Navigation – Plan du site
Tourisme, culture(s) et attractivité des territoires

La fête de Pâques : transgressions et instrumentalisations au sein des pratiques touristiques. Le cas de Maramureş en Roumanie

The Feast of Easter: Transgressions and Instrumentalisations in Tourism Practices. The Case of Maramures in Romania
Sonia Catrina

Résumés

Le but de cet article est d’analyser la manière dont s’effectue la construction sociale et symbolique de l’identité des propriétaires de pensions touristiques de Maramureş en présence des touristes pendant la période d’abstinence, recueillement et préparation pour les Pâques, durant cette fête religieuse et les jours qui lui suivent. Partant d’une description socio-anthropologique des « ingrédients » de cette fête nous nous proposons d’en identifier les transgressions et leurs significations dans le contexte d’un tourisme rural de type familial. On essaie de comprendre « le comment » et « le pourquoi » des logiques qui se trouvent derrière l’instrumentalisation de certains symboles de cette fête religieuse dans la sphère privée d’identification. Nous supposons que la désobéissance à certaines pratiques coutumières liées à la fête religieuse répond à des besoins de marketing touristique. Au-delà de l’étude des mécanismes de « mise en scène » des éléments collectifs d’identification sélectionnés par les propriétaires de pensions touristiques, c’est bien la question d’identité qui est au cœur de notre propos.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le terme qualifie ce qui est reconnu comme venant du passé.

1La réputation de Maramureş, région située dans le Nord-ouest de la Roumanie (figure 1), à la frontière avec l’Ukraine, consiste dans son archaïsme. A cause de sa position géographique, - au-delà des grandes routes commerciales - et des conditions historiques - l’influence romaine sur le Maramureş historique s’étant manifestée en moindre mesure que dans d’autres parties du territoire des Daces (les ancêtres des Roumains)-, cette région a gardé une authenticité intensément véhiculée dans le discours des ethnographes du siècle dernier. Le paysage, les anciennes maisonnettes en bois à une ou deux chambres, les grands portails en bois sculptés, les paysans habillés dans des vêtements traditionnels, les traditions « gardées en l’état », tous ces éléments ont contribué à forger l’image « traditionnelle »1 de Maramureş.

  • 2 Ce terme a été forgé par Vintilă Mihăilescu (2011: 96).
  • 3 Il s’agit des pratiques émanant des communautés culturelles avec des racines historiques, pratiques (...)

2Le tourisme et la migration, parus dans le contexte postrévolutionnaire du décembre 1989, ont provoqué des changements sociaux, économiques et culturels majeurs dans les villages de Maramureş. Le logement a souffert des transformations : les maisonnettes en bois étant remplacées par de grandes maisons « d’orgueil2 », souvent vivement ornementées et coloriées, de même que le style de vie ou le mode de consommation. Confrontés à de telles transformations, certains villageois de Maramureş, surtout ceux préoccupés à créer une offre touristique, ont commencé à réfléchir à la spécificité de leur milieu de vie, à la tradition et la culture locales. Le Maramureş a construit sa renommée touristique grâce à l’appropriation et la valorisation des ressources locales très diverses, telles les patrimoines (architectural, naturel, paysager, religieux), les activités de type culturel, pédagogique, agricole, de loisir et de plein air représentant des directions importantes du tourisme rural de cette région. La découverte du milieu de vie rural, des villageois et de leur mode de vie, des savoirs et savoir-faire considérés comme « traditionnels »3 a contribué à la marchandisation de la spécificité culturelle de Maramureş. Ainsi, l’offre touristique s’est-elle forgée autour de la figure du « paysan traditionnel » que les propriétaires de pensions touristiques ont « théâtralisée » en présence des touristes, par « une mise en scène » des pratiques vernaculaires ou par « une mise en exposition » du logement ancien. Autrement dit, dans le Maramureş, le processus de « mise en tourisme » consiste le plus souvent dans la récupération d’une identité mythologisée, l’identité « à la paysanne », et sa présentation mimétique devant les touristes.

Figure 1. La Roumanie. La région de Maramureş dans le Nord-ouest du pays (carte touristique).

Figure 1. La Roumanie. La région de Maramureş dans le Nord-ouest du pays (carte touristique).

Source: http://posturi.files.wordpress.com/​2012/​10/​33-harta-turistica-romania-map.jpg

3Ayant comme repère ces éléments généraux et prenant comme contexte la fête de Pâques, nous nous demandons quelle est l’importance de cette fête pour les villageois de cette région montagneuse dont une partie s’est adonnée à l’accueil des touristes, et en quelle mesure les références coutumières se maintiennent pour la plupart. Notre choix concernant la circonscription de l’analyse des enjeux de la fête religieuse de Pâques et son rapport avec les pratiques touristiques de Maramureş repose principalement sur l’idée que la religion peut servir de « ressource identitaire » et susciter des « processus d’appropriation » dans l’espace public ou privé d’identification. Selon nous, ce mécanisme de mise en rapport de l’identité et de la religion comporte la réactualisation des savoir-être lors de la fête. Déceler ce mécanisme induit une analyse du transfert au sein des communautés rurales de Maramureş des prescriptions liées à la fête pascale, à travers une mise en rapport du Temps avec l’Espace. Les deux paliers, l’ancrage temporel et spatial, sont définitoires pour cette étude nous permettant de réfléchir à la construction sociale et symbolique des communautés rurales de Maramureş, dont la spécificité culturelle sert d’« arène pour des choix, des justifications et des représentations conscientes » (Appadurai, 2005 : 85) des personnes intéressées à s’en servir pour un usage personnel. Avec comme arrière-plan théorique ces réflexions, nous faisons l’hypothèse que le contexte particulier du tourisme rural chez l’habitant implique la transgression de certaines pratiques coutumières, de même que la manipulation d’une partie des symboles coutumiers associés à cette fête religieuse en présence des touristes, ce qui s’inscrit dans une démarche de marketing touristique forgée sur un mode de vie considéré comme « authentique ».

  • 4 Dont l’affirmation en Amérique appartient à Clifford Geertz.
  • 5 Cette approche prend ses distances par rapport à une anthropologie dite positiviste, soucieuse de m (...)

4L’étude s’appuie sur une approche interprétative4, c’est-à-dire une approche qui mette en évidence et analyse le sens des représentations et pratiques des villageois de Maramureş dans le contexte de la fête religieuse de Pâques. Au niveau épistémologique, l’anthropologie interprétative5 que nous utilisons pose le problème des connaissances des cultures de l’intérieur des cultures elles-mêmes. La posture méthodologique inductive utilisée fait état de différents modes d’enquêtes qualitatives (observation participative et entretiens semi-dirigés, genre de « récits de pratiques » auprès des villageois de Maramureş).

