Navigation – Plan du site
Tourisme et lutte contre la pauvreté : approche théorique et études de cas

Tourisme pro-pauvre dans les Petites Antilles : éléments de réflexion à partir de l’exemple d’île de Trinidad

Pro-poor tourism in the Lesser Antilles: Reflection from the example of Trinidad’ Island
Dominique Augier

Résumés

La République de Trinidad-et-Tobago, située à l’extrême sud de l’arc des Petites Antilles fait figure d’exception dans la région Caraïbe. En effet, l’économie de l’île dépend presque exclusivement du secteur industriel et gazier, alors que le tourisme et l’agriculture participent peu au produit intérieur brut du pays, au contraire des autres îles caribéennes.
Profitant d’un contexte international favorable, Trinidad connaît depuis deux décennies une croissance économique continue qui lui permet d’afficher des indices sociaux élevés, mais son économie garde les caractéristiques d’un Petit État Insulaire en Développement et elle doit faire face à des problèmes persistants de chômage et de pauvreté. C’est dans ce contexte que le gouvernement a initié une politique de diversification économique identifiant plusieurs domaines d’intervention, dont le tourisme, susceptible de réduire la pauvreté. L’objectif de cette étude est d’analyser les impacts et les limites d’actions touristiques pro-pauvres dans un petit état insulaire au travers d’une expérience menée dans le village de Matura, au nord-est de Trinidad.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Trinité
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Considéré comme un pays à forte croissance économique, Trinidad-et-Tobago se caractérise pourtant, dans ses grands traits, par une économie de type Petits États Insulaires en Développement. Comme les autres îles de la Caraïbe, ce pays est très sensible aux catastrophes naturelles et aux crises extérieures, notamment en raison de grande dépendance vis-à-vis de son secteur industriel pétrolier et gazier (Commission européenne et GOTT, 2001 ; Lewis et Jordan, 2008 ; CIA, 2011 ; Cruse, 2011).

  • 1 Soit un seuil de pauvreté estimé à 103,94 dollars américains et une ligne d’indigence à 39,91 dolla (...)

2Malgré ses résultats économiques et des conditions de vie supérieures aux moyennes caribéennes, des problèmes subsistent toujours : des chiffres du chômage élevés, bien qu’officiellement en baisse (le taux de chômage est passé de 12 % en 2000 à 6% en 2006, soit un total de 39 010 chômeurs), ainsi que des poches de pauvreté et d’indigence dont les seuils sont estimés respectivement en 2005 à 665 et 255 dollars trinidadiens par mois1 (Kairi Consultant, 2007). La pauvreté dans l’île prend deux visages : l’une urbaine, concentrée dans des quartiers périphériques des centres-villes dédiés aux affaires, l’autre rurale, entre sous-emploi et isolement.

3Conscient des limites d’un développement trop dépendant du secteur de l’énergie et affichant son objectif de figurer parmi les pays développés d’ici 2020 (Commission européenne et GOTT, 2001, 2008 ; Lewis et al., 2008), le gouvernement de Trinidad-et-Tobago (GOTT), a mis en place une politique de diversification économique qui consacre le tourisme comme l’un des cinq secteurs pouvant contribuer à réduire la pauvreté. Bien que souvent considéré comme un véritable moteur de croissance économique, ce n’est qu'au cours de ces vingt dernières années que les instances internationales et nationales lui ont attribué ce rôle (WTO, 2002 ; Banque mondiale, 1995). En effet, il est le seul secteur qui peut à la fois mobiliser les plus grands flux humains à travers le monde, employer une main d'œuvre importante et occuper l’une des premières places, par ses recettes, dans le commerce international (WTO, 2002). Il est également un phénomène croissant dans les pays en développement, notamment dans les petits états insulaires et, en tant que tels, il affecte les moyens de subsistance de beaucoup de populations pauvres. Cette nouvelle orientation s’explique également par l’avènement des formes de tourisme durable, notamment l’écotourisme et le tourisme communautaire, auxquelles on impute la capacité de concilier développement économique, protection de l’environnement et bien-être des populations (Weaver, 2004).

