Navigation – Plan du site
Tourisme et lutte contre la pauvreté : approche théorique et études de cas

Tourisme et lutte contre la pauvreté : les premiers enseignements de l’expérience de l’île de la Dominique (Petites Antilles)

Tourism and Fighting Poverty: the First Lessons from the Experience of Dominica’s Island (Lesser Antilles)
Christelle Murat

Résumés

L’île caribéenne de la Dominique est une destination touristique émergente. Ce petit Etat, indépendant depuis 1978, situé entre les territoires français de la Guadeloupe et de la Martinique, entend développer un positionnement touristique original pour percer sur un marché régional prospère mais extrêmement concurrentiel.
Le pays, relativement isolé, compte parmi les plus pauvres de la région et n’a pas suscité l’intérêt des investisseurs internationaux et sa charge de population est restée relativement stable depuis son indépendance (de l’ordre de 80 000 habitants en 2005 pour une superficie de 750 km²) en raison d’une émigration constante. C’est dans ce contexte que l’Etat dominiquais a construit sa stratégie touristique qui se fonde sur la mise en valeur de la singularité de ses ressources naturelles et humaines dans le cadre d’une planification territoriale qui vise à lutter contre la pauvreté.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Dominique
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La question de la réduction de la pauvreté par le tourisme est au centre des débats et des recherches depuis une décennie (OMT, 2004 ; DFID, 1999). Nombreux sont les programmes et projets mis en place dans le but d’apporter aux populations les plus démunies des revenus complémentaires permettant d’améliorer leur quotidien. L’initiative ST-EP (abréviation de Sustainable TourismEliminating Poverty) lancée par l’Organisation Mondiale du Tourisme suite au Sommet de Johannesburg en 2002 montre bien la place de cette thématique dans les préoccupations actuelles. De par son caractère multidimensionnel (Fusco, 2007), le concept de pauvreté ne concerne pas uniquement un manque de moyens financiers mais également un déficit en matière d’accès à l’éducation, aux infrastructures et aux ressources. C’est dans ce cadre que s’inscrit le tourisme dit pro-pauvre (pro-poor tourism). Ce dernier n’est ni un produit ni une niche, mais une approche de management et de développement touristique qui entend générer des bénéfices nets pour les populations pauvres (Goodwin et al., 2004).

2Le tourisme doit créer des emplois et des revenus supplémentaires au profit des populations d’accueil, permettre l’accès aux infrastructures mises en place pour les activités touristiques (réseaux routiers, sanitaires, électriques et hydriques, etc.) et il doit aussi favoriser la consultation et l’implication de ces populations trop souvent marginalisées dans les processus de développement des territoires (OMT, 2002).

3C’est dans ce contexte général qu’il convient d’introduire la problématique de la lutte contre la pauvreté à la Dominique. Cette île des Petites Antilles, indépendante depuis 1978, compte parmi les pays les plus pauvres de la région. Longtemps ignoré du tourisme international, elle s’ouvre progressivement sur le marché en développant un positionnement original axé sur la valorisation de ses ressources naturelles. L’objectif de la présente étude est de présenter les premières expériences engagées à la Dominique en matière de lutte contre la pauvreté. L’exemple dominiquais, original, offre un cadre de réflexion intéressant pour expérimenter des modèles susceptibles de contribuer à la réduction de la pauvreté.

Figure 1. Organisation du territoire dominiquais

Figure 1. Organisation du territoire dominiquais

Source : C. Murat

1. La pauvreté en Dominique : éléments d’analyse

4La Dominique est une île de 750 km² dominée par d’imposants reliefs couverts de formations végétales. Ces reliefs accidentés, dont les sommets avoisinent mille mètres, ont limité le développement des activités anthropiques et contraint les populations à s’installer sur les marges littorales, délaissant ainsi l’intérieur des terres.

5Confronté à une situation de crise économique, ce jeune Etat doit organiser son développement en se détachant du système des plantations (Britton, 1987).