5L’étude va débuter dans un premier temps par un regard socio-anthropologique autour des « ingrédients » de la fête de Pâques auxquels les membres de toute communauté rurale sont tenus par tradition pour obéissants. Ces « ingrédients » inventoriés par l’ethnologue Irina Nicolau (1998 : 13), à savoir les pratiques religieuses intégrant le carême et la participation aux messes, le dire et l’agir adéquats aux Pâques, le travail concentré surtout dans le foyer et la propreté du foyer, les vêtements (blancs vs. noirs, vêtements de deuil vs. vêtements de fête, vêtements ordinaires vs. costumes populaires/traditionnels), le festin et la danse, seront analysés en tant que savoir-être associés à la fête de Pâques. Notre attention sera dirigée dans un deuxième temps vers les transgressions des normes et des pratiques coutumières liées à la fête religieuse relevant d’opérations de sélection individuelle par leur inscription dans un contexte touristique, en essayant de comprendre « le comment et plus encore le pourquoi » des logiques de leur instrumentalisation, c’est-à-dire les « coulisses » qui se trouvent derrière ces démarches. Enfin, la réflexion, dans la partie finale, envisage les enjeux de la conversion d’une fête religieuse en fête folklorique dans le contexte du tourisme rural chez l’habitant.

1. Analyse des pratiques coutumières autour de la fête de Pâques

1.1. Interdictions du carême

6Les fêtes religieuses se réalisent dans un cadre et un temps à part considéré comme temps cérémoniel, nommé aussi « Temps sacré », « Grand Temps », ou Temps spirituel de communion avec la Divinité. Le temps cérémoniel d’une fête religieuse se différencie du temps habituel, généralement, temps quotidien dédié au travail ou « temps profane, durée temporelle ordinaire, où s’inscrivent les actes manquées de signification religieuse » (Eliade, 1992 : 64). Le passage du profane au cérémoniel implique un comportement adéquat en rapport avec les pratiques ascétiques. Cela renvoie à des interdictions et prescriptions dans la période précédant la fête, de même que le jour même de la fête et parfois quelques jours après, avant que les gens ne rentrent de nouveau dans le profane.

7Un des éléments les plus chargés d’interdictions et de prescriptions est le carême. Les quarante jours de carême requièrent de la pénitence, du châtiment, de la prière et du recueillement, conduite des croyants en rapport étroit avec la souffrance du Jésus-Christ. Annoncé par la fête « Lăsata Secului » ou le Mardi Gras, le carême s’ouvre avec le Mercredi des Cendres, jour qui marque le passage du profane au sacré, et culmine avec la semaine sainte avant que les gens ne se réunissent lors de la veillée pascale, pendant la nuit du samedi saint au dimanche de Pâques, jour par excellence de l’eucharistie.

  • 6 Extrait d’un entretien personnel. Notre article contient de nombreux extraits d’entretiens personne (...)

8Le carême est une pratique ascétique impliquant l’interdiction de consommer des produits carnés, des œufs ou du lait. Se soumettre aux interdictions du carême signifie pour les communautés rurales de Maramureş se rallier aux ancêtres : « (...) Il faut faire le carême. Même nos ancêtres l’ont fait. Ma grand-mère disait que nos proches étaient partis à la guerre avec de la polenta et de la confiture. Ils en ont été récompensés, car ils sont revenus au village, sain et sauf. (…) Il n’est pas acceptable de ne pas jeûner ! Cela n’arrive pas dans notre communauté ! Chez nous, tout le monde fait le carême ! A part ceux qui ont des problèmes de santé ou qui s’en vont ailleurs, tout le monde le fait. Même les enfants ! »6. La liaison avec les traditions des ancêtres agit dans le subconscient des villageois, marquant à la fois la perpétuation des pratiques coutumières dans leur communauté.

9Le carême met également de l’ordre dans la vie des villageois et rythme leur temps de travail. Conformément au calendrier orthodoxe, pendant le carême, il y a des jours ouvrables et des jours fériés. Ce ménage n’est pas un ordinaire, car l’intérieur de la maison doit briller : « J’ai nettoyé toute la maison. Le décor – impeccable, comme chez les empereurs les plus renommés ! ». Par conséquent, le nettoyage des foyers va de pair avec celui de l’âme. Seulement la parole et le geste appropriés à une bonne conduite pendant le carême impliquent la confession. Leur rapport est en étroite liaison, car il n’y a pas de confession en dehors du carême. La propreté intérieure et extérieure est en même temps une condition pour la « renaissance » du jour des Pâques, essence de la fête.

1.2. Les manifestations spirituelles dans les communautés rurales de Maramureş

10Une obligation morale importante pour les chrétiens de Maramureş est la présence à l’église le jour des Pâques, sans exception de statut social ou fortune. Tous les gens des villages de Maramureş se soumettent à cette règle, car l’absence attire de la sanction surtout verbale de la part des autres villageois. L’eucharistie que les gens reçoivent le jour de Pâques ajoutée au carême permet aux gens de libérer une jouissance à part, différente de celle d’autres fêtes religieuses grâce à la signification du geste pascal : « Le jour des Pâques, on ressent de très fortes émotions. Les paroles ne suffissent pas pour exprimer les sentiments éprouvés ce jour-là ». La communion des villageois qui agissent dans le même esprit de la loi spirituelle passe par la tradition transmise essentiellement par voie orale.

11Le service divin du samedi vers dimanche est précédé par d’autres messes. Les plus importantes sont celles de jeudi et de vendredi. Ces messes suivent un cérémonial en liaison avec l’enterrement. La Résurrection de Jésus-Christ pas encore réalisée, les jours qui la précèdent attirent de la tristesse, les gens vont au cimetière afin de déposer des fleurs et des chandelles sur les tombes. C’est une occasion aussi pour faire de la charité. A l’église, les chants religieux ne dépassent pas le même cadre de l’enterrement. Le geste et la parole sont en concordance avec l’histoire biblique, de la mort du Jésus-Christ et de son enterrement. La tristesse conquiert tout le village. Aucune cloche ne va plus retentir dans les villages de Maramureş quoiqu’il arrive. C’est une période de deuil qui doit être profondément respectée par tout le monde.

