Navigation – Plan du site
Editorial

Les Caraïbes centraméricaines : fragments à géométrie variable

The Central American Caribbean, Fragments with Variable Geometry
Caribes Centroamericanas: fragmentos con géometría variable
Aurélia Michel

Résumés

Afin de mettre en perspective les différents articles du dossier, le texte souligne les différentes étapes qui définissent la situation de la façade caraïbe à la fois au sein des Etats-nations et de la région centraméricaine. Depuis une position de marge ou d’enclave liée à la fois à la géographie et aux logiques de l’empire espagnol, cet ensemble territorial s’est construit à partir de fragments plus ou moins connectés entre eux et aux espaces régionaux maritimes (caribéen ou atlantique). Au cours de leur construction, les différents Etats-nations n’envisagent d’abord la façade caraïbe que dans sa dimension de connexion transisthmique. Pourtant, on constate au vingtième siècle différents processus d’intégration territoriale qui visent à relier espace continental et façade caraïbe, processus qu’il faut associer à de nouvelles dynamiques démographiques. Les sociétés d’interface qui en résultent, voient leurs composantes « ladinas », indiennes, ou afro-descendantes se réorganiser. Enfin, ces fragments qui composent la façade prennent de nouvelles couleurs à la lumière des projections faites par d’autres acteurs (ONG) ou à d’autres échelles (région américaine).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis la conquête espagnole, la partie caribéenne de l’isthme centraméricain fait figure d’espace intermédiaire entre l’Amérique centrale et les Caraïbes. Malgré une unité climatique, historique, culturelle ou territoriale évidente, très peu d’études ont cherché à appréhender la façade caraïbe en tant qu’ensemble régional. A contrario des terres occidentales et centrales anciennement et majoritairement occupées, cet espace a surtout joué un rôle de zone refuge indigène face à la conquête du continent par les Espagnols. Ces façades maritimes, longtemps délaissées par les États nationaux, présentent le paradoxe d’être empreintes d’une forte marginalité tout en se situant au cœur du système-monde qui émerge à l’époque moderne, comme l’indique la récurrence de logiques d’enclaves sur ces littoraux (trafics, bananeraies, tourisme…).

Photographie 1. Livingston (Guatemala), pont vers les Siete Altares

Photographie 1. Livingston (Guatemala), pont vers les Siete Altares

Source : Camille le Masne

2La dichotomie de l’isthme centraméricain est omniprésente dans les représentations cartographiques, les productions littéraires, voire les conceptions géopolitiques des principaux acteurs de la région. Les particularités de la zone en termes de milieux (tierras calientes, denses forêts tropicales…) les rapprochent à ce titre davantage des espaces insulaires qui leur font face au sein du grand bassin caraïbe, plutôt que du versant pacifique de l’isthme. Difficile pourtant de rattacher cette façade continentale à l’espace insulaire caraïbe : même si elle forme avec lui une zone de contact en termes de cultures, d’échanges, de peuplement et du fait de la similarité des conditions géographiques, elle s’en distingue évidemment par sa continuité isthmique et les formes de colonisations qui ont conduit aux actuelles sociétés et Etats-nations centraméricains. Autrement dit, elle constitue un espace frontière, à la fois au sens de limite, de marge et d’interface.

3L’objet de ce dossier est de mettre en évidence la spécificité de la « Caraïbe centraméricaine », espace fonctionnant à la manière d’une interface entre Amérique centrale et Caraïbe insulaire. En effet, nous partons de l’hypothèse que si la fragmentation territoriale est évidente au sein de ces petits États-nations, des logiques territoriales, géopolitiques ou culturelles qui traversent l’ensemble de cette façade sont sensibles à une échelle régionale et permettent de caractériser un espace singulier. Les six textes rassemblés ici aborderont les différents aspects de ces dynamiques régionales en montrant notamment les processus géo-historiques qui se jouent à cette échelle.

Un clivage pacifique/atlantique

  • 1 C’est également ce que montre la compilation bibliographique de Carlos Agudelo et Carlson Tuttle : (...)

