Navigation – Plan du site
Tourisme et lutte contre la pauvreté : approche théorique et études de cas

L’engouement des communautés indigènes équatoriennes pour le tourisme, choix pertinent ou désillusion annoncée ?

The Enthusiasm of the Ecuadorian Indigenous Communities for Tourism, Relevant Choice or Future Disappointment?
Bernard Schéou

Résumés

Le 26 septembre 2007, lors d’un discours à l’Assemblée générale des Nations Unies, Rafael Correa, le président équatorien, critiqua la vision du développement sous-jacente aux Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Récusant la stratégie de libéralisation économique et les objectifs d’accroissement de la consommation qu’elle implique, son gouvernement s’est prononcé en faveur d’un « développement endogène, d’inclusion économique et de cohésion sociale et territoriale » afin de diminuer les inégalités pour permettre à tous de mener une vie décente et digne, ajoutant « notre vision du développement est très différente : nous entendons par développement le bien-être de tous, en paix et en harmonie avec la nature, et la prolongation infinie des cultures humaines. »
Le tourisme, source majeure de devises étrangères en Équateur à côté du pétrole et des envois d’argent des migrants, peut-il contribuer à l’atteinte de cet objectif ? Comment ? Atteignant plus d’un million de visiteurs étrangers en 2008 (dont 24 % en provenance des États-Unis et 45 % de pays d’Amérique latine, les recettes du tourisme international ont représenté la même année, 754 millions de dollars. Considérant le tourisme comme une activité opportune, de plus en plus de communautés autochtones développent des projets touristiques. En 2009, la fédération plurinationale de tourisme communautaire d’Équateur regroupait 90 communautés membres alors même que toutes celles qui développent des projets de tourisme communautaire n’adhèrent pas à la fédération. Comment comprendre cet engouement pour le tourisme de la part des communautés autochtones ? Quelles sont leurs attentes ? Les projets permettent-ils d’y répondre ? Nous apporterons des éléments de réponse à ces questions à travers l’analyse de deux expériences de tourisme communautaire menées par des communautés quechuas dans les Andes et en Amazonie1.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements
À Julie Bastin pour le travail de récolte d’informations statistiques à Quito et pour les entretiens menés en Équateur avec des responsables de projets de tourisme communautaire.

Introduction

  • 2 Le concept utilisé ici est présenté dans ce même numéro : http://etudescaribeennes.revues.org/6490

1En septembre 2007, lors d’un discours à l’Assemblée générale des Nations Unies, Rafael Correa, le président équatorien, critiqua la vision du développement sous-jacente aux Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Récusant la stratégie de libéralisation économique et les objectifs d’accroissement de la consommation qu’elle implique, son gouvernement s’est prononcé en faveur d’un « développement endogène, d’inclusion économique et de cohésion sociale et territoriale » afin de diminuer les inégalités pour permettre à tous de mener une vie décente et digne, ajoutant : « notre vision du développement est très différente : nous entendons par développement le bien-être de tous, en paix et en harmonie avec la nature, et la prolongation infinie des cultures humaines » (Correa, 2007). Inclure économiquement ceux qui subissent une pauvreté matérielle disqualifiante2, mais aussi assurer la cohésion sociale et territoriale des populations d’Équateur notamment en luttant contre le racisme anti-autochtone et la migration nous semblent bien constituer les principaux défis auxquels doit faire face l’Équateur pour avancer sur la voie du développement tel que le définit Rafael Correa (cf. 1).

2Le tourisme, source majeure de devises étrangères en Équateur après le pétrole, les envois d’argent des migrants et les produits issus de la mer, peut-il contribuer à l’atteinte de cet objectif ? Comment ? Atteignant plus d’un million de visiteurs étrangers en 2008 (dont 24 % en provenance des États-Unis et 45 % de pays d’Amérique latine), les recettes du tourisme internationales ont représenté la même année 745 millions de dollars (cf. 2). Considérant le tourisme comme une activité opportune, de plus en plus de communautés autochtones mettent en place des projets touristiques. La fédération plurinationale de tourisme communautaire d’Équateur regroupait en 2009 environ 90 communautés membres alors même que toutes celles qui ont mis en place des projets de tourisme communautaire n’ont pas adhéré à la fédération. Comment comprendre cet engouement pour le tourisme de la part des communautés autochtones ? Quelles sont leurs attentes ? Les projets permettent-ils d’y répondre ainsi qu’aux défis présentés en (1) ? Nous apporterons des éléments de réponse à travers l’analyse de deux expériences de tourisme communautaire menées par des communautés quechuas dans les Andes et en Amazonie (cf. 3 et 4).

1. Enjeux et défis de développement en équateur

3« Nous ne sommes ni pauvres ni primitifs. Nous, les Yanomamis, sommes riches. Riches de notre culture, de notre langue et de notre terre. Nous n’avons pas besoin d’argent ni de possessions. Ce dont nous avons besoin, c’est de respect : du respect pour notre culture, du respect pour notre terre » (Davi Kopenawa Yanomani cité chez Le Bot, 2009).

4Pays d’Amérique latine situé entre la Colombie et le Pérou, l’Équateur se compose de quatre zones très différentes : la partie centrale délimitée par deux chaînes de volcans est appelée la Sierra, c’est un bout de la cordillère des Andes avec de part et d’autre deux zones au climat chaud et humide ; à l’Est, la vaste partie amazonienne (la moitié de la superficie totale du pays), appelée l’Oriente et à l’ouest, la Costa, plaine côtière au climat chaud et humide qui va de la cordillère jusqu’à l’Océan pacifique ; enfin, l’Archipel des îles Galapagos, patrimoine mondial de l’humanité et site touristique très fréquenté, fait partie du pays depuis 1832.

5En 1531, les Espagnols ont colonisé les Andes, mettant fin à une domination Inca qui durait depuis 1463. Le pays est intégré en 1822 à la Fédération de la Grande Colombie, puis devient indépendant en 1830. À leur arrivée, les Espagnols s’emparent des terres cultivables des Indiens de la Sierra et exploitent ces derniers comme main d’œuvre. Si quelques Indiens se réfugient dans les hautes terres pour échapper au travail forcé, la plupart travaillent dans les haciendas créées par les Espagnols. Et jusqu’à la fin du xviiième siècle, la Sierra concentrait 90 % de la population équatorienne. À partir du xixème siècle, on assiste à un rééquilibrage de la répartition de la population, car le développement agricole de la Costa sur la base de cultures d’exportation comme le cacao attire ceux de la Sierra qui deviennent ouvriers agricoles dans de grandes plantations capitalistes. Si dans la Sierra, les inégalités découlent du passé colonial, de la spoliation des terres et du racisme dont furent (et sont) victimes les Indiens, sur la côte, du fait de ce peuplement plus récent, elles sont avant tout économiques et les rapports qui opposent patrons et ouvriers sont avant tout des rapports de classe sociale. Les réformes agraires intervenues à partir de 1964 n’ont pas permis de supprimer les inégalités de situation, loin de là, bien qu’elles aient eu plus de résultats dans la Costa, justement parce que la structuration sociale héritée de la colonisation est moins pesante. Les Indiens qui exploitent la terre disposent des terres les moins fertiles et leurs exploitations de petite taille ont de plus en plus de mal à nourrir une population croissante. Ces difficultés les amènent à migrer à partir des années 70 vers l’Oriente, zone de faible peuplement constituée de communautés indiennes de chasseurs-cueilleurs et de pêcheurs. Les nouveaux arrivants déforestent pour consacrer les terres à l’agriculture (Peltre-Wurtz, 2004 : 36-37).

6La modernisation rapide du pays (ouverture de routes, édification de barrages, construction de multiples grands immeubles dans les villes) a entraîné une vague de migrations vers les pôles urbains et entre les régions, elle n’a pas modifié la structure sociale : la pauvreté est demeurée massive et, en milieu rural, les Indiens ont été maintenus à l’écart des mutations économiques. […] L’Équateur est donc marqué par de fortes inégalités sociales, liées essentiellement aux structures agraires héritées de la période coloniale, qui n’ont jamais pu être complètement effacées par les divers essais de réforme agraire (Peltre-Wurtz, 2004 : 20).

7Véritable carrefour géographique, l’Équateur est marqué par le métissage des peuples et des cultures. En 2006, les Amérindiens représenteraient environ le quart de la population, estimée à 13,5 millions de personnes, les métis 65 %, les descendants des colons espagnols 7 % et les Afro-Équatoriens, descendants des esclaves noirs amenés dans les Andes par les espagnols 3 %. Pour sa part, la Confédération des nationalités indigènes d’Équateur estime la part d’Indiens à environ 45 % de la population bien que lors du dernier recensement de 2001, moins de 7 % des Équatoriens se soient autodéfinis comme Indiens et 75 % comme métis. C’est que d’après Yvon Le Bot, à propos de l’Équateur, « la majorité de la population andine, y compris ici les quichuasphones, se considère comme métisse et réserve l’appellation “‘indien”’ aux autres, aux communautés amazoniennes principalement. » (Le Bot, 2009 : 32). En cause, le racisme anti-indien qui est en Amérique latine, « une composante commune de la représentation de l’autre et de soi. Il imprègne les cultures nationales, les mentalités et les conduites des groupes dominants, mais aussi des dominés. Il est une composante des rapports sociaux et est intériorisé par les communautés indiennes et les individus eux-mêmes » (Le Bot, 2009 : 59).

  • 3 D’après Yvon Le Bot, ce mouvement ne se fonde nullement sur la communauté traditionnelle ou religie (...)

8La réponse apportée par les indiens fut de s’organiser au sein de la CONAIE (Confederación de Nacionalidades Indigenas del Ecuador), rassemblant au point d’en faire l’un des plus puissants mouvements indigènes du continent et le principal mouvement social du pays3, farouche opposant aux politiques néolibérales, capable d’en freiner l’application et allant jusqu’à provoquer par des manifestations populaires, pacifiques et massives, la destitution de trois des cinq derniers présidents élus : sept présidents se sont succédés depuis 1997 dont cinq seulement ont été élus, les autres ayant assuré l’intérim. Le dernier président, Rafael Correa a été élu en novembre 2006 puis pour un second mandat en avril 2009 à chaque fois avec le soutien des organisations indigènes.

9L’économie du pays se base sur l’exportation de produits primaires, en premier lieu de produits agricoles comme les fèves de cacao durant le premier quart du xxème siècle ou des bananes entre 1948 et 1970. Puis à ces produits s’est ajouté le pétrole à partir des années 70, qui est devenu la première source de devises étrangères et a permis une forte augmentation du PIB lorsque les cours étaient au plus haut dans les années 1970. À la fin des années 80, le pays s’est retrouvé victime d’une forte inflation et complètement étouffé par la dette extérieure, les revenus pétroliers ne suffisant pas à y faire face. L’ensemble du pays a énormément souffert de la crise financière qui l’a touché en 1999 entraînant la fermeture de la plupart des institutions financières du pays, crise qui s’est traduite par une forte chute de la production nationale par rapport à 1998 et une dévalorisation de la monnaie nationale de 477 % en 24 mois (Arteta, 2001), avec pour conséquences : une augmentation du chômage, de la misère, de la réduction des dépenses sociales, de la croissance de la criminalité, d’une augmentation du phénomène de migration qui fragilise les familles… C’est suite à cette crise que la dollarisation de l’économie équatorienne a été décidée.

10De cette rapide présentation du pays, nous pouvons déduire les principaux défis auquel l’Équateur doit faire face sur fond de problématique autochtone : la misère, la migration et les impacts écologiques et sociaux résultant des industries d’extraction qui touchent particulièrement les Indiens d’Amazonie.