1.1. Une économie affaiblie par la « guerre de la banane ».

6L’économie dominiquaise est largement basée sur l’agriculture et notamment la traditionnelle culture de la banane. Ce secteur, qui représente 18% du PIB et emploie 40% de la population active (CIA, 2009), a connu un fort déclin ces dernières années en raison de la perte des accords préférentiels avec l’Union Européenne – qui concerne également tous les autres territoires des Petites Antilles – dénoncés par les Etats-Unis et les principaux pays producteurs d’Amérique Latine auprès de l’Organisation Mondiale du Commerce (Payne, 2006). Ceux-ci permettaient d’acheminer la quasi-totalité de la production bananière de l’île sur les marchés de l’Union Européenne et plus spécifiquement celui du Royaume-Uni. La fin de ces accords privilégiés a entraîné la chute des prix et par conséquent l’effondrement de la production nationale de la banane qui est passée de 70 000 tonnes dans les années 1980 à 10 000 tonnes en 2006 (cf. figure 2).

7Ce secteur se caractérise aussi par sa vulnérabilité aux risques naturels. En effet, les cyclones et tempêtes tropicales des années 1990 ont durement affecté les récoltes (Payne, 2006). Plus récemment, en 2007, le cyclone Dean a provoqué de lourds dégâts, endommageant près de 99% des plantations de bananes (Service d’information des Nations Unies, 2007).

Figure 2. Production de bananes à la Dominique, à Sainte-Lucie et à Saint-Vincent entre 1990 et 2007 (en milliers de tonnes).

Figure 2. Production de bananes à la Dominique, à Sainte-Lucie et à Saint-Vincent entre 1990 et 2007 (en milliers de tonnes).

Source : NERA (2003) ; Agritrade (2009)

8Cette détérioration brutale du secteur agricole a des effets directs et très lourds sur le plan de l’emploi. La réduction du nombre de planteurs de bananes est drastique : leur nombre est passé de 5 800 en 1993 à 1 300 en 2001 (NERA, 2003). A cela s’ajoute des effets indirects compte tenu du fait que les quatre cinquièmes des planteurs emploient des saisonniers, environ une fois par semaine ou toutes les deux semaines (Dehoorne et Murat, 2010).

9Face à cette situation de crise, le gouvernement dominiquais a fait le choix d’une diversification des secteurs de production en développant une stratégie d’économie de niches, modestes, singulières, parfois complémentaires. Sur le plan des productions agricoles, l’accent a été mis sur la diversification des cultures, à coté des traditionnelles noix de coco, citrons et pamplemousses, l’Etat encourage les cultures d’avocats, de cacao ou de café en privilégiant la qualité, entre agriculture biologique et commerce éthique.

10La planification touristique de la Dominique et notamment celle relevant du champ de l’écotourisme s’inscrit dans cet environnement agricole et rural. Et, soulignons qu’au-delà des stratégies de développement et des politiques d’aménagement des régions rurales – qui concernent au premier chef notre étude – le gouvernement dominiquais mise également sur la structuration d’une petite industrie de transformation des productions locales et, comme nombre d’Etats caribéens, il entend également faciliter l’essor des services off-shore. A ce jour, l’île recense deux banques, trois sociétés de jeux en ligne, et approximativement 12 000 (UE, 2007).

1.2. L’importance de la pauvreté dans les campagnes dominiquaises

11Au sein de cette étude nous aborderons les concepts de pauvreté et d’indigence, respectivement entendus comme : un manque de ressources financières et d’accès à des biens et services permettant de subvenir aux divers besoins secondaires et un état dans lequel les populations manquent des biens et services de base nécessaire à leur survie.

  • 1 Le rapport publié par la Caribbean Development Bank vise à identifier l’étendue, les caractéristiqu (...)

