Navigation – Plan du site
Tourisme et lutte contre la pauvreté : approche théorique et études de cas

Evaluation du bien-être et de la pauvreté en économie : théorie normative et expérimentation

Economic Assessment of Welfare and Poverty: Normative Theory and Experimentation
Brice Magdalou

Résumés

L'objectif de ce chapitre est de présenter le cadre conceptuel généralement utilisée par l'économiste pour appréhender, puis évaluer la pauvreté. En tout premier lieu, notre objectif sera de montrer que les mesures proposées en économie ne sont pas de simples indicateurs statistiques, mais plutôt des outils incorporant des jugements de valeurs portés sur la façon d'envisager le bien-être social. Nous présenterons à cette fin l'économie normative, sa méthode et ses principaux objectifs. Nous exposerons ensuite le mode de sélection d'un indice particulier, sur la base des propriétés que l'on souhaite imposer à ce dernier.

Haut de page

Notes de la rédaction

NDLR : le traitement html ayant déformé certaines équations, nous vous conseillons de consulter la version disponible en annexe reproduisant la mise en forme originale de l’auteur.

Texte intégral

Introduction

1La pauvreté peut être définie comme une situation dans laquelle les individus ne disposent pas des ressources nécessaires pour satisfaire les besoins essentiels de la vie. Bien qu'il soit possible de s'accorder assez unanimement sur une telle définition, il est probable que de profondes controverses apparaîtront dès lors que nous chercherons à préciser chacun de ses termes : qu'appelle-t-on besoin essentiel ? Les ressources évoquées sont-elles uniquement matérielles, intègrent-elles des attributs immatériels ? La particularité du concept de pauvreté est qu'il fait référence à des phénomènes économiques et sociaux complexes, à multiples facettes, qui peuvent fortement varier d'une société ou d'une culture à une autre. Il semble dès lors impossible de l'appréhender dans une perspective unique. Les complémentarités d'approche entre les différentes sciences humaines et sociales semblent être la seule voie à suivre pour apporter des réponses à ce phénomène, que la croissance et le progrès ne semblent à eux seuls pouvoir résoudre.

2L'objectif de cet article est de fournir quelques repères méthodologiques, pour un lecteur peu familier de la littérature économique, sur la manière dont la définition et l'évaluation de la pauvreté peuvent être abordées en économie. Les travaux sur le sujet étant extrêmement vastes est les angles d'attaque tellement nombreux – d'ailleurs parfois en opposition, comme nous pourrons le voir – il n'est bien évidemment pas question de présenter exhaustivement les différentes approches, mais plutôt dans tracer les principaux contours. Nous nous focaliserons plus précisément sur l’élaboration des outils de mesure de la pauvreté. Bien qu’elle soit depuis très longtemps investie, cette question reste d’actualité à plusieurs niveaux. Tout d’abord, la plupart des indicateurs existants ne retracent que très partiellement le phénomène de pauvreté, car ils se concentrent généralement sur les attributs matériels de l’individu. S’ils souhaitent intégrer des dimensions immatérielles, ils vont être confrontés à l’épineux problème de la quantification, ces dernières ne pouvant généralement pas être appréhendées de façon cardinale (comme la santé par exemple). Plus problématique encore, les indicateurs multidimensionnels (comme l’indice de développement humain, IDH) n’ont toujours pas réglés la question de la confrontation entre les dimensions, à savoir comment une détérioration dans une dimension (exemple le revenu) peut être compensée par une amélioration dans une autre (exemple la santé). Les débats sont encore largement ouverts, et les méthodes loin d’être abouties.

3Si l’on souhaite évaluer l’impact d’une politique touristique sur la pauvreté, dans le cas où le pays hôte est un pays en voie de développement, il faut au préalable se doter d’instruments adaptés pour pouvoir quantifier la pauvreté. La particularité ici est que la notion de pauvreté ne revêt pas le même sens d’une société à l’autre. Aussi, une des caractéristiques de l’activité touristique dans les pays en voie de développement est qu’elle ne bénéficie en général qu’à une toute petite partie de la population. Ainsi pour deux villages voisins, le premier jouira assez largement des retombées économiques du tourisme, alors que le second n’en profitera que très marginalement. Comment dans ce contexte appréhender la mesure de la pauvreté ? Comment la définir et comment rendre compte des disparités entre groupes sociaux ? Notre objectif ne sera pas de répondre intégralement à ces questions, mais plutôt de montrer sur quel socle doit se baser la discussion. Nous verrons que ce n’est qu’après avoir tracé la marche à suivre qu’il nous sera possible de progresser. Nous essaierons de montrer que des considérations normatives sont inévitables, et que le cadre dans lequel doit être ancrée l’analyse est celui de l’économie normative. Ceci ne nous empêche pas d’être à l’écoute des opinions et comportements de tous. Une méthode qui nous semble particulièrement adaptée, et que nous exposerons brièvement, est la méthode expérimentale. Cette dernière permet une procédure d’aller-retour constructive entre la théorie et la pratique.

4Après cette brève introduction, cet article sera structuré en quatre sections. Dans la section 2, nous présenterons les grandes lignes de l’économie normative, en précisant et justifiant le cheminement intellectuel qu’elle s’inflige. Nous évoquerons également les défis auxquels elle fait face, suite notamment à l’émergence de l’approche subjective du bonheur. Alors que la première cherche à définir des critères objectifs permettant d’évaluer le bien-être des individus, la deuxième propose d’interroger directement les individus, puis d’agréger les réponses obtenues afin de construire des indicateurs de bonheur. Dans la section 3, nous aborderons plus en détails la problématique de la pauvreté. Nous exposerons les questions concrètes auxquelles il faut répondre avant l’élaboration d’une mesure globale de pauvreté. Ceci concerne notamment le choix des dimensions à prendre en considération, ou encore la stratégie à adopter pour définir un individu comme pauvre. Nous illustrerons également l’approche axiomatique, permettant de caractériser des indicateurs admissibles de pauvreté. L’idée est ici de proposer de petits principes, transparents d’un point de vue éthique, que l’on va associer entre eux pour agrémenter progressivement notre conception de plus ou moins grande pauvreté. La section 4 tentera de montrer que l’approche normative et l’approche subjective peuvent trouver un terrain d’entente, à travers la méthode expérimentale. L’économie expérimentale consiste à observer les comportements réels d’individus dans un contexte économique simulé, reproduisant fidèlement le cadre fixé par la théorie. Nous montrerons en quoi elle peut servir à la construction des indicateurs, mais également comment elle peut être utilisée pour tester des programmes de lutte contre la pauvreté. Enfin, une courte conclusion sera proposée dans la section 5.

