Navigation – Plan du site
Mondialisation : différents visages, différentes perspectives

Une mondialisation culturelle et linguistique ? Le cas des organismes de promotion culturelle et linguistique

Cultural and Linguistic Globalization? The Case Study of Cultural and Linguistic Organizations
Cultural y lingüística globalización? El estudio de caso de las organizaciones culturales y lingüísticas
Munoz Ludivynn

Résumés

La mondialisation favorise le développement d’organisations supranationales, qui fédèrent de nombreux États, il s’agit principalement d’organisations économiques, comme l’Union Européenne, mais elle voit également l’avènement d’organisations d’un nouveau type : les organismes de promotion culturelle et linguistique. L’un des premiers fut le Commonwealth of Nations britannique développé au début du XXe siècle, mais depuis d’autres organismes se sont créés et ils connaissent un succès croissant au vu du nombre de pays qui adhèrent ou souhaitent adhérer. L’un des buts majeurs de ces organismes est la promotion d’une langue et d’une culture ainsi que la promotion de la diversité culturelle. Le champ de questionnement concerne la géopolitique, qui caractérise le rapport de force existant entre les langues et les organismes de promotion à l’échelle mondiale. La méthodologie mobilisée se base sur une étude des différents organismes de promotion culturelle et linguistique ainsi qu’une comparaison pour tenter de comprendre les stratégies développées par ces organismes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Il faut bien sûr ne pas omettre des organismes étatiques nationaux de promotion culturelle et lingu (...)

1Face à la mondialisation qui se traduit par un phénomène d'uniformisation de la planète, et en particulier par une « étatsunisation » (modes de consommation, cinéma, télévision, langue, par exemple), on constate depuis quelque temps un regain d'intérêt pour les organismes de promotion culturelle et linguistique comme l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) ou la Communauté des Pays de Langues Portugaises (CPLP). Pour qualifier ces organisations Michel Guillou (2005) parle « d’unions géoculturelles ». Ces organismes prônent la diversité culturelle, mais défendent pour la plupart une langue commune1. La mondialisation, engendrant uniformisation et standardisation, effraye et de nombreuses personnes tentent de se protéger de ce phénomène qu'ils jugent négatif et inquiétant. Certaines se « réfugient » alors derrière leur appartenance culturelle, religieuse voire linguistique pour faire rempart à la mondialisation.

2Le nombre de pays membres de ces organismes de promotion culturelle et linguistique est en augmentation notable. Leur but est de promouvoir la diversité culturelle, la solidarité et la paix entre les peuples, entre autres. Dans leurs actions, elles favorisent des secteurs négligés dans la plupart des grandes organisations supranationales, qui sont souvent des organisations principalement économiques (comme l'Union européenne [UE], le Mercado Común del Sur [MERCOSUR]...)

  • 2 Ils sont présentés en bibliographie, mais l'article s'appuie aussi sur des données internes (de cer (...)

3D'un point de vue épistémologique, notre champ de questionnement relève de la géopolitique, qui caractérise les rapports de force, pour notre cas, entre les langues et les cultures sur un territoire (Giblin, 2007 : 3-8), puisque ces organismes peuvent être amenés à se disputer des territoires, mais aussi parce que « les langues constituent d'importants enjeux géopolitiques » (Lacoste, 2003 : 230). En effet, « si les langues sont bien des marqueurs culturels, elles sont aussi des marqueurs géopolitiques quand les territoires sur lesquels elles sont parlées deviennent des enjeux de pouvoirs » (Giblin, 2010 : 208). L’étude du rôle et de la puissance des langues est alors convoquée (Hagège, 2008). Concernant le recueil des données, notre recherche s'appuie sur des ouvrages spécialisés2. Notre méthodologie se base sur une étude comparée des différents organismes de promotion culturelle et linguistique, nouveaux acteurs de la mondialisation (date de création, nombre de pays membres, instances, actions politiques développées) et de leurs moyens d’action.

4Notre propos qui se veut une esquisse d’analyse se déploie selon trois mouvements. Dans un premier mouvement, nous présentons les différents organismes de promotions culturelle et linguistique existants, notamment à travers l'utilisation de la cartographie. Dans un deuxième mouvement, nous nous centrons sur une des organisations de promotion culturelle et linguistique parmi les plus dynamiques, l'Organisation Internationale de la Francophonie. Dans un troisième mouvement, nous tentons de cerner les intérêts des pays, qui sont de plus en plus nombreux à adhérer à ce type d'organisation ainsi que les stratégies de ces organismes.

1. Les différentes organisations de promotion culturelle et linguistique dans le monde

5Les organisations supranationales de promotion culturelle et linguistique se développent ; les plus emblématiques restent celles des deux langues officielles et de travail à l’ONU : le Commonwealth of Nations pour l’anglais et l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) pour le français, mais il en existe d’autres comme la Communauté des Pays de Langue Portugaise (CPLP) que nous allons présenter dans cette première partie.

1.1. Le Commonwealth of Nations britannique

  • 3 Joseph Nye a conceptualisé le soft Power (« pouvoir doux ») dans son ouvrage Soft Power, the means (...)

6Le Commonwealth of Nations est l’organisme emblématique émetteur du soft power3 britannique. Yves Lacoste précise que c’est « un vaste ensemble (premier ordre de grandeur) qui regroupe presque toutes les anciennes colonies britanniques (…) l’Union indienne en formant la majeure partie » (2003 : 91-92).

7En 1884, année de la création du Commonwealth of Nations, le Royaume-Uni possédait encore la plupart de ses colonies, notamment africaines et asiatiques. Cependant, il paraissait déjà important pour cette puissance, de garder le contact avec ses anciennes colonies ou protectorats déjà indépendants comme l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Canada. Yves Lacoste précise à son sujet que : « dans les faits, le Commonwealth n’est devenu qu’un instrument secondaire de l’influence britannique dans le monde, son véritable ciment est constitué par une langue commune l’anglais et par le système juridique, la Common Law » (2009 : 124). Au contraire de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), le Commonwealth ne possède pas d’organismes de représentations dans certains états membres, grâce à des opérateurs directs comme l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF)… La plus emblématique des manifestations du Commonwealth reste les jeux du Commonwealth.

