Navigation – Plan du site
Hors dossier

De l’opposition à l’intégration : les évolutions de l’Église et de la Révolution cubaines au prisme de la visite de Benoît xvi

From Opposition to Integration: The Evolution of the Church and the Cuban Revolution through the Prism of the Visit of Benedict XVI
De la oposición a la integración: la evolución de la Iglesia y la Revolución cubana a través del prisma de la visita de Benedicto XVI
Victor Lagarde et Xavier Calmettes

Résumés

La venue de Benoît XVI à Cuba du 26 au 28 mars 2012 a représenté un temps fort de la vie politique de l’île. Si cette rencontre n’a pas eu la même portée que celle de Jean Paul II en 1998 et qu’aucune déclaration cruciale n’a marqué la visite papale, elle n’en demeure pas moins un événement diplomatique majeur révélateur des évolutions historiques à l’œuvre au sein de l’Église catholique et de la société cubaine. L’absence de discours politique critique d’un pape à la réputation anticommuniste a surpris les journalistes occidentaux. Ceux-ci n’en ont tiré aucune conclusion. Pourtant, les silences du souverain pontife montrent la volonté du Vatican de pallier aux faiblesses structurelles de l’Église catholique cubaine héritée du XIXème siècle tandis que l’accueil réservé par l’administration cubaine rend manifeste la volonté des autorités d’inclure les croyants dans une Patrie cubaine dont ils furent longtemps exclus. Cet article tente de revenir, à partir d’une enquête de terrain minutieuse, sur les implications des discours des différents acteurs au cours de cette rencontre.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En juillet 2010, l’État cubain surprend la presse occidentale en annonçant la libération de prisonniers politiques incarcérés au printemps 2003. L’Église catholique a été un acteur central de la négociation, se positionnant comme interlocuteur direct de l’État. Symbole de cette nouvelle importance, la revue EspacioLaical, publiée par l’archevêché de La Havane1, est devenue depuis quelques années un espace de débats qui influence la sphère politique. Un tel rôle paraît surprenant compte tenu de l’histoire de l’Église cubaine et de sa faiblesse structurelle. Celle-ci s’est en effet toujours positionnée en adversaire des révolutions, tant indépendantistes que socialistes. Elle se trouve donc marginalisée dans la société cubaine contemporaine d’autant plus fortement qu’elle est soumise à la concurrence des cultes protestants et afro-cubains. Cet isolement est paradoxalement la condition du retour de l’Église comme acteur politique. Dans un contexte de transformation, le gouvernement peut dialoguer avec elle sans compromettre son unité politique. De son côté, l’Église est disposée au compromis en vue de gagner en influence. C’est dans ce contexte que s’est inscrite la visite de Benoît XVI à Cuba entre le 26 et le 28 mars 2012.

2Quatorze ans après la première visite d’un Souverain Pontife, Cuba s’est à nouveau trouvée au centre de l’actualité pour un évènement tant religieux que diplomatique. Minutieusement préparée, cette visite a permis d’observer les stratégies développées à la fois par l’État et par l’Église vis-à-vis de la société cubaine. Cet article n’a pas pour ambition d’éclairer les coulisses de la visite, ni d’étudier la façon dont elle a été perçue à l’étranger, mais plutôt d’analyser comment elle a été vécue dans la société cubaine, à partir d’un travail de terrain effectué à Cuba durant les semaines précédant et suivant la venue de Benoît XVI. Les sources de cette étude sont donc majoritairement cubaines, tant pour les données historiques que les documents produits au moment de la visite – principalement la presse cubaine et les discours des principaux protagonistes.

3Dans une perspective interne à la Révolution cubaine, il s’agit donc de comprendre comment et pourquoi deux acteurs aux intérêts et à l’histoire distincts – l’Église cubaine et l’État révolutionnaire – ont pu collaborer dans la réalisation d’un évènement dont le succès conditionnait la pérennisation d’un nouveau modus vivendi profitable à chacun. Même si les motifs des deux institutions ne sont pas directement accessibles, les stratégies développées dans la sphère publique cubaine lors du séjour papal peuvent servir à comprendre les dynamiques en jeu dans la relation complexe qui unit l’Église et la Révolution. Des concessions ont été faites de part et d’autre, dont il s’agit de comprendre les modalités et les implications. En mettant cet évènement d’actualité dans la perspective de l’histoire de l’Église dans la société cubaine, il apparaît que l’État est aujourd’hui plus que jamais disposé à lui laisser un espace, dans les limites du contrôle qu’il souhaite continuer à exercer. De son côté, l’Église est prête à un certain nombre de concessions, en vue de reconquérir une hégémonie perdue au XIXe siècle. Dans un contexte d’évolution politique impulsée par l’État, la place de l’Église catholique dans la société cubaine constitue un enjeu que la visite de Benoît XVI a mis en exergue.

1. Une Église affaiblie par les révolutions

  • 2 Contrairement à une idée reçue, les archives montrent qu’une large majorité de créoles composait l’ (...)

