Navigation – Plan du site
Hors dossier

L’alternative au modèle socialiste cubain actuel : des Lineamientos du VIe Congrès du Parti aux perspectives d’intensification des relations avec l’Union Européenne

The Alternative to the Current Cuban Socialist System: from the Lineamientos of the 6th Congress of the Party to the Intensification’s Perspectives of Cuba’s Relationship with the European Union
La alternativa al modelo socialista cubano actual: De los Lineamientos para el VI Congreso del Partido hasta las perspectivas de las relaciones más estrechas con la Unión Europea
Jessica Mixhe

Résumés

Avril 2011. L’agitation dans les rues est le signe qu’un événement capital pour l’avenir du pays se prépare : Raoul Castro a convoqué la réunion du 6e congrès du Parti Communiste Cubain. Après des années de revendication d’un système social égalitaire échappant à la tutelle étasunienne, les structures économiques de la perle des Caraïbes sont remises en question. L’arrivée des printemps arabes, qui symbolisent la révolte des peuples vis-à-vis d’une gouvernance politique et économique autoritaire et rigide, n’est probablement pas étrangère à ce soudain besoin de modifier les structures économiques existantes à Cuba. Au menu, ce sont 291 mesures qui sont annoncées pour améliorer le quotidien des cubains, dont le salaire moyen mensuel est de 12 euros. Quant à la relation qu’entretient Cuba avec l’UE, elle revêt aujourd’hui une dimension surtout bilatérale : la position commune de 1996 n’a en effet jamais été modifiée, les Etats Membres adoptant une attitude différente selon les relations qu’ils entretiennent avec Cuba, tant d’un point de vue politique qu’historique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Granma, Órgano oficial del Comité Central del Partido Comunista de Cuba, 19 abril 2011

116 avril 2011, il est six heures du matin et les rues de la Havane sont inhabituellement animées. Des milliers de Cubains se dirigent vers la Plaza de la Revolución. Les quatre et uniques chaînes de télévision nationales annoncent cet événement depuis des mois : c’est à cet endroit que démarrera le défilé militaire qui ouvrira officiellement le Congrès du Parti Communiste Cubain (PCC). L’effervescence est palpable. Ce rassemblement humain va en effet permettre au peuple cubain de s’identifier un peu plus à sa patrie. Entre hymne national entonné en cœur et les pancartes à l’effigie du líder máximo et de son frère Raúl, tous les regards étaient tournés vers les débats du Parti, prévus du 16 au 19 avril 2011. Au menu, l’analyse d’environ 300 mesures cadres visant à apporter de nombreux ajustements au système cubain. Comme le souligne La transition qui s’opère actuellement ne doit pas être considérée comme un changement radical mais plutôt comme le passage à une économie socialiste plus viable (Alonso Tejada, 2001) afin de « garantizar la continuidad e irreversibilidad del Socialismo »1. En d’autres termes, Raúl Castro Ruz tire la sonnette d’alarme et, sous les yeux attentifs de la scène internationale, annonce un ambitieux projet de réformes.

2Dans le cadre de cette étude, les informations exploitées sont le reflet de recherches personnelles et d’entretiens, menés principalement en Belgique (Wallonie-Bruxelles International, Agence Wallonne à l'Exportation et aux Investissements étrangers, Ambassade de Cuba, pour ne citer qu’eux) mais également à Cuba, auprès de représentations d’Etat de l’Union Européenne. Enfin, ces réflexions s’appuient également sur les nombreuses rencontres avec la population cubaine : professeur, essayiste, indépendant dans le secteur touristique, membre de l’opposition (!), etc. L’authenticité de ces récits nous a profondément aidé à aborder et comprendre les rouages du système.

3En tant que jeune politologue, notre souhait est de fournir, modestement, les conclusions auxquelles nous sommes parvenus après un séjour de cinq semaines sur la Perle des Caraïbes. Tout au long de ce cheminement intellectuel, nous tenterons d’éviter l’écueil le plus courant concernant Cuba, à savoir diaboliser la situation interne, la qualifiant tantôt de paradis alternatif au capitalisme occidental, tantôt de dictature douce.

4L’objectif est donc d’évoquer l’ambitieux programme de réformes qui avait été annoncé en avril et d’observer le chemin presqu’un an plus tard. Cependant, aborder la liste des adaptations au système sans en connaître les origines et les évolutions qu’il a subi est un exercice délicat. Une analyse de ce type s’avère périlleuse sans un solide bagage historique. L’histoire de la République de Cuba, rythmée par les apparitions publiques très médiatisées de Fidel depuis 1959, sera l’objet de la première partie. Ensuite, dans un deuxième temps, nous nous pencherons sur le cheminement politique et économique de Cuba suite à l’accession au pouvoir de Fidel, jusqu’à la période spéciale et les Lineamientos débattus et votés en avril 2011. Enfin, nous évoquerons la tumultueuse relation entre Cuba et l’Union Européenne.

1. De la période spéciale à la convocation du VIe Congrès du Parti Communiste Cubain

  • 2 Temas-Cultura Ideología y Sociedad, número 55/ Julio-Septiembre de 2008

5La Révolution Castriste revêt une triple dimension2. Elle est d’abord historique : le Parti Communiste Cubain (PCC), bras droit de la Révolution, entend apprendre des erreurs du passé et opérer un changement radical qui permettra de transformer le cours de l’histoire cubaine. En voulant libérer la population oppressée et mettre fin à la dictature de Batista, cette Révolution est aussi démocratique : le peuple est au centre des idéaux politiques. Sans lui, le Parti ne peut exister. Enfin, elle est de nature idéologique puisqu’elle vise à la fois l’aboutissement d’une société meilleure et plus égale ainsi que sa défense face à l’impérialisme américain. Notons également que les concepts clefs de la pensée marxiste rythment les discours et les processus décisionnels : Cuba croit au bien fondé de la propriété collective, à l’importance du soutien populaire et à son rôle de substitution à la structure étatique traditionnelle.

1.1. La période spéciale

  • 3 Fundora Fernandez, A., P.Vidal Alejandro, Noviembre del 2004

6Depuis la disparition de l’URSS, Cuba est noyé dans la période spéciale. Spéciale car pour la première fois, le produit intérieur brut (PIB) a subitement chuté, conséquence directe de la disparition du principal partenaire économique et commercial de l’île caribéenne : alors qu'entre 1985 et 1990, le PIB de Cuba se situe aux alentours de 19000 millions de pesos, dès 1991, il chute à un peu moins de 17000 millions de pesos pour atteindre son niveau le plus bas en 1994, à 12777 millions de pesos cubains3.

