Navigation – Plan du site
Mondialisation : différents visages, différentes perspectives

L’identité Cain-ri ou comment se créer une identité culturelle à l’heure de la mondialisation ?

The Cain-ri Identity or How to Build Up its Own Cultural Identity at the Time of Globalization?
David Sudre

Résumés

Par sa maîtrise des mediascapes, que représentent en particulier la télévision et Internet, le basket africain-américain et sa culture ont su s’imposer progressivement dans le paysage du basket hexagonal, devenant ainsi aujourd'hui la référence majeure pour grand nombre de pratiquants français. Certains jeunes pratiquants de banlieue parisienne, qui se sont attribué à juste titre le surnom de « Cain-ris », s’approprient fortement les normes et les valeurs de ce mouvement sportif et culturel étatsunien, modifiant ainsi leurs pratiques culturelles et leur identité. Cet article a donc pour objectif d’analyser la complexité de cette identité « Cain-ri », une identité créée dans ce contexte spécifique de mondialisation et qui prend racine de part et d’autre de l’Atlantique.

Haut de page

Texte intégral

« L'identité est une sorte de foyer virtuel auquel il nous est indispensable de référer pour expliquer un certain nombre de choses, mais sans qu'il n'ait jamais d'existence réelle ».
Claude Lévi-Strauss (dir.) (1997). L’identité, séminaire interdisciplinaire, Paris, PUF.

Introduction

  • 1 Le terme « Cain-ri » est le « verlan » de « Ri-cain », un diminutif d’  « Américain ». À noter que (...)

1« Cain-ri »1 est l’expression couramment utilisée par certains jeunes basketteurs de banlieue parisienne pour se définir et montrer par la même occasion leur passion pour la culture étatsunienne. Ces jeunes, majoritairement noirs d’origines africaines et/ou antillaises et issus des milieux populaires de région parisienne, se sont construit une identité qui prend sa source dans le monde (fantasmé) du basket africain-américain et qu’ils ont par la suite modifiée et réinterprétée afin que cette identité de Cain-ri puisse faire sens dans leur propre environnement socioculturel.

2Dans ce contexte de mondialisation où les chocs de cultures sont de plus en plus nombreux, où les groupes humains se rencontrent et échangent de plus en plus facilement, il semble pertinent de nous interroger sur les relations qui se créent entre ces trois notions si proches et parfois si indissociables que sont : mondialisation, culture et identité. En effet, en prenant l’exemple de ces Cain-ris, qui vivent leurs états-unité de façon intensive dans leur vie quotidienne, nous pourrons nous interroger sur la manière dont se crée leur identité, et finalement sur les étapes de ce processus d’identification culturelle à l’heure de la mondialisation.

  • 2 Voir pour la méthodologie de l’enquête l’encadré 1.

3À partir d’une enquête de terrain menée auprès de ces jeunes Cain-ris2, nous pourrons remarquer, dans un premier temps, que les effets de la mondialisation sont importants dans la création d’une identité culturelle. Grâce à l’apport tout particulier des mediascapes (Appadurai, 2005), les identités collectives se développent en piochant dans des cultures certains attributs que l’on s’approprie. Pour autant, nous constaterons par la suite que la construction identitaire d’un individu dans un contexte tel que celui de la mondialisation est bien plus complexe. À travers cette étude ethnographique menée auprès de ces jeunes Cain-ris, nous verrons que les processus de sélection et de réinterprétation de cette culture nord-américaine sont des points essentiels de leur processus d’identification culturelle. En effet, sur les constructions identitaires des individus, le local semble avoir son mot à dire dans la mesure où il apparaît comme un véritable filtre (protecteur) face au global, en opérant une sélection des différents éléments culturels qui circulent de part et d’autre de l’Atlantique.

Encadré 1. Méthodologie d’enquête

L’enquête, menée durant près de cinq ans au cœur du basket francilien et sur laquelle s’appuie la démonstration proposée ici, a permis de rencontrer et d’étudier de nombreux jeunes joueurs de basket. Âgés en moyenne de 15 à 22 ans, ces jeunes évoluent aussi bien sur des terrains de rue, communément appelés playgrounds, que dans le cadre plus institutionnalisé que représente le basket de club. La méthode d’enquête, principalement qualitative, a reposé sur l’observation et la passation d’entretiens et a été complétée par une étude statistique. Près de 30 entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès de jeunes basketteurs évoluant dans l’est de la région parisienne ; les phases d’observation se sont déroulées sur ces mêmes lieux.

J’ai eu recours aussi à l’usage des statistiques en questionnant plus de 150 joueurs jouant principalement à un niveau départemental. L’enquête s’est principalement réalisée dans le Val de Marne et à l’est de Paris, où le gymnase de la Halle Carpentier, haut-lieu du basket francilien (Chantelat, Fodimbi et Camy, 1996), a notamment constitué un bon point de chute. Les basketteurs que j’ai rencontrés sont à plus de 70% licenciés, appartenant donc à la Fédération Française de Basket-Ball, ce qui ne les empêche pas pour autant de pratiquer le basket hors du cadre institutionnel, c'est-à-dire le « street basket » ou « basket de rue ». Le reste des interviewés sont donc des pratiquants de ce type de basket auto-organisé qui ne fréquentent que les playgrounds. Sur toutes les analyses statistiques qui vont suivre au cours de l’article, la méthode a été la même pour chaque question. J’ai demandé aux enquêtés de répondre de la manière la plus instinctive et la plus rapide. En très peu de temps, je souhaitais qu’ils arrivent à donner le plus d’éléments de réponses possibles. Le choix de cette démarche réside dans l’idée de faire ressortir toute la culture du « hip-hop ball » qu’ils intériorisent. Je considère que répondre le plus rapidement, sans prendre son temps pour réfléchir, démontre à quel point ces jeunes pratiquants de région parisienne peuvent être influencés par la culture du basket étatsunien.

