Navigation – Plan du site

Les représentations d’aujourd’hui et de demain sur la migration et la vie en métropole

Anaïs Favre

Entrées d’index

Index géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La migration des Antillais en France a changé plusieurs fois de visage depuis les années 1950, période autour de laquelle elle s’est transformée en migration « de masse » après être passée par une phase de migration « libre » . La première vague de migrants, que j’ai située entre 1950 et 1975, est une migration de travail. La deuxième vague qui suit, témoigne plutôt d’une migration de peuplement. La troisième vague qui s’amorça dans les années 1990 est caractérisée par une dynamique semi-automatique et adopte des dehors de « circulation » selon Alain Anselain (1990).

2Ces changements d’aspect sont en partie tributaires des politiques visant à organiser la migration, qui ont mis en place successivement différents organismes régulateurs (le B.U.M.I.D.O.M. et l’A.N.T. ). Les déterminants et les motifs de départ ont également évolué au cours des années ; j’ai cherché à comprendre l’évolution de la dynamique empruntée par les projets migratoires et les représentations qui les sous-tendent. Mes études concernant les représentations de la métropole chez la population antillaise migrante montrent que celles-ci sont nettement plus réalistes chez les migrants de la deuxième vague qu’elles ne l’étaient chez les migrants de la première. L’idéalisation subsiste chez certains qui n’ont pas pleinement conscience de ce qu’ils peuvent rencontrer dans cette aventure. La deuxième et la troisième vague de migrants présentent des individus qui ne s’interrogent pas trop ou moins que leurs aînés, sur les motivations de leur venue et sur les projets qu’ils veulent réaliser en France. Si les migrants de la première vague mythifiaient souvent la métropole, voyant en elle une terre promise quelquefois, c’est parce qu’ils savaient ce qu’ils voulaient y faire, et aussi parce que la métropole faisait de la propagande pour encourager le départ. Alors que j’ai montré que les projets migratoires de la deuxième vague semblent ne plus trop être influencés par les politiques d’immigration, qui bien que restrictives, découragent peu les candidats au départ.

3Afin de cerner un peu mieux les représentations contemporaines sur la France et l’image actuelle de la migration en métropole que se forgent les Antillais, j’ai adressé un questionnaire à 91 jeunes âgés de 16 à 19 ans en classe de Terminale en filière générale et technologique. Ces élèves sont issus majoritairement de Guadeloupe, mais quelques élèves martiniquais ont aussi été questionnés. L’échantillon a été choisi en fonction de la diversité du milieu social d’origine, de l’âge et du sexe. J’ai choisi des jeunes de cet âge, parce que la tranche d’âge la plus représentée actuellement dans la migration est constituée par les 17-25 ans. Je me suis inspirée d’un questionnaire du sociologue martiniquais Pierre Leval Sainte-Rose, qui dans un ouvrage intitulé Le jeune antillais face à la migration (1983), avait abordé quelques thèmes qui me paraissaient intéressants à approfondir. J’ai supprimé plusieurs questions par rapport au questionnaire d’origine – ne souhaitant pas explorer certains des domaines que le sociologue avait abordés - et j’en ai ajouté d’autres. Le questionnaire de 73 questions a été distribué à 73 jeunes en Guadeloupe et 18 en Martinique. En raison de sa longueur, c’est un questionnaire que j’ai dû traiter par tableur afin d’en tirer des données statistiques. Après avoir saisi les informations brutes sur le logiciel Excel, j’ai utilisé également le logiciel de traitement de statistiques S.P.S.S. pour leur interprétation. Je n’ai pas cherché à observer les différences entre les deux îles car je n’avais pas d’échantillon de taille similaire dans les deux îles.

