucune ambiguïté sur le fait que chaque migrant renforce la capacité du réseau familial à maintenir, le flux migratoire, les parents de migrants sont de plus en plus déçus par le montant des transferts de fonds. La migration rehausse le prestige social du migrant, mais ce prestige social ne rejaillit sur le réseau familial qu’en cas de succès de la migration (à travers les transferts d’argent et les diverses réalisations). De l’avis des personnes enquêtées, les revenus en situation de migration sont toujours plus consistants qu’en situation de non-migration. Malheureusement, l’analyse montre que la contribution des transferts d’argent vers le lieu d’origine reste faible et de toutes les manières en deçà des attentes de la famille. La moyenne des transferts annuelle varie aussi considérablement en fonction de l’ancienneté du migrant et tourne autour d’une moyenne annuelle de 63 000 FCFA pour les migrants de notre échantillon avec cependant de grandes disparités. Cependant, les flux migratoires continuent toujours avec la même dynamique des réseaux familiaux au point où l’on peut se demander s’il s’agit d’un paradoxe ou d’un déficit d’analyse. On peut penser que la tendance générale est celle d'une érosion progressive des préférences pour les mécanismes de solidarité collective, du fait de la mise en contact avec de nouveaux systèmes de valeurs plus individualistes, mais la logique collective de ces systèmes reste souvent suffisamment prononcée.

  • 7 Marcel Mauss, « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », in S (...)

37Pour mieux comprendre ce paradoxe, l'analyse devrait prendre en compte la complexité des attentes à l’égard du migrant, la ponction directe effectuée par l’employeur (qui sert en partie à financer d’autres migrations à l’intérieur du réseau), mais aussi l’économie des coûts de transaction et enfin le caractère diachronique du processus migratoire. Dans l'économie des coûts de transaction, le ménage, la famille ou toute autre unité sociale de référence sont en réalité assimilée à une firme et c'est précisément sa capacité à internaliser ses coûts de transaction qui lui confère des avantages stratégiques par rapport à d'autres formes d'arrangements (Ben Porath, 1980 ; Pollack, 1985). Dans ce schéma, les échanges entre les membres du réseau familial ne sont pas censés être réciproques et simultanés, comme lors d'une transaction instantanée, mais ils peuvent être étalés dans le temps et partagés entre les composantes du groupe. Le réseau familial intègre cependant des clauses assez strictes dans le cadre du remboursement du préfinancement en provenance de l’employeur et ceci à des fins tout au moins partielles de réinvestissement dans la firme migratoire. Les autres attentes recouvrent en réalité plusieurs étapes du cycle de vie du réseau, voire plusieurs générations. L’analyse devra donc prendre en compte le caractère diachronique de la migration et considéré la réciprocité entre le migrant et le réseau familiale non pas au sens déterministe de Marcel Mauss7, mais comme un contrat implicite. En conséquence, la migration demandera du temps pour devenir rentable eu égard à l'importance des investissements initiaux et des coûts d'opportunité. Il en résultera que les bénéficiaires des transferts migratoires ne seront pas nécessairement ceux qui avaient originellement favorisé la migration. Une autre caractéristique importante est que les termes de l'échange peuvent être soumis à une asymétrie d'information liée à l‘éloignement entre les parties. La migration est une entreprise risquée, non seulement pour le migrant, mais également pour son groupe d'origine qui l'a soutenu dans son projet. Par exemple, seul le migrant connaît son revenu réel et la part exacte de ce qu'il est logiquement capable de transférer à la famille. Dans l'autre sens, le migrant ne peut pas non plus observer l'usage exact qui est fait de l'argent transféré. Car si les migrants tendent à préférer des dépenses d'investissement dans le domaine des infrastructures ou de l'habitat, il ne leur est pas toujours facile d'éviter que l'argent transféré n'aille sur des postes de consommation courante (alimentation, habillement, cérémonies, etc.).

Conclusion

38Dans la théorie, la migration a souvent été appréhendée comme une réponse individuelle ou alors collective, à des phénomènes exogènes. Trop souvent, l'effort de conceptualisation ne parvient pas à intégrer les logiques internes au processus de la migration qui pour la plupart du temps s’inscrit dans des perspectives plus complexes allant au-delà de la simple opposition entre stratégies individuelles et stratégie familiale. Cet article a souhaité mobiliser la riche littérature théorique sur les migrations, mais aussi des données empiriques pour souligner les mécanismes internes au processus migratoire, en s'appuyant sur une perspective systémique.

39De manière très prégnante, la décision de migrer, mais aussi l’organisation du voyage et l’insertion du migrant, même dans le cas où elle apparaît comme individuelle prend ses racines dans une stratégie familiale plus vaste, elle-même guidée par une appartenance communautaire ou villageoise. Le réseau familial organise et structure efficacement le phénomène migratoire en intervenant comme source d’une solidarité affective et économique pour le migrant lors des étapes décisives. Cependant, une fois insérés, les rapports maintenus avec le réseau familial se limitent pour la plupart à une solidarité affective, caractérisée par des contacts téléphoniques ou transferts de message et quelques envois de fonds largement en deçà des attentes. Le migrant est cependant tenu de rembourser la part de financement investie par son employeur tout en constituant une ressource informationnelle et potentielle pour les nouveaux candidats à la migration. Il semble qu’en cernant de manière précise les acteurs impliqués dans l'institution migratoire, en décrivant leurs objectifs et les modes de coopération et de contrôle qui les structurent dans une perspective diachronique (intergénérationnelle) une nouvelle grille de lecture devrait permettre d'enrichir la compréhension de ce qui semble comme un paradoxe de la réciprocité bloquée dans le réseau familial. Il serait enfin sans aucun doute fructueux d'appréhender en diachronique ou en intergénérationnel, l'institution migratoire avec des outils de l’économie des coûts de transaction.

