Navigation – Plan du site
Tourisme et lutte contre la pauvreté : approche théorique et études de cas

Le développement touristique à Tolagnaro et dans le Parc national d’Andohahela (Madagascar): la mise en valeur des ressources naturelles par la lutte contre la pauvreté

Tourism Development in Tolagnaro and Andohahela National Park (Madagascar): Natural Resources Conservation trough Poverty Alleviation
Bruno Sarrasin et Haja Ramahatra

Résumés

Cet article propose d’explorer les enjeux politiques et économiques auxquels sont confrontés les acteurs du développement touristique à Madagascar. S’appuyant sur une approche hétérodoxe d’économie politique, notre analyse cherche à identifier les mécanismes d’arbitrage entre les objectifs de développement du tourisme, de lutte contre la pauvreté et ceux de protection des ressources naturelles, particulièrement dans le cas du Parc National d’Andohahela dans la région de Tolagnaro (Sud-est de Madagascar). Les enjeux sous-jacents et l’urgence des conditions qui caractérisent Madagascar militent en faveur d’un renouvellement du regard s’appuyant sur l’économie politique afin d’éclairer les perceptions et les tensions dans la définition des problèmes économiques, sociaux et environnementaux. Cette lecture permet d’identifier certaines incompatibilités qui expliquent en partie les multiples ambiguïtés dans la mise en œuvre de stratégies de protection des ressources naturelles par le développement touristique et contribue ainsi à mieux comprendre les « blocages » qu’on lui attribue.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Madagascar, Tolagnaro
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Madagascar, quatrième île du monde par sa superficie, est reconnue au niveau mondial pour sa diversité biologique associée à un taux d’endémisme exceptionnel et pour la grande variété d’écosystèmes qui lui valent d’être considérée comme l’une des régions écologiques « les plus représentatives des principaux types d'habitats terrestres, marins, et d'eau douce » (WWF, 2009). La richesse de son patrimoine naturel et la diversité de ses paysages (zones côtières, hauts plateaux, savanes, formation karstique, etc.) en font une destination à fort potentiel de développement éco-touristique. Ce capital naturel contraste cependant avec le niveau de vie de sa population, Madagascar étant l’un des pays les plus pauvres au monde avec 76% vivant sous le seuil de pauvreté économique (INSTAT, 2012b).Par exemple, le ratio de pauvreté – pourcentage de la population vivant avec moins de 2 USD/jour – s’est établi à 92% en 2010, soit le même niveau de lors de la crise de 1999, effaçant ainsi les reculs progressifs affichés depuis le sommet de 81% observé en 2002 (World Bank, 2012 ; 2007).

2Ces conditions, exacerbées par la crise politique de 2009, sont présentées par les institutions financières internationales et par le gouvernement malgache comme l’une des principales causes de la déforestation dont le taux annuel est de 0,53% (en recul comparativement au taux de 0,83% par année durant la décennie de 1990 à 2000). Pour la Banque mondiale, la culture itinérante sur brûlis (tavy), est responsable de 80 à 95% de la déforestation, les 5 à 20% restants étant associés à la production de charbon et à la coupe pour du bois de chauffe. La plus récente estimation présente le coût de la dégradation environnementale à Madagascar (en 2005) entre 457 millions USD et 495 millions USD, soit l’équivalent de 9 à 10% du Produit intérieur brut pour la même période (Banque mondiale, 2013).

3Dans la mesure où la pression pour l’intégration à l’économie mondiale s’est accentuée au cours des 30 dernières années, les investissements étrangers apparaissent aujourd’hui comme une condition nécessaire à la croissance économique, malgré de nombreuses réserves formulées à cet égard (Szablowski, 2007 ; Campbell, 2005 ; Teivainen, 2002 ; Sarrasin, 1999). Paradoxalement, la libéralisation des économies est maintenant présentée comme un vecteur de protection des ressources naturelles, sinon comme une forme de gestion rationnelle de celles-ci. Comme dans la plupart des autres pays d’Afrique subsaharienne, la principale cause de dégradation des ressources naturelles à Madagascar repose sur les hypothèses de « sous-développement » qui dénoncent un cercle vicieux entre la pauvreté, la faible productivité agricole et la dégradation de l’environnement (Banque mondiale, 2004 ; WRI et al., 2000 ; Cleaver et al., 1998). Le débat sous-jacent à ce « diagnostic de Washington » dépasse le cadre de cet article, mais nous retiendrons cependant que la perception du gouvernement malgache et des bailleurs de fonds s’appuie largement sur l’hypothèse qui fait de la population rurale le vecteur principal de dégradation (Sarrasin, 2005).

4Selon cette lecture, les ressources forestières subissent une forte pression de la part des villageois qui dépendent de la forêt pour le bois de chauffe, le charbon de bois et le bois de construction. La principale solution envisagée par le « modèle de développement » permettrait d’intégrer les pauvres ruraux à la croissance en leur offrant une alternative à l’utilisation anarchique des ressources naturelles. C’est dans ce contexte que nous proposons d’explorer les enjeux politiques et économiques auxquels sont confrontés les acteurs du développement touristique à Madagascar. S’appuyant sur une approche hétérodoxe d’économie politique, notre analyse cherche à identifier les mécanismes d’arbitrage entre les objectifs de développement du tourisme, de lutte contre la pauvreté et ceux de protection des ressources naturelles. Bien que la contribution du tourisme à la lutte contre la pauvreté constitue l’objet habituel des analyses, nous étudierons plus précisément le cas du Parc National d’Andohahela dans la région de Tolagnaro (Sud-est de Madagascar) en nous efforçant plutôt de saisir par quels mécanismes la lutte contre la pauvreté et son modèle de développement sous-jacent contribue au développement du tourisme dans cette région.

Figure 1. Les voies d’accès et les pôles touristiques à Madagascar

Figure 1. Les voies d’accès et les pôles touristiques à Madagascar

Source : Ramahatra, H., 2007 (données du Ministères du tourisme, ANGAP, Tourisme Master Plan GATO AC)

1. Cadre théorique et démarche de recherche

5Notre démarche emprunte à l’économie politique une « métalecture » du contexte dans lequel s’insère le développement écotouristique à Madagascar, en prenant comme point d’ancrage l’approche hétérodoxe de l’économie politique internationale (EPI) développée notamment par Susan Strange (Strange, 1998, 1996, 1993 ; Stopford et al., 1991). Les débats d’économie politique ont généralement été orientés autour des enjeux portant sur « le pouvoir relatif des États et des marchés et sur leur capacité respective à définir les règles du jeu économique et social mondial » (Chavagneux, 1998). L’intérêt de l’approche proposée par la branche hétérodoxe de ce domaine d’étude réside dans la remise en cause de la séparation analytique et conceptuelle qui s’est traditionnellement instituée entre, d’une part, les sphères nationales et internationales et, d’autre part, les enjeux définis comme étant économiques et ceux considérés comme politiques (Teivainen, 2002). Selon l’approche développée par Strange, le système économique contemporain « résulte de la confrontation d’un ensemble d’autorités diffuses multiples en négociations permanentes les unes avec les autres pour imposer leurs préférences » (Chavagneux, 1998 : 25). Ces marchandages s’opèrent dans le cadre de « structures de pouvoir » (notamment législative) qui définissent, à un moment donné et à l’intérieur d’un domaine particulier de l’économie politique internationale, les modalités de l’exercice de leur pouvoir par ces différentes autorités. Chacune des structures porte également des « valeurs prioritaires » qui lui confèrent sa légitimité (prospérité, justice, équité, sécurité, etc.). La prise en compte des valeurs privilégiées par ceux qui détiennent le pouvoir dans un domaine particulier peut permettre d’appréhender les structures et les accords qui caractérisent celles-ci et de mettre à jour les fragilités qu’elles recèlent. La dimension de changement demeure donc au cœur des problématiques envisagées par l’approche hétérodoxe de l’EPI. Il en va également du concept de pouvoir qui n’est non pas seulement à concevoir selon une dynamique relationnelle (le pouvoir d’un acteur de modifier le comportement ou les préférences d’un autre), mais aussi bien structurelle(le pouvoir d’un acteur de façonner les structures et de définir les règles du jeu dans lesquelles s’inscriront ensuite les comportements des autres acteurs). Dans une telle perspective, et dans le but d’élargir la compréhension sur les retombées des investissements directs étrangers (IDE) au-delà des analyses strictement économiques, nous posons les hypothèses suivantes :

  • le développement du tourisme à Madagascar instrumentalise les stratégies de lutte contre la pauvreté ;

  • le développement du tourisme s’insère dans et contribue aux structures fondamentales, dans le sens proposé par Strange, et donnent lieu à l’exercice de diverses formes de pouvoir structurel qui ne favorise pas les ruraux pauvres. L’inclusion et l’exclusion de certaines valeurs sur lesquelles s’appuient ces structures de pouvoir auront des conséquences importantes sur la faisabilité et les retombées du tourisme sur l’économie, la population et l’environnement de la région.

