Navigation – Plan du site
Tourisme et lutte contre la pauvreté : approche théorique et études de cas

Le tourisme mondial, les inégalités internationales et le problème de la pauvreté

World Tourism, International Inequality and the Problem of Poverty
Fred Célimène et François Vellas

Résumés

La lutte contre la pauvreté constitue un enjeu majeur pour lequel le tourisme est susceptible d’apporter une contribution significative. Dès lors, il convient d’analyser les concepts qui serviront de base à la mise en place de politiques et d’actions spécifiques de lutte contre la pauvreté par le tourisme.
Le rôle de l’environnement dans le développement touristique est devenu aujourd’hui un des enjeux majeurs de toutes politiques et initiatives dans le secteur du tourisme international.
Dans ces conditions, le but est d’apporter les éléments de connaissance permettant de préciser le concept du développement durable et des actions visant à conforter les bases du développement touristique avec comme objectif majeur la lutte contre la pauvreté.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Workshop « Tourisme et lutte contre la pauvreté », décembre 2009, organisé par le CEREGMIA, Martini (...)

1Le développement durable du tourisme et la lutte contre la pauvreté constituent des objets essentiels du développement du tourisme international qui ont été affirmés lors du sommet mondial de Johannesburg. Ce défi que constitue la lutte contre la pauvreté dans le Monde peut aujourd’hui commencer à passer de la phase des idées à la phase opérationnelle grâce aux travaux réalisés par les équipes de chercheurs internationaux rassemblés dans le cadre du nouveau réseau universitaire et scientifique tel que celui constitué à l’initiative du CEREGMIA dans la Caraïbe1. La lutte contre la pauvreté constitue un enjeu majeur pour lequel le tourisme est susceptible d’apporter une contribution significative (Vellas, 2009 ; 2010). Dès lors, il convient d’analyser les concepts qui serviront de base à la mise en place de politiques et d’actions spécifiques de lutte contre la pauvreté par le tourisme.

2Le rôle de l’environnement dans le développement touristique est devenu aujourd’hui un des enjeux majeurs de toutes politiques et initiatives dans le secteur du tourisme international.

3Dans ces conditions, le but est d’apporter les éléments de connaissance permettant de préciser le concept du développement durable et des actions visant à conforter les bases du développement touristique avec comme objectif majeur la lutte contre la pauvreté. Pour atteindre ce but, le développement touristique doit être correctement planifié et géré, sans quoi les effets bénéfiques peuvent se transformer en conséquences préjudiciables pour l'homme et pour son milieu naturel (Chien, 2007). En particulier, un développement anarchique et spéculatif du tourisme est préjudiciable à une bonne utilisation et protection des ressources du patrimoine naturel et culturel.

4Le tourisme durable peut être considéré aujourd’hui comme un des enjeux majeurs de la planification touristique qui s’inscrit dans le cadre des actions poursuivit par l’O.M.T. depuis la Conférence des Nations Unies sur l’Environnement et le Développement de Johannesburg en 2002 et l’adoption de l’agenda 21.

1. Le tourisme durable en question

5La notion de tourisme durable est liée à celle de « développement durable » qui provient du terme sustainable qui exprime le caractère « soutenable » du développement c’est-à-dire un développement qui ne remet pas en cause l’environnement naturel et social. Il s’agit par conséquent d’un développement qui associe à la fois la notion de durée et celle de pérennité des ressources naturelles (eau, air, sols, diversité biologique) et des structures sociales et humaines. L’objectif du développement durable est ainsi de rendre compatibles l’amélioration des conditions et des niveaux de vie qui résultent du développement et le maintien des capacités de développement des générations futures.

6La notion de tourisme durable est directement déduite de celle de développement durable. Il s’agit d’une forme de développement touristique qui doit permettre de répondre aux besoins des touristes tout en préservant les chances du futur. L’enjeu du tourisme durable est apparu essentiel à la suite de la constatation de l’existence d’inégalités croissantes dans le développement touristique mondial (Logossah et Salmon, 2005a, 2005b). C’est ainsi qu’alors que le tourisme international dans le monde connaît une progression exceptionnelle avec en 2008 plus de 900 millions d’arrivées touristiques dans le monde alors qu’en 1970 elles n’étaient que de 150 millions. Or, malgré ce niveau de développement très faible du tourisme dans de nombreux pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique Latine, les nuisances du tourisme sont particulièrement importantes et graves à la fois en terme d’environnement naturel et surtout du point de vue social et humain, comme le montrent les cas de plus en plus fréquents d’exploitation sexuelle des enfants.

7Par conséquent, le tourisme est placé devant une situation paradoxale puisque ce sont dans les pays les moins développés du point de vue touristique que se posent souvent avec le plus d’acuité les problèmes de développement touristique durable. Dans ces conditions, la notion de tourisme durable ne concerne pas seulement les régions touristiques traditionnelles qui doivent lutter contre les détériorations de l’environnement naturel qui résulte des projets de développement des infrastructures touristiques, mais également l’ensemble des régions du monde y comprit celles qui sont restées jusqu'à présent à l’écart de l’expansion des grands courants touristiques mondiaux.

