Navigation – Plan du site
Mondialisation : différents visages, différentes perspectives

Mysticisme et mondialisation aux Antilles : le cas de la Guadeloupe

Mysticism and Globalization in the French West Indies: the Case of Guadeloupe
Dimitri A. Lasserre

Résumés

Cette étude originale a vocation à montrer comment un mysticisme authentique s’est formé au fil des siècles en Guadeloupe. Les Antilles sont composées de nombreuses ethnies, aux origines très diversifiées. En Guadeloupe, la société s’est constituée à partir de deux vagues de migrations, qui ont formé une société pluri-ethnique et pluri-culturelle. Ces vagues de migrations se sont inscrites dans un double processus de mondialisation, l’un historique, figé dans le temps, l’autre dynamique, encore effectif de nos jours. La confrontation et la cohabitation de ces ethnies et de ces cultures ont conduit à l’avènement de pratiques mystiques authentiquement guadeloupéennes. Ainsi, le mysticisme est devenu partie prenante de la culture guadeloupéenne, culture encore en construction, qui n’a pas encore soudé en un syncrétisme franc les pratiques des différentes communautés ; chaque individu choisissant, en fonction de ses nécessités, de se référer ou d’appliquer telle ou telle pratique mystique.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Guadeloupe
Haut de page

Texte intégral

Photographie 1. Le Christ couché dans une chapelle

Photographie 1. Le Christ couché dans une chapelle

Dimitri A. Lasserre (source)

Introduction

« C'est alors que je l'interromps : “Dis donc, Lucifer ! Oui, toi ! L'autre jour, cette histoire de pied...” Le malin réplique aussitôt d'une voix glacée qui me pétrifie: “Je me moquais de toi !” Était-ce une leçon pour m'empêcher de céder à la curiosité ? »
Gabriele Amorth

1De nombreux articles et ouvrages ont traité la question, du moins de manière descriptive, des pratiques mystiques dans les Antilles françaises. Sans doute les travaux les plus importants et les plus complets ont-ils été menés par Bougerol (1993, 1997, 2001, 2008, 2010). Selon elle, les pratiques mystiques en Guadeloupe ont une double origine : l’une historique et culturelle, l’autre, sur laquelle elle insiste particulièrement, plutôt conjoncturelle. Bougerol affirme en effet que la jalousie et les commérages sont la cause principale des faits mystiques en Guadeloupe. Cependant, bien qu’elle peigne un tableau quasiment conforme à la réalité des comportements des ensorceleurs et des ensorcelés présumés, son approche est quelque peu restrictive et omet les soubassements migratoires, religieux et économiques qui entraînent la perduration et la multiplication de ces pratiques mystiques. Hurbon, quant à lui, dresse un historique de l’assimilation forcée du catholicisme par les colons à l’égard esclave africain, aux premiers temps de la colonisation des Antilles. Il déduit de ce métissage des cultures les tendances spirites de nombreux Antillais (Hurbon, 1989). Cet attrait pour le spiritisme, revendiqué de manière plus ou moins explicite, est aussi souligné par Migerel (1987, 1991). Enfin, d’autres auteurs dressent un état des lieux plus ou moins exhaustif des pratiques magiques aux Antilles (Antébi, 1978 ; Delawarde, 1995 ; Ebroin, 1977 ; Henry-Valmore, 1988 ; Menès-Rivière, 2008 ; Mességué, 1968 ; Norris, 1962 ; Perronnette, 1982 ; Revert, 1951, 1954, 1958). Ceux-ci exposent l’existence de telle ou telle pratique, de tel ou tel rite, de façon descriptive et transparente. Aucun n’a cependant encore analysé les motifs et les sources ethniques de la formation et de la perduration des pratiques mystiques sur les territoires antillais.

2Petite île de la Caraïbe, la Guadeloupe a vu sa population se former dans un double processus de mondialisation, qui a permis deux vagues de migrations. Ces vagues de migrations ont conduit, sur un même territoire, plusieurs ethnies aux cultures et aux coutumes mystiques différentes. De la confrontation et de la cohabitation de ces cultures et de ces coutumes ont éclos des pratiques mystiques authentiquement guadeloupéennes.

3À noter que si, communément, l’on rattache le concept mondialisation aux « 3 D » de Bourguinat, à savoir déréglementation, désintermédiation et décloisonnement (Bourguinat, 1992), dans la présente étude, seul compte véritablement le décloisonnement. Ce dernier, défini dans un cadre économique, correspond à l’ouverture des frontières aux facteurs de production, c’est-à-dire le travail et le capital. Or aux mouvements de facteur travail correspondent des flux migratoires, et ce sont ces mêmes flux qui sont à l’origine du métissage de la société guadeloupéenne, ainsi que de sa pluralité ethnique et culturelle. C’est que la mondialisation n’est pas seulement un processus économique, mais elle soulève également des enjeux culturels et démographiques.

4Il s’agit ici d’analyser les conséquences des vagues de migrations successives qui se sont déroulées en Guadeloupe, afin d’expliquer comment s’est formé, sur cet île, ce mysticisme si particulier et si original.

1. La Guadeloupe dans le processus de mondialisation

1.1. L’autre village global : le village global a plus de cinq-cents ans

5Le village global – « global village » – ou village planétaire est une notion qui a été inventée par Marshall McLuhan ; il l’emploie pour décrire un monde, certes disparate, mais uni par les médias, et notamment les technologies de l’information et de communication, par lesquelles le monde s’unifie littéralement (McLuhan, 1967 ; McLuhan et Powers, 1989). L’unification, en ce sens, n’est réalisée que par ces médias, et n’existe qu’à travers eux. Par l’Internet, qui rend disponible une grande quantité d’informations, des cultures, des croyances, des modes de vie s’exportent à travers le monde entier. Ainsi les frontières, si elles ne disparaissent pas totalement, se trouvent progressivement effacées.