12Le document référence en matière d’évaluation de la pauvreté pour le territoire est le Country Poverty Assessment1 rédigé en 2003. Ce rapport établit des lignes de pauvreté et d’indigence en tenant compte du contexte socio-économique local. Les estimations reposent sur la définition du coût d’un panier alimentaire quotidien nécessaire à un adulte afin d’atteindre 2 400 calories par jour, en tenant compte des préférences alimentaires locales, et de la nécessité d’avoir une alimentation équilibrée. Appliqué à la Dominique, ce panier a été évalué à 2 000 dollars caribéens (571 euros) par an et tout individu dépensant une somme inférieure sera considéré comme indigent. Le taux de pauvreté est lui calculé à partir du coût du même panier alimentaire auquel s’ajoutent des dépenses non alimentaires estimées à 1 400 dollars caribéens (400 euros). Sur cette base on estime que 15% la population dominiquaise vit sous le seuil d’indigence et 24% sous le seuil de pauvreté. La part de population vivant dans des conditions plus ou moins précaires est donc de 39%, ce qui représente 29% des foyers dominiquais.

13Les conséquences sociales et économiques du déclin de l’agriculture et de la perte de vitesse de son marché d’exportation privilégié ont aggravé la situation de la pauvreté dans l’île, touchant plus particulièrement les zones rurales intérieures où vivent les trois quarts des foyers pauvres. Le chômage – estimé à 40% ­– et le sous-emploi ne touchent pas uniquement les producteurs de bananes, mais concernent également les personnes mobilisées pour les tâches régulières et/ou occasionnelles. Ce sont majoritairement de jeunes travailleurs âgés de 15 à 34 ans (cf. figure 3).

Figure 3. Taux de chômage par tranche d’âge à la Dominique

Figure 3. Taux de chômage par tranche d’âge à la Dominique

Source : Country Poverty Assessment (2003)

14Les foyers ruraux ont tendance à compter plus de membres que ceux des villes (cf. figure 4), notamment en raison de leur composition multigénérationnel. Un quart des foyers pauvres sont multigénérationnel contre 13% des foyers se situant au-dessus de la ligne de pauvreté ; cette donnée explique les fortes pressions qui pèsent sur l’actif ayant une activité rémunérée dont dépendent tous les membres du foyer.

Figure 4. Nombre d’habitants par foyer

Figure 4. Nombre d’habitants par foyer

Source : Country Poverty Assessment (2003)

15Concernant l’équipement des foyers dominiquais, à l’échelle nationale, il est considéré que 37% des Dominiquais habitent des constructions en bois, que 12% n’ont pas d’électricité et 9% pas eau courante. Les statistiques concernant les foyers pauvres sont presque deux fois plus élevées que la moyenne nationale : pour 60% des pauvres, le bois est le principal matériau de construction de leur maison, 23% sont dépourvus d’électricité et 16% d’eau courante.

Figure 5. Caractéristiques des habitations dominiquaises

Figure 5. Caractéristiques des habitations dominiquaises

Source : Country Poverty Assessment (2003)

16Pour faire face à cette situation, les populations dominiquaises ont développé de petites productions agricoles destinées à l’autoconsommation et qui permettent de subvenir aux besoins élémentaires du foyer. Le fort esprit communautaire encourage l’entraide et la prise d’initiatives communes destinées à améliorer les conditions de la communauté (reconstruction de routes, entretien de sentiers, etc.). Enfin, il ne faut pas négliger l’aide financière envoyée par les ressortissants dominiquais installés à l’étranger : elle soutiendrait 38% des foyers pauvres. Débrouillardise et l’accumulation des petits boulots et d’activités diverses restent la règle pour subvenir aux besoins de la famille.

2. Le tourisme comme outil de réduction de la pauvreté

17Les premières ambitions touristiques envisagées au lendemain de l’indépendance ont été rapidement abandonnées : les dispositions naturelles de l’île ne correspondant pas au classique triptyque soleil-mer-plage qui ont fait le succès des destinations caribéennes, il était difficile de mobiliser des investissements et de définir un positionnement original de la destination.

18La valorisation des ressources touristiques s’inscrit dans le cadre d’une réflexion sur le développement économique de l’île ; il s’agit de concevoir des modalités de développement susceptibles soutenir l’essor du pays et particulièrement de soutenir les communautés des régions montagneuses qui vivent dans les conditions les plus précaires. Tourisme, développement et lutte contre la pauvreté sont systématiquement associés dans la réflexion dominiquaise.