8Cette association de pays est dirigée par le souverain britannique (reine d’Angleterre Élisabeth II). En 1926, le Commonwealth, devenu une association, visait à remplacer l’Empire britannique. Ces origines remontent aux conférences impériales qui se tenaient périodiquement depuis 1887, conférences qui regroupaient les premiers ministres britanniques et coloniaux. Il s’agissait d’une association de pays « libres et égaux » dont l’adhésion reposait sur une allégeance commune à la couronne britannique. Actuellement, les pays souhaitant adhérer au Commonwealth ne sont plus tenus de faire allégeance à la couronne britannique (raison pour laquelle le Cameroun a enfin adhéré au Commonwealth en 1995). Les anciennes colonies et les anciens protectorats britanniques n’appartiennent pas tous au Commonwealth comme les États-Unis d’Amérique, le Yémen, la Birmanie, les Bermudes, l’Irak. L’Irlande était membre du Commonwealth de 1931 jusqu’en 1949, date à laquelle la république fut instaurée. L’Afrique du Sud fut suspendue durant la période l’Apartheid. Tout comme l’OIF, cet organisme possède plus d’une cinquantaine de membres au début des années 2000. Les adhésions furent surtout importantes dans les années 1960-1970, lors de la décolonisation et des indépendances.

  • 4 Les observateurs n’ont pas le droit de vote contrairement aux membres.

9Au contraire de l’OIF qui compte 11 membres européens (dont la Suisse, pays neutre, et la Belgique en plus de la France ainsi que 11 pays observateurs4), le Commonwealth of Nations compte très peu de membres en Europe, dont : le Royaume-Uni, Chypre et Malte. Ceci peut s’expliquer notamment par l’ancienne importance de la langue française en Europe au cours des siècles derniers. En effet, le français jouait le rôle de langue diplomatique en Europe et dans le monde, avant que l’anglais ne vienne le substituer, grâce à l’émergence sur la scène internationale des États-Unis d’Amérique à partir de la Première Guerre mondiale. Le français fut également la langue de certaines cours européennes, notamment la cour russe, mais pas seulement, puisque nombre d’aristocrates russes parlaient également le français chez eux, notamment pour éviter de se faire comprendre de leurs domestiques. De plus, le français a toujours été pratiqué par les classes aisées et possède dans le monde une image prestigieuse (présente encore aujourd’hui…). Cette non-présence du Commonwealth en Europe illustre également le fort sentiment d’insularité britannique ; le Royaume-Uni a longtemps tourné le dos à l’Europe : son adhésion à la CEE remonte à 1976. De par son histoire et grâce à sa puissance maritime, le Royaume-Uni a principalement préféré se tourner vers le monde et les États-Unis d’Amérique plutôt que vers l’Europe continentale ; en attestant la politique du « Grand large » vers l’Atlantique et les États-Unis d’Amérique décidée par Winston Churchill, la création de l’Association Européenne de Libre-échange (AELE) en 1959 pour concurrencer la CEE. Ce rapprochement avec des États extracontinentaux se réalise principalement avec des États anglophones, ce qui donne à penser que le partage d’une langue commune reste important pour le Royaume-Uni dans ses rapports extérieurs. Comme le souligne d’ailleurs Yves Lacoste, « au-delà des événements historiques, la communauté de langue explique l’importance des liens entre les États-Unis et le Royaume-Uni » (2009 : 125), et il serait possible d’utiliser les mêmes propos par rapport à l’Australie par exemple. Toujours selon cet auteur, « le Commonwealth est devenu une association pluriethnique et pluriculturelle d'États où la langue anglaise a un statut officiel qui conserve des liens symboliques avec la Couronne britannique » (2003 : 92).

10L’Association of Commonwealth Universities, en tant que plus ancien réseau interuniversitaire fondé en 1913, représente plus de 480 universités des pays du Commonwealth.

11En 1912, c’est à l’initiative de l’Université de Londres et des représentants de 53 universités réunis à Londres pour un congrès des universités de l’Empire que l’idée du Bureau des universités de l’Empire britannique naît. En 1913, ce bureau est ouvert à Londres. En 1948, il change de nom pour devenir l’Association des universités du Commonwealth britannique muée en ACU en 1963.

12Le but de cette association est d’encourager la coopération et le partenariat entre les établissements d'enseignement supérieur du Commonwealth. L’ACU organise des conférences, des réunions et des congrès pour favoriser la communication et l’échange entre les universités membres. Elle gère un régime de bourses prestigieuses (bourse du Commonwealth et bourse Marshall) et produit des publications accessibles gratuitement aux membres. Elle propose des réseaux professionnels pour encourager les échanges, ainsi que des services du même ordre que l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), mais en moins dynamique puisque ses membres sont moins nombreux à l’image de ses programmes. Les pays membres sont la plupart de temps issus du Commonwealth, ce qui empêche par exemple l’association d’être présente au Moyen-Orient. De plus, elle n’est pas implantée régionalement. Elle n’est présente ni en Égypte ni en Irak, alors même que ces territoires étaient sous mandat britannique. Pourquoi n’arrive-t-elle pas à attirer des membres au Moyen-Orient, comme elle parvient à le faire en Afrique avec ses anciennes colonies ? Les ressentiments envers les mandats britanniques dans ces territoires sont-ils trop forts ?

1.2. L’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF)

13Le terme de francophonie voit le jour à la fin du XIXe siècle, c’est Onésime Reclus, géographe, qui fut le premier à utiliser ce terme dans son ouvrage France, Algérie et colonies en 1880. À cette époque, d’autres termes concurrents ont tenté de définir cette communauté linguistique comme francité, francitude, communauté francophone ou encore Commonwealth francophone, mais le terme francitude est alors préféré.

