Navigation – Plan du site
La façade caraïbe de l’Amérique centrale : fragmentation ou intégration « régionale

Les Caraïbes centraméricaines au xxe siècle : de l’enclave bananière à l’interface transnationale ?

The Central American Caribbean during the 20th Century: From the Banana’s Enclave to the Transnational Interface
Camille Le Masne

Résumés

À travers la notion d’interface transnationale, cet article propose une reconceptualisation des formes géographiques observées sur la façade caraïbe de l’Amérique centrale en ce début de XXIe siècle. L’héritage des diverses enclaves – en premier lieu bananières – et des acteurs extérieurs qui leur ont traditionnellement été liés a ici engendré des territoires aux configurations similaires, marqués par des interactions locaux globaux, mais profondément conditionnés par l’échelon national.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Amérique centrale, Caraïbes
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La notion de façade maritime est généralement peu conceptualisée, hormis chez J-M. Miossec, qui con (...)

1Cet article propose une mise en perspective des façades caraïbes des pays centraméricains au xxe siècle, en posant comme hypothèse l’incorporation des enclaves bananières du début du siècle dans des systèmes spatiaux plus ouverts, définis ici comme des interfaces transnationales. Davantage que la notion de façade, qui s’attache plutôt à l’espace de contact entre terre et mer1, le concept d’interface, récemment approfondi par le groupe de recherche Interfaces (Chapelon, 2008 : 198), propose une approche revisitée des articulations entre systèmes spatiaux présentant des échelles, des cohérences ou des pouvoirs d’influence variée : « utiliser le concept d’interface, c’est aussi avoir la possibilité de mettre l’accent sur des espaces souvent périphériques, considérés comme des marges, qui révèlent des structures spatiales au rôle stratégique pour le fonctionnement du système-monde ». L’interface est ici conçue comme une zone de contact entre deux systèmes qui tire son homogénéité de l’équilibre entre influences nationales et globales.

2En évoquant le caractère transnational de ces nouveaux territoires hybrides, le propos se veut en porte-à-faux des paradigmes actuels soulignant la déshérence de l’échelon étatique (Badie, 1995), bien que l’interface soit historiquement structurée par l’héritage socio-économique de l’enclave et à ce titre porteuse de spécificités culturelles ou politiques largement liées à des agents extérieurs identifiés comme nord-américains. Le concept d’interface « transnationale » vise précisément à réintégrer cette influence ultramarine dans un ancrage national trop souvent éludé par une nouvelle terminologie qui reste évasive, et qui, à l’instar de celle de transétatique, présente surtout l’intérêt de saisir dans quelle mesure les phénomènes liés au processus de globalisation transcendent ou requalifient États ou nations sans pour autant passer outre.

3Cette approche se veut subsidiaire d’autres analyses centrées sur des phénomènes transnationaux ou transétatiques se rapportant aux logiques migratoires sinon culturelles, comme celle des diasporas noires pour le cas de l’Amérique (Gilroy, 1993 ; Chivallon, 2006). L’article se fonde en effet d’abord ici sur une analyse historique soulignant les continuités existant entre économie d’enclave et interface. Cette mise en avant des mécanismes économiques et des acteurs politiques qui en tirent parti ou en deviennent éventuellement les instruments ne procède pas d’un principe de causalité déterministe : elle vise plutôt à l’identification des acteurs en fonction de leur appartenance, de leur affiliation, de leur inféodation à des pouvoirs dont le caractère déterritorialisé est le plus souvent, à raison, souligné. Pour qu’il y ait du transnational il faut bien du national, et c’est dans cette seule mesure que le concept présente un intérêt épistémologique, en le différenciant du qualificatif global, dont la praticité a pour corollaire une certaine imprécision (Carroué, 2002).

4Les visées épistémologiques de l’article nous inclinent à privilégier une approche par objet spatial, enclave puis interface, à une approche diachronique qu’aurait pu suggérer son intitulé. On traitera donc moins des mécanismes identitaires, vecteurs de création territoriale eux aussi, en s’attachant plutôt aux systèmes spatiaux, d’abord celui de l’enclave bananière, classique, pour ainsi dire, malgré une réelle diversité dans cette région si emblématique du principe qu’est l’Amérique centrale. À travers ses filiations et ses devenirs, l’enclave bananière mérite une attention particulière, car elle permet de saisir les requalifications d’un objet spatial qui, loin de se dissoudre dans la modernité, constitue toujours un modèle d’analyse spatiale pertinent dans l’optique de territoires en réseaux (Castells, 1998). En revanche, les récentes mutations de l’enclave (nouvelles échelles spatiales, cadres juridiques revisités, multiplication et diversification des acteurs en jeu) nous semblent justifier l’intérêt d’un autre concept, celui d’interface, intégrant le premier tout en permettant de rendre compte des principales dynamiques en cours de la globalisation. Objet hybride, l’interface l’est tant par son caractère transnational, c’est-à-dire laissant une importante marge de manœuvre à des acteurs extérieurs ou émancipés de la tutelle des pays centraméricains, que par son ancrage national, puisque c’est essentiellement à l’échelle du territoire de l’État-nation que l’on retrouve cette forme spatiale.

1. L’enclave en perspective

5L’enclave « qualifie parfois la situation d’une unité qui opère de façon autonome par rapport à son environnement immédiat, mais en relation suivie avec un partenaire extérieur : plantation industrielle exportant vers la métropole, usine travaillant pour sa maison-mère ou un donneur d’ordre exclusif, banque offshore dans un paradis fiscal » (Brunet, 1992: 184). Du fait d’une approche centrée sur l’isthme centraméricain, on privilégiera le terme d’enclave à celui d’exclave, parfois utilisé. Leur localisation tient aux intérêts d’acteurs du pouvoir, souvent extérieurs à la zone, et les vicissitudes des activités sont liées à celles des ressources, lesquelles peuvent être naturelles (mine ou forêt, basses terres caraïbes propices à la culture de la banane, mer turquoise favorable au tourisme…), humaines (populations parlant la même langue que les acteurs globaux, réserve de main d’œuvre…) ou simplement stratégiques (promontoire militaire, zone franche, canal…). Il s'agit à l’origine d'un lieu potentiellement déstabilisateur pour le cœur de l'isthme, dont témoigne bien la piraterie, qui entame le processus. Cet aspect stratégique de l’enclave peut difficilement être éludé, notamment du fait qu’elle émane d’acteurs dominants, les agents peu territorialisés de ce que nous qualifions en ce début de siècle le pouvoir global.