2. Le développement du tourisme durable dans les cadres régional et international

8La principale question que pose l’analyse de la situation du développement durable du tourisme dans le cadre régional et international est celle de savoir en quoi le concept de développement durable est essentiel pour le tourisme ? Le concept de développement durable peut être considéré comme essentiel pour le développement touristique depuis l’adoption de l’agenda 21 à la conférence de Rio. Cette importance du concept de développement durable pour le tourisme s’explique par plusieurs aspects notamment par quatre facteurs principaux.

2.1. La très forte expansion du tourisme international

9Le tourisme international connaît depuis le début des années 1970 une très forte expansion qui selon les prévisions de l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) devrait se poursuivre de façon accélérée au cours des vingt prochaines années. C’est ainsi que le nombre d’arrivées touristiques internationales dans le monde de 165 millions en 1970 atteint 700 millions aujourd’hui et devrait dépasser les 1 600 millions en 2020. Cette progression du tourisme mondial est encore plus forte en matière de recettes avec 17 milliards de dollars américains en 1970 et une prévision de 1 555 milliards de dollars de recettes touristiques internationales en 2020.

Tableau 1. L’évolution des flux touristiques mondiaux de 1970 à 2020

Années

Arrivées (millions)

Recettes (en milliards de dollars US)

1970

165

17

1980

284

103

1990

438

261

1995

534

405

2000

684

477

2005

804

682

2008

922

944

2020

1600

1555

Source : Statistiques OMT

10L’espace caribéen faisant référence à l’ensemble des états baignés par la mer des caraïbes a toujours été réputée pour ses merveilleuses plages et son environnement pittoresque, cependant cette zone a du attendre vers la fin des années 1960, avec l’essor des transports aériens et la montée du tourisme de masse pour démarrer l’exploitation de son potentiel touristique. Malgré certains handicaps liés à l’insularité comme : l’étroitesse du territoire, l’éloignement, la fragilité de l’écosystème, la vulnérabilité aux catastrophes naturelles, l’accroissement annuel moyen des touristes dans cette région est de 5,1% contre moins de 4.5% à l’échèle mondial (Urunuela, 2004).

11Alors que l’agriculture et l’industrie se trouvent confronter à des difficultés d’ordre géophysiques et environnementales liées à l’insularité, le secteur touristique fait face à une demande en croissance exponentielle. Les emplois créés par ce secteur dans la Caraïbe sont passés de 400 000 en 1990 à environ 2,5 millions en 1998 et ont produit une richesse contournant les 25 milliards de US$ soit 25% du PIB régional (Caribbean Statistic, 2008 ; Caribbean Tourism Organization, 2009a, 2009b). Le tourisme est alors utilisé afin de promouvoir les ressources propres (plages, forêts…), comme source de devise, stimulant des économies locales (l’agriculture, l’artisanat…), catalyseur de la création d’infrastructure et comme vecteur des NTIC et du savoir-faire.

12Depuis la création en décembre 2001 de la Zone de Tourisme Durable de la Caraïbe (ZTDC), les États signataires cherchent à promouvoir un développement équilibré et soutenu passant par la durabilité du secteur touristique. Ainsi, en 2002 les recettes de ce secteur dans la région étaient estimées à plus de 18 milliards de dollars américains et le nombre de touristes accueillis est passé de 25 millions en 2001 à plus de 45 millions en 2003 (OMT, 2003), soit une augmentation d’environ 80%. Durant cette même année la partie insulaire qui n’a accueilli que 3,5 millions de touristes en 1970 et 12,8 en 1990, en a hébergé 22,2 millions (Dehoorne, 2006a, 2006b, 2007). Une étude publiée par la CTO (2006b) en 2006 révèle que 47% de la demande mondiale de croisière est concentrée dans la Caraïbe (Logossah, 2007).

13Cet accroissement considérable du tourisme international dans le monde conduit de nombreux pays à privilégier le secteur touristique dans leurs orientations prioritaires de développement économique. Cette politique est guidée par la volonté de participer à un des secteurs les plus dynamiques de l’économie mondiale, tout en essayant de diversifier une spécialisation internationale trop souvent concentrée, notamment pour certains pays en développement, sur l’exportation de produits matières premières ou de produit à faible valeur ajoutée. Dans ces conditions, le tourisme international est considéré par de nombreux pays comme une véritable alternative partielle, face au développement agricole ou industriel plus traditionnel, d’autant plus que de nombreux pays disposent d’atouts touristiques considérables et de ce fait d’avantages comparatifs et même parfois absolus dans l’exportation des services touristiques (Bresson et Logossah, 2005).