2. De la définition de la pauvreté à celui d’un « modèle de développement »

6La « pauvreté » est une réalité difficile à définir dans toute sa complexité, en particulier lorsqu’on l’analyse à partir de critères du Nord. Notre objectif n’étant pas de faire l’historique de cette notion ou de contribuer au débat sur sa définition, nous référerons essentiellement à l’approche des Institutions financières internationales dans l’esprit de notre cadre d’analyse de manière à identifier les valeurs prioritaires du modèle de développement qui sous-tendent aux définitions de la pauvreté généralement utilisées. La Banque mondiale (1990) l’a définie comme l'incapacité d'un individu à subvenir à ses besoins essentiels, notamment se nourrir, se loger, se vêtir, avoir accès à des soins de santé et à l'éducation. Bien que toute une littérature propose une analyse critique de sa définition (Sarrasin et al., 2012 ; Agrawal et al., 2006 ; Ehrhart, 2006 ; Campbell, 2005 ; Benicourt, 2001 ; Sarrasin, 1999), le risque est cependant énorme de simplifier à outrance les paramètres qui déterminent ces besoins. Si, traditionnellement, le Produit intérieur brut (PIB) ou le Produit national brut (PNB) par habitant est utilisé pour identifier les pauvres et mesurer l'évolution de leurs conditions de vie, la plupart des auteurs, tout comme la Banque mondiale et le FMI le font aujourd'hui, s'entendent pour dire que cet indicateur ne suffit pas à saisir la complexité des conditions de vie d’un individu.

7Depuis la publication en 1990 de son premier rapport annuel sur le développement humain dans le monde, le PNUD s'applique à démontrer que l'abondance n'empêche pas la qualité de vie des individus d'être médiocre. Pour cette institution, la croissance économique, considérée comme une fin en soi dans le cadre de l'ajustement structurel, sert un objectif bien différent du développement humain (PNUD, 2000). Ces préoccupations sont partagées par la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) dont l'analyse s'est penchée sur l'effet inducteur de pauvreté que pouvaient présenter les programmes d'ajustement structurel (PAS) au cours des années 1980 et 1990 (UNCTAD, 1994). Dans le but de présenter une lecture « plus juste » de la réalité, le PNUD propose depuis l’an 2000 de décliner la pauvreté à partir des notions d’ « extrême pauvreté », de « pauvreté générale » et de « pauvreté humaine ». Le premier cas se définit par le manque de revenus nécessaires pour satisfaire ses besoins alimentaires essentiels. C’est l’équivalent de la survie, habituellement définie en fonction d’un seuil calorique minimal. Dans la mesure où ceux-ci sont couverts dans un contexte où les besoins essentiels non alimentaires (habillement, énergie, logement) ne le sont pas, il s’agit des caractéristiques de la « pauvreté générale ». Enfin, la « pauvreté humaine » est présentée comme l’ « absence des capacités humaines de base : analphabétisme, malnutrition, longévité réduite, mauvaise santé maternelle, maladie pouvant être évitée » (PNUD, 2000: 19).

8Comme pour le PNUD, la Banque mondiale reconnaît que les dimensions de la pauvreté sont multiples et doivent bénéficier d’une attention égale (Ehrhart, 2006). N’abordant pas explicitement la notion de « pauvreté humaine », la Banque mondiale propose une distinction entre « pauvreté absolue » et « pauvreté relative » où la première correspond au niveau de revenu nécessaire à la survie alimentaire et où la seconde « […] reflète une conception plus axée sur la répartition des revenus ; elle signifie avoir « moins que les autres ». Cette notion renvoie au niveau de revenu nécessaire pour participer et vivre dans une société particulière (logement, habillement, etc.). Les types de pauvreté abordés par la Banque mondiale sont donc particulièrement centrés sur l’aspect monétaire » (Benicourt, 2001: 38).

  • 1 Même base de calcul que l’IDH, mais sous l’angle des manques.

9Cette définition fait suite à une décennie 1990 riche de réflexions et de recherches sur la pauvreté. Entre autres réactions de la Banque mondiale à la critique des coûts sociaux de l’ajustement structurel, plusieurs auteurs (Campbell, 2005 ; Sarrasin, 1999 ; Campbell, 1998 ; Hibou, 1998 ; Mihevc, 1995) ont relevé la rigidité du modèle économique sous-jacent, malgré des préoccupations sociales officielles. Campbell note par exemple que la Banque mondiale s’est appliquée plus que jamais durant cette période à envahir le champ sociopolitique en consolidant son rôle dans la production de cadres normatifs, particulièrement depuis la publication du rapport sur le développement dans le monde en 1997. Cela a également conduit à la définition d’outils de mesure (ou d’indicateurs) qui aboutissent à une classification des pays selon leur « niveau » de pauvreté, réduisant ainsi le débat à l’échelle technico-scientifique des enjeux non seulement économiques, mais aussi politiques et sociaux. La notion de « développement humain » développée par le PNUD et qui appréhende la pauvreté à travers l’indicateur de développement humain (IDH) ou l’indicateur de pauvreté humaine (IPH)1 à travers les dimensions de longévité, d’instruction et de conditions de vie décente s’insère dans cette démarche. À Madagascar, où le PNUD assure une présence permanente et constitue un des acteurs économiques et politiques majeurs, ces indicateurs font partie du suivi national à partir duquel s’articulent les axes prioritaires des politiques sur l’éducation, la santé et l’accessibilité par exemple. Ces éléments contribuent à l’élaboration d’une structure fondamentale de pouvoir permettant notamment à ces institutions de définir les règles du jeu à partir desquelles s’inscrira la définition des problèmes à partir de leurs valeurs prioritaires. L’approche de la Banque mondiale, quoi que perçue comme étant plus monétaire que celle du PNUD, évoque également des dimensions telles que « […] la santé et l’éducation, la vulnérabilité (l’incertitude et le risque frappant particulièrement les populations pauvres), le manque de parole (voicelessness) et le manque de pouvoir (powerlessness) » (Benicourt, 2001: 38). Toutefois, dans l’expression des indicateurs de mesure de la pauvreté, le pouvoir d’achat de l’individu est toujours aussi déterminant, notamment dans le calcul du pourcentage de la population vivant sous le seuil de pauvreté qui permet d’identifier la catégorie des income-poor.

10La Banque mondiale, tout comme la PNUD d’ailleurs, souligne que la cause première de la pauvreté « […] a trait au manque d’actifs (assets). Ces actifs sont de plusieurs types : les ressources humaines, les ressources naturelles (terre), les ressources physiques (infrastructures), les ressources financières (épargne et accès au crédit), et les ressources sociales (réseaux de contacts et d’obligations réciproques) » (Benicourt, 2001: 42). Toutefois, ce qui distingue le plus la position de la Banque mondiale, c’est l’importance accordée à la gouvernance qui est l’une des préoccupations principales de l’institution dans son intervention au sein des pays à qui elle accorde son soutien. Cette notion de gouvernance inclut autant les questions de structure du pouvoir que le comportement des décideurs politiques. Pour la Banque, la mauvaise gouvernance des États et, plus généralement, des structures publiques est présentée à la fois comme l’une des causes de la faiblesse des actifs de la population pauvre, en plus de constituer une entrave au fonctionnement des « marchés » qui offrent aux pauvres des « opportunités à saisir » afin de s’affranchir de leur condition. C’est à partir de l’individualisme et du libéralisme économique, deux valeurs prioritaires chères aux institutions financières internationales, que s’articule une grande partie des programmes d’ajustement structurel mis en œuvre à Madagascar depuis 1983.

11De la stabilisation macroéconomique qui prévalait au début des années 1980 et fondait ce qu’il est convenu de nommer le « consensus de Washington » (CW), l’ajustement structurel a graduellement intégré la lutte contre la pauvreté pour répondre à la critique, notamment celle de l’UNICEF, qui dénonçait les coûts sociaux de l’ajustement (Cornia et al., 1994 ; Jolly, 1991). C’est en 1996, au moment où la Banque mondiale faisait de la lutte contre la pauvreté la mission principale de l’ajustement structurel dans une vision qui marquait l’émergence d’un « post consensus de Washington » (PCW) (Ehrhart, 2006), que le gouvernement malgache adoptait un Document cadre de politique économique (DCPE), reconduit en juin 1999, annonçant que la réduction de la pauvreté se ferait avant tout par la mise en place d’un environnement socioéconomique favorable à la croissance, c’est-à-dire par la libéralisation de l’économie. Cette stratégie a été reformulée, au début de la décennie 2000, par un plan d’action intitulé Document de stratégie de réduction de la pauvreté (DSRP), dont les trois principaux axes sont les suivants (World Bank, 2005; 2004) : améliorer les performances économiques en y faisant participer les pauvres ; développer les services essentiels de base (éducation, santé, eau potable) et élargir les filets de sécurité au profit des couches les plus vulnérables de la population ; mettre en place un cadre institutionnel favorable à la croissance économique et à la réduction de la pauvreté et renforcer les capacités, afin d’améliorer la gouvernance et les relations entre l’administration et les administrés. Cette démarche s’inscrit tant dans le programme de libéralisation que dans le « modèle de développement » proposé par la Banque mondiale qui repose largement sur « l’opportunité à saisir » que représente pour les pauvres la croissance économique, particulièrement en Afrique subsaharienne (Killick et al., 2001 ; Banque mondiale, 1994). C’est dans cette logique que s’insère le développement du tourisme à Madagascar, c’est-à-dire dans une relation liant la croissance économique, la lutte contre la pauvreté et, éventuellement, l’environnement, et dont la population rurale constitue le vecteur de réalisation (Sarrasin, 2013 ; 2005).