12La façon de se tenir à l’intérieur de l’église est en concordance avec l’âge et le statut donné par le genre. Les plus vieux restent toujours devant les plus jeunes. Cependant, les enfants tous petits sont toujours devant tous les autres. La dimension genrée structure le rangement des villageois, quel que soit leur âge. Par rapport aux femmes, les hommes sont d’habitude prioritaires à l’intérieur de l’église : « Les hommes restent toujours devant les autres. Quoi qu’il arrive, on les voit toujours réunis », disait une vieille femme présente à la messe de dimanche. Des prescriptions similaires ordonnent également la façon dont ils entrent ou sortent de l’église. Ce sont toujours les hommes qui entrent les premiers dans l’église, pour se ranger ensuite dans la partie la plus proche du prêtre et ce sont toujours eux qui prennent l’eucharistie en premier. Les femmes les suivent. Le genre, élément structurant l’espace d’une église, se rapporte non seulement aux adultes, mais aussi aux adolescents dont le rangement suit la règle des grands. Conformément à cette règle selon laquelle les jeunes gens doivent « s’ajuster au programme des personnes âgées », les garçons ne restent pas à côté des jeunes filles.

13A part cette distribution genrée de l’espace d’une église, il y a des règles concernant la façon de se couvrir la tête. Encore une fois les hommes sont privilégiés puisqu’ils ne doivent pas porter de chapeaux, alors que les femmes doivent avoir la tête couverte avec des foulards traditionnels. Pour être en accord avec les normes de leur communauté, les jeunes gens suivent la règle des adultes: les jeunes filles ont la tête couverte, alors que les garçons découvrent leur tête avant l’entrée de l’église et ils restent la tête découverte durant les messes. Ne pas se soumettre à une de ces règles considérées par les villageois comme des « lois du bon sens » signifie transgresser les savoir-être de toute une communauté villageoise. Les normes traditionnelles de conduite doivent être respectées par tous les villageois, quel que soit son genre, son âge ou son statut social.

1.3. Panoplie d’aliments rituels définissant les Pâques

14La fête de Pâques est définie par une panoplie d’aliments à forte signification. Parmi ces aliments les plus importants sont : les œufs rouges-épiphanie de la Création. L’œuf, archétype cosmogonique, symbole universel de la naissance, associé à la couleur « rouge », couleur du sang par excellence, devient le symbole de la Divinité ; la galette de Pâques à la vanille et à la cannelle, remplie du fromage-symbole archétypale de l’éternité. La galette des Pâques, toute ronde, est représentative pour cette fête religieuse grâce à sa symbolique. Classiquement, on considère que le cercle est le symbole de l’éternité ayant la fonction de défendre les gens contre les maux. La fonction apotropaïque du cercle est ainsi transférée à la galette pascale. La galette pascale inclut également la signification du blé, symbole de la fertilité, de la récolte et de la fortune. Etant de la pâte modelée et ornée, la galette pascale requiert à la fois des valences de la gimblette utilisée pour faire de la charité en liaison avec l’enterrement ou offerte aux enfants chantant des cantiques. Par conséquent, sa forme ronde et son ornement à part singularise la galette pascale et lui renforce la signification rituelle et festive ; l’agneau sacrifié pour la fête pascale interrompt le temps quotidien pour marquer le temps rituel de la fête. Ofelia Văduva (1996 : 161) considère que le sacrifice d’un animal domestique pour une fête religieuse rend « le temps solennel et pur, en lui conférant des accents évidemment sacrés. Le sacrifice crée le cadre spirituel pour la réalisation du contact imaginaire avec la divinité, en vue de capter les forces bénéfiques, suprêmes ». En effet, le sacrifice fait une coupure dans le temps ordinaire pour situer temporellement la fête. On n’est plus dans le quotidien, car le sacrifice fait référence à la mort de la Divinité et à sa proche Renaissance. La consommation de l’agneau cuisiné situe la fête dans le Temps Sacré; le vin-symbole du sang de Jésus-Christ. Le vin, obligatoirement rouge, accompagne nécessairement tous les produits cuisinés spécialement pour cette fête. Grâce à sa couleur, le vin rouge est associé au sang, tout comme les œufs. Ce parallèle est le fondement de la croyance que le vin est sacré : « Le liquide rouge, dense et vital avec lequel a été identifié dans la religion chrétienne, le vin, est considéré toute comme la pâte levée en tant que substance eucharistique représentant symboliquement le sang saint du Jésus-Christ. Le vin inclut ainsi le symbole de l’immortalité et de la renaissance. », affirmait Ofelia Văduva (1996 : 47) ; le sel-substance eucharistique. Le sel, accompagne les autres aliments apportés à l’église le jour de la fête.

15A part les plats cuisinés et le vin, les gens peuvent apporter à l’église du sel pour être béni : « Jadis, on apportait à l’église seulement des œufs rouges et du sel. Ce sel là est utilisé pour salir les plats lors d’autres fêtes. », disait une des villageoises de Maramureş présente à la messe. Sa fonction apotropaïque est évidente. Le sel est considéré en même temps comme le symbole de la pureté, de la propreté et de la perfection. Les villageois en consomment non seulement parce qu’ils sont conscients de ces vertus, mais aussi parce que c’est une norme de leur communauté et tout le monde agit dans le même esprit, de la coutume.

16Soigneusement rangés dans des besaces tissées dans le métier à tisser, ces aliments sont portés à l’église le dimanche de Pâques pour recevoir le bénissement du prêtre. Apportés dans les foyers et consommés pendant les Pâques et les jours d’après, ces aliments eucharistiques marquent le temps rituel de la fête et sa signification profonde. De plus, certains de ces aliments cuisinés peuvent être consommés à condition que ce soit à jeun. Cette prescription transmise par tradition des aïeux est équivalente à celle de l’eucharistie et rend le geste sacré. L’alimentation devient rituelle et se constitue en message intelligible pour la communauté de Maramureş grâce à la convention sociale gardée durant le temps qui a permis sa transmission. Après le service divin, les gens consomment de tels aliments non parce qu’ils ont faim, mais parce qu’ils « doivent le faire ». Tous les gens de la communauté de Maramureş ont l’obligation morale d’agir pareillement et « manger tous les jours un bout de plat béni ». C’est une convention transmise par tradition. Durant toute la semaine qui suit le dimanche de Pâques, la communauté reste dans le temps sacré. Elle quitte le sacré seulement une semaine après Pâques lorsque tous les aliments portés à l’église pour être bénis ont été consommés. Dès lors il ne reste aucune trace de sacralité dans la vie des gens qui, retournés dans le temps profane, peuvent reprendre leurs activités courantes.

1.4. Le festin-essence de la fête religieuse

17Les plats préparés pour la fête de Pâques ne se situent pas dans les limites du normal, mais de l’excès. Dans le Maramureş rural, les villageois ont besoin des plats en abondance basés principalement sur la viande d’agneau considérée comme emblématique pour la fête pascale. Cependant, les gens ne se limitent pas à sacrifier seulement de l’agneau pour fêter les Pâques. Au contraire, pour accomplir leur repas pascal ils se servent d’autres types de viande, telle que la viande de porc, de bœuf ou de poulet. Cette viande, sans aucune signification rituelle pour la fête en question, se situe dans le contexte du festin.

