Navigation – Plan du site
Ressources marines et aménagements littoraux : vulnérabilité, gestion et adaptation au changement global

La tortue dans les Petites Antilles, entre valeur symbolique et enjeux économiques

The Turtle in the Lesser Antilles, between Symbolic Value and Economic Issues
Véronique Ballot

Résumés

Durant des siècles, les tortues marines ont procuré une source importante de nourriture, notamment de protéines, pour les populations côtières ainsi qu’une source de revenus. Aujourd’hui, elles sont une composante importante de plusieurs cultures à travers le monde et revêtent une signification symbolique importante pour certaines populations insulaires, notamment dans les Petites Antilles.
La raréfaction des populations de tortues de mer octroie à ces dernières un certain intérêt touristique, par exemple dans le cadre d’expériences écotouristiques. Cette espèce emblématique peut d’une certaine manière participer à la protection des océans et des récifs coralliens. Dans ce nouveau contexte, leur valeur économique et environnementale est reconsidérée.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Caraïbes
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le monde des tortues fascine depuis toujours. Cet animal est propice à une multitude de représentations en raison de ses caractéristiques facilement identifiables (comme sa carapace), et de diverses croyances populaires qui la consacre en termes de sagesse et d'impassibilité ou encore d'immortalité et de fertilité (Dossa et al., 2006).

2Originellement destinée à la consommation courante et à l’utilisation par la médecine traditionnelle, la pêche à la tortue s’est intensifiée aux Petites Antilles depuis la colonisation (Tertre, 1667). La tortue est désormais une espèce rare considérée en voie d’extinction. Outre, l’élargissement des différents usages de cette « ressource marine » comme dans les champs de l’artisanat, pour les écailles et la confection de parfums et de produits de beauté, cette disparition s’explique également par le ramassage massif des œufs, les conséquences directes de la pêche (lors de la prise des tortues dans les filets) et, plus généralement, par la dégradation de son milieu naturel (de la dégradation de la qualité de l'eau et l’ingestion de sacs plastiques – confondus avec des méduses - qui provoquent des occlusions intestinales).

  • 1 Agenda 21, chapitre 17 « Protection des océans et de toutes les mers et zones côtières, utilisation (...)

3Pour répondre à la surexploitation de cette espèce, un plan de restauration et de gestion des tortues marines a été adopté dans les Antilles françaises avec l’implantation du Réseau Tortue Marine opérationnel depuis 2003. Un arrêté, adopté en 2005, interdit sur tout le territoire français, la détention, le transport, la naturalisation, le colportage, la mise en vente, la vente ou l’achat, l’utilisation, commerciale ou non, des spécimens de tortues marines prélevés ainsi que les œufs. Pour leur part, les îles anglophones, indépendantes du Royaume-Uni depuis la fin des années 1970, ont privilégié un compromis autorisant la pêche à la tortue (hors-saison de ponte), perpétuant en quelque sorte une tradition, tout en exerçant un contrôle de ce commerce dans le cadre de l’Agenda 21 comme outil de développement durable1.

4En Martinique, la tortue fait partie intégrante de l’environnement patrimonial et culturel. À la suite des mesures d’interdiction de consommer et de pêcher la tortue, sa représentation auprès des pêcheurs a changé. Au fil des années, son intérêt a diminué, mais pas sa valeur emblématique qui persiste et a été réactualisée et ainsi transmise aux générations suivantes.

5L’interdit a légitimé cette valeur en lui donnant une dimension mystique incorporée et intégrée dans le système culturel et social de la population. De manière inconsciente, l’environnement naturel a été transformé en environnement culturel et, comme le soulignait C. Lévi-Strauss (1964), la représentation de l’environnement d’un groupe et le symbolique légitiment cette réalité transmise par les traditions. La fonction symbolique est donc cette capacité à traiter les données de l’environnement, à les organiser, fondant ainsi la culture en organisant les règles de conduite et la structure socioculturelle.