14Onésime Reclus définit les francophones comme : « tous ceux qui sont ou semblent être destinés à rester ou à devenir participants de notre langue ». Sensible aux idéaux de liberté et de fraternité héritière de la révolution française, il perçoit également la francophonie comme un « symbole de la solidarité, du partage et de la coopération entre les peuples » (Le Marchand, 2006 : 6). Selon lui, les francophones seraient probablement 47 millions au 31 décembre 1880. Cette phrase souligne qu’Onésime Reclus est conscient que la langue française peut se développer grâce aux conquêtes coloniales notamment par le biais de l’éducation et de l’école.

15Néanmoins, ce terme ne connait pas un grand succès et réapparaît quelque peu dans les dictionnaires au cours des années 1930, avant de ressurgir en 1962 grâce à Léopold Sedar Senghor. Dans le numéro 311 de la revue Esprit intitulé « Le français dans le monde », il fonde un concept moderne : « La francophonie, c’est cet humanisme intégral qui tisse autour de la terre, cette symbiose des énergies dormantes de tous les continents, de toutes les races qui se réveillent à leur chaleur complémentaire » ; notons que d’autres voix, telles celles de Kateb Yacine, Georges Gougenheim, Jean Lacouture, Norodom Sihanouk ont également participé à ce numéro.

16La carte ci-dessous (figure 1) représente les pays membres de l’OIF. Comme le précise Yves Lacoste, « cet ensemble spatial de 1er ordre de grandeur est formé par les pays où le français est parlé à titre de langue officielle, soit par la très grande majorité de la population, soit par une minorité » (2003 : 173) ; cependant des pays n’ayant pas le français comme langue officielle et qui n’ont pas eu au cours de leur histoire des relations privilégiées avec la France comme en Europe de l’Est ou encore la Thaïlande ou le Mozambique, y participent.

Figure 1. L’Organisation Internationale de la Francophonie

Figure 1. L’Organisation Internationale de la Francophonie

Source : Munoz, L. (2010).

1.3 La Communauté des Pays de Langue Portugaise (Comunidade dos Paises de Lingua Portuguesa, CPLP)

17Yves Lacoste précise que le terme lusophone vient de Lusitania, nom donné par les Romains au territoire correspondant à l’actuel Portugal. Selon lui, « l’expression de monde lusophone est employée depuis la fin du XXe siècle pour désigner un ensemble de premier ordre de grandeur comprenant les pays où le portugais est langue officielle Cap-Vert, Guinée-Bissau, Sao Tomé, Angola et Mozambique au total, 250 millions de locuteurs » (2003 : 238).

18La Communauté des Pays de Langue Portugaise (CPLP) est l’organisation internationale qui regroupe les pays lusophones (de langue portugaise). Elle fut créée le 17 juillet 1996 par sept pays : Angola, Brésil, Cap-Vert, Guinée Buissau, Mozambique, Portugal, Sao Tome et Principe. En 2002, le Timor-Oriental rejoignit l’organisation après avoir obtenu son indépendance.

19La carte suivante (figure 2) présente les pays membres et les pays observateurs de cette organisation ainsi que les pays, gouvernements ou villes candidat(e)s.

Figure 2. La Communauté des Pays de Langue Portugaise

Figure 2. La Communauté des Pays de Langue Portugaise

Source : Munoz, L (2010).

20D’autres pays souhaitent y adhérer, au regard de leur une forte communauté portugaise, comme le Venezuela (avec 400 000 personnes) ou encore par proximité géographique, comme la Galice en Espagne ou le Maroc. La Croatie, la Roumanie et l'Ukraine souhaitent être intégrées en tant que membres associés, car ils possèdent de nombreux ressortissants des pays lusophones présents sur leurs territoires. La question de cette adhésion sera décidée en 2012.

21Cette organisation, au siège situé à Lisbonne, est présidée par le secrétaire exécutif, dont le mandat de deux ans est renouvelable. La CPLP, qui comprend actuellement une population de 240 millions d’habitants, joue un rôle politique important, en ce qu’elle a, par exemple, déjà évité des coups d'État. En outre, elle propose des réformes économiques et démocratiques à certains pays africains membres.

1.4. L’Organisation des États Ibéro-américains pour l’éducation, les sciences et la culture (Organizacion de Estados Iberoamericanos para la Educacion, la Ciencia y la Cultura, OEI)

22Yves Lacoste précise que le mot hispanique vient du nom Hispania que donnaient les Romains à la péninsule ibérique. Selon lui, le monde hispanique est « formé par les pays où l’on parle espagnol », constituant un « ensemble de première grandeur, qui comprend l’Espagne et surtout 23 États d’Amérique latine, qui résulte de la dislocation au tout début du XIXe siècle de l’empire colonial espagnol fondé au XVIe siècle. Les Philippines en faisaient partie, mais depuis leur annexion par les États-Unis (1898) on n’y parle plus guère l’espagnol et la langue officielle est l’anglais » (2003 : 205). Il estime le nombre de locuteurs d’espagnol à 550 millions dont 500 millions sont situés en Amérique.

23Il n’existe pas d’organisation de pays hispanophones, cependant il est possible de citer l'Organisation des États Ibéro-américains qui fut créée en 1949 ; à l'origine elle se nommait Office d'Éducation Ibéro-américaine, Oficina de Educación Iberoamericana. Depuis le 15 mars 1957, elle constitue une organisation internationale intergouvernementale engageant la coopération des pays ibéro-américains dans le champ de l'éducation, des sciences, de la technologie et de la culture.

24Elle promeut la démocratie, le développement intégral ainsi que l'intégration régionale.

