Navigation – Plan du site
Editorial

Le tourisme dans les îles : contextualiser le projet territorial

Tourism in Islands: to Contextualize the Territorial Project
Olivier Dehoorne et Jean-Marie Furt

Résumés

Le pouvoir d’attraction des îles n’est plus à démontrer, entre la puissance des ressources intangibles nourries par des représentations construites au fil du temps et les ressources naturelles et culturelles spécifiques de ces territoires de confins. Le tourisme apparait alors comme une opportunité indéniable. Néanmoins le contexte territorial singulier qui fait l’île doit être pris en considération pour bien mesurer les enjeux du développement touristique et l’ouverture sur le monde. Dans ce contexte, il convient de se doter d’indicateurs efficients pour mesurer la soutenabilité du projet touristique sans oublier que le développement du secteur touristique n’est qu’une étape (et non une fin en soi) dans le processus d’ouverture de l’île.

Haut de page

Texte intégral

Photographie 1. La plage d’Aléria

Photographie 1. La plage d’Aléria

Source : O. Dehoorne

"Sur l'île Serrano nous avons trouvé la cabane pratiquement telle que je l'avais laissée quarante ans plus tôt. Personne n'habite l'île. Le climat extrêmement hostile et rigoureux fait peur, et je pense parfois que ces milliers d'îles, d'îlots et de rochers sont ce qu'il y a de plus proche du moment de la création. Ça m'a paru le meilleur endroit pour jeter l'ancre, le temps qui me reste. Mon vrai port. Et c'est ainsi que Petit Pedro et moi, on a navigué des années entières sans se cogner à personne, en laissant la sage humeur de la mer mener notre vie. Mais rien ne dure."

Luis Sepulveda, Le bout du bout du monde (2010).

1Les îles, considérées dans leur globalité, apparaissent comme des destinations touristiques idéales, avec un cadre naturel exceptionnel et une culture exotique (Saïd, 1980 ; Michel, 2000 ; Sheller, 2003) ; autant de représentations et de projections construites graduellement au cours des derniers siècles écoulés (Blanchard et al., 2011 ; Kempadoo, 1999). Si les îles recouvrent des réalités composites, complexes, plurielles, entre périphéries proches et confins du « bout du bout du monde » (Sepulveda, 2010), leur notoriété se fonde notamment sur le contraste avec les régions urbanisées, marquées par le poids de l’histoire industrielle, banalisées, qui constituent les grands foyers émetteurs de touristes à travers le monde. Les îles sont perçues comme des antithèses de la vie urbaine (Carlsen et Butler, 2011), de notre hypermodernité (Lipovetsky, 2004).

2Les destinations insulaires des mers chaudes jouissent à travers le monde d’un pouvoir d’attraction indétrônable, qu’il s’agisse des îles de la mer des Caraïbes, de Méditerranée, de Chine ou des océans Indien et Pacifique. Ces destinations, telles Hawaï, les Marquises, Bali, Capri, Saint-Barth, occupent une place privilégiée dans les désirs d’ailleurs des consommateurs (Michel, 2000). Incontestablement, dans ces territoires circonscrits, finis, « préservés », où le retranchement sécurisé s’est substitué au redoutable isolement d’antan, les configurations sont propices au développement touristique.

Le tourisme dans les îles : un contexte spécifique

3Territoires lointains, mystiques, fascinants, à explorer (Baum, 1997), les îles relèvent d’une problématique spécifique en matière touristique (Hall, 2010). En effet, ces territoires sont confrontés à l’absence ou la rareté des ressources mobilisables pour l’industrie et, plus généralement, à la faible diversité de leurs productions et aux limites de leurs perspectives économiques. Dans ce contexte, la ressource touristique, entre tangibilité et intangibilité, constitue une réelle opportunité. Ces confins, longtemps ignorés, plus difficilement accessibles, ont pu préserver des écosystèmes et des paysages à dominante naturelle qui constituent aujourd’hui un atout significatif sur le plan touristique.

4L’île ne peut plus vivre recluse, à l’écart des logiques économiques du moment. Confrontée aux limites spatiales de son espace et à l’exigüité de son marché intérieur, elle n’est pas en mesure de produire suffisamment de biens diversifiés, en quantité et à des prix accessibles, faute de pouvoir réaliser des économies d’échelle (Poirine, 1995). Elle doit donc se spécialiser sur quelques produits facilement exportables (aux moindres contraintes et coûts en matière de transports), avec une valeur ajoutée certaine. C’est là le paradoxe insulaire, entre la tentation d’un repli protectionniste (et identitaire) qui sclérose les conditions de vie et, l’ouverture au monde, avec une spécialisation stratégique indispensable à sa croissance. L’autarcie économique qui a prévalu par le passé, à l’image de certaines îles évoluant dans une pauvreté frugale soutenue par quelques échanges de proximité, est révolue. S’il demeure quelques îles anachroniques qui continuent de concevoir leur développement dans le cadre de relations privilégiées et protégées avec une métropole dominante (comme l’illustrent les économies surannées des Antilles françaises, entre plantations de bananes sous perfusion et crises touristiques), l’ouverture économique s’impose, l’île doit se spécialiser et exporter pour réaliser des économies d’échelle. C’est dans ce contexte que les opportunités touristiques sont posées.

