Navigation – Plan du site
La façade caraïbe de l’Amérique centrale : fragmentation ou intégration « régionale

Les flux migratoires et la dynamique de la construction identitaire dans l’espace caraïbe centraméricaine : le cas de la côte de la Mosquitia hondurienne

Migration Flows and the Dynamics of Identity Construction in the Central Caribbean Area: the Case of the Coast of the Honduran Mosquitia
Los flujos migratorios y la dinámica de la construcción de la identidad en el área del Caribe Central: el caso de la costa de la Mosquitia hondureña
Karen Ileana Nuñez Almendarez

Résumés

Les constructions socio-historiques et identitaires qui eurent lieu en Amérique durant l’époque coloniale furent si diverses qu’il s’avère difficile –et surtout impropre- de projeter une vision unique sur des espaces qui furent réunis sous l’étendard d’un pays ou d’une nation. La côte de la Mosquitia centraméricaine est l’un de ces exemples qui montrent cette diversité de constructions. La côte de la Mosquitia s’est construite à travers les siècles colonisateurs, se nourrissant de contacts, d’alliances et d’apports étrangers divers qui firent d’elle un espace autonome avec une histoire propre. Une histoire qui se détacha de l’histoire coloniale espagnole pour se rapprocher de celle de l’espace caraïbe.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La côte de la Mosquitia fait partie des endroits énigmatiques de l’Amérique. Il s’agit en effet d’un endroit où les constructions et les processus historiques qui eurent lieu durant l’époque coloniale ne semblent pas être conformes à ceux des espaces connus et répertoriés par l’histoire coloniale hispanique. Vivant en dehors de la sphère coloniale espagnole pendant plus de trois siècles, cette région s’est nourrie d’autres contacts, d’autres influences et suivit d’autres processus de formation historiques. Regardant davantage vers la mer, les habitants de cette côte développèrent leur propre structure de défense et leurs propres moyens de survie à travers des réseaux de communication et d’échanges créés avec les populations qui transitaient ou qui s’installaient sur leur territoire ou sur ceux des îles et des côtes voisines.

2Ainsi, le processus de construction historique de cette région se détacha fortement de celui qui eut lieu au centre ou sur les basses terres centraméricaines pour se rapprocher de celui qui eut lieu sur l’espace caraïbe, c’est-à-dire, les îles et les côtes qui l’entourent. Nous nous intéresserons pour l’heure à la construction socio-historique de la Mosquitia hondurienne, à partir des flux migratoires qui mirent en contact les populations originaires avec une gamme diverse de populations qui passèrent, transitèrent ou vécurent sur ce territoire.

1. Des constructions parallèles à l’espace colonial espagnol

3Tandis que le contrôle des terres du Nouveau Monde appartenait à celui qui en possédait les droits officiels, la maitrise des mers appartenait à celui qui osait franchir leurs domaines. Ces espaces imposants – constitués par les océans et les mers - furent en effet le terrain sur lequel d’autres constructions eurent lieu. Ces constructions, ou histoires parallèles furent véhiculées non par les représentants des empires dominants – bien qu’à des moments stratégiques, des alliances ont pu être créées avec ceux-ci –, mais par des aventuriers qui franchissaient les mers et les océans à la recherche des richesses du Nouveau Monde.

4Etant désignés –selon l’époque et les intérêts qui les motivaient - comme pirates, corsaires, flibustiers, mais aussi comme commerçants ou boucaniers, ces aventuriers « hors la loi » furent à l’origine d’importants bouleversements dans le nouveau monde. Ils contribuèrent non seulement au déclin de l’empire colonial espagnol à plusieurs niveaux, mais furent également à l’origine de constructions socio-historiques parallèles. Ces constructions qui étaient perçues comme marginales par rapport à une histoire coloniale espagnole ne furent pas considérées comme importantes au niveau historique ou social.

5Se mouvant dans des milieux hostiles, ces aventuriers furent amenés à s’adapter à des espaces différents et à développer différentes stratégies de survie. L’une de ces stratégies se fondait sur les rencontres et les alliances contractées avec les populations qui se trouvaient – tout comme eux - en dehors du système colonial espagnol, qui était alors considéré comme maitre légitime des nouvelles terres. Dans certaines régions, comme la côte atlantique de l’Amérique centrale, les liens entretenus avec les habitants des régions « non colonisées » devinrent si importants qu’ils furent à l’origine d’une construction socio-historique complexe.

