Navigation – Plan du site
Tourisme et lutte contre la pauvreté : approche théorique et études de cas

Quelle pauvreté réduire ? Le problème de la réduction utilitariste de la richesse

How to Reduce Poverty? The Problem of Utilitarian Reductionism Wealth
Alain Girard et Bernard Schéou

Résumés

En adoptant les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) des Nations Unies en 2000, la communauté internationale a placé la réduction de la pauvreté en tête des priorités de l’agenda politique mondial. Par-là, la communauté internationale n’a pas seulement placé la lutte contre la pauvreté sous les projecteurs des medias, elle l’a également rendu difficile à remettre en cause. Qui pourrait décemment s’opposer à la réduction de la pauvreté dans le monde ?
Si l’on veut cibler les « pauvres » dans la mise en œuvre d’une politique, il faut d’abord pouvoir les reconnaître. Or ceux-ci sont définis par les institutions internationales en fonction d’un seuil de pauvreté universel établi à moins de 1 ou de 2 $ par jour ! La pauvreté n’est pas réductible à une question de richesse monétaire quotidienne et l’on sait qu’elle varie en fonction de nombreux critères géographiques, culturels, sociologiques, psychologiques,…
Cette conception réductrice de la pauvreté se traduit par une catégorisation parfois arbitraire et stigmatisante, qui marque du sceau de la pauvreté des personnes qui ne se considèrent pas forcément comme telles, avec pour conséquence de se tromper potentiellement de cible, et dans certains cas, de contribuer à un passage de la pauvreté à la misère.
Nous proposons ici une déconstruction de la conception utilitariste1 de la pauvreté et de la richesse sur laquelle repose la plupart des politiques mises en œuvre s’inscrivant dans l’objectif officiel de « réduction de la pauvreté ». Cette déconstruction nous permet non seulement de faire ressortir la pluralité des pauvretés mais également de réinscrire l’objectif de « réduction de La pauvreté » dans les enjeux de pouvoir sur la qualification de « pauvre » et sur les conceptions de la richesse qui peuvent légitimer ce pouvoir.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 2 Parmi les huit objectifs du Millénaire pour le Développement, au moins quatre d’entre eux, relatifs (...)
  • 3 Précisons dès le départ qu’il ne s’agit nullement à travers cette remise en cause du réductionnisme (...)

1En adoptant les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) en 2000, la communauté internationale a placé la réduction de la pauvreté en tête des priorités de l’agenda politique mondial. Rappelons que le premier de ces objectifs est d’éradiquer l’extrême pauvreté et la faim à travers la division par deux, à l’échéance de 2015, de la proportion des personnes vivant avec moins de 1 dollar par jour2. Par là, la communauté internationale n’a pas seulement placé la lutte contre la pauvreté sous les projecteurs des medias, elle a également rendu difficile la remise en cause de ses présupposés3. Qui pourrait décemment s’opposer à la réduction de la pauvreté dans le monde ?

2 Si l’on veut cibler les « pauvres » dans la mise en œuvre d’une politique, il faut d’abord pouvoir les reconnaître. Or ceux-ci restent le plus souvent définis par les institutions internationales en fonction d’un seuil de pauvreté universel établi à moins de 1 ou de 2 $US par jour. Pourtant, nul n’ignore que la pauvreté n’est pas réductible à une question de richesse monétaire quotidienne et il est communément admis qu’elle varie en fonction de nombreux critères géographiques, culturels, sociologiques, psychologiques,… Alors comment se fait-il que cette conception réductrice de la pauvreté perdure ? Avec pour conséquences de se traduire par une catégorisation parfois arbitraire et stigmatisante, qui marque du sceau de la pauvreté des personnes qui ne se considèrent pas forcément comme telles, et de se tromper potentiellement de cible, et éventuellement de contribuer plutôt à un passage de la pauvreté à la misère.

  • 4 Quatre-vingts en persan, plus d’une dizaine dans les langues africaines, une quarantaine en latin,… (...)

3Si l’on suit le propos de Majid Rahnema, ce n’est qu’avec la modernité occidentale récente, au 18ème siècle, que le terme de pauvreté est devenu un synonyme évident de manque d’argent. Et conjointement la richesse a perdu toute une diversité de significations pour se réduire à la seule valeur d’échange monétaire. Si la culture occidentale célèbre la richesse et déplore la pauvreté en liant indissolublement ces deux notions aux domaines du matériel et du monétaire, ce n’est pas encore le cas dans toutes les cultures bien que la tendance constatée d’un appauvrissement des conceptions de la richesse touche l’ensemble de la planète. Alors qu’il existait une incroyable variété de mots pour qualifier les multiples perceptions de la pauvreté4, le fait de n’utiliser plus que le mot pauvre et d’imposer son utilisation sur l’ensemble du monde n’est pas seulement le signe d’un considérable appauvrissement des langages mais aussi celui d’une lecture simplifiée pour ne pas dire « simpliste » de la complexité de la question de la pauvreté. C’est que le langage est un révélateur de notre compréhension du monde. Et nommer tous les pauvres du monde avec un terme unique, autrement dit qualifier tout un ensemble de situations sociales très diverses sous une même catégorie, c’est ouvrir « la voie à des modes d`intervention arbitraires pour décider de leur sort » (Rahnema, 2003b).

4Nous allons développer ici, sous une autre forme, la nécessaire déconstruction de la conception utilitariste de la pauvreté et de la richesse à laquelle nous invite Majid Rahnema avec pour buts non seulement de faire ressortir la pluralité des pauvretés mais également, de réinscrire l’objectif de réduction de La pauvreté au sein des enjeux de pouvoir sur la qualification de « pauvre » et sur les conceptions de la richesse qui peuvent précisément légitimer ce pouvoir.