1. Les fondements normatifs de l’évaluation de la pauvreté

1.1. Démarche normative et économie du bien-être

5Comme peuvent l'admettre de nombreux économistes de la pauvreté, reconnus dans leur discipline comme par exemple James E. Foster, il existe un profond décalage entre la littérature théorique sur l'évaluation de la pauvreté et les travaux empiriques menés sur la question (Foster, 1994). Le théoricien considèrera, souvent à juste titre, que les études empiriques utilisent des outils simplistes dont les fondements normatifs ne sont pas maîtrisés par le praticien et fortement critiquables. L'exemple le plus frappant est l'utilisation de la proportion de pauvres (poverty headcount ratio) comme mesure standard de la pauvreté par la plupart des organismes internationaux. A cette critique les praticiens pourront y opposer le fait que les travaux théoriques se ramènent trop souvent à de purs « exercices de style », inadaptés à la problématique concrète de l'évaluation de la pauvreté. Cette opposition, que l'on peut ramener à la confrontation de paradigmes concurrents dans les disciplines scientifiques, reste profondément ancrée dans les esprits et la communication en devient d'autant plus difficile.

6Dans cet article nous nous placerons du côté de l'économiste-théoricien, cherchant à montrer que tout progrès dans la compréhension de la pauvreté passe obligatoirement par une procédure d'aller-retour entre raisonnement purement théorique et confrontation au terrain. La première caricature qu'il est nécessaire de lever est l'image de l'économiste comme agent-comptable, abordant la question de la pauvreté sur la base des plus simples attributs monétaires, comme le revenu. Les travaux théoriques sur la pauvreté appartiennent essentiellement à la branche de l'économie dite normative. Tous les regards sont ici focalisés sur le bien-être social, sa définition, ses méthodes d'évaluation et les choix sociaux à mettre en œuvre pour l'améliorer. La pauvreté apparaît comme une dimension du bien-être de telle sorte qu'une augmentation de la pauvreté, toutes choses égales par ailleurs, aura pour conséquence une détérioration de ce dernier. Vouloir mesurer la pauvreté en économie, c'est donc avant tout chercher à définir le bien-être social.

  • 1 Nous ne rentrerons pas dans les débats épistémologiques et historiques autour de la distinction ent (...)

7L'analyse de la pauvreté relève d'une approche normative car elle nous amène à définir des concepts comme « amélioration » ou « détérioration » de la situation d'un individu.1 Ceci constitue un jugement de valeur porté sur le bien-être – qui plus est éthique car il définit ce qui apparaît comme bon pour l'individu – et non un jugement de fait. Ce caractère normatif ne remet aucunement en question la scientificité de la démarche, car cette dernière peut respecter toutes les règles requises de transparence et de rigueur. Tout d'abord, il ne faut pas confondre jugement de valeur et opinion personnelle. Un jugement de valeur est ici défini comme le fruit d'une analyse froide et objective, sans aucun parti-pris. Le contenu de ce dernier dont être le plus explicite possible, afin qu'il puisse être évalué sans difficulté. Ensuite, comme le souligne Mongin (1999), l'économiste ne cherche pas à approuver ou désapprouver les jugements de valeur énoncés. Il les prend comme des données et tente de voir quelles peuvent en être les implications – par exemple en ce qui nous concerne, sur les outils de mesure de la pauvreté. Ce cadre méthodologique est celui suivi par l'économie normative moderne, dont les bases ont été jetées par Kenneth Arrow (1951).

8La question de la pertinence des jugements énoncés ne peut cependant être évitée. C'est là que les principales difficultés surviennent, car des compromis ou des arbitrages sont parfois nécessaires afin d'obtenir des outils utilisables en pratique. La règle de conduite est de ne retenir, dans la mesure du possible, que les jugements de valeur les moins critiquables. Un exemple de principe généralement accepté en économie du bien-être est celui de « l'optimalité au sens de Pareto ». Nous admettons pour cela l'existence d'une fonction d'utilité pour chaque individu, ayant pour vocation de représenter les préférences de ce dernier, observable sur la base de ses choix. Un état social est optimal au sens de Pareto si l'utilité d'au moins un individu dans la société est supérieure, dans cet état, à celle qu'il aurait dans n'importe quel autre état réalisable, et que l'utilité d'aucun individu n'y est inférieure. Ce principe est un jugement de valeur peu exigeant, que la plupart d'entre nous trouverons légitime.

9Dans l'énoncé précédent, aucune substance n'a été donnée au terme d'utilité. Cette notion est la pierre angulaire de l'analyse: pour l'économiste l'individu cherche à maximiser son utilité, sous les contraintes propres à l'environnement dans lequel il évolue (comme le revenu par exemple). Si l'on peut accepter la démarche, la notion d'utilité apparaît souvent floue aux yeux du profane. Les économistes en sont grandement responsables. Comme le remarque Sen (1985), le débat originel des pères de la discipline – comme Adam Smith, Jérémy Bentham ou encore Vilfredo Pareto – cherchant à circonscrire avec finesse la notion d'utilité, s'est progressivement déplacé vers celui du choix du cadre formel. Ainsi la rigueur mathématique s'est substituée au débat d'idées. Tout ceci s'est fait au détriment de l'analyse, au point même d'en oublier parfois l'objet sur lequel se porte la mesure pour se focaliser sur les mesures elles-mêmes. La critique adressée aux économistes sur les outils qu'ils emploient, souvent sévère, n'est donc pas totalement infondée. Mais nous verrons par la suite que ceci n'est pas une raison suffisante pour abonner le cadre méthodologique que nous venons d'exposer.

1.2. La pauvreté du point de vue de qui ?

10Dans un contexte de mesure de la pauvreté, que l'on peut définir comme une privation de bien-être voire de bonheur, la problématique de l'utilité est double. Le premier axe de réflexion porte sur son contenu : quelles sont les dimensions où les privations de l'individu peuvent caractériser une situation de pauvreté ? Le deuxième concerne l'observateur, celui qui est à même d'évaluer la situation de l'individu. C'est sur ce dernier point que nous nous focaliserons dans cette sous-section. L'approche normative utilise la fiction de l'observateur bienveillant, qui a pour mission d'apprécier le sort de chacun, de manière anonyme et désintéressée. Concrètement cette démarche revient à identifier une norme sociale, représentative de valeurs communes, permettant d'émettre un jugement objectif. On remplace donc l'utilité, basée sur les préférences propres de l'individu, par une évaluation externe : un individu est considéré comme pauvre s'il l'est au regard de cette norme sociale.

11Néanmoins, certains d'entre nous seront tentés de définir la pauvreté comme un sentiment propre, plutôt que comme une privation objective en ressources : un individu parfaitement satisfait de son mode de vie, ne souhaitant aucun changement, mais répertorié parmi les pauvres (selon la grille de lecture utilisée) doit-il être considéré comme tel ? Ces deux arguments ont servi de matière première à une littérature récente, afin d'abandonner le cadre standard de l'économie du bien-être, pour se tourner vers les mesures subjectives du bonheur. Cette approche revient à interroger l'individu sur la satisfaction que lui procure son travail, sa vie ou autre, qu'il doit ensuite reporter sur une échelle cardinale (de 0 à 10 par exemple). Pour le contexte spécifique de la pauvreté, des seuils subjectifs de pauvreté ont été proposés (voir Van Praag et Ferrer-i-Carbonell, 2008).