  • 4 Carranza, V. Julio, 2003

7A cet effet, en 1994, « […] pour sauver le pays de la faillite après la chute de l’Union soviétique qui subventionnait 85 % de l’économie cubaine, La Havane a ouvert ses portes au tourisme et au secteur privé » (Lemieux, 2011) , ciblant principalement les logements et la restauration. A travers la réforme de Perfeccionamento Empresarial4, on observe une diversification de la propriété et des formes de gestion avec l’apparition d’entreprises mixtes (avec capital étranger), de nouvelles coopératives, de travailleurs indépendants. Certains espaces du marché s’ouvrent et l’autonomie entrepreneuriale s’intensifie. De plus, la détention de pesos convertibles (dollars) a été légalement autorisée, instaurant la dualité monétaire.

8C’était sans compter sur l’acharnement de Washington, qui vota en 1996 la loi Helms-Burton, renforçant l’embargo étasunien. La nature s’y mêla également : en 2008, trois ouragans se sont abattus sur l’île, détruisant de nombreux complexes hôteliers et montant les dégâts à environ 10 milliards de dollars.

  • 5 Carranza, V. Julio, op.cit.

9La crise internationale de 2008 fut le coup de grâce pour Cuba «  qui ne peut plus faire face à ses engagements, gèle les avoirs des investisseurs étrangers et tranche dans les importations, quitte à ralentir l’activité un peu plus »5.

  • 6 Lazaro Besada Toleda J., 2004.

10Bien que non-exhaustif, ce bref état des lieux de la période spéciale témoigne de la nécessité de changements imminents. Une économie dont le tourisme et les remesas6 constituent les deux premières sources de revenus n’était durablement pas soutenable. Le premier pas vers plus d’autonomie entrepreneuriale de 1994 s’avéra insuffisant : la diversification du paysage économique devait être plus marquée. Le Vice-président du Conseil des Ministres et Ministre de l’Economie et de la Planification, Jorge Marino Murillo, l’affirma d’ailleurs publiquement en mai 2010 : « Estas circunstancias demandan una actualización de nuestro modelo económico, que preserve los principios de justicia del socialismo ». Il était loin de se douter que moins d’un an plus tard, son vœu serait exaucé.

1.2. Les lineamientos : ces mesures cadres au service du socialisme national

  • 7 «Revolución a los 50, ¿Qué literatura cubana? », op.cit.
  • 8 Qui ne s’était plus réuni depuis 1997.

11Dès ses débuts, la Révolution à Cuba s’est vue dotée d’une soupape de sécurité qui permettrait d’assurer sa continuité en cas d’imprévus. En 1959, la possibilité d’un attentat contre la vie de Fidel fut évoquée et son frère Raúl fut désigné comme son successeur en tant que chef d’Etat7. Président du Conseil des Ministres et d’Etat et Commandant en chef depuis le 24 février 2008, Raúl a convoqué, en novembre 2010, le VIe Congrès du Parti Communiste Cubain8, qui s’est déroulé du 16 au 19 avril 2011.

  • 9 V Congreso del Partido Comunista de Cuba, Resolución económica del V Congreso del Partido, 1997

12En impulsant la mise en place de ce congrès, Raúl a rendu officielle la préoccupation principale de l’île puisqu’il a ouvertement abordé la nécessité de modifier les structures économiques du pays. Il est vrai que par le passé, les cinq congrès du Parti (respectivement en 1975, 1980, 1986, 1992 et 1997) obtinrent des résultats mitigés. Les deux premiers ont surtout rappelé le bien-fondé de la Révolution socialiste, tandis que le congrès de 1986 a distancé Cuba de la perestroïka de l’Union Soviétique, à une période où le CAME n’engendrait pas les effets escomptés. En 1992, de grandes réformes ont été votées et concernaient principalement l’autorisation des petits commerces, les adaptations à apporter en vue de drainer le secteur touristique et l’instauration de la dualité monétaire. Enfin, en 1997, le cinquième Congrès du Parti affirma que « […] la Política Económica inicia una nueva etapa, que debe abarcar aspectos estructurales de la economía como la diversificación, crecimiento y dinamización de las exportaciones, el desarrollo de la base alimentaria, y la eficiencia económica en sus aspectos energéticos, materiales y financieros, por solo mencionar algunos […]»9.

  • 10 Ibid.
  • 11 « Raúl Castro : Cubains, changez de mentalité’ », 28-29 janvier 2012

13L’ouverture du dialogue sur les adaptations à apporter au modèle socialiste semble également être portée par l’arrivée d’une nouvelle génération, avide de changements et prête à s’exprimer plus librement que ses prédécesseurs10. Sur ce point, Yoani Sanchez (la philologue cubaine et blogueuse à ses heures), est du même avis que Raúl11 : la transition est en marche et bien que ses effets se fassent discrets, elle constitue l’étape nécessaire pour sauver le pays du marasme économique dans lequel il est plongé depuis le début des années nonante.

  • 12 «La bataille économique constitue aujourd’hui, plus que jamais, la tâche principale et le centre du (...)
  • 13 C'est-à-dire une économie socialiste planifiée avec un Etat régulateur

14D’après Raúl, « la batalla económica constituye hoy, más que nunca, la tarea principal y el centro del trabajo ideológico de los cuadros, porque de ella depende la sostenibilidad y preservación de nuestro sistema social»12. Le principal défi des 291 mesures-cadres consiste donc à réviser la politique sociale et économique nationales en prenant soin de conserver l’appareil politique et le caractère socialiste de la Révolution13.

  • 14 Mwenetombwe, F., 25 mars 2011

15Ces lineamientos sont le résultat de débats qui « se sont déroulés sur l’ensemble du territoire (dans les quartiers, lieux de travail universités, écoles, etc.) »14 de novembre 2010 à février 2011 et qui ont réuni au total pas moins de six millions de Cubains. Presqu’un an après l’approbation de ces mesures, la libéralisation du secteur non-étatique et la notion de propriété ont très nettement évolué dans le cadre légal cubain.

1.2.1. Libéralisation du secteur non-étatique

  • 15 « El modelo de gestión debe reconocer y estimular, además de la empresa estatal socialista, que es (...)
  • 16 « Ampliar el ejercicio del trabajo por cuenta propia y su utilización como una alternativa más de e (...)
  • 17 Cf. Lineamiento 241: « La actividad no estatal en alojamiento, gastronomía y otros servicios, se co (...)
  • 18 Cf. Lineamiento 239 « Diversificar las ofertas complementarias al alojamiento con nuevas opciones q (...)