1.1. La pauvreté matérielle

11Des différents types de pauvreté résultant des distinctions opérées par Alain Girard et Bernard Schéou, nous ne traiterons ici que de la pauvreté disqualifiante, celle qui exprime une privation matérielle empêchant l’être humain d’accomplir son humanité et de ce fait, est contraire à la dignité du sujet (Girard & Schéou, 2013). Rappelons que la pauvreté disqualifiante peut être imputée par le regard extérieur et dans ce cas, il s’agit de la pauvreté dite objective qui est constatée et mesurée par un appareillage statistique « neutre » en fonction de la définition retenue. C’est à cette pauvreté que s’intéressent en priorité les institutions internationales.

  • 4 Source : Estimations de la pauvreté dans le monde en développement (mise à jour), site de la banque (...)
  • 5 Rapports du PNUD, respectivement en page 230 et en page 190.

12Tout en reconnaissant la nécessité d’étudier différentes dimensions de la pauvreté pour en saisir toute la complexité, en particulier la santé, l’éducation, la vulnérabilité, le manque de pouvoir et de parole, c’est avant tout à l’aspect monétaire de la pauvreté que se concentre l’approche de la Banque Mondiale qui considère que les autres dimensions ne sont pas mesurables par des indicateurs. La Banque Mondiale identifie « les pauvres » à partir d’un seuil de revenu individuel, en deçà duquel il ne serait pas possible de survivre. Depuis 2008, la Banque Mondiale a fixé ce seuil de pauvreté international à 1,25 $ par jour et par personne. Il correspond au « seuil de pauvreté nationale moyen des 10 à 20 pays les plus déshérités de la planète »4. Ce seuil international est ensuite converti en un seuil national exprimé en monnaie nationale en fonction d’éléments sur les parités de pouvoir d’achat, puis transposé depuis l’année de référence à l’année actuelle. Pour les pays intermédiaires, le seuil de pauvreté de la Banque Mondiale est resté à 2 $ par jour et par personne. Nous ne reviendrons pas ici sur les nombreuses incertitudes qui résultent du processus de production des données retenu par la Banque Mondiale et sur les critiques qui ont été formulées à son encontre. Le taux de pauvreté monétaire serait ainsi passé de 17,7 % au seuil de 1 $ en 2005 (PNUD, 2008 : 194) à 4,7 % au seuil de 1,25 $ en 2007 (PNUD, 2009 : 238). Au seuil de 2 $ qui est celui que recommande la Banque Mondiale pour les pays d’Amérique latine, le nombre de « pauvres » serait passé de 40,8 % à 12,8 % sur la même période. Cette réduction conséquente en seulement deux ans s’explique uniquement par le fait qu’il s’agit d’une mesure monétaire de la pauvreté et que le PIB par habitant en parité de pouvoir d’achat a augmenté de 72 % par an sur la même période, passant de 4341 $ à 7449 $5.

  • 6 L’indice de pauvreté humaine exprime de manière synthétique les déficits des trois domaines que le (...)

13Par contre, l’indice de pauvreté humaine6 proposé et mesuré par le PNUD et inspiré comme l’indice de développement humain, des travaux d’Amartya Sen, n’a que peu varié entre 2005 et 2007, passant de 8,7 % à 7,9 %. Pendant cette période, la position relative de l’Équateur se dégrade même, passant du rang 19 en 2005 au rang 38 en 2007. C’est qu’en 2005, le pays présentait de meilleurs résultats en termes de pauvreté humaine qu’en termes de pauvreté monétaire alors qu’en 2007, le rang du pays est le même pour la pauvreté humaine et pour la pauvreté monétaire. Ces évolutions croisées pourraient indiquer un découplage entre les deux types de mesures de la pauvreté. Pour sa part, l’indice de développement humain est passé de 0,71 à 0,81 entre 1980 et 2007, mais il a autant augmenté entre 2005 et 2007 qu’entre 1980 et 2005. Cette forte hausse entre 2005 et 2007 s’explique principalement par l’accroissement conséquent du PIB par habitant en parité de pouvoir d’achat déjà évoquée, les indicateurs de santé et d’éducation ayant peu évolué sur la période.

14Pour sa part, l’Instituto Nacional de Estadistica y Censos d’Équateur détermine la pauvreté matérielle de deux manières différentes. La première repose sur la détermination d’un panier de biens et de services correspondant à la satisfaction des besoins essentiels. Sont considérés comme « pauvres », ceux dont les revenus ne permettent pas cette consommation et sont considérés comme « indigents », ceux dont les revenus ne permettent pas de couvrir les besoins nutritionnels seuls évalués à 2141 kilocalories par personne et par jour. À partir de l’enquête sur les conditions de vie de 2006, le seuil de pauvreté matérielle a été établi au niveau de 1,91 $ par personne et par jour et le seuil d’indigence à 1,076 $ par personne et par jour (www.inec.gov.ec). Le taux de pauvreté et le taux d’indigence n’ont pas cessé d’augmenter entre 1995 et 2000, atteignant respectivement 52 % et 20 % de la population équatorienne avant de diminuer pour retrouver en 2006 un niveau proche de celui de 1995 avec respectivement 38 % et 13 %.

15La seconde méthode considère comme « pauvre » toute personne dont l’un des besoins n’est pas satisfait (éducation, santé, nutrition, logement, services urbains, l’opportunité d’obtenir un emploi) et aboutit par conséquent à une proportion plus importante de « pauvres » (46 % en 2006). La prise en compte simultanée des deux méthodes précédentes aboutit à la typologie de Katzman (Katzman, 1989) qui permet de croiser pauvreté monétaire et pauvreté en termes de besoins essentiels.

Tableau 1. Typologie de Katzman appliquée à la pauvreté en Équateur

2005-2006

Besoins essentiels insatisfaits (46 %)

Besoins essentiels satisfaits (54 %)

Personnes sous la ligne de pauvreté (38 %)

Pauvreté structurelle 31,3 % (4 131 915 personnes)

Pauvreté récente 7 % (926 628 personnes)

Personnes au-dessus de la ligne de pauvreté (62 %)

En sortie de pauvreté 14,6 % (1 925 502 personnes)

Absence de pauvreté 47,2 % (6 229 820 personnes)

Source : INEC, 2007

16Il serait intéressant d’appliquer cette typologie aux différents espaces et zones géographiques du pays pour vérifier si la pauvreté structurelle se concentre plutôt dans les zones rurales contrairement aux autres types de pauvreté. C’est très probablement le cas, car le taux de pauvreté monétaire et le taux d’indigence sont bien plus élevés en zone rurale qu’en zone urbaine (respectivement 61,5 % et 27 % contre 25 % et 4,8 %). La différence est encore plus nette en ce qui concerne la satisfaction des besoins essentiels : ceux-ci sont insatisfaits chez 82,2 % des personnes en zone rurale et chez 25 % des personnes en zone urbaine. Cela tient évidemment à la construction de l’indicateur dont le niveau dépend de la présence d’équipements et d’infrastructures. De ce fait, c’est en Amazonie que le taux de la pauvreté selon les besoins essentiels insatisfaits est le plus élevé en 2006 (71 %), soit presque deux fois celui des Andes (37 %). En termes de pauvreté monétaire, c’est aussi dans l’Oriente que l’on va trouver les taux les plus élevés en 2006 (60 %) ce qui n’est guère étonnant, car c’est là que l’on va trouver des groupes sociaux vivant de manière traditionnelle. C’est aussi pour cette raison que les statistiques en fonction de l’appartenance ethnique indiquent que ce sont les Indiens qui sont les plus touchés par « la pauvreté » ou « l’indigence » avec un taux 5 fois plus important que celui des blancs (cf. figure 1).

Figure 1. « Pauvreté » et « indigence » selon le groupe ethnique

Figure 1. « Pauvreté » et « indigence » selon le groupe ethnique

Source : INEC (Fleury, Navajas et al., 2008 : 17)

  • 7 Les entretiens ont été réalisés par Julie Bastin, alors représentante en Équateur de l’association (...)

17Lorsque la pauvreté matérielle imputée est également perçue par la personne concernée, nous sommes dans le cas d’un constat partagé d’une privation matérielle qui pose problème, mais lorsqu’elle est imputée, mais non ressentie, nous avons affaire à une disqualification des « pauvres ». À ce propos, certains témoignages recueillis sont éloquents7 :

18Darwin : « Nous ne nous déclarons pas pauvres, ce sont les occidentaux qui nous disent que nous sommes pauvres parce que pour leur vision nous le sommes, parce que nous n’avons pas d’électroménagers, pas d’argent, pas d’accessoires médicaux, etc. […] Nous n’avons jamais fait de planification pour lutter contre la pauvreté. Nous ne nous considérons pas pauvres. Nous, à Saraguro, nous nous considérons comme un peuple intellectuel, avant nous avions la sagesse, le savoir, aujourd’hui nous avons des professionnels de tous types : médecins, vétérinaires, agronomes, architectes, professeurs, anthropologues, etc. Ceux qui n’ont pas étudié ont des terres. Il n’y a pas une seule famille qui n’a pas de quoi manger, ou de quoi se vêtir… »

19Santiago Rivera : « Sommes-nous pauvres ? Dans quel sens ? Si tu me dis d’un point de vue économique, tout le monde va dire que oui. Mais je pense que quand on parle de pauvreté, il ne faut pas le justifier que du point de vue économique, il faut parler de l’aspect intellectuel des capacités. […] Notre richesse c’est notre territoire, car nous pouvons cultiver, et donc n’avons pas besoin de migrer. La migration apporte de dérives telles l’alcoolisme, les drogues, la prostitution donc génère des problèmes sociaux. Nous pouvons également dire que nous sommes riches dans nos valeurs. À quoi ça sert d’avoir les poches pleines si nous n’avons ni valeurs, ni principes et que la population de ta communauté rencontre des problèmes d’ordre social comme l’alcoolisme, la prostitution, la drogue, le vandalisme, etc. ? »

1.2. La migration, solution ou problème ?

20Aujourd’hui, les institutions internationales comme la Banque Mondiale ou le PNUD militent pour une libéralisation des déplacements de main d’œuvre. Le rapport 2009 de la banque mondiale intitulé « Repenser la géographie économique » comprend un chapitre sur la mobilité des facteurs et les questions de migrations dans lequel sont présentés « des arguments en faveur de la facilitation du mouvement volontaire des personnes » (World Bank, 2008 : 146). La position préconisée à l’égard de la migration de main d’œuvre, qu’elle soit qualifiée ou pas, est toujours positive ou neutre au prétexte des économies d’échelles qui résultent de l’augmentation de concentration de population générée par le phénomène migratoire qui a toujours pour destination des zones urbaines et peuplées. Pour sa part, le PNUD a intitulé son rapport mondial sur le développement humain de 2009 : « lever les barrières : mobilité et développement humains » et affirme que « les faits montrent clairement que la levée des barrières à la mobilité et l’amélioration des politiques de migration présentent des bénéfices potentiels importants en termes de développement humain. Elles profiteraient à tous les groupes concernés par la migration. Lever les barrières présente un ensemble de réformes susceptible de générer des bénéfices majeurs en termes de développement humain. » Dans son dernier chapitre, le rapport propose un ensemble de réformes autour de six axes : 1) ouvrir les canaux d’entrée existants afin qu’un plus grand nombre de travailleurs puissent émigrer, 2) garantir les droits élémentaires des migrants, 3) abaisser les coûts de transaction de la migration, 4) trouver des solutions qui bénéficient aux communautés de destination et aux migrants qu’elles accueillent, 5) faciliter les déplacements des personnes à l’intérieur de leur propre pays et 6) intégrer la migration dans les stratégies nationales de développement (PNUD, 2009 : 107-127).

  • 8 Les références théoriques qui servent de base aux préconisations des rapports sont néoclassiques (W (...)