1. Double signification de la pauvreté matérielle dans la culture occidentale : pauvreté disqualifiante versus pauvreté qualifiante

5Même au sein de la culture occidentale et dans la tradition judéo-chrétienne, la pauvreté, quand elle est reliée à l’idée de privation matérielle, peut renvoyer à au moins deux types de significations opposées. Dans un cas, la privation est disqualifiante parce qu’elle est considérée comme un obstacle qui empêche l’être humain d’accomplir son humanité et est, dans ce sens, contraire à la dignité du sujet. C’est la pauvreté comme « misère ». Dans l’autre cas, la privation matérielle est qualifiante parce qu’elle renvoie à une capacité du sujet à n’être pas dépendant des biens matériels, à mener une vie digne sans être assujetti à des besoins qui pourraient le condamner à une frustration sans fin. Cela peut être rattaché à la modestie (savoir se contenter de peu) mais aussi plus fortement à une idée de la capacité d’autonomie du sujet (une maîtrise de ses besoins et de ses envies) dans une opposition entre une richesse spirituelle, ouverte par le choix de la frugalité, et une richesse matérielle qui assujettit finalement l’individu à des besoins et désirs dans un cycle sans fin de frustration et d’envie à l’égard des autres. Il y a donc une pauvreté matérielle, comme empêchement d’être, la misère, et une pauvreté matérielle comme choix d’être. La première est disqualifiante, la seconde est qualifiante.

6La distinction entre misère et pauvreté qualifiante peut être envisagée au niveau individuel (la frugalité d’un individu), cas que Majid Rahnema désigne par l’expression de « pauvreté volontaire » qui résulte d’un « choix libre et éclairé pour un mode de vie basé sur une éthique de simplicité, de frugalité et de respect pour le prochain » (Rahnema, 2003a: 39). Pour lui, c’est la forme suprême de richesse parce que c’est l’expression même de la liberté. Notons que la sagesse dans la tradition philosophique Grecque est fortement liée à l’idée d’une autonomie individuelle qui s’acquiert en sortant de l’emprise des besoins matériels et de l’état de dépendance et de frustration que cette emprise entretient. Dans le langage de la modernité, on pourrait dire que la liberté du sujet consiste non pas dans le pouvoir de satisfaire des besoins sans limites mais dans la capacité à maîtriser ses besoins, c’est pourquoi la « pauvreté » peut être voulue. Et dans une société de consommation où l’industrie de l’image (où marketing et publicité représentent plus du tiers de la valeur marchande des biens mis en vente) avive et multiplie sans cesse les besoins des gens, la pauvreté est ainsi susceptible également de prendre le sens d’un refus de se laisser imposer ses besoins et son mode de vie et de construire ainsi une certaine autonomie.

  • 5 Notons même que cela tend à être un poncif du regard touristique des classes moyennes occidentales (...)

7La distinction entre misère et frugalité peut aussi être envisagée au niveau collectif. La pauvreté qualifiante renvoie alors à une forme de vie, une « culture » non centrée sur la production et la consommation de biens matériels toujours en plus grande quantité. Ceci est en lien avec ce que Majid Rahnema appelle la « pauvreté conviviale » et qui repose sur un contrôle des désirs et de l’envie assimilé à une adaptation des besoins à ce qu’il est possible de produire en fonction de l’environnement naturel et physique. Pour lui, ce type de pauvreté ne serait possible que dans certaines conditions propres aux sociétés vernaculaires mais les théories de la décroissance par exemple nous invitent à envisager des formes nouvelles et moins nostalgiques des possibilités de faire « culture » autrement que par le modèle utilitariste d’éradication de la pauvreté matérielle. Si la pauvreté comme misère est un obstacle à la réalisation d’une forme de vie collective, à la réalisation d’une culture, la pauvreté matérielle qualifiante est par contre tout à fait compatible avec la réalisation des cultures5.

  • 6 Les apports de la capacité de production de biens matériels apparaissent ainsi comme ambigus : cell (...)

8Or, l’évidence de la cause de « la lutte contre la pauvreté » semble effacer la possibilité de la pauvreté matérielle comme choix d’être et imposer ainsi comme allant de soi la conception selon laquelle l’abondance des biens matériels, la « croissance » est la seule voie possible pour une existence humaine digne. Cette évidence mérite d’autant d’être remise en question qu’il est généralement admis que l’abondance des biens matériels peut s’accompagner d’un accroissement de la dépendance à l’égard des besoins et au cantonnement dans un mode de vie qu’il n’est pas rare de considérer ainsi comme appauvri6 : le « métro-boulot-dodo » ou aujourd’hui la vie sous pression des stressés du sur-travail d’un côté et l’angoisse ou l’anomie imposée par le vide social chez les sans-emploi de l’autre côté. Dit autrement, il n’est pas si évident que l’augmentation de la consommation des ménages aille avec le sentiment de mener une vie riche ou ce que les philosophes nous proposent d’appeler une vie bonne. « Est-ce bien cette existence à côté de la « vraie vie » que nous voulons ? » (Tévoédjrè, 1978 : 31) interroge le chercheur béninois Albert Tévoédjrè dans un ouvrage au titre éloquent, La pauvreté, richesse des peuples dans lequel il met en évidence comment la simplicité du mode de vie peut constituer la finalité d’un modèle de développement tant personnel que social. Et notamment parce que cette simplicité suppose un autre rapport au temps ; lequel est la « première richesse pour posséder le monde, le voir, le connaître, l’assumer, [et qui] ne peut être réduit à l’argent. La course à l’argent, à toujours plus d’argent ne peut donner cette richesse du temps, et l’on arrive à cette absurdité que plus la richesse d’un pays paraît augmenter, en fait plus son dénuement humain se précise…car c’est la qualité de la vie de chacun et de tous ensemble qui tend à disparaître » (Tévoédjrè, 1978 : 31).