12Cette approche permet d'enrichir le débat sur l'évaluation de la pauvreté. Sa particularité est de s'appuyer sur des résultats importants issus notamment de la psychologie qui n'ont été, pendant longtemps, que peu considérés par les économistes. Par exemple, il est aujourd'hui admis que la croissance du PIB et du niveau de vie objectif, pendant la deuxième moitié du 20ème siècle, n'a pas entraîné un accroissement du bonheur au sein des sociétés occidentales. Ce dernier est resté parfaitement stable (paradoxe identifié initialement par Easterlin, 1974). Aussi, il est à noter que dans le processus d'évaluation de sa satisfaction, un individu prend en compte les éléments de sa vie personnelle (revenu, santé, ... etc.), mais qu'il accorde un poids tout aussi important à la comparaison de sa situation par rapport à celles d'autres personnes, proches de lui socialement (voir Clark et al., 2008). Sur ce constat, certains défenseurs de l'approche subjective considèrent que la seule façon d'évaluer le niveau de bien-être ou de pauvreté d'une société est de solliciter directement l'avis des individus concernés. L'idée est donc d'abandonner le cadre normatif de l'économie du bien-être, car fondé sur une vision partielle voire inadéquate de la pauvreté et accusé de paternalisme. Si nous admettons sans difficulté qu'une reconsidération de la notion de pauvreté est souhaitable, et que cette dernière n’a pas le même sens en fonction des sociétés considérées, nous tenterons de montrer que l'approche subjective peut paraître périlleuse d'un point de vue méthodologique.

  • 2 Sur la base du paradoxe d'Easterlin énoncé précédemment, certains affirment que la croissance du re (...)

13Tout d'abord, rappelons que l'économie appréhende l'individu sur la base de ses comportements, plutôt que sur la base de ses déclarations. L'économiste admet généralement que les véritables préférences de l'individu peuvent être révélées par ses comportements – par exemple de consommation – et que ces derniers sont observables. Ainsi, l'économiste privilégiera les « préférences révélées » aux « préférences exprimées ». La raison principale est évidente : seuls les choix et comportements propres de l'individu ont une influence concrète, tangible, sur sa vie. L'assimilation de ces deux notions, préférences révélées ou exprimées, n'aurait pas d'incidence si aucun décalage n'était possible entre ce que déclare l'individu et les actions qu'il peut mener : or ce n'est pas le cas.2 De nombreuses justifications existent dans la littérature, comme celle de l'existence d'un « soi-multiple », aux dimensions parfois conflictuelles (par exemple je suis profondément convaincu par les vertus d'un statut de non-fumeur, et je me déclare comme tel, mais je ne résiste que très difficilement au plaisir d'une cigarette). A ce décalage s'ajoute les nombreux biais qui apparaissent dès lors que l'on souhaite « recueillir » la satisfaction de l'individu. La réponse de ce dernier à une question du type « sur échelle allant de 0 à 10, quel niveau de satisfaction vous apporte votre vie ? », décrira – ou au moins sera influencée par – son état émotionnel ambiant, fortement fluctuant, plutôt qu'un niveau moyen de satisfaction qui le représente fidèlement. Un autre biais en exemple, celui du regard de l'enquêteur : il peut « tirer » dans un sens ou un autre les réponses de l'individu, en fonction de ses propres traits psychologiques.

  • 3 Nous ne faisons ici qu'évoquer cette question. Il est possible de consulter Hammond (1991) et Fleur (...)

14La deuxième difficulté relative à l'approche subjective est de supposer cardinale l'utilité de l'individu – car mesurable sur une échelle, de 0 à 10 – de telle sorte que les utilités de deux individus soient comparables. Ceci revient à accepter un jugement de valeur, depuis longtemps décrié par la discipline : celui des comparaisons interpersonnelles. Bien que les avis sur la possibilité de telles comparaisons restent partagés, il existe en économie un large consensus sur le fait que ces dernières sont hautement problématiques : soit seule la notion d'utilité ordinale est acceptée, est dans ce cas ces comparaisons ne peuvent avoir de sens (comme le considèrent Lionel Robbins et Paul Samuelson), soit on accepte d'enrichir la base informationnelle (approche développée par Amartya Sen), mais en analysant finement les concessions faites.3

  • 4 De plus il semble réducteur de vouloir évaluer le niveau de vie d’un individu sur la seule base du (...)

15Bien que les déclarations des individus sur leurs satisfactions aient une valeur informative certaine pour le décideur public, elles ne peuvent à elle-seules constituer la base d'une mesure de bien-être social ou de pauvreté dont l'objectif est, rappelons-le, une intervention publique.4 Le point de vue défendu dans cet article se résume dans la citation suivante de Layard (2008), économiste spécialiste du bonheur: « Given these findings, many non-economists propose rejecting the economic framework. That is the wrong approach. The right approach is to modify the framework, so as to incorporate the more complex realities of human nature revealed by modern research. In addition the new research can supply vital parameters for public economics, where previously only assumption was possible (e.g. on the impact of income on utility) ».

2. La mesure de la pauvreté en économie

2.1. Définition de la pauvreté et identification de la population-cible

  • 5 Cette section pour être complétée par les articles de Duclos (2002) et Moyes (2008).

16Traditionnellement, la pauvreté en économie s’est focalisée sur les attributs matériels de l’individu. La plupart des besoins essentiels appartiennent à cette catégorie : l’alimentation, l’habillement ou encore le logement. Ceci se justifie également par le fait qu’une mesure doit porter sur des variables quantifiables, de préférence cardinale. Sur cette base différentes orientations peuvent être adoptées. Soit on s’intéresse au « niveau de vie », c’est à dire que l’on vérifie que l’individu soit suffisamment doté dans chacune de ces dimensions. L’avantage ici est que l’on évalue l’individu sur la base de ses réalisations concrètes, comme sa consommation par exemple. Soit on raisonne en termes de « droits minimaux », c’est à dire que l’on s’assure à ce que l’individu dispose d’un revenu minimum permettant d’accéder aux différentes ressources matérielles nécessaires à la vie. Cette dernière approche permet de garantir les libertés de chacun en interférent pas sur les choix de vie de l’individu.5

  • 6 Une tentative récente et prometteuse est celle de Fleurbaey et al., (2009). Voir Schokkaert (2007) (...)