1. Des cultures en mouvement

  • 3 La marque vestimentaire « AND1 » a lancé l’organisation de grands tournois de rue afin de promouvoi (...)

4La culture du basket étatsunien, surmédiatisée, que les jeunes Français s’approprient, va se distinguer, d’une part, par son style de jeu particulier, celui pratiqué dans le basket NBA (National Basketball Association) et dans le basket de rue avec le mouvement AND13, et d’autre part, par son lien étroit avec la culture hip-hop qui offre une entité sociale et culturelle à ces joueurs africains-américains. L’union de ces deux univers propres à la culture populaire des Noirs américains a contribué à l’émergence de ce mouvement sportif et culturel que Todd Boyd a nommé : le « hip-hop ball » (Boyd, 2003). Aux États-Unis, le basket, de plus en en plus afro-américanisé, est entré en osmose avec l’univers du hip-hop : deux entités sociales et culturelles qui puisent d’ailleurs leurs forces aux sources de la culture urbaine des milieux populaires. L’origine sociale et culturelle des Africains-Américains, issus des quartiers populaires, a contribué à développer le hip-hop au sein du basket étatsunien, de sa pratique informelle (le basket de rue) à sa forme la plus professionnelle (la NBA) (Martin, 2007). À l’heure actuelle, portée par les principales stars de la NBA majoritairement africaines-américaines à plus de 75% et issues des quartiers défavorisés étatsuniens (Lapchick, 2004), cette culture locale, le hip-hop ball, jouit d’une forte notoriété auprès des jeunes joueurs du monde entier et tout particulièrement auprès des basketteurs évoluant en banlieue parisienne. En effet, ce mouvement sportif et culturel étatsunien, défini et prenant naissance dans un contexte local qui lui est spécifique, va se diffuser à travers le monde par le biais des mass-médias, favorisés eux-mêmes par le contexte de « globalisation culturelle » qui leur est favorable (Appadurai, 2005).

5Le hip-hop ball apparaît en premier lieu comme un produit culturel mondialisé dans la mesure où il est diffusé et s’est étendu à l’ensemble de la planète (Rocher, 2001). Néanmoins, l’importance de ce phénomène culturel dans le monde, et tout particulièrement en région parisienne, nous pousse à nous interroger d’une part sur les conséquences de cette mondialisation et d’autre part sur le vocable à utiliser pour décrire ce phénomène interculturel. De fait, si pour certains auteurs, la globalisation est le niveau d’intensification des échanges internationaux succédant à celui de la mondialisation et opérant comme un « système-monde » (Wallerstein, 2006), les jeunes basketteurs évoqués ici en exemple sont-ils pour autant des produits « globalisés » ? Autrement dit, sont-ils « assimilés » au modèle du hip-hop-ball étatsunien, perdant ainsi leurs spécificités locales face à ce processus de « généralisation » d’une culture uniformément mondialisée (Freitag, 2005) ?

6Nous verrons justement que, par rapport à la situation que nous étudions, il semble judicieux de ne pas faire cette différenciation dans la mesure où ces deux termes (dont la distinction n’est pas encore [clairement] établie en sciences sociales), l’un comme l’autre, désignent de manière (quasi) analogue l’effacement des frontières et les phénomènes transnationaux, les nouvelles formes d’affirmations identitaires et les relations complexes qui existent entre les cultures locales et globales. Nous ne pouvons pas distinguer la circulation mondiale du hip-hop ball de ses effets globalisants ; nous assistons d’une part à l’uniformisation des jeunes basketteurs franciliens à ce modèle du basket afro-américain et d’autre part à la réappropriation et à la réinterprétation locale, par ces derniers, de cette culture globalisée (nous reviendrons sur ce double phénomène dans une partie ultérieure de cet article).

7Pour mesurer l’influence que peut avoir la culture du hip-hop ball sur des groupes humains issus de régions différentes du monde, la notion de flux globaux développée par Arjun Appadurai s’avère pertinente. Pour l’anthropologue, les flux culturels vont principalement circuler par l’intermédiaire de ce qu’il nomme les « mediascapes ». Ce « sont à la fois la distribution des moyens électroniques de produire et disséminer de l’information (journaux, magazines, chaînes de télévision et studios cinématographiques), désormais accessibles à un nombre croissant d’intérêts publics et privés à travers le monde, et les images du monde créées par ces médias » (Appadurai, 2005 : 73). La globalisation culturelle a ainsi créé ce nouveau climat où les médias occupent désormais une place centrale dans le développement de ce phénomène mondial.

8À juste titre, le point de départ de la rencontre entre les jeunes basketteurs français et la culture du hip-hop ball étatsunien ne s’effectue pas dans une confrontation directe, physique, mais plutôt dans une forme de rencontre virtuelle, irréelle, qui se réalise par l’intermédiaire des images diffusées par les mediascapes. Des institutions médiatiques comme la NBA et MTV, d’un point de vue global, et comme Canal+ et la presse française spécialisée dans le basket (Bolotny, 2002 ; Rebillard, 2002), au niveau local, favorisent l’émancipation de la culture du hip-hop ball au sein des basketteurs français, tout en imposant des modèles de dispositions esthétiques et de comportements (Ortiz, 2000). En d’autres termes, dans les sociétés modernes que sont, pour ce qui nous concerne, les États-Unis (culture « donneuse ») et la France (culture « réceptrice »), ce sont bien les médias de masse qui portent à la connaissance du plus grand nombre la production de la chose arrivée (Pulvar, 2006). À l’heure actuelle, la NBA est la ligue sportive la plus médiatisée au monde avec une moyenne de 3,1 milliards de téléspectateurs répartis sur toute la planète. Les matchs NBA sont retransmis dans plus de 200 pays et cela dans presque 50 langues différentes sur environ 150 chaînes de télévision (Andrews, 2002). Grâce à sa diffusion dans le monde, ce basket étatsunien, notamment NBA, est devenu un modèle de référence à part entière dans de nombreux autres pays que les États-Unis.