4L’occupation hispanique de l’isthme américain à partir du XVIe siècle s’inscrit dans le clivage géomorphologique et climatique qui sépare la façade caraïbe des hautes terres et du versant pacifique. Majoritairement voire exclusivement localisée dans ces deux dernières zones, la colonisation s’appuie en priorité sur les populations indiennes des hautes terres et l’exploitation des plaines littorales pacifiques. Peu explorée et très peu occupée par les Espagnols, la façade caraïbe est tournée vers le bassin caraïbe, constituant une de ses marges et accueillant ainsi les populations marrons comme les ambitions européennes modernes (pirates, corsaires, puis hégémonie britannique). Ces dernières incursions, comme le montre le texte de Karen Muñoz sur les populations Mosquitos à l’époque coloniale, impliquent une interaction permanente entre la côte caraïbe et les îles du bassin. Se dessine alors un peuplement en grappe, réticulaire et relativement erratique qui s’exprime périodiquement à l’encontre des projections spatiales portées d’abord par l’Empire espagnol puis par les États nations. Affranchies des enjeux d’intégration territoriale et peu reliées aux ressources continentales, ces populations contribuent pourtant, par leur mobilité, par la mise en réseau permanente qu’elles opèrent, et par leur pratique de l’espace régional, à une représentation cohérente de la façade caraïbe et à la diffusion d’une culture régionale propre1.

Dans les constructions nationales

5La logique de développement des États-nations à l’époque contemporaine implique une intégration de leur façade caraïbe, qui s’amorce généralement autour des axes transisthmiques que les États ont promus au cours des deux derniers siècles. Ces axes nationaux étant tous concurrents (Panama, Nicaragua, Costa Rica, Honduras-Salvador), le développement des infrastructures, du peuplement et des activités s’est partout concentré autour de cet axe national, en général (à l’exception du Belize) à partir du centre du territoire et de la capitale. Comme l’analyse ici Camille Le Masne, cette séquence explique que les frontières internationales soient particulièrement délaissées et constituent partout des marges. Autrement dit, la côte caraïbe voit alterner ports en développement plus ou moins constant promus par chacun des États et zones de vide ; les zones de frontière combinant inaccessibilité et très faible densité.

6Sur cette façade, se développent également dans la seconde moitié du XIXe siècle les enclaves dites bananières créées par les compagnies nord-américaines. Ces plantations de fruits tropicaux sont complètement tournées vers le bassin caraïbe et même si elles comportent parfois un volet d’intégration territoriale (chemin de fer vers l’intérieur, quelques équipements), elles ajoutent une troisième strate au clivage atlantique/pacifique.

7Ainsi, la Caraïbe centraméricaine apparaît comme une combinaison de fragmentations : fragmentation liée à la forme du peuplement (communautés en grappe et en déplacement), fragmentation entre les différents États-nations qui s’exprime par des frontières très effectives, car en position de marginalité, et enfin fragmentation avec le développement des enclaves bananières à la fin du XIXe siècle. Le texte de Ronald Soto-Quirós, à travers le cas de Puerto Limón, montre l’articulation locale de ces différentes logiques territoriales, et le processus historique qui les combine au cours du XIXe siècle. Le cas de Limón au Costa Rica renvoie ainsi parfaitement au modèle d’interprétation de l’espace caraïbe centraméricain développé par Camille Le Masne, qui insiste sur les différents niveaux de fragmentation, géographiques et historiques, que l’on retrouve de façon similaire sur toute la façade, y compris au Mexique (Yucatán).

