Navigation – Plan du site
Mondialisation : différents visages, différentes perspectives

Des premiers empires à la première mondialisation, xvie-xxe siècles : simples influences ou répétition générale ?

First Empires, First Globalization (16th-20th centuries): Mere Influences or Final Rehersal?
Flavien Bardet

Résumés

Nous tenterons de décoder les liens unissant le nouvel âge des impérialismes européens à la première mondialisation, ces deux périodes coexistant parfaitement dans les années 1870-1914. À travers une revue de la période fondatrice des nouveaux impérialismes précédant la Première Guerre mondiale, nous dégagerons un tableau de normes démontrant à quel point la première mondialisation sut s’inspirer de concepts développés pour l’expansion impériale des grandes puissances, tout en insistant sur les différences inhérentes à ces deux façons de concevoir les relations internationales.

Haut de page

Dédicace

Pour Aaron Mihai

Texte intégral

No beast so fierce but knows some touch of pity.

But I know none, and therefore am no beast

William Shakespeare, Richard III (1.2)

Introduction : Mondialisation et impérialisme, même combat ?

1L’historiographie des grands bouleversements sociaux et géopolitiques de l’âge du nouvel impérialisme des années 1870-1914 fait aujourd’hui généralement remonter la naissance de la mondialisation économique au Congrès de Berlin de 1885. Sir Frederick John Dealtry Lugard expliquait dès 1922 dans son ouvrage classique sur l’empire africain de la Couronne que l’ouverture de l’Afrique aux appétits des puissances européennes avait créé une forme de proto-mondialisation économique avant l’heure (Lugard, 1922 : 19-20). En effet, les Britanniques avaient su créer des « Nations Unies de Grande-Bretagne » (Lugard, 1922 : 40-1) en unissant les différentes composantes de leur empire grâce à une gestion pragmatique et originale, basée avant tout sur l’échange et l’investissement.

2À l’évidence cependant, impérialisme et mondialisation économique sont deux concepts qui, s’ils semblent se confondre dans leurs finalités à la fin du XIXe siècle, se différencient l’un de l’autre dans leurs moyens. René Girault établit cette différence par une formule subtile : la mondialisation des années 1870-1914 viserait le « partage des affaires » en s’opposant à un impérialisme ayant pour fin le « partage du monde » (Girault, 1997 : 299-301). D’aucuns rêvaient en effet à un monde globalisé où frontières et intérêts nationaux s’effaceraient derrière les liens financiers et commerciaux des grandes entreprises capitalistes aux visées internationales. Les capitalistes allemands, français ou anglais auraient intérêt à s’entendre, et les crises militaires deviendraient par trop coûteuses socialement et financièrement aux États nations européens pour que l’un ou l’autre des acteurs de la première mondialisation n’ose déclencher un conflit qui mettrait en péril ses propres marchés (Berger, 2003, 80-8).

3Un débat secouera le monde occidental dans les années précédant directement la Première Guerre mondiale. Dans The Great Illusion (1910), le journaliste anglais Norman Angell prévoyait une forme de « fin de l’histoire » façon Fukuyama où, non pas l’extension de la démocratie libérale au-delà de ses frontières traditionnelles occidentales, mais la globalisation des intérêts économico-financiers capitalistes, promettait une paix mondiale durable (Fukuyama, 2006 : xi-xxiii). L’internationalisation des intérêts financiers européens s’opposait en théorie à la compétition impériale à laquelle se livraient les acteurs de cette première mondialisation. En théorie seulement, car, si sur le papier les armes des capitalistes se trouvaient être les taux d’intérêt et les investissements directs, dans la pratique « le commerce menait à la guerre et la guerre engendrait le commerce », pour reprendre une célèbre formule de l’historien anglais John Seeley (1884 : 122).

4La science géopolitique qui n’en était au début du XXe siècle qu’à ses balbutiements s’appropriera très largement ce débat, et nous verrons que l’histoire donna plutôt raison aux penseurs de l’empire qui prévoyaient la guerre pour des raisons de conflits d’intérêts qu’aux partisans de la première mondialisation qui envisageaient une paix bien illusoire en 1910 : perdre de vue le fait que le drapeau suivait le commerce fut pour les capitalistes européens une erreur funeste (Girault, 1997 : 293-4).

5Le premier véritable « géopoliticien » britannique – le terme n’existe pas encore au début du XXe siècle –, Halford John Mackinder, expliquait ainsi que les moyens de communications et de transport modernes avaient uni le monde dès la fin du XIXe siècle. L’Europe et l’Asie ne formaient plus qu’une « Île-Monde » – ou « World-Island » – géographiquement cohérente, qu’une seule puissance, suffisamment organisée et armée, pourrait contrôler (Mackinder, 1919 : 62). Une paix durable ne pourrait alors naître que si une nation démocratique et libérale comme la Grande-Bretagne se donnait les moyens de contrôler stratégiquement cette « Île-Monde », fermant ainsi la porte aux espoirs hégémoniques de nations autocratiques telles que l’Allemagne ou la Russie. Dans ce concept de globalisation stratégique, les formes de domination impériale, dont il sera question dans les pages qui suivent, jouaient un rôle prépondérant : la Grande-Bretagne et son système d’impérialisme maritime décentralisé et non-assimilationniste était vu comme seul à même de garantir aux peuples du continent euro-asiatique paix et stabilité, politique comme économique (Arendt, 1985 : 215-25).