18 Ainsi, les plats ne sont-ils pas préparés pour être mangés tous à la fois, mais pour que ce soit en grande quantité : « Nous avons préparé tout ce qu’il faut. Il faut absolument que rien ne manque ! », affirmait une des villageoises de Maramureş. La préparation abondante des plats traditionnels est un élément important de la fête pascale, le festin étant un des éléments essentiels des fêtes religieuses. Roger Caillois (1997 : 135) considère l’excès comme une des caractéristiques les plus importantes des fêtes, étant leur essence. Comme la signification de la fête de Pâques est spéciale, le repas doit l’être également. Il doit se différentier nettement d’un repas ordinaire. Alors, pour marquer le fait que les gens sont en fête, le repas doit dépasser les limites du normal par abondance et même excès. Selon Paul Drogeanu (1985), le repas en excès apparaît comme une modalité de sortir du commun. Le festin projette ainsi les gens au-delà du temps ordinaire. Lors du repas, la communauté en fête n’est plus dans l’habituel, mais dans l’inhabituel. Le repas en excès satisfait les désirs des gens en compensation avec les renoncements dans la période du carême. Le saut dans le quotidien va se réaliser seulement une semaine après les Pâques, un lundi, quand les gens vont reprendre toutes leurs habitudes d’avant la période d’abstinence. Par conséquent, la fête de Pâques ne bouleverse pas totalement l’écoulement du temps des croyants de Maramureş. Au contraire, cette cyclicité du temps renforce l’ordre temporel des villageois. De plus, cette coupure dans leur temps habituel a le rôle d’organiser leur existence. Irina Nicolau (1998: 15) affirmait que « pour maintenir l’ordre on a besoin de la force que l’on doit chercher, de temps en temps, dans le chaos ». Le « chaos » de la fête des Pâques, dû à l’excès, est ainsi remplacé par le normal des jours d’après la fête.

1.5. L’habit pendant la fête de Pâques et les jours d’après

19Les villageois de Maramureş choisissent leurs vêtements en fonction de plusieurs séquences temporelles. Avant les Pâques, dans la période du carême, ils se mettent des couleurs sobres, tout comme lors de l’enterrement: « Je n’ai pas mangé et je ne me suis pas habillée comme pendant l’année. Par exemple, pendant le carême, j’ai porté plutôt des vêtements en noir et marron. Je ne me suis pas mise de blouses blanches [référence à la chemise blanche en coton, partie du costume populaire]. (…) Aucun vêtement en clair ! Pendant le carême, les gens ne se vêtent que dans des vêtements de deuil ! ». Le rapport des villageois aux vêtements reste identique le jour de la fête pascale étant marqué par le même registre de tristesse. Le caractère festif est donné seulement par la qualité de ces vêtements, parfois tous neufs, cependant dans des couleurs sobres. A la place de ce genre d’habits portés généralement par les jeunes gens, les gens d’un certain âge préfèrent des vêtements traditionnels, tissés et cousus dans les foyers de chacun.

20Les villageois de Maramureş changent la façon de s’habiller seulement le lendemain de Pâques: ils renoncent aux couleurs sobres des blouses achetées au marché en faveur du blanc de la chemise populaire. Ils se mettent les costumes populaires de fête considérés comme « joyeux » (voir au-dessus les trois photos): « Le jour d’après les Pâques, les vêtements des gens sont vraiment splendides ! ». Aller à l’église le lendemain de Pâques dans une tenue autre que le costume traditionnel attire l’attention des gens et surtout leur réprobation si la personne en cause est quelqu’un du village. Le costume populaire abolit les différences sociales et rend tous les villageois semblables. La splendeur des costumes populaires, qui aux dires des villageoises dépasse nettement celle des vêtements tous neufs, est en concordance avec l’atmosphère générale de la fête célébrée par toute la communauté le lendemain, après la messe, lorsque toute la communauté est invitée à la danse.

Figure 2. Vieil homme de Maramureş en costume populaire de fête.

Figure 2. Vieil homme de Maramureş en costume populaire de fête.

Source: Sonia Catrina, archive personnelle.

Figure 3. Vieille femme de Maramureş en costume populaire de fête.

Figure 3. Vieille femme de Maramureş en costume populaire de fête.

Source: Sonia Catrina, archive personnelle.

Figure 4. Femme mariée, jeunes filles et enfants de Maramureş en costumes populaires.

Figure 4. Femme mariée, jeunes filles et enfants de Maramureş en costumes populaires.

Source: Sonia Catrina, archive personnelle.

21Tradition et religion sont donc les deux piliers identitaires selon lesquels se conduit une communauté se réclamant d’une origine ancienne. Ne pas suivre les prescriptions indiquées par ces deux piliers des communautés rurales de Maramureş est signe d’omission volontaire d’une culture dont les racines renvoient aux origines de tout un peuple, le peuple roumain. L’habit traditionnel de fête fait partie d’un projet des villageoises qui désirent le léguer à leurs descendants. Les jeunes filles d’aujourd’hui ne savent plus coudre à la main ou tisser comme auparavant quand elles préparaient leur dote sous la direction de leurs mères. L’habit traditionnel de fête était un des éléments composant la dote des filles ayant atteint l’âge de mariage. Aujourd’hui l’importance de ce type de dote a diminué, ainsi que l’intérêt de le posséder. Les villageois en ont pris conscience du risque de perdre cet habit avec la disparition des dernières femmes sachant le tisser et le coudre. Il s’agit bien d’un « patrimoine fragile » au sens de Paul Rasse (2011) car lorsque sa transmission ne sera plus assurée, cet habit sortira d’usage ou au meilleur des cas il deviendra objet de musée et témoignage des temps passés. Ayant réfléchi à cette idée, certaines villageoises de Maramureş ont pensé à léguer le costume traditionnel de fête à leurs descendants : « Pourquoi ne pas faire des habits traditionnels à mes petits-enfants, à ma bru ou à mon fils pour qu’ils en possèdent un dans une dizaine, une vingtaine ou même une trentaine d’année ? Les générations d’aujourd’hui ne savent plus coudre ! Je veux qu’ils les gardent dans le casier pour la dote et qu’ils s’en habillent lors d’une grande fête. Ces habits sont faits pour être gardés longtemps ! ».

1.6. Dimension sociale de la fête de Pâques

22La fête de Pâques permet généralement d’importants rassemblements. « Nulle part et sous aucune autre forme, l’essence collective de l’être humain n’est pas réalisée de manière complète comme dans l’atemporalité de la fête », écrivait Ilie Bădescu (1997 : 76). Le rassemblement des villageois accompli sur un fond religieux est une manière importante de socialiser. Ainsi, la fête religieuse contribue-t-elle au renouvellement de l’équilibre communautaire et de l’harmonie sociale ; elle sert également de véhicule culturel pour la communauté qui reproduit chaque année les pratiques associées à la fête.