6Afin de se protéger des périls liés à sa situation à l’intérieur d’un autre ensemble, généralement un État centraméricain, l’enclave est protégée, soit de facto par son caractère furtif ou évanescent (paradis fiscaux, relais de la drogue, boucaniers…), soit par la puissance militaire des acteurs qui la contrôlent (repaire de pirates, base de marines…), voire juridiquement, lorsqu’un accord s’est opéré avec les acteurs de l’espace qui accueille l’enclave (concession bananière, maquiladora, tourisme…). L’enclave n’a par ailleurs ni configuration ni échelle spatiale particulière : elle est une ambassade comme un canal interocéanique. Elle répond à des lois spécifiques, différentes de l’espace au sein duquel elle est enclavée, qui consacre son extraterritorialité. Si elle n’a pas de terme prévu dans le cas de Belize, l’enclave a souvent une durée fixe, généralement au moins équivalente à une génération humaine, négociée à travers une concession bananière, portuaire, militaire, canalière... Cette période, souvent prolongée, peut permettre aux populations y vivant d’élaborer un attachement spécifique au lieu, aux espaces de devenir territoires.

7Sur la façade caraïbe, la relation entre les hommes et les lieux constitués en enclaves est particulièrement révélatrice des flux et des reflux impulsés par des centres de pouvoir extérieurs à l’isthme. La disposition en rhizomes des populations afro-descendantes est dans le même temps une ressource et une conséquence de la mise en valeur des lieux par les réseaux du pouvoir ultramarin. L’articulation entre des ressources disposées de manière plus ou moins aléatoire (la population afro-caribéenne, la mine d’or, la crique…) avec ces réseaux est extrêmement versatile, notamment dans le cadre d’une globalisation caractérisée par une diversification des réseaux et une accélération des flux. Ainsi, la convergence d’intérêts – temporaire et dissymétrique – entre populations « noires » et « blanches », observable durant la période de l’enclave bananière, est actuellement rendue caduque par la multiplication d’acteurs globaux indifférents aux spécificités socio-culturelles du bassin caraïbe.

1.1. Les enclaves héritées : flibuste, bûcheronnage et bananes

8Le principe de l’enclave tire ses racines des premières interventions des puissances européennes rivales de l’Espagne en Amérique centrale. Bien qu’ils soient reliés à des centres extérieurs à l’isthme, les espaces mis en valeur par ces activités très variées (piraterie, comptoirs, bûcheronnage, concessions bananières) ont généré des organisations sociales internes largement autonomes. Au risque de généraliser des fonctionnements très divers, étant donné la très longue période durant laquelle se succèdent ces géo-économies, ces territoires sont marqués par une grande filiation, bien que l’enclave bananière corresponde à une nouvelle étape où les enclaves sont désormais consenties par l’ensemble spatial qui les accueille, la concession étant officialisée par les États centraméricains.

  • 2 On notera toutefois une grande diversité dans ces groupes locaux s’adonnant à la piraterie, qui s’a (...)

9Les premières enclaves mettent en présence des populations d’origines très variées. Le caractère illégal, pionnier ou périlleux de l’activité engendre une très grande proximité des acteurs de ces micro-territoires. L’organisation sociale est néanmoins codifiée par des hiérarchies ethniques assez similaires. Les acteurs blancs, flibustiers, négociants ou baymens, souvent minoritaires, contrôlent et organisent l’activité économique.2 Celle-ci constituant le socle et la raison d’être du territoire, les hiérarchies sociales, sans être nécessairement prédéfinies, résultent de la domination d’une élite blanche sur une population majoritairement noire. Les populations noires établies sur le littoral caraïbe de l’Amérique centrale ou venues des grandes îles de la Caraïbe constituent une main d’œuvre appréciée, en raison de leur communauté de langue avec les instigateurs de l’activité.

10Cette organisation sociale se perpétue, mais de manière beaucoup plus rigide, dans l’activité bananière. Les Noirs de Jamaïque ayant émigré pour la construction des voies ferrées ou du Canal sont les interlocuteurs privilégiés des ingénieurs états-uniens et occupent des postes intermédiaires de contremaîtres ou de techniciens. Leur bon niveau d’éducation leur assure des emplois plus valorisés que les autres groupes ethniques, chinois, indigènes, Italiens ou Ladinos qui se joignent à eux dans la bananeraie. Néanmoins, la grande crise qui réduit l’activité dans les années 1930, conjuguée à l’afflux de population métisse du coeur de l’isthme, amenuise progressivement le statut privilégié des populations noires. La bananeraie constitue une nouvelle étape de la logique d’enclave, qui s’institutionnalise. Si les autres enclaves fonctionnaient déjà en circuit fermé, le dispositif s’accentue, puisque les compagnies aménagent elles-mêmes un territoire qui se distingue par la modernité de ses infrastructures : écoles, centres de soin, logements pour les travailleurs… Les enclaves bananières sont surtout des territoires clos dont l’extraterritorialité se manifeste au travers du contrôle très poussé des compagnies états-uniennes sur les activités internes. Les revendications politiques et syndicales y sont extrêmement limitées, les circuits économiques contrôlés par la compagnie, qui récupère les salaires en vendant les produits de première nécessité à des prix exorbitants, tandis que les pasteurs protestants y dominent le système éducatif. L’hermétisme du territoire est une constante de l’enclave, bien qu’il soit plus ou moins planifié ou effectif, et que celle-ci soit en revanche très bien connectée au centre du système, étatsunien dans le cas de l’activité bananière (figure 1).

Figure 1 : L’United Fruit Company dans la première moitié du XXe siècle

Figure 1 : L’United Fruit Company dans la première moitié du XXe siècle

1.2. Réactivation, diversification et reconfiguration de l’enclave

  • 3 Ces concessions prennent parfois un caractère stupéfiant, comme dans la Région autonome de l’Atlant (...)