Haut de page

Bibliographie

Bertrand, M. et D. Delaunay (2005). La mobilité résidentielle dans la région du Grand Accra : différenciation individuelle et géographique, Nogent sur Marne, Centre d’Etude en Population et Développement (CEPD).

Castells, M. (1989). The informational city: information technology, economic restructuring and the urban-regional process, Oxford, Basil Blackwell.

Cogneau, D. & G. Tapinos (1997). Migrations internationales, libre-échange et intégration régionale, Document DIAL-ORSTOM.

Favereau, O. (1986). « Evolution récente des modèles de représentation du marché du travail », Problèmes économiques n° 1955, janvier.

Fawcett, J.T. (1989). “Networks, Linkages, and Migration Systems”, International Migration Review, Vol. 23, No. 3, Special Silver Anniversary Issue: International Migration an Assessment for the 90's (Autumn): 671-680.

Greenwood, M.J. (1997). “Internal migration in developped countries”, In M.R. Rosenzweig, and O. Stark (eds.), Handbook of Population and Family Economics: 647-720.

Guilmoto, C.Z. & F. Sandron (2000). « La dynamique interne des réseaux migratoires dans les pays en développement », Population (French Edition), 55e Année, No. 1. (Jan. - Feb.) : 105-135.

Harris, J.R. and M.P. Todaro (1970). “Migration, unemployment and development: a two sector analysis”, American Economic Review, 60: 126-142.

Jayet, H. (1996). “L’analyse économique des migrations – Une synthèse critique”, Revue Economique, 47(2): 193-226.

Kritz, M.M., L.L. Lim et H. Zlotnik (ed.) (1992). International migration systems: a global approach, Oxford (Royaume-Uni), Clarendon Press, 354 p.

Lee, E.S. (1966). “A theory of migration”, Demography, vol.3, n.1: 45-47.

Marie, C.-V. (1997). « A quoi sert l'emploi des étrangers ? », In D. Fassin, A. Morice et C. Quiminal (dir.), Les lois de l'inhospitalité, La Découverte.

Massey, D.S., J. Arango, G. Hugo, A. Kouacouci, A. Pellegrino & J.E. Taylor (1993). “Theories of international migrations, a review and appraisal”, Population and development Review, 19(3).

Mauss, M. (1997). « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », In Sociologie et Anthropologie, Paris, PUF, [1923-1924]: 143-280.

Portes, A. et J. Borocz (1989). « Contemporary immigration: theoretical perspectives on its determinants and modes of incorporation", International Migrations Review, vol XXIII, n° 3.

Piore, M.J. (1979). Birds of passage. Migrant labor in industrial societies, Cambridge University Press.

Stark, O. and D.E. Bloom (1985). “The new Economics of labor migration”, American Economic Review, vol. 75: 173-178.

Abdelmalek, S. (1975). « Elghorba : le mécanisme de reproduction de l'émigration », In Actes de la recherche en sciences sociales, n° 2, mars : 50-60.

Emile, T. (1999). « Comprendre l'immigration. Quelques notes en mémoire d'Abdelmalek Sayad : un sociologue hors du commun », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, N°85-86 : 265-273.

Zlotnik, H. (2003). “Théories sur les migrations internationales”, In Démographie : analyse et synthèse, vol IV Les déterminants de la migration (Caselli G., Vallin J. et Wunsch G. dir.), Ed Ined, Paris : 55-78.

Haut de page

Notes

1 Voir Emile Témime, Comprendre l'immigration. Quelques notes en mémoire d'Abdelmalek Sayad : un sociologue hors du commun. In: Revue du monde musulman et de la Méditerranée, N°85-86, 1999. pp. 265-273

2 Voir Abdelmalek Sayad (1975), « "Elghorba’’: le mécanisme de reproduction de l'émigration", in Actes de la recherche en sciences sociales, n° 2, mars, 50-60.

3 Propriétaire de bateau et chef d’une équipe de pêche.

4 Le préfinancement dont il est ici question est celui déboursé par celui qui va accueillir le migrant en l’occurrence son futur patron ; ce dernier peut bien être membre du même réseau familial que le migrant, mais les clauses ce financement, sont bien strictes ce qui fait que les interviewés ne l’assimilent jamais à un financement familial. Selon les personnes interviewées, ce type de financement est d’autant plus strict lorsqu’un intermédiaire intervient dans le processus.

5 Fait recourt au processus de migration qui prend en compte l’organisation du voyage, le voyage et l’insertion du migrant dans le marché du travail sur le lieu d’accueil ; ce processus réserve au migrant beaucoup d’incertitudes.

6 C’est justement pour cette raison que les migrants distinguent le financement provenant de cet employeur de celui provenant du réseau familial même si cet employeur est lui-même membre du réseau familial.

7 Marcel Mauss, « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », in Sociologie et Anthropologie, Paris, PUF, 1997 [1923-1924]: 143-280.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Judicaël Alladatin, « Les réseaux familiaux « Hloua » de la côte béninoise dans les migrations de pêche en Afrique de l’Ouest et du Centre : entre continuité et rupture », Études caribéennes [En ligne], 21 | Avril 2012, mis en ligne le 15 avril 2012, consulté le 22 avril 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/5785 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.5785

Haut de page

Auteur

Judicaël Alladatin

Doctorant à la Faculté des Sciences Sociales, Université Laval, Ingénieur Agroéconomiste, judicael.alladatin.1@ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org