6Aujourd’hui, comme l’écrit la politologue étatsunienne Suzanne Berger, certains enthousiastes de la mondialisation pensent qu’une nouvelle « Île-Monde » vient de naître sous l’égide des nations occidentales les plus avancées. Ainsi, selon Kenichi Ohmae dans The Borderless World (1990), une « Île » unie par des liens non plus géographiques, mais strictement économiques aurait pris le relais de structures nationales vieillissantes :

« Plus vaste qu’un continent, est en train d’émerger une Île (…) : elle a presque fait disparaître les traditionnelles frontières nationales, reléguant les bureaucrates, les politiciens et les militaires au rang des industries en déclin. (cité dans Berger, 2003 : 13) »

7Dans cette « Île », à en croire Kenichi Ohmae, la paix des peuples se verrait garantie par l’union des intérêts capitalistes mondiaux, à l’instar de ce que les premiers partisans d’Angell semblaient penser en 1910. Un autre enthousiaste de la globalisation économique actuelle, le journaliste étatsunien Thomas L. Friedman, va encore plus loin dans la réutilisation d’anciens concepts géopolitiques hérités de l’âge des impérialismes et de la première mondialisation des années 1870-1914. Il puise lui aussi son inspiration chez le géographe-géopoliticien Mackinder, qui, dans un article intitulé The Geographical Pivot of History (1904), divisait l’histoire en trois grandes périodes :

  • pré-colombienne, s’étalant de l’antiquité au XVIe siècle ; une époque instable et menaçante au cours de laquelle l’Europe avait dû faire face aux invasions venues d’Asie ;

  • colombienne, celle des grandes découvertes des années 1500-1900, où l’Europe avait conquis le monde ;

  • post-colombienne, celle du début du XXe siècle, marquée par la raréfaction des territoires restant à conquérir, et qui semblait annoncer une nouvelle ère de bouleversements pour l’Europe. Cette fois, la menace ne venait plus d’Asie, mais de l’intérieur même du continent, la recherche de territoires menant à des frictions internationales (Mackinder, 1919 : 241-5).

8Friedman pense à son tour que l’histoire, non plus celle des conflits mondiaux, mais de la lutte pour l’hégémonie économique mondiale, se divise en trois périodes reprenant sensiblement les concepts de la géopolitique impériale britannique :

  • une « mondialisation 1.0 » vit ainsi les nations se lancer dans la conquête économique du monde. Il s’agit là du premier âge des impérialismes européens ou, pour Friedman, d’une mondialisation de type nationaliste ;

  • une « mondialisation 2.0 » vit ensuite les grandes entreprises multinationales prendre le relais des intérêts nationaux. Il s’agit du nouvel âge des impérialismes européens, notamment mis en évidence par les conquêtes gagnées par le biais de compagnies à charte tout au long des XVIIIe et XIXe siècles en Angleterre ;

  • enfin, moins intéressant pour notre propos, une « mondialisation 3.0 » où l’individu par le biais des moyens de communication modernes des années 2000 prendrait le relais des multinationales (Friedman, 2006 : 9-10).

9Il ressort de ces rapides comparaisons entre ceux qui croyaient en l’empire et ceux qui croyaient – ou croient – en une économie globalisée une certaine conjonction des moyens, voire des buts de l’impérialisme et de la mondialisation économique. L’unification des intérêts économiques – fruits de l’impérialisme et de la mondialisation – amènerait une unification géographique du monde et par là même une paix durable. Mais alors que la théorie semble prometteuse, il est aisé de comprendre qu’en pratique, la conquête de marchés ne peut se faire que par l’élimination des concurrents : dans le monde de 1900 où le drapeau suit le commerce, le « partage des affaires », surtout quand il s’appuie sur les moyens armés des puissances impériales européennes, peut difficilement dépasser le stade du vœu pieux.

10Notre propos ici ne sera pas de remonter aux sources de la mondialisation, mais de tenter de dégager, à travers l’histoire, un tableau des comportements impériaux de la Couronne liant l’expansion physique à l’extension de valeurs philosophiques et économiques. Nous rechercherons ainsi dans les moments de contacts intenses entre deux mondes qui s’ignoraient certains traits communs. Nous verrons par exemple que nombre de conceptions héritées des grandes découvertes se retrouvent dans la période du nouvel âge des impérialismes, qui est aussi celui de la première mondialisation. À travers la vision de quelques-uns des acteurs politiques de notre époque, nous verrons que mondialisation et concepts impérialistes peuvent parfois se confondre. La mondialisation ne serait-elle alors que la poursuite de vieilles politiques par d’autres moyens ?

1. L’empire comme réaction face à l’étranger

11L’historien William Roger Louis dans le premier volume de l’Oxford History of the British Empire ou, plus proche de nous, Tzvetan Todorov dans La Conquête de l’Amérique explique qu’étudier l’impérialisme britannique revient à tenter de comprendre comment la Couronne se comporta lorsqu’elle rencontra des peuples et des territoires inconnus (Todorov, 1982 : 12 ; 71). En ce sens, l’empire serait l’une des formes sous lesquelles se manifeste le contact entre deux civilisations étrangères.

12Cependant, Edward Said, mieux que quiconque, montra dans Orientalism à quel point le discours colonialiste avait façonné une image de l’Orient correspondant aux velléités expansionnistes européennes (Said, 1979 : 31-49). Dans un livre d’entretiens publié en 2003, Said revenait sur ce besoin de connaissance entretenu par l’Occident vis-à-vis de l’Orient. À partir de l’exemple du traitement de la dictature de Saddam Hussein, qu’il condamne, par les médias aux États-Unis, Said écrit : « It’s a form of arrogance and obviously of contempt. I think there’s an attempt on the one hand to demonize, and trivialize him, and on the other hand to show that familiarity breeds contempt » (Said, 2003 : 165). Or, ces trois éléments, arrogance, soif de connaissances – familiarity –, et volonté de diaboliser l’autre seront précisément constitutifs des contacts créés par l’empire, puis par l’économie mondialisée du nouvel impérialisme « informel » britannique de la seconde moitié du XIXe siècle.

