Navigation – Plan du site
Hors dossier

Analyse empirique de la relation entre tourisme et compétitivité : l’exemple des Antilles françaises

Exploration the Empirical Link between Tourism and Competitiveness: Evidence from French West Indies
Louis Dupont

Résumés

La compétitivité touristique est un concept dont l’importance est aujourd’hui largement reconnue. La plupart des travaux consacrés à ce thème l’ont abordé jusqu’ici sous différents aspects, mais sans qu’aucun modèle théorique n’ait réussi à notre connaissance à établir les liens empiriques qui existent entre tourisme et compétitivité. Cette étude tente de combler cette lacune, en proposant d’explorer, à l’aide de la technique de cointégration et du modèle à correction d’erreur, dans un contexte bivarié, la relation empirique qui existe entre tourisme et compétitivité, comme condition préalable à l’application du test de causalité de Granger. Cette procédure est adoptée et appliquée au cas des Antilles françaises (Guadeloupe et Martinique) sur la période 1990-2010. Les résultats révèlent l’existence d’une relation de cointégration entre compétitivité et activité touristique. Cependant, les tests de causalité de Granger, basés sur un modèle à correction d’erreurs indiquent qu’il n’existe pas de causalité ou d’impact unidirectionnel ou bidirectionnel entre variation de la recette touristique/PIB (proxy du développement touristique) et variation du PIB réel par habitant (proxy de la compétitivité). Par conséquent, l’hypothèse de la croissance tirée par le tourisme ne peut être inférée pour la Guadeloupe et la Martinique. Il s’agit d’enseignements majeurs dont devraient tenir compte les autorités responsables de cette activité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le développement du tourisme est étroitement lié à l’attractivité et à la compétitivité des destinations. Il n’est donc pas étonnant que le thème de la compétitivité suscite de nos jours un grand intérêt et prédomine dans les discussions sur l’aptitude des entreprises et des pays à soutenir la concurrence sur un marché mondial de plus en plus intégré. Le secteur du tourisme et les entreprises qui en dépendent n’échappent pas à ce débat, d’autant que cette activité est exposée à une forte concurrence mondiale et à des aléas conjoncturels et naturels. Ce secteur a joué durant les trois dernières décennies un rôle majeur dans l’économie mondiale et est devenu malgré la crise économique actuelle, l’une des principales sources de revenu et de richesse pour de nombreux pays en développement. En tant que produit d’exportation, le tourisme se place selon la CNUCED (2010) au quatrième rang après les combustibles, les produits chimiques et l’automobile. Constatant les nombreux avantages et enjeux que présente ce secteur, beaucoup de pays en développement cherchent à optimiser les effets positifs du tourisme en lui assurant un environnement propice et en apportant un soutien plus actif à son développement. Les bénéfices économiques potentiels issus du tourisme apparaissent donc alléchants pour beaucoup de pays, si bien que la concurrence sur le marché du tourisme international se fait aujourd’hui de plus en plus vive et se caractérise de nos jours par la présence sur ce marché d’un nombre de plus en plus élevé de destinations touristiques et par l’existence d’un nombre encore limité de pays émetteurs de touristes.

2C’est dans ce contexte que plusieurs études ont abordé le problème de la compétitivité touristique. Ces études se répartissent principalement en deux thématiques: les déterminants et les évaluations de la performance compétitive des destinations. En ce qui concerne la performance compétitive des destinations, certains auteurs ont proposé des modèles d’évaluation de la compétitivité touristique des destinations tels Alawi et Yasin (2000), Dwyer et al. (2000, 2001), Mangion et al. (2005), Mazanec et al. (2007), Craigwell (2007), Dupont (2008), Archibald, Lacorbiniere et Moore (2008), Jackman et al. (2011). Pour ce qui est des déterminants de la compétitivité touristique, des travaux se sont plus particulièrement concentrés sur les facteurs spécifiques influençant la compétitivité touristique (Dwyer et al., 2004 ; Enright et al., 2005 ; Gooroochurn et al., 2005 ; Mangion et al., 2005 ; Mazanec et al., 2007 ; Rodriguez-Diaz, 2008). La plupart de ces travaux ont été effectués dans un cadre statique. L’aspect dynamique de la relation entre tourisme et compétitivité étant souvent négligé par les chercheurs, à l’exception toutefois des travaux récents de Croes (2010) appliqués à Puerto Rico. Aussi, notre étude, par une application au cas des Antilles françaises, tente de combler cette lacune, en explorant la relation empirique qui existe entre ces deux variables. Ce faisant, elle permet de mettre en évidence les comportements de long terme qui gouvernent la dynamique de la compétitivité entre les différents ajustements de court terme. Cette approche est d’autant plus importante que la compétitivité touristique est reconnue dans la littérature touristique comme un facteur crucial de succès pour les destinations (Crouch et Ritchie, 1999 ; Kozak et Rimmington, 1999 ; Buhalis, 2000 ; Dwyer et Kim, 2003), en particulier pour les pays en développement où le tourisme est considéré pour beaucoup comme un moteur de croissance économique et de création d’emplois, de recettes en devises, nécessaires à la couverture des importations, de recettes fiscales, et d’opportunités nouvelles pour la création d’entreprises. Aujourd’hui, la mondialisation des échanges, les innovations technologiques, et la réduction psychologique des distances ont engendré une véritable ’obsession’ de la compétitivité au plan touristique.

3En analysant empiriquement le lien entre tourisme et compétitivité, cette étude fournit des enseignements et une grille de lecture utiles aux autorités touristiques sur l’efficacité de leur politique dans ce domaine. Pour effectuer cette analyse, nous partons de l’hypothèse conductrice qu’il existe une relation empirique directe entre tourisme et compétitivité. Toutefois, il convient de noter que sur une période donnée, la coïncidence dans une destination d’un haut niveau de compétitivité et d’une baisse de la dépense touristique (et vice versa) est tout à fait possible, car la dépense touristique est un phénomène cyclique qui engendre, en fonction de la conjoncture, tantôt des mouvements de hausse de recettes touristiques, tantôt des mouvements de baisse. De ce fait, ce mouvement cyclique est de nature à influencer la productivité du secteur et donc sa compétitivité. D’où l’intérêt de s’interroger à l’aide d’une analyse économétrique sur le lien empirique à long terme pouvant exister entre les deux variables. Plus spécifiquement, nous tenterons de répondre aux trois questions suivantes: y a-t-il une relation empirique entre tourisme et compétitivité? Si oui, quelle est la nature de cette relation? Quel est le sens de la causalité donnée à cette relation?

4La réponse donnée à ces interrogations est importante, car des millions d’euros ou de dollars sont dépensés chaque année par des autorités touristiques en matière de promotion et/ou d’investissement sans que soient examinées les relations causales entre ces deux variables. Il devient donc impératif de déterminer la relation qui existe entre tourisme et compétitivité de façon à corriger les éventuelles erreurs commises en matière de positionnement marketing et d’orientation stratégique du secteur. La première section est consacrée à une analyse du concept même de compétitivité, sa définition et ses principales applications. La section suivante présente le modèle d’analyse ainsi que le cadre méthodologique destiné à l’examen de la relation entre tourisme et compétitivité, cadre illustré par une application au cas des Antilles françaises et par une comparaison de leur performance compétitive avec les autres destinations de la Caraïbe. Enfin, s’appuyant sur les résultats de l’étude, la dernière section formule des recommandations stratégiques en vue d’améliorer la compétitivité touristique des Antilles françaises.

1. Compétitivité touristique: concept, définition et applications

1.1. Concept et définition

5Le concept de compétitivité peut sembler facile à comprendre, à savoir, l’expression d’une supériorité qualitative et quantitative d’une unité (entreprise, ville, région, destination...) par rapport à un ensemble de concurrents réels ou potentiels. Cependant, la littérature consacrée au tourisme considère la compétitivité comme un concept relatif, multidimensionnel et complexe, déterminé par des variables économiques, sociales, politiques, écologiques et culturelles. Ces variables peuvent être quantitatives telles que le nombre de visiteurs, la part de marché, la dépense touristique, les emplois, la valeur ajoutée dégagée par l’industrie touristique, ou des variables qualitatives telles que la richesse de la culture et de l’héritage, la qualité des services touristiques, etc. La complexité du concept de compétitivité devient évidente lorsque l’on cherche à la définir et à la mesurer. En matière de tourisme, la compétitivité renvoie à plusieurs aspects différents, à savoir la position d’un pays donné en tant que destination vis-à-vis de ses concurrents, les questions de prix et de coût du séjour pour le visiteur, la productivité et la rentabilité à l’intérieur du secteur, sans oublier l’aptitude du secteur à innover et à renouveler ses produits et services, en faisant prévaloir la qualité, qui doit être au moins aussi bonne que celle de l’offre des concurrents les plus sérieux.