25Elle possède trois organes :

  • l'assemblée générale qui établit les politiques générales de l'organisation ;

  • le conseil directif, organe délégué de l'assemblée générale ;

  • le secrétariat général, organe permanent pour la direction exécutive, administrative et technique.

26Cependant, il est à noter que cette organisation ne regroupe pas uniquement des pays hispaniques, puisque le Brésil (pays lusophone) en est également membre comme il est possible de le voir sur la carte (figure 3).

Figure 3. L’Organisation des États Ibéro-américains

Figure 3. L’Organisation des États Ibéro-américains

Source : Munoz, L (2010).

27Le siège central de l'organisation se trouve à Madrid, mais elle possède des offices régionaux dans les différents pays membres (Argentine, Brésil, Colombie, Salvador, Espagne, Mexique et Pérou), ainsi que des offices techniques au Chili, Honduras, Nicaragua, Paraguay.

28Cette organisation forme avec la CPLP, l'OIF et l'Union Latine, la communauté « Trois espaces linguistiques » (3EL), fondant une coopération entre les espaces francophones, lusophones et hispanophones, initiée le 20 mars 2001.

1.5. L’Union de la langue néerlandaise

29Il existe également l’Union de la langue néerlandaise (Nederlandse Taalunie). À l’origine, cette organisation fondée le 9 septembre 1980 à Bruxelles, par la Belgique et les Pays-Bas, avait pour but la coopération entre les deux pays, dans les domaines de la langue et de la littérature néerlandaise. En 2005, le Surinam est devenu membre de cette union linguistique. Aujourd’hui, les trois membres officiels de cette organisation sont donc : les Pays-Bas, la Flandre et le Surinam. L’organisation ne possède pas comme l’OIF ou la CPLP d'États observateurs ; elle tente en conséquence d’entretenir des relations privilégiées avec des pays où le néerlandais est, ou fut, une langue importante, comme l’Indonésie, l’Afrique du Sud ou la Namibie, où la langue afrikaans est très répandue. Cette union décerne un prix des lettres néerlandaises et gère l’orthographe de cette langue. Selon Roland Breton, « le néerlandais (…) est resté en usage dans deux territoires antillais, Aruba et les Antillais néerlandais ». Selon lui, « l’union de la langue néerlandaise représentant 22 millions de personnes. Plus, en République sud-africaine, les 7 millions de locuteurs de l’afrikaans, très proche du hollandais, que sont les Afrikaners blancs et les Métis, présents aussi en Namibie. Soit environ 30 millions de personnes dans 7 pays distincts » (2009 : 152-157).

30La Ligue arabe quand à elle est une organisation d'États indépendants constituée en 1945 par l'Égypte, la Syrie, l’Irak, la Transjordanie, le Liban, l’Arabie Saoudite, le Yémen en vue de promouvoir leur coopération. Entre 1953 et 1993, quatorze États et l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) y ont adhéré. L’Égypte, suspendue en 1979, a réintégré l’organisation en 1989. Au contraire des organisations citées, il est difficile de classer cette ligue comme un organisme de promotion culturelle et linguistique. La présence d’émissaires de la Ligue Arabe en Syrie, montre que le rôle de cette ligue reste éminemment politique et non pas avant tout culturelle comme les autres organismes de promotion culturelle et linguistique, qui pourtant se « politisent » de plus en plus. Même si la langue arabe commune est centrale pour cette ligue, elle ne constitue pas l’objectif majeur de cette organisation.

2. L’OIF, une des organisations les plus dynamiques

31La présente partie vise à présenter plus amplement un des organismes de promotion culturelle et linguistique plus dynamiques : l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), qui bénéficie du statut d’observateur à l’Organisation des Nations Unies (ONU) ainsi qu’un bureau permanent à New York. Selon Claude Hagège, l’OIF est « une entreprise capitale pour promouvoir le français et ne pas laisser l’anglais, sa culture, et les produits des pays anglophones, envahir le monde sans aucune autre possibilité de choix » (2011 : 26).

2.1. Les origines de la Francophonie

32Dans un ouvrage sous la direction de Papa Alioune Ndao, intitulé « La francophonie des Pères fondateurs » (2008), les auteurs présentent Habib Bourguiba, Hamani Diori et Léopold Sedar Senghor comme les fondateurs de la francophonie. Bernard Cerquiglini (recteur de l’Agence Universitaire de la Francophonie précise que « pour Habib Bourguiba ou Léopold Sédar Senghor, le français était même leur arme de résistance et de lutte contre l’autorité coloniale » (2008 : 6). En effet, « ils concevaient le français davantage comme une langue de pensée, de culture, d’émancipation et de modernisation de leurs pays que comme une simple langue de travail » (2008 : 6). Les auteurs évoquent les acteurs directs de la francophonie en tant que pères fondateurs. En les citant, on perçoit la francophonie comme une demande essentiellement africaine puisqu'il s'agit avant tout d'hommes politiques africains, même si Norodom Sihanouk, roi cambodgien, en appelle en 1962 à l’organisation des « parlants français ». La Francophonie est donc une organisation qui émane des pays du Sud. Mais pourquoi ces hommes politiques fervents défenseurs et acteurs de l’indépendance de leurs pays respectifs voulaient-ils tant créer une organisation politique regroupant les pays avec la langue française en partage ?

33Léopold Sédar Senghor (1906-2001) fait renaitre la Francophonie, dont il est le fondateur dans cette communauté francophone. Député du Sénégal en 1945 à l’Assemblée Nationale, puis secrétaire d'État, entre 1955 et 1956, et ministre conseiller en 1959, avant l’indépendance du pays, en tant que premier président du Sénégal de 1960 à 1980, il joue un rôle actif dans la politique française. Grand écrivain, à la suite d’études littéraires à Paris, au lycée Louis le Grand et à la Sorbonne, il est le premier Africain agrégé de l’université de Paris en 1935. Ami de Georges Pompidou, il se fera le porte-parole de la négritude avec Aimé Césaire.