4C’est dans ce contexte que se précisent les attentes envers le tourisme et les questionnements sur ses capacités à générer des retombées sociales que les autres programmes de développement économique n’ont pas su procurer ? Après une présentation de la situation socio-économique de Trinidad, cette étude s’intéresse plus particulièrement à une expérience de tourisme pro-pauvre, appelée Nature Seekers, et en analyse la viabilité.

1. Les limites d’une économie insulaire basée sur le secteur pétrolier

1.1. Une économie insuffisamment diversifiée

5Située à l’extrême sud de l’arc des Petites Antilles, à douze kilomètres au nord du Venezuela, la République de Trinidad-et-Tobago comprend deux îles éponymes, distantes de trente-deux kilomètres pour des superficies respectives de 4 827 km2 et 303 km2, soit une superficie totale de 5 127 km2 (voir illustration 1). En 2000, la population a été estimée à un peu plus de 1,260 million de personnes dont 96% habitent l’île de Trinidad (Commission européenne et GOTT, 2008).

Figure 1. Organisation du territoire de Trinidad

Figure 1. Organisation du territoire de Trinidad

Source : Auteur, 2010; d’après Tourism Development Company Tourism, 2006

6Le sous-sol terrestre et sous-marin du pays renferme des ressources en hydrocarbures, situées pour la plupart sur l’île de Trinidad, pleinement exploitées par le secteur industriel (Lewis et Jordan, 2008 ; Cruse, 2011). La filière combine l’extraction de pétrole, activité historique, et la liquéfaction du gaz naturel qui permet d’alimenter des unités pétrochimiques de transformation. Le pays compte aussi parmi les plus importants producteurs et exportateurs mondiaux d’ammoniaque et de méthanol. Les industries pétrochimiques et de gaz naturel dominent largement l’économie et équivalent en 2006 à plus de 40% du produit intérieur brut (PIB) du pays, 90% des exportations et 60% des recettes du gouvernement (GOTT et Commission européenne, 2008). Les autres sources de revenus, bien que représentant une plus faible part sont l’agriculture et les services, notamment le tourisme qui participe à hauteur de 4,3% du PIB en 2006.

7Pendant la période faste des années 1960-1970, la manne pétrolière a apporté des revenus importants qui ont soutenu l’essor de l’emploi dans le secteur public, l’investissement dans la construction des infrastructures et l’amélioration des conditions de vie de la population. Mais, les faiblesses du système économique de Trinidad se font déjà sentir, même au plus fort du boom pétrolier : un taux de chômage important corrélé à une pauvreté d’une partie de la population et l’affaiblissement de la compétitivité du secteur non pétrolier à cause de l’accroissement du coût du travail, notamment en liaison avec les salaires élevés du secteur public. La situation se détériore suite à l’effondrement du prix du pétrole au milieu des années 1980. L’économie du pays connaît alors une forte rétractation avec un PIB par habitant qui chute de 6 600 dollars américains en 1982 à 3 700 dollars en 1993 (Kairi consultant, 2005). La hausse du chômage (il passe de 10 à 20% en l’espace d’une décennie) qui s’accompagne de licenciements dans les secteurs publics et privés et d’un déclin significatif des dépenses publiques a conduit à une augmentation de la pauvreté.

8Autre changement sectoriel important, le déclin rapide du secteur agricole, particulièrement la filière canne à sucre, qui affecte également le marché du travail et la pauvreté. L’année 2003 est marquée par la fermeture symbolique de la raffinerie de sucre d’État, la Caroni Limited, trop lourdement déficitaire ; les coûts sociaux sont considérables et les processus d’ajustement en cours (Commission européenne et GOTT, 2008). À partir de 1994, le pays connaît une nouvelle phase de croissance économique continue (Commission européenne et GOTT, 2001) de l’ordre de 8% entre 2000 et 2007, portée, ces dernières années, dans un contexte international favorable, par les industries pétrolières et gazières.