17Néanmoins, il est difficile d'appréhender la pauvreté uniquement sous cet angle. Bien que nous puissions admettre que les besoins essentiels soient avant tout matériels et que le revenu y donne généralement accès, la notion de pauvreté est plus complexe. D’autres dimensions immatérielles et difficilement quantifiables comme la santé, l'accès à la vie sociale ou aux loisirs sont également importantes et non garanties par le revenu. L’approche des capacités et fonctionnements (capacities and functionnings) proposée par Sen (1985) semble être le cadre théorique le plus abouti pour appréhender le caractère multidimensionnel de la pauvreté. Tout d’abord un individu est caractérisé par une liste de fonctionnements, chacun correspondant à une réalisation ou accomplissement concret, comme par exemple le fait d’être en bonne santé. Pour Sen les opportunités réelles de l’individu, les capacités, sont tout aussi importantes. Cet aspect prend tout son sens s’il on s’intéresse aux besoins des individus. Par exemple à revenu égal, un handicapé aura besoin de plus de revenu pour atteindre les mêmes réalisations. Ce dernier se retrouve par conséquent moins bien doté en termes d’opportunités. L’approche multidimensionnelle de la pauvreté, notamment celle basée sur les travaux de Sen, est encore en pleine construction. 6

18Plusieurs autres aspects sont à prendre en considération avant d’envisager construire une mesure de pauvreté. Tout d’abord, si l’on appréhende la pauvreté sur la base du revenu de l’individu, il est nécessaire de définir un « seuil de pauvreté » que l’on peut définir comme un revenu minimum garantissant à l’individu l’accès et à la satisfaction des besoins essentiels. Ici deux conceptions s’opposent. La première est de définir le seuil comme un montant fixe, par exemple un dollar par jour. La deuxième consiste à faire dépendre le seuil de la distribution globale, en l’exprimant généralement comme une portion du revenu médian. La première approche, dite absolue, est dans une logique de pouvoir d’achat alors que la deuxième, dite relative, est élaborée plutôt en termes d’insertion sociale. Pour l’une ou l’autre des approches, le seuil est défini comme une ligne franche. Une approche plus ambitieuse, basée sur la « théorie des ensembles flous », revient à déterminer le seuil comme une zone de transition caractérisant le passage progressif d’une situation de pauvreté à celle de non-pauvreté. Un autre aspect important est lié aux données dont nous disposons : il s’agit de l’unité sur laquelle porte la mesure. Dans la plupart des pays, les informations de niveaux de vie sont disponibles sur la base du ménage et non de l’individu. Ainsi la distribution des ressources au sein du ménage est inobservable, ce qui pose un problème sérieux si l’on souhaite analyser la pauvreté sur la base de l’individu. L’économiste a généralement recours aux « échelles d’équivalence » prenant en compte les différences en besoin de ménages, de tailles et de compositions variables.

2.2. Illustration d'une construction axiomatique d'indicateurs de pauvreté

  • 7 L'ouvrage de Kakwani et Silber (2008) propose une revue de la littérature complète sur les indicate (...)

19Le caractère scientifique recherché par la discipline ne porte pas sur les jugements de valeur énoncés, comme celui admettant un revenu faible comme un élément propice à la pauvreté, mais sur la manière de les associer afin de construire des outils de mesure. Nous allons illustrer dans cette sous-section l'approche axiomatique, afin de familiariser le lecteur à son cheminement. Nous insistons sur le fait qu'il ne s'agit que d'une illustration, souvent imprécise : nous nous placerons dans un cadre simplifié, ou une seule caractéristique de l'individu (ici le revenu) est prise en considération pour évaluer sa pauvreté.7 Nous considérons une population de n individus et nous notons par D l'ensemble de valeurs que peuvent prendre leurs revenus, supposés être des nombres réels positifs. Le revenu de l'individu i est noté xi ϵ D de telle sorte que x1x2 ≤ · · · ≤ xn. La distribution des revenus de tous les individus est notée x = (x1, x2, . . . , xn). Le seuil absolu de pauvreté est noté par z ϵ D. Un individu est considéré pauvre si son revenu est inférieur à ce seuil. Pour la distribution considérée et pour tout
s ϵ D, nous indiquons par q(s; x) le nombre d'individus ayant un revenu strictement inférieur au revenu s et par F(s; x) = q(s; x)/n la proportion des individus dans cette situation par rapport à la population totale. Un indicateur de pauvreté est ici défini comme une fonction P(z; x), continue en z et x. Plus grande est la valeur de P, plus élevée est la pauvreté.

20Après avoir posé le cadre d'étude, reste à savoir quel indicateur choisir. L'approche revient à définir des propriétés simples que l'on souhaite imposer à P(z; x). L'objectif est d'agrémenter progressivement ce que l'on définit par une « plus ou moins grande » pauvreté. La suite de cette section se base sur les articles d'Ebert et Moyes (2002) et Moyes (2008). Nous présentons d'abord trois propriétés.

21SYMETRIE (S) : une permutation entre les revenus de deux individus n'impacte pas P(z; x).

22CIBLAGE (C) : une modification de revenu d'un non-pauvre n'impacte pas P(z; x) .

  • 8 Deux distributions ont une partie commune s'il existe un ou plusieurs individus ayant le même reven (...)

23INDEPENDANCE (I) : soit deux distributions x et y présentant le même niveau de pauvreté, au sens de l'indicateur P pour un seuil de pauvreté z donné. Si les deux distributions en question possèdent une partie commune alors le niveau de pauvreté, au sens de P pour le seuil z, est aussi égal pour les distributions x et y sans leur partie commune. 8

24La première propriété signifie que nous ne prenons pas en considération l'identité des détenteurs de revenu : que ce soit Paul qui est un revenu de 10 et Jacques un revenu de 20 ou l'inverse, cela n'a pas d'incidence sur la mesure. La deuxième propriété précise que nous nous focalisons sur la population des pauvres uniquement. Comme nous pourrons le voir rapidement, si la population peut être découpée en plusieurs sous-populations (femmes/hommes, … etc.), la troisième propriété permet de quantifier l'impact de chacune des sous-populations sur la pauvreté globale.

25Un exemple d'indicateur respectant ces trois propriétés est la proportion de pauvres notée H (poverty headcount ratio), indicateur le plus largement utilisée en pratique, qui est défini par :

26H(z; x) = F(z; x)

27Cet indicateur respecte même une propriété plus forte que la propriété d'indépendance, qui est celle de décomposabilité. En d’autres termes, un indicateur décomposable respecte toujours la condition d'indépendance, mais l'inverse n'est pas forcement vérifié.

28DECOMPOSABILITE (D) : la pauvreté totale P(z; x) est la somme des pauvretés dans chaque sous-population, pondérées par la taille des sous-populations.

29Pour illustrer la notion de décomposition, considérons la distribution x = (x1, x2, x3, x4, x5) où seuls les individus i = 4 et 5 ont un revenu au-dessus du seuil de pauvreté z. Nous voyons facilement que H(z; x) = 3/5. Maintenant supposons que les individus i = 1, 2, et 4 soient des femmes et les individus i = 3 et 5 soient des hommes. Il y a dans la population 3/5 de femmes et 2/5 d'hommes. La distribution de revenu des femmes et celle des hommes sont respectivement notées xf = (x1, x2, x4) et xh = (x3, x5). Nous remarquons aisément que H(z; xf ) = 2/3 et H(z; xh) = 1/2. La proportion des pauvres dans la population totale s'obtient donc par H(z; x) = (3/5)H(z; xf ) + (2/5)H(z; xh), soit la somme de la proportion des pauvres dans chaque sous-population, pondérées par la taille des sous-populations.

30Après avoir présenté cet indicateur, la question que l'on peut se poser est la suivante : les trois propriétés énoncées, à savoir S, C et I, sont-elles les seules que nous souhaitons imposer à l’indicateur ? Nous introduisons une nouvelle propriété, peu exigeante, qui semble aussi légitime que les précédentes.