13Rappelons, comme le souligne Suzanne Berger, qu’à la fin du XIXe siècle en Europe, impérialisme et mondialisation se confondent (Berger, 2003 : 27-31). Les moyens d’expansion des nations impérialistes européennes passent alors, en Chine, en Inde, ou dans l’Empire ottoman, par la toute-puissance de leur économie, et notamment par leur capacité à octroyer des prêts bancaires aux trois grands empires vieillissants d’Orient (Girault, 1997 : 316-28). Le cas de la Turquie ottomane est à ce titre un exemple édifiant, l’Allemagne, la France et l’Angleterre se livrant à une guerre froide du crédit pour voir s’accroître leur influence dans la zone hautement stratégique des détroits et du canal de Suez. Cependant, les histoires les plus symptomatiques de la collusion des intérêts de l’impérialisme et de la mondialisation sont celles des textiles indiens et des guerres de l’opium contre la Chine.

14Dans le premier cas, les matières premières achetées en Inde à bas coût sont transformées en Angleterre puis revendues aux Indiens pour un prix dérisoire grâce aux principes du libre-échange adoptés dans les années 1846-1852, ruinant ainsi l’économie locale en octroyant aux capitalistes anglais des marges considérables. Ce modèle économique de l’échange comparatif ricardien précéda la mise sous tutelle de l’Inde par le gouvernement britannique en 1858 (Berger, 2003 : 54-5). Dans le second cas, les guerres de l’opium (1839-1842 ; 1856-1858), ce furent les moyens de l’impérialisme britannique qui prêtèrent leur bras armé aux capitalistes, en forçant la Chine à ouvrir ses marchés au commerce de l’opium (Johnson, 2003 : 18-23). Les contacts entre l’Orient et l’Angleterre étaient alors le produit conjugué des intérêts nationaux et particuliers.

15John Seeley dans son Expansion of England utilisait pour expliquer ce moment du contact une analogie que nous allons sciemment moderniser et adapter à l’imagerie populaire contemporaine. Le grand historien imaginait quel aurait pu être la destinée impériale de la Grande-Bretagne si elle avait trouvé le Nouveau Monde semblable à l’Ancien : l’Amérique serait-elle devenue une nouvelle Chine – hermétiquement close aux idées et aux produits européens – ou un nouveau Japon – ouvert aux influences étrangères et prêt à s’adapter aux formes du modernisme présentes en Europe (Seeley, 1884 : 111-2)?

16Notre propos étant ici d’étudier la conception, et non la réception, des idées impérialistes, il ne nous appartient pas de chercher à comprendre comment une Amérique semblable à l’Europe aux plans industriel, militaire ou politique aurait pu réagir face à l’arrivée des Espagnols, des Hollandais, des Français, des Portugais ou des Anglais. Nous nous interrogerons à l’inverse sur les possibles réactions de l’Europe si celle-ci s’était vue successivement confrontée à une Amérique vide, une Amérique faible, ou une Amérique supérieurement organisée.

17À l’évidence cependant, les réceptions de l’impérialisme et de la mondialisation économique peuvent difficilement être mises sur un pied d’égalité, tant ces deux concepts connurent une évolution historique différente. Pour reprendre les idées de René Girault déjà évoquées en introduction, le « partage du monde » – but final de l’impérialisme – et le « partage des affaires » – but de la première mondialisation – ne se confondent réellement qu’avec la montée en puissance de l’Allemagne au congrès de Berlin de 1885. Une forme d’entente se met alors en place pour le partage du monde, mise en évidence lors du « Scramble for Africa » lorsque Français, Allemands, Belges et Britanniques s’accordent sur le découpage du continent africain en sphères d’influence (Lugard, 1922 : 9-31). Avant cette date, il semble difficile de parler de mondialisation, tant la lenteur relative des moyens de communications et de transport entravait l’internationalisation des échanges de capitaux et des crédits. Cette précision faite, la première mondialisation se greffa directement sur les jalons posés par les impérialismes européens des années 1880, même si parfois les intérêts divergent. Ainsi en Chine en 1900, les voix impérialistes défendent l’idée d’un découpage en zones d’influence, peu propice cependant à l’avancée des intérêts bancaires, très largement internationalisé du fait des sommes alors en jeu (Girault, 1997 : 318-22). Toutefois, la visée internationaliste qu’incarnait alors la première mondialisation aux yeux de certains pouvait faire apparaître le commerce comme un remède aux frictions impliquées par les luttes territoriales. C’est ainsi qu’à la veille de la Première Guerre mondiale, un journaliste britannique comme Norman Angell pouvait écrire :

« les intérêts financiers internationaux sont si intimement liés à ceux du commerce et de l’industrie, qu’un conquérant ne peut pas plus toucher au commerce de l’ennemi qu’il ne le peut à ses propriétés particulières. [La] guerre ne peut plus prétendre qu’elle assure la survivance du plus fort ; dans les conditions modernes, elle amène au contraire la survivance du plus faible, puisque ce sont les forts qui périssent (Angell, 1913 : 30 ; 32). »

18Cette vision très idéalisée du commerce mondialisé passait sous silence une réalité historique qui voulait que le commerce suivît toujours le drapeau… et inversement. Ainsi, pour schématiser la montée en puissance de ce moment de l’histoire de l’homme où commerce mondialisé et empire se donnent la main, imaginons une flotte entière d’engins spatiaux en route pour une planète inconnue et demandons-nous quelle serait la réaction des généraux commandant cette armada face à des habitants totalement inconnus qu’ils ne s’attendaient pas forcément à trouver.