34Le point étonnant de cet ouvrage, intitulé La francophonie des Pères fondateurs, est que les auteurs ont choisi d’ajouter Charles De Gaulle, auprès des fondateurs de la francophonie, en expliquant son rôle ambigu. En effet, le général n’a jamais réellement promu la création d’un organisme des pays ayant le français en partage. Il était conscient de l’importance de maintenir des liens avec les anciennes colonies et protectorats, mais il préférait privilégier les relations bilatérales par rapport aux relations multilatérales (la signature de nombreux traités d’assistance et de coopération avec les anciennes colonies africaines notamment dans le domaine militaire). Toutefois, sans promouvoir haut et fort la Francophonie, Charles De Gaulle essaye toujours de maintenir une certaine « spécificité française » sur le plan international. À ce titre, il est possible d’évoquer plusieurs événements : la reconnaissance de la Chine communiste en 1964 ; l’indépendance nucléaire du pays (liée aux essais nucléaires réalisés dans le Sahara algérien peu de temps avant l’indépendance) et avec les missiles français du plateau d’Albion développés durant les années 1960 ; le retrait du commandement militaire intégré de l’OTAN ; ou encore son fameux « Vive le Québec libre ! », prononcé à l’hôtel de ville de Montréal lors de sa visite officielle au Canada, le 24 juillet 1967 (Tillinac, 2010 : 95).

2.2. L’organisation de l’OIF

35Le schéma (figure 4) qui suit présente l’organisation de l’OIF, il montre que l’OIF possède des opérateurs directs qui se spécialisent dans divers domaines : l’éducation et plus précisément dans l’enseignement supérieur pour l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) et l’Université Senghor, l’audiovisuel pour TV5 Monde, ou encore la gouvernance locale pour l’Association Internationale des Maires et responsables des capitales et métropoles partiellement ou entièrement francophones (AIMF). De plus, des conférences ministérielles sont organisées annuellement, ainsi qu’une conférence des chefs de gouvernement ayant le français en partage, qui se réunit en biennale lors du sommet de la francophonie (lors du dernier en date tenu à l’automne 2010 à Montreux en Suisse, l’OIF a signé ses premiers pactes linguistiques).

Figure 4. Organigramme de l’Organisation Internationale de la Francophonie

Figure 4. Organigramme de l’Organisation Internationale de la Francophonie

Source : Poissonnier, A. et Sournia, G (2006).

36Si à l’origine l’OIF était une organisation qui centrait essentiellement ses actions sur la langue française et la diversité culturelle et linguistique, nous pouvons noté, comme nous l’avions déjà laissé entendre, qu’actuellement ses actions se diversifient et touchent de nouveaux domaines, davantage politiques : la paix, la démocratie et les droits de l’homme ; l’éducation et la formation ; le développement durable et la solidarité ; la jeunesse ; la culture numérique ; l’égalité femmes/hommes et la société civile.

Figure 5. Géopolitique de l’Organisation Internationale de la Francophonie dans le monde

Figure 5. Géopolitique de l’Organisation Internationale de la Francophonie dans le monde

Source : Munoz, L (2011).

37La carte ci-dessus (figure 5) présente les différentes institutions francophones et leurs sièges. La France et le Québec, territoires où le français est langue maternelle, abritent la majeure partie des institutions francophones et deux pays du Sud, notamment deux pays africains, où l’enjeu de l’avenir du français se joue de manière plus accrue : le Sénégal, pays de Léopold Sédar Senghor, le fondateur de la Francophonie institutionnelle et l'Égypte, pays de Boutros Boutros-Ghali, qui fut le premier secrétaire général de l’OIF.

  • 5 Livret d’information officielle de l’Agence Universitaire de la Francophonie (5ème édition, 2008).

38Les organisations de promotion culturelle et linguistique proposent quelquefois le même type d’opérateurs. Par exemple, l’OIF et le Commonwealth disposent d’un organisme rassemblant des universités : l’Agence Universitaire de la Francophonie pour l’OIF et l’Association of Commonwealth Universities (ACU) pour le Commonwealth. L’AUF « a pour missions de contribuer à la solidarité entre les établissements universitaires francophones et au développement d'un espace scientifique en français dans le respect de la diversité des cultures et des langues ». Ses actions prioritaires concernent : « le développement de ses établissements membres ; le renforcement de la présence de la communauté scientifique francophone sur la scène internationale ; la formation d'enseignants, de chercheurs, d'experts et de professionnels acteurs du développement »5.

39L’AUF associe plus de 750 universités dans le monde (dans 94 pays) quand l’Association of Commonwealth Universities (ACU) en regroupe plus de 450. L’AUF apparaît plus dynamique que l’ACU, non seulement en raison de son plus grand nombre de membres, mais également en ce qu’elle dispose d’un réseau de représentations locales plus denses dans les régions francophones du monde. Ce dernier se compose de neuf bureaux régionaux, de cinq antennes nationales et d’une délégation, ce qui lui permet d’être présent sur les cinq continents. Grâce à sa politique de déconcentration, l’AUF adapte ses programmes aux différents acteurs rencontrés, pour développer un partenariat étroit avec les universités membres ; ce qui encourage la coopération régionale et favorise le développement de réseaux universitaires.

3. Quelles stratégies pour et autour de ces organismes ?

3.1. Une domination de l'anglais

40Les organismes de promotion culturelle et linguistique sont de plus en plus nombreux. Cependant, leur développement est-il facilité par la mondialisation ? Pour répondre à cette question, il apparait nécessaire de définir plus amplement le terme de mondialisation.

41Il n’est pourtant pas aisé de définir ce concept de mondialisation, même si la science géographique se penche de plus en plus sur son étude.