16Les lineamientos 215 et 15816 prévoyaient la stimulation des formes de travail non-étatiques et en particulier, le travail por cuenta propia, c'est-à-dire les commerces, souvent improvisés au rez-de-chaussée des habitations, et qui englobent par exemple la vente d’outils, de nourriture mais aussi les bicy-taxi, les vendeurs de rues, etc. Elle devait également avoir une incidence sur le secteur touristique, puisque l’offre de service aura tendance à se diversifier (prolifération des restaurants17, multiplication des croisières, tourisme écologique et de santé, etc.)18.

  • 19 Les touristes cubains, qui viennent d’autres régions, n’ont quant à eux accès qu’aux casas particul (...)
  • 20 Au moment de l’écriture de cet article, 1 CUC vaut environ 0,8 euros. 200 CUC valent donc environ 1 (...)

17Cette activité indépendante concerne majoritairement les arrendadores oficiales, les tenanciers des maisons d’hôtes dites casas particulares. Ceux-ci reçoivent une licence qui leur permet de louer une ou plusieurs chambres aux touristes étrangers19. Toutefois, cette nouvelle liberté instaurée en 1997 est toute relative puisque dès 2002, des restrictions sont apparues. Les bailleurs doivent en effet s’acquitter d’un impôt mensuel par chambre, d’une valeur de 200 CUC20, indépendante du nombre de logeurs. De plus, ils sont également soumis à une taxe annuelle, qui a subit en 2011 une hausse de 15%. Enfin, tous les trimestres, le bailleur doit renouveler son affiliation à la sécurité sociale : il ne s’agit pas d’une sécurité en cas de maladie mais d’une condition sine qua none en vue de l’obtention de la licence de bailleur.

  • 21 Entretien avec Mwenetombwe Felix, Adjoint au Chef du Service Economique de l’Ambassade de France à (...)

18Cette attitude de libérer un secteur tout en imposant des contraintes financières a posteriori traduit le souhait de la Havane de « […] réduire ses dépenses publiques, retrouver l’équilibre de la balance commerciale et booster ses exportations, ce qui nécessitera une meilleure productivité et un secteur privé beaucoup plus présent »21. Cuba, qui n’est pas membre d’institutions financières internationales telles que le FMI ou la Banque Mondiale, éprouve des difficultés à dégager des ressources économiques. Par conséquent, les entreprises privées font les frais de cette absence de capitaux puisqu’elles sont surtaxées, mettant ainsi en péril l’éclosion du secteur privé et son intensification comme alternative à l’acteur économique étatique.

  • 22 Gaceta Oficial de la República de Cuba, Viernes 11 De Noviembre de 2011

19Il semble toutefois que le Parti ait tenu sa promesse. Le 11 novembre 2011 a été publié à la Gaceta Oficial de la República de Cuba le texte de loi visant à réglementer la mise en location d’immeubles pour les activités des petits indépendants, nommément les barbiers et les coiffeurs22. Le locataire pourra installer maximum trois sièges et devra verser un loyer, régler les factures inhérentes à la location ainsi que souscrire à la sécurité sociale.

  • 23 Gaceta Oficial de la República de Cuba, Lunes 21 De Noviembre de 2011

20Dix jours plus tard, un décret-loi a été publié : il prévoit l’accès au crédit bancaire et autorise l’ouverture de comptes courants23. Les Cubains découvrent actuellement le fonctionnement des cartes de crédit, de débit, les chèques ou encore les lettres de change. Précision surprenante : ces opérations bancaires pourront s’effectuer en monnaie nationale, en pesos convertibles mais aussi dans une monnaie qui soit convertible dans les banques nationales. Cette ouverture du secteur bancaire, destinée a priori aux nouveaux patrons cubains, pourrait donner l’impression que la porte est ouverte à l’entrée de capitaux étrangers. Cependant, le chapitre cinq régit les normes de paiement et spécifie que les transactions en pesos cubains constitueront la norme et que « Exceptionalmente podrán ejecutarse pagos en pesos convertibles en los casos autorizados por el Ministerio de Economía y Planificación ».

21Ces activités non-étatiques bénéficient donc à présent d’un cadre légal nouveau qui définit les droits et obligations des parties contractantes et qui permet à ces nouveaux entrepreneurs d’emprunter pour acquérir le matériel nécessaire à leur activité.

1.2.2. Renforcement de la notion de propriété

22S’agissant de la notion de propriété, il semble qu’elle s’apparente à un droit dont le champ et les modalités d’application étaient encore floues jusqu’en 2011. Le citoyen cubain ne pouvait construire son habitation qu’après de lourdes procédures administratives lui conférant l’autorisation de l’Etat. Il devait rassembler lui-même les matériaux, prendre à sa charge l’ensemble de la construction et s’acquitter d’une taxe obscure. En cas de décès, les enfants du propriétaire n’héritaient du bien immobilier qu’après le paiement, à nouveau, de ladite taxe.

  • 24 Les permutas bénéficient d’un cadre légal, à savoir le paraphe de l’avocat.
  • 25 « Aplicar fórmulas flexibles para la permuta, compra, venta y arriendo de viviendas, para facilitar (...)

23Ce système approximatif a donné de la puissance aux échanges de propriétés (permutas24), engendrant des transactions monétaires illégales, destinées à compenser la différence de valeur des logements échangés. De plus, « [s]euls les propriétaires d’avant 1958 ont pu conserver leurs maisons. Ils ont pu la transmettre à leurs enfants, à condition toutefois qu’ils ne soient pas partis vivre à l’étranger ou qu’ils ne soient pas tombés en disgrâce du régime» (Lemieux, 2011a). Devenir propriétaire selon les concepts occidentaux (évaluation du bien, contrat de vente, etc.) relevait donc de l’utopie. Le lineamiento 27825 avait ainsi pour objectif d’étendre la notion de propriété afin de permettre notamment l’achat et la vente des logements.

  • 26 Gaceta Oficial de la República de Cuba, Miércoles 3 De Noviembre de 2011

24Suite au VIe Congrès du PCC, un décret-loi élargit ce droit de propriété puisqu’il est désormais possible de vendre et d’acheter des immeubles26. Ce droit, comme beaucoup d’autres, ne concerne que les citoyens cubains résident sur l’île et les étrangers qui y résident de manière permanente. Le texte prévoit l’officialisation des permutas devant un notaire public, la transmission d’un immeuble par donation ou par vente ainsi que les modalités en vue du paiement. Enfin, une résolution additionnelle ajoute que la taxation de ces logements dépendra de facteurs particuliers (situation géographique, caractéristiques de la construction) mais ne précise pas les montants.

