Navigation – Plan du site
Tourisme et lutte contre la pauvreté : approche théorique et études de cas

Méthodologie de lutte contre la pauvreté par le développement touristique

Methodology for Fight against Poverty through Tourism Development
François Vellas

Résumés

Le tourisme et les secteurs des services sont devenus le domaine privilégié des politiques de développement avec le déclin du secteur agricole dans de nombreux pays en développement et les difficultés à développer un secteur industriel compétitif. Le tourisme est donc considéré comme un des moyens importants de lutte contre la pauvreté dans les pays en développement et en particulier dans les pays les moins avancés. Toutefois, il serait illusoire de croire que le tourisme peut contribuer significativement à réduire la pauvreté sans la poursuite de politiques spécifiques centrés sur cet objectif prioritaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Avec le déclin du secteur agricole dans de nombreux pays en développement et les difficultés à développer un secteur industriel compétitif, les secteurs des services et notamment celui du tourisme sont devenus le domaine privilégié des politiques de développement. De ce fait, le tourisme est également considéré comme un des moyens importants de lutte contre la pauvreté dans les pays en développement et en particulier dans les pays les moins avancés (PMA).

2Cependant, il serait illusoire de croire que le tourisme peut contribuer significativement à réduire la pauvreté sans la poursuite de politiques spécifiques centrés sur cet objectif prioritaire. En effet, les caractéristiques économiques du secteur touristique, notamment du tourisme international ne paraissent pas correspondre de prime abord aux objectifs de lutte contre la pauvreté. Le tourisme est en effet, un secteur qui nécessité en priorité de très important besoin en capitaux. Il s’agit d’une industrie « Capital Intensive » qui nécessite un environnement également « Capital Intensive ». Pour construire un hôtel, il convient de bénéficier de l’ensemble des infrastructures de base (eau, électricité, téléphone et télécommunications, accès routier) qui nécessitent la mobilisation de capitaux considérables. En outre, l’investissement hôtelier lui-même qui est de nature immobilière requiert des investissements à long terme de dix à quinze ans, sans compter tous les équipements et aménagements qui doivent généralement être importés dans un grand nombre de pays en développement. Il en résulte que dans de nombreux PMA, le développement touristique se limité à la capitale et à une ou deux zones touristiques très limitées.

3Face à l’ensemble de ces défis, deux démarches peuvent être analysées. Tout d’abord, la démarche méthodologique développée par Acting for Life qui a mis en place une méthode d’évaluation des projets touristiques en faveur de la réduction de la pauvreté à partir d’un partenariat actif avec les Organisations Internationales notamment l’OMT, le BIT, le PNUE, l’UNESCO et la CNUCED et les partenaires locaux responsables du tourisme nationaux et régionaux, professionnels et ONG dans les pays en développement. Ensuite, la seconde démarche pratique est celle de l’Organisation Mondiale du Tourisme basée sur sept types d’action visant à associer les populations pauvres aux bénéfices du développement touristique.

1. Les mécanismes méthodologiques pour la réduction de la pauvreté : la contribution d’Acting for Life

4La méthodologie proposée à la suite des travaux réalisés par le pôle tourisme d’Acting for Life dans les pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique Latine – Caraïbe est axée sur six étapes principales qui doivent permettre de centrer les actions de développement touristique sur les projets les plus performants à la fois du point de vue de l’intérêt touristique et du point de vue de l’impact sur la réduction de la pauvreté.

1.1. L’évaluation de la pauvreté

5Le concept d’évaluation de la pauvreté est essentiel pour permettre de définir les priorités dans le cadre de la contribution du tourisme à la réduction de la pauvreté. L’évaluation de la pauvreté est l’objet de nombreux travaux dans le cadre notamment des études statistiques de la Banque Mondiale, du FMI ainsi que du PNUD. Ces différentes analyses indiquent que le concept d’évaluation de la pauvreté ne peut se réduire à la prise en compte des seuls revenus monétaires, mais doit prendre en compte les aspects qualitatifs majeurs tels que l’accès à l’eau potable, à la santé et à l’éducation.