4Voilà les questions que je me posais au départ, relatives d’une part, à la situation personnelle de l’enquêté et d’autre part, à ses opinions : qui a l’intention de migrer ? Pour quelle(s) raison(s) ? Quels sont les déterminants de départ ? Quelles connaissances ont les jeunes Antillais de la métropole ? Quelles images se font-ils de la métropole et de la vie en métropole ? Quelles représentations se font-ils de la migration ? Connaissent-ils les organismes d’aide à la migration ? La migration change-t-elle les mentalités des migrants ? Est-ce que les jeunes se servent des témoignages des migrants pour juger de la migration ? Imaginent-ils un retour dans leur île ?

5J’ai traité les informations par thème. Les questions étaient de quatre types différents : des questions alternatives OUI-NON, des questions alternatives à réponse OUI-NON-NSP , des questions à choix multiples hiérarchisés ou non hiérarchisés. En premier lieu, j’ai cherché à savoir, parmi cette population, combien de jeunes connaissaient déjà la métropole. Sur 91 sujets recensés, 82 étaient déjà allés en métropole, ce qui représente 90,1 % de l’échantillon. C’est un chiffre important compte-tenu de la modicité des revenus d’un certain nombre d’entre eux.

1. Qui sont ces jeunes ?

6La population étudiée est composée de 38 % de garçons et de 62 % de filles. Ils sont âgés de 16 ans pour 12 % d’entre eux, de 17 ans pour 50 %, de 18 ans pour 21 % et de 19 ans ou plus pour 17 %. Leurs origines sociales sont disparates et les situations familiales variées, mais je ne tiendrai pas compte, dans cet article, des données sociales personnelles des sujets étudiés. La majeure partie des sujets interrogés connaît déjà la métropole. C’est par le biais de vacances que les jeunes interrogés ont eu, en plus grand nombre, l’opportunité de connaître la métropole. Les « autres raisons », correspondant à leur deuxième réponse donnée, ont quelquefois été précisées : il s’agit pour quelques-uns de jeunes Antillais qui sont nés en métropole, certains y sont déjà allés pour se faire hospitaliser ou soigner et d’autres s’y sont rendus pour des concours ou examens divers. Le laps de temps passé en métropole le plus souvent rapporté est de un mois ou moins. Cependant, on peut observer qu’un assez grand nombre d’individus y ont séjourné de un à trois mois, il s’agit alors parfois d’un temps cumulé sur plusieurs séjours. C’est aussi le cas de personnes qui déclarent avoir séjourné en France plus de trois mois. Ceux qui y ont passé plus d’un an sont ceux qui sont nés en France ou qui y sont venus pour rejoindre un des parents ou leurs grands-parents. Essayons de comprendre maintenant les motivations ou les facteurs qui rendent la migration envisageable chez les personnes observées.

2. Pourquoi veulent-ils migrer ?

7Sur 91 individus questionnés, 88 envisagent de se rendre en métropole, ce qui représente 97 % de l’échantillon total. J’ai donné aux observés la possibilité de choisir entre huit réponses constituant huit raisons de se rendre en métropole, sachant qu’ils pouvaient cocher plusieurs réponses : pour y vivre, pour y travailler, pour y faire une formation, pour y effectuer des études, pour des vacances, pour le plaisir de voir autre chose, pour sortir du milieu social, pour une autre raison. Les raisons invoquées pour la migration en métropole sont en rapport direct avec l’avenir immédiat de ces lycéens, c’est-à-dire la poursuite du cursus scolaire. Ainsi, ils sont 87,9 % à penser partir en métropole pour y faire des études et 73,6 % pour y suivre une formation. Sur tous les élèves qui comptent faire des études (donnée recueillie dans les informations personnelles de l’élève), 96 % ont certifié qu’ils voulaient aller en métropole pour les y suivre (question 8).

