Navigation – Plan du site
Ressources marines et aménagements littoraux : vulnérabilité, gestion et adaptation au changement global

Valeur économique totale des écosystèmes marins et côtiers de la future aire marine protégée régionale du Prêcheur (Martinique)

The Total Economic Value of Marine and Coastal Ecosystems within the Future Regional Marine Protected Area of Prêcheur (Martinique)
Thomas Binet, Adeline Borot de Battisti, Pierre Failler et Jean-Philippe Maréchal

Résumés

La création d’une réserve marine au nord de la Martinique, dans la commune du Prêcheur, a donné lieu à une évaluation de la valeur économique des écosystèmes marins et côtiers (EMC) de la zone d’étude. La valeur économique totale (VET) obtenue est de l’ordre de 58 millions d’euros, soit près de 12 millions d’euros par km2. Cette valeur correspond à la somme des valeurs liées aux différents usages directs (pêche, excursion et plongée encadrée, pour l’essentiel), soit près de 3 millions d’euros, aux usages indirects provenant des services écologiques (protection côtière, séquestration carbone, production de biomasse et épuration des eaux, pour l’essentiel), soit environ 200 000 euros, et, à la valeur de non-usage associée à l’existence des écosystèmes et à la transmission de ce patrimoine naturel aux générations futures en dehors d’un quelconque usage présent et futur, soit près de 55 millions d’euros. La création de la réserve devrait engendrer une augmentation de cette valeur en améliorant les services écologiques et les usages ludiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le décret national n° 2005-491, du 18 mai 2005, portant modification du code de l’environnement pour la création des réserves naturelles régionales terrestres ou marines, permet aux Conseils régionaux de mettre en place des réserves et d’en instruire la gestion. La bande littorale de la zone de Prêcheur a été retenue par le Conseil régional de la Martinique pour la mise en place de la première réserve régionale marine dans les Antilles. Préalablement à sa création, un diagnostic a été requis afin de fournir des éléments de contexte socioéconomique et notamment l’estimation de la valeur socio-économique des écosystèmes marins et côtiers. Ce travail consiste à exprimer, grâce à un équivalent monétaire (en euros), la valeur annuelle des usages (directs liés aux activités extractives et ludiques et indirectes liées aux services de protection des côtes, de séquestration du carbone, d’épuration des eaux et de production de biomasse) et des non-usages (correspondant à l’ensemble des valeurs culturelles et sociales rattachées aux écosystèmes marins de Prêcheur [EMP]). La méthode de travail utilisée s’inspire de celle utilisée dans l’étude IFRECOR relative à l’évaluation socio-économique des récifs, mangroves et herbiers de la Martinique (Failler et al., 2010).

  • 1 Ce travail de diagnostic socioéconomique a fait l’objet d’un rapport auprès du Conseil Régional de (...)

2Cet article a pour objectif de présenter les résultats de l’évaluation économique des EMC du Prêcheur conduite en 20111. Il expose, tout d’abord, le cadre conceptuel et la méthode d’estimation des valeurs d’usage et de non-usage. Il présente ensuite les résultats de l’évaluation puis s’achève par une présentation des principaux changements économiques et sociaux appréhendés à la suite de la création de la réserve du Prêcheur.

1. Méthodes d’évaluation économique

  • 2 Le concept de Valeur Economique Totale, les catégories de valeurs et les méthodes d’évaluation ne s (...)

3Le concept de Valeur Economique Totale (VET) offre un cadre conceptuel à même de prendre en compte toutes les valeurs qui peuvent être attribuées aux EMP2. L’avantage d’un tel cadre est tout d’abord qu’il permet une évaluation monétaire de la majorité des services rendus par les EMC. D’autre part, du fait de son utilisation abondante depuis la fin des années 1980, il se prête largement au transfert de valeurs qui est nécessaire lorsque l’on dispose de peu de données écologiques, sur les fonctions de production de certains services. Par exemple, les différentes revues des évaluations des biens et services rendus par les écosystèmes de mangroves, herbiers ou récifs coralliens (Armstrong et al., 2010) montrent bien la profusion des études dans ce domaine et l’intérêt d’adopter le concept de la VET. La décomposition de cette VET est illustrée à la figure 1.