6Cependant, les différentes analyses réalisées par les Organisations Financières et Monétaires Internationales demeurent généralement d’ordre macro-économique, même lorsqu’elles prennent en compte les aspects qualitatifs de l’évaluation de la pauvreté. Or, les projets de développement touristique orientés vers la lutte contre la pauvreté et les populations locales se situent essentiellement au niveau micro-économique et concernent souvent des zones géographiques très limitées comprenant un ou quelques villages.

7Dans ces conditions, l’évaluation de la pauvreté à partir de l’outil statistique de la Banque Mondiale ou du PNUD est très limitée par rapport au but recherché dans le développement de projets touristiques. Il convient par conséquent de compléter les indicateurs macro-économiques d’évaluation de la pauvreté par des informations locales précises principalement d’ordre qualitatif. C’est ainsi que l’évaluation de la pauvreté doit permettre d’identifier les communautés les plus pauvres à partir de facteurs économiques et d’infrastructures et de facteurs sociaux éducatifs. C’est ainsi qu’une première liste de dix indicateurs d’évaluation de la pauvreté peut être identifiée (cf. tableau 1)

Tableau 1. Les indices d’évaluation de la pauvreté

Facteurs économiques et d’infrastructures

Facteurs sociaux éducatifs

Revenu monétaire

Accès routier

Accès à l’électricité

Accès à l’eau potable

Traitement des déchets

Alphabétisation des adultes

Education primaire des jeunes

Santé

Mortalité infantile

Malnutrition

8Ces différents indicateurs quantitatifs et qualitatifs doivent pouvoir faire l’objet de mesure comparative afin de permettre d’identifier les populations les plus pauvres qui pourront bénéficier en priorité des projets de développement touristiques.

Tableau 2. Les indicateurs et les mesures d’évaluation de la pauvreté

Indicateurs

Mesures

Facteurs économiques et d’infrastructures

Revenu monétaire

Moins de US$ 1 par jour

Accès routier

Possible toute l’année (Oui/Non)

Accès à l’électricité

% population locale (village)

Accès à l’eau potable

% population locale (village)

Traitement des déchets

Système d’évacuation familial
(% de population locale concernée)

Facteurs sociaux éducatifs

Alphabétisation des adultes

Education primaire des jeunes

Santé

Mortalité infantile

Malnutrition

% population adule (village)

% jeunes scolarisés (primaire)

% population atteinte (paludisme)

% des naissances

Nombre de calories disponible

9Pour chacune de ces mesures des éléments de références nationaux ou internationaux doivent pouvoir être déterminés afin de pouvoir comparer la situation des populations des zones géographiques concernées par les possibilités de mise en place de projets de développement touristiques.

1.2. La réalisation des conditions préalables à la mise en place des projets touristiques

10Les conditions préalables à la mise en place de projets de développement touristiques concernent les différentes infrastructures indispensables pour assurer l’accueil des touristes. Ces infrastructures de base concernent généralement des investissements dans l’accessibilité notamment par route, la fourniture d’eau potable, d’électricité et de télécommunications ainsi qu’une couverture sanitaire de base. Pour chacune de ces conditions préalables une analyse détaillée doit pouvoir être réalisée avec principalement :

  • Accessibilité : la description des conditions d’accès en toute saison. En effet, dans de nombreux pays tropicaux, certaines périodes de saisons des pluies rendent l’accès routier aux sites touristiques impraticables. Il convient, par conséquent de pouvoir évaluer le montant des investissements préalables nécessaires afin de s’assurer d’une accessibilité en toute saison ce qui d’ailleurs doit pouvoir bénéficier en priorité aux populations locales.

  • Fourniture d’eau potable : la disponibilité d’eau, si possible potable, constitue une des conditions indispensables à la réalisation d’infrastructures d’accueil et de séjours touristiques. Dans de nombreuses zones rurales, les ressources en eau sont très limitées et la qualité de l’eau insuffisante, ce qui nécessite la réalisation de forages ou de travaux d’adduction qui peuvent également bénéficier en priorité aux populations locales.