6L’idée de mondialisation réside nécessairement dans celle de village global. Si le village est global, il englobe une totalité et, comme la Guadeloupe se trouve dans cette globalité, alors elle prend part au village global. À dire vrai, si l’on considère le monde ainsi, l’on s’aperçoit que chacune de ses parties est une ramification de ce village, plein de cultures différentes, mais aussi de similitudes et de codes quasi universels. Cette universalité se manifeste de diverses manières : exportation de la langue anglaise à travers le monde, apparition de fast-foods aux quatre coins de la planète, occidentalisation du style vestimentaire. Tous ces phénomènes témoignent de la réalité du village global. Ce ne sont donc pas les moyens de communication seuls qui assurent le relai entre les sociétés, mais aussi des productions, des moyens de production, ainsi que des modes de consommation. Le village global se décline alors sous différents aspects, revêt de nombreuses formes.

7Sur le plan historique, l’on peut considérer qu’il existe un village global primitif. À la fin du quinzième siècle, quand les Espagnols ont découvert le Nouveau Monde, s’est développée une forme primitive de mondialisation. Le commerce triangulaire, notamment, a donné lieu, non seulement à des mouvements migratoires, mais aussi à des déplacements des moyens de productions, des forces productives, et des biens de consommation. Un village global primitif a vu le jour entre les continents européen, africain et américain. Ces trois entités, très interdépendantes, n’en formaient qu’une ; malgré les différences notables entre les mœurs de leurs habitants respectifs, il n’y avait bel et bien qu’un seul monde, qu’une seule réalité. En quoi il n’est pas absurde d’évoquer, à l’égard du monde des XVe et XVIe siècles, qu’il avait les caractéristiques d’un village global. Aussi ne faut-il pas restreindre cette dénomination au seul monde moderne, dans lequel les médias occupent une place prépondérante. Le village global est beaucoup plus ancien que McLuhan l’avait imaginé, il n’est pas apparu au vingtième siècle. Il semble d’ailleurs impossible de dater son apparition ; dès qu’il y a migration, il y a mondialisation, alors nul ne peut dire de quand date la première des mondialisations.

8Toutefois, il est certain que le commerce triangulaire représente un type formel de mondialisation, mondialisation formalisée par des institutions, des accords, des mouvements et des échanges. Parce que des hommes se sont déplacés dans un espace mondial, ils ont contribué à une certaine forme de mondialisation. C’est cette mondialisation-là qui va attirer notre attention, et c’est en l’analysant que nous parviendrons à comprendre les origines d’un authentique mysticisme guadeloupéen.

1.2. La Guadeloupe dans le village global : deux vagues et deux types de mondialisations : l’une primitive, figée dans l’histoire, l’autre dynamique, en perpétuel mouvement

9Ce qui nous intéresse ici, bien plus que les mouvements migratoires qui ont fédéré la société guadeloupéenne, bien connus des historiens et des anthropologues, c’est le particularisme du cas guadeloupéen dans le processus de mondialisation. La Guadeloupe, en effet, n’a pas subi une, mais deux vagues de migrations, dont une n’est pas encore achevée. Nous distinguerons alors une mondialisation historique, qui prend fin lors des premières arrivées des engagées indiennes, africaines et européennes sur l’archipel, ainsi qu’une mondialisation dynamique, qui produit ses effets encore aujourd’hui.

  • 1 À ce sujet, lire, notamment, Bulletin de la Société d’Histoire de la Guadeloupe (1964), Budan (1972 (...)
  • 2 Pour une approche détaillée, lire Régent (2010).
  • 3 Il existe une large littérature sur la question indienne en Guadeloupe ; voir notamment Singaravelo (...)

10Les premières migrations ont été marquées par le débarquement d’Européens, qui ont, au fur et à mesure, exterminé les indigènes, ainsi que d’esclaves africains1, asservis par les Européens. La société était donc composée de deux groupes communautaires qui s’identifiaient selon des distinctions raciales et culturelles : d’une part les Européens, d’autre part les Africains. Un troisième groupe communautaire, celui des mulâtres, a par la suite vu le jour2. Mais ce n’est qu’au milieu du dix-neuvième siècle que la société guadeloupéenne a commencé à se diversifier sur le plan communautaire et culturel. Avec l’arrivée des engagés Indiens3, mais aussi Africains et Français, est apparue une société divisée en de nombreuses communautés, chacune d’entre elles transportant leurs mœurs et leur culture. Ces premières vagues de migrations se sont produites dans le cadre d’une mondialisation primitive et figée dans l’histoire ; mondialisation axée autour du commerce, de la traite négrière, mais aussi des mutations politiques et légales au sein de l’État français, par lesquelles la société guadeloupéenne a été très largement transformée.

  • 4 Je vous renvoie ici encore à Boutin (2006), mais aussi à Lafleur (1999), Maximin (2009), puis au ra (...)
  • 5 C’est ainsi que je nommerai les Français venus de France métropolitaine dont la famille ne réside p (...)

11Les secondes migrations, quant à elles, ne sont pas encore terminées. En effet, aujourd’hui, la Guadeloupe n’est plus scindée en trois groupes humains différents, mais en une multitude de communautés4. Désormais, en Guadeloupe, cohabitent des descendants d’esclaves, de colons français, de mulâtres et d’engagés indiens, africains, français et italiens, mais aussi des Libanais, des Syriens, des Métropolitains5, des Haïtiens, des Dominicains et autres Caribéens, ainsi que des Japonais et des Chinois. Bien qu’il y ait des métissages, ces communautés demeurent néanmoins encore bien identifiables. Chacune d’entre a une culture différente, et aussi des croyances différentes. Il faut donc croire que cette juxtaposition de groupes humains a conduit à une juxtaposition de cultures. À chaque groupe sa culture, ses coutumes, ses traditions culinaires, sa religion, etc. Néanmoins, de par ce brassage ethnique et communautaire, au lieu d’évoluer séparément, les cultures s’entrecroisent et génèrent, petit à petit, une culture authentiquement guadeloupéenne. Ce phénomène est permis par la mondialisation, qui rend nécessaire les migrations, et qui permet l’exportation, non seulement des populations, mais aussi, et surtout, de leurs modes de vie.