Figure . Décomposition de la Valeur Economique Totale

Source : d’après Point (1998) et adapté par Failler et Pan (2007)

4Trois méthodes ont été utilisées dans l’évaluation de la valeur économique des EMP des AMP. La méthode de la valeur ajoutée brute a permis de mesurer la valeur d’usage direct des activités marchandes (diverses activités de pêche, plongée encadrée, excursion, etc.). Le surplus du consommateur a été utilisé pour l’estimation de la valeur monétaire qu’un individu serait prêt à payer pour pouvoir continuer à pratiquer une activité en lien avec les EMP dans leur état actuel. Le transfert de valeur a servi à l’estimation des valeurs d’usage indirect (protection côtière, traitement des eaux, séquestration carbone et production de biomasse capturable). Ce transfert de valeur a été utilisé soit directement avec des valeurs de la littérature qui ont été pondérées par le produit intérieur brut par habitant du pays concerné, soit avec de valeurs de production. Enfin, la méthode des expériences de choix a estimé le consentement à payer des individus pour une amélioration de l’état des EMC (valeurs de non-usage), aujourd’hui (valeur d’existence) et pour les générations futures (valeur de legs).

2. Valeur économique totale des écosystèmes marins du Prêcheurs

5La valeur économique totale des écosystèmes marins du Prêcheur est estimée annuellement à près de 58 millions d’euros. Cette valeur représente l’équivalent monétaire du bien-être que résidents et touristes retirent des usages liés à ces écosystèmes (pêche, plongée, activités ludiques, etc.) ainsi que de leur usage passif ou non-usage (associé à l’existence des EMP pour eux-mêmes et comme patrimoine, à leur transmission aux générations futures, à la culture, etc.). Le tableau 1 présente le détail de ces résultats.

Tableau 1. Répartition de la VET des EMP

Tableau 1. Répartition de la VET des EMP

Source : Auteurs

2.1 Valeurs de non-usage

6De toutes les valeurs qui composent la VET, les valeurs de non-usage sont les plus importantes : elles représentent près de 95 % de la VET (soit près de 55 millions d’euro). Leur prépondérance sur les autres valeurs s’explique par la base calcul qui est utilisée : plus d’un million de personnes représentant l’ensemble de la population résidente et touristique pour les valeurs de non-usage contre quelques centaines d’usagers (pêcheurs plongeurs, excursionnistes, etc.) pour les valeurs d’usage, dans un contexte de très faible degré d’industrialisation et d’entreprise individuelle.

7Les résidents contribuent à plus de la moitié de la création des valeurs de non-usage (28 millions d’euros). Les valeurs qu’ils attribuent aux EMP sont, par personne, une fois et demie supérieures à celles des visiteurs, ce qui témoigne d’un fort attachement social et culturel (cf. figure 1).

8Les valeurs de legs, d’existence et d’option composent à part presque égale les valeurs de non-usage (cf. figure 2). La valeur de legs traduit l’intérêt pour les générations futures ; la valeur d’existence exprime la volonté de préserver les EMP simplement parce qu’ils existent ; l’objectif de se réserver la possibilité de jouir des EMP dans l’avenir est enfin qualifié de valeur d’option. L’importance relative de ces trois valeurs est la même pour les résidents et les visiteurs.

Figure 2. Valeurs de non-usage (en euros, en 2011)

Figure 2. Valeurs de non-usage (en euros, en 2011)

Source : Auteurs

2.2 Valeurs d’usage direct

9Les valeurs d’usage direct, qui expriment la valeur monétaire de l’ensemble des activités liées aux EMP, s’élèvent à près de 3 millions d’euros (cf. figure 3). Parmi elles, ce sont les usages directs non extractifs qui représentent la plus grosse part. Le surplus du consommateur, lié aux activités récréatives (la baignade dans les anses, le surf et la plongée en apnée), pèse pour près de la moitié des valeurs d’usage direct, soit 1,3 million d’euros. L’industrie du tourisme représente plus de 1 million d’euros, répartis ainsi : 600 000 € pour la plongée en club, 270 000 € pour les excursions et 330 000 € pour les activités d’hébergement et de restauration. La valeur de la pêche professionnelle est estimée à plus de 170 000 €, tandis que la pêche plaisancière et de subsistance est estimée à environ 57 000 €. Ces valeurs, plus faibles, représentent toutefois des activités de premier ordre pour les résidents de la commune du Prêcheur.