19Deux cas d’école se présentent alors : les habitants de la planète inconnue sont jugés par les terriens qui les contemplent pour la première fois comme leurs inférieurs, et ce pour autant de raisons qu’il existe de conquérants – parce que leurs techniques sont moins avancées, parce que leurs modes de vie sont rustiques, parce que leurs mœurs leur paraissent scandaleuses, parce que leurs préceptes religieux leur paraissent dépassés ou « barbares », parce que leur peau est plus sombre que celle des Européens, voire même parce que leur nourriture leur semble indigne d’êtres humains (Levine, 2007 : 48). Pour les généraux qui les contemplent pour la première fois, les locaux sont un obstacle au développement de cette planète si prometteuse, pour laquelle ils ont fait tant de chemin. Les êtres que découvrent les généraux sont à leurs yeux à peine humains, puisqu’ils ne se comportent pas comme tels. Ils sont semblables à ce que sur terre les généraux appellent des « animaux ». Ce sont des créatures difformes et maléfiques, probablement sous l’emprise d’une quelconque forme de force supérieure maléfique inconnue sur la terre. D’inférieurs, les « autres » deviendront vite dangereux, voire animés de desseins malfaisants. Bientôt, l’autre devient une menace qu’il conviendra d’éliminer.

20Imaginons cependant que les généraux de la terre découvrent une planète en tous points similaire à la leur, organisée en États, en armées et en alliances, une planète si puissante qu’il faudrait, pour espérer y obtenir une base ou une station permanente, que les gouvernements de la terre prennent le risque de se ruiner et de s’affaiblir durablement. Car oui, sur terre, les guerres et les crises se poursuivent aussi. Dans ce cas, les généraux ne seraient-ils pas tentés d’aller en paix, d’apporter un message d’amour et de concorde pour se faire accepter, fut-ce sur un espace réduit ?

21Remplaçons maintenant la flotte de vaisseaux spatiaux par une flotte de vaisseaux royaux, les généraux par des amiraux et les terriens par des Anglais, des Français, des Espagnols, des Allemands et des Russes – principalement – et la terre par l’Europe. Dans le premier cas, l’armada est espagnole et la planète inconnue sud-américaine.

22Les premiers arrivants espagnols dans le Nouveau Monde découvrirent là des hommes dont les mœurs et les modes de vie n’avaient rien de commun avec ceux de l’Europe du XVIe siècle. Si l’image de flottes de vaisseaux spatiaux peut sembler exagérée, car faisant appel à la culture populaire de notre XXIe siècle, elle n’est pourtant en rien déplacée. Todorov lui-même utilise cette image, en comparant les Espagnols en Amérique à des « extra-terrestres » face à un peuple totalement inconnu (Baudot, 2009 : 370). Les récits aztèques de la conquête espagnole abondent en outre de références aux conquistadors venant du ciel, à Cortès comparées à un « dieu » descendu, ou revenu, sur terre pour réclamer ses dominions perdus (Baudot, 2009 : 63 ; 81). Il est impératif, pour comprendre le mécanisme des premières formes continentales que revêtit l’impérialisme moderne, de saisir l’ignorance absolue que les Européens avaient de leurs futures colonies.

  • 1 Voir par exemple sur chacun de ces points : (Cortès, 1996 : 67-9 ; sur les mœurs ; 130-1 sur la rel (...)

23Cortès dresse un tableau particulièrement édifiant de la vision que les colons espagnols entretinrent des premiers Indiens qu’ils découvrirent. Au chapitre des mœurs, l’homosexualité, les pratiques « sodomites » des Indiens, ainsi que la grande promiscuité entre hommes et femmes dont les colons européens sont pourtant bien heureux de profiter font l’objet de nombreux développements. La religion des Indiens, en sus des pratiques sacrificielles des Aztèques et des Mexicains, fut bien entendu condamnée par des colons qui se revendiquaient comme appartenant à l’armée de Jésus-Christ venue apporter le salut des âmes indiennes dans ce Nouveau Monde. La blancheur de la peau est aussi un critère de distinction complexe exploité par les Espagnols pour affirmer leur supposée « supériorité »1. Certains critères physiques, comme la « difformité » des Indiens ou leur nourriture sommaire tendent à assimiler les populations du Nouveau Monde à des animaux (Cortès, 1996 : 65). Pour les Espagnols, la nourriture indienne est la même que celle de « bêtes », ce qui, par le biais d’un syllogisme discutable, assimile les Indiens eux-mêmes à des « bêtes » (Todorov, 1982 : 191).

24De fait les Espagnols, animés tant par la soif de l’or que par celle du salut de l’âme dans l’au-delà, véhiculeront aussi l’image d’un Nouveau Monde peuplé d’idolâtres. Les religions polythéistes sont condamnées, mais les Espagnols sont surtout offusqués par les pratiques sanguinaires et cruelles des rites aztèques et mexicains. Les Espagnols qui découvrent ces pratiques semblent sérieusement penser que le Nouveau Monde est sujet à des forces maléfiques. Les Indiens seraient les jouets du démon ou du diable, autant de termes à ce point abondants dans les récits des conquêtes espagnoles qu’il n’est possible que d’en donner un bref aperçu (Baudot, 2009 : 197 ; 257 ; 268 ; 284 ; 298 ; 304 ; 308 ; 343 ; Todorov, 1982 : 193-6 ; 258 ; 263-5 ; 286-7 ; Bhabha, 1994 : 94-5). Les Indiens seraient des « bêtes », mais « maléfiques » encore. Et bien entendu, si les conquistadors réussissent à faire croire à l’opinion publique et à l’Église en Europe que les Indiens ne sont pas des hommes, alors les Espagnols ne sont pas des meurtriers lorsqu’ils conquièrent dans le sang ce Nouveau Monde.