12La Guadeloupe a toute sa place dans le village global ou, plutôt, dans deux formes du village global : la forme historique, qui a pris fin durant la deuxième moitié du dix-neuvième siècle, et la forme dynamique, que nous sommes en train de vivre. C’est dans ce village global, dans cette mondialisation, que s’est créée et agencée la société guadeloupéenne. Sans cela, cette société n’aurait jamais existé, du moins telle que nous la connaissons aujourd’hui. Ainsi peut-on dire que cette société est le reflet d’une certaine mondialisation, orientée autour d’un point géographique fixe : la Guadeloupe. Et ce qui est plus intéressant, c’est que cette société est encore en construction, que sa culture, si l’on peut parler de culture guadeloupéenne, est en pleine émergence, en pleine création.

2. Émergence d’une culture mystique guadeloupéenne

2.1. Des communautés aux pratiques très diverses

13Afin d’obtenir les résultats que je présente ci-après, j’ai réalisé une étude sur le terrain. Aussi ai-je rencontré les principaux acteurs de la vie mystique en Guadeloupe ; à savoir cinq voyants guérisseurs, une cartomancienne, un prêtre pratiquant le rite du Maliémin, des membres actifs du Carnaval guadeloupéen, mais aussi les responsables des magasins ésotériques présents sur l’île.

  • 6 Pour des informations exhaustives sur la question lire Danican C., L. Deloumeaux et al. (2003).
  • 7 Voir, à ce sujet, l’ouvrage de Moutoussamy (1987), qui détaille fort bien l’évolution des pratiques (...)
  • 8 Bougerol a consacré l’un de ses articles à la question des pratiques haïtiennes en Guadeloupe ; sel (...)
  • 9 Je tire cette observation d’une enquête que j’ai réalisée auprès des revendeurs de produits ésotéri (...)
  • 10 Voir, bien que son étude mérite d’être complétée, Bougerol (2008).

14Le mysticisme est partie prenante de toute culture ; il n’est pas une culture qui n’ait pas ses mythes, sa foi, ou ses divinités. En Guadeloupe, chaque communauté a ses propres croyances et ses propres pratiques mystiques6. Durant mon étude, j’ai remarqué que les békés, à l’instar des descendants d’esclaves, sont tendanciellement catholiques – les premiers ayant importé avec eux le catholicisme, célébrant même encore, de nos jours, des messes en latin dans des chapelles privées, les seconds y ayant été convertis de force, et priant dans des églises et chapelles publiques. Les Indiens, eux, adhèrent au culte de la déesse Maliémin7, dont les rites consistent à des sacrifices d’animaux, notamment de poulets et de cabris. Quant aux Haïtiens, ils sont communément associés au vaudou8. Enfin, les Métropolitains semblent avoir un attrait particulier pour l’animisme et la Wicca9. À noter que, chez les Guadeloupéens, c’est-à-dire les descendants d’esclaves et de mulâtres, une pratique tierce s’est développée : la voyance dans tous ses états. Si j’emploie l’expression « tous ses états », c’est parce que, en Guadeloupe, la voyance regroupe aussi bien des activités de prédiction et divination, que de désenvoûtements et enchantements de toutes sortes10. Qui plus est, un certain catholicisme ésotérique occupe une place importante en Guadeloupe ; des individus ou groupes d’individus se regroupent dans des chapelles pour prier ensemble et demander des grâces. En ce qui concerne les autres communautés, je n’ai pas pu recueillir d’informations quant à leurs pratiques mystiques. Il se peut que ces communautés agissent dans la plus grande discrétion, ou bien que l’influence de leur mysticisme sur le paysage mystique guadeloupéen soit négligeable – et cette seconde proposition me semble plus véritable.

  • 11 Là encore, quelques études ont été menées : Bougerol (2001, 2008). Ces études sont cependant incomp (...)
  • 12 Le gadèdzafé, littéralement, « celui qui regarde les affaires », est une sorte de voyant sorcier gu (...)