11Depuis le début des années 1990, avec la prise de conscience du caractère limité de certaines ressources, on assiste à un retour des firmes multinationales : le système des concessions permet en effet de voir venir… Les activités d'extraction minière ou pétrolière, les concessions forestières ou celles de pêche s’inscrivent toujours dans cette logique de l’enclave. Toutefois, l’exploitation du capital naturel connaît ces dernières années des évolutions assez similaires : l’investissement technologique prime de plus en plus sur le capital humain. L’utilisation de technologies sophistiquées, par ailleurs souvent préjudiciables à l’environnement, relativise l’importance de la main d’œuvre.Les concessions du capital naturel n’ont même plus la justification de l’enclave bananière, à savoir celle de générer des emplois. Les transferts monétaires sont faibles, excepté des pots-de-vin distribués aux groupes dirigeants. Le turn-over rend la construction territoriale de plus en plus fragile et hypothétique, et l’enclave permet aussi d’exclure les populations, comme lors des longues périodes de prospection où ces dernières ne peuvent plus accéder aux autres ressources.3

  • 4 Sur le littoral caraïbe, la gestion des terminaux de conteneurs est concédée à des investisseurs du (...)

12La nature des enclaves s’est ainsi diversifiée ces dernières années. Malgré la récente rétrocession du canal de Panama, enclave stratégique finalisée par les États-Unis, la création de l’Autorité de la région interocéanique perpétue l’extraterritorialité puisque selon Noëlle Demyk (1999 : 101), « l’État panaméen renoue avec le modèle concessif du XIXe siècle ». Le fonctionnement interne de cet espace accentue la dépendance vis-à-vis des investisseurs extérieurs, leur garantissant davantage encore que les privilèges existant jusqu'alors sur cet ancien territoire nord-américain.4 Ces nouveaux statuts entérinent le caractère offshore du canal, voire de l’ensemble du pays, « antimonde » symbolisé par la Zone Libre de Colón, créée en 1953, qui « contribue pour 9 à 10 % au PIB panaméen » (Demyk, 1999 : 89).

13Les zones franches industrielles d’exportation (ZFIE) constituent elles aussi des espaces où les activités économiques échappent à la souveraineté nationale par les législations particulières qui les régissent. Si elles sont fréquemment situées au cœur des territoires densément peuplés (hautes terres du versant pacifique) ou des métropoles centraméricaines – cas des maquiladoras, dont le fonctionnement est assuré par une main-d’œuvre métisse, majoritairement féminine, et un important turn-over – elles s’apparentent à des micro-territoires foncièrement globaux, d’une part en raison de leur versatilité, puisqu’ils peuvent disparaître à tout moment, et d’autre part en fonction de la dérogation juridique qui les fonde. Si les zones franches et les paradis fiscaux, par leur opacité, sont toujours promis à un avenir radieux, beaucoup d’observateurs doutent de la pérennité du système maquiladora. Localisés sur les zones densément peuplées et disposant déjà d’infrastructures, c'est-à-dire sur les extrémités caraïbes des interfaces, leurs ports, ces espaces « francs » constituent des nouvelles enclaves au cœur des anciennes enclaves bananières progressivement ladinisées de Puerto Barrios (Guatemala), San Pedro Sula (Honduras) ou Puerto Limón (Nicaragua).

14Les territoires touristiques qui essaiment depuis les années 1990 présentent des caractéristiques similaires (tableau 1). Leur localisation rappelle les vieux territoires de la flibuste, comme Roatán, Bocas del Toro ou les Corn Islands, dont l’appellation officielle, Islas de Maíz, est même tombée en désuétude. Le degré d'intensité de l'activité lui fait prendre des formes différentes, mais qui restent toujours marquées du sceau de l’extraterritorialité. Ce sont de véritables territoires touristiques globalisés, au sens que c'est désormais cette seule activité qui structure des portions d'espaces et leurs environnements, régis, une nouvelle fois, par des acteurs extérieurs (Le Masne, 2009). L'appartenance au réseau global ou la connexion aux infrastructures continentales renforce ou amenuise le caractère extraverti du territoire : l’absence de volontarisme politique des États n’a généralement pas conduit à restreindre cette extraterritorialité inhérente à l’activité, exceptée dans une certaine mesure à Cancún, ainsi que nous le verrons par la suite.

15Ces lieux déconnectés de l’espace sur lequel ils se greffent, statut que requiert leur fonctionnement, sont clairement des avatars modernes de l’économie d’enclave. Les différentes activités économiques donnant lieu à la création d’enclaves montrent la pérennité du système. Au-delà de l’accentuation de l’hermétisme de l’enclave, c’est un territoire où s’exprime toujours pleinement l’influence des réseaux globaux. Les États-Unis conservent d’ailleurs un rôle important dans ce dispositif, où intérêts économiques et politiques se combinent, sur des territoires de marges qui ont périodiquement été utilisées pour déstabiliser les gouvernements centraméricains. L’économie d’enclave n’est pourtant pas spécifique à la façade caraïbe, comme le rappelle le transfert des bananeraies costariciennes sur le littoral pacifique dans les années 1940, mais elle a pris une ampleur bien plus importante sur ce versant de l’isthme en raison d’un contexte géopolitique favorable.

16Ces activités, outre leur tendance prononcée au rapatriement des devises, nécessitent de moins en moins de main-d’œuvre locale, aspect stratégique que l’on retrouve de la flibuste aux nombreuses activités illicites du littoral (contrebande, trafic de drogue), lesquelles entretiennent la disposition rhizomique de lieux relativement bien circonscrits sur des espaces de plus en plus restreints. Si l’extraterritorialité est une constante très nette, les hiérarchies socio-ethniques dans ces territoires divergent en fonction des contextes. Ces distinctions sont aussi liées à la taille de ces espaces, à la nature des activités qu’ils abritent, et à la plus ou moins grande main-d’œuvre qu’elles nécessitent, critères fondamentaux pour saisir le glissement de l’enclave bananière en interface.

Tableau 1 : Critères de définition des enclaves et des interfaces

Tableau 1 : Critères de définition des enclaves et des interfaces

2. Interfaces nationales ou transnationales ?

17Ce second point du développement vise à mettre en exergue la transition territoriale qui s’opère entre l’enclave bananière et l’interface transnationale au cours du XXe siècle. Il importe en premier lieu de resituer l’émergence du concept d’interface dans le corpus géographique et de saisir ses intérêts épistémologiques dans l’analyse des articulations entre systèmes spatiaux à des échelles variées. Ce préalable théorique est nécessaire pour distinguer les deux concepts, bien que l’interface soit un héritage de l’enclave bananière. Cette dernière s’affirme au début du XXe siècle comme un véritable territoire, lequel subit néanmoins des mutations liées à l’affirmation des Etats-nations centraméricains après-guerre, qui accentue leur organisation transisthmique – du moins sur leur versant caraïbe. L’aboutissement de cette réflexion réside dans une véritable définition des limites internes et externes de l’interface, qu’il s’agisse des nouvelles enclaves, qui constituent désormais les points nodaux de connexion des interfaces avec les multiples centres de la globalisation, ou des discontinuités spatiales, moins évidentes dès lors qu’elles concernent le cœur des États, lesquelles nous interrogeront sur le caractère transnational de cet objet spatial.