25D’autres secteurs n’ont toutefois pas encore vu de changements radicaux depuis avril 2011.

  • 27 « Asegurar que las medidas salariales garanticen que cada cual reciba según su trabajo, y que este (...)
  • 28 « Fortalecer el papel del salario en la sociedad, para lo cual será necesario reducir gratuidades i (...)
  • 29 Cf. Lineamiento 162 «Implementar la eliminación ordenada de la libreta de abastecimiento, como form (...)
  • 30 « La matrícula en las diferentes carreras estará en correspondencia con las demandas del desarrollo (...)
  • 31 C’est souvent le taux d’alphabétisation de 100% qui est mis en avant : « Une étude de 2001 sur l’en (...)

26Ainsi, la politique sociale en matière d’emploi et de salaires annoncé par les lineamientos 15627 et 16128 avait pour objectif une revalorisation du salaire, même si cela devait engendrer des coupes dans d’autres secteurs de l’économie. Jusqu’à présent, contrairement à ce qui avait été annoncé par le Parti, le livret de rationnement, subventionné par l’Etat, existe toujours29. Ensuite, la valorisation des « cerveaux » nationaux n’a pas abouti : d’une part, le manque de matériel et de technologie est inchangé et d’autre part, le nombre de jeunes diplômés est souvent largement supérieur à l’offre professionnelle. Les jeunes diplômés doivent alors se reconvertir dans un secteur totalement différent ou enchaîner les petits boulots irréguliers (vendre la viande de ses animaux, offrir ses services, etc.). Le lineamiento 13830 entendait bien mettre fin à cette inadéquation entre les filières d’études entamées et l’offre réelle sur le marché du travail. Cette situation est d’autant plus étonnante que la gratuité de l’enseignement constitue l’une des conquêtes les plus souvent citées de la Révolution socialiste31

1.3. Réflexions

« La sociedad cubana se está moviendo. No se puede precisar aún la dirección de este movimiento, pero algo es incuestionable: llega la época de los cambios internos, no en la dirección de destruir el sistema socialista, pero sí de adecuarlo a los requerimientos de los tiempos que corren. Si estos cambios se realizan con inteligencia y ecuanimidad, Cuba está en condiciones de salir adelante. Solamente queda esperar ».

Juan Lazaro Besada

27« Il n’y a plus qu’à attendre ». L’impulsion tant attendue a été donnée. Les mesures annoncées doivent maintenant passer à travers les mailles de la lenteur bureaucratique et braver le conflit interne qui existe au sein du pouvoir entre les pro-conservateurs et ceux qui, d’une manière ou l’autre, ne s’opposent pas au changement. Cependant, la rigidité étatique héritée du socialisme soviétique semble ralentir ce processus de modernisation des structures économiques et constitue une raison supplémentaire pour les jeunes Cubains de vouloir quitter l’île pour émigrer sous d’autres cieux.

28Ensuite, toutes ces mesures se réfèrent à la macro-économie et rien n’indique comment elles s’appliqueront réellement ni les changements que cela engendrera dans la vie quotidienne de chaque Cubain. Comment sera dégagé le budget qui sera affecté à la réparation des dizaines de bus qui ne circulent plus? Comment le Cubain lambda va-t-il pouvoir se procurer du riz et du savon en suffisance si ces produits ne sont plus subventionnés à travers le livret de rationnement? De plus, les lineamientos ne contiennent aucun délai, période transitoire ou date butoir en vue de la réalisation de ces objectifs.

29Enfin, s’agissant de la révision de la politique migratoire annoncée par Raúl en 2011, les mesures qu’il avait annoncées étaient certes très séduisantes mais concrètement impossible à exécuter. La suppression du concept d’émigration définitive aurait pu annoncer une nouvelle ère, celle de la libre circulation des Cubains en dehors de l’île (Le Monde, 2011). Aucun détail n’a cependant filtré sur la disproportion entre le salaire moyen du Cubain (12-15CUC) et le prix d’un billet d’avion, plus ou moins identique qu’en Europe, soit plusieurs centaines de CUC. Mystère total également sur le financement du passeport, du transfert jusque l’aéroport ni même sur la survie ou non de la « lettre d’invitation ».

2. Les perspectives d’intensification des relations entre Cuba et l’Union Européenne

2.1. La relation Cuba-UE

  • 32 L’UE n’a adopté de position commune que sur un nombre limité de pays à savoir Cuba, le Zimbabwe, l’ (...)

30La relation entre Cuba et l’Union européenne (UE) a été institutionnalisée à travers la position commune de 199632. Felipe González, Président espagnol de 1982 à 1996, entamera l’ouverture du débat avec Cuba en abordant des thèmes tels que les droits de l’Homme ou encore les échanges économiques et culturels. Si la doctrine Monroe décrète que tous les Etats qui se trouvent sur le continent américain doivent être sous tutelle étasunienne, de l’autre côté de l’Atlantique, la zone de l’Amérique latine est la chasse gardée de l’Espagne. Gonzales permet ainsi à Cuba d’intégrer la Communauté Ibéroaméricaine des Nations en 1991. La position commune sera finalement adoptée en décembre 1996 sous l’impulsion du nouveau Président espagnol José Moréa Aznar.

  • 33 Position commune du 2 décembre 1996 définie par le Conseil sur la base de l'article J.2 du Traité s (...)

31Les priorités et objectifs établis par la position commune se concentrent en deux grands piliers, à savoir, d’une part, les avancées en matière de démocratie et droit de l'Homme et, d'autre part, la nécessité d'ouvrir l'économie cubaine vers l'extérieur33.

  • 34 «Cuba-United States», Abril-Septiembre de 2010, p67

32L’Union Européenne fait ici valoir son mode de gouvernance régionale fondé sur plusieurs principes et valeurs (Santander, 208). Elle reconnait la souveraineté et l’indépendance de l’Etat cubain et officialise également son souhait d’appuyer toute transition interne future : « […] la UE quiere promover cambios desde dentro encaminados hacia una transición pacífica […]34 ». La formule employée veille à ce que le rôle de l’UE soit limité à une simple mission d’appui mais suggère explicitement qu’un processus de transition démocratique devra bientôt voir le jour.

  • 35 Cf. « Proyecto Varela » : Onze milles signatures ont été rassemblées en vue du dépôt de ce projet d (...)