  • Électricité : l’accueil des touristes de séjour nécessite de pouvoir disposer d’énergie électrique. Ceci pose de nombreux problèmes dans les régions isolées puisque le raccordement au réseau électrique nécessite souvent des investissements très importants. Les solutions de remplacement à partir d’énergie renouvelable notamment doivent dans de nombreux cas être analysées en tenant compte des contraintes techniques et financières que suppose la maintenance des installations.

  • Télécommunications : les progrès techniques réalisés en matière de téléphone mobile et cellulaire permettent aujourd’hui de disposer d’une liaison téléphonique dans de nombreuses régions même isolées. Cependant, cette infrastructure a un coût qu’il convient de prendre en compte dans les infrastructures préalables au développement touristique dans la mesure où ce type de liaison est indispensable pour permettre l’accueil des visiteurs dans de bonnes conditions.

  • Santé : la mise en place d’équipements sanitaires de base et de première urgence constitue également une des conditions préalables au développement de projets touristiques principalement en zones rurales. Pour cela, il est important de définir des critères de base pour l’accueil des touristes qui bénéficieront également aux populations locales.

11Ces conditions préalables représentent souvent des investissements considérables. Il convient par conséquent de s’assurer de l’adéquation entre ces investissements et les projets touristiques à réaliser de façon respecter un équilibre entre les moyens à mobiliser et les effets attendus du développement touristique.

1.3. La définition des critères touristiques d’identification des projets de développement

12Les critères touristiques sont indispensables pour assurer le succès des programmes de développement touristique en faveur des plus pauvres. Cela suppose que l’intérêt touristique des sites dans lesquels se situent les projets à mettre en place ne doit pas être négligé. En effet, la garantie de pouvoir obtenir une fréquentation satisfaisante dépend en priorité de l’attractivité touristique de la zone dans laquelle les projets de construction d’infrastructures d’accueil et d’hébergement seront réalisés. Cela suppose de réunir les conditions suivantes en matière de critères touristiques :

  • Potentiel touristique : la région d’implantation du projet touristique doit pouvoir disposer de potentialités de développement touristique telles qu’elles sont définies dans les critères de développement durable du tourisme et de l’écotourisme. Il s’agit notamment de la biodiversité et des ressources naturelles en faunes et en flores de nature à attirer les visiteurs. Un état précis de ces potentialités doit être réalisé afin de pouvoir effectuer des comparaisons avec d’autres sites touristiques de la même région ou de régions avoisinantes.

  • Atouts touristiques : il s’agit d’évaluer les atouts touristiques du site précis d’implantation du projet touristique. Cette évaluation doit porter notamment sur la configuration du site et sur son adaptabilité à la fréquentation touristique. Il s’agit notamment de prendre en compte les possibilités d’implantation non seulement des structures d’hébergement et de restauration ainsi que des structures de loisirs et d’activités ludiques et sportives. Enfin, une analyse des réserves foncières et des possibilités d’extension doivent également pouvoir être évaluées.

  • Synergies touristiques : les synergies touristiques sont très importantes pour assurer le succès de l’implantation du projet touristique. Il s’agit notamment de déterminer les possibilités d’excursions touristiques possibles dans un rayon autour du site d’implantation du projet touristique.

1.4. La mesure de la capacité du projet à contribuer à la lutte contre la pauvreté

13Les projets de réalisation d’infrastructures d’accueil et d’hébergements sur les sites d’intérêt touristiques doivent pouvoir être évalués en fonction de leur contribution à la lutte contre la pauvreté. Pour cela, la mesure de la capacité de chaque projet à réduire la pauvreté peut être évaluée en tenant compte notamment des emplois créés, de la réduction de l’exode rural, de l’accroissement des revenus, de l’accessibilité aux infrastructures de base et de la diminution de l’analphabétisation. Chacun de ces facteurs constitue une contribution spécifique à la lutte contre la pauvreté :

  • Les créations d’emplois : l’impact des créations d’emplois grâce à la mise en place de projets de développement touristique constitue un des moyens privilégiés de lutter contre la pauvreté. Cependant, dans les zones rurales très pauvres, les nouvelles réalisations touristiques sont rarement génératrices d’emplois au sens traditionnel du terme, il s’agit plutôt d’activités à temps partiel qui viennent compléter le travail agricole. Pour cette raison, il conviendrait d’évaluer à la fois la création d’emplois touristiques (si tel est le cas), mais aussi la création d’activités touristiques à temps partiel qui d’ailleurs peuvent impliquer généralement un nombre plus important de personnes que les emplois traditionnels.