6En bref, pour assurer le succès d’une destination, deux paramètres essentiels doivent être pris en compte : compétitivité et durabilité. Ces deux caractéristiques se soutiennent mutuellement. La compétitivité touristique désigne alors la capacité d’une destination à faire face à la concurrence de manière efficace et rentable sur le marché touristique et découle de son aptitude à préserver la qualité de ses ressources physiques, sociales, culturelles, et environnementales tout en restant compétitif sur le marché. Malgré la pluralité de définitions qui existent sur la compétitivité, celle qui nous semble correspondre le mieux à la réalité est la suivante : du point de vue microéconomique, la compétitivité d’une entreprise, qu’elle soit touristique ou non, désigne sa capacité à occuper une position forte sur un marché. Pour apprécier cette compétitivité, l’évolution des parts de marché de l’entreprise devient cruciale. Sur le plan macroéconomique, la compétitivité d’une économie nationale est la capacité de son secteur productif à satisfaire la demande intérieure et étrangère, avec en arrière-plan, l’objectif de permettre une progression du niveau de vie des résidents du pays concerné.

7Enfin, plusieurs hypothèses sont souvent évoquées pour souligner l’approche d’orientation-marché de la compétitivité. Tout d’abord, la compétitivité d’un pays au sens touristique est mesurée plus efficacement par l’analyse comparée des attributs et performance entre destinations concurrentes plutôt que par une approche générique visant à déterminer la performance économique de pays à l’aide d’indicateurs économiques tels que: le niveau d’épargne des ménages, les taux de change et les dépenses en recherche-développement, indicateurs développés notamment par l’IMD dans son annuaire mondial de la compétitivité. Cependant, rappelons qu’il n’existe aucune définition généralement acceptée de la compétitivité touristique, tout simplement parce que les visiteurs choisissent les destinations pour des raisons diverses et complexes: financières, personnelles, culturelles, émotionnelles ou psychologiques. De même, la compétitivité d’une destination est fortement influencée par la localisation géographique du pays par rapport aux principaux marchés émetteurs potentiels ou réels. Par exemple, le Canada est considéré aujourd’hui comme le neuvième pays le plus visité par les Américains, en raison de la courte distance séparant les deux pays (les visiteurs américains peuvent effectuer le trajet en voiture plutôt qu’en avion), mais aussi à cause de la parité avantageuse entre le dollar canadien et le dollar américain. Deuxièmement, les pays se concurrencent sur des segments de clientèle et non par rapport à des populations entières. Au Japon par exemple, l’autorité touristique britannique a identifié et ciblé pour sa destination six segments de clientèles, dont les couples sans enfants ayant un double revenu, les séniors actifs (âgés de 55 à 65 ans). Troisièmement, la compétitivité touristique dépend de la capacité d’une destination à attirer plus de visiteurs par rapport à la concurrence. En ce sens, la part de marché devient la mesure la plus efficace pour évaluer la performance compétitive des destinations. Quatrièmement, la compétitivité touristique est une notion compliquée à appréhender parce qu’il existe des pays qui sont considérés déjà sur le marché comme des produits d’appel très puissants ou des produits phares alors que d’autres figurent dans une catégorie inférieure. Cette dichotomie a des implications sur le processus de décision des visiteurs.

8Cinquièmement, la compétitivité ne doit pas être confondue avec l’attractivité. L’attractivité est un préalable à la compétitivité. Une destination peut être hautement attractive, comme l’est par exemple la Suisse sur le marché japonais, mais les facteurs de l’offre en Suisse (liaisons aériennes, l’offre de chambres) affaiblissent sa compétitivité sur le marché japonais.

1.2. Applications

9Les applications empiriques relatives à l’analyse et à l’évaluation de la compétitivité sont nombreuses. Pour la plupart, elles font appel à la théorie économique qui utilise souvent les notions d’avantage comparatif et d’avantage compétitif (voir le modèle des cinq forces concurrentielles de Porter, 1990). Concernant l’avantage comparatif, les nations abondamment dotées en facteurs de production (dotations factorielles) utilisés dans un processus de production ont généralement un avantage comparatif sur d’autres qui en sont moins pourvues. Dans le domaine du tourisme, l’avantage comparatif se réfère à des éléments comme le climat, la beauté des paysages et des plages, etc. Il s’agit par conséquent de l’offre touristique primaire ou héritée, tandis que l’avantage compétitif fait appel à des notions comme, la qualité des équipements et services touristiques (rapport qualité-prix), l’efficacité apportée dans la gestion de la destination, aux compétences de la main-d’œuvre, à la politique gouvernementale, etc., autant de facteurs qui constituent l’offre touristique secondaire, qui est produite ou améliorée par les entreprises touristiques et par la politique gouvernementale. Dans les deux cas, les facteurs sont codépendants, car sans offre touristique secondaire, une destination touristique est incapable de vendre des attractions, et sans offre primaire, les infrastructures et les équipements touristiques deviennent inutiles. En clair, l’essentiel consiste à transformer l’avantage comparatif en avantage compétitif.

10Par exemple, des destinations telles que la République dominicaine, Cuba et Puerto Rico ainsi que les destinations mexicaines du Yucatan telles que Cancún, Cozumel et Playa del Carmen ou de Puerto Vallarta, Acapulco et Los Cabos sur la côte pacifique du Mexique ont transformé leur avantage comparatif (abondance de plages et de paysages de rêve, richesse du patrimoine culturel et historique) en avantage compétitif (bon rapport qualité-prix), en s’appuyant sur des économies d’échelle, en instaurant des packages en all-inclusive, en réalisant des niveaux élevés d’investissement en matière d’hébergement et de promotion. Ces différentes actions et impulsions leur ont permis de maintenir et accroître leurs parts de marché. Ce faisant, elles ciblent ainsi un tourisme de masse, à la recherche des tarifs les plus bas, sur un positionnement « sun, sand, sea ». De ce fait, ces destinations affichent une compétitivité-prix et une compétitivité-hors-prix supérieures à leurs principaux concurrents.

11Une application empirique intéressante qui est faite de la compétitivité touristique est celle effectuée régulièrement par des organismes comme le forum économique de Davos (Global Competitiveness Report), l’International Institute for Management Development (IMD), ou le World Travel and Tourism Council (WTTC). Ces organismes proposent dans leurs rapports respectifs un indicateur d’évaluation bien connu qui est l’indice de compétitivité touristique appliqué à chacune des principales destinations du monde. Il s’agit d’un indicateur composite, classant les pays en fonction d’une grande variété de critères et de facteurs pouvant affecter leur compétitivité touristique. Craigwell (2007) a utilisé l’indice du WTTC pour mesurer et comparer la compétitivité touristique entre les principales destinations de la Caraïbe. Cet indice renferme huit indicateurs que sont: les prix, les infrastructures, l’environnement, la technologie, le développement humain, les ressources humaines, l’ouverture au commerce international, et quelques aspects sociaux. Le facteur prix est considéré dans ce cas comme l’indicateur le plus important de la compétitivité. Archibald, Lacorbiniere et Moore (2008) ont employé un modèle de gravité pour évaluer et comparer la compétitivité de vingt-deux destinations de la Caraïbe. Jacman, Lorde, Lowe et Alleyne (2011) ont utilisé pour leur part, la technique de l’avantage comparatif révélé pour évaluer la compétitivité touristique de dix-huit destinations de la Caraïbe. Enfin, Rodriguez-Diaz (2008) propose de son côté un modèle d’évaluation stratégique de la compétitivité touristique et ses conditions d’application pratique, modèle appliqué à la région de Gran Canaria aux Iles Canaries.

2. Modèle d’analyse de la relation entre tourisme et compétitivité

12La plupart des travaux consacrés au tourisme admettent que la compétitivité a une influence majeure sur l’activité touristique. Ils utilisent souvent les flux touristiques, et spécialement le nombre d’arrivées comme unité de mesure pour déterminer le niveau de compétitivité d’une destination. Une baisse de la fréquentation touristique par exemple est synonyme d’une performance en baisse de l’activité, et par conséquent d’une diminution de la compétitivité de la destination en question. De plus, le tourisme est un secteur qui peut être défini en matière de demande uniquement. Dans ce cas, le moteur de la croissance économique, au moins à court terme pour les pays qui dépendent beaucoup de ce secteur est le nombre de visiteurs. Cette explication ne vaut que pour le court terme, car à long terme, l’offre touristique apparaît comme un déterminant prépondérant de la compétitivité, puisqu’elle se réfère aux sources mêmes de la compétitivité.