Recontinentalisation de la façade caraïbe

8Alors même que les logiques de fragmentation continuent d’opérer sur toute la période contemporaine, Camille Le Masne analyse comment cette « marge » caraïbe fait l’objet d’une reconquête de la part des États-nations, qui tentent tous d’intégrer leur territoire à partir de leur axe transisthmique. Cette analyse, effectuée à partir de plusieurs terrains (l’archipel de Bocas del Toro au Panamá, l’Atlantique costaricien et la frontière sud entre Belize et le Guatemala), fait complètement écho aux deux études de cas développées par Ronald Soto Quirós et Élisabeth Cunin, qui évoquent l’une et l’autre des processus de re-nationalisation du territoire au milieu du vingtième siècle, reposant notamment sur un peuplement centraméricain à composante hispanique et indigène qui s’affirme. Si la fondation de Belmopan à Belize, nouvelle capitale « continentale » pour l’État indépendant, opère un mouvement géopolitique vers l’intérieur, tandis que la démarche d’intégration du Costa Rica est plutôt un effort de déplacement vers la côte caraïbe, les deux processus vont dans le même sens d’une re-continentalisation. Ainsi, la création de Belmopan avait pour objectif d’enclencher le recentrement des activités et populations vers la partie continentale. Après un succès plus ou moins avéré et rapide de ce projet, qui fut freiné par les difficultés logistiques, mais aussi les réticences des élites traditionnelles de Belize City, la dynamique de peuplement de Belmopan a pris un tournant décisif avec l’arrivée de populations « centraméricaines » c’est-à-dire non caraïbes, dont le poids démographique et le rôle dans le développement urbain constituent à eux seuls les éléments d’une « recontinentalisation ». D’une manière inverse géographiquement, l’investissement national costaricien vers la côte et Puerto Limón, documentée par Ronald Soto-Quirós, aboutit lui aussi à un renversement démographique qui « ladinise » la côte caraïbe.

9Ce rééquilibrage du peuplement « latin », sensible partout à cause de la poussée démographique dans les hautes terres et les conflits d’intensité variable qu’elle engendre, change les statuts et positions des populations afro-caribéennes au profit des populations « centraméricaines », ladinas voire indigènes, en particulier dans l’accès au marché du travail sur la façade maritime. Pour cette dernière, Camille Le Masne propose de passer d’une figure de l’enclave à celle de l’interface, passage qui paraît défavorable aux populations afro-descendantes dans cette nouvelle division du travail et des ressources.

La façade caraïbe dans de nouvelles perspectives

10Ainsi, des traits communs émergent des cas analysés comme de la synthèse: avec pour point de départ une très forte fragmentation, c’est principalement dans la tension entre intégration stato-nationale et dépendance vis-à-vis de l’espace mondialisé qu’évolue la figure spatiale – plutôt que l’espace régional – de la façade caraïbe. Deux textes nous permettent d’envisager cette figure dans d’autres perspectives : d’une part, en se plaçant au niveau d’une identité régionale de l’ensemble du bassin caraïbe, le texte d’Éric Dubesset replace les États centraméricains non plus dans un clivage, mais comme partie prenante d’une dynamique régionale plus vaste où ils font figure de pivot. L’extra-territorialité ou la déterritorialisation propre à la notion d’enclave et ses avatars apparaît alors sous un autre visage lorsque l’on considère l’ensemble des pays participants à ce bassin caribéen, États-Unis inclus.

11Enfin, le texte de Tania Rodriguez nous propose de prendre en compte une autre modalité spatiale qui émerge dans la région et qui tente de remettre en cause les figures anciennes (clivage entre les États, monopole du transisthmique) pour impulser des objets de gouvernance de coopération : les bassins versants des fleuves frontaliers, ici le Sixaloa. Dans ce dernier contexte, les territoires nationaux sont sublimés par les acteurs internationaux transnationaux (ONG, Banque mondiale, etc.) à travers l’objet de gouvernance écologique, transfrontalier par nature, et qui doit faire émerger de nouveaux acteurs et articulations entre local, transnational et régional. Important dans l’ordre du discours qu’il révèle, le bassin versant émerge comme objet de coopération transfrontalier, même si l’on ne peut dire encore à quel point il viendra modifier la figure spatiale de la façade caraïbe.

Haut de page

Notes

1 C’est également ce que montre la compilation bibliographique de Carlos Agudelo et Carlson Tuttle : Document de travail No.15. Compilation bibliographique sur le peuple garifuna. Carlson Tuttle, Carlos Agudelo, http://www.ird.fr/afrodesc/spip.php?article441

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1. Livingston (Guatemala), pont vers les Siete Altares
Crédits Source : Camille le Masne
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6032/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélia Michel, « Les Caraïbes centraméricaines : fragments à géométrie variable », Études caribéennes [En ligne], 21 | Avril 2012, mis en ligne le 15 avril 2012, consulté le 24 mai 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6032 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6032

Haut de page

Auteur

Aurélia Michel

Université Paris Diderot, SEDET, MCF Histoire, aurelia.michel@univ-paris-diderot.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org