9Grâce à sa performance économique, les indicateurs sociaux de Trinidad sont élevés par rapport au niveau régional et l’île est relativement bien placée en matière de développement humain. En 2000, son indice de développement humain la place 50ème sur 174 pays, ce qui la classe au-dessus d’État tels le Mexique, la Malaisie, la Mauritanie ou l’Oman. À peu près 97% de la population a accès aux services de santé, 98% à l’eau potable, 79% à l’assainissement et l’espérance de vie est de 73 ans contre une espérance moyenne de 70 ans en Amérique Latine et dans la Caraïbe (Commission européenne et GOTT, 2001). Néanmoins, ces résultats encourageants, dans l’optique de l’objectif fixé pour 2020, ne sauraient dissimuler les difficultés liées au chômage et à la pauvreté qui persistent toujours dans l’ensemble du pays. Sans oublier l’épineuse question des problèmes environnementaux. L’île souffre de pollutions diverses liées aux mauvaises utilisations du sol (agriculture excessive, pratiques inadaptées, urbanisation non contrôlée), aux activités extractives aveugles et aux rejets urbains, industriels et agricoles dans les espaces naturels qui accentuent la précarité des populations particulièrement en milieu rural (GOTT, 2006).

1.2. Les caractéristiques de la pauvreté à Trinidad

10Il existe peu de données sur la pauvreté à Trinidad, le gouvernement n’ayant réellement commencé à avoir des mesures ciblées pour l’évaluation et l’intervention sur la pauvreté que récemment dans le cadre d’un programme d’ajustement structurel mené sous l’égide du FMI et de la Banque Mondiale (Kairi Consultant, 2005).

11Une première étude en 1989 suggère qu’au moins 18% des ménages vivaient sous le seuil de pauvreté (Henry et Menville, 1989 ; cités dans Kairi Consultants, 2005 : 5). Une seconde, en 1992, menée avec le soutien de la Banque mondiale, a évalué la part de population pauvre à 21% ; puis une autre, en 2004, a estimé que ce chiffre s’élevait à 24% en 1997. L’enquête la plus récente sur les conditions de vie (Survey of Living Conditions, [SLC] 2005) considère que le taux de pauvreté s’est réduit : il n’y aurait plus que 15,5% de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté en 2005. Toujours selon la même étude, les personnes indigentes seraient passées de 8,3% en 1997 à 1,2% en 2005 (Kairi consultant, 2005 : 22). La baisse des taux de pauvreté et d’indigence est corrélée par le faible coefficient Gini (0,39 en 2005) imputé à l’île – sachant qu’un coefficient de Gini égal ou inférieur à 0,3 caractérise des pays développés. Suivant cet indicateur, il apparait que le niveau d’inégalité dans la société a baissé de façon constante entre 1971 et 1998 et stagné par la suite. Ces chiffres tirés du SLC (2005) doivent toutefois être relativisés car le seuil de pauvreté était de 625 dollars trinidadiens en 1997, soit seulement 30 dollars de moins que le seuil de 2005 et, dans le même temps, l’inflation était de l’ordre de 9% par an. De plus, selon Cruse (2011 : 32), ce seuil est sous-évalué car le salaire minimum à Trinidad n’est que de 176 dollars par mois.

12La plupart des populations pauvres du pays sont concentrées à Siparia (15,1%), Princes Town (11,2%), San Juan Laventille (11%) et Tunapuna/Piarco (10,1%) ; ces quatre localités regroupent près de la moitié de la population pauvre totale. Si l’on considère les divisions administratives, la pauvreté à Trinidad est davantage un phénomène rural (voir illustration 2) ; les concentrations de populations pauvres les plus élevées (supérieures à 20%) se trouvent dans les régions rurales du nord-est et du sud-est de l’île, avec les plus forts taux pour Sangre Grande (39,1%), Prince Town (30%), Siparia (27%), Mayaro/Rio Claro (26,6%) et l’arrondissement de Point Fortin (24,6%).

Figure 2. Le taux de pauvreté à Trinidad par division administrative en 2005

Figure 2. Le taux de pauvreté à Trinidad par division administrative en 2005

Source: Auteur, 2010 ; d’après Kairi Consultant, 2005

13Les ménages pauvres se caractérisent notamment par un faible niveau de scolarisation, un nombre élevé d’enfants par foyer. Les niveaux de pauvreté les plus importants sont observés dans les ménages où le chef de famille est au chômage ou n’a jamais travaillé, et dont le niveau de scolarité reste inférieur au secondaire. Les situations les plus délicates concernent les familles monoparentales qui reposent sur les seules épaules d’une femme. Dans les zones rurales, les personnes les plus démunies sont moins susceptibles d’être sans emploi mais les postes sont peu qualifiés ; dans ces zones, le taux d’activité des femmes est nettement inférieur. L’accès aux services sociaux (enseignement secondaire et établissement de santé) y est plus difficile.