13Déterminer si ces deux variables (tourisme et compétitivité) évoluent à long terme dans le même sens ou indépendamment l’une de l’autre constitue l’essence même de cette étude. Pour y répondre, nous développons une relation bivariée entre les deux variables. Cette approche s’apparente à la théorie du commerce international (Ekanayake, 1999). Dans ces conditions, la compétitivité (comp) est considérée ici comme une approximation de la qualité de vie des résidents d’une destination (Crouch et Ritchie, 1999 ; Dwyer et Kim, 2003 ; Craigwell, 2007). Le revenu réel par habitant est utilisé à cet effet comme proxy du niveau de vie des habitants.

14Quant à la dépense touristique (tour), elle s’exprime ici par le rapport des recettes touristiques au PIB. La dépense touristique est perçue comme ayant un impact économique positif sur la destination. Ce faisant, elle stimule le niveau de vie des résidents du pays considéré (Hazari et Sgro, 1995). En résumé, les fluctuations de la compétitivité sont fonction à la fois de la demande touristique et de la productivité du secteur. Par conséquent, on s’attend à ce que le niveau de compétitivité d’une destination soit en relation directe avec le niveau de la dépense touristique, et ce, dans une dynamique d’équilibre.

15Afin de tester cette hypothèse, nous utilisons un modèle économétrique qui fait appel à la technique de cointégration et du modèle à correction d’erreur, comme condition préalable à l’application du test de causalité de Granger. Le cadre méthodologique de ce modèle est présenté ci-après.

2.1 Le cadre méthodologique

16Nous utilisons les développements récents de l’économétrie des séries temporelles pour analyser les relations de causalité entre tourisme et compétitivité. Cette approche se fera en trois étapes: tests de racine unitaire, tests de cointégration de Johansen, tests de causalité de Granger dans le cadre d’un modèle vectoriel à correction d’erreur.

2.1.1 Tests de racine unitaire

17Les tests de racine unitaire permettent d’identifier la présence de racine unitaire dans une série. Une série chronologique est stationnaire si elle ne comporte ni tendance ni saisonnalité. Le test de Dickey-Fuller augmenté est employé à cette fin. Dans ce test, on cherche à vérifier l’hypothèse nulle contre l’hypothèse alternative.

2.1.2 Tests de cointégration

18L’étude de la cointégration permet de tester l’existence d’une relation stable de long terme entre deux variables non stationnaires, en incluant des variables retards et des variables exogènes. L’analyse de la cointégration permet d’identifier la relation véritable entre deux variables, en recherchant l’existence d’un vecteur de cointégration, et en éliminant son effet le cas échéant. Deux séries x et y sont dites cointégrées si les deux conditions suivantes sont vérifiées : elles sont affectées d’une tendance stochastique de même ordre d’intégration et une combinaison linéaire de ces séries permet d’aboutir à une série d’ordre d’intégration inférieur. Enfin, le test de cointégration de Johansen utilise deux statistiques : la statistique de la trace et celle de la valeur propre maximale. Les distributions asymptotiques de ces statistiques sont non standard.

2.1.3 Modèle à correction d’erreur et causalité au sens de Granger

19La présence d’une relation de cointégration entre deux variables engendre l’existence d’une relation causale entre celles-ci dans, au moins une direction. Cette relation causale peut être analysée grâce au test de causalité de Granger, qui s’appuie sur le modèle à correction d’erreur (VECM). Selon le théorème de représentation de Granger, tout système cointégré, implique l’existence d’un mécanisme à correction d’erreur qui empêche les variables de trop s’écarter de leur équilibre à long terme. Dans notre cas, si les deux variables étudiées, à savoir: Comp et Tour sont cointégrées, on déduit qu’il existe un mécanisme à correction d’erreur. Le modèle à correction d’erreur est une forme particulière de modèle autorégressif à retards échelonnés. Il peut être interprété à cet égard comme un modèle d’ajustement. À l’instar des modèles d’ajustement, le coefficient du terme d’erreur n’est pertinent que lorsqu’il est significatif, c’est à dire compris entre –1 et 0.

2.2. Application du modèle au cas des Antilles françaises

20La Guadeloupe et la Martinique constituent un champ d’application intéressant pour un tel exercice en raison des caractéristiques relativement proches de ces deux régions au plan socio-économique, politique, administratif, et culturel. En effet, il s’agit de deux départements-régions d’outre-mer (DROM-COM) qui, au plan politique, juridique et institutionnel dépendent étroitement d’une même nation (la France), partagent une langue, une monnaie, un environnement, un cadre juridique et institutionnel, des schèmes de comportement, une culture et qui, en matière de tourisme adoptent une stratégie et un positionnement touristique complètement identiques (tourisme balnéaire de masse et positionnement soleil visant essentiellement le marché Français). Il en résulte une clientèle touristique de séjour, composée de nos jours à 95 % environ de Français.

21Au plan économique, les principaux indicateurs socio-économiques dont nous disposons traduisent également une grande homogénéité dans leur expansion. Les différences entre ces deux territoires sont peu marquéssur le plan des revenus, puisque selon l’INSEE, le PIB par habitant, à parité de pouvoir d’achat, exprimé en dollars de 2009 était de 19 168 $US à la Martinique et 18 409 $US à la Guadeloupe, contre par exemple 22 272 $US à la Barbade, 29 994 $US aux Bahamas, 20 437 $US à Trinidad & Tobago, et 17 308 $US à Antigua et Barbuda. Quant au taux de chômage, exprimé au sens du BIT, il s’élevait en 2011 à 22,6% de la population active à la Guadeloupe, et à 21% à la Martinique. Enfin, le tissu économique se caractérise dans ces deux régions par la prédominance des activités du secteur tertiaire qui concentraient en 2010, 84,7% de la valeur ajoutée totale à la Guadeloupe et 83,6% à la Martinique.

22Aujourd’hui, le tourisme international récepteur représente dans ces deux régions 4 à 5% de leur PIB. Selon l’INSEE, ce secteur a généré en 2010 une recette extérieure de 286 millions d’euros à la Martinique et 256 millions d’euros à la Guadeloupe, ce qui représente par habitant, 722 euros à la Martinique et 633 euros à la Guadeloupe. Ces recettes constituent 3,5% du PIB de la Martinique et 3% de celui de la Guadeloupe. Par ailleurs, les données disponibles montrent que durant la période 1990-2010, le ratio moyen revenu touristique/totalité des recettes d’exportation est passé à la Martinique de 58% à 8%. Cette tendance a des chances de s’accentuer à l’avenir en raison de la faible base d’exportation de la Guadeloupe et de la Martinique et des difficultés de plus en plus grandes qu’elles rencontrent pour faire décoller leurs exportations de bananes et de sucre qui constituent les principales composantes de leur commerce extérieur. De plus, sur la période 2003-2010, le taux de croissance annuel moyen des recettes touristiques à la Martinique a été de 1% tandis que le nombre de touristes de séjour a progressé en moyenne annuelle de 0,8%. Par conséquent, l’élasticité des recettes touristiques par rapport à la fréquentation de séjour s’est élevée durant cette période à 1.2. Cela signifie que les recettes touristiques à la Martinique ont augmenté proportionnellement plus rapidement que le nombre de touristes de séjour. Enfin, le graphique ci-dessous utilise le filtre de Hodrick-Prescott, décomposé en tendance et cycle pour analyser les tendances évolutives des arrivées de séjour à la Martinique au cours des quatre dernières décennies (1970-2010). On constate que la tendance générale reflète une courbe en S, identique à celle présentée par Butler dans son modèle du cycle de vie (1980) lorsque des destinations touristiques arrivent à un stade de déclin de leur produit touristique, comme semble être le cas aujourd’hui pour la Martinique et la Guadeloupe.