31MONOTONICITE (M) : un supplément de revenu pour un pauvre réduit P(z; x).

  • 9 Il ne faut pas confondre poverty gap ratio et income gap ratio. Le second se calcule comme le premi (...)

32Si nous acceptons cette nouvelle considération éthique, alors l'indicateur H doit être abandonné. En effet ce dernier diminue suite à un supplément de revenu chez un pauvre, uniquement dans le cas particulier où l’individu franchit le seuil de pauvreté (soit quand l'individu atteint le statut de non-pauvre). Un exemple d’indicateur respectant cette propriété est le déficit de pauvreté normalisé D (poverty gap ratio) défini par :9

33Nous considérons une dernière propriété, qui peut être utile si l’on souhaite par exemple modifier l’unité monétaire dans laquelle est exprimé le revenu.

34HOMOGENEITE (H) : une multiplication par une constante positive (i) de tous les revenus de x et (ii) du seuil de pauvreté z

35, n'impacte pas P(z; x).

36 Nous avons jusque-là présenté des indicateurs particuliers, en fonction du sens donné à la notion de pauvreté. La force de l'approche axiomatique est de caractériser la totalité des indicateurs, si ces derniers existent, qui respectent un ensemble de propriétés. Par exemple, la proposition suivante caractérise la classe d’indicateurs identifiée par Foster, Greer et Thorbecke (1994), qui est en accord avec toutes les propriétés énoncées.

37Proposition (Ebert et Moyes, 2002 ; Moyes, 2008). Pour tout z et x, un indicateur de pauvreté respecte les propriétés S, C, I, M et H si et seulement si il est de la forme :

38α > 0

39Nous remarquons immédiatement que la proportion des pauvres apparaît comme un cas limite non-inclus de cette classe, tel que H(z; x) = FGT0(z; x). Le déficit normalisé de pauvreté appartient lui à cette classe, avec H(z; x) = FGT1(z; x). Un défaut de l’indicateur D est qu’il n’est pas sensible à la distribution des revenus au sein des pauvres. Assez intuitivement, si un supplément de revenu doit être accordé à un individu pauvre parmi deux sans possibilité de partage, il semble légitime qu’il soit accorder au plus pauvre des deux. Cette considération, à l’origine de l’indicateur de Sen (1976), revient à accepter la propriété suivante.

40SENSIBILITE A UN TRANSFERT (T) : un transfert de revenu qui n'intervertit pas les positions sur l'échelle des revenus, d'un individu pauvre vers un autre relativement plus pauvre, réduit P(z; x).

41Si l’on ajoute la propriété T à la classe d’indicateurs caractérisée dans la proposition précédente, alors une condition nécessaire et suffisante est de fixer α > 1. Aussi plus α est grand, plus l’indicateur est sensible à un tel transfert. A l’aide de propriétés simples, qui donne du sens à la notion de pauvreté que l’on utilise et qu’il est possible de discuter, nous venons d’identifier une classe d’indicateurs, pleinement transparents d’un point de vue éthique. Ces derniers peuvent être évalués, non pas comme un monolithe dont on ne maitrise pas tous les aspects, mais plutôt sur la base des propriétés qu’ils respectent.

42Le résultat que nous venons de présenter n’est qu’un exemple de ce que l’approche axiomatique permet de faire. Si, dans le cadre unidimensionnel où seul le revenu compte, la communauté des économistes s’accorde sur la pertinence de la classe d’indicateurs FGT, les débats restent largement ouverts dans le cadre multidimensionnel. La première difficulté concerne la nature des dimensions prises en considération. La plupart des indicateurs multidimensionnels existant exigent qu’elles soient toutes mesurables cardinalement. Or des nombreuses variables pertinentes ne peuvent être appréhendées que de façon ordinale. Une autre difficulté déjà évoquée est celle de l’arbitrage entre les dimensions. Comment une détérioration dans une dimension peut-elle est être compensée par une amélioration dans une autre ? Plus précisément, le débat porte ici sur la bonne généralisation multidimensionnelle de la propriété T. Une dernière difficulté est celle de l’identification de la population des pauvres. Si la propriété C ne semble pas poser de problème majeur dans le cadre unidimensionnel, une propriété équivalente dans une cadre multidimensionnel n’est pas immédiate. Une approche extrême revient à comptabiliser un individu parmi les pauvres s’il est en-dessous du seuil de pauvreté dans toutes les dimensions considérées. Une autre approche tout aussi extrême est de le comptabiliser comme tel, s’il l’est dans au moins une dimension. Une autre approche, proposée par Atkinson (2003), est de compter le nombre de dimensions dans lesquelles l’individu est pauvre.

  • 10 La comparaison des « courbes de Lorenz » entre deux distributions est le critère de dominance le pl (...)

43Le fait de mesurer la pauvreté à l’aide d’indicateurs synthétiques, unidimensionnel ou multidimensionnel, soulève également d’autres interrogations. Tout d’abord ces indicateurs ne permettent pas de résoudre le choix du seuil de pauvreté. Il se peut que pour un seuil particulier, l’indicateur propose un classement entre deux distributions, mais que ce classement soit modifié si un autre seuil est adopté. Cette sensibilité peut également se retrouver, dans le choix du paramètre d’aversion (si toutefois l’indicateur en possède un). Aussi, la particularité d’un indicateur est de toujours proposer un classement entre deux distributions : soit une distribution est jugée strictement préférable à l’autre, soit elles sont considérées comme équivalentes. Or il se peut que dans certaines situations un tel classement soit ambigu. Une approche possible est celle en termes de dominance (voir Moyes, 1999, 2008).10 Ici seul un « ordre partiel » est défini, c’est à dire qu’il est possible de rencontrer deux distributions incomparables au sens d’un tel critère. L’avantage est que les classements proposés sont plus transparents et susceptibles de générer assez facilement un consensus. Mais ces critères sont exigeants : plus de transparence signifie également plus grande risque des se retrouver dans une situation d’incomparabilité.

3. De la tour d’ivoire au terrain : la méthode expérimentale

3.1. Méthode expérimentale et fondements de la mesure

44Nous avons jusqu’à présent exposé la démarche normative suivie par l’économie du bien-être, au sein de laquelle les indicateurs de pauvreté sont caractérisés. Nous avons également discuté des divergences de point de vue avec l’approche subjective, visant à interroger directement les individus concernés sur leur sort dans la société, en termes de bien-être ou de pauvreté. Il parait évident que le regard de l’individu dont être pris en considération si l’on souhaite définir des mesures acceptées de tous. En revanche, nous avons essayé de montrer que de nombreux biais apparaissent si l’on construit des mesures, directement sur la base d’une auto-évaluation des individus. Entre l’approche purement théorique et l’approche subjective, une troisième voie existe : la méthode expérimentale. Le principe consiste à simuler une situation économique réelle, puis d’y faire participer des individus réels – appelés sujets expérimentaux. L’intérêt majeur de cette approche et qu’elle nous permet d’observer directement les comportements et choix économiques de l’individu, sans avoir à l’interroger sur les décisions qu’il prendrait dans une situation particulière, ou sans avoir à lui demander une auto-évaluation de sa propre condition dans cette même situation. Nous allons considérer dans la section 4 deux applications de la méthode expérimentale : la première concerne l’investigation des jugements de valeurs sous-jacents aux mesures de pauvreté (objet de la première sous-section), la deuxième concerne l’évaluation de programmes globaux de lutte contre la pauvreté, par l’expérimentation de terrain (traitée dans la deuxième sous-section).