4Historiquement, la révolution cubaine a connu des relations difficiles avec le Vatican. Cette contradiction a des racines profondes. En effet, le pouvoir religieux de Rome soutint la couronne espagnole jusqu’à l’indépendance. Si une partie du clergé national prit parti pour les nationalistes de l’île, à l’image de Felix Varela ou du colonel mambí Braulio Odio y Pécora pendant la guerre de dix ans (1868-1878), ils ne réalisèrent leur engagement qu’à l’encontre de la haute hiérarchie religieuse. Au cours du XIXe siècle, le Vatican alla jusqu’à substituer, face à la menace indépendantiste, un clergé nombreux et principalement créole2 par un clergé espagnol, fidèle à la royauté. L’Église, puissante au XVIIIe siècle avec un taux d’encadrement religieux d’un ecclésiastique pour 111 habitants, est un siècle plus tard, du fait de cette politique, dépourvue de cadres ; en 1862, à la veille des guerres d’indépendance, il ne reste plus qu’un religieux pour 2 517 habitants (Segreo, 2010 : 11-12). Les indépendantistes, à l’origine favorables au maintien d’un ordre spirituel dominé par le catholicisme, radicalisèrent leurs discours face à la politique de l’Église. Ils devinrent progressivement des partisans de la séparation du pouvoir temporel et spirituel. Si Carlos Manuel de Céspedes écrivait le 6 novembre 1868, dans El Cubano Libre que « les chefs et troupes (…) devaient participer tous les dimanches à 7 heures du matin à la messe » (Segreo, 2010 : 11-12), José Marti fustige une Église « toujours alliée aux puissants » (Hechavarría, 2003 : 5).

5La position tactique suivie par le Vatican valut à l’Église d’être marginalisée de la vie politique cubaine. La première constitution de 1901 consacrait la séparation de l’Église et de l’État. Cependant, le catholicisme exerçait toujours une influence considérable sur les esprits. En 1901, la population se déclarait dans son immense majorité catholique. Bien que les rites afro-cubains et la franc-maçonnerie aient connu un renouveau dans la seconde moitié du XIXe siècle, ces cultes n’empêchaient pas la pratique religieuse chrétienne. Au contraire, les rites se superposaient. Un exemple était donné par Carlos Manuel de Céspedes dans une lettre à son épouse, Ana de Quesada : « Un enterrement très digne a eu lieu. Après l’avoir veillé selon les rites de la franc-maçonnerie, de laquelle il faisait partie (…) les oraisons funèbres ont été célébrées par le père BraulioOdio [prêtre catholique]» (Segreo, 2010 : 65).

6Ce schéma syncrétique sous domination catholique contraste avec celui de la première moitié du XXe siècle. La pénétration nord-américaine bouscule et remet en cause la prépondérance de l’Église catholique romaine. À la faveur de la domination économique exercée par Washington, le protestantisme nord-américain pénètre progressivement dans l’île, entrant en concurrence directe avec le catholicisme. Face à cette situation nouvelle, le clergé tente d’exercer un contrôle accru des consciences en investissant dans l’Éducation, et en créant un ensemble d’associations non religieuses qui noyaute les secteurs de la formation. Malgré ce, en 1954 près de 6% de la population s’était convertie au protestantisme (Létrillard, 2005 : 122).

7La Révolution de 1959 représente un espoir pour l’Église catholique nationale. Ne présageant en rien des relations futures qu’elle entretiendra avec l’administration castriste, l’Église catholique créole soutient la lutte contre le régime batistite. Mgr Pérez Serantes, archevêque de Santiago de Cuba et Mgr Alberto Martín Villaverde, évêque de Matanzas, condamne le gouvernement en place. Ramon O’ Farril, prêtre catholique, participe activement à la lutte armée. À l’inverse, le clergé espagnol qui représente à cette époque près de la moitié des effectifs de l’Église, reste divisé concernant la question politique. Le soutien de l’Église créole apporté à la Révolution montre néanmoins rapidement ses limites et ambiguïtés. Si en 1958, une partie du clergé souhaitait en finir avec la violence du régime du 10 mars, il n’était pas pour autant favorable à une révolution socialiste. Dans l’esprit des religieux, la révolution, si elle avait lieu, devait mener à l’élaboration d’un royaume social chrétien. Une déclaration de Mgr Pérez Serantes est révélatrice à cet égard de la pensée de la hiérarchie catholique: « Ce n’est ni lui [Batista] à La Havane, ni l’autre [Fidel Castro] dans la Sierra qui sauvera Cuba. Seule la vierge peut nous sauver… » (Le Monde, 1999 : 57). L’Église créole n’était ni pro-batistite, ni pro-fidéliste, elle était favorable à un ordre divin idéal, incarnée par la doctrine sociale de l’Église.

8Or, à son arrivée au pouvoir, le M-26-7 adopte une position laïque puis athée qui contrevient au projet attendu par les chrétiens. L’opposition entre l’Église et l’État prend alors les formes les plus radicales. Ainsi, près de 14 000 enfants sont soustraits de l’autorité de leurs parents entre le 26 décembre 1960 et le 23 octobre 1962 avec l’appui de Bryan Walsh, prêtre catholique. L’opération dénommée Peter Pan consistait à faire croire aux parents que l’on allait les séparer de leurs enfants afin de leur administrer une éducation socialiste. Pour éviter leur supposé « embrigadement » le prêtre Walsh proposait d’envoyer ces derniers aux États-Unis (Torreira, 2000). Le gouvernement révolutionnaire répliqua en 1961 en expulsant les religieux étrangers de l’île, réduisant les effectifs de l’Église de 670 à 200 (Létrillard, 2008 : 129). L’Église cubaine qui souffrait déjà d’un faible encadrement, d’une pratique religieuse faible teintée par les rites spiritistes, santeros, francs-maçons, menacée par la progression protestante, se retrouva dans l’opposition à un gouvernement dont elle jugeait la fin proche.

9Cependant, la nouvelle administration résiste aux tentatives de déstabilisation, figeant les positions des églises catholiques et protestantes pendant près de 40 ans. Dans le cadre d’un régime désormais athée, le prosélytisme religieux est interdit et les équilibres entre protestants et catholiques ne se modifient pas. À la différence des pays de l’Amérique continentale, Cuba a connu une ferveur religieuse traditionnelle ou syncrétique faible.