Figure 1 : Tendances évolutives du tourisme de séjour à la Martinique de 1970 à 2010 à l’aide du filtre de Hodrick-Prescott

Figure 1 : Tendances évolutives du tourisme de séjour à la Martinique de 1970 à 2010 à l’aide du filtre de Hodrick-Prescott

23En résumé, l’impact économique global de cette activité tant à la Guadeloupe qu’à la Martinique reste modeste si l’on tient compte à la fois de sa faible contribution au PIB et du degré élevé du coefficient de fuite du secteur, fuite résultant dans ces deux régions du niveau particulièrement important des importations dérivées. Enfin, il est important de souligner que les séries utilisées dans ce modèle sont celles issues de la Martinique, elles émanent principalement des statistiques publiées par l’INSEE, le Comité Martiniquais du tourisme (CMT) et la Caribbean Tourism Organization (CTO). En revanche, les données relatives à la Guadeloupe sont inexploitables, car les statistiques de fréquentation de cette destination sont à la fois incomplètes et imparfaites. Cependant, les conclusions découlant du modèle s’appliquent sans grand risque d’erreur aux deux régions, en raison de la quasi-similitude constatée au niveau de leurs principaux indicateurs socio-économiques et touristiques.

24Les variables employées dans ce modèle couvrent la période 1990-2010 et sont : la compétitivité (Comp), exprimée ici par le PIB réel par habitant, proxy du niveau et de la qualité de vie des habitants de la Martinique, et le développement du tourisme (Tour), exprimé par le rapport des recettes touristiques au PIB de la Martinique.

2.2.1. Résultats empiriques du modèle

25Tout d’abord, notre étude effectue les tests de racine unitaire relatifs aux variables compétitivité (comp) et développement touristiques (tour). Si ces variables sont non stationnaires, il sera nécessaire d’établir les ordres d’intégration des variables en question. Pour ce faire, nous utilisons, la version 7 du programme informatique EVIEWS afin de conduire les tests ADF. Le tableau 1 ci-dessous, présente le résultat de ces tests qui sont appliqués au logarithme de la compétitivité (logComp) et au logarithme du développement touristique (logTour). Ces tests sont utilisés pour détecter dans chaque série, la présence de racine unitaire et par conséquent, pour nous permettre de déterminer si les variables sont stationnaires d’ordre 0, I(0), ou si elles suivent une tendance non stationnaire d’ordre 1, I(1) ou encore, d’un ordre plus élevé.

26Le tableau suivant présente les résultats des tests de Dickey-Fuller (aucun retard n’est significatif en niveau dans l’éventualité d’un test de Dickey-Fuller augmenté). Le test ADF a montré que les séries relatives à la compétitivité et au tourisme, exprimées en logarithme sont non stationnaires au niveau de confiance de 5 %. Une première différentiation pour la variable logcomp et une seconde différentiation pour la variable logtour ont permis d’affiner les résultats et d’aboutir à des valeurs acceptables sur le plan de la stationnarité.

Tableau 1. Tests de Dickey-Fuller relatifs aux variables logComp et logTour

Tableau 1. Tests de Dickey-Fuller relatifs aux variables logComp et logTour

27À partir des résultats de l’ordre de cointégration relatifs au PIB réel per capita et à la dépense touristique/PIB, l’étude applique la méthodologie de cointégration proposée par Johansen (1988, 1991, 1995) et par Johansen et Juselius (1990, 1992). Étant donné que les deux variables dans la régression sont cointégrées, on conclut à la présence d’une relation stable de long terme ou à une relation d’équilibre entre ces variables.

28L’étude établit ensuite le nombre de vecteurs de cointégration, de même que les statistiques de la trace ainsi que les eigenvalue pour différents retards.

29En utilisant les informations fournies par le test de cointégration, un modèle à correction d’erreur est ensuite établi pour obtenir les élasticités de court terme et de long terme. La modélisation des dynamiques de court terme fournit des informations sur la manière dont les ajustements se font entre les deux variables pour restaurer l’équilibre de long terme. La relation de long terme est saisie par le terme à correction d’erreur. Le coefficient de ce terme indique la rapidité de l’ajustement, c’est à dire la vitesse à laquelle le système retourne à l’équilibre après un choc.

Tableau 2. Tests de cointégration de Johansen

Tableau 2. Tests de cointégration de Johansen

30L’analyse de la cointégration permet d’identifier clairement la relation véritable entre deux variables en recherchant l’existence d’un vecteur de cointégration et en éliminant son effet le cas échéant. Dans notre exemple, le test de Johansen est effectué sous l’hypothèse de l’existence d’une constante et d’une tendance. Deux statistiques apparaissent dans ce test : la statistique de la trace et le max-eigenvalue statistic (la valeur propre maximale). Ces deux statistiques affichent ici des résultats opposés. La statistique de la trace révèle l’existence dans l’intervalle de confiance de 5% de deux vecteurs de cointégration alors que la valeur propre maximale n’en indique aucun. Cela s’explique par le fait que les valeurs associées au test de cointégration dans le programme Eviews n’incorporent pas dans notre exemple de variables exogènes. Aussi, en se basant uniquement sur la statistique de la trace, on conclue que ces séries sont cointégrées, il existe donc une relation à long terme entre PIB réel par habitant de la Martinique et le ratio recettes touristiques/PIB. Par ailleurs, la relation normalisée montre que le coefficient de la variation développement touristique D(LTOUR) à un impact insignifiant, proche de zéro (0,054) sur la compétitivité.

31L’estimation finale du modèle à correction d’erreur est donc la suivante (cf. tableau 3) :

Tableau 3: Vector Error Correction Estimates

Tableau 3: Vector Error Correction Estimates

32Ces résultats sont conformes aux précédents : ils montrent que lorsque le ratio recettes touristiques/PIB augmente de 1% à la Martinique, le revenu réel per capita des Martiniquais ne progresse que de 0,05%.

33Le sens de la causalité économique est un élément essentiel pour élaborer une politique économique ou pour effectuer des prévisions. Aussi, afin de tirer les enseignements qui s’imposent dans le cas des Antilles françaises, la cointégration avérée des deux variables nous conduit maintenant à faire l’analyse du test de causalité de Granger par une estimation économétrique de cette causalité, estimation dont les résultats figurent dans le tableau ci-dessous.

Tableau 4 : Résultats du test de causalité de Granger

Tableau 4 : Résultats du test de causalité de Granger

34D’après ce tableau, deux hypothèses ont été testées simultanément, à savoir la causalité entre les deux variables prises deux à deux. On a ainsi testé l’hypothèse de connaître si la compétitivité cause ou non le développement du tourisme aux Antilles françaises (et vice versa). Nous constatons qu’au seuil de confiance de 5%, le test de Granger ne laisse présager aucun lien de causalité entre les deux variables. Autrement dit, ces deux variables ne se soutiennent pas mutuellement.

35Il n’existe donc pas d’impact de l’une sur l’autre. En conclusion, comme indiqué précédemment, l’hypothèse de la croissance tirée par le tourisme ne peut être inférée dans le cas des Antilles françaises.

2.2.2. Performance compétitive des destinations Guadeloupe et Martinique par rapport aux autres destinations de la Caraïbe

36L’application de notre modèle au cas des Antilles françaises nous conduit naturellement à comparer leur performance compétitive à celle de leurs principaux concurrents de la Caraïbe. Dans ces conditions, la compétitivité touristique apparaît ici comme un benchmark (repère) à partir duquel, il est possible de déterminer, en fonction d’indicateurs d’évaluation précis, la performance d’une destination par rapport à d’autres (Porter et al., 2002 ; Dollar et al., 1993 ; Krugman, 1996).

37En se basant sur ce principe, il nous semble utile de comparer dans le cadre de cette étude, la performance compétitive de la Guadeloupe et de la Martinique par rapport aux autres destinations touristiques de la Caraïbe, et d’en déduire, s’il y a échec ou non de la politique touristique conduite dans ces deux régions. À cet égard, soulignons qu’à ce jour, les seules études qui ont analysé la compétitivité touristique dans le contexte des destinations de la Caraïbe sont celles de Craigwell (2007), Dupont (2008), Archibald et al. (2008), Croes (2011), Jackman et al. (2011). Rappelons que dans notre étude de 2008, nous proposons une analyse par enveloppement des données (DEA) destinées à mesurer la performance touristique de la Guadeloupe et de la Martinique et d’évaluer ainsi leur niveau de compétitivité touristique par rapport à leurs principaux voisins et concurrents de la Caraïbe. Il en ressort que sur une échelle allant de 0 à 1, les scores de compétitivité touristique dans la Caraïbe vont de 1 pour les destinations les plus efficaces à 0,397 pour la moins performante et donc la moins compétitive. En matière d’efficacité productive, la Guadeloupe et la Martinique se classaient en 2006 au dernier rang de la liste des destinations de notre échantillon, avec un ratio de productivité touristique de 0,397 pour la Guadeloupe, et de 0,442 pour la Martinique.