14Dans les zones urbaines, les populations pauvres sont concentrées principalement dans la région de Port of Spain et San Fernando, pour certains dans des squats où les conditions sanitaires et de sécurité (comme l’exposition aux inondations) sont très rudimentaires. Le taux de chômage particulièrement élevé des jeunes hommes engendre des comportements déviants et la prolifération des activités illégales (criminalité et trafic de drogues) qui deviennent une source de revenus réguliers (Banque mondiale, 1995).

15Afin de continuer les efforts réalisés pour l’amélioration des conditions de vie et la lutte contre la pauvreté, le gouvernement trinidadien a mis en place une politique de diversification économique et s’est notamment engagé dans une politique de développement touristique durable et responsable (GOTT, 2010) reconnu pour ses potentialités en matière de créatrices d’emplois et de revenus. Plusieurs expériences originales sont conduites notamment en relation avec l’observation des tortues marines comme celle de Nature Seekers qui fait figure de modèle.

2. Une destination écotouristique émergente

16Contrairement aux îles voisines, Trinidad-et-Tobago commence juste à exploiter son potentiel touristique. La naissance du tourisme sur l’île date des années 1960 et s’est développée suite à la mise en œuvre de mesures d’incitation fiscale prises par le Hotel Development Act de 1963. Mais l'avènement du boom pétrolier des années 1970 a détourné l'attention des politiques de développement loin du secteur touristique qui n’était pas considéré alors, comme une source de recettes pour le pays. En conséquence, jusqu’au milieu des années 1980, aucun projet majeur de construction hôtelière n’a vu le jour et ce n’est qu’à la fin de la décennie que le gouvernement s'est tourné vers le tourisme dans la perspective de diversifier l’économie, de soutenir l'agriculture locale et l'emploi, concevant le secteur comme une opportunité pour le progrès social et économique du pays.

17L’activité touristique de Trinidad est actuellement dans la première phase de sa croissance (Lewis et Jordan, 2008), comme en témoignent les arrivées internationales qui montrent une augmentation de plus de 40% depuis la fin des années 1990, égalant ou dépassant la croissance observée par les autres îles caribéennes durant la même période. Les seuls ralentissements observés sont ponctuels (comme au lendemain des attentats du 11 septembre 2001) et concernent toutes les destinations caribéennes. En 2007, Trinidad a accueilli 451 129 touristes, soit un peu moins de 2% des flux touristiques de la Caraïbe. La fréquentation est essentiellement portée par les touristes de séjour qui représentent plus de 80% des arrivées (cf. illustration 3).

Figure 3. L’évolution de la fréquentation touristique de Trinidad-et-Tobago (1999-2007)

Figure 3. L’évolution de la fréquentation touristique de Trinidad-et-Tobago (1999-2007)

Sources : CTO, 2006 ; GOTT, 2004, 2009

18En 2009, le tourisme emploie 88 000 personnes, soit 14,7% des actifs. Il contribue directement, avec 5 403 millions de dollars trinidadiens de recettes, à 4% du PIB (WTTC, 2009).

19L’exploitation touristique du territoire a privilégié l’île de Tobago qui possède des atouts indéniables pour le tourisme balnéaire. Pour sa part, l’île de Trinidad, moins bien lotie que sa « sœur » en matière de plage, axe davantage son développement sur le tourisme communautaire et l’écotourisme qui mettent en exergue la diversité écologique (notamment des espèces rares tels les singes hurleurs, les ibis rouges, les tortues marines, etc.), l'abondance des ressources naturelles (Aripo et Tamana Caves, Pitch Lake, Caroni Bird Sanctuary, etc.) et le patrimoine culturel de son territoire (le carnaval de Trinidad, les fêtes religieuses indiennes, etc.). Le choix de ce type de tourisme n’est pas anodin. Au-delà de la volonté de développer un tourisme durable, il doit normalement contribuer au bien-être des populations locales en créant des emplois spécifiques qualifiés (guide, artisan) et en développant des sources de revenu individuel ou collectif (tarifs, dons, etc.) susceptibles d’améliorer leur condition de vie (par exemple en soutenant des projets communautaires en matière d’éducation, sanitaire, ou de communication) et/ou de participer au financement des aires protégées (Lequin, 2001 ; Dehoorne et Transler, 2007).

