Navigation – Plan du site
Hors dossier

Les potentialités écotouristiques dans la préfecture de Doufelgou (Togo, Afrique de l’Ouest)

Ecotourism Potentialities in the Prefecture of Doufelgou (Togo, West Africa)
Dabitora Koumantiga, Kpérkouma Wala, Komlan Batawila et Koffi Akpagana

Résumés

La présente étude a été menée dans les cantons de la préfecture de Doufelgou au Nord Togo. Sur la base de la beauté du paysage, des richesses naturelles et des enquêtes semi-structurées, le potentiel écotouristique de cette préfecture a été évalué. Le traitement des données spatiales collectées a permis de réaliser la carte écotouristique et de proposer un circuit touristique. Trois catégories de potentialités ont été répertoriées : les potentialités naturelles, les potentialités culturelles et les potentialités anthropiques. Ces potentialités peu valorisées subissent à des degrés variables diverses pressions susceptibles de les mettre en péril. Cet article présente ces diverses potentialités et analyse les opportunités socio-économique et environnementale d’un développement écotouristique dans cette zone.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Doufelgou, Togo
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La conservation de la biodiversité est devenue une préoccupation majeure comme en témoignent les bilans alarmants que dressent les organismes spécialisés (UICN, 2000, FAO, 2001 ; PNUE, 2002 ; ONU, 2002). L’homme de par ses diverses activités, serait le principal auteur (Le Danff, 2002). C’est ainsi que l’UICN (2000) annonce dans sa liste rouge 11 000 espèces vivantes qui pourraient disparaître dans les décennies futures. La plupart des stratégies mises en place pour freiner la pression humaine sur les ressources naturelles sont confrontées à la réticence des populations locales qui disposent de très peu d’alternatives économiques pour survivre. Pour protéger la diversité biologique, il est urgent d’adopter des mesures de contournements qui responsabilisent les populations locales et les sensibilisent à l’intérêt de protéger leur environnement et leurs ressources. À cet effet, le rapport de Brundtland (1987) reconnaît la nécessité d’une approche multisectorielle pour garantir un développement durable par la conservation et l’utilisation durable de la diversité biologique.

2Au rang des multiples outils proposés pour évoluer vers un développement durable des communautés humaines, les potentialités relevant de l’écotourisme retiennent l’attention des chercheurs, des décideurs, des aménagistes du territoire et des acteurs de développement (Tardif, 2003). En se référant à la définition de l’OMT (2002) qui stipule que «l’écotourisme est la forme de tourisme satisfaisant aux besoins présents des touristes et des régions hôtes, tout en protégeant et en mettant en valeur les opportunités pour le futur», l’écotourisme apparaît alors comme vecteur essentiel du développement durable ; il peut être un secteur moteur d’une économie nationale, un moyen de générer des revenus (Sarrasin, 2007). Il connaît un engouement international tant au niveau des acteurs locaux et nationaux que des institutions internationales (Baldy, 2008, Sarrasin, 2007).

3À ce titre, le secteur touristique du Togo en cours de construction, à l’instar de nombreux pays de l’Afrique de l’Ouest, veut se reposer sur des offres attrayantes provenant des investigations fondées sur les potentialités naturelles et culturelles du pays. C’est dans ce cadre que cette étude a été conduite : la démarche vise à inventorier les potentialités touristiques de la préfecture Doufelgou (Nord-Togo), à des fins de valorisation des potentialités écotouristiques et du patrimoine naturel. Plus spécifiquement, elle consiste à décrire les potentialités écotouristiques de la préfecture de Doufelgou, les cartographier, dans le but de dégager les atouts et les contraintes au développement de l’écotourisme dans la préfecture de Doufelgou, et, au final, proposer un circuit écotouristique dans la préfecture.

1. Matériels et méthodes

1.1. Zone d’étude

4La préfecture de Doufelgou, localisée dans la région de la Kara, est située au Nord du Togo (entre la longitude 0°52’ et 1°23’ Est et la latitude 9°37’ et 10°03’ Nord) (cf. figure 1). Elle jouit d’un climat tropical de type soudanien à régime unimodal (figure 2) qui se caractérise par une seule grande saison pluvieuse et une grande saison sèche. Les pluies s’étendent de juin à novembre avec un maximum en août. Les précipitations annuelles varient entre 1000 et 1800 mm (figure 3) et les températures moyennes mensuelles varient entre 24°C et 29°C, avec une moyenne annuelle de 25 °C.

5Cette région est traversée par la chaine de l’Atakora où elle prend le nom de monts Défalé, avec des altitudes comprises entre 400 et 800 mètres. La majorité des roches rencontrées sont des quartzites de couleur branche d’où est nom « Doufelgou » qui signifie en Nawdm « montagne blanche ». Les principaux types de sols sont les sols peu évolués, ferralitiques et ferrugineux tropicaux.

6Sur le plan phytogéographique, la préfecture de Doufelgou est incluse dans la zone écologique II du Togo (Ern, 1979) qui correspond à la zone des forêts sèches et des savanes soudaniennes à dominance de Vitellaria paradoxa, Entrada africana, Gardenia sp., Parkia biglobosa, Terminalia, et Combretum (Wala, 2001). On y rencontre une palmeraie subnaturelle et de nombreux îlots de forêts sacrées. Suivant White (1986), cette région de fait partie du domaine phytogéographique soudanien ou centre régional d’endémisme soudanien.