Figure 3. Valeurs d’usage direct (en euros, en 2011)

Figure 3. Valeurs d’usage direct (en euros, en 2011)

Source : Auteurs

2.3 Valeurs d’usage indirect

10Les valeurs d’usage indirect, liées aux services écologiques des EMP, sont relativement modestes : elles ne représentent que 197 000 euros (cf. figure 3). Elles se repartissent comme suit : 73 % de traitement des eaux et nutriments, 22 % de production de biomasse capturable et 5 % de séquestration de carbone atmosphérique. Le traitement des eaux et des nutriments apparait ainsi comme une valeur importante pour le site, particulièrement au regard des apports terrigènes des cours d’eau qui peuvent charrier de grandes quantités de sédiments. Le service de protection côtière est inexistant sur le site, car il n’existe pas de récifs coralliens bio-construits et les communautés d’herbiers sont trop profondes pour ralentir l’effet des vagues sur le littoral. La séquestration de carbone atmosphérique représente une faible valeur en raison de la faible surface d’herbiers, mais surtout de récifs présents dans les EMP.

11Les herbiers sont les principaux contributeurs des valeurs d’usage indirect (80 % du total). Ils contribuent ainsi pour la plus grande part de la fourniture de service de support et de régulation. Cette observation confirme les travaux réalisés dans le cadre de l’évaluation économique des récifs coralliens et écosystèmes associés de Martinique qui a estimé une valeur des herbiers supérieure à celle des récifs coralliens. Les herbiers du Prêcheur sont donc un écosystème à ne pas négliger dans le cadre de mesures de protection des écosystèmes.

Figure 4. Valeurs d’usage indirect (en euro, en 2011)

Source : Auteurs

3. Évaluation économique et sociale des changements résultants de la création de la réserve

12La création de la réserve marine va tout d’abord se manifester par une modification des pratiques de certaines catégories d’usagers, les pêcheurs notamment. Les activités de tourisme (plongée et plaisance en premier chef). Des changements pourront également intervenir du fait de la création de nouvelles activités (touristiques et ludiques pour l’essentiel). Il convient dès lors d’évaluer l’ampleur de ces changements et de voir dans quelles mesures ils peuvent influencer la VET des EMP. La situation de référence étant donnée par l’estimation de la VET en 2011, des scénarios possibles de changement peuvent être dessinés afin d’estimer les différences de VET obtenues (globalement et pour chaque usage).

13Trois scénarii hypothétiques de gestion sont envisagés : 1) un statu quo sur la règlementation des activités et l’accès au site (c’est-à-dire pas de changement par rapport à la situation actuelle) ; 2) la mise en place d’une aire de protection intégrale où toutes les activités économiques sont interdites ou limitées fortement ; et 3) la mise en place d’une aire gérée où des mesures de gestion sont mises en place qui visent une exploitation durable des ressources marines et la conservation des écosystèmes. Le tableau 2 présente sommairement les changements résultant de la mise en œuvre de ces trois différents scénarii de gestion.

Tableau 2. Évolution des usages selon les trois scénarii de gestion des EMP envisagés

Usage

Situation actuelle

Evolution scénario 1 « statu quo »

Evolution scénario 2 « réserve intégrale »

Evolution scénario 3 « aire gérée »

Pêche professionnelle

-Pêche au large : pêche sur DCP (dans la zone), pêche à Miquelon

-Pêche côtière : casier, senne, filet (langouste, balaou, orphie), palangre, pêche à la piscine

-Chasse sous-marine

-Diminution des captures

-Pertes de rentabilité économique

-Report de l’effort de pêche en périphérie, conflits d’usage

-Effets de redistribution du gain de biomasse en périphérie

-Perte de rentabilité des opérateurs de pêche

-Limitation des pratiques de pêche les plus destructrices (non sélective, détruisant les habitats) et favorisant une surexploitation des ressources

-Effets d’augmentation de la biomasse dans la zone sous réserve et en périphérie

Pêche de subsistance

-Pêche côtière : casier, filet, palangre, ligne, pêche à la piscine

-Chasse sous-marine

-Diminution des captures

-Pertes de rentabilité économique

-Report de l’effort de pêche en périphérie, conflits d’usage

-Effets de redistribution du gain de biomasse en périphérie

-Limitation des pratiques de pêche les plus destructrices (non sélective, détruisant les habitats) et favorisant une surexploitation des ressources

-Effets d’augmentation de la biomasse dans la zone sous réserve et en périphérie

Pêche de loisir

-Pêche à la traîne, au jig, à la piscine

-Pêche à la ligne depuis la côte

-Chasse sous-marine

-Diminution des captures

-Pertes de rentabilité économique

-Report de l’effort de pêche en périphérie, conflits d’usage

-Effets de redistribution du gain de biomasse en périphérie

-Limitation de l’utilisation d’engins spécifiques de la pêche professionnelle (filets à langoustes, casiers, etc.) et du total autorisé des captures