9Dans cette période de mondialisation, nous observons une nouvelle fois que les cultures circulent à travers le monde et bien plus facilement que par le passé. À l’image du hip-hop ball, les cultures et leurs éléments caractéristiques passent d’un univers à un autre, d’un espace territorialisé et socialement défini à un autre ; ce qui est le propre des effets causés par la mondialisation sur les cultures. Effets ayant aussi un impact sur les identités qui sont en jeu et qui deviennent de plus en plus collectives et modifiées au prisme de ces nombreux échanges interculturels. Au final, comme le souligne G. Elbaz, « la frontière nationale n’étant plus le critère principal de la définition identitaire, elle laisse la place aux processus d’hybridation que sont l’échange, le partage, la communication » (2010 : 1).

2. La mondialisation et le développement des identités collectives

10La forte présence de la culture du « hip-hop ball » étatsunien en France conduit finalement à un processus d’acculturation qui va modifier les différentes manières de jouer, de se comporter, de se représenter le basket des jeunes basketteurs de région parisienne et de se définir d’une manière générale. Leur identité de basketteur, mais aussi finalement de jeunes Français « américanisés », est, comme nous allons pouvoir le constater, le fruit de ce processus de mondialisation qui agit sur les identités collectives. Des identités de plus en plus partagées par un ensemble de jeunes individus (les Cain-ris pour notre cas d’étude) qui s’approprient les pratiques et les valeurs d’une même culture de référence (le hip-hop ball).

11Le concept d’acculturation, qui occupe une place centrale dans l’œuvre de Roger Bastide, est utile pour comprendre les changements opérés dans les comportements de ces jeunes enquêtés. En phase d’acculturation, lorsque deux cultures se trouvent en contact et agissent et réagissent l’une sur l’autre (Bastide, 1963), ces dernières peuvent s’influencer mutuellement, mais nous pouvons retrouver aussi des situations où seulement l’une d’entre elles sera profondément modifiée au contact de l’autre. Effectivement ce basket étatsunien, qui s’impose en tant que culture légitime par sa notoriété et son prestige (Abou, 1986), a étendu ses valeurs et ses manières de faire chez de très nombreux basketteurs français, allant même les toucher profondément (Camilleri et al., 1989), c'est-à-dire en devenant pour eux une véritable culture de référence.

12Nous pouvons mesurer les effets de ce phénomène par l’intériorisation des valeurs, des normes et des pratiques culturelles d’origine étatsunienne qui provoque chez ces jeunes Cain-ris une tendance à imiter et à admirer les stars étatsuniennes en adoptant leurs modes de vie ou plutôt leurs manières d’être, c'est-à-dire leur façon de se vêtir, de se comporter, de jouer, etc. De cette culture se dégagent alors plusieurs traits typiques que nous retrouvons chez ces jeunes. Dans un premier temps, le style vestimentaire de ces jeunes est le signe le plus visible de cette acculturation (voir figure 1). Sur le terrain tout d’abord, les jeunes portent des shorts « XXL » qui descendent jusqu’au bas des genoux, voire jusqu’au milieu des mollets. Leurs maillots sont aussi très amples et très souvent à l’effigie d’un joueur ou d’une équipe NBA. Effectivement, durant près de cinq ans d’enquête de terrain je n’ai quasiment vu aucun joueur vêtir le maillot d’une équipe de Pro A ou de l’équipe de France (à l’exception d’un ou deux joueurs ayant revêtu le maillot de Tony Parker chez les « Bleus »). Le modèle de référence est strictement étatsunien et seuls Lebron James, Kobe Bryant ou Allen Iverson ont la part belle auprès des jeunes basketteurs franciliens. À ces tenues très amples viennent s’ajouter les accessoires tels que les bandeaux, les coudières (popularisées par Allen Iverson, l’icône du hip-hop ball) et bien évidemment les chaussures de basket qui portent toutes le nom d’un joueur NBA : les Nike « Air force one » de Jordan, les Nike « Lebron VI », etc.

  • 4 Bien que cette casquette représente le club de baseball de New York, elle est indubitablement une c (...)

13Si pour ces Cain-ris, l’apparence esthétique est primordiale sur le terrain, elle l’est tout autant en dehors des playgrounds, c'est-à-dire dans leur vie extra-sportive. Dans cette culture « Cain-ri », influencée par le hip-hop-ball étatsunien, le « style » joue un rôle fondamental dans la mesure où d’une part il permet au jeune d’exprimer son états-unité, et donc d’affirmer son appartenance à ce mouvement, et d’autre part d’être reconnu par ses pairs comme véritable « Cain-ri ». Leur accoutrement se caractérise encore une fois par cette tendance « XXl » qui rappelle sans cesse l’influence du hip-hop et des rappeurs étatsuniens. Comme ces stars africaines-américaines, les jeunes Cain-ris portent les fameux jeans « baggys », le tout accompagné et assorti (l’unité des couleurs est importante) le plus souvent par une veste ou un sweat à capuche type sportwear. Enfin, les cheveux tressés pour certains, les gros casques de musique et les casquettes à « visière droite » (comme la fameuse casquette « New York Yankees »4) ornent le haut du corps.

Figure 1. Une équipe de jeunes Cain-ris

Figure 1. Une équipe de jeunes Cain-ris

Source : Auteur.

  • 5 Un ‘dunk’ est une technique basketballistique (spectaculaire) qui consiste à poser, avec puissance, (...)