6Ainsi la valeur culturelle des tortues marines est entrée au même titre que sa valeur sociale, économique et patrimoniale dans la société martiniquaise, tel un héritage de la culture amérindienne patrimonialisé qui a influencé les mœurs et dont l’intérêt économique se précise actuellement sous l’effet du tourisme (figure 1). Entretenir ces valeurs est un atout pour obtenir des gestes et conduites respectueux de l’environnement ; il y a donc là des matériaux facilement mobilisables pour définir une stratégie pertinente pour sa protection.

7Enquêter sur la valeur symbolique de la tortue auprès de la communauté des pêcheurs pose les questions suivantes : a-t-elle toujours la même représentation symbolique auprès de ce public ? La récupération de ces valeurs est-elle un frein ou un atout pour sa préservation ?

8Négliger sa représentativité traditionnelle, se préoccuper de sa valeur économique en adoptant des mesures qui effaceraient son histoire risquerait de réduire l’intérêt du public et serait alors considéré comme un frein. Ceci pourrait provoquer des attitudes gênantes voir néfastes à son égard, par exemple lors des pontes des tortues sur les plages. Inversement, mettre en lumière ces valeurs symboliques de la tortue serait un atout pour maintenir sa représentation, son histoire et son intérêt scientifique. Ceci permettrait de mettre en avant sa valeur économique sur le plan local tout en gardant sa valeur au sein du patrimoine naturel en attirant l’attention sur cette espèce qui pourrait alors être mieux respectée du fait de la sensibilisation de la population.

9Le choix d’étudier cette question auprès des pêcheurs apparait pertinent puisqu’ils représentent le premier public concerné par les nouvelles restrictions de pêche et de consommation des tortues à la suite de l’interdiction de pêche adoptée par la France. Et, du fait de leur rapport privilégié avec la mer, ils pourraient être en mesure de tirer profit des nouvelles perspectives économiques qui se dégagent sur le plan touristique.

Photographie 1 (a et b). Scène de pêche traditionnelle à la senne (Schœlcher, Martinique)

Photographie 1 (a et b). Scène de pêche traditionnelle à la senne (Schœlcher, Martinique)

Source : O. Dehoorne, 2012

1. Cadre conceptuel

10La référence théorique pertinente pour notre étude sur la valeur symbolique des tortues auprès de la communauté des pêcheurs est celle de Maurice Godelier où l’analyse d’une communauté est perçue à travers les interactions d’un individu avec les autres, s’intégrant lui-même ces représentations, les réactualisant et les retransmettant aux générations suivantes. C’est par l’interaction dans un univers social préexistant, mais dynamique que l’individu va se constituer, se redéfinir en tant que sujet social de manière à s’adapter au mieux au sein de la société normalisée dans laquelle il évolue et interagit avec son milieu. Contrairement à Godelier, Lévi-Strauss (1964) s’attache à la valeur symbolique comme élément fondateur de la culture : les relations que les populations entretiennent avec l’environnement sont toujours médiatisées par le système culturel et non par les rapports sociaux.

11Ces deux théories sont intéressantes pour pouvoir analyser les valeurs symboliques accordées aux tortues et les enjeux environnementaux à partir du lien entre les tortues et la communauté des pêcheurs, tout cela dans la perspective de protéger les tortues marines. L’objectif n’étant pas une étude anthropologique, nous avons retenu l’essentiel des théories examinées pour notre étude de cas, c'est-à-dire, l’interprétation de la symbolique à travers ces deux auteurs. La fonction symbolique implique l’organisation de ces règles de conduite, qui vont être adoptées par les pêcheurs et intégrées dans leur culture, leurs traditions et leurs coutumes (Lévi-Strauss, 1964). Cette réalité concrète s’est installée de façon organisée et ordonnée, fondant ainsi la culture de la pêche ou non à la tortue. Cette culture a intégré des règles de conduite organisée par les pêcheurs de façon spontanée et cette fonction symbolique s’établit et s’adapte dans les rapports sociaux du groupe des pêcheurs (Godelier, 2010).

12Dans l’objectif de sensibilisation pour la protection des tortues, il faut tenir compte des relations des populations avec l’environnement, toujours médiatisées par le système culturel sans oublier les enjeux environnementaux de développement durable. La prise en compte de ces deux paramètres doit être complémentaire pour une meilleure compréhension de la valeur symbolique des tortues marines auprès des pêcheurs.