2.1. Le concept d’interface

18Dans notre acception, en tant que système spatial, l’interface ne recoupe pas l’intégralité de la façade de chacun des États, mais une zone, davantage qu’un point ou qu’un plan, qui s’étend sur une partie de l’espace caraïbe des ensembles nationaux, formant, ainsi que le rappellent Di Méo et Buléon (2005 : 89), des « territoires échappant à une stricte logique politique [qui] ne brillent pas par la précision de leurs configurations et de leurs limites ». Cette remarque vaut d’ailleurs surtout pour délimiter l’interface vers l’arrière-pays, notamment avec l’entité qui lui est contiguë, le territoire central de l’État-nation, ici le coeur de l’isthme, discontinuité qui s’opère davantage par gradients.

  • 5 « La dualité entre des économies en réseau et des économies territoriales est un schème ancien, don (...)

19Constituée par exemple par des « échanges entre quartiers, entre aires de civilisation perméables l’une à l’autre et en général, chaque fois que la limite en vient à constituer un espace propre » (Lévy, 2003: 552), l’interface rend compte de l’émergence d’un espace autonomisé articulant des niveaux d’organisation similaires ou distincts, dans notre cas dans le même temps horizontal (à un même niveau scalaire que le cœur de l’isthme, le centre métis) et vertical (la connexion avec les centres du système-monde, notamment par les enclaves, point nodal du système…). Toutefois, l’interface est bien une zone caractérisée par la continuité territoriale, héritée d’un processus séculaire parfois demeuré à l’état de simple velléité selon les pays, qui naît de la confluence entre une « économie territoriale » propre aux États centraméricains et l’« économie réticulaire » des territoires et du pouvoir globalisé (Veltz, 1996).5

20À travers cet exemple centraméricain, l’interface est donc conçue comme un espace de transition rendant compte des tensions entre États et systèmes réticulés, dans un nouveau contexte où, sur les mêmes espaces qu’un siècle plus tôt, de nombreux critères de définition de l’enclave ne sont plus valides pour l’interface (tableau 1). Ces évolutions retracent les rapports de force sur la façade caraïbe de l’isthme, mais aussi plus généralement les mutations de l'économie mondiale au XXe siècle. La globalisation a matériellement et virtuellement rapproché les centres de décision, qui se sont multipliés, à l’extérieur comme au sein des pays. Parallèlement, l’origine du capital s'est diversifiée, puisqu’il est désormais aussi détenu par des acteurs nationaux : la production est dorénavant organisée par des entreprises nationales ou des filiales de multinationales.

21L'intégration horizontale est remise en cause par la multiplication des acteurs, bien que cette logique concurrentielle reste défavorable à la rémunération du travail. L’intégration verticale a été plus ou moins délaissée par les multinationales, selon les cas, qui ont pris le parti d’une exploitation déterritorialisée en réduisant leurs investissements. Ces dernières préfèrent souvent laisser aux entrepreneurs nationaux les risques écologiques (scandales environnementaux), sociaux (grèves) ou économiques (fluctuation des prix agricoles) et se consacrer à la commercialisation, filières qu’elles maîtrisent dans leur intégralité, puisque les producteurs nationaux ne disposent pas de capital suffisant pour diversifier leur activité en aval.

22L'État d'accueil est parvenu après-guerre à établir sa souveraineté en privilégiant la continuité territoriale par divers biais : rachat des terrains occupés par les multinationales, attribution de nouvelles terres « vierges » pour la colonisation, titularisation des occupations et des défrichements illégaux… La souveraineté juridique est rendue aux anciennes enclaves, mais la nature de la production, tournée vers l’exportation agricole, rend l’activité extrêmement dépendante, voire tributaire des marchés étrangers. Dans la pratique et malgré la réincorporation juridique, la loi y reste moins appliquée que sur les hautes terres : les entrepreneurs agricoles bafouent les législations sur le travail, notamment lorsque la main d’œuvre est composée de migrants étrangers ou d’Indigènes.

2.2. L’organisation transisthmique de l’interface

23Après la Seconde Guerre mondiale, les tensions se multiplient entre États et multinationales. L’United Fruit fait échouer la réforme agraire guatémaltèque en déstabilisant le régime en place. Au Costa Rica, une grande partie des terres concédées, très peu mises en valeur, est progressivement rachetée. Les États centraméricains ont généralement su profiter de ces ouvertures caraïbes qu'ils ont « incorporées » en reprenant les terres laissées vacantes par le ralentissement de l’activité des compagnies états-uniennes. Dans tous les cas de figure, l’État a encouragé la mise en valeur des ressources des basses terres caraïbes qui apparaissait comme une solution au malaise agraire des hautes terres ; en outre, elle permettait l’intégration de territoires vierges ou la conquête des marges caraïbes, espaces échappant jusqu’alors à la souveraineté nationale.

  • 6 Il ne s’agit pas là d’une diversification vers la polyculture puisque le développement de nouvelles (...)

24Le capital extérieur reste souvent prépondérant dans les nouvelles plantations qui s’étendent sur les mêmes terrains que les anciennes bananeraies (figure 1). Même si le poids des investissements états-uniens diminue fortement dans la production agricole, la commercialisation reste l’apanage des grandes firmes multinationales. Ces dernières continuent toutefois à s’impliquer dans la production par l’intermédiaire de filiales ou de participations, qui jouent un rôle important en impulsant une diversification de la monoculture de la banane à d’autres cultures d’exportation...6 L’externalisation de la filière permet aussi l’émergence d’entrepreneurs locaux dans les activités de fret routier, de stockage ou de conditionnement des produits agricoles. Ces espaces conservent des géo-économies proches de celles d’il y a un siècle (nature, lieu de production, systèmes d’exploitation, division du travail…), bien que la diversification des activités soit marquée par le reflux des acteurs globaux, notamment dans la production.

  • 7 Au début des années 2000, dans l'exploitation de Lankin, dans le département guatémaltèque d’Izabal (...)