45La théorie moderne de la mesure du bien-être social, des inégalités et de la pauvreté – telle que présentée dans la section 3 – a pour particularité d'être élaborée autour de jugements de valeurs éthiques ayant pour objectif de traduire le plus fidèlement possible nos conceptions d'une société juste. Séduisante dans sa démarche, cette approche propose des outils d'évaluation transparents, dont le contenu éthique est clairement affiché. Cependant, un programme aussi ambitieux se confronte inévitablement à certaines difficultés. D'une part, en proposant ses outils comme instruments d'aide à la décision pour réduire la pauvreté, le théoricien amènera avec lui la vision de la pauvreté que ces derniers incarnent, et s'engagera dans une prescription lourde de conséquences quant au processus à suivre pour réduire concrètement cette pauvreté. Le danger que cette vision ne soit que partielle, voire erronée, est donc intrinsèque à la démarche. D'autre part se pose l'épineux problème de l'arbitrage entre certains jugements de valeurs, parfois antagonistes, que le théoricien ne peut éviter. Ceci démontre la complexité inhérente à l'élaboration d'outils d'évaluations éthiques, et met en évidence la nécessité de mener un débat éclairé sur chacun des jugements de valeurs qui peuvent être portés sur les notions de bien-être social, d'inégalité et de pauvreté.

  • 11 L’article de Schokkaert (1999) propose et justifie la méthode expérimentale dans la sphère de l’éco (...)

46Mais les difficultés ne s'arrêtent pas là. Bien que l'on puisse s'accorder sur les précautions à prendre en ce qui concerne la formulation et la sélection des jugements de valeurs, reste à savoir quelle stratégie adopter. D'aucuns considéreront que la compréhension des notions telles que le bien-être social passe par l'édification d'un argumentaire rigoureux résultant d'une réflexion objective sur les valeurs et principes. D'autres s'attarderont plus volontiers sur une description empirique des phénomènes qui régissent les sociétés humaines, en avançant l'idée que l'on ne peut comprendre ces mêmes notions si l'on ne sait pas au préalable ce que les gens en pensent. La voie de l’économie expérimentale peut alors faire l’objet d’un consensus.11 En ayant pour objet d'étude des principes théoriques déjà bien établis, et donc bénéficiant du regard critique du théoricien, l'économie expérimentale tente de vérifier si les comportements et raisonnements d'individus quelconques s'accordent, dans une situation économique préalablement simulée, sur les prédictions formalisées par la théorie. Si cette théorie franchit le test avec succès, elle aura le mérite d'être à la fois le fruit du travail d'un théoricien averti, dont les préoccupations étaient de répondre à une problématique économique précise, mais aussi d'être dotée d'un pouvoir descriptif empiriquement démontré.

47Les fondements éthiques sous-jacents aux mesures normatives du bien-être social, des inégalités et de la pauvreté ont fait l'objet de nombreuses investigations expérimentales. Certains principes, comme le fameux principe des transferts – considérant qu’un transfert de revenu vers un autre relativement plus pauvres, diminue les inégalités – se sont avérés assez largement réfutés par les résultats expérimentaux (Amiel et Cowell, 1997, 1999). Ces résultats ont donc mis en cause les pratiques courantes de la discipline, acceptant par exemple le principe des transferts comme une condition minimale qu’un indicateur doit satisfaire. Forte de ce constat, la théorie s’est adaptée en proposant de nouvelles propriétés, plus en adéquation avec les perceptions éthiques observées empiriquement. Nous pouvons citer ici les travaux de Chateauneuf et Moyes (2004). L’idée est d’un considérer qu’un transfert progressif, plus exactement une suite de transferts progressifs, ne diminue l’inégalité que s’il respecte certaines conditions de solidarité. Soit une solidarité parmi les pauvres : si l’on donne un supplément de revenu à un individu, il est nécessaire de donner au moins autant à ceux qui sont plus pauvres que lui. Soit une solidarité parmi les riches : si l’on prélève du revenu à un individu, il faut prélever au moins autant à ceux qui sont plus riches. Il est également possible d’envisager une option plus contraignante, combinant les deux formes de solidarité. De telles considérations, dont l’écho sur l’évaluation des politiques touristiques semble avoir un sens, s’avèrent être assez largement acceptés par les sujets expérimentaux (voir Magdalou, 2010).

3.2. L'évaluation des programmes d'aide par l'expérimentation de terrain

  • 12 Ceci n’est pas exactement vrai. Les outils proposés dans la section 3 permettent d’établir des règl (...)

48Les différents points évoqués jusque-là se sont focalisés sur la stratégie à adopter pour évaluer la pauvreté. Les outils proposés permettent par exemple de comparer deux situations – soit dans le temps, soit dans l’espace – en termes de plus ou moins grande pauvreté, ou d’évaluer ex-post les effets réels d’une politique de développement. Néanmoins, tout ceci n’est pour l’instant d’aucune utilité pour le décideur public dans sa quête de la bonne politique à suivre afin de réduire la pauvreté.12 Le vécu difficile de nombreux programmes d’aide a permis de révéler que l’effet d’une politique n’est jamais « mécanique ». Au mieux la plupart des programmes n’atteignent que partiellement les objectifs affichés, au pire ces derniers ont un effet déstructurant fortement dommageable pour les sociétés concernées (sentiment d’envie de la part des non-bénéficiaires envers les autres, corruption, phénomène de dépendance vis-à-vis de l’aide, perte de l’identité sociale, … etc.). Ajouté à cela, il arrive que des programmes ayant connu un grand succès dans certains pays, s’avèrent peu efficaces dans d’autres régions du monde. Tout ceci révèle l’extrême complexité inhérente à la mise en place d’une politique de développement.

  • 13 Le réseau de chercheurs Abdul Latif Jameel - Poverty Action Lab (J-PAL), hébergé au Massachusetts I (...)

49Là-encore l’économie expérimentale peut être d’un grand secours. De nombreuses initiatives vont dans ce sens, et les premiers résultats sont prometteurs.13 La méthode utilisée est celle de l’expérimentation de terrain, qui présente quelques spécificités par rapport à l’approche traditionnelle en laboratoire. Un laboratoire est une salle informatique ou les ordinateurs sont en réseau, mais isolés physiquement les uns des autres (boxes individuels). Une situation économique virtuelle est simulée à l’aide d’un logiciel, de telle sorte que tous les paramètres de l’expérience (contexte dans lequel se place l’économie, variables testées, procédures de communication entre les sujets expérimentaux, etc.) soient contrôlées par ce dernier. Une expérimentation de terrain se démarque d’une expérience en laboratoire, tout d’abord par son environnement. La situation dans laquelle est placée le sujet est réelle, bien que sous contrôle, et non simulée. Elle s’en démarque aussi par les sujets recrutés. Alors qu’en laboratoire l’expérimentaliste fait généralement appel à des étudiants d’université, quelque soit le but de l’expérience, le sujet d’une expérience de terrain est lui-même concerné par l’environnement dans lequel il est placé. Par exemple si l’expérience vise à définir une politique de scolarisation dans une région particulière, le sujet sera un écolier de cette région. D’autres différences existent, mais d’importance moindre. Précisons que quel que soit le type d’expérience, un protocole rigoureux est à suivre (voir Harrison et List, 2004).

