Navigation – Plan du site
Ressources marines et aménagements littoraux : vulnérabilité, gestion et adaptation au changement global

Conséquences de la création de l’aire marine régionale du Prêcheur (Martinique) sur la pêche martiniquaise

Consequences of the Designation of the Regional Marine Protected Area of Prêcheur on the Fisheries Sector in Martinique
Pierre Failler, Adeline Borot de Battisti, Thomas Binet et Laura Violas

Résumés

La création de la Réserve marine régionale du Prêcheur va entrainer la mise en place de mesures de gestion des activités de pêche dans son périmètre. Si, à court terme, les pêcheurs vont subir quelque peu les conséquences négatives de la restriction de leurs pratiques de pêche, ils vont, à moyen et long terme, en tirer des bénéfices substantiels. L’augmentation de biomasse due à l’effet réserve va en effet redynamiser la pêche dans cette zone et faire revivre les pratiques traditionnelles comme la pêche à la ligne, à la piscine ou au jig, abandonnées ces dernières années faute de rendements suffisants.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cf. Binet et al., (2013) ; cet article consacré à la valeur économique des écosystèmes marins du Pr (...)

1Lors de la réalisation du diagnostic socio-économique préalable à la mise en place de la réserve marine de Prêcheur dans le nord-ouest de la Martinique1, trois scénarios de gestion ont été proposés en matière de gestion de la future aire marine protégée (AMP) : le scénario 1 prévoit un maintien des usages en l’état actuel (« statu quo »), le scénario 2 envisage la mise en place d’une réserve intégrale où toute forme d’usage est interdite sinon limitée (« réserve intégrale »), et enfin, le scénario 3 considère l’établissement d’une aire gérée, dans laquelle usages et pratiques sont contrôlés, les usages les plus destructeurs étant progressivement abandonnés (« aire gérée »). Selon le diagnostic conduit, le scénario 3 « aire gérée » est celui qui conduit à la plus forte valeur économique des écosystèmes marins et côtiers de la zone du Prêcheur à moyen terme. Il permet aux pêcheurs de bénéficier de l’augmentation de biomasse due à l’effet réserve tout en bénéficiant à court terme de possibilités de pêche. Il autorise en outre la poursuite des activités récréatives et de tourisme (comme la plongée, les excursions ou encore la baignade) et favorise l’émergence de nouvelles activités comme l’observation des cétacés et tortues marines. Il semble, en somme, le plus propice à une exploitation durable des ressources tout en pérennisant la rentabilité des opérateurs économiques.

2Cet article a pour objectif de présenter les conséquences engendrées par l’éventuelle adoption du scénario 3 pour la pêche dans la zone du Prêcheur. Il s’appuie sur le travail de diagnostic socio-économique conduit dans le cadre de l’évaluation préalable à la mise en place de la réserve de Prêcheur. L’évaluation des conséquences engendrées par le scénario 3 est pour l’essentiel de nature qualitative : il est en effet trop tôt en l’état (avant toutes négociations entre les acteurs sur le degré de contrôle des activités à mettre en place) pour proposer des éléments chiffrés pour la pêche. Dans une première partie, est exposé l’état des lieux des pêches dans la zone ainsi qu’une estimation de la valeur ajoutée de ces pêches. Dans une deuxième partie est présentée une évaluation des impacts de la pêche sur l’environnement marin dans la zone du Prêcheur et à sa périphérie. Dans une troisième partie sont présentées les recommandations de gestion qui s’appuient à la fois sur l’état des lieux des pêches et d’une revue bibliographique sur les conséquences attendues de la mise en réserve sur la variation de la biomasse d’espèces marines. Dans une quatrième partie est discutée la stratégie de mise en œuvre de la réserve.

1. État des lieux et valeur ajoutée des pêches

3Trois catégories de pêcheurs peuvent être identifiées au Prêcheur : les pêcheurs professionnels (patrons = 29 et matelots = 2 inscrits sur le rôle d’équipage) ; les pêcheurs plaisanciers et de subsistance (environ 25) auxquels il faut rajouter les pêcheurs plaisanciers venant des autres ports de la Martinique. La zone du Prêcheur (anse Belleville, bourg du Prêcheur, Charmeuse, Cimetière, Les Abymes et Sainte Philomène) compte 44 embarcations de pêche professionnelle (Ifremer, 2009). Certains pêcheurs des communes voisines fréquentent également les écosystèmes marins du Prêcheur. La fréquentation de ces écosystèmes par ces pêcheurs voisins a fait l’objet d’une estimation par des sorties terrain menées lors de l’étude de diagnostic conduit sur la zone.

Figure 1. Les ports de pêche de la zone du Prêcheur (Martinique)

Figure 1. Les ports de pêche de la zone du Prêcheur (Martinique)

Source : Reynal, 2011

4Les pêcheurs sportifs sont originaires de Saint-Pierre, du Carbet, de Fort-de-France. Il s’agit bien souvent d’anciens pêcheurs professionnels à la retraite, reconvertie dans la pêche de loisir. Pour autant, cette pêche a un impact important sur la ressource. La photographie suivante montre la diversité des embarcations pour la pêche dans le port de Prêcheur.

Photographie 1. Diversité des embarcations de pêche dans le port de prêcheur : pêche de proximité, pêche à « Miquelon » et pêche sportive

Photographie 1. Diversité des embarcations de pêche dans le port de prêcheur : pêche de proximité, pêche à « Miquelon » et pêche sportive

Source : T. Binet

1.1. Pêche professionnelle

  • 2 Pêcheurs titulaires du certificat de marin pêcheur professionnel et donc soumis au régime général d (...)
  • 3 Hormis quelques marins propriétaires à la retraite qui ne prennent plus le rôle, mais continuent d’ (...)
  • 4 Sur le plan social, le marin pêcheur légalement inscrit doit cotiser à son assurance sociale pour b (...)
  • 5 Le « job » se distingue du travail officiel par son absence de reconnaissance légale. Aucun contrat (...)

5Au cours des cinquante dernières années, la population de pêcheurs professionnels2 du Prêcheur est passée respectivement de 63 marins en 1961 à 57 en 1980 et 29 en 1998. Depuis cette date ce nombre semble constant puisqu’il est dénombré aujourd’hui 29 patrons et 2 matelots inscrits au registre des Affaires maritimes. Si tous les propriétaires3 d’embarcations de pêche au Prêcheur s’acquittent du rôle4, il n’en va pas de même pour les matelots, car sur une population estimée de 50, seulement 2 sont portés sur le rôle d’équipage. Pour la plupart pêcheurs occasionnels, les matelots ne prennent la mer que lors de la saison de pêche à « Miquelon » (pêche des pélagiques au large des côtes pratiquées en novembre et juillet) ou sur les dispositifs de concentration de poisson (DCP). Le reste de l’année, ils s’adonnent aux activités de l’agriculture familiale, notamment le maraichage, ainsi qu’à des « jobs5 » dans la construction immobilière et autres.

Figure 2. Structure démographique des pêcheurs professionnels du Prêcheur

Figure 2. Structure démographique des pêcheurs professionnels du Prêcheur

Source : IFREMER

  • 6 Passant de 2700 personnes en 1961 à 1700 en 2008 (INSEE, 2010).
  • 7 Respectivement 619 et 394 personnes en 2008.
  • 8 Ce qui correspond plus au moins aux chiffres de J. C. Clément (1980) qui annonce pour les années pa (...)