10Cette situation évolue sous l’impulsion des institutions gouvernementales. Le changement, d’abord rhétorique, gagne rapidement les comportements individuels. Vers le milieu des années 80, la révolution opère un rapprochement avec les prêtres tenants de la théologie de la libération. En 1985, est publié l’entretien entre F. Castro et Frei Betto (Castro, 1985). En 1986, l’Encuentro Nacional Eclesial Cubano (ENEC) montre que l’Église est disposée à dialoguer avec le régime et abandonner son opposition frontale à la révolution. Par conséquent, l’État célèbre, par la réforme constitutionnelle de 1992, le passage progressif d’un régime athée à un régime laïc. L’article 54 de la constitution de 1976 stipulant que l’ « État socialiste qui (...) éduque le peuple avec la conception matérialiste de l’univers (…) garantit (…) le droit de chacun à professer quelque croyance religieuse et à pratiquer, pourvu qu’il respecte la loi, son culte propre » et qu’il est « illégal et punissable d’opposer la foi ou la croyance religieuse à la révolution »3 est remplacé par l’article 8 qui précise que : « L’État reconnaît, respecte, et garantit la liberté religieuse (…) Les diverses croyances et religions jouissent des mêmes considérations»4.

11La réforme ne bénéficie cependant pas à l’Église catholique. En 2011, on estime que seuls 5% des 60% de catholiques que compterait l’île seraient pratiquants (Le Bars, 2012). Si le chiffre est à prendre avec précaution en raison des sentiments de double appartenance, il montre néanmoins la situation critique du catholicisme dans ce pays. L’Église, craignant de perdre le contrôle des consciences après 30 ans de lutte politique contre la révolution, cherche sans grand succès, tout au long des années 1990, à rétablir des liens avec le gouvernement. Cette politique a pour but de donner une nouvelle impulsion au catholicisme dans un contexte de percée des Eglises baptistes. La visite de Benoît XVI, comme celle de Jean-Paul II en 1998, s’inscrit dans cette logique.

2. Rejouer la visite de Jean-Paul II : objectif manqué pour l’Église, réussi pour la Révolution 

  • 5 Désigne la période de crise économique ayant suivi la chute du bloc soviétique.

12La visite de Jean-Paul II avait déjà témoigné d’un mouvement de convergence des deux logiques autonomes : d’une part, elle avait permis à l’Église de prendre ses marques dans la société cubaine, signal de son retour initié à la fin des années 1980 après trois décennies d’ostracisme. D’autre part, elle avait été un immense succès diplomatique pour la Révolution. Comme le souligne F. Houtart (Houtart, 2001 : 273-285), Fidel Castro avait réussi lors de cette visite à montrer au monde entier que même après huit années de « période spéciale »5, il conservait le contrôle de la situation. Il avait également obtenu une condamnation de l’embargo états-unien de la part du Pape, pourtant précédé d’une réputation d’anticommunisme. Pour ces diverses raisons, la visite de 1998 a servi de matrice à celle de Benoît XVI.

  • 6 « Ces cinq jours n’ont pas changé l’Histoire de Cuba, ils l’ont enrichie ».

13Durant les semaines précédant l’arrivée de Benoît XVI, la figure de Jean-Paul II est plus présente que celle du Pape actuel dans les médias cubains. Le vendredi 16 mars 2012, un article est publié dans Granma « à propos de la visite de Fidel au Vatican en 1996 », insistant sur le « respect et l’admiration mutuelle » témoignés par les deux chefs d’État à cette occasion. L’article se termine par une longue description élogieuse de Jean-Paul II par Fidel Castro (González, 16 mars 2012). Le 20 mars 2012, un article paraît cette fois « à propos de la visite du Pape Jean-Paul II à Cuba », intitulé « Une leçon donnée au monde ». Il insiste sur le déroulement parfait de cette visite. Il montre surtout que la visite n’a rien changé au socialisme cubain (González, 20 mars 2012)6. Les paroles de Jean-Paul II contre les « sanctions économiques imposées de l’extérieur » et contre le néolibéralisme sont rappelées. Benoît XVI n’est finalement présenté dans Granma que le jour de son arrivée, le 26 mars. L’enjeu de cette préparation est clair : l’État cubain veut répéter le succès de 1998, et faire en sorte que cette nouvelle visite se déroule dans les mêmes limites que la précédente.

  • 7 Discours de Benoît XVI du 26 mars 2012, publié dans Granma, édition du mardi 27 mars 2012.
  • 8 Discours de Benoît XVI du 28 mars 2012, publié dans Granma, édition du jeudi 29 mars 2012.

14L’Église a également participé à ce mouvement. Le 13 mars, soit deux semaines avant l’arrivée de Benoît XVI, le cardinal Jaime Ortega, archevêque de La Havane, a disposé d’une tribune de 30 minutes après le journal de 20 heures sur Cubavisión, l’un des principaux canaux de télévision cubains. Son allocution était orientée vers l’objectif de présenter Benoît XVI comme un homme « chaleureux » et « simple »; dans cette perspective, Ortega a incessamment mis en parallèle Benoît XVI et Jean-Paul II, et inscrit cette visite dans le sillage direct de la première. Il y avait visiblement la crainte d’une absence de passion autour de ce nouveau Pape, qui ne dispose pas de la même aura que son prédécesseur. Durant les trois jours de présence du Pape, le constat est le même : Jean-Paul II est évoqué dans la plupart des discours, avec l’idée d’inscrire la visite dans la continuité directe de celle de 1998. C’est principalement dans les discours protocolaires du Souverain Pontife qu’il trouve une place privilégiée. À son arrivée à Santiago de Cuba le 26 mars, après les remerciements de circonstance, Benoît XVI rappelle la « brise d’air frais » qu’a constituée la visite de Jean-Paul II à Cuba en 1998, laissant « une trace ineffaçable dans l’âme des Cubains »7. Dans son discours de départ, Jean-Paul II est défini comme le « messager de la vérité et de l’espérance »8. Raúl Castro rappelle également cette visite dans son discours de bienvenue du 26 mars, pour souligner que la situation cubaine n’a pas vraiment changé quant à l’embargo économique, médiatique et financier imposé par les États-Unis. L’archevêque de Santiago de Cuba clôt quant à lui son discours d’ouverture de la première Messe Sainte par les paroles adressées par son prédécesseur à Jean-Paul II, en 1998.