  • La réduction de l’exode rural : il est établi que l’une des raisons majeures de la très grande pauvreté notamment dans les PMA est l’importance de l’exode rural vers les bidonvilles des grandes métropoles. Ce phénomène est notamment la conséquence de l’absence de perspective d’accroissement du revenu dans les villages agricoles. Face à ce phénomène, le développement touristique peut être une des opportunités pour freiner l’exode rural en offrant d’autres possibilités de revenus que celle du seul travail agricole. C’est ainsi, que les projets d’écotourisme et de tourisme en zones rurales peuvent revêtir une très grande importance dans les pays où sévit l’exode rural et peuvent de ce fait non seulement à réduire la pauvreté, mais aussi à éviter une accélération du nombre de bidonvilles.

  • L’accroissement des revenus : il s’agit d’un des indicateurs fondamentaux de la mesure de l’impact du tourisme sur la réduction de la pauvreté. Cet accroissement du revenu doit être notamment évalué en terme monétaire par rapport au revenu monétaire des populations locales. Dans ce cas, les expériences analysées jusqu’à présent indiquent que l’impact peut être extrêmement important puisque le revenu des populations rurales pauvres est essentiellement un revenu d’autosuffisance et que le revenu monétaire de base peut être très faible. Il en résulte que dans certains cas, même une activité touristique très partielle de 2 à 3 jours par mois peut permettre de doubler le revenu monétaire des populations locales ce qui constitue un impact très important pour la lutte contra la pauvreté.

  • L’accessibilité aux infrastructures de base : les projets touristiques peuvent permettre à l’ensemble de la population des sites et à la population avoisinante, lorsqu’elle se trouve à proximité des voies routières de bénéficier de l’accès aux infrastructures notamment à l’électricité et à l’eau potable. Par conséquent, la mesure de l’impact sur la réduction de la pauvreté à partir du développement touristique coin cernera notamment les nombres de personnes pouvant bénéficier de ces facilités et en disposant réellement.

  • La diminution de l’an alphabétisation : la lutte contre l'an alphabétisation constitue un des enjeux majeurs de la réduction de la pauvreté. Dans ce but, l’impact des projets touristiques peut être largement évalué à partir de leur contribution directe ou indirecte à la diminution de l’an alphabétisation des adultes et à la scolarisation des enfants.

1.5. L’évaluation des conditions de commercialisation et de rentabilité prévisionnelle

14Il s’agit de réaliser une évaluation préliminaire des marchés et des clients cibles afin de s’assurer de la viabilité économique et touristique des projets de développement touristique destinés à lutter en priorité contre la pauvreté. Pour cela, il est essentiel de pouvoir définir les conditions de commercialisation et de rentabilité prévisionnelle afin que l’activité touristique puisse être pérennisée. Cinq types principaux de clientèles touristiques peuvent être répertoriés pour la plupart des projets touristiques situés dans les zones rurales ou isolées :

  • Touristes nationaux : la proximité des zones urbaines peut être considérée comme un atout pour la fréquentation touristique de nationaux. En effet, ces sites peuvent répondre au besoin de lieux d’excursions touristique avec la recherche de lieux de détentes et de loisirs pour les fins de semaines ou pour des courts séjours.

  • Touristes résidents expatriés : les sites touristiques à aménager en milieu rural peuvent être également des lieux privilégier pour un tourisme de proximité qui permet aux résidents expatriés de se rendre facilement dans un environnement naturel nouveau à proximité de leur lieu de travail et de résidence principale.

  • Touristes visitant des parents et amis : les lieux d’excursions et de courts séjours pour les touristes qui se rendent pour un motif personnel de visite à des parents ou amis sont aussi un élément important à prendre en considération.