14La mondialisation de cette afro-étatsunisation du basket, et particulièrement de cette culture du hip-hop ball, a entraîné aussi des bouleversements profonds dans les manières de jouer au basket de ces jeunes basketteurs de région parisienne. Par le prisme des médias et des images diffusées à travers le monde, ces jeunes s’inspirent de la mentalité et des gestes techniques et spectaculaires des basketteurs NBA ou du mouvement AND1. Le jeu plus individualiste du hip-hop ball se ressent dans les attitudes de ces Cain-ris qui investissent de plus en plus leur énergie dans une prouesse technique et personnelle et qui s’intéressent de moins en moins à la recherche du profit commun, à savoir la victoire d’équipe. En utilisant excessivement le dribble par exemple ou en essayant de « dunker »5 sur leur adversaire, ces jeunes tentent avant tout de faire bonne figure (Goffman, 1974) et de faire perdre la face à l’autre. À l’image de la métaphore dramaturgique qu’Erving Goffman utilise pour comprendre et décrire la réalité sociale (Goffman, 1973), les joueurs Cain-ris sont pris dans ce processus de représentation de soi où l’enjeu est, pour eux, de garantir une image de soi positive (celle d’un basketteur fort techniquement et répondant aux codes du hip-hop ball) à leur entourage. Sur le terrain, la théâtralisation des interactions entraînent donc non plus des duels d’équipe, mais plutôt des duels interindividuels. L’humiliation de l’adversaire direct, à l’aide de fantaisies diverses (lui faire perdre la tête en dribblant, lui mettre la balle au visage…), incarne cet état d’esprit qui passionne ces jeunes Français fortement influencés par cette culture du hip-hop ball.

15La référence au basket étatsunien et à sa culture africaine-américaine est criante quand nous nous penchons de près sur les styles vestimentaires et les manières de jouer au basket de ces Cain-ris. Elle l’est tout autant au regard de la culture basketballistique de ces pratiquants français. Ces derniers connaissent en effet très bien le basket étatsunien, ses joueurs, ses grandes équipes et son histoire, mais ils ont une culture basketballistique quasi inexistante concernant le basket français et européen. En voici quelques résultats :

Figure 2. Connaissance des joueurs NBA et de Pro A

Figure 2. Connaissance des joueurs NBA et de Pro A

Source : Sudre, 2010.

Note : Peu d’enquêtés ne connaissent aucun joueur NBA et plus de 95% d’entre eux sont capables d’en citer au moins 5. Les enquêtés capables de citer dix joueurs évoluant en ProA (championnat de France de basket professionnel) ne représentent que 0,71% des personnes interrogées contre 73,76% pour la NBA.

Figure 3. Connaissance des équipes championnes NBA et de Pro A

Figure 3. Connaissance des équipes championnes NBA et de Pro A

Source : Sudre, 2010.

Note : Plus de la moitié des joueurs interrogés connaissent deux des cinq dernières équipes championnes NBA. Ils sont 35,46% à n’en connaître aucune. La connaissance du basket français est très faible une nouvelle fois : 70% des jeunes basketteurs enquêtés ne connaissent aucune des cinq dernières équipes championnes de France. 14,29 % d’entre eux ont pu citer deux équipes championnes de Pro A, alors qu’ils sont 56,03% à y arriver pour la NBA.

16L’états-unité exacerbée de ces jeunes les pousse à se définir eux-mêmes comme des « Cain-ris », c’est-à-dire à vivre leur « états-unité » de manière intensive, à la fois sur et autour des terrains de basket : « on écoute du Cain-ri, on mange Cain-ri, on vit Cain-ri ». Cette citation, tirée d’un entretien avec un jeune basketteur francilien (Sudre, 2010), illustre bien cette passion pour la culture du hip-hop ball, avec tout ce que cela implique comme manières d’être, de penser et de se comporter. À noter que ces jeunes, par le biais de cette culture du hip-hop ball mondialisée, ont construit certes leur identité, mais ils se sont aussi créé un mode de vie tourné autour de ce modèle culturel étatsunien. En dehors des heures de jeu ou d’entraînement, ces jeunes vont écouter beaucoup de hip-hop, s’habiller suivant les codes esthétiques du hip-hop, consommer sodas et hamburgers, regarder les séries et films étatsuniens, déambuler dans les rues en marchant comme les stars du hip-hop ball , et surtout avoir une certaine fascination pour cette modernité qu’incarnent à leurs yeux les États-Unis, « ce pays où il faut vivre, où tout est plus grand », pour reprendre les propos d’un jeune enquêté.

17Se définir comme Cain-ri est finalement un processus identitaire qui prend racine dans ce contexte de « glocalité » (Meyrowitz, 1991) que nous pouvons observer dans cette diffusion de la culture du hip-hop ball et dans son appropriation par ces jeunes. Les contacts se sont multipliés entre des groupes d’origines différentes, porteurs chacun de leurs cultures et de leurs identités. Comme le souligne R. Ortiz (2000), l’avènement des sociétés modernes signifie que les relations sociales ne se limitent plus à un contexte local d’interaction. Alors que dans les sociétés antérieures, tout se passait comme si le temps et l’espace pouvaient être maîtrisés physiquement, la modernité casse cette continuité, déplaçant les relations sociales pour les situer sur un terrain bien plus vaste. La globalisation a donc transformé les conditions d’existence de toutes ces identités et a surtout développé une « déterritorialisation » des identités (Ollivier, 2009). Par le biais des mediascapes, en partie, les attributs culturels du hip-hop ball servent bel et bien de référents identitaires pour ces jeunes Cain-ris.

3. Un contexte local favorable au global

18La diffusion mondiale de cette culture du hip-hop ball a pu se produire particulièrement grâce à la puissance médiatique de la NBA et de la chaîne de télévision MTV. Si au niveau mondial, ces institutions du divertissement ont contribué à la diffusion du hip-hop ball, et qu’au niveau local, des relais, tel Canal+, ont favorisé son hégémonie sur le sol français, d’autres facteurs doivent être mis en avant pour saisir dans ses plus grandes largeurs les enjeux de ce transfert culturel, effectué des États-Unis vers la France.