14Cependant, force est de constater que le développement récent du tourisme international n’a pas profité de façon équilibrée à l’ensemble des pays et a même conduit à élargir les inégalités économiques internationales entre un nombre important de pays. En effet, une disparité marquante est observée entre les recettes et flux touristiques des différents pays. Cette situation s’explique particulièrement par la mosaïque de configurations internes en matière d’infrastructures de base, de situations sociopolitiques et de niveau de peuplement. Ainsi, on peut citer en exemple la zone de la Caraïbe où en 2000 l’activité touristique était absorbée en majeure partie par des états comme le Puerto Rico, la République dominicaine, la Jamaïque, Cuba et les régions Cancún et Cozumel qui ont accueilli plus de 68% des arrivés touristiques (cf. tableau 2). Les destinations précitées ont maintenu une moyenne de 54% des recettes de la région entre 1998 et 2002 (cf. tableau 3).

Tableau 2. Les dix premières destinations touristiques de la Caraïbe insulaire

Caraïbe insulaire

1990

1995

2000

2004

Porto Rico

2560000

3131000

3341000

3541000

République dominicaine

1305000

1776000

2978000

3450000

Cuba

327000

742000

1741000

2017000

Bahamas

1562000

1598000

1544000

1561000

Jamaïque

989000

1147000

1323000

1415000

Aruba

433000

619000

721000

728000

Barbade

432000

442000

545000

552000

Îles Vierges américaines

463000

454000

446000

544000

Saint-Martin

545000

449000

432000

475000

Martinique

282000

457000

526000

471000

Source : OMT, 2004.

Tableau 3. Les revenus du tourisme de 1998 à 2002 dans la Caraïbe (en millions de dollars américains)

Tableau 3. Les revenus du tourisme de 1998 à 2002 dans la Caraïbe (en millions de dollars américains)

Source : Organisation du Tourisme de la Caraïbe, 2004.

2.2. L’importance des déséquilibres internationaux

15Les tendances actuelles du tourisme international permettent de constater que la très forte concentration des flux d’arrivées et de recettes touristiques internationales vers les régions les plus développées se confirme. Parallèlement, la plupart des pays en développement se situent à l’écart des principaux flux du tourisme international, mis à part les nouveaux pays industriels qui sont aussi de nouveaux pays touristiques.

16Le tourisme international à la fois en termes d’arrivées et en matière de recettes se concentre sur trois régions principales l’Europe, l’Amérique du Nord (États-Unis, Canada) et les pays d’Asie de l’Est et du Pacifique. Ces trois régions représentent 84% des arrivées touristiques internationales en 2008 et 87 % des recettes. Dans ces conditions, l’ensemble des pays d’Afrique, d’Amérique Latine et de la Caraïbe, du Moyen-Orient et d’Asie du Sud ne représentent que 16% des arrivées et 13% des recettes touristiques internationales dans le monde.

Tableau 4. La répartition des flux touristiques par régions en 2008

Régions

Arrivées

(millions)

Arrivées

(% du total)

Recette

($ milliards)

Recettes

(% du total)

Monde

922

100

944

100

Afrique

48

5

31

3

Amériques

148

16

188

20

A.E.P.

176

19

191

20

Europe

491

53

473

50

Moyen-Orient

48

6

46

5

Asie du Sud

11

1

15

2

Source : Statistiques OMT, 2009.

17L’analyse des tendances récentes de l’évolution des arrivées et des recettes touristiques internationales permet de montrer que la part des pays en développement demeure très faible. En matière d’arrivées touristiques internationales, les pays en développement ne représentent que 30% du total mondial soit 183,9 millions d’arrivées touristiques. Parmi eux, les PMA (Pays les moins avancés) occupent une place particulièrement faible avec seulement 0,7% des arrivées touristiques dans le monde, alors que les NPI (Nouveaux Pays Industriels) représentent une part particulièrement élevée avec 7,3% pour les huit nouveaux pays industriels d’Asie (Hongkong, Singapour, Taïwan, République de Corée, Indonésie, Malaisie, Philippines, Thaïlande).

18La comparaison des recettes et des arrivées touristiques internationales permet de montrer que les différences sont particulièrement sensibles selon le niveau de développement économique. Les pays en développement représentent une part légèrement plus faible des recettes touristiques internationales avec 29,3% que dans les arrivées touristiques internationales (30%). Les différences les plus importantes concernent les nouveaux pays industriels d’Asie dont les recettes qui représentent 10,7% du total mondial sont proportionnellement supérieures aux arrivées qui atteignent 7,3% du total mondial. Pour ce qui concerne, les PMA, leur poids dans les recettes mondiales est très faible avec seulement 0,4% du total mondial.

19Du point de vue des recettes touristiques internationales, il est possible de remarquer la même évolution qui est favorable aux pays en développement qui progressent plus rapidement que la moyenne mondiale. De plus, il convient de remarquer que la part des pays en développement progresse plus rapidement en matière de recettes touristiques internationales qu’en matière d’arrivées.

20Dans la plupart des pays qui connaissent un déclin des arrivées touristiques internationales, cette situation provient principalement de l’instabilité politique et des risques d’insécurité qui constituent un facteur très sensible d’évolution de la demande touristique internationale. Cependant, la situation touristique est très différente selon les pays et les régions d’autant plus que la conjoncture économique joue également un rôle important.