7La préfecture de Doufelgou est peuplée de Nawd’ba et de Lamba, deux peuples différents sur le plan linguistique et artisanal que le colonisateur a regroupé sous le nom local ‘’Losso’’ (Wasungu, 1976). Estimée à 78 635 habitants en 2010, la population de Doufelgou est constituée de ruraux à plus de 90%. L’agriculture (dont les principales cultures sont le sorgho, le fonio, l’arachide, le niébé, le maïs le manioc, l’igname, etc.) et l’élevage y sont les principales activités socio-économiques.

8

Figure 1 : Localisation de la zone d’étude : la préfecture de Doufelgou (Togo)

Figure 1 : Localisation de la zone d’étude : la préfecture de Doufelgou (Togo)

Source : lbev, 2010

Figure 2 : Courbes ombrothermiques de Doufelgou (1960-2008)

Figure 2 : Courbes ombrothermiques de Doufelgou (1960-2008)

Source : données de la Météo Togo

1.2. Collectes de données

9L’approche méthodologique a consisté à faire un échantillonnage des sites à prospecter. Des enquêtes ethnobotaniques et des observations de terrain et des inventaires floristiques et forestiers sur certains sites ont permis de compléter l’étude.

1.2.1. Identification des sites

10Lors de la première phase de collecte de données, toute la préfecture fut parcourue suivant un transect SW-NE en référence à la méthodologie des études antérieures dans la zone d’étude (Wala, 2001). L’objectif était de couvrir toute la préfecture dans le sens de sa longueur. Le long de ce transect, le paysage naturel attractif susceptible d’offrir des curiosités touristiques a été exploré et décrit. Au total 78 sites ont été prospectés.

1.2.2. Enquêtes semi-structurées

11Des interviews semi-structurées ont été faites dans chaque canton sur un échantillon de 186 personnes comportant des femmes et des hommes, tout âge confondu, dont 60% ayant plus de 50 ans. Grâce à ces enquêtes, certains sites non identifiés lors de l’échantillonnage ont été répertoriés et visités.

12Les visites des sites signalés ont été couplées de questionnaires administrés en focus groupes portaient sur la localisation des sites naturels et monuments historiques pouvant faire l’objet d’intérêts touristiques, sur les relations qui existent entre les populations locales et les différents sites identifiés, et sur les fêtes et danses traditionnelles locales, les rites culturels dont les fondements ou l’exécution font usage des éléments de la biodiversité. Les informations relatives aux infrastructures hôtelières, auberges et restaurants et les objets d’art des diverses localités ainsi que les contraintes du milieu physique et humain ont été également collectés. Les prédispositions des populations ont également été appréhendées.

1.2.3. Inventaires floristiques et forestiers

13Pour apprécier l’état de conservation de certains sites, les analyses ont porté sur la diversité floristique et la structure de la végétation. Pour ce faire, des relevés floristiques sur chaque site ont été faits suivant la méthode de Braun Blanquet (1932), utilisée par nombreux auteurs (Kokou, 1998 ; Wala, 2001). La taille des placeaux installées sur ces sites a varié entre 400 à 500m2. Toutes les espèces présentes dans les placeaux ont été inventoriées. L’analyse des peuplements ligneux fut appréhendée par les mesures des circonférences et des hauteurs des individus ligneux.

1.2.4. Données spatiales

14Au cours de la prospection, les coordonnées géographiques de chaque localité prospectée et des sites inventoriés furent relevées à l’aide d’un récepteur GPS (Global Positioning System) et les coordonnées géographiques des placeaux d’inventaires floristiques et forestiers collectées afin de géo-positionner ceux-ci sur une carte de la zone d’étude.

15Une carte tridimensionnelle a été élaborée à partir des courbes de niveau extraites d’une carte de base IGN-Togo en faisant ressortir le caractère touristique que présente le paysage orographique de la préfecture. L’ensemble de ces données a permis de proposer un tracé de circuit touristique.

1.3. Traitement de données

16Les données des enquêtes saisies (localités, sites, relations avec ces sites, manifestations culturelles, interdits, animaux totems, etc.) sont traitées grâce au tableur Excel. Pour chaque site, le nombre total des espèces est déterminé et une liste des espèces et familles établie. Les spectres des familles ont été construits. La fréquence relative d’une famille a été calculée suivant le rapport de la fréquence absolue (nombre d’espèces de cette famille) au nombre total de toutes les espèces présentes sur le site. Les coordonnées géographiques des différents sites inventoriés au moyen d’un capteur GPS ont été projetées sur la carte géoréférencée de la préfecture de Doufelgou extraite d’une carte de base IGN-Togo à partir du logiciel ArcGIS 9.3®.

17L’aspect tridimensionnel du paysage écotouristique de la préfecture a été construit à partir du modèle TIN et à partir duquel fut élaboré le guide touristique.

2. Résultats

18Trois grandes catégories de potentialités ont été répertoriées et décrites : les potentialités naturelles, les potentialités culturelles et les potentialités anthropiques.

