Navigation – Plan du site
Insularité et tourisme : les indicateurs du tourisme soutenable

Développement touristique insulaire et qualité de vie des résidents : une analyse critique des indicateurs de tourisme durable

Island Tourism Development and Quality of Life of its Residents: a Critical Analysis of Sustainable Tourism Indicators
Jean-Marie Furt et Marie Antoinette Maupertuis

Résumés

Les auteurs interrogent les systèmes d’indicateurs destinés à évaluer les impacts économiques, écologiques et sociaux du tourisme sur la destination. Le questionnement porte sur la capacité des systèmes d’indicateurs actuels à prendre en compte l’impact du tourisme sur la vie des populations résidentes des destinations insulaires où l’emprise touristique est importante. Au-delà des considérations économiques et écologiques, il s’agit de prendre la mesure de l’impact touristique sur la qualité de vie des résidents (QVR). S’appuyant sur l’expérience de la Corse, il apparaît évident que les indicateurs doivent prendre en compte les dimensions de l’espace, des temporalités et des ressources.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les systèmes d’indicateurs visant à évaluer les impacts économiques, écologiques et sociaux du tourisme sur une destination se sont multipliés dans une perspective de suivi, d’information et d’aide à la décision des acteurs locaux (Organisation Mondiale du Tourisme, 2000 ; Programme des Nations Unies pour l’Environnement, 1998 ; Union Européenne, 2001, OCDE, 2003). Si les divers promoteurs du tourisme durable peuvent se satisfaire de cette évolution, les systèmes existants négligents deux points qui retiennent notre attention.

2Tout d’abord, exceptés les travaux de l’OMT et de l’OCDE, peu d’analyses portent sur les destinations insulaires. Pourtant, dans ce type de territoires à l’espace géographiquement délimité et où vit le plus souvent une communauté historiquement ancrée dans son environnement naturel, se pose avec acuité, et plus qu’ailleurs, la question de la soutenabilité économique, sociale et culturelle de la stratégie de développement touristique. Les îles constituent des lieux d’attraction touristique : il en résulte le plus souvent une spécialisation économique forte et une dépendance accrue, un aménagement de l’espace de type anisotropique, une surexploitation des ressources en eau et en terre et il n’est pas rare d’y constater un suréquipement en infrastructures qui pèse sur les finances publiques. La surfréquentation peut même produire dans certains cas une dilution du lien social et menacer l’identité des insulaires.

3Pour autant, et il s’agit là du deuxième point que nous souhaitons soulever, les effets et les méfaits du développement touristique sont rarement étudiés du point de vue de la population résidente, en particulier dans les îles ayant atteint un certain niveau de développement à l’instar des îles méditerranéennes.

4Ethnologues et sociologues ont en effet pu étudier les effets du tourisme sur les communautés d’accueil assimilées souvent à des « communautés ethniques » (Geraud, 2002) notamment lorsqu’il s’agit de destinations situées dans des pays en voie de développement. Gestionnaires et spécialistes de marketing ont analysé « l’attitude des résidents » vis-à-vis des touristes dans de nouvelles destinations touristiques (Lindberg et Johnson, 1997 ; Williams et Lawson, 2001 ; Guyson et al. 2002). Mais qu’en est-il de destinations insulaires arrivées à maturité comme certaines îles de la Méditerranée ou de la Caraïbe ?

5Notre questionnement porte sur la capacité des systèmes d’indicateurs actuels à prendre en compte l’impact du tourisme sur la vie des habitants permanents de régions insulaires à fort développement touristique. C’est donc à une notion à la fois géographique et économique de résident que nous nous référons pour comprendre comment l’activité touristique intense sur l’année, ou une partie de l’année agit sur le bien-être de la population insulaire. Ces résidents permanents ne constituent d’ailleurs pas un bloc homogène face au phénomène touristique. Certains restent en marge de cette activité, d’autres en retirent des bénéfices économiques, directement ou indirectement, la plupart en subit au quotidien les effets négatifs (encombrements, inflation, précarité, saisonnalité, dilution du lien social, etc.) même si certaines catégories socioprofessionnelles pourront s’affranchir des contraintes ou désagréments en quittant l’île ou en se réfugiant momentanément loin des lieux touristiques.

6Notre objectif est de poser les bases méthodologiques d’un système d’indicateurs qui permettrait non seulement d’informer les agents économiques et les citoyens, mais qui pourrait également aider le décideur dans ses choix de développement touristique durable.

7Notre hypothèse est qu’il est nécessaire de s’interroger, au-delà de la sphère économique et de la sphère écologique largement couvertes par les systèmes d’indicateurs existants, sur la notion de qualité de vie des résidents (QVR) en relation avec la fréquentation touristique. Ce que nous cherchons à évaluer c’est la capacité des systèmes d’indicateurs existants à mesurer l’impact réel du tourisme sur cette QVR.

8La première section analyse la notion polysémique de qualité de vie à partir des débats récents relatifs à la mesure du bien-être et du progrès social (Gadrey et Jany-Catrice, 2005 ; Stiglitz et al, 2009) qui ont souligné la nécessité de prendre en compte à côté des indicateurs économiques relatifs au niveau de vie, les déterminants et les mesures de la satisfaction et du bien-être ressentis par les agents économiques. La QVR couvre d’autres dimensions que le niveau de richesse matérielle saisi par le PIB/tête. Nous analyserons les impacts du tourisme sur ces conditions « objectives ».

9Dans un deuxième temps, nous testerons l’aptitude des indicateurs du tourisme durable proposés par les organisations internationales et nationales (OMT, OCDE, PNUE, AFIT, English Tourism Council) à rendre compte des impacts du tourisme sur les différentes dimensions de la QVR. Nous montrerons que même si certaines grilles d’indicateurs intègrent la notion de population locale ou de communauté d’accueil, la référence aux résidents permanents est absente et la notion de qualité de vie reste très implicite.

10Dans une troisième section, nous essayerons de montrer que s’agissant des espaces insulaires en général, et de la Corse en particulier, le dispositif à mettre en place ne peut ignorer les représentations de la communauté d’accueil en matière de temps, d’espace et de ressources.

11Nous proposerons alors trois dimensions « insulaires » de la QVR qui doivent venir compléter les dimensions génériques précédemment évoquées. Nous montrerons alors en quoi ces déterminants spécifiques peuvent être affectés par le développement du tourisme.

12Enfin, en conclusion, nous mettrons en perspective pour des recherches futures les enjeux et les difficultés que recouvre un système d’indicateurs de qualité de vie des résidents et plaiderons pour une enquête auprès de populations insulaires.

1. La qualité de vie : retour sur une notion polysémique et multidimensionnelle

13La notion de qualité de vie a envahi le discours économique traditionnellement fondé sur la notion de performances et de niveau de richesse, le discours politique plutôt articulé sur les concepts de valeurs et de règles du mieux vivre ensemble et le discours des aménageurs organisé autour des notions d’espace de vie. Si le questionnement sur la qualité de la vie et la recherche d’une définition d’une vie bonne a depuis Aristote mobilisé la pensée philosophique (Meda, 1999 ; Michea, 2007), sa traduction en grilles d’analyses pratiques n’est que récente. Les tentatives développées dans le sillon des analyses du bien-être (économie, psychologie) et de l’équité (économie, philosophie), montrent que l’observation, l’analyse et la comparaison de la qualité de vie s’avèrent être des exercices complexes (OCDE, 2011) dont la difficulté tient au moins en partie au caractère polysémique de la notion.

