Navigation – Plan du site
Insularité et tourisme : les indicateurs du tourisme soutenable

Complémentarités agriculture-tourisme dans les territoires insulaires : un système d’indicateurs comme outil d’accompagnement

Complementarities Agriculture-Tourism in Island Territories: a Set of Indicators as a Tool to Guide Local Action
Caroline Tafani

Résumés

Tandis que l’agriculture et le tourisme sont en concurrence pour l’accès au foncier, comment penser, soutenir et promouvoir les complémentarités entre ces deux activités pour développer un tourisme rural intégré socialement, économiquement et spatialement ? Cette question trouve un écho particulier dans les territoires insulaires où les enjeux pour les communautés locales sont d’autant plus cruciaux que les conflits sont aigus. Compte tenu de ce contexte problématique, cet article propose une grille d’indicateurs évaluant les complémentarités entre les deux activités. Outil d’accompagnement du développement durable, cette grille est mise à l’épreuve du territoire de Balagne en Corse : les résultats de l’expérimentation conduite sur cette île méditerranéenne en 2010 conduisent à discuter la portée des indicateurs sélectionnés.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Tandis que les chiffres de fréquentation touristique dans les territoires insulaires ne cessent de s’accroître (Dehoorne et al., 2008 ; Bernardie-Tahir, 2011), les îles s’avèrent toujours particulièrement vulnérables face aux risques que peut engendrer un tourisme de masse, balnéaire et saisonnier : ségrégation socio-spatiale, sentiment de dépossession et d’acculturation, pressions environnementales, recul des activités traditionnelles au profit d’un développement résidentiel urbano-touristique... Ces menaces qui pèsent sur des socio-écosystèmes singuliers et fragiles, aussi bien sur les sociétés locales que sur leur environnement, ont été largement étudiées et sont désormais bien connues des chercheurs comme des gestionnaires des territoires (Dehoorne et al., 2008 ; Mc Elroy, 2003 ; Plan Bleu, 2005 ; Spilanis 2011, etc.). Suite aux constats alarmistes qui ont pu être faits ici ou là, le développement durable a investi la sphère touristique, des institutions internationales aux acteurs privés. Le tourisme durable est dorénavant partout, qu’il soit un simple vernis vert ou une pratique écotouristique véritable, labellisé ou confidentiel... Tout un discours du tourisme durable a vu le jour.

2Dans une perspective de durabilité de l’activité touristique et des territoires d’accueil, la mise en œuvre d’un tourisme plus intégré économiquement, socialement et spatialement est souhaitée et encouragée, comme le soulignent divers rapports et chartes de bonnes pratiques : « le tourisme doit contribuer au développement durable, en s’intégrant dans le milieu naturel, culturel et humain ; il doit respecter les équilibres fragiles qui caractérisent de nombreuses destinations touristiques, en particulier les petites îles et les zones écologiquement fragiles. Les incidences du tourisme sur les ressources naturelles, sur la biodiversité et sur la capacité d’assimilation des impacts et des déchets engendrés, doivent rester acceptables »1; il faut « encourager une évolution vers un tourisme plus culturel, rural et responsable, qui intégrerait les arrière-pays et les villes, les préoccupations environnementales et la protection des côtes, ainsi que le patrimoine culturel et les sites historiques »2. En ce sens, le développement des complémentarités agriculture-tourisme dans le cadre de la mise en œuvre d’un tourisme rural intégré est une alternative au tourisme de masse soutenue par les politiques publiques comme les programmes LEADER (Hjalager, 1996 ; Panyik et al., 2011) : la revalorisation touristique, économique et culturelle des ressources des territoires ruraux est en effet identifiée par une majorité d’acteurs comme étant un levier pour le développement local ; et tandis que la quête d’authenticité, de naturalité et de spécificités locales sous-tend une demande touristique en plein essor, il semble bien que la valorisation des arrière-pays puisse contribuer à mieux répartir et gérer la pression et les retombées économiques du tourisme et ce, d’autant plus dans les territoires insulaires qui font figure de « conservatoires d’authenticité ».

3Pourtant, force est de constater que ce tourisme alternatif rural peine à se développer et à se structurer comme nous avons pu l’illustrer pour quelques îles méditerranéennes (Furt et al., 2011). Tourisme rural, agritourisme, tourisme à la ferme ou tourisme vert ? La pluralité des termes ne relève pas uniquement d’un problème de terminologie, mais renvoie aussi à la difficulté qu’il y a à cerner ce tourisme diffus et protéiforme, pratiqué dans un espace à géométrie variable, du territoire d’exploitation à l’espace rural (Marcotte et al., 2006 ; Phillip et al., 2010). Et si cette difficulté contribue à minorer la réalité quantifiable de l’offre, il n’en reste pas moins que les pratiques agritouristiques sont encore assez marginales au regard des vertus qu’on leur reconnait.

4Compte tenu de ces observations, dans l’objectif d’accompagner le développement des complémentarités entre l’agriculture et le tourisme et pour améliorer le développement et la gestion territoriale d’un tourisme « plus durable » dans les territoires ruraux insulaires, cet article propose une démarche d’évaluation des complémentarités agriculture-tourisme comme outil d’accompagnement élaboré à l’attention des agents de développement et des gestionnaires des territoires. La première partie revient sur les enjeux du développement de ces complémentarités dans les territoires insulaires ruraux touristiques. Ensuite, une grille d’indicateurs permet aux utilisateurs de l’outil d’appréhender la nature des complémentarités entre les deux activités, d’évaluer leur mise en œuvre et de faire émerger des pistes d’action. Les résultats de l’expérimentation menée sur le territoire rural touristique de Balagne en Corse, île de la Méditerranée septentrionale, serviront de support d’application et de discussion.