20Plusieurs défis sont encore à relever pour que le pays atteigne son plein potentiel touristique et c’est dans ce contexte que le gouvernement met l’accent sur plusieurs stratégies basées sur l’entrepreneuriat local, une approche participative intégrée et la préservation de l’environnement (GOTT, 2010)

3. L’expérience Nature Seekers : de la protection de la nature à la valorisation touristique

21L’expérience abordée s’intéresse plus particulièrement au petit village de Matura, de 1600 âmes, situé au nord-est de l’île, dans la division administrative de Sangre Grande qui possède le plus fort taux de pauvreté de l’île. La Réserve Forestière et le Parc National de Matura sont contigus à la zone.

22Historiquement, les habitants vivaient de l’agriculture, de la chasse et de la pêche auxquelles s’ajoutaient un certain nombre d’emplois gouvernementaux ; sinon, la migration était l’ultime solution. La vente de la viande, des œufs et des carapaces de tortues marines constituait aussi une source de revenus non négligeables pour les membres de la communauté, la plage de Matura étant un site mondialement connu de nidification des tortues luths (Hodge, 2004).

Photographie 1 : Le petit village de Matura

Photographie 1 : Le petit village de Matura

Source : Picasa - 2009 - Auteur : TravelswithFia

23Lors des années 1970 et 1980, le taux d’abattage des femelles en ponte fut tellement élevé sur les plages de Matura (illustration 5) que ces dernières furent déclarées zone interdite par la Forest Act de 1990 avec un accès restreint durant la période de nidification des tortues luths soit du 1er mars au 31 août inclus ; un permis délivré par la Section Faune de la Division des Forêts est nécessaire pour accéder au site. La réglementation interdit de faire du feu sur la plage, les activités bruyantes, les lumières trop puissantes ainsi que l’accès des véhicules au site tandis que les activités de camping, pique-nique et pêche sont simplement limitées.

Photographie 2 : La plage de Matura, zone de nidification des tortues luths

Photographie 2 : La plage de Matura, zone de nidification des tortues luths

Source : Picasa - 2009 - Auteur : TravelswithFia

24La promulgation de l’interdiction souleva le mécontentement des habitants de Matura, car elle entrainait une perte de revenus immédiate et restreignait leurs usages ludiques. Conscient qu’il était impossible de protéger les sept miles de plage sans la participation des membres du village, le Chef de la Section Faune organisa une série de rencontres avec la communauté afin de trouver un consensus en introduisant notamment la donne touristique. Ces réunions ont conduit à la mise en place de cours de formation de guide touristique (Nathai-Gyan, 1993) afin de faire prendre conscience aux participants des enjeux environnementaux liés à la protection des tortues luths et à la bonne gestion du site avec la perspective de valorisation à des fins touristiques. C'est dans le prolongement de cette formation que les participants ont décidé de rester ensemble pour constituer, en 1990, un groupe de protection de la nature, appelé Nature Seekers.

25D’abord basée sur le volontariat, la structure s’est peu à peu organisée, notamment en recherchant des sources de financement, s’adaptant à l'évolution des besoins et aux processus de planification stratégique (Lum Lock et al., 2005 ; Augier, 2010). Aujourd’hui, elle constitue une association à but non lucratif dont les trois domaines d'intervention sont : 1/ la conservation et la protection des ressources marines et forestières (protection des tortues, recherche scientifique, reboisement et prévention des incendies de forêt, développement de projets de foresterie agrobiologique, activité de guides touristiques sur la plage et en forêt), 2/ l’appui à l’entrepreneuriat (participation aux hébergements en maison d'hôtes, y compris les services de restauration) et 3/ le développement social et communautaire de Matura notamment sur le plan du tourisme.