25Phénomène nouveau par rapport au premier XXe siècle, la colonisation organisée ou spontanée des terres vierges s’effectue depuis les années 1960 en périphérie des centres de production agricole hérités de l’enclave, souvent au détriment des territoires indigènes. L'activité la plus rentable à moyen terme y est l'élevage bovin, dont une grande partie est destinée à l'exportation. On observe d’ailleurs fréquemment une convergence d’intérêts entre les grands ganaderos (éleveurs) et les compagnies agricoles.7 L’essor de l’élevage du bétail est symptomatique de la transition territoriale opérée sur les façades caraïbes de l'Amérique centrale, via une idéologie conquérante incarnée par la figure du vaquero (cow-boy). Comme l’affirmait sans ménagement une publicité pour une banque costaricienne d’éleveurs de bovins fin 2009, « la valeur d’une nation peut se compter au nombre de ses têtes de bétail » ! Les espaces jusqu’alors empreints d’autres territorialités sont considérés comme appartenant légitimement à la nation, et à ce titre voués à se plier à l’organisation sociale et territoriale qui est celle des États. Au sein de l’« Extrême occident » que constitue par certains aspects l’Amérique centrale, la façade caraïbe fait figure d’ultime Far East ou d’Oriente à conquérir.

  • 8 Si la concession concerne des surfaces extrêmement étendues (près du treizième du territoire nation (...)

26Dans la seconde partie du XXe siècle, en raison de leur dynamisme démographique, les populations métisses (ladinas) des hautes terres deviennent progressivement majoritaires dans les interfaces, souvent au détriment des Noirs, quand les populations indigènes sont assimilées par le processus de ladinisation. L’interface, devenue ladina et recontinentalisée par cette véritable transition territoriale, est une zone où la maîtrise des moyens de production par les acteurs nationaux a permis de contrebalancer l’influence ultramarine, bien que l’activité économique reste tributaire d’acteurs globalisés. C’est aussi une interface au sens qu’elle accueille un gigantesque brassage social, ethnique et culturel, marqué par une réelle mobilité spatiale, circulation qui tranche avec l’enclave bananière, de par leurs situations juridiques respectives. Les populations, bien que souvent métisses, hispanophones et catholiques, se distinguent de celles des hautes terres par leur mixité, leur mobilité ou leur idéal pionnier. L’important accroissement démographique, naturel et migratoire, crée une concurrence effrénée pour le contrôle de l’espace. Ce qui caractérise ces territoires de l’interface, c’est la violence des tensions qui les ont fait naître et qui continuent à les parcourir. Les États centraméricains ont su profiter du reflux des compagnies états-uniennes au milieu du XXe siècle pour se réapproprier, à des degrés divers, ces énormes portions des espaces nationaux concédées jusqu’alors…8 Hormis au Honduras, situation spécifique sur laquelle on reviendra par la suite, les infrastructures ferrées liées à la bananeraie, localisées en fonction des facilités du relief et des dispositions fluviales, avaient généralement permis de connecter ces enclaves caraïbes aux hautes terres. Dans les années 1950 et 1960, la route succède au fer, diversifiant la connexion entre le cœur de l’isthme et les marges caraïbes. L'espace-temps dans lequel se sont constituées les interfaces est assez similaire au Guatemala, au Honduras, au Costa Rica et au Panamá, pays dans lequel les stratégies liées au canal sont toutefois prépondérantes. Les infrastructures sur lesquelles se greffent ces interfaces sont en revanche très inabouties au Nicaragua et au Honduras britannique, pour ce dernier du fait de son statut de colonie. Quand les autres sont des lentes constructions mises en place depuis plus d’un siècle, l’interface qui abrite Cancún n'a pas quarante ans et ne s’est pas développée à partir de aux infrastructures lourdes du chemin de fer et du port de, mais par l’intermédiaire de connexions maritimes, aériennes ou routières. Ces interfaces sont aussi emblématiques de la difficulté qu'ont les petits États à se structurer, toujours menacés qu’ils sont par d’importantes tendances centrifuges, parfois instrumentalisées par des éléments extérieurs.

Figure 2 : L’interface transnationale au début du XXIe siècle (modèle théorique)

Figure 2 : L’interface transnationale au début du XXIe siècle (modèle théorique)

27La figure 2 montre les deux systèmes d’organisation qui coexistent dans l’interface transnationale en soulignant la discordance entre système économique et social dans le cas des populations noires. Elle néglige volontairement l’organisation spatiale des hautes terres, où les structures agraires sont plus diversifiées en fonction de configurations nationales différentes.

2.3. L’articulation entre enclave et interface 

28Comme l’indique le modèle théorique d’interface représenté dans la figure 1, la capitale assure désormais le rôle de centre de commandement politique, bien que cette primauté soit contrebalancée par la création de circonscriptions régionales et municipales ces dernières décennies. Sur ces marges caraïbes, la métropole nationale a aussi progressivement établi son contrôle sur une partie des activités économiques. Celles-ci sont très souvent liées à l’investissement national, en ce qui concerne la production agricole, et le réseau urbain rend bien compte de la forte polarité de la capitale centraméricaine. Toutefois, le caractère unique ou principal de l’axe de communication entre la capitale et le débouché caraïbe de l’interface assure une certaine autonomie à cette dernière.

29Le réseau routier établit des connexions entre les villes et des petits foyers de peuplement de tailles inférieures à mesure que l’on s’éloigne de l’axe principal de l’interface. Ces petites villes intermédiaires comptant souvent moins de 10 000 habitants constituent l’armature urbaine de l’interface métisse. Autour de ces petits foyers de peuplement urbains de l’intérieur, l’habitat est très dispersé, diffus, et s’établit en fonction du réseau routier qui intègre progressivement l’ensemble de chacune des façades caraïbes. Les exploitations agricoles s’étendent le long des routes, leur taille diminuant généralement à mesure que l’on s’éloigne de l’axe de l’interface. Ces réseaux routiers s’arrêtent aux frontières nationales, qui constituent toujours des marges déprimées, des aires protégées ou les ultimes territoires des communautés indigènes. Cette absence de relations transfrontalières accentue la cohérence de l’interface et le rôle central de l’infrastructure transisthmique, dont la bipolarité structure chacune des façades caraïbes nationales.

