Navigation – Plan du site
Tourisme et lutte contre la pauvreté : approche théorique et études de cas

Capacité de réception touristique et pauvreté

Tourist Capacity and Poverty
Bruno Marques

Résumés

Sur la base d’une modélisation stylisée d’une économie bi-sectorielle fréquentée par les touristes la présentation rappelle que le lien tourisme-pauvreté peut être lu selon une causalité inverse ; de la pauvreté vers le tourisme. Cette lecture « inversée » s’appuie sur deux éléments : le tourisme impose nécessairement un choix aux résidents : quelle est la part du produit local à laisser aux visiteurs ? la richesse donc la pauvreté influe sur la volonté de réception des résidents, quand le flux touristique est contraint.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 De Kadt (1979)
  • 2 Elliot et Shaun (2005).
  • 3 Le Botswana, le Cape Vert, les Iles Maldives, les Iles Samoa et Vanuatu.

1Avec la première conférence internationale sur le tourisme tenue en 1976 à Washington et la publication de l’ouvrage « Tourism : a passport to development ? »1, la problématique des liens entre le tourisme et le développement n’a cessé d’interroger le monde académique. Sharpley et Telfer (2002) effectuent une revue de la littérature de cette problématique qui couvre la période de 1976 aux années 2000. Leur lecture est effectuée en considérant que le tourisme peut être un « agent de développement »2. De leur recherche, il ressort que le développement touristique se justifie premièrement par sa capacité à générer la croissance économique. La question des effets capitalistiques (input vs ouput de capital) et celle de la spécialisation touristique du capital sont au cœur de leur réflexion. Encontre (2001) identifie parmi les Pays les Moins Développés, quatre pays où le tourisme peut être retenu comme facteur de développement3.

  • 4 Le texte emploie dans la même acception l’expression anglophone : Tourism Led Growth (TLG).
  • 5 « Pacifiques » parce que les auteurs qui ont initié cette voie de recherche sont quasiment tous iss (...)
  • 6 « Méditerranéens» parce que les initiateurs de cette approche collaborent au centre de recherche CR (...)
  • 7 Un moyen de limiter l’épargne des résidents, qui peut accélérer la venue de l’état de croissance ré (...)

2Avec un champ plus restreint et en partie inspiré par les travaux précédents, une littérature sur les liens entre le tourisme et la croissance s’est développée dans le courant des années 1990. Plus formalisée et intégrant les résultats du renouveau des travaux sur la croissance de long terme, cette seconde ligne de littérature s’inscrit dans la réflexion plus générale de l’Export Led Growth [ELG]. La réflexion théorique sur la Croissance Tirée par le Tourisme International4 dans un cadre d’équilibre général, s’organise autour de deux « écoles » que nous avons dénommées : Pacifique5 et Méditerranéenne6. La première fait du tourisme un « time saving device »7 et un moyen d’importation de la croissance ; la seconde appuie le TLG sur une production touristique relativement moins productive (que les biens industriels). Une abondante littérature empirique a vérifié les liens de causalité entre le revenu par tête et divers arguments signalant l’activité touristique (pour les plus récents : Balaguer et Cantavalla-Jorda, 2002 ; Dritsakis, 2004 ; Gundunz et Hatemi, 2005 ; Kim et al., 2006 ; Nowak et al., 2007 ; Fayissa, 2008 ; Célimène et Marques, 2008).

  • 8 Le nombre de personnes avec moins de 1 ou 2 dollars américains en PPP par jour.
  • 9 Comparativement aux autres moteurs (activités) d’exportation de l’ELG.

3Ces deux lignes de littérature délimitent le questionnement sur le tourisme et la pauvreté. Dans le cadre du premier, l’analyse des « effets-tourisme » sur les questions de répartition, de redistribution, d’inégalité et de réduction des poches de pauvreté est prégnante. La pauvreté est dès lors envisagée selon la définition de la Banque Mondiale8. Le Tourism Led Growth [TLG] adopte une approche moins détaillée et raisonne sur le revenu moyen. Elle considère la pauvreté au plan de la comparaison inter-pays et ainsi dans une acception moins domestique. Bien que la Banque Mondiale mette l’accent sur la capacité de la croissance à réduire la pauvreté (Pro-Poor GDP growth), le lien entre croissance et pauvreté demeure complexe (Miles et Scott, 2004). Dans cette perspective, une approche de la problématique des liens entre le tourisme et la croissance s’interroge sur la capacité comparative du TLG9 à réduire la pauvreté.

4Le questionnement des liens Tourisme-Pauvreté doit également être replacé dans un contexte opérationnel. Le sommet de Rio (Rio Earth Summit) de 1992 a retenu au titre de l’Agenda 21, la nécessité de « maximiser le potentiel du tourisme à éradiquer la pauvreté en développant les stratégies appropriées de coopération entre les groupes et les communautés locales ». Au Sommet Mondial de Johannesburg en 2002, le rapport de l’Organisation Mondiale du Tourisme (2002) lançait le programme Tourism and Poverty Alleviation, suivi en 2004, de Tourism and Poverty Alleviation : Recommendations for Actions. Ce dernier rapport identifie sept canaux par lesquels le tourisme peut bénéficier aux pauvres.