6En dépit d’une population amputée de quelque 1 000 personnes en un demi-siècle6, la part des pêcheurs dans la population active du Prêcheur est restée conséquente (cf. tableau ci-après). Les pêcheurs professionnels représentent ainsi aujourd’hui 5 % de la population active du prêcheur (et 7 % de la population active ayant un emploi7) contre 7 % il y a 50 ans (et 9 % de la population active ayant un emploi). Si l’on tient compte de la population de matelots (en appliquant un coefficient d’équivalence à travail plein), la proportion monte à quelque 10 % en 2007 contre 15 % en 19618. Cette proportion était encore plus importante en 1980 au moment où le Prêcheur était l’un de principaux ports de la côte Caraïbe avec les anses d’Arlets et Fort-de-France.

7Le nombre des emplois de patrons pêcheurs équivaut aujourd’hui à près de la moitié du nombre d’emplois masculins indépendants non salariés de la commune (29 pour 79). Dans un contexte économique et social où le taux de chômage atteint 36 % au Prêcheur, cette proportion montre à quel point la pêche demeure une activité de premier ordre au plan économique et social.

Tableau 1. Population active et de pêcheurs entre 1961 et 2007

1961

1980

2007

Population

2700

2010

1700

Actifs

861

550

619

Actifs ayant un emploi

690

450

394

Pêcheurs inscrits

63

57

29

Pêcheurs ETC (Equivalent Temps Complet)

105

120

40

% Pêcheurs/Population active

7%

10%

5%

% Pêcheurs/actifs ayant un emploi

9%

13%

7%

% Pêcheurs ETC/Population active

12%

22%

6%

% Pêcheurs ETC/actifs ayant un emploi

15%

27%

10%

Source : INSEE (2010) ; IFREMER (2010), Régnier-Bohler (1997) et Clément (1980). Estimation des pêcheurs ETC et reconstitution propre des données pour 1961.

  • 9 Petite pêche : l’absence du port est inférieure ou égale à 24 heures. Pêche côtière : l’absence du (...)

8Les patrons de pêche sont propriétaires de 44 embarcations qui mouillent devant les quartiers des Abymes, Cimetière et du bourg pour l’essentiel (cf. tableau 2) ; lieux de résidence des pêcheurs. Ces embarcations sont toutes non pontées et donc armées uniquement pour la petite pêche et la pêche côtière9. Toutes les embarcations en deçà de 7 mètres sont des gommiers et des yoles en bois tandis que celles entre 7 et 12 mètres sont des yoles en fibre de verre de type Thélamon, Drassius ou Fusion (du nom des ateliers de construction navale) d’une longueur d’environ 8,5 mètres. Destinés à la pêche de proximité, les gommiers et les yoles en bois sont propulsés par des moteurs de 15 à 40 chevaux et sont généralement halés au terme de chaque sortie en mer. Dévolues, pour l’essentiel à la pêche à Miquelon, les yoles en fibre sont équipées de moteur hors-bord de 115 à 200 chevaux.

Tableau 2. Lieu de mouillage et nombre de navires par classe et taille

Lieu de mouillage

Total de navires

Navires

inférieurs à 7 mètres

Navires

entre 7 et 12 mètres

PR-Anse Belleville

1

1

PR-Cimetière

12

5

7

PR-Les Abymes

18

7

11

PR-Bourg du Prêcheur

11

7

4

SP-Sainte Philomène

1

1

PR-Charmeuse

1

1

Total

44

22

22

Source : IFREMER, 2010

  • 10 Plus de 40 ans pour les gommiers et 30 ans pour les yoles en bois.
  • 11 Contrairement aux embarcations modernes qui répondent aux impératifs de pêche au large : passage de (...)

9Les gommiers et les yoles en bois sont vieillissants,10 mais étant bien entretenues, ces embarcations continuent d’être gréées pour des activités spécifiques : métier de la senne de plage pour les gommiers et filet de surface et de fond ainsi que DCP pour les yoles en bois. En 25 ans, le nombre de ces embarcations a été divisé en deux, passant de 54 à 22 (Guillou et al., 1988) en raison de l’engouement sans précédent pour la pêche au Miquelon à la fin des années 1980 et au début des années 1990 (sous-tendu par les prêts bonifiés accordés aux pêcheurs pour l’acquisition de yoles en fibre de verre). Ainsi, les pêcheurs les plus jeunes, spécialisés dans la pêche autour des DCP ou à Miquelon ne disposent que d’une seule yole, moderne, tandis que les pêcheurs les plus âgés, polyvalents, possèdent tous une yole en bois et/ou un ou deux gommiers même si certains d’entre eux ont fait l’acquisition d’une yole moderne. Plus manœuvrables et économiques que les nouvelles yoles pour les agrès tombants et de fond, les embarcations en bois perdurent, car bien adaptées aux activités qui ne requièrent pas une grande vitesse de déplacement et une navigation dans une mer agitée11.

10La motorisation croissante dans les années 1980 a permis d’augmenter considérablement les aires de prospection, confinées dans les années 1960 aux abords de côtes. Les pêcheurs ont pu ainsi sortir des zones traditionnelles de pêche pour se risquer dans les eaux atlantiques et pratiquer les bancs d’Amérique, de Mono (face de la Caravelle) et plus au nord ceux de Dien-Bien Phu voire de Sibérie (dans la ZEE de la Dominique).

11Les pêcheurs du Prêcheur opèrent aujourd’hui sur trois zones de pêche. La première, située en face du Prêcheur, concerne toutes les sorties de pêche côtière, autour des DCP et à Miquelon (MAC1, MAC2, MAB2, MAB3). La deuxième, au-devant les Anses d’Arlets est liée à la pratique de la palangre (MAE3) et la troisième à Miquelon (MAZE1 et MAZE2).

Figure 3. Zones de pêche à la Martinique

Figure 3. Zones de pêche à la Martinique

Source : Ifremer

12Les sorties dans les zones situées en face du Prêcheur concentrent 75 % des sorties des pêcheurs (MAC1, MAC2, MAZC4 et MAZE3) et près de 60 % des sorties en mer se font dans les deux seules zones MAC1 et MAC2 (cf. figure 4). Dans la zone MAC2 se retrouvent les activités de senne de plage, de plongée en apnée, de nasse et de filets. Dans la zone MAC1 se trouvent deux DCP mis à l’eau par les pêcheurs eux-mêmes et à la limite des zones MAZC4 et MAZE3 se trouve le DCP implémenté par le Conseil régional. La pêche autour de ces DCP ainsi que celle aux poissons volants (surtout dans MAZC4) occasionnent près de 45 % des sorties totales des pêcheurs.

Figure 4. Zones de pêche

Figure 4. Zones de pêche

Source : Ifremer

13Dans la zone MAC2, qui correspond à celle dans laquelle la réserve du Prêcheur va être localisée, les activités de pêche côtière peuvent être distribuées comme le montre la carte schématique ci-après. La senne de plage (carrés en pointillés bleus) et les filets de surface à balaous (traits longs rouges) sont déployés de l’anse Céron à la pointe Lamare. Les filets de fonds, trémails et autres (trait orange continu) sont disposés en face des Abymes et le bourg du Prêcheur. Les nasses sont déployées depuis le rocher de la Perle jusqu’à la pointe Lamare. Les DCP sont mouillés en dehors de la zone d’étude pour la réserve.