  • 9 Une de Granma, édition du mardi 27 mars 2012.
  • 10 Suspension des activités professionnelles et éducatives le mercredi 28 à La Havane, transport renfo (...)
  • 11 Un seul incident marquant a été rapporté par la presse internationale. Durant la messe de Santiago, (...)

15Il semble cependant que ces efforts, à l’aune de l’objectif poursuivi par l’Église de créer un enthousiasme comparable à celui de 1998, aient été vains. Malgré les efforts des médias de l’île, l’excitation ne s’est jamais emparée des rues de La Havane. Si la messe de Santiago avait réuni 250 000 fidèles9, celle de La Havane n’a pas connu l’affluence espérée. De l’avis général, il y avait beaucoup moins de monde qu’en 1998, et moins que lors des traditionnels défilés du1er mai. Beaucoup de gens ont ainsi fait le choix de regarder la messe à la télévision, malgré les facilités mises en place par les autorités pour assurer la présence du plus grand nombre10. Durant la messe de La Havane, il n’y eut aucune réaction de l’audience aux propos du Pape. La visite de 1998 était en tous points extraordinaire ; celle de 2012 n’a pas eu l’attrait de la nouveauté, ni celui d’un homme dont l’aura peut soutenir la comparaison avec celle des dirigeants de la Révolution. L’objectif de l’Église n’est donc pas atteint dans la répétition de la visite de 1998. En revanche, celui de la Révolution, qui n’avait que peu d’intérêt à une réelle effervescence, l’est sans doute bien davantage : la visite a eu toutes les allures d’un succès, sans provoquer de débordements11.

3. Les silences du Pape : inscrire l’Église dans la société cubaine à venir

16Si le Pape n’a pas déchainé les passions, c’est aussi parce que son discours a finalement été très convenu. S’il n’y avait pas de grandes attentes, le ton ayant été donné dès les semaines précédant son arrivée à Cuba, les silences du Pape ont été plus assourdissants que ses paroles. Là où Jean-Paul II avait pu arriver à Cuba avec un discours novateur sur les libertés, celui de Benoît XVI a convergé avec le programme de démocratisation proclamé par Raúl Castro depuis quelques mois, et n’a donc pas provoqué de grands remous.

  • 12 On peut y voir une façon de transformer cet évènement en un problème interne à l’Église, lui niant (...)
  • 13 « Santa Sede con de nabloqueo de EEUU contra Cuba » In Granma, édition du samedi 17 mars 2012.

17Le cas de l’occupation de plusieurs églises cubaines par des opposants politiques quinze jours avant la visite de Benoît XVI a montré la stratégie de l’Église cubaine. Le mercredi 14 mars, plusieurs groupes d’opposants ont débuté une occupation pacifique d’églises, à travers tout le pays. Si dans la majorité des cas, cette occupation n’a duré que quelques heures, celle de La Havane s’est prolongée durant près de deux jours. L’archevêché a directement négocié avec les occupants, mais a demandé l’intervention des autorités pour l’évacuation de l’église. La presse cubaine a informé de ces évènements, non pas à travers des articles ou des reportages télévisés, mais en publiant deux notes de presse de l’archevêché de La Havane12 : une première le jeudi 15 mars, annonçant l’occupation et la qualifiant d’« illégitime », une seconde le vendredi 16 mars, annonçant l’évacuation pacifique et volontaire de l’église en échange de la promesse par les autorités cubaines de l’absence de poursuite. Dans les deux notes, le ton est à la condamnation de cet acte : « personne n’a le droit de convertir les temples en tranchées politiques » (Márquez, 15 mars 2012). La seconde note se conclut de la manière suivante : « Prend ainsi fin une crise qui n’aurait jamais du se produire. L’Église est certaine que des faits similaires ne se répèteront pas et que l’harmonie que nous désirons tous pourra réellement être atteinte » (Márquez, 16 mars 2012). Le message est sans équivoque : rien ne doit venir perturber la visite du Pape. Une telle position est en contradiction avec l’histoire de l’Église cubaine. De la même façon, le porte-parole du Vatican a indiqué l’orientation de la visite dès le 16 mars. À propos de la politique des États-Unis envers Cuba, il a ainsi déclaré que « ce sont les personnes qui subissent les conséquences de la posture états-unienne », et que « le Saint-Siège ne croit pas que ce soit une mesure positive et utile »13, annonçant la posture critique qui sera celle du Souverain Pontife.

  • 14 Ortega emploie ce terme dans son allocution du 13 mars.
  • 15 « Que personne ne se voie empêché de se joindre à cette tâche passionnante [de fonder une société a (...)
  • 16 « Nous sommes un seul peuple, mais avec des opinions différentes quant au chemin à suivre pour cher (...)