19En cherchant à comprendre les raisons du succès du hip-hop ball en France, ou, autrement dit, en nous intéressant de près à la relation étroite existant entre le global et le local, nous pouvons retenir surtout que la qualité de la réception d’un trait culturel, ou d’une forme culturelle de manière plus générale, dépend des conditions de réception locales. Effectivement, au vu de cette étude menée sur ces Cain-ris, deux facteurs endogènes, c'est-à-dire propres au contexte local de ces derniers, expliquent particulièrement pourquoi cette culture du hip-hop ball fait sens spécifiquement chez eux, et non auprès de l’ensemble des jeunes basketteurs.

20Pour passer du global au local et afin que le contexte local soit favorable à l’émancipation du global, le hip-hop ball doit avoir aussi une dimension symbolique (et non simplement médiatique par exemple) qui justifie la forte identification de ces Cain-ris à ce modèle culturel étatsunien. En effet, si la popularité de ce mouvement sportif et culturel africain-américain devient la culture de référence pour de nombreux jeunes Français, c’est dû en partie au fait que le hip-hop ball est devenu un moyen d’identification fort qui renvoie à deux grandes caractéristiques de ces jeunes : leurs origines sociales et leur fierté mélanique pour reprendre les propos de Pap Ndiaye (2008).

21Loïc Wacquant (1992 et 2006), dans nombreux de ses travaux, déconstruit les rapprochements trop simplistes et rapides qui peuvent être faits sur les cités françaises et les ghettos étatsuniens. Ceci nous permet de préciser en premier lieu que les conditions de vie des jeunes déshérités des ghettos noirs étatsuniens ne sont pas les mêmes que celles des jeunes français vivant dans les cités de la banlieue parisienne. Wacquant le démontre bien : la violence, le rapport à la drogue, les conditions de logement, l’exclusion économique et géographique, l’abandon de ces quartiers par le gouvernement étatsunien, par exemple, sont des éléments significatifs d’une plus grande relégation et paupérisation observable dans ces ghettos que dans les cités françaises. Néanmoins, au vu des entretiens réalisés avec ces jeunes Cain-ris, ces derniers partagent en réalité une forme de proximité émotionnelle, plutôt que situationnelle, avec les protagonistes du mouvement du hip-hop ball.

  • 6 Les inner cities sont les quartiers déshérités étatsuniens.

22Les jeunes Cain-ris vivent pour la plupart dans un contexte social difficile qui leur rappelle les conditions de vie des Africains-Américains résidant dans les quartiers pauvres. Ces jeunes Français habitent pour la plupart dans des grands ensembles HLM de leur commune (sentiment d’urbanité ségréguée, bien que ce ne soient pas des ghettos étatsuniens) et, comme certains ne manquent pas de le souligner dans leur propre discours, ils sont le plus souvent « issus d’un milieu modeste » (sentiment de marginalisation économique et sociale). Finalement, ces jeunes basketteurs de banlieue parisienne rencontrent un sentiment d’infériorité et d’indignité collectives au sein de leurs quartiers défavorisés comparables à celui éprouvé par les Noirs étatsuniens des inner cities6 (Wacquant, 2006). Ayant l’impression d’appartenir à des catégories dominées (ce qui n’exclut pas la possibilité que leur subjectivation soit conforme à une certaine réalité sociale et économique), les jeunes Cain-ris s’identifient logiquement à ce basket africain-américain, starifié certes, mais aussi synonyme d’une certaine réussite de la classe populaire étatsunienne.

23La deuxième raison permettant de comprendre comment cette culture mondialisée du basket africain-américain a pu s’implanter fortement dans une autre localité, en l’occurrence celle des quartiers populaires de banlieues parisiennes, est la racialisation de cette identité Cain-ri. Noirs pour la très grande majorité d’entre eux, d’origines africaines et/ou antillaises, ces jeunes s’identifient effectivement à ces stars africaines-américaines qui dominent le basket mondial. Le caractère mélanique de ces jeunes Cain-ris joue un rôle essentiel dans cette appropriation de la culture du hip-hop ball par ces jeunes noirs épris de ce modèle culturel et sportif qui incarne, au-delà de ce basket africain-américain triomphant et médiatique, un monde Noir valorisé. Ce hip-hop ball est donc pour les Cain-ris une référence diasporique valorisante (Ndiaye, 2008) par le biais de laquelle la communauté noire américaine mais aussi, en définitive, leur propre communauté noire de banlieue française sont représentées et mises en lumière par le rayonnement interplanétaire de ces stars africaines-américaines de la balle orange.

24Cet extrait d’entretien, réalisé avec Ludwik, jeune basketteur résidant dans le Val de Marne, témoigne du rôle central que jouent les facteurs sociaux et raciaux dans le processus d’identification de ces jeunes Cain-ris :

  • « David Sudre : Tu te sens bien intégré au Bois l’Abbé (le nom de la cité où il habite dans le Val de Marne) ?

  • Ludwik : Je suis né là-bas, donc c’est pas un problème. Par contre ceux qui ne viennent pas d’ici, je comprends qu’ils voient le Bois l’Abbé comme le Bronx, avec les attaques récentes qu’il y a eues sur le commissariat […]

  • Et sinon en ce qui concerne ta couleur de peau, ça te fait quoi d’être un jeune noir ?

  • Déjà je suis fier. Voilà, je suis fier, même si dans la société, ça rabaisse parfois, même si ça peut te faire perdre un emploi, je suis fier quand même.

  • Qu’est-ce qui te rend fier ?

  • Nous, on a réussi à être indépendant dans la société. On était mal vu au début, et maintenant on a réussi. Si mon patron m’aime pas, et ben je m’en fous de son taf. Quand tu viens du Bois l’Abbé, c’est mal vu, mais tant pis, je préfère le dire. Ça sert à rien que je le cache […]

  • Et toi les États-Unis alors ? Tu aimerais y aller ?