26En 2008, la structure emploie trente-huit personnes natives de Matura, dont vingt-huit agents sur le terrain. Une partie des recettes provient de participations d’organisation non gouvernementales qui reconnaissent le travail réalisé par cette association (comme Earthwatch, WIDECAST…). Ces dernières proposent des voyages organisés dont une partie du prix revient directement à Nature Seekers. Par exemple, pour une expédition d’Earthwatch, d’un montant de 2795 dollars américains par personne, 64% de la somme revient à la conservation des tortues de mer et/ou est dépensée dans la communauté locale (lors des frais d’hébergement, de restauration) (cf. Earthwatch).

27Une autre partie des recettes provient des visites payantes : quinze dollars trinidadiens pour les clientèles nationales et quinze dollars américains pour les étrangers. Ces visites portent sur l’observation de la nidification des tortues et le marquage des tortues sous la supervision du personnel qualifié. Les deux activités se pratiquent de nuit, par petit groupe de trente personnes, à partir de vingt heures et durent entre deux et cinq heures. L’association offre depuis 2006, de nouvelles attractions telles la découverte guidée, des chutes de Matura et du Rio Seco ou encore l’observation des singes hurleurs, dans les limites du Parc National et de la Réserve Forestière contigües au village.

4. Impacts et enseignements de l’expérience de Matura

28La création de Nature Seekers a eu un impact économique significatif pour la communauté de Matura. L’expérience a permis la création d’emplois qualifiés à la fois directs (agents administratifs, agents de terrain) et indirects (hébergements en éco-lodges, restauration, etc.). L’expérience a profité à la plupart des habitants de la communauté. Une grande majorité a pu être formé aux techniques de conservation des tortues marines (collecte de données, biologie marine ou encore connaissances d’autres expériences dans le monde) (Sammy et al., 2010 : 11-12). Toutes les personnes qui souhaitent devenir guides touristiques doivent obligatoirement suivre cette formation avant d’exercer au sein de la structure. Mais, les stagiaires sont volontaires pendant six mois avant de pouvoir intégrer la structure, ce qui est désavantageux pour les personnes les plus démunies. En 2010, sept habitants étaient employés par Nature Seekers en qualité de chauffeurs, cuisiniers et nettoyeurs (Sammy, 2010 : 11-12).

29De plus, Nature Seekers est autonome financièrement, contrairement à bon nombre d’expériences écotouristiques (Dehoorne et al., 2007, Augier, 2005). Son revenu annuel, est estimé à 600 000 dollars trinidadiens (McIntosh, Leotaud et Renard). Il est constitué de subventions, l’une annuelle gouvernementale, les autres émanant d’organisations non gouvernementales, et des revenus générés par les pratiques touristiques lors des visites guidées (environ 9 000 visiteurs par an dont 10% d’étrangers), des nuitées en chambres d’hôtes (environ 30% des recettes) et de la vente de souvenirs et d’artisanat local. La communauté commercialise notamment des bijoux créés à partir de bouteilles collectées lors des nettoyages de la plage de Matura (Sammy, 2010 : 11-12). Enfin, l’expérience de l’association lui permet aussi de proposer ses expertises, de développer des activités de conseil et de consultant pour d’autres structures.

30L’une des limites observées touche directement la participation des populations les plus pauvres, c’est-à-dire les femmes seules sans enfant si l’on se réfère à l’étude de la pauvreté à Trinidad, qui restent à ce jour exclue du processus. En effet, les emplois de guides touristiques pour l’observation des tortues, activité nocturne, sont peu conciliables avec leur statut de mère célibataire. Toutefois, à moyen terme, les perspectives de développer l’activité d’écotourisme forestier laissent entrevoir la possibilité de créer des emplois compatibles avec leur statut et atteindre ainsi l’objectif de réduction de la pauvreté.