2.3. Les risques d’une trop forte concentration des flux touristiques sur le développement et l’environnement

21Le tourisme a de nombreux effets positifs sur l’emploi et les revenus. C’est ainsi que le développement touristique est à l’origine directe et indirecte de la création d’emplois dans les différents niveaux de qualification dans la plupart des secteurs de l’économie et notamment dont l’hôtellerie, la restauration, les transports, notamment aériens, mais aussi dans les télécommunications, dans les services financiers et de façon induite dans le commerce, l’agriculture, l’artisanat et l’industrie. En Europe, le nombre d’emplois directement liés à l’activité touristique est estimé aujourd’hui à plus de 38 millions dont 19 millions dans les pays de l’Union européenne ce qui représente 12,8% de la population active.

22Cependant, à côté de ces aspects bénéfiques, le développement touristique engendre très souvent des conséquences défavorables avec en premier lieu le risque d’une forte dégradation du milieu naturel, du cadre de vie et du patrimoine culturel et social dans les pays récepteurs. Ce risque est largement lié au phénomène de surexploitation et de très forte densité de la concentration des flux touristiques sur quelques destinations. Dans ces conditions, la très forte concentration géographique des flux du tourisme international risque d’être préjudiciable au développement du secteur touristique de telle sorte que les bases mêmes du secteur touristique peuvent dès lors être remises en cause. Tel est déjà le cas dans certaines zones à très forte concentration touristique qui doivent faire face à des problèmes de restructuration dus à un habitat de mauvaise qualité, à des difficultés de circulation, à un environnement saccagé notamment des plages et des zones littorales et à des nuisances sonores et à une pollution générale de l’environnement naturel. Les pays en développement même lorsqu’ils ne reçoivent que peu de touristes ne sont pas épargnés par ces nuisances et par le risque de connaître un rejet du tourisme avant même que celui-ci ne devienne un des secteurs du développement économique. Face à ce risque, une des conclusions essentielles du Sommet de la terre de Rio de Janeiro a été de préconiser, dès 1992, de favoriser une orientation du développement touristique dans le sens du développement durable, c’est-à-dire une approche touristique qui puisse répondre aux besoins des générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures à subvenir à leurs propres besoins. Cette volonté constitue un des aspects majeurs du développement touristique actuel dans les pays industrialisés et peut être surtout dans les pays en développement. La question essentielle est désormais celle de savoir sur quels critères il est possible de fonder la planification touristique du développement durable ?

3. Les principes directeurs de la planification touristique du développement durable

23La planification constitue un des fondements essentiels de la réussite de l’intégration du secteur touristique dans les objectifs du développement durable. Une planification inadéquate du tourisme peut être la cause d’atteintes très graves à l’environnement et à l’équilibre du milieu social. Le tourisme non planifié ou mal planifié se solde par une dégradation du patrimoine naturel et culturel avec un bouleversement des traditions et des modes de vie des populations locales qui peut aller jusqu'à rendre le tourisme inacceptable, surtout lorsqu’il y a concurrence entre les populations locales et les touristes pour l’accès aux infrastructures et aux équipements publics. Dans ces conditions, il est essentiel de rechercher les enjeux et les critères de la planification touristique.

24La planification a un rôle essentiel dans la réussite du développement durable du tourisme. En effet, le secteur touristique présente un certain nombre de caractéristiques économiques qui le distinguent des autres secteurs d’activité économiques. En particulier, il convient de rappeler que les entreprises touristiques sont contrairement à la plupart des autres entreprises à la fois des entreprises de main-d’œuvre et des entreprises correspondant aux caractéristiques du secteur de l’industrie lourde.

25Il s’agit d’entreprises de main d’œuvre parce qu’elles se situent dans le secteur des services qui est caractérisé par l’importance des besoins en personnels comme c’est le cas par exemple dans l’hôtellerie traditionnelle ou dans la restauration. Cependant, ce sont aussi des entreprises du secteur de l’industrie lourde du fait de l’importance des investissements à réaliser. Tel est le cas, par exemple, dans l’hôtellerie pour laquelle les investissements ne sont amortissables que sur des durées très longues de vingt et parfois même trente ans.

26Pour la plupart des pays et principalement dans les pays en développement, il convient de constater que les ressources disponibles pour le développement touristique sont souvent insuffisantes et ne peuvent être mobilisées partout en même temps. Ce qui suppose des choix, notamment en termes d’aménagement et d’infrastructures, en particulier dans l’accès routier, dans le réseau d’eau potable et d’électricité et dans les télécommunications. Ces choix ne peuvent être décidés que dans le cadre d’une planification du développement touristique.

27Or, c’est là que se pose le problème principal de l’adaptation de la planification touristique aux objectifs du développement durable. La planification traditionnelle ne paraît plus devoir répondre aux nouveaux objectifs du développement touristique. Elle consiste le plus souvent à choisir une ou des zones d’aménagement touristique concerté qui aboutissent en cas de réussite à une très forte concentration des touristes c’est-à-dire à une situation contraire aux objectifs du développement durable du tourisme.