1.1. Les déterminants génériques de la qualité de vie

  • 1 Trois perspectives principales sont développées : 1/les approches en matière de bien-être subjectif (...)

14Stiglitz, Sen et Fitoussi (2009) dans leur analyse récente, reconnaissent que la qualité de vie est un concept plus large que ceux de production économique ou de niveau de revenu. Ils conviennent qu’au-delà des ressources matérielles dont dispose un individu, la qualité de vie intègre d’autres dimensions, qui ne sont pas forcément directement mesurables et qui dépendent largement de la perspective philosophique retenue. Les auteurs focalisent néanmoins l’attention sur ce qui pourrait être mesurable sachant que toute mesure fait référence implicitement ou explicitement à un modèle de pensée (l’utilitarisme, la théorie de la justice sociale, la philosophie morale, etc.). Or, précisément, les progrès de l’économie dans l’analyse du bien-être ont été importants depuis une vingtaine d’années. Au-delà des performances et des ressources matérielles (revenu par habitant, salaires réels, etc.), les approches disponibles permettent de cerner l’opinion des populations sur leurs conditions de vie. Il serait donc possible de « mesurer » ce qui hier était intangible et qui fait qu’une vie peut être considérée comme « bonne ». Ainsi, paradoxalement, la mesure de la QV semble désormais plus aisée que sa définition1.

  • 2 Pour une analyse détaillée de ces déterminants et des variables susceptibles de les traduire, nous (...)

15Les composantes objectives déterminant la qualité de vie2 sont synthétisées dans le tableau suivant :

Tableau 1. Les déterminants génériques de la qualité de vie d’après (Stiglitz, Sen et Fitoussi, 2009)

Caractéristiques

Analyses

Santé

Détermine la durée et qualité de vie au travers de la morbidité et la mortalité.

Education

Détermine le niveau de production économique et développe les capacités.

Activités personnelles

La répartition du temps entre différentes activités économiques (travail) et non économiques (trajet, loisirs) agit sur la qualité de vie.

Logement

On tiendra compte de la nature du logement et de son coût.

Représentation politique et gouvernance

La qualité de vie est analysée à partir de 3 types d’indicateurs : les moyens d’expression des citoyens, les garanties, l’état de droit.

Liens sociaux

Ils permettent de trouver un travail, un logement et donc de se sentir impliqué dans la cité.

Conditions environnementales

Elles ont un impact sur la santé, l’accès aux ressources, le cadre de vie, le coût du foncier. Elles sont généralement mesurées à partir de critères de développement durable.

Insécurité des personnes

La QV diminue avec l’augmentation des risques (catastrophes naturelles, criminalité, accidents).

Insécurité économique

La QV diminue avec l’augmentation du risque de perte d’emploi, de maladie, l’absence de couverture sociale.

  • 3 Le rapport de l’OCDE Comment va la vie ? publié en 2011 offre une analyse quasi exhaustive de toute (...)

16L’ensemble de ces déterminants constitue les conditions objectives qui garantissent ou affectent la qualité de vie quel que soit le territoire étudié3. Nous les appellerons des déterminants génériques. La qualité de vie des résidents insulaires dépend donc aussi de ces différents déterminants : santé, éducation, activités personnelles, logement, représentation politique et gouvernance, liens sociaux, environnement, insécurité des personnes, insécurité économique. Il convient donc d’analyser les mécanismes par lesquels le tourisme affecte chacune de ces composantes et agit par là même sur la QVR.

1.2. Les impacts du tourisme sur la qualité de vie

17Nous nous interrogeons maintenant sur la façon dont le tourisme intervient sur les déterminants génériques de la QVR, pour ensuite examiner comment ceux-ci affectent la qualité de vie des résidents, selon la séquence de transitivité suivante :

18Examinons d’abord les effets possibles du tourisme sur chacun des déterminants :

  • La santé : l’accessibilité des résidents au système de santé est-elle affectée positivement ou négativement par le tourisme ? Le développement du tourisme en fonction des clientèles peut se traduire par un accroissement de l’offre de soins, mais la question est de savoir si ces infrastructures sont plus accessibles ou pas pour les résidents. La congestion des services de soins en période d’affluence peut affecter négativement la QVR.

  • L’éducation : le tourisme agit plutôt négativement sur le niveau d’éducation. La perspective d’activités lucratives en saison détourne trop souvent les jeunes de formations supérieures poussées. Il s’agit là d’un constat à l’échelle globale. Pour les individus, ce déterminant ne semble pas pertinent puisque le bien-être immédiat n’est pas affecté.

  • Les activités personnelles : l’emploi du temps entre différentes activités économiques et non économiques est très certainement affecté par l’activité touristique en espace insulaire. Tous les items nous paraissent devoir être retenus :

    • le travail rémunéré est consommateur de temps en saison,

    • le travail non rémunéré est fortement développé dans les économies touristiques,

    • les trajets domicile - travail sont rallongés du fait de l’affluence,

    • le temps consacré à sa famille peut être réduit pour les actifs du tourisme,

    • les loisirs, dont l’offre augmente avec le développement du tourisme, mais auxquels les salariés du tourisme n’ont pas le temps de goûter.

  • Le logement : tout d’abord la notion du « chez-soi » est ébranlée puisque le nombre de visiteurs dépasse en général le nombre de résidents. La nature du logement et sa localisation sont concernées : où vivent les résidents ? Le coût du logement pour les résidents s’accroît en général du fait de la concurrence foncière et immobilière (accès à la propriété, niveau des loyers, part du loyer dans le revenu).

  • La représentation politique et la gouvernance : la qualité de vie est impactée par les moyens d’expression du citoyen, les garanties, l’état de droit. Le tourisme ne semble pas avoir d’impact majeur direct sur ces éléments sauf à s’interroger sur l’équité des règles et des institutions collectives. Mais la pression de la manne touristique peut conduire à négliger certains processus de concertation.

  • Les liens sociaux : les liens de la communauté d’accueil se distendent sous l’effet de la présence des touristes et/ou de la manne économique qu’elle représente. Reste à déterminer si a contrario le lien social de type communautaire se renforce.

  • Les conditions environnementales : le tourisme agit sur les conditions environnementales : dégradation des sites, bruit, qualité de l’air, réduction ou accroissement des espaces protégés, etc., et la qualité de vie des résidents est impactée directement et indirectement par les conditions environnementales. Cet impact peut être positif (ex. : amélioration de la qualité de l’eau ; protection de certains sites) ou négatif (ex. : érosion ; artificialisation).

  • L’insécurité des personnes : les facteurs qui mettent en péril la vie des personnes par l’action d’autrui sont affectés par l’accroissement de population dû au tourisme (ex. : insécurité routière en haute saison ; développement de la criminalité). A contrario, on peut y voir une amélioration dans la gestion des risques et donc un impact positif sur la sécurité. Dans ce domaine, le ressenti d’insécurité (par exemple pour les personnes âgées vivant dans des destinations festives) est souvent plus fort que le nombre de victimes.