1. Relations agriculture-tourisme en milieu insulaire : les enjeux de la complémentarité

  • 3 Il convient de noter que l’ouverture des îles au tourisme n’est pas systématiquement destructurante (...)

5Dans les îles, mondes agricoles et mondes touristiques ont tendance à superposer, se concurrencer, voire se compléter (Telfer et Wall, 1996). Si l’agriculture, domestique ou orientée vers l’agro-exportation, a longtemps été une activité structurante des économies insulaires, des paysages et de l’organisation des sociétés locales, avec la globalisation des flux commerciaux et des flux de populations, la place et les fonctions des agricultures y ont évolué au cours des trente dernières années. La mondialisation a en effet largement contribué à l’insertion d’une grande majorité d’îles dans les circuits touristiques globalisés (Wilkilson, 1989), à tel point qu’aujourd’hui rares sont les îles qui ne sont pas touristiques (Bernardie-Tahir, 2011). Pourtant, les « traces » d’une vie agro-rurale antérieure constituent dorénavant un produit touristique émergeant qui pourrait donner un second souffle aux destinations insulaires balnéaires en déclin et offrir une opportunité de développement aux îles moins attractives du point de vue touristique, notamment dans la vision « post-productiviste » des pays du Nord3 (Fleischer et al., 2005 ; Molera et al.,2007 ; Panyik et al., 2011 ; Spilanis, 2011).

1.1. Des agricultures insulaires sous pression touristique

6Figure mythifiée de l’Altérité et de la Naturalité, l’île, qu’elle soit méditerranéenne, caribéenne ou asiatique, n’a de cesse d’attirer des cohortes de touristes toujours plus nombreuses (Dehoorne et al., 2008 ; Bernardie-Tahir, 2011). Par ces populations d’origine urbaine, l’île est vue à la fois comme un ailleurs qui fait rêver et comme une réalité rassurante que l’on peut cerner dans sa totalité : « l’île est sans âge puisqu’elle donne en apparence l’illusion d’être reliée aux origines des temps grâce aux traces du passé qui y sont restées enfermées » (Péron, 2002 : 289). Cette image touristique de l’île sanctuarisée repose notamment sur les deux notions d’isolement et d’enclavement alors que paradoxalement les îles touristiques sont complètement reliées au monde extérieur, comme le souligne N. Bernardie-Tahir (2005 : 379) : « Les îles touristiques ont ainsi été complètement intégrées dans ces filets mondialisés de la filière touristique et, d’une certaine manière, mises en réseaux dans le cadre de la transnationalisation de l’activité touristique […]. L’île touristique isolée correspond aujourd’hui à un bel exemple d’oxymore, tant la fabrication de la destination insulaire repose sur l’effacement et la rupture de l’isolement ». L’image de l’île comme lieu d’utopie est d’ailleurs entretenue par les opérateurs touristiques et ce sont avant tout, les ressources génériques-types « 3S » (Sea, Sun and Sand) qui sont mises en avant pour promouvoir un produit touristique balnéaire que l’on peut consommer quasiment indifféremment dans une île ou une autre.

  • 4 Au sens large.

7En conséquence, tourisme et agriculture se nourrissent des mêmes lieux et se concentrent en priorité dans les plaines côtières fertiles et accessibles, ce qui n’est pas sans générer des conflits parfois très aigus entre les deux activités. Sur cet espace côtier restreint, écologiquement aussi riche que fragile, l’agriculture et le tourisme semblent donc s’exclure, ce qui avait d’ailleurs conduit P. Coulomb (1986) à poser la question de l’avenir de l’activité agricole sur le pourtour du bassin méditerranéen : « Le tourisme contre l’agriculture ? » s’interrogeait-il alors au regard de la pression foncière qui s’y développait. L’observation reste d’actualité : la pression touristique sur le foncier agricole est de plus en plus prégnante. Les plaines littorales historiquement mises en valeur par les activités primaires traditionnelles concentrent les infrastructures urbaines et touristiques. Agriculture4 et tourisme sont ainsi en compétition pour l’accès à la terre et l’artificialisation progresse aux dépens des espaces ouverts, naturels et agricoles (Daligaux et al., 2010). Cette concurrence foncière est d’autant plus aigüe que l’insularité dans ses limites géophysiques renvoie à la finitude de l’île et par là même à un stock limité de ressources naturelles non renouvelables, foncières notamment. En réalité, l’exigüité de l’espace tient aussi et surtout à la rareté des droits fonciers d’exploitation dans des contextes insulaires où les doits coutumiers se heurtent à la propriété individuelle et où l’indivision généralisée contribue fortement au blocage foncier. Tandis que l’attachement à la terre est bien souvent au cœur de l’identité insulaire, c’est son sentiment de dépossession que fait valoir la société locale (Magnan, 2007, 2008 ; Tafani, 2010a). Et nombreuses sont les études de cas qui montrent que l’agriculture recule face au tourisme dans les territoires insulaires comme sur l’ensemble des franges côtières continentales (Bernard et al., 2008 ; Perrin, 2009 ; Tafani, 2010b, etc.). C’est alors la durabilité de l’agriculture côtière qui est interrogée comme nous avons pu le montrer pour la situation de la Corse, île méditerranéenne recevant 3 millions de touristes par an dont les deux tiers se concentrent sur les zones côtières durant les mois estivaux (Tafani et al., à paraître). Pourtant le développement rapide de ce tourisme international et balnéaire n’a pas complètement (ni uniformément) fait disparaître les agricultures locales qu’une nouvelle clientèle touristique tend à revaloriser.