38Ces résultats révèlent donc l’ampleur de la sous-performance de l’industrie touristique de la Guadeloupe et de la Martinique par rapport aux autres destinations de la Caraïbe. La figure 2 extraite d’un rapport 2006 de l’OMT confirme ces résultats, en classant la Martinique et la Grenade au dernier rang des destinations de la Caraïbe en matière de dépense touristique moyenne par visiteur. Rappelons que cet indicateur est souvent utilisé comme une mesure brute de la compétitivité touristique entre destinations. Le même rapport indique qu’en ce qui concerne les parts de marché, la Martinique n’accaparait en 2006 que 1,4% de la part des recettes touristiques enregistrées dans la Caraïbe contre 3% pour Sint Maarten, 7% pour les iles vierges américaines, 7,5% pour la Jamaïque, 9,5 % pour les Bahamas, 4,8% pour Aruba et 4,2% pour la Barbade. La République dominicaine, Cuba et Puerto-Rico accaparant les plus grosses parts de ce marché.

39

Figure 2 : Dépense touristique moyenne par visiteur dans les principales destinations de la Caraïbe (en dollars américains)

Figure 2 : Dépense touristique moyenne par visiteur dans les principales destinations de la Caraïbe (en dollars américains)

Source: OMT, Tourism Market Trends, 2006

40Les résultats de notre récente analyse par enveloppement des données sont confirmés également par une étude de Robertico Croes (2011) qui évalue, à l’aide d’un modèle de régression sur données de panel, l’indice de compétitivité touristique (ICT) de quinze destinations de la Caraïbe (y compris la Martinique), toutes peuplées de moins de 1,5 million d’habitants.

41Pour évaluer cet indice, l’auteur s’appuie sur trois variables:

42La dépense touristique moyenne par habitant ; le taux de croissance de la dépense touristique; et la valeur ajoutée du tourisme dans l’économie. L’originalité de cet indice réside dans le fait qu’il permet d’avoir une vue globale sur la performance touristique d’une destination. Grâce à cet indice, une destination qui réalise un faible score de compétitivité, accompagné d’un classement médiocre sur la liste des destinations concurrentes, pourrait identifier rapidement les variables affectant ce score et ainsi prendre les mesures correctives destinées à améliorer ce classement. Sur la période 1986-2007, les résultats montrent que c’est Aruba qui réalise la meilleure performance compétitive des destinations en question. La Martinique pour sa part se positionne avant dernière de la liste des destinations faisant partie de l’échantillon (voir tableau 5).

Tableau 5 : Indices de compétitivité touristique dans la Caraïbe

Tableau 5 : Indices de compétitivité touristique dans la Caraïbe

Source: Croes, Journal of Travel Research (2011)

43Ce tableau laisse apparaître des disparités importantes dans le classement relatif aux trois variables servant à l’évaluation de l’indice de compétitivité touristique. Les meilleurs performeurs dans une variable peuvent ne pas l’être dans les deux autres. Par exemple, la Martinique affiche une performance louable dans le taux de croissance des recettes touristiques des 20 dernières années (classée n°1), mais elle est en sous-performance notable dans les deux autres variables que sont: les recettes touristiques par habitant (classée n°14), et le ratio de la valeur ajoutée touristique au PIB (classée n°15).

44En définitive, sur la base des trois variables, affectées respectivement des pondérations suivantes : 40%, 30% et 30%, la Martinique réalise un faible indice de compétitivité touristique (ICT) par rapport aux autres destinations de l’échantillon, puisqu’elle se classe au niveau de l’ICT, 14e sur 15 destinations.

2.3. Un contexte défavorable à la compétitivité du tourisme aux Antilles Françaises

45Le tourisme est l’un des moteurs essentiels de la croissance économique pour de nombreux pays, mais il ne semble pas pouvoir se développer de manière durable aux Antilles françaises. En affichant un faible indice de compétitivité touristique, la Guadeloupe et la Martinique ont du mal à soutenir la concurrence avec les autres iles de la Caraïbe. Par conséquent, leur handicap de compétitivité entrave leur pouvoir d’attraction et fait qu’elles évoluent aujourd’hui dans un contexte défavorable à la croissance et au développement de cette activité. Quels en sont alors les principales causes et les problèmes à considérer? Le chemin qui mène à une bonne compétitivité du tourisme aux Antilles françaises est semé d’embuches et se heurte de nos jours aux douze obstacles ou contraintes majeurs suivants :

  • Un désavantage absolu de coût lié à un « syndrome hollandais », provenant d’un secteur public important qui se traduit par un niveau de prix élevé dans le secteur exposé des biens non- échangeables comme le tourisme par rapport au secteur protégé (administration publique) ;

  • un rapport qualité-prix défavorable vis-à-vis de la concurrence ;

  • un régime fiscal inadapté à l’activité touristique avec des conséquences néfastes sur le niveau et la qualité des établissements d’accueil, engendrant fermeture croissante d’hôtels et leur transformation en résidences touristiques ;

  • une absence de liaisons aériennes directes avec les principales capitales européennes (à l’exception de Paris) et avec les États-Unis ;

  • un parc hôtelier vieillissant (datant des années 1970) qui ne répond pas aux attentes de la clientèle d’aujourd’hui ;

  • une absence sur place de grandes chaînes hôtelières internationales ;

  • un positionnement marketing inadapté et une promotion ne ciblant pas toujours les milieux les plus réceptifs. (On cherche à tout prix à « vendre les Antilles françaises » sans réfléchir au préalable à la pertinence de l’offre et à son adéquation à la demande) ;

  • une image brouillée des Antilles françaises dans l’esprit des visiteurs potentiels, faute d’une visibilité et d’une lisibilité claire sur le marché du tourisme international ;

  • des villes principales moribondes le week-end, en particulier la ville de Pointe-à-Pitre avec baisse de rideau des magasins, et hygiène du milieu déplorable. Images considérées comme préjudiciables au développement de la croisière et désastreuses pour la réputation et l’attractivité de la destination ;

  • une population qui se sent écartée d’un phénomène qui devrait l’intéresser au premier chef ;

  • une valorisation insuffisante des principales ressources touristiques locales ;

  • une concentration excessive des actions de promotion sur le marché français pour des retombées économiques domestiques modestes.

46Tous ces handicaps convergent et contribuent à amoindrir l’attractivité et la compétitivité de ces deux destinations, qui pourtant disposent de nombreux atouts. Leur ampleur donne la mesure des efforts que les autorités locales doivent déployer pour renforcer la compétitivité touristique de leur territoire. Compte tenu de ces obstacles, il s’impose de concevoir un plan d’action stratégique pour que la Guadeloupe et la Martinique retrouvent les bons niveaux de compétitivité qu’elles affichaient dans les années 1980 et qu’elles soient en mesure d’augmenter les impacts réels du tourisme sur la vie des citoyens.

3. Recommandations stratégiques majeures destinées à améliorer l’avantage compétitif des Antilles françaises

47La politique touristique conduite dans une destination doit avoir un double objectif : elle doit apporter un maximum de bénéfices aux intéressés de la destination tout en minimisant les impacts négatifs. Cette politique doit être conçue de manière à attirer les marchés préalablement identifiés, à créer de la valeur à travers l’innovation, à encourager les partenariats entre les acteurs et à coordonner les actions et les initiatives. Or, force est de constater que les résultats sur ces différents points sont modestes tant en Guadeloupe qu’en Martinique. Aussi, la solution aux grands problèmes affectant aujourd’hui le secteur du tourisme aux Antilles françaises passe impérativement par l’élaboration d’un autre modèle de développement touristique, fondé sur un nouveau cadre politique consolidé pour permettre au tourisme de se développer de manière compétitive et durable. Ce cadre est décliné ci-dessous en un ensemble ambitieux d’actions visant à faciliter la création d’un environnement plus favorable pour les entreprises du secteur. En résumé, pour être efficace, le modèle que nous proposons, doit être adossé à une stratégie de différenciation, de spécialisation et de labélisation du produit touristique local, car ces deux territoires, s’ils se ressemblent en ce qu’ils affichent des indicateurs socio-économiques et touristiques relativement proches, ils se différencient à d’importants égards. En effet, la Guadeloupe et la Martinique ne disposent pas au plan touristique des mêmes atouts. La Guadeloupe constitue un archipel et la Martinique, un territoire composé d’une seule île, chacun affichant leurs propres attributs. De plus, le cycle de vie du produit touristique aujourd’hui ne semble pas identique dans les deux destinations comme le montre la figure ci-dessous, extraite d’une récente étude de la CEPAL (2010). Cette étude en se référant au modèle du cycle de vie de Butler (1980) indique que la destination Guadeloupe a atteint de nos jours un stade qualifié de stagnation-déclin de son produit touristique tandis que celui de la Martinique est en phase de rajeunissement. En conséquence, pour renforcer leur compétitivité, la Guadeloupe et la Martinique doivent adopter des stratégies touristiques différentes. En revanche, ces stratégies doivent avoir dans les deux cas un socle commun, reposant sur trois points clés : différentiation, spécialisation et labélisation du produit touristique, avec comme soubassement, un contenu typiquement et spécifiquement local du produit.