15À chaque pratique mystico-religieuse correspondent des acteurs précis. Pour le catholicisme traditionnel, le prêtre joue le rôle d’intermédiaire entre les divinités et les humains. Pour le catholicisme ésotérique, ce sont les hommes qui sont directement en relation, généralement par le biais d’idoles, avec les divinités11. Au niveau de la voyance, c’est le gadèdzafé12 qui joue le rôle de relais entre la terre et l’au-delà. Dans le culte de la déesse Maliémin, c’est un prêtre indien, différent du sacrificateur, qui dicte le rythme des cérémonies. Ces rituels peuvent tant revêtir un aspect officiel, ils sont alors célébrés dans un temple indien, que clandestin, quand l’immolateur a besoin d’obtenir quelque chose de personnel de la divinité, auquel cas ils se déroulent dans l’arrière-cour d’une maison individuelle. En ce qui concerne les Haïtiens, leurs rites sont plus complexes, et aussi plus nombreux ; et si, usuellement, le vaudou est pratiqué à l’initiative d’un prêtre, chaque individu peut également, à sa manière, réaliser ses propres rites vaudous. De même, la Wicca et l’animisme peuvent être célébrés par des petits groupes qui ne sont pas nécessairement institutionnalisés. Les acteurs du mysticisme en Guadeloupe, bien qu’étant tout à fait reconnaissables, sont aussi clandestins dans la plupart des cas ; et plus leurs pratiques dérogent au catholicisme officiel, plus leur exercice requiert de la discrétion. Ces acteurs communiquent peu, ou de manière imprécise, sans exposer ouvertement leurs méthodes – à l’instar des voyants qui déposent des annonces dans les boîtes aux lettres, sans jamais préciser comment ils comptent procéder pour réaliser ce qu’ils promettent à leurs clients potentiels. Et, à moins d’avoir infiltré leurs circuits, il est impossible d’en connaître le fonctionnement. L’infiltration se fait de manière relativement aisée ; et bien que certains acteurs soient circonspects à l’idée de livrer leurs savoirs à des personnes étrangères aux milieux mystiques, d’autres, au contraire, sont très enthousiastes et ne rechignent pas à partager et à faire connaître leurs divers rituels. Pour eux, il peut s’agir d’une démonstration de puissance, ou encore de véritables leçons de vie ésotériques. Puis, dès lors que le chercheur a mis un pied dans ces milieux, qu’il a gagné la confiance des acteurs du mysticisme, les portes s’ouvrent d’elles-mêmes, et il devient très facile de circuler d’un rite à un autre et de recueillir des informations. Cela se comprend d’autant mieux qu’une même personne peut très bien participer à un sacrifice de Maliémin et, dans le jour suivant, aller prier à l’église, puis réaliser quelques rites vaudous. J’ai même rencontré un homme qui, se disant « attaqué » par sa fille et son gendre, allait implorer des saints catholiques dans des chapelles afin de « chasser le diable », et qui, dans le même temps, pratiquait des rites mystiques très éloignés du catholicisme, même ésotérique. Une de ses connaissances lui avait préconisé de s’enfermer chez lui, dans le noir, et de placer quatre petites bougies rouges aux quatre points cardinaux sur une surface relativement réduite – dans laquelle il pourrait simplement se tenir droit. Puis il devrait se dénuder, saisir un œuf, et passer l’œuf sur toutes les parties de son corps, pour « se laver » du mal. Ensuite, il lui faudrait aller jeter ledit œuf dans une rivière, en le lançant par-dessus son épaule, et sans regarder derrière lui. Ce rite était censé conjurer le mauvais sort qui lui avait été lancé.

  • 13 Pour la Martinique, voir l’ouvrage de Degoul (2010).

16Outre les acteurs du mysticisme précités, il en est un autre, un peu différent celui-ci, qui contribue à l’émancipation, la perduration et la promotion du mysticisme en Guadeloupe : les boutiques ésotériques. Le mysticisme est, sur l’archipel, la source d’un commerce considérable13. Pas moins d’une dizaine de boutiques ésotériques ont vu le jour sur les 1600 km² du territoire guadeloupéen ; toutes ces boutiques sont approvisionnées par un distributeur local, qui, pour sa part, s’approvisionne en Amérique Latine et dans la Caraïbe, notamment à Trinidad et Tobago ainsi qu’en République Dominicaine et à Cuba. Les produits proposés sont très divers, et permettent de satisfaire tous les cultes ; poupées pour les vaudous, encens et oracles pour les Indiens, bibles, croix, idoles et prières pour les catholiques, pentacles et talismans pour les Wicca, bougies rouges ou noires en forme de diables pour les autres. Ce ne sont pas moins de dix-mille produits référencés qui sont commercialisés par le principal distributeur de l’île. À par ce distributeur, qui se plaint d’une dégradation de son niveau d’activité, tous les commerçants que j’ai rencontrés ont évoqué, sur les trois dernières années, une croissance à deux ou trois chiffres de leur chiffre d’affaires. À cet égard, il suffit de passer une journée aux abords de ces magasins pour s’apercevoir de l’affluence qu’ils génèrent ; c’est un flux continu de personnes qui s’y rendent tout au long de la journée, et dont aucune ne ressort les mains vides. Néanmoins, il est impossible de chiffrer avec précision les activités de ces entreprises, dans la mesure où elles ne donnent pas libre accès à leur bilan – le principal distributeur m’a d’ailleurs affirmé préférer payer une amende que de déclarer son bilan au Tribunal de Commerce de Pointe-à-Pitre. L’information est verrouillée au possible, mais au regard de la solidité de ces boutiques, de leur aptitude à faire face à des crises économiques majeures, il est aisé de déduire que leurs affaires sont florissantes.

17En plus de ces commerçants, il est un autre acteur qui tire profit des pratiques mystiques en Guadeloupe : il s’agit du gadèdzafé. Polyvalent, il peut s’adresser à n’importe quel groupe ethnique, et régler les problèmes de n’importe quel individu. C’est la raison pour laquelle il peut bénéficier d’une large clientèle et générer un chiffre d’affaires élevé. En effet, une consultation se chiffre aux environs de cinquante euros. Pour un envoûtement ou un désenvoûtement, le tarif moyen est de huit cents euros. Toutes ces pratiques ont un coût et, cela, commerçants et sorciers l’ont compris ; et alors que les commerces contribuent à une création de richesse formelle autour du mysticisme, les voyants, eux aussi, s’enrichissent, mais fréquemment de manière informelle. Les cinq gadèdzafé que j’ai rencontrés utilisent des procédés quasi identiques. Alors que l’un fixe une bougie pour rentrer en communication avec les esprits, les autres se font littéralement, pour employer leur terme, « posséder ». Leur regard, mais aussi l’intonation de leur voix, change, puis ils parlent et énoncent leurs prescriptions. Pour chasser les mauvais esprits, la recette est toujours identique. Tout d’abord, il faut prier chez soi en faisant brûler une bougie blanche selon un rituel très précis, faire des pèlerinages dans des chapelles, et aller à la messe ; cela est supposé protéger le consultant des mauvais esprits. Ensuite, il est conseillé de faire des bains avec des herbes et des potions préparées par le gadèdzafé, puis d’accueillir le gadèdzafé chez soi afin que celui-ci chasse le ou les esprits à l’origine des tourments.