1.2. La valorisation touristique des agricultures insulaires

8Face à l’essor de la demande de terroir, près de trente ans après Pierre Coulomb (1986), nous pouvons nous reposer cette question des interactions entre l’agriculture et le tourisme sous un jour nouveau. En effet, depuis deux décennies, l’économie globale a pris « un tournant », plaçant au cœur du système économique « l’avantage différenciatif » et plus seulement l’avantage comparatif (Pecqueur, 2006 : 19, 25). En effet, « sans être indifférent au phénomène de polarisation des activités, le tourisme est sensible à des facteurs de localisation présents dans les zones moins denses comme l’espace rural […]. Les campagnes possèdent des caractéristiques et des ressources naturelles constituant autant de facteurs de localisation potentiels des activités touristiques et d’accueil. » (Guérin et al., 2005 : 15-16). L’espace rural qui représentait auparavant le support de la production agricole incarne désormais des valeurs communes à des groupes sociaux très divers, valeurs reconnues comme au fondement d’une identité collective (Di Méo, 2007). C’est en ce sens que l’espace rural identifié comme nouveau « bien commun » incarne dès lors la figure symbolique renouvelée de la campagne paysanne (Rautenberg et al., 2000) et recèle un potentiel de développement touristique. Or le tourisme a un effet multiplicateur sur la demande de patrimoine rural. Les touristes sont dorénavant des « consommateurs de territoires » qui s’attachent à la spécificité, à l’authenticité des lieux visités (Mollard et al., 200 ; Hirczak et al., 2008). Les produits du terroir, les paysages agraires et le petit patrimoine bâti sont ainsi réhabilités.

9Ces actifs, matériels et immatériels, font l’objet d’une revalorisation culturelle et leur valeur symbolique est récupérée à des fins de valorisation économique (Perrin, 2009 : 518). Par conséquent, on peut se demander si la demande touristique de patrimoine rural ne pourrait pas être un levier du développement de l’agriculture et des campagnes (Disez, 1998 ; Perret et al., 2001) : l’articulation entre l’agriculture et le tourisme ne peut-elle pas être repensée dans la perspective d’un développement territorial durable (Saxena et al., 2007) ? Cet engouement pour le local et le terroir (Mak et al., 2012) est en effet vu aussi bien par les acteurs institutionnels que les acteurs territoriaux comme une opportunité de développement local. L’activation de la ressource patrimoniale est censée participer au développement durable des territoires ruraux et à la revitalisation des espaces en déshérence. À cet effet, les politiques publiques soutiennent la multifonctionnalité de l’agriculture : l’activité agricole doit fournir des biens et produits de qualité, contribuer à la préservation de l’environnement, permettre le maintien d’une certaine vitalité et la transmission de l’identité rurale. En retour, la demande de terroir doit encourager la diversification des activités sur les exploitations agricoles : la transformation, la vente directe et l’agritourisme peuvent dès lors constituer des compléments de revenus et participer au maintien de l’emploi agricole. En somme, ce second moment de la mondialisation a conduit à renouveler la réflexion sur les modèles de développement des territoires ruraux insulaires touristiques (Fomoa-Adenet et al., 2008) : alors que persiste un tourisme balnéaire prédateur, les iliens, soutenus par les politiques publiques, semblent encourager le développement d’un tourisme rural intégré socialement, économiquement et spatialement et qui participe à un développement local durable.

2. Évaluer les complémentarités tourisme-agriculture : un tableau de bord d’indicateurs

10Ainsi, dans l’objectif d’améliorer la gestion territoriale des complémentarités entre l’agriculture et le tourisme, nous proposons un outil d’évaluation qui s’appuie notamment sur un tableau de bord d’indicateurs de suivi des complémentarités et conduit à appréhender à la fois la nature de ces complémentarités ainsi que leur mise en œuvre. L’exemple de la Balagne, territoire rural touristique du nord-ouest de la Corse, permettra d’étayer nos propos.

2.1. Des indicateurs comme outil d’accompagnement

11L’utilisation des systèmes d’indicateurs comme outil de pilotage, d’objectifs et/ou d’orientation s’est amplement développée suite au Sommet de la Terre de Rio en 1992 et au lancement de nombreux Agenda 21 un peu partout à travers le monde et dans tous les secteurs. Censées donner un contenu opératoire à la notion quelque peu abstraite du développement durable, les grilles d’indicateurs de durabilité proposées intègrent généralement une dimension normative en plus de l’évaluation qu’elles sous-tendent et c’est en ce sens qu’elles accompagnent un processus décisionnel (Céron et al., 2000). L’évaluation, qui mesure l’état d’un système par rapport à un objectif normé, sert alors de support à l’élaboration d’un conseil pour la décision : « évaluer, c’est se donner les moyens de suivre, comprendre et porter un jugement sur un projet (ou une activité) sur lequel le décideur, le financeur ou l’opérateur de terrain s’appuient pour orienter leur politique, leur soutien ou leur action. L’évaluation permet ainsi d’améliorer la qualité des actions futures en recueillant des informations qui permettent de mesurer les progrès accomplis, tout en détectant les points de blocage, les leviers d’action possibles… » (Girardin et al., 2005 : 7). Les résultats de l’évaluation peuvent alors être proposés aux décideurs pour servir d’outil d’aide à la décision. Revient ensuite aux acteurs administrant et gérant le territoire de hiérarchiser les enjeux et de déterminer la stratégie à mettre en œuvre pour aller vers plus de développement durable grâce à des mesures d’action.

