Navigation – Plan du site
Tourisme et lutte contre la pauvreté : approche théorique et études de cas

Tourisme et lutte contre la pauvreté, l’expérience du sud andin rural au Pérou

Tourism and Fighting Poverty: the Experience of Rural South Andean Peru
Alexandra Arellano

Résumés

Tout en étant une des régions les plus pauvres du Pérou, le sud andin est la destination touristique nationale par excellence où se trouve le sanctuaire archéologique de Machu Picchu, un des sites du patrimoine mondial les plus prisés au monde. Le boom du développement touristique des années 1990 à rapidement transformé la région de Cuzco en une destination écotouristique et de tourisme culturel. Cette étude présente le développement du tourisme dans la région en général, ainsi que les effets sur quelques communautés spécifiques s’étant intégrées au système touristique international grâce au développement du chemin de l’inca, une randonnée de quatre jours servant de porte d’entrée à Machu Picchu. Les hommes des communautés paysannes des hauts plateaux andins avoisinant Ollantaytambo ont été sollicités pour transporter l’équipement nécessaire au service des randonneurs étrangers. Ces habitants représentaient une main d’œuvre accessible, abordable, voire exploitable, capable physiquement de transporter des poids lourds en haute altitude. Aujourd’hui, la Fédération des Porteurs Daniel Estrada est composée de 6200 porteurs provenant de différentes communautés de la vallée. Essentiellement quechuas, ces communautés rurales marginalisés survivent sur des terres arides ; leur niveau d’éducation ne dépasse souvent pas le primaire ; les villages ne disposent pas d’eau potable, de services d’égouts, d’électricité, de téléphone, d’accès à des services de santé ; les habitations sont faites d’adobe. Étant donné la vulnérabilité de ces populations, l’intégration à un système offrant de nouvelles possibilités de revenus s’avérait souhaitable, malgré les conditions d’emploi déplorables.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

tourisme, pauvreté, ande

Keywords :

tourism, ande, poverty

Index géographique :

Pérou
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les années 1970 ont accordé une importance accrue à l’industrie du tourisme comme outil de « développement » dans les régions pauvres. Les critiques subséquentes ont condamné le développement qui tient compte de la stricte croissance économique et n’exerce aucun impact réel en matière de lutte contre la pauvreté. Le discours sur la « durabilité » entamé au Sommet de la terre, à Rio, en 1992, et l’adoption de l’Agenda 21 ont introduit une préoccupation pour des changements dans les stratégies de coopération basés sur la conservation des ressources naturelles, mais aussi sur de nouvelles approches qui favoriseraient l’intégration des communautés locales et l’atténuation de la pauvreté. L’adoption des Objectifs du millénaire pour le développement des Nations Unies remet de l’avant principalement la réduction de la pauvreté et de la faim, ce qui a une répercussion directe sur l’avancement de nouvelles stratégies de développement « durable » au moyen du tourisme. Cette nouvelle perspective de développement orientée plus directement vers la lutte contre la pauvreté a eu pour conséquence de consolider les études et de multiplier les lignes directrices du tourisme durable. Le community-based tourism (initiative de développement touristique par une communauté et pour le bien d’une communauté), le pro-poor tourism (développement touristique centré sur les effets directs de réduction de la pauvreté), les programmes résultants comme ST-EP (Sustainable Tourism for Eliminating Poverty) de l’Organisation mondiale du tourisme ou encore le rôle ou l’intérêt renouvelé d’organisations comme la Banque mondiale ou le Fonds monétaire international, voire d’organisations bilatérales comme l’Agence canadienne de développement international (ACDI) dans la promotion et l’aide sont tous des exemples du retour en force du tourisme comme outil d’un développement anti-pauvreté. Les résultats généraux et des années d’analyses critiques du monde universitaire en particulier ont généré divers types d’analyses qui sont passés des impacts négatifs, voire catastrophiques (De Kadt 1979; Cabezas, 2008; Harrison 2008; Hall and Tucker 2004) à des rapports plus nuancés insistant sur la durabilité, l’écotourisme et le développement par la base (bottom up) qui favorise la participation des communautés locales (Fennel, 1999 ; Honey, 1999 ; Butcher, 2003).

2Le présent article propose une lecture exploratoire de l’intégration de communautés rurales du sud andin péruvien au système touristique international grâce au développement de routes écotouristiques ou du tourisme d’aventure dans les montagnes menant au complexe archéologique de Machu Picchu. Membres des populations quechua les plus pauvres et défavorisées du Pérou, les hommes de la Sierra (zones de haute montagne) ont été sollicités afin de travailler comme porteurs du Chemin de l’Inca, une randonnée à caractère archéologique de quatre jours pour accéder à la citadelle des Incas. Depuis son développement, vers la fin des années 1970, ces hommes qui transportent l’équipement nécessaire au service des touristes ont été intégrés informellement à l’économie du tourisme avec des conditions de travail apparentées à un régime de servitude et avec de piètres salaires. Aujourd’hui, leur lutte pour de meilleures conditions de travail et pour une intégration économique et politique a atteint un état de plafonnement, malgré quelques changements positifs. Le présent article met en lumière la brève histoire des porteurs du Chemin de l’Inca et leur intégration au système touristique en relation avec les concepts d’inclusion et d’exclusion sociale. La pauvreté envisagée à l’aide d’indicateurs de vulnérabilité mettra en lumière la dynamique de transformation de la situation socioéconomique des porteurs ainsi que la façon dont le tourisme a favorisé ou non la mobilité sociale.

1. Pauvreté et exclusion sociale

3Traditionnellement analysée au moyen des indicateurs économiques et de revenus, la pauvreté a été reconnue comme un phénomène complexe qui requiert non seulement la démonstration de valeurs quantifiables et statistiques, mais aussi la compréhension qualitative de valeurs socioculturelles (Hills, Le Grand et Piachaud, 2002). La complexité associée à ces nouvelles formes d’analyse ressort des nombreux travaux consacrés à l’exclusion sociale. Shucksmith et Chapman expliquent la transition du phénomène de la pauvreté : d’abord généralement envisagée en tant que résultat d’un manque de ressources, la notion de pauvreté est passée à celle de l’exclusion sociale conçue comme un processus dynamique renfermant des éléments susceptibles d’occasionner une vulnérabilité à la pauvreté. « The focus of research is now therefore ‘on multi-dimensional, dynamic processes of social exclusion, within the context of local communities’ » (1998 : 229). La recherche sur la pauvreté a donc connu d’importantes avancées grâce aux approches des sciences sociales mettant l’accent sur les rapports d’équité contextualisés à partir de la genèse socioculturelle des situations observées.