2.1. Potentialités écotouristiques naturelles

2.1.1. Le relief et le paysage

19La topographie de la préfecture de Doufelgou offre une diversité de paysages attractifs avec la chaîne de l’Atakora, ses falaises abruptes et les chutes d’eau qui constituent autant de micro-habitats pour la faune et la flore (figure 3). Ce sont le vaste plateau de Niamtougou au centre, la plaine de la Binah avec les collines de Pouda, Massédéna à l’est et les fascinantes collines d’Alloum, d’Anima et de Kadjala qui se dressent, à l’ouest, dans la plaine de la Kara (figure 3).

Figure 3 : Carte du paysage tridimensionnel de la préfecture de Doufelgou (Togo)

Figure 3 : Carte du paysage tridimensionnel de la préfecture de Doufelgou (Togo)

20Certains sites se distinguent de la géodiversité du paysage de la préfecture de Doufelgou :

21Le plateau de Gnindougou est une surface tabulaire de près de 490 mètres d’altitude située au milieu d’une grande étendue de savane herbeuse sur un sol gravillonnaire. Lors du coucher du soleil, les blocs rocheux et la savane environnante prennent des couleurs bleu rougeâtre rendant le paysage encore plus attrayant. Cette ambiance spécifique est à l’origine de son nom « Gnindougou » qui veut dire en Nawd’m « la montagne de la nuit » ; ce plateau offre une vue panoramique sur les monts blancs (photographie 1).

Photographie 1 : Vue panoramique des monts blancs depuis le sommet du plateau de Gnidougou (Togo)

Photographie 1 : Vue panoramique des monts blancs depuis le sommet du plateau de Gnidougou (Togo)

Source : auteur, janvier 2010

22La dalle cuirassée de Kirgah Bale est une grande étendue de cuirasse indurée qui l’aspect d’une dalle qui délimite en forme d’arc des collines. La forêt régénérée sur cette partie de la chaîne contraste avec les autres parties dénudées. La beauté de ce paysage protégé attire des visiteurs et même les populations locales qui apprécient l’endroit pour se reposer ou pique-niquer. Cette zone est colonisée par de nombreuses espèces d’oiseaux, de lièvres, d’aulacodes, de perdrix et surtout de reptiles. Sur le plan floristique, elle abrite 89 espèces réparties dans 38 familles.

Photographie 2 : Formation à Daniella sur la dalle cuirassée de Kirgah Bale (Togo)

Photographie 2 : Formation à Daniella sur la dalle cuirassée de Kirgah Bale (Togo)

Source : auteur, janvier 2010

2.1.2. Les chutes d’eau, les marres et les sources

23La cascade de Tchoré, est la plus grande chute d’eau à un régime permanent dans la préfecture de Doufelgou. Le long des berges se développe une forêt ripicole dense qui impose un paysage verdoyant où l’humidité relative de l’air est maintenue tout au long de la journée (photographie 3). C’est un site potentiel d’observation des singes et d’une diversité d’oiseaux.

24La distribution des individus ligneux sur le site par classe de diamètre montre qu’il y a un mélange plus ou moins équitable des classes petite, moyenne et grande témoignant de la faible perturbation du site (figure 4a).

25Le site de la cascade de Yaka correspond à une falaise d’environ quinze mètres de hauteur où un cours d’eau à régime permanent se transforme une chute fascinante (Photographie 4). La disposition des micaschistes et des quartzites sous l’ombrage des arbres constitue un lieu de repos privilégié pour les visiteurs et les paysans. Entre les blocs rocheux apparaissent des grottes et galeries. Ce site est le domaine d’animaux tels que les singes, les phacochères, les perdrix, les lièvres et des reptiles (comme les varans).

26Cette végétation, toujours dense et verdoyante, recèle d’espèces attrayantes comme Ozoroa insignis, Gardenia sokotensis, etc. La distribution par classe de diamètres révèle une dominance des petites classes. La présence de moyennes et grandes dans des proportions considérables (figure 4b) atteste de pressions anthropiques réduites sur ce milieu naturel.

Figure 4 : Distribution des individus par classe de diamètre dans les sites des cascades

Figure 4 : Distribution des individus par classe de diamètre dans les sites des cascades

Tableau 1 : Caractéristiques de la végétation des deux cascades

Tableau 1 : Caractéristiques de la végétation des deux cascades

Photographie 3 : Cascade de tchoré (Togo) vue de profil

Photographie 3 : Cascade de tchoré (Togo) vue de profil

Source : auteur, janvier 2010

Phototographie 4 : Cascade de Yaka (Togo) vue de face

Phototographie 4 : Cascade de Yaka (Togo) vue de face

Source : auteur, janvier 2010

27La source d’eau Kantanboli, d’une forme source de l’ordre de 80m2, qui ne tarit jamais. Située au cœur du canton de Koka, cette source contient de nombreux silures sacrés qui sont intégralement protégés par les habitants (Photographie 5). Selon les natifs de Koka, chaque silure représente l’âme d’un habitant du canton. Par conséquent, la disparition ou la mort d’un silure est un signe annonciateur du décès d’un habitant tandis que la naissance d’un nouveau-né est synonyme de la naissance d’un petit silure dans la source. En jetant de l’arachide broyée dans cette eau, peuvent être observées les silures qui remontent à la surface.