-Effets d’augmentation de la biomasse dans la zone sous réserve et en périphérie

Plongée

-Plongée sur 11 sites des EMP

-Diminution de l’intérêt pour les sites de plongée

-Pertes de rentabilité économique pour les clubs

-Limitation des sites de plongée en périphérie de la réserve

-Effets redistributifs en périphérie de la réserve

-Augmentation de la fréquentation des sites de plongée

-Développement de nouvelle plongée à thème (observation de requins-pèlerins, plongée biologiste, etc.)

Excursions

-Découverte du littoral, observation des mammifères marins, sortie pêche traditionnelle, retour des randonneurs sur randonnée Prêcheur-Gd Rivière, transport vers la Dominique

-Diminution de l’intérêt pour l’observation de la faune marine

-Pertes de rentabilité économique pour les opérateurs d’excursion

-Pertes commerciales pour les opérateurs de tourisme, report des activités touristiques dans les zones voisines

-Nouvelles activités (« whale watching » par exemple)

-Reconversion accrue des pêcheurs dans les activités d’excursions

Plaisance

-Mouillage forain dans les anses Céron et Couleuvre surtout, fréquentation par navires à voile et à moteur, jet ski

-Fréquentation illimitée des navires de plaisance

-Accès interdit

-Fréquentation limitée par l’obligation de mouiller sur des corps morts de la réserve

Trafic de bateaux

-Passage de navires à voile ou à moteur dans les EMP sans mouillage

-Nuisance du trafic pour la faune marine (tortues et cétacés)

-Accès interdit

-Limitation de l’accès dans les zones d’intérêt écologique (îlet de la Perle et zones à Acropora palmata) et limitation de la vitesse à proximité immédiate de la côte

Baignade et activités de plage

-Baignade et plongée en apnée, surf

-Sur-fréquentation des plages et perte du caractère sauvage de la zone

-Report des activités de plage dans les zones de baignade alentour

-Fréquentation plus importante des EMP pour la baignade et les activités de plage, intérêt pour un site préservé

Sources : Auteurs

  • 3 Cf. Failler, P. et al. (2012) pour plus de détails sur les conséquences de la création de la réserv (...)

14Pour chacun de ces trois scénarii, l’évolution des valeurs composantes la VET des EMP est étudiée3. Pour les valeurs d’usage direct, les résultats estimés sont présentés au tableau ci-dessous. Le scénario 1, prévoit une perte continue de valeur pour l’ensemble des usages directs. Pour le scénario 2, l’évolution prévue est une diminution importante des valeurs d’usage direct extractif et non extractif, sous l’effet de l’interdiction de la pêche, de la plongée, des excursions en mer et de l’ensemble des activités ludiques gratuites. Pour le scénario 3, une augmentation progressive des valeurs d’usage direct extractif est prévue du fait de l’amélioration de l’état de santé des écosystèmes, tout comme une augmentation très importante des valeurs d’usage direct non extractif grâce à l’attrait touristique pour la baignade et la plongée engendré par la création de la réserve.

Tableau 3. Evolutions à moyen terme des valeurs d’usages directs selon 3 scénarios de gestion

Tableau 3. Evolutions à moyen terme des valeurs d’usages directs selon 3 scénarios de gestion

Sources : Auteurs

NB : Les tendances identifiées dans ces tableaux sont issues des catégories d’aires protégées de l’UICN et notamment les tendances identifiées pour les usages directs extractifs du scénario 3 dépendent des règles finales de gestions de l’exploitation des ressources.

15Les valeurs d’usage indirect augmentent proportionnellement à l’état de santé des EMP. Pour autant, il est difficile de connaître avec précision les conséquences d’une limitation des usages et des pressions sur les EMP et l’augmentation de valeur d’usage indirect qui en découle. La valeur de biomasse capturable est fonction de la productivité des écosystèmes et du niveau d’exploitation des EMP. Aussi, une interdiction de la pêche dans la zone aura pour conséquence directe une augmentation de la valeur de biomasse de poissons. Pour la séquestration de carbone et le service d’épuration, un meilleur état de santé des EMP implique a priori une valeur plus importante. Globalement, les valeurs d’usage indirect vont être peu affectées par une modification du statut de ces écosystèmes.