28Dans ces conditions, la planification du développement touristique doit pouvoir jouer un rôle nouveau qui est celui de favoriser un mode développement touristique durable sans aboutir à une trop forte concentration des flux touristiques et à l’accentuation des nuisances due à cette concentration qui peut provoquer un rejet final du tourisme par les populations locales (Carpin et al. , 2003 ; Logossah et Célimène, 2007). Tel est l’enjeu actuel du défi que constitue la remise en cause des objectifs, mais surtout des pratiques de la planification touristique qui doit pouvoir être relevée tout en permettant de résoudre les problèmes spécifiques de financement et de valorisation du secteur touristes compte tenu de la concurrence de plus en plus importante entre destinations sur le marché international du tourisme.

4. La mesure de la place des PMA dans le tourisme international

29Les PMA sont au nombre de cinquante ; ce sont les pays en développement qui ont à la fois le niveau de revenu par habitant le plus faible et qui ont un retard particulièrement important à la fois en terme social, éducatif et économique. Ces pays étaient jusqu'à présent largement à l’écart des flux touristiques mondiaux. Actuellement, grâce notamment aux programmes internationaux conduits par la CNUCED, par l’OMT et par la Banque Mondiale, les PMA connaissent une progression du tourisme supérieure à la moyenne mondiale, de telle sorte que le secteur touristique peut pour un certain nombre de ces pays contribuer de façon sensible à la lutte contre la pauvreté.

30Les flux du tourisme international vers les PMA ont progressé dans leur ensemble à un rythme rapide. Cependant, la situation du développement touristique est très contrastée selon les pays considérés. Pour un certain nombre d’entre eux, le tourisme international n’est pas réellement significatif du fait de l’instabilité politique et économique et des insuffisances d’infrastructures de transport dans certaines régions du monde. Cependant, l’ensemble des PMA bénéficie d’un taux de croissance touristique supérieur à la moyenne mondiale, notamment depuis la période récente des années 1992-2002. Cette forte croissance ne doit pas faire oublier que les PMA représentent toujours une part faible du tourisme mondial.

4.1. L’évolution des arrivées touristiques internationales dans les PMA

31Les PMA représentaient 2,3 millions d’arrivées en 1988 soit 0,58% du total des arrivées touristiques internationales dans le monde. En 1998, leur part dans le total des arrivées touristiques internationales atteint 0,80% soit 5,1 millions et, en 2002, elle se situe à 0,90% soit 6,3 millions. Malgré la crise touristique et économique internationale, la part des PMA continue par conséquent à progresser légèrement.

Tableau 5. Les arrivées de touristes internationaux dans les PMA (en milliers)

Tableau 5. Les arrivées de touristes internationaux dans les PMA (en milliers)

Source : OMT, * 2001, ** 2000.

32L’analyse par pays révèle que la progression a été particulièrement forte pour le Cambodge, le Mali, le Bangladesh, le Malawi, la Zambie, l’Ouganda et la Tanzanie qui représentent plus de 2,7 millions d’arrivées en 2002 par rapport à seulement 0,55 million d’arrivées en 1992. En revanche, les arrivées touristiques ont même diminué dans quelques PMA qui ont subi des crises politiques ou économiques, notamment de l’Afghanistan, du Burundi, du Togo, de la Sierra Leone et de la Somalie.

4.2. L’évolution des recettes touristiques internationales dans les PMA

33La croissance des recettes touristiques internationales a été particulièrement rapide pour les PMA passant de 1 milliard de dollars en 1992 à 2,2 milliards de dollars en 1998 et à 3,1 milliards en 2002. L’analyse par pays récepteur indique que les recettes touristiques internationales sont extrêmement concentrées puisque quatre pays, le Cambodge, les Maldives, l’Ouganda et la Tanzanie représentent 51% du total des recettes du tourisme international dans les PMA en 2002. Du point de vue des taux de croissance, la progression la plus rapide concerne le Cambodge, la Tanzanie, le Myanmar, le Bangladesh, Samoa, l’Ouganda et le Laos.

34En revanche, le Népal qui est un important pays touristique parmi les PMA a connu une progression moins rapide de ses recettes touristiques internationales avec seulement +12,7% entre 1992 et 1998, puis une crise due à des évènements politiques internes en 2001.

Tableau 6. Les recettes touristiques internationales dans les PMA (en millions de dollars)

Tableau 6. Les recettes touristiques internationales dans les PMA (en millions de dollars)

Source : OMT, * 2001, ** 2000.

35Malgré les difficultés rencontrées par certains pays, les PMA bénéficient de nombreux avantages pour bénéficier d’un développement rapide du tourisme international grâce en particulier à leurs avantages de coûts comparatifs en travail et grâce à de nombreuses ressources naturelles touristiques encore non exploitées. Cependant, un des principaux problèmes concerne les difficultés à mobiliser les financements locaux, mais surtout internationaux pour les investissements touristiques.