14Les captures réalisées par les pêcheurs du Prêcheur représentent, en 2009, 85 tonnes de poisson, obtenu pour l’essentiel lors de la pêche autour des DCP et de la pêche à Miquelon utilisant la ligne trainante. La valeur totale des captures est de l’ordre de 750 000 euros. Dans la zone d’étude, le volume des captures, pour l’essentiel des petits pélagiques, s’élève à 22 tonnes pour une valeur de 180 000 euros.

15En l’absence d’un suivi à long terme permettant de recenser les captures au sein et en dehors des limites de la réserve, il n’est pas possible d’être plus précis et de départager parmi les captures réalisées grâce à l’utilisation des filets maillants et des trémails celles qui concernent la future réserve ou pas.

16D’après les entretiens réalisés auprès des pêcheurs, il semble que l’année 2009 puisse être considérée comme une année normale et que l’on peut donc utiliser les estimations obtenues pour cette année comme des estimations de référence.

Tableau 3. Volume et valeur des captures totales et dans la zone d’étude

Tableau 3. Volume et valeur des captures totales et dans la zone d’étude

Source : IFREMER, 2010

17La valeur ajoutée de la pêche dans la zone d’étude peut donc être estimée à quelque 170 000 €/an (pour une valeur ajoutée de l’ensemble de la pêche évaluée à 646 000 euros). Le tableau ci-dessous présente le détail de l’estimation de la valeur ajoutée pour chacun des métiers pratiqués dans la zone d’étude.

Tableau 4. Valeur ajoutée de la pêche professionnelle réalisée dans la zone d’étude

Tableau 4. Valeur ajoutée de la pêche professionnelle réalisée dans la zone d’étude

Source : IFREMER, 2010 et Estimations propres pour Consommations intermédiaires

18Globalement, la valeur ajoutée procurée par la pêche dans la zone d’étude est faible puisque ramenée au nombre de pêcheurs pratiquant les métiers concernés cela donne une valeur moyenne par entreprise de pêche de l’ordre de 7800 euros par an (soit 170 000 euros divisés par 22 pêcheurs qui pratiquent les métiers invoqués ci-avant). Tous métiers et toutes zones confondus, elle s’élève pour les 29 pêcheurs professionnels à 22 300 euros par an par entreprise.

1.2. Pêche récréative et de subsistance

19La pêche de plaisance ou récréative est pratiquée dans la zone d’étude de trois manières. La première se fait depuis le bord de la côte sur un promontoire en utilisant une canne à pêche. La deuxième à bord d’une embarcation à l’aide de lignes (piscine, traîne et jig) et la troisième en plongée avec fusil harpon, soit au départ des plages des Abymes, de l’anse Belleville ou de l’anse Céron, soit en se mettant à l’eau à partir d’une embarcation amarrée au rocher de la Perle.

20Environ une vingtaine de pêcheurs s’adonnent régulièrement à la ligne depuis la côte. Ils sont, pour la majorité d’entre eux, habitants du Prêcheur ; un petit groupe de 4 à 5 personnes fait le déplacement depuis St-Pierre. Les captures de poissons sont d’environ 40 kg par pêcheur et par an, ce qui donne un volume de captures de 800 kg/an.

  • 12 Les auteurs renvoient à la section « pêche de loisir » dans la partie Diagnostic des usages et pres (...)

21Les pêcheurs à bord d’embarcations sont plus nombreux : les pêcheurs professionnels évaluent leur nombre à 80-100. Le travail de recensement des usages12 donne des indications quant au volume des captures par sortie de pêche. À partir de ces informations, le volume des captures pour ce type de pêche récréative peut être estimé de l’ordre de 3,3 t/an. (cf. tableau 5).

Tableau 5. Captures de la pêche à la ligne embarquée dans la zone d’étude

Type de pêche

Nb. d’embarcations

Fréquence hebdomadaire

Captures (kg)

Captures hebdomadaires

Captures annuelles

Pêche à la pisine

2

5

5

50

2600

Pêche à la traîne

4

1

2

8

416

Pêche au jig

1

1

5

5

260

Total

3276

Source : enquêtes Impact-Mer

22Les plongeurs de chasse sous-marine sont majoritairement originaires du Prêcheur et de Saint-Pierre, mais les fins de semaine de nombreux plongeurs de toute la Martinique se retrouvent autour du rocher de la perle et dans la zone du sous-marin. À partir des informations collectées quant à la fréquence et au nombre de plongeurs, le volume de capture peut être estimé à près de 2,5 tonnes par an (cf. tableau 6).

Tableau 6. Captures de la chasse sous-marine dans la zone d’étude

Tableau 6. Captures de la chasse sous-marine dans la zone d’étude

Source : enquêtes Impact-Mer

23Les captures de la pêche à la ligne depuis les promontoires, une embarcation ou en plongée ne font pas l’objet de transaction commerciale : elles sont destinées à la consommation personnelle ou familiale. Près de 75 % des poissons capturés sont consommés dans les communes du Prêcheur et de Saint-Pierre, les 25 % restant l’étant dans le reste de l’île. Ce sont, pour l’essentiel, les pêcheurs résidents qui pratiquent l’une des trois catégories de pêche observées dans la zone d’étude du Prêcheur. Les pêcheurs retraités du Prêcheur sont par exemple les seuls à utiliser la piscine, ce métier traditionnel ayant disparu de la panoplie des métiers de la pêche professionnels.

24La valeur ajoutée liée à la pêche récréative et de subsistance est d’environ 57 k€ par an. Le tableau suivant présente le détail du calcul. La valeur des prises ainsi que le coût des consommations intermédiaires sont calqués sur ceux enregistrés pour la pêche professionnelle.

Tableau 7. Valeur ajoutée de la pêche récréative et de subsistance réalisée dans la zone d’étude

Type de pêche

Captures annuelles

Valeur

Euro/kg

Consommation intermédiaire/kg

Valeur ajoutée

(euro)

Pêche à la canne à pêche

800

9,13

0,2

71,44

Pêche à la pisine

2600

9,13

0,6

22178

Pêche à la traîne

416

9,13

2,2

2883

Pêche au jig

260

9,13

2,2

1802

Plongée autour du sous-marin

780

9,61

0,2

7340

Plongée à la Perle

416

9,61

0,2

3915

Plongée Anse Belleville et Abymes

1248

9,61

0,2

11744

Total

6520

57005

Source : Auteur

25La pêche récréative, en grande partie le fait de pêcheurs professionnels à la retraite et de jeunes hommes du Prêcheurs et de Saint-Pierre, attire les fins de semaine une population plus hétérogène (de tous âges, masculine toutefois) venant de toute la Martinique et pour l’essentiel composée de résidents martiniquais. La traine côtière et la piscine ou doucine représentaient à la fin des années 1980 respectivement 30 et 10 % de l’activité de pêche au Prêcheur. La mise en place de DCP et le développement de la pêche au Miquelon ont réduit à néant, au plan professionnel, ces pratiques. Elles conservent toutefois un attrait très fort auprès des anciens pêcheurs, car, basées sur la connaissance du milieu, elles sont considérées (tout comme le tombé-levé, jadis pratiqué) comme des « vraies » pratiques de pêche au sens où la pêche autour des DCP et à Miquelon ne requiert, selon eux, ni expérience ni savoir-faire transmis de manière filiale.