8Ces chiffres n’ont rien d’exceptionnel car de nombreuses filières d’études supérieures sont absentes aux Antilles, tous secteurs confondus. Par contre ce qui surprend ici, c’est la proportion importante de ceux qui comptent se rendre en France pour travailler, soit les deux tiers de la population observée. De plus, c’est encore deux tiers de l’échantillon qui disent vouloir voir autre chose, c’est-à-dire découvrir un territoire plus grand, rencontrer d’autres gens (d’après les précisions données en marge)... Parallèlement, on obtient un assez grand nombre de réponses quant au séjour vacancier, envisagé à 78 %. Cette donnée diffère du questionnaire de Sainte-Rose qui, vingt ans avant, avait obtenu un pourcentage de 22 % auprès de l’échantillon qu’il avait étudié ; cette différence témoigne d’un changement de pratique quant à la migration temporaire (séjour touristique) du à la réduction des coûts de transport.

9La manière de répondre à ces questions dénote chez ces jeunes une certaine indécision quant aux raisons de départ : ainsi, 9 % ont répondu à deux questions, 8 % à trois questions, 13 % à quatre questions, 27 % à cinq questions, 22 % à six questions, 19 % d’entre eux à sept questions et 2 % à huit. On retiendra qu’aucun n’a donné de réponse unique. Les raisons qui motivent les jeunes interrogés à migrer en métropole sont multiples, et leurs façons de percevoir la France le sont tout autant.

3. Comment perçoivent-ils la vie en métropole ?

10Les 97 % des sujets comptant se rendre en métropole ont été questionnés sur les peurs ou les appréhensions qu’ils pouvaient avoir concernant la vie en métropole. Les motifs d’appréhension les plus couramment invoqués sont le climat (42 %) et le racisme (37 %). La différence de mentalité et l’indifférence de la part des métropolitains arrivent en troisième et quatrième position. J’ai cherché à savoir si ces craintes avaient pu être transmises par la famille présente en métropole. 92 % des interviewés ont déclaré rester en contact avec leur famille en métropole mais la moitié seulement de ceux-ci ont souhaité s’exprimer sur les soucis de leurs proches outre-Atlantique. Les problèmes qu’ils évoquent toucheraient principalement les domaines de la santé, du climat et du logement. La discrimination a caractère raciste semble être un problème qui touche peu les Antillais de métropole (7 %), et ne serait donc pas à l’origine de la crainte de ces jeunes.

11La première impression que nous fournissent ces chiffres c’est la méconnaissance des problèmes rencontrés par les « négropolitains » par les personnes interviewés ; impression renforcée par les résultats d’une autre question portant sur le sentiment de satisfaction des proches installés en métropole, puisqu’ils sont 84 % à être « très satisfaits » (20 %) ou « assez satisfaits » (64 %) de leur vie en métropole. L’idée que les jeunes se font de la métropole semble assez peu influencée par le vécu de la famille qui y demeure.

4. Comment perçoivent-ils la migration ?

12Les jeunes interviewés sont presque un tiers (30 %) à penser que ceux qui quittent les Antilles pour aller en métropole sont « très nombreux », et 60 % déclarent qu’ils sont « assez nombreux » (contre 2 % qui affirment qu’ils sont peu nombreux). Ils ont donc conscience que ce sont les jeunes qui migrent le plus. Selon les observés, il y a plusieurs raisons de départ en métropole . La première raison de départ est celle des études, qui arrive avec 95 % de réponses affirmatives. On se rend ensuite en métropole afin d’y effectuer une formation (78 %), pour y trouver du travail (64 %) et/ou pour des vacances (64 %). Si l’on compare les motivations de départ des personnes interrogées et les raisons qu’elles attribuent à la migration des Antillais, on se rend compte que ce sont pratiquement les mêmes : pour elles ce sont les études qui sont le premier déterminant au départ, suivi de la formation, des vacances et du travail. Parallèlement elles ont une bonne connaissance de la situation économique de l’île où elles sont nées et des taux de chômage.