31De même, le caractère saisonnier des emplois créés limite la sortie de la précarité, les revenus générés n’étant pas suffisants pour faire vivre un ménage à l’année. D’ailleurs, certains membres préfèrent quitter la structure pour trouver un emploi permanent. Stabiliser le niveau de l’activité et s’assurer d’un volume de revenus touristiques régulier est fondamental pour assoir le projet et lui accorder une ébauche de légitimité dans un contexte social et environnemental critique.

32Parmi les enseignements positifs, il faut souligner le renforcement du lien communautaire en ce sens l’expérience est une réussite puisque l’ensemble de la communauté a participé et adhéré à un projet commun de protection des tortues marines. Le travail de la structure est facilité par la présence de la population locale, notamment pour la sensibilisation environnementale ou dans la lutte contre le braconnage (Augier, 2010).

33Il n’y a pas de rapports hiérarchiques entre l’État et la communauté dans le cadre de la gestion de l’association ou dans la définition de ses missions : c’est une gestion adaptative des ressources naturelles, pragmatique, revue chaque année, en concertation. Le rôle de l’État consiste à définir un cadre réglementaire et à apporter une assistance technique aux membres de Nature Seekers, notamment lors des formations nécessaires au développement des activités écotouristiques.

Conclusion

34Au regard des premiers enseignements de cette expérience jeune et enracinée dans un contexte territorial critique, il apparaît qu’un projet touristique peut être en mesure de générer des avantages directs et indirects sur le plan socio-économique ainsi que sur le plan environnemental. Si l’objectif premier du projet Nature Seekers était la protection des ressources naturelles, son contenu a progressivement évolué pour introduire une dimension économique incontournable à travers les opportunités liées au tourisme. En effet ce secteur a généré une série d’activités toutes génératrices de revenus (artisanat, restauration, hébergement, visites guidées) et qui participent à l’amélioration de la vie quotidienne de la communauté.

35L’expérience souffre encore de quelques faiblesses, comme l’exclusion de la catégorie la plus démunie de la population, inhérentes à la nature même de l’activité touristique et des contraintes du marché (saisonnalité et compétitivité du produit). Mais la dimension communautaire, les échanges et le souci d’inclusion des personnes les plus démunies ouvrent des perspectives. Il faut souligner la vigilance des acteurs en matière de développement commercial de l’activité, pour qu’il n’ait pas d’impacts négatifs sur l’environnement, et de mise en place de politiques adaptées visant à intégrer les populations les plus démunies ; précaution qui pourra améliorer les résultats observés et participer effectivement à l’amélioration du bien-être des habitants de Matura.

Haut de page

Bibliographie

Augier, D. (2005). L'écotourisme à la Martinique, Mémoire Master économie, Université des Antilles et de la Guyane.

Augier, D. (2010). « Acteurs et projets d’écotourisme : vers un développement durable et viable - le cas des tortues marines à Trinidad et Tobago », dans C. Gagnon (dir.), L’écotourisme visité par les acteurs territoriaux : entre conservation, participation et marché, Presses de l’Université du Québec.

Banque mondiale (1995). Trinidad and Tobago, Poverty and unemployment in an oil-based economy, report n°14382-TR.

Commission européenne et Gouvernement de Trinidad-et-Tobago (2001). Country strategy paper for the period 2002-2007.

Commission européenne et Gouvernement de Trinidad-et-Tobago (2008). Country strategy paper for the period 2008-2013.

Cruse, R. (2011). Espaces politiques et ethniques des drogues illicites et de l’économie du crime à Trinidad et Tobago, Presses de l’Université des Antilles et de la Guyane.

Dehoorne, O., P. Saffache et D. Augier (2007). « Tourisme, écotourisme et stratégies de développement dans la Caraïbe », Études caribéennes, URL, <http//etudescaribeennes.revues.org/document3383.html >, n°6.

Dehoorne, O. et A-L. Transler (2007). « Autour du paradigme d’écotourisme », Études caribéennes, URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/414>, n°6.

Gouvernement de Trinidad-et-Tobago (2004). Statistical overview of tourism performance in Trinidad and Tobago, Port of Spain, Ministry of tourism, Research and Planning Division.

Gouvernement de Trinidad-et-Tobago (2009). Statistic overview of tourism performance in Trinidad and Tobago, Port of Spain, Ministry of tourism, Research and Planning Division.