30Pourtant, ce système de hiérarchie urbaine classique proche des « lieux centraux » est concurrencé par un second réseau qui ne répond pas aux mêmes fonctions et ne correspond pas au même niveau scalaire. Si les points nodaux de connexion au système global – sortes d’« interfaces de l’interface » – sont de plus en plus confrontés à la continuité territoriale de l’interface, ils conservent toujours une forme d’extraterritorialité : aéroport, zone franche, lieu touristique, île… Alors que les acteurs globaux refluent en ce qui concerne la production, ils contrôlent encore les filières de commercialisation, par le biais d’enclaves souvent restreintes à un point de contact très réduit, mais qui exercent un rôle de relais stratégique fondamental. Le pôle caraïbe, c'est-à-dire le port, constitue toujours un nœud essentiel du système, puisque c’est par lui que s’effectue la connexion des économies centraméricaines, très extraverties, avec le système-monde : port de conteneurs concédé, port autonome de JAPDEVA (Costa Rica), port de croisiéristes… Les dynamiques de ce point nodal illustrent bien les rapports de force actuels entre acteurs nationaux et globaux : après avoir été nationalisées après-guerre, les infrastructures portuaires ont ces dernières années été concédées à des investisseurs extérieurs.

  • 9 Cancún accueillait plus de 3 millions de visiteurs en 2005, la plupart arrivés par avion, dont légè (...)
  • 10 En raison de l’échec du plan d’aménagement agricole et sylvicole mis en place lors de la création d (...)

31Cancún met assez clairement en lumière cette articulation entre enclaves et interfaces. Si l’équilibre des investissements se maintient entre capitaux mexicains et états-uniens, l’activité est assujettie aux acteurs transnationaux (touristes, investisseurs…).9 La très forte dépendance qu'entretient la métropole touristique avec les acteurs nord-américains pose la question de l'extraterritorialité, d'autant plus que la configuration de la ville rappelle étrangement l’enclave, avec la coexistence de deux territoires très nettement différenciés, grâce à l’île. Toutefois, l’enclave est bien située à l’extrémité d’une interface, puisque l’État du Quintana Roo, s’il reste encore une marge à conquérir, a bénéficié de nombreux programmes de développement volontaristes de la part du gouvernement central.10 Les deux systèmes spatiaux d’Isla Cancún et de l’État du Quintana Roo diffèrent en termes d’échelle et d’intensité des réseaux, puisque dans un cas le micro-territoire insulaire abrite et concentre d’énormes flux financiers, quand son environnement immédiat, l’ensemble de l’interface, se nourrit surtout de ses miettes.

  • 11 « La vallée de Sula s’affirme comme le véritable centre économique du Honduras. Elle regroupe le ti (...)

32Au Honduras, la région de San Pedro Sula rend plutôt compte du processus d’autonomisation observable par « l’émergence de nouvelles formes d’action, de stratégie et de tactique au sein des interfaces, qui entérinent la transformation des pratiques des acteurs. Ces derniers se “décentrent” par rapport à leurs territoires de compétence et d’action originels, remettent en cause leur mode de fonctionnement » (Chapelon, 2008 : 199). Son statut de second débouché caraïbe majeur derrière le canal de Panamá a permis à cet espace excentré de se muer en moins d’un siècle en la région la plus dynamique du Honduras11, ce que Sébastien Hardy analyse en ces termes (2003 : 228) : « les acteurs sanpedranos tirent parti de la position de marge de la vallée de Sula au sein de l’État-nation hondurien pour renforcer son développement fondé sur l’ouverture et l’extraversion. Mais en même temps, presque paradoxalement, pour faire face aux recompositions imposées par le système économique, ils la transforment en une interface entre le système Monde et le reste de l’État-nation hondurien. La vallée de Sula s’impose en quelque sorte comme modèle sociospatial, organisateur du territoire hondurien, celui d’une marge triomphante ». Dans cette marge subitement intégrée au système-monde, les structures nationales sont déficientes et le poids des acteurs transnationaux plus important que dans d’autres interfaces centraméricaines, dans l’économie comme dans la gestion politique. Ainsi, pour William Robinson (2003 : 127), « le tournant dans la mise en place du projet transnational eut lieu en 1989, lorsque Callejas gagna la présidence […]. La fraction transnationale avait dès lors le contrôle total de l’appareil d’État ». L’hyper croissance de cette interface l’a quasiment autonomisée de son centre de tutelle, dans le cadre d’un État hondurien qui fait toutefois figure de République bananière par excellence. Cette polarité caraïbe, désormais accrue par le phénomène maquiladora, ne peut être dissociée de l’essor des concessions bananières et de l’inachèvement du chemin de fer transisthmique.

2.4. L’interface transnationale : limites, discontinuités et gradients

33L’orientation transisthmique des interfaces est liée au processus de fragmentation des anciennes audiences coloniales de l’empire espagnol (Yucatán, Guatemala, Panamá) en États indépendants dans la première moitié du XIXe siècle. Dans la configuration particulière de l’interface que nous proposons, cet objet spatial, ici localisé sur le versant caraïbe des États, s’inscrit bien à un échelon, national, bien qu’il ne s’étende que sur une partie de cette espace. L’absence de liaisons internationales ou transfrontalières sur la façade caraïbe atteste du phénomène et rappelle l’importance d’un cadre national trop souvent négligé s’agissant des requalifications spatiales induites par la globalisation.

34Concernant sa délimitation vers l’arrière-pays, la discontinuité spatiale prend moins la forme de la rupture que du gradient, phénomène qui tient aussi aux conditions géographiques, lesquelles sont plus ou moins brutalement modifiées par le relief à mesure qu’on se dirige vers les terres centrales. Cette question du milieu naturel a longtemps joué un rôle prépondérant dans la désaffection des espaces désormais constituée en interfaces caraïbes (Le Masne, 2011). Pour l’avant-pays, l’évidente limite du littoral ne doit pas passer sous silence d’autres éléments, comme l’étendue de la plate-forme continentale ou l’existence d’archipels coralliens. Surtout, les points nodaux sont toujours connectés à un Outre-mer plus ou moins lointains, avec lesquels des flux de plus en plus marchands, financiers ou informationnels prennent le pas sur les circulations humaines.

35Ce concept d’interface, tout en ayant l’intérêt de ne pas présupposer d’échelle spatiale a priori, pâtit en retour de l’absence de terminologie propre à l’approche comparative qui est la nôtre. Étant donné un contexte peu propice aux investissements nationaux dans les pays centraméricains, il apparaît de fait difficile d’évoquer des interfaces nationales. En revanche, la double logique des flux et des acteurs inscrit ces objets spatiaux dans des logiques proprement transnationales, au sens où c’est bien au sein d’un cadre national que les importantes circulations, à d’autres échelles, créent une spécificité spatiale.