13Les jeunes interrogés sont nombreux à penser que l’émigration en métropole est premièrement volontaire (52 %), mais qu’elle est également encouragée (53 %) ; étrangement, ils sont aussi 35 % à répondre que l’émigration est organisée alors qu’aux deux questions suivantes sur leur connaissance des deux organismes qui s’occupent d’organiser la migration (du moins celle des travailleurs), ils ont pratiquement tous répondu par la négative. Effectivement 96 % n’ont jamais entendu parler du B.U.M.I.D.O.M., et 94 % ne connaissent pas l’A.N.T. J’ai ensuite demandé aux élèves d’émettre des jugements de valeur quant à la migration. Bien que les jeunes interrogés connaissent relativement bien le phénomène de la migration, on notera un nombre important d’absences de réponse ou de « ne sais pas » . À la question, « pensez-vous que l’émigration est « bonne », 13 % ont répondu positivement, 44 % la considèrent comme « plutôt bonne », 12 % la considèrent « mauvaise » et 2 % « plutôt mauvaise ». Je les ai aussi questionnés sur ce qu’ils pensaient de l’émigration pour celui qui migre ; ils répondent à 22 % qu’elle est « positive » pour l’individu, à 43 % qu’elle est « plutôt positive », à 3 % elle semble être « négative » et 1 % « plutôt négative ». En recoupant cette question avec celle portant sur le degré de satisfaction des proches se trouvant en métropole, on se rend compte qu’il existe une évidente corrélation entre la satisfaction des parents qui ont émigré et la représentation de l’émigration comme positive pour celui qui migre. Pourtant on se souvient que les problèmes expérimentés par leurs parents les influencent peu. Le jugement de valeur que les jeunes portent sur la migration est paradoxal et est peut-être construit sur des ouï-dire, des représentations qu’ils se font de l’expérience des proches qui y vivent ou à partir de positions politiques locales médiatisées par la télévision (ou tout autre support). Ainsi, la position politique, au sujet de la migration, de la députée guadeloupéenne Mme Michaux-Chevry est bien connue des habitants de l’île, elle est contre, et tente d’endiguer les taux de départ vers la métropole. En Martinique, la situation est différente et le député y est plutôt favorable. L’accumulation d’informations contradictoires par les sujets questionnés peut conduire à des réponses contrastées résultant d’autant de « sons de cloches » différents. Compte-tenu de la densité affective des liens familiaux, on peut supposer que la migration suscite un sentiment de culpabilité chez certains ; ce qui aurait pour effet d’alimenter un jugement négatif sur la migration. Une dernière hypothèse pourrait conduire à penser qu’ils n’y ont pas assez réfléchi, car leurs réponses concernant l’impact de la migration sur leur île témoignent d’une subjectivité flagrante.

5. Les déterminants qui influencent la migration

14J’ai cherché à savoir si la vision de l’émigration en métropole évoquée par mes jeunes informateurs était influencée par ce qu’ils entendaient dire autour d’eux sur la métropole et sur ceux qui y avaient migré. Dans un premier temps, j’ai tenté de savoir si dans leur environnement on parlait de migration en métropole. Ils ont été 62 % seulement à répondre affirmativement. Indéniablement, ce sont par les amis (80 %) que l’on entend le plus parler de la migration, puis par les parents proches (43 %) ; les parents éloignés et « autres » ne représentant qu’un très faible pourcentage.

15J’ai ensuite tenté de déterminer si les représentations qu’on se faisait de ceux qui revenaient (sporadiquement ou définitivement) influaient sur l’image de la migration. À la question, « selon vous ceux qui reviennent (de métropole) ont-ils changé ? », ils ont été 77 % à répondre « oui ». J’ai cherché à comprendre ce qui avait changé en eux : était-ce au niveau du comportement, des rapports avec les autres, des mentalités ? 67 % pensent que les Antillais qui ont émigré ont changé de comportement, 47 % disent qu’ils ont changé dans leur rapport avec les autres (il a été précisé plus d’une fois que cela se traduisait par un sentiment de supériorité affiché) et enfin, 57 % semblent avoir changé dans leur mentalité, ce qui fait référence à un changement plus profondément intégré que les précédents. Sur ceux qui ont répondu à la question, « vous donnent-ils envie de leur ressembler », une majorité se prononce négativement (69 %), mais paradoxalement, 31 % avouent vouloir ressembler à ceux qui sont partis, (on peut remarquer qu’il y en a 23 % qui n’ont pas répondu).