25Très vite pourtant, comme le démontrent les débats qui opposèrent Las Casas à Sepulveda en Espagne, lorsque les Européens comprirent que les colons étaient bel et bien des meurtriers, il fallut adapter les justifications à la conquête. Les Indiens n’étaient alors plus des bêtes, mais des hommes sous-évolués qu’il fallait aider. Pour enseigner les bonnes mœurs, il fallait montrer l’exemple, et pour montrer l’exemple, il fallait plus d’hommes. Des peuples furent exterminés – pas moins de 90% de la population américaine disparut entre 1500 et 1600, à cause des maladies, des guerres et du travail forcé (Todorov, 1982 : 170). Mais cet impérialisme de l’ère pré-industrielle fit long feu, dans certaines mesures, dès qu’il fut confronté à une opinion publique européenne plus humaniste et plus instruite, et surtout dès qu’il fut confronté à des sociétés capables de lui opposer une véritable résistance armée.

26D’autres explorateurs d’origine européenne contribuèrent à véhiculer des populations premières une image de singulière « infériorité ». Plus au nord et plus tard, l’expédition commandée par Thomas Jefferson entre 1804 et 1806 pour établir une première reconnaissance de pas moins des deux tiers des États-Unis tout juste rachetés à la France napoléonienne reprendra certaines images utilisées par Cortès presque 300 ans plus tôt. La promiscuité dans laquelle les Américains et les quelques Français de l’expédition Lewis et Clark se vautrent, au prix de l’explosion des maladies vénériennes toujours attribuées aux Indiennes, la « sauvagerie » ou la cupidité des tribus rencontrées semblent être des traits caractéristiques de ces peuples qui n’ont pas encore connu la civilisation européenne (De Voto, 1997 : 55-86). Deux différences de taille séparent cependant ce proto-colonialisme américain des troupes de Cortès : les buts de l’expédition premièrement, qui ne sont que scientifiques et cartographiques, et la taille ensuite. La quelque poignée d’aventuriers envoyée par Jefferson ne peut se permettre le luxe de massacrer les tribus qui se dressent sur son chemin, sachant qu’Américains et Indiens, à mesure que la frontière progressera vers l’ouest, devront cohabiter de gré ou de force – surtout de force. De plus, les Américains savent qu’ils sont officiellement « chez eux » et que les Indiens ne sont, entre le Pacifique et le Mississippi, que tolérés. Les Espagnols, eux, étaient de véritables conquérants en terre inconnue et étrangère, c'est-à-dire susceptible de leur être contestée par les armes par une autre puissance européenne.

27Car, pour reprendre notre analogie des terriens découvrant une planète inconnue et lointaine, avec l’impérialisme de l’ère industrielle des années 1850-1950 dominé par les Britanniques, les Français, les Russes et, sur le tard, les Allemands, l’extermination pure et simple n’est plus de mise. Là, les « terriens » furent confrontés à des sociétés puissantes et organisées. Cortès avait pu vaincre facilement, à tout le moins rapidement les armées de Moctezuma au Mexique, car les territoires par lesquels il passa étaient fortement désorganisés. Les alliances locales étaient faibles et fragiles, et les rancunes entre les différentes républiques aztèques et mexicaines étaient facilement exploitables. Mais la situation dans laquelle se trouvèrent les grandes puissances industrielles du XIXe siècle n’avait alors plus rien de comparable, que ce soit en Afrique, dans le monde musulman, en Inde ou en Asie du Sud-est. Il existait partout dans ces régions des sociétés plus structurées, mieux armées ou ayant lié de solides alliances locales. La concurrence entre les grandes puissances elles-mêmes ainsi que le rôle de plus en plus important de l’opinion publique et de la diplomatie étaient autant de facteurs qui militaient contre l’adoption d’un impérialisme d’extermination.

28Alors, certains, comme les Français puis surtout les Russes et les Allemands se contentèrent d’adapter le vieil empire continental de type « espagnol » aux données de l’ère industrielle. Les peuples ne seront plus totalement exterminés physiquement, mais culturellement. Leurs sociétés seront transformées en profondeur par le colonisateur pour permettre à celui-ci de justifier sa présence physique et l’exploitation des richesses à laquelle il se livre. Mais d’autres, comme les Britanniques, choisirent de limiter autant que possible leurs contacts avec les populations de leur empire aux domaines politiques et économiques.

2. Pour une typologie de l’empire

29Si l’on accepte le postulat selon lequel l’empire serait le résultat de la rencontre de deux cultures et l’impérialisme un indicateur de la façon dont se comportent certaines nations vis-à-vis d’autres sociétés, une typologie de ces réactions de l’ère moderne peut apparaître sous la forme suivante, nécessairement schématique et évolutive.

30Une première forme d’empire, que l’on qualifiera de continentale, voit la société extérieure comme indigne d’être jugée humaine. La réaction de la puissance coloniale sera l’extermination de l’autre, sa réduction à l’esclavage et son remplacement par une population coloniale d’origine européenne ou éduquée par les Européens. La société originelle est littéralement effacée de l’histoire. Cortès et ses successeurs prirent à ce titre soin de se livrer à de grands autodafés pour effacer de la mémoire collective les rites qu’ils jugeaient impies et démoniaques : les peuples, leur histoire et leur mémoire sont exterminés par le colon. C’est l’exemple classique de l’Espagne coloniale, même s’il est possible de voir dans la géopolitique nazie – voire à certains égards stalinienne – une résurgence de ce type de vision, avec son appareil pseudo-scientifique destiné à rabaisser l’autre à une condition « animale » indigne de cohabiter avec un peuple colonisateur soi-disant « supérieur ».