Photographie 5 : Source d’eau Kantanboli (Togo)

Photographie 5 : Source d’eau Kantanboli (Togo)

Source : auteur, janvier 2010

2.2 Potentialités culturelles

2.2.1. Grottes ancestrales

28La préfecture de Doufelgou recense de nombreux habitats historiques comme des cavités assez larges dans les pieds de baobab (Adansonia digitata) où habitaient les anciens hommes, notamment sur le plateau de Niamtougou. Cependant les plus spectaculaires se retrouvent dans canton de Baga dont certaines sont encore habitées (photographie 6).

29Autre type de site, une grande galerie, dont la longueur est estimée à plus de 500 mètres de longueur, qui s’ouvre par un trou béant sur une cuirasse latéritique en bordure d’un cours d’eau ; elle servait de refuge lors des guerres tribales et de la colonisation.

Photographie 6 : Grotte ancestrale dans un pied d’Adansonia digitata, actuellement habité (Togo)

Photographie 6 : Grotte ancestrale dans un pied d’Adansonia digitata, actuellement habité (Togo)

Source : auteur, janvier 2010

2.2.2. Forêts sacrées et espèces centenaires

30Cette région compte des centaines de forêts sacrées impressionnantes, conservées de génération en génération (photographie 7). Concernant ces forêts sacrées, 15,65% des enquêtés révèlent que certaines ont disparu et plus de 80% affirment que la plupart des forêts voient leur superficie diminuée. En outre, moins de 5% soulignent que certaines des forêts croissent en limites ou sont restées intactes. L’agriculture et la violation des coutumes par les jeunes sont les principales raisons évoquées pour expliquer la réduction des limites de ces forêts sacrées.

31Ces forêts sacrées cohabitent avec de nombreuses espèces centenaires conservées pour leurs caractères sacrés comme les Andansonia digitata, Ceiba pentadra, Vitex doniana, Ficus exasperata, Antiaris africana et surtout Milicia excelsa, espèce sur laquelle se sont concentrées nos recherches (photographie 8). Sur le plateau et Niamtougou, 108 pieds de Milicia excelsa ont été inventoriés, parmi lesquels plus de 90% ont plus de 100 ans d’existence. La structure démographique montre une dominance des pieds de diamètre très élevés attestant de leur conservation intégrale sur plusieurs générations.

Figure 5 : Distribution des pieds d’Iroko par classe de diamètre sur le plateau de Niamtougou

Figure 5 : Distribution des pieds d’Iroko par classe de diamètre sur le plateau de Niamtougou

Photographie 7 : L’entrée aménagée d’une forêt sacrée (Togo)

Photographie 7 : L’entrée aménagée d’une forêt sacrée (Togo)

Source : auteur, janvier 2010

Photographie 8 : Pied de Milicia excelsa (Togo)

Photographie 8 : Pied de Milicia excelsa (Togo)

Source : auteur, janvier 2010

2.2.3. Diversité folklorique et diversité culinaire

32La préfecture de Doufelgou est marquée par une importante diversité culturelle. Au total vingt-trois danses traditionnelles et sept rites d’initiation ont été répertoriés. On y distingue des danses trisannuelles et décennales. Cette diversité folklorique est largement liée aux forêts sacrées et aux espèces centenaires conservées (photographie 9).

33Le lien intrinsèque entre les peuples et la nature depuis les traditions lointaines se distingue aussi à travers la diversité dans les arts culinaires ; un total de 96 sauces et autres repas typiques ont été inventoriés.

Photographie 9 : Une file d’initiés sortant d’une forêt sacrée en dansant au rythme des tam-tams (Togo)

Photographie 9 : Une file d’initiés sortant d’une forêt sacrée en dansant au rythme des tam-tams (Togo)

Source : auteur, mars 2002

2.3 Potentialités anthropiques

34L’habitat traditionnel qui constitue une curiosité culturelle est construit à base de matériaux locaux notamment la terre battue. Ces cases sont couvertes de pailles tressées sur une charpente faite de bois de rôniers, de palmiers à huile, etc. (photographie10). La structure et la solidité de ces cases sont étonnantes, comme en témoignent les très anciennes cases. La construction et l’architecture des greniers traditionnels, le damage des maisons sont des activités fascinantes, spécifiques aux habitants de la préfecture de Doufelgou.

Photographie 10 : Couvraison des cases traditionnelles en terre battue (Togo)

Photographie 10 : Couvraison des cases traditionnelles en terre battue (Togo)

Source : auteur, janvier 2010

2.4. Atouts et contraintes au développement de l’écotourisme

35Les diverses potentialités physiques et socioculturelles constituent des atouts indéniables au développement des activités écotouristiques. De plus, il est important de souligner que la préfecture dispose de nombreux autres atouts pour la mise en place d’un circuit écotouristique comme l’adhésion de la population locale. Sur l’échantillon enquêté, 96,43% sont favorables pour l’installation d’un circuit écotouristique et se déclarent disposés à participer à la conservation de ces sites écotouristiques. Toutefois, 3,57% des enquêtés relèvent les risques sur le plan du non-respect de la tradition.

