Navigation – Plan du site

Énergie électrique : la Martinique à bout de souffle ?

Yoann Pélis

Entrées d’index

Index géographique :

Martinique
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Continuant sa course effrénée vers un meilleur développement, la Martinique semble aujourd’hui confrontée à une véritable hypothèque énergétique (Pélis, 2004). Les besoins et la demande en énergie, mais également le nombre croissant annuel de nouveaux clients (environ 4 000), acculent le principal producteur de l’île, EDF centre de Martinique, à des exercices d’équilibriste dans la fourniture d’électricité. Disposant d’un parc productif vieillissant dont le déclassement progressif prévu à 2012 nécessitera un renouvellement et une hausse de la capacité de production, la Martinique, pour l’heure, se caractérise par l’urgence du maintien de la fourniture d’énergie lors de pointes journalières de plus en plus vertigineuses. C’est dans ce contexte qu’une nouvelle centrale électrique sortira de terre d’ici à 2006 et devrait assurer temporairement la continuité des livraisons d’électricité. Cette contribution propose d’affleurer à la fois les dynamiques, les perspectives ainsi que les rouages des stratégies énergétiques martiniquaises à court et moyen terme.

1. Production et consommation d’énergie, un défi pour aujourd’hui et demain

2Articulée autour de deux centrales thermiques classiques, la puissance nette installée à la Martinique est d’environ 368 mégawatts (MW). Avec une production, en 2002, de 1 278 giga wattheures (GWh), la consommation, elle, avoisine, cette même année, les 1 240 GWh. La courbe de charge induite est d’autant plus importante qu’elle est caractérisée par une puissance appelée maximale, en pointe, d’environ 205 MW, contre 230 attendue pour cette année 2005, soit une croissance moyenne de 4 % par an. Cette vigueur de la demande d’énergie se traduit, en réalité, par des besoins soutenus à la fois de la demande domestique (logements neufs ; fort taux d’équipement) et de la demande des secteurs administratif, commercial et de la petite industrie. Toutefois, loin d’être dans une situation similaire à celle de l’île de la Réunion, la Martinique semble aujourd’hui arrivée à bout de souffle.

3De plus, les bilans pour les années futures prévoient un trend avec une trajectoire toujours orientée vers des sommets. C’est ainsi qu’il est attendu à court terme environ 40 MW d’ici 2005-2006 et au total à moyen terme 160 MW développés comme suit : 80 MW pour 2010 et 80 MW de puissance supplémentaire pour 2015.

Tableau 1. Besoins des nouveaux moyens de production d’énergie électrique à la Martinique

Années prévisionnelles

2005

2010

2015

Total

Besoins supplémentaires (MW)

40

80

80

200

4Or, à l’horizon de cet échéancier, la demande attendue lors de ces pointes critiques est d’environ 1 452 GWh pour 2005, 1 724 en 2010, pour atteindre 1 999 GWh d’ici 2015. Ceci se traduit par des pointes journalières aux alentours de 274 MW en 2010 et environ 317 MW pour 2015. La force productive supplémentaire et nécessaire étant identifiée, c’est donc tout naturellement qu’une phase de programmation et de mise en chantier a été amorcée.

2. Énergie fossile, le choix du maintien

5Avec un coût plus rentable, mais surtout d’un meilleur rendement comparativement aux énergies nouvelles, l’électricité issue de la ressource du pétrole conserve une position incontestablement hégémonique sur l’île (de 95 à 97 %). Accompagnant parallèlement le développement embryonnaire des énergies alternatives sur l’île — en particulier l’éolien — le choix du pétrole comme source principale de production d’énergie électrique tend aujourd’hui encore à se renforcer. En effet, conformément au diagnostic préalable établit par les acteurs locaux et sous le contrôle de la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE), une procédure d’appel d’offres fut instituée par ce dernier. On s’est donc orienté vers une centrale thermique à combustion (au fioul domestique) d’une puissance installée de 40 MW.

6Titulaire de ce nouveau marché depuis février 2005, la Compagnie de Cogénération du Galion (CCG) devrait entreprendre via la société Cégélec — très bien implantée dans la région Caraïbe — la construction de cette nouvelle unité dont la mise en service est prévue pour l’année 2006. C’est donc un investissement lourd, à hauteur de 9 millions d’euros, qui est engagé. Cette centrale devrait ainsi permettre le maintien, pour encore quelques années, des besoins d’énergie d’appoint du réseau local autonome d’EDF.

Perspectives et conclusion

7Contrairement à l’île voisine de la Guadeloupe, la Martinique reste encore plus que jamais tributaire des énergies fossiles la pénalisant d’autant que sa facture énergétique ne cesse de croître. Si le lancement du chantier éolien en décembre 2004 semble infléchir cette tendance et marquer le début d’une nouvelle stratégie énergétique résolument tournée vers les énergies alternatives du potentiel local — éolien, géothermie, biomasse, valorisation — l’électricité martiniquaise restera pour quelques années encore une énergie issue de la ressource du pétrole. En effet, il est bon de rappeler que deux autres unités de production devraient renforcer cette première structure d’appoint. Ainsi, s’il semble que la Martinique soit aujourd’hui dans une situation quelque peu exsangue, les besoins actuels et futurs devraient être comblés tant par une énergie classique que par les apports des énergies renouvelables.

8Toutefois, si les principaux efforts consentis se portent essentiellement sur la force productive, il appartient à ces mêmes acteurs locaux de privilégier également les actions en amont de maîtrise de l’énergie et de la demande de l’électricité au travers de programmes tels que le Programme Régional à la Maîtrise de l’Énergie (PRME) et la Maîtrise de la Demande de l’Electricité (MDE).

Haut de page

Bibliographie

Faberon, J-Y. et J-B. Lescourd (1991). « La Maîtrise de l’énergie », Paris, éd. PUF, coll. Que sais-je, 127 p.

Mérenne-Schoumaker, B. (1996). « Géographie de l’énergie », Paris : éd. Nathan, coll. Géographie aujourd’hui 191 p.

Ministère de l’industrie, des postes et télécommunications et du tourisme (1988). La petite encyclopédie de l’énergie, Paris : éd. Dunod, 183 p.

Pélis, Y. (2004). Énergie, île et dépendance : les nouvelles politiques et stratégies de l’électricité à la Martinique, S.L. : S.N., Université des Antilles et de la Guyane (UAG), TER de Maîtrise, 137 p.

Pélis, Y. (2005). Les nouveaux défis de l’énergie à la Martinique, Paris, éd. Publibook, 158 p.

J.O. n° 2000-108 du 10 février 2000, relative à la modernisation et au développement du service public de l’électricité.

Décret n° 2002-1434 du 4 décembre 2002, relatif à la procédure d’appel d’offres pour les installations de production d’électricité.

Sites Internet :

www.cegelec.fr\www.cre.fr\www.industrie.gouv.fr

www.edf.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yoann Pélis, « Énergie électrique : la Martinique à bout de souffle ? », Études caribéennes [En ligne], 3 | Décembre 2005, mis en ligne le 15 décembre 2005, consulté le 27 mars 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/593 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.593

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org