50L’utilisation de la méthode expérimentale comme outils d’aide à la décision, se fait en plusieurs étapes. En amont l’économiste, de par sa connaissance des comportements humains, peut contribuer à l’élaboration de la politique à mettre en place. En effet certains traits récurrents de comportement - comme l’aversion au risque, l’incohérence temporelle (impulsivité dans le présent mais vision rationnelle sur le long terme), l’aversion conditionnelle à l’inéquité (soit le fait d’être altruiste envers nos proches ou ceux que nous ont aidé dans le passé, et malveillant envers ceux qui l’ont été envers nous auparavant) - peuvent nous permettre d’anticiper les réactions des individus à certaines politiques. Une fois les grandes lignes de la politique fixées, il est possible de passer à la phase de test. Le principe est de choisir aléatoirement, au sein de la population-cible, plusieurs groupe d’individus qui participeront à l’expérience. La suite de l’expérience se déroule schématiquement comme le test d’un médicament en médecine. Le médicament est la politique mise en place et le patient est l’individu, ou le groupe d’individu. Un des groupes servira de référence, c’est à dire que ce dernier sera observé sans qu’aucune intervention extérieure ne viennent en perturber le comportement. A chacun des autres groupes, une variante de la politique sera appliquée. Ceci nous permettra de voir quelle variante est la plus efficace, et dans le meilleur des cas d’en comprendre précisément les raisons. L’ouvrage de Duflo (2009) offrira au lecteur une vue d’ensemble de cette discipline, de son application pour la lutte contre la pauvreté, ainsi que de ses premiers résultats, souvent très surprenants.

Conclusion

51L’objectif initial de cet article était de présenter les grandes questions méthodologiques qui hantent l’économiste de la pauvreté. Cette problématique est particulièrement complexe car elle nécessite au préalable un débat éclairé sur ce que l’on peut véritablement souhaiter pour une société humaine, sur les préceptes éthiques qu’il semble primordial de satisfaire. La définition de l’objectif à atteindre n’est malheureusement pas la dernière préoccupation, reste à savoir quels sont les moyens à mettre en œuvre. La question des politiques touristiques dans les pays dont les économies restent fragiles n’échappe pas à ce débat. Bien qu’une expansion du tourisme puisse contribuer à la réussite économique d’une société, il faut s’assurer que cette amélioration se traduise également en termes de développement durable, à travers notamment une réduction de la pauvreté et une amélioration des systèmes éducatifs.

52Les compétences de l’économiste pour traiter cette question sont bien évidemment, largement insuffisantes. Le regard unifié de toutes les sciences humaines et sociales semble la seule voie possible. Et pour cela il est indispensable que chacun accepte de s’ouvrir aux investigations de l’autre. La fin du 20ème siècle semble avoir marqué un tournant dans ce sens. Les économistes, avec pour chef de file le prix Nobel Amartya Sen, ont pris conscience de l’extrême naïveté avec laquelle la discipline avait l’habitude d’aborder la question de la pauvreté. Une grande partie des travaux se sont recentrés sur la définition même de la notion de pauvreté, de ses différentes facettes, en admettant que le revenu seul ne pouvait décrire fidèlement la situation d’un individu. Dans ce sens les différentes études, principalement menées en sociologie et visant à interroger directement l’individu sur la satisfaction que lui procure sa propre vie, peuvent permettre de mieux comprendre quels sont les véritables déterminants de la pauvreté. De même les travaux menés en psychologie, notamment en psychologie sociale, ont permis d’identifier certains traits récurrents de comportement jusque-là négligés en économie. Par exemple, quand un individu évalue son sort dans la société, il compare toujours sa situation à celle de personnes proches de lui socialement. Ainsi un individu au sommet de la hiérarchie de son groupe social, sera souvent plus satisfait de son sort qu’un individu mieux doté que lui, mais parmi les moins bien dotés de son propre groupe.

53Il nous semble cependant indispensable de préserver l’angle de vue normatif ayant pour but, pour l’évaluation de la pauvreté, de définir un ensemble de critères objectifs permettant de la caractériser. Les travaux dans la lignée de Sen (1985) et de sa théorie des capacités et fonctionnements – que l’on peut assimiler respectivement aux opportunités et réalisations concrètes de l’individu – offre des perspectives intéressantes. Cette littérature, dont l’indicateur de développement humain (IDH) est l’une des toutes premières propositions, est loin d’être achevée. Ajouté à cela la méthode expérimentale, notamment de terrain, semble être un outil prometteur pour évaluer ex ante les politiques de lutte contre la pauvreté. Cette approche permet de tester plusieurs possibilités, pour ne retenir ensuite que les plus efficaces. La réduction de la pauvreté est un des grands défis de demain. Si une démarche constructive est associée à une détermination sans faille, ce dernier n’est pas inaccessible.

Haut de page

Bibliographie

Amiel, Y. and F.A. Cowell (1997). “The measurement of poverty: An experimental questionnaire investigation”, Empirical Economics, 22: 571-588.

Amiel, Y. and F.A. Cowell (1999). Thinking about inequality, Cambridge, Cambridge University Press.

Atkinson, T. (1970). “On the measurement of inequality”, Journal of Economic Theory, 2: 244-263.

Arrow, K. (1951) Social Choice and Individual Values, New Haven, Yale University Press.

Banerjee, A. et E. Duflo (2010). “The experimental approach to development economics”, NBER Working Paper n°14467, Cambridge.

Chateauneuf, A., et P. Moyes (2004). “Lorenz non-consistent welfare and inequality measurement”, Journal of Economic Inequality, 2: 66-87.

Clark, A.E., P. Frijters et M.A. Shields (2008). “Relative income, happiness, and utility: an explanation for the Easterlin paradox and other puzzles”, Journal of Economic Literature, 46: 95-144.

Dalton, H. (1920). “The measurement of the inequality of incomes ?”, Economic Journal, 84: 348-361.

Duclos, J.Y. (2002). « La vulnérabilité et la mesure de la pauvreté dans la politique publique », Social Protection Discussion Paper Series n°0230, World Bank Institute.

Duflo, E. (2009). Expérience, science et lutte contre la pauvreté, Paris, Collège de France/Fayard.

Easterlin, R.A. (1974). “Does Economic Growth Improve the Human Lot?”, In P.A. David and M.W. Reder (dir.), Nations and Households in Economic Growth: Essays in Honor of Moses Abramovitz, New York, New York Academic Press.