21Si la réduction des barrières à la circulation des individus peut effectivement représenter un impératif éthique dans le sens où pouvoir se déplacer est constitutif de la liberté de l’homme, l’approche de la Banque Mondiale et du PNUD est essentiellement économique et libérale : l’objectif n’est-il pas de permettre à l’ensemble des facteurs de production dont le travail de pouvoir se déplacer « vers les endroits où les rendements sont les plus élevés » (World Bank, 2008 : 146), ce qui, selon les auteurs de ces rapports, arriverait naturellement, comme le « ‘prouve »’ la théorie économique néoclassique, si des obstacles d’ordre politique n’empêchaient cette circulation8. Pourtant d’après certains spécialistes, il n’est pas possible d’affirmer avec certitude si la migration est bénéfique ou pas pour les régions d’origine. Pour Robert E. B. Lucas, « la question de savoir si les transferts financiers des migrants permettent un accroissement de la production nationale ou, au contraire, tendent à la faire diminuer n’est pas tranchée » (Lucas, 2005 : 125), et les effets négatifs de la fuite des cerveaux vers les pays industrialisés pourraient être contrebalancés par des gains potentiels liés à l’influence bénéfique de la diaspora en ce qui concerne « la promotion du commerce, des flux internationaux de capitaux et des transferts de technologie vers le pays d’origine » (Lucas, 2005 : 149). Il nous semble donc qu’il faille être prudent face à toute généralisation des conséquences du phénomène migratoire comme à toute préconisation non basée sur une étude approfondie des contextes locaux particuliers.

22Si la première vague de migrations depuis l’Équateur eut lieu dans les années 50 en provenance des provinces andines de Cañar et d’Azuay et principalement à destination des États-Unis, la crise financière de la fin des années 1990 a déclenché une nouvelle vague toujours vers les États-Unis, mais également vers l’Europe et plus particulièrement vers l’Espagne. Malgré une amélioration et une stabilité du PIB depuis 2001, le phénomène migratoire s’est maintenu, probablement du fait que nombre d’Équatoriens, traumatisés par la crise, ont une vision négative du pays et de leur avenir en son sein. Celui-ci est devenu un phénomène massif, comme une solution évidente pour nombre d’Équatoriens de toutes les régions d’Équateur dans l’objectif de trouver de meilleures opportunités économiques en dehors de leur pays d’origine. Pour autant les raisons économiques sont loin d’épuiser les motivations des Équatoriens à quitter leur pays. Les raisons sont aussi psychologiques : le rêve américain comme le rêve européen, alimenté par le modèle de développement occidental présenté comme étant le modèle « supérieur » à suivre contribuent à nourrir l’imaginaire de la migration. De plus, l’émigration équatorienne s’est construite en véritable système avec des traditions et des filières basées sur les liens familiaux, amicaux et communautaires. Les émigrants en maintenant ces liens avec leurs proches restés en Équateur contribuent à fortifier les réseaux d’émigrants notamment dans la recherche et dans la rencontre d’emplois potentiels pour les futurs migrants. Les réseaux convertissent la migration en un mouvement circulaire et continu qui facilite le déplacement des populations et qui renforce les liens économiques et sociaux entre l’Équateur et le pays d’émigration.

23D’après la Migration and Remittances Team de la Banque Mondiale, en 2005, le stock d’émigrants équatoriens dépassait le million de personnes, soit 7,7 % de la population du pays et 10,9 % des diplômés du tertiaire (Ratha and Xu, 2008). De son côté, la Banque Centrale d’Équateur estime que deux millions d’Équatoriens vivent actuellement à l’étranger (OIM, 2009 : 25) alors que d’autres auteurs évaluent le nombre de migrants internationaux à 2,5 millions, ce qui représenterait alors pas moins de 20,5 % de la population, soit près de 8 fois plus que le moyenne mondiale (Salazar, 2006 : 1).

24En 2008, la Dirección Nacional de Migración d’Équateur a comptabilisé 817 981 sorties pour 767 469 entrées d’Équatoriens, les sorties excédant les entrées de plus de 50 000 personnes, ces dernières étant des étudiants (30 %), des personnes sans activité (38 %), des travailleurs sans qualification (12 %) ou des employés de bureau (12 %) (INEC, 2008). Une enquête de 2003 portant sur Quito indique que 56 % des migrants ont quitté leur pays pour trouver du travail tandis que 20 % l’ont fait pour améliorer leurs revenus qu’ils considéraient comme insuffisants et 10 % pour rejoindre leur famille (Costa, Olivares et al., 2004 : 380).

25Depuis l’augmentation des contrôles aux États-Unis suite aux attentats du 11 septembre 2001, les destinations des émigrants sont plutôt européennes : entre 2000 et 2008, plus d’un million d’Équatoriens ont migré vers l’Europe, principalement vers l’Espagne et l’Italie. D’après les chiffres du gouvernement espagnol, le nombre de migrants venus d’Équateur est passé de 3 972 en 1998 à 390 297 en 2003 (OIM, 2009).

26Dans un mouvement parallèle, les envois d’argent de la part des migrants ont augmenté en moyenne annuelle de 12 % entre 2000 et 2006, dépassant 7 % du PIB et représentant près de 24 % du total des exportations et plus de 5 fois l’aide internationale reçue par l’Équateur en 2005 (Fleury, Navajas et al. 2008 : 11). D’après la Banque Mondiale, en 2009, ceux-ci atteignaient 3078 millions de dollars (6,1 % du PIB). Quel que soit le montant de ces envois d’argent, comment croire que perdre plus d’une personne sur cinq puisse constituer une voie de développement pour un pays ? Surtout que ces envois d’argent qui bénéficient directement aux migrants (construction d’une maison) ou à leur famille n’ont pas que des effets positifs. Quelle utilisation est faite de ces « migradólares » ? Le schéma décrit par Mohammed Lazaar dans les années 80 à propos du Rif semblerait proche de ce qui se passe en Équateur : « Construire une nouvelle maison ou aménager l’ancienne constitue le premier poste d’utilisation des revenus migratoires après l’entretien de la famille. La maison de l’émigré, dans le paysage rural, traduit profondément, par ses matériaux de construction, son aspect architectural et son contenu, l’élément majeur de la réussite et de la nouvelle différenciation sociale. » (Lazaar, 1987 : 109). Les maisons des migrants semblent effectivement pousser comme des champignons dans certaines provinces comme celle de Cañar : « les maisons construites avec des “migradólares” sont de plus en plus grandes et luxueuses, devenant un symbole de richesse et de différenciation sociale » (Mora, 2005 : 13). Le décalage entre ceux qui reçoivent et les autres peut avoir pour conséquence un affaiblissement ou une rupture de la cohésion communautaire, avec le risque de faire disparaître le travail collectif qu’est la minga à cause de la possibilité qu’offrent les revenus migratoires d’embaucher des travailleurs à la tâche. Mariana Mora pointe un autre effet désastreux de la migration sur les familles : la désintégration familiale générée par le départ des parents (en 2000, il y aurait eu 150 000 enfants délaissés par au moins l’un des deux parents) provoquerait des troubles dans le comportement scolaire et social des enfants et des adolescents, une consommation accrue de drogue et d’alcool (Mora, 2005 : 11). Mais une étude menée auprès d’enfants et de petits-enfants de migrants indiquerait qu’au moins pour la moitié des familles étudiées, les problèmes attribués à la migration lui auraient préexisté. Ce qui est sûr, c’est que la migration oblige à une réorganisation de la cellule familiale et de la répartition des responsabilités en son sein. On voit apparaître de nouvelles structures familiales dans lesquelles des grands-parents, des oncles, des mères seules, des amis, voisins ou même le frère aîné prennent en charge les enfants du migrant (OIM, 2009 : 43-44). Ces réorganisations ne sont pas sans effet sur le sentiment de bonheur ressenti. Les travaux que Jeronimo Cortina a réalisés avec l’Unicef en enquêtant auprès de 300 ménages équatoriens, dont la moitié étant touchés par la migration montrent que les ménages sans migrants sont plus nombreux à être satisfaits de leur vie que les autres. Si la migration est considérée comme une opportunité pour accéder à une meilleure qualité de vie, elle est également associée à la tristesse et à la solitude (Cortina, 2008).

  • 9 Entretien avec Germán Collayuazo mené en octobre 2009 par Julie Bastin.

27La migration interne comme la migration externe touchent particulièrement les Indiens et notamment les plus jeunes d’entre eux pour lesquels l’attachement à la terre et l’autonomie paysanne ne sont plus un idéal. La vie collective finit par être pesante et est parfois vécue comme une contrainte. La migration est aussi une recherche de soi-même et constitue un facteur important d’évolution identitaire : « certains migrants maintiennent leur identité indienne, d’autres la redécouvrent ou la reconstruisent. Mais plus nombreux sont ceux qui se fondent dans la masse de la population des quartiers populaires des grandes villes ou des flux migratoires transnationaux. Aujourd’hui, le sort des identités indiennes se joue en grande partie dans les villes et dans les migrations transnationales » (Le Bot, 2009 : 36). La question identitaire est bien la principale question soulevée par la migration pour Germán Collayuazo, responsable du centre d’écotourisme communautaire de Yunguilla dans la province de Pichincha, commune qui a connu de grands problèmes de migrations internes à destination de Quito en particulier au niveau des jeunes de la communauté. Selon lui, ancien migrant revenu dans sa communauté, la migration « provient du désespoir, de l’envie de devenir quelqu’un, car on nous avait dit que le développement se trouvait en ville, dans les grandes métropoles, donc il fallait aller là-bas pour se sentir quelqu’un de reconnu »9.

1.3. La protection de l’environnement contre les industries extractives

28Les revenus des industries extractives (pétrole, mines…) peuvent-ils constituer une réponse à la pauvreté matérielle et à la migration ? Pour la CONAIE qui a clairement pris position pour l’appui des communautés d’Amazonie qui luttent contre les entreprises transnationales minières et du pétrole ; la réponse est négative. L’organisation indigène s’oppose à toute pollution de l’environnement et exige pour tout projet « un consentement préalable libre et éclairé ». Il faut dire que les dégâts sont innombrables et les profits inexistants pour les communautés :

29« Puits de pétrole, gigantesques flammes de gaz brûlé dans l’air, tuyaux noircis serpentant le long des chemins, énormes piscines où croupissent les déchets toxiques du brut. Tel est le paysage où évoluent les habitants, pauvres pour la plupart, de la province amazonienne de Sucumbíos, au nord-ouest de l’Équateur. De l’Amazonie sortent 96,6 % du pétrole brut que produit le pays. Le Sucumbíos n’a profité en rien de cette richesse. La province est à la fois l’une des plus misérables et des plus chères du pays, du fait de la présence des compagnies pétrolières et de leur personnel. De nombreuses communautés paysannes et indigènes manquent d’eau courante et de lumière. À l’exception de celle qui s’élance en direction de Quito, les routes ne sont qu’amas de poussière mêlée à des résidus noirâtres, trace des innombrables derrames, les fuites de l’oléoduc. Contamination de l’air, de la terre, des ruisseaux. Maladies (cancer surtout). Déforestation. Pour procéder à chaque prospection, on a percé jusqu’à 1 000 kilomètres de trochas (chemins), des dizaines de milliers d’hectares de forêt ont été rasés. Sols boueux, travaillés par les pluies, où ont été rejetés sans aucun souci de la nature et des gens les résidus de produits chimiques employés lors du forage des puits. » (Barthélemy, 2003 : 24).