Figure 2. Industrie : Tourisme et écotourisme

Figure 2. Industrie : Tourisme et écotourisme

Source : FTM, Direction des Eaux et Forêts, avril 2001

3. Enjeux et défis de développement de la région de l’Anosy

12Située à l’extrême Sud-Est de Madagascar, l’Anosy offre une étude de cas intéressante dans la mesure où elle réunit, dans un contexte de « pauvreté humaine généralisée » plusieurs dimensions : tout d’abord, la présence d’un potentiel éco-touristique important – notamment avec le parc national d’Andohahela) ; puis, un investissement direct étranger (QIT Madagascar Minerals - Rio Tinto/QMM) structurant pour l’économie de la région ; puis la mise en place d’une stratégie (acteurs nationaux et internationaux) qui a canalisé le développement régional par le biais du « Pôle intégré de croissance » (PIC) ; et enfin, un enjeu important et récurrent de dégradation des ressources naturelles.

  • 2 L’application des dispositions de la Politique opérationnelle OP 7.30 (« Relations avec les gouvern (...)

13Activement soutenue par la Banque Mondiale, l’approche du PIC, conjointement au partenariat public privé, est présentée comme étant un moteur efficace de développement et de croissance régional (World Bank et al., 2011: 26-27). Dans un contexte où l’aide internationale a été considérablement réduite depuis le début de la crise politique en 20092 , le projet PIC continue de bénéficier du soutien de la Banque mondiale, non sans avoir fait l’objet d’une réforme majeure au niveau de ses orientations. Il se concentre désormais sur deux principaux pôles de croissance: la région de Nosy-Be dans le Nord du pays et la région de Tolagnaro, incluant la région de l’Anosy. Les nouvelles orientations de la Banque mondiale s’inscrivent également dans la logique d’une meilleure intégration du portefeuille d’activités des différents programmes (PIC, DRSP, FID, PE3, etc.) (World Bank et al., 2011: 39, 43).

  • 3 Ces indicateurs démontrent que le PIB par habitant s’est considérablement accru comparativement en (...)
  • 4 En 2011, l’exportation de ces produits halieutiques ont généré 62 millions $US (Valeur FOB), soit 5 (...)

14La population totale de la région de l’Anosy est estimée à 600 000 habitants (3% de la population du pays en 2011) et elle se répartit sur une région d’une superficie de 30 198 km² (5% de la superficie totale du pays) (Région Anosy et al., 2013 : 6). Sa population est relativement jeune et à majorité rurale. Les tendances démographiques actuelles confirment le doublement de la population d’ici 2020 avec un taux d’accroissement moyen de 2,9% par année (EPP et al., 2007). Les données disponibles pour décrire le contexte socio-économique de la région s’insèrent dans les définitions de la pauvreté élaborées principalement par la Banque mondiale et dont nous avons exposé les dimensions et les limites à la section précédente. Le PIB régional par habitant est estimé à 322 dollars par personne en 2010 avec un taux de pauvreté de 83 %, alors que la moyenne nationale est de l’ordre de 391 dollars par habitant avec un taux de pauvreté de 76 %, confirmant ainsi la fragilité des conditions de vie des Antanosy et la volonté du gouvernement de continuer à contribuer à leur valorisation3 (INSTAT, 2012b, 2007; MIRA, 2005). La région de l’Anosy se caractérise surtout par la prédominance d’une économie d’autosubsistance basée sur des techniques agricoles traditionnelles associées à de faibles rendements malgré, des conditions agro-climatiques généralement favorables. La pêche traditionnelle reste peu développée, s’appuyant principalement sur l’exportation de langoustes et de crevettes. Ces activités représentent toutefois l’une des sources de devises non négligeables du pays4 et demeurent l’une des principales sources de revenus pour plus du tiers de la population locale (Région Anosy et al., 2013).

15Le projet QMM, lors de sa phase de construction, a eu un effet structurant sur le développement économique de la région et en particulier pour Tolagnaro et sa périphérie. De 2004 à 2008, la région a connu un boom économique sans précédent avec un accroissement de 400% du nombre d’emplois, un taux d’occupation proche de 100% des établissements hôteliers, un accroissement net des revenus municipaux passant de 131 000 USD en 2007 à 310 000 USD en 2008 (Bingham et al., 2011: 43). QMM a également rénové entièrement plusieurs routes – dont celle de la ville ainsi que les axes routiers reliant la ville, le port et la mine – pour un total de 31 km. Enfin, dans le cadre du projet PIC, plusieurs projets d’envergure ont été menés à terme avec succès. On peut citer notamment la réhabilitation de la route provinciale (RIP) 118 (67 km) donnant accès à l’un des plus importants greniers agricoles de la région ainsi que la contribution apportée à la construction du port d’Ehoala (voir cartes 1 et 2.06) (EDBM, 2013 ; Bingham et al., 2011).

16En dépit de ces réalisations, la problématique posée par l’enclavement dû à l’insuffisance des infrastructures d’accès (terrestre, maritime et aérien) demeure posée. Sur le plan des infrastructures routières, Madagascar se caractérise par une des plus faibles densités au monde de routes par habitant (Banque mondiale, 2013).Une étude portant sur le réseau routier dans le cadre de l’élaboration du PNT 2004-2020, révèle que la région de l’Anosy est considérée comme la deuxième région la plus enclavée de Madagascar après Mahajanga (MEFB et al., 2004 : 24). Près de 6% des infrastructures routières sont impraticables presque toute l’année, 43,37% pendant 9 mois sur 12 et 50,98% sont praticables toute l'année. Dans les faits, avec les désastres naturels et le manque d’entretien du réseau routier – exacerbé par les crises politiques de 2002 et 2009 – 80% du réseau routier de la région demeure impraticable toute l’année (CRD, 2009: 22).

  • 5 Tolagnaro demeure cependant une des destinations les plus chères de la Grande île (Région Anosy et (...)

17Dans ces conditions, le désenclavement par l’accès maritime constitue un des principaux leviers de développement de la région. Le port d’Ehoala, dont QMM possède la priorité d’exploitation, a contribué à briser l’enclavement maritime de la région. Le trafic de conteneurs par exemple a bondi de 227 en 2007 à plus de 4 500 en 2011 (SESIM, 2012: 4). De 2009 à 2013, le port a traité 22 000 conteneurs (2,2 millions de tonnes de marchandises) et accueilli 493 navires en escales (EDBM, 2013: 3). Avec le développement économique de la région soutenu par le projet RioTinto/QMM, l’accès aérien s’en est trouvé également amélioré avec, en plus des cinq vols hebdomadaires de la compagnie nationale, l’ouverture d’une ligne aérienne hebdomadaire depuis ou vers l’île de la Réunion et l’Afrique du Sud ouvrant ainsi une desserte aérienne régionale, principalement utilisée par les touristes5 (EDBM, 2013).

18En plus de l’enjeu que pose l’enclavement de la région et de ses sous-régions, l’Anosy fait également face à plusieurs défis socioéconomiques et sanitaires. Tout d’abord, la production agricole est loin de suffire aux besoins de la population en particulier pour les produits de base (riz, manioc, maïs, etc.) et le niveau des cultures, principalement vivrières, exploite mal les ressources existantes et ne tire pas profit des atouts de la région. De plus, les outils de production ainsi que les infrastructures de transformation et de stockage demeurent insuffisants. À ce titre, l'entreprise minière QMM se présente comme un catalyseur de développement de la filière maraîchère dans la région en offrant semences, engrais et expertise à la population rurale, avec un succès non négligeable (Sarasin, 2009). Par ailleurs, le développement social de la région souffre de plusieurs contraintes telles que l’accès à l’eau potable (accessible pour seulement 20% de la population) et une déficience importante des infrastructures socio sanitaires et scolaires – le taux de scolarisation est de 76% pour la région, mais le taux d’analphabétisme demeure très élevé avec 80% de la population (Région Anosy et al., 2013 : 7). Au niveau de la santé, on trouve au sein de la région, comme ailleurs à Madagascar, les principales pathologies (fièvre, suspicion de paludisme, infections respiratoires aiguës (IRA), maladies diarrhéiques, infections sexuellement transmises (IST), etc.) en plus d’un problème de malnutrition qui touche de manière ponctuelle une bonne partie de la région (CRD, 2009 : 6, 22 ; Tecsult international ltée, 2005 : 4-38). L’accès aux soins et aux infrastructures de santé demeure problématique surtout pour les villages éloignés du centre urbain et la prévalence des maladies IST et du SIDA est relativement élevée en comparaison d'autres régions de la Grande île (MIRA, 2005).