  • Touristes d’affaires qui peuvent de rendre pour des durées même d’une demi-journée et pour des week-ends afin de réaliser une visite dans un environnent naturel complètement différent de leurs lieux de séjour urbain.

  • Touristes internationaux : il s'agit de la clientèle touristique à terme la plus importante. Cette fréquentation peut provenir notamment de la clientèle des produits d’écotourisme ainsi que du tourisme responsable. Cependant, pour assurer la pérennité des réalisations de projets touristiques axés sur la lutte contre la pauvreté, il est très important de pouvoir atteindre une clientèle plus large notamment grâce à l’appui des réseaux de distribution des tours opérateurs, mais aussi et peut être surtout par une diffusion commerciale grâce aux nouveaux supports technologiques, par Internet et le web.

1.6. La mise à niveau en matière de qualifications et de formation professionnelle

15La réduction de la pauvreté suppose que les projets de développement touristiques puissent comprendre des programmes de mise à niveau des qualifications et des formations professionnelles et techniques au profit des populations locales. Ces programmes peuvent porter principalement sur les actions de sensibilisation, d’information et de formation au bénéfice des plus pauvres afin de leur permettre d’accroître leurs capacités pour initier la mise en place du projet de développement touristique. Dans ce but, les besoins en formation identifiés concernent :

  • Les actions de sensibilisation : ces actions sont d’une portée fondamentale. En effet, les communautés les plus pauvres, souvent en milieu rural, n’ont pas conscience des possibilités que peut apporter le tourisme pour leur permettre de disposer de revenus supplémentaires de façon durable. Pour cela, il est important que ces actions de sensibilisations s’adressent à l’ensemble de populations et non aux seuls futurs employés du secteur touristique. De plus, il est également essentiel que les actions de sensibilisations s’inspirent des techniques de formation coûts/avantages pour montrer l’importance de l’implication des populations locales dans les programmes de développement touristique en leur permettant de prendre conscience de l’ensemble des avantages qu’elles peuvent retirer de cette nouvelle forme de développement qui s’ajoute aux activités traditionnelles insuffisamment lucratives.

  • Les actions d’informations : ces actions doivent notamment permettre d’informer les populations locales sur ce que sont « les touristes » à la fois d’origine nationale et d’origine internationale. Il convient, en particulier, d’informer sur les pratiques et les habitudes de touristes notamment du point de vue alimentaire et du point de vue de leurs motivations dans le cadre de leur déplacement. Cette information peut comprendre également la présentation des moyens de préserver la quiétude et la sécurité des visiteurs.

  • Les actions de formations : ces actions sont les plus importantes pour assurer la mise à niveau des prestations touristiques qui seront proposées aux visiteurs extérieurs. Il s’agit notamment de formations en hôtellerie et réceptives, en cuisine, maintenance des équipements, informatique et accueil, qui pourront être dispensées d’un point de vue plus ou moins élaboré en fonction des projets touristiques à mettre en œuvre.

2. Les mécanismes visant à maximiser les avantages pour les plus pauvres : la contribution de l’OMT

16Le rapport de l’OMT Tourism and Poverty Allevation Recommendations for Action publié en mars 2004 récence sept moyens susceptibles de faire bénéficier les plus pauvres du développement touristique. Ces différents moyens peuvent être utilisés soit séparément soit simultanément selon les projets touristiques considérés.

17L’exposé de ces sept points est décrit dans le rapport de l’OMT. Il convient, par conséquent de se reporter pour l’analyse de ces différents moyens de lutte contre la pauvreté par le tourisme de se reporter au rapport de l’OMT. Cependant, il est possible, à partir de l’expérience de la première mission du programme ST-EP réalisée au Cameroun d’apporter les compléments suivants :

2.1. L’emploi des plus pauvres dans les entreprises touristiques

18Il s’agit des mesures destinées à favoriser l’emploi des plus pauvres dans les entreprises touristiques. L’emploi des plus pauvres se heurte, en général, à deux types de difficultés : d’une part l’insuffisance de l’éducation et de la formation et d’autre part l’isolement géographique des populations les plus pauvres, notamment en milieu rural.