48

Figure 3 : Cycle de vie du produit touristique et ses implications dans les principales destinations de la Caraïbe

Figure 3 : Cycle de vie du produit touristique et ses implications dans les principales destinations de la Caraïbe

49La recommandation principale porte sur la construction d’un modèle de développement touristique, combinant efficacement le tourisme de masse et la segmentation spécialisée du marché, avec élargissement de la chaîne de valeur du tourisme local, dans le cadre d’un cluster touristique.

50La compétitivité ou le succès d’une destination est lié directement à la qualité du produit offert aux visiteurs ainsi qu’aux stratégies de croissance choisies. De ce point de vue, comme indiqué précédemment, les destinations de Guadeloupe et de Martinique pâtissent de difficultés multiples et tenaces, et de ce fait, cumulent un certain nombre de handicaps par rapport à la concurrence. Quels sont alors les leviers à activer pour renforcer leur compétitivité et atteindre un développement durable et équitable dans ces deux régions ? Et comment créer une dynamique créatrice de valeur ? Pour lutter efficacement contre les obstacles recensés précédemment, nous proposons un modèle de croissance et de développement du tourisme qui rompt radicalement avec celui ayant cours actuellement aux Antilles françaises.

51Pour accélérer les progrès et entretenir l’élan, ce modèle s’appuie sur les principes du développement durable, à savoir : un développement touristique économiquement viable, écologiquement soutenable, et humainement et éthiquement convenable. Pour atteindre ce but, un équilibre entre une fréquentation touristique toujours plus importante et un contingentement au profit de plus grandes retombées locales doit être recherché, et ce, par la mise en œuvre d’un plan d’action pour mettre le tourisme au service du développement local. Pour ce faire, notre modèle définit une politique de développement touristique autour de cinq axes ou priorités, c'est-à-dire autour de cinq conditions à respecter dans lesquelles il est possible de générer et de soutenir un développement touristique durable. Autrement dit, les clés de succès de cette politique sont :

  • Priorité 1 : la nécessité de maîtriser le tourisme de masse actuel, en prônant sur le plan de la fréquentation, un rapport d’équilibre entre le nombre de visiteurs et le nombre d’habitants afin de ne pas dépasser la capacité de charge touristique des destinations en question (seuils physico-écologique, socio-démographique, et politico-économique à ne pas dépasser), et d’éviter un phénomène d’ethnolyse bien connu des sociologues, car le tourisme peut avoir des conséquences négatives pour la population locale si rien n’est fait notamment contre les pressions inflationnistes qu’il induit quelquefois, contre l’exploitation de la main-d’œuvre, la marchandisation des cultures et les dégâts environnementaux de son expansion.

  • Priorité 2 : dans ces conditions, l’activité touristique en Guadeloupe et Martinique doit désormais reposer sur des critères de durabilité.

  • Priorité 3 : il importe de suivre une démarche plurisectorielle pour exploiter les synergies entre les différents acteurs du secteur. Le « tout au tourisme » est loin d’être une panacée, car les retombées économiques de cette activité dépendent grandement du développement d’autres secteurs, développement qui permet de réduire les fuites de devises et de limiter la dépendance à l’égard d’un marché extrêmement volatile.

  • Priorité 4 : il est nécessaire que chacune des destinations, en fonction de leurs caractéristiques propres et de leurs attributs, poursuive des efforts pour cibler des segments spécialisés du marché et toucher des touristes à pouvoir d’achat rémunérateur.

  • Priorité 5 : il est urgent de disposer sur place d’un cadre politique pertinent pour mettre en œuvre ces différentes orientations et politiques touristiques, car la réussite de la stratégie touristique proposée ici pour la Guadeloupe et la Martinique dépendra pour beaucoup de la pertinence à la fois du statut politique et des institutions en vigueur dans ces deux régions. Des travaux empiriques consacrés à ce thème montrent qu’un niveau supérieur d’autonomie politique est lié à une croissance économique plus forte. En conséquence, pour que ces mesures s’exercent dans de meilleures conditions, et connaissent de plus grandes chances de réussite, il est indispensable que la Guadeloupe et la Martinique soient dotées comme d’autres territoires de la Caraïbe et du Pacifique d’un statut d’autonomie politique spécifique, suffisamment large qui leur confère localement de véritables pouvoirs de décision et non des pouvoirs d’exécution pour l’essentiel.

52Les destinations de Guadeloupe et de Martinique devront ainsi tenter de convertir une partie des touristes de masse en touristes d’intérêts spéciaux, tout en attirant d’autres visiteurs. De même, en matière de promotion, elles devront œuvrer à une meilleure visibilité et lisibilité de leur destination sur le marché du tourisme international et éviter une guerre des prix avec les autres concurrents de la Caraïbe, guerre à laquelle elles sont perdantes d’emblée, en raison de la forte intensité de main-d’œuvre caractérisant les activités touristiques et du niveau généralement plus élevé des coûts salariaux aux Antilles françaises et plus généralement des coûts de production. Preuve en est, selon une ancienne étude de la banque mondiale (1974), le coût de construction d’une chambre d’hôtel est en moyenne 2,5 fois plus élevée en Guadeloupe et Martinique qu’à Sainte-Lucie, 2,4 fois plus qu’aux Iles Caïman, et 1,5 fois plus qu’à la Barbade.

53En conséquence, il est indispensable pour ces deux destinations de sortir aujourd’hui d’une logique de compétitivité-prix ou de compétitivité-coût pour s’engager dans une dynamique de compétitivité-hors prix ou de compétitivité-hors coût, axée principalement sur la qualité et l’originalité des produits offerts sur le marché. Aussi, par différenciation, spécialisation et labélisation de leurs produits, la Guadeloupe et la Martinique seraient en meilleure posture pour affronter la concurrence des autres destinations de la région. L’écotourisme, le tourisme de pleine nature, le tourisme historique et culturel, le tourisme sportif, de mariage et de lune de miel ainsi que le tourisme d’affaires sont autant de segments de marché que chacune des deux destinations devrait considérer. Il sera également nécessaire d’entreprendre des études de marché pour identifier les nouveaux segments de marché et de nouveaux sous-segments de marché. Par exemple, dans le cas du tourisme sportif, indépendamment du golf et des sports nautiques, de nouvelles activités sportives pourraient être envisagées telles que : l’équitation, le cyclotourisme, le trekking, etc. Ajoutons que le triomphe souvent aux Jeux olympiques d’athlètes originaires de Guadeloupe et de Martinique constitue à cet égard une excellente opportunité et un tremplin que devraient saisir les autorités de ces deux régions pour accroître, à partir de l’image qui y est véhiculée, leur notoriété sur le marché du tourisme international et profiter de cette occasion pour promouvoir l’organisation sur place, d’évènements sportifs de dimension internationale, susceptibles d’attirer une clientèle à la fois sportive et touristique. Les autorités touristiques de la Grenade et de la Jamaïque en ont pris aujourd’hui conscience et exploitent commercialement le succès aux derniers Jeux olympiques de Londres de Kirani James aux 400 mètres pour la Grenade, et de Usain Bolt aux 100 et 200 mètres pour la Jamaïque pour faire de ces champions des produits d’appel pour leur destination.

54Le tourisme gastronomique est un autre segment de marché qui peut être développé notamment par le biais de festivals culinaires internationaux, par l’élaboration de circuits économiques courts pour les visiteurs, par un encouragement à pratiquer une agriculture bio, produisant en quantité et qualité adéquates des produits destinés au marché local de la restauration et de l’hébergement. Ainsi, en valorisant le tourisme gastronomique, en particulier dans des zones géographiques touristiquement délaissées, les autorités de Guadeloupe et de Martinique sensibiliseraient en même temps les touristes à une identité culturelle locale.