9Il y a donc aussi une richesse matérielle qui peut être associée à une forme de pauvreté disqualifiante : ce que Majid Rahnema propose d’appeler la « pauvreté modernisée ». Elle caractérise une société où les biens matériels sont la seule richesse et où tout le monde est finalement pauvre car personne n’arrive à satisfaire les besoins, de plus en plus variés et créateurs de dépendance, qu’il se fabrique mentalement tous les jours  avec l’aide des images de la Publicité omniprésente dans l’espace public comme privé. Et cette spirale de la frustration atteint évidemment son comble lorsque dans le temps même où une liste sans cesse accrue de besoins est imposée à tous, seuls certains ont les moyens d’accéder aux biens marchands censés satisfaire ces besoins :

10L’essence même de la pauvreté modernisée réside dans cette nouvelle frustration existentielle, souvent humiliante et corrosive, dans laquelle se trouvent aujourd’hui des populations entières, des populations qui, d’une part, ont été intoxiquées par les besoins que l’on fait miroiter sous leurs yeux, alors que, d’autre part, elles ont été de plus en plus dépossédées des moyens nécessaires à leur satisfaction. (Rahnema, 2003b).

11Et face à cette situation perverse, on peut comprendre la position exprimée par Albert Tévoédjrè, non seulement « percevoir l’existence et concevoir le développement à travers la spirale sans fin de l’acquisition de biens douteux, inutiles dont la recherche est contraignante et illimitée, voilà l’absurdité » mais en plus, c’est une voie que les « peuples du tiers monde » doivent à tout prix refuser (Tévoédjrè, 1978 : 28).

12Dit autrement, ce sont les sociétés contemporaines de l’abondance matérielle qui sont en fait les sociétés de la rareté. Rappelons que Marshall Sahlins proposait d’inverser notre vision naïve des sociétés « développées » d’aujourd’hui comme sociétés d’abondance et celles « primitives » comme société de la rareté (Sahlins, 1976). Selon lui, les sociétés de l’âge de pierre ont sans doute été les seules à pouvoir être qualifiées de sociétés d’abondance parce que leur économie reposait sur la volonté de ne produire que ce qui était considéré comme nécessaire et sur le refus d’accumuler, les nombreux déplacements des chasseurs-cueilleurs impliquant de posséder peu de biens. Le travail était limité au strict minimum en relation aux besoins indispensables. A l’inverse, l’abondance des biens matériels ne fait pas disparaître la rareté car elle n’est qu’une réponse jamais suffisante à une production psychologique incessante de besoins et désirs toujours au moins partiellement frustrés. Ce sont donc paradoxalement les sociétés productivistes à haut niveau de consommation qui peuvent être comprises comme des sociétés de la rareté et de la « pauvreté modernisée ».

  • 7 Les populations cibles classées comme « pauvres ».
  • 8 L’étude menée par Florence Boyer sur les touaregs de Bankilaré au Niger illustre bien cet état de f (...)

13La prise en compte de la pauvreté matérielle qualifiante nous conduit enfin à considérer que la pauvreté disqualifiante, i.e. de façon générale la privation d’une capacité qui produit une perte de dignité, ne trouve dans la pauvreté matérielle ou économique qu’une de ses formes possibles. La position utilitariste s’accompagne ainsi de deux formes de réductionnisme : a) considérer la pauvreté matérielle comme étant nécessairement disqualifiante et b) considérer que seule la privation matérielle est disqualifiante. De fait, la pauvreté matérielle peut être qualifiante et d’autres formes de privation peuvent être disqualifiantes, ne serait-ce que celle de l’absence de liberté ou du pouvoir de mener le mode de vie que l’on souhaite pour soi-même et ses proches. La pauvreté disqualifiante renvoie de façon générale à la privation de l’exercice d’une capacité liée à une conception de la dignité humaine. Or, non seulement on peut envisager plusieurs conceptions de la dignité humaine mais au sein de chaque conception il y a plusieurs sources ou dimensions de la dignité humaine. On peut dire que l’objectif de « réduction de la pauvreté » s’accompagne d’une imposition comme allant de soi d’une conception de la dignité humaine, celle de l’utilitarisme. Et loin d’avoir un effet sur les seules idées, les différentes campagnes contre la pauvreté qui découlent de cette approche réductionniste ont beaucoup plus contribué selon Rahnema « à la fragilisation - voire à la destruction, au déracinement – des pauvres7 qu’à l’éradication de la misère » (Rahnema 2003b). Autrement dit, le réductionnisme utilitariste contribue même à favoriser un processus de glissement de la pauvreté matérielle qualifiante vers la misère de nombreuses sociétés locales tout en s’attachant, il est vrai, à réparer certains des effets les plus criants de cette paupérisation. Et le problème des « pauvres » est que bien souvent les systèmes de développement ou d’aide créés à leur intention, en ignorant leurs cultures, « les dépossèdent de leurs facultés d`autogestion et de défense » (Rahnema, 2003b)8. Rejoignant d’une certaine manière Sen et sa critique en termes de capabilité et de pouvoirs, on peut dire, avec Majid Rahnema que l’enjeu pour le « pauvre » est d’abord de préserver son propre champ de pouvoir, sa dignité humaine et ses libertés de choix.