5Ces îles emblématiques (Cazes, 1989) font l’objet d’un processus de mise en tourisme accéléré, de l’archipel des Maldives à celui de Saint-Vincent et les Grenadines. À mesure que leur accessibilité se consolide et que leur éloignement au reste du monde s’amenuise, elles deviennent des destinations, plus ou moins renommées. Si les niveaux de fréquentations touristiques brutes demeurent modestes au regard de l’activité du marché mondial (94 000 touristes dans l’archipel de Vanuatu en 2011, 675 000 dans celui des Fidji), reconsidéré à l’échelle de ces unités territoriales (spatialement plus limitées), les taux de pénétration touristique sont les plus forts au monde comme le mettent en évidence les différents travaux de McElroy (2002) et McElroy et de Albuquerque (1998, 1999). Les situations de l’île de Guam (160 000 habitants et 549 km2) et de Saint-Barthélemy (9 500 habitants et 23 km2) avec respectivement 1 160 000 et 320 000 touristes illustrent l’intensité de ce processus. L’offre peu diversifiée est essentiellement centrée sur les ressources balnéaires, entre tourisme de masse et quelques positionnements alternatifs ciblant des niches de clientèles spécifiques (nature, culture, luxe…). Nombre de ces destinations connaissent des fréquentations touristiques soutenues qui stimulent les spéculations immobilières sur leurs franges littorales en proie à l’urbanisation (Weaver, 2012).

Les défis du tourisme dans les destinations insulaires

6L’activité touristique se déploie dans des économies insulaires fragilisées, ouvertes ou en voie d’ouverture, plus ou moins conscientes de leurs handicaps structurels. Le tourisme qui participe à des degrés divers à la recomposition de ces territoires exacerbe des défis sociaux, économiques et environnementaux considérables (Lockhart and Drakakis Smith, 1997). Comme le souligne Lockhart (1997, cité par Carlsen et Butler, 2011 : 1), “as a result of tourism development, many islands have experienced dramatic landscape changes that reflect growing demand for accommodation, amenities and transportation system, which in most places have been built to serve the needs of foreign visitors”.

7Les stratégies de développement qui se concentrent sur la seule économie touristique montrent rapidement leurs limites à plusieurs niveaux. Tout d’abord, la spécialisation dans le champ du tourisme insulaire et plus largement balnéaire place toutes ces destinations en concurrence. Si quelques-unes sont en mesure de se positionner sur le segment plus lucratif du tourisme de luxe, la grande majorité se borne à un tourisme de masse, adoptant des formules all-inclusive, où la concurrence internationale ne leur permet pas d’escompter des niveaux de revenus raisonnables. Qui plus est, lorsqu’elles dépendent d’un système de transport aérien exogène et de placements financiers transnationaux, leurs perspectives de retombées économiques propres s’amenuisent considérablement. C’est alors la fuite en avant : il faut recevoir toujours plus de touristes et la croissance des flux soutient une urbanisation constante dans cet espace fini (Weaver, 2012). Les enjeux autour des spéculations foncières et immobilières sont alors primordiaux, tout comme les niveaux d’emplois dans le secteur des bâtiments et travaux publics qu’il faut maintenir pour la stabilité économique et sociale de l’île.

8Cette spécialisation (qui devient le secteur d’exportation privilégié) engendre des importations croissantes de produits finis et notamment de biens alimentaires indispensables pour soutenir la logistique touristique au détriment des fragiles secteurs de production alimentaire locale asphyxiés par le flot des importations. Leur spécialisation dans le secteur touristique se traduit par un renforcement de leur dépendance envers des économies métropolitaines dominantes. Ouverte au monde grâce au tourisme, elles n’en restent pas moins des périphéries confrontées aux déficits de capitaux propres et leur course vers la capitalisation est vaine dans ce schéma de développement (Weaver, 1988 ; Britton, 1989 ; Hiernaux, 2005 ; Dehoorne, 2007).

9Le tourisme qui incarne ce monde extérieur, tant redouté que désiré, interpelle également la dimension identitaire au sein des sociétés insulaires plus ou moins fragilisées où les individus vivent le monde à des temporalités contrastées, au gré de leurs propres mobilités ; ces sociétés vacillent entre repli identitaire et ouverture au « tout-monde » (Glissant, 1997).