  • 10 Afrique Sub-Saharienne
  • 11 Gambie, Egypte, Tanzanie
  • 12 Brésil.
  • 13 The Pro-Poor Tourim partenariat se compose de Caroline Ashley (Overseas Development Institute), Har (...)
  • 14 Cf. annexe 1.

5Hormis quelques études de cas (Elliot et Shaun, 200510 ; Godwin, 200711 ; Blake et al. 200812 ; le réseau PPT13), peu de travaux théoriques ou empiriques ont traité d’un point de vue général le sujet des liens entre le Tourisme et la Pauvreté. Le caractère multidimensionnel de la pauvreté et le manque de données n’est pas étranger à cette situation. La mesure de la pauvreté telle que définie par la Banque mondiale ne fait pas l’objet d’études et de publications régulières ainsi que le démontre la Caraïbe ; pourtant l’une des zones considérée comme la plus dépendante de l’activité touristique. Les régressions en coupe établies sur la base des données réunie par Roe et al. (2004)14 laissent perplexe quant à l’influence du tourisme sur la pauvreté. Ainsi la pauvreté est positivement corrélée avec le flux touristique. Par ailleurs les régressions dégagent de faibles niveaux de significativité. Dans les estimations ci-dessous, POV mesure la pauvreté par le nombre de personnes sous le niveau de pauvreté ; TOUEXP rapporte la Recette Touristique Internationale aux exportations ; FT signale le flux touristique ; TOUGDP est le ratio des Recettes Touristiques Internationales au PIB.

6Les différentes approches citées ainsi que les régressions estimées mettent en œuvre la recherche d’une causalité unidirectionnelle qui fait du tourisme un vecteur ou un facteur de réduction de la pauvreté. La réflexion exposée dans cette présentation adopte un point de vue différent. Elle repose sur une approche qui considère que toutes les réflexions sur le tourisme (et a fortiori ses liens avec le développement, le revenu ou la pauvreté) doit nécessairement intégrer la fréquentation, le flux touristique : le déplacement de populations. Les développements qui suivent exposent dans une première section un Modèle d’Economie Fréquentée par les Touristes où la fréquentation touristique est contrainte. Le lien entre tourisme et pauvreté qui s’en dégage est présenté dans la seconde section. Quelques remarques conclusives achèvent l’article.

1. Un modèle d’économie fréquentée par les touristes à flux contraint

  • 15 Les termes flux et fréquentation indifféremment usité dans ce qui suit.

7Le Modèle d’Economie Fréquentée par les Touristes se propose d’établir de manière formelle, un lien entre le revenu par tête des résidents d’un espace et le flux de visiteurs extérieurs. La modélisation permet de raisonner autant à l’échelle d’un pays que d’une région, voire d’espaces plus réduits comme une ville. Les brefs développements introductifs qui suivent explicitent l’opportunité et les principes du modèle d’Economie Fréquentée par les Touristes. Une première sous-section présente les principes de base de la modélisation. La seconde sous-section explicite la version du modèle d’Economie Fréquentée par les touristes à flux contraint15.

1.1. Les principes de modélisation de l’Economie Fréquentée par des Touristes

8La modélisation de l’Economie Fréquentée par les touristes repose sur trois principes.

91. La nécessité de considérer la fréquentation dans la réflexion théorique sur les effets économique du tourisme. Cette nécessité s’étaye sur les quatre justificatifs ci-après.

  • Le respect des prescriptions de l’OMT, qui en définissant le tourisme par le déplacement, constitue la fréquentation en fait générateur de la recette touristique donc du TLG. L’OMT rappelle qu’il n’y a pas de tourisme, d’activité touristique, de production touristique et a fortiori d’Exportation Touristique sans touristes, sans déplacement touristique ;

  • L’espace, qui rappelle que le territoire ne peut recevoir un nombre infini de visiteurs. Le territoire peut constituer un facteur qui limite le flux de visiteurs extérieurs, et à ce titre l’Exportation Touristique. Autant pour des raisons liées à la dimension de l’espace qu’à la densité de population, un territoire ne peut indéfiniment recevoir des visiteurs touristiques. Les contraintes écologiques, environnementales et sociétales liées aux préoccupations du tourisme durable rappellent également le caractère potentiellement limité du flux touristique ;

  • Le temps, qui à la suite des travaux de Butler (1980), signale que la fréquentation naît, grandit et peut mourir. Le concept de cycle de vie d’un espace touristique (Tourism Area Life Cycle ou TALC) développé par Butler (1980) inscrit le tourisme dans une dimension temporelle ;

  • La politique touristique de croissance, qui fait de la gestion du flux un outil de politique économique (et touristique) de croissance.

  • 16 Par les prix, à production fixe ; par augmentation de la production et/ou de la productivité des fa (...)