19Dans ces conditions, favoriser l’emploi des plus pauvres nécessite de déterminer les moyens de mettre en œuvre un « rattrapage » en matière d’éducation et de formation par exemple en ayant recours au bénévolat (point 6 des mesures proposées) et en créant un des supports pédagogiques adaptés et de favoriser la mise en place de projets de développement touristique dans les zones rurales même si elles sont isolées. Ceci suppose que les investissements réalisés soient intégrés dans des programmes globaux de communications et de promotion touristique.

2.2. La fourniture de produits et de services par les plus pauvres aux entreprises du secteur touristique

20Le but est de maximiser les impacts économiques des dépenses touristiques qui bénéficient aux économies locales spécialement en faveur des plus pauvres. Cette action est particulièrement importante pour pouvoir lutter contre la pauvreté par le tourisme. Cependant, il convient de constater qu’il s’agit d’une des plus difficiles à mettre en œuvre sur le terrain. En effet, il existe souvent une contradiction entre les besoins en fournitures notamment de produit alimentaire des entreprises touristiques d’hôtellerie et de restauration et les possibilités de satisfaire correctement ces besoins par les producteurs locaux, et en particulier par les petites unités de production. Le fonctionnement d’un hôtel ou d’un restaurant nécessite que les fournitures soient livrées en respectant notamment trois directives : 1/ la régularité, qui suppose qu’à date fixe soient livrés les produits demandés tout au long de l’année ; 2/ les volumes, qui supposent que soit respectée la quantité de produits livrés pour chacune des livraisons prévues ; 3/ la qualité, qui suppose que des critères d’homogénéité et de standardisation soient respectés pour chaque livraison.

21Il convient par conséquent de rechercher les moyens pour permettre aux productions locales, notamment lorsqu’elles émanent des populations les plus pauvres de pouvoir respecter ces conditions afin de renforcer leur participation au développement touristique en fournissant en produits et en services les entreprises touristiques.

2.3. La vente directe de produits et de services par les plus pauvres aux touristes

22Ce type d’action en faveur de la lutte contre la pauvreté est actuellement parmi les plus utilisés. Il consiste à utiliser les potentialités du secteur informel en multipliant les possibilités d’activités et de services destinés aux touristes. Parmi ces activités deux d’entre elles sont présentes dans la plupart des destinations, il s’agit de la vente d’une part de produits d’artisanat et d’autre part de services de guide lors des visites sur les sites touristiques.

23Force est de constater cependant que ce type d’activités bien que provenant souvent de l’économie informelle ne bénéficie pas toujours aux plus pauvres, mais souvent d’abord à des intermédiaires. Il conviendrait, dans ces conditions, d’amorcer une réflexion sur les moyens pratiques pour s’assurer que les revenus des ventes réalisées directement auprès des touristes puissent bénéficier le plus possible aux populations les plus pauvres. Ceci suppose en particulier la mise en place de programmes d’information, de sensibilisation et de formation pour qu’à la fois les touristes et les populations d’accueil soient mis directement en contact pour permettre un plus grand bénéfice des ventes de produits et de services réalisés directement auprès des touristes.

2.4. La création et la gestion d’entreprises touristiques par les plus pauvres

24Cette mesure est d’un intérêt capital puisqu’elle doit permettre d’apporter des solutions durables aux problèmes de la pauvreté. Or, contrairement à une opinion souvent septique face à la mise en pratique de cette mesure, de nombreux exemples permettent de montrer que la création et la gestion d’entreprises touristiques par les plus pauvres sont une possibilité réaliste. Cependant, il ne peut s’agir dans un premier stade d’entreprises traditionnelles, mais plutôt de micro-entreprises, quelques fois informelles ou ayant une activité seulement saisonnière.

25Le point fondamental réside dans le fait que ces micro-entreprises doivent permettre de développer la responsabilité et les savoir-faire de micro-entrepreneurs souvent individuels ou comprenant seulement deux ou trois associés. En effet, ces activités individuelles dans le secteur touristique peuvent se développer sans avoir recours au financement d’investissements d’infrastructures et donc sont accessibles aux populations les plus pauvres. Tel est le cas avec l’exemple les emplacements sur les plages du sud de Kribi au Cameroun qui sont gérés individuellement par les jeunes des populations villageoises pour l’accueil des touristes de plages rendant la journée.