2. Qui classe qui dans la pauvreté ? Pauvreté imputée (point de vue ETIC) versus pauvreté perçue (point de vue EMIC)

  • 9 Les expressions emic et etic, proposées par le linguiste Kenneth Pike, dérivent des termes phonemic (...)

14Une des questions essentielles de la problématique de la pauvreté, négligée dans la plupart des travaux et débats sur la pauvreté, est celle du problème de « qui qualifie qui de pauvre » ? Peut-on confondre la pauvreté imputée à une population-objet par un observateur extérieur à la pauvreté perçue par une population-sujet (par un individu ou un ensemble d’individus qui se pensent comme pauvres) ? Ne faut-il pas différencier le point de vue etic, celui de l’observateur extérieur outillé avec des grilles de classification spécialisées, du point de vue emic, celui des sujets sur leur propre expérience sociale9. Dans les rapports sociaux actuellement dominants, la pauvreté imputée tend à prétendre être la « pauvreté objective » et à considérer la pauvreté perçue comme « pauvreté subjective ». Cette dernière est alors envisagée soit comme le simple reflet subjectif de ce que mesure la pauvreté objective, soit, dans le cas d’un écart constaté avec la pauvreté objective, comme une croyance illusoire.

15Or si l’on prend en compte l’épaisseur culturelle des conceptions du « bien vivre », l’éventuelle non coïncidence entre pauvreté imputée et pauvreté perçue nous met là encore devant une pluralité des pauvretés possibles et fait surgir l’enjeu refoulé de la construction sociale de la norme de pauvreté et de richesse pertinente dans une situation donnée. Loin d’avoir affaire à « La pauvreté », plus ou moins grande, en croisant cette seconde distinction entre pauvreté imputée ou perçue, avec la première, pauvretés matérielles disqualifiante ou qualifiante, on aboutit à une diversité de cas de figures présentés dans le tableau ci-dessous.

  • 10 Le tableau repose lui-même sur une simplification qui limite les cas de figures : considérer le gro (...)

Tableau 1. Pauvreté imputée/perçue et pauvreté qualifiante/disqualifiante10

  • 11 Ici, un observateur critique de l’ensemble de la configuration pourra toujours proposer d’identifie (...)

Pauvreté qualifiante ou disqualifiante (d’une population) ?

Imputée ?

Perçue ?

Rapport social de qualification de pauvreté

Pauvreté disqualifiante

oui

oui

« Constat » partagé d’une privation matérielle qui pose problème

Pauvreté disqualifiante

oui

non

Disqualification des « pauvres »

Pauvreté disqualifiante

non

oui

Dénonciation d’une misère subie, d’une injustice

Pauvreté disqualifiante

non

non

« Constat » partagé de l’absence de privation matérielle posant problème11

Pauvreté qualifiante

oui

oui

Compréhension culturaliste partagée

Pauvreté qualifiante

oui

non

Requalification culturaliste des pauvres

Pauvreté qualifiante

non

oui

Demande de reconnaissance (contre domination symbolique)

Pauvreté qualifiante

non

non

Consensus sur la société de consommation

16Lecture du tableau : en seconde ligne, la pauvreté matérielle disqualifiante est imputée mais non perçue et correspond à la figure de la disqualification des pauvres, en dernière ligne, il n’y a ni pauvreté qualifiante imputée, ni pauvreté qualifiante ressentie.

17On peut dire que dans l’évidence utilitariste, lorsqu’il se pose un problème de pauvreté on est naturellement dans le cas de la première ligne de notre tableau, et si on s’en écarte, il s’agit alors d’un simple problème de degré de conscience des acteurs. Or, si on considère l’attribution de la pauvreté comme un rapport social et non pas seulement comme l’application d’une mesure objective sur une population-objet, il faut plutôt envisager un éventail de cas de figures assez large dont notre tableau propose une typologie simplifiée.

  • 12 C’est la forme historique de la pauvreté qui a primé durant tout le Moyen-âge en Occident.
  • 13 C’est la forme historique qui a prévalu à partir de la Modernité (même si on la voit déjà exprimée (...)
  • 14 C’est la forme qui apparaît en Occident notamment avec la révolution industrielle et qui va s’oppos (...)

18Par ailleurs, du côté de la pauvreté « objective » on peut également distinguer différentes formes d’imputation de la pauvreté disqualifiante selon la connotation ou la valeur morale qui est associée à la pauvreté : a) la pauvreté comme une privation qui requiert assistance et suscite la pitié (la pauvreté est ici occasion de vertu pour ceux qui choisiront d’aider les pauvres)12 ; b) la pauvreté comme un vice moral qui réclame la responsabilisation/culpabilisation des pauvres (alors qu’à l’inverse la pauvreté matérielle qualifiante peut être constituée comme une « vertu » )13 ; c) la pauvreté comme une situation d’injustice qui provoque l’indignation et appelle des revendications de transformation de la situation14. Notons que la pauvreté à laquelle il est fait référence dans l’objectif consensuel de « réduction de la pauvreté », présente l’avantage relativement aux conditions d’un large consensus, de pouvoir être interprétée dans ces trois registres différents de la pauvreté tout en reliant ces interprétations à des indicateurs communs et en faisant appel à des techniques neutres en apparence relativement aux trois interprétations morales possibles de « la pauvreté ».

  • 15 Le manque est plus durement ressenti dans un environnement caractérisé par l’abondance car cela ren (...)