  • 6 Le MAP a fixé comme objectif que le taux de pauvreté (pourcentage de la population vivant avec moin (...)
  • 7 577 millions de dollars de recettes touristiques, 40 000 emplois et 500 000 touristes, soit en moye (...)

19Ce contexte place la lutte contre la pauvreté comme enjeu national pour le pays qui, à travers son plan d’action (MAP), dont « les stratégies et projets […] visent une réduction effective de la pauvreté et une amélioration tangible de la qualité de vie de la population » (République de Madagascar, 2006 : 8). Avec la crise politique de 2009, l’implantation du MAP a été mise en attente suite aux coupures draconiennes des ressources budgétaires et la diminution du niveau d’investissements publics. Plusieurs stratégies sectorielles (éducation, développement rural, santé, transport, etc.) qui sous-tendaient l’implantation du MAP et qui étaient en cours d’élaboration n’ont pu être achevées. De fait, une grande partie des objectifs fixés par le MAP n’ont pu être atteints des suites de la crise et de la réduction du niveau d’investissements6. Des critiques font également part du fait que le MAP souffrait d’une lacune en termes de priorisation des actions et était perçu comme étant un « exercice technocratique sous l’impulsion de la présidence sans une consultation réelle des principaux acteurs de la société malgache » (World Bank et al., 2011 : 14). Même si les objectifs ambitieux du MAP n’ont pu être atteints7, il reste que l’identification des stratégies privilégiées par le gouvernement malgache dans le but d’atteindre l’objectif de réduction de la pauvreté met en relief la volonté de préserver la biodiversité et l’intention de soutenir le développement de secteurs à forte croissance comme le tourisme.

20Cette approche adhère au paradigme de « la valorisation de la biodiversité, qui propose simultanément la réduction de la pauvreté et la préservation des ressources » (Lapeyre et al., 2007 : 85). Elle confirme notre analyse préalable qui va au-delà du post consensus de Washington (PCW) – qui faisait intervenir la lutte contre la pauvreté comme valeur prioritaire du modèle de développement – pour, éventuellement, intégrer la protection des ressources comme nouvelle valeur. Cette vision trouve un écho au niveau de la région, notamment à travers son Plan de développement régional (PRD) qui propose une « stratégie d'émergence et de dynamisation de pôles de développement » à partir d’une lecture s’insérant dans le PCW à partir de quatre secteurs porteurs, soit le minier (principalement avec le projet QMM), le tourisme et la pêche, auquel s’est ajouté l’élevage dans la vision de développement de la région pour les vingt prochaines années (Région Anosy et al., 2013 : 20).

4. L’état du tourisme : niveau d’activité, enjeux et attentes

  • 8 Nos calculs à partir de (EDBM, 2013 : 4).
  • 9 En 2011, Madagascar National Parks a enregistré une année record de fréquentation des parcs qui son (...)

21La part du marché touristique régional occupé par la Grande île est très faible en regard de son potentiel éco-touristique et représente seulement 1,5% de l’ensemble des arrivées internationales en Afrique australe et dans l’Océan Indien. Avec des arrivées touristiques s’établissant à 256 000 en 2012 (+14% par rapport à 2011), l’industrie touristique s’est remise progressivement du contrecoup de la crise politique de 2009 où les arrivées ont atteint un creux de 163 000 visiteurs. Cette performance demeure encore loin de l’année 2008 considérée comme étant une référence avec 375 000 arrivées (INSTAT, 2013 : 24 ; World Bank, 2012). Dans la région de l’Anosy, la majorité des arrivées touristiques se concentrent au sein dans la commune de Tolagnaro (Tolagnaro), l’aéroport se trouvant près de cette ville qui, par conséquent, s’impose comme point de départ de tous les circuits touristiques de la région. Elle a accueilli 26 656 visiteurs (incluant les passagers des bateaux de croisières) en 2012, soit une performance proche du sommet atteint en 2008 (27 000 visites). Pour la période de 2006 à 2012, cela représente un taux d’accroissement annuel moyen des arrivées touristiques de 1,2%8. Les visiteurs, composés à plus de 50% de Français, se rendent dans la région majoritairement par voie aérienne en provenance de la capitale et de la Réunion ou par voie maritime. Depuis l’ouverture du port d’Ehoala en 2009, la fréquentation des navires de croisière a augmenté de façon exponentielle (21 navires entre 2009 et 2012) et chaque passager qui débarque dépense, en moyenne, entre 47 USD et 94 USD sur les lieux. En trois saisons de croisière, la ville aurait bénéficié d’une retombée en devises de près de 1,5 million USD, soit un peu moins du double du montant généré par les droits d’entrée de l’ensemble des parcs nationaux à Madagascar sur une année (PEM, 2012: 3)9.

22L’offre touristique régionale a également connu un certain essor, notamment au niveau de l’offre hôtelière. La demande soutenue engendrée durant la phase de construction du projet de QMM entre 2005-2007 a eu pour conséquence une augmentation de 28% du nombre de chambres disponibles entre 2006 et 2010 pour atteindre un total de 443 (Bingham et al., 2011 : 44). L’infrastructure d’accueil demeure cependant limitée, loin d’atteindre l’objectif de 1000 chambres visé par le Plan d’aménagement touristique de 2005 (Tecsult international ltée, 2005 : 4-43). Les produits touristiques régionaux continuent de capitaliser sur les attraits naturels – par le biais des parcs nationaux et autres réserves privées – et le tourisme balnéaire à partir de circuits touristiques dont la demande est nourrie par les croisiéristes. D’autres initiatives touristiques conjointes dans le cadre d’un partenariat public-privé (PPP) sont également en gestation comme la réappropriation de l’ancien port de Tolagnaro pour le transformer en un lieu d’activités en bordure de mer propice au développement hôtelier et touristique (Bingham et al., 2011 : 60).

23Malgré ce portait globalement positif du développement touristique de la région, le secteur a quand même été affecté par le ralentissement de l’économie internationale et la crise politique de 2009 ayant pour conséquence une baisse significative du taux d’occupation (ralentissement de la demande) dans un contexte d’une forte augmentation de l’offre. Dans ces conditions, deux principaux constats s’imposent au développement touristique de la région. D’abord, même si l’enclavement semble avoir été en partie levé par l’ouverture du port d’Ehoala et la réhabilitation des principales voies s’accès, le développement touristique capitalisant sur la biodiversité demeure limité, l’accès à ces attraits demeurant très difficile. Ensuite, le tourisme est un secteur à haute intensité de main-d’œuvre dans un contexte de pénurie de travailleurs qualifiés ou semi-qualifiés dans la région. Afin d’augmenter l’employabilité de main-d’œuvre locale pour le secteur touristique, le PIC, avec ses nouvelles orientations, entend soutenir les programmes de formation professionnels en prévision de la future demande générée par le développement touristique, minier, de la chaîne d’approvisionnement agricole et de la future Zone franche du port d’Ehoala à moyen et long terme (Bingham et al., 2011: 47). Ces constats n’écartent pas la pertinence de se questionner sur la place accordée aux ruraux économiquement pauvres qui forment l’essentiel de la population de la région et font intervenir une valeur prioritaire dans le modèle de développement : la protection des ressources naturelles.

5. Le développement du tourisme par la protection des ressources naturelles

  • 10 La diminution des stocks de pêche est due à l’ensablement des zones de nidification des langoustes (...)

24Le développement touristique à Madagascar s’appuie principalement sur la nature. Dans la région de l’Anosy en particulier, l’activité touristique ne peut se réaliser sans la préservation et la mise en valeur de son capital naturel qui constitue une matière première incontournable. En dépit de la croissance économique observée dans la région, de la réhabilitation partielle des infrastructures – tant privées que publiques – et du désenclavement progressif de la ville de Tolagnaro, le taux d’appauvrissement et des effets induits tel que la faiblesse du taux de scolarisation, des problèmes d’hygiène et des conditions socio-sanitaires difficiles, un taux de chômage élevé, etc. demeurent endémiques. Ces conditions ont été exacerbées par les effets de la crise de 2009 et la suspension de l’aide étrangère, mais également par d’autres facteurs exogènes comme la chute du prix à l’exportation du sisal, la réduction du volume à l’exportation des langoustes et crevette, auparavant source de devises non négligeable pour la population de la région10.

25Le patrimoine naturel est mis sérieusement en péril par des pressions anthropiques observées depuis des années réduisant graduellement le couvert végétal et menaçant d’extinction de nombreuses espèces endémiques de plantes et d’animaux. Bien que l’évaluation de la couverture forestière d’origine fasse l’objet d’un débat (Sarrasin, 2013 ; Aknin et al., 2007 ; Andriambololona et al., 2004 ; Kull, 2000) la plupart des auteurs invoquent que 80% de la forêt primaire a disparu et qu’elle ne couvre plus actuellement que 15% de la surface totale du pays (Randrianarivelo et al., 2000). La déforestation, principalement attribuable à la pratique de culture du riz et l’élevage des bovins par la méthode « tavy » (culture sur brûlis), l’exploitation de la forêt comme source de combustible (charbon) et la coupe de bois pour la construction et l’exportation (bois précieux), a conduit à la destruction progressive du couvert végétal et a favorisé l’accélération de la désertification (MINENV, 2002). De plus, la réhabilitation de certaines voies d’accès (comme la route provinciale RIP 118) a engendré un effet pervers en encourageant la déforestation des couverts forestiers plus facilement accessible (Bingham et al., 2011 : 47).