30D’ailleurs, une enquête menée auprès des communautés indique que 84 % des personnes interrogées considèrent que l’impact de Texaco dans le développement des communautés indigènes et métisses et négatif (Beristain, Rovira et al., 2009 : 160) et la grande majorité des indigènes s’oppose depuis les années 90 aux projets du gouvernement et des grandes entreprises dans le but de protéger leur environnement naturel, reconnu comme l’une des régions les plus riches du monde en termes de biodiversité.

31L’État équatorien qui doit faire face aux besoins des plus démunis et à une dette extérieure importante a-t-il le choix ? Quelles sont les alternatives ? Pour Fredy Alvaro, le coordinateur du Réseau des Communautés Kichwas de l’Amazonie (Recoka), le tourisme est l’une d’elles :

« l’Équateur doit redécouvrir sa vraie richesse, l’agriculture. Nous pouvons redevenir un grand pays exportateur de café, de bananes, etc. Encore faut-il que cela se fasse dans le respect de la nature, sans OGM, avec des énergies renouvelables. Notre environnement est fragile, la forêt humide amazonienne ne se régénère pas facilement. La couche d’humus étant très mince, l’exploitation agricole doit être sous contrôle. La biodiversité et les connaissances ancestrales des indigènes représentent aussi une grande richesse. Et puis, il y a le tourisme. La zone amazonienne possède un grand potentiel » (Pérez, 2004).

32Le président équatorien a eu l’idée de réclamer à la communauté internationale une compensation annuelle équivalente à la moitié du manque à gagner estimé à 350 millions de dollars par an pour ne pas exploiter le pétrole présent dans le sous-sol du parc Yasuni (20 % des réserves certifiées d’Équateur). Les fonds obtenus seraient intégralement utilisés pour le développement social de l’Amazonie et le financement de la politique écologique du pays. En 2009, seule l’Allemagne avait manifesté son intérêt et était prête à contribuer à hauteur de 50 millions d’euros par an (Delcas, 2009).

2. Le tourisme durable comme axe majeur du développement touristique équatorien

2.1. Le tourisme : une activité économique au développement récent

33En Équateur, le tourisme a débuté dans les années 50, mais c’est principalement ces dernières dizaines années qu’il a commencé à devenir une activité économique et socioculturelle importante.

  • 10 Tous les éléments chiffrés de cette section sont issus de (Mintur, 2009) sauf indication contraire.

34Avec presque un million d’arrivées internationales en 200810 (951 440 si l’on soustrait aux entrées les 53 759 immigrants déclarés), celles-ci ont augmenté de 7 % par rapport à l’année précédente et de 5,6 % en moyenne annuelle sur la période 2004-2008. Ces arrivées proviennent principalement des pays voisins (24 % pour les États-Unis, 20 % pour la Colombie, 15 % pour le Pérou). Les pays européens envoient peu de touristes : l’Espagne représente 5 % des arrivées internationales, le Royaume-Uni 2,5 % et l’Allemagne 2,4 %. La France n’est à l’origine que de 18 876 arrivées internationales en 2008, soit une hausse de 41 % par rapport à 2004.

35La fréquentation se concentre plus particulièrement autour de quelques lieux emblématiques : la Mitad del Mundo, les îles Galápagos, Quito et son centre historique, le marché d’Otavalo et le centre historique de Cuenca. Les aires naturelles ont vu leur fréquentation augmenter de 4,4 % entre 2007 et 2008. Les aires naturelles les plus visitées sont le parc national des Galapagos et la réserve écologique Cotacachi Gayapas qui représentent en 2007 respectivement 32 % et 22 % du total des visites d’aires naturelles. Mais alors que 70 % des visiteurs du parc des Galapagos sont des étrangers, la réserve Cotacachi Gayapas accueille 70 % de nationaux.

36Les sorties internationales sont de 815 199 en 2008, soit une augmentation de presque 2 % par rapport à 2007. La principale destination reste le continent américain (78 %) suivi du continent européen (21 %). Les pays récepteurs des sorties sont les États-Unis qui reçoivent 29,8 %, le Pérou à 16,5 %, la Colombie à 11,3 % et l’Espagne à 16,3 % (132 868 sorties en 2008, soit une hausse annuelle moyenne de 16 % depuis 2004). Le motif touristique n’est avancé que pour 42,5 % des sorties internationales et pour 36,5 % des sorties à destination des États-Unis et 10 % de celles à destination de l’Espagne (ces deux pays, destinations préférées d’émigration représentent 60 % des destinations pour motif « autres »).

37Avec 745,2 millions de dollars en 2008, le tourisme représente la 5ème source de devises étrangères après le pétrole, les envois de fonds de la part des migrants, la banane et divers produits de la mer. Il représente 1,4 % du PIB équatorien, 3,9 % des exportations de biens et 53 % des exportations de services. Pourtant, la balance du tourisme international est négative de 44 millions de $, car les résidents en Équateur ont dépensé à l’étranger 789,4 millions de $ en 2008. Les entreprises touristiques enregistrées en 2008 sont au nombre de 15 700, soit une augmentation de près de 30 % depuis 2004. Elles représentent près de 85 000 emplois directs (58 % dans la restauration, 28 % dans l’hébergement).

  • 11 Philosophie des populations andines, le Sumak Kawsay en kiwcha ou le Buen Vivir en castillan, a été (...)

38Au niveau politique, ce n’est qu’en 1992 qu’a été créée l’instance gouvernementale, devenue aujourd’hui, le Ministère du Tourisme. Et depuis la loi sur le tourisme promulguée en 2000, le tourisme constitue une priorité de développement pour l’Équateur qui a affirmé son ambition d’être reconnu en tant que leader dans le domaine du développement du tourisme durable pour la région andine, et de consolider le succès de l’activité touristique en mettant en place un modèle de gestion publique décentralisée et efficace. L’objectif est d’encourager la compétitivité de l’activité touristique à travers des processus participatifs et concertés positionnant le tourisme comme l’axe central du développement économique, social et environnemental du pays. Mais également, de dynamiser l’activité touristique locale à travers la création d’emplois et l’augmentation des revenus, en vue d’améliorer la qualité de vie des populations. Enfin, le ministère voudrait consolider la capacité institutionnelle et technique des gouvernements locaux. À ces fins, le Ministère du Tourisme a confié à un cabinet d’études le soin d’élaborer un plan stratégique de développement du tourisme durable pour l’Équateur à échéance de 2020, appelé Plandetur 2020 et a élaboré un projet de loi organique du tourisme (Mintur, 2010). Ce projet est soumis à la consultation publique jusqu’à la fin du mois de mars 2010. Le premier article du premier chapitre de ce projet déclare la promotion et le développement des activités touristiques, politique prioritaire de l’État et de l’intérêt national, ce développement doit être envisagé au sein du projet plus global du « Buen Vivir »11. En cohérence avec le Plandetur 2020, l’accent est mis sur un tourisme durable envisagé comme un outil stratégique de développement économique, environnemental et socioculturel construit de manière à protéger les ressources naturelles et culturelles, à maintenir et améliorer la qualité de l’environnement, à profiter équitablement à tous les membres de la société (article 3). D’après le plan 2020, la politique touristique du pays doit se fonder sur les principes suivants (Mintur, 2007 : 23) :

  • le tourisme durable comme modèle de développement à tous les niveaux de gestion du secteur afin de dynamiser l’économie nationale et de contribuer à la réussite des objectifs de développement du millénaire ;

  • un fonctionnement coordonné entre les acteurs publics privés et communautaires soutenus par un ministère du Tourisme renforcé et par une gestion décentralisée et déconcentrée efficace ;

  • la valorisation et la conservation du patrimoine touristique national, culturel comme naturel, en soutenant un développement équilibré du territoire ;

  • la défense et la protection des territoires où se développent les activités touristiques face aux activités extractives et à fort impact ;

  • l’optimisation des opportunités d’activités touristiques qui peuvent générer un apport significatif au développement productif, social et environnemental pour améliorer la qualité de vie des habitants des destinations touristiques ;

  • le développement d’un tourisme social national afin de démocratiser les loisirs en tant que droit humain,

  • la recherche de la compétitivité du système touristique avec des produits et des services de qualité.

39Pour traduire ces principes, le plan détaille une vingtaine de programmes d’actions dont le coût total a été estimé à presque 200 millions de $ dont au moins les trois quarts semblent correspondre au financement d’actions en faveur du tourisme durable.

Tableau 2. Axes et programmes d’actions de Plandetur 2020

Tableau 2. Axes et programmes d’actions de Plandetur 2020

Source : (Mintur, 2007)

2.2. Des expériences de tourisme communautaire qui remontent à 30 ans

  • 12 Traduction du castillan par Julie Bastin comme pour toutes les citations qui suivent dans cette lan (...)

40Si l’ambitieux plan du gouvernement équatorien fait la part belle au tourisme durable, il ne consacre pas moins de deux programmes d’actions au tourisme communautaire qu’il définit dans son projet de loi comme un tourisme supposant la participation collective des communautés à une valorisation appropriée de leurs ressources naturelles, patrimoniales et culturelles. D’après Doris Solis Carrion, auteur d’un chapitre sur le développement du tourisme communautaire en Équateur, cela fait une trentaine d’années que les communautés indigènes et rurales ont commencé à développer petit à petit des formes de tourisme communautaire parallèlement à l’industrie touristique classique au point d’impliquer aujourd’hui une centaine de communautés indigènes représentant plus de 150 000 personnes. D’une certaine manière, c’est l’accroissement d’une demande pour la visite de zones naturelles dans les années 80, suite au succès de l’archipel des Galapagos qui a poussé les communautés à utiliser le tourisme comme un outil de résistance à la fois à l’encontre des compagnies pétrolières et minières, à l’encontre des tours opérateurs étrangers qui exploitait les communautés comme attraction dans les forfaits touristiques ou des responsables d’aires protégées qui niaient à leur création dans les années 70, les droits territoriaux des indigènes. C’est dans ce contexte que la résistance passive des communautés indigènes s’est transformée en une attitude de résistance active. « À la fin des années 80, émergea une attitude plus proactive et une stratégie coordonnée pour un développement autonome. L’élément principal de cette stratégie fut l’organisation politique, le droit à détenir des terres, la survie de la culture, la protection de la nature et l’écotourisme à base communautaire »12 (Solis Carrion, 2007 : 38). Mais à cette époque, ces initiatives de tourisme communautaire se construisent sans cadre juridique, ce qui n’est pas sans entraîner des problèmes :

  • 13 Entretien avec Gamp Villamil Gualinga, président de la FEPTCE, 22 octobre 2009

41« Les communautés, les peuples et les nationalités ne pouvaient pas faire du tourisme communautaire, parce qu’il n’y avait pas de cadre juridique. Donc, beaucoup de compagnons ont été persécutés, beaucoup ont été détenus en 1986 pendant 4 jours dans la ville de Puyo, seulement les opérateurs et les agences de voyages pouvaient faire du tourisme légalement, selon le cadre juridique en Équateur. La Feptce est aussi née pour des questions environnementales qui se trouvaient sur le territoire de vie des nationalités, notamment en Amazonie, mais aussi dans tout le pays. Le tourisme communautaire, à part donner des apports économiques, environnementaux et sociaux c’est une position politique. Nous voulons montrer à l’État équatorien, que nous aussi, les communautés, nous pouvons aussi générer des devises pour le pays, pas seulement lutter contre la partie environnementale des exploitations pétrolières, minières. Donc nous aussi on peut créer des devises quand vient le visiteur. Nous n’avons reçu aucun appui de la part du gouvernement national parce qu’ils ne croyaient pas en le tourisme communautaire. Ç’a été une lutte difficile jusqu’à ce qu’apparaît la conscientisation de la part des autorités et de tout le système bureaucratique du pays. En 2002, nous nous sommes légalisé au niveau national, le gouvernement national à travers le congrès national reconnut le tourisme communautaire comme un secteur en Équateur, c’est quelque chose qu’il n’y a pas dans les autres pays. Je le dis avec beaucoup de fierté, nous avons réussi à faire reconnaître le tourisme communautaire comme un secteur à part entière. En plus du secteur public, représenté par le gouvernement et par la ministre et du secteur privé représenté par la fédération de la chambre de tourisme, il y a la Federacion Plurinacional de Turismo Comunitario del Ecuador (FEPTCE). Et cela est très important d’avoir réussi à être reconnu politiquement, c’est unique, même en Bolivie il n’y a pas ça. »13

42Ainsi, suite à la loi sur le tourisme de 2000 qui considère le tourisme communautaire comme l’un de ses dix axes prioritaires d’action, l’Etat a reconnu légalement le tourisme communautaire en 2002, ce qui permet désormais aux communautés organisatrices d’être en règle sans pour autant devoir créer des agences de voyages ou des entreprises. Au même moment est née la FEPTCE, organisation sans but lucratif destinée à fédérer au niveau national les différentes communautés impliquées dans des projets touristiques dont la mise en place et l’organisation interne ont pris quelques années. Elle a bénéficié jusqu’en 2009 d’une aide de la part de la coopération néerlandaise dans le cadre du programme STEP de l’OMT et d’un financement du Ministère du Tourisme. Aujourd’hui, la fédération est représentée sur environ 80 % du pays à travers un système d’antennes régionales puis provinciales. Elle regroupe environ une centaine de communautés membres alors même que toutes celles qui ont mis en place des projets de tourisme communautaire n’ont pas adhéré à la fédération.