19Du côté de la pauvreté ressentie, on peut également distinguer différentes formes du sentiment de pauvreté matérielle disqualifiante. En premier lieu, le sentiment d’invalidation dans lequel la pauvreté est perçue par le sujet comme ce qui l’empêche de vivre dignement. Ensuite, le sentiment de frustration où le sujet se perçoit relativement à d’autres dont il envie la situation matérielle15 : il nourrit un ressentiment à l’égard d’autrui et/ou du système social perçu comme cause de la frustration subie. Et enfin le sentiment d’injustice dans lequel la pauvreté est considérée comme le produit d’une inégalité sociale illégitime qui motive des dénonciations du système social susceptibles de constituer (ou de rejoindre) des revendications et projets d’actions politiques de transformation de ce système.

  • 16 A titre d’exemple, Serge Paugam cite des enquêtes menées à Madagascar qui indiquent que les plus pa (...)

20Retenons de cette pluralité des qualifications de pauvreté, que la pauvreté n’est pas seulement un attribut que l’on peut enregistrer et dont on peut mesurer le degré mais qu’elle est d’abord un enjeu des rapports sociaux et une construction sociale16. Se pose ainsi non pas seulement le problème de la réduction de la pauvreté mais également celui du pouvoir d’imputer la pauvreté et de faire valoir socialement une définition de la pauvreté.

21Aussi l’imputation de pauvreté à une population-objet (voir ligne 2 du tableau, disqualification des « pauvres ») peut-être vue comme la traduction ethnocentrique d’un refus de la différence d’autrui, amenant les « experts » à définir « des populations entières, non par ce qu’elles sont ou veulent être, mais par ce qui leur manque et ce qu’elles doivent devenir » (Sachs et Esteva, 1996: 25). Il s’agit de l’imposition symbolique d’un modèle, considéré comme le seul valable, reposant sur le postulat que « le degré de civilisation d’un pays se mesure au niveau de sa production » d’après les mots prononcés par le président américain Harry Truman lors de son célèbre discours du 20 janvier 1949. Pour Wolfgang Sachs et Gustavo Esteva, il ne fit rien de moins ce jour là, que d’inventer les concepts de sous-développement et de pauvreté :

22Ce jour là, les quatre cinquièmes de la population mondiale ont été placés dans les conditions les plus indignes et se sont vus relégués à l’état honteux de « dépourvus ». Pour eux, le développement a commencé à devenir une contrainte, celle de s’engager dans un chemin que les autres connaissent mieux ; celle d’avancer vers un but que les autres ont déjà atteint, même si ce n’est qu’en partie ; et enfin, celle de s’engager, avec d’énormes handicaps, dans une course où il n’y a qu’une voie, à sens unique (Sachs et Esteva, 1996: 91-92).

23Précisons que selon nous, pour s’imposer, une définition de la pauvreté ne peut pas être purement illusoire et ne reposer sur rien d’autre dans la réalité objective que sur le pouvoir d’un groupe ou d’une institution à imposer comme légitime son point de vue. Car pour avoir une chance d’être socialement retenue, il faut bien que cette définition puisse s’appuyer sur des éléments du réel objectif et n’être donc pas totalement arbitraire. Cependant il s’agit toujours d’une sélection d’éléments du réel qui tend à se faire reconnaître comme le Réel, là même où d’autres sélections ou prises sur le réel sont possibles. Ainsi dans la problématique de la réduction de la pauvreté, une définition très sélective de la pauvreté devient comme la définition évidente. Cette évidence impose par là même une conception de l’existence humaine : le sens de l’existence humaine est le bonheur et le bonheur est fonction des biens matériels dont on dispose pour pouvoir satisfaire nos besoins et préférences. La mesure du bonheur est alors le pouvoir de consommation d’un individu qui s’appréhende à travers son niveau de revenu. Au niveau d’une population administrée, ce sera le PIB par habitant et éventuellement la répartition de ce PIB par habitant. Cette évidence tend à effacer le fait qu’il existe d’autres mesures possibles du bonheur : « peu importe quels idéaux les Péruviens, les Philippins ou les Kikuyus avaient choisis, Truman ne voyait en eux que des traînards dont le devoir historique était de gagner du terrain sur la voie du développement et de rattraper ceux qui étaient en tête » (Sachs et Esteva, 1996: 66).

24Est-ce à dire que la pauvreté est totalement relative et n’est finalement qu’une simple question de rapport de pouvoir ?

3. Pauvreté relative et pauvreté absolue, pluralité des biens sociaux liés à la dignité humaine

  • 17 C’est le choix par exemple pour le seuil d’un ou de deux dollars par jour suivant le contexte socié (...)
  • 18 C’est le choix par exemple pour le seuil de 50% ou 60% du revenu médian dans une société nationale (...)

25La distinction entre pauvreté relative et pauvreté absolue est ordinairement traitée dans le seul cadre de la pauvreté de revenu marchand. Il s’agit de savoir si la pauvreté disqualifiante, dont le présupposé est qu’elle est entièrement assimilable à la pauvreté « économique », se traduit à partir d’un seuil absolu, d’un niveau de revenu en deçà duquel on peut considérer que tout individu, du moins dans un contexte sociétal général donné, ne peut subvenir à ses besoins ou accéder aux conditions d’une vie digne17 ou bien si elle se traduit en termes relatifs comme un niveau d’inégalité18 ? On pourrait reprendre ici la distinction entre « misère de condition » et « misère de position » (Bourdieu, 1993). Au niveau pratique ou opérationnel, la sagesse recommandera d’utiliser les deux types d’indicateurs de pauvreté. On peut effectivement comprendre que les conditions matérielles de la dignité puissent à la fois être absolues (seuil en deçà duquel la survie même n’est plus possible) mais qu’elles sont aussi toujours relatives non seulement parce que ce seuil absolu peut être considéré en fait comme en partie culturellement déterminé mais aussi parce que le sentiment (et l’imputation) de privation ou de perte de dignité pour tout individu se réalise dans un rapport à autrui et dans une comparaison à autrui. Et ce rapport à autrui ne se limite d’ailleurs certainement pas à la seule comparaison des niveaux de revenus.