Figure 1. Carte du Pérou et du département de Cuzco

Figure 1. Carte du Pérou et du département de Cuzco

Source : N. Petit-Charles

4Généralement équivoque et souvent définie comme un manque d’opportunités permettant de participer au fonctionnement social, économique et politique [de base] de la société ou comme la dénégation d’un accès égalitaire aux opportunités offertes par une société (Buvinić 2004), l’analyse de l’exclusion sociale représente ici une préoccupation des États pour combattre les inégalités entre les citoyens en termes de répartition des richesses et d’accès à des revenus, à des services et à des infrastructures de qualité, et de participation sociale et politique à la société civile (Buvinić, Mazza et Deutsch 2004 ; Burchardt, Le Grand et Piachaud, 2002). Pendant que l’Europe et les pays développés cherchent des moyens pour améliorer les programmes d’inclusion sociale, notamment en ce qui a trait aux mobilités socio-spatiales – distance et isolement géographique, accès aux transports et aux moyens de communication (Cass, Shove et Urry, 2005) –, les pays moins développés de l’Amérique latine commencent à peine à adapter cette prise en charge de la pauvreté à des initiatives de politiques et de programmes de l’État (Buvinić, 2004). Ainsi, les années 1980 ont-elles été témoin de repositionnements sociaux et politiques où, par exemple, certains pays ont finalement reconnu des droits spécifiques aux peuples autochtones (Pacari Vega, 2004). Ayant connu une histoire de domination, ces groupes victimes d’une marginalisation endémique sont acculés à des niveaux de pauvreté extrême, à l’analphabétisme et à des taux de mortalité infantile élevés. Aux indicateurs sociaux, politiques et économiques qui font normalement partie des analyses dans les programmes d’exclusion / d’inclusion sociale s’ajouteraient donc, en Amérique latine, des variables de pauvreté extrême comme la discrimination ethnique et sexuelle liées à un racisme institutionnalisé (Roca Rey et Rojas 2002), l’accès à la terre et au crédit (De Ferranti et al., 2004) ainsi que la reconnaissance même de certains groupes comme sujets politiques. Une reconnaissance croissante de la diversité culturelle et ethnique, l’existence de lois visant à combattre la discrimination raciale et sexuelle sont autant d’exemples des avancements récents qui renforcent la promotion de la solidarité citoyenne et des droits sociaux (Sen 1987). Bien qu’ils soient très lents et controversés, ces progrès relatifs s’inscrivent donc dans la logique occidentale de l’inclusion sociale.

5Au-delà du caractère multidimensionnel d’un sujet comme la pauvreté, bien des économistes, des sociologues et des anthropologues s’entendent pour dire que, de façon générale, la marginalisation manifeste des populations autochtones et de descendance africaine ne cesse de s’accroître (Roca Rey et Rojas 2002 ; De Ferranti et al.,2004 ; Buvinić et al., 2004). Selon Ocampo, aucune région du monde ne connaît des niveaux d’inégalités aussi élevés pour ce qui est de la répartition des revenus : en fait, non seulement ces niveaux n’ont pas diminué durant les trois dernières décennies, mais, dans certains cas, ils ont même augmenté (2004 : 34). Tout comme la plupart des pays d’Amérique latine, le Pérou a hérité d’une histoire d’inégalités intrinsèquement raciales qui date de la Conquête. Malgré la succession des gouvernements et des régimes qui ont contribué à construire le Pérou d’aujourd’hui, l’exclusion sociale y est institutionnalisée et elle semble survivre au développement économique depuis l’adoption d’économies de marché (De Ferranti et al,. 2004). La succession de crises économiques, l’instabilité politique, la corruption endémique et l’histoire de conflits raciaux et de contestation révolutionnaire violente maintiennent entre les mains d’une minorité les moments de croissance économique. Au-delà de ces inégalités persistantes et de la lenteur des programmes gouvernementaux à atténuer les niveaux de pauvreté, l’industrie du tourisme est un secteur de l’économie qui a souvent été perçu comme un agent d’inclusion sociale et de développement pouvant pénétrer et atteindre directement les groupes les plus marginalisés. En tant que système de mobilités internationales, le tourisme ne connaît pas de barrière géographique et il peut s’infiltrer dans n’importe quelle région en offrant des opportunités de diversification des activités économiques accessibles aux populations les moins instruites et en se basant sur un produit créé à partir des ressources naturelles et culturelles dont disposent les pauvres (Steel, 2008). Bref, le tourisme est perçu comme un instrument de mobilité sociale (offrant des opportunités d’inclusion sociale) qui agit de façon indépendante, sans l’aide directe des programmes publics nationaux. En d’autres termes, le tourisme est perçu ici comme un agent externe qui favorise l’inclusion sociale au niveau interne sans passer par des programmes étatiques ou des initiatives nationales.

6Afin de comprendre les transformations apportées par le tourisme et leurs impacts socioéconomiques, dans la présente lecture exploratoire, j’accorderai une attention particulière à ces différents indicateurs configurés en tant que systèmes. Basée sur quelques travaux sur l’exclusion sociale, notamment ceux de Hills, Grand et Piachaud (2002), mon analyse du cas des porteurs du Chemin de l’Inca examine quatre champs d’activités :

  • Le système démocratique et juridique : Intégration et participation à la société civile, égalité entre les individus, reconnaissance identitaire, le sentiment d’avoir accès à des ressources, à un certain pouvoir politique ;

  • Le marché du travail : Les opportunités d’intégration économique par le tourisme, la création d’emplois, avoir un emploi, faire partie du système économique, l’accès au crédit et à la terre ;

  • L’assistance sociale : L’accès aux services de bases tels que l’éducation, les services de santé, les assurances, les services sociaux, les infrastructures ;

  • Le capital social : La famille, les amis, la communauté, les réseaux de solidarité, les opportunités de créer des contacts transcendants, le statut vis-à-vis des pairs.

7Selon ce cadre d’analyse, la pauvreté serait donc favorisée par l’échec d’un ou de plusieurs de ces systèmes, qui inciterait les situations de vulnérabilité face aux risques de pauvreté. L’analyse de la « mobilité sociale » devrait donc identifier et examiner les processus menant à l’inclusion sociale ou à des formes d’exclusion sociale renouvelées. Après avoir présenté les enjeux du tourisme au Pérou, je discuterai du cas des porteurs du Chemin de l’Inca en mettant en lumière le développement de cette l’industrie et de ce marché de niche ainsi que ses impacts sur les communautés locales.