2. Évaluation des impacts environnementaux de la pêche

26Les techniques de pêche pratiquées dans la zone du Prêcheur sont listées dans le tableau suivant. L’impact de chaque pratique sur les écosystèmes marins y est exposé. Les critères pris en compte sont : la destruction de l’habitat, la sélectivité des engins utilisés pour la capture des juvéniles et la sélectivité de l’engin pour la capture non ciblée et enfin la pression exercée sur la ressource. Une étoile de couleur rouge indique un effet dommageable du point de vue environnemental tandis que celle de couleur verte signifie une neutralité environnementale. La colonne de droite présente le détail des effets (pour une présentation plus complète, se reporter à la Section Étude des pressions et des usages de la pêche professionnelle et récréative du rapport diagnostic socioéconomique (Failler et al., 2011).

Tableau 8. Impacts des techniques de pêche sur l’environnement

Tableau 8. Impacts des techniques de pêche sur l’environnement

Source : Auteur

27Ce bilan doit conduire à sélectionner les actions à mener en priorité afin de diminuer les pratiques les plus néfastes aux écosystèmes et de favoriser les pratiques les plus respectueuses. Le statut de « pratique environnementale neutre » (ou respectueuse de l’environnement) ne confère pas pour autant une liberté de démultiplication à outrance du nombre de sorties et des efforts pour capturer davantage de poissons. Aussi convient-il de circonscrire de telles activités dans les limites biologiques acceptables et de limiter d’autant leur effort de pêche.

2.1. Pratiques à impact fort négatif

28Les pêches à la nasse (ou au casier), à la senne de plage et au filet à langoustes font partie des pratiques ayant l’impact négatif le plus fort sur les écosystèmes marins. Les nasses, concentrées sur les zones de forte productivité tels les fonds coralliens, exercent une forte pression sur les espèces ciblées et de manière incidente sur l’ensemble des espèces fréquentant ce milieu. À cette sélectivité limitée s’ajoute la perduration de la capacité de capture des casiers lorsqu’ils sont perdus ou abandonnés : ils continuent alors de pêcher sans bénéficier à qui que ce soit. Cette pêche fantôme peut se poursuivre pendant de nombreuses années avant que les casiers ne se soient désagrégés.

29La senne de plage, activité de pêche traditionnelle en Martinique pratiquée intensivement sur les plages de la zone d’étude, a un impact négatif très important sur les écosystèmes marins. Bien que ciblant particulièrement les petits pélagiques (balaous, coulirous, etc.), ce filet demeure très peu sélectif quant à la taille et l’espèce capturées à cause notamment de mailles très fines. Chaque plage pouvant être exploitée plusieurs fois par semaine, la pression de pêche reste globalement forte. Comme les fonds sur lesquels se font les coups de sennes sont meublés, il peut sembler que les passages successifs du filet sont sans effet néfaste : c’est sans compter que la répétition des coups annihile toute régénération d’herbiers.

30Les filets trémails à langoustes ont, eux aussi, un impact négatif sur les espèces démersales et les habitats. Capturant de manière non voulue tortues et poissons démersaux emblématiques, mais non commercialisés (poisson-perroquet, par exemple), ils nuisent au maintien de la biodiversité marine. Et cela d’autant plus que ces prises accessoires sont rejetées à la mer lors du halage du filet.

31Afin de limiter leur impact sur les écosystèmes marins, ces pratiques doivent faire l’objet de mesures distinctes, selon le genre d’impact :

  • dégradation de l’habitat : limiter toutes les activités dans les zones dont les habitats sont très sensibles aux perturbations ;

  • sélectivité des engins : augmenter la taille minimale des mailles des filets afin de minimiser la capture d’individus n’ayant pas atteint leur maturité sexuelle ; utiliser les nasses (dans leur construction et structure actuelles) uniquement sur des fonds sableux afin de préserver les zones de couvert végétal ;

  • « pêche fantôme » : marquer de manière identitaire les casiers avec un étiquetage résistant.

2.2. Pratiques à impact modéré

32Les filets de surface, la palangre profonde et la chasse sous-marine peuvent avoir des impacts négatifs sur l’environnement marin selon les modalités de leur mise en œuvre. La nature des impacts diffère selon les pratiques. Pour l’ensemble des activités, elle concerne l’ancrage sauvage des embarcations. Pour la chasse sous-marine, la dégradation accidentelle des fonds du fait des coups de palmes malheureux et des agrippements répétés à des supports naturels fragiles d’une part et le manque de discernement de la part des plongeurs, d’autre part. Bon nombre d’entre eux tirent en effet sans considération d’espèce et de taille.

33Il est préférable de recourir au corps-mort plutôt qu’à l’ancre de fond (nécessaire à la stabilisation de l’embarcation lors du calage ou relevé des engins ou la mise à l’eau et la remontée des plongeurs), dans la mesure où cette pratique engendre peu de frais et évite d’endommager le couvert végétal à chaque jet et remontée d’ancre.

34L’efficacité de la pêche sous-marine est redoutable : le banc de barracudas de plusieurs centaines d’individus situés près du rocher de la Perle a été décimé en deux années seulement. Contrairement aux techniques de pêche aveugles (filets, lignes, nasses et autres) qui opèrent en attirant ou arrêtant la proie lors de ses déplacements, la pêche sous-marine traque poissons et crustacés jusque dans les anfractuosités les plus reculées. En sus du manque de sélection rigoureuse des cibles — due aux pêcheurs amateurs qui veulent coûte que coûte rapporter quelques prises pour faire bonne figure —, la pêche sous-marine peut ainsi conduire très rapidement à l’extinction des espèces de poisson dont la taille laisse présager quelque nourriture. Les dérangements occasionnés lors de chaque plongée parachèvent la liste des effets nuisibles de la pêche sous-marine. Lever toutes ces incompatibilités nécessite tout d’abord de limiter l’accès du site aux pêcheurs ayant une bonne connaissance des espèces puis d’encadrer les sorties de manière à ce que seules les pratiques ayant une empreinte écologique faible soient autorisées, et, enfin, d’intégrer les sorties de plongée et les relevés de pêche dans un programme de suivi de la biodiversité marine, programme auquel l’ensemble des pêcheurs opérant sur le site du Prêcheur doivent être partie prenante.

2.3. Pratiques à impact faible

35Les différentes pratiques de pêche à la ligne sont très sélectives et n’ont, de plus, pas d’impact mécanique sur les écosystèmes. La connaissance empirique des pêcheurs constitue le socle à partir duquel se déploient toutes ces pratiques et en fait des métiers de pêche très élitistes au sens de l’ethnoscience requise. Opérées souvent à la rame à partir d’une yole en bois, ces pêches conjuguent parfaitement pratique savante et respect écologique. Toutefois, ciblant les gros poissons à forte valeur commerciale, elles peuvent rapidement exercer une pression trop forte pour la capacité de renouvellement des stocks. Aussi, de telles pratiques doivent-elles faire l’objet d’un suivi strict afin de connaître la pression qu’elles exercent sur les ressources halieutiques et réguler en temps et lieu les modalités d’accès (selon un plan de gestion mis sur pied par les pêcheurs eux-mêmes en partenariat avec les autorités de la réserve).