31À cette première forme continentale de l’empire succéda une simple adaptation dite formelle et assimilationniste des relations entre l’Europe et ses dépendances. Le but poursuivi par la nation impérialiste est ici de recréer des micro-sociétés calquées sur le modèle de la métropole impériale. Les populations locales ne seront plus détruites physiquement, mais les superstructures intellectuelles et culturelles seront transformées en profondeur pour permettre au colonisateur d’investir les lieux et de faire accepter sa présence. L’armée sera omniprésente, tout comme l’administration et le commerce. Les Britanniques avant le XIXe siècle dans leurs colonies de peuplement au Canada, en Australie, en Nouvelle-Zélande se trouvent au croisement du premier type d’impérialisme et celui-ci, puisque les populations locales ne seront pas à proprement parler exterminées, mais très largement marginalisées et dépossédées de leurs terres. Tocqueville dans ses lettres sur L’Algérie, mettait précisément en avant la précédence du militaire et de l’administratif dans la mise en place du modèle colonial français (Tocqueville, 2003 : 15-6 ; 94-5 ; 175-6 ; 280-2). Les Français en Afrique et en Asie, les Russes en Asie centrale ou les Allemands en Afrique en revanche s’inscrivent directement dans cette conception de l’empire.

32Enfin, dernier grand type de concept impérial, celui que les Britanniques mirent en place dans leurs colonies à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. Après 1858 et l’officialisation des velléités britanniques en Inde, où la Couronne prit le relais de la Compagnie des Indes Orientales dans la gestion du Sous-continent, l’empire prit une forme désincarnée. L’armée et l’administration, postes de dépenses jugés par trop coûteux par les avocats du libre échange anglais, devaient alors céder la précédence à l’économie et au commerce. De par sa situation géographique, sa démographie et ses choix stratégiques, la Grande-Bretagne ne pouvait se permettre d’entretenir une armée d’occupation sur le modèle russe ou français.

33À l’inverse des empires continentaux qui voyaient dans les pouvoirs locaux autant de menaces potentielles à leur présence, l’empire maritime britannique choisit sciemment de se faire discret et de s’appuyer sur les réseaux administratifs déjà existants. La Couronne espérait ainsi atteindre ses buts très pragmatiques de minimisation des coûts de la gestion et de la défense de l’empire, puisque les dépenses de l’administration et de l’armée revenaient en grande partie aux colonies. La Grande-Bretagne, elle, voyait son rôle comme consistant à s’assurer que les rouages de cette entreprise soient bien huilés et que les dividendes tombent à chaque échéance. Cette conception pragmatique, entrepreneuriale et libérale donna naissance à des images telles que celle du « tuteur », du « médecin » ou d’un empire de gentlemen, mais certainement pas à celle du soldat ou du conquérant. Le modèle britannique est celui de la Grèce antique, pas celui de Rome (Seeley, 1884 : 9-25).

Conclusion : Du réemploi du discours impérial à l’heure de la première mondialisation

34De ces trois grands types d’impérialisme, seuls les deux derniers furent appliqués de manière quasi-systématique en dehors de l’Europe même à partir du XIXe siècle. La relation entre la première mondialisation et l’impérialisme se construisit essentiellement sur la base du troisième type d’empire, le nom « d’empire informel » britannique en Argentine au milieu du XIXe siècle n’étant par exemple rien d’autre qu’une occurrence de cette économie mondialisée, basée sur l’emprunt et les investissements. En Orient, l’histoire des relations entre l’Europe et la Turquie ottomane, avec pour point d’orgue l’occupation anglaise de l’Égypte de 1882, appartient à ce moment où impérialisme et mondialisation économique marchaient main dans la main. Car si les moyens du bombardement d’Alexandrie et de l’occupation égyptienne étaient bien ceux de l’impérialisme triomphant – à savoir, les canons de la Royal Navy –, les justifications de ces faits d’armes étaient, elles, à rechercher du côté des capitalistes anglais et français.

35La France et l’Angleterre s’entendaient depuis le milieu du XIXe siècle pour conserver la Turquie, l’homme malade de l’Europe, sous la dépendance du système bancaire anglo-français par le biais d’une Caisse de la Dette Publique. Il était aisé d’obtenir certaines faveurs sous la menace de voir grimper les taux d’intérêt ou de voir certains emprunts refusés (Porter, 1999 : 657-8). Le défaut de paiement servira de justification à la mise sous tutelle de l’Égypte par la Grande-Bretagne malgré l’opposition de la France. Mais là encore, le capitalisme mondialisé français floué en Égypte trouvera, par le biais de l’extension des prétentions coloniales de Paris au Maroc, de quoi se consoler. D’autres aventures capitalistes se transformèrent en incursions impériales : le chemin de fer de Bagdad de la première décennie du XXe siècle vit par exemple l’Allemagne se rapprocher de Constantinople par le biais de ses institutions financières. L’Allemagne acceptait de prêter à la Turquie, en échange de quoi cette dernière pouvait maintenir l’illusion de sa grandeur alors même que les Allemands prenaient pied le long de la route des Indes, entre les détroits et le golfe Persique. In fine, contrairement aux prédictions de Norman Angell évoquées plus avant, les armes eurent raison des banques, puisque l’Empire ottoman qui avait rejoint l’Allemagne en 1914 fut démantelé au profit de l’Empire britannique en 1919.