43LA FEPTCE définit le tourisme communautaire comme « la relation entre la communauté et ses visiteurs dans une perspective interculturelle, dans le cadre de voyages organisés, avec la participation active et volontaire de ses membres, garantissant une gestion appropriée des ressources naturelles, la valorisation de ses patrimoines, les droits culturels et territoriaux des nationalités et des peuples, pour la distribution équitable des bénéfices générés. […] La composante la plus importante de l’activité touristique “‘communautaire”’ c’est la participation de la communauté dans la gestion et l’administration du projet et la “‘responsabilité communautaire”’, ce qui signifie que toute la communauté s’engage dans la prise de décisions, dans la distribution des revenus et dans les interactions avec le touriste » (Vinueza et Yucta, 2007 : 80-81). Les particularités de cette forme de tourisme, c’est, selon la FEPTCE :

  • d’être régi par un collectif dont les membres obéissent à des principes de réciprocité, de relations de confiance, de solidarité et de coopération ;

  • d’avoir une finalité socioculturelle, à savoir, le bien-être commun, l’affirmation de l’identité culturelle et l’amélioration des conditions de vie et de travail ;

  • d’être contrôlé directement et collectivement par la communauté tant au niveau de la propriété que de la gestion ;

  • de permettre une répartition équitable de la richesse générée ;

  • de valoriser et promouvoir les ressources internes (humaines, culturelles, naturelles et physiques).

44D’après le président de la FEPTCE, les deux principaux défis actuels de la fédération, c’est d’une part l’accompagnement des communautés membres à travers la mise en place de formations et d’autre part la commercialisation pour laquelle il manque les outils et les financements permettant d’atteindre les objectifs fixés malgré la création d’une structure dédiée à l’élaboration et la vente de produits touristiques, le Citurce (Centro de Informacion del Turismo Comunitario del Ecuador). Présente sur Internet et dans des bureaux de vente dans différentes régions, dont Cuenca, Riobamba et Otavalo, cette structure a pour but d’être une agence réceptive pour des opérateurs touristiques des pays émetteurs, en particulier européens ou nord-américains. L’idée est de proposer des produits touristiques construits à partir de séjours dans les communautés avec difficulté du manque d’harmonisation des pratiques dans les communautés, notamment en termes de prix et un premier partenariat a été noué avec Tourisme et Développement Solidaires, une association française membre du collectif français d’associations de tourisme équitable et solidaire (ATES).

45Pour le président de la FEPTCE, il convient également que la fédération soit plus rigoureuse dans le contrôle des membres, car il y a des projets qui ne sont pas communautaires, mais privés alors que le règlement de la FEPTCE exige que les projets soient approuvés et validés par l’assemblée communautaire afin de pouvoir être référencés comme projet de tourisme communautaire. Il compte beaucoup sur l’axe « Développement et renforcement du tourisme communautaire » du plan 2020, lequel comprend des sous-axes sur la commercialisation, la formation et la professionnalisation et sur la certification du tourisme communautaire.

46Bien que des expériences existent depuis plus de 20 ans, il semble être difficile de dresser un bilan général des apports du tourisme communautaire tellement il paraît être en pleine construction et fragile. A-t-il réellement tenu toutes les promesses que sa définition intègre ? A-t-il réellement apporté aux communautés des bénéfices économiques et socioculturels ? Dans quelle mesure ? A-t-il permis aux indigènes de retrouver l’estime personnelle et la fierté identitaires perdues ? Dans la dernière partie, nous apportons quelques éléments de réponse à travers la présentation de trois projets, mais on peut d’ores et déjà conclure cette partie en disant que le tourisme communautaire en Équateur s’est développé au moment crucial du réveil indien et en congruence avec ce réveil.

3. Deux expériences de tourisme communautaire dans les Andes et en Amazonie

47Les deux expériences présentées sont des projets que nous avons visités à plusieurs reprises : en septembre et en octobre 2007, pour l’association Tourisme et Développement Solidaires à l’occasion d’une mission d’identification de partenaires en Équateur puis en juillet 2009, lors du premier voyage organisé par l’association dans ce pays.

3.1. Le centre Kuya Llakta14 : deux communautés « sœurs » en concurrence

  • 14 Kuya Llakta peut se traduire par « terre d’accueil » comme par « terre de semailles »

48Cette expérience concerne deux communautés voisines situées à proximité d’Ingapirca, site archéologique le plus fréquenté d’Équateur. C. comprend environ 270 familles et S. près de 450. Les deux communautés sont situées sur le territoire de la municipalité de Cañar dans la province du même nom, à quelque 80 km au nord de Cuenca.

49Les deux communautés sont liées entre elles par un traité de 1560 par lequel elles gèrent ensemble les hautes terres qui servent généralement à l’élevage. Chaque communauté est dirigée par un cabildo (chefferie traditionnelle) renouvelé chaque année. Depuis 1999, une ONG locale, le CEDIR appuie les communautés dans trois domaines : l’agriculture, l’irrigation et le tourisme.

50Les deux communautés vivent dans un espace marqué par un dénivelé important (s’échelonnant entre 3000 et plus de 4500 m) qui façonne les paysages et les activités : la zone basse correspond aux meilleures terres pour les cultures et les pâturages, la zone haute (los paramos) est utilisée pour l’élevage (chevaux, alpagas,…) et comprend les sources d’eau qui alimentent les communautés. C’est dans la partie médiane que vivent les villageois. Mais, on y trouve aussi des champs où sont cultivés des patates, des céréales, des pois, des fruits…

51L’habitat est constitué de concessions relativement éparses et il n’y a pas véritablement de centres dans les villages. La vie s’organise autour de la route principale qui traverse les communautés et au bord de laquelle se trouvent les services comme l’école (il y a une école primaire à C. et une école primaire et un collège à S.) ou la petite épicerie de secours. L’architecture traditionnelle a pratiquement disparu et le paysage est parsemé de maisons modernes « tape-à-l’œil » de plusieurs étages, avec des toits de tôle peints de couleur vive et des fenêtres aux verres réfléchissants, construites par des migrants vivant à l’étranger (cf. figure 2). L’émigration nationale et internationale constitue un véritable problème social pour les communautés qui ont vu et continuent à voir les jeunes, les hommes et même les femmes quitter leur région d’origine. Le phénomène s’est fortement accentué depuis la crise économique de 1999. Il faut dire qu’outre l’agriculture, les activités économiques sont plutôt peu nombreuses et peu diversifiées et tournent autour de l’élevage (bœufs, moutons, porcs, poulets, cochons d’inde) qui se pratique généralement au niveau de la famille. Mais S. dispose d’un troupeau collectif d’Alpagas et un groupe de 10 femmes (Mujeres Artesanas Kurisisa de Galway) y a développé une activité de tissage et de tricot de productions en laine d’Alpaga (gilets, pulls, bonnets, écharpes, gants…) vendus aux touristes de passage.

Figure 2. Maison de migrant à C.

Figure 2. Maison de migrant à C.

Source : Bernard Schéou, C., 21/07/2009

52Parmi les ressources naturelles mises en avant par les communautés, on compte les paramos tout proches où se trouve le lac sacré de Culebrillas dans lequel il serait possible de pratiquer la pêche. La faune de cet écosystème est constituée de cerfs, loups, lapins… mais nous n’avons vu que des rapaces lors de nos passages.

53Au niveau culturel, les coutumes cañari sont présentes et très vivantes. Au-delà du système organisé de devoirs et de droits collectifs et du maintien de la minga ou du prêt des terres communes aux jeunes qui s’installent, elles s’expriment dans l’organisation de fêtes traditionnelles lors des équinoxes et des solstices, de musique, de danse, des costumes, mais aussi de la cuisine. Autre pratique culturelle locale très présente : la médecine traditionnelle qui peut prendre plusieurs formes : fumigation, soins à base d’animaux ou de plantes médicinales. Les deux communautés sont à proximité du plus important site d’Équateur qu’est le site d’Ingapirca (qui attire quel que 50 000 touristes chaque année) qu’il est possible de rejoindre à pied en deux jours par le Chemin de l’Inca, chemin antique qui traverse toutes les Andes, mais également de sites mineurs comme le Bain de l’Inca qui se trouve sur une commune voisine.

54Les communautés disposent de plusieurs groupements (agriculture, école, groupes de musique et danse, groupements de femmes, club des jeunes) et mettent en œuvre différentes activités de développement autour de l’eau potable, de l’ouverture de routes et de chemins, de l’irrigation, de la production agroécologique, de la reforestation, mais aussi du tourisme communautaire. Après avoir débattu pendant un an, les deux cabildos ont décidé en 2005 de s’investir dans le tourisme et gèrent un projet de tourisme communautaire. La discussion a notamment porté sur le mode de gestion du projet : soit une gestion directe par la communauté, soit une gestion confiée à une institution privée. En outre, l’idée d’accueillir des touristes en inquiétait certains autant du fait de doutes sur leur capacité à accueillir et satisfaire des touristes que de la part d’inconnu que représentaient la venue et le séjour d’étrangers. D’ailleurs, le projet ne fait toujours pas l’unanimité et que certains habitants sont toujours opposés à l’accueil de touristes.

55Une fois la décision prise par l’assemblée, en 2005, un groupe d’intérêt, intitulé Kuya Llakta, chargé de gérer le projet de tourisme communautaire a été créé ainsi qu’au sein de chaque cabildo, un secrétariat du tourisme comprenant deux représentants par cabildo. Le CEDIR finance deux postes à mi-temps : le premier en tant que promoteur communautaire est membre de C. et le second, conseiller technique en tourisme, dirige lui-même un projet de tourisme communautaire à Saraguro, plus au Sud, il est également trésorier de la FEPTCE. Le centre Kuya Llakta est adhérent de la FEPTCE et donc référencé dans ses catalogues et sur son site Internet. Entre 2005 et 2007, le centre a mis en œuvre un certain nombre d’actions :

  • la sensibilisation des deux communautés au tourisme communautaire et à ses potentialités ;

  • l’aménagement d’un local communal situé à proximité de l’école de C. pour le fonctionnement du centre ;

  • la formation de guides de pays ;

  • la promotion et commercialisation ;

  • la conception d’une route touristique de découverte d’une durée comprise entre ½ et 1 jour : la route Navnag qui part de la communauté et va vers les paramos en suivant un itinéraire jalonné d’étapes : points de vue, l’ancienne école, les maisons antiques, le jardin médicinal, l’élevage de cochon d’Inde, une source… Remarquons que cette route ne passe pas sur le territoire de S. ;

  • un service de restauration inexistant sur le site archéologique voisin.