26Ainsi, un des moyens à privilégier pour permettre de développer la création et la gestion d’entreprises touristiques par les plus pauvres réside dans l’identification des domaines concrets dans lesquels des micro-entreprises touristiques peuvent s’implanter.

2.5. Une fiscalité touristique bénéficiant aux plus pauvres

27L’utilisation de la fiscalité pour permettre de faire bénéficier les populations les plus pauvres du développement touristique est une possibilité extrêmement importante puisqu’elle peut permettre d’orienter la redistribution des revenus provenant du tourisme au niveau national. Il convient toutefois de vérifier que ce type de mesure est comptable avec les règlements budgétaires des pays concernés. En effet, dans de nombreux pays existe le principe de non-affectation préalable des ressources budgétaires afin de garantir la liberté d’action des gouvernements.

28Il convient également de s’interroger sur la recherche de l’efficacité maximale des mesures fiscales. Dans ce cas, il est souvent préférable de mettre en place des mesures d’indication fiscale plutôt que des mesures portant sur une augmentation de la pression fiscale dans le but d’assurer une plus forte redistribution. C’est la raison pour laquelle, les systèmes de détaxes fiscales au profit des entreprises qui participent aux programmes de lutte contre la pauvreté ou qui ont des actions directement sur la réduction de la pauvreté pourraient être étudiés et analysés afin de déterminer leur pertinence et leur efficacité. Dans ce cas, la politique fiscale de lutte contre la pauvreté n’est pas seulement une politique de redistribution vers les plus pauvres, mais aussi une politique d’incitation à développer un mode de gestion des entreprises touristiques en faveur de la réduction de la pauvreté.

2.6. Des actions de bénévolat des firmes touristiques et des touristes

29Le volontariat et le bénévolat constituent des moyens privilégiés de lutte contre la pauvreté par le tourisme. Ce type d’actions peut revêtir trois formes principales avec :

30Les entreprises qui engagent des actions d’aides aux populations les plus pauvres sous forme de programmes sociaux et éducatifs qu’elles financent directement dans les pays où elles exercent des activités touristiques internationales.

31Les ONG qui développent des programmes d’aides et de coopération technique liés directement ou indirectement au tourisme tel que les actions en faveur du tourisme durable, de la formation et l’intégration des exclus dans l’activité touristique, soit directement, soit indirectement.

32Les touristes individuels qui peuvent être amenés à visiter des régions touristiques en sachant qu’une part importante de leur dépense sera consacrée aux financements de programmes de lutte contre la pauvreté. Ce type de tourisme constitue dans le cadre du tourisme responsable ce que l’on peut appeler un « tourisme militant ». Ce type de tourisme peut également inclure une participation directe des touristes aux actions de lutte contre la pauvreté en consacrant une partie de leur temps de vacances à travailler bénévolement dans des programmes d’aide technique, de sensibilisation ou de formation.

33Ainsi, ce type d’action constitue une voie très importante à condition toutefois qu’elle ne se limite pas à des apports financiers, mais qu’elle soit basée sur un véritable échange de savoir-faire au service de la réduction de la pauvreté.

2.7. Des investissements dans les infrastructures de base bénéficiant à la fois aux plus pauvres et au développement touristique

34Cette dernière mesure est largement développée dans les exemples qui ont été analysés sur les programmes actuels ou en projet de lutte contre la pauvreté grâce au développement touristique. Il est clair que les mises en œuvre des projets touristiques nécessitent des investissements en termes d’infrastructures qui doivent être également à la disposition des populations locales ce qui permet réduire la pauvreté.

35Cependant, il convient également de remarquer que les investissements en moyen de communication, en réseau électrique, en systèmes d’eau potable sont extrêmement onéreux. Ce type d’investissement ne peut pas être réalisé dans tous les sites où des projets de développement touristique ayant pour but de lutter contre la pauvreté sont identifiés, faute de ressources financières suffisantes. Dans ces conditions, le problème n’est pas seulement d’établir un classement des projets afin d’établir des priorités.

