Navigation – Plan du site
Editorial

Mondialisation : Globalisation, internationalisation, ou autre chose ?

Globalization: Homogenization, Internationalization, or Something Else?
Gilbert Elbaz

Résumés

Cet éditorial présente les objectifs du numéro 22 d’Etudes Caribéennes et résume les courants conceptuels autour du phénomène de mondialisation. Ces derniers oscillent entre les interprétations extrêmes de l’hyper-globalisme, et celles plus modérées des sceptiques et des transformationistes. En convoquant la pensée d’Edouard Glissant, l’auteur conclut que les articles se situent conceptuellement entre le scepticisme et le transformationisme.

Haut de page

Texte intégral

1La mondialisation, si elle existe, prend-elle les formes de la globalisation ou n’est-ce que l’extension de l’internationalisation ? Ou serait-elle autre chose, encore mal définie ?…En d’autres termes, la mondialisation produit-elle, selon la perspective des hyper-globalistes, un seul moule dans lequel toutes les économies, les politiques et les cultures se fonderaient ? Ou n’est-elle, selon les sceptiques, que la prolongation de pratiques économiques, politiques et culturelles internationales installées dans des structures déjà existantes depuis l’antiquité, pratiques qui se seraient développées au fil du temps ? Ou encore est-elle, selon les transformationistes, quelque chose de plus complexe, de plus incertain ?

2A leur manière, les articles de ce numéro d’Etudes Caribéennes consacré à la thématique de la mondialisation, semblent répondre à ces questions en rejoignant le concept de mondialité d’Edouard Glissant. Selon ce dernier, la globalisation économique, politique et culturelle est réelle seulement si les individus et les cultures l’autorisent. La mondialité, c’est la capacité des individus et des cultures de se créer un espace face à cette globalisation. Les individus et les cultures ont donc leur mot à dire et peuvent influencer la mondialisation. Dans cette nouvelle perspective, la mondialisation n’est pas un phénomène objectif, subi et inévitable. Au contraire, il est pensé, produit et influencé par les individus et les cultures.

3Ce concept de mondialité n’est pas sans lien avec la perspective du troisième courant de pensée relatif à la mondialisation, le transformationisme. Ce dernier soutient l’idée que la globalisation existe, par le biais d’entités supranationales, de sociétés civiles transfrontalières et surtout du développement de consciences transnationales. Cette globalisation mène à des transformations sans précédent historique, d’où le nom de ce courant de pensée. Cependant, cette globalisation, selon les transformationistes, ne s’est pas encore insinuée dans tous les aspects de la vie sociale. S’ils sont d’accord, jusqu'à un certain point, avec les hyper-globalistes, les transformationistes reconnaissent également, à l’instar des sceptiques, que les états-nations jouissent encore d’un certain niveau de souveraineté et que les démocraties nationales sont toujours très actives. La différence entre le transformationisme et les deux autres courants, l’hyper-globalisme et le scepticisme, est bien une différence de degré.

4En rejetant la thèse du village planétaire ou de l’impérialisme culturel soutenue par les hyper-globalistes, la majorité de ces contributions, même si elle ne se réclame ouvertement d’aucun de ces courants de pensée, se loge entre le scepticisme et le transformationisme.

5Comme l’exprime astucieusement El Maarouf Moulay Driss, il faut se méfier des dictâtes, car ils sont plus mobiles, plus nomades qu’on ne le pense et l’erreur serait de croire qu’une culture puisse s’imprégner d’un concept culturel ou de pratiques musicales pour s’y abandonner totalement, alors qu’en réalité, elle ne fait que les ajuster à son contexte, peut-être même pour mieux les rejeter après en avoir fait bon usage. Souvent incohérentes et contradictoires, les cultures ainsi que la mondialisation sont difficilement prévisibles.

6De l’histoire à la religion, à la politique, au droit et à la criminalité au plan international, en passant par les pratiques musicales, sportives, culturelles, médiatiques, sexuelles et linguistiques, les auteur(e)s qui ont contribué à ce numéro d’Etudes Caribéennes, eux-mêmes et elles-mêmes originaires de diverses cultures du monde, soulignent, à l’instar d’Edouard Glissant, l’importance des individus et des cultures, de leur conscience et de leurs actions dans la direction que peut prendre cette mondialisation aux effets globalisants encore incertains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilbert Elbaz, « Mondialisation : Globalisation, internationalisation, ou autre chose ? », Études caribéennes [En ligne], 22 | Août 2012, mis en ligne le 15 août 2012, consulté le 22 juin 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6154

Haut de page

Auteur

Gilbert Elbaz

Université des Antilles et de la Guyane, Professeur, gilbert.elbaz@martinique-ag.univ.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org