4.3. Le tourisme : le premier secteur d’exportation des PMA

36Le tourisme international représente le premier secteur pourvoyeur de devises dans l’ensemble des PMA, à l’exception du secteur des combustibles et produits pétroliers qui est concentré essentiellement sur trois PMA (Angola, Guinée Équatoriale et Yémen).

Tableau 7. La place des secteurs du tourisme et des transports dans l’économie des P.M.A.

Tourisme et transports parmi les cinq principales recettes d’exportation

Tourisme et transports première source de recettes d’exportation

Tourisme et transports dans leurs cinq principaux secteurs d’exportation

Angola (transport)

Cap Vert

Afghanistan

Bangladesh (transport)

Comores

République démocratique du Congo

Bénin (tourisme)

Gambie

Guinée Equtoriale

Burundi (transport)

Haïti

Liberia

Cambodge (tourisme)

Maldives

Îles Salomon

République de Centre africaine (transport)

Îles Samoa

Soudan

Tchad (tourisme)

Sierra Leone

Djibouti (tourisme et transport)

Tanzanie

Ethiopie (transport)

Vanuatu

Guinée (transport)

Guinée Bissau (tourisme et transport)

Kiribati (tourisme et transport)

Laos (tourisme)

Lesotho (tourisme)

Madagascar (tourisme)

Mali (tourisme)

Mauritanie (tourisme)

Mozambique (transport)

Myanmar (tourisme)

Népal (tourisme et transport)

Niger (tourisme)

Rwanda (tourisme)

Sao Tome et Principe (tourisme)

Sénégal (tourisme)

Togo (tourisme)

Ouganda (tourisme et transport)

Yémen (tourisme et transport)

Zambie (tourisme)

Source : CNUCED, statistiques 2005.

37Cette importance du tourisme (en incluant le transport aérien) dans les recettes d’exportations est particulièrement importante dans un certain nombre de PMA. Elles arrivent en première position en tant que secteur exportateur d’après les rapports de la CNUCED sur les PMA sur les années 1995-2005.

Tableau 8. Le tourisme et les transports dans les recettes d’exportation des PMA

Tourisme et transports parmi les cinq principales recettes d’exportation

Tourisme et transports première source de recettes d’exportation

Tourisme et transports dans leurs cinq principaux secteurs d’exportation

Angola (transport)

Cap Vert

Afghanistan

Bangladesh (transport)

Comores

République démocratique du Congo

Bénin (tourisme)

Gambie

Guinée Equtoriale

Burundi (transport)

Haïti

Liberia

Cambodge (tourisme)

Maldives

Îles Salomon

République de Centre africaine (transport)

Îles Samoa

Soudan

Tchad (tourisme)

Sierra Leone

Djibouti (tourisme et transport)

Tanzanie

Ethiopie (transport)

Vanuatu

Guinée (transport)

Guinée Bissau (tourisme et transport)

Kiribati (tourisme et transport)

Laos (tourisme)

Lesotho (tourisme)

Madagascar (tourisme)

Mali (tourisme)

Mauritanie (tourisme)

Mozambique (transport)

Myanmar (tourisme)

Népal (tourisme et transport)

Niger (tourisme)

Rwanda (tourisme)

Sao Tome et Principe (tourisme)

Sénégal (tourisme)

Togo (tourisme)

Ouganda (tourisme et transport)

Yémen (tourisme et transport)

Zambie (tourisme)

Source : OMT, 2012

38Dans ces conditions, le tourisme représente pour une grande majorité de PMA un secteur essentiel à la fois pour le commerce extérieur et pour le développement économique, d’autant plus que pour un nombre important de PMA, il s’agit d’un secteur en forte croissance. Cependant il existe toujours de nombreux obstacles aux exportations de services touristiques par les PMA avec notamment les contrôles des changes et les restrictions au transfert et à l’utilisation des devises encaissées par les entreprises touristiques, les obstacles au développement du tourisme d’affaire qui proviennent des restrictions à la liberté d’implantation pour des entreprises étrangères, les restrictions aux déplacements des touristes et principalement les obligations de visas, les distorsions résultant des pratiques non concurrentielles ou discriminatoires selon les opérateurs touristiques.

39Pour lever ces obstacles et créer les conditions pour un développement du tourisme susceptible d’apporter une contribution significative à la lutte contre la pauvreté dans les PMA, il est indispensable de pouvoir mettre en place des stratégies adaptées de spécialisation internationale touristique basée sur le développement durable du secteur touristique.

5. Le tourisme international et la pauvreté : l’exemple de la Caraïbe

40Les pays insulaires des Caraïbes, à l’exception d’Haïti, présentent des indicateurs internationaux de développement se situant dans la fourchette moyenne à élevée. Mais de fortes inégalités économiques masquent une pauvreté persistante et même croissante. Cette situation attire notre attention sur la finalité attribuée au développement du tourisme durable qu’est la réduction de la pauvreté et des inégalités sociales.