2.4. Intensité des pratiques

36Quelles que soient la pratique de pêche et sa capacité de nuisance écologique sur le milieu marin, toutes deviennent malignes dès que les efforts dévolus à la capture du poisson deviennent trop forts et qu’ils entravent la capacité des stocks de poissons à se régénérer. Le contrôle de l’effort de pêche est donc crucial. À ce titre, cet effort ou pression exercée sur la ressource doit faire l’objet d’une évaluation continue qui s’appuie, comme mentionné plus haut, sur la participation active des pêcheurs. Et cela pour l’ensemble des espèces qui résident ou passent dans la zone du Prêcheur. Par exemple, les pélagiques capturés avec le filet de surface (balaous, orphies, etc.) sont bien souvent considérées, par les pêcheurs, comme une ressource inépuisable. Pourtant l’effort de pêche très important qui s’exerce sur ces ressources et les fortes variations de recrutement sous l’effet des contraintes environnementales peuvent avoir des conséquences importantes sur le renouvellement des stocks.

3. Gestion des pêches

3.1. Bénéfices théoriques de la mise en réserve

  • 13 Le peu de références sur les AMP gérées tient pour l’essentiel au fait qu’il est très difficile d’a (...)

37Si peu d’études sur l’effet des aires marines protégées (AMP) gérées sont disponibles13 (Ban et Vincent, 2009), nombreux sont en revanche les travaux scientifiques qui mentionnent l’amélioration de l’état de santé des écosystèmes marins dans le cadre des réserves intégrales où la pêche n’est pas autorisée (Agardy, 1994 ; Allison et al., 1998 ; Graham et Neville, 1999). Le constat est à peu près toujours le même : on observe une augmentation substantielle de la biomasse pour la plupart des espèces (Mesnildreyet et al., 2010 ; Williamson et al., 2004), une augmentation des populations de grands prédateurs (Friedlander et DeMartini, 2002), une amélioration de la qualité et une augmentation de la surface des habitats (Gell et Roberts, 2003), une exportation importante de larves et d’alevins à l’extérieur de la réserve (Roberts et Polunin, 1991 ; Alcala et al., 2005), ainsi qu’une augmentation du nombre et de la taille des poissons d’intérêt commercial (Gell et Roberts, 2003). Tous ces bénéfices écologiques peuvent être résumés sous l’appellation d’« effet réserve ». Au sein des AMP gérées, on constate également que les stocks jadis surexploités peuvent retrouver des niveaux stables biologiquement (Harmelin-Vivien et al., 2008).

38À la périphérie de l’AMP, un « effet distributif » a été mis en évidence (Kelly et al., 2002 ; McClanahan et Mangi, 2000). Cet effet peut se manifester par l’émigration à l’extérieur de l’aire gérée des poissons jeunes et adultes d’une part (Rowley, 1994), et par exportation nette des œufs et larves pélagiques qui sont soumis à une prédation moindre dans la réserve, d’autre part (Roberts and Polunin, 1991 ; Gell and Roberts, 2003 ; Alcala et al., 2005).

39Dans la mesure où les changements de pratiques de pêche sont effectifs et perdurent, une augmentation sensible de la biomasse dans la zone du Prêcheur est à prévoir. L’expérience des huit zones de cantonnement de pêche mises en place en Martinique depuis 1999 peut servir ici à illustrer ce qui devrait être observé au Prêcheur après quelques mois. Dans ces zones de cantonnement, les pratiques destructrices de l’environnement sont en effet entièrement bannies, à l’instar de ce qui est prévu dans la réserve du Prêcheur. La réouverture de la plupart des zones au bout de trois ans semble, aux dires des pêcheurs « valoir le coût » même si les effets sont dissipés en quelques mois. Selon Castege et al. (2008), l’abondance des populations aquatiques peut y être multipliée par un facteur de 2 à 10. La zone protégée connaît donc une forte augmentation de sa biomasse et la même augmentation devrait avoir lieu dans l’AMP du Prêcheur si les mesures mises en place sont respectées.

  • 14 Capture de poissons en nombre ou en poids capturé par une unité définie d’effort de pêche (une sort (...)

40L’augmentation de biomasse au sein de l’AMP et à sa périphérie se traduira également par des gains économiques pour les pêcheurs. Premièrement, ces gains se matérialisent par des captures par unité d’effort (CPUE)14 supérieures dans les aires protégées, comme à Sainte-Lucie où les CPUE étaient largement supérieures à l’état initial cinq années après la mise en réserve (Roberts et al., 2001). Cette observation a également été mise en évidence dans d’autres régions du monde comme en Nouvelle-Zélande (Kelly et al., 2002) et en Afrique (McClanahan et Mangi, 2000 ; Kamukuru et al., 2004 ; Kaunda-Arara et Rose, 2004). Des CPUE supérieures ont pour conséquence des temps de pêche plus courts (gain de temps) et des coûts opérationnels moindres (carburant, glace, etc.).

41Deuxièmement, la mise en place d’une réserve a un impact sur le prix des captures. Cette constatation a été vérifiée pour le parc marin de Saba et la réserve marine de Hol Chan (Belize), où les valeurs des captures d’espèces démersales (lutjanidés principalement) étaient 2,2 à 3,5 fois supérieures à celles des sites non protégés (Polunin et Roberts, 1993). Cette augmentation est le résultat d’une augmentation de la qualité générale des produits de la pêche et de l’amélioration des conditions de mise en marché (Sanchirico et al., 2002). Ainsi, cette augmentation est rendue possible tout d’abord par une taille des captures plus importante qui conduit à des prix de vente plus intéressants (les grandes pièces sont plus prisées que les petites pour la plupart des poissons sur les marchés, y compris en Martinique). Également, elle se matérialise par la mise en marché d’espèces à plus forte valeur commerciale (Pauly et al., 1998). Les pêcheurs peuvent aussi tirer un avantage économique de l’image environnementale des opérateurs de la zone en vendant à meilleur prix leurs captures issues d’une exploitation durable des stocks (Charles, 2001).

3.2. Recommandations de gestion

42L’établissement de mesures de gestion de la pêche tant à l’intérieur qu’à la périphérie du site du Prêcheur implique des changements de stratégies et de métiers de la part des pêcheurs professionnels et amateurs. Les pratiques ayant un impact fort et moyen sur les écosystèmes feront l’objet d’une interdiction pour les premières et d’un encadrement pour les secondes. Cela peut conduire les pêcheurs à trois stratégies de pêche : la première de continuer, au sein de la réserve, à cibler les mêmes espèces, mais avec des engins de pêche différents (neutres écologiquement) ; la deuxième d’utiliser de nouvelles techniques de pêche et ; la troisième de reconduire leur effort de pêche vers d’autres lieux.

3.2.1. Transfert de l’effort de pêche vers des techniques écologiquement neutres

43Le changement consistera à abandonner les techniques de pêche jugées nocives pour le milieu marin et adopter des pratiques ayant un impact nul sur l’environnement (pêche à la ligne pour l’essentiel). Le recours aux pêcheurs ayant une grande expérience sera ici précieux pour réaliser cette reconversion des techniques sur le site du Prêcheur. Judicieusement montée, cette opération peut replacer sur le devant de la scène les anciens pêcheurs qui maîtrisent parfaitement le maniement de ces agrès, le développement de la pêche motorisée à Miquelon les ayant relégués à l’arrière-scène du savoir-faire et de la notoriété professionnelle.