  • 12 Le « soft power » est un concept inspiré de l’hégémonie britannique au XIXe siècle, qui illustre la (...)
  • 13 Les migrants nicaraguayens constituent une main d’œuvre largement majoritaire dans les plantations (...)

36Ces interfaces sont aussi transnationales faute d’être transfrontalières : ce n’est pas ici la contiguïté entre États-nations qui est en jeu, mais son contournement. Les flux humains rendent bien compte d’un effet corridor qui s’exprime dans deux directions opposées. D’une part, l’élite transnationale se développe dans les métropoles ou les pôles touristiques comme à San Pedro Sula ou Cancún, par l’intermédiaire d’un modèle économique qui a seulement adapté le principe de l’enclave au territoire national ; ses spécificités socioculturelles – résiduelles et proprement caraïbes ou liées au « soft power »12 états-unien – distinguent l’interface du reste du territoire national. La constitution des interfaces résulte aussi de l’expansion continue des États sur leur versant caraïbe via un brassage ethnique cimenté par une véritable idéologie nationale. D'un point de vue humain, cet espace intermédiaire est une mosaïque impressionnante, puisque même l'immigration européenne a été mise à contribution pour la construction du canal. Néanmoins, si les migrants sont désormais surtout originaires du cœur de l'isthme, ils proviennent majoritairement d'un pays frontalier, qu’il s’agisse des Salvadoriens au Honduras ou dans les cas plus saisissants des Guatémaltèques à Belize ou des Nicaraguayens au Costa Rica.13

Conclusion

37La coexistence de plusieurs niveaux scalaires, national pour l’interface et local-global pour l’enclave, formes spatiales qui connaissent toujours deux types de territorialités différenciées, montrent bien le caractère inachevé du processus de structuration des États centraméricains dans la seconde moitié du XXe siècle, si ce n’est leur récent reflux. Les structures de contrôle étatiques sont en effet encore plus défaillantes sur cet entre-deux caraïbe que sur les territoires du cœur de l’isthme, en raison de la présence d’acteurs indépendants ou plus ou moins émancipés des États : Armée, mareros, trafiquants, entrepreneurs transnationaux, ONG… En outre, sa filiation avec l’enclave bananière fait que l’interface transnationale n’est pas seulement économique ou politique, mais aussi culturelle : davantage qu’ailleurs en Amérique centrale, l'ambivalence des rapports aux États-Unis alimente la crise spirituelle de ces territoires hybrides.

38Les interfaces transnationales sont des configurations spatiales incluant des géo-économies diverses, mais récurrentes. Le point de contact avec le système-monde (le port, l’aéroport, l’enclave…) s’est étiré spatialement, devenant un axe reliant deux systèmes. La logique réticulaire de l’économie globale et le continuum spatial de l’économie nationale se conjuguent désormais sur ces interfaces. Le contrôle effectif de ces nouveaux territoires interconnectés correspond dès lors aux jeux de pouvoir entre acteurs nationaux et globaux, dont les intérêts communs conduisent éventuellement à l’émergence d’une élite transnationale, processus dont l’analyse est susceptible d’être élargie à d’autres configurations régionales.

Haut de page

Bibliographie

Badie, B. (1995). La fin des territoires, Paris, Fayard.

Brunet, R., R. Ferras et al. (1992). Les mots de la géographie, dictionnaire critique, Paris, RECLUS-La Documentation française.

Carroué, L. (2006). La mondialisation, Paris, CNED/CEDES.

Castells, M. (1998). La société en réseaux, L’ère de l’information, Paris, Fayard.

Chapelon, L., K. Ensellem et al. (2008). « L'interface : contribution à l'analyse de l'espace géographique », Mappemonde, n°37 : 193-207.

Chivallon, C. (2006). « Diaspora noire des Amériques : une réflexion conduite à partir de la notion de “lien transétatique” », Autrepart , n°38 : 39-61.

Demyk, N. (1999). « Le canal de Panamá : le nouveau statut et les contraintes de la mondialisation », Problèmes d’Amérique latine, n°35 : 79-106. 

Di Méo, G. et P. Buléon (2005). L'espace social, Paris, Armand Colin.

Gilroy, P. (1993). The Black Atlantic. Modernity and doble consciousness, London, Verso.

Hardy, S. (2003). « La vallée de Sula (Honduras), une marge triomphante ? », Mosella, n°3-4 : 221-233.

Le Masne, C. (2009). « Du soutenable à l’insoutenable : le tourisme à Bocas del Toro (Panama). L’impact des logiques nationales et globales dans la déstructuration progressive d’une société d’accueil », Études caribéennes, 13-14, URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/3820>, consulté le 29 juin 2011.

Le Masne, C. (2011). « L’invention de la façade caraïbe centraméricaine : indios, negros, y piratas », Amerika, 4, URL, <http://amerika.revues.org/2210>, consulté le 29 juin 2011.

Lévy, J. et M. Lussault (2003). Dictionnaire de la géographie, de l’espace et des sociétés, Paris, Belin. 

Miossec, A. (1998). Géographie humaine des littoraux maritimes, Paris, CNED, SEDES.

Nietschmann, B. (1995). "Conservacion, autodeterminacion y el Area Protegida Costa Miskita, Nicaragua”, Mesoamerica, n° 29: 1-55.

Pacenza, M. (2003). « Bananes amères pour les paysans du Guatemala », RISAL, URL, <http://risal.collectifs.net/spip.php?article821>, consulté le 29 juin 2011.

Robinson, W. (2003). Transnational Conflicts: Central America, Social Change, and Globalization, London, Verso.

Torres-Rivas, E. (1971). Interpretación del desarrollo social centroamericano. Procesos y estructuras de una sociedad dependiente, San José, EDUCA.

Veltz, P. (1996). Mondialisation, villes et territoires : une économie d’archipel, Paris, PUF.

Haut de page

Notes

1 La notion de façade maritime est généralement peu conceptualisée, hormis chez J-M. Miossec, qui considère que cet objet spatial joue un « rôle dans l’océanisation du système-monde ». (Miossec, 1998: 98).

2 On notera toutefois une grande diversité dans ces groupes locaux s’adonnant à la piraterie, qui s’autonomisent parfois, à l’instar des Zambos Mosquitos au XVIIe siècle.