  • L’insécurité économique : l’activité touristique véhicule des risques économiques forts, liés à la saisonnalité et au caractère volatile de la demande. Elle réduit de ce point de vue la qualité de vie des individus. Pour autant, les bénéfices économiques du tourisme peuvent aussi contribuer à diminuer une insécurité économique latente (l’activité touristique peut être par exemple un revenu d’appoint pour les agriculteurs).

  • Les impacts du tourisme sur les différentes dimensions objectives de la QVR peuvent donc être résumés dans le tableau 2.

Tableau 2. Les impacts du tourisme sur les déterminants de la qualité de vie en milieu insulaire

Déterminants génériques

Impact du tourisme

1. Santé

++/-

2. Education

-

3. Activité personnelles (dont travail)

-

4. Logement

-

5. Représentation politique

0

6. Liens sociaux

-

7. Conditions environnementales

+/--

8. Insécurité des personnes

+/-

9. Insécurité économique

++/-

2. Une analyse critique des grilles d’indicateurs du tourisme durable

19Dans le contexte des débats relatifs au développement durable faisant suite au Sommet de la Terre en 1992, de nombreux organismes internationaux et nationaux se sont penchés sur la question de la durabilité du tourisme. L’Organisation Mondiale du Tourisme (2003), l’OCDE (2003), le Programme des Nations Unies pour l’Environnement à travers le Plan Bleu pour la Méditerranée (2007) ont porté la question du tourisme durable sur le devant de la scène internationale. Concomitamment, à l’échelle locale de nombreuses interrogations se sont fait jour ciblant prioritairement la soutenabilité écologique et économique du développement touristique, plus rarement son impact sur les communautés d’accueil.

  • 4 Une recension réalisée dans le cadre du projet de recherche TOSIC – UMR CNRS 6240 LISA – Université (...)

20Des opérateurs nationaux du tourisme (English Tourism Council au Royaume-Uni, AFIT en France par exemple) se sont également emparés de la question avec pour objectif principal de produire des recommandations normatives et/ou des grilles d’indicateurs à destination des professionnels du tourisme et des décideurs. Cette production visait d’ailleurs à répondre à une demande forte des opérateurs du tourisme (professionnels, collectivités, ONG) souhaitant mesurer l’impact du tourisme sur l’environnement la plupart du temps, sur le système économique local très souvent, mais plus rarement sur la population. Ces interrogations ont débouché sur des dizaines d’indicateurs de tourisme durable4 dont la pertinence scientifique est parfois soumise à caution et surtout dont la portée normative et informationnelle initiale est, tout compte fait, assez limitée. Car, comme l’ont montré J-P. Ceron et G. Dubois (2000), des indicateurs de tourisme durable ne possèderont jamais les attributs idéaux qu’on souhaite leur voir associer. Leur élaboration passe d’abord par l’établissement d’un consensus autour des objectifs qu’ils sont censés remplir (analyser des évolutions, analyser des impacts, etc.), de la définition des phénomènes et des variables qu’ils doivent renseigner (par exemple : tourisme durable, population résidente, zone touristique, soutenabilité) et du système de valeurs auquel, en filigrane, ils se réfèrent (celui de l’entreprise est différent de celui d’une population d’accueil).

21Lorsque l’on s’interroge sur la capacité des grilles d’indicateurs existantes à mesurer l’impact du tourisme sur la QVR, on doit constater que les notions de résidents et leur qualité de vie restent ignorées ou occultées.

2.1. La non-prise en compte des résidents dans les indicateurs de tourisme durable

22Nous avons analysé une grande partie des grilles d’indicateurs produites depuis une dizaine d’années sur le tourisme durable (cf. tableau 3).

Tableau 3. Les grilles d’indicateurs de tourisme durable analysées

Producteur

Intitulé

Année

Agence Française d’Ingénierie Touristique (AFIT)

Piloter le tourisme durable dans les territoires et les entreprises, Guide de Savoir-faire.

2002

Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE)

Indicatoir for the integration of environmental and sustainability concerns into tourism policies.

2003a

Spanish System of Environmental Tourism Indicators.

2003b

English Tourism Council (ETC)

National Sustainable Tourism indicators.

2002

Organisation Mondiale du Tourisme (OMT)

Indicators of sustainable development for tourism destinations, A guidebook.

2004

Programme des Nations Unives pour l’Environnement (PNUE) – Plan Bleu

Indicateurs prioritaires et complémentaires « TOURISME ».

2007

Vellas, F.

Comment peut-on professionnaliser, innover et industrialiser les entreprises et les organisations touristiques traditionnelles pour rendre la croissance plus durable ?

2000

23Nous nous sommes tout d’abord interrogés sur la prise en compte des résidents dans les méthodologies retenues. La référence à « la population locale » ou à « la communauté d’accueil » est récurrente sans que cela se traduise forcément par des indicateurs précis. La référence explicite aux « résidents » est absente.

24Pour l’Organisation Mondiale du Tourisme, le tourisme durable doit « respecter l'authenticité socioculturelle des communautés d'accueil, conserver leurs atouts culturels bâti et vivant et leurs valeurs traditionnelles et contribuer à l'entente et à la tolérance interculturelles » et « assurer une activité économique viable sur le long terme offrant à toutes les parties prenantes des avantages socioéconomiques équitablement répartis, notamment des emplois stables, des possibilités de bénéfices et des services sociaux pour les communautés d'accueil, et contribuant ainsi à la réduction de la pauvreté » (OMT, 2004). Les travaux de l’OCDE (2003a et 2003b) et du PNUE (2007) se basent sur cette même définition.

25L’AFIT propose une méthodologie générale plus que des indicateurs applicables en l’état. Cette méthodologie qui met en avant l’éthique et le social considère que le tourisme durable « cherche à proposer des séjours de qualité aux touristes tout en améliorant la vie des hommes, il s'intéresse aussi directement à l'impact des activités touristiques sur le développement du territoire et à l'assurance de retombées équitables aux populations locales » (AFIT, 2002). Pour sa part, l’English Tourism Council (2002) retient trois objectifs principaux pour le management du tourisme durable : (1) protéger et améliorer le bâti et l'environnement naturel ; (2) soutenir les populations locales et leur culture ; (3) faire bénéficier du tourisme aux économies des destinations touristiques.

26L’analyse se réfère aux travaux du DEFRA (Department for Environment Food and Rural Affairs) pour lequel la population locale est une des clés de voûte d’un projet de développement durable. “Sometimes discussion of sustainable development, particularly in richer countries, has focused mainly on environmental limits. But economic and social boundaries must also be recognised. An economy in long term recession is not sustainable. Nor is a situation where many people are denied opportunity and face poverty and exclusion. Development which ignores the essential needs of the poorest people, whether in this country or abroad, is not sustainable development at all (…) Our social capital consists of the skills and knowledge, health, self-esteem and social networks of people and communities in the UK” (DEFRA, 1999).