18Si chaque communauté a une pratique qui lui est propre, et des acteurs caractéristiques, toutes les communautés et toutes les pratiques sont réunies au sein des boutiques ésotériques, et aussi dans la panoplie des gadèdzafé. Dans les locaux des uns comme dans les cabinets des autres sont rassemblées toutes les croyances possibles. Il y a alors juxtaposition des mysticismes en ces endroits précis, qui cohabitent, dans un espace restreint, comme les différentes communautés cohabitent en Guadeloupe.

2.2. Vers la création d’un authentique mysticisme guadeloupéen : entre la juxtaposition et le syncrétisme

  • 14 L’article de Chanson (2009) illustre bien cette idée.

19De toutes les mysticismes que j’ai relevés jusqu’ici, le plus inconstant, le plus imprécis, et aussi le plus ouvert, est, de loin, le catholicisme. Institutionnalisé dans les églises, formalisé par les prêtres et les institutions auxquelles ils appartiennent, il est couramment dévoyé par les fidèles, qui ont une conception tout à fait particulière de ses applications. Tout d’abord, la vision du Dieu catholique antillais est très différente du Dieu catholique traditionnel14 ; le Dieu catholique antillais est omniprésent dans la vie des Guadeloupéens. C’est grâce à lui que les hommes réussissent, c’est grâce à lui qu’ils guérissent, et c’est par lui qu’ils se protègent du mal, ou du diable. Tout, en Guadeloupe, passe par la providence de Dieu. Ensuite, le rapport des croyants aux personnalités de la religion catholique est très singulier en Guadeloupe ; chaque saint est invoqué comme une divinité, et est représenté par une image ou par un objet. L’on prie les saints en fonction de ses besoins, et à chaque situation correspond un saint ; Raphaël guérit les malades, Michel chasse les démons, Marie amène la grâce, etc. Des prières très précises sont affectées à chaque saint ; et des livres de prières exhaustifs sont d’ailleurs commercialisés dans les boutiques ésotériques. Le catholicisme, en Guadeloupe, ressemble ainsi à une religion polythéiste, dans laquelle un Dieu principal règne sur d’autres divinités, certes inférieures, mais disposant tout de même d’un certain pouvoir. Enfin, le rapport au culte, dans sa forme, est très différent du catholicisme traditionnel ; à la Toussaint, les familles viennent déposer des petites bougies sur les tombes – les mêmes bougies que recommandent les voyants lors des rites d’ensorcellement –, lors d’un décès, les familles organisent des veillées, pour préserver leurs morts. Puis, en cas d’envoûtement, les gadèdzafé invoquent les saints catholiques et prescrivent à leurs patients des pèlerinages dans toutes les chapelles de l’archipel. Dans ces chapelles sont exposées, derrière des grilles, pour ne pas être vandalisées, des idoles que l’on peut venir prier à souhait, et auxquelles l’on peut faire des offrandes. Toutes ces pratiques n’ont pas grand-chose à voir avec le catholicisme traditionnel, cantonné à l’église et à la prière régularisée dans ses bréviaires. Cette particularité guadeloupéenne est due, précisément, aux mouvements migratoires qui s’inscrivent dans les deux vagues de mondialisation que j’ai évoquées. Parce que l’on a imposé aux Africains le rite catholique, ceux-ci l’ont déformé, puis se le sont réapproprié, créant par là même une forme totalement nouvelle de catholicisme. C’est ainsi que s’est développé un catholicisme ésotérique typiquement guadeloupéen, avec ses valeurs, ses règles et ses divinités. C’est la marque de l’émergence d’un mysticisme, bien que cloisonné, pour lors, dans les limites du catholicisme, propre à la Guadeloupe.

  • 15 Mulot y a consacré un article assez descriptif (2003). Voir aussi Pruneau J., S. Meylon-Reinette et (...)
  • 16 Je vous renvoie à l’intervention de Patrice Tacita dans LKP ce que nous sommes ! (Verdol, 2010).

20Autre particularité guadeloupéenne, le carnaval. Il s’agit d’un événement à la fois culturel et mystique. L’aspect culturel est validé par la fréquence et la répétition, l’aspect mystique l’est par la forme des défilés carnavalesques. Les masques arborés représentent des monstres15, l’utilisation du fouet n’est pas sans nous rappeler le passé esclavagiste, et le tambour et les percussions des groupes de carnaval évoquent la musique africaine. Derrière ce folklore se cachent des pratiques des plus mystiques ; chaque groupe, et notamment les « groupes à peau », est guidé spirituellement par un homme jouant un rôle de prêtre ou de gourou. Ce dernier prépare des potions et des encens pour embaumer les déguisements avant les défilés16. Il n’est pas rare, par ailleurs, que les groupes, à leur tour, encensent les foules qui viennent les voir et les écouter. Le carnaval est, pour ces groupes, l’occasion de prononcer des incantations en public, et de communiquer ouvertement avec des puissances occultes. Là encore, il s’agit d’une pratique authentiquement antillaise, pratique à la fois mystique et culturelle ; en quoi, dans ce cadre-là, le mysticisme est devenu monnaie courante, il est devenu la norme.

  • 17 Je rappelle que Papa Yaya fut le créateur du parti mystico-rationaliste.

21Sur le plan politique, également, le mysticisme est de mise. Au palais de la mutualité de Pointe-à-Pitre, siège du Liyannaj Kont Pwofitasyon (LKP), étaient érigés, à l’occasion de la grève générale, des statues et des totems qui représentaient des figures mystiques. Lors des cérémonies d’anniversaire de ce même LKP, l’on peut assister à des transes et des danses en costumes, autant de pratiques voisines du vaudou haïtien. Il convient d’ailleurs de souligner que cette organisation, à la fois politique et culturelle, est imprégnée d’un mysticisme tout à fait particulier. Revendiquant une culture guadeloupéenne, le LKP se réfère systématiquement au mysticisme. Même son idole politique, Papa Yaya, était, en son temps, une figure du mysticisme en politique17. Sauf que le LKP a vocation à rassembler ; aussi ne se concentre-t-il pas uniquement sur une ethnie, mais veut regrouper, dans son mysticisme, l’ensemble de la population guadeloupéenne.