2. La côte de la Mosquitia : une région périphérique

6Connu sous le nom de la « côte de la Mosquitia », le territoire de la côte atlantique centraméricaine fut l’une des régions périphériques de l’espace colonial centraméricain. Périphérique, car il se situait géographiquement au bord de l’espace colonisé par les Espagnols, mais surtout, car il se développa en dehors du système imposé par eux. Les frontières géographiques qui séparaient cet espace de l’espace colonial espagnol étaient multiples. Une chaine de montagnes – traversant le territoire centraméricain- et une dense forêt tropicale protégeaient la côte des tentatives colonisatrices espagnoles, mais servaient aussi de frontières entre l’intérieur des terres – de domaine espagnol - et l’espace côtier, qui faisait partie du territoire de la Mosquitia. Sur les côtes, ce furent les fleuves et les caps qui firent office de frontières. Du côté hondurien, ce furent le Cap Honduras (Punta Castilla) et le fleuve Tinto ou le Black River qui séparèrent le territoire misquito du territoire espagnol (Strangeways, 1822 : 4). Du côté nicaraguayen, le fleuve San Juan séparait ces deux territoires. À l’Est, la côte de la Mosquitia faisait face à la vaste mer caraïbe laquelle – possédant d’innombrables îles et ilots - constituait un puissant barrage de protection pour ce territoire et ses populations.

3. La côte et ses diverses populations

7La côte de la Mosquitia hondurienne était habitée par diverses populations, d’origines indienne et noire notamment. Parmi les populations indiennes il y avait des Payas, des Tawahkas et des Misquitos (Rivas, 1993 : 321).

  • 1 . Nous faisons seulement référence aux vagues migratoires qui eurent lieu durant l’époque coloniale (...)
  • 2 . Les indiens Misquitos sont aussi appelés Sambos-Misquitos ou Sumos-Misquitos Le premier terme fer (...)

8La population noire quant à elle s’était constituée à travers différentes vagues migratoires venant d’origines diverses.1 La première vague eut lieu durant les XVIe et XVIIe siècles et était composée des Noirs marrons qui -s’échappant pour la plupart des domaines espagnols - arrivèrent sur la côte, à la recherche d’un lieu d’asile. Cette population adopta progressivement les coutumes et les traditions indiennes puis – par voie d’intermariage - contribua au métissage de la population miskitue.2 La deuxième vague était composée des Noirs caraïbes ou Garífunas, venus de l’île de Saint Vincent vers la fin du XVIIIe siècle. Ils auraient été expulsés de cette île en 1797. Après un court séjour sur l’une des îles de la Baie au Honduras, ils se sont installés sur la ville côtière de Trujillo (Demaziere, 1994 : 133-149). Une partie de ce groupe émigra sur le territoire de la Mosquitia, s’installant dans les alentours du Cap Camarón.

9Durant l’époque coloniale, ces populations vécurent isolées de la colonie espagnole. Cet isolement était dû non seulement à la frontière naturelle qui séparait le territoire misquito du territoire colonisé par les Espagnols, mais surtout au rejet et à la rébellion dont elles firent preuve à leur égard (Grossmann, 1988 : 7-8). Bien que ces populations vivaient séparées les unes des autres – dispersées dans le vaste territoire misquito- elles furent liées grâce à la structure du royaume instauré par les Misquitos durant le XVIIe siècle.

4. Une histoire tissée à travers le temps et les contacts

  • 3 . Le pirate Francis Drake réalisa trois voyages sur la côte entre 1569 et 1572. Lors de ces voyages (...)