44Faire revivre les techniques traditionnelles peut s’inscrire dans un projet plus large de valorisation des métiers de tradition du prêcheur (avec la culture du cacao, du café entre autres). Cela aurait le mérite de mettre en valeur toute la connaissance et le savoir-faire accumulés de génération en génération de pêcheurs et de les faire connaître en dehors du cercle restreint des pêcheurs et des quelques initiés. En d’autres termes, la création de la réserve constitue une opportunité de valorisation du patrimoine maritime du prêcheur.

3.2.2. Déploiement de nouvelles stratégies et techniques

45De nouvelles stratégies peuvent être développées à l’occasion de la mise en place de la réserve, soutenues par les autorités régionales et en collaboration étroite avec les scientifiques de l’IFREMER, notamment. La senne de plage par exemple est une pratique destructrice, mais très efficace pour la capture des balaous et coulirous. Elle représente à elle seule 20 % de la valeur totale des captures dans la zone du Prêcheur. Il devrait être possible de développer une stratégie moins destructrice, mais tout aussi efficace pour la capture de ces espèces en particulier.

46En outre, les acteurs du secteur et les scientifiques pourraient travailler à l’amélioration de l’efficacité des techniques de pêche à la ligne. Cette technique devrait également être mieux valorisée commercialement avec le développement d’un label poisson de ligne par exemple. En somme, le développement de ces nouvelles stratégies et techniques ne doit pas être laissé entre les seules mains des professionnels du secteur, mais doit être réalisé en collaboration étroite avec les scientifiques et les acteurs en aval de la filière, soutenu par les autorités régionales afin d’en assurer le succès économique.

3.2.3. Transfert de l’effort de pêche vers d’autres lieux

47Le redéploiement de l’effort de pêche de la zone du Prêcheur vers d’autres lieux n’est pas à envisager en l’état : les engins écologiquement nocifs le sont tout autant en dehors du site du Prêcheur. Ce qui peut en revanche être imaginé, c’est un transfert de l’effort de pêche vers la pêche à Miquelon et autour des DCP (option intéressante économiquement et écologiquement). Le coût d’opportunité associé à ce transfert est relativement faible. En effet, la valeur ajoutée des captures réalisée dans la zone du Prêcheur est estimée à quelque 170 000 €/an pour une valeur totale de 646 000 euros. La majorité des revenus de l’activité de pêche ne provient donc pas de la pêche opérée dans la zone du Prêcheur, mais des activités autour des DCP et de la pêche à Miquelon. Sachant qu’il n’existe pas d’avis biologique contraignant les captures des espèces ciblées par ces deux techniques, il est possible d’envisager un tel report d’effort des métiers pratiqués dans la zone du Prêcheur vers le large. Si dans l’ensemble cela ne devait pas requérir d’investissements supplémentaires, car pratiquement tous les pêcheurs s’adonnent déjà à la pratique au large à bord d’embarcations motorisées, cela risque toutefois de ne pas être possible pour les pêcheurs qui se déplacent à l’aide de yole faiblement motorisée. Un travail d’investigation est nécessaire pour estimer les incidences que de tels changements auraient sur la vie économique de ces pêcheurs. Lors de ce travail, doivent également doit être observés dans le détail les calendriers de pêche et la complémentarité entre les activités sises près du Prêcheur et celles réalisées plus au large. Le site du Prêcheur est en effet fréquenté par les pêcheurs lorsque les conditions ne permettent pas de s’aventurer en pleine mer.

4. Gouvernance de l’activité de pêche dans le cadre de la réserve marine du Prêcheur

48La gestion de l’activité de pêche dans la future réserve marine doit viser dans un premier temps à limiter les activités les plus destructrices pour l’environnement marin et dans un second à s’assurer que les niveaux d’exploitation des activités neutres sur le plan écologique sont compatibles avec la capacité de renouvellement des stocks exploités. Le plan de gestion ne doit pas s’arrêter aux limites de la réserve, mais s’étendre à ses alentours afin de maximiser l’effet réserve créé. Les pêcheurs se concentrant en périphérie des AMP afin de bénéficier de l’exportation de biomasses peuvent en effet annihiler les bénéfices écologiques engendrés en interférant avec les processus migratoires des poissons. Les poissons vont et viennent depuis la réserve vers la périphérie et vis-versa lors de phases de migration plus ou moins prononcées (allant de la simple incursion à la migration saisonnière) : il est par conséquent fondamental de ne pas entraver leur libre circulation.

49À cet égard, il parait important que l’effort de pêche ne soit ni reporté aux frontières ni développé en périphérie (souvent sur le tracé même de la limite), que ce soit avec les engins qui auront été proscrits dans la réserve ou d’autres. Cette situation serait tellement contre-productive ! Un dispositif « tampon » doit donc être instauré afin d’éviter une surexploitation en périphérie de l’AMP.

50Afin d’assoir la légitimité d’un tel plan de gestion et le suivi de sa mise en place, un travail de nature scientifique doit être mené de conserve avec les pêcheurs (qui doivent jouer un rôle de premier plan en élaborant le protocole de travail avec l’aide des scientifiques). De la sorte, chaque mesure à prendre sera fondée et étayée par des arguments s’appuyant sur des données produites par une collaboration pêcheurs-chercheurs. À cette fin, des institutions comme l’Observatoire du Milieu Marin Martiniquais (OMMM) et l’IFREMER devront être fortement impliquées dans l’élaboration des indicateurs de suivi (comme le pourcentage de poissons matures capturés, le pourcentage de poissons capturés à une taille optimale ainsi que le pourcentage de femelles pleines capturées).

51De manière plus générale et dans la continuité de l’esprit du suivi scientifique, les décisions relatives à la gestion des milieux aquatiques doivent être sous-tendues par un processus concerté où tous les acteurs concernés ont voix au chapitre : pêcheurs et autres usagers des écosystèmes (centres de plongée, opérateurs touristiques de promenades en bateau, responsables du tourisme de plage, etc.). Elles ne seront que plus respectées et leur impact sera maximal.

52Enfin, le développement et la mise en place de la réserve doivent être soutenus par les autorités compétentes afin de minimiser les coûts économiques et sociaux engendrés par ce nouveau dispositif. Peut-être serait-il utile de mettre en place des soutiens temporaires aux pêcheurs pour l’adoption de nouvelles stratégies de pêche ou de nouvelles pratiques ? Le coût d’opportunité de l’abandon des pratiques destructrices est considéré comme faible globalement (qu’en est-il individuellement ?). Mais l’évaluation de ces coûts n’a pas inclus les dépenses engendrées par l’adoption de nouvelles pratiques, notamment la pêche au large qui peut est très onéreuse selon les engins utilisés (achat de filet, achat d’une barque pour la pêche au large, achat du moteur et installation du bac à glace, mise en place de DCP communes ou individuelle, etc.).