2. Mobilités du tourisme

8Les mobilités occasionnées par le système touristique ont contribué de façon rapide et profonde à transformer le paysage social et économique du Pérou. Touchant plus particulièrement le département de Cusco (qui inclut aussi la province et la ville du même nom), le sud andin n’est plus ce qu’il était. Située en altitude et peu accessible, Cusco est tranquillement devenue, à partir des années 1960, le noyau touristique du Pérou avec le Machu Picchu, cœur de l’Empire inca et symbole par excellence des premiers peuples des Amériques. Mais bien plus qu’un symbole célébré mondialement et reconnu pour ses vestiges naturels et culturels par l’UNESCO avec sa célèbre classification comme site du « Patrimoine mondial de l’humanité », Cusco est aujourd’hui un centre touristique qui reçoit des centaines de milliers de visiteurs par année, après avoir rapidement développé une infrastructure de services accueillant majoritairement des Européens et des Nord-Américains. La croissance du nombre de visiteurs durant les 15 dernières années est remarquable. En 1992, la ville hôte de Cusco accueillait 45 700 touristes (BADATUR 2009) tandis qu’en 2007, le nombre de visiteurs avait grimpé à plus de 600 000 (DIRCETUR).

Figure 2. Nombre de visiteurs au Pérou, à destination de Cuzco-MachuPicchu et au MachuPicchu entre 2002 et 2007

Figure 2. Nombre de visiteurs au Pérou, à destination de Cuzco-MachuPicchu et au MachuPicchu entre 2002 et 2007

Source : DIRCETUR Cusco, Direction régionale du tourisme (2009)

9En d’autres termes, la ville hôte de Cusco est devenue un théâtre où se confrontent et se cristallisent ces inégalités mondiales dans le spectacle de l’ancienne capitale de l’empire inca où les palais coloniaux et le centre historique regorgent d’hôtels cinq étoiles, de restaurants de cuisine internationale, de services de transport et de loisirs adaptés à une grande diversité de goûts étrangers. En dépit de ce luxe généralisé, de cette surabondance de produits, de nouveaux aménagements urbains et de services de qualité reflétant les transformations économiques générales du centre touristique de la ville, le sud andin est, encore aujourd’hui, reconnu comme l’une des régions les plus défavorisées du pays où se rassemblent les populations autochtones les plus pauvres et les plus vulnérables (INEI, 2009 ; Roca Reyes et Rojas, 2004). Un contraste étonnant où la pauvreté extrême des descendants de l’empire inca côtoie la fortune des groupes privilégiés rassemblés en masse au cœur de l’ancienne civilisation.

10Le processus de développement de l’industrie du tourisme au Pérou est particulièrement intéressant en ce qu’il témoigne d’une croissance remarquablement rapide à partir des années 1990 ; cela en fait un phénomène relativement récent qui a provoqué d’importantes mutations à l’échelle nationale et régionale. Sur le plan des transformations majeures et structurelles de l’État – où une rupture s’est produite pendant les années 1980, à l’occasion de la pire dépression économique et hyperinflation de l’histoire du Pérou –, le pays est passé d’une structure institutionnelle étatique à un modèle classique néolibéral implanté dès le début de la décennie du gouvernement Fujimori (1990-2000) et connu sous le nom de « Fujishock » (Cassado, 1998). Tout comme les principales activités économiques du pays entreprises pendant le gouvernement nationaliste militaire du général Velasco (1968-1980), le tourisme était antérieurement pris en main par des organisations publiques et semi-publiques ainsi que par des entreprises gérées par l’État. Ces années de travail et d’investissements (basés largement sur des prêts étrangers et des fonds de la Banque interaméricaine de développement) que le Pérou a consacrés à développer son système touristique ne semblent pas avoir été vains, car les années 1970 ont connu le premier essor significatif de l’industrie à l’échelle internationale. Les revenus du tourisme auraient plus que quadruplés en neuf ans (Desforges, 2000). Mais c’est bel et bien le gouvernement Fujimori qui, après la période noire du Pérou des années 1980 – crise économique majeure et guérilla sanglante du Sentier lumineux –, bénéficiera de l’essor le plus étonnant de l’industrie. En fait, en stabilisant l’inflation par des réductions budgétaires massives, des suppressions d’emplois dans les organismes gouvernementaux et le démantèlement du réseau du mouvement armé révolutionnaire qui apporta une nouvelle stabilité politique et économique au pays, le nouveau leader charismatique entreprit un régime de privatisation qui non seulement attira de considérables investissements touristiques étrangers, mais entraîna aussi une croissance spectaculaire du secteur.

11Ce processus de néolibéralisation économique appliquée au tourisme accordera une grande place au système touristique mondial dans lequel la nation perdra peu à peu le contrôle. En fait, l’exemple le plus éloquent de ce laisser-faire est le monopole que détiennent les groupes étrangers dans le contrôle même du transport régional menant au Machu Picchu. Perurail, en l’occurrence, fait partie du groupe Orient-Express Hotels, Trains and Cruises, qui est propriétaire d’une chaîne d’hôtels cinq étoiles de Cusco et qui se spécialise dans les services touristiques de luxe à travers le monde. Cette compagnie contrôle la voie ferrée qui était, jusqu’à la construction d’un nouveau pont relié à la voie routière, le seul moyen d’accès au complexe archéologique et aux régions avoisinantes. Cette situation ne cesse de causer des controverses, des dénonciations et des accusations de la part des habitants de Cusco, et elle illustre leur impuissance.