10Dès le XVIe siècle, la population de la Mosquitia fut en contact avec les aventuriers européens – Français, Hollandais et Anglais - qui franchissaient l’Atlantique à la recherche des richesses du Nouveau Monde. La côte de la Mosquitia offrait un endroit idéal pour ces brigands qui cherchaient non seulement des lieux de refuge, mais aussi des passages pour atteindre les possessions espagnoles. Ayant des ports d’eau profonde, des baies à l’abri des intempéries et offrant des passages sûrs vers les villes espagnoles, la côte de la Mosquitia devint très vite l’endroit privilégié des pirates corsaires et des flibustiers. Ce fut en effet au cours de ce siècle que ces derniers établirent les premiers contacts avec les Noirs marron de la côte (Burn, 1954 : 152-153).3 Cependant, ce ne fut qu’à partir du XVIIe siècle que les rapports entre ces aventuriers et les populations de la côte furent un peu plus stables. Dès lors, les populations de la côte non seulement les accueillaient dans leur territoire et leur fournissaient un abri, mais participaient aux expéditions vers les villes espagnoles du Honduras et du Nicaragua, où ils semaient la peur et pillaient tout ce qu’ils trouvaient sur leur passage (Gomez, 1892 : 75).

  • 4 . Les cayos misquitos sont des petits îlots situés sur la mer, à proximité du Cap Gracias a Dios.

11Les rapports entre les Anglais et les Indiens Misquitos évoluèrent à partir de 1630, lorsque la première compagnie de colonisation anglaise s’installa sur l’île de la Providence (Preston, 1987 : 3). Les nouveaux colons établirent des rapports commerciaux avec les peuplements misquitos du Cap Gracias a Dios ainsi qu’avec d’autres peuplements de la côte (Preston, 1987 : 3). Par la suite, des Anglais établirent des comptoirs commerciaux dans plusieurs parties de la Mosquitia et sur les îles proches. En 1642, un groupe d’Anglais s’établit sur l’île de Roatán puis en 1699 un autre groupe s’établit sur les rives du fleuve Tinto, alors appelé Black River (Burn, 1954 : 209 ; D’Ans, 1997 : 87). D’autres groupes s’étaient également établis au Cap Gracias a Dios, à Bleufields au Nicaragua et sur Cayos Misquitos4. Ces nouveaux habitants se dédiaient à la coupe et au commerce du bois ainsi qu’à la contrebande de produits manufacturés. Des produits pour lesquels ils demandaient des produits locaux tels que l’Indigo ou Añil, le Cacao, l’écaille de tortue ainsi que des métaux précieux, notamment l’or et l’argent (D’Ans, 1997 : 87). Les rapports anglo-misquito furent renforcés également avec l’occupation des îles de la Jamaïque (1655), de Sant Andres -qu’ils nommèrent Henriette- ainsi que du territoire de Belize, alors appelé Honduras Britannique (Burn, 1954 : 152).

12Ce rapprochement entre territoires et populations permit la naissance de liens qui se renforcèrent au fil du temps motivant la formation des espaces de pouvoir local et d’échanges tant locaux que régionaux. Le royaume de la Mosquitia fut bien la preuve de l’existence de ces espaces.

5. Une dynamique d’échanges

  • 5 . Inspiré de Preston, 1987 : 3.

13Les liens qui unissaient les populations anglaises et misquitas n’étaient pas seulement d’ordre économique ou commercial. En effet, ces liens pouvaient être définis comme des liens de complémentarité. Il serait alors difficile – et surtout impropre - de déterminer lequel des groupes profitait ou se servait davantage de l’autre.5 Les populations de la Mosquitia aidaient les Anglais dans leurs entreprises – leur fournissant un refuge et les aidant à s’établir sur la côte - les Anglais, pour leur part, assuraient la protection du territoire, leur présence rendait inébranlable l’autonomie de celui-ci vis-à-vis des autorités espagnoles.

  • 6 . Au XVIe siècle, la côte atlantique était sous la juridiction de Castilla de Oro, l’actuel Panama. (...)

14La prochaine étape dans l’évolution des rapports entre ces groupes fut le rapprochement entre les chefs indiens de la côte et les autorités coloniales britanniques. Ce rapprochement fut possible lorsque l’un des commerçants de l’île de la Providence (vers 1630) proposa à l’un de chef de la côte d’amener son fils en Angleterre pour qu’il soit éduqué sous les coutumes et les traditions anglaises (Preston, 1987 : 4). Il faut rappeler qu’à cette époque, le territoire de la côte de la Mosquitia fut appelé Tologalpa puis Teguzgalpa6 et que les Indiens qui l’habitaient étaient assimilés à des Indiens Tologalpa ou Chontales (Pfeifer, 1984 : 6). En effet, ce territoire ne fut reconnu comme « côte de la Mosquitia » – et les Indiens comme des Misquitos - qu’à partir de 1687 lorsque le premier roi misquito Jeremy Ier eut rendu officiel son titre auprès des autorités britanniques de la Jamaïque (Pfeifer, 1984 : 6 ; Preston, 1987 : 8).