Figure 3. La Ruta Navnag : de 3000 à 4450 m

Figure 3. La Ruta Navnag : de 3000 à 4450 m

Source : Bernard Schéou, C., 19/09/2007

56Aux touristes de passage, la prestation de la journée était vendue 10 $ par personne qui se répartissaient de la manière suivante : 2 $ pour le repas, 5 $ pour le guide, 25 $ pour le groupe de musique, 5 $ pour la visite de la guérisseuse. 10 % qui se répartissent entre les deux cabildos à parts égales. Un calcul sommaire laisse apparaître que l’activité était vendue à perte en deçà de 5 personnes.

57En 2007, les projets de court terme du centre étaient :

  • d’allonger la durée de séjour en proposant un service d’hébergement (projet initial de rénover de vieilles maisons antiques) ;

  • de développer la promotion des activités du centre ;

  • d’aménager la vieille église de S. en musée ;

  • d’aménager un restaurant communautaire dans une salle communale sous le centre Kuya Llakta.

58Suite à la mission menée en septembre 2007, l’association française Tourisme et Développement Solidaires a retenu le projet Kuya Llakta pour faire partie de ses partenaires. Trois missions supplémentaires ont été organisées en 2008 et 2009 afin de mettre en place un circuit en Équateur en collaboration avec la FEPTCE, l’ONG Agronome et Vétérinaire sans Frontières et les partenaires communautaires retenus.

59L’association française dispose d’un cadre d’action défini dans les moindres détails et ne travaille qu’avec des collectivités afin que les bénéfices de l’activité touristique servent à financer des projets collectifs de développement profitant à l’ensemble de la communauté. Une des conditions fixées par l’association est donc que l’hébergement soit communautaire. Des fonds du CEDIR étant prévus à cette fin, un lieu a été choisi et un centre touristique communautaire a commencé à être construit à proximité de l’ancienne église de S.. Le bâtiment est assez imposant, bien situé face à la vallée, il regroupera chambres, salle de restaurant et cuisine dans une configuration qui fait plus penser à un « hôtel » qu’à un campement regroupant des petites habitations séparées. Comme, il n’y avait pas de place disponible, la construction se fait sur les terres basses de S..

60Sans attendre la fin de la construction de ce bâtiment, le centre a mis en œuvre ses projets et a aménagé la maison communale de C. où se trouvaient les bureaux du centre en y installant un restaurant communautaire, trois w.c. et deux douches, deux chambres de trois et deux lits et bureaux. Pour l’instant l’accueil concerne surtout des Équatoriens qui viennent juste pour la journée (plusieurs centaines par an). Une trentaine de personnes sont impliquées dans l’accueil touristique selon un roulement (13 pour la cuisine, 9 comme guides et 10 pour l’hébergement). Les bénéfices de l’activité touristique sont toujours répartis en deux parties égales entre les deux communautés. Lors des trois séjours qui ont été organisés par l’association française depuis l’été 2009 et en attendant que l’hébergement soit terminé, les personnes dorment donc dans la maison communale de C. et chez l’habitant. Lors de ces séjours, aucune visite n’a eu lieu à S.. Et personne de C. ne participe aux travaux de construction de l’hébergement communautaire qui mobilise en revanche un petit groupe des basses terres de S., lequel escomptera forcément un retour sur investissement, ce qui augure de tensions prévisibles entre les deux communautés au moment de la fin du chantier quand ce seront ceux de S. qui auront un accès privilégié aux touristes envoyés par l’association.

  • 15 Le lieu du futur hébergement du centre a été choisi à S. par manque de terrain disponible sur C.

61En prévision, le cabildo de C. est en train de récupérer des droits sur un terrain et envisage de construire également un hébergement communautaire financé par un don de 40 000 dollars de la part d’une ONG italienne15. Et plutôt que de les utiliser pour des projets de développement pour la communauté ou même pour des services touristiques complémentaires qui pourraient intéresser les touristes (centre d’équitation, randonnées de plusieurs jours dans les paramos,…), il apparaît que chaque communauté préfère disposer de son propre centre d’hébergement. Il apparaît donc qu’en fait d’association cordiale entre les deux communautés, nous avons à faire de fait à une rivalité plus ou moins ouverte qui découlerait d’un conflit, lié à des questions de terre dans les paramos, datant de plusieurs années et complexe et difficile à résoudre, loin de la présentation qui est faite aux voyageurs à leur arrivée : « un groupe uni a décidé de retrouver son essence, ses traditions ». Le jour où chacune des communautés disposera d’hébergements communautaires à quelques centaines de mètres de distance, l’association française risque de devoir, bien malgré elle, arbitrer cette concurrence. Cela ne semble pas inquiéter les communautés outre mesure, tant ils ont confiance dans l’augmentation future du nombre de touristes, lequel permettra, selon eux, de remplir largement les deux hébergements… alors même que la principale difficulté à laquelle ils sont confrontés aujourd’hui, c’est la commercialisation…

3.2. San M. Alto : la préférence pour l’hébergement chez l’habitant

62Un peu plus au Nord, San M. est une petite communauté d’une cinquantaine de familles d’Indiens Puruway, située dans la province de Chimborazo, entre d’une part les villes de Riobamba et de Guamote et d’autre part entre deux volcans (El Altar 5319 et le Chimborazo 6310).

63La situation géographique et spatiale de la communauté de San M. Alto est très différente de celle de C.. Ici, pas de bande de terre verticale allant des paramos aux terres basses, mais un espace peu étendu et au dénivelé limité, circonscrit par les territoires des communautés voisines. De ce fait, l’habitat est plus dense et regroupé et explique sans doute aussi la forte cohésion que l’on ressent au sein de la communauté et qui pourrait aller plus jusqu’à une attitude relativement protectrice pour ne pas dire fermée vis-à-vis des communautés voisines. Contrairement à C. qui ne dispose d’aucun véritable centre de village, lieu d’échange et de rencontre, à San M. Alto la vie de la communauté s’organise autour d’une place centrale avec un jardin dans lequel on trouve des bancs, des fleurs et des jeux pour les enfants. Le reste de la place est constitué du terrain de sport qui sert aux réunions et aux manifestations (fêtes, cérémonies officielles…). Cette place est entourée de tous les bâtiments communaux : un centre de formation, bâtiment circulaire qui sert également pour les réunions de l’assemblée villageoise, la cuisine communale qui sert notamment pour les repas communautaires lors des journées de Minga ou pour les repas des groupes de touristes accueillis, le bâtiment avec une salle informatique connectée à Internet, le futur musée, l’école primaire (34 enfants inscrits) et les édifices religieux catholique et protestant, tous deux à l’abandon.

  • 16 La communauté fait partie de la corporation de producteurs de Quinoa Coprobich qui représente 2000 (...)

64Ici aussi, l’activité des membres de la communauté est essentiellement agricole (culture agrobiologique de blé, de maïs, de pommes de terre, de quinoa16 et élevage par les familles de bœufs, de moutons, de porcs, d’alpagas, de poulets, de cochons d’Inde…), activité dont la production est consommée ou vendue dans les marchés environnants. Quelques femmes tricotent, mais il n’y a pas réellement de production artisanale destinée à la vente. La communauté dispose de peu de terres et les parcelles des familles sont de petite taille aussi, toute la terre est cultivée et le patrimoine naturel mis en avant par la communauté se trouve en réalité dans les environs (avec la nécessité de s’y rendre en voiture) : les volcans Altar et le Chimborazo, de nombreuses lagunes (Atillo), les paysages et la végétation qui devient plus épaisse en direction de la forêt amazonienne (l’oriente)...

65Si l’architecture traditionnelle est très nettement en régression sauf pour les « cuisines » dans les concessions qui sont généralement en torchis, le paysage n’est pas parsemé de maisons de migrants. L’identité culturelle et son maintien sont des préoccupations majeures pour la communauté. Elle passe avant tout par la langue, les repas, la tenue vestimentaire, les coutumes, les fêtes traditionnelles (fête de la lune et fête du soleil). La communauté est très active d’un point de vue culturel (pièce de théâtre improvisée impliquant les membres du village…), en particulier les jeunes qui ont créé une troupe de danse et réalisent des chorégraphies sur de la musique andine moderne avec pour objectif affiché la revitalisation culturelle. Il n’y a pas vraiment d’autres groupements, car le cabildo préfère contrôler et limiter la création d’organisations membres de la communauté pour éviter les divisions qui pourraient la fragiliser. Sont organisées des actions de reforestation de plantes natives, de production biologique, d’assainissement, de formation (cours sur les droits indigènes, d’aide à la gouvernance…). L’absence d’accès aux paramos et la configuration géographique des terres de la communauté obligent San M. Alto à dépendre des communautés voisines pour son approvisionnement.

66Accueillant beaucoup de visiteurs intéressés par les questions agricoles, le cabildo a très vite pensé à créer une activité touristique avec une idée très précise de la manière de procéder : tout en restant attaché à une gestion communautaire de l’activité et à une redistribution des revenus du tourisme, leur projet est de proposer un tourisme de « convivencia », en prétextant se différencier d’un tourisme avec hébergement communautaire. Il s’agit de vivre avec la famille pendant les repas et les activités alors que les visites sont menées au sein de la communauté. Bizarrement, le tourisme communautaire est présenté comme un risque pour la cohésion de la communauté contrairement au tourisme chez l’habitant alors qu’on pourrait penser au contraire que c’est à partir du moment où l’activité n’implique pas l’ensemble de la communauté, mais seulement quelques familles que le risque de division au sein de la communauté est le plus grand. En vue de la mise en œuvre de ce tourisme de « convivencia », quelques familles parmi lesquels les dirigeants de la communauté, ont investi dans des bâtiments neuf destinés à accueillir les touristes. Le tarif proposé est de 35 $ par jour et par personne qui se décomposent de la manière suivante : les trois repas (4,5 $), l’hébergement (5 $), le guide (10 $), trois visites chez les familles (9 $), le cabildo (6 $). En dehors de l’accueil de volontaires, la communauté ne reçoit pour le moment que quelques groupes par an qui lui sont envoyés par des associations de tourisme solidaire ou à travers différents contacts (commerce équitable, comité d’entreprise, etc.) : l’activité touristique est donc pour le moment plus que marginale.

67La stratégie mise en œuvre par la communauté s’oppose donc directement aux principes défendus par l’association française Tourisme et Développement Solidaires. Lors de la mission menée en 2007, les arguments avancés par le cabildo en faveur d’un hébergement chez l’habitant concernaient différentes dimensions :

  • culturelle : proposer un tourisme de convivence permet aux voyageurs de se rendre compte de ce qu’est la vie en famille et de favoriser les échanges ;

  • sociale : la volonté de ne pas diviser la communauté ;

  • d’équité : tous les membres de la communauté n’ont pas la même motivation pour recevoir des touristes et il faut que ceux qui s’investissent et s’impliquent dans le projet touristique s’y retrouvent économiquement : il serait injuste que tous les bénéfices profitent à tous ;

  • « marketing » : il s’agit de se différencier de l’importante offre touristique de tourisme communautaire existant en Équateur.