2.1. Le choix du tourisme du tourisme comme moteur du développement

19Ce n’est qu’au début des années 1990 que les autorités de l’île commencent à entrevoir des perspectives crédibles dans le secteur du tourisme en s’inscrivant dans le prolongement du modèle costaricien. Sous le prisme de l’écotourisme, une nouvelle lecture des ressources se dessine. L’attrait de l’île s’étend de l’ambiance tropicale aux paysages intérieurs, de l’exotisme des plantations aux imposants reliefs volcaniques qui consacrent l’imaginaire de l’île : « la Dominique ne sera jamais « l’île aux 365 plages » (comme l’annonce l’île d’Antigua), mais elle doit devenir « l’île nature », « l’île aux 365 rivières» (Dehoorne et al., 2009).

  • 2 Les aires protégées – dont trois parcs nationaux, deux réserves forestières et deux réserves marine (...)

20La communication touristique insiste sur la « virginité » de la nature avec ses paysages de forêts luxuriantes, les volcans avec leurs fumerolles et leurs sources d'eau chaude, de nombreuses rivières et des cascades. La promotion de l’île se concentre sur quelques sites majeurs tels que le Boiling Lake, l’Emerald Pool, les Trafalgar Falls, les Soufrière Sulfur Springs et le Morne Trois Pitons National Park tandis qu’un aménagement graduel du territoire est entrepris à partir d’un réseau de parcs naturels2 et des micro-entreprises locales, des modestes unités d’hébergement (du type écolodge) destinées à une clientèle limitée.

21Le niveau de fréquentation touristique de la Dominique reste modeste mais les flux progressent régulièrement ; leur croissance fut de plus de 80% cours des quinze dernières années, passant de 46 300 visiteurs en 1991 à 83 900 en 2006 (CTO, 2007). Bien que la part des touristes en provenance des Etats-Unis ait augmenté (28% en 2007), le marché reste dominé par les clientèles caribéennes (42%), et plus particulièrement des Antilles françaises (23%). Toutefois la croissance de ces dernières années est soutenue par des visiteurs originaires d’horizons géographiques plus variés, notamment européens (14%), attirés par la singularité de l’île et la notoriété de quelques sites majeurs malgré la complexité des cheminements aériens pour atteindre la destination (l’île n’a pas encore d’aéroport international susceptible d’accueillir des gros porteurs). Les liaisons avec les principaux pays émetteurs se font donc principalement à partir de relais régionaux comme les aéroports de Sainte-Lucie ou d’Antigua.

Figure 6. Arrivées de touristes internationaux et croisiéristes de 1999 à 2009 à la Dominique

Figure 6. Arrivées de touristes internationaux et croisiéristes de 1999 à 2009 à la Dominique

Source : Ministère du tourisme dominiquais (2006) ; Caribbean Tourism Organization (2010)

22L’industrie touristique a généré près de 37 millions d’euros en 2004 en terme de dépenses touristiques uniquement, soit 7,5 millions de plus qu’en 1997. Le Ministère du tourisme de la Dominique (2006) estime qu’en moyenne un touriste de séjour dépense environs 60 euros par jour sur une durée de sept jours (soit 420 euros) tandis que les croisiéristes ne dépensent qu’environs 20 euros. En conséquence, bien que l’île reçoive quatre fois plus de croisiéristes en 2004, ces derniers n’ont contribué qu’à 20 pour cent de l’ensemble des dépenses touristiques.

23Le territoire dominiquais est quadrillé d’aires protégées – qui couvrent pratiquement un cinquième de sa surface totale – dont les objectifs sont de protéger les ressources naturelles et écologiques des zones, de fournir à la population locale un cadre naturel à des fins de loisir, de servir de laboratoire naturel pour l’éducation et la recherche, et de stimuler les industries capables de « booster » l’économie de l’île, et plus particulièrement le tourisme.