36La première mondialisation des années 1880 présenta en Grande-Bretagne certains traits hérités des impérialismes des trois siècles précédents, tels le libre-échange, le recours à la puissance maritime ou une forme subtile de fierté raciale (Churchill, 1908 : 47), comme il était possible de le lire à l’époque. Toutes ces caractéristiques de l’empire surent se conjuguer pour former un système économique mondialisé efficace reposant sur l’importation depuis les colonies de matières premières bon marché revendues à prix d’or après transformation en Grande-Bretagne à ces mêmes colonies (Seeley, 1884 : 94-6). Le libre-échange assurait le dynamisme du commerce extérieur britannique. La Royal Navy en assurait la sécurité. Enfin, la fierté raciale savait se faire fierté de classe en métropole, assurant ainsi à l’ensemble du système une stabilité étonnante pour l’Europe de l’époque.

37Mais plus encore que les chiffres du commerce, les mots employés par les acteurs de la première mondialisation montrent une certaine constance entre les conceptions nées avec la découverte de l’Amérique et celles qui furent appliquées pour conquérir les marchés des années 1880-1914. Nous avons utilisé l’imagerie propre aux romans de science-fiction pour expliciter la vision du Nouveau Monde par l’Ancien. Peut-être pourrait-il nous être reproché de vouloir simplifier à l’extrême des concepts compliqués, aux influences multiples. Niall Ferguson, dans une étude publiée en 2011 portant précisément sur la conjonction du développement de la première mondialisation et de l’apogée de l’Empire britannique, explique que l’empire et le commerce furent en leur temps, entre les années 1890-1900, comparables à la conquête de l’espace (Ferguson, 2011 : 32-4, 100 ; 219).

38En 1908, Churchill, alors libéral parce que favorable au libre-échange – les Conservateurs s’étaient divisés en 1905-1906 sur la question du retour au protectionnisme, ce qui leur avait valu une défaite mémorable –, se rend en Afrique pour remonter les sources du Nil et étudier les possibilités de colonisation par les Européens des terres allant de l’Ouganda au Soudan. Le commerce revêt à l’évidence une place importante dans ce contexte, puisque sans lui, point d’intérêt à s’installer dans des territoires où les conditions de vie d’alors étaient pour le moins difficiles.

39La rencontre impromptue de trois groupes d’individus – des Kikuyus, des Swahilis et des Britanniques – est l’occasion pour Churchill de se livrer à une étude comparative de trois civilisations distinctes. Les Kikuyus, noirs de peau, représentent une civilisation africaine traditionnelle, celle, pour Churchill, des chasseurs-cueilleurs. Les Swahilis, d’origine arabe, sont des marchands itinérants quadrillant la plupart de l’Est africain. Enfin, les Européens, blancs de peau, représentent l’empire, le progrès et le commerce – déjà – mondialisé. Cette rencontre fait naître une réflexion liant le degré de « civilisation » à la position géographique des peuples : du nord au sud, à mesure que la couleur de peau s’assombrit, la civilisation semble disparaître chez Churchill :

« I reflected upon the interval that separates these two races [Kikuyus and Swahilis] from each other, and on the centuries of struggle that the advance had cost, and I wondered whether that interval was wider and deeper than that which divides the modern European from them both; but without arriving at any sure conclusion (Churchill, 1908 : 43). »

40Se retrouve ici une image de l’échelle des civilisations à teneur hautement raciale – raciste ? –, doublée cependant d’une évaluation du progrès en fonction des capacités à organiser le commerce. Et Churchill d’enfoncer le clou sur une note que les conquistadors, s’ils avaient vécu au XXe siècle, auraient pu reconnaître : les Européens en Ouganda étaient selon lui aussi supérieurement organisés par rapport aux populations locales que les Martiens de Wells auraient pu l’être pour les Européens (Churchill, 1908 : 125).

41Sur un tout autre plan, si l’on suit la distinction entre première et seconde mondialisations établie par Suzanne Berger dans Notre Première mondialisation : Leçons d’un échec oublié, Churchill dans son essai sur l’Afrique en appelait à une réévaluation de l’impérialisme coopératif et économique de la Couronne. Selon Suzanne Berger en effet, la première mondialisation fut celle de la mobilité des travailleurs, alors que « notre » mondialisation serait celle de la mobilité des producteurs (Berger, 2003 : 9-10). Or Churchill en 1908, en partie pour pallier les errances de ce qu’il concevait comme une échelle des civilisations, proposait de réorganiser certaines sociétés coloniales britanniques en Afrique subsaharienne. Pensant l’homme blanc inadapté au climat physique et social de l’Afrique de l’est, il ne pensait pas que l’établissement de colonies blanches sur le modèle des 13 colonies, du Canada ou de l’Australie pût être viable. Pour autant, il ne voyait qu’un grand gâchis dans l’empire économique et stratégique établi sur la côte est-africaine – en Ouganda principalement –, tant la Couronne s’était là-bas désintéressée du développement intérieur pour se concentrer sur le littoral. Churchill, suite à sa remarque sur les intervalles temporels séparant l’homme noir de l’homme blanc, se proposait de réorganiser l’échelle des civilisations sous la forme d’une pyramide sociale.