Gouvernement de Trinidad-et-Tobago (2010). National tourism policy of Trinidad and Tobago.

Henry, R. and J. Menville (1989). Poverty Revisited: Trinidad and Tobago in the late 1980s. Department of Economics, University of the West Indies, St. Augustine.

HODGE, Christina E. (2004). Mark-recapture estimation of the leatherback sea turtle (Dermochelys coriacea) nesting population at Matura beach, Trinidad, Duke University.

Kairi Consultants (2007). Analysis of the Trinidad and Tobago Survey of living conditions, Tunapuna, Kairi Consultants

Lequin, M. (2001). Écotourisme et gouvernance participative, Sainte-Foy, Québec, Presses de l’Université du Québec

Lewis, A. and L-A. Jordan (2008). « Tourism in Trinidad and Tobago: carving a niche in a petroleum-based economy », International journal of tourism research, 10: 247-257.

Lum Lock, A., G. Cooper and S. McIntosh (2005). Next steps for Nature Seekers: Report on an organisational evaluation of Nature Seekers Incorporated, Laventille, CANARI.

McIntosh, S., N. Leotaud and Y. Renard (2010). “Placing the Commons at the Heart of Community Development: Three Case Studies of Community Enterprise in Caribbean Islands”, CANARI, 4(1). International Journal of the Commons.

Nathai-Gyan, N. (1993). “Co-management strategy: good for the leatherback”, Our turtles: our heritage: 6, American chamber of Commerce of Trinidad and Tobago.

Onwuka, O. (2005). Nature and heritage tourism initiatives in Trinidad and Tobago and Jamaica, MSc dissertation University of Amsterdam.

Sammy, D. (1993). « Turtle conservation at Matura », Our turtles: our rich heritage, American Chamber of Commerce of Trinidad and Tobago.

Sammy, D. and A. Superville (2007). Seaturtle conservation in Matura.

Weaver, D. (1994). “Ecotourism in the Caribbean Basin”, In E. Cater & G. Lowman (ed), Ecotourism: a Sustainable Option, John Wiley& Sons Ltd.: 159- 176.

Weaver, D. (2004). « Manifestation of ecotourism in the Caribbean », In T. Duval (ed), Tourism in the Caribbean, Routledge: 172 -184.

World Tourism Organization (2002). « Le tourisme et la réduction de la pauvreté », L’actualité des services aux entreprises, 6 : 10-13.

World Tourism Organization (2003). Sustainable Development of Ecotourism. A Compilation of Good Practices in SMEs. World Tourism Organization.

World Travel and Tourism Council (2005). Trinidad and Tobago: the impact of travel and tourism on jobs and the economy, World Travel and Tourism Council

World Travel and Tourism Council (2009). Travel and tourism: economic impact update - Trinidad and Tobago, World Travel and Tourism Council.

Sitographie:

Earthwatch : http://www.earthwatch.org/

Nature Seekers : http://natureseekers.org/about.html

Haut de page

Notes

1 Soit un seuil de pauvreté estimé à 103,94 dollars américains et une ligne d’indigence à 39,91 dollars américains par mois.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Organisation du territoire de Trinidad
Crédits Source : Auteur, 2010; d’après Tourism Development Company Tourism, 2006
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6535/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 2. Le taux de pauvreté à Trinidad par division administrative en 2005
Crédits Source: Auteur, 2010 ; d’après Kairi Consultant, 2005
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6535/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 3. L’évolution de la fréquentation touristique de Trinidad-et-Tobago (1999-2007)
Crédits Sources : CTO, 2006 ; GOTT, 2004, 2009
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6535/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Photographie 1 : Le petit village de Matura
Crédits Source : Picasa - 2009 - Auteur : TravelswithFia
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6535/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Photographie 2 : La plage de Matura, zone de nidification des tortues luths
Crédits Source : Picasa - 2009 - Auteur : TravelswithFia
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6535/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Augier, « Tourisme pro-pauvre dans les Petites Antilles : éléments de réflexion à partir de l’exemple d’île de Trinidad », Études caribéennes [En ligne], 24-25 | Avril-Août 2013, mis en ligne le 15 août 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6535 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6535

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org