23Par tradition, la fête est vécue plus intensément au sein de la famille et des proches, la socialisation avec d’autres personnes étrangères au foyer n’étant pas permise le dimanche de la fête. Ainsi, grâce à la fête de Pâques, les liaisons entre les ascendants et les descendants d’une famille étendue sont soudées. La cohésion des foyers est pleinement réalisée pendant le repas de dimanche. Selon certaines prescriptions connues seulement par les habitants des communautés rurales de Maramureş, il est défendu de rendre visite aux autres le dimanche de la fête pascale. Toujours selon la tradition, si cette prescription n’est pas respectée, il est souhaitable que la personne qui rend visite soit un homme. La présence d’une femme étrangère le dimanche de Pâques attire la malchance et le malheur du foyer. Cette croyance repose sur l’idée que la femme a des pouvoirs maléfiques qui peuvent être chassés d’un foyer que par sa non-présence. En contraste avec la fonction maléfique de la femme apparaît la fonction bénéfique de l’homme dont la présence est même requise pendant le dimanche des Pâques, et généralement pendant d’autres fêtes religieuses d’une importance semblable à la fête pascale : « Quand j’étais jeune, il était interdit d’aller chez ton semblable le jour des Pâques. Il n’était pas permis d’inviter les autres de venir chez toi, ni de les recevoir à ton tour. Et malgré cela si on te rend visite, il faut au moins être visité par un homme. Il ne faut pas que ce soit une femme ! Il faut que ce soit un homme pour avoir de la veine dans le foyer pendant toute l’année ! (…) On dit que la présence d’une femme le jour de Pâques apporte du malheur au foyer pour toute l’année. L’homme apporte de la chance, la femme, au contraire, de la malchance. Et ce n’est pas une croyance liée seulement aux Pâques ! D’autres fêtes en tiennent compte ! Par exemple, pendant les fêtes d’hiver, mon mari est la première personne qui nous chante des noëls, cela pour avoir de la chance ! ». Cette conduite souligne la primauté de l’homme sur la femme et son rôle dans l’enceinte domestique, supérieur à celui de la femme.

24Dans un registre similaire se situe également la pratique de s’embrasser le dimanche des Pâques, croyance selon laquelle les gens qui le font peuvent se retrouver dans la vie de l’au-delà. Encore une fois, ce rituel reste en famille. Il est transgressé seulement pour les voisins et les amis : « Le jour des Pâques, il faut embrasser les parents, les proches, les voisins. On dit que dans le monde de l’au-delà tu trouveras toutes les personnes que tu as embrassées le jour des Pâques. Mais seulement le jour de Pâques! ». Parfois, les touristes familiarisés avec les coutumes de la région n’échappent pas à cette pratique. En effet, les touristes, personnes jusqu’alors étrangères au foyer, peuvent être embrassés par leurs hôtes, surtout s’ils participent à la fête de Pâques. Quand nous avons demandé des explications par rapport à cette attitude envers les touristes, on nous a répondu qu’ils avaient été intégrés dans la famille qui les a accueillis. Depuis, leurs hôtes les considèrent comme en faisant partie et donc les traitent comme des proches.

2. Transgressions et instrumentalisations de la fête de Pâques

2.1. Le carême

25La pénitence, le châtiment, la prière et le recueillement ne trouvent pas la même place dans la vie des propriétaires de pensions touristiques que pour la majorité des croyants de Maramureş. Préoccupés à satisfaire les touristes logés chez eux, la plupart d’entre eux s’intéresse davantage au travail requis par la présence d’autrui qu’à son propre bien-être spirituel. Ce travail suppose en premier lieu le nettoyage de son foyer, entièrement mis à la disposition des touristes. Tout comme pour les autres villageois, le nettoyage n’est pas ordinaire, car pour le contentement des touristes tout doit briller. Pourtant, ces actions se situent dans le profane car elles s’inscrivent dans une démarche d’accueil touristique et non pas cérémonielle. De ce point de vue, la période des quarante jours n’impose pas d’interdictions dans la vie des propriétaires et ne dirige non plus leur temps de travail. Le travail qu’ils font – hébergement et restauration – leur demande de transgresser les façons de faire de leur communauté. Pour eux, ne pas recevoir des touristes pendant les fêtes religieuses afin de se plier aux normes coutumières de leur communauté signifierait échouer dans leur « affaire » touristique. De ce point de vue, pour les propriétaires de pensions qui veulent gagner de l’argent lorsque tous les autres villageois se reposent, le jour de fête est un moment propice à la présence des touristes ; par conséquent, il n’est pas possible de se plier entièrement aux normes coutumières de la fête pascale. Ils essaient de respecter autant que possible les prescriptions du carême, mais ils n’arrivent pas toujours à le faire, à cause du fardeau de leur travail. Parmi ces prescriptions, il y a l’interdiction de consommer des produits carnés, des œufs ou du lait. Obligés de cuisiner pour les touristes non concernés par ce genre de prescriptions, les propriétaires ne peuvent faire le carême car ils doivent cuisiner et goûter les plats destinés à leurs invités. Leur conduite, en dehors des règlements coutumiers, les empêche également de se confesser pendant cette période de châtiment et de recueillement.

2.2. La participation aux messes pendant la fête de Pâques

26La célébration liturgique lors de laquelle les fidèles de Maramureş sont conviés à partager le corps et le sang du Christ suscite une communion d’une grande intensité. La présence de tous les villageois à l’église  le jour de la Résurrection, en tant que reconnaissance de la présence éternelle du sacrifice rédempteur du Christ, dans la consécration du pain en son corps et du vin en son sang, est une des obligations morales à laquelle les propriétaires de pensions touristiques de Maramureş ne se soustraient pas. Leur absence pourrait provoquer la sanction communautaire. Aller aux messes pour le service divin et l’eucharistie n’est pas seulement une façon de respecter la sacralité d’une fête religieuse et les façons de faire de toute une communauté, mais c’est aussi une manière de communier.