3 Ces concessions prennent parfois un caractère stupéfiant, comme dans la Région autonome de l’Atlantique nord (RAAN, Nicaragua), où de nombreuses tentatives pour favoriser l'accueil de déchets hautement toxiques ont été révélées lors de sa mise en place dans les années 1990 : déchets pneumatiques de Philadelphie, hospitaliers de Floride, chimiques du Texas, et même nucléaires, de faible intensité, à l'origine non identifiée. Ils devaient simplement être « enfouis » dans la lagune. Au Nicaragua, l’exploitation offshore du pétrole de la plate-forme continentale est fortement encouragée afin de limiter la dépendance énergétique du pays, bien que ces forages créent de la sédimentation et menacent gravement l'équilibre écologique corallien (Nietschmann, 1995). Au Petén (Guatemala), au cœur de la biosphère Maya, l'exploitation de gisements pétroliers, des forêts, mais aussi le brevetage d'espèces rares, témoignent de cette réactivation de la stratégie d'enclave.

4 Sur le littoral caraïbe, la gestion des terminaux de conteneurs est concédée à des investisseurs du monde entier : terminal de Manzanillo (Panamá/USA), terminal de Colón (Taïwan), terminal de Cristóbal (Honk-Kong), transport de conteneurs par la voie ferrée (Panamá Canal Railway, USA). L’ancien site de la sulfureuse École des Amériques a été réaménagé pour accueillir un centre touristique (Mexique/Espagne) et un centre de formation à l’hôtellerie et au tourisme (Suisse) (Demyk, 1999: 103-104).

5 « La dualité entre des économies en réseau et des économies territoriales est un schème ancien, dont on peut trouver de nombreuses illustrations historiques ou géographiques. Les économies en réseau, plutôt maritimes, sont appuyées sur des villes, des comptoirs, des chaînes d’acteurs ne visant nullement un contrôle territorial allant au-delà des itinéraires sécurisés qui sont le support de leurs échanges ; les secondes, terriennes, tendent à un contrôle territorial extensif des espaces continentaux, si terriblement résistants aux transports, et elles construisent pour cela un appareil administratif et bureaucratique dans lequel le principe de l’emboîtement territorial joue un rôle central. »  (Veltz, 1996: 99).

6 Il ne s’agit pas là d’une diversification vers la polyculture puisque le développement de nouvelles monocultures d’exportation par les grandes compagnies agricoles maintient une division du travail par zones de production, voire par pays (ananas au Costa Rica, palme au Honduras, agrumes à Belize…).

7 Au début des années 2000, dans l'exploitation de Lankin, dans le département guatémaltèque d’Izabal, la multinationale Del Monte a préféré vendre ses bananeraies au dixième du prix du marché pour éviter une grève. Les acheteurs, des ganaderos locaux, puissants alliés de la compagnie, font régner la terreur sur leurs nouvelles terres, que les anciens travailleurs des bananeraies occupent illégalement. Les ganaderos profitent de l'incurie des autorités en multipliant les menaces, les intimidations, voire les meurtres… Pour une ancienne employée occupant les terres, « toute l’industrie, et pas seulement Del Monte, utilise l’élevage du bétail comme moyen de contrôler la terre. Il ne s’agit pas seulement d’une activité économique, c’est aussi un moyen de maintenir l’ordre. » (Pacenza, 2003).

8 Si la concession concerne des surfaces extrêmement étendues (près du treizième du territoire national dans le cas du contrat signé entre le gouvernement costaricien et l’entrepreneur Minor C. Keith en 1884), l’enclave ne se développe que sur une partie restreinte de cet immense espace (carte 1).

9 Cancún accueillait plus de 3 millions de visiteurs en 2005, la plupart arrivés par avion, dont légèrement plus des deux tiers d’étrangers (la présence d’un tiers de touristes nationaux constitue d’ailleurs probablement un record sur la façade caraïbe de l'Amérique centrale, où l’activité est généralement davantage extravertie). A la même époque, 71 % de la fréquentation des franchises concernaient des restaurants nord-américains (FONATUR, 2008).

10 En raison de l’échec du plan d’aménagement agricole et sylvicole mis en place lors de la création de l’État du Quintana Roo en 1974, le tourisme reste ici le fer de lance de l’activité économique. La forte proportion de migrants atteste toutefois de l’attractivité de l’ensemble de l’État (en 2000, plus de 55 % des habitants du Quintana Roo étaient nés dans une autre entité fédérale, pour une moyenne nationale de 17 % ; INEGI, 2005).

11 « La vallée de Sula s’affirme comme le véritable centre économique du Honduras. Elle regroupe le tiers des entreprises existantes, 50 % de la production industrielle du pays, 60 % des contributions au budget national, 40 % de l’emploi total. » (Hardy, 2003: 221).

12 Le « soft power » est un concept inspiré de l’hégémonie britannique au XIXe siècle, qui illustre la capacité d’un pouvoir à influencer des acteurs par des moyens non coercitifs, culturels ou idéologiques, par exemple.

13 Les migrants nicaraguayens constituent une main d’œuvre largement majoritaire dans les plantations de bananes et d’ananas du versant caraïbe du Costa Rica, les deux parties ayant d’ailleurs saisi tout l’intérêt qu’elles avaient à tirer de cette collaboration. Les Nicas, qui restent néanmoins fortement discriminés, sont aussi des métis originaires du cœur de l’isthme, des plaines centrales du Nicaragua ou des marges orientales pionnières, qui transitent principalement par le versant pacifique, bien qu’il existe des routes illégales sur la façade caraïbe.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : L’United Fruit Company dans la première moitié du XXe siècle
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6046/img-1.png
Fichier image/png, 341k
Titre Tableau 1 : Critères de définition des enclaves et des interfaces
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6046/img-2.png
Fichier image/png, 98k
Titre Figure 2 : L’interface transnationale au début du XXIe siècle (modèle théorique)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6046/img-3.png
Fichier image/png, 226k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Le Masne, « Les Caraïbes centraméricaines au xxe siècle : de l’enclave bananière à l’interface transnationale ? », Études caribéennes [En ligne], 21 | Avril 2012, mis en ligne le 15 avril 2012, consulté le 23 avril 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6046 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6046

Haut de page

Auteur

Camille Le Masne

Université Paris Diderot, SEDET, Docteur associé, camillelemasne@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org