16De nouveau, j’ai tenté de déterminer si les migrants qui étaient revenus ou qui revenaient parlaient de leurs expériences et si ces dernières jouaient un rôle dans les esprits de mes informateurs. Ils ont été 68 % à affirmer que les migrants évoquaient des souvenirs. Parmi eux étaient évoqués des souvenirs positifs (14 %), des souvenirs négatifs (1 %) ou des souvenirs partagés (51 %) . Finalement, à la question « ces souvenirs influencent-ils votre désir de partir », 46 % répondent « non » et 42 % répondent « oui ». Il est possible qu’une réponse négative à cette question provienne du fait qu’à cet âge, le sujet interrogé préfère opter pour ce genre de réponse afin de se donner une image particulière et autonome.

17Ces derniers résultats mettent en lumière des paradoxes : d’une part on trouve que la migration ou la vie en métropole change les individus, ce qui ne donne pas envie aux jeunes de leur ressembler, d’autre part, certains restent quand même attirés par la « mutation » du migrant. Les souvenirs « partagés » (à mi-chemin entre sentiments positif et négatif) priment toutefois sur les autres types de souvenirs et ne laissent pas imaginer que les jeunes questionnés perçoivent la métropole comme un eldorado. Pourtant les jeunes ont quand même l’envie de partir, influencés ou non par le vécu de ceux qui sont revenus.

Conclusion

18Le sentiment général que je retiens concernant la motivation de ces jeunes est qu’ils ont envie de quitter leur île pour voir autre chose (alors que ce n’est pas une raison qui a suscité beaucoup de réponses positives lorsque la question a été posée). Pourtant, ce point est clair puisqu’ils sont 97 % à vouloir partir en métropole et qu’à la question « où aimeriez-vous vivre quand vous serez adulte ? », 20 % seulement répondent dans leur île d’origine, 6 % aimeraient vivre dans un autre D.O.M., 12 % en métropole et 53 % ailleurs (les destinations, quand elles sont évoquées, sont variées, mais parmi elles, reviennent les Etats-Unis, le Canada ou d’autres pays d’Europe).

19La longueur du questionnaire a pu être partiellement à l’origine du taux d’absence de réponse ou de réponse « ne sais pas » . Mais ce type de réponse peut dénoter, je l’ai montré plus haut, un manque d’intérêt par rapport à la question : on a envie de migrer mais on n’a pas trop réfléchi à ce qu’entraîne la migration, aux désagréments qu’elle a causés chez des proches ; les échecs et parallèlement les réussites ne semblent pas être spectaculaires. Dans le même sens, il y a peu d’emploi de superlatifs « très satisfait », « très nombreux », « bonne », « positive », on préfère les réponses mesurées, prudentes, précédées de « assez » ou « plutôt ». Ceci dit, il ne faut pas oublier qu’aux Antilles, il est d’usage de ne pas vanter sa réussite, soit par peur de s’attirer le mauvais œil, soit par peur des jalousies. Ainsi quand on demande à quelqu’un comment il va, une réponse commune est « doucement ».

20Si l’on prend en compte le fait que les jeunes questionnés soient bien informés sur la migration et la vie en métropole, qu’eux-mêmes ont déjà pour la plupart visitée, l’aspect évoqué précédemment prend une autre signification. Aujourd’hui la dynamique de la migration est cyclique et ce depuis les années 1990. Il semble que les jeunes répètent l’expérience des autres sans se poser de questions et sans réellement tirer de leçons des récits des migrants précédents. Il n’y a pas de représentations fausses sur la métropole, on ne la conçoit plus comme un eldorado, on a conscience qu’on peut rencontrer des problèmes là-bas aussi, mais cela ne constitue pas un obstacle.