33Derrière les concepts de démocratie et des droits de l’Homme, l’UE fait surtout référence à la liberté politique. Il s'agit donc, entre autre, de stimuler le pluralisme démocratique mais également d'agir vers un renforcement de la défense des droits de l'Homme et des libertés fondamentales (liberté d’expression, droit de manifester, droit de soumettre une proposition de loi à l’Assemblée Nationale35). Le Conseil de l’UE espère, à distance, influer positivement sur les conditions de vie de la population cubaine via le suivi de la politique intérieure et étrangère de Cuba mais aussi des adaptations au système qu’a livré le Congrès du PCC en 2011.

  • 36 Position commune du 2 décembre 1996 définie par le Conseil sur la base de l'article J.2 du Traité s (...)

34Dans un deuxième temps, et compte tenu de la disparition des partenaires économiques étasunien et soviétique ainsi que de la période spéciale toujours en cours, la résolution de 1996 rappelle le souhait de l’UE d’accompagner Cuba dans un processus d’ouverture économique et de l’appuyer à travers des « actions de coopération économiques ciblées »36.

  • 37 Ibid.

35Le troisième point de la déclaration adopte un ton résolument plus agressif : « afin de faciliter le changement pacifique à Cuba, l'Union européenne : […] cherchera des occasions - encore plus activement qu'elle ne l'a fait jusqu'à présent – de rappeler aux autorités cubaines, tant en public qu’en privé, les responsabilités fondamentales qui leur incombent en matière de droits de l'Homme, notamment en matière de libertés d'expression et d'association »37. Comme le souligne Jorge Alfonso, conseiller des relations entre Cuba et l’Union européenne à l’Ambassade de Cuba en Belgique, cette position commune a été rejetée par l’Etat cubain car il s’agit ni plus ni moins d’une situation d’ingérence, ne respectant pas la souveraineté et l’indépendance de Cuba. En d’autres termes, la position commune résonne comme un vœu pieu de renouer un dialogue rompu depuis des années déjà.

  • 38 La Unión Europea adopta sanciones diplomáticas contra Cuba, 6/06/2003
  • 39 Alfonso, J., Conseiller des relations entre Cuba et l’Union Européenne à l’Ambassade de Cuba en Bel (...)

36Malgré une forte réticence vis-à-vis de cette position, le Lider Máximo avait accepté le dialogue avec la Moncloa. Le dialogue s’est ensuite dégradé lorsqu’en 2003, suite à la détention de 75 dissidents (journalistes indépendants et activistes) sur l’île, Aznar avait proposé quatre sanctions vis-à-vis de Cuba : «Las cuatro medidas tomadas por la UE y sus socios consisten en limitar las visitas gubernamentales de alto nivel, reducir la participación de los países miembros de la Unión en acontecimientos culturales, invitar a los disidentes cubanos a la celebración de eventos nacionales y volver a examinar la posición común de la UE. »38. Le gouvernement cubain avait assimilé la position commune à un compromis conditionnel. Ces sanctions ont eu un effet désastreux sur les relations entre Cuba et l’UE : « Vous nous proposez de la coopération puis vous nous pénalisez, donc nous [préférons renoncer] à notre relation »39.

  • 40 «Zapatero no sera candidate en 2012», Domingo 3 abril 2011
  • 41 «Cuba-United States», op.cit., p.63

37Le dialogue reprendra, encore une fois, sous l’impulsion espagnole. Dès son arrivée au pouvoir, José Luis Zapatero (2004-2012)40 prend le contrepied de son prédécesseur et plaidera en faveur d’un compromis inconditionnel. « Il ouvre à nouveau les canaux bilatéraux avec Cuba, inclut le thème conversé des droits de l’Homme ; il rétablit la coopération au développement et convainc les Etats-membres de l’UE de suspendre les quatre mesures contre Cuba.41»

38Le 23 mars 2010, Moratinos critique fortement la position commune, qui est loin d’être commune mais plutôt imposée par l’UE, voire rêvée. Car la notion des droits de l’Homme revêt une dimension différente de celle partagée à Cuba. Quant à la coopération au développement, elle prend surtout la forme de subsides destinés à protéger le patrimoine national, classé par l’UNESCO.

39Les dissensions internes à l’UE (à nouveau d’actualité en 2010, 2011 et 2012 à la suite de la grève de la faim et de la libération de certains dissidents toujours emprisonnés, en général en amont d’une visite papale) et leur traduction à travers une politique d’ouverture/fermeture envers Cuba témoigne de la diversité de l’Union. Entre les pays qui préfèrent œuvrer en vue d’un dialogue inconditionnel (Espagne, France) et ceux qui estiment qu’un seuil minimal en matière de droits de l’homme constitue le pré requis à tout dialogue (Allemagne, Pologne, République Tchèque, Suède, Pays-Bas, Italie entre autres), l’UE éprouve de lourdes difficultés à s’exprimer d’une seule voix sur de nombreux thèmes, malgré la création du Service Européen d’Action Extérieure : coordination avec les Etats-Unis ou politique indépendante, maintien ou abolition de la position commune, traitement de la dette extérieure, etc. L’ensemble des Etats-membres de UE partage cependant plusieurs positions telles que le refus du blocus économique des Etats-Unis, le respect de la souveraineté nationale ou encore la reconnaissance que l’hypothétique processus de réformes doit être endogène, pacifique et graduel.

  • 42 La PESC est un champ de décision intergouvernemental requérant l’unanimité, la position commune ne (...)

40Face aux divergences internes de l’UE42, il n’est pas surprenant que Cuba ait mis l’accent sur le développement de ses relations bilatérales avec les Etats-membres de l’UE.

2.2. Une intensification du dialogue en demi-teinte

  • 43 «Cuba-United States», op.cit.
  • 44 « [L’UE] souhaite fermement être le partenaire de Cuba dans le processus progressif et irréversible (...)

41Cuba a toujours déclaré être à même d’accepter le dialogue avec l’UE sous certaines conditions43. D’abord, elle refuse la présence de pré-conditions à la relation, comme ce fut le cas de la position commune, qui subordonne la coopération avec Cuba à des avancées en matière de démocratie et de droits de l’Homme44. Ensuite, elle souhaite continuer à entretenir des relations bilatérales sans pour autant tirer un trait sur un futur dialogue avec l’UE. Troisièmement, Cuba rappelle que cette relation se déroulera à travers un dialogue entre égaux et respectueux de la souveraineté cubaine. Enfin, il ne s’agira pas d’échanger des matières premières contre des produits manufacturés : le dialogue avec l’UE se réalisera en définissant l’ensemble des intérêts communs relatifs à la coopération et en fonction des nécessités de chaque pays.

  • 45 « I truly have the strong conviction that we are in optimal conditions to pursue this dialogue; and (...)
  • 46 La UE decide prolongar un año la Posición Común hacia La Habana, 26 de octubre de 2010: 25.