36Autres éléments favorable, en matière d’accessibilité, la proximité de la préfecture avec l’aéroport international de la préfecture Kéran (qui abrite la tata temberma déclarée patrimoine mondial de l’UNESCO). Dans le contexte actuel, les contraintes au développement des activités écotouristiques se résument d’abord à l’insuffisance d’investissements sur le plan des infrastructures hôtelières et routières.

2.5. Carte et circuits écotouristiques

37Cette étude nous a permis de réaliser une carte écotouristique et de proposer un circuit à partir duquel se dégagent trois axes.

Tableau 2 : Description des axes écotouristiques

Tableau 2 : Description des axes écotouristiques

Source : auteur, janvier 2010

Figure 5 : Carte des circuits écotouristiques de la préfecture de Doufelgou (Togo)

Figure 5 : Carte des circuits écotouristiques de la préfecture de Doufelgou (Togo)

3. Discussion

3.1. Des potentialités naturelles diverses, peu connues et peu valorisées

38L’analyse des résultats révèle que la préfecture de Doufelgou dispose des ressources naturelles, humaines et culturelles qui présentent de réelles potentialités favorables au développement de l’écotourisme. En effet, la diversité des chaînes de collines et de montagnes offre des paysages remarquables, diversifiés, et des microclimats singuliers. Les ascensions de ces collines et montagnes bien que pénibles n’en demeurent pas moins fascinantes ; elles offrent de vastes panoramas et de multiples curiosités géomorphologiques. Toutes ces collines sont aussi colonisées par des oiseaux et divers autres animaux. Tout ceci constitue des spectacles naturels propices à l’écotourisme.

39La géodiversité liée au relief constitue est un des facteurs attractifs. Dans le sud-est du Togo, Sanoumega (2010) a mis en évidence le fort potentiel écotouristique des inselbergs ; il en est de même à partir des reliefs montagneux des destinations caribéennes comme dans le cas de la République dominicaine, du Cuba, Trinidad et Tobago (Augier, 2005).

40Par ailleurs, les chutes d’eau offrent la possibilité de contempler des paysages singuliers et de découvrir certains animaux sauvages. La fraîcheur, les formations ombrageuses sur des bancs rocheux font de ces sites des endroits paisibles pour la détente. Les écosystèmes sont constitués de spécimens très diversifiés avec des végétaux comme Gardenia sokotensis, Ozoroa insignis et Steganotaenia araliacea potentiellement ornementales en raison du caractère esthétique de leur phyllotaxie. C’est ce qui explique l’exploitation de ces sites à des fins touristiques en Afrique de l’Ouest, particulièrement au Bénin avec les célèbres chutes de Tanougou (Wala, 2004). Ces différents atouts pour le développement de l’écotourisme ont été relevés par Ouoba (2001) au Burkina Faso et Crompton et al. (2003) à Madagascar.

41Pour leur part, les mares sacrées procurent l’occasion de voir des poissons et des crocodiles dans leur milieu naturel. L’histoire mythique de ces mares et l’ambiance locale qu’elles génèrent sont autant de motivations pour les découvrir.

42Pour préserver ces écosystèmes naturels, l’écotourisme est un outil approprié, respectueux du milieu d’accueil, qui présente donc de réels avantages. Le Costa Rica a d’ailleurs su se positionner sur la scène touristique mondiale en valorisant ses ressources naturelles, s’imposant pour son approche éclairée en matière de préservation de l’environnement (Fabiola, 2006). Aussi, des pays faiblement développés de la Caraïbe intègrent ce type de tourisme dans leur stratégie de développement comme l’île de la Dominique (Dehoorne et al., 2007). Il est donc impérieux que des actions soient entreprises pour intégrer l’écotourisme dans les stratégies de développement des diverses localités de cette préfecture.

3.2. Un fort potentiel culturel inexploité

43La culture est l’un des piliers du tourisme ; le tourisme culturel peut contribuer activement à la protection du patrimoine naturel et culturel et proposer aux visiteurs une interprétation du patrimoine naturel et culturel qui sont deux des principes particuliers de l’écotourisme (OMT et PNUE, 2002). Dans ce sens, la préfecture de Doufelgou dispose d’indéniable monuments d'un passé lointain qui méritent d’être valorisés. En effet, les paysages des forêts sacrées et des espèces centenaires localisées un peu partout dans la préfecture constituent une richesse avérée de la zone et lui confèrent une identité culturelle remarquable. De plus, la présence dans la préfecture des grottes ancestrales est une curiosité spécifique pour le développement de l’écotourisme.

44Par ailleurs, l’habitat traditionnel traduit une certaine intégration des populations locales de Doufelgou dans leur environnement et reflète ainsi leurs conditions de vie et leurs coutumes. Les matériaux utilisés sont traditionnels et proviennent essentiellement du sol et de la flore locale. Non seulement, les intérêts écotouristiques relèvent de l’architecture des constructions traditionnelles, toujours attachées à la nature, mais aussi de l’originalité de ces cases traditionnelles couvertes de pailles qui mettent en évidence l’identité culturelle locale. Tribak (2006) souligne à cet effet que les structures des maisons et leurs modes de construction traduisent une forte identité culturelle des peuples endogènes.