102. Le tourisme est un problème de croissance. La fréquentation touristique constitue un choc répété pour l’économie domestique. Elle la questionne quant à la répartition du produit global entre les populations résidente et touriste. La répartition du produit global et/ou le rythme d’évolution de la consommation des résidents est un moment essentiel de la mécanique de croissance de long terme. En ce sens, la présence des touristes peut être interprétée comme un problème de croissance, puisqu’elle pose d’emblée la question de la répartition du produit global. Elle exige de l’économie domestique un ajustement entre les consommations des deux populations. Cet ajustement peut prendre différentes formes non exclusives les unes des autres16.

  • 17 Un problème : une fréquentation nécessitant la répartition du produit global, et une solution : une (...)

113. L’exportation touristique est le moyen de constituer une épargne productive. L’étude de la dynamique du revenu per capita et de la fréquentation touristique doit résoudre cet ajustement pour un flux donné, à tous instants du temps. Ainsi, le modèle d’Economie Fréquentée par les Touristes envisage le flux touristique comme un problème dont la formulation s’énonce : comment résoudre en termes de consommation l’afflux d’une population supplémentaire. La mécanique de croissance par accumulation de capital y apporte une solution en égalisant épargne et exportation. Cette dernière assure l’acquisition de moyens nécessaires à l’augmentation de la production. Ainsi, la modélisation formalise l’ajustement auquel est confronté l’économie domestique face à l’afflux d’une population supplémentaire, qui consomme. La non-consommation résidente au profit des visiteurs est un moyen d’augmenter la production, donc à terme le revenu ou le bien-être des résidents. C’est l’étude de l’équilibre entre les deux dimensions du tourisme17 qu’analyse le modèle d’Economie Fréquentée par les Touristes. Le niveau d’épargne, de non consommation/exportation constitue dès lors la base de l’ajustement du système économique. Expliquer la mécanique instantanée de cet ajustement, permet de lier le revenu et le flux touristique. Le modèle explicite l’ajustement optimal lié à la répartition du produit pour un niveau donné de fréquentation touristique. Il dégage un revenu d’équilibre optimal dépendant de la fréquentation touristique.

12La sous-section qui suit présente un modèle bi-sectoriel qui met en œuvre ces principes en considérant une fréquentation contrainte par les capacités de réception.

1.2. Le modèle bi-sectoriel d’Economie Fréquentée par les touristes avec une capacité de réception contrainte

  • 18 Dans le cadre de déplacements touristiques dans leur territoire de résidence.

13Les touristes au sens de l’OMT demeurent sur le territoire un temps, doivent se loger, et sont potentiellement capables de consommer une grande partie des biens produits par l’économie réceptrice. La consommation des visiteurs internationaux est ainsi composée d’un panier d’au moins deux catégories de biens : le bien hébergement et l’ensemble des autres biens de l’économie. Se dessine ainsi une économie organisée autour de deux secteurs. Le premier : l’hébergement touristique qui reçoit des visiteurs internationaux et des résidents en situation touristique interne au sens de l’OMT18. Le second est constitué des autres activités et biens produits par l’économie réceptrice, que les touristes peuvent acquérir à l’instar des résidents.

  • 19 Ce prix s’impose à l’économie domestique et en particulier à la branche hébergement. Le prix du bie (...)

14Une telle description induit deux conséquences : la consommation touristique est composée à la fois de biens traded (l’hébergement dont le prix est déterminé sur le marché international19) et non traded (les autres biens qui ne se trouvent que dans le pays visité et dont le prix est déterminé uniquement sur le marché domestique). Le flux (la demande de la destination en tant que telle) est contraint par les capacités de réception en termes d’hébergement. Contraindre le flux touristique par les capacités de réception revient à déterminer la fréquentation par la production du secteur producteur de prestations d’hébergement touristique. Cette contrainte influence nécessairement la dynamique des relations entre la fréquentation et le revenu per capita.

15Le modèle sacrifie aux exigences de toutes modélisations. Aussi, considère-t-il que les biens produits par le secteur de l’hébergement sont consommés uniquement par les visiteurs. Cette réduction n’a qu’une portée méthodologique visant l’étude du lien entre revenu et tourisme à fréquentation contrainte.

16Les deux paragraphes ci-après organisent la présentation du modèle d’Economie Fréquentée par les touristes à flux contraint. Le premier s’attache au système productif. Le second expose la demande des résidents et des visiteurs. Le modèle permet d’exprimer l’ensemble des variables qui décrivent l’économie en fonction de la richesse individuelle de résidents ; donc selon le niveau de pauvreté moyen.

1.2.1. Le système productif

17Le modèle adopte le cadre bi-sectoriel de Jones et Manuelli (1990) et Robelo (1991). Ce cadre théorique a pour caractéristique principale qu’un des deux secteurs est de type AK. L’économie domestique produit deux biens de consommation : N et H, et importe les biens capitaux. Le choix de ce cadre théorique est guidé par les caractères du secteur de l’hébergement. Dans ce type de modélisation, l’économie dispose d’un stock de capital productif (K).Le ratio capital par tête, qui mesure l’intensité capitalistique dans le cadre productif. Le ratio k = K/L est le capital par tête, qui mesure l’intensité capitalistique dans le cadre productif. Le ratio mesure également la richesse individuelle moyenne des résidents. Le capital des différentes entreprises qui composent l’économie domestique est en effet supposé être possédé en totalité par les résidents. Ce ratio approche en miroir la pauvreté des résidents. La pauvreté est ainsi définie comme la faiblesse du capital financier ou l’incapacité à s’en constituer un. L’exportation touristique offre ainsi la possibilité de se constituer un capital et conséquemment de diminuer la pauvreté.