42La visite du commissaire européen à la coopération et au développement Louis Michel à la Havane en mars 2008, soit un peu moins d’un mois après l’arrivée au pouvoir de Raúl Castro, avait laissé imaginer le début d’une nouvelle relation entre Cuba et l’Union européenne, malgré l’existence des sanctions de 2003 (suspendues et non supprimées comme le souhaitait le gouvernement cubain). Toutefois, l’appel du commissaire européen à l’amorcement d’une détente des relations est resté vain45 : en 2010, l’UE a décidé de prolonger d’un an sa position commune, chargeant la Haute Représentant de la politique extérieure Catherine Ashton, de réaliser les entretiens nécessaires avec le gouvernement cubain en vue de la signature d’un nouvel accord bilatéral46. Trinidad Jiménez, alors ministre espagnole des Affaires extérieures, avait estimé que la position commune était obsolète et avait donc félicité donc l’ouverture d’une nouvelle étape dans le dialogue avec Cuba.

43Depuis lors, Mme Ashton ne s’est plus prononcée sur la relation UE-Cuba. Sa dernière déclaration, qui remonte à octobre 2011, adresse ses condoléances suite au décès de Laura Pollán (Damas en Blanco).

44A priori, les perspectives économique et commerciale entre Cuba et l’UE sont limitées par la position commune, qui nécessite l’accord des 27 Etats-membres actuel pour être révisée. Cette situation se compliquera un peu plus au fil de l’adhésion de nouveaux membres, comme ce sera le cas en 2013 lorsque la Croatie aura rejoint l’UE.

  • 47 «Cuba-United States», op.cit.

45L’intensification du dialogue est également limitée parce que l’UE doit trouver des réponses à des problèmes internes : elle a subi la crise économique et financière internationale liée aux subprimes en 2008, puis les crises en Irlande et en Grèce. Depuis le printemps arabe de 2011, l’UE concentre maintenant toute son attention du côté du Maghreb et du Moyen Orient. Malgré la crise du modèle démocratique qu’elle traverse (prolifération des manifestations, mouvements des indignés, arrivée au pouvoir de technocrates), l’UE continue d’offrir son expertise et exploite son image d’espace de sécurité et de paix depuis plus de 45 ans. Par ailleurs, de nouvelles réalités institutionnelles découlant du Traité de Lisbonne sont apparues. Le Service Européen d’Action Extérieure, par exemple, continue à définir son rôle et sa puissance sur la scène internationale, l’arrivée récente de nouveaux Etats-Membres propulse à l’agenda de l’UE la problématique de l’harmonisation interne et de la cohérence entre les politiques nationales. La préoccupation première de l’UE n’est donc pas de fortifier sa relation avec Cuba47.

  • 48 Ibid.

46La reprise d’un dialogue serein entre Cuba et l’Union européenne reste envisageable mais ne se développera probablement pas de sitôt. Outre, les nombreux obstacles conditionnant le futur de la relation avec l’UE, depuis 2008, Cuba semble résolument orienter sa politique extérieure vers les Caraïbes, l’Amérique Latine et s’est incorporé au groupe de Rio48. Le besoin d’une union régionale propre à la région d’Amérique latine n’est pas neuf puisque lors de sa visite en Bolivie, Fidel évoquait déjà cette idée (Fernandez, et al. 2008). Il semble toutefois qu’aujourd’hui, il s’agisse plutôt d’une soupape de sécurité face à l’interruption du dialogue avec les Etats-Unis et l’UE.

Conclusion

47L’alternative au modèle socialiste cubain, de type intermestic (Santander, 2008) semble bien avoir pointé le bout de son nez : elle résulte de l’interaction de facteurs exogènes et endogènes. D’une part, les changements annoncés et amorcés ont très certainement été influencés par les révolutions populaires récentes au Maghreb. Ce mécanisme de modernisation vise également à rassurer la scène internationale sur la viabilité du modèle socialiste cubain et sur sa capacité à résister aux chocs systémiques (facteurs exogènes). D’autre part, la mise en œuvre des mesures dépendent uniquement du pouvoir national. A aucun moment, la République de Cuba n’a demandé d’aide à une quelconque institution internationale ou à un allié de la région pour mettre à exécution ses 291 mesures-cadres.

48Néanmoins, le malaise de la population est palpable. Les nombreux départs illégaux et les démarches effrénées pour trouver un ancêtre d’une autre nationalité dans sa généalogie et ainsi entamer les procédures pour obtenir la double nationalité en témoignent. Le peuple cubain d’aujourd’hui est divisé entre les plus anciens, qui ne croient plus au changement et la nouvelle génération, qui aspire à un autre mode de vie et veut croire aux promesses du VIe Congrès du Parti.

49Quant aux perspectives d’intensification des relations avec l’Union européenne, elles restent conditionnées par la position commune. Cuba n’acceptera le dialogue que lorsque celle-ci sera supprimée. Et de nombreux Etats-membres n’accepteront le dialogue que lorsque de réels progrès seront réalisés en matière de droits de l’Homme. Ce cercle vicieux est donc entretenu par les deux Etats et aucun ne semble vouloir plier.

Haut de page

Bibliographie

Alonso Tejada, A. (2001). «Cuba: Desafíos, potencialidades y fragilidad en un escenario de globalización y hegemonía», Ciclo de conferencias – Algunas cuestiones de actualidad en la sociedad cubana, Cuaderno de Aula 1, Ciudad de la Habana, Centro « Fray Bartolomé de las Casas ».

Besada Lazaro, J. (2004). «Las remesas: necesidad y problema», Trinidad, Revista Espacios

Caroboneres, L. (2010). « Reprise du tourisme de croisières à Cuba », Lettre Pays Cuba , n°110, La Havane, UBIFRANCE et les Missions Economiques

Cohen, E. J. et E. D. Bloom (2005). « Cultiver les Esprits », Finances & Développement  : 9-14

El País (2003). «La Unión Europea adopta sanciones diplomáticas contra Cuba», URL, <http://www.elpais.com/articulo/internacional/Union/Europea/adopta/sanciones /diplomaticas/Cuba/elpepiint/20030606elpepiint_14/Tes>, Consulté le 28 avril 2011.

Fernandez, M. N., A. E. Flores et al.(2008). Fidel, Bolivia y algo más… Una visita histórica al corazón de América Latina, La Havana, Edición Cubana.

Fundora Fernandez, A., y P. Vidal Alejandro (2004). «Tendencia y Ciclos en el Producto Interno Bruto de Cuba: Estimación con un Modelo Estructural Univariante de Series Temporales», Banco Central de Cuba, URL, <http://www.bc.gov.cu/anteriores/Otros/InvestPolMon/Ciclos%20PIB.pdf>, onsulté le 30 avril 2011.