27Même les touristes qui se trouvent en vacances dans la région rurale de Maramureş doivent s’y plier. Après avoir été intégrés dans la communauté d’accueil, ils ont l’obligation morale de se conduire comme les indigènes. Par conséquent, ils sont invités à prendre part à la Communion. Ce sont les propriétaires de pensions qui s’en occupent: « J’ai pris tout le monde avec moi à l’église. », disait une des propriétaires du village de Poienile Izei. Les touristes « doivent s’intégrer entièrement au programme  de leurs hôtes » comme s’ils faisaient partie de la famille et apprendre les façons de faire des autochtones. Par conséquent, participer à la messe de Pâques devient une dette morale même pour quelqu’un qui ne connait pas les pratiques coutumières des villageois de Maramureş : « [Les touristes] y sont venus une semaine avant les Pâques. (…) Bien entendu, le jour de Pâques, tout le monde est allé à l’église. Tout le monde, sans exception ! Chez nous, il n’y a pas de gens qui sortent de notre programme, même si la religion ne compte pas pour eux [les touristes]. (…) Et le jour de Pâques, nous avons pris tout le monde avec nous pour aller à l’église. »

2.3. Le costume populaire

  • 7 Dans le Maramureş, habiller le touriste en costume traditionnel est la pratique la plus usitée parm (...)

28Le temps de la fête pascale est ordonné par les règles coutumières des communautés villageoises de Maramureş qui indiquent à leurs représentants quand porter l’habit populaire festif. Pour les indigènes, quel que soit leur statut social, c’est une obligation de respecter cette tradition. Pour les natifs de Maramureş vivant à l’extérieur, c’est une contrainte à ne pas ignorer lors de leur séjour dans la région ; pour les touristes cela peut s’avérer être un défi. Leurs hôtes les incitent à essayer l’habit traditionnel de Maramureş : « Quand les touristes sont venus chez moi, je les ai tous habillés en costume populaire. J’ai plusieurs costumes populaires complets. (…) Je peux habiller en costumes d’été et d’hiver huit personnes, femmes et hommes à la fois. (…) Ce n’est pas une obligation, car je n’oblige personne à le faire ! C’est ce que je peux leur offrir ! »7.

29Quant aux indigènes, porter les habits traditionnels à la vue des autres (indigènes ou non) est une manière d’exposer leur fierté de les avoir gardés aussi longtemps et de pouvoir les montrer aux autres : « C’est une sorte de fierté. La tradition, c’est la fierté de notre village ! On ne lâche aucunement notre tradition ! Ben. Tout le monde possède un costume traditionnel ». La fierté d’avoir gardé un costume traditionnel et de l’étaler devant les autres le jour de Pâques est en rapport avec l’identité des villageois qui se tisse autour de la singularité de ce costume et surtout son origine. Par le costume populaire, la communauté montre aux autres de quoi est faite son identité, qui est avant tout une identité régionale. La préciosité du costume populaire est également due à son ancienneté. L’ancienneté de l’habit renvoie directement à l’origine du peuple roumain : « Décidemment, cette tradition existe depuis toujours. Chez nous, il y avait les vrais Daces. Et nous en sommes leurs vrais représentants ». Analysant les dires d’un des villageois de Maramureş, nous comprenons que les racines daces des moroşeni sont appelées dans ce contexte pour prouver une tradition gardée en l’état: « (…) la chemise traditionnelle pour l’homme a une origine dace puisque c’est seulement dans le Maramureş qu’il y a eu les Daces libres. Elle ressemble beaucoup à la chemise dace coupée autour du cou, ainsi qu’en bas ».

30Pourtant, il y a des transgressions. Généralement, les personnes qui ont quitté leur village pour aller travailler en ville ou à l’étranger et qui ne rentrent que très rarement chez eux se permettent d’outrepasser cette règle. Selon les indigènes, une fois revenues dans leur village, ces personnes devraient oublier ponctuellement leurs habitudes acquises ailleurs pour se conduire comme leurs proches. A cet égard, un vieillard soutenait que ces personnes devraient se rappeler même le langage dialectal de la région où elles ont grandi pour l’utiliser chaque fois que la conversation avec un indigène est entamée. Parfois, les habits que ces personnes portent à l’église trahissent leur identité à mi-chemin entre une identité traditionnelle acquise dans leur village et une identité nouvelle acquise ailleurs. Toutes les fois qu’il y a quelque chose qui sort du commun, le jugement des autres personnes ne tarde pas de se manifester. La façon de s’habiller et parler différemment attire l’attention des gens du village qui les montrent du doigt, en les cataloguant comme outsiders. D’autres, plus soucieux par rapport aux transformations d’après la Révolution, passent par un regard réflexif la conduite de ceux qui sortent de la norme de leur communauté. Ce sont les gens d’un certain âge qui se demandent ce que leur communauté deviendra après leur mort : « Nous allons bientôt disparaître, mais tout ça restera », disait une villageoise. Dans ces cas, les vieillards se considèrent comme les gardiens de la tradition et la jeune génération comme promotrice d’une nouvelle société qui fonctionne selon des règles différentes de celles traditionnelles qu’ils soutiennent.

2.4. Quelle socialisation pour les propriétaires de pensions touristiques ?

  • 8 Ilie Bădescu (1997 : 75) considère que la « fête est le cadre noologique de manifestation en plénit (...)

31Alors que pour les gens du village, le jour de la fête implique du repos, de la socialisation et de la communion en famille, les propriétaires de pensions travaillent pendant toute la période de la fête pascale. La présence des touristes demande une certaine conduite de leur part. Le « programme » festif proposé aux touristes le jour de la fête pascale contient principalement le repas dont les dimensions doivent se situer dans le registre de l’excès tout comme pour les indigènes. L’organisation des spectacles folkloriques pour les touristes est aussi une obligation des hôtes. Les propriétaires se servent du contexte de la fête religieuse comme évènement festif contribuant à l’attractivité de la région. La seule socialisation possible est avec les touristes et non la famille. Dans leur objectif de satisfaire et de réjouir leurs invités, les propriétaires ne pensent plus à leur propre famille. Occupés avec les touristes, ils ne sont plus en mesure de vivre la fête dans sa vraie dimension « noologique »8. Pour eux, ce n’est plus la réunion de leur famille qui compte, mais le bien-être des touristes, la qualité de leur prestation. Ainsi la signification sociale de la fête religieuse, de réunion avec la famille et les amis les plus proches perd de l’importance dans le cadre de la pratique touristique, sans pour autant disparaître. Une fois les touristes repartis, ils peuvent se consacrer à eux-mêmes et à leurs proches qu’ils peuvent accueillir chez eux seulement quelques jours après la Résurrection quand toute l’intensité de la fête aurait disparu.

2.5. La danse folklorique le jour de Pâques

32Après avoir transgressé les règles coutumières liées à la fête pascale par l’organisation des repas communs avec les touristes et non pas en famille, les propriétaires de pensions de Maramureş persévèrent une fois avec l’organisation de la danse traditionnelle. Pour animer le séjour de leurs invités, ils embauchent des joueurs au violon et à la guitare, cântăreţi cu ceteră şi zongură, qui jouent de la musique folklorique régionale sur une scène spécialement aménagée pour un spectacle folklorique. Ce genre de spectacles est un élément identitaire apprécié du public roumain. L’introduction de ces spectacles folkloriques dans les pratiques touristiques lors des Pâques est encore une transgression car la fête traditionnelle ne permet pas le divertissement qu’en famille. L’esprit de la fête demande que ce jour reste solennel comme les jours du carême. La véritable distraction n’est permise que le lendemain de la Résurrection.