Fleurbaey, M., M. Salles and J. Weymark (dir.) (2008). Justice, Political Liberalism and Utilitarianism: Themes from Harsanyi and Rawls, Cambridge, Cambridge University Press.

Fleuerbaey, M., E. Shorrocks and K. Decancq (2009). “What good is happiness?”, Core Working Paper n°2009/17, Université Catholique de Louvain.

Foster, J.E. (1994). “Normative measurement: Is theory relevant?”, American Economic Review, vol. 84, p. 365-370.

Foster, J.E., J. Greer and E. Thorbecke (1984). “A class of decomposable poverty measures”, Econometrica, 52: 761-776.

Foster, J.E. et A.F. Shorrocks (1991). “Subgroup consistent poverty indices”, Econometrica, 59: 687-709.

Hammond, P.J. (1991). “Interpersonal comparisons of utility: Why and how they are and should be made”, In J. Elster and J.E. Roemer (dir.), Interpersonal Comparisons of Well-Being, Cambridge, Cambridge University Press.

Harrison, G. et J. List (2004). “Field experiments”, Journal of Economic Literature, 42: 1009-1055 .

Kagel, J.H. et A.E. Roth (dir.) (1997). The handbook of experimental economics, Princeton, Princeton University Press.

Kakwani, N. et J. Silber (dir.) (2008). Quantitative approaches to multidimensional poverty measurement, New York, Palgrave Macmillan.

Layard, R. (2008). “Introduction to the special issue: Happiness and public economics”, Journal of Public Economics, 92: 1773-1776.

Magdalou, B. (2010). “The principle of transfers revisited: a quasi-experimental investigation”, document de travail du CEREGMIA, Université des Antilles et de la Guyane.

Mongin, P. (1999). “Normes et jugements de valeur en économie normative”, Social Science Information/Information sur les sciences sociales, 38 : 521-553.

Mongin, P. (2001). “Positif ou normatif”, Dictionnaire des sciences économiques, Jessua C., C. Labrousse et C. Vitry (dir.), Paris, Presse Universitaire de France.

Moyes, P. (1999). “Stochastic dominance and the Lorenz curve”, In J. Silber (ed.), Handbook of income inequality measurement, Boston/Dordrecht/London, Kluwer Academic Publisher.

Moyes, P. (2008). « La mesure de la pauvreté en économie », dans A. Leroux et P. Livet (dir.), Leçons de Philosophie Économique. La Pauvreté dans les Pays Riches, Paris, Economica.

De Munck, J. et B. Zimmermann (2008). La liberté au prisme des capacités, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Sen, A.K. (1976). “Poverty: An ordinal approach to measurement”, Econometrica, 44: 219-231.

Sen, A.K. (1985). Commodities and Capabilities, Oxford, Oxford University Press.

Schokkaert, E. (1999). « M. tout-le-monde est post-welfariste : opinions sur la justice redistributive », Revue Économique, 50 : 811-831.

Schokkaert, E. (2009). “The capabilities approach”, In P. Anand, P. Pattanaik and C. Puppe (dir.), Handbook of rational and social choice, Oxford, Oxford University Press.

Van Praag, B. and A. Ferrer-I-Carbonell (2008). Happiness quantified: A satisfaction calculus approach, Oxford University Press, New York, 2ème édition.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Nous ne rentrerons pas dans les débats épistémologiques et historiques autour de la distinction entre économie positive et économie normative. Le lecteur intéressé pourra consulter l'article de Mongin (2001).

2 Sur la base du paradoxe d'Easterlin énoncé précédemment, certains affirment que la croissance du revenu national, et à travers elle l'amélioration objective des conditions matérielles de vie, n'a pas d'incidence sur le bonheur des individus. Citons l'exemple proposé par Fleurbaey et al. (2009 : 9): « Consider the following thought experiment. Propose to people in the 1960s to double their real income and to have access to mobile phones, internet, low-cost air transport and the rest, in combination with an increase in life expectancy of about ten years. Make sure they understand that it is not their relative standing that will rise but the whole society. Would they not see this perspective as particularly attractive? Symmetrically, ask people living in the 2000s to imagine all of them going back to the standard of living of the 1960s, with the corresponding reduced life expectancy. Would they consider it a minor sacrifice? The most plausible conjecture is that the former would heartily accept the change while the latter would strongly resist it. »

3 Nous ne faisons ici qu'évoquer cette question. Il est possible de consulter Hammond (1991) et Fleurbaey et al. (2009) pour de plus amples analyses. Précisons toutefois que l'approche subjective assume pleinement l'existence et l'utilisation des comparaisons interpersonnelles (voir par exemple Van Praag et Ferrer-i-Carbonell, 2008).

4 De plus il semble réducteur de vouloir évaluer le niveau de vie d’un individu sur la seule base du bonheur ressenti par ce dernier. L’être humain attache autant d’importance à d’autres éléments, comme l’estime que porte les autres sur soi et la reconnaissance sociale.

5 Cette section pour être complétée par les articles de Duclos (2002) et Moyes (2008).

6 Une tentative récente et prometteuse est celle de Fleurbaey et al., (2009). Voir Schokkaert (2007) et de Munck et Zimmermann (2008) pour une discussion sur l’approche de Sen.

7 L'ouvrage de Kakwani et Silber (2008) propose une revue de la littérature complète sur les indicateurs multidimensionnels de la pauvreté.

8 Deux distributions ont une partie commune s'il existe un ou plusieurs individus ayant le même revenu dans les deux.

9 Il ne faut pas confondre poverty gap ratio et income gap ratio. Le second se calcule comme le premier, mais au lieu de normaliser par la taille totale de la population Image 100002000000000F00000013CD205924.png, il faut normaliser par le nombre total de pauvres.

10 La comparaison des « courbes de Lorenz » entre deux distributions est le critère de dominance le plus connu du grand public.

11 L’article de Schokkaert (1999) propose et justifie la méthode expérimentale dans la sphère de l’économie du bien-être. Un des ouvrages de référence présentant les différents domaines d’application de la méthode en économie est ce lui de Kagel et Roth (1997).

12 Ceci n’est pas exactement vrai. Les outils proposés dans la section 3 permettent d’établir des règles précises pour les politiques fiscales, afin de les rentre effectivement redistributive. Par exemple, pour que la distribution après taxation domine la distribution avant taxation au sens du principe des transferts, il est nécessaire que sa structure soit progressive.

13 Le réseau de chercheurs Abdul Latif Jameel - Poverty Action Lab (J-PAL), hébergé au Massachusetts Institute of Technology (MIT) et dirigé entre autres par l’économiste française Esther Duflo, en est l’un des symboles (http://www.povertyactionlab.com/).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brice Magdalou, « Evaluation du bien-être et de la pauvreté en économie : théorie normative et expérimentation », Études caribéennes [En ligne], 24-25 | Avril-Août 2013, mis en ligne le 15 août 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6484 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6484

Haut de page

Auteur

Brice Magdalou

CEREGMIA, Université des Antilles et de la Guyane, brice.magdalou@martinique.univ-ag.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org