55Le tourisme de santé et de bien-être est une autre option. La Guadeloupe dispose à cet égard d’un cadre exceptionnel avec notamment les sites emblématiques de Matouba-Papaye à Saint-Claude et de Capes-Dolé à Gourbeyre pour le thermalisme, de Ravine Chaude au Lamentin pour la remise en forme, de Sofaia à Sainte-Rose et de Babin à Morne-à-L’eau pour le traitement de problèmes dermatologiques. En outre, dans le domaine de la santé et de la remise en forme, la production et la promotion de plantes et huiles essentielles locales, à vertu thérapeutique sont à encourager, car elles seraient de nature à donner une valeur ajoutée à ce secteur.

56Enfin, un autre aspect de la stratégie, qui dépend étroitement de la priorité 5, réside dans ce que nous appelons « l’élargissement de la chaîne de valeur du tourisme domestique ». Cette stratégie vise à réduire les importations du secteur touristique de deux manières : (a) à l’aide d’un contrôle plus étroit des activités touristiques par les entités locales, et (b) par une extension du cluster touristique domestique (grappe d’activités touristiques locales), le but étant de créer de nouveaux produits et services touristiques, et de permettre ainsi d’accroître la dépense touristique dans le cadre de ce cluster. En bref, l’objectif final est de « booster » le multiplicateur touristique local en réduisant le taux de fuite lié aux importations dérivées.

57Il n’est pas vain de rappeler que dans le secteur du tourisme, on trouve de nombreux clusters, c’est à dire des groupes de sociétés, directement et indirectement liées au tourisme et concentrées sur une zone géographique spécifique. Un produit touristique, en tant que produit composite-attractions, hébergement, divertissements, transports et autres installations- stimule ce processus de regroupement que recommande Porter dans son modèle. Ce type de cluster est le ciment de la chaîne de valeur informationnelle, le support de la compétitivité des acteurs et de l’attractivité des destinations touristiques (Fabry. 2009). De ce fait, le cluster relève d’une logique construite pouvant donner lieu à un écosystème d’affaires, car la destination touristique est avant tout une construction, une mise en réseau et non une collection d’acteurs juxtaposés. La figure suivante présente à titre illustratif, les principaux liens sectoriels tissés dans le cadre d’un cluster touristique.

Figure 4.Élargissement de la chaîne de valeur du tourisme local : liens entre le tourisme et les autres secteurs d’activité

Figure 4.Élargissement de la chaîne de valeur du tourisme local : liens entre le tourisme et les autres secteurs d’activité

58Par ailleurs, le tourisme communautaire, destiné à favoriser les interactions entre touristes et communautés, est une autre composante de cette stratégie multifonctionnelle dans laquelle doit prendre également place le tourisme évènementiel, notamment par la production d’évènements majeurs tels que festivals et carnavals de dimension internationale. Ces évènements seraient de nature à lutter contre le phénomène de la saisonnalité, en contribuant à accroître le coefficient de remplissage des établissements d’accueil, généralement en baisse en hors saison.

59Enfin, le tourisme de croisière devra être réexaminé et des options stratégiques développées afin de retrouver les niveaux de fréquentation des années 1990.

60En résumé, l’enjeu du tourisme international aux Antilles françaises est de dépasser les contraintes concurrentielles et de décider de la position qu’on souhaite véritablement atteindre sur le marché et d’offrir des produits touristiques variés de qualité, en corrélant cette offre aux autres secteurs de l’économie et en développant des éléments stratégiques originaux du côté de l’offre comme du côté de la demande. Il s’agit de cibler des niches et des attractions d’exception dans le cadre d’une politique économique d’ensemble et d’une approche régionale intégrée, visant à baisser les coûts avec une tarification fondée sur la qualité et la valeur du produit offert, en élargissement de la chaîne de valeur du tourisme domestique et en encourageant une culture de la coopération entre les acteurs du tourisme par l’élaboration d’un cluster efficace de l’activité. Cela demande l’instauration d’une culture de l’évaluation des performances des politiques publiques et des programmes qui influent sur le développement touristique et de favoriser le rapprochement avec d’autres iles de la région dans le cadre de programmes communs de fréquentation touristique multidestinations en mobilisant toute la société sur l’activité touristique.

Conclusion

61Cette étude s’est attachée à explorer les liens empiriques qui existent entre compétitivité et tourisme et s’est efforcée d’analyser dans quelle mesure la croissance économique répond ou non à l’évolution de l’activité touristique. Afin d’illustrer cette hypothèse, l’existence d’une relation bivariée entre variations du PIB réel per capita (proxy de la compétitivité) et variation du ratio dépenses touristiques/PIB (proxy du développement touristique) fut analysée dans le cas des Antilles Françaises (Guadeloupe et Martinique) sur la période 1990-2010, à l’aide de la technique de cointégration, du modèle à correction d’erreur et du test de causalité de Granger. Les variations de la compétitivité et celles de la dépense touristique furent intégrées, impliquant une relation de long terme entre ces deux variables.

62Cependant, contrairement à la littérature traditionnelle qui postule que les revenus du tourisme impactent positivement la croissance économique dans les pays en développement, cette étude révèle l’existence d’un très faible impact de l’activité touristique sur la croissance économique de la Guadeloupe et de la Martinique. De plus, le test de causalité de Granger indique qu’il n’existe dans le cas des Antilles françaises aucun lien de causalité unidirectionnelle ou bidirectionnelle entre ces deux variables. Autrement dit, l’hypothèse de la croissance tirée par le tourisme ne peut être inférée dans le cas de ces deux territoires. Par conséquent, la dépense touristique effectuée dans ces deux régions n’engendre pas des gains de productivité, et de ce fait n’accroît pas le PIB réel par habitant et donc la compétitivité touristique de ces deux destinations. Rappelons que les gains de productivité sont liés pour beaucoup aux stratégies choisies et donc aux décisions prises par les autorités en place pour faciliter l’investissement productif, promouvoir des compétences dans le processus de production et relancer les équipements et infrastructures notamment touristiques. Or, force est de constater que sur ces différents points, les politiques touristiques conduites à ce jour aux Antilles françaises n’ont pas fourni les résultats escomptés si l’on en juge par les faibles indices de compétitivité touristique affichés ainsi que par les autres indicateurs de performance présentés. Aussi, les destinations touristiques de Guadeloupe et de Martinique pâtissent de difficultés multiples et tenaces qui entravent leur pouvoir d’attraction et nuisent à leur compétitivité touristique.

63Douze obstacles ou contraintes ont été dénombrés sur le chemin conduisant à une bonne compétitivité touristique aux Antilles françaises. Pour renforcer cette compétitivité et parvenir à un développement touristique durable, responsable et équitable, nous proposons dans cette étude un modèle de développement touristique qui rompt radicalement avec celui en vigueur actuellement, un développement qui s’articule autour de cinq axes ou cinq priorités qui respectent les principes du développement durable, à savoir : un développement touristique économiquement viable, écologiquement soutenable, et humainement et éthiquement convenable. Ce modèle est adossé à une stratégie reposant sur trois points clés : différentiation, spécialisation et labélisation du produit touristique, avec comme soubassement un contenu typiquement et spécifiquement local du produit.

Haut de page

Bibliographie

Akaike, H. (1969). “Fitting autoregressive models for prediction”, Annals of the Institute of Statistical Mathematics, 21(1): 243-247.

Akaike, H. (1974). “Markovian representation of stochastic processes and its application to the analysis of autoregressive moving average processes”, Annals of the Institute of Statistical Mathematics, 26(1): 363-387.

Alavi, J., and M.M. Yasin (2000). “A systematic approach to tourism policy”, Journal of Business Research, 48(2): 147-156.

Archibald, X., J. Lacorbinière and W. Moore (2008). Analysis of Tourism competitiveness in the Caribbean: A gravity model approach, working papers, Central Bank of Barbados.

Buhalis, D. (2000). “Marketing the competitive destination of the future”, Tourism Management, 21(1): 97-116.

Bull, A. (1995). The Economics of Travel and Tourism, Longman, South Melbourne.

CNUCED (2010). “Tourism competitiveness in the Caribbean cointegration”, Oxford Bulletin of Economics and Statistics, 55 (3): 313-328.

CEPAL (2007). Tourism in the Caribbean competitiveness, upgrading, linkages and the role of public private partnerships (ppp) and public policy, LC/CAR/L, 151.