  • 9 Utilisé pour accueillir les touristes, leur servir les repas et développer avec eux des activités à (...)

33La fête de Pâques n’est pas d’ailleurs le seul évènement qui donne lieu à ce genre de performances. De temps en temps, plusieurs membres de la famille accueillant des touristes peuvent se trouver placés en situation de complicité les uns avec les autres vis-à-vis de leurs invités. Un des membres peut leur servir le repas tout en étant habillé en costume populaire, alors qu’un autre membre peut chanter de la musique traditionnelle, bien évidemment toujours habillé en costume populaire, et entraîner les touristes à la danse. Leurs représentations sur une scène ambulante (qui peut être soit la salle à manger, soit un endroit aménagé dans la cour même des hôtes) sont établies à l’avance par les principaux « participants » à ce jeu -en fait les organisateurs. Ces représentations doivent se dérouler à des moments bien précis pendant le séjour des touristes. Si les propriétaires peuvent se vêtir en costume populaire à tout moment9, ils ne chantent jamais de la musique folklorique en début du séjour des touristes. Il faut qu’ils passent de la simple connaissance des touristes à un contact plus proche qui peut se réaliser lors de la fête. De ce point de vue, le spectacle folklorique et la danse traditionnelle complètent l’intégration des touristes commencée avec l’hébergement chez l’habitant de Maramureş.

  • 10 Selon les arguments d’un de nos interlocuteurs - touriste français dont nous avons recueilli les pr (...)

34Quel que soit le contexte qui donne lieu à de pareilles « mises en scène » de la musique traditionnelle, ces représentations ne sont pourtant pas désintéressées. Organisant une telle fête folklorique pour les touristes, on n’est plus dans le registre du sacré mais dans celui de la marchandisation. Le but des promoteurs de ce genre de pratiques à l’occasion de la fête de Pâques est d’obtention des bénéfices financiers plus conséquents que dans le reste de l’année dépourvu de fêtes religieuses significatives. Toutefois, le processus reste complexe : les propriétaires des pensions touristiques de Maramureş invitent les touristes à découvrir une identité construite sur des éléments coutumiers endogènes. Quel que soit l’occasion de se vêtir en costume traditionnel de fête en présence des touristes, ce genre d’habit est un élément privilégié d’identification. Il en est de même pour la musique folklorique. Les propriétaires montrent aux touristes leur appartenance à une collectivité et surtout à une région culturelle spécifique de la Roumanie, dans ce cas le Maramureş historique. Apparemment, le résultat est celui escompté car les touristes sentent que « ce sont des peuples qui gardent bien leur tradition »10. De plus, la participation des touristes aux pratiques associés à la fête de Pâques leur démontre la vigueur des « traditions gardées en l’état ». Le costume populaire et la musique folklorique sont des marqueurs d’« authenticité », même si le contexte où ces éléments identitaires sont produits n’est pas véritablement authentique, étant spécialement construit pour les touristes.

Conclusion

35Notre analyse de la fête de Pâques atteste d’un respect des normes coutumières par la majorité des villageois de Maramureş. Leur comportement désigne non seulement leur respect envers la perpétuation d’un modèle culturel, mais aussi la prise de conscience quant à leur « devoir de le transmettre, d’en faire un repère vivant » (Ştiucă, 2004 : 3). Les trois fonctions de la fête pascale identifiées par Irina Nicolau (1998 : 25), « la relation avec le sacré, la cohésion du groupe communautaire et son accord avec le Cosmos », sont pleinement réalisées du côté des chrétiens de Maramureş qui respectent les prescriptions instituées par leur communauté et transmises de génération en génération par voie orale. Dans les villages de Maramureş, tout le monde doit respecter les savoir-être des vieillards et agir en conséquence. Les communautés villageoises de Maramureş réalisent donc le contrôle social des individus.

36Néanmoins, ce n’est pas toujours le cas pour les propriétaires des pensions. La renaissance et la régénération – symboles inclus dans la temporalité de la fête – ne peuvent pas être atteintes par ces personnes qui, à plusieurs reprises, transgressent délibérément les normes coutumières liées aux Pâques. Le constat est identique pour les touristes qui ne recherchent pas nécessairement un accomplissement spirituel au même degré que les indigènes, les véritables fidèles. Il est vrai qu’ils se soumettent à certaines pratiques, participant par exemple à la messe du dimanche de la Résurrection, soit de bon gré, soit invités par leurs hôtes, en prenant l’eucharistie et en consommant un bout de galette et des œufs rouges, en s’appropriant ainsi le symbolisme des aliments eucharistiques ingérés, de purification sacrée et de régénération. Toutefois, leur revitalisation, réalisable selon les croyances dans le contexte de la fête religieuse, ne peut pas être accomplie au même titre que pour les villageois suivent à la lettre les interdictions et les prescriptions nécessaires à ce passage. Irina Nicolau (1998 : 12) disait que ne pas respecter un des sept éléments constitutifs de la fête provoque une dénaturation de tous les autres. Ne suivant pas à la lettre les prescriptions reconnues au sein des communautés de Maramureş, ni les propriétaires des pensions, ni les touristes ne recherchent nécessairement des révélations.

37Selon nous, le contexte religieux en soi n’a plus de liaison avec le Temps sacré, de communion avec la Divinité, mais il vise en premier lieu à dévoiler aux autres des savoir-être coutumiers spécifiques à la région considérée. L’usage des symboles de la fête religieuse de Pâques devant les touristes permet aux propriétaires de pensions de Maramureş d’enchainer le moment présent, évidement sous le signe du changement culturel, au passé, qualifié sous l’angle du conformisme aux normes communautaires. La promotion devant les touristes des aspects les plus spectaculaires de la vie festive des communautés rurales de Maramureş renforce l’idée d’un mode de vie traditionnel. A travers cette stratégie touristique, les propriétaires des pensions reconstruisent consciemment l’image des citoyens archaïques qui préservent leurs coutumes, tout comme les autres villageois appartenant à la même communauté le font inconsciemment un jour de fête. Par cette démarche, ils cherchent également à légitimer leur construction identitaire autour d’éléments considérés comme « traditionnels ». Cependant, tout en « se montrant » aux autres, les propriétaires « se mettent en scène ».