15À partir de ce moment-là, des liens se créèrent et avec ceux-ci, une dynamique d’échange se mit en marche. Désormais, les chefs indiens ainsi que le roi devinrent les représentants du royaume misquito auprès des autorités britanniques – c’est-à-dire, du Honduras britannique ou Belize et de la Jamaïque - mais aussi devant les différentes populations de la côte qui faisaient elles aussi partie du royaume.

16Cette dynamique était propre à l’espace dans lequel elle se déroula et était surtout propre aux populations qu’elle mit en rapport. Cette dynamique d’échange conditionna non seulement la nature des rapports établis entre les individus, mais fut également à l’origine de l’instauration de circuits de mobilité qui concernaient des espaces divers.

6. Le royaume et ses circuits de mobilité

  • 7 . Suivant les ordres de la couronne britannique –laquelle avait signé un traité avec l’Espagne, sti (...)

17La structure du royaume de la Mosquitia ouvrit des voies de communication qui mirent en rapport la côte de la Mosquitia avec les territoires coloniaux britanniques. Au niveau diplomatique, chaque roi misquito dût se rendre sur l’île de la Jamaïque pour officialiser son titre et être ainsi en possession de tous les pouvoirs que celui-ci lui conférait (Young, 1842 : 121). De plus, le couronnement des rois était réalisé par les autorités britanniques du Belize (Roberts, 1827 : 147). Il était également d’usage que les fils des rois partent en Jamaïque ou au Belize pour être éduqués sous le système anglais (Roberts, 1827 : 147 ; Young, 1842 : 30). Il faut aussi rappeler qu’à partir de 1740 et jusqu’à 17867, un surintendant était rattaché au territoire de la côte (Preston, 1987 : 13-24). Il représentait la couronne britannique sur le territoire de la Mosquitia et était un médiateur dans les affaires qui concernaient d’une part, les commerçants, les colons anglais et les Misquitos et d’autre part, les autorités coloniales de Belize et de la Jamaïque.

  • 8 . Le territoire de la Mosquitia avait été divisé en trois régions, gérée chacune par un chef indien (...)
  • 9 . En effet, les habitants de la côte pratiquaient davantage le troc. (Young, 1842 : 88 ; Roberts, 1 (...)

18Au niveau économique, le royaume de la Mosquitia assurait le maintien économique des populations locales et étrangères. Au niveau local, les individus, les familles ou les peuplements avaient accès aux marchés des territoires de la côte, du Belize et des îles proches. Les habitants pouvaient vendre leurs produits aux chefs du peuplement ou de la région8 ou bien, ils pouvaient les commercialiser directement sur les territoires cités auparavant (Roberts, 1827 : 161, 274, 278 ; Young, 1842 : 889). Les commerçants anglais et ceux des iles voisines bénéficiaient également de ces marchés. Ils vendaient ou échangeaient leurs produits – cultivés ou manufacturés - sur le territoire de la Mosquitia ou bien dans les régions voisines (Young, 1842 : 17, 99-100).

  • 10 . Orlando Roberts –un commerçant anglais qui demeura sur la côte pendant cinq ans- fut chargé par l (...)

19Les liens créés à travers l’existence du royaume ouvraient d’autres marchés de travail aux populations de la Mosquitia. Les habitants de la Mosquitia – les Misquitos et les Garífunas notamment - partaient au Belize pour travailler dans la coupe de bois. Ce type de travail pouvait durer plusieurs mois, voire une année entière (Roberts, 1827 : 274 ; Young, 1842 : 124). Il semblerait également que durant les festivités de Noël, il était d’usage que la femme misquita se rende au Belize pour vendre des produits agricoles. À cette fin, elle engageait son mari ou d’autres hommes comme matelots pour qu’ils la conduisent (Young, 1842 : 123). Il arrivait également que le roi entreprenne des démarches de commercialisation de produits et d’articles élaborés par les populations de la côte10. En envoyant des articles vers le Belize, le roi tentait en effet d’attirer l’intérêt des commerçants béliziens vers les produits de la côte (Roberts, 1827 : 266).