42Selon Gildas Simon (2008 : 1) cette notion semble « aussi polymorphe que polysémique » ; il la définit « comme l’interconnexion croissante des individus, des systèmes économiques, culturels et sociaux et des différents espaces et territoires à l’échelle de la planète ». Cette interconnexion des systèmes culturels serait à l’origine de cultures mondiales, dont certaines seraient portées par des organismes de promotion culturelle et linguistique.

43Yves Lacoste, dans son Dictionnaire de géographie : de la géopolitique aux paysages, propose une autre définition basée sur l’économie. Selon lui, « c’est l’ensemble des processus relationnels qui se développent au plan mondial par l’expansion du système capitalisme, depuis les dernières décennies du XXe siècle (…) La mondialisation se traduit surtout par l’instantanéité des transferts massifs de capitaux d’une place bancaire à l’autre en fonction des perspectives de profit à court terme, grâce aux techniques de l’informatique, des liaisons par satellites et du réseau Internet » (2003 : 253). Il précise que « certains parlent de globalisation comme forme encore plus poussée de la mondialisation ». Il est vrai que parfois ces deux termes sont confondus, même si le terme de globalisation reste plutôt utilisé dans les pays anglo-saxons. Dans sa définition, il fait également apparaitre un autre terme, celui de « glocalisation » qui serait née au Japon : « des décisions d’envergure planétaire prises dans telle ou telle place financière peuvent désormais se répercuter par les réseaux dans de multiples situations locales – ce que certains dénomment glocalisation – où les hommes et les femmes ne sont pas des acteurs de la mondialisation, mais seulement ses objets » (2003 : 253). D’après lui la glocalisation « désigne l’articulation croissante du local et du mondial, des situations économiques locales avec l’économie mondiale » (2003 : 196).

44Yves Lacoste évoque aussi dans sa définition, « la prépondérance des réseaux anglo-saxons comme de l’anglophonie sur le marché mondial » (2003 : 253). La mondialisation, qui permet une circulation plus aisée des biens et des personnes, touche dès lors aussi la culture. Est-il pourtant possible de parler d’hégémonisme culturel à l’heure où toutes les cultures semblent pouvoir s’ouvrir sur le monde ? Néanmoins, en même temps que l’émergence de cultures nationales sur la scène internationale, la mondialisation permet de maintenir la place de l’anglais comme première langue mondiale. En effet, les personnes l’utilisent comme lingua franca pour communiquer entre eux, en ce qu’elle touche désormais tous les domaines d’activités humaines (scientifiques, publicitaires…). Par exemple, la langue anglaise est la plus utilisée sur la toile et représente 68,4 % des pages, suivie loin derrière par le japonais (5,9 % des pages web), de l’allemand (5,8 %), du chinois (3,9 %), du français (3 %), de l’espagnol (2,4 %), du portugais (1,4 %), du russe (1,9 %) et de l’arabe (0,04 %) (Breton, 2009). À noter que 90 % des langues ne sont pas présentes sur Internet.

45Un certain nombre de chercheurs pensent que la mondialisation actuelle entraine la suprématie de la langue anglaise dans le monde. Henriette Waler précise qu’« au-delà de la mondialisation se profile un peu partout le spectre d’une uniformisation appauvrissante. (…) Dans les échanges internationaux, une seule et même langue, l’anglais tend à éclipser toutes les autres. (…) L’usage de l’anglais est devenu une contrainte presque indiscutable dans les instances internationales ou dans la communication des sciences et de la technologie » (2011 : 76-77). Claude Hagège (2011 : 26) pense que « la mondialisation est la diffusion, “à l’échelle de l’univers”, des produits américains » et qu’elle « menace très gravement les productions de qualité d’autres pays. (…) En effet, les Américains estiment qu’aucun produit n’est à exclure de la libre circulation. Par conséquent, ils sont fortement hostiles à la notion d’exception culturelle, défendue pied à pied par la France, et désormais suivie par certains pays européens qui mesurent la gravité de l’enjeu. (…) Le bénéficiaire le plus évident et le plus fortement avantagé par cette situation est l’anglais, qui devient la langue des échanges ». Ces organismes de promotion culturelle et linguistique (comme l’OIF ou la CPLP) jouent donc un rôle de préservation de la diversité culturelle et linguistique face à « l’anglophonisation » du monde, car « on constate aujourd’hui que les langues et les cultures qui relèvent les défis de la mondialisation ne sont pas très nombreuses » (Hagège, 2011 : 26).

46Dans leur dictionnaire, les géographes Jacques Lévy et Michel Lussault pointent l’historicité du phénomène de la mondialisation. Selon eux, la mondialisation concerne « l’émergence du monde comme espace, processus par lequel l’étendue planétaire devient un espace » (2003 : 637). « Le processus actuel commencé après 1945 ou après 1970 » constitue une « phase d’un processus engagé depuis longtemps ». Ils proposent 6 moments : « la diffusion de l’homo sapiens sur l’ensemble de la planète, la connexion entre les différentes sociétés de la planète (avec les grandes découvertes de la fin du XVe siècle), l’inclusion forcée par la constitution d’empires d’échelle mondiale, la constitution d’un espace mondial des échanges (1870-1914) puis le repli national avec la crise de 1929, la mondialisation refusée (1914-1945) qui marque un coup d’arrêt dans le processus d’ouverture et enfin l’accélération, la globalisation l’irréversibilité après 1945 » (2003 : 637-639). Ils mettent en avant « quatre enjeux spatiaux de la mondialisation contemporaine : l’émergence du nouveau, la résistance de l’ancien (changement d’échelle) ; l’excès d’économie, le déficit du politique, les problèmes de relation entre les métriques de l’espace mondial ; les espaces menacés, la nouvelle force des lieux, car la mondialisation redessine la carte des lieux, et l’union des marchés réorganise les frontières ; le monde et les mondes » (2003 : 639-641). En effet, même si la mondialisation contribue à la mise en place d’« un espace monde », elle permet également de montrer au monde, les diversités présentes (d’où le recours à l’expression « le monde et les mondes ») étant donné que face à cette nouvelle mondialisation des résistances s’érigent. Le succès croissant de ces organismes de promotion culturelle et linguistique ne peut-il pas être perçu comme « une résistance de l’ancien monde » face à ce « nouveau monde » ?