45Le folklore des diverses localités est assez riche pour alimenter un circuit écotouristique. Les manifestations culturelles trisannuelles, quinquennales et décennales, la diversité des danses traditionnelles des rites d’initiation sont autant de formes d’expressions de l’authenticité de leur patrimoine fondamental vivant ou monumental. Un écotourisme curieux et respectueux des environnements d’accueil (tant naturel qu’humain) pourrait contribuer à la sauvegarde de ces aspects culturels ; il est indissociable de la rencontre avec les communautés locales et la découverte des différentes facettes de leur culture (Sanoumega, 2010). Observer et apprécier des cultures traditionnelles qui règnent dans les zones naturelles sont des dimensions culturelles de l’écotourisme dont peuvent être objet les manifestations culturelles de la zone (Iroko, 2008). Cabasset (2008) renchérit que la culture constitue un moteur de diffusion touristique.

3.3. Les perspectives de retombées socio-économique et environnementale d’un développement écotouristique

46Les potentialités précitées constituent une richesse réelle de la préfecture. Malheureusement, elles cohabitent avec l’isolement, l’insuffisance des infrastructures, le sous-emploi et la pauvreté de la population. La situation d’enclavement de la plupart des cantons et leur pauvreté contraste avec les énormes potentialités écotouristiques.

47Le développement de l’écotourisme peut bien constituer une alternative pour le développement socio-économique de cette préfecture car ce type de tourisme n’exige pas de grands investissements de départ et s’intègre facilement aux autres activités rurales des régions de montagne tout en permettant d’utiliser des forces de travail disponibles temporairement. Dans la région de Taza au Maroc, la promotion de l’écotourisme a été retenue comme une alternative importante pouvant sortir la région de la marginalisation actuelle, diversifier les revenus des populations et réduire leur pression sur les milieux naturels (Tribak, 2006). Un circuit écotouristique bien ciblé peut créer des emplois de guides, d’accompagnateurs d’itinéraires, de gardiens et de propriétaires de gîtes. Il peut également créer des passerelles avec les autres secteurs économiques en favorisant la commercialisation des produits locaux et la promotion de la cuisine locale de l’artisanat, de la culture locale, etc. L’écotourisme peut participer à préserver, favoriser la connaissance de cultures et lutter contre les préjugés culturels. L’écotourisme est en fait un important vecteur de communication entre les individus et les civilisations ainsi qu’une activité de valorisation du patrimoine fondamentale des peuples.

48Sur le plan patrimonial, le développement d’activités touristiques permettrait de valoriser les richesses architecturales traditionnelles et les techniques locales de construction qui s’intègrent parfaitement avec les conditions de ces milieux.

49Le tourisme est souvent perçu comme responsable de la dégradation du milieu naturel, du moins en partie (Lequin, 2001). La mesure des coûts et avantages écologiques des projets touristiques constitue ainsi un des enjeux majeurs de l'écotourisme. En effet, l'écotourisme représente une des rares formes de développement touristique qui, sous certaines conditions, peut favoriser la protection des zones naturelles grâce aux programmes de conservation qu'il suscite et qu'il peut financer (OMT et PNUE, 2002).

50L’inventaire floristique sur les divers sites a permis de recenser 204 espèces réparties dans 70 familles. Le démarrage des activités écotouristiques permettra de préserver toute cette diversité floristique dans son milieu naturel. La plupart des sites inventoriés sont en dégradation suite aux différentes pressions anthropiques dont ils font l’objet. Le déboisement, une des menaces permanentes de ces sites, s’explique par une tentative désespérée de survie des ruraux les plus pauvres. Ceux-ci disposent de très peu d’alternatives économiques et pratiquent une agriculture de subsistance, notamment en utilisant les arbres comme bois de chauffe. L’écotourisme aura un impact positif sur la vie économique des populations locales en créant des emplois et en proposant des sources de revenus supplémentaires.

51Le rôle positif joué par l’écotourisme en octroyant des avantages aux pauvres et en aidant à préserver les ressources naturelles de base et la biodiversité a été démontré dans l’aire protégée de Hluhluwe-Imfolozi Park dans la province du KwaZulu-Natal au nord-est de l’Afrique du Sud (Folio, 2010).

52La valorisation de l’habitat traditionnel peut se ressentir au niveau de population locale par la culture de la paille (Andropogon spp, Vertiveria nigritana et Panicum spp) qui constitue un matériau fondamental de ces habitats. La culture de ces espèces passe toujours par des jachères de cinq à sept années et la lutte contre les feux de brousse. Ces mesures sont indispensables pour le maintien de l’équilibre des écosystèmes et favorisent une forte régénération des ligneux (Wala, 2001 et Dourma, 2003).