18À l’arrivée de Benoît XVI, il était manifeste que ce voyage serait placé sous le signe de la coopération. Le Pape n’est pas venu dans l’idée de porter atteinte à la Révolution, mais avec l’objectif d’intégrer pleinement l’Église dans une société cubaine dont la mutation est aujourd’hui incontestable. Il s’agit d’une mission d’« évangélisation »14 d’une société longtemps athée. Aucune messe ou discours n’a témoigné d’une grande virulence envers les autorités cubaines. Le Pape s’est largement limité à réclamer une liberté religieuse dont on ne peut pas dire qu’elle est bafouée aujourd’hui à Cuba. Il a appelé au dialogue et au respect mutuel, en vue d’une participation de l’Église à la construction d’une société meilleure. Il n’a évoqué qu’une seule fois, dans son discours d’adieu, la limitation des « libertés fondamentales », mais en la mettant immédiatement en lien avec les problèmes matériels et les sanctions économiques étatsuniennes, à nouveau dénoncées15.L’Église est à chaque fois considérée comme devant s’intégrer à la trajectoire d’indépendance nationale de Cuba, trajectoire dont la Révolution constitue un moment important qui n’est pas remis en cause par le Pape. Un seul discours a dérogé à la réserve de l’Église durant ces journées : celui de Dionisio García Ibáñez, archevêque de Santiago de Cuba, en ouverture de la messe célébrée le 26 mars. Il contient de nombreuses critiques du sectarisme à l’œuvre dans l’histoire cubaine16 qui a empêché jusqu’ici la naissance d’une société réellement construite « avec tous et pour le bien de tous », l’archevêque s’appropriant la célèbre citation de José Martí, qui est pourtant l’un des fondements de la Révolution cubaine. Ce discours, prononcé en présence de Raúl Castro et d’une grande partie du Conseil d’État, a été largement applaudi par l’assemblée. Mais il restera sans suite. Le Cardinal Ortega, personnage principal de l’Église cubaine, n’a fait aucun commentaire politique dans son discours d’ouverture de la messe célébrée à La Havane, se limitant aux remerciements et aux prières d’usage, ne provoquant aucun applaudissement.

19Benoît XVI n’a enfin dirigé aucune parole aux opposants politiques, et n’en a rencontré aucun malgré leur sollicitation. La rencontre avec Fidel Castro, qui n’était pas prévue au programme, est un symbole fort des priorités du Pape. Les opposants ont été les grands absents de cette visite pontificale. Il est possible que les discussions entre chefs d’État aient en partie porté sur cette question. Mais rien n’a filtré dans les médias cubains. On peut certes considérer les paroles concernant la nécessité du dialogue et de la prise en compte des diverses opinions comme un appel à la tolérance des opposants politiques. Mais un discours ne prend sa valeur qu’en fonction des circonstances dans lesquelles il est prononcé. Telles que formulées par le Pape, ces paroles peuvent tout à fait coïncider avec la rhétorique gouvernementale de réforme, à l’œuvre depuis quelques mois. Elles perdent donc une grande part de leur efficace. Au vu de l’attitude de l’Église cubaine lors de l’occupation des églises évoquées ci-dessus, il apparaît clairement que la priorité de ce voyage n’allait pas aux opposants. L’appel au dialogue ne vise pas essentiellement à défendre les individus manifestant un désaccord avec les autorités politiques, mais bien à assurer une place importante à l’Église dans la société cubaine post-fidéliste.

4. Intégrer l’Église pour mieux la contrôler ?

  • 17 « Regulacioneslaborales y delprocesodocente en La Habana y Santiago de Cuba » In Granma, édition du (...)
  • 18 Principalement dans la Vieille Havane et le Vedado, à proximité des hôtels ; le quartier où a séjou (...)
  • 19 Cf. « Série d’arrestations à Cuba avant la visite de Benoît XVI » paru le 19 mars 2012 sur lemonde. (...)
  • 20 Ces termes désignent les personnes vivant du commerce extralégal avec les touristes (cigares, rhum, (...)

20La visite a été bien préparée par les autorités cubaines, qui ont tout fait pour assurer le bon déroulement de cet évènement, et notamment la mobilisation de la population. Dans son style caractéristique qui lui donne un temps d’avance sur l’actualité, le quotidien Granma annonce ainsi dès le samedi 24 mars que le Pape « recevra un accueil chaleureux du peuple de Santiago », et que « le peuple de la capitale lui offrira [le 28 mars] des adieux massifs »17. Le premier pronostic est vérifié le 27 mars : la une du Granma évoque ainsi ce jour-là les « milliers de santiagueros [qui ont rempli] les rues pour faire un accueil chaleureux et respectueux au Souverain Pontife » (Palomares, 17 mars 2012), conférant aux premières phrases un statut de prophétie auto réalisatrice. Cette mobilisation de la population a été permise par la suspension des activités professionnelles et éducatives les jours de présence papale, comme indiqué ci-dessus. Plus intéressantes ont été les « mesures préventives » prises dans les rues havanaises durant les journées précédentes. Une augmentation sensible de la présence policière dans les zones touristiques18, pourtant habituellement conséquente, a pu être observée à partir de la fin de semaine précédente. De nombreux cas de détention préventive, plus ou moins longue, ont été rapportés tant à Santiago qu’à La Havane. La presse internationale s’est focalisée sur le cas des « Dames en Blanc »19, mais il n’est pas isolé. À La Havane, la population urbaine « gênante » pour l’image que veulent en donner les autorités (jineteroset jineteras20, homosexuels, travestis, mendiants, alcooliques) a été sommée de rester chez elle les jours de présence papale, après quelques heures de détention qui ont servi d’avertissement. La veille de l’arrivée du Souverain Pontife, les rues de la Vieille Havane n’avaient ainsi plus tout à fait le même visage qu’à l’accoutumée. Dans le même ordre d’idée, la vente de boissons alcoolisées a été interdite à partir du mardi 27 mars à 18h et jusqu’au départ du Pape à La Havane. Il s’agissait donc à la fois de prévenir les possibles désordres politiques, mais aussi de donner une image irréprochable de la capitale cubaine dans le domaine social. Rien n’a été laissé au hasard par les autorités, à un moment où l’attention internationale fixée sur La Havane était l’occasion de laisser voir les changements en cours sous leur meilleur jour.