Le Monde (2011). «Après 50 ans de restrictions, Cuba se prépare à une réforme migratoire», URL, <http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2011/12/21/apres-50-ans-de-restrictions-cuba-se-prepare-a-une-reforme-migratoire_1620956_3222.html>, Consulté le 30 janvier 2012.

Lemieux, H. (2011a). « Acheter une maison devient possible », Le Soir, URL, <http://archives.lesoir.be/cuba-un-souhait-populaire-enfin-legalise-acheter-une_t-20110421-01D2RU.html?query=cuba&queryor=cuba&firstHit=0&by=10&when=-1&sort= datedesc&pos=5&all=4599&nav=1>, consulté le 26 avril 2011.

Lemieux, H. (2011b). « Cuba, à l’école du capitalisme », Le Soir, URL, <http://archives.lesoir.be/cuba-a-l-ecole-du-capitalisme_t-20110426-01D9PX.html?query=
cuba&queryor=cuba&firstHit=0&by=10&when=-1&sort=datedesc&pos=4&all=4599&nav= 1
>, consulté le 27 avril 2011.

Linard, A. (1999).Cuba, Réformer la révolution, Bruxelles, Editions GRIP.

Mwenetombwe, F. (2011). « Retour sur les débats populaires », Lettre Pays Cuba, n°114, La Havane, UBIFRANCE et les Missions Economiques

Periódico La Jornada (2010). «La UE decide prolongar un año la Posición Común hacia La Habana», URL, <http://www.jornada.unam.mx/2010/10/26/mundo/025n2mun>, Consulté le 29 janvier 2011.

Position commune du 2 décembre 1996 définie par le Conseil sur la base de l'article J.2 du Traité sur l'Union européenne, relative à Cuba, Journal officiel n° L 322 du 12/12/1996 p. 0001 – 0002. URL, <http://admi.net/eur/loi/leg_euro/fr_396E0697.html>, Consulté le 3 février 2011.

Ramos, C. (1985). Historia del movimiento comunista, obrera y de liberación nacional, internacional y cubana (1945-1977) Ciudad de la Habana, Editorial Pueblo y Educación.

Rodriguez Parrilia, B. and L. Michel (2009). European Commissioner for Development and humanitarian aid), Commission européenne, DG Communication, URL, <http://ec.europa.eu/avservices>, Consulté le 12 février 2011.

Santander, S. (2008). Le régionalisme sud-américain, l’Union Européenne et les Etats-Unis, Institut d’Etudes Européennes, Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles.

Temas-Cultura Ideología y Sociedad (2008). «Revolución a los 50, ¿Qué literatura cubana? », número 55.

Temas-Cultura Ideología y Sociedad (2010). «Cuba-United States» Número 62-63.

V Congreso del Partido Comunista de Cuba, Resolución económica del V Congreso del Partido, 1997. URL, <http://www.pcc.cu/congresos_asamblea/v_congreso/resolucion.pdf>, Consulté le 30 avril 2011.

Sources officielles

Agramonte y Loynaz Ignacio (2010). Constitución de la República de Cuba, La Havane

Gaceta Oficial de la República de Cuba (2011). « Reglamento para el funcionamiento de las barberías y peluquerías que aplicarán el arrendamiento de inmuebles a trabajadores por cuenta propia», La Habana.

Gaceta Oficial de la República de Cuba (2011). « Decreto-ley No. 289 de los créditos a las personas naturales y otros servicios bancarios», La Habana.

Gaceta Oficial de la República de Cuba (2011). «Decreto-Ley número 288 modificativo de la ley No.65, de 2 De Diciembre de 1988, Ley General De La Vivienda», La Habana.

Revista de la emigración cubana (2010). « La construcción e una política Migratoria Común de la Unión Europea: sus principales instrumentos », La Habana.

VI Congreso del Partido Communista de Cuba (2010), Proyecto de Lineamientos de la política económica y social, «Año 52 de la Revolución».

Entretiens

Alfonso, Jorge, Conseiller des relations entre Cuba et l’Union européenne à l’Ambassade de Cuba en Belgique

Croonenberghs, Benoit, Managing Director, BDC International

De Sousa, Jean-Serge, Adjoint commercial, Bureau économique et commercial, Ambassade de Belgique à la Havane

Fally Jeanine, responsable du pupitre Sud à WBI - Wallonie-Bruxelles International

Ghymers, Christian, ancien conseiller à la Direction Ressources et communication de ECFIN (Commission Européenne), administrateur à l’IRELAC (Institut Interuniversitaire pour les Relations entre l'Union européenne, l'Amérique latine et les Caraïbes)

Gualberto Mones Castillo Juan, Professeur et responsable de la Chair de Psychologie à l’Université de la Havane

Lazaro Besada Toleda Juan, Licencié en humanisme et société, Directeur des Affaires Culturelles et Régionales à Trinidad

Mwenetombwe Amisi Felix, Adjoint au Chef du Service Economique de l’Ambassade de France à la Havane

Paya Sardiñas Oswaldo, dirigeant du Mouvement chrétien de libération, lauréat en 2002 du Prix Sakharov de la liberté de pensée

Ponte Patricia, Conseillère aux Affaires Économiques, Commerciales et de Coopération, Ambassade de Cuba en Belgique

Vanbocquestal Sylviane, Coordinatrice Amérique Latine, AWEX - Agence Wallonne à l'Exportation et aux Investissements étrangers

Haut de page

Notes

1 Granma, Órgano oficial del Comité Central del Partido Comunista de Cuba, 19 abril 2011

2 Temas-Cultura Ideología y Sociedad, número 55/ Julio-Septiembre de 2008

3 Fundora Fernandez, A., P.Vidal Alejandro, Noviembre del 2004

4 Carranza, V. Julio, 2003

5 Carranza, V. Julio, op.cit.

6 Lazaro Besada Toleda J., 2004.

7 «Revolución a los 50, ¿Qué literatura cubana? », op.cit.