12De telles concessions octroyées à ces groupes financiers directement par le gouvernement Fujimori à des conditions nettement avantageuses démontrent la prise de contrôle de l’industrie au niveau national, même si on affiche officiellement une volonté de décentraliser l’administration du tourisme vers les niveaux régional et local. Malgré les efforts de collaboration et de participation des régions aux décisions centrales du ministère de l’Industrie, du Tourisme, de l’Intégration et du Commerce international (MITINCI), les bureaux de direction régionale sont souvent limités au traitement de l’information et ils ont des budgets, des ressources et un pouvoir exécutif restreints (Ladkin et Martinez Bertramini, 2002). À ce problème de coordination et de collaboration à l’intérieur même du secteur public s’ajoute donc une tension importante entre le secteur public et le secteur privé : le Pérou n’arrive pas à diversifier le produit touristique et les communautés hôtes sont radicalement exclues de la participation aux décisions qui concernent leurs richesses, leur patrimoine culturel, sinon leur propre sort. Par ailleurs, l’Institut national de la culture (INC) et l’Institut national des ressources naturelles (INRENA) sont des organisations très importantes qui gèrent les trésors patrimoniaux qu’ils soient naturels (parcs nationaux et territoires protégés pour l’INRENA) ou culturels (complexes archéologiques, architecture coloniale et œuvres d’art pour l’INC). Ces organisations sont directement rattachées au pouvoir central (Luthi 2007). Malgré le grand nombre d’organisations qui représentent les diverses parties prenantes de l’industrie, les orientations du tourisme au Pérou et à Cusco échappent au contrôle des intérêts régionaux et locaux. Des tentatives pour établir des plans de développement, comme le Plan COPESCO (Commission spéciale de surveillance du plan touristique culturel PERU-UNESCO en charge du développement socioéconomique régional) établi en 1969, sont généralement assez efficaces, mais elles se limitent souvent à l’exécution de travaux d’infrastructure touristique et de restauration. Par ailleurs, en ce qui concerne la gestion, le Plan COPESCO évolue dans un va-et-vient constant entre le pouvoir des ministères nationaux et du gouvernement régional (gestion au niveau national de 1969 à 1991, puis de 2002 à 2004). Cette situation entraîne un état de confusion souvent avantageux pour le secteur privé et les grandes entreprises qui dominent une administration et une économie tantôt informelles, tantôt corrompues (Ladkin et Martinez Bertramini, 2002).

13De nouveaux efforts de présence dans les régions se manifestent dans le nouveau Plan stratégique national de tourisme (PENTUR 2008-2011), qui reflète une stratégie à long terme d’une dizaine de politiques directrices du « développement durable du tourisme ». L’une de ces politiques fait référence à la pauvreté :

14Les modalités, produits touristiques et formes de gestion du tourisme faisant la promotion de l’intégration économique, sociale, politique et culturelle des groupes socialement exclus et vulnérables sont considérés prioritaires.

15La croissance du bien-être social est chaque fois moins compatible avec l’existence de collectifs en situation de marginalité et de pauvreté. Un des facteurs qui favoriserait l’extension du bien-être économique aux couches chaque fois plus amples de la population serait d’élaborer une stratégie adéquate de tourisme rentable, moderne et intégratrice générant une société équitable et socialement plus avancée. Pour cela, les moyens proposés seront véritablement durables si tous les membres de la société en bénéficient directement

16L’activité touristique doit se faire dans l’optique d’un tourisme responsable, puisqu’elle est un secteur qui améliore les conditions de vie des populations locales des destinations touristiques en favorisant l’inclusion sociale et en produisant de nouvelles opportunités pour la population exclue, rurale ou urbaine. Comme exemples de ces performances, MINCETUR fait la promotion de programmes et de projets orientés vers le développement du tourisme rural communautaire et de l’offre artisanale entre autres comme moyens de faire participer les communautés paysannes et/ou [autochtones ?] « natives » quelle formule finale garder ? aux bénéfices du tourisme. (Ma traduction, PENTUR 2008-2018)

17Le programme qui découle de cette politique générale de lutte contre la pauvreté, de pair avec l’objectif de diversification de l’offre touristique et de création de produits innovateurs répondant à une nouvelle demande nationale et internationale, s’exprime principalement dans les nouvelles Directives pour le développement du tourisme rural communautaire au Pérou. Ce document de travail prévoit d’encourager le développement du tourisme agraire, de l’écotourisme et du tourisme vivencial (expérientiel) s’intéressant aux modes de vie des « peuples afro-péruviens, peuples indigènes ou autochtones » (MINCETUR 2008). Le développement de projets pilotes et la création de fonds pour l’appui financier du programme sont deux des principales lignes stratégiques. Ces efforts pour utiliser le tourisme comme outil de lutte anti-pauvreté sont principalement orchestrés dans une logique de diversification de l’offre touristique, ce qui fait de Cusco l’une des dernière régions à bénéficier directement de ces programmes.

3. Les porteurs du chemin de l’Inca

18Le Chemin de l’Inca est aujourd’hui l’un des sentiers de marche les plus prisés au monde. Considéré comme la meilleure porte d’entrée au Machu Picchu, il permet aux voyageurs de relever le défi de quatre jours de marche en montagne équivalant à 70 kilomètres, à des altitudes allant jusqu’à 4 000 mètres, avant d’atteindre la fameuse cité perdue (Arellano 2004). Bien que cette route soit la plus connue, le Chemin de l’Inca fait partie d’un système de routes, le Qhapac Nan, qui reliait l’Empire inca et ses différentes régions qui aujourd’hui couvrent l’Équateur, le Chili et la Bolivie. Le segment de ce système appelé Chemin de l’Inca a fait l’objet d’un développement touristique informel vers la fin des années 1970. Il attire aujourd’hui des milliers de voyageurs chaque année. La randonnée de quatre jours requiert un minimum de services et donc de travailleurs pour satisfaire les besoins des touristes généralement exigeants. Au tout début du développement du Chemin de l’Inca, ce sont les hommes des communautés rurales d’Ollantaytambo qui ont été sollicités pour transporter l’équipement nécessaire au service des randonneurs étrangers. Ces habitants des plateaux andins représentaient une main-d’œuvre accessible, abordable, voire exploitable et disposée à transporter des poids lourds en haute altitude. La désignation de Patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO, en 1983, et la préoccupation subséquente pour la conservation de la nature du sanctuaire, mais aussi pour la préservation et la restauration des caractéristiques architecturales de la route ont favorisé une forte règlementation. Ces nouvelles préoccupations pour le patrimoine ont, entre autres, mené à l’interdiction des chevaux ou des mules dans les sentiers ; cela fait du Chemin de l’Inca, la seule route pédestre de la région où les porteurs doivent transporter l’équipement eux-mêmes, sans l’aide d’animaux. Plus de 7 000 porteurs sont membres de la Fédération régionale des porteurs, mais d’autres associations régionales continuent de voir le jour en même temps que se diversifie l’écotourisme d’aventure ; des routes alternatives vers Machu Picchu et d’autres destinations dans la région telles que le mont Ausangate, le Salkantay, des routes de la Vallée sacrée des Incas et le complexe archéologique inca de Choquequirao, connu comme la sœur sacrée de Machu Picchu, sont autant de randonnées pédestres employant des porteurs. La situation des porteurs varie d’un sentier à l’autre, selon le climat, la géographie, l’altitude, la règlementation des sentiers, etc. Le Chemin de l’Inca est donc la seule route où l’on interdit les chevaux ou les mules, ce qui en fait une marche très éprouvante physiquement pour les travailleurs - d’où la dénomination de porteadores et non de arrieros (ceux qui guident et s’occupent des mules chargées de bagages).