  • 19 C’est ce qui peut fonder à écrire qu’aujourd’hui encore « les professionnels du développement préte (...)

26Dans l’approche que nous proposons, le rapport entre pauvretés absolue et relative requiert un mode complémentaire d’élucidation et d’articulation. Si la question de la privation de biens sociaux susceptible d’empêcher la réalisation de la conception que les sujets ont de la dignité humaine, se pose dans toute société ; on peut considérer que tant la liste des biens sociaux que les seuils pour identifier une privation varient selon les cultures. Aussi le problème des programmes de « lutte contre la pauvreté » est-il d’ignorer cette variation possible si bien qu’en imposant comme allant de soi une liste des biens sociaux et des seuils de privation, ces programmes peuvent paradoxalement priver des communautés ou des sociétés d’un bien social premier : le pouvoir de définir les biens reliés à la dignité humaine, c’est à la dire la capacité de « choix » d’un mode de vie19.

27C’est ainsi que l’objectif de « lutte contre la pauvreté » par le développement du tourisme dans les sociétés d’accueil reprend l’idéologie utilitariste à la base de l’ensemble des dispositifs de comptabilité nationale, utilitarisme qui, dans une compréhension plus extensive que celle critiquée par John Rawls (Rawls, 1997), consiste à imposer une conception de la richesse ou de la valeur des activités humaines réduite aux biens sociaux produits et consommables essentiellement sous le mode marchand (Méda, 2008). Les biens sociaux premiers se ramènent alors essentiellement au niveau de dotation en revenu, celui censé permettre accéder à un certain « niveau de vie » en dessous duquel on estime qu’il y a passage à la pauvreté.

28Contre le réductionnisme de la conception utilitariste, on peut rappeler que l’objectif de développement plutôt que de simple croissance, exige non seulement d’élargir la liste des types de biens sociaux pris en compte pour l’évaluation du bien-être des gens et de la légitimité des situations sociales mais également de laisser les groupes humains libres de participer à la définition de ce qu’ils considèrent comme devant figurer dans cette liste.

  • 20 Non soustraites à ce que Jürgen Habermas a appelé « l’éthique de la discussion » (Habermas, 1999).

29Ainsi, cet élargissement peut se faire dans trois directions à partir : a) du modèle culturel actuel de la modernité occidentale qui ne peut lui-même être réduit à l’utilitarisme ; b) de la possibilité laissée à des façons diverses (même si elles sont toujours discutables20) de définir les biens sociaux premiers ; c) de la prise en compte du caractère non simplement cumulatif des différents biens sociaux mais aussi de leur possible contradiction qui rend fragile et complexe l’évaluation et le pilotage par une comptabilité mondiale de la richesse et de la pauvreté.

  • 21 Sans jamais oublier dans chacune des dimensions de ne pas totalement écraser le perçu des sujets de (...)
  • 22 Notons que dans plusieurs langues africaines, la pauvreté désigne la solitude, l’absence de liens ( (...)

30Il est relativement consensuel aujourd’hui de reconnaître comme pertinent la prise en compte de la santé, de l’éducation et enfin des biens relatifs à la qualité de l’environnement à côté des classiques niveaux de revenus. On devrait ajouter21 à cette liste au moins la citoyenneté et plus largement le capital social au sens de Robert Putnam ainsi que le pouvoir de chaque acteur de participer aux décisions des collectifs auxquels il appartient (Putnam 2001). Mais aussi à un niveau plus infrastructurel si l’on considère qu’il n’y a pas de sociétés sans liens sociaux interpersonnels : la sociabilité22. Cet élargissement de la liste des biens sociaux dont la privation met en cause la dignité humaine plaide selon Dominique Méda (2008) en faveur d’un passage d’une évaluation de la richesse, au principe de toutes les comptabilités nationales et internationales actuelles, comme agrégation des satisfactions individuelles censées être liées à des niveaux de revenu, à une approche en termes principalement de patrimoine collectif.

Conclusion

  • 23 Alors que l’on adhère à un relativisme culturel au nom du principe de l’égalité et/ou de celui de l (...)

31Sans adhérer à un relativisme culturel facile, mais aux conséquences souvent contradictoires avec les bonnes intentions molles qui motivent son adoption23, l’objectif de réduction de la pauvreté devrait aussi laisser la place à la possibilité d’une redéfinition au cas par cas de la liste des biens sociaux reconnus comme pertinents. Ce n’est sans doute pas une simple procédure d’enregistrement ou d’expression d’une culture que cela appelle dans chaque situation mais une confrontation dynamique entre un modèle culturel lié à la Modernité occidentale (notamment porté par les acteurs extérieurs à la société locale qui arrivent avec des projets de « développement » aujourd’hui qui seront dit « durables ») et le ou les modèles culturels des acteurs de la société locale. Concrètement, dans le cas du tourisme, si l’on peut proposer à titre de repère discutable une liste générale d’indicateurs et de critères définissant les objectifs d’un tourisme légitime, cette « table » des indicateurs requiert toujours d’être redéfinie localement par l’ensemble des acteurs ou catégories d’acteurs concernés. Ceci passe par une dynamique interculturelle de négociations qui ne peut se résumer à prendre la seule forme de la sensibilisation et de la formation de la population locale aux objectifs du tourisme durable ni celle du simple enregistrement de l’avis « spontané » de cette population…