41Ne perdons pas de vue que la politique touristique s’inscrit dans le cadre d’une vision globale des gouvernements. Ainsi, les autres secteurs peuvent influencer, voir même absorber les éventuelles retombées bénéfiques du tourisme international. En plus de la baisse des taux d’inflation, ou du moins leur stabilisation, les individus les plus défavorisés espéraient des politiques néolibérales une meilleure répartition du revenu, une diminution du taux de chômage et une amélioration de la protection sociale. Malheureusement, l’unique exploit de ces politiques dans certains états de la zone se limite au niveau du taux d’inflation.

42Si nous ramenons cette politique dans la sphère du tourisme internationale dans la Caraïbe, nous comprendrons clairement que la libéralisation économique et commerciale ne joue qu’à l’avantage des élites économiques monopolisant déjà le pouvoir d’investissement et creusant ainsi les inégalités sociales. Ajoutées à cela, les mauvaises politiques publiques de certains pays de la région n’assurent pas une bonne redistribution des revenus fiscaux émanant du tourisme international. Donc, des deux côtés, privé et public, les pauvres ne bénéficient pas des avantages de ce secteur.

43L’un des aspects du tourisme international qui devrait intervenir directement sur les conditions de vie des couches défavorisées, c’est la création d’emploi. Toutefois, il y a de quoi se questionner sur la nature et la qualité de ces emplois relativement à leurs impacts réels sur les conditions de vie de ces individus. La République dominicaine où le tourisme international a connu un essor considérable étaye bien cette réalité. Dans cet État, les individus les plus pauvres qui ont détenu 3,7% du revenu en 1997, 2,7% en 2000, n’en disposaient que 2,6% en 2005. Parallèlement, la part du revenu détenu par les plus riches durant cette même période a évolué respectivement de 56,4%, 59,5% et 60,9% (CEPAL, 2006 : 78). Si le tourisme international est à la base du bon remarquable des pays de la caraïbe sur le plan macro au regard de l’IDH, la meilleure formule pour réduire les inégalités sociales et la pauvreté au sein de certains états se fait attendre.

Conclusion : le rôle du tourisme dans la lutte contre la pauvreté

44Le rôle du tourisme dans la lutte contre la pauvreté peut porter sur les quatre domaines suivants :

45Existence d’une stratégie nationale contre la pauvreté : les stratégies nationales de lutte contre la pauvreté sont devenues une priorité pour la plupart des gouvernements et des institutions internationales notamment dans les pays les moins avancés. C’est ainsi que le rôle du tourisme dans la lutte contre la pauvreté peut, devenir dans de nombreux pays, un des éléments majeurs de la réalisation des DSRP (Document Stratégique de Réduction de la Pauvreté) qui sont conduits avec le concours de la Banque Mondiale et du FMI. Dans ce cas, le rôle du tourisme dans la réduction de la pauvreté conduit à l’inclure dans les stratégies définies par les DSRP, ce qui permet en même temps l’inclusion de la pauvreté comme l’un des objectifs des politiques nationales de développement touristiques.

46Intervention des participants concernant la lutte contre la pauvreté dans leur pays : il s’agit d’un des principes essentiels des politiques conduites notamment à partir de la mise en application des DSRP-FRIC (Fond de Réduction des Inégalités et de la Croissance) qui doivent être axés sur l’implication la plus large de la société civile et du secteur privé. Tel est le cas des projets de développement touristique durable tels qu’ils sont définis dans le programme ST-EP. En effet, la lutte contre la pauvreté (EP) est associée au tourisme durable (ST), c’est-à-dire à un développement basé notamment sur son intégration dans la société et sur la participation des populations locales à chaque stade des programmes de développement touristique.

47Inclusion du tourisme dans la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté : ce rôle du tourisme correspond particulièrement bien aux projets de développement touristique dont les résultats sont très rapidement mesurables en terme de fréquentation, de recettes et d’impact sur le revenu des populations locales. À partir, des évaluations de la pauvreté, il est en poutre possible de privilégier les projets touristiques qui concernent les populations les plus pauvres ce qui est également un des objectifs prioritaires du programme de l’OMT.

48Inclusion du tourisme comme l’un des objectifs des politiques nationales de lutte contre la pauvreté : ce rôle du tourisme correspond tout à fait aux objectifs des politiques nationales de développement et de lutte contre la pauvreté tels qu’ils apparaissent également dans la mise en œuvre des DSRP. En effet, les DSRP doivent privilégier les résultats et particulièrement ceux qui seront bénéfiques pour les plus pauvres. Ils doivent, notamment, doivent aider aux choix d’actions publiques qui auront l’impact le plus marqué sur la pauvreté, dans le cadre d’une appréhension globale de la pauvreté et de ses causes. Pour cela, l’inclusion du tourisme dans les politiques nationales peut permettre d’atteindre ces objectifs de façon concrète privilégiant les projets de développement touristique qui permettent de fournir non seulement des revenus additionnels aux populations locales, mais qui sont susceptibles d’apporter des infrastructures qui bénéficieront à la fois aux touristes et aux plus pauvres.