12Cette démarche explique aussi en partie la grande diversité de grilles existantes pour l’évaluation d’un même secteur ou d’un même objet (Lazzeri, 2008) : si cette diversité contribue à brouiller le message universel que porte la notion de développement durable, elle est néanmoins une bonne révélatrice des enjeux portés par les différents acteurs des secteurs considérés et de leur gouvernance, comme l’ont fait remarquer Céron et Dubois (2000) à juste titre pour le secteur touristique. Il n’en reste pas moins qu’un indicateur pour être robuste et porteur de sens, quelle que soit la grille dans lequel il est utilisé, doit présenter des propriétés de base. Selon Benahyoun et al. (2008 : 201), un indicateur doit « être pertinent par rapport aux finalités/objectifs du projet ; être sensible à l’action publique locale ; les données pour sa construction doivent être accessibles, fiables et pérennes ; l’indicateur doit être lisible, c’est-à-dire compréhensible par les destinataires de l’évaluation ; l’indicateur doit pouvoir faire l’objet d’une comparabilité territoriale ». En outre, étant donné qu’« un indicateur est une variable positionnée par rapport à une référence » (Girardin et al., 2005 : 14), la valeur seuil qui sert de référence nécessite un travail technique en amont, plus ou moins long et pointu, selon que l’on opte pour la détermination d’une valeur absolue ou d’une valeur-seuil relative (von Wiren-Lehr, 2001). Dans tous les cas, l’établissement du seuil de référence est lourd de conséquences sur le processus décisionnel.

2.2. Les différentes dimensions des complémentarités agriculture-tourisme

13Dans le cas présent, le système d’indicateurs d’évaluation des complémentarités agriculture-tourisme proposé doit répondre à plusieurs objectifs : il convient tout d’abord (1) de préciser les contours des ces complémentarités pour (2) en apprécier la mise en œuvre à un instant T et enfin (3) conduire à la formulation d’un conseil pour aller dans le sens d’un développement plus durable.

  • 5 En effet, comme souligné précédemment, la demande de tourisme rural est particulièrement diffuse.

14Les complémentarités agriculture-tourisme s’incarnent de façon évidente dans les activités agritouristiques proposées sur les exploitations agricoles : restauration (ferme-auberge, table d’hôte), hébergement (gîtes, camping à la ferme), loisirs (découverte pédagogique, dégustations, randonnées pédestres ou à cheval, etc.). Toutefois elles ne s’y cantonnent pas, car le tourisme et l’agriculture sont également connectés par le biais des externalités positives et négatives qu’une activité induit sur l’autre : par exemple, la mise en œuvre de bonnes pratiques agricoles contribue à l’entretien des paysages ruraux, au maintien d’un « environnement » préservé que les touristes apprécient, voire recherchent si l’on considère qu’ils consomment un panier de biens composite constitué de biens publics et de biens privés locaux (Mollard et al., 2005). Par conséquent, nous nous intéresserons aux complémentarités agriculture-tourisme dans un sens élargi en tentant d’appréhender leur multi-dimensionnalité. Nous nous positionnons par ailleurs du point de vue des offreurs, les agriculteurs-paysans, l’offre étant plus facile à appréhender que la demande pour une première approche5. Compte tenu de l’ensemble des éléments qui viennent d’être exposés, et puisque l’on se place dans une double perspective, à la fois évaluative et normative, le cadre défini par la multifonctionnalité de l’agriculture fait sens pour évaluer les complémentarités agriculture-tourisme : l’activité agricole multifonctionnelle permet tout à la fois de remplir une fonction économique, une fonction socio-territoriale d’animation du monde rural et de transmission, et de rendre un certain nombre de services environnementaux (Landais, 1998) que les touristes sont susceptibles de rechercher.

Figure 1. Évaluer les complémentarités agriculture-tourisme à partir de la multifonctionnalité de l’agriculture

Figure 1. Évaluer les complémentarités agriculture-tourisme à partir de la multifonctionnalité de l’agriculture

15L’offre locale d’une agriculture multifonctionnelle est la référence à l’aune de laquelle nous évaluerons les pratiques des agriculteurs. Elle doit viser à renforcer les liens entre les producteurs locaux et les consommateurs (les touristes en particulier) par l’offre d’un certain nombre de produits agricoles et/ou touristiques sur les exploitations agricoles ou sur des circuits courts de commercialisation. Elle doit également contribuer à la préservation des ressources naturelles et culturelles du territoire et du terroir (sols, eau, paysages, savoir-faire, etc.).

2.3. Proposition de grille d’indicateurs

16Dans cette optique, nous proposons une grille composée de 26 indicateurs répartis en trois blocs, chacun d’entre eux renvoyant à l’appréhension de l’une des trois dimensions de la multifonctionnalité agricole. Les indicateurs proposés ici sont soit innovants, soit issus de grilles existantes : ceci est particulièrement vrai pour les indicateurs recouvrant la dimension environnementale dont les seuils sont difficiles à fixer en raison de la grande technicité que ce type de travail nécessite. Les indicateurs environnementaux sont ainsi tous tirés de la méthode d’évaluation IDEA (Indicateurs de Durabilité des Exploitations Agricoles) mise au point par un groupe de chercheurs de l’INRA et de la Bergerie Nationale. Ces chercheurs se sont efforcés de tester la reproductibilité de leur méthode dans diverses régions de France afin de lui assurer une bonne couverture spatiale (Vilain, 2008).

Tableau 1. Indicateurs rendant compte des fonctions environnementales des exploitations agricoles (source : IDEA, 2008)

Tableau 1. Indicateurs rendant compte des fonctions environnementales des exploitations agricoles (source : IDEA, 2008)

Voir méthode IDEA pour le détail des modalités de calcul (Vilain, 2008).