24Les tarifs d’accès et autres écotaxes restent peu élevés. L’accès à certains sites, officiellement désignés « écotouristiques », est réglementé par une taxe, établie par l’Eco Tourist Site User Fee Program, de l’ordre de cinq dollars américains (un peu plus de 3 euros) par site ou dans le cadre d’un forfait de l’ordre de douze dollars américains (9 euros) donnant accès à l’ensemble des douze sites taxés sur une période d’une semaine. Le coût n’est donc pas utilisé à des fins dissuasives, ce que confirment les statistiques de fréquentation de sites tels que les Trafalgar Falls et l’Emerald pool qui peuvent recevoir respectivement 1 700 et 1 500 visiteurs par jour lors de grandes affluences (Forestry Division, 2006).

25Au regard de ces différents chiffres de fréquentation entraînant donc des retombées financières, se pose alors la question de l’implication des populations locales dans ces processus de développement et de la part des retombées qui leur est attribuée.

Figure 7. Parcs et réserves naturelles à la Dominique

Figure 7. Parcs et réserves naturelles à la Dominique

Source : C. Murat, 2010

2.2. Les communautés au cœur du projet

26Organisé à partir de flux de visiteurs diffus et modestes, l’écotourisme ne génère que des volumes financiers limités. Ne pouvant soutenir à lui seul l’établissement de lignes aériennes internationales, il permet néanmoins à un niveau local d’apporter des ressources financières à des populations pauvres et souvent isolées. Ces revenus soutiennent des initiatives communautaires permettant d’améliorer le bien-être des populations en participant par exemple à des programmes environnementaux ou à l’encadrement médical et éducatif.

27L’écotourisme, qui s’inscrit dans le cadre d’un schéma national de développement, permet de redéployer les flux de visiteurs sur le territoire grâce à une diffusion spatiale des littoraux vers l’intérieur. Il ouvre des zones rurales, jusqu’à lors isolées et écartées des processus de développement, offrant aux communautés qui y résident l’opportunité de valoriser leurs patrimoines et savoir-faire, de créer des emplois et des activités complémentaires. Les ressources financières qu’il leur apporte ne sont possibles que dans le cadre d’une organisation préalable au sein des communautés.

3. Le tourisme communautaire au service des populations locales : de l’implication des communautés à la mise en place de stratégies à l’échelle du territoire

28Le Master Plan 2005-2015 de l’île affiche d’ores et déjà la volonté gouvernementale d’exploiter au maximum la branche touristique et de mobiliser la population à travers l’établissement de projets communautaires. En effet neuf d’entres eux s’inscrivent dans le programme de développement touristique national, touchant des niches telles que l’agrotourisme (Bellevue Chopin), les services et attractions à destination des croisiéristes (Indian River, Giraudel/Eggleston), ou des plaisanciers (Mero Beach Facility, Calibishie).

29L’expérience de la Portsmouth Indian River Guides Association.

30L’expérience de l’Indian River est construite autour du cours d’eau qui traverse une zone de mangrove dans le secteur de Prince Rupert Bay, à proximité de la ville de Portsmouth, au Nord-ouest de l’île (cf. figure 7). Les guides locaux proposent aux touristes des promenades à travers l’univers « amazonien » de la mangrove tout en les initiant à la faune et la flore environnante.

31L’activité autour de cette petite rivière – qui s’écoule sur près de deux kilomètres – a été initiée dans les années 1970, de manière informelle, à une époque où le tourisme de croisière ne concernait alors moins de 8 000 croisiéristes dans l’île. C’est en se greffant sur les flux plus en moins conséquents de croisiéristes  que cette initiative a gagné graduellement en importance. L’initiative s’est structurée peu à peu grâce à l’assistance du gouvernement désireux de développer des initiatives touristiques basées sur les communautés.

32 Aujourd’hui les guides, appelés « Boats-Boys », sont regroupés en association (Portsmouth Indian River Guides Association) composée d’une trentaine de membres. Ils bénéficient du soutien de divers organismes tels que la Forestry Division(construction d’un espace servant à la réception des clients et à la vente de souvenirs,  renforcement des connaissances sur l’environnement), la National Development Corporation(marketing du produit, formation et certification des guides), et l’EcoTourism Development Programme (construction d’un mur de soutènement et rénovation du quai afin de faciliter l’embarquement).