26Comme nous l’avons déjà exposé, la principale cause de dégradation des ressources naturelles repose sur les hypothèses de « sous-développement » qui dénoncent un cercle vicieux entre la pauvreté, la faible productivité agricole et la dégradation de l’environnement (Cleaver et al., 1998; WRI, 1985). Développée par le World Resources Institute au cours des années 1980 et reprise par la Banque mondiale durant les années 1990, cette lecture est déterminante dans l’identification des causes de dégradation et des solutions qui y sont associées et repose essentiellement sur la forte relation (synergie) entre la croissance démographique et la dégradation des conditions de vie (pauvreté). Dans ces conditions, il importe d’élaborer des stratégies de réduction de la croissance démographique et de promotion du secteur agricole qui contribuent à la croissance économique, donc à la réduction de la pauvreté, selon les analyses publiées par l’institution (Banque mondiale, 2002 ; Cleaver, 1997 ; World Bank et al., 1996).

27Cette approche a conduit la Banque mondiale à proposer un « modèle de développement intégré » présenté par Wolfensohn en 1998 et qui s’insère dans la logique du postconsensus de Washington (PCW) que nous avons déjà évoqué. Ce modèle propose d’aller au-delà de la stabilisation économique en « […] prenant en compte simultanément les aspects financiers, sociaux, politiques, institutionnels, culturels et environnementaux de la société » (Wolfensohn, 1998, dans Ehrhart, 2006 : 633). Il a conduit à l’énoncé, par la Banque mondiale, d’un « Cadre de développement intégré » (CDI) qui constitue, depuis la fin des années 1990, la pierre angulaire des stratégies de financement des pays très pauvres comme Madagascar et met à jour une structure fondamentale de pouvoir au sens de Strange. Cette « vision intégrée » propose d’aller au-delà des dimensions macroéconomiques et financières en considérant « également » et « simultanément » les aspects structurels, humains, physiques et sectoriels, de manière en rendre plus efficaces les stratégies de lutte contre la pauvreté. À Madagascar, comme dans les autres pays de l’Afrique subsaharienne, le CDI est mis en pratique à travers la mise en œuvre des Documents de stratégie de lutte contre la pauvreté (DSRP) que nous avons évoqués. Loin de constituer un « nouveau modèle » par rapport au PCW, nous réaffirmons notre deuxième hypothèse en précisant que le CDI, le DSRP et, avec l’inclusion de la protection de la biodiversité comme valeur prioritaire, les Programmes de conservation et de développement intégrés (PCDI), instrumentalisent la lutte contre la pauvreté afin d’accélérer les dimensions économiques du modèle (aspects structurels et sectoriels) et mettre en œuvre une certaine lecture des ressources naturelles qui ne contribue pas nécessairement à faire reculer la pauvreté à Madagascar.

6. La lutte contre la pauvreté pour développer l’écotourisme dans le parc national Andohahela

28La région de l’Anosy compte plusieurs aires protégées dont les plus connues sont les Parcs nationaux de Ranomafana et d’Andohahela (PNA), ce dernier étant situé à 40 kilomètres au nord-ouest de la ville de Tolagnaro (voir carte 2.06). En 2012, ces deux parcs ont accueilli conjointement 23 799 visiteurs. Bien que le PNA représente une des plus importantes zones de conservation et qu’il soit classé Patrimoine naturel mondial de l’Atsinanana (CRDA, 2003), sa fréquentation en 2012 est presque marginale avec 282 visiteurs, au regard de sa superficie de 76 000 ha – soit presque le double du parc Ranomafana qui présente une fréquentation près de 100 fois plus importante (ITM, 2013) basée sur les 282 visiteurs. L’enclavement (routes d’accès en désuétude) est le premier motif pour expliquer l’attractivité limitée du PNA, d’autres sites majeurs comme la réserve de la biosphère de Mananara-Nord ou la baie de Baly souffrent des mêmes difficultés d’accès avec une fréquentation qui plafonne à peine à 100 visiteurs par an. L’accès au PNA en voiture s’effectue par une route secondaire difficilement praticable, surtout en saison des pluies. Deux heures de route (avec un véhicule tout terrain) sont nécessaires pour parcourir les 56 km qui séparent Tolagnaro au village de Tsimelahy, point de départ de la majorité des circuits touristiques (illustration 1). Le Parc dispose de quatre sites de camping situés à proximité de lieux d’intérêt, mais n’offrant aucun aménagement ni commodité. Les visiteurs qui veulent passer une nuit et plus dans le parc doivent apporter tout l’équipement nécessaire.

  • 11 Les estimations se basent sur les informations disponibles sur les entrées du parc national d’Andoh (...)
  • 12 Tous les guides ont bénéficié des formations dispensée par MNP sur les Techniques de guidage, la fa (...)
  • 13 L’estimation sur les dépenses liées aux frais de guidage s’appuie sur les hypothèses suivantes : le (...)

29Les retombées économiques pour la population locale prennent plusieurs formes. Il y a, tout d’abord, le réinvestissement de 50% des droits d’entrée de l’aire protégée (DEAP) dans des projets pour les communautés riveraines. Les revenus sont collectés par Madagascar National Parks (MNP). Entre 2002 et 2012, la quote-part du DEAP réinvesti auprès des communautés locales est estimée à 23 000 USD (en 2012, la quote-part est estimée à 628 USD basée sur les 282 visiteurs du PNA)11. Ces retombées sont approximatives et peuvent paraître modestes, mais les bénéfices tirés du DEAP du parc national ont permis, d’après MNP, de contribuer au financement de 75 microprojets pour les 76 800 villageois des 13 communes environnantes, incluant des centres de soins de base, des écoles, la réhabilitation de pistes rurales, la construction de barrages hydro-agricoles (irrigation), d’adduction d’eau et de grenier communautaire (MadaCamp.com, 2009; MNP, 2009). Le DEAP suit la même tarification appliquée pour tout le réseau des Aires protégées du pays, soit en un coût d’entrée entre 5 USD et 12 USD par visiteur étranger par jour ; un montant bien en deçà des normes mondiales qui est d’environ 100 USD par visiteur. Étant sous la gestion de MNP, les guides du parc sont des guides locaux rattachés à l’organisme et le centre d’accueil de MNP à Tolagnaro compte en moyenne une vingtaine de guides parlant français et anglais12. Le prix du service d’un guide varie entre 3,20 USD à 3,67 USD par personne / jour auxquels il faut ajouter environ 2,28 USD pour la location d’une tente/nuitée. En 2012, les visiteurs auraient dépensé au chapitre du guidage un montant global qui se situerait entre 451 USD et 517 USD13. La population locale offre également un service de porteurs dont le prix de la prestation est négocié directement avec le touriste. Enfin, elle organise également des manifestations socioculturelles et vend des produits artisanaux directement aux touristes.

  • 14 La Fondation pour les aires protégées et la biodiversité de Madagascar appuient 17 sites de conserv (...)

30L’accessibilité vers le site et les lieux d’intérêt touristique sur le territoire du parc reste le principal handicap dans l’exploitation du plein potentiel du PNA. En levant cet obstacle, le PNA pourrait profiter d’un développement touristique en émergence dans la région d’Anosy par le biais notamment de son intégration effective dans les circuits proposés par les opérateurs touristiques. En 2002-2003, des efforts ont été déployés afin de refaire certaines portions des voies d’accès, entre autres la réhabilitation de la piste Ankariera – Tsimelahy, en collaboration avec l’Agence nationale d’actions environnementales (ANAE) (CRDA, 2003: 61). En 2013, la Fondation pour les aires protégées et la biodiversité de Madagascar14 a décidé d’apporter un soutien financier au parc national d’Andohahela et de Ranomafana. Un des domaines d’intervention de la Fondation touche la construction et l'entretien d'infrastructures. Cet appui devrait permettre d’améliorer de manière significative l’accès vers le PNA. Les autres domaines d’intervention de la Fondation vont par ailleurs avoir des impacts économiques et sociaux directs sur la population riveraine, notamment par le reboisement de plantes à croissance rapide, l'éducation et la campagne de sensibilisation ou encore le développement par l'appui aux activités agricoles et d'élevage (Razafindramiadana, 2012).

31Plusieurs de ces actions s’insèrent dans la dynamique des Projets de conservation et de développement intégré (PCDI) que nous avons évoqués et qui se concentrent sur la protection et la conservation de la flore et de la faune locales, en proposant des projets de développement rural, d’éducation et de promotion des services de santé dans les zones périphériques à la réserve. L’objectif est de protéger les ressources naturelles à partir de stratégies de lutte contre la pauvreté (financées notamment par les droits d’entrée au PNA) dont l'élaboration et la mise en œuvre proviennent d’étrangers scolarisés (Malgaches étrangers à la région ou non malgaches) pour qui le développement par la conservation apparaît comme un compromis acceptable dans la mesure où cela ne les touche pas directement. L’analyse de certains scientifiques de la conservation confirme cette lecture depuis le début de la mise en œuvre des PCDI (Richard et al., 1997: 415).