17Ces indicateurs environnementaux couvrent l’ensemble des services écologiques que peuvent rendre les exploitants agricoles. Concernant les indicateurs économiques proposés dans cet article, ils cherchent surtout à appréhender et quantifier l’offre de services non agricoles, ainsi que le niveau de diversification des exploitations agricoles et le niveau de valorisation agritouristique des ressources naturelles et culturelles locales (à travers l’indicateur de Rente de Qualité Territoriale par exemple). Cependant leur élaboration s’appuie pour partie sur des indicateurs classiques employés depuis longtemps par les agroéconomistes et/ou techniciens de l’encadrement agricole : Produit Brut, Revenu ou Valeur Ajoutée Nette par Unité de Travail Agricole, etc.

Tableau 2. Indicateurs rendant compte de la fonction économique des exploitations agricoles

Tableau 2. Indicateurs rendant compte de la fonction économique des exploitations agricoles

18Enfin, les indicateurs socio-territoriaux retenus sont quant à eux inspirés des travaux de Gillette et al. (2007) et du guide IDEA, et sont principalement construits à partir des données qualitatives.

Tableau 3. Indicateurs de la fonction socio-territoriale des exploitations agricoles

Tableau 3. Indicateurs de la fonction socio-territoriale des exploitations agricoles
  • 6 Pour de plus amples détails sur cette approche voir la thèse de C. Tafani (2010a).

19L’ensemble des indicateurs précédents est renseigné à partir d’une enquête réalisée sur la base d’entretiens semi-directifs en exploitation agricole portant sur le fonctionnement technico-économique des systèmes de production agricole et sur la quantification de leurs résultats.6 Puisque nous appréhendons les relations agriculture-tourisme au travers de la multifonctionnalité de l’agriculture, ce sont les performances de l’ensemble des exploitations agricoles, agritouristiques ou non, qui sont évaluées dans l’optique d’appréhender la dynamique de développement du territoire.

2.4. Quelques résultats : état des complémentarités agriculture-tourisme en Balagne

20Sur les douze types d’exploitations agricoles qui ont été repérés dans la petite région d’étude, l’évaluation multidimensionnelle réalisée montre que :

    • 7 Fromage de lactoserum.

    La vente directe sur les exploitations agricoles ou via d’autres circuits courts de commercialisation (restaurateurs, épiceries) est très développée. Elle est par ailleurs très souvent liée à l’existence de la fabrication d’un produit labellisé, reconnu du « terroir » par une Appellation d’Origine Protégée (pour le vin, l’huile d’olive ou le Brocciu7) ou plus simplement pour le mode de fabrication fermière (pour le fromage). Ce résultat met en exergue (1) l’ancrage territorial de la production et (2) la proximité entre producteurs et consommateurs. Cependant, la part que représente la commercialisation sur des circuits courts ou la rente de qualité territoriale varie selon les types d’exploitants et laisse penser que les stratégies des producteurs divergent entre simples compléments de revenus et véritable choix entrepreneurial en faveur de la diversification. Dans le même sens, l’hébergement à la ferme est le plus représenté, très certainement, car moins contraignant en main d’œuvre et demandant une « disponibilité » moindre (Sharpley et al., 2006), même si la rencontre avec les touristes n’est peut-être pas des plus « authentiques » (Marcotte et al., 2006 ; Vesala et al., 2010).

  • La fonction socio-territoriale que remplissent les paysans s’avère directement liée à la diversification des structures d’exploitations vers la vente directe ou l’accueil-hébergement à la ferme. En effet, un exploitant agricole qui pratique la vente directe de produit labellisé fait souvent appel à un complément de main d’œuvre (souvent la compagne de l’exploitant) et contribue alors à l’emploi, la vitalité rurale et la transmission des savoir-faire. L’entretien et la valorisation du patrimoine bâti se font généralement par l’offre de l’accueil-hébergement à la ferme qui permet de (re)valoriser des locaux. Cette offre est très variable au sein d’un même type d’exploitations : elle dépend des trajectoires d’exploitations et des ménages. Quant à la valorisation des paysages, à ce stade et du point de vue des offreurs, les résultats montrent qu’un système trop extensif (élevage ovin type pastoral ou encore élevage bovin très extensif) ne contribue pas à l’entretien des espaces ouverts. Néanmoins, elle reste difficile à apprécier à partir de ce seul indicateur et mériterait d’être approfondie à partir de l’avis des touristes.

    • 8 Voir annexes pour les tableaux complets de résultats.

    Enfin, les pratiques des agriculteurs sont, dans leur ensemble, respectueuses de l’environnement. En d’autres termes, la fonction environnementale de ces exploitations agricoles, telle qu’elle est évaluée ici, est globalement remplie8. Cependant, il n’est pas évident que les producteurs cherchent avant tout à mettre en œuvre de « bonnes pratiques agricoles » dans l’optique de répondre à la demande touristique.

21Si la distinction entre les trois dimensions que recouvrent les indicateurs — fonctions économique, sociale et environnementale — facilite l’évaluation et la lecture des résultats, il convient d’insister sur les interactions fortes qui existent entre ces trois dimensions qui font système. Et au-delà de cet aspect méthodologique, ce tableau de bord d’indicateurs pour la Balagne montre que ce sont bien souvent les mêmes exploitants agricoles qui cumulent l’ensemble des fonctions. Cette information est particulièrement intéressante dès lors que l’on cherche à encourager le développement des complémentarités agriculture-tourisme au sein du territoire

3. Du bon usage du tableau de bord d’indicateurs

3.1. Précautions méthodologiques pour l’usage du tableau de bord d’indicateurs

22Quelques limites sont inhérentes à ce type de démarche méthodologique. Toutefois, si les précautions d’usage sont respectées et que l’agent-évaluateur est conscient de ces limites, elles peuvent être minorées, voire contournées. Premièrement, la réalisation d’une typologie, si elle apporte une information synthétique, induit dans une certaine mesure une perte d’information. Cependant, selon l’échelle à laquelle est conduite l’enquête, il est souvent impossible de réaliser une enquête exhaustive qui interroge l’ensemble des exploitants agricoles du territoire et il devient quasiment incontournable de travailler à partir d’un échantillonnage raisonné. Il convient alors de réaliser cet échantillonnage avec rigueur afin de limiter les biais dans l’analyse. Deuxièmement, ce type d’enquête, pour aller jusqu’à l’évaluation, nécessite d’avoir des connaissances techniques portant sur le fonctionnement de l’agriculture. Aussi est-il conseillé de faire appel à des professionnels des structures d’encadrement agricole. Il est évident que cette démarche appelle en outre un besoin de formation des agents, ainsi qu’un budget de fonctionnement et du temps nécessaire au montage de l’enquête et à la bonne réalisation des entretiens. Or ces derniers aspects sont souvent négligés.