33L’activité est source d’emplois et de revenus non seulement pour les guides, mais également pour les chauffeurs de taxi et vendeurs de souvenirs profitant de la clientèle attirée par l’attraction. Le montant injecté dans l’économie locale en 2006 est estimé à 80 000 dollars caribéens (20 000 euros) (CTO, 2002). La clientèle se compose essentiellement de croisiéristes débarquant au terminal de croisière situé à Cabrits (cf. figure 7), de plaisanciers, de scolaires et de résidents. Compte tenu du caractère saisonnier et aléatoire de l’activité de croisière, et du fait que la majorité des bateaux accostent dans la capitale de Roseau, les plaisanciers – venus bénéficier des services mis en place pour les clientèles croisiéristes – représentent de ce fait un marché lucratif, mieux réparti dans le temps (CTO, 2002).

34La localisation de cette ressource singulière a joué un rôle déterminant dans la réussite de ce projet. En effet son emplacement proche du terminal de croisière de Cabrits a permis l’alimentation du flux de clientèle au fur et à mesure du développement de l’activité de croisière sur l’île, et donc de pérenniser les emplois créés.

35Le soutien extérieur à l’association a permis non seulement le renforcement des capacités et savoir-faire des membres, mais également le développement du produit de par sa promotion. Le gouvernement dominiquais a d’ailleurs inclus l’initiative dans la politique nationale du tourisme qui prévoit d’offrir de manière active des « opportunités aux communautés rurales ». Afin de protéger les ressources naturelles de la mangrove et l’activité qui s’est développée autour de celles-ci, le gouvernement a mis en place des mesures interdisant l’usage de bateaux à moteur sur le fleuve.

Figure 8. Prince Rupert Bay, Dominique

Figure 8. Prince Rupert Bay, Dominique

Le Waitukubuli National Trail, un itinéraire de grande randonnée pour découvrir l’intérieur de l’île.

36La seconde initiative concerne le projet phare de la stratégie touristique dominiquaise qui devrait à terme contribuer à ouvrir les territoires intérieurs de l’île aux flux touristiques. Le Waitukubuli National Trail est un sentier de randonnée pédestre qui relie d’anciens sentiers crées pour la plupart par les Indiens Caraïbes, permettant ainsi de traverser l’île du nord au sud en passant par des sites présentant un intérêt naturel, culturel ou historique tels que le Freshwater Lake et le Territoire Caraïbe. Il se divise en quatorze segments de longueur et de difficulté variables, qui une fois reliés totalisent près de 184 kilomètres de marches réalisable dans l’ensemble en quinze jours. Chaque segment passe ou s’arrête dans une communauté qui propose des formules d’hébergement chez l’habitant, de restauration, de vente de souvenirs et autres services.

  • 3 Une ONG locale.

37Conçu en 1993 par la Waitukubuli Ecological Foundation3, ce projet touristique diffère de celui de l’Indian River par le fait qu’il a d’abord été planifié pour ensuite être implémenté. Financé par l’Union Européenne et le Gouvernement dominiquais en partenariat avec le Conseil Régional de la Martinique, il entend se positionner en tant que produit majeur de l’offre touristique de l’île, permettant ainsi de renforcer son image, sa visibilité sur le marché et de valoriser ses ressources naturelles et culturelles. Avec 14 millions de dollars caribéens (2,4 millions d’euros) d’investissements et des coûts de maintenance estimés à 1,2 millions de dollars caribéen par an (soit 302 000 euros), le gouvernement projette que les revenus générés par le Sentier National sur les cinq premières années s’élèveront à 10 millions de dollars caribéen (2,5 millions d’euros), puis seront de 5 millions de dollars caribéens (1,3 millions d’euros) par an (CANARI, 2002).