32Enfin, les différents biens sociaux qu’un ensemble de sujets estiment communément liés à la dignité humaine ne sont pas nécessairement cumulatifs et peuvent même être contradictoires. On le sait déjà quand on propose d’évaluer l’éco-développement et qu’on affecte un coût monétaire à des dégradations de l’environnement elles-mêmes liées à la production de « biens de consommation » (sources de richesses). A partir du moment où dans la réalité de la vie on ne peut pas se contenter d’additionner les différents biens sociaux, il se pose toujours les problèmes politiques de la hiérarchisation des types de biens sociaux et des dynamiques de négociations pour que les acteurs concernés produisent en situation des hiérarchisations pertinentes et des compromis entre les options pour les différents types de biens sociaux (et leurs règles de distribution).

33En définitive, le refus de la réduction de la richesse à sa seule composante monétaire amène à envisager la lutte contre la misère comme passant par la reconnaissance de l’existence d’une pluralité de figures de la pauvreté, disqualifiante ou qualifiante, ETIC ou EMIC, reconnaissance qui conduit à l’acceptation de la différence et à la possibilité de dynamiques de compromis interculturels, seule voie viable de la construction provisoire d’universaux qui évite de faire fonctionner la référence à l’universel comme imposition d’un modèle culturel sous une version réductrice. Ce pourrait être une façon de dire qu’il est temps de se libérer collectivement du poids de l’héritage de Truman afin que les hommes puissent « exercer un droit qui leur est propre : celui non pas d’être classés selon le schème avancé/retardé, mais de se laisser surprendre par leur différence et leur propre ingéniosité » (Sachs et Esteva, 1996: 21).

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu, P. (dir.) (1993). La misère du monde, Paris, Le Seuil.

Boyer, F. (2005). « Le projet migratoire des migrants touaregs de la zone de Bankilaré : la pauvreté désavouée », Stichproben n°8: 47-67.

Bryant, C. et C. Kappaz (2008). Paix et pauvreté : un développement équitable pour réduire les conflits, Paris, Charles Léopold Mayer.

Caillé, A., C. Lazzeri et al., (2002). “Qu’est-ce qu’être anti-utilitariste ?” Cités, n°10: 77-90.

Geremek B. (1987). La potence ou la pitié. L’Europe et les pauvres du Moyen-âge à nos jours, Paris, Gallimard.

Girard, A. (1996). Expériences touristiques et régimes du patrimoine culturel-naturel. Thèse de sociologie, Université de Provence, 941 p.

Habermas, J. (1999). De l’éthique de la discussion, Paris, Flammarion.

Méda, D. (2008). Au-delà du PIB : pour une autre mesure de la richesse, Paris, Flammarion.

Paugam, S. (2005). Les formes élémentaires de la pauvreté, Paris, Presses Universitaires de France.

Putnam, R. (2001). Bowling Alone: The Collapse and Revival of American Community, New-York, Simon & Shuster.

Rahnema, M. (2003a). « La problématique de la pauvreté dans l'esprit de l'après-développement », dans F. Nahanvandi (dir.), Repenser le développement et la coopération internationale, Paris, Karthala: 37-48.

Rahnema, M. (2003b). La pauvreté, communication prononcée le 18 octobre 2003 au Colloque Philia/L'Agora à Orford au Québec.

Rawls, J. (1997). Théorie de la justice, Paris, Le Seuil.

Sachs, W. et G. Esteva (1996). Des ruines du développement, Montréal, Ecosociété.

Sahlins, M. (1976). Age de pierre, âge d'abondance. L'économie des sociétés primitives, Paris, Gallimard.

Sauquet, M. (2007). L'intelligence de l'autre, Paris, Charles Léopold Mayer.

Sen, A. (2000). Repenser l'inégalité, Paris, Le Seuil.

Tevoedjre, A. (1978). La pauvreté, richesse des peuples, Paris, Editions ouvrières.

Haut de page

Notes

1 L’utilitarisme est ici utilisé au sens que lui donne les chercheurs du Mouvement Anti Utilitaristes dans les Sciences Sociales (MAUSS), et notamment Alain Caillé qui le définit comme l’articulation d’« une proposition positive qui affirme que l'action des individus est (ou devrait être, ou doit être considérée comme étant) régie par une mécanique du calcul intéressé ; et une proposition normative qui énonce qu'est juste ce qui contribue objectivement à l'accroissement du “ plus grand bonheur du plus grand nombre ”. Ou plutôt, à l'accroissement du plus grand bonheur calculé et calculable du plus grand nombre » (Caillé, Lazzeri et al., 2002).

2 Parmi les huit objectifs du Millénaire pour le Développement, au moins quatre d’entre eux, relatifs à l’éducation et la santé, peuvent également être rattachés à l’objectif de réduction de la pauvreté : assurer l’éducation primaire pour tous, réduire la mortalité infantile, améliorer la santé maternelle, combattre le sida, le paludisme,…

3 Précisons dès le départ qu’il ne s’agit nullement à travers cette remise en cause du réductionnisme utilitariste de la richesse, de nier la réalité et la gravité des multiples souffrances engendrées par la privation et en particulier celle générée par la faim qui touche chaque jour de plus en plus d’être humains sur la planète.