27F. Vellas, quant à lui, fonde son analyse sur les deux définitions suivantes : « le développement durable (...) associe à la fois la notion de durée et celle de pérennité des ressources naturelles (eau, air, sols, diversité biologique) et des structures sociales et humaines. L'objectif du développement durable est ainsi de rendre compatibles l'amélioration des conditions et des niveaux de vie qui résultent du développement et le maintien des capacités de développement des générations futures. Le Tourisme durable [est] une forme de développement touristique qui doit permettre de répondre aux besoins des touristes tout en préservant les chances du futur. » (Vellas, 2000).

28De manière générale, toutes recommandent des enquêtes auprès des populations locales (OMT, ETC, AFIT, Vellas), mais peu fournissent des indications concrètes sur leur teneur et leur condition de réalisation. L’OMT fournit en la matière un canevas succinct et assez général et l’AFIT propose une méthode d’enquête. Par ailleurs, les catégories auxquelles renvoient implicitement les indicateurs retenus ne sont pas définies. C’est une des principales limites que nous voyons dans les grilles intégrant la soutenabilité sociale du tourisme : le terme de « qualité de vie » n’est pas plus cité que celui de « résident ».

2.2. Une référence implicite à la qualité de vie

29Nous retenons les catégories génériques identifiées dans le rapport Stiglitz, Sen, Fitoussi (2009) : Santé, Éducation, Activités personnelles, Logement, Représentation politique et gouvernance, Liens sociaux, Conditions environnementales, Insécurité des personnes, Insécurité économique.

  • 5 « Analyse des grilles d’indicateurs du tourisme soutenable au regard de la notion de qualité de vie (...)

30Si nous constatons que certains indicateurs renvoient – mais seulement implicitement - à des catégories de la qualité de vie : santé, activités personnelles, logement, représentation politique et gouvernance, espace, liens sociaux, satisfaction locale, conditions environnementales, insécurité économique et des personnes, une analyse fine de 431 indicateurs de tourisme durable nous conduit à montrer que six catégories sur neuf identifiées par le rapport SSF sont - d’une certaine manière – questionnées5 (cf. tableau 4).

Tableau 4. Degré d’intérêt pour les composantes de la qualité de vie

Déterminants de la QV

Nombre de grilles traitant la dimension

Conditions environnementales

6 : AFIT, ETC, OCDE (a) et (b), OMT, Vellas

Logement

6 : AFIT, ETC, OCDE (a) et (b), OMT, Plan Bleu Tourisme, Vellas

Insécurité des personnes

4 : AFIT, ETC, OCDE (a), Vellas

Santé – Education

3 : OMT, Plan Bleu Tourisme, Vellas

Représentation politique

1 : AFIT

Insécurité économique

0 : aucune grille ne traite l’insécurité économique telle que nous l’avons définie. Toutefois, les conditions de travail dans le secteur touristique font l’objet d’une attention spécifique dans toutes les grilles analysées.

Activité personnelles – Lien social

0 : aucune grille n’aborde cette dimension.

31Au final, on constate que certains déterminants génériques de la qualité de vie ne transparaissent pas dans cette population d’indicateurs tels les « activités personnelles » et la « représentation politique ». La représentation politique est un des déterminants forts de la QV en général, mais est peu affectée par le tourisme. Il serait assez logique de ne pas le retenir. Concernant les « activités personnelles », nous pensons que le tourisme impacte fortement l’emploi du temps par les individus.

32Nous voyons deux raisons essentielles au fait que rien ne transparaisse sur ce point dans les grilles analysées : 1) les auteurs des grilles de tourisme durable ne l’ont pas intégré dans leur modèle analytique en amont 2) cet item est difficile à renseigner puisqu’il suppose des enquêtes auprès des individus. Ensuite, il apparaît que les déterminants « éducation » et « santé » sont peu présents dans ces grilles (OMT, Plan Bleu tourisme, VELLAS). Ceci est très certainement dû à la difficulté de traduire à travers des indicateurs leur rapport direct au tourisme (ex. : Nombre de cas de maladies sexuellement transmissibles/population). Enfin, « l’insécurité économique » est restreinte aux conditions de travail dans le secteur du tourisme.

33Sur les deux catégories « activités personnelles » et « insécurité économique », il nous semble qu’un travail exploratoire mérite d’être mené. Leur absence des grilles existantes combinée au fait que l’éducation, la santé et la représentation politique ne soient pas ou peu prises en compte, dénotent une appréhension du tourisme durable sous trois angles privilégiés : le territoire, les entreprises et les touristes. Au final, le point de vue du résident n’est pas retenu. Ainsi l’insécurité économique n’étant pas abordée, la précarité de l’emploi touristique est de fait occultée. Par ailleurs, aucune grille ne fait référence aux activités personnelles ou au lien social : les transformations sociales liées au tourisme semblent oubliées. De même, l’évolution des services d’éducation et de santé ne constitue pas un point d’observation privilégié par les promoteurs de ces grilles.

  • 6 « Analyse des grilles d’indicateurs du tourisme soutenable insulaire au regard de la notion de qual (...)

34Suite à ces premières observations, nous avons analysé des grilles produites spécifiquement pour des territoires insulaires6.

3. Des indicateurs de tourisme durable spécifiquement insulaires

35Comme nous le rappelions dans l’introduction de ce travail, seules l’OMT (2005) et l’OCDE (2003 a) ont proposé de manière transversale une réflexion poussée sur le tourisme durable en milieu insulaire. Tandis que la grille de l’OCDE est succincte et se distingue peu des autres démarches, l’approche développée par l’OMT met l’accent sur l’espace, la saisonnalité, l’environnement, l’insécurité économique, les coûts imputés aux résidents et la propriété. On y voit apparaitre des thématiques nouvelles notamment la volatilité des performances économiques, le coût des transports pour les résidents et les mouvements de populations.

  • 7 Méthode préconisée par l’AFIT (2002).

36La grille proposée par l’OMT a par la suite été réutilisée par plusieurs états ou régions insulaires qui ont produit leurs propres indicateurs de tourisme durable : les Baléares, les Caraïbes7, Kukljica (Croatie), Kangourou Island, les Canaries, et plus particulièrement Lanzarote, et Cap-Breton, auxquelles nous ajouterons la grille de la Macaronésie (Açores, Madère et Canaries).

Tableau 6. Les grilles spécifiquement insulaires (indicateurs spécifiques à l’île en italique)

Tableau 6. Les grilles spécifiquement insulaires (indicateurs spécifiques à l’île en italique)

37Sur les neuf grilles identifiées, on constate une référence explicite à l’espace : espaces spécifiquement accessibles pour les résidents aux îles Kangourou ; accès au foncier, coût des transports pour les résidents, part des terres appartenant à des non-résidents pour plusieurs d’entre elles ; nombre de véhicules pour 1000 résidents aux Baléares. Nous voyons aussi émerger le thème de l’insécurité économique dans certaines grilles (stabilité de l’emploi, valeur ajoutée brute de l’activité touristique, taux annuel de variation des prix). D’autres thèmes sont mobilisés en fonction des préoccupations des acteurs locaux. Il en est de même pour l’insécurité économique appréhendée toutefois au travers de la saisonnalité.