3.2. Les indicateurs dans un système plus global

23Il convient de préciser que si « les indicateurs sont un support d’échanges et participent alors à l’émergence d’une culture du développement local » (Benhayoun et al., 2006 : 192), voire même révèlent un degré de coopération locale (Moine, Sède [de], 2010), ils ne peuvent être utilisés en tant que tels et pour eux-mêmes. En effet, on ne peut qu’apprécier leur utilité et valoriser leur portée à l’aune des enseignements tirés d’un diagnostic de territoire préalable. Cette analyse-diagnostic est trop souvent éludée alors qu’elle met pourtant en exergue les possibles leviers d’action et les raisons d’éventuels blocages. En ce sens, elle permet d’avoir une vision prospective (Sébillote, 2005). En Balagne, resituer l’emploi de la grille d’indicateurs lors de la réalisation d’une analyse-diagnostic de territoire plus large a permis de comprendre les liens entre pression foncière, fonctionnement et performances des exploitations agricoles, et la fourniture de biens et services agritouristiques (Tafani, 2010a). Par exemple, nous avons mis en évidence que l’offre de services agritouristiques permet aux exploitants agricoles qui étaient déjà initialement les plus « structurés » d’en tirer un complément de revenus élevé et qu’il s’agit en réalité d’un puissant facteur de différenciation entre exploitations (Tafani 2011). Par conséquent, les stratégies de soutien au développement de l’agritourisme en Balagne devraient tenir compte de ces observations.

  • 9 Les détails sur les fondements de cette démarche et une discussion sur la portée de sa mise en œuvr (...)

24Ce diagnostic ne doit pas négliger les jeux des acteurs (les relations et interactions entre l’ensemble des acteurs partie prenante du tourisme rural, quel que soit le niveau d’organisation dont ils relèvent – entrepreneurs, corps intermédiaires, institutionnels, etc.) des complémentarités agriculture-tourisme. Leur compréhension s’avère nécessaire pour analyser le développement des activités du tourisme rural. Ainsi, en Corse, nous avons mis en évidence que les failles dans la promotion locale des structures agritouristiques relevaient avant tout d’un manque de coordination et de collaboration entre structures d’encadrement agricoles et touristiques (Tafani, 2010a). Aussi est-il incontournable de réaliser un diagnostic en deux volets, l’un spatial et technico-économique, et l’autre organisationnel. Et ce n’est qu’une fois réinséré dans cette démarche méthodologique plus générale que la portée du tableau de bord d’indicateurs sera effective9.

25Enfin, en nous positionnant du point de vue de l’offre et des producteurs, nous avons supposé implicitement que les touristes recherchent tous dans leur expérience « agritouristique » des biens et produits de qualité, un ancrage territorial et des services environnementaux... Or, cette analyse mériterait d’être complétée par une approche plus fine de la demande : à l’instar des travaux de Molera & Albaladejo (2007) en Espagne, n’y a-t-il pas en Balagne également plusieurs types de clientèles touristiques qui sous-tendent des expériences agritouristiques différentes ?

Conclusion

26Pour encourager un développement plus durable dans les territoires ruraux touristiques, notamment insulaires, cet article revient sur l’intérêt de développer des grilles d’indicateurs des complémentarités agriculture-tourisme, à la fois comme outil de connaissance de l’offre et d’accompagnement de la gouvernance locale, et en propose une formalisation. Le tableau de bord proposé s’attache à appréhender l’offre de biens et services économiques, socio-territoriaux et environnementaux que les touristes sont susceptibles de rechercher. À partir de l’exemple de la Balagne en Corse, il est montré que l’offre de biens et services agritouristiques est bien ancrée localement, soutenue, par une consommation qui se fait sur place. Toutefois, nous avons également mis en évidence que tous les exploitants ne proposaient pas le même « produit agritouristique » : cette diversité semble par ailleurs sous-tendue par des stratégies diverses, de la seule recherche d’un complément de revenus à une véritable stratégie entrepreneuriale de diversification. Aussi cette évaluation réalisée sur la base d’indicateurs apporte une première série de résultats tout à fait pertinents en ce qu’elle propose un état des lieux de la situation et soulève des questions nouvelles qui appellent d’autres prolongements : croiser l’analyse de l’offre et des stratégies entrepreneuriales des producteurs et l’étude plus fine des attentes des touristes-consommateurs en matière d’expérience agritouristique devrait à l’avenir nous permettre d’identifier le ou les types de produits agritouristiques caractéristiques du marché local.

Tableau  : Indicateurs de multifonctionnalité des systèmes agricoles en Balagne

Tableau  : Indicateurs de multifonctionnalité des systèmes agricoles en Balagne

* dépend de la trajectoire individuelle du ménage

** dépend de (*) et difficile à appréhender, car l'hébergement touristique (gîte) est rarement déclaré

Haut de page

Bibliographie

Albaladejo Pina, I-P. and M-T. Diaz Delfa (2005). “Rural tourism demand by type of accommodation”, Tourism Management 26: 951-959.