68L’association française a répondu que la découverte de la manière dont vit une famille n’est pas incompatible avec un hébergement communautaire du simple fait qu’il est possible de passer nombres de moments au sein des familles : emmener les petits au jardin d’enfants, accompagner les bêtes le matin ou aller les chercher le soir avec une famille, manger un repas dans une famille et/ou y passer une soirée… La meilleure preuve étant que certains hébergements ne sont pas dans la concession familiale, mais dans un bâtiment isolé, construit spécialement pour l’accueil des touristes et ce n’est que le matin ou le soir que la personne hébergée va prendre ses repas avec la famille. Elle pourrait être aussi bien dans un hébergement communautaire. La seule différence étant qu’il s’agit d’un investissement privé réalisé pour des bénéfices privés. En ce qui concerne les échanges, il n’est pas sûr, loin de là, que le fait de séjourner en famille les favorise, car c’est plus contraignant pour les familles surtout dans le cas de séjours de plusieurs jours.

69Par ailleurs, toujours selon l’association, un hébergement en famille recèle bien plus de germes de division de la communauté qu’un hébergement communautaire. Car comment déterminer quelle est la famille qui va accueillir les voyageurs ? Et même si un tour de rôle équitable est mis en place, tous n’ont pas les moyens d’investir dans l’amélioration de leur hébergement afin d’accueillir les touristes et cela risque de creuser les inégalités économiques au sein de la communauté, car ce sont bien ceux qui disposent déjà de la capacité financière d’investissement qui parviendront à augmenter leur niveau de vie.

70Au troisième argument, elle répondit en reconnaissant qu’il était important, de toute évidence, de trouver un équilibre entre les gains économiques pour ceux qui s’investissent et s’impliquent dans le projet et les gains économiques collectifs pour l’ensemble de la communauté, mais qu’elle considérait qu’il fallait plutôt favoriser l’implication par le travail plutôt que l’investissement financier ? Dans le cas d’un hébergement communautaire, ce sont justement ceux qui s’impliquent dans l’accueil des voyageurs par leur travail (guides, animations, cuisine, gestion du projet…) qui sont rémunérés alors que les bénéfices réalisés servent à l’ensemble de la communauté pour ses projets de développement. Le choix d’un hébergement communautaire ne permet-il pas de garantir au mieux la juste répartition des revenus économiques de l’activité touristique en évitant que ceux-ci soient monopolisés par un petit groupe au sein de la communauté ?

71Tableau 3. Avantages et inconvénients des deux formes d’accueil

Source : (Schéou 2007 : 19)

72Finalement, l’association française fixa comme condition au partenariat, qu’un hébergement communautaire soit construit, condition acceptée par la communauté de San M. sans qu’il soit possible de savoir avec certitude si elle avait été convaincue par les arguments de l’association ou si c’était tout simplement une manière gagner du temps, surtout que la communauté a commencé en 2009, à accueillir des groupes de touristes envoyés par l’association en 2009, en les hébergeant chez l’habitant. L’hébergement communautaire reste officiellement un projet.

Conclusion : Les enseignements des expériences de tourisme communautaire en Équateur : quelle contribution du tourisme à la réduction de quelle pauvreté ?

73En guise de conclusion, nous allons tirer quelques enseignements des expériences de tourisme communautaire en Équateur en particulier par rapport aux trois défis évoqués qui dépendent tous trois du niveau d’auto-estime des indigènes.

  • 17 Entretiens menés par Julie Bastin en octobre et novembre 2009.

74En ce qui concerne la réduction de la pauvreté matérielle, les apports économiques sont le plus souvent limités bien qu’ils puissent être non négligeables du point de vue des communautés. Dans les deux communautés présentées, l’effet sur l’emploi est réduit : un emploi à mi-temps au centre Kuya Llakta qui est financé par le Cedir et non pas sur l’activité touristique, et des revenus complémentaires irréguliers pour ceux qui s’impliquent dans l’accueil des touristes. De la même manière, les bénéfices de l’activité touristique ne peuvent servir qu’à des petites dépenses ou n’être envisagés que comme une source de financement complémentaire. D’après l’animateur du centre Kuya Llakta, « seul un petit pourcentage apporté économiquement par les activités touristiques nous permet de combler les besoins urgents de la communauté », mais ils ne suffisent pas à financer les projets collectifs qui sont les leurs : « améliorer les établissements éducatifs, mettre un système d’eau potable… »17. Même constat dressé par Darwin Japon, technicien pour la Feptce, à propos de sa communauté : « à Saraguro, on ne peut pas parler vraiment d’un apport économique. Selon notre comptabilité, nous ne vendons pas plus de 17 000 $ par an, dont la majeure partie est utilisée par les impôts. L’apport principal pour les communautés ce sont les emplois : les guides, les musiciens, les artisans, etc. Il y a une partie aussi qui est distribuée entre les communautés, qui ne représente pas de grandes quantités, la quantité la plus importante est de 400 dollars par an, et les communautés qui n’offrent pas beaucoup d’activités ou de services ont 40 à 80 dollars par an. Donc, économiquement il n’y a pas eu de grand bénéfice. Et, le tourisme communautaire nous ne le pratiquons pas à des fins économiques. »

75Mais les apports économiques ne sont pas considérés comme l’essentiel. Nous avions déjà établi dans la première partie que l’entrée par la pauvreté matérielle n’était pas pertinente pour les Indiens que nous avons interrogés, qu’ils fassent partie des communautés présentées dans la troisième partie ou pas. Ils ne se considèrent pas comme pauvres et récusent le système qui les qualifie comme tels. Ils ont parfaitement conscience des apports non matériels du tourisme communautaire qui sont d’après le président de la FEPTCE, d’abord la défense de leur territoire et la défense de leur culture. La requalification identitaire qu’amène le tourisme est aussi importante pour eux que les apports économiques comme le montre le témoignage de Germán Collayuazo, coordinateur d’un centre d’écotourisme communautaire à 45 minutes de Quito :

76« Avant 1995, on ne se consacrait qu’à l’agriculture, l’élevage et l’exploitation de la forêt pour en faire du bois et du charbon. […] Remettons d’abord les choses dans leur contexte, lorsque nous avions une faible auto-estime, que nous nous sentions isolés, la seule chose à laquelle on pensait servir c’était faire du charbon et donner la main d’œuvre. Nous venons des haciendas, nos pères et grands-pères étaient des ouvriers agricoles, et donc nous sommes nés avec cette mentalité. On ne naissait pas pour chercher notre propre travail, on était là pour recevoir des ordres des autres, et pour ça on était très bons. Depuis 1995, on a commencé à chercher de nouvelles alternatives au développement. Il y a eu un groupe de 18 familles qui a commencé à s’organiser avec l’aide de la coopération internationale et on a commencé le voyage de l’écotourisme. Ça a été difficile, car on se disait qui va vouloir venir voir ce que nous avons, ce dont on a honte. […] On a récupéré notre alimentation que nous avions complètement perdue et nous avons recommencé à semer nos produits traditionnels, telles la carotte, la pomme de terre… ça n’a pas été une invention, mais un sauvetage de ce que mangeaient nos ancêtres et de ce que nous avions mangé un jour, le potager était notre garde-manger. En 1995, sont arrivés les premiers touristes […] Et qu’ont-ils fait ces touristes ? Ils ont commencé à prendre plein de photographies, du paysage, des animaux domestiques, de la flore… et là on s’est rendu compte de notre valeur. Ils nous ont dit vous avez ce que nous n’avons pas. Le tourisme nous a permis de connaître d’autres mondes et de valoriser le nôtre, et on a commencé à réfléchir sur ce qu’était la pauvreté, on ne peut pas dire que nous sommes pauvres si nous avons un paysage immense et luxuriant. Donc, on s’est rendu compte que si les touristes avaient l’argent, nous avions les ressources pour le générer. Ça ce fut quelque chose de très positif, ça nous a appris à revaloriser et à élever notre auto-estime, et de nous sentir fiers de ce que nous avons, de ce que nous sommes et de ce que nous faisons. »

77Pour Darwin Japon, l’impact n’est pas seulement identitaire et culturel, mais le tourisme permet également de « créer une plus grande responsabilisation de la communauté, parce qu’il faut avoir une structure organisatrice, apporter une meilleure maturité dans la prise de décision dans les politiques, en termes de prix, de qualité, de distribution des utilités que génère le tourisme. » Il ajoute que la requalification identitaire, qu’elle découle du tourisme ou le précède, permet de mieux lutter contre les atteintes à l’environnement : « grâce au tourisme nous cherchons de nouvelles alternatives pour conserver notre environnement, notre territoire, notre biodiversité… Le tourisme a été un outil pour renforcer ce que nos ancêtres cherchaient à sauver et à protéger. Nous cherchons une alternative de vie pour nos communautés. »

78Le tourisme est donc d’abord envisagé par les communautés comme un outil servant leur lutte politique pour la reconnaissance de leur identité et cette requalification permet de faire face aux deux autres défis qu’est la protection des territoires indigènes, en particulier en Amazonie, face aux entreprises des industries extractives et face à la migration. Si l’on peut douter que le tourisme communautaire ait un effet directement positif sur la migration tant ses effets en termes d’emplois peuvent être limités, la revalorisation de l’auto-estime pourrait à plus long terme redonner une certaine valeur à la vie en communauté et réduire les effets des motivations autres qu’économiques à émigrer. Nous pouvons ajouter à cette liste un autre apport potentiel, cette fois-ci au niveau des touristes qui expérimentent ce tourisme communautaire, c’est justement de leur faire comprendre et ressentir qu’il existe d’autres richesses que le « niveau de vie » contrairement à ce que laisse entendre le réductionnisme utilitariste qui imprègne nos vies (Girard & Schéou, 2013).

  • 18 Même si quelques communautés y succombent et abandonnent toute activité traditionnelle pour ne se c (...)

79Finalement, en misant sur le tourisme, les communautés indigènes équatoriennes courent-elles à la désillusion ? À partir du moment où l’entrée économique n’est pas la plus pertinente pour les indigènes, ce qui laisse entendre qu’ils ne sont pas dupes du tout des pièges que peut tendre le tourisme18, il y a lieu d’être optimiste. Pour Germán Collayuazo, « on ne peut pas compter seulement sur le tourisme pour développer une communauté, il faut que ce soit complémentaire ou diversifier les activités. Nous élaborons du fromage, des confitures et de l’artisanat, tout ça est interconnecté avec ce que l’on appelle l’agrotourisme, nous connectons le tourisme avec les activités agricoles et d’élevage de la communauté. Le tourisme ne peut pas changer la vie des gens, mais il peut l’améliorer ». Darwin Japon enfonce le clou : « le tourisme n’est pas tout, c’est un outil de plus pour nous. Nous n’attendons pas que le touriste arrive pour vivre, pour vendre de l’artisanat, pour faire de la musique, ce sont des activités qui existent et que nous pratiquons au niveau local. De même, ceux qui ont des logements touristiques, ils n’attendent pas le touriste pour vivre, ils ont d’autres activités. À Saraguro, le tourisme est une activité complémentaire. »

80Ces responsables ont aussi une conscience aiguë de nombre de difficultés et tentent d’y remédier. Par exemple, Germán Collayuazo a constaté en visitant plusieurs communautés impliquées dans des projets de tourisme communautaire que l’un des risques était lié à l’investissement de seulement quelques familles qui s’impliquaient au nom de la communauté, démarchaient pour trouver des aides de l’État ou des bailleurs de fonds et que les tensions commencent avec l’arrivée des premiers touristes. La solution logique est alors d’impliquer le plus possible l’ensemble de la communauté dans le projet à ses débuts. Les principales difficultés rencontrées par nos deux communautés sont de nature très différente : d’une part, la rivalité entre C. et S. pour le centre Kuya Llakta et d’autre part, l’opposition sur le type d’hébergement entre la communauté et l’association « Tourisme et Développement Solidaires. Mais elles seront très probablement résolues justement parce que les communautés n’attendent pas tout du tourisme, inscrivent leur action dans le long terme et sont susceptibles de développer toutes sortes de projets de manière créative et active grâce à une estime identitaire retrouvée. Dans ces conditions, l’engouement des communautés indigènes équatoriennes pour le tourisme, envisagé d’abord comme un outil de reconstruction identitaire, semble bien un choix pertinent.