10Sur le plan environnemental, les limites de ce processus de développement ne sont plus à démontrer. Entre densification du peuplement, urbanisation du littoral et mitage progressif des rares terrains propices à l’agriculture, l’île est confrontée à une saturation grandissante de son espace (à l’image des embouteillages insolubles, des accumulations de déchets, etc.) ; cette configuration conduit à une inéluctable perte d’attractivité. Son quotidien urbanisé, qui s’aligne sur celui des espaces émetteurs des touristes, perd alors son exotisme ; ces nouvelles réalités heurtent la quête d’authenticité des visiteurs potentiels.

Un autre regard sur les indicateurs du tourisme soutenable

11Dans le cadre de ce numéro, les études de cas développées à partir des îles méditerranéennes de la Corse, de Samos (Grèce), de Minorque (Baléares) et des îles caribéennes de la Dominique et des Antilles françaises (Guadeloupe, Martinique), proposent de repenser les indicateurs. Le texte de C. Tafani interroge les complémentarités entre le tourisme et les autres secteurs d’activité plus ou moins traditionnels à partir desquelles l’auteure propose un système d’indicateurs comme outil d’accompagnement pour évaluer les rapports entre l’agriculture et le processus touristique en Corse. Dans un contexte exacerbé de concurrence foncière, le défi pour la Corse est de promouvoir le développement un tourisme rural intégré socialement, économiquement et spatialement.

12Pour leur part, I. Spilanis, H. Vayanni et K. Glyptou ouvrent la réflexion sur les impacts du tourisme sur les trois dimensions de la durabilité à travers l’évaluation des activités touristiques dans l’île grecque de Samos. S’interrogeant sur l’efficience économique du tourisme, ils posent la question de la justice sociale, de la redistribution des richesses au sein de la société et la préservation de la capacité des écosystèmes à fournir aux humains les biens et services essentiels à leur survie. L’étude présente un cadre méthodologique pour l’évaluation et la gestion intégrée de l’activité touristique et soutenir l’élaboration de politiques publiques.

13M. Pérez-López pose la question de la consommation des ressources naturelles dans les sites touristiques à travers l’expérience de Minorque. L’auteur souligne les limites et les fragilités de ces petits territoires insulaires et de leurs ressources. L'étude de la consommation des ressources naturelles (comme l’eau) et de la production de déchets par le tourisme est essentielle pour préciser les menaces sur l'environnement et contribuer à l’adoption de mesures plus durables.

14J-M. Furt et M-A. Maupertuis ouvrent la réflexion sur la qualité de vie des résidents à partir desquels ils proposent une analyse critique des indicateurs de tourisme durable. Le questionnement porte sur la capacité des systèmes d’indicateurs actuels à prendre en compte l’impact du tourisme sur la vie des populations résidentes des destinations insulaires. Au-delà des seules considérations économiques et écologiques, il s’agit de prendre la mesure de l’impact touristique sur la qualité de vie des résidents. S’appuyant sur l’expérience de la Corse, les résultats mettent en évidence la nécessité de prendre en compte les dimensions de l’espace, des temporalités et des ressources du territoire considéré.

15Poursuivant la réflexion dans l’espace antillais, L. Dupont propose deux études. La première concerne les petits états insulaires en développement, à travers l’expérience de la Dominique, l’auteur expérimente un modèle macro-économique qui s’appuie sur les techniques analytiques de la cointégration et du modèle à correction d’erreur pour déterminer le taux de croissance économique du territoire considéré. La seconde étude de L. Dupont développe une analyse empirique de la relation entre tourisme et compétitivité à travers l’exemple des Antilles françaises.

16

Photographie 2. Urbanisation et précarité à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe)

Photographie 2. Urbanisation et précarité à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe)

Source : O. Dehoorne, 2010

« L'île perdue me fait mal et me répète que les peuples qui ne connaissent pas à fond leur histoire tombent facilement entre les mains d'escrocs, de faux prophètes, et commettent de nouveau les mêmes erreurs ».

Luis Sepúlveda, Les Roses d'Atacama (2012)

17Plus que jamais, dans le contexte insulaire, il apparaît que le tourisme doit être entendu comme un moyen et non une fin en soi. Il peut être une étape privilégiée dans un processus de développement mais il ne doit pas « vampiriser » l’économie insulaire, lui interdire d’autres possibles.

18Le tourisme constitue alors un moment spécifique dans le processus d’ouverture économique de l’île ; il participe à la modernisation du territoire et, à travers la renommée de la destination, de son attractivité, de son activité touristique, atteste en quelque sorte la qualité des conditions de vie dans cet environnement singulier et ouvre de nouvelles perspectives sécurisantes pour des investissements internationaux comme dans les domaines des services et de la finance (Baldacchino et Milne, 2000 ; Baldacchino, 2006). L’île devient alors un territoire international attractif dans une économie mondialisée.