53Les rites d’initiation et la majorité des danses culturelles sont toujours liés aux forêts sacrées. La danse « habre », un événement trisannuel et quinquennal, commence toujours dans une forêt sacrée. Le rite  «sant’m», événement quinquennal, se danse en suivant des sentiers qui passent dans les forêts sacrées. La danse « kankana » est organisée pour commémorer la mort d’un pied d’iroko dans la forêt. Ceci prouve effectivement que si ces forêts sont restées conservées jusqu’aujourd’hui, c’est bien grâce à ces rites et ces pratiques traditionnelles qui les régissent. (Kokou et Sokpon, 2006). Cependant, la diffusion, du christianisme et bien d’autres religions se caractérisent par des conversions de plus en plus nombreuses, l’abandon des rites et pratiques et le manque de respect des règles qui régissaient ces sites (Juhé, 2006). Si des actions de conservation ne sont pas réalisées, ces sites sont appelés à disparaitre à moyen termes. Il s’avère donc impérieux d’explorer de nouvelles pistes pour leur gestion durable. L’entreprise des activités touristiques aura un double avantage pour la préservation de ces forêts : de la valorisation des rites et des pratiques culturelles à la génération des revenus pour leur restauration et leur conservation. Des cas similaires sont observés dans les bois sacrés de l’aire culturelle Adja-fon (sud Bénin et Togo) où l’écotourisme est un outil utilisé pour préserver la biodiversité (Juhé, 2006).

Conclusion

54La présente étude a permis de relever de nombreuses potentialités écotouristiques dans la préfecture de Doufelgou avec l’identification de lieux de conservation des ressources biologiques tant qu’animale que végétale. L’inventaire floristique préliminaire a permis de recenser 204 espèces végétales sur les sites étudiés mais la plupart sont soumis à une forte pression anthropique qui entraine leur dégradation.

55Les populations locales adhèrent au développement des activités écotouristiques dans leur localité. La mise en place d’un circuit écotouristique permettra de préserver ces écosystèmes naturels et leur diversité biologique. A ce jour, l’activité touristique est presque inexistante malgré toutes ces potentialités écotouristiques. Cependant, il faut bien avouer que ce potentiel, si important, reste faiblement connu, voire totalement ignoré par les acteurs du développement local. Or le développement de l’écotourisme dans cette préfecture où les populations sont pauvres constitue une alternative pour diversifier les sources de revenus. Il faut engager des efforts tant au niveau des pouvoirs publics, des ONG, des chercheurs que des populations locales pour valoriser ces ressources.

Haut de page

Bibliographie

Augier, D. (2005). L'écotourisme à la Martinique, Mémoire Master 2 d'économie, Université des Antilles et de la Guyane, 108p.

Baldy, S., E. Madeleine et M.A. Paulin (2008). Le challenge de l’écotourisme en Guyane, Antiane, 46:1-12.

Bruno, S. (2007). « Quelques dimensions politiques de l’écotourisme : l’attractivité de la nature n’est pas « naturelle » », Études caribéennes URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/455>, n°6.

Cabasset, C. (2008). La culture, comme ressort de la diffusion touristique dans l'Archipel indonésien, Etudes caribéennes, URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/1132>, n°9-10.

Crompton, E. D. and I.T. Christie (2001). Tourism sector in Africa, Africa Region Working Paper Series No. 63 (E), 73 p.

Crompton, E.D., and I.T. Christie (2003). Senegal: Tourism sector study, Africa Region Working Paper Series No. 63 (E): 70 p.

Crompton, E. D. and I.T. Christie (2003). Republic of Madagascar: Tourism Sector Study, Africa Region Working Paper Series No. 63 (E), 148 p

Dehoorne, O., P. Saffache et D. Augier (2007). « Tourisme, écotourisme et stratégies de développement dans la Caraïbe », Études caribéennes, URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/3383>, n°6.

Dourma, M. (2003). Régénération naturelle d'Isoberlinia ssp (Ceasalpinaceae) en zone soudanienne du Togo, Mémoire DEA, Faculté des Sciences, Université de Lomé, 56 p.

Ern, H. (1979). “Die vegetation Togo”, Gliederrung, Erhaltung, Willdenowia 9: 295- 312.

Fabiola, N. (2006). « Un bilan des enjeux et impacts de l’écotourisme au Costa Rica », Études caribéennes, URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/263>, n° 5.

FAO, (2001). Evaluation des ressources forestières mondiales 2000, Rapport principal, Etude FAO Forêts, n° 140.

Folio F. et A. Derroisne (2010). « Ecotourisme et parcs naturels : innovations et contradictions sud-africaines, le cas de HIP (Hluhluwe-Imfolozi Park) », EchoGéo, URL, <http://echogeo.revues.org/11769>, n° 13.

Iroko, Y.O. (2008). « Qu’est-ce que l’écotourisme et pourquoi l’Etat et les communautés locales doivent faire sa promotion? », L’Environnement, Lomé, MERF, n°011, 8p.

Juhé-Beaulaton, D. (2007). Bois sacrés et conservation de la biodiversité dans l’aire culturelle Adja- fon (sud Togo et Bénin), International journal of Religion, Nature and Culture, n°4, 15 p.

Kokou, K. et N. Sokpon (2006). Les forêts sacrées du couloir du Dahomey, Bois et forêts sacrées des tropiques, 288(2): 15-23.

Le Danff, J.-P., (2002). La convention sur la biodiversité: tentative de bilan depuis le sommet Rio de Janeiro, Vertigo, URL, <http://vertigo.revues.org/4168>, 3(3).

Lequin, M. (2001). Écotourisme et gouvernance participative, Ste-Foy, Québec, Presse de l'Université du Québec.