38En outre, à chaque fois, il s’agit de scénariser pour les touristes une identité forgée sur des pratiques culturelles « traditionnelles », pour des raisons commerciales. Cela entraîne à la fois la marchandisation et l’instrumentalisation des fêtes religieuses transformées dans les pratiques touristiques en fêtes folkloriques. Dans cette perspective, leurs actes apparaissent réducteurs car ils en saisissent que quelques fragments d’identité. Par conséquent, l’usage des symboles religieux au-delà du temps rituel du mythe contribue à leur marchandisation. Par la standardisation, l’homogénéisation et la reproductibilité de leurs actes lors des fêtes religieuses, les hôtes rendent à la fois le geste banal. L’instrumentalisation de la fête pascale en présence des touristes l’inscrit dans le temps banal et quotidien des loisirs et de la distraction. D’ailleurs, Irina Nicolau (1998 : 12) soutient que « la festivité est ce qui reste après avoir perdu le noyau de sacralité ».

39Devant ce genre d’interprétation des symboles associés à la fête pascale, on ne peut pas achever autrement notre réflexion qu’en citant l’anthropologue Claude Karnoouh (1990 : 52-54) qui affirmait que le destin contemporain de la belle fête religieuse paysanne est de « se transformer en fête folklorique et donc en pure marchandise pour adorner des lieux (espaces privés ou publics) ». De ce point de vue, les « traditions  folkloriques » que les propriétaires des pensions touristiques de Maramureş actualisent lors de la fête de Pâques apparaissent comme des moments privilégiés pour comprendre comment les hôtes construisent socialement du sens pour leurs visiteurs.

Haut de page

Bibliographie

Appadurai, A. (2005). Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation. Paris, Ed. Payot et Rivages.

Bădescu, I. (1997). Teoria latenţelor, Bucarest, Ed. ISOGEP-EU.

Caillois, R. (1997). Omul şi sacrul, Bucarest, Ed. Nemira.

Drogeanu, P. (1985). Practica fericirii, Bucarest, Ed. Eminescu.

Eliade, M. (1992). Sacrul şi profanul, Bucarest, Ed. Humanitas.

Karnoouh, Cl. (1990). « L’invention du peuple », Chroniques de Roumanie, Paris, Ed. Arcantère.

Mihăilescu, V. (2011). « Comment le rustique vint au village, Modernité domestique et domestication de la modernité dans les campagnes roumaines », Terrain, 57 : 96-113.

Nicolau, I. (1998). Ghidul sărbătorilor româneşti, Bucarest, Ed. Humanitas.

Rasse, P. (2011). « Mutation des cultures traditionnelles et problématique de la protection du petit patrimoine fragile : le cas du pays Maramureş », 18e  Colloque bilatéral franco-roumain en sciences de la communication : Traces, mémoires, et Communication, URL, <http://www.cbfr.eu/?page_id=275>, consulté le 07 juillet 2011.

Ştiucă, N. (2004). Sărbătoarea noastră cea de toate zilele, Bucarest, Ed. Cartea de buzunar.

Văduva, O. (1996). Paşi spre sacru. Din etnologia alimentaţiei româneşti, Bucarest, Ed. Encyclopédique.

Haut de page

Notes

1 Le terme qualifie ce qui est reconnu comme venant du passé.

2 Ce terme a été forgé par Vintilă Mihăilescu (2011: 96).

3 Il s’agit des pratiques émanant des communautés culturelles avec des racines historiques, pratiques transmises principalement de façon orale.

4 Dont l’affirmation en Amérique appartient à Clifford Geertz.

5 Cette approche prend ses distances par rapport à une anthropologie dite positiviste, soucieuse de modélisation et pour laquelle la réalité s’offre directement au chercheur ; elle doit être recueillie plutôt que construite. Contre une approche structuraliste, nous ne considérons pas les représentations et pratiques comme ayant un statut originaire dans la constitution des rapports sociaux, l’orientation des comportements et la transformation du monde social. Les représentations ne préexistent pas à toute réalité, mais au contraire elles sont construites.

6 Extrait d’un entretien personnel. Notre article contient de nombreux extraits d’entretiens personnels avec des habitants de Maramureş, réalisés entre 2003 et 2007, dans plusieurs villages. Pour alléger notre texte, nous avons choisi de ne pas noter à chaque fois qu’il s’agit d’un extrait de nos entretiens.

7 Dans le Maramureş, habiller le touriste en costume traditionnel est la pratique la plus usitée parmi les propriétaires de pensions touristiques que ce soit un jour de fête : « J’ai amené tout le monde à l’église en costumes traditionnels », ou un jour ordinaire : « Les touristes désirent s’habiller en costume populaire pour se prendre en photos ou pour se promener ainsi dans le village ».

8 Ilie Bădescu (1997 : 75) considère que la « fête est le cadre noologique de manifestation en plénitude des latences diffuses de l’âme ».

9 Utilisé pour accueillir les touristes, leur servir les repas et développer avec eux des activités à la ferme ou dans le cadre des fêtes religieuses ou folkloriques qu’ils organisent, enfilé par les touristes, ou encore exposé sur des mannequins ou des cintres dans certaines chambres-exposition ou micro-musées privés, le costume populaire de fête occupe donc une place spéciale, pleinement investi de sens, dans les pratiques touristiques.

10 Selon les arguments d’un de nos interlocuteurs - touriste français dont nous avons recueilli les propos ci-dessus -, les touristes recherchent de l’authenticité : « [Nous y sommes venus] pour une Roumanie qui restait assez authentique et que l’on trouve assez authentique (…) par certains aspects. (…) On considère, par exemple, des gens qu’on a rencontrés cet après-midi, traditionnels. On sent qu’ils ont la culture de leur authenticité. »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La Roumanie. La région de Maramureş dans le Nord-ouest du pays (carte touristique).
Crédits Source: http://posturi.files.wordpress.com/​2012/​10/​33-harta-turistica-romania-map.jpg
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5898/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 2. Vieil homme de Maramureş en costume populaire de fête.
Crédits Source: Sonia Catrina, archive personnelle.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5898/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Figure 3. Vieille femme de Maramureş en costume populaire de fête.
Crédits Source: Sonia Catrina, archive personnelle.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5898/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Figure 4. Femme mariée, jeunes filles et enfants de Maramureş en costumes populaires.
Crédits Source: Sonia Catrina, archive personnelle.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5898/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sonia Catrina, « La fête de Pâques : transgressions et instrumentalisations au sein des pratiques touristiques. Le cas de Maramureş en Roumanie », Études caribéennes [En ligne], 20 | Décembre 2011, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 19 août 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/5898 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.5898

Haut de page

Auteur

Sonia Catrina

Faculté de Science Politique, Université de Bucarest, Enseignante-Chercheure associée, soniacatrina@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org