Conclusion

53Les perspectives liées à la création de la réserve régionale du Prêcheur sous forme d’une aire gérée sont positives pour la pêche. Cela sera l’occasion de corriger les pratiques destructives pour l’environnement et de montrer que pêcher de manière raisonnée est à la fois bénéfique pour l’économie de chaque entreprise de pêche et neutre pour le milieu marin. Si certaines pratiques peuvent être conservées en l’état, il faudra redéployer l’effort de pêche vers la pêche au Miquelon (entre novembre et juin) et celle autour des DCP (selon les conditions de mer). De nouvelles pratiques seront à élaborer afin de remplacer celles fortement dommageables, mais relevant de la tradition comme la senne de plage. En termes de perspective globale, une augmentation des captures est à prévoir dans les mois qui suivent la mise en réserve. Il convient dès lors de s’accorder sur les modalités de gestion de l’écosystème marin du site du Prêcheur.

54Si la commune du Prêcheur va bénéficier prioritairement des avantages économiques liés à l’AMP, le reste de l’île va également en profiter. Par ailleurs, des retombées économiques et sociales annexes sont également attendues dans le domaine de l’écotourisme, de la valorisation des pratiques et savoir-faire traditionnels (comme l’artisanat), du maintien, voire de la dynamisation de la population implantée sur la commune du Prêcheur et sur les communes voisines, du développement de l’emploi et des revenus, de l’amélioration de l’image et de la réputation de la commune et de la Martinique plus globalement.

55Afin de favoriser le développement harmonieux des activités de pêche dans le cadre de l’AMP du Prêcheur, il incombe aux gestionnaires de la réserve de veiller à la réalisation de certaines tâches dont : la bonne communication auprès des acteurs locaux, l’accompagnement des changements de pratiques (aides financières, formation), le suivi et évaluation des pratiques liées à la pêche, le suivi des perceptions des populations locales sur la zone. Enfin, une implication active des professionnels de la pêche, de la plongée, de la plaisance, de l’écotourisme et de la pêche sportive est indispensable au succès de l’AMP.

Haut de page

Bibliographie

Agardy, T. (1994). “Advances in marine conservation: The role of marine protected areas”, Trends in Ecology & Evolution, 9 (7): 267 – 270, With permission from Elsevier Science.

Alcala, A.C., G.R. Russ, A.P. Maypa and H.P. Calumpong (2005). “A long-term, spatially replicated experimental test of the effect of marine reserves on local fish yields”, Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences, 62: 98–108.

Allison, G. W., J. Lubchenco and M.H. Carr (1998). “Marine reserves are necessary but not sufficient for marine conservation”, Ecological Applications, 8(1): S79–S92.

Ban, NC. and A.C.J. Vincent (2009). “Beyond Marine Reserves: Exploring the Approach of Selecting Areas where Fishing Is Permitted, Rather than Prohibited, PLoS ONE 4(7).

Binet, T. A. Borot de Battisti, P. Failler et J.P. Maréchal (2013). « Valeur économique totale des écosystèmes marins et côtiers de la future aire marine protégée régionale du Prêcheur (Martinique) », Etudes Caribéennes, URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/6620>, n° 26.

Castege. I, G. Hemery, F. Pautrizel et J. D’elbee, (2008). Programme régional Environnement et ressources des milieux marins aquitains, Rapport synthétique d’activité ERMMA.

Charles, A.T. (2001). Sustainable Fishery Systems, Madden, MA, Blackwell Science.

Clement, J.C. (1980). Le marché des produits de la mer en Martinique, Rapport d’étude, Affaires Maritimes, service de Développement et d’Aide Technique, 215 p.

Failler, P., E. Pêtre et J.P. Maréchal (2010). Détermination de la valeur socio-économique des récifs coralliens, des mangroves et des herbiers de phanérogames de la Martinique, Rapport pour le Conseil Régional de la Martinique, Fort-de-France, Martinique.

Failler, P., T. Binet et A. Borot de Battisti (2011). Création de la réserve marine régionale du Prêcheur : Diagnostic socio-économique des écosystèmes marins et côtiers, Prêcheur, Rapport pour le Conseil Régional de la Martinique, Fort-de-France, Martinique.

Failler, P. et O. Le Double (1993). Caractéristiques socio-économiques de la pêche artisanale en Martinique, Rapport IFREMER DRV/RH/93, IFREMER, Martinique, 259 p.

Failler, P. (2002), « Les pêcheries martiniquaises : quelques considérations socio-économiques », In G. Blanchet et B. Gobert (Eds.), La pêche aux Antilles. Un état des lieux, Paris, IRD Publication : 141-158.

Fitzhardinge, R.C. and J.H. Bailey-Brock (1989). “Colonisation of artificial reef materials by corals and other sessile organisms”, Bulletin of Marine Science, 44 (2): 567-579.

Gell, F.R. and C.M. Roberts (2003). “Benefits beyond boundaries: the fishery effects of marine reserves”, Trends in Ecology and Evolution, 18: 448–455.

Graham, J. E. and S.B. Neville (1999). “Effects of the declaration of marine reserves on Tasmanian reef fishes, invertebrates and plants”, Journal of Experimental Marine Biology and Ecology: 107-144.

Guillou, A, A. Gueredrat et A. Lagin (1988). Embarcations et engins de pêche de la pêche artisanale martiniquaise recensée en 1985 et évaluation récente, IFREMER Martinique, Doc. Sci. Pôle Caraïbe n° 16, 63 p.

Harmelin-Vivien, M., L. Le Diréach, J. Bayle-Sempere, E. Charbonnel, J.A. Garcia-Charton, D. Ody, A. Pérez-Rufaza, O.Renones, P. Sanchez-Jerez and C. Valle (2008). “Gradients of abundance and biomass across reserve boundaries in six Mediterranean marine protected areas: Evidence of fish spillover?”, Biological Conservation, 141 (7): 1829-1839.

IFREMER (2010). Base de données halieutique de Martinique, Données pour la zone du Prêcheur compilées par Lionel Reynal, Ifremer Martinique le 8 juin 2011.

IMPACT-MER, OMMM, BIOS, CEMARE, (2011). Etude préalable à la création de la réserve marine du Prêcheur — diagnostics écologiques, socio-économiques, usages et pressions. Analyse des enjeux. Rapport diagnostic pour : Conseil Régional Martinique, 217 p. (annexes incluses).

INSEE (2010). Données économiques régionales, URL, <http://www.insee.fr/fr/bases-de-donnees/>.

Kamukuru, A.T., Y.D. Mgaya and M.C. Ohman (2004). Evaluating a marine protected area in a developing country: Mafia island marine park, Tanzania, Ocean and Costal Management, 24: 149-178.

Kaunda-Arara, B., and G.A. Rose (2004). “Effects of marine reef national parks on fishery CPUE in coastal Kenya”, Biological Conservation, 118(1):1-13.

McClanahan, T.R. and S. Mangi, (2000). “Spillover of exploitable fishes from marine park and its effects on the adjacent fishery”, Ecological Applications, 10(6):1792-1805.

Mesnildrey, L., D. Gascuel, M. Lesueur et O. Le Pape (2010). Analyse des effets des réserves de pêche, Colloque national des aires marines protégées, 15 - 17 novembre 2010, La Rochelle.

Pauly, D., V. Christensen, J. Dalsgaard, R. Froese and F. Torres (1998). “Fishing down marine food webs”, Science, 279:860-863.

Polunin, N.V.C. and C.M. Roberts (1993). “Greater biomass and value of target coral-reef fishes in two small Caribbean marine reserves”, Marine Ecology Progress Series 100:167-176.