  • 11 . Cet objet pouvait être une canne, un sabre ou tout autre article appartenant au roi. Celui-ci ren (...)

20Les commerçants et les voyageurs étrangers pouvaient faire du commerce dans la région à condition d’avoir –au préalable - l’accord du roi misquito. Cet accord était symbolisé par un objet donné par le roi à la personne concernée. Il s’agissait en effet d’une sorte de passeport qui lui permettait de circuler librement dans la région et d’être fourni de tout ce dont il avait besoin (Henderson, 1811 : 220 ; Roberts, 1827 : 270 ; Young, 1842 : 12-13)11.

21Ces circuits de mobilité ou espaces d’échange étaient possibles grâce à l’existence du royaume et grâce aux rapports qui s’étaient créés à l’intérieur de la côte, avec les territoires coloniaux britanniques. En somme, ces circuits permirent non seulement la survie et l’autonomie de la côte, mais créèrent aussi une cohésion au sein de la population.

Conclusion

  • 12 .En 1860, l’Etat hondurien récupère les droits territoriaux sur la côte de la Mosquitia et sur les (...)
  • 13 . Le documentaire de Sandrine Dumas Roy –Rio Plátano, L’Eldorado perdu des Misquitos- apporte un ap (...)

22Durant les siècles coloniaux, la côte de la Mosquitia vécut son histoire à l’abri du regard espagnol. Bien que les frontières qui séparaient le territoire de la Mosquitia de l’espace colonial fussent effacées en 1860, les traces de l’histoire de la Mosquitia restent encore visibles12. Elles sont présentes non seulement dans les écrits qui retracent la vie dans la Mosquitia sous le Royaume mais aussi dans la réalité que vivent ses populations à l’heure actuelle13. Oubliées du gouvernement hondurien, les populations de la Mosquitia tournent toujours leur regard vers la côte, vers les îles, vers cet « étranger » qui leur semble plus familier que le modèle national qu’on leur a imposé.

23Dans cet état des choses, on pourrait se demander si les liens qui unissaient ce territoire aux territoires de l’espace caraïbe étaient plus forts que ce que ne le laissait présumer l’historiographie traditionnelle? Ne devrait-on pas considérer l’histoire de la Mosquitia comme faisant partie de l’histoire caribéenne ?

24Les flux migratoires qui eurent lieu durant l’époque coloniale mirent en rapports les populations de la côte avec les autres territoires coloniaux britanniques. Ces flux semblent être à l’origine d’une dynamique d’échange et d’identité propres. Cependant, arrivera-t-on à acquérir une connaissance approfondie et détaillée de l’histoire – des liens, des rapports et des échanges - que partageait la côte de la Mosquitia avec les territoires coloniaux du Belize et de la Jamaïque ? Pourra-t-on enfin rétablir cette histoire qui a été si enfouie et marginalisée par une histoire qui porte la marque coloniale ?

Haut de page

Bibliographie

D’ans, A. (1997). Difficile émergence d'une nation, d'un état, Paris, Karthala.

Burn, A. (1954). History of the British West Indies, Londres, George Allain & Uniwin.

Demaziere, E. (1994). Les Cultures Noires d’Amérique Centrale, Paris, Karthala.

Grossmann, G. (1988). La Costa Atlantica de Nicaragua, Managua, Edición La Ocarina.

Otero, L. (1963). Honduras, Madrid, Edición Cultura hispánica.

Pfeifer, A. (1984). Les Indiens Misquito de Nicaragua : racines d’une identité ethnique, Mémoire de Maitrise, (sous dir. de P. VAYSSIERE), Université de Toulouse II.

Preston, J. (1987). “The Mosquito Indians and the Anglo-Spanish Rivalry in Central America, 1630-1821”, Latin American Studies, University of Glasgow, n° 48.

Rivas, R. (1993). Pueblos indígenas y garífuna de Honduras, una caracterización, Tegucigalpa, Editorial Guaymuras.