CEPAL (2008). Tourism life cycle, Tourism competitiveness and upgrading strategies in the Caribbean. LC/,CAR/L, 166.

Craigwell, R., Worrell, D. (2008). The competitiveness of selected Caribbean Tourism markets, Working papers, Central bank of Barbados.

Croes, R. and S.R.M Vanegas (2008). “Cointegration and causality between tourism and poverty

Reduction”, Journal of Travel Research, 47(1): 94-103.

Croes, R. (2010). “Testing the empirical link between tourism and competitiveness: evidence from Puerto Rico”, Tourism Economics, 16 (1): 217-234.

Crouch, G.I. and J.R.B. Ritchie (1999). 'Tourism, competitiveness, and societal prosperity', Journal of Business Research, 44(3): 137-152.

Crouch, G.I., and J.R.B. Ritchie (2005). “Application of the analytic hierarchy process to tourism choke and decision making: a review and illustration applied to destination competitiveness”, Tourism Analysis, 10(1): 17-25.

Crouch, G.I. and J.R.B. Ritchie (2006). “Destination competitiveness”, in Dwyer, L., and Forsyth, P., eds, International Handbook on the Economics of Tourism, Edward Elgar Publishing, Northampton, MA.

Dickey, D.A., and W.A. Fuller (1979). “Distribution of the estimators for autoregressive rime series with a unit root”, Journal of the American Statistical Association, 74(366): 427-431.

Dickey, D.A., and W.A. Fuller (1981). “Likelihood ratio statistics for autoregressive time series with a unit root”, Econometrica, 49(4) : 1057-1072.

Dollar, D. and E.N. Wolff (1993). Competitiveness, Convergence, and International Specialization, MIT Press, Cambridge, MA.

Dupont, L. (2008). « Evaluation de la compétitivité des destinations touristiques : Application à la Caraïbe », Espaces tourisme et loisirs, N° 257.

Dwyer, L., and P. Forsyth (1998). 'Economic significance of cruise tourism', Annals of Tourism Research, 25(2): 393-415.

Dwyer, L., and Kim, C. (2003). “Destination competitiveness: determinants and indicators”, Current Issues in Tourism, 6(5): 369-414.

Dwyer, L., P. Forsyth and P. Rao (2000). “The price competitiveness of travel and tourism: a comparison of 19 destinations”, Tourism Management, 21(1): 9-22.

Dwyer, L., N. Mistilis, P. Forsyth and P. Rao (2001). “International price competitiveness of Australia's MICE industry”, Progress in Tourism and Hospitality Research, 3(2): 123-139.

Dwyer, L., R. Mellor, Z. Livaic, D. Edwards and C. Kim (2004). “Attributes of destination competitiveness: a factor analysis”, Tourism Analysis, 9(1-2): 91-101.

Ekanayake, E.M. (1999). “Export and economic growth in Asian developing countries: cointegration and error-correction models”, Journal of Economic Development, 24(2): 43-56.

Enright, M.J., and J. Newton (2004). “Tourism destination competitiveness: a quantitative ap­proach”, Tourism Management, 25(6): 777-788.

Enright, M.J., and J. Newton (2005). “Determinants of tourism destination competitiveness in Asia Pacific: comprehensiveness and universality”, Journal of Travel Research, 43(4): 339­-350.

Fabry, N. (2009). « Clusters de tourisme, compétitivité des acteurs et attractivité des territoires », Revue internationale d’intelligence économique, Vol 1, 148 p.

Fajardo, G. (2002). “A struggle for identity”, Caribbean Business, 30(13): 24-28.

Fuller, WA. (1976). Introduction to Statistical Time Series, John Wiley, New York.

Granger, C.W.J. (1969). “Investigating causal relations by econometric models and cross-spectral Methods”, Econometrica, 37(3): 424-438.

Granger, C.W.J. (1988). “Some recent developments in a concept of causality”, Journal of Econometrics, 39(1-2): 199-211.

Gray, P. (1982). “The contributions of economics to tourism”, Annals of Tourism Research, 9: 05-125.

Gooroochurn, N. and G. Sugiyarto (2005). “Competitiveness indicators in the travel and tourism Industry”, Tourism Economics, 11(1): 25-43.

Hazari, B.R. and P.M. Sgro (1995). “Tourism and growth in a dynamic model of trade”, The Journal of International Trade and Economic Development, 4(2): 243-252.

Jackman, M., T. Loede, S. Lowe and A. Alleyne (2011). “Evaluating Tourism competitiveness of small island developing states: a revealed comparative advantage approach”, Central bank of Barbados.

Johansen, S. (1988). “Statistical analysis of cointegration vectors”, Journal of Economic Dynamics and Control, 12(2-3): 231-254.

Johansen, S. (1991). “Estimation and hypothesis testing of cointegration vectors in Gaussian vector autoregressive models”, Econometrica, 59(6): 1551-1580.

Johansen, S. (1995). Likelihood-based Inference in Cointegrated Vector Autoregressive Models, Oxford University Press, USA.

Johansen, S. and K. Juselius (1990). “Maximum likelihood estimation and inference on cointegration with applications to the demand for money”, Oxford Bulletin of Economics and Statistics, 52(2) : 169-210.

Johansen, S. and K. Juselius (1992). “Testing structural hypotheses in a multivariate cointegration analysis of the PPP and the UIP for UK”, Journal of Econometrics, 53(1-3): 211-244.

Kozak, M., and M. Rimmington (1999). 'Measuring tourist destination competitiveness: conceptual considerations and empirical findings', International Journal of Hospitality Management, 18(3): 273-283.

Krugman, P. (1996). “Making sense of the competitiveness debate”, Oxford Review of Economic Policy, 12(3): 17-25.

Mackinnon, J.G. (1991). “Critical values for cointegration tests”, in Engle, R.F., and Granger, C.W.J., eds, Long-run Economic Relationships: Readings in Cointegration, Oxford University Press, Oxford : 267-276.

Mangion, M.L., R. Durbarry and M.T. Sinclair (2005). “Tourism competitiveness: price and quality”, Tourism Economics, 11(1): 45-68.

Mazanec, J.A., K. Wöber and A.H. Zins (2007). “Tourism destination competitiveness: from definition to explanation?”, Journal of Travel Research, 46(1): 86-95.

Porter, M.E. (1990). The Competitive Advantage of Nations, Free Press, New York.

Porter, M.E., K. Schwab, J. Sachs, P.K. Cornelius and J.W. McArthur (2002). The Global Competitiveness Report 2001-2002: World Economic Forum, Geneva, Switzerland 2001, Oxford University Press, Oxford.

Rodriguez-Diaz, N. (2008). “A modem of strategic evaluation of a Tourism destination based on internal and relational capabilities”, Journal of travel research, 46(4): 368-380.

Schwarz, G. (1978). “Estimating the dimension of a model”, The Annals of Statistics, 6(2): 461-464.

US Department of Commerce (1979). Economic Study of Puerto Rico, US Government Printing Office, Washington, DC : 13-18.

World Bank (1974). Tourism supply in the Caribbean region, World Bank .

WTTC (World Travel and Tourism Council) (2004). The Caribbean: The Impact of Travel and Tourism on Jobs and the Economy, WTTC, London.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Tendances évolutives du tourisme de séjour à la Martinique de 1970 à 2010 à l’aide du filtre de Hodrick-Prescott
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6316/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 1. Tests de Dickey-Fuller relatifs aux variables logComp et logTour
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6316/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 2. Tests de cointégration de Johansen
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6316/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 3: Vector Error Correction Estimates
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6316/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 4 : Résultats du test de causalité de Granger
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6316/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 2 : Dépense touristique moyenne par visiteur dans les principales destinations de la Caraïbe (en dollars américains)
Crédits Source: OMT, Tourism Market Trends, 2006
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6316/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 5 : Indices de compétitivité touristique dans la Caraïbe
Crédits Source: Croes, Journal of Travel Research (2011)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6316/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 3 : Cycle de vie du produit touristique et ses implications dans les principales destinations de la Caraïbe
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6316/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 4.Élargissement de la chaîne de valeur du tourisme local : liens entre le tourisme et les autres secteurs d’activité
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6316/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Dupont, « Analyse empirique de la relation entre tourisme et compétitivité : l’exemple des Antilles françaises », Études caribéennes [En ligne], 23 | Décembre 2012, mis en ligne le 15 décembre 2012, consulté le 22 mars 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6316 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6316

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org