Régnier-Bohler, F. (1997). Une communauté de pêcheurs martiniquais : changements techniques et sociaux au Prêcheur, Mémoire de maîtrise, Université Paris-X, 352 p.

Roberts, C.M. and N.V.C. Polunin (1991). “Are marine reserves effective in management of reef fisheries?”, Reviews in Fish Biology and Fisheries, 1: 65–91.

Roberts, C.M., J.A. Bohnsack, F. Gell, J.P. Hawkins and R. Goodridge (2001). “Effects on marine reserves on adjacent fisheries”, Science, 294: 1920-1923.

Rowley, R.J. (1994). “Case studies and reviews: marine reserves in fisheries management”, Aquatic Conservation: Marine and Freshwater Ecosystems, 4 : 233–254.

Sanchirico, J.N. and J.E. Willen (2002). “The impact of marine reserves on limited entry fisheries”, Natural resource Modeling, 15(3): 291-310.

Williamson, D.H., G.R. Russ G.R. and A.M. Ayling (2004). “No-take marine reserves increase abundance and biomass of reef fish on inshore fringing reefs of the Great Barrier Reef”, Environmental Conservation, 31 : 149-159.

Haut de page

Notes

1 Cf. Binet et al., (2013) ; cet article consacré à la valeur économique des écosystèmes marins du Prêcheur (Martinique) doit être considérée simultanément à celui-ci.

2 Pêcheurs titulaires du certificat de marin pêcheur professionnel et donc soumis au régime général des marins du commerce, au code du travail maritime et au code disciplinaire et pénal de la marine marchande (P. Failler et O. Ledouble, 1993).

3 Hormis quelques marins propriétaires à la retraite qui ne prennent plus le rôle, mais continuent d’exercer une activité plus ou moins soutenue. Ils peuvent pourtant s’acquitter d’un rôle forfaitaire jusqu’à 65 ans. Le coût, d’environ 1500 €/an, n’est toutefois pas encourageant !

4 Sur le plan social, le marin pêcheur légalement inscrit doit cotiser à son assurance sociale pour bénéficier de la sécurité sociale, du régime de retraite et des allocations sociales. Cela se fait en souscrivant à un rôle d’équipage qui constitue le document contenant la liste de l’équipage du navire et les conditions de son engagement. La majorité des patrons s’acquittent d’un demi-rôle.

5 Le « job » se distingue du travail officiel par son absence de reconnaissance légale. Aucun contrat écrit, aucune convention, aucun respect des aménagements de temps de travail, aucun syndicat, aucune couverture sociale, bref, aucun attribut propre au travail officiel. Pourtant, l’accomplissement du travail est similaire à celui d’un travail officiel. Le job n’est en outre pas un travail continu. Il ne répond pas à une logique de durée dans son accomplissement, mais bien plus à une logique de tâche. Le jobeur est poly-actif, il peut donc passer rapidement d’une activité à une autre sans que cela pose problème (P. Failler, 2002)

6 Passant de 2700 personnes en 1961 à 1700 en 2008 (INSEE, 2010).

7 Respectivement 619 et 394 personnes en 2008.

8 Ce qui correspond plus au moins aux chiffres de J. C. Clément (1980) qui annonce pour les années passées dont 1961 (14,8 %).

9 Petite pêche : l’absence du port est inférieure ou égale à 24 heures. Pêche côtière : l’absence du port est comprise entre 24 et 96 heures.

10 Plus de 40 ans pour les gommiers et 30 ans pour les yoles en bois.

11 Contrairement aux embarcations modernes qui répondent aux impératifs de pêche au large : passage de houle relativement aisé et vitesse pour être le plus rapidement possible en pêche.

12 Les auteurs renvoient à la section « pêche de loisir » dans la partie Diagnostic des usages et pressions du rapport d’étude préalable à la création de la réserve marine du Prêcheur (IMPACT-MER et al., 2011).

13 Le peu de références sur les AMP gérées tient pour l’essentiel au fait qu’il est très difficile d’attribuer un bénéfice écologique observé à telle ou telle mesure de gestion. Beaucoup de pratiques étant autorisées, il est par conséquent mal aisé de départager les causes et les protagonistes ainsi que l’imputabilité des effets.

14 Capture de poissons en nombre ou en poids capturé par une unité définie d’effort de pêche (une sortie à la journée par exemple)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les ports de pêche de la zone du Prêcheur (Martinique)
Crédits Source : Reynal, 2011
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6644/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Photographie 1. Diversité des embarcations de pêche dans le port de prêcheur : pêche de proximité, pêche à « Miquelon » et pêche sportive
Crédits Source : T. Binet
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6644/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 2. Structure démographique des pêcheurs professionnels du Prêcheur
Crédits Source : IFREMER
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6644/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 3. Zones de pêche à la Martinique
Crédits Source : Ifremer
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6644/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 4. Zones de pêche
Crédits Source : Ifremer
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6644/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 3. Volume et valeur des captures totales et dans la zone d’étude
Crédits Source : IFREMER, 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6644/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 4. Valeur ajoutée de la pêche professionnelle réalisée dans la zone d’étude
Crédits Source : IFREMER, 2010 et Estimations propres pour Consommations intermédiaires
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6644/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 6. Captures de la chasse sous-marine dans la zone d’étude
Crédits Source : enquêtes Impact-Mer
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6644/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Tableau 8. Impacts des techniques de pêche sur l’environnement
Crédits Source : Auteur
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6644/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Failler, Adeline Borot de Battisti, Thomas Binet et Laura Violas, « Conséquences de la création de l’aire marine régionale du Prêcheur (Martinique) sur la pêche martiniquaise », Études caribéennes [En ligne], 26 | Décembre 2013, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 19 août 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6644 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6644

Haut de page

Auteurs

Pierre Failler

Centre for the Economics and Management of Aquatic Resources (CEMARE), University of Portsmouth, St. George’s Building, 141 High Street, Portsmouth, PO1, 2HY, United Kingdom et chercheur associé au Centre de Recherche sur les Pouvoirs Locaux dans la Caraïbe (CRPLC), Université des Antilles et de la Guyane

Articles du même auteur

Adeline Borot de Battisti

Centre for the Economics and Management of Aquatic Resources (CEMARE), University of Portsmouth, St. George’s Building, 141 High Street, Portsmouth, PO1, 2HY, United Kingdom et chercheur associé au Centre de Recherche sur les Pouvoirs Locaux dans la Caraïbe (CRPLC), Université des Antilles et de la Guyane

Articles du même auteur

Thomas Binet

Centre for the Economics and Management of Aquatic Resources (CEMARE), University of Portsmouth, St. George’s Building, 141 High Street, Portsmouth, PO1, 2HY, United Kingdom et chercheur associé au Centre de Recherche sur les Pouvoirs Locaux dans la Caraïbe (CRPLC), Université des Antilles et de la Guyane, thomas.binet@port.ac.uk

Articles du même auteur

Laura Violas

Centre for the Economics and Management of Aquatic Resources (CEMARE), University of Portsmouth, St. George’s Building, 141 High Street, Portsmouth, PO1, 2HY, United Kingdom et chercheur associé au Centre de Recherche sur les Pouvoirs Locaux dans la Caraïbe (CRPLC), Université des Antilles et de la Guyane

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org