16Bien qu’il soit sensé de penser que la valeur de non-usage est sensible à l’état de santé des EMP, il demeure difficile de présumer de sa tendance d’évolution en fonction des scénarios proposés. On peut imaginer que la valeur d’existence et la valeur de legs augmentent avec la préservation de ces écosystèmes, mais rien ne permet toutefois de conclure en ce sens sans plus d’analyse. A contrario, il est certain que la valeur d’option varie proportionnellement à l’amélioration de l’état de santé des EMP : les préserver garantit d’offrir un panel plus large de choix pour l’avenir. Il est possible de dire que la valeur d’option est certainement plus importante dans les scénarios 2 et 3 que dans le scénario 1. Les résultats des évolutions de valeurs d’usage indirect sont présentés au tableau 4.

Tableau 4. Evolutions à moyen terme des valeurs d’usages indirects selon 3 scénarios

Tableau 4. Evolutions à moyen terme des valeurs d’usages indirects selon 3 scénarios

Sources : Auteurs

17Il est difficile d’estimer l’évolution des valeurs d’existence et de legs qui varient a priori en fonction de l’état de santé de ces écosystèmes : plus celui-ci est amélioré, plus les non-usagers accordent aux EMP, une valeur d’existence et a fortiori une valeur de legs importantes. Pour autant, cette question est difficile et il n’est pas possible d’y répondre ici sans une investigation plus poussée.

18En revanche les valeurs d’option varient énormément en fonction des scénarii choisis et des possibilités futures qui sont offertes pour les usages des EMP. Il est toutefois très difficile d’évaluer les valeurs d’option dans le temps et peu d’exercices d’évaluation se risquent à cela, car ce travail comporte trop de biais. Le tableau 5 présente à titre indicatif les orientations que devraient prendre les trois valeurs de non-usage en fonction des scénarios proposés.

Tableau 5. Évolutions à moyen terme des valeurs d’usages indirects selon 3 scénarios

Tableau 5. Évolutions à moyen terme des valeurs d’usages indirects selon 3 scénarios

Sources : Auteurs

Conclusion

19Les écosystèmes marins du Prêcheur représentent une valeur économique et sociale importante estimée chaque année à 58 millions d’euros. Ils constituent le socle de l’activité professionnelle et récréative d’une partie substantielle du nord-ouest de la Martinique. En outre, ils sont responsables de l’épuration des eaux, de la séquestration d’une partie du carbone émis en Martinique et ailleurs et enfin de la production d’une biomasse marine conséquente. Les EMP procurent ainsi une qualité de vie à leurs usagers ainsi qu’une assurance de préservation de leur environnement naturel pour l’ensemble des résidents martiniquais. Aux visiteurs, ils offrent une biodiversité sous-marine qui fait le ravissement des plongeurs ou tout simplement des baigneurs, et des paysages sauvages pour le plus grand dépaysement des randonneurs et excursionnistes.

20Les estimations réalisées dans le cadre de la présente étude sont à considérer comme des ordres de grandeur destinés à nourrir le dialogue stratégique du développement de la future réserve marine de Prêcheur, d’une part, et les arbitrages budgétaires des orientations de politiques publiques, d’autre part. En ce qui concerne le premier point, le maintien de la biodiversité de ces écosystèmes doit se situer dans une perspective évolutionniste où l’on cherche à la fois à conserver l’existant en tant que mémoire du passé et à préserver le potentiel d’évolution future des entités vivantes et des fonctions écosystémiques. Cela consiste à assurer le maintien de la capacité des processus vitaux à se transformer. Il est donc fondamental d’adopter une approche concertée entre tous les acteurs intervenants sur le littoral. Pour ce qui est du second point, les politiques publiques doivent prendre la mesure de la protection des écosystèmes marins et plus encore leur valorisation dans une optique qui combine utilitarisme et désintéressement économique. Les EMP sont en effet apparus comme des éléments constitutifs de l’identité des populations côtières de la région du Prêcheur, mais également de la Martinique dans son ensemble et, à ce titre, doivent être mis en valeur. Ils sont aussi une formidable source d’emplois et de développement économique durable et méritent donc plus qu’une attention distraite.