32Beaucoup trop souvent, ceux qui retirent le plus d’avantages supportent peu des coûts qui sont plutôt endossés par ceux qui ont le moins de moyens de les assumer et qui en retirent le moins de bénéfices. À noter que l’asymétrie, sous bien des formes, est une caractéristique forte et envahissante des PCDI [Projet de Conservation et de Développement Intégrés] : différences sur les plans de l’éducation formelle, de l’autorité, des possibilités et de l’accès aux ressources ; ce sont là des éléments qui distinguent les communautés locales de celles qui livrent un message de conservation, soient-ils étrangers ou Malagasy venant de l’extérieur de la communauté (traduction libre).

33Ces conditions sont exacerbées par l’écart entre la logique des PCDI et la relation qu’entretient la population rurale avec son environnement, c’est-à-dire son espace de vie. Les acteurs qui conçoivent et mettent en œuvre ces programmes s’insèrent dans une vision « rationnelle » des ressources naturelles qualifiée d’ « individuelle libérale » et qui privilégie la sensibilisation de chacun vis-à-vis de la nature (Lascoumes, 1994). Cette conception, formulée initialement par les sociétés naturalistes savantes, repose sur un objectif de type pédagogique qui tend à informer et à sensibiliser par la connaissance dans le but d’induire des comportements respectueux de sites et d’espèces jugés fragiles ou rares. À Madagascar, cette conception qui sous-tend le CDI, le DSRP, les PCDI et, plus tard, le MAP est partagée par les scientifiques de la conservation, les bailleurs de fonds et un certain nombre d’acteurs malgaches provenant du gouvernement, de l’administration publique ou des Organisations non gouvernementales (ONG) (Sarrasin, 2013). Dans les zones rurales de Madagascar comme celles qui jouxtent le PNA, l’espace n’est pas seulement habité, utilisé, mais il est aussi objet de pensée, matière et source de systèmes de représentation qui, à leur tour, modèlent les perceptions, les attitudes et les comportements de la population. Cela signifie que le PNA s’intègre dans un univers spatial qu’il contribue à redéfinir en provoquant des effets sur l’univers social, culturel et économique des populations. Parmi les craintes formulées par celles-ci, on trouve le rapport aux lieux fady (tabous) qui touchent directement la relation entre les espaces physiques et spirituels, dont les ancêtres sont le vecteur. Cela constitue certainement une valeur prioritaire pour la population rurale qui semble difficilement conciliable avec la mise en réserve des ressources naturelles à des fins récréo-touristiques. L’autre frein potentiel à la réduction de la pauvreté est de nature économique, c’est-à-dire directement lié à la logique du « modèle de développement ». Il ne suffit pas d’investir dans des aménagements et des infrastructures pour créer des emplois (spécialisés ou non spécialisés) que très peu de villageois seront en mesure d’occuper. D’après les gestionnaires du parc, les populations limitrophes trouvent la possibilité d’écouler un peu d’artisanat, mais sans plus. La logique des valeurs prioritaires sur lesquelles repose le PNA est ainsi rompue : si la population rurale pauvre n’est pas en mesure de tirer profit des opportunités que présente le parc, notamment en termes d’emplois, elle ne sera pas en mesure d’améliorer ses conditions de vie, facteur essentiel au recul de la pauvreté, mais aussi – dans la logique du modèle – à la protection des ressources naturelles.

Conclusion

34Cet article cherchait à explorer l’arbitrage entre les objectifs de développement du tourisme, de lutte contre la pauvreté et ceux de protection des ressources naturelles à Madagascar, en exposant en particulier le cas du Parc National d’Andohahela dans la région de Tolagnaro. À partir de la méta lecture offerte par l’économie politique hétérodoxe de Susan Strange nous avons identifié les valeurs privilégiées par certains acteurs, en particulier ceux, comme la Banque mondiale, qui détiennent le pouvoir de définir le modèle de développement qui sous-tend les stratégies de lutte contre la pauvreté et la place que doivent occuper le tourisme et l’écotourisme dans ce contexte. Bien que ce pouvoir reste diffus et résulte d’une négociation permanente entre les acteurs, l’accélération de l’instabilité politique observée sur la Grande île depuis le début de l’année 2009 laisse croire que le Gouvernement malgache – dont l’identité reste à définir – n’est pas en mesure de négocier de position alternative au modèle proposé par les institutions financières internationales. Les intérêts de la population rurale, loin d’être homogènes, ont peu de chance d’être entendus dans ce contexte.

35Les règles du jeu qui en résultent prennent la forme d’une structure fondamentale de pouvoir que la Banque mondiale résume sous le vocable de Cadre de développement intégré et qui repose sur des valeurs prioritaires conditionnant à la fois la définition de la lutte contre la pauvreté et sa relation éventuelle avec les ressources naturelles et avec le développement du tourisme. Parmi celles-ci, on trouve le libéralisme économique et politique. Le premier, caractérise le problème de la pauvreté à partir d’un revenu insuffisant et place la croissance économique au premier plan des solutions à privilégier pour améliorer ses conditions de vie. Le libéralisme politique propose de favoriser la participation de la population dans un contexte de redéfinition du rôle de l’État où la « bonne gouvernance » suggère une transparence non seulement vis-à-vis des citoyens, mais aussi face aux marchés. Ces deux axes du libéralisme s’inscrivent, dans la structure actuelle de pouvoir, dans une approche normative caractérisée par un évolutionnisme social par lequel la Banque mondiale et le PNUD – par exemple – définissent le niveau de vie, l’écart entre ceux-ci sur un ensemble de territoires et les moyens à entreprendre pour l’améliorer. Cette démarche place l’individu – au sens économique du terme – au premier plan des enjeux de développement et l’individualisme constitue en conséquence une valeur privilégiée dans l’arbitrage des intérêts qui sous-tendent le modèle proposé par les institutions financières internationales. Enfin, les valeurs citées ont des conséquences directes sur le rapport des personnes au territoire occupé et traversé, où l’espace naturel par exemple doit être valorisé économiquement pour que la biodiversité soit protégée. Nous avons montré que le « diagnostic de Washington sur les ressources naturelles » qui s’appuie sur ces valeurs contribue à la mise en place de structures fondamentales de pouvoir ayant des conséquences importantes sur la faisabilité et les retombées du tourisme sur l’économie, la population et l’environnement à Madagascar et dans la région de Tolagnaro.

36Si l’écotourisme a contribué de façon marginale à ralentir la dégradation des ressources naturelles sur la Grande île, il a contribué à positionner la logique d'un modèle de développement. Nous avons montré comment les Projets de conservation et de développement intégrés (PCDI) constituaient une tentative d’intéresser la population rurale au diagnostic de Washington. L’échec relatif de l’écotourisme repose sur les mêmes problèmes qui ont rendu les PCDI si discutables, c’est-à-dire la mise en œuvre de stratégies ne répondant pas aux intérêts et aux valeurs de ceux qu’ils prétendent servir et au profit des groupes d’acteurs qui possèdent les moyens économiques et politiques les plus importants. Tant et aussi longtemps que les ressources de la forêt sont économiquement plus avantageuses que les solutions offertes par l'écotourisme – lorsqu’elles existent – un nombre important « d’infractions » et de tensions vont persister. Le contexte malgache analysé ici montre que le développement du tourisme instrumentalise les stratégies de lutte contre la pauvreté en utilisant le discours et le financement pro-poor pour accélérer la mise en œuvre d’une filière d’exportation « comme les autres » (Sarrasin et al., 2012; Sarrasin et al., 2010). Notre analyse suggère que les relations entre la croissance économique, la lutte contre la pauvreté, la protection des ressources naturelles et le tourisme doivent être reproblématisées en tenant compte des processus politiques entourant le diagnostic des problèmes et l’élaboration de solutions de développement.

Haut de page

Bibliographie

Agrawal, A., et K. Redford (2006). Poverty, Development, and Biodiversity Conservation: Shooting in the dark? Working Paper n°26, Wildlife Conservation Society, New York, march: 58 p.

Aknin, A., C. Aubry et P. Méral (2007). « Risques et stratégies paysannes dans la forêt des Mikea », In Christian Chaboud, Géraldine Froger et Philippe Méral (ed.). Madagascar face aux enjeux du développement durable. Des politiques environnementales à l'action collective locale, Paris: Karthala: 203-228.

Andriambololona, A. H., O. A. Ranaivoson et M. S. Rasamoelina (2004). Évaluation des programmes forestiers environnementaux dans le cadre de la mise en œuvre de la politique forestière à Madagascar, Rapport final - phase I, (JICA) Agence japonaise de coopération internationale et (MINENVEF) ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts, Antananarivo, avril: 46 p.