  • 18 L’on est d’ailleurs arrivé à un point où l’on ne sait plus véritablement qui fait quoi ; même la pr (...)
  • 19 Bougerol limite son analyse au gadèdzafé, mais, en réalité, elle peut être étendue à l’ensemble de (...)
  • 20 La méthode employée par le gadèdzafé est assez similaire de celle que préconise Kardec, père du spi (...)
  • 21 Ce combat permanent n’est pas sans rappeler les pratiques que décrit Teixeira (2008) pour la Guinée

22De par ces diverses pratiques religieuses, culturelles et politiques, les Guadeloupéens sont marqués d’une empreinte mystique difficilement identifiable. Bien que chaque communauté ait ses propres croyances, il apparaît que, de plus en plus, toutes se rassemblent dans des événements communs : le carnaval et le LKP en sont deux illustrations. Toutes les communautés sont concernées par ces événements. Seuls certains békés restent relativement à l’écart. De plus, il n’est pas rare que, en Guadeloupe, un même individu, et ce quelle que soit son origine ethnique, s’adonne à plusieurs pratiques mystiques et se réfère à diverses croyances. Ainsi, une seule et même personne peut très bien demander à un gadèdzafé de jeter un sort à son ennemi, pratiquer le vaudou, puis se rendre à l’église et dans les chapelles pour se protéger des maléfices, et encore sacrifier un cabri dans son jardin pour demander des grâces à des divinités hindoues. Nul besoin d’être Haïtien pour faire du vaudou, nul besoin d’être Indien pour faire du Maliémin, nul besoin d’être Noir-Antillais pour aller prier à l’église, nul besoin d’être Métropolitain pour invoquer des esprits et des Dieux antiques18. Aujourd’hui, et la tendance se vérifie de plus en plus, l’ensemble des Guadeloupéens est impliqué dans toutes ces formes de mysticismes. Certes, il n’est pas encore question de syncrétisme19 mystique extériorisé, dans la mesure où plusieurs pratiques cohabitent, et sont juxtaposées sans s’unir pour autant, mais le syncrétisme est réalisé dans la pensée même de l’individu, qui sait qu’il a à sa disposition, en Guadeloupe, de nombreuses pratiques mystiques selon ses nécessités. Puis, le syncrétisme est réalisé à un autre niveau : en la personne du gadèdzafé. Il est le plus criant rejeton d’un authentique mysticisme guadeloupéen. Créé de toute pièce en Guadeloupe, son rôle est de jongler entre les pratiques des différentes ethnies. Travaillant comme un spirite, il invoque des esprits, se fait littéralement posséder, et guide ceux qui viennent lui demander de l’aide20. À travers lui transitent tous les ensorceleurs et tous les possédés, qui luttent perpétuellement les uns contre les autres21. Cette lutte constante est, dans sa forme, la marque d’un authentique mysticisme guadeloupéen. Ceux-là même d’ailleurs, qui recourent au gadèdzafé, ne craignent pas de s’adonner à plusieurs cultes, passant indifféremment, selon leurs besoins, de l’un à l’autre. Sans synthétiser leurs pratiques sous la forme d’un syncrétisme, ils prennent, deçà, delà, ce dont ils ont besoin. Leur foi suit leurs nécessités et s’ajuste aux circonstances. Si cela est possible, c’est justement parce que les deux vagues de migrations précitées ont donné naissance à une société métissée et communautariste, dans laquelle chaque communauté a développé ses propres croyances. Ensuite, libre à chaque individu d’y puiser ce qui lui semble bon.

Conclusion

23Deux vagues de migrations, auxquelles l’on peut associer deux types de mondialisations, ont donné forme à la société guadeloupéenne. À travers elles, la Guadeloupe s’est peuplée de nombreuses communautés, aux croyances toutes particulières ; chacune ayant ramené son propre mysticisme de sa terre natale.

24Aujourd’hui, l’on assiste à la formation d’un mysticisme guadeloupéen authentique à la fois emprunté à chaque croyance particulière, et synthétisé en des lieux et en des personnes. Si tout Guadeloupéen peut décider de glisser d’un mysticisme à l’autre, s’il juge cela nécessaire, tous ont conscience de cette possibilité de pratiquer tel ou tel rite. Par-là il apparaît que le mysticisme guadeloupéen consiste à pratiquer tout ce qui est praticable, à croire en toutes les divinités proposées par toutes les religions existant sur le territoire.

25La mondialisation, telle que je l’ai définie, a ainsi permis la création d’un authentique mysticisme guadeloupéen, basé sur la pluralité des croyances, croyances dépendantes des nécessités individuelles, et aussi des ethnies qui les ont amenées en Guadeloupe – en quoi le mysticisme guadeloupéen fonctionne pareillement à un marché ; d’un côté se trouve la demande, incarnée par les pratiquants, de l’autre l’offre, représentée par les religieux ou les mystiques. Non seulement de nombreux acteurs identifiables prennent part à la perpétuation de ce mysticisme, mais c’est aussi l’ensemble des membres de la société qui sont concernés, et qui permettent cette perduration. Ancrées dans les cultures particulières, les différentes croyances participent de l’émergence d’une culture guadeloupéenne commune, culture essentiellement mystique, et tout à fait originale.

Haut de page

Bibliographie

Antébi, E. (1978). Arawak. Le réel et le surnaturel aux Antilles, Tchou Editeur, 304 p.