Benhayoun, G., E. Moustier et Y. Lazzeri (2008). « L'élaboration d'un référentiel d'indicateurs territoriaux de développement durable », Les indicateurs territoriaux du développement durable, Y. Lazzeri (dir.), L'Harmattan : 191-209

Bernard, N. et E. Breton (2008). « Le développement touristique en milieu insulaire tropical : enjeux spatiaux et transformations sociétales, l’exemple d’Ilhabela (Etat de Sao Paolo, Brésil) », in Dehoorne O. et Saffache P. (dir.) Mondes insulaires tropicaux, Ellipses : 147-159

Bernardie-Tahir, N. (2005). « Des « bouts du monde » à quelques heures : l’illusion de l’isolement des petites îles touristiques », Annales de Géographie n°644 : 362-382.

Bernardie-Tahir, N. (2011). L’usage de l’île, Editions Pétra, 510p.

Céron, J-P et G. Dubois (2000). « Les indicateurs du tourisme durable : un outil à manier avec discernement », Cahier Espaces n°67 : 30-47.

Coulomb, P. (dir.). (1986). Le tourisme contre l'agriculture ? Enjeux fonciers en pays méditerranéens, Adef : 359 p.

Daligaux J., M. Provansal et M-L. Lambert-Habib (dir.), « Rivages méditerranéens : se protéger de la mer, faire reculer la ville », Méditerranée n°115.

Dehoorne O. et P. Saffache (2008). « Le tourisme dans les îles et littoraux tropicaux : ressources et enjeux de développement », Études caribéennes, URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/852>, n°9-10.

Dehoorne, O., P. Saffache et C. Tatar (2008). « Le tourisme international dans le monde : logiques des flux et confins de la touristicité », Études caribéennes, URL, <http://etudescaribeennes.882>, n°9-10.

Dehoorne, O. et P. Saffache (dir.). (2008). Mondes insulaires tropicaux : géopolitique, économie et développement durable, Ellipses, 251 p.

Dehoorne, O. et P. Saffache (2008). « Le tourisme dans les îles et rivages tropicaux : enjeux, menaces et perspectives », Études caribéennes, ULR, <http://etudescaribeennes.1413>, n° 9-10.

Di Méo, G. (2007). Processus de patrimonialisation et construction des territoires, Colloque « Patrimoine et industrie en Poitou-Charentes : connaître pour valoriser », Université de Poitou-Charentes, Poitiers-Châtellerault, France

Disez, N. (1999). « Agritourisme. Logiques d'acteurs ou logiques de territoires ? », Economie rurale, Vol.250 (n°1) : pp. 40-46

Fleischer, A. and A. Tchetchik (2005). “Does rural tourism benefit from agriculture?”, Tourism Management, 26: 493-528.

Fomoa-Adenet, M. et L. Rieutort (2008). « Territoires ruraux insulaires et développement durable », Études caribéennes, URL, <http://etudescaribeennes.3454>, n° 11.

Furt, J-M. et C. Tafani (2011). « Le développement de l’agritourisme : une question de normalisation ? Approche comparative Corse, Sardaigne, Baléares », JurisTourisme : 24-26.

Girardin, P., L. Guichard et C. Bockstaller (2005). Indicateurs et tableaux de bord - Guide pratique pour l'évaluation environnementale, Lavoisier, 39 p.

Guérin M. et P. Steilein (2005). Le tourisme outil de revitalisation des territoires ruraux et de développement durable ? La documentation française, Ministère délégué au tourisme, Conseil national du tourisme, 284 p.

Hirczak M., M. Moalla et al. (2008). « Le modèle du panier de biens : grille d'analyse et observations de terrain », Economie rurale, n° 308 : 55-70.

Hjalager A-M. 1996. « Agricultural diversification into tourism », Tourism Management, 17(2) : 103-111

Landais E. 1998. « Agriculture durable : les fondements d'un nouveau contrat social ? », Le Courrier de l'environnement de l'INRA, URL : <http://www.inra.fr/dpenv/landac33.htm>, n° 33.

Lazzeri Y., (dir.) (2008). Les indicateurs territoriaux de développement durable : Questionnements et expériences, L'Harmattan : 323 p.

McElroy,J. L. (2003). “Tourism Development in Small Islands Across the World”, Geografiska Annaler, 85 B (4): 231-242.

Magnan, A. (2008). « L'intégration spatiale du tourisme dans l'île d'Anguille (Petites Antilles) », L'Information géographique, 2008/2 Vol. 72 :17-31.

Mak A., M. Lumbers and A. Eves (2012). “Globalization and food consumption in tourism”, Annals of tourism research, 39(1):171 -196.

Marcotte, P., P. Bourdeau et M. Doyon (2006). « Agrotourisme, agritourisme et tourisme à la ferme ? Une analyse comparative », Téoros, URL, <http://teoros.revues.org/1091>, n°25-3.

Moine, A., Sède (de) M-H. (2010). « Les observatoires territoriaux : une représentation collective du territoire », Communications et langages

Molera, L. and I-P. Albaladejo (2007). “Profiling segments of tourists in rural areas of South-Eastern Spain”, Tourism Management, 20: 757-767.

Mollard, A., B. Pecqueur et al. (2005). « Offre de produits, services territorialisés et demande de biens combinés », Proximités et changements socio-économiques dans les mondes ruraux. A. Torre et M. Filippi (ed.), INRA éditions : 73-93.

Mollard, A., E. Sauboua and M. Hirczak (coord.) (2007). Territoires et enjeux du développement régional, Collection Update Sciences & technologies, Quae Editions, 233p.