  • 20 Le raisonnement est généralisable quel que soit l’unité étalon de temps : jour, semaine, mois. La d (...)
  • 21 C’est en particulier le cas des condominiums qui sont des bâtiments en copropriété dont les logemen (...)

18Le bien H est le service d’hébergement touristique international. Ce service consiste à mettre à la disposition du visiteur international une durée dans un hébergement. Le bien H est considéré intrinsèquement touristique, puisque consommé dans des situations relevant du tourisme : suite à un déplacement touristique. A la différence d’autres biens dont la consommation peut être théoriquement étendue dans l’instant, il n’en va pas de même pour l’hébergement. Le temps n’est pas extensible20. Dès lors, la production globale et instantanée de service d’hébergement devient une capacité de réception quantifiable en nombre de visiteurs recevables dans un instant. YH, la production du bien H, est ainsi la capacité de réception totale de l’économie réceptrice dans l’instant, ou l’unité étalon de temps. Ainsi, la fréquentation touristique internationale est bornée par les capacités d’accueil du pays. Compte tenu de ce qui précède, la production du bien H peut s’envisager sans le facteur travail. Le service d’hébergement dans son essence peut être assimilé à la location simple d’un espace-temps. Il ne nécessite qu’un facteur travail « négligeable » dédié aux tâches de réception et de nettoyage, que certains types d’établissements touristiques externalisent21. Ce mouvement d’externalisation, dont l’une des expressions est la séparation des actifs immobiliers et des services touristiques, plaide pour une modélisation du secteur de l’hébergement sans facteur travail. Une telle approche intègre les services de réception touristique dans le secteur des autres biens, accréditant la consommation des deux biens par les visiteurs extérieurs.

19La fonction de production du bien H peut en conséquence être formalisée sous la forme AK ci-après : YH =AϕK. ϕK est la part du capital total (K) dédiée à la production du bien H. Ainsi formulé et eu égard aux caractères du bien H, ϕK constitue les bâtiments à usage touristique qui déterminent la capacité de réception. ϕK peut être traduit en équivalent espace, en posant ϕK = aT. T est la surface économique, soit celle dédiée aux activités économiques. a est la proportion de cette surface consacrée aux bâtiments touristiques et ainsi à la réception des visiteurs extérieurs. T est extensible dans les limites du territoire. Le coefficient d’échelle A(>1) représente dès lors la possibilité d’élever la taille des bâtiments. Il matérialise les normes de construction. A ce titre il symbolise la capacité d’empiler plusieurs bâtiments sur un même espace, d’élever les constructions. La production de services d’hébergement touristique est dès lors assimilable à YH = AϕK = AaT. YH matérialise une capacité de réception en hauteur et en surface au sol. La variation de ϕK s’assimile dans cette perspective à la production de bâtiment à usage touristique, soit par augmentation de a et/ou de T. YH agrège la production de toutes les firmes d’hébergement preneuses de prix. Ces firmes partagent les mêmes caractéristiques en termes d’intensité capitalistique. Aussi, la production sectorielle figure dès lors une seule firme preneuse de prix.

  • 22 Qui s’inspire de Stabler (1991).

20Le prix du bien H est fixe et déterminé sur le marché international. Cette hypothèse s’appuie sur un comportement du touriste22, structuré par les caractères ci-après :

  • Le besoin de se loger dans la destination est premier,

  • Le choix de la destination s’effectue sur la base de ses caractères d’attractivité propres à prix d’hébergement similaire,

  • Les consommations hors hébergement interviennent en sus de l’hébergement.

21Le bien N représente l’ensemble des biens hors Hébergement touristique. Ils sont non commercialisés sur le marché international (bien non traded). L’économie est visitée par une population touristique (qui ne travaille pas et dont le séjour limité est assuré via la consommation du bien H) qui consomme le bien N, lui conférant ainsi le caractère de bien non traded exporté. Le bien N est également consommé par les résidents dans des situations touristiques ou non. Au contraire du bien H, le bien N n’est donc pas touristique per se. Il est non traded et son prix variable est déterminé au plan local. La production sectorielle du bien N est assurée par deux facteurs de production, combinés selon une fonction de type Cobb-Douglas, auquel s’adjoint un paramètre d’efficacité technologique (B). La fonction de production du bien N est : YN = B[(1 – ϕ)K]αL1. La fonction de production du bien N permet de préciser la nature du capital global de l’économie (K). Ce dernier est composé de bâtiment et de machines. Les bâtiments ont un usage touristique ou dédié aux autres activités. Ainsi ϕK représente les bâtiments à usage touristique et (1 – ϕ)K agrège le capital physique composé de machines et de bâtiments à usage non touristique. Les variations de ϕ s’assimilent dès lors à une allocation des bâtiments à un usage touristique. Lest l’ensemble de la population active. L’égalisation des rendements du capital dans les deux secteurs, adoptée dans la suite, permet l’allocation indifférente des bâtiments à l’hébergement touristique ou à la production des autres biens. La production de N s’effectue dans le cadre du marché compétitif de l’économie domestique. YNagrège la production de toutes les firmes preneuses de prix, produisant le bien N ; soit tous les autres biens hors hébergement. Ces firmes partagent les mêmes caractéristiques en termes d’intensité capitalistique. Aussi, la production sectorielle figure dès lors une seule firme preneuse de prix.