21La seule réponse qui est un peu surprenante, c’est de constater qu’un nombre aussi restreint d’individus connaît l’existence de l’A.N.T.. Ce qui peut vouloir dire encore une fois qu’on ne semble pas trop s’intéresser au projet et au processus de la migration. Phénomène corroboré par le fait qu’il semble que les sujets interrogés n’aient pas d’idée précise quant à leur motivation de départ, puisqu’ils ont donné plusieurs raisons. De plus, l’expérience de leurs prédécesseurs ne semble pas affecter les motivations de départ. Ainsi, il semble qu’on parte en métropole tout simplement parce que d’autres y sont allés. Est ainsi mis en relief le caractère semi-automatique qu’a adopté la migration en métropole ces dernières années. Dans beaucoup de cas, cela exclut de construire un projet réfléchi, ce qui peut ouvrir la porte à de mauvaises expériences lors de la migration en métropole.

22Les migrants de la première vague remplissaient trois conditions (comme tout migrant) selon G. Tapinos (1974 : 2) : 1°, ils quittaient temporairement leurs pays, 2°, ils partaient pour trouver un travail, 3°, ils avaient l’intention de « réussir » leur migration. Mais ces conditions ont évolué. Cette étude sur des migrants potentiels m’a amenée à penser que le mouvement qui s’est amorcé depuis les années 1990 risque de se poursuivre puisque les représentations des élèves de Terminale rencontrés se rapprochent de celles des migrants les plus récents (de la troisième vague) que j’ai rencontrés. Les intentions des futurs migrants sont claires : on compte partir en métropole pour 97 %, on compte revenir en vacances et parfois définitivement. Ce qui permet de dire deux choses : d’une part, la circulation entre les îles et la métropole ne va pas s’interrompre tout de suite et au contraire, elle risque de s’accentuer dans les prochaines années, et d’autre part, les jeunes migrants semblent savoir un peu mieux comment organiser leur parcours migratoire.

23Les représentations préalables affectent le migrant et provoquent des conflits internes et externes qui à leur tour influencent les différents changements culturels et les différentes stratégies identitaires. Comme je l’ai démontré dans ma thèse au chapitre IV, les représentations et le projet de départ pèsent sur le reste de l’expérience migratoire et notamment ultérieurement sur l’installation et sur les changements culturels qui se produisent par voie de conséquence. Aussi serait-il souhaitable que les prochains migrants ou voyageurs, selon les cas, se renseignent mieux sur ce qu’ils vont trouver en métropole, économiquement, socialement, culturellement et humainement, afin de mettre leurs représentations en adéquation avec la réalité métropolitaine et de construire un projet cohérent.

Haut de page

Bibliographie

Anselain, A. (1990). L’émigration antillaise en France : la troisième île, Paris, Karthala, 295 p.

Colignon D. (2002). Les natifs des DOM résidant en métropole. Données Sociales 2002-2003, Publications INSEE : 49-57.

Domenach, H. et M. Picouet (1993). « 35 ans de migration antillaise », Antiane-Eco, 20: 7-11.

Favre, A. (2004). La population antillaise émigrée en Europe. Approche comparée entre la France et la Grande-Bretagne, Thèse de Doctorat sous la direction du Pr. Danièle Vazeilles, Université Paul Valéry – IRSA, Montpellier III, 498 p.

Sainte-Rose, P.-L. (1983). Le jeune Antillais face à la migration. Paris, Editions Caribéennes, 158 p.

Tapinos, G. (1974). Economie des migrations internationales, Paris, Armand Colin, 290 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Favre, « Les représentations d’aujourd’hui et de demain sur la migration et la vie en métropole », Études caribéennes [En ligne], 3 | Décembre 2005, mis en ligne le 29 juin 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/633 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.633

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org