38Enfin, remarquons à nouveau qu’un très faible nombre de ces grilles tient compte du lien social et de la représentation politique des citoyens.

39Cette revue critique montre que les outils existants à la disposition des décideurs locaux ne sont pas construits sur l’analyse des mécanismes par lesquels la fréquentation touristique affecte toutes les composantes de la QVR. Par ailleurs, d’autres déterminants contingents à l’insularité semblent agir sur les conditions et la qualité de vie.

4. Des déterminants spécifiquement insulaires de la QVR ?

  • 8 Notre interrogation première part en effet, du cas de la Corse, île de la Méditerranée, qui reçoit (...)

40Cette quatrième étape consiste à expliciter ce qui, selon nous, fait sens dans la dimension insulaire de la qualité de vie des résidents. La réflexion est menée ici à partir de la Corse, bien qu’empruntant à de nombreuses études insulaires8.

  • 9 La notion d’espace transparaît aussi dans toutes les grilles même si c’est à des degrés divers (AFI (...)

41En effet, les insular studies comme les tourism studies nous incitent à penser que les résidents des îles touristiques partagent un certain nombre de référents communs de qualité de vie même s’ils les apprécieront selon des combinaisons et des degrés divers. L’espace, d’une part, dans toutes ses formes d’acception, comme l’organisation de la vie en société ensuite, qui recouvre en milieu insulaire des rapports complexes de solidarité et de conflits semblent ainsi faire sens dans la vie des îliens (Péron, 2005 ; Taglioni 2003). Il est d’ailleurs présent dans les grilles insulaires analysées plus haut, mais aussi, même si plus implicitement, dans les grilles générales9. D’autre part, les travaux sur la spécialisation touristique des îles (Brigulio, 1995 ; Vellas, 1997 ; AFIT, 2009) soulignent aussi l’importance de la saisonnalité sur les conditions de vie des résidents. Elle induit une modification du rapport au temps et une forte volatilité des conditions économiques. Enfin, l’utilisation de la nature comme moyen de production – ce qui est précisément le cas dans l’activité touristique - transforme des éléments naturels en ressources économiques échangées sur un marché dont peuvent être exclus les résidents du fait d’une demande croissante.

42Ceci nous conduit à identifier trois déterminants spécifiques : l’espace disponible, le rapport au temps, l’accès aux ressources du territoire.

4.1. L’espace

43La vision quotidienne et permanente de l’environnement naturel est généralement un élément fort de la qualité de vie des insulaires. L’usage de la terre a toujours été codifié (Ravis-Giordani, 2005), l’espace était un lieu de travail organisé, car comme le dit si bien F. Péron (2005), les îles sont des « mondes en réduction (…) caractérisés par leur aménagement miniature complexe et extrêmement soigneux ». Le développement de la civilisation des loisirs va paradoxalement renforcer le pouvoir d’attractivité de lieux jusqu’alors structurés autour du travail et caractérisés par une rudesse qui condamnait bien souvent les habitants à l’émigration. Ce « désir de rivage » (Corbin, 1990), maintes fois analysé, va transformer cette appréhension de l’espace, tant physiquement que socialement (Prado, 2006). Aujourd’hui, l’ampleur de ces transformations crée des lignes de fractures entre les îles. Dans certaines d’entre elles, de plus en plus rares en Méditerranée, l’environnement naturel se caractérise par une grande diversité et un haut niveau de protection ; dans le même temps, bien souvent, les anciennes organisations sociales subsistent par endroits. Dans d’autres, toujours plus nombreuses dans le monde, l’espace est réduit à sa valeur marchande qui augmente au travers d’une pression démographique continue. Celle-ci contribue bien souvent à modeler le paysage en fonction de nouvelles règles et de nouveaux impératifs et participe du développement d’une sensation d’exclusion chez les résidents.

44Ce sentiment diffus de la perte d’une certaine qualité de vie tient d’abord à la lente disparition d’un certain usage social de l’espace. Il se prolonge dans l’avènement d’un sentiment d’insécurité économique et social trouvant sa source dans la crainte que les générations futures ne puissent avoir leur place sur un territoire que son isolement devait aussi protéger (Bernadie-Tahir, 2005).

45En l’absence d’une véritable économie de la production, la vente de certaines portions du territoire devient, pour certains, un élément d’enrichissement rapide. Le tourisme va donc ici avoir un double effet. Il contribue tout d’abord à créer une pression foncière littorale se traduisant par une augmentation des prix des terrains qui rejette une partie de la population à vingt ou trente kilomètres des lieux de travail, accentuant pendant toute la saison les désagréments quotidiens. Cette situation, qui n’est pas compensée par une politique de transport efficace, génère une césure au sein des résidents, entre ceux qui perdent un temps considérable sur la route, perte qui s’accroit lors de la saison, et d’autres qui ont la chance d’habiter près de leur lieu de travail. Il participe donc d’une forme d’extension de l’espace induisant une réduction du temps social. Le ressenti qu’une spécificité, qui faisait le « sel » de la vie locale et la différence avec celle menée ailleurs (Martinetti, 1989), est en train de disparaître, se diffuse au sein de la population résidente.

4.2. Le temps 

46La vie dans les îles défile selon une temporalité spécifique. Elle se manifeste d’abord comme un refus de vivre à un rythme effréné, assimilé sur le plan spatial au monde urbain et sur le plan économique à l’industrialisation croissante : « l’île est perçue comme archaïque : dans l’île le temps se déroule autrement » (Péron, 2005).

47Ensuite, par le désir d’employer ce temps gagné pour entretenir des relations personnelles ou familiales. La société industrielle (Le Goff, 1977) avait initié un partage du temps en travail et repos. La civilisation des loisirs quant à elle (Dumazedier, 1972 ; Viard, 2006) y a ajouté une troisième division, affinée par la suite au travers du temps social et relationnel consacré aux engagements associatifs ou politiques qui restent en dehors du champ économique (le lien social cité précédemment). En Corse par exemple, cet usage particulier du temps, très tôt identifié dans la littérature de voyage (Morand, 1938) n’a aujourd’hui plus rien à voir avec celui inhérent aux anciennes sociétés rurales, dans lesquelles, au-delà du temps pour soi, chacun devait, et c’était une question de survie, en consacrer aux autres, puisque dans de « petites sociétés réduites à leurs propres moyens, l’entraide y était règle de vie » (Péron, 2005). Cette solidarité imposée par l’espace et l’éloignement reposait sur une organisation sociale et politique rigoureuse. Elle n’avait rien d’automatique : cette culture « du vivre ensemble » s’était façonnée au fil du temps et des nécessités de la production. Aujourd’hui que l’île « n’est plus un lieu d’échanges de travail, de proximité, de voisinage, de cohabitation » (Prado, 2005), la solidarité se réduit de plus en plus au premier cercle familial et laisse progressivement la place à la construction d’une solidarité marchande, de réseaux qui doivent assurer une position économique ou sociale. Cette dimension essentielle dans une société de proximité (Torre, 2009), où la personnalisation des rapports est un élément de réussite professionnelle, se bâtit lentement, exigeant une grande disponibilité pour une rentabilité qui est loin d’être immédiate. En effet, cette construction n’est jamais définitive. Elle peut vaciller au gré des soubresauts économiques et des changements d’alliances politiques et nécessite donc un investissement constant.