Haut de page

Bibliographie

Baldacchino, G. (2006). “Offshoring Strategies: Lessons from Sub-National Island Jurisdictions”, Paper presented to Islands of the World Conference IX, Maui, Hawaii.

Baldacchino, G. and D. Milne (eds) (2000). Lessons from the political economy of small islands: the resourcefulness of jurisdiction. Basingstoke: Macmillan.

Baum, T.G. (1997). The fascination of islands: a tourist perspectives“, In Lockhart D.G., and D. Drakakis Smith (eds.), Island Tourism: trends and prospects, London, Pinter: 21-35.

Blanchard, P., G. Boëtsch, E. Deroo et S. Lemaire (2011). Zoos humains et exhibitions coloniales : 150 ans d'inventions de l'Autre, Paris, La Découverte.

Britton, S. (1989). “Tourism, dependency and development. A mode of analysis”, In T.V. Singh, L. Theuns & F.M. Go (ed.), Towards appropriate tourism: The case of developing countries, Frankfurt, Peter Lang Verlag: 93-116.

Carlsen, J. and R. Butler (2011). “Introducing Sustainable Perspectives of Island Tourism”, In J. Carlsen and R. Butler (ed.), Island Tourism. Sustainable Perspectives, CABI, Ecotourism Series: 1-7.

Cazes G. (1989). « L’île tropicale, figure emblématique du tourisme international », dans Îles et tourisme en milieux tropical et subtropical, Talence, CRET – CEGET : 37-53.

Dehoorne, O. (2007). « Le tourisme dans la Caraïbe. De la nécessité de sortir du tourisme de masse », Téoros, 25(1) : 3-5.

Glissant, E. (1997). Traité du tout-monde, Gallimard.

Hall, C. M. (2010). “Island Destinations: A Natural Laboratory for Tourism: Introduction”, Asia Pacific Journal of Tourism Research, 15(3): 245-249.

Hiernaux, D. (2005). « La promoción inmobiliaria y el turismo residencial: el caso mexicano », Scripta Nova, RevistaElectrónica de Geografía y Ciencias Sociales, IX (194): 2-15.

Kempadoo, K. (ed) (1999). Sun, Sex and Gold: Tourism and Sex Work in the Caribbean, Boulder, Rowman and Littlefield Publishers.

Lockhart, D.G. and D. Drakakis Smith (eds.) (1997). Island Tourism: trends and prospects, London, Pinter.

Lipovetsky, G. (2004). Les Temps hypermodernes, Grasset.

McElroy, J.L. (2002). “The impact of tourism small islands: a global comparison”, In F. Dicastri and V. Balaji (eds.), Tourism, biodiversity and information, Leiden, Backhuys Publishers: 151-167.

McElroy, J-L. et K. de Albuquerque (1999). “Measuring tourism penetration in small islands”, Pacific Tourism Review, 3(2): 161-169.

McElroy J-L. et K. de Albuquerque (1998). “Tourism penetration index in small Caribbean islands”, Annals of Tourism Research, 25(1): 145-168.

Michel, F. (2000). Désirs d’Ailleurs, Québec, PUL.

Poirine, B. (1995). Les petites économies insulaires : théorie et stratégies de développement, Paris, l’Harmattan.

Saïd, E.W. (1980). L’orientalisme, Paris, Seuil.

Sepùlveda, L. (2010). Le bout du bout du monde, Points.

Sheller, M. (2003). Consuming the Caribbean: From Arawaks to Zombies, Routledge.

Weaver, D.B. (1988). “The evolution of a « plantation » tourism landscape on the Caribbean island of Antigua”, Tijdshrift Voor Economische en Sociale Geografie, 79(5): 319-331.

Weaver, B. D. (2012). “Model of urban tourism for small Caribbean islands”, Geographical Review, URL, <http://www.jstor.org/stable/215251>, 83(2): 134-140.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1. La plage d’Aléria
Crédits Source : O. Dehoorne
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6363/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,2M
Titre Photographie 2. Urbanisation et précarité à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe)
Crédits Source : O. Dehoorne, 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6363/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1023k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Dehoorne et Jean-Marie Furt, « Le tourisme dans les îles : contextualiser le projet territorial », Études caribéennes [En ligne], 23 | Décembre 2012, mis en ligne le 15 décembre 2012, consulté le 24 mai 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6363

Haut de page

Auteurs

Olivier Dehoorne

CEREGMIA, Université des Antilles et de la Guyane, Maître de Conférences, dehoorneo@gmail.com

Articles du même auteur

Jean-Marie Furt

UMR CNRS LISA 6240, Université de Corse Pascal Paoli, furt@univ-corse.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org