  • 21 Discours de Benoît XVI du 28 mars 2012, op. cit.

21Ces éléments amènent à considérer l’importance diplomatique qu’a revêtue la visite de Benoît XVI. Les autorités cubaines ont tout d’abord obtenu une nouvelle condamnation implicite des sanctions économiques pratiquées par les États-Unis. Même si une déclaration de ce type tend désormais à devenir un lieu commun des visites diplomatiques réalisées à Cuba, l’autorité morale du Pape en fait une caution importante pour la Révolution cubaine. Au-delà, la ratification par l’Église des acquis sociaux de la Révolution, jamais explicitement reconnue, mais toujours présente dans les discours du Pape, et la volonté manifestée de s’inscrire dans le mouvement de construction de l’indépendance nationale auquel la Révolution a contribué sont des éléments importants de légitimation sur l’arène internationale. Le « Hasta siempre, Cuba ! »21 lancé par le Pape à la fin de son discours d’adieu, qui fait immanquablement écho aux slogans de la Révolution (en particulier « Hasta siempre, comandante » destiné au Che), tant à l’échelle internationale qu’au niveau interne, est un élément symbolique relativement fort. Plus encore que sur le plan international, les enjeux de la visite doivent sans doute être lus au niveau de la société cubaine.

  • 22 Discours de Raúl Castro du 26 mars 2012, publié dans Granma, édition du Mardi 27 mars 2012.
  • 23 Ibid.
  • 24 Discours de Raúl Castro du 28 mars 2012, publié dans Granma, édition du Jeudi 29 mars 2012.

22Il faut tout d’abord souligner les efforts réalisés par le gouvernement cubain pour aligner les positions de l’Église et celles de la Révolution. C’est tout d’abord la tâche que s’assigne le Commandant en Chef de la Révolution, sa principale source d’autorité et de légitimité. Dans sa « Réflexion » publiée le 28 mars, Fidel Castro évoque sa « conviction que marxistes et chrétiens sincères […], indépendamment de leurs croyances politiques et religieuses, doivent et peuvent lutter pour la justice et la paix entre les êtres humains » (Castro, 28 mars 2012). Dans ses deux discours, Raúl Castro a également fait l’effort d’insister sur les convergences entre la Révolution et le message de l’Église. Le 26 mars, il insiste sur les bonnes relations diplomatiques entre La Havane et le Vatican, maintenues « sans interruption durant soixante-seize ans, toujours fondés sur le respect mutuel et la coïncidence sur des thèmes vitaux pour l’Humanité »22. Il termine son discours sur une dénonciation du pouvoir de la finance et des inégalités qui naissent en grande partie d’une crise dont Castro souligne la « dimension morale », ce qui constitue la doctrine sociale actuelle de l’Église. Il reconnaît d’ailleurs que : « sur ces thèmes et sur bien d’autres, nous observons des convergences avec vos idées »23. Le 28 mars, suite à la Messe Sainte célébrée par le Pape, Raúl Castro évoque l’importance accordée par la Révolution à la famille, thème largement développé par Benoît XVI lors de ses deux homélies. Il affirme partager la conviction que « le respect mutuel, le dialogue et la coopération permettront au monde de trouver les solutions aux problèmes les plus graves »24. Un déplacement intéressant est à souligner : là où ces termes ont été employés par le Pape et l’archevêque de Santiago pour évoquer la situation cubaine, Raúl Castro les transfère à l’échelle mondiale. Mais le plus important est ici dans l’affirmation du partage d’opinion : il y a un accord sur l’essentiel des termes entre les deux parties, même s’ils ne sont pas forcément employés dans la même optique. Raúl Castro a cherché, tout au long de la visite papale, à montrer l’extrême compatibilité de la Révolution et de l’Église.

23Expliquer les objectifs du gouvernement cubain ne peut ici que se faire sous la forme d’hypothèses. La première, d’ordre stratégique dans le contexte d’une sorte de lutte entre l’État et l’Église, pourrait consister en une intégration de cette dernière, sous la forme de la cooptation, afin d’éviter qu’elle ne joue le rôle « subversif » qui a pu être le sien dans des contextes semblables, par exemple en Pologne. En lui accordant la place qu’elle désire, tout en montrant les liens profonds qui unissent la Révolution et l’Église, Raúl Castro fait peut-être le pari de parvenir à contrôler cette dernière, acteur crucial des périodes de changement. La transformation du Vendredi saint en un jour férié, qui a suivi de quelques jours la visite papale, peut être lue dans cette optique. L’annonce est faite dans une « note informative » publiée le samedi 31 mars dans le journal Granma, qui indique que le Conseil d’État a décidé d’accéder à une demande faite par le Souverain Pontife à Raúl Castro lors de leur entrevue. La concession a sans doute rempli une fonction dans des négociations dont le contenu est pour l’instant inaccessible. Mais son caractère exceptionnel indique une volonté de limiter la portée de la décision : donner à l’Église ce qu’elle souhaite ne signifie pas lui céder l’hégémonie culturelle.

  • 25 Discours de Raúl Castro du 28 mars 2012, op. cit.