36Il s’agit aussi d’initier une réflexion plus large pour définir des moyens de mettre en place des projets touristiques basés seulement sur les ressources locales et sur les conditions de vie locales. Sans cela, les programmes de lutte contre la pauvreté par le tourisme risquent de devoir se limiter à la création « d’îlots » de projets pilotes de développement touristique alors que le problème global de la pauvreté notamment dans les régions rurales demeurera pratiquement au même niveau. Ce qui signifie que le tourisme se limitera essentiellement à une espérance plutôt qu’à une réalité significative de réduction de la pauvreté.

37Le développement durable du tourisme et la réduction de la pauvreté peuvent porter grâce à l’action de l’OMT et à la mise en place du programme ST-EP dans une phase concrète de mise en place de projets et de cas d’espèce dans un grand nombre de pays. Cette mise en œuvre pratique constitue une étape essentielle qui nécessite le concours de l’ensemble des opérateurs touristiques et l’appui des gouvernements, tel que le montre l’organisation de plusieurs séminaires internationaux notamment en Afrique à Cotonou (2005) et à Phnom Penh (2009) qui doivent permettre de servir de références internationales aux nombreux exemples de réalisation et de projets présentés par les pays en développement pour lesquels la réduction de la pauvreté par le tourisme est prioritaire.

Conclusion

38La réduction de la pauvreté par le tourisme constitue un des enjeux majeurs des pour le développement du tourisme dans les pays les moins avancés, mais également pour de nombreux pays intermédiaires émergents. L’analyse méthodologique permet de montrer que l’un des points essentiels est de pouvoir maintenir une équivalence entre les moyens à mobiliser et les objectifs à atteindre. En effet, vouloir utiliser des moyens humains, techniques et financiers importants pour réaliser une action de développement touristique qui ne concernera qu’un nombre très limité de bénéficiaires ne peut constituer une réponse satisfaisante vis-à-vis des défis que constitue la pauvreté dans le monde.

39Dans ces conditions, les actions conduites par Acting for Life ont privilégié en priorité les bonnes pratiques qui peuvent être facilement dupliquées ainsi que les aspects méthodologiques qui ne peuvent être oubliés. C’est ainsi qu’en combinant les multiples actions de terrain réalisées au niveau local et la diffusion des bonnes pratiques et des méthodologies, des progrès sensibles pourront être réalisés en matière de contribution du tourisme à une véritable réduction de la pauvreté

Haut de page

Bibliographie

Acting for Life Pôle Ted et F. Vellas (2009). Grille de lecture à partir des indicateurs du tourisme durable, Paris, Le Bourget.

Commission des Nations Unies pour l’Asie et le Pacifique (2003). Poverty alleviation through sustainable tourism development, Bangkok.

Commission des Nations Unies pour l’Asie et le Pacifique (2001). Promotion of investment in tourism infrastructure, Bangkok.

Commission des Nations Unies pour le Commerce et le Développement (2001). Tourism in the least developped countries, Genève.

Commission des Nations Unies pour le Commerce et le Développement (2008). The least developped countries, report 2008, Genève.

OMT (2009). Baromètre du tourisme mondial, Madrid.

OMT (20003). Développement durable de l’écotourisme : Recueil des bonnes pratiques, Madrid.

OMT (2006). La réduction de la pauvreté par le tourisme, Recueil de bonnes pratiques, Madrid.

OMT (2004). Le tourisme et la réduction de la pauvreté, Recommandations pour l’action, Madrid.

PNUE (2003). Tour Operator Initiative, Paris.

Support Fundation (2003). The Support Fundation and Handicraft, Bangkok.

UNESCO (2004). The effects of tourism on culture and the environnement,Tourism and heritage site management in the world heritage town of Luang Prabang, Laos, Bangkok.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Vellas, « Méthodologie de lutte contre la pauvreté par le développement touristique », Études caribéennes [En ligne], 24-25 | Avril-Août 2013, mis en ligne le 15 août 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6514 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6514

Haut de page

Auteur

François Vellas

Université de Toulouse 1 Capitole ; fvellas@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org