3.2 Une mondialisation culturelle grâce aux organismes de promotion culturelle et linguistique ?

47Il apparaît difficile de répondre à cette question puisque peu d’études portent sur ce type d’organisations. Beaucoup de ces organisations rassemblent des pays qui ont appartenu aux grands empires des siècles derniers (l’Empire britannique, l’Empire français, l’Empire portugais), et les différents pays qui appartiennent à ces organisations souhaitent maintenir un contact privilégié entre eux, tant « les anciennes métropoles » que les « anciennes colonies », même si certaines colonies ont préféré s’émanciper en refusant d’adhérer à ces organismes (telles que l’Irlande, les États-Unis d’Amérique, l’Algérie, la Syrie).

48Mais alors, comment expliquer que ces organisations connaissent toutefois un succès auprès de pays qui n’ont pas partagé une histoire commune ?

49La carte qui suit (figure 6) présente les États membres du Commonwealth et l’OIF qui sont les organismes qui fédèrent le plus de pays. Ils représentent chacun les deux langues officielles de travail à l’Organisation des Nations Unies (ONU). Ces deux organisations connaissent un certain succès, en ce qu’elles fédèrent chacune plus d’une soixantaine d'États d’une part et sont présentent sur tous les continents d’autre part.

Figure 6. Géopolitique des organismes de promotion culturelle et linguistique : entre Commonwealth et Francophonie

Figure 6. Géopolitique des organismes de promotion culturelle et linguistique : entre Commonwealth et Francophonie

Source : Munoz, L (2011)

50Certains États sont d’ailleurs tiraillés entre les deux organisations. Le Cameroun, le Canada, l’Ile Maurice par exemple sont membres des deux organisations en raison de la double colonisation (française et britannique) qu’ils ont connue. À ce titre, pourquoi le Ghana, ancienne colonie britannique, ressent-il le besoin d’appartenir à l’OIF ? Sûrement en raison du fait que ce pays est entouré de pays francophone (Togo à l’est, Côte d’Ivoire à l’ouest et Burkina Faso au nord), avec qui il entretient de nombreuses relations, notamment à travers la Communauté Des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Et le Mozambique, quel intérêt voit-il à adhérer à trois organisations de ce type (Commonwealth, OIF, CPLP) ? Pourquoi ces organisations connaissent un tel succès ?

  • 6 Livret d’information officiel de l’Organisation Internationale de la Francophonie.

51Le cas de la Guinée Équatoriale est emblématique. Ce pays qui avait uniquement adopté l’espagnol (ancienne langue coloniale) comme langue officielle jusqu’en 1998 déclare à cette date le français comme langue officielle, au côté de l’espagnol. Pourquoi ? Probablement en raison de considérations géographiques ou économiques : la proximité avec les pays de la Communauté Économique et Monétaire des états d’Afrique Centrale (CEMAC) francophone dont la Guinée Équatoriale fait partie, sachant qu’elle utilise le franc CFA comme monnaie, tout comme ses pays voisins. Il faut également noter que de nombreux Équato-Guinéens vivent dans les pays francophones voisins. La Guinée Équatoriale a peut-être aussi adhéré à l’OIF en raison des accès à des financements que lui proposait cette organisation (rappelons qu’une des grandes missions de l’OIF est « d’appuyer l’éducation, la formation, l’enseignement supérieur et la recherche »6). Cependant l’attrait pour la Francophonie n’apparait pas suffisant, puisqu’en 2007, le président Teodoro Obiang avait annoncé la décision d’adopter le portugais comme troisième langue officielle du pays dans le but de devenir membre de la Communauté des Pays de Langue Portugaise (CPLP) de plein droit (jusqu’alors la Guinée Équatoriale était seulement pays observateur associé).

52Si la géographie explique en partie la mondialisation, il apparait que c’est la géopolitique qui pourrait mieux répondre à cette question car : « l’approche géopolitique met l’accent sur les relations de pouvoir au sein des sociétés et sur les représentations et convictions défendues par les individus et les groupes » (Giblin, 2007). La géopolitique étudie les rapports de force entre différents groupes pour l’acquisition et le contrôle des territoires. Ces organismes opèrent-ils des stratégies de « conquête de territoire » ?

53Certains pays adhérent à ces organisations en raison des valeurs qu’elles promeuvent, qui leur sont chères, telle celle de la diversité culturelle. Nombre de pays incluent des minorités au sein de leur territoire ou veulent afficher une certaine diversité culturelle et linguistique face à l’hégémonisme anglophone et ainsi protéger leur langue nationale respective. En revanche, certains pays adhèrent également à d’autres logiques, notamment l’accès à des programmes avantageux que développent ces organismes ou en vue de tisser un réseau international.

54Les anciennes puissances coloniales y trouvent un moyen de garder contact avec leurs anciennes colonies et de maintenir une certaine sphère d’influence dans le monde. C’est le cas de deux puissances (Royaume-Uni, France surtout) de plus en plus contestées dans un premier temps par les deux grandes puissances (États-Unis d’Amérique et URSS) et par l’arrivée de puissances émergentes (Chine, Brésil, etc.).

55De plus, « tout prétendant à un rayonnement international entretient un réseau culturel de promotion de sa langue » (Gourdin, 2010 : 221), et si ces pays souhaitent maintenir un certain rang, ils se doivent d’entretenir un réseau culturel et linguistique. « Les langues constituent d'importants enjeux géopolitiques » (Lacoste, 2003 : 230), c’est pourquoi de nombreux réseaux d'acteurs, institutionnels, économiques, diplomatiques, éducatifs, mettent en œuvre des stratégies en vue d'étendre l'usage d'une langue internationale aux dépens d'une autre. Les États-Unis d’Amérique et le Royaume-Uni vont promouvoir l’usage de l’anglais dans le monde, la France et la Belgique celui du français, le Portugal et le Brésil celui du portugais, comme nous avons pu le voir au cours de la première partie.