Banque mondiale (1994). L'ajustement structurel en Afrique: Réformes, résultats et chemin à parcourir, Washington, D.C.

Banque mondiale (2002). Revue du secteur forêt/environnement dans le contexte du développement rural, version préliminaire, Région Afrique, octobre: 28 p.

Banque mondiale (2004). Document d'évaluation de projet sur une proposition de don IDA d'un montant de 26,8 millions DTS (équivalent de 40 millions USD) et de don du fonds fiduciaire de la Global Environment Facility d'un montant de 9 millions USD à la République de Madagascar pour un projet d'appui au programme environnemental phase trois, Bureau régional Afrique, Antananarivo, 20 avril : 261 p.

Banque mondiale (2013). Rapport sur l'environnement (Country Environnemental Analysis - CEA) 2013 : Les principaux messages, Banque mondiale, Washington, D.C.: 28 p.

Benicourt, E. (2001). « La pauvreté selon le PNUD et la Banque mondiale ». Études rurales, juillet-décembre (159-160) : 35-53.

Bingham, C., M. A. Bouchard and J. K. Rennie (2011). Report of the International Advisory Panel Integrated Growth Poles Project (IGP2), Projet Pôles Intégrés de Croissance (PIC), World Bank & International Advisory Panel.

Campbell, B. (1998). « The Rules of the Game ou la production de nouveaux cadres normatifs. À propos de "L’État dans un monde en mutation" », présenté dans le cadre du Séminaire sur le comportement des ménages, dynamiques sociales et politiques publiques Abidjan (Côte-d’Ivoire), 11-14 novembre.

Campbell, B. (ed.) (2005). Qu’allons-nous faire des pauvres? Paris : L'Harmattan.

Chavagneux, C. (1998). « Peut-on maîtriser la mondialisation ? Une introduction aux approches d’économie politique internationale ». Économies et Sociétés, (34) avril : 25.

Cleaver, K. (1997). Rural development strategies for poverty reduction and environmental protection in Sub-Saharan Africa, World Bank, Washington, D.C.

Cleaver, K., et G. A. Schreiber. (1998). Inverser la spirale. Les interactions entre la population, l’agriculture et l’environnement en Afrique subsaharienne, Banque mondiale, Washington, D.C., janvier.

Cornia, G. A., et G. K. Helleiner (1994). From adjustment to development in Africa, London, Macmillan.

CRD, Comité Régional du Développement Anosy (2009). Région de l'Anosy. Schéma de développement régional, ministère de l'Aménagement du Territoire et de la Décentralisation.

CRDA, Comité régional de développement de l'Anosy. (2003). Appui à la planification de développement durable dans la région de l'Anosy – Madagascar : 381 p.

EDBM, Economic Development Board of Madagascar (2013). Ancien port de Fort-Dauphin. Note de présentation, Madagascar.

Ehrhart, C. (2006). « Croissance, redistribution et lutte contre la pauvreté : l’évolution non linéaire de l’approche de la Banque mondiale », L'Actualité économique, 82 (4), décembre : 597-641.

EPP, Équipe Permanente de Pilotage, et Plan d'Action pour le Développement Rural PADR (2007). GTDR Anosy Plan régional de développement rural, Antananarivo: 85 p.

FID, Fonds d'Intervention pour le Développement Madagascar. (2010). Le FID apporte sa contribution dans la lutte contre l'insécurité alimentaire du Grand Sud, URL, <http://www.fid.mg/index.php?mio=nsd&nid=477&motcle=>.

Hibou, B. (1998). « Banque mondiale : les méfaits du catéchisme économique. L’exemple de l’Afrique subsaharienne », Esprit, août-septembre : 98-140.

INSTAT, Institut National de la Statistique (2007). Ratio de pauvreté à Madagascar. Ventilation par région. République de Madasgacar, URL, <http://www.instat.mg/index.php?option=com_content&view=article&id=17&Itemid=94>.

INSTAT, Institut National de la Statistique (2012a). Exportations 2011, Antananarivo, Vice Primature chargée de l'économie et de l'industrie, URL, <http://www.instat.mg/index.php?option=com_content&view=article&id=64&Itemid=95>.

INSTAT, Institut National de la Statistique. (2012b). Taux de pauvreté régional 2010, Antananarivo: Vice Primature chargée de l'économie et de l'industrie, URL, <http://www.instat.mg/index.php?option=com_content&view=article&id=17&Itemid=94>.

INSTAT, Institut National de la Statistique (2013). Tableau de bord économique - Année 2012, Madagascar, Vice Primature chargée de l'économie et de l'industrie, vol. 10.

ITM, Info Tourisme Madagascar (2013). Fréquentation des parcs nationaux en 2012, URL, <http://www.info-tourisme-madagascar.com/parcs.htm>.

Jolly, R. (1991). « Adjustment with a human face: A UNICEF record and perspective on the 1980s », World Development, 19 (12): 1807-1821.

Killick, T., S. Kayizzi-Mugerwa, M.-A. Savane and H. N. White (2001). African poverty at the millennium: Causes, complexities, and challenges, Washington, D.C.: World Bank.

Kull, C. (2000). « Deforestation, erosion, and fire: Degradation myths in the environmental history of Madagascar », Environment and History, 6: 423-450.

Lapeyre, R., D. Andrianambinina, D. Requier-Desjardins et P. Méral (2007). « L’écotourisme est-il un mode durable de valorisation des ressources naturelles ? Une comparaison Namibie-Madagascar », Afrique Contemporaine, (222): 83-110.

Lascoumes, P. (1994). L’éco-pouvoir. Environnements et politiques, Paris, Éditions La Découverte.

MadaCamp.com (2009). Andohahela National Park, URL, <http://www.madacamp.com/Andohahela_National_Park>.

MEFB, Ministère de l'Économie, des Finances et du Budget et Institut National de la Statistique INSTAT (2004). Les 22 régions de Madagascar en chiffres, Secrétariat Général, Antananarivo.

Mihevc, J. (1995). The market tells them so. The world bank and economic fundamentalism in Africa, Londres, Zed Press.

MINENV, Ministère de l'Environnement (2002). Une meilleure gestion de l'environnement pour un développement rapide et durable, Programme environnement III, Document stratégique, République de Madagascar, Antananarivo, août: 42 p.

MIRA, Ministère de l'Intérieur et de la Réforme Administrative (2005). Plan régional de développement de la région Anosy, République de Madagascar, Antananarivo.

MNP, Madagascar National Parks (2009). Madagascar National Parks : Contexte et mission, Madagascar National Parks, URL, <http://www.parcs-madagascar.com/madagascar-national-parks.php?Navigation=25>.

PEM, Port d'Ehoala Madagascar. (2012). Port d'Ehoala Newsletter, 4 p.

PNUD (2000). Rapport mondial sur le développement humain, Karthala, Paris.

Randrianarivelo, B. M., C. Bouveyron, G. S. Ramangason, B. H. Andriantseheno, C. P. Ravohitrarivo et L. Rajaonera (2000). Évaluation externe du PNAE et du PE 2. Rapport de synthèse, ministère de l’Environnement, Antananarivo, République Démocratique de Madagascar.

Ravo, F. (2013). Secteur Tourisme 2012 : Madagascar n’a pas à rougir de ses atouts. NewsMada, URL, <">http://www.newsmada.com/index.php/economie/10791-secteur-tourisme-madagascar-na-pas-a-rougir-de-ses-atouts#.UoIT_ZSsvXI>.

Razafindramiadana, L. (2012). « Madagascar : Aires protégées - Appui financier pour Andohahela et Ranomafana », L'Express de Madagascar, URL, <http://fr.allafrica.com/stories/201212271124.html>.

Région Anosy, ATW Geosystem et Dobbin International (2013). Élaboration du schéma régional d'aménagement du territoire de la région Anosy, Madagascar, Région Anosy: 1-39.

République de Madagascar (2006). Plan d'action Madagascar 2007-2012. Un plan audacieux pour le développement rapide. Antananarivo.

Richard, A. F., and S. O'Connor (1997). « Degradation, transformation, and conservation: The Past, present, and possible future of Madagascar’s environment », In Steven M. Goodman and Bruce D. Patterson (ed.), Natural Change and Human Impact in Madagascar, Washington and London, Smithsonian Institution Press: 406-418.

Sarasin, G. (2009). Évaluation de la filière maraichère. Division Développement Intégré (DDI), QMM – Rio Tinto Madagascar, Tolagnaro (Madagascar), 10 septembre.

Sarrasin, B. (1999). Ajustement structurel et lutte contre la pauvreté en Afrique. La Banque mondiale face à la critique, Paris, L'Harmattan.

Sarrasin, B. (2005). « La construction des problèmes environnementaux en Afrique subsaharienne : La mise en place d’un "diagnostic de Washington sur les ressources naturelles" », Revue canadienne d’études du développement, XXVI (4): 799-815.

Sarrasin, B. (2013). Environnement et développement à Madagascar. Du plan d'action environnemental à la mise en valeur touristique des ressources naturelles, Paris, Karthala.