22Les hypothèses de maximisation du profit et d’égalisation des rémunérations factorielles fournissent les relations (1) à (5) ci-dessous, en considérant le bien H comme numéraire, dont le prix est normalisé à l’unité, et la pleine utilisation des facteurs de production [K= KN + KH= ϕ K + (1- ϕ K)]. pN est le prix relatif du bien N.

23r = A, la rémunération du facteur capital (1)

24L’égalisation des rendements du capital dans les deux secteurs est à l’origine de cette équation. Elle induit un prix du bien N qui augmente nécessairement avec l’arrivée des touristes. En effet, l’augmentation de la capacité d’hébergement (via A) induit également une demande du bien N, qui à production YN stable, provoque une élévation de son prix. La relation positive entre k et pN est symptomatique des modèle bi-sectoriel. L’afflux de capital augmente la production du secteur relativement le plus capitalistique (ici le secteur de l’hébergement touristique) au détriment du secteur qui l’est moins. Il en résulte une augmentation du prix relatif du bien moins capitalistique, pour ajuster la demande.

25Ces relations assurent l’équilibre ressources-emplois (w+rk = pN yN+yH) et/ou l’équilibre sur le marché des biens, et conséquemment l’égalisation de l’épargne à l’Exportation Touristique (l’égalité entre la partie de la production non consommée par les résidents et « laissée » aux visiteurs extérieurs).

26Les hypothèses de maximisation du profit et d’égalisation des rémunérations factorielles rendent toutes les variables d’offre de l’économie [prix, production par tête et revenu : (w+rk) dépendantes de la richesse individuelle et ainsi de la pauvreté moyenne. Elles assurent également l’expression des demandes collective et individuelle selon le ratio k.

1.2.2. La demande

27La demande macroéconomique globale additionne les demandes touriste et résidente. Elles sont composées du bien H et du bien N pour les touristes et du bien N uniquement, pour les résidents. L’équilibre sur les marchés de biens permet d’identifier la demande respective des deux agents.

28La demande macroéconomique du bien H (DH) est uniquement celle des touristes. Elle s’exprime comme le produit du flux touristique (M) par une unité d’espace-temps (C͞H) : DH = McH. L’unité d’espace temps consommée est considérée fixe compte tenu de la nature du bien H, comme précédemment mentionné. La matérialisation de l’unité d’espace-temps est la durée moyenne de séjour.

29Eu égard à la fonction de production de H et en retenant l’hypothèse d’équilibre sur le marché du bien H, il vient :YH = M C͞H=>M = AϕK/CH Cette équation définit la fonction de demande macroéconomique de la destination par les visiteurs. La fréquentation touristique extérieure en tant qu’expression partielle de la demande touristique est ainsi dépendante de la capacité de réception. Comme ϕK = aT, le flux touristique est contraint par l’espace global et celui réservé aux activités d’hébergement touristique international. Les capacités techniques d’élévation ou d’élargissement des bâtiments constituent sa dernière frontière. La capacité de réception totale est :

30Les raisonnements précédents supposent la pleine utilisation des capacités d’hébergement au prix international en toutes circonstances. Le flux touristique se révèle ainsi positivement dépendant de la richesse individuelle et donc de la pauvreté par tête. Une lecture alternative de l’équation (6) indique que le flux est une richesse potentielle.

31La demande globale du bien N est : DN = MCNT+ LCNR, avec cNT et cNR, les consommations individuelles touriste et résidente du bien N. Le postulat très acceptable de la fixité instantanée du budget tourisme des visiteurs internationaux permet d’identifier la demande résidente du bien N. Un budget tourisme des visiteurs internationaux induit une demande touristique individuelle nominale de la forme : CNT = (BudTour- C͞H)/PN(k), en considérant (2). La demande touriste du bien N est ainsi négativement liée à son prix. Elle apparaît comme une demande complémentaire à l’hébergement, conformément aux caractères généraux du comportement touristique décrits dans le paragraphe précédent consacré au système.

32Compte tenu des équilibres emplois-ressources et sur le marché du bien H, il vient :

33La demande résidente est ainsi dépendante du niveau d’enrichissement personnel des résidents et du niveau de dépenses des visiteurs. La version à flux contraint par les capacités de réception du Modèle d’Economie Fréquentée par les Touristes génère une dépendance directe entre les consommations résidente et touriste.