4 Quatre-vingts en persan, plus d’une dizaine dans les langues africaines, une quarantaine en latin,… (Rahnema, 2003b).

5 Notons même que cela tend à être un poncif du regard touristique des classes moyennes occidentales : la pauvreté matérielle semble souvent associée à l’authenticité d’un mode de vie et la richesse matérielle à une perte d’authenticité du mode de vie comme en témoignent les comptes-rendus de voyage à l’étranger des touristes où ces derniers utilisent assez fréquemment l’opposition entre misère sous la figure principalement de la mendicité et pauvreté qualifiante comme forme de vie authentique à l’opposé de l’abondance matérielle et du stress de la « modernité » (cf. (Girard, 1996), seconde partie, chapitre 9 « Mode de vie et niveau de vie : le double registre de qualification de ils-eux »).

6 Les apports de la capacité de production de biens matériels apparaissent ainsi comme ambigus : celle-ci peut permettre de libérer de la dépendance à des besoins qui faute d’être assurés ne permettent pas à l’être humain une véritable existence (par exemple dans la condition de famine), mais elle peut aussi rendre le sujet prisonnier de l’activité de production et/ou d’un cycle de frustrations sans fin.

7 Les populations cibles classées comme « pauvres ».

8 L’étude menée par Florence Boyer sur les touaregs de Bankilaré au Niger illustre bien cet état de fait. Elle montre comment la mise en place d’un projet de lutte contre la pauvreté (Programme Cadre de Lutte contre la Pauvreté) s’oppose aux pratiques traditionnelles des touaregs qui ont l’habitude de contourner la pauvreté par la migration et, en les obligeant à se sédentariser, les isole des solutions traditionnelles qui sont les leurs et leur enlève toute capacité de réaction (Boyer, 2005).

9 Les expressions emic et etic, proposées par le linguiste Kenneth Pike, dérivent des termes phonemic et phonetic.

10 Le tableau repose lui-même sur une simplification qui limite les cas de figures : considérer le groupe des observateurs d’un côté et celui de la population observée de l’autre comme deux catégories homogènes du point de vue du rapport à l’attribution de pauvreté.

11 Ici, un observateur critique de l’ensemble de la configuration pourra toujours proposer d’identifier un consensus par illusion et avancer des arguments factuels mettant au jour une privation matérielle ignorée et relative à des inégalités sociales naturalisées.

12 C’est la forme historique de la pauvreté qui a primé durant tout le Moyen-âge en Occident.

13 C’est la forme historique qui a prévalu à partir de la Modernité (même si on la voit déjà exprimée de façon récurrente à différents moment du Moyen-âge – Geremek, 1987) et surtout de la révolution industrielle en Occident. Notons qu’historiquement la pauvreté qualifiante comme vertu a sans doute ici tendance à être marginalisée alors qu’elle trouve plutôt une place centrale (comme valeur) dans la configuration médiévale.

14 C’est la forme qui apparaît en Occident notamment avec la révolution industrielle et qui va s’opposer politiquement à la vision moraliste culpabilisatrice de la pauvreté.

15 Le manque est plus durement ressenti dans un environnement caractérisé par l’abondance car cela renvoie le « pauvre » à son échec dans la société et génère cynisme, haine et frustration (Sen, 2000).

16 A titre d’exemple, Serge Paugam cite des enquêtes menées à Madagascar qui indiquent que les plus pauvres d’un point de vue monétaire et matériel ne sont pas ceux qui se considèrent comme les plus pauvres (Paugam, 2005).

17 C’est le choix par exemple pour le seuil d’un ou de deux dollars par jour suivant le contexte sociétal.

18 C’est le choix par exemple pour le seuil de 50% ou 60% du revenu médian dans une société nationale donnée.

19 C’est ce qui peut fonder à écrire qu’aujourd’hui encore « les professionnels du développement prétendent savoir ce qui doit être fait dans une localité, dans un secteur ou même dans un pays sans se soucier des populations concernées » (Bryant et Kappaz, 2008 : 48).

20 Non soustraites à ce que Jürgen Habermas a appelé « l’éthique de la discussion » (Habermas, 1999).

21 Sans jamais oublier dans chacune des dimensions de ne pas totalement écraser le perçu des sujets derrière les outils de mesure du point de vue ETIC.

22 Notons que dans plusieurs langues africaines, la pauvreté désigne la solitude, l’absence de liens (Sauquet 2007). Un dicton wolof dit qu’« un pauvre est quelqu’un qui n’a pas d’amis ».

23 Alors que l’on adhère à un relativisme culturel au nom du principe de l’égalité et/ou de celui de la liberté appliqués aux peuples, le relativisme culturel conduit alors à devoir accepter les inégalités et/ou l’absence de liberté internes à une société autre que la sienne si celles-ci sont compatibles voire constitutives du modèle culturel de la société en question. C’est ainsi au nom du principe d’égalité et/ou du principe de liberté que l’on en vient à devoir tolérer les inégalités et/ou l’absence de liberté extérieure à sa propre culture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Girard et Bernard Schéou, « Quelle pauvreté réduire ? Le problème de la réduction utilitariste de la richesse », Études caribéennes [En ligne], 24-25 | Avril-Août 2013, mis en ligne le 15 août 2013, consulté le 26 avril 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6490 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6490

Haut de page

Auteurs

Alain Girard

Université de Perpignan Via Domitia, Sociologue, enseignant-chercheur, girard@univ-perp.fr

Bernard Schéou

Cemotev (UVSQ), Université de Perpignan Via Domitia, Economiste, enseignant-chercheur, bscheou@univ-perp.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org