Sarrasin, B., et H. Ramahatra (2010). « La valorisation des espaces naturels et les enjeux de développement. Le sud-est de Madagascar: convergence ou divergence? », In Christiane Gagnon (ed.). L'écotourisme visité par les acteurs territoriaux. Entre conservation, participation et marchés, Québec, Presses de l'Université du Québec: 229-248.

Sarrasin, B., J. Tardif et G. A. Flores (2012). « Tourisme et lutte contre la pauvreté. De la confusion des termes à la construction d’un discours scientifique ? », Téoros, 31 (2): 51-59.

Service de l'Exploitation du Système d'Information et de Maintenance (2012), Les chiffres clés du transport, de la prospective et du suivi évaluation Direction de la planification, Madagascar, ministère des Transports.

Stopford, J., S. Strange et J. S. Henley (1991). Rival States, Rival Firms: Competition for World Market Shares, Cambridge, Cambridge University Press.

Strange, S. (1993). States and Markets: An Introduction to Political Economy, 2nd Edition. London, Pinter.

Strange, S. (1996). The Retreat of the State: The Diffusion of Power in the World Economy, Cambridge, Cambridge University Press.

Strange, S. (1998). « International Political Economy: Beyond Economics and International Relations », Économies et Sociétés, (34), avril: 69-100.

Szablowski, D. (2007). Transnational law and local struggles, mining, communities, and the World Bank, Oxford & Portland, Hart Publishing.

Tecsult international ltée (2005). Évaluation de l'impact environnemental et social du pôle de croissance de Fort-Dauphin, Antananarivo, Vice primature chargée des programmes économiques, mars. Chapitres 4 et 5.

Teivainen, T. (2002). Enter Economism Exit Politics - Experts, Economic Policy and the Damage to Democracy, Londres and New York, Zed Books.

UNCTAD (1994). The effects on poverty alleviation of structural adjustment programmes: Background note by the UNCTAD Secretariat, Standing committee on poverty alleviation, Second session, Item 4 of the provisional agenda, UNCTAD/PA/8, Geneva, 24 juillet.

World Bank (2004). Proverty Reduction Strategy Paper. Progress Report, Joint Staff Assessment, Report no 30036-MG, Washington, D.C., September 3rd.

World Bank (2005). Proposed Credit for a Second Poverty Reduction Support Operation, Report no 32516-MG, Washington, D.C., June 9th.

World Bank (2007). Madagascar at a Glance, Washington, D.C., 13 septembre.

World Bank (2012). Madagascar Country MetaData, Washington, D.C.

World Bank et International Development Bank (2011). Interim strategy note for the Republic of Madagascar for the period FY12-FY13, Report no 63863-MG, Washington, D.C. The World Bank.

World Bank, and United Nations Development Programme (1996). Madagascar Second Environment Support Project, Project Document, Washington, D.C., novembre: 166 p.

WRI, World Resources Institute (1985). Tropical Forests: A Call for Action. The Plan (part. I), Case Studies (part. II) and Country Investment Profiles (part. III), Washington, D.C.

WRI, UNDP, UNEP and World Bank (2000). World resources 2000-2001: People and ecosystems, the fraying web of life, World Resources Institute, Washington, D.C.

WWF (2009). WWF's Conservation Areas. Saving 19 Priority Places, URL, <http://www.worldwildlife.org/what/wherewework/index.html>.

Haut de page

Notes

1 Même base de calcul que l’IDH, mais sous l’angle des manques.

2 L’application des dispositions de la Politique opérationnelle OP 7.30 (« Relations avec les gouvernements de fait »), résultant de la non reconnaissance du gouvernement de transition par la communauté internationale a pour conséquence de restreindre les possibilités d’emprunt du pays auprès des bailleurs de fonds ainsi que la suspension de plusieurs programmes d’aide.

3 Ces indicateurs démontrent que le PIB par habitant s’est considérablement accru comparativement en 2007 avec un PIB régional par habitant qui s’établissait à 182 dollars mais l’écart du taux de pauvreté régional (TPR) et national (TPN) s’est accru de 2 points de pourcentages (un écart de 5 points en 2007 et 7 points en 2010) avec TPR de 74% contre un TPN de 69% en 2007 et un TPR 83% contre un TPN de 76% en 2010.

4 En 2011, l’exportation de ces produits halieutiques ont généré 62 millions $US (Valeur FOB), soit 5,5% de la valeur FOB totale des exportations du pays (INSTAT, 2012a).

5 Tolagnaro demeure cependant une des destinations les plus chères de la Grande île (Région Anosy et al., 2013). Le coût d’un billet aller-retour de la capitale à Tolagnaro est de 529$ US (à titre de comparaison, le PIB/habitant de la région est de 322 $ US). L’île de Sainte-Marie est la destination la plus chère en termes de prix du billet d’avion avec 625 $US pour un billet aller-retour (Air Madagascar, tarifs obtenus en consultant le site de la compagnie en date du 5 novembre 2013 http://www.airmadagascar.com/).

6 Le MAP a fixé comme objectif que le taux de pauvreté (pourcentage de la population vivant avec moins de 2 USD par jour) passe de 85% (2003) à 50% à l’horizon 2012. En 2010, le taux était à 76% (INSTAT, 2012b).

7 577 millions de dollars de recettes touristiques, 40 000 emplois et 500 000 touristes, soit en moyenne le double en recettes touristiques, en nombre d’emploi et nombre de touristes comparativement à 2005. La crise de 2009 et la période de transition qui s’en est suivi ont éprouvé le secteur touristique. En 2012, il y a eu 256 000 arrivées touristiques, 34 328 emplois directs et 287 millions de dollars de recettes touristiques (Ravo, 2013).

8 Nos calculs à partir de (EDBM, 2013 : 4).

9 En 2011, Madagascar National Parks a enregistré une année record de fréquentation des parcs qui sont sous sa juridiction, soit 159 129 visiteurs. À raison d’un DEAP (Droits d’entrée dans les aires protégées) moyen de 3,75 USD, le montant total provenant des droits d’entrées s’élèveraient à 597 000 USD (site Internet du magazine officiel du tourisme de Madagascar, mai 2012).

10 La diminution des stocks de pêche est due à l’ensablement des zones de nidification des langoustes et des crevettes, causé par la dégradation du littoral (FID, 2010).

11 Les estimations se basent sur les informations disponibles sur les entrées du parc national d’Andohahela entre 2002 et 2012 (les données manquantes ont été estimées à partir de la moyenne des données disponibles). Le calcul s’appuie sur les hypothèses suivantes : tous les visiteurs sont des touristes adultes ; le prix d’entrée est celui affiché sur le site Internet de MNP en 2013, soit 4,6 USD par visiteur non locaux ; la quote-part reversée auprès des communautés est restée inchangée à 50% et enfin, les visiteurs n’ont effectué aucune nuitée. De 2002 à 2012, le montant collecté au titre de DEAP est estimé à 46 000 USD. Tous les prix, en Ariary, ont été convertis en USD au taux moyen de 2012 par le biais du service XE Currency Converter (http://www.xe.com/).

12 Tous les guides ont bénéficié des formations dispensée par MNP sur les Techniques de guidage, la faune et flore, les cultures locales, le secourisme ainsi que sur les langues française et anglaise.

13 L’estimation sur les dépenses liées aux frais de guidage s’appuie sur les hypothèses suivantes : le ratio d’un guide pour deux visiteurs n’ayant effectué aucune nuitée, donc aucune location de tente. Pour rappel, la fréquentation du PNA en 2012 était de 282 visiteurs. Tous les prix, en Ariary, ont été convertis en USD au taux moyen de 2012 par le biais du service XE Currency Converter (http://www.xe.com/).

14 La Fondation pour les aires protégées et la biodiversité de Madagascar appuient 17 sites de conservation pour une superficie totale de 2 millions d’hectares. La population riveraine dépendante de ces aires protégées est estimée à 1 million d’individus. En 2013, la contribution de la Fondation pour la conservation de ces 17 sites devrait s’élever à 1,25 millions USD.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les voies d’accès et les pôles touristiques à Madagascar
Crédits Source : Ramahatra, H., 2007 (données du Ministères du tourisme, ANGAP, Tourisme Master Plan GATO AC)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6557/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Figure 2. Industrie : Tourisme et écotourisme
Crédits Source : FTM, Direction des Eaux et Forêts, avril 2001
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6557/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Sarrasin et Haja Ramahatra, « Le développement touristique à Tolagnaro et dans le Parc national d’Andohahela (Madagascar): la mise en valeur des ressources naturelles par la lutte contre la pauvreté », Études caribéennes [En ligne], 24-25 | Avril-Août 2013, mis en ligne le 15 août 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6557 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6557

Haut de page

Auteurs

Bruno Sarrasin

Département d’études urbaines et touristiques, Écoles des sciences de la gestion, Université du Québec à Montréal, Professeur, sarrasin.bruno@uqam.ca

Articles du même auteur

Haja Ramahatra

Écoles des sciences de la gestion, Université du Québec à Montréal, Chargé de cours, ramahatra.haja@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org