48L’environnement naturel avait imposé aux insulaires une culture de la solidarité dans laquelle le don de temps est un élément essentiel, car il nourrit une « cohésion sociale (…) contrepoids à l’égoïsme et à l’individualisme de la société » (Salome, 2006). Il est donc garant d’une certaine qualité de vie. Le nouvel usage du temps imposé par la modernité provoque chez les insulaires un sentiment d’incertitude et la crainte de perdre « le particularisme de valeurs fondatrices » (Péron, 2006) qui pour beaucoup reste le creuset de la qualité de vie.

49Le développement touristique a deux effets sur le temps des résidents. En produisant une augmentation des flux, il crée tout d’abord une contrainte matérielle sur le temps social, momentanément abandonné au profit de ce qui parait essentiel, temps de travail ou repli sur la vie familiale. L’équilibre vie professionnelle - vie familiale est remis en question comme l’est également l’équilibre vie privée - vie sociale. En exacerbant la pression consumériste, il conduit ensuite très souvent à la recherche rapide d’un premier emploi, voire d’une double activité difficilement compatible avec toute idée de qualité ou de production différenciée. Cette fragmentation du temps aboutit enfin à une normalisation sociale, à la réduction progressive des espaces de rencontre et d’information qui constituent encore des accélérateurs sociaux ou des soupapes de sécurité dans une société où l’insertion risque de devenir de plus en plus difficile. Il oblige donc une partie de la population à calculer ses déplacements, ses visites, ses rencontres, mais surtout à faire des choix de vie auxquels elle n’était pas préparée. Cela contribue encore au rejet d’une activité qui n’est pourtant que le catalyseur d’un changement social plus global correspondant à l’entrée brutale dans un monde de communication où la proximité et ses avantages perdent de l’importance.

4.3. Les ressources du territoire

  • 10 Voir en milieu urbain le retour des jardins familiaux qui, au-delà d’un contexte économique diffici (...)

50Par ressources du territoire, nous entendons les ressources naturelles, les sites faisant l’objet d’un usage commun (montagne, plages, etc.), mais aussi les productions agroalimentaires locales c’est-à-dire les éléments du milieu naturel que l’homme a érigés en ressources (Berque, 2001). Les îles sont plus ou moins dotées en ressources naturelles. Les mieux loties sont restées repliées sur elles-mêmes, protégeant jalousement leurs richesses vivrières, les autres développant réseaux de communication et commerces avec d’autres îles et avec le continent. Les mécanismes de l’autosuffisance des sociétés traditionnelles ont été remis en question par l’échange inégal inhérent au développement du commerce international ou l’avènement de nouvelles formes de production et de consommation correspondant à de nouvelles relations hommes-milieu. Mais les insulaires entretiennent toujours un lien anthropologique fort avec les productions agroalimentaires de leur territoire, aujourd’hui qualifiées d’identitaires (Taddei et Antomarchi, 1997). La possibilité de consommer des produits locaux, voire d’en produire certains, est aujourd’hui une dimension importante de la qualité de vie10. En effet, au-delà de la redécouverte d’un âge d’or ou des saveurs du passé, cette recherche porte en elle des accents d’une nouvelle modernité. La consommation de ces produits est simplement associée pour certains à la recherche d’une vie saine, naturelle, à la nouvelle « sensibilité écologique urbaine de rêve de village » (Prado, 2005).

51En revanche pour d’autres, les choses vont plus loin puisque cet acte les rattache à une certaine quête identitaire permettant à l’acheteur de retrouver une communauté (Fischler, 1990) de se sentir chez soi, de rentrer dans un monde qui nous fait partager sa différence.

52En Corse, les efforts réalisés depuis plus de vingt ans par les agriculteurs ont permis de faire reconnaitre la qualité de la production (Casabianca, Prost, 1999). Cela permet à nombre d’entre eux d’exporter leurs marchandises ou de profiter de la saison touristique pour écouler une grande partie de leur stock. Mais la faiblesse des quantités produites, due à la petite taille des exploitations et à l’inorganisation des producteurs, confortée par l’idée que la qualité et l’authenticité découlent de rareté créent, une forte tension sur les prix et rend l’achat de certains produits exceptionnel. Une grande partie des résidents qui ne dispose plus de circuits de distribution familiaux est donc privée de la consommation des produits traditionnels (vin, fromage, farine de châtaigne, charcuterie…). Le sentiment d’exclusion qui en résulte est très certainement moins spectaculaire et angoissant que celui qui est dû à l’envolée des prix du foncier (Tafani et al., 2010) mise en avant depuis quelques années. On peut en effet toujours trouver des produits de remplacement ou modifier ses habitudes alimentaires. Le touriste est rendu directement responsable de cette éviction. Le résident, quant à lui, ressent une forme de normalisation de sa consommation et donc une baisse quotidienne de sa qualité de vie. Ce sentiment peut être très fort, car il conforte une exclusion sociale vis-à-vis de ce qui était, il y a deux générations la nourriture de base de l’ensemble de la population.

53Nous avons d’un côté une qualité de vie « héritée », issue de la tradition, marquant aussi le rattachement à un monde qui disparait et de l’autre une qualité de vie construite sur un contrat social nouveau (circulations douces, énergie naturelle…).

Tableau 7. Les impacts du tourisme sur les déterminants spécifiques de la QVR

Déterminants spécifiques

Impacts

1. Espace disponible

-

2. Rapport au temps

-

3. Ressources du territoire

-

54Ces déterminants spécifiques de la qualité de vie sont donc à retenir dans tout projet de constitution de systèmes d’indicateurs de tourisme durable en milieu insulaire. Si l’impact du tourisme sur ces trois composantes de la QVR peut être identifié intuitivement comme négatif, la mesure de cet impact au travers d’indicateurs pertinents, fiables et renseignables constituera de notre point de vue un véritable projet de recherche à l’interface de l’aménagement du territoire, de la philosophie, de la sociologie et de l’économie.

Conclusion 

55L’objectif de ce travail était de questionner la notion de qualité de vie des résidents de destinations touristiques insulaires confrontés à de forts niveaux de fréquentation. Après avoir rappelé en suivant les débats économiques récents les différents déterminants génériques qui agissent sur la qualité de la vie, nous nous sommes interrogés sur les déterminants spécifiques qui pouvaient jouer dans une destination insulaire de plus en plus fréquentée : la Corse. Trois catégories au regard des évolutions sociales récentes nous sont apparues en première approche comme pertinentes : l’espace et l’accès au foncier, le temps et son rôle dans le maintien du lien social, les ressources du territoire et leur disponibilité.