13C’est dans ce sens que nous abordons l’aspect symbolique de la tortue pour la communauté des pêcheurs : préserver ses valeurs symboliques ne serait pas un frein, mais plutôt un complément aux règles dictées par les institutions internationales auprès des groupes sociaux et pourrait peut-être minimiser le caractère utilitaire accordé à cet animal comme simple nourriture.

14Étendre cette étude aux autres îles des Petites Antilles permet d’envisager une analyse comparative des valeurs symboliques de la tortue marine, de sa gestion, de sa protection et des usages actuels dans des cultures différentes. Ces îles indépendantes (la Dominique et Sainte-Lucie, ex-colonies britanniques) ou dépendantes (Guadeloupe, Martinique), découvertes lors des premiers voyages de Christophe Colomb, connaissent des trajectoires historiques spécifiques. Depuis l’époque coloniale, les Anglais sont très friands de la chair de tortue et cette gourmandise a perduré jusque dans les années 1960 avec une grande exportation de chair de tortue, des Antilles vers la Grande-Bretagne et les États-Unis (Gourou, 1964).

15Leurs propres administrations de la faune et de la flore sauvages et de la protection des espèces sont distinctes les unes des autres, selon leur réglementation avec les accords internationaux. Ensuite, l’île de la Dominique ne participe pas de la Convention de Carthagène du 24/03/1983, relative à la protection du milieu marin des Caraïbes, et ni au « Protocole de Kingston » du 18 janvier 1990 consacré aux aires spécialement protégées et à la vie sauvage des Caraïbes, réunit par dix pays, dont, entre autres, la France et Sainte-Lucie. Rappelons que la France a adopté un arrêté en 2005 qui interdit la pêche à la tortue (annexe 1) alors que Sainte-Lucie l’autorise en dehors des périodes de pondaison (cf. photographie 2)

2. Méthodologie

16La démarche adoptée a privilégié la conduite d’enquêtes à travers un questionnaire avec des questions ouvertes, directives et semi-directives, auprès de marins pêcheurs professionnels, de marins pêcheurs retraités et de quelques matelots.

17Le questionnaire a été construit avec le souci d’aborder tous les points concernant la valeur symbolique et les enjeux environnementaux de la tortue marine. Il vise à évaluer l’état des connaissances des marins pêcheurs sur les tortues marines dans les Petites Antilles et sur la législation en vigueur, tout en cernant au mieux les différentes dimensions de leur métier. Il s’agit également d’appréhender la relation pêche-tortues marine à travers leurs opinions, leurs pratiques et leur présentation de la tortue.

18Les points abordés avec les pêcheurs sont au nombre de six, ils concernent 1/la pêche en général, 2/leur connaissance sur la tortue et son l’environnement, 3/la valeur attribuée à celle-ci, 4/l’usage à des fins alimentaires de la tortue, 5/le contexte culturel au regard des réglementations et 6/les suggestions d’harmonisation de celles-ci entre ces quatre îles voisines compte tenu des enjeux environnementaux.

19La réalisation de cette enquête avait pour but d’obtenir des renseignements sur la valeur symbolique de la tortue auprès des marins pêcheurs ainsi que sur la gestion de la pêche à la tortue dans ces différents territoires.

20Au total de quarante-huit pêcheurs interviewés dont dix-huit en Martinique, onze en Guadeloupe (l’archipel), treize à Sainte-Lucie et sept à la Dominique. Le choix de ce terrain était de confronter les différentes gestions de la tortue marine ainsi que son usage sur des îles proches les unes des autres.

3. Résultats

21Les résultats des enquêtes réalisées sont intéressants, significatifs et assez représentatifs dans la mesure où le choix des pêcheurs interviewés fut préparé en amont. Dans chaque île, nous avons eu l’opportunité de rencontrer le représentant du Comité de Pêche, porte-parole de la majorité des pêcheurs. Nous avons ensuite conduit les enquêtes aléatoires qui finalement nous ont permis de dégager une certaine convergence dans les usages et les valeurs qu’ils accordent aux tortues. Les usages spécifiques divergents selon le positionnement de chacune de ces îles notamment dans leur rapport avec les instances internationales et finalement le compromis qui se dessine au regard du contexte de chacun de ces territoires (figure 1).