  • 23 Les équations (2) à (7).

34Le terme de cette première section permet de constater que les variables qui décrivent l’économie bi-sectorielle fréquentée par les touristes23 sont dépendantes de la richesse et ainsi de la pauvreté ou de la richesse individuelle (k). Le niveau d’équilibre instantané de k, permet d’identifier le lien entre tourisme et pauvreté. La seconde section explicite ce lien.

2. La relation tourisme pauvreté

35La détermination d’un niveau de richesse d’équilibre génère deux résultats. L’expression du niveau d’épargne/exportation d’équilibre et le lien entre le tourisme et la pauvreté.

36La détermination du niveau d’enrichissement d’équilibre du résident représentatif s’appuie sur le taux de croissance du ratio k : = K̂-n, où K̂ est le taux de croissance du stock de capital de l’économie et n celui de la population active. peut être réécrit sous la forme de l’équation différentielle k̇ = (K̇/L)-nk, qui devient compte tenu des hypothèses d’équilibre intérieur et extérieur et de l’équation (6) : k̇ = (M/LPI)µRTO-nk. Le budget du touriste représentatif est une part invariante du revenu des visiteurs (BudTour=μRTO). Eu égard à l’équation (6), l’équation de mouvement de la richesse individuelle résidente devient :

  • 24 Comme k̇ = (K/L)-nk et eu égard à l’équilibre extérieur (importation de bien capitaux = Recettes to (...)

37k̇ = [[(Aat)/ C͞H]/[(µRTO)/(LPI)]]-nk24.

2.1. Richesse et taux d’épargne/exportation d’équilibre

38A l’équilibre dynamique de court terme l’intensité capitalistique d’équilibre est :

39L’équilibre dégagé pour un revenu des touristes instantanément donné est nécessairement stable puisque le coefficient de k dans l’équation différentielle est négatif. Les chocs exogènes, autres que touristique sur k à l’équilibre, n’en modifient le niveau que temporairement.

  • 25 L’équilibre sur le marché des biens induit : w+rk = Ak[[(1-ϕ)(1-α)+α]/α]-µRTO(M(k)/L) = c = PN(k)cN (...)
  • 26 s≤1 induit (npIα)/[α+(1-ϕ)(1-α)]˂A, soit compte tenu de (1) et (3) : npI˂A+[1+(w/r)], d’où npI˂A.

40k* définit le niveau de recette touristique par résident qui compense la perte de richesse conséquente à l’augmentation de la population. k* détermine la fonction de l’activité touristique : équilibrer la perte de « niveau de vie ». Autrement dit en situation autarcique, la richesse aurait diminué (et la pauvreté augmenté) du simple fait de l’augmentation de la population. Les résidents acceptent un flux touristique susceptible de compenser cette perte potentielle ; la recette touristique étant convertie en investissement qui augmente la production donc le revenu. Le niveau de richesse d’équilibre détermine le revenu individuel des résidents compte tenu de (3). Conséquemment il induit une répartition entre consommation et épargne/exportation ; entre la part de production consommée par les résidents et celle « laissée » aux touristes. Comme à l’équilibre (M/L)(k*)µRTO = npIk*, le taux d’épargne exportation est : s = (npIα)/A[α+(1-ϕ)(1-α)]25. s est nécessairement inférieur à l’unité si le taux de rendement du capital (exprimé en monnaie d’importation) est supérieur à l’évolution de la force de travail26. Cette condition respecte l’inspiration des modèles de type AK [cf. Barro (1995)]. Le taux d’épargne/exportation d’équilibre diminue avec le flux touristique (A : la capacité technique de réception). Cette relation prélude la nature du lien entre pauvreté et tourisme qui est plus explicitement exprimée au travers du capital individuel d’équilibre.

2.2. Le lien entre tourisme et richesse - pauvreté

41La relation qui lie le niveau de richesse individuelle d’équilibre des résidents (k*) et la consommation révèle la nature du lien entre tourisme et pauvreté. A l’équilibre la consommation des visiteurs touristiques s’exprime comme suit : cNT = [(npI/Aϕk*)-cH](B/A)α(1-ϕ)α-1k*α-1. La relation négative entre cNT et k indique que plus les résidents sont riches (niveau élevé de k) et moins ils sont prêts à céder sur leur consommation, cantonnant l’Exportation Touristique à la visite du pays. Inversement plus le niveau de richesse est faible, et donc plus forte la pauvreté, plus les résidents sont enclins à laisser une part de leur consommation aux visiteurs, conformément à l’équation (7). Seule l’intervention du progrès technique dans le secteur de production du bien N peut faire augmenter la consommation individuelle touriste [le paramètre est en effet négativement à pN selon (2)].