38L’objectif est de soutenir l’économie rurale en permettant la création d’emplois et une répartition plus équitable des revenus pour les communautés locales tout en faisant la promotion de la conservation de l’environnement et de la valorisation culturelle et historique. Le projet doit ainsi permettre aux communautés qui vivent à proximité du tracé du sentier de profiter des opportunités du tourisme en développant des activités complémentaires de services pour les visiteurs traversant le pays. Il concerne aussi bien les acteurs gouvernementaux que les communautés rurales, les associations communautaires et les petits entrepreneurs. L’objectif est de stimuler la création d’initiatives touristiques par le biais d’établissement de structures d’hébergements (de type bed and breakfast), de restauration, et de services divers tels que le guidage ou la vente de produits locaux (notamment par les fermiers) et l’artisanat (Dehoorne et Murat, 2010).

39Afin de consolider le programme, le gouvernement a entrepris une campagne de sensibilisation et de formation à destination des acteurs et communautés locales visant à leur exposer les différentes possibilités de profiter su sentier national et de renforcer leur savoir-faire en matière de tourisme. Il organise donc régulièrement des workshops et réunion d’informations dans les villages concernés, délivre des formations (guidage, etc.) et diffuse un programme sur une radio locale.

Figure 9. Le sentier du Waitukubuli National Trail, colonne vertébrale de l’aménagement touristique dominiquais

Figure 9. Le sentier du Waitukubuli National Trail, colonne vertébrale de l’aménagement touristique dominiquais

Source : C. Murat

40A l’heure actuelle, les emplois générés par le sentier national de grande randonnée sont ceux qui consistent en l’aménagement des sentiers. Le projet, qui a pris du retard compte tenu de la crise actuelle, devrait être achevé d’ici la fin de l’année 2010.

Conclusion

41Evaluer le tourisme comme levier de la réduction de la pauvreté au niveau national reste une entreprise assez difficile, On s’intéresse à des actions ciblées, qui permettent de rendre réellement compte des apports du tourisme pour les populations.

42La Dominique est une destination touristique émergente qui entend se positionner sur le marché du tourisme de nature et de l’écotourisme. Dès l’ouverture du territoire au tourisme, la stratégie mise en place par le Gouvernement entend faire du tourisme une source d’emplois et de revenus qui profite à la communauté locale (Dehoorne et al, 2009). L’intérêt affiché pour l’écotourisme s’inscrit dans le cadre d’une stratégie de développement territorial global et de lutte contre la pauvreté. Ce dernier soutien la création de micro-entreprises locales, à base familiale ou communautaire, d’emplois spécifiques (guide, artisanat) au sein des communautés et à l’amélioration de l’habitat à travers des petites unités d’hébergement chez l’habitant. Ces activités introduisent des nouveaux revenus.

43Mais la Dominique ne limite pas ces actions au seul champ du tourisme, avec les expériences conduites en matière d’écotourisme, d’agrotourisme et de tourisme communautaire. Le pays développe une économie de niches, stimulant les interactions entre les différentes productions (dont l’objectif est d’équilibrer la balance des exportations. C’est la stratégie du « thinking small » qui privilégie une grande variété d’objectifs modestes permettant de réduire la vulnérabilité du pays face aux secousses économiques de la globalisation libérale.

Haut de page

Bibliographie

Agritrade (2009). Note de synthèse : Bananes, URL, <http://agritrade.cta.int/fr/Produit-de-base/Secteur-de-la-banane/Note-de-synthese>, consulté le 23 Juillet 2009.

Britton, S.G. (1987). « Tourism in Small Developing Countries: Development Issues and Research Needs », dans S. Britton and al (ed.) Ambiguous Alternative: Tourism in Small Developing Countries, Suva (Fidji), The University of the South Pacific, p. 167-192.

Caribbean Natural Resources Institute (2002). A study of the Feasibility of Creating the Waitukubuli National Trail, Roseau, Waitukubuli Ecological Foundation.

Caribbean Development Bank (2003). Dominica - Country Poverty Assessment Report, Volume I - Main Report.

Caribbean Tourism Organization (2010). Latest Statistics 2010, URL, <http://www.onecaribbean.org/content/files/2Sept6Lattab10.pdf>.

Caribbean Tourism Organization (2007). Dominica Tourism Statistics 2006, URL, <http://www.onecaribbean.org/content/files/Dominica2006.pdf>.