OMT/PNUE. (2002). Sommet mondiale de l'écotourisme, Rapport final, Madrid, OMT.

Ouoba, P. (2006). Flore et végétation de la forêt classée de Niangoloko, Sud-Ouest du Burkina Faso, Thèse d’Etat, Université de Ouagadougou, UFR Sciences Vie et Terre. 131 p. + Annexes

Sanoumega, K. (2010). Potentialités écotouristiques des zones des inselbergs au Sud-est du Togo, Mémoire d‘Ingénieur des Travaux., ESTBA, Université de Lomé, 55 p.

Tardif, J. (2003). Écotourisme et développement durable, Vertigo, URL, < http://vertigo.revues.org/4575>, 4(1).

Tribak, A., E. Lopez Lara, M. Miranda Bonilla et M. Laaouane (2006). « Activités touristiques et développement durable dans un espace montagnard marocain : cas du Moyen Atlas Oriental au Sud de Taza (Maroc) », Colloque, Tourisme durable en montagne, 4 & 5 mai, Université de Pau.

UICN, 2000. Red list of threatened species, URL, <http://www.redlist.org/>.

Wala, K. (2004). La végétation de la chaine de l'Atakora au Bénin: Diversité biologique, phytosociologie et impact humain, Thèse de doctorat, Université de Lomé. 138p.

Wala, K. (2001). Typologie, structure et fonctionnement des agrosystèmes traditionnels dans la préfecture de Doufelgou, Mémoire de. DESS, Université d’Abomey Calavi, 72 p.

Wasungu, B.A.P. (1976). Organisation politique et sociales des Nawdeba, Thèse de doctorat, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), Paris, 413 p

White, F. (1986). La végétation d'Afrique. Mémoire accompagnant la carte de la végétation d'Afrique, UNESCO/AETFA/UNSO, ORSTOM-UNESCO, 384 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation de la zone d’étude : la préfecture de Doufelgou (Togo)
Crédits Source : lbev, 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6326/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 2 : Courbes ombrothermiques de Doufelgou (1960-2008)
Crédits Source : données de la Météo Togo
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6326/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 3 : Carte du paysage tridimensionnel de la préfecture de Doufelgou (Togo)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6326/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Photographie 1 : Vue panoramique des monts blancs depuis le sommet du plateau de Gnidougou (Togo)
Crédits Source : auteur, janvier 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6326/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Photographie 2 : Formation à Daniella sur la dalle cuirassée de Kirgah Bale (Togo)
Crédits Source : auteur, janvier 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6326/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 4 : Distribution des individus par classe de diamètre dans les sites des cascades
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6326/img-6.png
Fichier image/png, 22k
Titre Tableau 1 : Caractéristiques de la végétation des deux cascades
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6326/img-7.png
Fichier image/png, 13k
Titre Photographie 3 : Cascade de tchoré (Togo) vue de profil
Crédits Source : auteur, janvier 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6326/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Phototographie 4 : Cascade de Yaka (Togo) vue de face
Crédits Source : auteur, janvier 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6326/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Photographie 5 : Source d’eau Kantanboli (Togo)
Crédits Source : auteur, janvier 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6326/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Photographie 6 : Grotte ancestrale dans un pied d’Adansonia digitata, actuellement habité (Togo)
Crédits Source : auteur, janvier 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6326/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 5 : Distribution des pieds d’Iroko par classe de diamètre sur le plateau de Niamtougou
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6326/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Photographie 7 : L’entrée aménagée d’une forêt sacrée (Togo)
Crédits Source : auteur, janvier 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6326/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Photographie 8 : Pied de Milicia excelsa (Togo)
Crédits Source : auteur, janvier 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6326/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Photographie 9 : Une file d’initiés sortant d’une forêt sacrée en dansant au rythme des tam-tams (Togo)
Crédits Source : auteur, mars 2002
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6326/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Photographie 10 : Couvraison des cases traditionnelles en terre battue (Togo)
Crédits Source : auteur, janvier 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6326/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 2 : Description des axes écotouristiques
Crédits Source : auteur, janvier 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6326/img-17.png
Fichier image/png, 41k
Titre Figure 5 : Carte des circuits écotouristiques de la préfecture de Doufelgou (Togo)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6326/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dabitora Koumantiga, Kpérkouma Wala, Komlan Batawila et Koffi Akpagana, « Les potentialités écotouristiques dans la préfecture de Doufelgou (Togo, Afrique de l’Ouest) », Études caribéennes [En ligne], 23 | Décembre 2012, mis en ligne le 15 décembre 2012, consulté le 22 mars 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6326 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6326

Haut de page

Auteurs

Dabitora Koumantiga

Université de Lomé, Doctorant, dabitora2004@yahoo.fr

Kpérkouma Wala

Laboratoire de botanique et écologie végétale (LBEV), Université de Lomé, Maître de conférences, kpwala@yahoo.fr

Komlan Batawila

Laboratoire de botanique et écologie végétale (LBEV), Université de Lomé, Maître de conférences, batawilakomlan@yahoo.com

Koffi Akpagana

Laboratoire de botanique et écologie végétale (LBEV), Université de Lomé, Professeur, enseignant chercheur, koffi2100@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org