19La ville d’Ollantaytambo fait partie du district du même nom dans la province d’Urubamba, du département de Cusco. Cette ville de la Vallée sacrée des Incas fait partie de la route touristique régionale principale de Cusco. Connue comme la « cité inca vivante », elle conserve dans son centre historique urbain l’architecture de base inca et elle abrite un complexe archéologique de grande importance classifié comme patrimoine culturel national. Au-delà de ses attraits touristiques, Ollantaytambo est le dernier arrêt de la station ferroviaire avant Machu Picchu et le point de départ de la randonnée du Chemin de l’Inca, ce qui fait de la ville et de ses environs un point d’arrêt presque obligatoire. Le tourisme a certainement transformé cette région de presque 10 000 habitants dont le quart est concentré dans la ville ; le reste de la population est rurale et localisé majoritairement dans les quelques 13 communautés en zone de haute montagne. Considérées comme faisant partie des communautés les plus pauvres du Pérou, ces familles de la Sierra pratiquent l’élevage et elles utilisent encore des techniques ancestrales pour cultiver la terre aride et produire des espèces indigènes dont le maïs et les tubercules.

20De façon générale, les indices principaux de pauvreté et de pauvreté extrême au niveau national sont basés sur des mesures de revenus et de niveaux de consommation. Selon l’Institut national de statistiques et d’informatique du Pérou (INEI), est pauvre toute personne résidant dans un foyer privé pour laquelle le coût per capita de valeur monétaire ne dépasse pas le seuil de pauvreté ou le montant minimum nécessaire pour satisfaire les besoins alimentaires et non alimentaires. Cette définition « monétaire » et « objective absolue » ne considère toutefois pas les dimensions non monétaires et elle n’intègre aucun niveau de perception subjective ou culturelle des individus. La figure 2 démontre de façon générale que les zones de hautes montagnes rurales sont les régions les plus pauvres du Pérou, avec 73,3 % de la population. L’INEI rapporte la même tendance pour la pauvreté « extrême » avec 40 % de la population totale des zones de hautes montagnes rurales (INEI, 2007). De plus, ce sont les groupes majoritairement de langue native quechua qui sont les plus affectés, avec les niveaux d’éducation les plus faibles (INEI, 2007).

21La situation géographique, combinée au manque de ressources et d’opportunités, et la vulnérabilité de ces populations marginalisées ont fait en sorte que les communautés d’Ollantaytambo représentaient la main-d’œuvre idéale pour soutenir les besoins des voyageurs étrangers s’apprêtant à relever le défi du Chemin de l’Inca. Malgré les conditions de travail presque inhumaines et un salaire bien au-dessous du minimum national établi, les entrepreneurs régionaux qui commençaient à développer des groupes guidés pour le Chemin de l’Inca offraient un revenu qui servait de complément aux activités d’agriculture de subsistance habituelles.

Figure 3. Indicateur de pauvreté selon les zones géographiques entre 2004 et 2007 (pourcentage de la population)

Figure 3. Indicateur de pauvreté selon les zones géographiques entre 2004 et 2007 (pourcentage de la population)

Source : Institut national de statistiques et d’informatique (INEI) ; Enquête nationale de foyers (ENAHO) : 2004-2007.

22Durant les premières années du Chemin de l’Inca, les agences de voyages majoritairement de Cusco et de Lima engageaient des habitants des communautés rurales d’Ollantaytambo, principalement de Willoc. Aujourd’hui, le Chemin de l’Inca a près de 30 ans, et les porteurs ont formé un syndicat qui représente environ 7 000 travailleurs provenant majoritairement du même milieu géographique, mais aussi de régions beaucoup plus lointaines telles qu’Ocongate, de la province de Quispicanchi. Malgré les strictes règlementations qui limitent le nombre d’entrées par jour sur le Chemin, sa popularité ne cesse de croître. En 2007, il a reçu 64 000 voyageurs étrangers et nationaux (voir figure 4.). En fait, le Chemin de l’Inca atteint pratiquement sa capacité limite de 500 entrées par jour. Ce nombre inclut les porteurs qui représentent une proportion d’environ 300 porteurs et guides pour 200 voyageurs (Observatorio Turístico del Perú, 2008).

Figure 4. Visiteurs nationaux et étrangers vs. porteurs au Chemin de l’Inca 2004 à 2007

Figure 4. Visiteurs nationaux et étrangers vs. porteurs au Chemin de l’Inca 2004 à 2007

Source : DIRCETUR Cusco, Direction régionale du tourisme (2009)

23Une étude de Bauer (2003) consacrée à l’évaluation de l’état de santé des porteurs du Chemin de l’Inca présente les résultats d’une centaine d’entrevues structurées relatant leurs conditions de travail. Selon les témoignages des porteurs, les mauvais traitements subis concernaient : les vêtements et les chaussures inadéquats pour la marche en terrain accidenté, dans des conditions climatiques variables ; le volume et le poids des marchandises à transporter ; le fait de ne pouvoir emporter d’effets personnels ; la quantité souvent insuffisante et la piètre qualité de la nourriture offerte pendant le voyage qui se limitait à du riz, des pâtes, du sucre et de l’eau ; de plus, même pendant les nuits froides, les porteurs n’avaient pas le droit de faire chauffer de l’eau. Le taux de mortalité était élevé pendant les randonnées : travailleurs décédés de fatigue, chutes dans les falaises, complications de santé dues aux excès physiques. Leur salaire variait de 10 à 25 nouveaux sols péruviens par jour, soit l’équivalant de 2,90 à 7,25 dollars américains ; de ce montant, les porteurs devaient souvent soustraire le prix de la nourriture, du train de retour et le coût du bris ou de la perte d’équipement placé sous leur responsabilité. Ils étaient victimes de chantage mais ne pouvaient pas se plaindre de crainte de ne plus être réengagés ; ils n’avaient aucune sécurité d’emploi, ni d’assurance-maladie pendant ou après le travail, aucuns soins lors d’accidents de travail et, s’ils ne terminaient pas la route, ils ne recevaient pas leur salaire. À partir des années 2000, selon Bauer (2003) et selon une autre enquête de l’ONG Inka Porter Project (2004), les principales revendications des porteurs se limitaient à une garantie d’un meilleur salaire de base, à une nourriture adéquate durant le travail, à une couverture d’assurance-maladie et, mais de manière moins directe, à un meilleur accès à l’éducation pour leur enfants.