24Une autre explication, qui complète la première, concerne un enjeu social plus large : celui de l’unité de la Nation cubaine. Il ne s’agit pas tellement de reconnaître les différences et leur pertinence dans la construction nationale, mais plutôt d’aplanir ces différences, reconnues, sous le référent patriotique. La nuance est importante. Régulièrement dans les comptes-rendus de la presse cubaine, ainsi que dans les discours des divers acteurs, il est fait mention de l’union des Cubains « croyants ou non-croyants ». L’insistance sur l’unité des Cubains a culminé dans le discours protocolaire de Raúl Castro au moment du départ du Pape, où il affirme « [reconnaître] la contribution patriotique de l’émigration depuis [ceux] qui ont soutenu les désirs de José Martí, jusqu’à ceux qui s’opposent aujourd’hui aux gens qui attaquent Cuba et manipulent le thème migratoire à des fins politiques. Nous avons réalisé des efforts prolongés en vue de la normalisation complète des relations de Cuba avec son émigration qui sent de l’amour pour la Patrie et pour ses familles (…) »25. Ce mouvement de rapprochement a été initié depuis quelques années, mais son évocation dans le contexte papal ne doit rien au hasard. Au-delà des frontières, comme au-delà des différences de croyance, l’unité de la Nation cubaine, sous le référent de la Patrie que la Révolution s’est approprié depuis plus de cinq décennies, est l’enjeu actuel. Il y a donc une reconnaissance des différences qui constituent la Nation cubaine, par laquelle Raúl Castro se plie apparemment aux volontés exprimées par l’Église de construire une Nation incluant tout le monde. Mais de fait, toutes les différences disparaissent sous l’étendard patriotique, sur lequel la Révolution garde jalousement l’hégémonie.

Conclusion

25Il est encore trop tôt pour savoir à qui a profité cette visite, mais on peut noter que le gouvernement cubain a parfaitement géré l’événement du point de vue interne. Si l’Église cubaine peut sans doute s’estimer satisfaite de la publicité occasionnée par l’évènement, il n’est pas certain que cette visite lui permette de créer une dynamique similaire à celle de 1998. La marge de manœuvre de l’Église est de fait limitée. Il est probable qu’elle ait obtenu, malgré toutes les restrictions signalées, le maximum dans les circonstances actuelles, et compte-tenu de sa trajectoire historique. Opposée à la Révolution, méconnaissant les déclarations de la seconde assemblée du CELAM (Consejo Episcopal Latinoamericano) tenue à Medellín en 1968, elle ne fut jamais influencée par la théologie de la libération. Conservatrice, elle se montra favorable au régime de Franco, et soutint ouvertement les mouvements d’opposition. Cette situation lui a valu son exclusion de la vie politique et elle a du assister, impuissante, à la sécularisation de la société cubaine, déjà amorcée durant les guerres d’indépendance du XIXe siècle.

26Prenant acte des évolutions du régime et de la fin de la guerre froide, l’Église cherche à s’implanter dans la société. Menacée à la fois par les rites afro-cubains et protestants, sa faiblesse l’oblige à négocier avec le pouvoir temporel. L’État cubain a de son côté montré lors de cette visite papale sa disposition à un dialogue avec l’Église. Il consiste principalement à souligner les points de convergence et à inclure au maximum les croyants dans la Patrie cubaine, au même titre que les émigrés qui s’abstiennent de tout engagement politique contre la Révolution. L’importance nouvelle accordée à l’Église s’inscrit dans un mouvement plus large d’intégration de toutes les composantes de la société cubaine disposées à accepter le maintien du système politique révolutionnaire. La nouveauté, du côté de l’Église, est justement cette disposition à ne pas critiquer trop ouvertement le fonctionnement de ce système en vue d’y gagner une place plus conséquente, au moins dans la sphère religieuse, comme cela est clairement apparu durant ces trois jours. Habituel soutien des secteurs d’opposition, l’Église privilégie une intégration supérieure à la société, qui passe aujourd’hui par des liens plus étroits avec le gouvernement. Désormais, même lorsqu’elle se montre critique, l’Église reprend les référents de la Révolution cubaine. Elle qui avait lutté contre les indépendantistes, en appelle à Martí pour critiquer le sectarisme de la Révolution, comme le fit Mgr Dionisio García Ibáñez lors de l’homélie de Santiago de Cuba. Au contraire de la visite de Jean-Paul II qui marquait une rupture, la visite de Benoît XVI s’inscrit donc dans la continuité des évolutions à l’œuvre dans l’Église cubaine depuis le début des années 1990. Si les désaccords persistent, et si l’Église souhaite des mutations sans doute plus profondes que celles promues par l’État, un point d’équilibre – difficile à imaginer il y a encore une vingtaine d’années, au vu de la marginalisation constante de l’Église dans la Cuba indépendante – semble atteint, profitant au moins temporairement aux deux entités.

Haut de page

Bibliographie

Castro, F.l (1985). Fidel y la religión : conversaciones con Frei Betto, La Habana, Oficina de PublicacionesdelConsejo de Estado.

Castro, F. (28 mars 2012). « Reflexionesdelcampañero Fidel », Granma.

Gonzalez Delgado, D. (16 mars 2012). « Una reunión de especialcarácter », Granma.

Gonzalez Delgado, D. (20 mars 2012). « Una lección al mundo », Granma.

Hechavarria, Z., J. Molina y Y. Hernandez (2003). « Algunasconsideraciones sobre el pensamiento de José Martí », Correo Científico.

Houtart, F. (2001). « Les enjeux et les défis de la visite de Jean-Paul II à Cuba » In Bovy, Y. et E. Toussaint (dir.), Le pas suspendu de la révolution : approche critique de la réalité cubaine,Cuesmes,Editions du Cerisier.