Young, T. (1842). Narrative of residence on the Mosquito shore, during the years 1839, 1840 & 1841, Londres, Smith, Elder & co.

Henderson, G. (1811). An account of the British settlements of Honduras (actuel Belize), Londres, R. Baldwin, Paternoster Row.

Roberts, O. (1827). Narrative of voyage and excursion on the East Coast and in the interior of Central America, Edimbourg, Printed Constable & Co.

Strangeways, T. (1822). Sketch of the Mosquito Shore, including the territory of Payais, Edinburgh, William Blackwood.

Sandrine Dumas Roy (2007). Rio Platano, L’Eldorado perdu des Misquitos, produit par France 5 et Strawberry Films.

Haut de page

Notes

1 . Nous faisons seulement référence aux vagues migratoires qui eurent lieu durant l’époque coloniale et non à celles qui eurent lieu après l’indépendance, notamment vers la fin XIXe et la première partie du XXe siècle.

2 . Les indiens Misquitos sont aussi appelés Sambos-Misquitos ou Sumos-Misquitos Le premier terme ferait référence à l’apport génétique noir et le deuxième au groupe indien dont ils sont issus à l’origine.

3 . Le pirate Francis Drake réalisa trois voyages sur la côte entre 1569 et 1572. Lors de ces voyages, il réussit à établir un contact avec les noirs marron de la côte (Burn, 1954 : 152-153).

4 . Les cayos misquitos sont des petits îlots situés sur la mer, à proximité du Cap Gracias a Dios.

5 . Inspiré de Preston, 1987 : 3.

6 . Au XVIe siècle, la côte atlantique était sous la juridiction de Castilla de Oro, l’actuel Panama. Au XVIIe siècle, elle fut rattachée à la juridiction de la province de Honduras et fut appelée Teguzgalpa.

7 . Suivant les ordres de la couronne britannique –laquelle avait signé un traité avec l’Espagne, stipulant le retrait du territoire de la Mosquitia- les colons anglais durent évacuer la région.

8 . Le territoire de la Mosquitia avait été divisé en trois régions, gérée chacune par un chef indien. La première comprenait le territoire entre le fleuve Tinto et le fleuve Platano, regroupant principalement les populations Garífuna et Payas. La deuxième région comprenait le territoire entre la lagune de Caratasca et Sandy Bay, elle regroupait la population misquita. La troisième région comprenait le territoire nicaraguayen entre Bracmans et le fleuve Grande, regroupant des populations comme les Indiens Tawahkas (Roberts, 1827 : 146-147).

9 . En effet, les habitants de la côte pratiquaient davantage le troc. (Young, 1842 : 88 ; Roberts, 1827 : 161, 274, 278).

10 . Orlando Roberts –un commerçant anglais qui demeura sur la côte pendant cinq ans- fut chargé par le roi d’amener deux embarcations, ou Dories comme elles étaient appelées, au Belize et montrer ainsi la qualité des produits élaborés sur la côte.

11 . Cet objet pouvait être une canne, un sabre ou tout autre article appartenant au roi. Celui-ci rendait officielle la volonté du roi qu’il s’agisse de l’accueil ou de l’aide aux voyageurs ou bien pour accomplir des travaux divers sur la côte.

12 .En 1860, l’Etat hondurien récupère les droits territoriaux sur la côte de la Mosquitia et sur les îles de la Bahía. Acte qui fut attesté à travers la signature du traité Wike-Cruz, par les gouvernements britannique et hondurien (Otero, 1963 : 336).

13 . Le documentaire de Sandrine Dumas Roy –Rio Plátano, L’Eldorado perdu des Misquitos- apporte un aperçu sur la réalité que vivent les populations de la Mosquitia à l’heure actuelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karen Ileana Nuñez Almendarez, « Les flux migratoires et la dynamique de la construction identitaire dans l’espace caraïbe centraméricaine : le cas de la côte de la Mosquitia hondurienne », Études caribéennes [En ligne], 21 | Avril 2012, mis en ligne le 15 avril 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6053 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6053

Haut de page

Auteur

Karen Ileana Nuñez Almendarez

Master Recherche « Sociologie et Anthropologie : politique, culture et migrations » spécialité « Migrations et relations interethniques », Université Paris 7 ; karen.nunez@laposte.net

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org