24En 1988, quelques porteurs cuisiniers et guides membres de l’Association péruvienne de tourisme d’aventure et d’écotourisme (APTAE) ont créé l’Association des travailleurs du tourisme d’aventure du Pérou (ATTAP) comprenant 2 000 porteurs membres. En 2001, un groupe provincial a été constitué, avec l’aide de la Fédération des travailleurs de Cusco, pour former le Syndicat unique des porteurs de Cusco (SINDUP) qui comprenait alors 3 000 membres. Finalement, en 2004, le SINDUP et l’ATTAP ont associé leurs efforts pour organiser un congrès des porteurs qui a mené à la création de la Fédération régionale des porteurs du Chemin de l’Inca Daniel Estrada (du nom d’un fameux Cusqueño, membre du Congrès, qui soutenait leur cause).

25Le processus de prise de conscience des inégalités et la mobilisation contre les abus qui semblent avoir démarré sont vraisemblablement reliés au mouvement mondial de conservation (Mowforth and Munt, 1998) qui a pris d’assaut le sanctuaire de Machu Picchu dans les années 1980 à la suite, entre autres, de la désignation du site par l’UNESCO. Le développement du tourisme préoccupe quelques organisations locales et la communauté internationale, notamment des organisations comme l’UNESCO, des voyagistes responsables, des touristes, des ONG et des groupes environnementalistes (Laats 2005). Un des grands instigateurs de changements a été le groupe Programa Machu Picchu (PMP), financé par la renégociation de la dette extérieure péruvienne avec la Finlande, où 6,15 millions de dollars US ont été directement injectés dans la protection intégrale de l’environnement et la conservation de la biodiversité du site. En 1981, l’État péruvien, par l’intermédiaire de l’INRENA, a déclaré officiellement le Sanctuaire historique de Machu Picchu (SHMP) zone naturelle et archéologique nationale protégée. Cette protection officielle du sanctuaire, qui inclut une large partie du Chemin de l’Inca, le nouveau rôle que joue la communauté internationale dans le cadre de l’UNESCO et du Programme Machu Picchu Pérou / Finlande sont autant de facteurs qui allaient contribuer à l’amélioration de l’état de conservation du Chemin et à sa protection. Vers la fin des années 1990, à la suite des années de la crise péruvienne, le gouvernement publiera un premier plan-cadre de développement pour le sanctuaire et il créera, en 1998, l’Unité de gestion Machu Picchu (UGM) où sont représentés l’Institut national de la culture (INC), l’Institut national des ressources naturelles (INRENA), le Vice-ministère du tourisme et la Direction régionale de Cusco. Ce mouvement général de protection mettra donc en lumière la mauvaise situation économique et sociale de la population du territoire protégé.

26Parmi les activités de conservation prévues, le PMP a établi un projet de formation environnementale pour les porteurs qui allait permettre de les sensibiliser au rôle des organisations qui gèrent le sanctuaire, aux principes de gestion des ressources naturelles, à la gestion des déchets solides et à l’histoire générale des sites archéologiques du Chemin de l’Inca. Avec le temps, les initiatives du PMP, des porteurs eux-mêmes et de certaines agences de voyages et d’associations auront pour effet de légitimer et de favoriser les revendications des porteurs. Finalement, la Ley de los porteadores 27607, loi votée par le Congrès de la République péruvienne à la fin de 2001, entrera en vigueur pour réglementer les conditions générales de travail des porteurs : la limite du poids est désormais fixée à 20 kilos, leur laissant 5 kilos d’effets personnels ; les travailleurs doivent être nourris, vêtus et transportés convenablement par les compagnies ; ils doivent être couverts par une assurance-vie ; le salaire minimum passe à 156 nouveaux sols pour les quatre jours (39 nouveaux sols ou 13 dollars américains par jour). La loi fixe aussi les heures de travail, le repos, l’âge minimal pour travailler et l’équipement en général.

27En plus de s’être regroupés en fédération, les porteurs sont aujourd’hui plus conscients de leurs droits, des abus commis et des recours auxquels ils ont accès. De 2003 à 2005, un groupe de volontaires péruviens et étrangers, principalement britanniques, plus directement dévoué à leur cause a créé l’ONG Inka Porter Project avec pour mission d’améliorer les conditions de vie des porteurs du Pérou. L’estime de soi des porteurs étant généralement très faible – ce qui va de pair avec leur statut social très bas -, l’un des objectifs de l’organisation était de contribuer à rehausser leur niveau d’estime grâce à des projets communautaires impliquant les textiles, l’art, l’environnement, l’enseignement des langues, mais aussi des projets de formation aux droits fondamentaux (El Ch’aski, 2003). Des volontaires, surtout européens, ont activement collaboré à ces projets et ont également contribué à créer un site Web, à produire la publication el Ch’aski Newsletter, à réaliser un code de conduite du « trekker » [randonneur ], un inventaire des agences de voyages qui étaient « responsables et éthiques », respectueuses des politiques concernant le bien-être des porteurs, mais aussi de celles qui ignoraient les règlements (voir www.peruweb.org et www.tourismconcern.org.uk). Tourism Concern, International Porter Protection Group, International Mountain Explorers Connection et HimalAndes sont autant d’organisations internationales qui ont soutenu ce projet et qui continuent de participer à des campagnes en faveur de l’amélioration de la qualité de vie des porteurs.

28Tous ces efforts de conscientisation ont donc eu un écho au niveau national grâce à la nouvelle loi votée par le Congrès, mais aussi grâce aux médias de Lima. Les principaux journaux de la capitale font constamment état des conflits résultant de la difficulté à la faire respecter. Au niveau international, des chaînes d’information telles que la BBC ont documenté la lutte des porteurs. Accédant à une reconnaissance politique à titre de travailleurs autonomes, les porteurs jouissent d’une visibilité nationale : leur cause est aujourd’hui connue de tous les Péruviens. Malgré ces efforts et ces transformations, la lutte semble plafonner et les agences de voyages déclarent que la nouvelle loi est impossible à appliquer. En fait, le seul contrôle en vigueur se limite au calcul du poids de la charge pour chaque porteur au début de la randonnée, sachant très bien qu’on augmentera le poids pendant la marche. En fait, la lutte pour l’obtention de la nouvelle loi s’est maintenant transformée en une lutte pour son respect et son contrôle, et pour l’application de sanctions à l’endroit des agences qui ne s’y conforment pas.