Armor, M. et H. Ibalot (2010). « Un cadavre déterré et mutilé à Marie-Galante », France Antilles, Guadeloupe, 3 septembre 2010.

B. C. (2011). « Un gadèd zafé de plus en plus inquiétant », France Antilles, Guadeloupe, 12 janvier 2011.

Bougerol, C. (1983). La médecine populaire à la Guadeloupe, Paris, Karthala.

Bougerol, C. (1993). « Le cumul magico-religieux à la Guadeloupe », Journal De La Société Des Américanistes, 79(1) : 91-103.

Bougerol, C. (1997). Une ethnographie des conflits aux Antilles : jalousie, commérages, sorcellerie, Paris, Presses universitaires de France.

Bougerol, C. (2001). « Mots de plainte et mots de menace », L’Homme, 160(4) : 117-135.

Bougerol, C. (2008), « Actualité de la sorcellerie aux Antilles », Cahiers d’Études Africaines, 189-190(1) : 267-281.

Bougerol, C. (2010). « Une rumeur à la Guadeloupe », Terrain, 54(1) : 130-139.

Bourguinat, H. (1992). Finance internationale, Presses Universitaires de France, Paris, 1992.

Boutin, R. (2006). La population de la Guadeloupe, Ibis Rouge Editions, 481 p.

Budan, A. (1972). La Guadeloupe pittoresque, Société d’histoire de la Guadeloupe éd. Basse-Terre.

Bulletin De La Société d’Histoire De La Guadeloupe (1964).

Calima-Dinane, N. (2010). « Profanation : acte satanique ou vengeance ? Un gadèd zafé témoigne », France Antilles, Guadeloupe, 22 octobre 2010.

Chanson, P. (2009). « Rien n’est plus fort que le Bon Dieu ! », Archives De Sciences Sociales Des Religions, n° 3 : 125-145.

Danican, C. et L. Deloumeaux et al. (2003). Pawòl a moun lontan : petit dictionnaire des croyances et superstitions, éd. Basse-Terre.

Degoul, F. (2000). Le commerce diabolique : une exploration de l’imaginaire du pacte maléfique en Martinique, Petit-Bourg, Guadeloupe, Ibis rouge, 2000.

Delawarde, J.B. (1995). La Sorcellerie à la Martinique et dans les îles voisines : ses positions et ses réactions dans ses rapports avec le culte chrétien ambiant, Paris, Téqui.

Domenach, H. et M. Picouet (1992). La dimension migratoire des Antilles, Paris, Economica, 256 p.

Ebroin, A. (1977). Quimbois, magie noire et sorcellerie aux Antilles : avec 61 pentacles et sceaux magiques, Paris, J. Grancher.

Henry-Valmore, S. (1988). Dieux en exil : voyage dans la magie antillaise, Paris, Gallimard.

Hurbon, L. (1989). Le phénomène religieux dans la Caraïbe, Montréal, Les Editions du CIDIHCA, 367 p.

INSEE (2006). ATLAS des populations immigrées en Guadeloupe, INSEE.

Kardec, A. (1857). Le livre des esprits.

Lafleur, G. (1999). Les Libanais et les Syriens de Guadeloupe, Editions Karthala et Le Phénicien, 224 p.

Lasserre, G. (1977). « Singaravelou, Les Indiens de la Guadeloupe », Annales De Géographie, 86(475) : 366-368.

Leclerc, E. (2008 a.). « Peut-on parler d’une diaspora indienne ? » L’Information Géographique, 72(1) : 70-83.

Leclerc, E. (2008 b.). « Cartographier la diaspora indienne », L’Information Géographique, 72(1) : 84-87.

Maximin, D. et N. Sarthou-Lajus (2009). « Les Antilles, après le cyclone social », Etudes, 2009, 411(9) : 175-187.

McLuhan, M. (1967). Message et massage, un inventaire des effets, Paris, Ed. Jean-Jacques Pauvert, 160 p.

McLuhan, M. et B.R. Powers (1989). The global village, Transformations in World Life and Media in the 21st century, New-York, Oxford Press University, 222 p.

Menès-Rivière, D. (2008). « La dimension religieuse dans le vécu des adolescents guadeloupéens », La Lettre De l’Enfance Et De l’Adolescence, 74(4) : 33-38.

Mességué, M. (1968). Ce soir, le diable viendra te prendre : la sorcellerie aux Antilles, Paris, R. Laffont.

Migerel, H. (1987) La migration des zombis : survivances de la magie antillaise en France, Paris, Ed. caribéennes.

Migerel, H. (1991). La sorcellerie des autres : une pathologie de l’envoûtement, Paris, Éd. caribéennes.

Moutoussamy, E et P. Poiret (1987). La Guadeloupe et son indianité, Editions L’Harmattan.

Mulot, S. (2003). « La trace des Masques », Ethnologie Française, 33(1) : 111-122.

Norris, K. (1962). Jamaica : the search for an identity, Institute of race relations Oxford, GB ed., London New-York Toronto, Oxford university press.

Perronnette, H. (1982). 9 histoires de quimbois : faits vécus de sorcellerie aux Antilles, Fort-de-France, Desormeaux.

Pruneau, J., S. Meylon-Reinette et al. (2009). « “Maché an mas-la !” Ethnographie de l’usage symbolique du corps “charnel” dans le carnaval guadeloupéen », Caribbean Studies, 37(1) : 44-64.

Régent, F. (2010). « Approche démographique de la population servile en Guadeloupe à la fin de l’ancien régime », Annales De Démographie Historique, 119(1) : 5-25.

Revert, E. (1951). La Magie antillaise, Paris, Annuaire international des Français d’Outre-mer.

Revert, E. (1954). Les Antilles, Paris, A. Colin.

Revert, E. (1958). Entre les deux Amériques : le monde caraïbe, Paris, Les Ed. Françaises.