Caribbean Tourism Organization (2002). Competing with the Best: Good Practices in Community-Based Tourism in the Caribbean

CIA. (2009). The World Factbook, URL, <https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/do.html>, consulté le 14 Septembre 2009.

Dehoorne, O. et C. Murat (2010). « L’écotourisme au coeur du projet territorial de l’île de la Dominique (Petites Antilles) », dans C. Gagnon, L'écotourisme visité par les acteurs territoriaux. Entre conservation, participation et marché, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Dehoorne, O., P. Saffache et C. Murat (2009). « De la nature à la culture : le projet touristique de l’île de la Dominique », dans J-M. Breton, Patrimoine culturel et tourisme alternatif, Paris, Karthala.

Department for International Development (1999). Tourism and poverty elimination: Untapped potential. London: DFID.

Fusco, A. (2007). La pauvreté. Un concept multidimentionnel, Paris, L’Harmattan.

Forestry Division (2006). 2003 Annual Report, Roseau, Ministry of Agriculture and the Environment.

Goodwin, H., D. Roe et C. Ashley (2004). Defining Pro-poor Tourism (Pro-poor Tourism Info-Sheets n°1), URL, < http://www.propoortourism.org.uk/info_sheets/1%20info%20sheet.pdf>.

NERA (2003). Banana Exports From the Caribbean Since 1992, Preliminary Report, Londres, NERA

Organisation Mondiale du Tourisme (2004). Tourism and poverty alleviation recommendations for action. Madrid, UNWTO.

Organisation Mondiale du Tourisme (2002). Tourism and poverty alleviation. Madrid, WTO.

Payne, A. (2006). After Bananas : The IMF and the Politics of Stabilisation and Diversification in Dominica, Chicago, International Studies Association Convention.

Union Européenne(2007). Country Strategy Paper and National Indicative Programme for the Period 2001-2007.

Haut de page

Notes

1 Le rapport publié par la Caribbean Development Bank vise à identifier l’étendue, les caractéristiques et les causes de la pauvreté, et à examiner l’impact des politiques et programmes actuels sur les populations les plus vulnérables afin de faire des recommandations destinées à réduire la pauvreté.

2 Les aires protégées – dont trois parcs nationaux, deux réserves forestières et deux réserves marines – couvrent presque un cinquième de l’île.

3 Une ONG locale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Organisation du territoire dominiquais
Crédits Source : C. Murat
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6530/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 2. Production de bananes à la Dominique, à Sainte-Lucie et à Saint-Vincent entre 1990 et 2007 (en milliers de tonnes).
Crédits Source : NERA (2003) ; Agritrade (2009)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6530/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 3. Taux de chômage par tranche d’âge à la Dominique
Crédits Source : Country Poverty Assessment (2003)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6530/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 4. Nombre d’habitants par foyer
Crédits Source : Country Poverty Assessment (2003)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6530/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 5. Caractéristiques des habitations dominiquaises
Crédits Source : Country Poverty Assessment (2003)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6530/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 6. Arrivées de touristes internationaux et croisiéristes de 1999 à 2009 à la Dominique
Crédits Source : Ministère du tourisme dominiquais (2006) ; Caribbean Tourism Organization (2010)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6530/img-6.png
Fichier image/png, 24k
Titre Figure 7. Parcs et réserves naturelles à la Dominique
Crédits Source : C. Murat, 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6530/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 8. Prince Rupert Bay, Dominique
Légende Le Waitukubuli National Trail, un itinéraire de grande randonnée pour découvrir l’intérieur de l’île.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6530/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 9. Le sentier du Waitukubuli National Trail, colonne vertébrale de l’aménagement touristique dominiquais
Crédits Source : C. Murat
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6530/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christelle Murat, « Tourisme et lutte contre la pauvreté : les premiers enseignements de l’expérience de l’île de la Dominique (Petites Antilles) », Études caribéennes [En ligne], 24-25 | Avril-Août 2013, mis en ligne le 15 août 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6530 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6530

Haut de page

Auteur

Christelle Murat

CEREGMIA, Université des Antilles et de la Guyane, Doctorante, murat.christelle@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org