Conclusion

56La présente étude visait à présenter des organismes d’un nouveau type : les organismes de promotion culturelle et linguistique qui sont de plus en plus nombreux, depuis le Commonwealth of Nations, premier organisme de ce type qui se développe au début du XXe jusqu’au dernier en date, celui de la Communauté des Pays de Langue Portugaise créée en 1996. Elle a aussi cherché à comprendre les raisons de ce nouveau déploiement dans un contexte de mondialisation, en essayant d’examiner si ces organismes développent une mondialisation culturelle et linguistique nouvelle ou s’ils s’érigent en force de résistance face à une langue et une culture estimée dominante : l’anglais.

57Cet article a tenté de soulever certains questionnements émergents chez ces nouveaux acteurs de la scène internationale, qui tentent, stratégiquement de jouer un rôle croissant. Mais quelle en est la teneur ? À l’avenir ces organismes pourraient s’investir de plus en plus dans la politique internationale, voire dans la vie politique de certains pays. En effet, vont-ils comme certains commencer à promouvoir la démocratie, l’état de droit et les droits de l’homme, ou vont-ils uniquement se cantonner à une promotion culturelle et linguistique ?

Haut de page

Bibliographie

Alioune Ndao, P. (dir.) (2008). La francophonie des Pères fondateurs, Paris, Karthala/AUF.

Breton, R. (2009). « Les langues, liens de civilisation », L’atlas des civilisations Le Monde-La vie, Hors-série : 152-157.

Giblin, B. (2007). « Géopolitique de la langue française », Hérodote, n°126 : 3-8.

Giblin, B. (2010). « Bruxelles : le nœud gordien de la Belgique », dans Papin, D. (dir.), 50 fiches pour comprendre la géopolitique. Paris, Bréal : 208-211.

Gourdin, P. (2010). Géopolitiques. Manuel pratique, Paris, Choiseul.

Guillou, M. (2005). Francophonie Puissance, Paris, Ellipses.

Hagège, C. (2008). « Langue et puissance », Géopolitique, Revue Internationale de Géopolitique, n° 100 (Géopolitique des langues).

Hagège, C. (2011). « Qu’est-ce que les mondialisations ? Définition », dans L’atlas des mondialisations Le Monde-La vie, Hors-série : 26.

Lacoste, Y. (2003). De la géopolitique aux paysages, Dictionnaire de géographie, Paris, Armand Colin.

Lacoste, Y. (2009). Géopolitique, la longue histoire d’aujourd’hui, Paris. Larousse.

Le Marchand, V. (2006). La francophonie, Toulouse, Milan.

Levy, J. et M. Lussault (2003). Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

Nye, J. S. (2004). Soft Power, the means to success in world politics, New York, Public affairs books.

Poissonnier, A. et G. Sournia (2006). Atlas mondial de la francophonie, du culturel au politique, Paris, Autrement.

Simon, G. (2008). Migrants et migrations du monde, Paris, La documentation française (n°8063).

Tillinac, D. (2010). Les mots de De Gaulle, Paris, Dalloz.

Walter, H. (2011). « L’anglais domine et réhabilite le latin », dans L’atlas des mondialisations Le Monde-La vie, Hors-série : 76-77.

Haut de page

Notes

1 Il faut bien sûr ne pas omettre des organismes étatiques nationaux de promotion culturelle et linguistique (comme l’Institut Cervantès pour l’Espagne, le Goethe-Institut pour l’Allemagne, l’Institut Confucius pour la Chine...) qui ne seront point traités ici.

2 Ils sont présentés en bibliographie, mais l'article s'appuie aussi sur des données internes (de certains organismes) issues de périodes de stage.

3 Joseph Nye a conceptualisé le soft Power (« pouvoir doux ») dans son ouvrage Soft Power, the means to success in world politics (2004). Ce pouvoir se base sur l’influence de la culture, les valeurs politiques et la politique étrangère de chaque prétendant à peser sur la scène internationale. Les États-Unis d’Amérique possèdent un soft power qui permet à l’anglais d’être la langue internationale dominante.

4 Les observateurs n’ont pas le droit de vote contrairement aux membres.

5 Livret d’information officielle de l’Agence Universitaire de la Francophonie (5ème édition, 2008).

6 Livret d’information officiel de l’Organisation Internationale de la Francophonie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. L’Organisation Internationale de la Francophonie
Crédits Source : Munoz, L. (2010).
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5840/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 2. La Communauté des Pays de Langue Portugaise
Crédits Source : Munoz, L (2010).
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5840/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 3. L’Organisation des États Ibéro-américains
Crédits Source : Munoz, L (2010).
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5840/img-3.png
Fichier image/png, 62k
Titre Figure 4. Organigramme de l’Organisation Internationale de la Francophonie
Crédits Source : Poissonnier, A. et Sournia, G (2006).
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5840/img-4.png
Fichier image/png, 38k
Titre Figure 5. Géopolitique de l’Organisation Internationale de la Francophonie dans le monde
Crédits Source : Munoz, L (2011).
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5840/img-5.png
Fichier image/png, 91k
Titre Figure 6. Géopolitique des organismes de promotion culturelle et linguistique : entre Commonwealth et Francophonie
Crédits Source : Munoz, L (2011)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5840/img-6.png
Fichier image/png, 94k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Munoz Ludivynn, « Une mondialisation culturelle et linguistique ? Le cas des organismes de promotion culturelle et linguistique », Études caribéennes [En ligne], 22 | Août 2012, mis en ligne le 15 août 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/5840 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.5840

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org