22En premier lieu, il s’avère que la valeur attribuée aux tortues marines dans l’ensemble des quatre îles enquêtées relève d’abord de son intérêt touristique. La tortue marine est une espèce attractive, emblématique d’un environnement marin de qualité, d’une vie préservée, pour le plus grand plaisir des plongeurs et plus largement des touristes qui pratiquent des activités balnéaires ; et rappelons que le tourisme est un secteur économique essentiel dans ces îles.

Photographie 2. Information sur la réglementation relative à la pêche de la tortue à Sainte-Lucie (petites Antilles)

Photographie 2. Information sur la réglementation relative à la pêche de la tortue à Sainte-Lucie (petites Antilles)

Source : V. Ballot

23En deuxième position, il ressort la valeur historique de la tortue marine dont l’intérêt s’affirme dès le début de la colonisation (Labat, 1722). Cette dimension historique nourrit une prise de conscience d’ordre patrimoniale : la tortue marine devient un objet patrimonial de ces îles. La valeur patrimoniale chez les pêcheurs est comprise comme un héritage qui doit être sauvegardé pour les générations futures. Enfin, en dernier lieu est envisagée la valeur écologique, mais elle reste importante, la tortue étant perçue comme un individu d’équilibre pour l’écosystème marin. La valeur économique est représentative en Martinique et Sainte-Lucie, par le commerce de sa pêche. Il faut tenir compte du prix au kilo de la chair de la tortue qui, à titre d’exemple, est de 15 dollars caribéens à la Dominique tandis que celui du poisson y est de 8 à 10 dollars caribéens, auquel s’ajoute le poids de la prise comparativement celui du poisson. En Martinique, la tortue constitue un manque à gagner tandis que dans les îles anglaises elle améliore le quotidien précaire des pêcheurs lors des trois mois ouvrables annuellement.

24Nous retenons les trois premières valeurs comme étant les plus importantes, les autres valeurs mentionnées sur le questionnaire étant moins significatives pour les marins pêcheurs. Concrètement, l’organisation de ces idées se fait dans des symboles porteurs de sens. Les valeurs symboliques qui ressortent de cette enquête sont :

  • la chair pour sa valeur énergisante et aphrodisiaque,

  • les bénéfices pour la santé de l’homme,

  • les vertus médicinales (origine amérindienne) et les bénéfices pour l’environnement,

  • leur pouvoir d’attraction des poissons (vestige de la culture africaine) donc son extinction serait un préjudice pour la survie des pêcheurs (figure 2).

25Ces premiers éléments peuvent nous encourager sur les représentations symboliques étant donné que la représentation de l’environnement d’un groupe, dans ce cas les pêcheurs, et le symbolique représentent la légitimation de cette « réalité idéelle » (Godelier, 2010).

Figure 1. Les valeurs accordées à la tortue par les pêcheurs dans les Petites Antilles

Figure 1. Les valeurs accordées à la tortue par les pêcheurs dans les Petites Antilles

Source : V. Ballot

Figure 2. La symbolique de la tortue dans les Petites Antilles selon les pêcheurs

Figure 2. La symbolique de la tortue dans les Petites Antilles selon les pêcheurs

Source : V. Ballot

Conclusion

26Entretenir la valeur symbolique de la tortue comme support de sa valeur économique et environnementale apparaît judicieux dans le cadre de politique publique visant à protéger cette espèce.

27Un travail plus approfondi sur le long terme reste à faire sur les interactions pêcheurs–tortues marines et valeur symbolique. Surtout pour mieux comprendre les différences historiques et culturelles entre ces îles.

28Dans ces enjeux environnementaux nous pouvons tenir compte de la valeur culturelle, patrimoniale et économique de la tortue et récupérer ces valeurs seraient un plus pour sa protection et conservation en insistant sur sa valeur symbolique afin d’établir une communication porteuse de sensibilisation auprès du public concerné (pêcheurs et jeunes adultes) afin d’obtenir des gestes et conduites respectueux de l’environnement et de la tortue.