Le Bars, S. (27 mars 2012). « L’Église veut être un acteur de la transition cubaine », Le Monde.

Le Monde (1999).Castro prend le pouvoir, Paris, Edition du seuil.

Létrillard, P. (2005).Cuba, L'Église et la Révolution, Paris, Edition L'Harmattan.

Létrillard, P. (2008). « L’Église cubaine : cinquante ans d’expérience « contre-révolutionnaire » ? », Cahier des Amériques Latines (CAL), n° 57.

Marquez Hidalgo, O. (15 mars 2012). « CalificaArzobispado de La Habanailegítima la ocupación de templo. Nota de prensa », Granma.

Marquez Hidalgo, O. (16 mars 2012). « Nota de prensa », Granma.

Palmares Calderon, E. (27 mars 2012). « RecibióRaúl al Papa Benedicto XVI », Granma.

Segreo Ricardo, R. (2010), Iglesia y nación en Cuba (1868-1898), La Habana, Editorial Oriente.

Torreira Crespo, R. y J. Buajasan Marawi (2000). Operación Peter Pan, un caso de guerrapsicológica contra Cuba, La Habana, EditoraPolítica.

Haut de page

Notes

1 Consultable sur le site : http://www.espaciolaical.org/

2 Contrairement à une idée reçue, les archives montrent qu’une large majorité de créoles composait l’Église au XVIIIe siècle. Ainsi, entre 1755 et 1757 sur 99 ecclésiastiques nommés, seuls trois étaient étrangers et deux de nationalité inconnue. Voir Segreo, 2010 : 13.

3 Consultable sur le site : http://pdba.georgetown.edu/Constitutions/Cuba/cuba1976.html

4 Constitución de la República de Cuba, EditoraPolítica, La Habana, 2010: 21.

5 Désigne la période de crise économique ayant suivi la chute du bloc soviétique.

6 « Ces cinq jours n’ont pas changé l’Histoire de Cuba, ils l’ont enrichie ».

7 Discours de Benoît XVI du 26 mars 2012, publié dans Granma, édition du mardi 27 mars 2012.

8 Discours de Benoît XVI du 28 mars 2012, publié dans Granma, édition du jeudi 29 mars 2012.

9 Une de Granma, édition du mardi 27 mars 2012.

10 Suspension des activités professionnelles et éducatives le mercredi 28 à La Havane, transport renforcé vers la Place de la Révolution…

11 Un seul incident marquant a été rapporté par la presse internationale. Durant la messe de Santiago, un opposant s’est dirigé vers l’autel en criant « A bas le communisme, à bas la dictature », avant d’être rapidement évacué (cf. LE BARS, Stéphanie. Op. cit.). Il n’en a pas été question à Cuba.

12 On peut y voir une façon de transformer cet évènement en un problème interne à l’Église, lui niant le statut d’évènement politique : il est inutile de le commenter.

13 « Santa Sede con de nabloqueo de EEUU contra Cuba » In Granma, édition du samedi 17 mars 2012.

14 Ortega emploie ce terme dans son allocution du 13 mars.

15 « Que personne ne se voie empêché de se joindre à cette tâche passionnante [de fonder une société aux horizons larges, rénovée et réconciliée] par la limitation de ses libertés fondamentales, ni exemptée de celle-ci par laisser-aller ou manque de ressources matérielles. Situation qui se voit aggravée quand des mesures économiques restrictives imposées de l’extérieur du pays pèsent négativement sur la population ». Discours de Benoît XVI du 28 mars 2012, op. cit.

16 « Nous sommes un seul peuple, mais avec des opinions différentes quant au chemin à suivre pour chercher un futur meilleur. Au long de notre courte histoire, ce beau dessein s’est vu frustrer par les égoïsmes, l’incapacité au dialogue et au respect de l’autre, la présence d’intérêts étrangers aux nôtres, l’exclusion et l’intolérance, qui accentuent les différences jusqu’à les rendre irréconciliables, au lieu de chercher les convergences qui nous inciteraient à marcher ensemble ». L’extrait cité a été retranscrit par nos soins suite à sa diffusion télévisée. Aucune version écrite n’est parue à Cuba.

17 « Regulacioneslaborales y delprocesodocente en La Habana y Santiago de Cuba » In Granma, édition du samedi 24 mars 2012.

18 Principalement dans la Vieille Havane et le Vedado, à proximité des hôtels ; le quartier où a séjourné le Pape, Miramar, a quant à lui été totalement bouclé.

19 Cf. « Série d’arrestations à Cuba avant la visite de Benoît XVI » paru le 19 mars 2012 sur lemonde.fr

20 Ces termes désignent les personnes vivant du commerce extralégal avec les touristes (cigares, rhum, commissions touristiques…). La jinetera est en général une prostituée.

21 Discours de Benoît XVI du 28 mars 2012, op. cit.

22 Discours de Raúl Castro du 26 mars 2012, publié dans Granma, édition du Mardi 27 mars 2012.

23 Ibid.

24 Discours de Raúl Castro du 28 mars 2012, publié dans Granma, édition du Jeudi 29 mars 2012.

25 Discours de Raúl Castro du 28 mars 2012, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Victor Lagarde et Xavier Calmettes, « De l’opposition à l’intégration : les évolutions de l’Église et de la Révolution cubaines au prisme de la visite de Benoît xvi », Études caribéennes [En ligne], 22 | Août 2012, mis en ligne le 15 août 2012, consulté le 23 avril 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6146 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6146

Haut de page

Auteurs

Victor Lagarde

Doctorant en Science Politique (CERI/Sciences Po), victor.lagarde@sciences-po.org

Xavier Calmettes

Doctorant en histoire (IHEAL- CREDA), saltoangel@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org