49Enfin, il convient de prendre en considération que le rôle fondamental du tourisme dans la lutte contre la pauvreté doit pouvoir faire l’objet d’évaluation afin de déterminer quelles sont les meilleures stratégies à adopter. Pour cela, il convient de définir des indices de résultats qui peuvent être calculés à partir d’un processus participatif de suivi des politiques nationales et des projets de développement touristique.

Haut de page

Bibliographie

Bresson, G. et K. Logossah (2005). « Hétérogénéité de l’offre et de la demande touristique de la Martinique : une estimation non sur données de panel », dans K. Logossah et J-M. Salmon (dir.), Tourisme et Développement durable, Paris, Publibook.

Caribbean Statistic (2008). Tourism Statistics (2005 – 2007), URL, <http://www. onecaribbean.org/information/categorybrowse.php?categoryid=242>.

Caribbean Tourism Organization (2009a). Latest statistics 2008. CTO.

Caribbean Tourism Organization (2009b). Tourism Statistics & Statistical Publications, URL, <http://www.onecaribbean.org/information/categorybrowse.php?categoryid=45>.

Carpin, E., K. Logossah, B. Marques et G. Para (2003). L’impact du tourisme à la Martinique, Insee.

CEPAL (2006). Annuaire Statistiques de l’Amérique Latine et des Caraïbes, URL, <http://www.eclac.cl/publicaciones/xml/0/29360/LCR2139f_table_matieres.pdf>.

Chien V-M (2007). Tourisme, Croissance et Intégration dans l’Economie Mondiale : les apports du concept de Développement Durable, Thèse pour le Doctorat es-Sciences Economiques, Université du sud Toulon-var, faculté de sciences économiques et de gestion, laboratoire d'économie appliquée au développement.

Dehoorne, O. (2006a). « L’avènement du tourisme de masse sous les tropiques. Eléments de réflexion sur les enjeux touristiques dans l’espace caribéen », Études caribéennes, URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/document733.html>, n° 4.

Dehoorne, O. (2006b). « Tourisme et accès aux ressources dans les petites îles de la Caraïbe », Études caribéennes, Dossier spécial environnement, <http://etudescaribeennes.revues.org/document275.html>, n° 5.

Dehoorne, O. (2007). « Le tourisme dans la Caraïbe : de la nécessité de sortir du tourisme de masse », Téoros, URL, <http://www.teoros.uqam.ca/presentations/pres_26_1.pdf>.

Logossah, K. et F. Célimène (2007). « Evaluer l’impact du tourisme : un exemple de modélisation macro-sectoriel de l’économie martiniquaise », Téoros, vol, 26, n°1.

Logossah, K. (2007). « L’industrie de croisière dans la caraïbe : facteur de développement ou pâle reflet de la mondialisation ? », Téoros, vol, 26, n°1.

Logossah, K. et J-M. Salmon (2005a). « Tourisme et développement durable : enjeux, perspectives », dans K. Logossah et al. (dir), Tourisme et Développement durable, Publibook, Paris.

Logossah, K. et J-M. Salmon (2005b). Tourisme et Développement durable, Publibook, Paris.

UNWTO (2010). “STEP Programme (Sustainable Tourism and Elimination Poverty)”, URL, < http://step.unwto.org/en>.

Urunuela, Y. (2004). « Les perspectives limitées du tourisme en milieu insulaire. Le cas de la Caraïbe et des Antilles françaises », Espace populations sociétés, n° 2.

Vellas, F. (2009). Guide des bonnes pratiques en faveur de la réduction de la pauvreté par le tourisme, Acting for Life, Paris Le Bourget.

Vellas, F. (2010). Transfer of technology in the tourism sector in Developing Countries and LDCs : Process and Practices, Acting for Life, Paris Le Bourget.

Haut de page

Notes

1 Workshop « Tourisme et lutte contre la pauvreté », décembre 2009, organisé par le CEREGMIA, Martinique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 3. Les revenus du tourisme de 1998 à 2002 dans la Caraïbe (en millions de dollars américains)
Crédits Source : Organisation du Tourisme de la Caraïbe, 2004.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6568/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Tableau 5. Les arrivées de touristes internationaux dans les PMA (en milliers)
Crédits Source : OMT, * 2001, ** 2000.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6568/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Tableau 6. Les recettes touristiques internationales dans les PMA (en millions de dollars)
Crédits Source : OMT, * 2001, ** 2000.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6568/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fred Célimène et François Vellas, « Le tourisme mondial, les inégalités internationales et le problème de la pauvreté », Études caribéennes [En ligne], 24-25 | Avril-Août 2013, mis en ligne le 15 août 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6568 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6568

Haut de page

Auteurs

Fred Célimène

Université des Antilles et de la Guyane, Directeur du CEREGMIA, fred.celimene@martinique.univ-ag.fr

François Vellas

Université de Toulouse1 Capitole, fvellas@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org