29Étant donné l’histoire et le contexte martiniquais des tortues marines et en vue de sensibiliser la population pour sa protection, nous proposons un Centre de Visite ouvert au public, contenant des bassins avec deux espèces de tortues présentes et nidifiantes sur les côtes (la tortue imbriquée et la tortue luth). Ce projet aurait quatre voies d’action : la protection, la recherche appliquée, l’éducation environnementale et le développement local durable. Une étude de faisabilité avec des spécialistes serait nécessaire ainsi qu’un projet de partenariat avec des institutions régionales, ONCFS, ONF, Université Antilles Guyane.

Haut de page

Bibliographie

Balaci, G. (2011). L’importance du symbole et du symbolisme dans le développement psychique, Lecturer Ph. D. Western University, Vasile Goldiş of Arad Society and Politics, 5(1).

Descola, P. (1970). La Nature domestique. Symbolisme et praxis dans l'écologie des Achuar, Ed. Maison des sciences de l’homme/Fondation Singer-Polignac.

Dossa, S.J., G.A. Mensah et A.P. Laleye (2006). « Etude et valorisation des potentialités endogènes des tortues marines dans le sud–ouest du Bénin », Bulletin de la Recherche Agronomique du Bénin, n°53.

Dropsy, B. (1986). Tortues Marines : étude préliminaire à la Martinique, Association pour le développement de l’Aquaculture à la Martinique.

Durand, G. (1963). Les Structures anthropologiques de l'imaginaire : introduction à l'archétypologie générale, PUF : 53-54.

Godelier,  M. (2010). Au fondement des sociétés humaines, Editions Flammarion, Collection Champs Essais.

Gourou, P. (1964). « L’Homme et la tortue », L'Homme, 4(3) : 110-117. 

Jean-Yves, G. (2008). Comprendre la biologie et l’écosystème de la tortue luth, Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien, archives du IPHC.

Juignet, P (2010). « Claude Lévi-Strauss et la fonction symbolique », URL, <Philosciences.com>.

Labat, J.B. (1722). « Nouveaux voyages aux îles de l’Amérique », Horizons caraïbes, Tome ii.

Laurent, L-J. (2006). La conservation de la tortue marine face au secteur clé de la pêche maritime à la Martinique, la place de la tortue dans la société martiniquaise, Mémoire Master II.

Lescure, J. (1992). Conservation des tortues marines dans les départements français d’outre-mer et en Méditerranée, Rapport final de la Commission des communautés européennes, direction générale de l’environnement DGXI/B/2, Association de gestion des écloseries d’œufs de tortues marines de Guyane (aGEoTMG).

Levi-Strauss, C. (1964). Mythologiques, t. I : Le Cru et le cuit, Paris, Plon.

Levi-Strauss, C. (1967). Du miel aux cendres, Paris, Plon.

Levi-Strauss, C. (1968). L'Origine des manières de table, Paris, Plon.

Levi-Strauss, C. (1971). L'Homme nu, Paris, Plon.

Pinchon, P.R. (1954). « Tortues antillaises », Naturalia : 32-39.

Pinchon, P.R. (1967). Quelques aspects de la nature aux Antilles, Ozanne & Cie, Fort-de-France.

Raigne, S. (2003). Les tortues marines de Martinique, Rapport d’activité 2003, SEPANMAR2.

Raigne, S. (2004). Les tortues marines de Martinique, Rapport d’activité 2004, SEPANMAR.

Raigne, S. (2005). Les tortues marines de Martinique, Rapport d’activité 2005, SEPANMAR.

Raigne, S. (2006). Les tortues marines de la Martinique, SEPANMAR.

Sachis I. (1980). Stratégie de l’écodéveloppement, collection « Développement et civilisation », Paris, Les éditions ouvrières.

Tertre, J.B. (1667). « Histoire générale des Antilles habité par les français », Horizons caraïbes, Tome ii. 506 p.