29Par ailleurs, le nombre de porteurs membres de la Fédération dépasse aujourd’hui de beaucoup la demande limitée par les règlementations, ce qui permet à la plupart des agences d’éviter de payer le salaire de base, d’augmenter le poids des charges et de continuer à faire chanter les porteurs qui n’ont d’autre choix que d’accepter ces conditions. En fait, tous les membres de la Fédération savent bien que des centaines d’hommes sont en attente de contrats et prêts à accepter des conditions inférieures. Les problèmes sont loin d’être résolus car la Fédération a perdu de la crédibilité à la suite des malversations de certains de ses dirigeants. Mais ce qui a le plus fait reculer la cause des porteurs est sans doute la fin, en 2002, du Programme Machu Picchu qui était reconnu comme le principal mobilisateur de la cause des porteurs. La fin du PMP a considérablement affaibli les efforts de coordination entre les diverses organisations et parties prenantes (Laats, 2005). Au-delà de ces conflits internes, le fait que les agences de voyages considèrent les exigences comme irréalisables ou trop fortes contribue aussi à affaiblir le pouvoir de négociation des porteurs. À ces sources de tensions s’ajoutent aussi l’ambiguïté de la loi et la difficulté de l’appliquer (Laats, 2005 ; Luthi, 2007).

Conclusion

30En termes d’inclusion et d’exclusion sociale, l’exploration du cas des porteurs du Chemin de l’Inca permet d’avancer quelques constats qui exigeront néanmoins des études plus approfondies.

31En ce qui concerne le système démocratique et juridique, nous avons vu qu’une loi spécialement conçue pour contrôler et pour sanctionner les abus a eu un premier effet de reconnaissance des porteurs comme travailleurs autonomes, comme groupe particulier. La loi leur a donné des balises pour favoriser leur lutte et une structure juridique pour défendre leur cause. De plus, la création de fédérations et de syndicats appuyés par des leaders locaux ayant l’expérience d’autres organisations a donné aux porteurs une force collective pour défendre leur cause et agir comme groupe. Malgré ces efforts, le manque de ressources pour faire respecter un système de sanctions, la corruption et le racisme institutionnalisé mettent un frein constant à l’application de la loi qui, de surcroît, n’a pas beaucoup d’impacts sur l’amélioration des conditions de travail en général.

32En ce qui concerne le marché du travail, le travail de porteur sert encore aujourd’hui d’activité économique complémentaire aux activités d’agriculture de subsistance. Seuls quelques porteurs réussissent à avoir un emploi et un revenu plus stables lorsqu’ils ont la chance de travailler pour une agence plus responsable et formelle - qui se limite à trois ou quatre grandes agences sur un total d’environ une centaine d’agences créditées afin d’entreprendre le Chemin de l’Inca. En fait, l’emploi de porteur demeure plutôt occasionnel et il contribue à apporter un revenu d’appoint aux familles, mais il est loin de fournir un revenu régulier qui favoriserait des transformations majeures en termes de consommation, mais aussi en termes de mobilité socioéconomique.

33L’assistance sociale, qui se mesure par rapport à l’accès aux services de base tels que les infrastructures, les services de santé et l’éducation, peut sembler s’être légèrement améliorée dans quelques villages comme Willoc où l’on emploie la plupart de la population masculine. De façon générale, toutefois, les améliorations semblent se limiter à la construction d’écoles et à des services de santé aux ressources très limitées. Seul un nombre infime d’agences fournit une assurance-maladie aux porteurs qui, de façon générale, continuent à souffrir de problèmes physiques et de santé.

34Le capital social s’avère le système qui aura été le plus bénéfique pour les porteurs. L’emploi, la cause, la confrontation avec le monde par l’intermédiaire des touristes et des agences internationales, les médias locaux et internationaux ont tous fait en sorte que leur lutte a pris un caractère médiatique important, parfois mondial. D’une piètre image de soi comme groupe marginalisé et pauvre ayant conscience d’être considéré comme inférieur par les entrepreneurs locaux de Cusco et de Lima, les porteurs sont passés à une nouvelle image plus positive projetée par des touristes étrangers qui s’intéressent à eux, par des agences locales « parfois » responsables, par des membres et des programmes de conscientisation des ONG, et par les quelques formations offertes pour accroître l’estime individuelle et construire une collectivité plus forte. Les ONG et les programmes d’aide internationaux ont servi d’arbitres, de promoteurs et de lobbyistes en offrant des recours pour la cause, grâce aux normes internationales en matière de travail et de droits humains, mais aussi des formations et des programmes d’aide aux communautés.

35Malgré ces contacts dont les effets ont été plus ou moins transformateurs, le statut social des porteurs n’a pas vraiment changé. En fait, travailler comme porteur demeure vraisemblablement perçu comme un emploi au plus de bas de l’échelle de la mobilité sociale pour les habitants de la région. La seule variation de perception du statut se trouve dans les communautés mêmes où les porteurs ayant un emploi plus stable avec une meilleure agence, ce travail est perçu comme plus valorisant. Par contre, en ce qui concerne les réseaux de solidarité et les opportunités de contacts, on pourrait dire que l’emploi de porteur a quand même apporté un « capital de réseaux ».

36Urry (2007) a élaboré cette notion de capital de réseaux (Network Capital) à partir des travaux de Bourdieu (1984). Les mobilités mondiales produites, dans ce cas-ci par le tourisme international, génèrent de nouvelles sociabilités engendrées par l’accès à des revenus et à des emplois, mais aussi à de nouveaux réseaux de solidarité et de liens informels, à de nouvelles formes de capital social régional, national, mais aussi et surtout international, qui permettront l’adhésion à de nouveaux systèmes de régulation universels concernant les droits humains, les normes internationales du travail, etc. Ainsi, les populations vulnérables et marginalisées du sud andin qui ont peu d’opportunités de mobilité sociale ont tout de même amélioré ce capital de réseaux ou, dans les termes d’Urry (2007 : 197), « [their] capacity to engender and sustain social relations with those people who are not necessarily proximate and which generate emotional, financial and practical benefit… in making and remaking their social connections, the emotional, financial and practical benefits ».