Singaravelou (1975). Les indiens de la Guadeloupe : étude de géographie humaine.

Singaravelou (1976). Séminaire inter-Caraïbe de criminologie. Quelques aspects de la criminalité́ dans les populations indiennes de la Caraïbe au 19ème siècle, Centre d’Etudes et de Recherches Criminologiques, Centre Universitaire Antilles Guyane et Centre International de Criminologie Comparée de Montréal éd., Pointe-à-Pitre, Centre d’études et de recherches criminologiques.

Singaravelou (1987). Les Indiens de la Caraïbe 1, Paris, l’Harmattan.

Singaravelou (1988 a.). Les Indiens de la Caraïbe 2. Croissance démographique et intégration économique des Indiens depuis 1945, Paris, Éd. L’Harmattan.

Singaravelou (1988 b.). Les Indiens de la Caraïbe 3. Tradition et modernité́, contribution à la géographie de l’adaptation socio-culturelle, Paris, l’Harmattan.

Sméralda, J. (2008). L’Indo-Antillais entre noirs et békés, Paris, L’Harmattan, 308 p.

Teixeira, M. (2008). « Sorcellerie et contre-sorcellerie. Un réajustement permanent au monde », Cahiers d'Études Africaines, 189-190(1) : 59-79.

V. D. (2010). « Cadavre mutilé : un rite vaudou ? », France Antilles, Guadeloupe, 4 septembre 2010.

Vennetier, P. (1990). « Singaravelou, Les Indiens de la Caraïbe », Annales De Géographie, 99(551) : 119-120.

Verdol, P. (2011). LKP ce que nous sommes ! Guadeloupe, Menaibuc.

Haut de page

Notes

1 À ce sujet, lire, notamment, Bulletin de la Société d’Histoire de la Guadeloupe (1964), Budan (1972), Domenach H. et M. Picouet (1992), et Boutin (2006).

2 Pour une approche détaillée, lire Régent (2010).

3 Il existe une large littérature sur la question indienne en Guadeloupe ; voir notamment Singaravelou (1975, 1976, 1987, 1988 a, 1988 b.), Lasserre (1977), Vennetier (1990), Sméralda (2008), et Leclerc (2008 a., b.).

4 Je vous renvoie ici encore à Boutin (2006), mais aussi à Lafleur (1999), Maximin (2009), puis au rapport de l’INSEE traitant des populations immigrées en Guadeloupe (2006).

5 C’est ainsi que je nommerai les Français venus de France métropolitaine dont la famille ne réside pas en Guadeloupe depuis plusieurs générations.

6 Pour des informations exhaustives sur la question lire Danican C., L. Deloumeaux et al. (2003).

7 Voir, à ce sujet, l’ouvrage de Moutoussamy (1987), qui détaille fort bien l’évolution des pratiques mystico-religieuses indiennes en Guadeloupe.

8 Bougerol a consacré l’un de ses articles à la question des pratiques haïtiennes en Guadeloupe ; selon elle, la plupart de ces pratiques ne relèvent que de la rumeur (Bougerol, 2010).

9 Je tire cette observation d’une enquête que j’ai réalisée auprès des revendeurs de produits ésotériques en Guadeloupe.

10 Voir, bien que son étude mérite d’être complétée, Bougerol (2008).

11 Là encore, quelques études ont été menées : Bougerol (2001, 2008). Ces études sont cependant incomplètes dans la mesure où elles réduisent l’analyse des phénomènes mystiques en Guadeloupe aux seuls sentiments de jalousie des différents agents qui y prennent part.

12 Le gadèdzafé, littéralement, « celui qui regarde les affaires », est une sorte de voyant sorcier guérisseur – il existe plusieurs orthographes pour ce terme, j’ai choisi de retenir celle-ci. Dans Une Ethnographie des conflits aux Antilles : jalousie, commérages, sorcellerie, Bougerol a expliqué avec précision le travail de ces gadèdzafé, et leurs rapports avec un autre monde (Bougerol, 1997).

13 Pour la Martinique, voir l’ouvrage de Degoul (2010).

14 L’article de Chanson (2009) illustre bien cette idée.

15 Mulot y a consacré un article assez descriptif (2003). Voir aussi Pruneau J., S. Meylon-Reinette et al. (2009).

16 Je vous renvoie à l’intervention de Patrice Tacita dans LKP ce que nous sommes ! (Verdol, 2010).

17 Je rappelle que Papa Yaya fut le créateur du parti mystico-rationaliste.

18 L’on est d’ailleurs arrivé à un point où l’on ne sait plus véritablement qui fait quoi ; même la presse locale est en constante interrogation à l’égard du mysticisme en Guadeloupe ; lire, à ce sujet, Calima-Dinane N. (2010), Armor M. et H. Ibalot (2010), V. D. (2010) et B. C. (2011).

19 Bougerol limite son analyse au gadèdzafé, mais, en réalité, elle peut être étendue à l’ensemble de la population guadeloupéenne (Bougerol, 1983, 1993).

20 La méthode employée par le gadèdzafé est assez similaire de celle que préconise Kardec, père du spiritisme, dans Le livre des esprits (Kardec, 1857).

21 Ce combat permanent n’est pas sans rappeler les pratiques que décrit Teixeira (2008) pour la Guinée.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1. Le Christ couché dans une chapelle
Crédits Dimitri A. Lasserre (source)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/5940/img-1.png
Fichier image/png, 285k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dimitri A. Lasserre, « Mysticisme et mondialisation aux Antilles : le cas de la Guadeloupe », Études caribéennes [En ligne], 22 | Août 2012, mis en ligne le 15 août 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/5940 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.5940

Haut de page

Auteur

Dimitri A. Lasserre

Université des Antilles et de la Guyane, Doctorant, dimitrilasserre@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org