Perret, J. et E. Marcelpoil (2001). L’agritourisme en 2001. La diversité des territoires et des acteurs : entre témoignage et commerce, CEMAGREF – rapport au ministère de l’agriculture et de la pêche : 92 p.

Panyik, E., Costa Carlos, T. Ratz (2011). “Implementing integrated rural tourism: An event-based approach”, Tourism Management 32: 1352-1363.

Phillip, S., C. Hunter and K. Blackstock (2010). “A typology for defining agritourism”, Tourism Management 31: 754-758.

Plan Bleu (2005). « Dossier sur le tourisme et le développement durable en Méditerranée », MAP Technical Report Series No. 159, PNUE/PAM, 215 p.

Péron, F. (2002). « Désir d'île ou l'insularité dans ses dimensions contemporaines », Le littoral. Regards, pratiques et savoirs, N. Baron-Yelles, L. Goeldner-Gianella et S. Velut (dir.), Editions ENS rue d'Ulm - Conservatoire du Littoral : 285-301

Rautenberg, M., A. Micoud, L. Bérard et P. Marchenay (2000). Campagnes de tous nos désirs, Editions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, 191 p.

Saxena, G. and B. Ilbery (2008). “Integrated rural tourism – A border Case Study”, Annals of Tourism Research, 35(1): 233-254.

Sharpley, R. et A. Vass (2006). “Tourism, farming and diversification: An attitudinal study”, Tourism Management, 27(5): 1040-1052.

Spilanis, I. (2011). Profile of Sustainability in some Mediterranean tourists destinations, Plan Bleu, 83 p.

Tafani, C. (2010a). Agriculture, territoire et développement durable. Analyse systémique d’une agriculture littorale sous pression touristique : l’exemple de la Balagne en Corse, thèse de géographie de l’Université de Corse, 543 p.

Tafani, C. (2010b). « Littoral Corse : entre préservation de la nature et urbanisation, quelle place pour les terres agricoles ? » Méditerranée – revue géographique des pays méditerranéens, n°115 : 79-91.

Tafani, C., X. Pieri et Maupertuis M-A. (à paraître). « Impact du tourisme sur le prix du foncier agricole littoral en Corse : la durabilité de l’agriculture en question », in Mesini et Daligaux (dir.), Aménagement durable des territoires méditerranéens, éditions PUAM, 20 p.

Tafani, C. (2011). « La valorisation touristique du patrimoine rural : une opportunité de développement pour l’agriculture de Balagne en Corse ? » Etudes Caribéennes, URL : http://etudescaribeennes.revues.org/5407, n°20.

Vesala et Vesala (2010). “Entrepreneurs and producers: Identities of Finnish farmers in 2001 and 2006”, Journal of Rural Studies, 26 : 21–30.

Vilain, L. (dir.). (2008). (1ère édition 2003). La méthode IDEA – Indicateurs de Durabilité des Exploitations agricoles, Educagri Editions, 184 p.

Von Wiren-Lehr, S. (2001). “Sustainability in agriculture - an evaluation of principal goal-oriented concepts to close the gap between theory and practice”, Agriculture, Ecosystems and Environment, n°84: 115-129.

Wilkilson, P. (1989). “Strategies for tourism in islands microstates”, Annals of Tourism Research, vol. 16: 153-177.

Haut de page

Notes

1 Extrait de la Charte du tourisme durable de Lanzarote, 1995 : http://www.comite21.org/docs/economie/axes-de-travail/tourisme/charte-lanzarote.pdf

2 Extrait de la Stratégie Méditerranéenne pour le Développement Durable, 2005 (p.28) : http://www.planbleu.org/publications/smdd.pdf

3 Il convient de noter que l’ouverture des îles au tourisme n’est pas systématiquement destructurante pour les économies agricoles locales : A. Magnan (2007) a montré au contraire que le tourisme a permis de diversifier l’agriculture de l’île Maurice et de la rendre compétitive sur le plan international. Dans le même ordre d’idées, la demande touristique de patrimoine rural est plutôt le fait des « pays du Nord » qui ont été marqués par les externalités négatives du développement industriel et du productivisme agricole.

4 Au sens large.

5 En effet, comme souligné précédemment, la demande de tourisme rural est particulièrement diffuse.

6 Pour de plus amples détails sur cette approche voir la thèse de C. Tafani (2010a).

7 Fromage de lactoserum.

8 Voir annexes pour les tableaux complets de résultats.

9 Les détails sur les fondements de cette démarche et une discussion sur la portée de sa mise en œuvre se trouvent dans la thèse de C. Tafani (2010).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évaluer les complémentarités agriculture-tourisme à partir de la multifonctionnalité de l’agriculture
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6249/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 1. Indicateurs rendant compte des fonctions environnementales des exploitations agricoles (source : IDEA, 2008)
Légende Voir méthode IDEA pour le détail des modalités de calcul (Vilain, 2008).
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6249/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 2. Indicateurs rendant compte de la fonction économique des exploitations agricoles
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6249/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 3. Indicateurs de la fonction socio-territoriale des exploitations agricoles
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6249/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau  : Indicateurs de multifonctionnalité des systèmes agricoles en Balagne
Légende * dépend de la trajectoire individuelle du ménage
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6249/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Tafani, « Complémentarités agriculture-tourisme dans les territoires insulaires : un système d’indicateurs comme outil d’accompagnement », Études caribéennes [En ligne], 23 | Décembre 2012, mis en ligne le 15 décembre 2012, consulté le 24 mai 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6249 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6249

Haut de page

Auteur

Caroline Tafani

Université de Corse Pascal Paoli, Centre National de la Recherche Scientifique UMR LISA 6240, Maître de Conférences en géographie, tafani@univ-corse.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org