Haut de page

Annexe

Arrêté du 14 octobre 2005 fixant la liste des tortues marines protégées sur le territoire national et les modalités de leur protection (article 1 à 3)

Le ministre de l’agriculture et de la pêche, le ministre de la culture et de la communication, la ministre de l’écologie et du développement durable et le ministre des petites et moyennes entreprises, du commerce, de l’artisanat et des professions libérales,

Vu la directive du Conseil 92/43/CEE du 21 mai 1992 concernant la conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages ;

Vu le règlement (CE) n° 338/97 du Conseil du 9 décembre 1996 relatif à la protection des espèces de faune et de flore sauvages par le contrôle de leur commerce ;

Vu le code de l’environnement, notamment ses articles L. 411-1 à L. 412-1 et R. 411-1 à R. 412-7 ;

Vu le décret n° 78-959 du 30 août 1978 modifié portant publication de la convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction ;

Vu l’arrêté du 30 juin 1998 fixant les modalités d’application de la convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction et des règlements (CE) n° 338/97 du Conseil européen et (CE) n° 939/97 de la Commission européenne ;

Vu l’avis du Conseil national de la protection de la nature en date du 27 octobre 2004,

Arrêtent :

Article 1

Le présent arrêté s’applique aux espèces de tortues marines suivantes :

  • Tortue luth (Dermochelys coriacea) ;

  • Tortue caouanne (Caretta caretta) ;

  • Tortue olivâtre (Lepidochelys olivacea) ;

  • Tortue de Kemp (Lepidochelys kempii) ;

  • Tortue imbriquée (Eretmochelys imbricata) ;

  • Tortue verte (Chelonia mydas).

Article 2

On entend par spécimen tout oeuf de tortue et toute tortue, vivants ou morts, ainsi que toute partie ou tout produit obtenu à partir de l’oeuf ou de la tortue.

Est réputé prélevé dans le milieu naturel tout spécimen dont le détenteur ne peut justifier qu’il est issu d’un élevage dont le cheptel a été constitué conformément à la réglementation en vigueur au moment de l’acquisition des animaux.

Article 3

I. - Sont interdits, sur tout le territoire national et en tout temps :

  • la destruction, l’altération ou la dégradation du milieu particulier des tortues marines ;

  • la destruction ou l’enlèvement des oeufs et des nids ;

  • la destruction, la mutilation, la capture ou l’enlèvement, la perturbation intentionnelle des tortues marines.

II. - Sont interdits, sur tout le territoire national et en tout temps, la détention, le transport, la naturalisation, le colportage, la mise en vente, la vente ou l’achat, l’utilisation, commerciale ou non, des spécimens de tortues marines prélevés :

  • dans le milieu naturel du territoire métropolitain de la France ou du département de la Guyane, après le 17 août 1991 ;

  • dans le milieu naturel du département de la Guadeloupe, après le 19 novembre 1991 ;

  • dans le milieu naturel du département de la Martinique, après le 26 mars 1993 ;

  • dans le milieu naturel du reste du territoire national, après le 7 décembre 2000 ;

  • dans le milieu naturel du territoire européen des autres Etats membres de l’Union européenne, après la date d’entrée en vigueur de la directive du 21 mai 1992 susvisée.

Fait à Paris, le 14 octobre 2005.

Haut de page

Notes

1 Agenda 21, chapitre 17 « Protection des océans et de toutes les mers et zones côtières, utilisation rationnelle et mise en valeur de leurs ressources biologiques ».

2 SEPANMAR : Société pour l’étude, la Protection et l’Aménagement de la Nature à la Martinique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1 (a et b). Scène de pêche traditionnelle à la senne (Schœlcher, Martinique)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6656/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Crédits Source : O. Dehoorne, 2012
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6656/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Photographie 2. Information sur la réglementation relative à la pêche de la tortue à Sainte-Lucie (petites Antilles)
Crédits Source : V. Ballot
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6656/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 1. Les valeurs accordées à la tortue par les pêcheurs dans les Petites Antilles
Crédits Source : V. Ballot
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6656/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 2. La symbolique de la tortue dans les Petites Antilles selon les pêcheurs
Crédits Source : V. Ballot
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6656/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Ballot, « La tortue dans les Petites Antilles, entre valeur symbolique et enjeux économiques », Études caribéennes [En ligne], 26 | Décembre 2013, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 19 août 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6656 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6656

Haut de page

Auteur

Véronique Ballot

Université des Antilles et de la Guyane ; Sociologue ; veroballot@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org