Haut de page

Bibliographie

Armstrong, C., J. Benhin, T. Binet, J. Blignaut, M. Charles, E. Cohen-Shacham, J. Davies, L. Emerton, P. Failler, N. Foley, E. Gomez-Baggethun, S. van den Hove & M. Mander (2010). “Chapter 5: The economics of valuing ecosystem services and biodiversity, Appendix C: Estimates of Monetary Values of Ecosystem Services”, In de Groot, R., Kumar, P., van der Ploeg, S., Sukhdev, P. (ed.), Ecological and Economic Foundation, London, EarthScan Publisher : 212-235.

Dachary-Bernard, J. (2004). « Une évaluation économique du paysage : Une application de la méthode des choix multi-attributs aux Monts d’Arrée », Economie et Statistiques, 373 : 57-80.

Failler, P., E. Pètre et J.-P. Maréchal (2010). « Valeur économique totale des récifs coralliens, mangroves et herbiers de la Martinique », Études caribéennes, URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/4410>, n° 15.

Failler, P., T. Binet et A. Borot de Battisti (2011). Création de la réserve marine régionale du Prêcheur : Diagnostic socio-économique des écosystèmes marins et côtiers, Prêcheur, Rapport pour le Conseil Régional de la Martinique, Fort-de-France, Martinique.

Failler, P., A. Borot de Battisti, T. Binet et L. Violas (2012). « Conséquences de la création de l’aire marine régionale du Prêcheur (Martinique) sur la pêche martiniquaise », Études Caribéennes, URL, < http://etudescaribeennes.revues.org/6644>, n° 26.

Rolfe, J., J. Bennett et J. Louvière (2000). “Choice modelling and its potential application to tropical rainforest preservation”, Ecological Economics, 35 : 289–302.

Haut de page

Notes

1 Ce travail de diagnostic socioéconomique a fait l’objet d’un rapport auprès du Conseil Régional de Martinique (Failler, 2011). Il a été réalisé en parallèle d’un diagnostic écologique conduit par l’Observatoire du Milieu Marin Martiniquais et un diagnostic des pressions et usages conduit par Impact-Mer.

2 Le concept de Valeur Economique Totale, les catégories de valeurs et les méthodes d’évaluation ne seront pas détaillées plus avant dans cette partie. Les auteurs renvoient à l’évaluation économique des écosystèmes de Martinique (Failler et al., 2010) pour le concept et les catégories de valeur et au rapport de diagnostic socioéconomique disponible auprès du Conseil Régional (Failler et al., 2011)

3 Cf. Failler, P. et al. (2012) pour plus de détails sur les conséquences de la création de la réserve pour la pêche et le tourisme.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Source : d’après Point (1998) et adapté par Failler et Pan (2007)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6620/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 1. Répartition de la VET des EMP
Crédits Source : Auteurs
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6620/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 2. Valeurs de non-usage (en euros, en 2011)
Crédits Source : Auteurs
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6620/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 3. Valeurs d’usage direct (en euros, en 2011)
Crédits Source : Auteurs
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6620/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Crédits Source : Auteurs
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6620/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 3. Evolutions à moyen terme des valeurs d’usages directs selon 3 scénarios de gestion
Crédits Sources : Auteurs
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6620/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 4. Evolutions à moyen terme des valeurs d’usages indirects selon 3 scénarios
Crédits Sources : Auteurs
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6620/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Tableau 5. Évolutions à moyen terme des valeurs d’usages indirects selon 3 scénarios
Crédits Sources : Auteurs
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6620/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Binet, Adeline Borot de Battisti, Pierre Failler et Jean-Philippe Maréchal, « Valeur économique totale des écosystèmes marins et côtiers de la future aire marine protégée régionale du Prêcheur (Martinique) », Études caribéennes [En ligne], 26 | Décembre 2013, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 19 août 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6620 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6620

Haut de page

Auteurs

Thomas Binet

Centre for the Economics and Management of Aquatic Resources (CEMARE), University of Portsmouth, St. George's Building, 141 High Street, Portsmouth, PO1, 2HY, United Kingdom ; binet.thomas@gmail.com

Articles du même auteur

Adeline Borot de Battisti

Centre for the Economics and Management of Aquatic Resources (CEMARE), University of Portsmouth, St. George's Building, 141 High Street, Portsmouth, PO1, 2HY, United Kingdom

Articles du même auteur

Pierre Failler

Centre for the Economics and Management of Aquatic Resources (CEMARE), University of Portsmouth, St. George's Building, 141 High Street, Portsmouth, PO1, 2HY, United Kingdom

Articles du même auteur

Jean-Philippe Maréchal

Observatoire du Milieu Marin Martiniquais, 3 avenue Condorcet, 97200 Fort-de-France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org