42La modélisation montre ainsi que dans le cas où la fréquentation est contrainte, le niveau de pauvreté (ou de richesse) influe sur le tourisme, mesuré ici via la consommation individuelle des visiteurs. En synthèse, la nécessité du tourisme est d’autant plus perçue par les résidents qu’ils sont pauvres. Leur pauvreté les incite à partager le peu de produit qu’ils possèdent dans l’espoir de l’amélioration de leur niveau de richesse (l’abaissement de leur pauvreté). L’influence de la richesse / pauvreté des résidents s’obtient sous les hypothèses ci-dessous :

  • La capacité de réception est contrainte par l’espace,

  • La recette touristique est épargnée et réinvestie dans le processus productif, ce qui décrit des populations résidentes patientes,

  • Les biens consommés par les touristes le sont aussi par les visiteurs,

  • Un secteur d’hébergement relativement plus capitalistique que le secteur des biens courants.

Quelques remarques conclusives

43Le modèle d’économie Fréquentée par les Touristes à fréquentation contrainte dégage deux résultats essentiels dans le cadre de la problématique du séminaire :

44Le tourisme impose nécessairement un choix aux résidents : quelle est la part du produit local à laisser aux touristes et pourquoi. Le tourisme à une dimension fonctionnelle pour la communauté réceptrice, qui peut être liée à son niveau de pauvreté.

45La causalité tourisme-pauvreté n’est pas nécessairement unidirectionnelle du tourisme vers la pauvreté. Le modèle montre ainsi que le niveau de richesse et donc de pauvreté influe sur la volonté de réception des résidents, quand la technologie est fixe.

46Les résultats présentés sont naturellement contingents des hypothèses de modélisation (rappelées au terme de la section précédente). Cette dernière n’a pas vocation à être validée sur le plan empirique. La notion de richesse capitalistique utilisée pour approcher la pauvreté est en effet difficilement mesurable. Les résultats de la modélisation rappellent que le niveau de pauvreté et de richesse de la communauté réceptrice constitue un des « freins et des blocages … du processus de développement », quand la capacité de réception est contrainte.

Haut de page

Bibliographie

Balaguer, L. et M. Cantavella-Jorda (2002). “Tourism as a long-run economic growth factor: the Spanish case”, Applied Economics, 34: 877–884.

Blake, A. et J.S. Arbache, T. Sinclair, et V. Teles (2008). “Tourism and poverty relief”, Annals of Tourism Research, 35(1): 107–126.

Butler, R.W. (1980). « The Concept of a Tourist Area of Life Cycle of Evolution: Implications for Management of Resources. », Canadian Geographer, 19(1): 5-12.

Celimène, F. and B. Marques (2008). “International Tourism in the Caribbean. Its Contribution over the last 25 years 1980 – 2005”, ARA journal of tourism research, 1(1): 59-67.

De Kadt, E. (1979). Tourism: Passport to Development?, Oxford University Press, Londres.

Dritsakis, N. (2004). “Tourism as a long-run economics growth factor: an empirical investigation for Greece using causality analysis”, Tourism Management, 10(3): 305–316.

Elliot, S.M. and M. Shaun (2005). “Development, Poverty and Tourism: Perspective and Influences”, in Sub-Saharan Africa, Occasional Paper Series, The Georges Washington Center for the Study of Globalization.

Enocontre, P. (2001). “Development and the Perspective of Graduation from the LDC Category”, in WTO, (2001), Tourism and the Least Developed Countries, Madrid.

Fassiya, B., C. Nsiah and T. Badassa (2008). “The Impact of Tourism on Economic Growth and Development in Africa”, Tourism Economics, 14(4): 807-818.

Godwin, H. (2007). “Measuring and reporting the impact of tourism on poverty”, In Tribe J. et al., Development in tourism research, Elsevier, Oxford, UK: 63-76.

Gunduz, L. and J.A. Hatemi (2005). “Is the tourism-led growth hypothesis valid for Turkey?”, Applied Economics Letters, 12: 499–504.

Harazi, B. and P. Sgro (2004). Tourism, Trade and national welfare, Elsevier BV, Amsterdam.

Jones, L.E. and R. Manuelli (1990). “A Convex Model of Equilibrium Growth”, Journal of Political Economy, 98: 1008 – 1037.

Kim, H.J., M. Chen and S. Jang (2006). “Tourism expansion and economic development: the case of Taiwan”, Tourism Management, 27(5): 925–933.

Miles, D. and A. Scott (2004). Macroeconomics: Understanding the Wealth of Nations, John Wiley & Sons Incorporated, 2nd edition, Chichester.

Nowak, J.J. and M. Sahli (2007). “Tourism, capital good imports and economic growth: theory and evidence for Spain”, Tourism Economics, 13(4): 515–536.

Organisation Mondiale du Tourisme (2002). Tourism and Poverty Alleviation, Organisation Mondiale du Tourisme, Madrid, Espagne.

Organisation Mondiale du Tourisme (2004). Tourism and Poverty Alleviation : Recommandations for Actions, Organisation Mondiale du Tourisme, Madrid, Espagne.

Robelo, S. (1991). “Long Run Policy Analysis and Long Run Growth”, Journal of Political Economy, 98: 500 – 521.