56Il ressort d’une analyse critique de seize grilles d’indicateurs de tourisme durable en premier lieu que les grilles en question offrent une large place aux conditions environnementales, aux impacts économiques du tourisme, mais aussi à la question du logement et de l’espace. Il apparaît encore de manière évidente que la santé, l’éducation, la représentation politique, les activités personnelles, le lien social, l’insécurité économique, l’insécurité des personnes ne sont pas ou peu questionnées. Il convient de retenir que les conditions de travail sont constamment mobilisées pour approximer l’insécurité économique même si cela est de manière parcellaire à notre sens ; la plupart des grilles se limitant à une approche salariale de la question. Ce point mérite d’être exploré puisque les conditions et le temps de travail impactent sur les activités personnelles (emploi du temps des individus) et le lien social.

57Le temps n’est questionné qu’au travers de la saisonnalité, jamais au travers des modifications du lien social ou des activités personnelles. Une première opportunité de recherche apparaît dans un approfondissement de la question du lien social et de la modification des activités personnelles dans les destinations touristiques.

58Enfin, il est notable que les grilles insulaires fassent apparaître des questionnements propres aux préoccupations des populations concernées au-delà des catégories habituellement évoquées parmi lesquelles l’espace garde une place de choix. Ceci nous incite à poursuivre notre réflexion sur un questionnement relatif à la qualité de vie en Corse qui passe nécessairement par un approfondissement des déterminants que nous avons appelés spécifiques : l’espace, le temps et les ressources du territoire. Cette analyse ne pourra alors faire l’économie d’une enquête qualitative visant à identifier le système de valeurs de référence et à recueillir le ressenti des résidents. Il conviendra alors de s’interroger sur le « processus de qualification » de la vie et de sa subjectivité compte tenu de l’espace-temps considéré. En cela, ce travail n’est qu’une première étape de recension qui comporte les limites intrinsèques à ce type d’exercice. Il ouvre néanmoins une perspective pluridisciplinaire dans l’établissement d’un système d’indicateurs de qualité de vie applicables aux territoires touristiques insulaires capables de saisir aussi bien les composantes objectives que les composantes subjectives associées à cette notion.

Haut de page

Bibliographie

Agence Française d’Ingénierie Touristique (2002). Piloter le tourisme durable dans les territoires et les entreprises, AFIT, Guide de savoir-faire.

Agence Française d’Ingénierie Touristique (2009). Tourisme durable dans les îles. Protéger, développer, valoriser, AFIT, Guide de savoir-faire.

Aguilo Perez, E., V. Barros Bonnin, M.A. Garcia Sastre, J. Rossello Nadal (2003). Las actitudes de los residentes en baleares frente al turismo, Universitat de les Illes Balears, Turismo i Investigacion num. 7.

Berque, A. (2001). Ecoumène : une introduction à l’étude des milieux humains, Belin, Paris.

Bernadie-Tahir, N. (2005). « Des bouts du monde à quelques heures : l’illusion de l’isolement dans les petites îles touristiques », Annales de géographie, 4(644) : 362-382.

Blaquez, M., I. Murray et J.M. Garau (2002). El Tercer Boom: Indicadors de sosteibilitat del turisme de les Illes Balears 1989-1999, Palma de Mallorca, CITTIB.

Briguglio, L. (1995). « Small island developing states and their economic vulnerabilities », World Development, 23 (9): 1615-1632.

Casabianca, F. et J-A. Prost (1999). « Certification AOC et milieux insulaires. Stratégie des industries fromagères en Sardaigne et en Corse », dans A. Meistersheim (dir.), L’île laboratoire, Ajaccio, Ed. Alain Piazzola.

Céron, J.P. et G. Dubois (2000). « Les indicateurs du tourisme durable. Un outil à manier avec discernement », Cahier Espaces, n°67.

Corbin, A. (1990). Le territoire du vide. L’occident et le désir de rivage 1750-1840, Champs, Flammarion.

Dumazedier, J. (1972). Vers une civilisation du loisir, Seuil.

English Tourism Council (2002). ETC National Sustainable Tourism indicators, London.

Fischler, C. (1990). L’homnivore, Odile Jacob.

Geraud, M-O. (2002). « Esthétiques de l’authenticité, Tourisme et touristes chez les Hmong de Guyane française in Touriste, autochtone : qui est l’étranger ? », Ethnologie française, 32(3) : 447-459.

Guyson, D., C. Jurowski and M. Uysal (2002). “Residents attitudes: a structural modelling approach”, Annals of tourism research, 29 (1): 79-105.

Krueger, A.B. and D. Schkade (2008), "The Reliability of Subjective Well-Being Measures", Journal of Public Economics, 92(808): 1833-1845.

Le Goff, J. (1977). Pour un autre moyen âge. Temps travail et culture en Occident : 18 essais, Paris, Gallimard.

Lindberg, K. and R. Johnson (1997). “Modeling residents’ attitudes toward tourism”, Annals of tourism research, 24(2): 402-424.

Martinetti, J. (1989). Insularité et marginalité en Méditerranée occidentale. L’exemple corse, Le signet.

Meda, D. (1999). Qu’est-ce que la richesse ?, Champs Flammarion.

Mestersheim, A. (2006). « Le malentendu. Entre imaginaire insulaire et imaginaire continental, Ethnologie française, 36(3) : 503-508.

Michea, J-C. (2007). L’empire du moindre mal. Essai sur la civilisation libérale, Climats.

Michon, G. et J. Sorba (2008). « I tre valli : passer par-dessus les montagnes », Ethnologie française, 38(3) : 465-477.

Morand, P. (1938). Méditerranée, mer de surprises, éd. du Rocher.

Organisation de Coopération et de Développement Economiques (2003 a). Indicators for the integration of environmental and sustainability concerns into tourism policies, OCDE.

Organisation de Coopération et de Développement Economiques (2003 b). Spanish System of Environmental Tourism Indicators, OCDE.

Organisation de Coopération et de Développement Economiques (2011). Comment va la vie ? OCDE.

Organisation mondiale du tourisme (2000). Développement durable du tourisme, une compilation de bonnes pratiques, OMT.

Organisation mondiale du tourisme (2004). Indicators of sustainable development for tourism destinations, A guidebook, OMT.

Péron, F. (2005). « Fonctions sociales et dimensions subjectives des espaces insulaires (à partir de l’exemple des îles du Ponant) », Annales de géographie, n°644 : 422-436.

Péron, F. (1993). Des îles et des hommes : l’insularité aujourd’hui, Rennes, éd. De la cité, Ouest-France 

Programme des Nations Unies pour l’Environnement (2007). Indicateurs prioritaires et complémentaires « TOURISME », PNUE, Plan Bleu.

Programme des Nations Unies pour l’Environnement (1995). Environment Code of conduct for tourism.

Prado, P. (2006). « La recomposition sociale d’un paysage : l’île aux moines (1900-2000) », Ethnologie française, 36(3) : 457-466.

Ravis Giordani, G. (2005). « Organisation sociale et représentation fantasmatiques du travail et des conflits dans le cadre de la transhumance corse », dans A. Casanova, G. Ravis-Giordani et A Rovere (dir), La chaine et la trame, Albiana.

Rua Elavai, A., M. Carlota Santos y A. Davila Gonzalea (dir.) (2006). Sistema de Indicadores de Sustentabilidade do turismo da Macaronésia 2000/2005 (SIET-MAC),Madeira, DREM.  