Haut de page

Bibliographie

Arteta, G. (2001). Dollarization in Ecuador: Experiences, challenges and lessons. America's Insights, Institute for the Americas.

Barthélemy, F. (2003). « Les routes contestées du pétrole équatorien », Le Monde diplomatique. Paris : 24-25.

Bénicourt, E. (2001). « La pauvreté selon le PNUD et la Banque mondiale », Etudes Rurales (159-160) : 35-53.

Beristain, C. M., D. P. Rovira, et al. (2009). Las palabras de la selva. Estudio psicosocial del impacto de las explotaciones petroleras de Texaco en las comunidades amazonicas de Ecuador. Bilbao, Hegoa.

Correa, R. (2007). Les objectifs du millénaire limitent les aspirations de changement social, Discours à l’Assemblée générale des Nations Unies à new York.

Cortina, J. (2008). Beyond the Money: The Impact of International Migration on Children Life Satisfaction, International Workshop, International Peace Research Institute, Oslo, 20-21 novembre 2008.

Costa, A., S. L. Olivares, et al. (2004). « Ecuador: Oportunidades y Amenazas Económicas de la Migración ». Migraciones: Un juego con cartas marcadas. F. Hidalgo. Quito, Abya Yala: 259-302.

Delcas, M. (2009). « L’Équateur renonce à exploiter le pétrole du Yasuni ». Le Monde. Paris.

Fleury, S., H. Navajas, et al. (2008). Assessment of Development Results: Ecuador, UNDP.

Girard, A. and B. Schéou (2013). « Quelle pauvreté réduire ? Le problème de la réduction utilitariste de la richesse”, Études caribéennes, n°24-25, Doi : 10.4000/etudescaribeennes.6490.

INEC (2007). Las condiciones de vida de los ecuatorianos. Pobreza y desigualdad. Quito, Instituto Nacional De Estadistica Y Censos.

INEC (2008). Anuario de entradas y salidas internacionales. Quito, Instituto Nacional De Estadistica Y Censos.

Katzman, R. (1989). “The heterogeneity of poverty.” CEPAL Review(37) : 131-142.

Lazaar, M. (1987). « Conséquences de l’émigration dans les montagnes du Rif Central (Maroc) », Revue européenne de migrations internationales 3 (1-2) : 97-114.

Le Bot, Y. (2009). La grande révolte indienne. Paris, Robert Laffont.

Lucas, R. E. B. (2005). “Migration internationale vers les pays à haut revenu : quelles conséquences pour le développement économique des pays d’origine ?”, Revue d’économie du développement, 19 (4) : 123-171.

Mora, M. (2005). Los impactos sociales de las remesas. Cartillas sobre Migración, Buenos Aires : 16.

Mintur (2007). Plan estratégico de desarrollo de turismo sostenible para Ecuador "Plandetur 2020". Quito, Ministerio de Turismo de Ecuador.

Mintur (2009). Boletin de Estadisticas Turisticas 2004-2008. Quito, ministère du Tourisme d’Équateur.

Mintur (2010). Proyecto Preliminar Ley Organica Turismo. Quito, ministère du Tourisme d’Équateur.

OIM (2009). Perfil Migratorio del Ecuador 2008. Genève, Organisation Internationale pour les migrations.

Peltre-Wurtz, J. (2004). Alimentation et pauvreté en Équateur. Manger est un combat. Paris, Khartala.

Pérez, B. (2004). « Équateur : Peuples indigènes & pétrole », Le courrier, Genève, URL : <www.risal.info>.

PNUD (1997). Rapport mondial sur le développement humain 1997. New York, Programme des Nations Unies pour le développement.

PNUD (2008). Rapport mondial sur le développement humain 2007/2008. New York, Programme des Nations Unies pour le développement.

PNUD (2009). Rapport mondial sur le développement humain 2009. Lever les barrières : Mobilité et développement humains. New York, Programme des Nations Unies pour le développement.

Ratha, D. and Z. Xu (2008). Recueil de statistiques sur les migrations et les envois de fonds. Washington, Banque Mondiale.

Salazar, R. (2006). Migracion y Desarrollo: un reto global, www.codesarrollo-cideal.org.

Schéou, B. (2007). Opportunités d’une extension en Équateur, Pré-identification de partenaires en Équateur. Angers, Tourisme et Développement Solidaires.

Sierra, A. (2010). « La géopolitique interne de l’Équateur après la “révolution citoyenne” », EchoGéo. http://echogeo.revues.org/index11662.html : Consulté le 7 avril 2010.

Solis Carrion, D. (2007). “De la resistencia a la sostenibilidad. El proceso historico del Turismo Comunitario en Ecuador y sus retos actuales”. Turismo Comunitario en Ecuador. Desarrollo y sostenibilidad social. E. Ruiz Ballesteros and D. Solis Carrion. Quito, Abya-Yala: 29-50.

Vinueza, C. and P. Yucta (2007). Guia de Turismo comunitario del Ecuador. Quito, FEPTCE.

World Bank (2008). Rapport sur le développement dans le monde 2009 : Repenser la géographie économique. Washington, World Bank.

Haut de page

Notes

1 Cet article repose sur une étude menée en 2009-2010. La situation des deux communautés présentées à titre d’exemples en troisième partie a évoluée depuis et afin qu’elles ne soient pas associées définitivement dans l’esprit des lecteurs à l’image qui est donnée d’elles ici, nous les désignerons simplement par leur initiale.

2 Le concept utilisé ici est présenté dans ce même numéro : http://etudescaribeennes.revues.org/6490

3 D’après Yvon Le Bot, ce mouvement ne se fonde nullement sur la communauté traditionnelle ou religieuse, mais en appelle aux droits humains universels : « qu’elles empruntent des voies déjà balisées ou tentent de mettre en œuvre des formes de démocratie communautaire, les luttes indiennes sont, sauf rares exceptions, animées par des aspirations démocratiques. Elles rompent avec la tradition et les anciens communautarismes, tentent d’échapper aux impasses des politiques ethniques et d’établir des alliances avec des secteurs non indiens. Elles visent à une intégration des Indiens dans la nation sur un pied d’égalité, sans qu’ils aient à renoncer à leur identité » (Le Bot, 2009 : 42)

4 Source : Estimations de la pauvreté dans le monde en développement (mise à jour), site de la banque mondiale, page mise à jour le 17 février 2010 et consultée le 6 avril 2010 (http://go.worldbank.org/L3SAZ03EU0)

5 Rapports du PNUD, respectivement en page 230 et en page 190.

6 L’indice de pauvreté humaine exprime de manière synthétique les déficits des trois domaines que le PNUD considère comme essentiels : « vivre longtemps et en bonne santé, être capable d’acquérir des connaissances et un savoir, pouvoir accéder aux ressources nécessaires pour vivre dans des conditions décentes » (PNUD 1997 : 15-16) in (Bénicourt, 2001).

7 Les entretiens ont été réalisés par Julie Bastin, alors représentante en Équateur de l’association « Tourisme et Développement Solidaires » entre octobre et novembre 2009. Darwin Japon est un membre de la communauté de Saraguro dans la province de Loja, il a été président de sa communauté et du centre de tourisme communautaire de Saraguro. Santiago Rivera est membre de la communauté de Romerillos dans la province de Cotopaxi.

8 Les références théoriques qui servent de base aux préconisations des rapports sont néoclassiques (World Bank, 2008 : 159-161) : elles vont du modèle de Lewis de 1954 au modèle de croissance endogène de Robert E. Lucas (disciple de l’école de Chicago, fondateur de la nouvelle économie classique, convaincu que le marché fonctionnerait de manière optimale si l’État ne perturbait inutilement le jeu des acteurs économiques) en passant par le modèle néoclassique de migration de Todaro. Mais il est admis, en particulier dans le rapport du PNUD, que certains effets négatifs découlent de la migration : sont évoqués « le fort coût émotionnel » de la séparation pour le migrant et pour sa famille (PNUD, 2009 : 80) et les « profondes répercussions sur les hiérarchies sociales » provoquées par la mobilité quand elle permet à des personnes de « statut inférieur » d’accéder à des revenus importants (PNUD, 2009 : 88).

9 Entretien avec Germán Collayuazo mené en octobre 2009 par Julie Bastin.

10 Tous les éléments chiffrés de cette section sont issus de (Mintur, 2009) sauf indication contraire.

11 Philosophie des populations andines, le Sumak Kawsay en kiwcha ou le Buen Vivir en castillan, a été repris comme concept central de la nouvelle constitution de l’Équateur. D’après son préambule, il s’agit de « construire une nouvelle forme de vie en commun citoyenne, en diversité et en harmonie avec la nature pour atteindre le Buen Vivir, le Sumak Kawsay. » D’après le géographe Alexis Sierra, « la dimension territoriale à toutes les échelles est particulièrement présente dans ce nouveau texte : identification de l’Équateur comme un “‘territoire de paix”’ et de diversité culturelle, affirmation d’une souveraineté nationale et de la maîtrise complète du territoire, nouveaux rapports entre le citoyen et son environnement, mise en place de sanctuaires de la biodiversité, réhabilitation de l’espace public (avec inscription d’un droit à la ville), nouvel ordre juridique et symbolique en faveur des communautés indigènes et afro-équatoriennes et de leurs terres “‘ancestrales”’, déclinaison à toutes les échelles politico-administratives de nouvelles formes de participation citoyenne, relance de la planification et de l’aménagement du territoire, possibilités de coopérations interprovinciales » (Sierra 2010).

12 Traduction du castillan par Julie Bastin comme pour toutes les citations qui suivent dans cette langue.

13 Entretien avec Gamp Villamil Gualinga, président de la FEPTCE, 22 octobre 2009

14 Kuya Llakta peut se traduire par « terre d’accueil » comme par « terre de semailles »

15 Le lieu du futur hébergement du centre a été choisi à S. par manque de terrain disponible sur C.

16 La communauté fait partie de la corporation de producteurs de Quinoa Coprobich qui représente 2000 familles et qui est insérée dans les réseaux de commerce équitable, notamment français et américain.

17 Entretiens menés par Julie Bastin en octobre et novembre 2009.

18 Même si quelques communautés y succombent et abandonnent toute activité traditionnelle pour ne se consacrer qu’au tourisme…

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. « Pauvreté » et « indigence » selon le groupe ethnique
Crédits Source : INEC (Fleury, Navajas et al., 2008 : 17)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6551/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 2. Axes et programmes d’actions de Plandetur 2020
Crédits Source : (Mintur, 2007)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6551/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 2. Maison de migrant à C.
Crédits Source : Bernard Schéou, C., 21/07/2009
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6551/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 3. La Ruta Navnag : de 3000 à 4450 m
Crédits Source : Bernard Schéou, C., 19/09/2007
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6551/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Crédits Source : (Schéou 2007 : 19)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6551/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Schéou, « L’engouement des communautés indigènes équatoriennes pour le tourisme, choix pertinent ou désillusion annoncée ? », Études caribéennes [En ligne], 24-25 | Avril-Août 2013, mis en ligne le 15 août 2013, consulté le 26 avril 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6551 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6551

Haut de page

Auteur

Bernard Schéou

Cemotev (UVSQ), Université de Perpignan Via Domitia, Économiste, enseignant-chercheur, bscheou@univ-perp.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org