37Dans le domaine du développement, le système touristique entraîne des transformations régionales complexes, aléatoires et contradictoires. Il est certes impossible de se positionner une fois pour toute sur des résultats d’inclusion ou d’exclusion sociale des porteur péruviens à la suite de leur intégration dans le système touristique. La complexité même de ce groupe qu’on appelle globalement « les porteurs », les inégalités intrinsèques de la région et du système national ne permettent de percevoir cette cause que comme une phase dans l’histoire continue des conflits et de leur résolution. Une chose est toutefois sûre, la lutte des porteurs se poursuit, et l’appel de ces travailleurs, des ONG, des citoyens et des touristes « responsables » doit continuer à faire progresser un mouvement de prise de conscience des injustices et des inégalités régionales ainsi que le combat en faveur d’une justice sociale favorisant l’inclusion des communautés andines marginalisées.

Haut de page

Bibliographie

Arellano, A. (2004). «Spirits, bodies and Incas: Performing Machu Picchu», In J. Urry and M. Sheller (ed.), Tourism mobilities: Places in play, places to play, London, Routledge: 67-77.

Badatur (2008). Banco de datos de turismo de la Universidad San Martin de Porres, URL, <http://badatur.turismo.usmp.edu.pe/>.

Bauer, I. (2003). «Inca trail porters: The health of local tourism employees as a challenge for travel medicine», Journal of Travel Medicine, 10(2): 94-99.

Butcher, J. (2003). The Moralisation of Tourism: Sun, Sand . . . And Saving the World? London, Routledge.

Buvinic, M., J. Mazza and R. Deutsch (dir.) (2004). Social inclusion and economic development in Latin America, Washington, Inter-American Development Bank.

Buvinic, M. (2004). «Introduction: Social inclusion in Latin America», In M. Buvinic et al. (ed.), Social inclusion and economic development in Latin America, Washington, Inter-American Development Bank.

Cabezas, A (2008). “Tropical Blues, Tourism, and Social Exclusion in the dominican Republic”, Latin American Perspectives, 35(3): 21-36.

Cassado, M. (1998). Peru’s tourism industry: Growth, setbacks, threats, City, Sage Publications.

Cass, N., E. Shove and J. Urry (2005). «Social exclusion, mobility and access», The Sociological Review, 53(3): 539-555.

Desforges, L. (2000). «State tourism institutions and neo-liberal development: A case study of Peru», Tourism Geographies, 2(2): 177-192.

De Ferranti, D. et al. (2004). Inequality in Latin America, breaking with history?, Washington, The World Bank.

De Kadt, E. (ed) (1979). Tourism: Passport to Development?, New York: Oxford University Press.

El Ch’aski (2003). The Inka Porter Project Newsletter, juillet 2008, URL, <http://www.peruweb.org/porters/downloads/NewsletterNovember2003.pdf>.

Fennell, D.A. (1999). Ecotourism: An Introduction, London, Routlege.

Harrison (2008). “Pro-poor Tourism: a critique”, Third World Quarterly, 29(5): 851-868.

Hall, M. and H. Tucker (ed.) (2004). Tourism and Postcolonialism, Routledge.

Hills, J., J. Le Grand and D. Piachaud (dir.) (2002). Understanding social exclusion, Oxford, Oxford University Press.

Honey, M. (1999). Ecotourism and Sustainable Development: Who Owns Paradise? Washington: Island Press.

Laats, H. (2005). Hybrids forms of conflict management and social learning in the department of Cusco, Peru, Thèse de doctorat, Université de Wageningen.

Ladkin, A. and A. Martinez Bertramini (2002). «Collaborative tourism planning: A case study of Cusco, Peru», Current Issues in Tourism, 5(2): 71-93.

Luthi, K. (2007). Développement touristique local, L’exemple de Ollantaytambo au Pérou, Mémoire de licence, Institut de géographie, Université de Lausanne.

Mowforth, M. and I. Munt (1998). Tourism and sustainability: New tourism in the third world, London, Routledge.

Obervatorio Turistico del Peru (2008). http://observatorioturisticodelperu.com/

Ocampo, J. A. (2004). «Economic development and social inclusion», In M. Buvinic et al. (dir.), Social inclusion and economic development in Latin America, Washington, Inter-American Development Bank.

Pacari Vega, N. (2004). «Social inclusion and indigenous peoples’ rights», In M. Buvinic et al. (dir.), Social inclusion and economic development in Latin America, Washington, Inter-American Development Bank.

PENTUR (2008-2012). Plan Estrategico Nacional de Turismo, MITINCI, Pérou.

Roca Rey, I. y B. Rojas (2002). «Pobreza y exclusion social: Una aproximacion al caso peruano», Bulletin de l’Institut français d’études andines, 31(3): 699-724.

Sen, A. (1987). The Standard of Living, Cambridge, Cambridge University Press.

Shucksmith and Chapman (1998). “Rural Development and Social Exclusion”, Sociologia Ruralis, 28(2): 225-242.

Steel, G. (2008). Vulnerable Careers, Tourism and Livelihood Dynamics among Street Vendors in Cusco, Rozenburg Publishers.

Urry, J. (2007). Mobilities, Cambridge, Polity Press.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte du Pérou et du département de Cuzco
Crédits Source : N. Petit-Charles
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6550/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 2. Nombre de visiteurs au Pérou, à destination de Cuzco-MachuPicchu et au MachuPicchu entre 2002 et 2007
Crédits Source : DIRCETUR Cusco, Direction régionale du tourisme (2009)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6550/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 3. Indicateur de pauvreté selon les zones géographiques entre 2004 et 2007 (pourcentage de la population)
Crédits Source : Institut national de statistiques et d’informatique (INEI) ; Enquête nationale de foyers (ENAHO) : 2004-2007.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6550/img-3.png
Fichier image/png, 24k
Titre Figure 4. Visiteurs nationaux et étrangers vs. porteurs au Chemin de l’Inca 2004 à 2007
Crédits Source : DIRCETUR Cusco, Direction régionale du tourisme (2009)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6550/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Arellano, « Tourisme et lutte contre la pauvreté, l’expérience du sud andin rural au Pérou », Études caribéennes [En ligne], 24-25 | Avril-Août 2013, mis en ligne le 15 août 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6550 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6550

Haut de page

Auteur

Alexandra Arellano

Université d’Ottawa, Canada, aarellan@uottawa.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org