  • Comme je te disais, c’est surtout pour la race noire que j’aimerais y aller. Il y a Martin Luther King, il y a aussi la dame qui s’est assise dans le bus. Il y a Barack Obama.

  • Il t’a marqué Barack Obama ?

    • 7 Le mot « grave », dans le contexte de la discussion, a pour signification « sérieux ».

    Oui, c’est un président noir quand même. C’est grave7 quand même. Les noirs doivent se sentir plus importants maintenant ».

25Au travers de l’exemple de ces jeunes Cain-ris en pleine quête identitaire, nous pouvons constater que la réception d’une culture par un groupe social dépend aussi de sa proximité symbolique. Cette dernière doit faire sens au sein du groupe récepteur afin qu’elle devienne une véritable culture de référence pour cette population indigène. Une construction identitaire, à l’heure de la mondialisation, semble donc devoir prendre en compte tous les référents culturels qui s’imposent comme catalogue aux individus (Amselle, 1990), mais aussi devoir composer avec les caractéristiques propres du local, ce que nous allons étudier de plus près.

4. Recontextualiser la mondialité dans une autre localité

26Le hip-hop ball, culture définie dans un cadre socioculturel spécifique à celui des milieux populaires africains-américains, s’est diffusé mondialement, au point, comme nous avons pu le constater, qu’une partie de la jeunesse française se réapproprie très fortement les traits caractéristiques de cette culture. Néanmoins, cette culture mondialisée, bien que réappropriée, est aussi réinterprétée et modifiée par ces jeunes Cain-ris au sein de leur propre localité. Effectivement, ces jeunes jonglent entre leur culture d’origine et leur culture de référence pour construire leur propre univers de contestation en fonction de leur propre situation socioculturelle (Cuche, 2004).

27Dans un premier temps, nous pouvons remarquer que ces Cain-ris ne cachent pas leur passion pour les États-Unis. Tous apprécient ce pays. Son aura, le mythe qu’il représente dans les imaginaires collectifs, les possibilités infinies qu’il semble offrir (bien qu’exclusivement orientées vers une forme d’hédonisme consommatoire que l’on assume), toutes ces impressions que l’Amérique du Nord a su graver dans les imaginaires collectifs se trouvent magnifiées dans les représentations des Cain-ris. Cette nation bénéficie en effet d’une image de société moderne. C’est sur cette terre, sur ce pays qu’il faut vivre, c’est « là-bas que tout se passe ».

28Les États-Unis, tout en représentant l’idéal d’excellence de la société moderne dans des domaines tels que le divertissement et le sport, apparaissent aussi aux yeux de ces jeunes Cain-ris français comme un pays qui, au niveau des conditions sociales d’existence de sa population, présente quelques dysfonctionnements. Ces jeunes constatent une faible action de la Sécurité Sociale aux États-Unis et estiment que les phénomènes de ségrégation touchant la communauté africaine-américaine sont trop ancrés dans cette société étatsunienne (bien que ces derniers soient fascinés par la réussite de quelques célébrités noires originaires des inner cities). Ces basketteurs franciliens sont aussi très attachés au modèle d’organisation français, ou autrement dit à une certaine forme de justice sociale, et vont rejeter « l’américanisme désocialisant » qu’ils perçoivent derrière le rêve. Ils sont donc loin d’idéaliser complètement les États-Unis : ils opèrent, au filtre de leur propre culture, un véritable processus de sélection. Ils ne copient pas exactement le modèle et ne cautionnent absolument pas toutes les spécificités de la vie étatsunienne. Il persiste en réalité chez ces Cain-ris certaines valeurs propres à leur culture d’appartenance.

29Effectivement les Cain-ris n’adoptent pas tout. Nous pouvons remarquer que des valeurs intériorisées dès leur plus jeune âge rejaillissent quand la culture du hip-hop ball les conduit vers des chemins totalement étrangers et dénués de sens à leurs yeux. Le luxe et la violence, que renvoie parfois cette forme de culture étatsunienne, ne sont pas valorisés par la communauté des jeunes basketteurs Cain-ris. Dès lors nous assistons de leur part à un refus, à un rejet de certaines formes d’expression de la culture du hip-hop ball étatsunien.

30Les Cain-ris ont en réalité tendance à piocher dans les symboles disponibles en fonction des normes et des valeurs intériorisées au cours de leur socialisation (Lahire, 2001) parce que, contrairement à leur culture d’origine, leur modèle ne leur offre aucune prise avec la réalité sociale dont il est issu. Il n’est qu’imaginaire et doit être recontextualisé pour prendre sens. C’est ce qui explique leur capacité à occulter les aspects considérés comme négatifs de la société étatsunienne et à recréer, dans leur propre climat social, les liens qui donnent son sens spécifique au hip-hop ball francilien.

31Ils sont en phase d’acculturation, mais ne deviennent pas pour autant des Étatsuniens à part entière. Leur construction identitaire en est la preuve : ils récupérèrent les attributs culturels qui leur semblent les plus significatifs de la culture du hip-hop ball et ceux qui se rapprochent le plus de leur personnalité (style vestimentaire, langage, manières d’être…) et rejettent les autres qui, au niveau local, auraient peu de sens. L’extrait d’entretien qui suit, réalisé avec Yannick un jeune basketteur habitant le Val de Marne, illustre ces phénomènes d’appropriation et de sélection culturelle :

  • « David Sudre : Peux-tu tout copier de la culture américaine ?

  • Yannick : Non peut-être pas, j’ai toujours la même mentalité, toujours la mentalité française, car je suis Français. Je sais que plus tard, au niveau du style, je m’habillerai normal, car pour le travail c’est pas approprié. Si j’ai des enfants, une famille, il faut montrer le bon exemple. Les « bling bling »¸par exemple, ça ce n’est pas pour moi, c’est pour se la raconter. C’est pas mon genre, j’essaye d’être discret. Pour moi, c’est se la raconter au niveau des regards des autres. Tu peux pas faire ici tout ce qu’ils font là-bas ».