42Celui qui n’était en 1908 que Sous-secrétaire d’État aux colonies proposait alors de conjuguer les intérêts de l’empire et de la mondialisation au sein d’une société multiraciale fortement hiérarchisée aux plans socio-économiques. Ne croyant pas l’homme noir capable d’assumer la charge de son propre développement, mais pensant l’homme blanc inadapté à la vie en Afrique de l’Est, Churchill proposait d’importer une population médiane, ni noire, ni blanche, pour jouer le rôle d’intermédiaire du progrès en Ouganda. Des travailleurs indiens rompus aux méthodes industrielles et aux pratiques commerciales britanniques, mais, selon Churchill, adaptés à des modes de vie comparables à ceux de l’Afrique, seraient transportés vers les colonies africaines pour jouer le rôle de classes intermédiaires (Churchill, 1908 : 47-65). Ainsi de nouvelles sociétés verraient le jour où, du bas en haut de l’échelle – devenue pyramide – du progrès, l’homme noir constituerait la classe la plus nombreuse, celle des ouvriers, où les Indiens formeraient la classe moyenne commerçante et où, enfin, l’homme blanc, en nombre extrêmement restreint, assumerait le rôle d’administrateur colonial et de chef d’entreprise – élites politique et économique. En somme, une synthèse parfaite entre les conceptions à forte connotation raciste de l’empire des colonies de peuplement et celles de la recherche du profit maximal de la première mondialisation.

Haut de page

Bibliographie

Angell, N. (1911). La Grande illusion, Paris, Nelson.

Arendt, H. (1985). The Origins of Totalitarianism, New edition with added prefaces, San Diego, New York, London, Harcourt.

Bhabha, H. K. (1994). The Location of Culture, London, Routledge.

Baudot, G. et T. Todorov (dir.) (2009). La Conquête : Récits aztèques, Paris, Seuil.

Berger, S. (2003). Notre Première mondialisation : Leçons d’un échec oublié, Trad. Richard Robert, Paris, Seuil.

Churchill, W. S. (1908). My African Journey, London, Hodder and Stoughton.

Cortès, H. (1996). La Conquête du Mexique, Paris, La Découverte.

Cottret, B. (2010). Karl Marx: Une Vie entre romantisme et révolution, Paris, Perrin.

Courbage, Y. et E. Todd (2007). Le Rendez-vous des civilisations, Paris, Seuil.

De Voto, B. (ed.) (1997). The Journals of Lewis and Clark, Boston, New York, Houghton Mifflin.

Ferguson, N. (2011). Civilization: The West and the Rest, London, Allen Lane.

Friedman, T. L. (2006). The World Is Flat: The Globalized World in the Twenty-First Century, Updated and expanded ed. London, Penguin.

Fukuyama, F. (2006). The End of History and the Last Man, New ed. New York, Free Press.

Girardet, R. (1972). L’Idée coloniale en France de 1871 à 1962, Paris, Hachette.

Girault, R. (1997). Diplomatie européenne: Nations et imperialisms, 1871-1914, Histoire des relations internationales contemporaines, tome 1. Paris, Payot.

Hobsbawm, E. (2010). The Age of Empire, 1875-1914, latest ed. London, Abacus.

Johnson, R. (2003). British Imperialism, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

Kennedy, P. (1989). The Rise and Fall of the Great Powers, New York, Vintage.

Laurens, H. (2009). L’Empire et ses ennemis: La Question coloniale dans l’histoire, Paris, Seuil.

Levine, P. (2007). The British Empire: Sunrise to Sunset, London, Pearson Longman.

Lugard, F. J. D. (1922). The Dual Mandate in British Tropical Africa, Edinburgh, London, William Blackwood.

Machiavel, N. (1991). L’Art de la guerre (1521), Paris, GF Flammarion.

Mackinder, H. J. (1962). Democratic Ideals and Reality, (1919) with additional papers, Introduction by Anthony J. Pearce. Westport, Greenwood Press.

Mahan, A. T. (1912). Armaments and Arbitration or the Place of Force in the International Relations of States, New York, Harper.

Mahan, A. T. (2003). The Problem of Asia: Its Effect upon International Politics, (1900) with a new introduction by Francis P. Sempa, New Brunswick (USA), London, Transaction Publishers.

Porter, A. (ed.) (1999). The Oxford History of the British Empire: The Nineteenth Century, vol. 3, Oxford, Oxford University Press.

Porter, B. (1984). The Lion’s Share. A Short History of British Imperialism, 1850-1983, 2nd ed. London, Longman.

Robinson, R., J. Gallagher & A. Denny (1961). Africa and the Victorians: The Official Mind of Imperialism, London, Macmillan.

Said, E.W. (1994). Culture and Imperialism, London, Vintage.

Said, E. W. (2003). Culture and Resistance: Conversations with Edward W. Said, Interviews by David Barsamian, London, Pluto Press.

Said, E. W. (1979). Orientalism, New York, Vintage.

Seeley, J. (1884). The Expansion of England: Two Courses of Lectures, Leipzig, Bernhard Tauchnitz.

Tocqueville, A. (2003). Sur L’Algérie (1837-1847), Paris, GF Flammarion.

Todorov, T. (1982). La Conquête de l’Amérique : La Question de l’autre, Paris, Seuil.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple sur chacun de ces points : (Cortès, 1996 : 67-9 ; sur les mœurs ; 130-1 sur la religion ; 259 sur la peau). Voir aussi, sur la question de la blancheur de peau espagnole : (Baudot, 2009 : 180).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Flavien Bardet, « Des premiers empires à la première mondialisation, xvie-xxe siècles : simples influences ou répétition générale ? », Études caribéennes [En ligne], 22 | Août 2012, mis en ligne le 15 août 2012, consulté le 27 avril 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6207 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6207

Haut de page

Auteur

Flavien Bardet

Université Michel de Montaigne Bordeaux III, Formation de Recherche en Évolution (FRE) 3392 CNRS EEE (Europe, Européanité, Européanisation), Maître de Conférences, Flavien.Bardet@u-bordeaux3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org