Roe, D., C. Ashley, S. Page and D. Meyer (2004). “Tourism and the poor: Analysing and interpreting tourism statistics from a poverty perspective Pro-Poor”, Working Paper ODI, Londres.

Sharpley, R. and D. Telfer (2002). Tourism and Development: Concepts and Issues, Channel View Publications, Londres.

Stabler, M.J. (1991). “Modelling the Tourism Industry: a New Approach”, in Sinclair, M.T. and M.J. Stabler, The Tourism Industry: an International Analysis, Wallingford UK: CAB international: 15-43.

Extrait des annexes de Roe et al. (2004)

Haut de page

Notes

1 De Kadt (1979)

2 Elliot et Shaun (2005).

3 Le Botswana, le Cape Vert, les Iles Maldives, les Iles Samoa et Vanuatu.

4 Le texte emploie dans la même acception l’expression anglophone : Tourism Led Growth (TLG).

5 « Pacifiques » parce que les auteurs qui ont initié cette voie de recherche sont quasiment tous issus d’universités situées dans le pacifique : P. Sgro (Université de Deakin, Australie), B. Hazari (Université de Deakin, Australie), M. Sahli (Université de Wellington, Nouvelle Zélande), J.J. Nowak (Université de Lille I, France). Leurs travaux exposés dans une douzaine d’articles, s’étalent de 1993 à 2003 et, un ouvrage synthétise en 2004, leurs principales contributions : Tourism, Trade and National Welfare.

6 « Méditerranéens» parce que les initiateurs de cette approche collaborent au centre de recherche CRENOS(Center for North South Research) de l’Université de Cagliari. Cette école se structure autour des travaux de A. Lanza et R. Brau (Université de Cagliari, Sardaigne, Italie), et F. Pigliaru (University College, Londres). Une dizaine d’articles publiés lors de la dernière décennie détaille les différentes facettes de leurs travaux.

7 Un moyen de limiter l’épargne des résidents, qui peut accélérer la venue de l’état de croissance régulier (steady state).

8 Le nombre de personnes avec moins de 1 ou 2 dollars américains en PPP par jour.

9 Comparativement aux autres moteurs (activités) d’exportation de l’ELG.

10 Afrique Sub-Saharienne

11 Gambie, Egypte, Tanzanie

12 Brésil.

13 The Pro-Poor Tourim partenariat se compose de Caroline Ashley (Overseas Development Institute), Harold Goodwin (International Centre for Responsible Tourism) et Dilys Roe (International Institute for Environment and Development). Les “working papers” produits sous le titre “Lesson-Sharing on Pro-poor Tourism”, sont financés par l’Unité de Recherche : Economic and Social Research Unit (ESCOR) de UK Department for International Development (DFID).

14 Cf. annexe 1.

15 Les termes flux et fréquentation indifféremment usité dans ce qui suit.

16 Par les prix, à production fixe ; par augmentation de la production et/ou de la productivité des facteurs de production ; par spécialisation dans la production des biens consommés par les touristes, dans un cadre multisectoriel.

17 Un problème : une fréquentation nécessitant la répartition du produit global, et une solution : une recette d’exportation finançant l’accumulation du capital et permettant l’augmentation de la production.

18 Dans le cadre de déplacements touristiques dans leur territoire de résidence.

19 Ce prix s’impose à l’économie domestique et en particulier à la branche hébergement. Le prix du bien hébergement est ainsi un prix concurrentiel.

20 Le raisonnement est généralisable quel que soit l’unité étalon de temps : jour, semaine, mois. La durée moyenne de séjour constitue dans la réalité l’indicateur le plus approchant de cet étalon.

21 C’est en particulier le cas des condominiums qui sont des bâtiments en copropriété dont les logements sont loués aux touristes avec un service hôtelier réduit.

22 Qui s’inspire de Stabler (1991).

23 Les équations (2) à (7).

24 Comme k̇ = (K/L)-nk et eu égard à l’équilibre extérieur (importation de bien capitaux = Recettes touristiques) : pI (K/L) = [M(k)µRTO]/L, la contrainte d’ accumulation s’énonce : k = (M/LpI)(k)µRTO - nk, avec pI, le prix des biens capitaux importés.

25 L’équilibre sur le marché des biens induit : w+rk = Ak[[(1-ϕ)(1-α)+α]/α]-µRTO(M(k)/L) = c = PN(k)cNR, soit à l’équilibre Ak*[[(1-ϕ)(1-α)+α]/α]-N=npIk* = c, d’où w+rk[1-[(αnpI)/[(1-ϕ)(1-α)+α]]] = c

26 s≤1 induit (npIα)/[α+(1-ϕ)(1-α)]˂A, soit compte tenu de (1) et (3) : npI˂A+[1+(w/r)], d’où npI˂A.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Marques, « Capacité de réception touristique et pauvreté », Études caribéennes [En ligne], 24-25 | Avril-Août 2013, mis en ligne le 15 août 2013, consulté le 26 avril 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6477 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6477

Haut de page

Auteur

Bruno Marques

CEREGMIA, Université des Antilles et de la Guyane, b.marques@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org