32Nous retrouvons dans une certaine mesure la théorie dynamisante mise en avant par Stéphanie Meylon-Reinette dans son étude sur la diaspora haïtienne de New York. À la différence seule que ces Cain-ris ne sont pas étatsuniens comme ces Haïtiens étudiés, ces jeunes Français, bien qu’ils apparaissent à première vue fortement « américanisés », ont également refusé d’abandonner leur culture d’origine. Au contraire ils ont développé une identité à la fois imagée, s’inspirant du monde médiatisé de la culture du hip-hop ball, et à la fois contextualisée et localisée, faisant référence ainsi à leur culture d’origine. En d’autres termes, et pour reprendre les propos de Meylon-Reinette (2010), les Cain-ris ont créé eux aussi une identité rhizomique hybride.

33La créativité culturelle est bel et bien un phénomène qui apparaît dans ce climat de choc des cultures mondialisé. Les Cain-ris créent en effet une nouvelle forme culturelle, originale, qui se compose à la fois d’attributs culturels proches de leur groupe d’origine (les valeurs) et proches de leur groupe de référence (les symboles). Cette capacité qu’ont ces jeunes à se forger une identité multiple est caractéristique de ce que décrit P. Gilroy sur l’identité des Noirs du monde en entier aujourd'hui. Effectivement, selon le sociologue britannique, cette flexibilité identitaire leur permet de développer des cultures transnationales à travers lesquelles ils peuvent communiquer, tout en gardant leurs spécificités locales, et au final se reconstituer (Elbaz, 2010). Cette culture originale fait sens dans la mesure où ces jeunes individus trouvent leur « bonheur » dans cette culture étatsunienne tout en gardant un fort attachement à certaines valeurs propres à leur groupe d’origine, leur permettant ainsi de ne pas être déstabilisés quand ils passent d’un univers culturel à un autre.

Conclusion

34À l’image de cette réinterprétation de la culture du hip-hop ball par ces jeunes Français de région parisienne, mondialisation, culture et identité forment des éléments indissociables de ce tryptique. Originaire d’un espace local et définie dans un contexte socioculturel spécifique, cette culture du hip-hop ball s’est diffusée mondialement pour être réappropriée et modifiée par ces jeunes (en pleine construction identitaire) au sein leur propre localité. Comme le souligne D. Cuche (2004), il semble à juste titre que les individus ne sont jamais soumis à une culture, qu’ils adoptent des stratégies culturelles et qu’ils peuvent en changer. Loin d’être les produits d’une culture, ces jeunes font les signes et les symboles, ils les inventent et les manipulent.

35À l’heure de mondialisation, il convient donc d’insister sur le fait que toute culture est le fruit de contacts plus ou moins intenses entre groupes humains ; qu’ils soient réels et directs ou virtuels et indirects. Le cas du hip-hop ball fait ainsi apparaître deux éléments de réponse aux conséquences de la mondialisation sur les cultures et les identités.

36Dans un premier temps, nous pouvons clairement observer une situation où les flux culturels en circulation dans ce monde entraînent des modifications profondes au point de bouleverser les manières de faire, de penser et de se comporter de certains groupes humains (celui des Cain-ris par exemple), autrement dit de modifier et de transformer l’identité culturelle de ces individus.

37Toutefois, mondialisation ne rime pas nécessairement avec assimilation d’une part et contre-acculturation de la culture dominante d’autre part. En premier lieu, ces jeunes Cain-ris ne sont pas assimilés complètement au modèle culturel du hip-hop ball. Ils s’y réfèrent fortement, mais n’hésitent pas à sélectionner et à refuser les traits de cette culture les plus éloignés des valeurs qu’ils ont intériorisées lors de leur processus d’enculturation. Enfin, s’il n’y a pas assimilation, il n’y a pas non plus rejet catégorique de cette culture du hip-hop ball hyper-mondialisée. La preuve en est que cette dernière constitue un des socles de leur identité.

38En définitive, l’étude du processus d’identification culturelle de ces jeunes Cain-ris tend à démontrer que ce qui est de l’ordre du globalisé et du globalisable, ce sont avant tout des éléments culturels « non-symboliques », au sens où l’entend Roger Bastide (1963), c’est-à-dire des éléments dont la signification culturelle demande à être réinterprétée au niveau local.

Haut de page

Bibliographie

Abou, S. (1986). L’identité culturelle. Relations interethniques et problèmes d’acculturation, Paris, Editions Anthropos.

Amselle, J.L. (1990). Logiques métisses. Anthropologie de l’identité en Afrique et ailleurs, Paris, Payot.

Andrews, D. (2002). « À propos de la NBA », dans Archambault F., L. Artiaga et P-Y. Frey (dir.), L’aventure des “grands“ hommes. Etudes sur l’histoire du basket, Limoges, Presses Universitaires de Limoges : 271-292.

Appadurai, A. (2005). Après le colonialisme, Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Editions Payot et Rivages.

Bastide, R. (1963). « Problèmes de l’entrecroisement des civilisations et de leurs œuvres », dans Gurvitch G. (dir.), Traité de sociologie, Paris, Presses Universitaires de France : 315-330.

Bolotny, F. (2002). « Basket et télévision : une impossible histoire d’amour ? », dans Archambault F., L. Artiaga et P-Y. Frey (dir.), L’aventure des “grands“ hommes. Etudes sur l’histoire du basket, Limoges, Presses Universitaires de Limoges : 227-251.

Boyd, T. (2003). Young, Black, Rich and Famous: the rise of the NBA, the hip-hop invasion and the transformation of American culture, New York, Ed Doubleday.

Camilleri, C. et M. Cohen-Emerique (1989). Choc de cultures : Concepts et enjeux pratiques de l’interculturel, Paris, L’Harmattan.