8 Qui ne s’était plus réuni depuis 1997.

9 V Congreso del Partido Comunista de Cuba, Resolución económica del V Congreso del Partido, 1997

10 Ibid.

11 « Raúl Castro : Cubains, changez de mentalité’ », 28-29 janvier 2012

12 «La bataille économique constitue aujourd’hui, plus que jamais, la tâche principale et le centre du travail idéologique des cadres, car d’elle, dépend la durabilité et la préservation de notre système social», Traduction personnelle

13 C'est-à-dire une économie socialiste planifiée avec un Etat régulateur

14 Mwenetombwe, F., 25 mars 2011

15 « El modelo de gestión debe reconocer y estimular, además de la empresa estatal socialista, que es la forma principal en la economía nacional, las empresas de capital mixto, las cooperativas, los usufructuarios de tierras, los arrendadores de establecimientos, los trabajadores por cuenta propia y otras formas que pudieran contribuir a elevar la eficiencia del trabajo social»

16 « Ampliar el ejercicio del trabajo por cuenta propia y su utilización como una alternativa más de empleo que contribuya a elevar la oferta de bienes y servicios. Aplicar un régimen tributario que garantice que los incorporados a la actividad aporten en correspondencia con sus ingresos»

17 Cf. Lineamiento 241: « La actividad no estatal en alojamiento, gastronomía y otros servicios, se continuará desarrollando como oferta turística complementaria a la estatal»

18 Cf. Lineamiento 239 « Diversificar las ofertas complementarias al alojamiento con nuevas opciones que la distingan de la competencia, en materia de marinas, náutica, golf e inmobiliaria, turismo de aventura y naturaleza, parques temáticos, crucerismo, cultura y patrimonio, turismo de salud, entre otras. »

19 Les touristes cubains, qui viennent d’autres régions, n’ont quant à eux accès qu’aux casas particulares para nacionales.

20 Au moment de l’écriture de cet article, 1 CUC vaut environ 0,8 euros. 200 CUC valent donc environ 145 euros.

21 Entretien avec Mwenetombwe Felix, Adjoint au Chef du Service Economique de l’Ambassade de France à la Havane

22 Gaceta Oficial de la República de Cuba, Viernes 11 De Noviembre de 2011

23 Gaceta Oficial de la República de Cuba, Lunes 21 De Noviembre de 2011

24 Les permutas bénéficient d’un cadre légal, à savoir le paraphe de l’avocat.

25 « Aplicar fórmulas flexibles para la permuta, compra, venta y arriendo de viviendas, para facilitar la solución de las demandas habitacionales de la población»

26 Gaceta Oficial de la República de Cuba, Miércoles 3 De Noviembre de 2011

27 « Asegurar que las medidas salariales garanticen que cada cual reciba según su trabajo, y que este genere productos y servicios con calidad. »

28 « Fortalecer el papel del salario en la sociedad, para lo cual será necesario reducir gratuidades indebidas y subsidios personales excesivos, estableciendo compensaciones a las personas necesitadas. »

29 Cf. Lineamiento 162 «Implementar la eliminación ordenada de la libreta de abastecimiento, como forma de distribución normada, igualitaria y a precios subsidiados, que favorece tanto al ciudadano necesitado como al no necesitado, induce a las personas a prácticas de trueque y reventa, y propicia un mercado subterráneo».

30 « La matrícula en las diferentes carreras estará en correspondencia con las demandas del desarrollo de la economía y la sociedad »

31 C’est souvent le taux d’alphabétisation de 100% qui est mis en avant : « Une étude de 2001 sur l’enseignement primaire en Amérique latine a montré que Cuba avait les meilleurs scores aux tests et les meilleurs taux de réussite et d’alphabétisation. » COHEN E. Joel et BLOOM E. David (2005):11.

32 L’UE n’a adopté de position commune que sur un nombre limité de pays à savoir Cuba, le Zimbabwe, l’Irak, le Nigéria et la Birmanie.

33 Position commune du 2 décembre 1996 définie par le Conseil sur la base de l'article J.2 du Traité sur l'Union européenne, relative à Cuba, Journal officiel n° L 322 du 12/12/1996 p. 0001 – 0002, http://admi.net/eur/loi/leg_euro/fr_396E0697.html (consulté le 3 février 2011)

34 «Cuba-United States», Abril-Septiembre de 2010, p67

35 Cf. « Proyecto Varela » : Onze milles signatures ont été rassemblées en vue du dépôt de ce projet devant l’’Assemblée Nationale. Bien que réunissant mille signatures supplémentaires au quota minimal, le projet n’a pas été étudié car chacune des onze milles signatures n’avait pas été légalisée. Par la suite, l’assemblée a voté une contre-proposition visant à rappeler le caractère inamovible du socialisme.

36 Position commune du 2 décembre 1996 définie par le Conseil sur la base de l'article J.2 du Traité sur l'Union européenne, relative à Cuba, op.cit.

37 Ibid.

38 La Unión Europea adopta sanciones diplomáticas contra Cuba, 6/06/2003

39 Alfonso, J., Conseiller des relations entre Cuba et l’Union Européenne à l’Ambassade de Cuba en Belgique

40 «Zapatero no sera candidate en 2012», Domingo 3 abril 2011

41 «Cuba-United States», op.cit., p.63

42 La PESC est un champ de décision intergouvernemental requérant l’unanimité, la position commune ne pourra être modifiée ou supprimée qu’avec l’accord des 27.

43 «Cuba-United States», op.cit.

44 « [L’UE] souhaite fermement être le partenaire de Cuba dans le processus progressif et irréversible d’ouverture de l’économie cubaine. Elle considère qu'une pleine coopération avec Cuba est subordonnée à l'amélioration de la situation en matière de droits de l'homme et de libertés politiques, comme l'a indiqué le Conseil européen de Florence. », Position commune du 2 décembre 1996 définie par le Conseil sur la base de l'article J.2 du Traité sur l'Union européenne, relative à Cuba, op.cit.

45 « I truly have the strong conviction that we are in optimal conditions to pursue this dialogue; and I hope, Mr. Minister, that we will be capable, in the coming months and years, to modify the common position to open another space, another structural dimension to our relationship», Commissioner Louis Michel visit to Cuba: extracts from the joint press conference by Bruno Rordiguez Parrilla Cuban Foreign Affairs Minister and Louis Michel, European Commissioner for Development and humanitarian aid), Commission Européenne, DG Communication, 18 mars 2009, http://ec.europa.eu/avservices (consulté le 12 février 2011)

46 La UE decide prolongar un año la Posición Común hacia La Habana, 26 de octubre de 2010: 25.

47 «Cuba-United States», op.cit.

48 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jessica Mixhe, « L’alternative au modèle socialiste cubain actuel : des Lineamientos du VIe Congrès du Parti aux perspectives d’intensification des relations avec l’Union Européenne », Études caribéennes [En ligne], 23 | Décembre 2012, mis en ligne le 15 décembre 2012, consulté le 24 avril 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6297 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6297

Haut de page

Auteur

Jessica Mixhe

Politologue, Université de Liège, j.mixhe@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org