Salome, K. (2006). « Les îles bretonnes au 19e siècle entre éloignement et isolement », Ethnologie française, 36(3) : 435-441.

Segui Llinas, M. (2005). « Le difficile concept de soutenabilité en tourisme », dans R. Amirou, P. Bachimon, J-M. Dewailly et J. Malezieux J., (dir), Tourisme et souci de l’autre, L’Harmattan.

Sen, A. (1987). Commodities and Capabilities, Oxford University Press, Oxford

Sen, A. (2003). Un nouveau modèle économique. Développement, justice, liberté, Odile Jacob, Paris.

Stiglitz, J.E., A. Sen, J.P. Fitoussi (2009). La mesure des performances économiques et du progrès social, Rapport au Président de la République Française.

Tafani, C., X. Pieri et M.A. Maupertuis (2010). « Agriculture et tourisme sur le littoral corse : des durabilités incompatibles ? Réflexions à partir de l’étude du marché foncier agricole », Colloque, Aménagement durable des territoires méditerranéens, Aix-en-Provence.

Taglioni, F. (2003). Recherches sur les petits espaces insulaires et sur leurs organisations régionales, mémoire d’habilitation à diriger les recherches, vol 2.

Torre, A. (2009). « Retour sur la notion de proximité géographique », Géographie, Economie et Société II.

Twining-Ward, L. and W. Butler (2002). “Implementing STD on a small island: development and use of sustainable tourism development indicators in Samoa”, Journal of Sustainable Tourism, 10(5): 363-387.

Union européenne (2001). Sustainable tourism and Natura 2000, Bruxelles, UE.

Vellas, F. (1997). Le tourisme et les îles, L’Harmattan.

Vellas, F. (2000). « Comment peut-on professionnaliser, innover et industrialiser les entreprises et les organisations touristiques traditionnelles pour rendre la croissance plus durable ? », Actes Les Sommets du tourisme.

Viard, J. (2006). Eloge de la mobilité. Essai sur le capital temps libre et la valeur travail, Editions de l’Aube.

White, V., G. Mcgrum, K.L. Blackstock and A. Scott (2006). Indicators of sustainability & sustainable tourism: some example sets, The Macaulay Institute.

Williams, J. and R. Lawson (2001). “Community issues and resident opinions of tourism”, Annals of tourism research, 28(2): 269-290.

Haut de page

Notes

1 Trois perspectives principales sont développées : 1/les approches en matière de bien-être subjectif (Krueger, Schkade, 2008) pour lesquelles on considère que les individus sont à même d’évaluer leur propre situation. L’analyse statistique des emplois du temps de la population cible et des niveaux de satisfaction ou de désagrément expérimentés par les personnes interrogées constitue la traduction pratique de ces réflexions. 2/L’approche par les capacités (Sen, 1987 ; 2003) qui met en relation les fonctionnements et états d’un individu avec les aptitudes et les opportunités qui lui sont offertes ou qu’il développe pour améliorer son sort. Cette aptitude dépend foncièrement de la liberté dont il dispose pour effectuer ses choix 3/l’approche par les allocations équitables qui cherche à identifier les composantes non-monétaires du bien-être respectueuses des préférences des agents.

2 Pour une analyse détaillée de ces déterminants et des variables susceptibles de les traduire, nous renvoyons le lecteur à la deuxième partie du chapitre II du rapport de Stiglitz, Sen et Fitoussi (2009) ; URL <www.stiglitz-sen-fitoussi.fr>.

3 Le rapport de l’OCDE Comment va la vie ? publié en 2011 offre une analyse quasi exhaustive de toutes les composantes de la qualité de la vie, intégrant au-delà des dimensions déjà étudiées par SSF (2009), d’autres dimensions matérielles comme le revenu et le patrimoine, l’emploi et les salaires, mais aussi des dimensions immatérielles comme le bien-être subjectif. Comme nous avons choisi ici d’étudier les mesures possibles des composantes matérielles allant au-delà des variables économiques, notre choix de caler notre propre analyse sur la typologie de SSF (2009) reste valide.

4 Une recension réalisée dans le cadre du projet de recherche TOSIC – UMR CNRS 6240 LISA – Université de Corse retient 431 indicateurs.

5 « Analyse des grilles d’indicateurs du tourisme soutenable au regard de la notion de qualité de vie des résidents » - Projet de recherche TOSIC financement CPER– UMR CNRS 6240 LISA – Université de Corse.

6 « Analyse des grilles d’indicateurs du tourisme soutenable insulaire au regard de la notion de qualité de vie des résidents » - Projet de recherche TOSIC – UMR CNRS 6240 LISA – Université de Corse.

7 Méthode préconisée par l’AFIT (2002).

8 Notre interrogation première part en effet, du cas de la Corse, île de la Méditerranée, qui reçoit plus de 3 millions de touristes chaque année pour une population résidente de 300 000 individus. Certaines zones de l’île (la Balagne, l’extrême sud, la plaine orientale, etc.) sont soumises à une pression touristique qui se manifeste non seulement par des phénomènes de congestion, de pollution, de pression foncière, mais aussi par un mécontentement croissant des résidents d’origine corse ou non-corse dont le quotidien en période estivale est devenu « un enfer ». La Collectivité Territoriale de Corse qui doit produire un Plan de Développement Durable de la Corse en 2013 ne peut ignorer les effets pervers du développement touristique sur un plan sociétal, au risque non seulement de provoquer une crise politique dans l’adoption du document proposé, mais aussi de grever toute chance d’un développement touristique équilibré. Aucun système d’indicateurs du tourisme durable n’est en place à ce jour ni à des fins de diagnostic ni à des fins de prospective.

9 La notion d’espace transparaît aussi dans toutes les grilles même si c’est à des degrés divers (AFIT, ETC, OCDE [a], OCDE [b], OMT, Vellas, Plan Bleu). L’espace est abordé à travers les dispositifs existants d’aménagement du territoire, de planification territoriale et de manière évidente à travers tous les ratios spatialisés (densité, encombrements, etc.).

10 Voir en milieu urbain le retour des jardins familiaux qui, au-delà d’un contexte économique difficile, participent d’une tendance liant la production de proximité au bien-être.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6277/img-1.png
Fichier image/png, 9,1k
Titre Tableau 6. Les grilles spécifiquement insulaires (indicateurs spécifiques à l’île en italique)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6277/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Furt et Marie Antoinette Maupertuis, « Développement touristique insulaire et qualité de vie des résidents : une analyse critique des indicateurs de tourisme durable », Études caribéennes [En ligne], 23 | Décembre 2012, mis en ligne le 15 décembre 2012, consulté le 22 mars 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6277 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6277

Haut de page

Auteurs

Jean-Marie Furt

Université de Corse, Directeur du département Tourisme, Université de Corse, Enseignant-chercheur en Droit, furt@univ-corse.fr

Articles du même auteur

Marie Antoinette Maupertuis

Université de Corse, Directrice du Laboratoire Unité Mixte de Recherche (UMR) CNRS - Lieux Identités eSpaces et Activités (LISA) 6240, Professeur en Économie, maupertu@univ-corse.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org