Cuche, D. (2004). La notion de culture dans les sciences sociales, Paris, La Découverte.

Elbaz, G. (2010). « L’hybridation transnationale des diasporas », Études caribéennes, 16, URL : http://etudescaribeennes.revues.org/4627.

ation ou mondialisation ? (L’enjeu d’une théorie sociale unificatrice : sociologie critique ou théorisation systémique positive ?) », Société, 24-25 : 133-188.

Gilroy, P. (1987). There Ain’t No Black in the Union Jack: The Cultural Politics of Race and Nation, Chicago, Chicago University Press.

Gilroy, P. (1993). The Black Atlantic: Modernity and Double consciousness, UK, Verso.

Goffman, E. (1973). La mise en scène de la vie quotidienne, tome 1 : La présentation de soi, Paris, Minuit.

Goffman, E. (1974). Les rites d’interaction, Paris, Minuit.

Lahire, B. (2001). L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Armand Colin / Nathan.

Lapchick, R. (2005). 2004 Racial and Gender Reprot Card, University of Central Florida, The Institute for Diversity and Ethics in sport with the DeVos Sport Business Management Program.

Lepoutre, D. (1997). Cœur de banlieue. Codes, rites et langages, Paris, Editions Odile Jacob.

Martin, N. (2007). « Basketball Politics : éléments pour une socio-histoire du basket-ball africain-américain (1950-1980) », dans Archambault F., L. Artiaga et G. Bosc (dir.), Double Jeu, Histoire du basket-ball entre France et Amériques. Paris, Vuibert : 197-212.

Melyon-Reinette, S. (2010). « De la dédiasporisation des jeunes Haïtiens à New-York », Études caribéennes, 16, URL : http://etudescaribeennes.revues.org/4628

Meyrowitz, J. (1991). The Changing Global Landscape, Atlanta, GA: Quest.

Ndiaye, P. (2008). La condition noire, essai sur une minorité française, Paris, Calmann-Lévy.

Ollivier, B. (2009). « Les identités collectives : comment comprendre une question brûlante ? », dans D. Wolton (dir.), Les identités collectives à l’heure de la mondialisation, Paris, Collection Les Essentiels d’Hermès, CNRS Editions : 7-27.

Ortiz, R. (2000).  « Modernité mondiale et identités », Hermès, 28 :109-117.

Pulvar, O. (2006). « Mémoire, médiatisation et construction des identités », Études caribéennes, 5 : 99-108.

Rebillard, F. (2002). « La presse basket en France. Evolutions et diversifications des magazines consacrés au basket-ball (1982-2002) », dans Archambault F., L. Artiaga et P-Y. Frey (dir.), L’aventure des “grands“ hommes. Etudes sur l’histoire du basket, Limoges, Presses Universitaires de Limoges : 205-225.

Rocher, G. (2001). «La mondialisation : un phénomène pluriel», dans D. Mercure (dir.). Une société-monde ? Les dynamiques sociales de la mondialisation, Québec, Les Presses de l'Université Laval et De Boeck Université : 17-31.

Sudre, D. (2010). « Basket et culture. Les Influences de la Culture Nord-Américaine sur les Jeunes Basketteurs de la Région Parisienne », Thèse de Sociologie, Paris, Université Paris Descartes – La Sorbonne.

Wacquant, L. (1992). « Pour en finir avec le mythe des “cités-ghettos“. Les différences entre la France et les États-Unis », Annales de la Recherche Urbaine, 54 : 20-30.

Wacquant, L. (2006). Parias Urbains. Ghetto-Banlieues-Etat, Paris, La Découverte.

Wallerstein, I. (2006). Comprendre le monde. Introduction à l'analyse des système-monde, Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1 Le terme « Cain-ri » est le « verlan » de « Ri-cain », un diminutif d’  « Américain ». À noter que le verlan traduit une recherche d’identité marquée par le langage et qui fait sens dans le contexte social et culturel des grands ensembles HLM où vivent d’ailleurs de nombreux jeunes Cain-ris. (Voir notamment sur le verlan David Lepoutre, 1997).

2 Voir pour la méthodologie de l’enquête l’encadré 1.

3 La marque vestimentaire « AND1 » a lancé l’organisation de grands tournois de rue afin de promouvoir ses produits dans tous les États-Unis. Les responsables de la franchise commerciale ont réalisé, à partir des images récoltées lors de ces matchs de rue, des cassettes vidéo (« mixtape AND1 ») montées avec des fonds sonores provenant de la musique hip-hop.

4 Bien que cette casquette représente le club de baseball de New York, elle est indubitablement une caractéristique essentielle de la culture du hip-hop ball.

5 Un ‘dunk’ est une technique basketballistique (spectaculaire) qui consiste à poser, avec puissance, la balle directement dans le panier. On remplace souvent le terme de ‘smash’ par ‘dunk’.

6 Les inner cities sont les quartiers déshérités étatsuniens.

7 Le mot « grave », dans le contexte de la discussion, a pour signification « sérieux ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Une équipe de jeunes Cain-ris
Crédits Source : Auteur.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5891/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Figure 2. Connaissance des joueurs NBA et de Pro A
Crédits Source : Sudre, 2010.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5891/img-2.png
Fichier image/png, 30k
Titre Figure 3. Connaissance des équipes championnes NBA et de Pro A
Légende Source : Sudre, 2010.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5891/img-3.png
Fichier image/png, 23k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Sudre, « L’identité Cain-ri ou comment se créer une identité culturelle à l’heure de la mondialisation ? », Études caribéennes [En ligne], 22 | Août 2012, mis en ligne le 15 août 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/5891 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.5891

Haut de page

Auteur

David Sudre

Université Paris Descartes, Groupe d'Étude pour l'Europe de la Culture et de la Solidarité, GEPECS EA 3625, Docteur en Sciences Sociales, davidsudre@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org